Version classiqueVersion mobile

Les Colloques d’Érasme

 | 
Franz Bierlaire

Chapitre IV. Les Colloques, guide de la vie chrétienne

Texte intégral

  • 1 Voir supra, p. 120.

1Par l’abondance et la diversité des thèmes qui y sont abordés, les Colloques constituent en quelque sorte une synthèse de la réflexion érasmienne. Dans l’Enchiridion militis christiani, Érasme enseigne l’art d’être un soldat du Christ ; dans l’Institutio christiani matrimonii, celui de réussir un mariage chrétien ; dans le De pueris, celui d’éduquer les enfants ; dans le De civilitate morum puerilium, celui de respecter les règles du savoir-vivre ; dans l’Exomolcgesis, celui de se confesser ; dans le Modus orandi Deum, celui de prier ; dans le De praeparatione ad mortem, celui de mourir. Dans les Colloques, il enseigne tout cela à la fois, non sous la forme d’un traité ou d’une lettre, mais sous la forme de saynètes aussi amusantes qu’édifiantes. Invitant ses lecteurs à se regarder dans le miroir des autres, il leur apprend à bien vivre leur vie de tous les jours1.

  • 2 Sur ce thème, voir notamment G. Chantraine, « Mystère » et « Philosophie du Christ » selon Érasme, (...)
  • 3 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1818 ; Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 138 ; ’Iχθυο (...)
  • 4 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 253, 1. 655-666. Érasme affectionne ce mot ; voir Chantraine, o (...)
  • 5 Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 661, 1. 308-310.
  • 6 Convivium profanum, ASD I, 3, p. 208, 1. 2702-2703 ; Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 242,1. 345 (...)
  • 7 Methodus, éd. Holborn, op. cit., p. 155, 1. 27. Cfr Paraclesis, ibidem, p. 145, 1. 3 : « nulli non (...)

2La philosophie qui guide l’auteur des Colloques n’est pas une philosophie comme les autres, c’est la philosophia Christi, qui est à la fois sagesse et vie, connaissance et amour2. Lors même qu’ils sont plus philosophes que Thales3, la plupart des personnages des Colloques mériteraient de porter le nom donné à l’un des héros du Convivium religiosum : Théodidacte4. S’efforçant de « corriger les opinions humaines d’après la règle de l’Écriture »5, ils sont des théologiens6, même s’ils ne portent pas le titre de « Notre Maître », et pas seulement parce que l’auteur des Colloques, théologien luimême, est omniprésent dans son œuvre : nos plebeium instituimus theologum7.

  • 8 Enchiridion, éd. Holbobn, op. cit., p. 22, 1. 20-22.

3Tout n’est pas original dans l’art de vivre qu’Érasme propose à ses lecteurs, mais souvent, sous une apparente banalité, se cache une originalité profonde. La morale érasmienne est exigeante : la vie chrétienne est « une sorte de service militaire perpétuel »8. Ce combat sous l’étendard du Christ commence à la naissance et il ne s’achève qu’à la mort. Comme le lecteur du xvie siècle, nous allons essayer d’extraire des Colloques les directives et les conseils qu’Érasme donne au « soldat du Christ ».

***

  • 9 Puerpera, ASD I, 3, p. 468, 1. 556-557.
  • 10 Puerpera, ASD I, 3, p. 467, 1. 514 sv. ; p. 457, 1. 143 sv. La nécessité de l’allaitement maternel (...)
  • 11 Puerpera, ASD I, 3, p. 468, 1. 542-546.

4Dédiés à un petit garçon et destinés d’abord à la jeunesse, les Colloques ne réservent que peu de place aux enfants en tant que tels. Soucieux de préparer ses lecteurs à la vie, Érasme se tourne résolument vers l’avenir. S’il se préoccupe à l’occasion de la petite enfance, c’est pour rappeler leurs devoirs aux parents, en particulier à la maman. Un bébé réclame des soins constants et attentifs, qui ne peuvent lui être prodigués que par sa mère. C’est elle, et elle seule, qui le nourrira et qui veillera à « façonner son corps tendre puis son esprit délicat par une bonne éducation »9. Une mère qui n’allaite pas son bébé ne mérite pas son nom de maman, « le plus doux de tous »10. La meilleure nourrice n’est pas moins dangereuse que la plus mauvaise, car elle risque d’éloigner l’enfant de sa mère11, nuisant ainsi au succès de la première éducation du bambin :

  • 12 Puerpera, ASD I, 3, p. 468, 1. 546-550.

« La principale condition pour apprendre, c’est une affection réciproque entre le maître et l’élève. Si donc ton fils n’a rien perdu de la tendresse qu’il te doit, tu lui enseigneras plus aisément les préceptes de bonne conduite. Pour cela, une mère a beaucoup d’influence, car elle manie une matière extrêmement molle et souple12. »

  • 13 Puerpera, ASD I, 3, p. 469, 1. 595-597.
  • 14 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 287, 1. 351-352.

5Érasme ne revient pas dans les Colloques sur la façon de procéder pour « former les jeunes âmes à la piété »13 et pour leur « inculquer, dès le berceau, des principes et des sentiments pieux »14. Par contre, il s’intéresse aux manières qui conviennent aux enfants. L’apprentissage des convenances est à peine moins important, en effet, que la formation religieuse ou intellectuelle.

  • 15 ASD I, 3, p. 125, 1. 2-5.

6La plupart des règles de savoir-vivre du Libellus de civilitate morum puerilium de 1530 sont déjà formulées ou illustrées dans les Colloques. Les innombrables formules de salut ne servent pas seulement à enrichir le vocabulaire, elles seront utiles à l’enfant dans la rue, à l’école ou à la maison : « Un salut amical et flatteur engendre souvent l’amitié et fait disparaître toute antipathie ; il entretient en tout cas la bienveillance mutuelle et l’augmente même15. »

  • 16 Monitoria, ASD I, 3, p. 161, 1. 1176-1177.

7Le portrait de l’enfant bien élevé est dressé par le pédagogue du colloque Monitoria. Un garçon poli salue respectueusement toutes les personnes qu’il croise ; il se tient droit et immobile et il se découvre lorsque quelqu’un lui adresse la parole ; il parle peu, lentement et en veillant à bien articuler. A table, il se montre réservé et discret, il ne s’empiffre pas et il boit peu. Dernier à tendre la main vers le plat, il est le premier à quitter la table. Ses qualités principales sont la bonne humeur et la modestie : « Ton habillement, ton visage, tes gestes, ton maintien doivent indiquer une modestie sincère et un bon caractère16. »

  • 17 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 181, 1. 1829-1833.
  • 18 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174-175, 1. 1614-1615. Sur cet aspect de l’activité de l’enfant, vo (...)
  • 19 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1594-1598 ; p. 175, 1. 1619-1620.
  • 20 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174,1. 1594-1600.
  • 21 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 171-172,1. 1503-1508.
  • 22 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1602-1603 ; p. 179, 1. 1765-1766.

8Gaspar, le héros de la Confabulatio pia, a retenu cette leçon de bonnes manières. En lui faisant décrire son emploi du temps, Érasme fournit à ses lecteurs un modèle qu’il ne tiendra qu’à eux d’imiter17. Cet adolescent remplit toutes les tâches qui incombent à un puer : il met le couvert, il sert à table, il récite le bénédicité, il dit les grâces18. A l’école, il travaille avec acharnement, en faisant tout son possible pour ne mériter aucune punition et pour ne pas offenser en actions ou en paroles son maître ou ses camarades19. Il ne traîne pas en chemin20, il ne fréquente pas les mauvais lieux21, il étudie ses leçons, il lit ou il se distrait avec des compagnons choisis avec soin22.

  • 23 ASD I, 3, p. 140,1. 485-486.
  • 24 De lusu, ASD I, 3, p. 164, 1. 1248-1249. Cfr Quintilien, Institution oratoire, I, 3, 10-12.

9Un enfant ne doit pas passer tout son temps dans les livres : At non ideo vivimus, ut studeamus, sed ideo studemus, ut suaviter vivamus23. Le jeu est indispensable à l’équilibre psychique et physique de l’enfant : « Votre sagesse n’ignore pas que le jeu, s’il est pratiqué modérément, donne de la vigueur à l’esprit, comme vous nous l’avez appris vous-même d’après Quintilien », fait remarquer fort habilement Codes à son précepteur24.

  • 25 Sur ce sujet, voir M. A. Stevens, Les jeux d’enfants à la Renaissance, mémoire de licence dactylog (...)
  • 26 Rabelais, Gargantua, chap. XXII. Voir M. Psichari, Les jeux de Gargantua, dans Revue des études ra (...)
  • 27 Érasme mentionne ici et là d’autres jeux. Ainsi, les héros de Venatio jouent aux noix, à la mourre (...)
  • 28 De civilitate morum puerilium libellus, LB I, col. 1042 E-F.

10Les jeux et les sports décrits ou recommandés par Érasme sont ceux de son temps25. L’humaniste n’invente aucun jeu nouveau et il n’a ni la culture sportive ni l’imagination d’un Rabelais26. Toutefois, il est l’un des premiers pédagogues qui aient songé à insérer des Lusus pueriles dans un recueil de colloques scolaires27. Et il ne se contente pas de raconter l’une ou l’autre partie et de rappeler quelques règles essentielles, comme le feront ses successeurs et ses imitateurs, il multiplie les observations sur la manière de se comporter au jeu. Ne pas tricher, respecter les décisions de l’arbitre et les règles du jeu, savoir perdre, cela aussi fait partie de la civilité28, et ces lois-là sont souvent celles auxquelles on obéit le plus difficilement :

  • 29 Ludus globorum missilium, ASD I, 3, p. 167, 1. 1361-1363 ; p. 168, 1. 1393-1403.
  • 30 II s’agit du « beugelbaan » voir J. Hoyoux, Un jeu d’Érasme, dans Humanisme et Renaissance, t. 4, (...)
  • 31 ASD I, 3, p. 170, 1. 1448-1449 ; voir C. Reedijk, The poems of Desiderius Erasmus, p. 385, Leyde, (...)
  • 32 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1615.
  • 33 Epistola de ratione studii, ASD I, 3, p. 69, 1. 23-24.
  • 34 Érasme s’intéresse aussi à ce jeu dans les Adages ; voir LB II, col. 451 C ; 630 C ; 72 F ; 682 F.
  • 35 Convivium poeticum, ASD I, 3, p. 358, 1. 477-478 : « ita quaerendi sunt lusus ac ioei, qui non abs (...)
  • 36 Nηφάλιον συμπόσιον, ASD I, 3, p. 643, 1. 19-20.
  • 37 Coniugium, ASD I, 3, p. 302,1. 29 ; Militaria, ASD I, 3, p. 156, 1. 987 ; ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p (...)
  • 38 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 171, 1. 1503 sv.

« Bernard. Si je gagne, tu crieras trois fois « Vive la France » ; si je perds, à Dieu ne plaise, je dirai la même chose en l’honneur de ton Allemagne.
Adolphe. Allons, j’accepte ces conditions. [...]
Les arbitres. C’est l’Allemand qui a gagné et sa victoire est d’autant plus glorieuse qu’il avait affaire à un adversaire redoutable.
Adolphe. Allons, chante, Français.
Bernard. Je suis enrhumé.
Adolphe. Ce n’est pas rare chez vous autres Français ; chante pourtant cocorico (sed tamen coccyssa). Bernard. Vive trois fois l’Allemagne !
Adolphe. Ah non ! Il faut chanter trois fois « Vive l’Allemagne ».
Bernard. Nous sommes un peu altérés, allons d’abord boire un petit coup. J’achèverai ensuite ma chanson.
Adolphe. Soit, si les arbitres sont d’accord.
Les arbitres. Ce sera beaucoup mieux ainsi. Le coq gaulois aura la voix plus claire lorsqu’il se sera humecté le gosier29
Parfois, l’enjeu de la partie est littéraire : le vaincu du « Jeu de boule à travers un anneau de fer »30 devra improviser deux vers latins en l’honneur de son vainqueur31. Les jeux « honnêtes »32, les ludi liberales sont souvent des ludi literis digni33. Avant de jouer, les héros du talorum lusus discutent longuement de l’origine et de la forme des osselets, des noms des différents coups, des mentions de ce jeu dans la littérature ancienne34. Les lettres ne sont jamais absentes des jeux ou des distractions des enfants, ni non plus des adultes35. Aux damiers et aux boules36, les convives du Nηφάλιον συμπόσιον préfèrent les citations érudites ; ceux du Convivium fabulosum font un concours d’anecdotes ; ceux du Convivium poeticum ainsi que les deux amis du colloque Impostura se livrent à des joutes poétiques. Quant aux héros du dialogue Absurda, ils s’adonnent à un jeu de société pour leur plaisir et pour le nôtre. Seuls les jeux de hasard et d’argent sont proscrits par Érasme, qui dénonce notamment les méfaits du jeu de dés et de ce qui l’accompagne généralement : « le vin, les filles »37. Gaspar se garde bien de fréquenter les tavernes et les tripots38.

  • 39 ASD I, 3, p. 143, 1. 600-602.
  • 40 De pueris, ASD I, 2, p. 52, 1. 18-19.
  • 41 ASD I, 3, p. 129, 1. 122-123. Cfr Juvénal, Satires, 10, 356.
  • 42 ASD I, 3, p. 69-70.
  • 43 Franciscani, ASD I, 3, p. 395, 1. 240-241 : « Est autem hoc ad bene vivendum praecipuum, ut homo c (...)

11Le jeu sous toutes ses formes est indispensable à l’écolier comme à l’étudiant : Non omittenda quidem sunt studia, sed tamen intermitiendo nonnunquam. Non abiicienda sunt, sed relaxanda39. Il ne s’agit pas de former un athlète, mais un homme en bonne santé40 : cura ut ait mens sana in corpore sano41. Une stricte hygiène de vie est nécessaire, comme le rappelle l’Epistola de ratione studii, qui est annexée aux Colloques : « Mesure ta nourriture d’après ta santé, non d’après ta gourmandise42. » L’enfant doit manger sobrement43, éviter les aliments trop riches autant que les mets avariés :

  • 44 Opulentia sordida, ASD I, 3, p. 685, 1. 315-326. Voir aussi ASD I, 3, p. 133, 1. 260-269 : « Georg (...)

« Gilbert. Crois-moi, manger et boire exagérément est une affaire d’habitude, et non de tempérament. Si on se laissait aller, on finirait par faire comme Milon de Crotone, qui dévora un bœuf tout entier en un jour.
Jacques. Grand Dieu ! si on se porte bien avec si peu de nourriture, que d’argent perdu en Allemagne, en Angleterre, au Danemark, en Pologne!
Gilbert. Des dépenses énormes assurément, qui de plus nuisent beaucoup à la santé et à l’intelligence.
Jacques. Mais qu’est-ce qui t’empêchait de te contenter de ce régime?
Gilbert. J’avais été habitué autrement et il était trop tard pour changer. D’ailleurs, j’étais moins incommodé par le manque de nourriture que par la mauvaise conservation des aliments. Deux œufs pouvaient me suffire, s’ils avaient été frais ; je me serais contenté d’un verre de vin, si au lieu de vin on ne m’avait pas donné de la lie ; moitié moins de pain m’eût nourri, si au lieu de pain on ne m’avait pas donné de l’argile44. »

  • 45 Epistola de ratione studii, ASD I, 3, p. 69, 1. 51-53. Voir aussi ASD I, 3, p. 133, 1. 270-271 : « (...)
  • 46 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 173, 1. 1545-1547 ; p. 175, 1. 1622.

12Le sommeil n’est pas moins important qu’une alimentation saine et modérée : Nocturna lucubrationes atque intempestiva studia fugito. Nam et ingenium extinguunt et valetudinem vehementer offendunt. Aurora Musis arnica est, apta studiis45. Gaspar se couche de bonne heure et se lève tôt46, contrairement au paresseux Philypne, le héros de Diluculum, qui passe sa matinée au lit, évitant ainsi de brûler ses chandelles et d’user ses habits :

  • 47 Diluculum, ASD I, 3, p. 638, 1. 35-40. Le philosophe n’est autre que Thalés : voir H. Diels, Fragm (...)

13« Fausse économie : tu épargnes du verre pour perdre des diamants. Il en jugeait autrement ce philosophe qui, lorsqu’on lui demandait quelle était la chose la plus précieuse, répondit : « Le temps. » Alors que l’aube est sans nul doute la plus belle partie du jour, tu prends plaisir à perdre ce qu’il y a de plus précieux dans la chose du monde la plus précieuse47. »

  • 48 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1604-1606 ; Epiola de ratione studii, ASD I, 3, p. 70, 1. 5 (...)
  • 49 Diluculum, ASD I, 3, p. 640, 1. 119-120.
  • 50 Epistola de ratione studii, ASD I, 3, p. 70,1. 58-59 ; cfr Pline le Jeune, Lettres, III, 5, 16.

