Version classiqueVersion mobile

Liège et Bourgogne

 | 
Paul Harsin

Allocution d’ouverture du colloque

Texte intégral

1Mesdames, Mesdemoiselles, Messieurs,

2Les historiens liégeois ont estimé ne pouvoir laisser passer l’année 1968 sans évoquer le souvenir de la catastrophe qui en 1468 s’abattit sur leur Cité. Non pas qu’il importât de célébrer l’anniversaire d’une destruction presque sans exemple en Occident avant les cataclysmes des deux guerres mondiales, mais simplement parce que cet épisode, combien spectaculaire, marquait, dans l’évolution historique, un moment d’apogée de tension internationale, le choc qui devait ouvrir la voie où s’engagerait le programme conquérant du Téméraire, et, pour Liège, la ruine d’une politique d’intervention dans les conjonctures extérieures.

3Je rappellerai brièvement les faits.

4Liège est la capitale d’une principauté ecclésiastique relevant du Saint Empire, la capitale d’un très vaste diocèse débordant largement des limites de cette principauté. Elle avait conquis dans le pays mosan, une situation prépondérante et comptait au xve siècle de 20 à 25.000 habitants. Mais, avec les autres villes, elle représentait aux Etats l’élément urbain, ce troisième Etat qui avait fini par éclipser la noblesse et par balancer l’autorité du clergé, c’est-à-dire du chapitre des chanoines de la cathédrale Saint-Lambert, lequel allait d’ailleurs prétendre à la co-souveraineté en face d’un prince-évêque, presque toujours étranger, élu par lui et de plus en plus limité dans l’exercice de ses pouvoirs.

5Les xiiie et xive siècles avaient cherché à établir un équilibre des pouvoirs en construisant cette constitution qui devait durer jusqu’à la fin du xviiie siècle et sous l’égide de laquelle s’épanouit, à travers des crises multiples, un système plus ou moins démocratique, penchant au début vers une démocratie populaire et finissant par trouver son centre de gravité dans un réseau d’institutions privilégiant largement l’élément urbain et l’aristocratie religieuse au détriment d’un pouvoir princier.

6Le xve siècle ne se présente pas seulement comme la phase décisive du conflit intérieur, mais également comme la période la plus critique des tensions extérieures.

7Car, pendant les quatre règnes, à peu près équivalents en durée, qui occupent ce siècle, la participation liégeoise à la grande politique de l’Occident fut manifeste.

8Enclavée dans ces Pays-Bas que Philippe le Bon réussit à réunir sous le sceptre de la Maison de Bourgogne, voisine de la France ravagée par la Guerre de Cent Ans et par la rivalité Armagnac Bourguignon, obstacle manifeste à la pleine réalisation des ambitions de Charles le Téméraire, la principauté devait être précipitée dans le conflit franco-bourguignon surtout pendant le règne de Louis XI qui se fit une arme des sentiments populaires liégeois contre son adversaire bourguignon, auquel le prince-évêque de Liège, pourtant français, était de son côté inféodé.

9Le drame faillit trouver sa solution en 1468 par l’anéantissement de la capitale et l’annexion virtuelle du pays. Mais neuf années plus tard le destin du Téméraire trouvait son terme sous les murs de Nancy. Liège se libérait des Pays-Bas bourguignons, la capitale commençait sa reconstruction et, finalement assagis par l’épreuve, les Liégeois adoptaient une politique de neutralité dont le statut international finit par être reconnu par leurs puissants voisins.

10Cette longue tragédie, aux épisodes variés, est bien connue dans ses lignes principales.

11Mais, en raison de la destruction des principales sources diplomatiques contemporaines, c’est souvent aux archives étrangères qu’il faut s’adresser pour en détailler les épisodes. Heureusement des sources narratives d’un exceptionnel intérêt nous ont conservé, pour l'ensemble de la période, le récit de témoins oculaires, capables de faire revivre la psychologie et le comportement de leurs contemporains. Le contrôle mutuel de ces documents permet d’étayer plus solidement les faits déjà connus. Mais il reste beaucoup à faire. De là l’intérêt d’un colloque tel que celui-ci.

