Version classiqueVersion mobile

Les Colloques d’Érasme

 | 
Franz Bierlaire

Conclusion

Texte intégral

  • 1 Les choses, mots et les p. 32, Paris, 1966
  • 2 Éloge de la Folie, trad. P. de Nolhac, p. 54-55

1« Théâtre de la vie ou miroir du monde, c’était là le titre de tout langage, sa manière de s’annoncer et de formuler son droit à parler ». Cette réflexion de Michel Foucault1 s’applique particulièrement bien aux Colloques, spectacle en soixante tableaux illustrant « les folles passions du monde et ses opinions absurdes », spectacle édifiant de la « comédie de la vie »2, destiné à préparer à la vie : ad vitam instituendam. Le livre est le substitut de la vie, la lecture remplace l’expérience, qui est « la maîtresse des sots ». Peinture vivante des gens et du monde, les Colloques sont pour les adolescents et pour les adultes ce que les images étaient pour les petits enfants : une représentation de la réalité.

  • 3 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 615, 1. 106-107.

2Cette réalité, qui est montrée par des mots, Érasme l’a vue et le plus souvent vécue. Œuvre d’une vie, les Colloques en sont le reflet : l’histoire de ce livre toujours à suivre d’un écrivain arrivé se confond avec celle de l’auteur mais aussi avec celle des trente-cinq premières années du xvie siècle. Car c’est l’actualité qui alimente les Colloques : ils peuvent être lus, non comme un livre, mais comme un quotidien, puisqu’ils nous font revivre, presque jour après jour, les événements marquants et les grandes querelles du temps. Chronique d’une vie et d’une époque, les Colloques tiennent plus du billet ou du bloc-notes que du feuilleton littéraire, car leur auteur, qui vit son siècle avec passion, est à la fois témoin et acteur : il engage et il s’engage. Sans doute le livre, comme la vie, montre-t-il plus qu’il ne conclut, mais le regard d’Érasme, ses silences même, sont parfois plus éloquents que ses prises de position : Et citius enim et latius discurrunt libelli quam voces3.

  • 4 Allen, Opus, t. I, p. 37, 1. 34-35.
  • 5 De copia, LB I, col. 19 A

3En posant un regard critique sur la société de son temps, l’auteur des Colloques ouvre les yeux de ses lecteurs, il leur fournit le moyen non seulement de se connaître mais aussi de reconnaître la véritable identité des autres, si difficile à appréhender dans la vie réelle. Cette connaissance de soi-même et cette découverte de l’autre sont transformantes : le lecteur sort du livre changé, meilleur, autre, et cet autre ressemble beaucoup plus à celui que chacun se doit d’être. Derrière l’ironie grinçante, il y a dans les Colloques un appel incessant vers un mieux-être, vers un mieux-vivre, vers un mieux-dire, qui fait de leur auteur un véritable éducateur. Ce message s’adresse aux chrétiens de tout âge, tant il est vrai que, « toute notre vie, nous ne cessons de travailler à nous rendre meilleurs »4. Livre d’école devenu livre de chevet, les Colloques restent un ouvrage pour la jeunesse : « On n’a pas à écrire de telle sorte que tous comprennent tout, mais d’une façon qui oblige aussi à chercher et à apprendre5. »

4Réformateur déclaré des études et des mœurs, — non solum ad linguam puerilem expoliendam, verum etiam ad vitam instituendam, — Érasme a voulu aller plus loin et frapper plus fort. Au fil des éditions, il s’est montré de plus en plus soucieux de la réforme de l’Église elle-même, comme en témoigne le nombre des colloques à thème explicitement religieux ou même ecclésiastique, jusque dans leur titre parfois. La critique religieuse est devenue ainsi le sujet le plus important et le plus brûlant des Colloques. Les gardiens officiels ou officieux de l’orthodoxie ne s’y sont pas trompés : dans leurs censures sévères, parfois injustes, ils ont dénoncé l’audace et l’impiété d’Érasme. Celui-ci a relevé le défi et a suivi ses adversaires sur leur terrain, celui de la théologie. Victime consentante de l’engoûment du public et de la hargne de ses censeurs, Érasme, volontairement mais sans l’avouer, a débordé le cadre qu’il s’était primitivement assigné et a donné à son livre une dimension nouvelle. Bien sûr, il n’aurait pu introduire dans son titre une expression telle que et ad Ecclesiam restituendam sans passer pour un partisan de Luther, ce qu’il voulait éviter à tout prix. C’est pourquoi les Colloques sont restés un manuel scolaire, avec d’énormes ambitions théologiques.

  • 6 E. V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, p. 21. Voir aussi G.-A. Perouse, Nouvel (...)

5Appelant les choses par leur nom, abordant les grands sujets, — les sujets à la mode, — Érasme écrit sans jamais oublier sa culture antique et biblique, qui est immense, et son ambition de divertir, qui n’est pas courante. Ses Colloques sont nourris à la fois de suc antique et de moelle évangélique, mais aussi de sel attique. On ne retient souvent que le troisième ingrédient et on parle de « l’Érasme des Colloques »6, comme si ce livre était un et son auteur différent dans chacune de ses œuvres.

6Même si leurs thèmes se recoupent sans cesse, les Colloques sont divers, multiples, comme la vie. L’Érasme des Colloques est un Érasme vivant, changeant, se corrigeant continuellement. De l’Inquisitio à Cyclops, le chemin est long, puisqu’il nous conduit de la conciliation à la rupture. L’Érasme des Colloques, c’est aussi le grammaticus des Formulae comme le conteur espiègle d’Exorcismus, le polémiste susceptible et violent d’Exequiae seraphicae ou de Concio tout autant que le théologien serein du Convivium religiosum ou d’Epicureus. L’Érasme des Colloques est tout cela à la fois et bien d’autres choses encore, car ce livre, plus que tous les autres, reflète toutes les facettes de sa pensée et de son caractère : Érasme bavard, Érasme moqueur, Érasme provoquant, sed animi causa ou inquirendi gratia. Érasme chevalier du Christ, apôtre de la conversion des cœurs, ennemi de la fausse piété, restaurateur de la théologie, moniteur de liberté, militant de la paix, porte-parole des femmes, jardinier d’enfants et défenseur des belles-lettres. Érasme aussi religieux que moraliste et aussi spirituel que pédagogue, Érasme enfant difficile mais fidèle de l’Église, Érasme humaniste chrétien, qui a choisi le dialogue à une époque déchirée par les antagonismes rivaux, Érasme témoin de son temps, qui parle encore au nôtre.

Notes

1 Les choses, mots et les p. 32, Paris, 1966

2 Éloge de la Folie, trad. P. de Nolhac, p. 54-55

3 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 615, 1. 106-107.

4 Allen, Opus, t. I, p. 37, 1. 34-35.

5 De copia, LB I, col. 19 A

6 E. V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, p. 21. Voir aussi G.-A. Perouse, Nouvelles françaises du xvie siècle. Images de la vie du temps, p. 346, Genève, 1977.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search