14Gaspar, lui, est avare de son temps, car il sait que « la jeunesse est le plus bel âge de la vie et qu’une fois envolée elle ne revient jamais »48. La matinée étant à la journée ce que la jeunesse est à la vie, il ne commet pas la sottise de perdre l’une et l’autre en dormant ou en restant inactif49 : Omne perire tempus, quod studio non impertios50.

  • 51 Diluculum, ASD I, 3, p. 642, 1. 196.
  • 52 Ars notoria, ASD I, 3, p. 648,1. 26. Voir aussi Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 406, 1. 125.

15La première condition pour devenir philologus51 est de ne pas s’abandonner à la paresse, mais d’aimer le travail. A ceux qui, comme son filleul Erasmius, déplorent que « le savoir soit le prix de tant de sueurs »52, Érasme rappelle que c’est le ciel qui l’a décidé ainsi :

  • 53 Ars notoria, ASD I, 3, p. 648, 1. 28-34.

« Les richesses du vulgaire, telles que l’or, les pierres précieuses, l’argent, les palais, le pouvoir même, il les accorde quelquefois à des âmes basses qui ne les méritent pas ; mais il a voulu que les véritables richesses, les seules qui nous appartiennent en propre, fussent la récompense de nos efforts. Ce travail, qui nous procure un si grand bienfait, ne doit pas nous paraître pénible, quand nous voyons tous les jours tant de personnes se précipiter dans les plus affreux dangers, s’exposer aux plus cruelles fatigues, pour acquérir des avantages passagers et tout à fait méprisables en comparaison de l’érudition, sans obtenir toujours ce qu’elles cherchent53. »

  • 54 Epistola de ratione studii, ASD I, 3, p. 69, 1. 28-33. Voir M. A. Nauwelaerts, Grammatici, Summula (...)
  • 55 Rabelais l’appelle « Marmotret » ; cfr Gargantua, chap. XIV.

16Le temps étant précieux, il ne faut pas le perdre à « apprendre des choses qu’il faudrait ensuite désapprendre » : les manuels médiévaux seront laissés à ceux qui désirent « se fatiguer immensément pour s’initier à la barbarie »54. Le Synodus grammaticorum est une satire féroce des fantaisies étymologiques fréquentes dans ces ouvrages, notamment dans le Mammotrectus, ce glossaire biblique attribué à Marchesinus de Reggio55 :

  • 56 Synodus grammaticorum, ASD I, 3, p. 586, 1. 28-35.
  • 57 Echo, ASD I, 3, p. 555, 1. 12-13.
  • 58 Apotheosis Capnionis, ASD I, 3, p. 268, 1. 26-27.
  • 59 Le boucher du colloque ’Iχθυοφαγία ira consulter un théologien « trium linguarum et omnis politior (...)

« Bertulph. Ce mot est expliqué très clairement dans le livre que, par corruption, on appelle communément Mammetrectus et dont le vrai nom est Mammothreptus, c’est-à-dire « Nourrisson de la grand-mère ».
Albin. Pourquoi ce titre?
Bertulph. Pour faire comprendre que dans ce livre on ne trouve que des douceurs (meras delicias), les nounous (mammae), c’est-à-dire les grands-mères, ayant l’habitude de traiter leurs petits enfants avec plus d’indulgence que les mères leurs enfants.
Albin. Tu parles d’un ouvrage vraiment drôle. Je suis tombé dernièrement sur ce volume et j’ai failli crever de rire56
En même temps qu’il stigmatise l’enseignement désuet dont il a failli être la victime, Érasme ne cesse de recommander l’étude des belles-lettres, des trois langues et de tous les bons auteurs, qu’il faut « lire et relire encore », comme l’écho le rappelle au jeune homme57. Saint Jérôme descend sur terre pour emmener au ciel Reuchlin, egregius Ule trilinguis eruditionis phoenix58, tandis que les Muses rendent hommage aux professeurs du Collegium Trilingue, faisant regretter au scotiste Balbinus son ignorance du grec59. Ce n’est pas pour rien, enfin, que la plupart des inscriptions de la maison d’Eusèbe, l’hôte du Convivium religiosum, sont trilingues !

  • 60 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 380, 1. 177.
  • 61 Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 403-404. Cfr supra, p. 69-70.
  • 62 Ars notoria, ASD I, 3, p. 648, 1. 41-42 ; Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 405, 1. 64 sv. Voir au (...)
  • 63 Ars notoria, ASD I, 3, p. 648, 1. 40-41.
  • 64 Echo, ASD I, 3, p. 555, 1. 17.
  • 65 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1581-1583.
  • 66 Enchiridion, éd. Holborn, op. cit., p. 64, 1. 14.
  • 67 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1798-1801. Cfr supra, p. 64.

17Les belles-lettres ne sont pas seulement « le plus grand charme de la vie »60, elles apprennent à « bien vivre »61, elles différencient l’homme de la bête62. Elles peuvent même enrichir, élever aux honneurs et au pouvoir ceux qui les cultivent63. Ceux-ci doivent toutefois veiller à être similiter et pietatis studiosi64. Gaspar ne l’oublie pas, qui prie le Christ de « daigner éclairer son intelligence pour apprendre les belles-lettres afin de s’en servir pour sa gloire »65 : Litteras amas ? Recte, si propter Christum66. S’il ne nous parle pas de ses auteurs préférés, il précise qu’il ne s’abstient pas complètement de la lecture des poètes : « Je lis de préférence les plus convenables et, si je rencontre un passage un peu scabreux, je passe outre comme Ulysse se boucha les oreilles, lorsqu’il croisa les Sirènes67. »

  • 68 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 254, 1. 711-712.
  • 69 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 251, 1. 614-615.
  • 70 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 252, 1. 628.
  • 71 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 251, 1. 619.

18Les convives du Convivium religiosum ne négligent pas non plus les poètes : Chrysoglotte range même sans hésitation Virgile et Horace au nombre des élus68. C’est à tort que l’on appelle profane une littérature qui « nourrit la piété et conduit à l’amélioration des mœurs »69 et païens des auteurs à la lecture desquels on se sent devenir meilleur70 : « L’Esprit du Christ s’est répandu plus largement peut-être que nous le pensons71. » Les chrétiens ne doivent pas hésiter à convier les auteurs anciens à leurs « Pieuses agapes » ni à imiter les admirables vertus naturelles cultivées par les meilleurs de ces païens : ce sont des vertus chrétiennes, bien dignes d’un chrétien. Le Nηφάλιον συμπόσιον et le Convivium religiosum expriment avec force cet accord profond de la sagesse antique avec l’Évangile.

  • 72 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 251, 1. 615.
  • 73 Echo, ASD I, 3, p. 558, 1. 99-107. Cfr Ciceronianus, ASD I, 2, p. 621, 1. 10-12. Voir P. Mesnard, (...)
  • 74 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 177, 1. 1715-1723.
  • 75 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 176-177. Comme le faisait le jeune Ferdinand d’Autriche ; voir Alle (...)

19Naturellement, « la première place revient de droit à la Sainte Écriture »72. C’est une des raisons pour lesquelles le jeune homme qui passe sa vie dans Cicéron se fait traiter d’âne par son écho73. Gaspar se garde bien de commettre cette erreur. Plutôt que d’aller écouter un mauvais prédicateur, il lit l’Évangile et l’Épître du jour avec l’explication de quelque pieux et savant commentateur : « Je ne crois pas être complètement privé de sermon si j’entends Chry-sostome ou Jérôme me parler par écrit74. » Lorsqu’il assiste à la messe, c’est encore un passage de l’Épître ou de l’Évangile qu’il s’efforce de recueillir, afin de le graver dans sa mémoire et de le méditer. Il a d’ailleurs toujours sur lui un petit livre qui contient l’Évangile et l’Épître du jour : « Je les récite à voix basse ou je les lis des yeux75. »

  • 76 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1634-1635.
  • 77 La période des XVIe et XVIIe siècles fut celle des enfants modèles ; voir Ph. Ariès, op. cit., p. (...)
  • 78 Il a presque dix-sept ans (ASD I, 3, p. 177, 1. 1710) ; il est donc plus un adolescens (ASD I, 3, (...)

20Gaspar se défend d’être « un petit saint »76 mais il est de toutes les vertus le petit modèle77 ; il est pieux, et sa piété doit être celle de tous les jeunes gens de son âge78. Cette Pietas puerilis, il nous dit à la fois comment il la comprend et comment il la pratique. La religion consiste pour lui en quatre choses essentielles :

  • 79 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1529-1535.

21« Premièrement, concevoir une idée correcte et pieuse de Dieu et des Saintes Écritures ; ne pas seulement le craindre comme notre Seigneur mais l’aimer du fond du cœur comme le Père plein de bonté. Deuxièmement, prendre le plus grand soin de garder l’innocence, qui est de ne nuire à personne. Troisièmement, observer la charité, c’est-à-dire faire le bien à tous, dans la mesure du possible. Quatrièmement, garder patience, c’est-à-dire supporter patiemment les maux que nous subissons, si nous ne pouvons y remédier, sans nous irriter, sans rendre le mal pour le mal79. »

  • 80 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1536-1541. Sur la formule « pia doctrina et docta pietas », (...)
  • 81 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 173, 1. 1549 ; p. 175, 1. 1627-1628.
  • 82 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1595-1596.
  • 83 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1618-1619.
  • 84 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 173-174, 1. 1578-1583.
  • 85 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 176-177. Pour la première fois dans les Colloques, Érasme fait allu (...)

22Joignant en quelque sorte la docta pietas à la pia doctrina, notre adolescent s’efforce d’exprimer cet enseignement par sa conduite et il fait tous les soirs son examen de conscience80. La méditation et la prière occupent une place considérable dans sa vie. Il commence et il termine sa journée « au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit »81 et par une prière au Christ, qui est son compagnon de tous les instants. Il implore le secours du Christ à l’école, sachant qu’« il ne vient en aide qu’à celui qui travaille avec ardeur »82 ; il va adresser un court salut au Christ chaque fois qu’il passe devant une église et, si le temps lui manque, il le salue par la pensée83. Celui qu’il tente d’imiter n’est pas seulement le Jésus de l’histoire84, c’est le Christ en qui le baptême l’a incorporé, le Christ selon l’Esprit, le mystère qui vivifie et qui sauve85.

  • 86 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1746 : « Laudo quod sic es reli-giosus, ut tamen superstiti (...)
  • 87 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1639-1640.

23La religion de Gaspar est personnelle, intérieure, exempte de superstition86. S’il ne manque jamais un office, surtout les jours de fête87, il ne se croit pas obligé d’assister quotidiennement à la messe :

  • 88 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 176, 1. 1661-1668. Sur la superstition de ce temps à propos des « f (...)

« Je n’approuve pas ceux qui s’imaginent superstitieusement que leur journée se passera mal s’ils ne commencent pas par entendre la messe. A peine sortis de l’église, ils s’en vont trafiquer, piller, intriguer ; et tous les succès qu’ils obtiennent par les moyens les plus détestables, ils les imputent à la messe.
Erasmtus. Y a-t-il des gens aussi fous que cela?
Gaspar. La majeure partie du genre humain88

  • 89 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1648-1652. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 533, 1. 140 (...)
  • 90 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1739 sv. ; p. 179, 1. 1757-1758. Cfr Allen, Opus, t. V, p. (...)
  • 91 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 177, 1. 1725 sv.
  • 92 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1733 sv.

24Avant de s’approcher de l’autel, Gaspar prend soin de demander pardon à Dieu et de se réconcilier avec son frère89. Lorsqu’il veut communier, il se confesse en peu de mots à un prêtre, « instruit, sérieux, d’une vertu reconnue et discret »90. En outre, il se confesse tous les jours au Christ : « Cette confession-là est certainement la meilleure, car il n’est pas facile de se confesser au Christ. On ne se confesse à lui que lorsque l’on déteste du fond du cœur son péché91. » Il se contenterait de cette confession-là si les dignitaires de l’Église et l’usage reçu s’en contentaient92.

  • 93 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1813-1817.
  • 94 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1514 ; p. 173, 1. 1564-1565 ; p. 174, 1. 1584 sv. ; p. 175, (...)
  • 95 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 177, 1. 1708 sv.

25Gaspar n’est aucunement luthérien : soucieux de ne scandaliser personne, il garde respectueusement tout ce qui dans la tradition n’est pas formellement opposé à l’Écriture, au Heu de rejeter ce qui n’y est pas explicitement ordonné93. Il prie le Christ, mais aussi la Vierge et les saints94. S’il ne jeûne pas, c’est parce que sa croissance n’est pas encore achevée95, non par mépris des constitutions humaines.

  • 96 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, n. 1. 1733-1734.
  • 97 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1808-1809.
  • 98 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1518-1519.
  • 99 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1517.

26On pourrait croire qu’Érasme a voulu dresser le portrait d’un futur moine ou même d’un futur théologien. Il n’en est rien : Gaspar est un puer et un idiota96, qui ne sait pas encore ce qu’il va faire. La théologie lui plairait par-dessus tout, mais il en est « détourné par les mœurs de certains théologiens et par leurs disputes fastidieuses »97. Quant au froc, il l’endosserait « s’il procurait autant de piété que de chaleur »98. Érasme s’inscrit en faux contre l’idée que le costume a un rapport quelconque avec la piété, ce que semble croire l’interlocuteur de Gaspar : Si cupiam esse religiosus, patiar mihi iniici cucullam99.

  • 100 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 179, 1. 1778 ; p. 180, 1. 1791. Cfr supra, p. 49, n. 3.

27Si Gaspar n’a jamais été tenté d’entrer au couvent, bien qu’il ait été maintes fois sollicité par certaines personnes, qui voulaient « l’arracher au siècle comme à un naufrage », il n’exclut pas totalement la possibilité de se faire moine un jour. C’est une décision qu’il ne prendra pas avant sa vingt-huitième année, c’est-à-dire avant d’être un homme mûr et de se connaître parfaitement. C’est également à cet âge, et à cet âge seulement, qu’il décidera peut-être de se marier ou d’embrasser la prêtrise : « En effet, dit-il, j’entends dire de tous côtés que beaucoup de prêtres, de moines et de maris regrettent de s’être précipités aveuglément dans l’esclavage100. »

  • 101 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 63-65.
  • 102 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 386, 1. 403 ; Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 292, 1. 111.
  • 103 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 65.

28Le choix d’un état étant « de la plus haute importance pour le bonheur de la vie »101 et « tout ne convenant pas à tous »102, il importe de ne pas s’engager à la légère dans un genre de vie dont on ne pourra plus se dépêtrer. Comme l’a fait Glycion, un des vieillards du Senile colloquium, il faut peser longuement les avantages et les inconvénients de chaque condition103. Érasme ne fait rien d’autre dans les Colloques, se limitant toutefois à deux des genres de vie envisagés par Gaspar, la vie conjugale et la vie monastique. La prêtrise, en effet, ne retient guère son attention et, lorsqu’il en parle, c’est en général pour en dire du bien :

  • 104 Echo, ASD I, 3, p. 557, 1. 65-67.

Iuvenis. Ergo res praeclara est sacerdotium, si quis se in eo gerendo qualem oportet praebeat.
Echo. Beat104.

29Malheureusement, il y a beaucoup de mauvais prêtres, qui ne prêchent pas ou qui prêchent mal et qui ignorent les Saintes Écritures, comme le curé du colloque Franciscani :

  • 105 Franciscani, ASD I, 3, p. 394, 1. 191-199. Érasme cite ce proverbe (LB II, col. 387 C, n » 972) et (...)

« Il se prétend très instruit, mais tout ce qu’il a appris dans le domaine des lettres sacrées, il l’a appris sous le sceau de la confession, de telle sorte qu’il lui est défendu d’en faire part aux autres. Que pourrais-je ajouter, sinon ceci : Tel prêtre, tel peuple, et le pot a trouvé le couvercle qui lui convenait105. »

30Muets dans leur église, ces prêtres sont souvent trop bavards au dehors :

  • 106 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1750-1755.

« Il est reconnu que beaucoup d’entre eux répètent ce qui leur a été confié en confession. Certains, aussi impudents qu’imprudents, interrogent le pénitent sur des choses qu’il vaudrait mieux taire. D’autres, ignorants et stupides, et dans l’espoir d’un gain sordide, prêtent l’oreille plutôt que l’intelligence ; ils sont incapables de distinguer entre le bien et le mal, ils ne savent ni instruire, ni consoler, ni conseiller106. »

  • 107 Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 527, 1. 1172-1185 ; p. 533, 1. 1389-1405.
  • 108 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 688, 1. 80-82. Cfr Colossiens, 3, 3 ; Romains, 6, 2 ; Philippien (...)

31Si les prêtres des paroisses ne sortent pas grandis des Colloques107, que dire des moines ? Certains de ceux qu’Érasme met en scène sont pourtant des moines selon son cœur, « s’appliquant sincèrement à mourir au monde pour vivre au Christ »108 :

  • 109 Franciscani, ASD I, 3, p. 393, 1. 162-165.