12A côté d’une exposition que nous visiterons ce soir et dont mon collègue Jean Lejeune, échevin des travaux publics de cette Cité, a pris l’initiative, l’appel que nous avons fait aux spécialistes du xve siècle permettra sans doute d’apporter bien des compléments à l’état de nos connaissances.

13Hélas l’année 1968 ne se déroule pas dans une atmosphère de sérénité propice aux recherches rétrospectives.

14Les circonstances troublées que connaît l’université parisienne nous privent du plaisir d’entendre M. Michel Mollat, professeur à la Sorbonne, retenu par une tardive session d’examens. Nous déplorons aussi que son état de santé ne permette pas à M. Edouard Perroy de faire le voyage de Liège et une fâcheuse coïncidence, la réunion aujourd’hui à Rome des médiévistes occupés à la réédition du Potthast, empêche M. Samaran qui nous avait promis une communication sur Thomas Basin de venir la présenter. Heureusement, la Faculté des Lettres de Nancy a laissé son Doyen s’absenter une couple de jours et je remercie tout particulièrement M. Schneider d’avoir répondu à notre invitation. Il en est de même de M. l’abbé Choux, conservateur du musée lorrain, qui sera cet après-midi parmi nous.

15Nous espérons également que le professeur Michel François, secrétaire général du Comité international des sciences historiques, en mission en Italie, pourra dès ce soir repasser par Liège et nous faire l’honneur de participer au colloque.

16L’érudition allemande sera représentée par le professeur Kellenbenz, doyen de la Faculté de Philosophie de l’Université de Cologne, par le professeur Eugen Ewig de l’Université de Bonn qui arriveront tous deux cet après-midi et par le docteur Paravicini de l’Université de Heidelberg que je remercie déjà pour sa contribution à ce colloque.

17Le docteur Wouters, directeur des Archives à Maastricht, a bien voulu faire le déplacement et passer deux jours avec nous : qu’il en soit aussi remercié.

18L’événement du 21 août dernier a bien failli nous priver de la présence, depuis longtemps déjà annoncée, du professeur Anton Vantuch, membre de l’Institut d’histoire de l’Académie slovaque. Mais il est là malgré les difficultés de l'heure et je veux lui dire combien nous sommes sensibles à sa présence, nous qui avons vécu le drame récent de son pays avec tant de sympathie angoissée et qui formons des vœux pour que l’épreuve que traverse sa patrie trouve une solution conforme à ses aspirations et aux exigences d’une liberté scientifique.

19Je me tourne enfin vers mes compatriotes, d’abord étrangers à Liège, qui ont bien voulu apporter leur concours à ce colloque :

20le professeur Bartier de l'Université libre de Bruxelles ;

21le professeur P. Gorissen de la Faculté de Courtrai de l’Université de Louvain ;

22Mme Desmedt-Thielmans, conservatrice aux Archives générales du Royaume, à Bruxelles ;

23M. José Muller du Musée de Mariemont, chargé de cours au Centre universitaire de Mons.

24Et je n’oublierai pas nos Liégeois : MM. Claude Thiry et J.L. Kupper.

25Bien d’autres historiens nous ont également annoncé leur venue : ils me permettront de ne pas les énumérer pour éviter d’en oublier, mais nous nous réjouissons très sincèrement de les voir.

26Bien d’autres encore nous ont exprimé leurs regrets de ne pouvoir s’absenter pour participer au colloque et nous comprenons fort bien que ce moment de l'année académique n’est pas des plus favorable. Nous sommes sensibles aux sentiments qu’ils nous ont exprimés.

27Nos remerciements, et je terminerai par là, s’adresseront à présent :

28à M. le Ministre d’Etat bourgmestre de Liège, M. Destenay, qui nous accueillera mercredi soir et qui a mis à notre disposition, la ci-devant église Saint-André, où dès cet après-midi se poursuivront nos débats ;

29à M. le Recteur de l’Université, M. Dubuisson, qui nous a si généreusement permis de dresser notre programme d’invitations et qui a mis cette salle à notre disposition ;

30à M. le Doyen J. Labarbe de la Faculté de Philosophie et Lettres qui nous a accordé le patronage de la Faculté et nous offrira à la fin de cette matinée le verre de l’amitié.

31Enfin à tous ceux qui de près ou de loin ont permis par leur collaboration la mise sur pied de notre programme.

© Presses universitaires de Liège, 1972

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search