« Nous faisons ce que nous pouvons, chacun suivant le talent que Dieu lui a donné, explique le franciscain Conrad109, nous consolons, nous exhortons, nous avertissons, nous reprenons, chaque fois que l’occasion s’en présente. Nous prêchons quelquefois, quand il nous arrive de rencontrer des pasteurs muets. S’il ne nous est pas donné d’être utiles, nous faisons en sorte de ne scandaliser personne par notre conduite et par nos propos. »

  • 110 Franciscani, ASD I, 3, p. 397, 1. 284-285.
  • 111 Dans Exequiae seraphicae, ASDI, 3, p. 692, 1. 218-220, Érasme n’épargne pas les Franciscains conve (...)
  • 112 Franciscani, ASD I, 3, p. 397, 1. 312. Même idée dans De contemptu mundi, LB V, col. 1261 E : « Ne (...)

32« Bouffons de ce monde », si modo sumus, quod profitemur110, ces Franciscains observants111, font la leçon aux mauvais prêtres, tout en invitant leurs frères à se retremper aux sources historiques et chrétiennes du monachisme : Olim monachi nihil aliud eramus, quam purior pars laicorum112.N’est-ce pas aussi le sens de la violente diatribe du curé qui, dans le colloque Funus, est la victime des moines mendiants :

  • 113 Funus, ASD I, 3, p. 540-541, 1. 113-125.

« Vous vous êtes introduits dans un monde encore crédule. Vous étiez humbles alors, car vous étiez peu nombreux ; certains d’entre vous étaient même pieux et instruits. Vous avez d’abord fait votre nid dans les champs et dans les hameaux, puis vous avez émigré vers les villes les plus opulentes, avant de gagner les beaux quartiers de chaque cité. Il y a tant de campagnes qui ne peuvent nourrir un prêtre : c’est là qu’était votre place. Maintenant, vous n’êtes que dans la maison des riches. Vous lancez les noms des papes, mais vos privilèges n’ont de valeur qu’en l’absence de l’évêque, du curé ou de son vicaire. Aucun d’entre vous ne prêchera dans mon église, aussi longtemps que je serai vivant. Je ne suis pas bachelier, saint Martin ne l’était pas et il portait cependant la mitre. Si je manque de culture, ce n’est pas à vous que j’en demanderai. Est-ce que vous vous imaginez que le monde est encore stupide au point de croire que tous ceux qui portent l’habit de François ou de Dominique ont hérité de leur sainteté ? Est-ce que ce que je fais chez moi vous intéresse ? Ce que vous faites vous dans vos tannières, comment vous traitez les vierges consacrées à Dieu, même le peuple le sait113. »

  • 114 Franciscani, ASD I, 3, p. 402, 1. 469-470.

33Dans le conflit qui oppose le clergé séculier au clergé régulier, Érasme prend volontiers parti pour le plus faible, mais il n’hésite pas à se ranger du côté des moines, lorsque ceux-ci prennent la place de prêtres indignes de leur tâche : Cras dignaberis aliquid dicere populo, supplie l’aubergiste114.

  • 115 Autres traces d’« anticléricalisme » dans Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 415 ; Ementita n (...)
  • 116 Cfr J. Huizinga, Le déclin du Moyen Age, 2e éd., p. 183-185, Paris, 1967.
  • 117 Franciscani, ASD I, 3, p. 401, 1. 442.
  • 118 Franciscani, ASD I, 3, p. 401, 1. 434-435. — Il a pourtant une « règle » rédigée en vers et accroc (...)

34Le dialogue de cet homme du peuple avec le franciscain Conrad illustre les contradictions que présente la vie religieuse de cette époque. Le mépris avoué de l’aubergiste pour les moines115 se concilie, on ne sait comment, avec sa profonde vénération pour leur fonction sacrée et son respect superstitieux pour la sainteté de leur habit116. A cet homme simple, qui se demande avec anxiété si un aubergiste peut aller au ciel117 et qui désespère de son salut parce qu’il n’a ni patron, ni habit, ni règle, et parce qu’il n’a pas fait profession118, un moine apporte ce qu’un curé a été incapable de donner. Au terme d’un colloque qui pourrait s’intituler « La confession du franciscain et de l’aubergiste », le premier justifie sa vocation et le second trouve la paix.

  • 119 Voir F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, p. 74-75. Érasme se justifie dans Exequiae seraphicae, (...)
  • 120 Voir infra, p. 245-246.
  • 121 Voir infra, p. 244-245.

35Franciscani n’a pas embarrassé que les historiens qui voient en Érasme un adversaire inconditionnel du monachisme119. Les théologiens parisiens eux-mêmes semblent n’avoir su que penser de ce colloque : ils rendent suspectes des répliques inoffensives, en les citant et en les interprétant de travers120, mais ils ne relèvent pas les passages où sont exprimées des idées dont nous savons par les censures des autres colloques qu’elles soulèvent leur indignation. Censurée et condamnée dans le De valetudine adversa121, l’allusion aux prétendues vertus curatives du froc monacal est curieusement admise dans Franciscani :

  • 122 Franciscani, ASD I, 3, p. 400, 1. 407-412.

« L’aubergiste. Certains malades désespéreraient de leur guérison, s’ils ne revêtaient l’habit dominicain. Certains même ne veulent être ensevelis que dans l’habit franciscain.
Conrad. Ceux qui font croire à ces choses sont des suborneurs ou des fous ; ceux qui les croient des superstitieux. Dieu ne distingue pas moins le vaurien sous le capuchon de saint François que sous la capote du soldat122

  • 123 Franciscani, ASD I, 3, p. 391, 1. 63-64.
  • 124 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 534, 1. 1426.

36On remarquera que c’est ici le moine qui désacralise son habit : Vestis ut neminem reddit meliorem, ita nullum reddit deteriorem123.Comme le marchand de poisson, il soutient qu’« il n’y a pas de vœux plus religieux que ceux du baptême »124 :

  • 125 Franciscani, ASD I, 3, p. 401, 1. 436-441.

« Demande à ton parrain et à ta marraine quel engagement tu as pris au baptême, quelle robe tu as reçue. Et tu te plains de ne pas avoir une règle humaine, alors que tu es soumis à la règle de l’Évangile ? Tu désires le patronage d’un homme, alors que tu as Jésus-Christ pour patron ? N’as-tu contracté aucun engagement à ton mariage ? Pense à ce que tu dois à ta femme, à tes enfants, à ta famille, et tu verras que ton fardeau est plus lourd que si tu avais embrassé la règle de saint François125. »

  • 126 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 295, 1. 220.
  • 127 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 690, 1. 126-129. Voir aussi Franciscani, ASD I, 3, p. 395, 1. 22 (...)
  • 128 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 698, 1. 414 ; Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 244, 1. 415-418
  • 129 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 699, 1. 450-452.

37C’est sur le baptême qu’Érasme fonde la vie chrétienne — Negocium pietatis agitur in baptismo126 — le baptême, où « chaque chrétien se voue entièrement à Dieu, lorsqu’il renonce à toutes les pompes et à toutes les volontés de Satan et lorsqu’il s’enrôle au service du Christ, son chef, pour combattre sous ses ordres pendant toute sa vie »127. Érasme ne cesse de répéter que l’« on peut atteindre la perfection évangélique dans chaque condition de la vie »128 et que « l’habit de moine n’est rien d’autre qu’un vêtement qui, par lui-même, ne vaut pas mieux que l’habit d’un matelot ou d’un cordonnier, à moins qu’il ne soit valorisé par la sainteté de celui qui le porte »129. Les vœux de religion n’ajoutent rien aux engagements du baptême :

  • 130 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 296, 1. 232-240. Cfr Allen, Opus, t. V, p. 264 (n° 1353, 1. 94-95) : (...)

« Les moines vantent l’obéissance. Est-ce que cette vertu ne sera pas tienne, si tu obéis à tes parents, comme Dieu te l’ordonne, si tu restes soumise à ton évêque et à ton curé ? Est-ce que tu manqueras à la pauvreté, si tout ce que tu possèdes est entre les mains de tes parents ? [...] J’ajoute que ta chasteté ne courra aucun péril, même si tu vis sous le toit paternel. Que reste-t-il donc ? Le voile, une chemise de lin que l’on porte par-dessus les vêtements au lieu de la porter sur la peau, certaines cérémonies qui en elles-mêmes ne conduisent pas à la piété et ne recommandent personne au Christ, lui qui ne se soucie que de la pureté de l’âme130. »

  • 131 S’adressant à des religieux, Jean Tauler de Strasbourg ne parlait pas autrement : « Sachez qu’il y (...)
  • 132 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 531, 1. 1341-1342 : « in veste aut cibo gloriam quaerere pharisaicum est (...)
  • 133 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 247, 1. 491-494.
  • 134 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 295, 1. 196 sv.

38Toute vie chrétienne doit être pauvre, chaste, obéissante ; elle peut l’être n’importe où, et pas seulement entre les murs étroits d’un couvent. La perfection chrétienne n’est pas l’apanage des moines, elle est accessible à tous les baptisés131 ; elle ne réside pas dans le genre de vie, dans le costume, dans la nourriture132, dans des pratiques qui conduisent à l’étouffement de la charité133, dans des cérémonies dont la tyrannie s’oppose à la liberté acquise au baptême134.

  • 135 Chantratne, op. cit., p. 142-143.
  • 136 Virgo uiooyauoç, ASD I, 3, p. 296, 1. 241-242 : « Catarina. Nova praedicas. — Eubulus. Sed verissi (...)
  • 137 ’IxOvoyayla, ASD I, 3, p. 532, 1. 1373-1374 : « Quod si viderem mali-ciam exuere, quicunque cucull (...)
  • 138 Cfr Philodoxus, ASD I, 3, p. 671, 1. 134-138 : « Sunt qui sic rapiantur ad institutum monasticum, (...)
  • 139 Il nous semble que l’on ne peut dire qu’Érasme « préfère les religieuses aux moines » (A. Renaudet(...)
  • 140 Virgo uiooyauoç, ASD I, 3, p. 293, 1. 154.
  • 141 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 297, 1. 271-273 ; Alia, ASD I, 3, p. 141, 1. 534-536 : « Aegidius. [ (...)
  • 142 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 293, 1. 154 sv. ; p. 292, 1. 104-109.
  • 143 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 293, 1. 119 sv. ; Exequiae seraphicae, ASD 1, 3, p. 698, 1. 448-449.
  • 144 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 297, 1. 273 (apparat critique).

39La critique érasmienne du monachisme propose un christianisme universel, valable pour les laïcs et pour les moines135. Moins nouvelle que ne semble le croire Catherine, la Virgo μισόγαμος136, cette doctrine s’explique par la dégradation de l’idéal monastique et par la décadence des monastères137 plus que par la vocation forcée de l’auteur ou par son aversion pour la vie conventuelle138. On peut d’ailleurs se demander si ce n’est pas pour éviter que l’on se méprenne sur ses intentions qu’Érasme s’intéresse surtout, dans les Colloques, aux couvents de femmes et aux vocations féminines139. Il ne « blâme pas une chaste communauté »140, et il ne voudrait pour rien au monde contrarier une vocation sincère et réfléchie141. Mais il met les jeunes filles en garde contre les apparences trompeuses142 et il les avertit des risques143 qu’elles courent en pure perte, puisque « tous les avantages que procurent les couvents, elles peuvent se les procurer dans la maison paternelle »144.

  • 145 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 532, 1. 1375-1376 : « Mihi vix contigit ullum ingredi monasterium Cartus (...)
  • 146 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 384, 1. 321.
  • 147 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 386, 1. 380. On notera qu’Érasme parle de son propre ordre religie (...)
  • 148 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 384, 1. 332-333.

40D’autre part, le tableau idyllique que dresse le chartreux de sa communauté et de sa vie ne doit pas nous abuser145. Les couvents d’hommes ne valent pas mieux que les couvents de femmes, comme en témoigne le récit de Pampire, qui les « a tous essayés » (Pampirus). Ayant décidé « ou de ne pas être moine ou d’être un moine authentique »146, ce vieillard qui est l’un des héros du Senile colloquium, a été successivement chanoine régulier de Saint-Augustin, chartreux, bénédictin, cistercien, brigittin, croisier, mais il a finalement renoncé à « poursuivre vainement une ’religion’qui le fuyait »147 : Ardebat animus amore sanctimoniae, nec usquam satis fiebat animo meo148.

  • 149 De utilitate Colloquiorum, ASD I, 3, p. 745, 1. 157-158.
  • 150 Antrone ressemble à l’abbé dont il est question dans ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 524, 1. 1070 sv.
  • 151 Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 405, 1. 79-80.
  • 152 Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 404, 1. 40.
  • 153 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 316.

41La vie pieuse du chartreux ne pourrait être que « triste et maussade, sans l’amour de l’étude »149. Érasme le suggère à peine dans le colloque, mais il le dit expressément dans le De utilitate Colloquiorum. Le moine a la chance de vivre dans un monastère dont le prieur ne ressemble pas à l’abbé inculte150 qui donne la réplique à la femme instruite. Antrone, qui se vante de n’avoir aucun livre dans sa cellule151, ne tolérerait pas, en effet, que ses moines soient toujours occupés à lire152. Il confisquerait sans nul doute la bibliothèque de ce chartreux, qui trompe l’ennui de sa solitude avec des compagnons aussi agréables que la Bible, les Pères et d’autres docteurs non minus eruditi quam docti153.

  • 154 Voir aussi Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 258, 1. 820.
  • 155 Voir aussi Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 372-378 ; Epicureus, ASD I, 3, p. 728, 1. 285 sv. ; Apotheo (...)
  • 156 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 293, 1. 140-141.

42Si les colloques Militis et cartusiani et Franciscani tendent à prouver qu’il y a des monastères où l’exercice de la vraie piété est possible154, qu’il y a de bons moines155 et même des moines heureux, Virgo μισόγαμος et Abbatis et eruditae constituent de sévères mises en garde : sed fac isthic nunc esse viros bonos ac doctos, cras erunt indocti ac mali. Et quicunque obtigerint, tibi erunt ferendi156. Ceux qui sont tentés par la vie monastique feront bien de ne pas « s’y jeter comme dans un puits » :

  • 157 Trop de vocations sont des vocations forcées ; voir ASD I, 3, p. 141, 1. 529-531 ; p. 179, 1. 1779 (...)
  • 158 Militis et cartusiani ASD I, 3, p. 315, 1. 36-39. Cfr Allen, Opus, t. IV, p. 441 (n° 1183, 1. 121- (...)

« En ce qui me concerne, dit le chartreux, j’y suis descendu lentement et de propos délibéré157, après m’être éprouvé moi-même et avoir étudié attentivement ce genre de vie ; j’avais vingt-huit ans, et à cet âge chacun peut se connaître soi-même158. »

  • 159 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 292, 1. 112-113.

43On croirait entendre le jeune héros de la Confabulatio pia, dont la sagesse est décidément étonnante. Peut-être après tout Gaspar se sera-t-il fait chartreux : cela n’aurait rien d’étonnant ! A moins qu’il n’ait fondé dans sa maison une communauté dont il serait le père et son épouse la mère : n’est-ce pas ce que le « bon conseiller » Eubule suggère à Catherine159 ?

  • 160 Voir aussi Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 698, 1. 448-449 : « Et ego arbitror pauciores esse st (...)
  • 161 ASD I, 3, p. 292, 1. 114.
  • 162 ASD I, 3, p. 300, 1. 71-73.

44La jeune fille ne s’est pas laissé convaincre et elle a eu à se repentir, non pas d’avoir méprisé le mariage, mais d’avoir préféré la « virginité monastique » à la « virginité domestique », d’avoir voulu entrer au couvent au lieu de vivre en nonne sous le toit de ses parents, où sa vertu aurait été beaucoup plus à l’abri160. Comment douter, en effet, que la raison très grave pour laquelle Catherine a changé si brusquement d’avis n’ait un rapport avec les turpitudes décrites par Eubule dans le dialogue précédent ? — « Je mourrai plutôt que de renoncer au vœu de virginité », disait la Virgo μισόγαμος161. — « J’étais bien décidée à me donner la mort, si l’on ne me faisait sortir sur-le-champ du monastère », raconte la Virgo poenitens162.

  • 163 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 284, 1. 248 ; p. 287, 1. 358. Cfr infra, p. 276. La formule n’appar (...)
  • 164 La formule est de E. V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, p. 310.
  • 165 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 280.

45La leçon à tirer de ces deux dialogues n’est pas qu’il vaut mieux se marier que d’entrer au couvent. S’il y a dans les Colloques quelqu’un qui tient ce langage, ce n’est assurément pas Eubule, ce jeune homme « de bon conseil », mais Pamphile, le héros du colloque du prétendant et de la jeune fille. C’est à dessein qu’Érasme a donné à ce personnage le nom d’un amoureux de comédie et ce n’est pas pour rien qu’il s’attarde à nous le montrer faisant une cour empressée à la jolie Marie. Follement épris de cette jeune fille, dont les tergiversations le mettent au supplice, Pamphile n’a qu’une idée : l’épouser au plus vite ; il est tellement impatient qu’il voudrait se marier tout de suite, per verba de praesenti163. Peut-on imaginer que ce procus ne soit pas un chantre passionné du Nunc est nubendum164 ? Que lui importe que la virginité soit favorabilis ac plausibilis apud omnes165 !

  • 166 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 282-284. L’argument figure déjà dans l’Encomium matrimonii (...)

« Si ta mère n’avait pas perdu la fleur de sa virginité, nous n’aurions pas la tienne. Et si, comme je l’espère, notre union n’est pas stérile, au lieu d’une vierge, nous en aurons plusieurs166. »

  • 167 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 286 : Pamphile exalte notamment les joies de la famille.
  • 168 Voir aussi Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 423-424 : « Et matrimonium huius gratius sit (...)

46Pamphile s’attache à démontrer que le mariage est non seulement un état de vie heureux, dont les avantages l’emportent de loin sur les inconvénients167, mais qu’il est même religieux et saint, puisque, s’il est vécu conformément à l’idéal chrétien, il permet de pratiquer la vertu de chasteté. Cette fois, Érasme fait plus qu’égaler la dignité du mariage à celle de la virginité monastique168 :

« Pamphile. Lequel mérite mieux la palme de la chasteté, celui qui se châtre ou celui qui, sans se faire eunuque, renonce à Vénus?
Marie. Le second, à mon avis ; le premier n’est qu’un fou.
Pamphile. Ceux qui, liés par un vœu, renoncent au mariage, ne se dépouillent-ils
as en quelque sorte de leur virilité?

  • 169 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 297-303.

Marie. Il me semble169

  • 170 Voir E. V. Telle, Erasmus Roterodamus. Dilutio..., p. 45, Paris, 1968.
  • 171 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 286-290. Cfr infra, p. 247-248, 277-278.
  • 172 Epicureus, ASD I, 3, p. 731, 1. 409-411. Voir aussi Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 58-69 ; cfr Ép (...)

47Dans la bouche de Pamphile, comme dans celle d’Érasme, mariage est synonyme de chaste coït dans le dessein d’avoir des enfants que l’on élèvera chrétiennement170. Un tel mariage ne diffère guère de la virginité ; union des âmes plus que des corps, il n’est qu’un long apprentissage de la tempérance, dans le but d’arriver un jour à vivre comme Marie et Joseph171. Érasme se fait assurément une idée très haute du mariage : « Personne n’aime sa femme avec plus d’ardeur que celui qui l’aime comme le Christ aime son Église, car l’amour qui se réduit à la seule satisfaction des sens ne mérite pas le nom d’amour172. »

  • 173 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285,1. 290-291 : « — Pamphilus. [...] Non enim statim pervenitur ad (...)

48Amour sacré, amour profane ! Sous la plume d’Érasme, ces deux notions, si souvent antinomiques, ne paraissent pas inconciliables. Dans la bouche d’un jeune homme de moins de vingt ans, la belle leçon de paulinisme matrimonial peut faire sourire. La manœuvre est pourtant habile : Marie semblant tenir tellement à sa virginité, Pamphile tente de la persuader que le mariage n’est qu’une autre forme de la virginité. Personne n’est dupe, ni le jeune homme, ni la jeune fille173.

  • 174 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 283, 1. 218-219.
  • 175 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 287, 1. 363-365.
  • 176 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 288, 1. 390 sv.
  • 177 Voir notamment ASD I, 3, p. 285, 1. 285 : « Attamen aiunt... » ; p. 286, 1. 318 : « Vulgus coniugi (...)
  • 178 Voir J. Coppens, art. cit., p. 448.
  • 179 Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 663, 1. 360-362 : « Quoties incla-matum est illis coelibem ess (...)
  • 180 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 286, 1. 308-313.

49Cette fiancée idéale est une bien piètre avocate du célibat. Il est vrai qu’elle n’est pas là pour cela, mais pour tempérer l’ardeur amoureuse du bouillant Pamphile et rappeler qu’« il faut bien réfléchir avant de contracter un engagement qui est irrévocable »174 et aussi qu’« un mariage ne se conclut pas sans l’autorisation des parents »175. La seule virginité à laquelle elle pense, c’est la sienne, qu’elle gardera jusqu’au mariage176. L’autre, si l’on peut dire, elle ne la défend qu’avec des lieux communs177. Pamphile, lui, tire ses arguments en faveur du mariage de l’Encomium matrimonii178.Comme Érasme, il demande que l’on cesse d’opposer la continence à la pratique d’un mariage chaste179. La continence n’est pas nécessairement une vertu et l’union conjugale un vice. Il est même des cas où la continence est condamnable : « Chaque fois que le mari réclame son dû à sa femme, surtout s’il est poussé par le désir d’avoir des enfants », mais même « s’il ne recherche que le plaisir » : Fas est monere, vel rogare potius blandius, ut temperet, pernegare instanti fas non est180.

  • 181 Dans Coniugium, ASD I, 3, p. 311, Xanthippe raconte comment elle s’est retrouvée enceinte à la sui (...)
  • 182 Epicureus, ASD I, 3, p. 731, 1. 413-414.
  • 183 Coniugium, ASD I, 3, p. 312-313, 1. 410-413.
  • 184 Coniugium, ASD I, 3, p. 309-310, 1. 303-321.

50S’il insiste sur la finalité procréatrice du mariage, Érasme ne nie pas l’existence du plaisir et il parle avec une grande liberté de l’amour physique181. Certes, « l’union charnelle n’est que la moindre des joies de la vie en commun »182, mais elle constitue le meilleur remède contre la débauche du mari183, en même temps qu’elle contribue à cimenter le couple : « Une femme doit faire tout son possible pour plaire à son mari dans l’acte conjugal, afin de ranimer et d’attiser ses feux et de dissiper ses chagrins et ses ennuis », sans oublier toutefois qu’une épouse n’a « pas de charme plus efficace que la probité de ses mœurs jointe à la douceur »184.

  • 185 Par la bouche de Fabulla, l’accouchée ; voir Puerpera, ASD I, 3, p. 455-457. Corneille Agrippa se (...)
  • 186 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 286, 1. 313-314. Voir aussi Coniugium, ASD I, 3, p. 311,1. 363 ; De (...)
  • 187 Senatulus, ASD I, 3, p. 629, 1. 9-10 ; 1. 17-18.
  • 188 Epicureus, ASD I, 3, p. 731, 1. 411-413. Cfr Juvenal, Satires, 11, 208. Polygame est un homme usé  (...)
  • 189 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 85.

51Si Érasme clame bien haut l’égalité des sexes185, il subordonne l’affranchissement matériel de la femme à ses devoirs d’épouse et de mère. Et le premier devoir de l’épouse est le debitum coniugale. Est-ce bien un devoir, d’ailleurs ? « Sur ce chapitre-là, dit Pamphile, je connais peu de maris qui aient à se plaindre de leur femme »186. Le point de vue de la présidente du Senatulus est évidemment différent : et viri nos pene delectamentis habeant, vixque hominis vocabulo dignentur, se plaint-elle, avant de déplorer, nouvelle Lysi-strata, que les femmes ne songent pas à s’unir pour défendre leurs intérêts : Solae omnium animantium mulieres nunquam coimus. — Saepius quam decet, réplique une de ses auditrices187 ! Aussi Érasme rappelle-t-il que l’intimité conjugale est d’autant plus douce qu’elle est moins fréquente, — Voluptates commendat rarior usus, comme dit le poète188, — et qu’on se marie pour la postérité plus que pour la volupté189.

  • 190 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 127 : « liberorum causa duxeram uxorem».
  • 191 Echo, ASD I, 3, p. 556, 1. 36-40 : « Atqui cum talibus morte durior est vita. — Vita».
  • 192 Senatulus, ASD I, 3, p. 632, 1. 87-89 ; 1. 92.
  • 193 Echo, ASD I, 3, p. 556, 1. 48 ; cfr Genèse, 2, 18. Voir aussi De captandis sacerdotiis, ASD I, 3, (...)
  • 194 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 287-288. Voir aussi Montaigne, Essais, III, 5.
  • 195 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 595, 1. 149-150. Érasme propose quelques mesures concrètes pour lutt (...)
  • 196 Le mariage de Xanthippe et de Nicolas est sans doute un mariage clandestin ; cfr Coniugium, ASD I, (...)

52On doit se marier en effet pour avoir des enfants190, et le plus grand malheur qui puisse arriver à un homme est sans doute d’épouser une femme stérile191. Dans le parlement féminin projeté par les héroïnes du colloque Senatulus, les mères de famille nombreuse siègeront au premier rang et les femmes stériles au tout dernier192. S’il n’est pas bon que l’homme soit seul193, on ne se marie pas pour soi, mais pour le Christ et pour l’État194. C’est une des raisons pour lesquelles Érasme attache tant d’importance à la santé des conjoints, allant jusqu’à réclamer l’intervention des pouvoirs publics, afin que l’État ne soit pas administré un jour par des gens qui ne se portent bien ni au physique ni au moral195. Si Érasme condamne les mariages clandestins, qui sont en général des mariages d’amour196, il dénonce les mariages de raison, quand ils sacrifient une jeune fille à un vieillard malade :

  • 197 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 597, 1. 207-219. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 534, 1. 1438 s (...)

« Gabriel. Celle qui épouse sciemment un malade mérite peut-être son malheur, parce qu’elle se l’est attiré elle-même. Néanmoins si j’étais prince, je prononcerais la séparation de corps de ces époux. Mais si une jeune fille se mariait à un homme atteint de cette lèpre, alors qu’il se serait faussement déclaré sain, et que l’on me nommât souverain pontife, je romprais ce mariage, s’appuyât-il sur cent contrats en forme.
Pétrone. Sous quel prétexte ? L’homme ne peut pas rompre un mariage régulièrement contracté.
Gabriel. Quoi ! tu trouves régulier un mariage contracté frauduleusement ? Le contrat est nul, si la jeune fille trompée épouse un esclave qu’elle croyait libre. L’époux de celle-ci est l’esclave de la plus misérable des maîtresses, la gale, esclavage d’autant plus triste que cette maîtresse n’affranchit jamais personne et que nul espoir de délivrance ne console du malheur de la servitude.
Pétrone. Tu as trouvé un bon argument197

  • 198 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 600, 1. 312-313.

53L’infortunée jeune femme que des parents indignes ont forcée à s’unir à un vieillard syphilitique « n’a plus qu’à accepter son malheur, afin d’être moins malheureuse, à opposer la main aux baisers de son mari et à coucher avec lui armée »198.

  • 199 Coniugium, ASD I, 3, p. 305, 1. 126-127 ; p. 310, 1. 330-331 ; p. 312, 1. 383-384.

54Bien qu’un mariage comme celui-là ne mérite pas son nom (῎Aγαμος γάμος sive Coniugium impar), la femme devra en effet partager le toit et le lit de son époux jusqu’à la fin de ses jours199 :

  • 200 Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 79-85 ; voir aussi p. 312, 1. 378 : « Iam non est tibi cogitandum (...)

« Eulalie. Quel que soit ton mari, sache bien que tu n’as pas le droit d’en changer. Autrefois, quand la discorde était irrémédiable, le divorce était le dernier remède. Il est maintenant supprimé. Jusqu’au dernier jour de ta vie, ton mari sera ton mari et tu seras sa femme.
Xanthippe. Que le ciel confonde ceux qui nous ont ôté ce droit !
Eulalie. Surveille tes paroles, c’est le Christ qui l’a voulu ainsi.
Xanthippe. J’ai peine à le croire200. »

  • 201 Coniugium, ASD I, 3, p. 304, 1. 106 ; Epicureus, ASD I, 3, p. 731, 1. 416.
  • 202 Coniugium, ASD I, 3, p. 310-311, 1. 335-340.
  • 203 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 283, 1. 221-224. Sur le thème de l’amour aveugle, voir E. Panofsky, (...)

55Une décision qui engage toute la vie ne peut être prise à la légère. L’attachement que la beauté seule inspire étant ordinairement passager201, il faut faire son choix non oculis solum, verum etiam auribus : « On choisit un mari avec les yeux quand on ne considère que les avantages de sa personne, et avec les oreilles quand on s’informe avec soin de ce que le monde dit de lui202. » L’amour est souvent aveugle, mais l’amour que la raison fait naître a des yeux : « Ce n’est pas parce que je t’aime que je te vois ainsi, mais je ne t’aime que parce que je te vois telle que tu es203. »

  • 204 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 84-85.
  • 205 « Et vestrum est ambire, dit Marie à Pamphile, nobis decorum non est » ; voir Proci et puellae, AS (...)
  • 206 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 284, 1. 240-241 ; Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 77-78. Su (...)
  • 207 Epithalamium Petri Aegidii, ASD I, 3, p. 414, 1. 95-122. Le mariage d’une vieille femme avec un ho (...)
  • 208 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 80. Nicolas, l’époux de Xanthippe, n’a que vingt-quatre an (...)
  • 209 ASD I, 3, p. 141, 1. 511-512 : « Vide ne parum tutum sit virginem tam grandem detinere domi. Quaer (...)
  • 210 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 591, 1. 9. — On rappellera qu’en Utopie, les filles se marient à vin (...)

56L’amour doit naître du mariage : alii prius diligunt, quam deli-gant, dit Glycion, ego iudicio delegi quam diligerem204. Le jeune homme205 portera son choix sur une personne de même rang, de même condition et de même fortune, sans attacher une importance excessive à la dot206. La différence d’âge entre les conjoints ne doit pas être trop grande : le couple idéal est celui formé par un iuvenis et une virguncula, car il a toutes les chances d’être fécond207. Si Gaspar a pris la sage résolution de ne pas convoler avant sa vingt-huitième année, Glycion s’est marié à vingt-deux ans208 et Pamphile rêve de l’imiter, alors qu’il n’a sans doute pas vingt ans. A une époque où le mariage est considéré comme une mesure de prudence209, les filles se marient plus jeunes encore : Iphigénie, l’épouse sacrifiée du Coniugium impar n’a que seize ans210.

  • 211 Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 86-87.
  • 212 Coniugium, ASD I, 3, p. 310, 1. 336-337.
  • 213 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 447. Voir aussi Encomium matrimonii, ASD I, 2, p. 423, (...)
  • 214 Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 89 ; p. 310, 1. 307 ; Senatulus, ASD I, 3, p. 631, 1. 80.
  • 215 Coniugium, ASD I, 3, p. 302 sv.
  • 216 Coniugium, ASD I, 3, p. 302-303, 1. 55-62 ; p. 312, 1. 381-383 ; Puerpera, ASD I, 3, p. 456, 1. 92 (...)

57Une fois mariés, les époux doivent faire en sorte de vivre en parfaite harmonie, chacun s’adaptant aux goûts et au caractère de l’autre211. Il n’est plus temps d’accuser, mais il n’est jamais trop tard pour guérir212. Aux hommes, Érasme rappelle que c’est souvent de leur faute, si leur épouse est mauvaise : Saepe nostro vicio malae sunt uxores213. Il tient exactement le même langage aux femmes : Non minimum momenti est in uxoribus guales sunt mariti214. Autrement dit, l’épouse doit s’efforcer de dompter son mari, comme on dresse un cheval sauvage : elle doit l’adoucir par ses ménagements, ne pas le brusquer, fermer les yeux sur ses torts et se le concilier peu à peu à force de prévenances, d’égards et de douceur215. C’est elle qui doit faire toutes les concessions, car saint Paul dit que les femmes doivent être soumises à leur mari, qui est leur maître216.

  • 217 Coniugium, ASD I, 3, p. 302, 1. 34 : « St, teipsam dehonestas, cum dehonestas maritum » ; Senatulu (...)

58L’épouse doit éviter de se plaindre, surtout en public : en déshonorant son mari, elle se déshonore elle-même217. Qu’elle veille plutôt à remplir de son mieux les tâches qui lui incombent :

  • 218 Coniugium, ASD I, 3, p. 312-313, 1. 402-413 ; p. 305, 1. 132 sv.

« Fais en sorte que tout brille dans la maison, afin que ton mari n’éprouve pas le besoin d’en sortir. Montre-toi affable envers lui, sans jamais oublier que la femme doit à son mari un certain respect. Chasse la tristesse, mais abstiens-toi d’une légèreté excessive ; ne sois ni prude ni lascive. Que ton ménage soit bien tenu. Tu connais les goûts de ton mari ; prépare-lui ses plats préférés. Montre-toi prévenante et aimable avec ses amis ; invite-les souvent à ta table. Fais en sorte que tes convives soient pleins de gaité et d’entrain. Si, égayé par le vin, ton mari prend sa guitare, accompagne-le de la voix. Tu l’habitueras ainsi à rester à la maison et tu feras des économies. Il finira par se dire : Ne suis-je pas un grand sot d’aller manger dehors avec une prostituée au détriment de mon bien et de ma réputation, lorsque j’ai chez moi une femme cent fois plus charmante, qui m’aime davantage, et auprès de laquelle je trouve plus de luxe et d’élégance218. »

  • 219 Érasme ne signale pas l’importance de la musique dans la formation de l’enfant (cfr J.-C. Margolin(...)
  • 220 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 691 C : « Post auditam igitur communem concionem, mar (...)
  • 221 Coniugium, ASD I, 3, p. 306, 1. 186-189. Voir aussi Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 447 (...)
  • 222 Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 405, 1. 72 ; Senatulus, ASD I, 3, p. 629, 1. 8.
  • 223 Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 664, 1. 420.

59L’époux, de son côté, doit former l’esprit de son épouse, lui enseigner la littérature et la musique219, l’habituer à rendre compte de ce qu’elle a entendu au sermon220, l’initier à toutes les connaissances qui peuvent un jour lui être utiles221. Le fuseau et la quenouille ne sont pas les seules armes féminines, quoi qu’en pense l’abbé Antrone222. Les femmes ont accès à la culture, à l’instruction, aux livres grecs et latins, à la Bible, traduite en langue vulgaire : sed coeperunt et foeminae sapere223.

  • 224 Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 63.

60Champion de l’émancipation intellectuelle et spirituelle de la femme, Érasme reste un homme de son temps. En bon disciple de saint Paul, il rappelle que l’homme est le chef de la femme, même s’il n’a sur elle aucune supériorité naturelle : s’il est égalitaire, le mariage n’en est pas moins hiérarchisé. Toute femme est d’abord une épouse et une mère, c’est-à-dire une servante224, mais elle n’est pas inférieure à l’homme et, comme lui, elle a droit au bonheur.

  • 225 De rébus ac voeabulis, ASD I, 3, p. 568, 1. 62-63.
  • 226 Les sauvages décrits dans Franciscani punissent sévèrement les hommes adultères ; voir ASD I, 3, p (...)

61Érasme stigmatise les maris qui préfèrent leurs chevaux à leur femme et à leurs enfants225 et, lorsqu’il dénonce l’infidélité conjugale, c’est toujours celle du mari226.

  • 227 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 440-448 ; Funus, ASD I, 3, p. 550, 1. 461 sv.
  • 228 Naufragium, ASD I, 3, p. 329, 1. 136-140. Cette femme est la « virago » type (cfr infra, 1. 186 : (...)
  • 229 Allen, Opus, t. XI, p. 96 (n° 3002, 1. 617-625) : « Ipse quidem, tametsi parum aut nihil in latina (...)
  • 230 Coniugium fut traduit en allemand dès 1524 (cfr B.B., E. 790, E. 791, E. 792, E. 796), en espagnol (...)
  • 231 Senatulus, ASD I, 3, p. 631, 1. 74-75.

62La femme sort grandie des Colloques : elle n’est plus la pire incarnation du mal, elle est la compagne de l’homme, son amie et son modérateur, comme se plaisent à le reconnaître les maris mis en scène par Érasme227. Si les fripouilles ne manquent pas dans les Colloques, elles sont toutes de sexe masculin, et, sur le bateau qui fait naufrage, c’est une femme qui a la conduite la plus digne : « Elle était la seule à ne pas crier, à ne pas pleurer, à ne pas faire de vœux. Serrant son bébé dans ses bras, elle se contentait de prier tout bas »228. Les héroïnes érasmiennes forcent et méritent le respect. Le public féminin ne s’y est pas trompé, qui a réservé un accueil enthousiaste aux colloques matrimoniaux, en particulier à Coniugium229. Ce dialogue, qui ferait sans doute sourire les féministes d’aujourd’hui, a été le premier traduit dans les principales langues vulgaires230 : n’est-ce pas qu’il donnait du couple une image qui satisfaisait les femmes du temps, heureuses de pouvoir exprimer enfin leurs « légitimes revendications »231 ?

  • 232 Comme le fera comprendre à ses lectrices le traducteur espagnol du colloque Coniugium ; voir M. Ba (...)
  • 233 Puerpera, ASD I, 3, p. 455-456, 1. 88-108.

63Sans doute, l’auteur des Colloques ne tient-il pas à s’aliéner les hommes, mais il ne peut cacher sa sympathie pour leurs épouses. Attendre des femmes plus de compréhension et de finesse, leur demander de prendre l’initiative de l’entente, c’est montrer que l’on a une meilleure opinion d’elles que de l’autre sexe232 : Uter infirmior, qui cedit alteri, an cui ceditur, demande Fabulla, l’accouchée, « et quel est le sexe qui l’emporte par l’ivrognerie, les querelles, les rixes, les meurtres, les guerres, les rapines, les adultères » ? Eutrapèle, le défenseur du sexe fort, élude la question : « Seuls les hommes font la guerre pour la patrie. » — « Ce sont eux aussi qui souvent désertent leur poste pour s’enfuir lâchement, réplique Fabulla, et ce n’est pas toujours pour la patrie, mais plus fréquemment pour un petit salaire de misère que vous abandonnez femme et enfants, et que, pires que des gladiateurs, vous vous réduisez volontairement à la nécessité servile de tuer ou d’être tués233. »

  • 234 Militaria, ASD I, 3, p. 155, 1. 982-983 ; Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 318, 1. 135-136.

64Les thèmes les plus divers défilent dans les Colloques, surgissant parfois là où on les attend le moins. Ainsi le thème de la guerre dans ce dialogue, Puerpera, dont une mère et son bébé sont les personnages principaux. Il est vrai que ces deux êtres sont souvent les premières victimes de la folie guerrière de l’homme234.

  • 235 Si Érasme dit volontiers du mal des médecins (voir notamment ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 499 ; Funus (...)
  • 236 Militaria, ASD I, 3, p. 156, 1. 1005-1006.

65De tous les métiers représentés dans les Colloques235, celui du soldat est assurément celui sur lequel Érasme s’attarde le plus, afin d’en inspirer l’horreur à ses lecteurs : « Beau métier que de brûler des maisons, piller des églises, déshonorer les nonnes, dépouiller les malheureux, massacrer les innocents236. »

  • 237 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 568, 1. 65-66 : « An non tales sunt, qui procurrunt in militia (...)
  • 238 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 317, 1. 110-112.
  • 239 Militaria, ASD I, 3, p. 156, 1. 997-999, 1. 1007-1008.

66Trompé par une fausse théologie de la guerre, le mercenaire perd son âme en même temps qu’il expose sa vie237. Sans doute peut-on excuser un citoyen qui prend les armes pour défendre sa patrie : il se bat « pour sa femme et ses enfants, pour ses parents et ses amis, pour ses autels et ses foyers, pour la tranquillité publique »238. Mais ce n’est pas le patriotisme, c’est la cupidité qui fait de beaucoup d’hommes des combattants : « J’ai l’impression que bien peu se font soldats pour des motifs plus nobles que les miens », avoue le mercenaire Thrasymaque, dont l’inconscience est stupéfiante : « Les bouchers sont bien payés pour tuer des bœufs, pourquoi nous reprocher de tuer des hommes239 ? »

  • 240 Militaria, ASD I, 3, p. 156, 1. 1001 sv. ; Dulce bellum inexpertis, trad. Y. Remy et R. Dunil-Marq (...)
  • 241 Sur ce thème, voir R. Regout, Erasmus en de theorie van den recht-vaardigen oorlog, dans Bijdragen (...)

67Dans les Colloques comme dans le Dulce bellum inexpertis, Érasme s’en prend aux « rabbins »240 et aux prêcheurs qui proclament que la guerre est juste, sainte et pie241 :

  • 242 Charon, ASD I, 3, p. 578, 1. 54-60. Voir aussi ibidem, p. 581, 1. 102-103 : « Ex his qui pereunt i (...)

« Ce qui rend plus étonnante encore la force d’âme de ces hommes, c’est que ces hérauts de Dieu tiennent les mêmes propos à chacun des adversaires. Aux Français ils prêchent que Dieu combat pour la France et qu’on ne saurait être vaincu quand on a un tel protecteur. Aux Anglais et aux Espagnols, ils disent que cette guerre n’est pas conduite par l’empereur, mais par Dieu ; qu’ils montrent leur valeur, et la victoire est à eux. D’ailleurs, le combattant frappé à mort ne périt pas : il s’envole vers le ciel, avec armes et bagages242. »

  • 243 Charon, ASD I, 3, p. 578, 1. 62-63.
  • 244 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 317, 1. 106-108.
  • 245 Militaria, ASD I, 3, p. 157, 1. 1050-1051.

68Érasme détrompe tous ceux dont « la jeunesse, l’inexpérience, la soif de la gloire, la passion et une naturelle propension à marcher là où on les mène » font des proies faciles pour « les contrefacteurs de la religion »243. Il n’est pas de pire crime que de juguler contre salaire des chrétiens qui ne vous ont jamais rien fait244 et c’est à ses risques et périls qu’un mercenaire se croit absout d’un tel péché : Dieu ne sera peut-être pas aussi satisfait que les commissaires aux indulgences et les confesseurs sans cervelle ni jugement245.

  • 246 Militaria, ASD I, 3, p. 155-156, 1. 984-988 ; Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 318, 1. 132-134. (...)
  • 247 Militaria, ASD I, 3, p. 154, 1. 942 ; p. 155, 1. 972-981.
  • 248 Les allusions à la syphilis sont très nombreuses dans les Colloques : voir ASD I, 3, p. 335-336, 1 (...)
  • 249 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 318, 1. 156 sv.
  • 250 Militaria, ASD I, 3, p. 155, 1. 964-966.
  • 251 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 317, 1. 117-120.

69L’auteur des Colloques excelle à démythifier le prestige des armes. Ses deux mercenaires reviennent de la guerre comme des mendiants, car ils ont abandonné leur maigre solde et le fruit de leurs rapines aux prostituées, aux cabaretiers et à ceux qui les ont battus aux dés : « Il est naturel que l’argent mal acquis soit encore plus mal employé246. » Ces deux malheureux ne sont plus que des infirmes : l’un traîne la jambe, car il s’est estropié en prenant la fuite247, l’autre traînera toute sa vie un cadavre pourrissant puisqu’il a contracté le mal espagnol248. Beau butin en vérité, que cette lèpre qu’il va communiquer à ceux qu’il devrait chérir le plus249 ! Nos deux lansquenets ont-ils au moins assouvi leur soif de gloire ? Même pas. Thrasymaque, « l’audacieux au combat », a été rapidement dépassé par les événements : « Il y avait tant de tintamarre, de fracas, de bruits de trompettes, de sonneries de cuivres, de hennissements de chevaux et de vociférations que je ne comprenais plus rien à ce qui se passait. C’est à peine si je savais encore où je me trouvais moi-même250. » Voilà le vrai visage de cette « guerre, douce à ceux qui ne l’ont pas faite » ! « Être soumis à n’importe quel centurion barbare, qui vous contraint, souvent par de longues marches de nuit, à gagner tel lieu qui lui plaît ou à en revenir, qui vous expose au feu des bombardes et vous ordonne de rester accroché à telle position pour tuer l’ennemi ou pour être tué251. »

  • 252 Érasme parle en termes amers de la colonisation ; voir ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 505, 1. 338-339 : (...)
  • 253 ASD I, 3, p. 138, p. 134-135.
  • 254 Puerpera, ASD I, 3, p. 454, 1. 44 sv. Ce passage provoquera de vives réactions en Espagne, voir M. (...)
  • 255 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 507. Cfr L.-E. Halkin, Érasme entre François Ier et Charles-Quint, dans (...)

70Le thème de la paix, qui a hanté la conscience d’Érasme durant toute sa vie, est un des thèmes majeurs des Colloques, œuvre de sa vie. Le journal de ce militant de la paix est la chronique des guerres fratricides, politiques, sociales et religieuses qui déchirent l’Europe252. Dans l’édition de mars 1522, plusieurs personnages évoquent la reprise des hostilités entre le coq français et l’aigle impérial253 ; dans Puerpera, Eutrapèle dresse un tableau fort sombre de la situation européenne après la bataille de Pavie et il ne suit pas Charles-Quint dans son rêve d’hégémonie universelle254 ; dans ’Iχθυοφαγία, le poissonnier prêche la réconciliation entre les princes ohrétiens et il invite l’empereur à faire libérer le roi de France, son frère255.

  • 256 Le pacifisme et l’évangélisme politique d’Érasme sont fondamentalement théologiques et mystiques ; (...)
  • 257 Querela pacis, LB IV, col. 626 C ; Dulce bellum inexpertis, trad. Y. Remy et R. Marquebreucq, p. 4 (...)
  • 258 Charon, ASD I, 3, p. 578, 1. 47.
  • 259 Charon, ASD I, 3, p. 577, 1. 30-39.
  • 260 Charon, ASD I, 3, p. 582, 1. 132-133.
  • 261 Charon, ASD I, 3, p. 583, 1. 140-148.
  • 262 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 521, 1. 962-963. Cfr Inquisitio, ASD I, 3, p. 373-374. Sur la peine du f (...)

71Initiés aux mêmes mystères, nourris aux mêmes sacrements, les chrétiens n’ont pas le droit de se battre entre eux256. Le christianisme n’est pas autre chose qu’une vraie et parfaite amitié257. C’est la leçon du colloque Amicitia, une leçon répétée inlassablement par « ce polygraphe qui ne prêche qu’à des sourds », comme dit Alastor à Charon258. Qu’Érasme ait pu insérer ce dialogue écrit en avril 1523 dans l’édition des Colloques de mars 1529 témoigne en effet de la vanité de ses efforts. La « plainte de la paix persécutée » n’a pas été entendue : outre qu’« il n’est pas une province chrétienne qui échappe aux horreurs de la guerre », « une épidémie nouvelle, née de la diversité des opinions, a si bien faussé les esprits qu’il n’est plus sur terre de véritable amitié »259. Charon peut dormir sur ses deux oreilles : « D’ici dix ans aucune paix n’est à redouter260. » Il peut sans crainte investir « tout ce qu’il a pu amasser en trois mille ans » dans l’achat du bois nécessaire à la construction d’une nouvelle barque. C’est ce qui justifie sa présence sur la terre : les champs Élysées ont en effet été déboisés « pour achever de brûler les ombres des hérétiques ». Le nautonier des Enfers risque toutefois de rentrer bredouille, car les humains n’ont pas trouvé une façon plus économique (minore sumptu) de lutter contre l’hérésie261. Il en existe pourtant une, qui est d’ailleurs donnée par le marchand de poisson : Et sanandi tempus nunc est, puniendi post futurum est262.

  • 263 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 399, 1. 355-365. — Érasme ne fait aucune distinction entre les mer (...)

72Personne n’est oublié dans le réquisitoire d’Érasme contre la guerre, ni ceux qui la déclarent, ni ceux qui la prêchent, ni ceux qui la font, et ces derniers sont assurément les plus pitoyables. Le seul général sous les ordres duquel un chrétien doit combattre est le Christ et le seul combat légitime est le combat spirituel. On ne peut être un véritable soldat du Christ sous le déguisement ridicule du mercenaire263.

  • 264 Echo, ASD I, 3, p. 557, 1. 82-83.
  • 265 Echo, ASD I, 3, p. 558, 1. 93-94.
  • 266 Amicitia, ASD I, 3, p. 709, 1. 299 sv. ; Philodoxus, ASD I, 3, p. 671, 1. 123 sv.
  • 267 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 386, 1. 406.
  • 268 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 407. Sur ce proverbe utilisé notamment par Cicéron, Lettre (...)
  • 269 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 90-96.
  • 270 Echo, ASD I, 3, p. 558, 1. 95-96.
  • 271 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 383, 1. 238-240.
  • 272 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 385, 1. 347-359 ; Πτωχολογία, ASD I, 3, p. 434, 1. 49 sv.
  • 273 Amicitia, ASD I, 3, p. 709, 1. 298-299 : « Sunt qui felicitatem petant a magicis artibus, sunt qui (...)
  • 274 Inquisitio, ASD I, 3, p. 367, 1. 86-88.

73La gent militaire ne vaut pas tripette, lance l’écho264. Le jeune homme voudrait pourtant bien savoir quelle carrière il doit embrasser. Bons ou mauvais, tous les métiers permettent de manger265, mais ils ne rendent pas nécessairement heureux. Le plus sûr moyen de trouver le bonheur est de renoncer au genre de vie pour lequel on éprouve une répugnance secrète et, en excluant toujours ce qui est immoral, d’adopter celui par lequel on se sent attiré266, sans oublier qu’aucun n’est exempt d’inconvénients267. Une fois que l’on a conquis Sparte, il faut l’embellir, comme dit le proverbe268. Aucun métier n’est déshonorant pourvu que celui qui l’exerce s’efforce de l’ennoblir par son travail269. Certes, il est préférable de persévérer dans l’étude des belles-lettres270, afin de devenir heptotechnus, plutôt que de renoncer aux arts libéraux pour se faire monotechnus271, mais il vaut mieux être artisan et exercer honnêtement un métier manuel que de pratiquer un art « illibéral », comme l’alchimie ou la chiromancie. Si ridicules qu’ils soient, ces arts-là nourrissent assurément leur homme, « tant il y a partout de fous et de folles »272. Érasme dénonce les imposteurs et il démonte les impostures les plus classiques, mais il avertit surtout ses lecteurs de ne pas rechercher le bonheur dans la magie ou dans l’astrologie273. « Je mets toute ma confiance et mon espoir en Dieu seul, dit Barbatius dans Inquisitio, détestant Satan, toute idolâtrie et tout ce qui touche à la magie274. »

  • 275 Allen, Opus, t. VII, p. 462 (n° 2037, 1. 88-89) ; De utilitate Colloquiorum, ASD I, 3, p. 746, 1. (...)
  • 276 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 693, 1. 236 sv. Sur cette affaire, voir R. Reuss, Le procès des (...)

74La magie revêt de multiples formes et ses artifices causent de grands dommages à la piété : « Les chrétiens croiraient plus fermement ce qu’ils lisent dans les lettres sacrées s’ils n’ajoutaient pas foi à n’importe quelle fable humaine275. » La supercherie décrite dans Exorcismus n’est rien à côté de la « comédie d’une impiété monstrueuse », tramée à la même époque par quatre dominicains de Berne, dans le but de « persuader à l’aide d’apparitions et de miracles supposés que la Vierge Mère avait été souillée par la tache originelle »276.

  • 277 Hippoplanus, ASD I, 3, p. 430-432.
  • 278 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 569, 1. 127 sv.
  • 279 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 597, 1. 202 sv. Aussi Érasme voudrait-il que les autorités publiques (...)
  • 280 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 568, 1. 89 sv.
  • 281 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 569, 1. 100-103.
  • 282 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 569, 1. 124-128 ; ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 534, 1. 1445-1450. (...)
  • 283 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 569, 1. 119-122.
  • 284 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 567, 1. 40.

75Les imposteurs sont partout et dans tous les milieux : marchands de chevaux peu scrupuleux277, hommes d’affaires véreux278, vendeurs de produits trafiqués ou avariés279, débiteurs indélicats280, artisans qui ne respectent pas les délais281, intendants des finances qui ruinent les particuliers en dévaluant la monnaie282, tuteurs qui dilapident les biens de leurs pupilles283, prétendus chevaliers, faux nobles. Les exemples ne manquent pas dans les Colloques, et « l’on pourrait en ajouter beaucoup d’autres »284 :

  • 285 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 567, 1. 36-39.

« Beatus. Et si quelque dialecticien se présentait pour définir exactement ce qu’est un roi, un évêque, un magistrat, un philosophe, peut-être trouverions-nous des gens qui aimeraient mieux le titre que la chose.
Boniface. A coup sûr, si le roi est celui qui, par ses lois et par sa justice, a en vue l’intérêt de son peuple et non le sien ; l’évêque celui qui se consacre tout entier à la garde du troupeau du Seigneur ; le magistrat celui qui veille de tout son cœur au bien de l’État ; le philosophe, celui qui négligeant les avantages de la fortune, ne vise qu’à acquérir la sagesse285. »

  • 286 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 567, 1. 43-47.
  • 287 Philodoxus, ASD I, 3, p. 668, 1. 26 ; Nηφάλιον συμπόσιον, ASD I, 3, p. 646, 1. 96-99. Érasme cite (...)
  • 288 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 612, 1. 16-17.
  • 289 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 619, 1. 233-236.

76Il est à craindre que l’homme ne perde bientôt son nom, car il est en train de perdre la raison286. Au lieu de s’efforcer de se montrer tel qu’il veut paraître287, il fait plus de cas du mot que de la chose, se disant que, « lorsque la chose fait défaut, l’opinion y supplée »288. C’est le raisonnement que tient Harpale, « chevalier sans cheval », qui rêve d’acquérir aux yeux du public une réputation de noblesse, afin de pouvoir tout se permettre impunément289 ! Son compagnon lui donne une instructive leçon de « fausse noblesse », qui ne diffère guère de l’exposé fait par Boniface dans le De rebus ac vocabulis. N’importe qui peut prendre le titre de noble, à condition que ses mœurs soient à l’avenant :

  • 290 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 570-571, 1. 164-170.

« S’il ne fait rien qui vaille, s’habille magnifiquement, porte un anneau au doigt, court assidûment la gueuse, passe sa vie à jouer aux dés et aux cartes, dépense son temps dans les beuveries et les plaisirs, évite les sujets de conversation vulgaires pour ne parler que de citadelles, de combats et de belles batailles ; en un mot s’il fanfaronne comme Thrason290. »

  • 291 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 615, 1. 114-117.
  • 292 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 616, 1. 137-138.
  • 293 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 616, 1. 150-152.
  • 294 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 616, 1. 161-163.
  • 295 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 617, 1. 173 sv.
  • 296 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 617, 1. 201-205.
  • 297 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 616, 1. 191 sv.

77Harpale sera « grand joueur de dés, adroit joueur de cartes, paillard effréné, buveur intrépide, dissipateur hardi, ruiné et criblé de dettes, enfin gratifié du mal français » ; il a d’ailleurs déjà une certaine expérience en ces domaines291. Il ne doit pas craindre de devoir beaucoup d’argent : « Il n’y a pas à rougir de cela, car personne n’est plus endetté que les grands princes292. » Il s’entourera de serviteurs qui pilleront les églises et les monastères9, dépouilleront les voyageurs293 : « Quoi de plus indigne qu’un vil marchand regorge d’écus, pendant qu’un chevalier n’a rien à dépenser avec les filles et au jeu294. » Lui-même se souviendra que les doigts n’ont pas été donnés à l’homme pour rien : Quid metuis ? de sic culto, de tam magnifice loquente, de equite ab aurea rupe, quis audebit sus-picari295 ! Qu’il n’oublie pas surtout d’attirer dans ses filets une jeune fille bien dotée : Amant puellae satrapis nubere296. Qu’il n’hésite pas, enfin, à faire du chantage : « Prétexte des motifs de vengeance contre des gens qui regorgent d’or, notamment contre les moines ou les prêtres, qui sont fort mal vus de nos jours297. »

  • 298 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 597, 1. 199. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 506, 1. 399 : « De (...)
  • 299 Allen, Opus, t. VII, p. 80 (n » 1832, 1. 31-32).
  • 300 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 570, 1. 143-144.
  • 301 ASD I, 3, p. 134. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 506, 1. 407-408 : « meo commodo, vel ut mel (...)
  • 302 Senatulus, ASD I, 3, p. 632-633.
  • 303 De pueris, ASD I, 2, p. 50, 1. 29 sv. Thème classique et cher à l’époque ; cfr A. Jouanna, L’idée (...)

78La satire est féroce. Satire des prétentions du chevalier saxon Henri von Eppendorff, mais aussi de l’arrogance des grands qui se croient tout permis. « Il faut parler religieusement des princes »298, dit un des personnages des Colloques. C’est bien l’avis d’Érasme299, mais cela ne l’empêche pas d’user de son franc-parler. Ce n’est pas tant de « devoir beaucoup et à plusieurs »300 qu’il leur reproche, mais d’oublier leurs devoirs, de « se persuader qu’ils sont des dieux et que le monde a été créé pour leur bon plaisir » : Imo princeps rei publicae gratia constituitur, non res publica principis causa301. Les nobles imitent les monarques et les roturiers affichent des prétentions à la noblesse302. Prétentions ridicules, car « la noblesse qui se réduit presque toute à des armoiries peintes ou gravées, à des troupes de danseurs, à des parties de chasse et à des jeux de hasard » ne mérite pas son nom303.

  • 304 De civilitate morum puerilium, LB I, col. 1033 C-D ; Institutio principis christiani, LB IV, col. (...)
  • 305 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 284, 1. 237.
  • 306 Philodoxus, ASD I, 3, p. 670, 1. 110 sv.
  • 307 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 612, 1. 7-9.
  • 308 Philodoxus, ASD I, 3, p. 669, 1. 63.
  • 309 Philodoxus, ASD I, 3, p. 672, 1. 185.

79La vraie noblesse nait de la vertu et de la droiture, elle tire son origine de la connaissance des disciplines les plus honorables304 : Et plus est bene institui quam bene nasci305. Puisqu’il n’appartient à personne de naître noble306, que chacun s’efforce de conquérir par ses bonnes actions ses titres de noblesse : ut a te initium capiat nobilitas307. La gloire ne s’acquiert pas autrement : Recte facta ultro sequitur gloria308. Mieux vaut courir vers le bien que vers la gloire, conseille Symbulus à Philodoxus309.

  • 310 Philodoxus, ASD I, 3, p. 670, 1. 101-102 et Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 106-107.
  • 311 Philodoxus, ASD I, 3, p. 669, 1. 69-72 et Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 110 sv.
  • 312 Philodoxus, ASD I, 3, p. 675, 1. 271 sv. et Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 115-116.
  • 313 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 117-118.
  • 314 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 102. Cfr Horace, Carmina, II, 10, 5-8. La maxime qu’Érasme (...)

80Glycion, le doux vieillard du Senile colloquium, a entendu cette recommandation. Toute sa vie, il s’est efforcé de faire le bien autour de lui, en prenant garde de ne pas ôter aux uns pour donner aux autres : Itaque si iuvandus erit amicus, sic illi bene facio, ut hac de causa nullum mihi parem inimicum310. Il s’est montré facile à supporter le caractère des autres, il s’est plié à leurs goûts, il a fermé les yeux sur leurs défauts, il n’a pas été trop rigide ni trop attaché à son opinion, il n’a blessé personne et il s’est montré affable avec tout le monde311. Surtout, il a pris soin de tenir sa langue, car la plupart des mésintelligences qui divisent les hommes naissent de l’intempérance de la langue312. Sans doute ce paisible sexagénaire n’a-t-il pas conquis la gloire, mais il a gagné l’affection de ses concitoyens313 et il a trouvé le bonheur, un bonheur simple, exempt de l’envie qui s’attache généralement au succès extraordinaire : Medio-critas tuta est314.

  • 315 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1802-1809.
  • 316 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 90.

81Nous avions quitté Gaspar au moment où il allait entreprendre des études universitaires : il hésitait entre la médecine, le droit et la théologie315. Glycion, lui, a sans doute choisi le droit, puisqu’il exerce une charge publique assez honorable316. Veuf à trente ans, il ne s’est pas remarié dans l’intérêt de ses quatre enfants. Il mène une vie tranquille, prenant dans toute chose ce qu’il y a de plus agréable, effaçant vite de sa mémoire la moindre contrariété, « accordant tout de suite à la raison ce qu’il faudra bien lui accorder un peu plus tard ».

  • 317 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 125-153. Cfr Epicureus, ASD I, 3, p. 721, 1. 44-47. La not (...)
  • 318 C’est ce que dit aussi Magdalie, dans Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 404, 1. 19 : « Qui potest (...)
  • 319 Comme le chartreux : voir Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 315, 1. 44-46 : « Haec tabula mihi t (...)
  • 320 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 380, 1. 158-183.

82Ce philosophe, plus sage que Thales lui-même, a pris garde de ne commettre aucune action dont lui ou ses enfants auraient à rougir : Nihil enim irrequietius animo sibi maie conscio317.Il n’est pas torturé par la crainte de la mort : cette inquiétude lui ôterait peut-être quelques jours de vie et ne saurait lui en donner un de plus. Il n’a d’autre souci que de vivre bien et agréablement, l’un n’allant pas sans l’autre318. Glycion est un sédentaire, qui trouve plus sûr de « faire le tour du monde sur une carte géographique »319. Comme Eusèbe, l’hôte du Convivium religiosum, il possède une maison de campagne, où, de citadin, il se fait paysan. Il doit sa santé florissante à sa vie saine et sobre. Il ne veut pas entendre parler des médecins, il ne s’est jamais fait saigner et il n’a jamais avalé ni pilules ni potions. Il ne ressent aucune des incommodités de la vieillesse si ce n’est que son sommeil est moins bon et sa mémoire moins sûre. Ses livres et son luth sont ses compagnons les plus fidèles320.

  • 321 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 109-110. Sur ce sujet, voir Y. Charlier, Érasme et l’amiti (...)

83Bien qu’il semble vivre dans une semi-retraite, il ne vit pas pour lui seul. Il a des amis avec lesquels il discute de ses lectures et auxquels il s’efforce de rendre service : « S’il se présente un litige, dit-il, j’aime mieux sacrifier l’objet de la querelle que l’amitié321. » On s’étonnera qu’il ne parle pas de ses quatre enfants ni des petits-enfants qu’il doit avoir. Comme les autres vieillards mis en scène dans les Colloques, il semble ignorer les joies de la famille et ne pas pratiquer l’art d’être grand-père.

  • 322 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 619, 1. 239-241.

84Le portrait de Glycion complète celui de Gaspar. Le « petit saint » de la Confabulatio pia est en quelque sorte le fils spirituel du paisible sexagénaire. Il est évidemment tentant de ne voir dans les différents modèles proposés par Érasme à ses lecteurs qu’un seul et même personnage qui vieillirait au fil des éditions. Gaspar deviendrait Glycion, après avoir été Eusèbe, l’hôte du Convivium religiosum, et il mourrait dans Funus sous le nom de Corneille. La parenté entre ces personnages, qui sont comme des patrons à reproduire, est certaine. En réalité, le portrait-robot de l’homme et du chrétien accompli selon Érasme est beaucoup plus complexe et il ne peut être achevé que grâce aux signalements fournis dans d’autres colloques. Ainsi, nous avons vu que les conseils donnés par Symbulus dans Philodoxus permettaient d’éclairer la personnalité de Glycion. Enfin, Érasme ne force pas la main à ses lecteurs : libre à eux d’avoir les mêmes ambitions que « le chevalier sans cheval », s’ils croient comme lui qu’« après la mort il ne reste de l’homme qu’un cadavre »322.

  • 323 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 416-419.
  • 324 Voir aussi De captandis sacerdotiis, ASD I, 3, p. 152, 1. 887 : « Non deerit Eva, cui sit opulentu (...)
  • 325 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 420-423 ; 1. 431-433.

85Érasme n’impose pas, il propose. Le laïc Glycion est certes très heureux, mais le chartreux anonyme l’est aussi, de même que le franciscain Conrad. Eusèbe, le prébendier qui a fait ses études avec notre vieillard, ne l’est pas moins : « Croyez-vous que ce soit un bonheur médiocre que d’obtenir tout d’un coup, comme s’ils tombaient du ciel, tant d’avantages : la considération, une belle demeure bien meublée, des revenus annuels assez confortables, une compagnie honorable, enfin une église où, si l’on veut, on vaque à la religion323 ? » On pourrait croire qu’Érasme ironise. Pas du tout ! Lorsque Pampire lui objecte « le luxe, les concubines et la haine des belles-lettres »324, Eusèbe réplique, comme le chartreux, qu’il ne se soucie pas de ce que font les autres, mais de ce qu’il doit faire : « Je fréquente les meilleurs, ajoute-t-il, si je ne peux amender les mauvais [...]. Je prêche aussi de temps en temps, selon mon savoir. J’ai vécu de la sorte jusqu’à présent assez tranquillement, me contentant d’un seul bénéfice, n’en sollicitant pas d’autres et prêt à refuser si on m’en offrait325. » C’est la chasse éperdue aux bénéfices, — un des fléaux de son temps, — qu’Érasme condamne et, s’il désapprouve le « glouton » Pamphagus, il loue le pieux Eusèbe.

  • 326 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 244, 1. 415-416.
  • 327 Philodoxus, ASD I, 3, p. 671, 1. 123 sv. ; Amicitia, ASD I, 3, p. 709, 1. 299-303.
  • 328 Funus, ASD I, 3, p. 550, 1. 479-481. Sur le sens du mot « institutum », voir E. V. Telle, Le cheva (...)
  • 329 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 153-154. Cfr Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172-173, 1. 15 (...)
  • 330 Cyclops, ASD I, 3, p. 606, 1. 84.

86Tous les genres de vie peuvent mener à la piété326.Chacun doit opter, après mûre réflexion, pour celui qui lui convient et qui l’attire irrésistiblement327 : caveas ne se cuipiam addicant instituto, donec per aetatem et rerum usum constiterit, ad quod vitae genus sint idonei, recommande Corneille à son épouse, avant de mourir328. Le genre de vie importe peu, c’est la qualité de la vie qui compte. Dieu sonde les cœurs. Glycion ne l’ignore pas, qui se soucie avant tout d’être en parfait accord avec Dieu : « Si j’ai commis quelque faute, je ne me couche pas avant de m’être réconcilié avec lui329. » On croirait entendre Gaspar ! Le vieillard, toutefois, ne s’attarde pas à parler de sa vie spirituelle. D’autres personnages se chargent de montrer comment un chrétien doit ou ne doit pas pratiquer la religion. Ainsi, dans Cyclops, Cannius donne à Polyphème une véritable leçon d’évangélisme, lui expliquant que l’on ne porte l’Évangile dans son âme que quand on l’aime du fond du cœur, c’est-à-dire quand on le traduit par ses actes330.

  • 331 Cyclops, ASD I, 3, p. 605, 1. 75 sv.
  • 332 On trouve dans les Colloques le texte de plusieurs prières ; voir Apo-theosis Capnionis, ASD I, 3, (...)
  • 333 Cyclops, ASD I, 3, p. 607, 1. 121-122, 1. 132.

87Celui qui parle sans cesse du Christ et de l’Évangile, mais dont la conduite ne répond pas au Livre est un hypocrite331. Le pharisien prie abondamment, mais avec affectation, alors que le chrétien doit prier tout le temps332, mais sincèrement, car Dieu n’entend que la voix qui vient du cœur333 :

  • 334 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 173, 1. 1569-1573.

« Gaspar. Dieu aime qu’on l’invoque souvent.
Erasmius. Mais il est stupide de s’adresser à quelqu’un que l’on ne voit pas.
Gaspar. Je ne vois pas non plus la partie de mon être avec laquelle je lui parle.
Erasmius. Laquelle?
Gaspar. L’âme334

  • 335 Cyclops, ASD I, 3, p. 607, 1. 132 sv. ; ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 502, 1. 235-236 ; cfr Matthieu, (...)
  • 336 Convivium profanum, ASD I, 3, p. 230, 1. 104-105.
  • 337 Cyclops, ASD I, 3, p. 607, 1. 144-146 ; Convivium profanum, ASD I, 3, p. 230, 1. 96.
  • 338 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 505, 1. 348-350.
  • 339 Cyclops, ASD I, 3, p. 606, 1. 112-118.
  • 340 Cyclops, ASD I, 3, p. 608, 1. 156-159. Sur la pénitence, voir aussi Exequiae seraphicae, ASD I, 3, (...)

88Le jeune Gaspar ne jeûnait pas. Un chrétien dans la force de l’âge jeûne et, « bien que le Christ dise que ce qui entre dans la bouche de l’homme ne le souille pas », il fait maigre à l’occasion335. Il s’efforce en tout cas de vivre sobrement, surtout à l’approche des jours de fête336 et il se garde bien de scandaliser les faibles337 et de critiquer son frère, pour la liberté duquel le Christ est mort338. Un chrétien doit en effet aimer son prochain comme lui-même et répondre au mal par le bien : « Le livre que tu portes enseigne de répliquer aux injures par des paroles bienveillantes et, si l’on te frappe à la joue droite, de tendre la joue gauche339. » Un chrétien observe les commandements de Dieu, « même si c’est difficile » et, « bien que le Christ ait payé pour nous », il doit faire pénitence340.

  • 341 Cyclops, ASD I, 3, p. 608,1. 179 ; Naufragium, ASD I, 3, p. 329,1. 160-151.
  • 342 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1739-1741 ; Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 386.
  • 343 Coniugium, ASD I, 3, p. 302, 1. 23 ; Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 386 ; Concio sive Merdardus, ASD (...)
  • 344 Cyclops, ASD I, 3, p. 607, 1. 152-154 : — « Cannius. Libenter succurris pauperibus ? — Polyphemus. (...)

89Les personnages des Colloques se confessent d’abord à Dieu341, sans renoncer pour autant à la confession auriculaire342. S’il parle souvent de la confession, fustigeant les pénitents qui se croient trop vite absous de leurs péchés, Érasme est plus discret en ce qui concerne la messe ; ses héros vont toutefois à l’église le dimanche : ils ne manquent ni l’office ni surtout le sermon343. Vivant sobrement et s’appliquant au travail, ils ont de quoi soulager les pauvres344. Un chrétien doit faire l’aumône, comme Eusèbe le rappelle aux invités du Convivium religiosum :

  • 345 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 256, 1. 773-780. Voir aussi Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. (...)

« Dieu nous donne afin qu’en subvenant aux besoins de nos frères nous méritions sa miséricorde et que ceux-ci, soulagés par notre libéralité, rendent grâce à Dieu de nos bonnes dispositions et nous recommandent à lui dans leurs prières. Voilà qui me fait penser à quelque chose. — Hé ! petit, dis à ma femme qu’elle envoie le restant du rôti à notre Gudule. — C’est notre voisine : elle est enceinte, elle n’a point de fortune, mais elle est très riche du côté du cœur. Son mari vient de mourir ; c’était un dépensier et un paresseux, qui n’a laissé à sa femme qu’un troupeau d’enfants345. »

  • 346 Matthieu, V, 42 ; Luc, VI, 30.
  • 347 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 257, 1. 789 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 489, 1 (...)

90Faire l’aumône, c’est obéir au Christ qui veut que l’on donne à quiconque demande le nécessaire, non le superflu346. C’est « une aumône que de refuser à ceux qui mendient ou plus exactement exigent de grosses sommes d’argent qui leur serviront à bâtir des réfectoires dignes de Lucullus ou, ce qui est pire, à alimenter leur luxe et leurs débauches ». Quant à ceux qui lèguent leur fortune pour la construction d’un monastère, ils ne font pas l’aumône, ils étalent leur richesse (ambitio, non eleemosyna) et ils commettent un péché très grave, lorsque tant de temples vivants du Christ meurent de faim, tremblent de froid et endurent toutes les privations347 :

  • 348 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 256-258, 1. 781-816.

« Les riches veulent avoir un monument dans les églises, où jadis même les statues des saints n’étaient pas admises. Ils se font peindre ou sculpter, prenant soin d’ajouter leurs titres et de mentionner leur donation. [...] Ils considèrent comme de l’argent perdu celui que l’on distribue au jour le jour et en cachette pour subvenir aux besoins pressants des pauvres, et dont rien ne rappellera le souvenir à la postérité348. »

  • 349 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 257, 1. 803-804 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 48 (...)
  • 350 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 257, 1. 811-814.
  • 351 Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 394-398 ; p. 549, 1. 415-418.

91Érasme estime qu’il ne serait pas criminel d’utiliser certaines donations à des fins charitables349 ; il voudrait, en tout cas, que les prêtres et les évêques engagent les testateurs, « ces courtisans et ces vils marchands, soucieux de racheter leurs péchés devant Dieu », à utiliser secrètement leur argent pour soulager les vrais pauvres350. C’est ce qu’a fait Corneille, dont parlent les héros du colloque Funus : toute sa vie, il s’est efforcé d’aider les nécessiteux, « non pas les mendiants professionnels que l’on rencontre partout, mais les braves gens qui luttent péniblement contre la misère par leur travail », et il n’a pas cru bon de laisser ses biens à quelque communauté religieuse351.

  • 352 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 258, 1. 818-820.
  • 353 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 257, 1. 794-802. Cfr M. A. Nauwelaerts, Erasmus en de kunst, da (...)

92Cela ne signifie nullement que l’argent légué à des moines soit toujours mal placé : « Je leur donnerais moi-même quelque chose, si j’étais riche, dit Eusèbe, mais je donnerais pour le nécessaire, non pour le luxe, et à ceux chez qui je verrais fleurir la vraie religion352. » Comme il y a de bons pauvres, il y a de bons moines ! Est-ce bien la peine, d’ailleurs, de dépenser tant d’argent pour que quelques moines solitaires chantent dans un sanctuaire de marbre, qui leur est souvent plus à charge qu’à profit, puisqu’il attire des curieux importuns — nous dirions des touristes ? En outre, un tombeau orné de verdure et de fleurs plaît davantage à un saint qu’un mausolée incrusté de pierres précieuses353.

  • 354 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1591-1592.
  • 355 Voir notamment Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 478-479, 1. 309-316.
  • 356 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 535, 1. 1460-1462 ; Naufragium, ASD I, 3, p. 331, 1. 216-219.
  • 357 Naufragium, ASD I, 3, p. 328, 1. 111-115 : « Erant qui peculiares quosdam preculas habebant, non d (...)
  • 358 Naufragium, ASD I, 3, p. 328, 1. 96-103. Un des naufragés promet à saint Christophe un cierge auss (...)
  • 359 Naufragium, ASD I, 3, p. 329, 1. 119-121.
  • 360 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 535, 1. 1467-1468 ; 1. 1477-1478.

93Parler de l’aumône et des donations, c’est aborder un des thèmes principaux des Colloques, celui du pèlerinage et de la dévotion aux saints. Gaspar, on s’en souvient, priait les saints et les saintes « de le recommander au Christ par leurs suffrages, afin qu’il lui accorde d’entrer un jour dans leur compagnie »354. Si les autres personnages des Colloques355 imitent le jeune héros de la Confabulatio pia, la plupart des chrétiens dont ils parlent n’invoquent pas les saints comme des intercesseurs, mais comme si Dieu n’existait pas356 ; ils ne les invoquent que lorsqu’ils sont dans le malheur, leur adressant alors des oraisons très semblables à des formules magiques357 et leur faisant des promesses extravagantes qu’ils ne tiendront pas358. Chaque saint a, si l’on peut dire, sa spécialité, et l’on passe un contrat avec lui en cas de besoin359. Saint Georges ou sainte Barbe secourent le soldat en péril, saint Roch ou saint Denis le malade en danger de mort360. Quant à la Vierge, elle ne sait plus où donner de la tête, tant elle est sollicitée :

  • 361 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 473, 1. 104-107.

« Si je me récuse, dit-elle, je me fais aussitôt traiter de cruelle. Si je renvoie à mon fils, on me répond : « Il veut tout ce que tu veux. » Je ne suis qu’une femme et qu’une vierge : est-ce que je dois à moi seule secourir les marins, les soldats, les marchands, les joueurs de dés, les filles à marier, les femmes en couches, les grands personnages, les rois et les cultivateurs361 ? »

  • 362 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 535, 1. 1458-1466.
  • 363 Franciscani, ASD I, 3, p. 394, 1. 176.

94Le véritable culte des saints consiste à imiter leur conduite édifiante, non à leur offrir des cierges ou des images ou à leur chanter des cantiques tout en ignorant leurs vertus362 : Sanctissime coluit divos quisquis imitatus est363. C’est évidemment plus difficile :

  • 364 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 485, 1. 561-565. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 5 (...)

« Ogyge. Nous serions purs si nous honorions la Vierge du fond du cœur.
Ménédème. Comment veut-elle être vénérée ? Ogyge. Le culte le plus agréable que l’on puisse lui rendre est de l’imiter.
Ménédème. Tu parles fort bien, mais ce que tu dis est très difficile à faire.
Ogyge. Oui, mais c’est aussi très beau364

  • 365 Trois des compagnons de voyage du pèlerin Arnold ont péri en chemin : voir De votis temere suscept (...)
  • 366 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 474, 1. 140-143.
  • 367 De votis temere susceptis, ASD I, 3, p. 149, 1. 771-777 : « Compotabamus aliquot vicini. Ubi vino (...)
  • 368 De votis temere susceptis, ASD I, 3, p. 149, 1. 764-676 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, (...)
  • 369 De votis temere susceptis, ASD I, 3, p. 147, 1. 715-718 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, (...)
  • 370 Adolescentis et scorti, ASD I, 3, p. 341, 1. 81 : « Atqui inde soient redire deteriores » ; De vot (...)

95Aussi les lointains et dangereux365 pèlerinages sont-ils superflus. On peut tout aussi bien demander à la Vierge dans l’église de sa paroisse « une famille bien portante, des affaires florissantes, une longue et heureuse vie dans ce monde et le bonheur éternel dans l’autre »366. Les pèlerinages ne sont le plus souvent que des aventures rien moins que chrétiennes, entreprises à la suite d’un vœu imprudent fait après boire367. On abandonne ceux dont on devrait s’occuper, sa femme et ses enfants368, on dépense inutilement un argent qui aurait pu soulager les pauvres, on voit des reliques suspectes369 et on en revient souvent pire, rarement meilleur370.

  • 371 L.-E. Halkin, Érasme pèlerin, dans Scrinium Erasmianum, t. II, p. 246, Leyde, 1969.
  • 372 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 492, 1. 819-820 et n. 1. 822 (apparat critique) : « Nam (...)
  • 373 Le pèlerin Ogyge délie sans arrêt les cordons de sa bourse : Peregrinatio religionis ergo, ASD I, (...)
  • 374 L.-E. Halkin, Le thème du pèlerinage dans les Colloques d’Érasme, dans Actes du Congrès Érasme, p. (...)

96Si Érasme tente de détourner les chrétiens de ces « musées de la superstition »371 que sont certains sanctuaires, il excuse les pèlerins qu’une piété sincère et spontanée pousse à vénérer les reliques, à conserver même un fragment du soulier de saint Thomas Becket comme le témoignage d’une vie simple (argumentum frugalis vitae)372.Il stigmatise davantage ceux qui abusent de la crédulité des pèlerins373 que les pèlerins eux-mêmes, dont il a été374. Ce qu’il condamne, c’est le luxe excessif des grands sanctuaires et la commercialisation du culte des reliques :

  • 375 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 478, 1. 281-283. Même remarque à propos du « lait de la (...)

« On montre la croix du Seigneur en public et en privé dans tant d’endroits que, si tous les morceaux étaient réunis, il y aurait juste de quoi remplir un navire marchand. Cette croix, pourtant, le Seigneur l’a portée sur son dos375. »

  • 376 Enchiridion, éd. Holborn, op. cit., p. 67, 1. 34-35 : « In mundo visibili quoniam peregrini sumus, (...)
  • 377 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 261, 1. 921-925 : « Quid igitur super-est, nisi ut utentes hoc (...)
  • 378 De praeparatione ad mortem, LB V, col. 1295 B : « Viatores sumus in hoc mundo, non habitatores ; i (...)
  • 379 Allen, Opus, t. V, p. 412 (n° 1426, 1. 6-11) : « Horatius, cum ea medi-taretur quae pertinerent ad (...)
  • 380 Epicureus, ASD I, 3, p. 729, 1. 336-337 ; p. 730, 1. 358-359 ; Philodoxus, ASD I, 3, p. 673, 1. 19 (...)
  • 381 Epicureus, ASD I, 3, p. 723, 1. 110-112.
  • 382 Epicureus, ASD I, 3, p. 733, 1. 468 sv. ; p. 727, 1. 267-268.

97Le véritable pèlerin est le chrétien qui pérégrine dans le monde visible376, en usant comme n’en usant pas, car il est dans le monde mais pas du monde377, voyageur en route vers la mort, qui lui ouvrira la porte de la vie378. L’art de vivre est finalement un art de mourir, tant il est vrai que cette vie est une préparation à la mort379. Les peines de ce bas monde sont vite oubliées en considération de la crainte des châtiments éternels et de l’éternelle béatitude ; elles ne mettent pas à la torture ceux qui attendent l’autre vie de tout leur cœur et avec une ferme espérance380. Cet espoir rend aimable la mort même, la chose la plus terrible de toutes381, et il est l’unique viatique du vieillard382 :

  • 383 Epicureus, ASD I, 3, p. 727, 1. 254-262. Cfr Allen, Opus, t. V, p. 240 (n° 1347, 1. 95-96) : « Non (...)

« La vieillesse, qui par elle-même est triste et qui est exposée à un si grand nombre d’infirmités naturelles, n’est-elle pas beaucoup plus pitoyable et même plus honteuse, si l’âme est la proie des remords ? Les banquets, les parties de plaisir, les amours, les danses, les chansons, toutes ces choses qui faisaient les délices du jeune homme paraissent bien amères au vieillard ; cet âge n’a d’autre soutien que le souvenir d’une existence irréprochable et l’espoir d’une vie meilleure. Ce sont là les deux bâtons sur lesquels s’appuie la vieillesse. Si on les enlève pour les remplacer par le double fardeau que constituent le souvenir d’une existence ratée et le désespoir du bonheur futur, quel animal, dis-moi, peut-on imaginer de plus malheureux et de plus pitoyable383 ? »

  • 384 Epicureus, ASD I, 3, p. 728, 1. 277.
  • 385 Funus, ASD I, 3, p. 538, 1. 19 sv. Voir Th. N. Tentler, Forgiveness and consolation in the religio (...)

98Pour celui qui a vécu pieusement, la mort n’est ni hideuse ni menaçante384. Érasme invite les chrétiens à chasser de leur esprit l’horreur de l’image de la mort et à s’abandonner à la volonté divine385. Certes, la mort est cruelle, mais Dieu a voulu qu’il en soit ainsi afin d’empêcher les hommes d’abréger leurs jours :

  • 386 Funus, ASD I, 3, p. 538, 1. 31-37.

« Quand on voit aujourd’hui même tant de gens qui se suicident, que crois-tu qu’il arriverait si la mort n’avait rien d’horrible ? Chaque fois qu’un serviteur ou même un fils adolescent aurait reçu une correction, chaque fois qu’une épouse se serait emportée contre son mari, chaque fois que quelqu’un aurait subi un revers de fortune ou quelque désagrément, ils courraient aussitôt vers la corde, la dague, le fleuve, le précipice, le poison386. »

  • 387 Funus, ASD I, 3, p. 538, 1. 19.
  • 388 Allen, Opus, t. V, p. 241 (n° 1347, 1. 126-129) : « Adsunt nonnunquam qui solatio sint morienti, s (...)
  • 389 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 421-422 ; p. 551,1. 487 sv. Il s’agit des passages « quae provocant ho (...)
  • 390 Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 385-387.
  • 391 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 412-414. Érasme rédigera son premier testament moins d’un an après la (...)
  • 392 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 408-410 ; p. 551, 1. 481-482.
  • 393 Funus, ASD I, 3, p. 550, 1. 462-468.
  • 394 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 428-429 : « Accitus parochus impartait extremam unctionem ac rursus po (...)
  • 395 Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 381 ; « Ut vixit nulli molestus, ita mortuus est » ; p. 549, 1. 424-42 (...)
  • 396 Epicureus, ASD I, 3, p. 733, 1. 489-490 : « Penetrat autem et brevis precatio coelum, modo vehemen (...)
  • 397 Funus, ASD I, 3, p. 551, 1. 491-495. Cfr Allen, Opus, t. V, p. 241 (n° 1347, 1. 114-117) :« et rep (...)

99Le chemin de la mort est plus pénible que la mort elle-même387, surtout si ceux qui veillent le moribond ajoutent à sa douleur et à son désespoir. Aussi Érasme proscrit-il les grands rassemblements au chevet d’un mourant388. Le pieux Corneille meurt entouré de sa famille et de deux amis intimes et il passe sa dernière nuit en compagnie d’une seule personne, qui lui fait une lecture pieuse389. Le dimanche avant sa mort, sentant que sa fin était proche, il s’est rendu à l’église, il s’est confessé à son curé, il a entendu la messe et le sermon et il a communié390. Son testament était fait depuis longtemps : « Tester au lit de mort n’est pas tester mais extra-vaguer391. » Il a consolé affectueusement les siens, les exhortant à vivre dans l’amour de la concorde et le souci de la vraie piété392, recommandant à sa femme de reporter tous ses soins, toute sa tendresse, tout son amour sur leurs deux enfants : « Si tu le fais comme j’ai la certitude que tu le feras, ils ne seront pas orphelins393. » Corneille ne répète pas sa confession avant de recevoir l’extrême-onction et de communier une dernière fois394. Il meurt tranquillement, comme il a vécu, sans gêner personne395. Après une courte prière lancée de toute la force du cœur396, il rend l’âme avec un léger soupir : « On aurait dit qu’il s’endormait, et non qu’il venait d’expirer397. »

  • 398 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 430 sv.
  • 399 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 688-689, 1. 89-90 : « Principio scis quosdam usque adeo ambitios (...)
  • 400 Funus, ASD I, 3, p. 545, 1. 274-280 : « Funus nimirum honorificum, sed nimio constans. [...] Vidim (...)
  • 401 Alberto Pio, mais aussi Rodolphe Agricola et Christophe de Longueil ; voir Exequiae seraphicae, AS (...)
  • 402 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 689-690.

100Ses funérailles seront simples, comme sa vie : il sera enterré comme un chrétien de la plus basse condition, après une seule messe398. Érasme dénonce la pompe de certaines funérailles, stigmatisant la vanité des riches399 mais aussi la gloriole absurde des pauvres400. Contrairement à certains de ses contemporains illustres401, Corneille ne fait pas profession, ne prend pas l’habit et n’embrasse pas la règle de saint François avant de mourir : il s’est voué entièrement à Dieu par son baptême, il n’a pas l’extravagance de recommencer « alors qu’il ne s’appartient déjà plus »402. L’habit franciscain n’est pas autre chose qu’un habit et il ne protège pas l’âme.

  • 403 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 695, 1. 310-312 : « Verum extiterunt hoc seculo quidam, qui doce (...)
  • 404 De sarcienda Ecclesiae concordia, LB V, col. 473 A.

101Érasme renvoie dos à dos ceux qui enseignent que la foi justifie sans les œuvres et ceux qui croient qu’un habit peut sauver sans la foi403. Si la véritable perfection réside dans les élans de l’âme, la religion intérieure se manifeste dans la vie qu’elle anime, une vie dont la charité est la norme, une vie dont chaque moment est vécu avec piété : sed christianis nullum oportet esse tempus vacuum a pietate404.

  • 405 Allen, Opus, t. III, p. 362 (n° 858, 1. 11-12).
  • 406 Allen, Opus, t. IV, p. 260 (n° 1101, 1. 7-8). Cfr ibidem, t. V, p. 269 (n° 1353, 1. 279-280) : « S (...)

102Érasme ne fut pas ce que l’on appelle un saint, mais le chrétien dont le portrait apparaît en filigrane dans les Colloques n’est sans doute pas loin d’en être un, et l’on pourrait dire des Colloques ce qu’un contemporain disait malicieusement de l’Enchiridion militis christiani : « On aperçoit plus de sainteté dans ce livre que dans son auteur405. » Érasme ne l’ignorait pas : Potiorem imaginem mei [...] habes in libris expressam406.

Notes

1 Voir supra, p. 120.

2 Sur ce thème, voir notamment G. Chantraine, « Mystère » et « Philosophie du Christ » selon Érasme, p. 102-105 et passim ; J.-P. Massaut, Histoire, humanisme et théologie. Un Érasme des profondeurs, dans Révue d’histoire ecclésiastique, t. LXIX, p. 453-469, Louvain, 1974.

3 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1818 ; Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 138 ; ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 498, 1. 119.

4 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 253, 1. 655-666. Érasme affectionne ce mot ; voir Chantraine, op. cit., p. 180 sv.

5 Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 661, 1. 308-310.

6 Convivium profanum, ASD I, 3, p. 208, 1. 2702-2703 ; Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 242,1. 345-348 ; p. 243,1. 384-385 ; ‘Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 499, 1. 151 ; p. 502, 1. 257.

7 Methodus, éd. Holborn, op. cit., p. 155, 1. 27. Cfr Paraclesis, ibidem, p. 145, 1. 3 : « nulli non licet esse theologum ». Voir F. Bierlatre, Érasme et ses Colloques, p. 58-59.

8 Enchiridion, éd. Holbobn, op. cit., p. 22, 1. 20-22.

9 Puerpera, ASD I, 3, p. 468, 1. 556-557.

10 Puerpera, ASD I, 3, p. 467, 1. 514 sv. ; p. 457, 1. 143 sv. La nécessité de l’allaitement maternel est également soulignée dans l’Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 710 A-B et dans le De pueris, ASD I, 2, p. 43,1. 10-14 : Érasme s’inspire de Plutarque (De liberis educandis, 5). Il semble toutefois que le recours à une nourrice était moins répandu que ne le laisse entendre Eutrapèle ; voir H. F. M. Peeters, Kind en jeugdige in het begin van demoderne tijd, p. 23-24, Hilversum et Anvers, 1966.

11 Puerpera, ASD I, 3, p. 468, 1. 542-546.

12 Puerpera, ASD I, 3, p. 468, 1. 546-550.

13 Puerpera, ASD I, 3, p. 469, 1. 595-597.

14 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 287, 1. 351-352.

15 ASD I, 3, p. 125, 1. 2-5.

16 Monitoria, ASD I, 3, p. 161, 1. 1176-1177.

17 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 181, 1. 1829-1833.

18 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174-175, 1. 1614-1615. Sur cet aspect de l’activité de l’enfant, voir Ph. Ariès, L’enfant et la vie familiale sous l’Ancien Régime, 3e éd., p. 244-247, Paris, 1975.

19 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1594-1598 ; p. 175, 1. 1619-1620.

20 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174,1. 1594-1600.

21 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 171-172,1. 1503-1508.

22 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1602-1603 ; p. 179, 1. 1765-1766.

23 ASD I, 3, p. 140,1. 485-486.

24 De lusu, ASD I, 3, p. 164, 1. 1248-1249. Cfr Quintilien, Institution oratoire, I, 3, 10-12.

25 Sur ce sujet, voir M. A. Stevens, Les jeux d’enfants à la Renaissance, mémoire de licence dactylographié, Liège, 1977 ; A. Bömer, Lernen und Leben auf den Humanistenschulen im Spiegel der lateinischen Schülerdialoge, dans Neue Jahrbücher für Pädagogik, t. II, p. 204-220, Leipzig, 1899. Cfr supra, p. 140.

26 Rabelais, Gargantua, chap. XXII. Voir M. Psichari, Les jeux de Gargantua, dans Revue des études rabelaisiennes, t. VI et VII, Paris, 1908-1909.

27 Érasme mentionne ici et là d’autres jeux. Ainsi, les héros de Venatio jouent aux noix, à la mourre, à pair ou non (ASD I, 3, p. 182). Contrairement à d’autres pédagogues, il ne proscrit pas la natation : voir Saltus, ASD I, 3, p. 171, 1. 1482 sv.

28 De civilitate morum puerilium libellus, LB I, col. 1042 E-F.

29 Ludus globorum missilium, ASD I, 3, p. 167, 1. 1361-1363 ; p. 168, 1. 1393-1403.

30 II s’agit du « beugelbaan » voir J. Hoyoux, Un jeu d’Érasme, dans Humanisme et Renaissance, t. 4, p. 78-80, Paris, 1937. Il existe une gravure de Bruegel représentant ce jeu, très populaire en Flandre ; voir L. Lebeer, Catalogue raisonné des estampes de Pierre Bruegel l’Ancien, p. 130, n° 52 (« La Kermesse de la Saint-Georges »), Bruxelles, Bibliothèque royale, 1969.

31 ASD I, 3, p. 170, 1. 1448-1449 ; voir C. Reedijk, The poems of Desiderius Erasmus, p. 385, Leyde, 1956.

32 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1615.

33 Epistola de ratione studii, ASD I, 3, p. 69, 1. 23-24.

34 Érasme s’intéresse aussi à ce jeu dans les Adages ; voir LB II, col. 451 C ; 630 C ; 72 F ; 682 F.

35 Convivium poeticum, ASD I, 3, p. 358, 1. 477-478 : « ita quaerendi sunt lusus ac ioei, qui non absunt a literis ». A l’époque, les enfants ont souvent les mêmes jeux que les adultes : voir Ph. Aries, op. cit., p. 90-140. Même les filles, dit Érasme, préfèrent les jeux d’hommes : ’Aστϱαγαλισμός, ASD I, 3, p. 622, 1. 76-78.

36 Nηφάλιον συμπόσιον, ASD I, 3, p. 643, 1. 19-20.

37 Coniugium, ASD I, 3, p. 302,1. 29 ; Militaria, ASD I, 3, p. 156, 1. 987 ; ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 515, 1. 730-731 ; p. 533, 1. 1386-1388. On notera cependant que les enfants jouent à la paume pour de l’argent : voir Pila, ASD I, 3, p. 165, 1. 1278-1282 ; p. 166, 1. 1340-1343.

38 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 171, 1. 1503 sv.

39 ASD I, 3, p. 143, 1. 600-602.

40 De pueris, ASD I, 2, p. 52, 1. 18-19.

41 ASD I, 3, p. 129, 1. 122-123. Cfr Juvénal, Satires, 10, 356.

42 ASD I, 3, p. 69-70.

43 Franciscani, ASD I, 3, p. 395, 1. 240-241 : « Est autem hoc ad bene vivendum praecipuum, ut homo consuescat esse paucis contentus».

44 Opulentia sordida, ASD I, 3, p. 685, 1. 315-326. Voir aussi ASD I, 3, p. 133, 1. 260-269 : « Georgius. Unde contraxisti malum ? [...] — Livinus. E putribus o vis morbum ortum suspicor. E vino plus satis diluto. E crudis malis contracta est stomachi eruditas».

45 Epistola de ratione studii, ASD I, 3, p. 69, 1. 51-53. Voir aussi ASD I, 3, p. 133, 1. 270-271 : « Vide ne ex immodico aut intempestivo studio conciliaris hoc mali».

46 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 173, 1. 1545-1547 ; p. 175, 1. 1622.

47 Diluculum, ASD I, 3, p. 638, 1. 35-40. Le philosophe n’est autre que Thalés : voir H. Diels, Fragmente der Vorsokratiker, t. I, p. 71.

48 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1604-1606 ; Epiola de ratione studii, ASD I, 3, p. 70, 1. 59-60.

49 Diluculum, ASD I, 3, p. 640, 1. 119-120.

50 Epistola de ratione studii, ASD I, 3, p. 70,1. 58-59 ; cfr Pline le Jeune, Lettres, III, 5, 16.

51 Diluculum, ASD I, 3, p. 642, 1. 196.

52 Ars notoria, ASD I, 3, p. 648,1. 26. Voir aussi Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 406, 1. 125.

53 Ars notoria, ASD I, 3, p. 648, 1. 28-34.

54 Epistola de ratione studii, ASD I, 3, p. 69, 1. 28-33. Voir M. A. Nauwelaerts, Grammatici, Summularii et autres auteurs réprouvés : Érasme et ses contemporains à la remorque de Valla, dans Paedagogica historica, t. 13, p. 471-485, Gand, 1973.

55 Rabelais l’appelle « Marmotret » ; cfr Gargantua, chap. XIV.

56 Synodus grammaticorum, ASD I, 3, p. 586, 1. 28-35.

57 Echo, ASD I, 3, p. 555, 1. 12-13.

58 Apotheosis Capnionis, ASD I, 3, p. 268, 1. 26-27.

59 Le boucher du colloque ’Iχθυοφαγία ira consulter un théologien « trium linguarum et omnis politioris literaturae perpulchre gnarus » : ASD I, 3, p. 522, 1. 979-981.

60 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 380, 1. 177.

61 Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 403-404. Cfr supra, p. 69-70.

62 Ars notoria, ASD I, 3, p. 648, 1. 41-42 ; Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 405, 1. 64 sv. Voir aussi Allen, Opus, t. IX, p. 134 (n° 2432, 1. 18-20) : « Proinde praestat hoc nobis eruditio liberalis, non tantum ut homines simus et a pecudum genere segregemur, ut toti vereque vivamus, verumetiam ut feliciter suaviterque vivamus ».

63 Ars notoria, ASD I, 3, p. 648, 1. 40-41.

64 Echo, ASD I, 3, p. 555, 1. 17.

65 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1581-1583.

66 Enchiridion, éd. Holborn, op. cit., p. 64, 1. 14.

67 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1798-1801. Cfr supra, p. 64.

68 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 254, 1. 711-712.

69 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 251, 1. 614-615.

70 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 252, 1. 628.

71 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 251, 1. 619.

72 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 251, 1. 615.

73 Echo, ASD I, 3, p. 558, 1. 99-107. Cfr Ciceronianus, ASD I, 2, p. 621, 1. 10-12. Voir P. Mesnard, La bataille du Ciceronianus, dands Études, p. 240-255, Paris, 1968 ; E. V. Telle, L’Erasmianus sive Ciceronianus d’Étienne Dolet (1535), p. 389-390, 422-423 : cet auteur publie le texte de la scolie d’Érasme dans l’édition des Opera Hieronymi de 1516, à propos du songe de saint Jérôme.

74 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 177, 1. 1715-1723.

75 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 176-177. Comme le faisait le jeune Ferdinand d’Autriche ; voir Allen, Opus, t. V, p. 168 (n° 1333, 1. 196-200).

76 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1634-1635.

77 La période des XVIe et XVIIe siècles fut celle des enfants modèles ; voir Ph. Ariès, op. cit., p. 173.

78 Il a presque dix-sept ans (ASD I, 3, p. 177, 1. 1710) ; il est donc plus un adolescens (ASD I, 3, p. 177, 1. 1696) qu’un puer.

79 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1529-1535.

80 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1536-1541. Sur la formule « pia doctrina et docta pietas », qui exprime ce qu’est la philosophie chrétienne selon Érasme, voir G. Chantraine, op. cit., p. 102-113.

81 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 173, 1. 1549 ; p. 175, 1. 1627-1628.

82 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1595-1596.

83 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1618-1619.

84 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 173-174, 1. 1578-1583.

85 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 176-177. Pour la première fois dans les Colloques, Érasme fait allusion dans la Confabulatio pia à l’Église, corps mystique du Christ. Cette métaphore paulinienne est abondamment développée dans l’Enchiridion, éd. Holborn, op. cit., p. 100 sv.

86 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1746 : « Laudo quod sic es reli-giosus, ut tamen superstitiosus non sis ».

87 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1639-1640.

88 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 176, 1. 1661-1668. Sur la superstition de ce temps à propos des « fruits de la messe », voir notamment A. Franz, Die Messe im deutschen Mittelalter. Beitrage zur Geschichte der Liturgie und des religiosen Volkslebens, p. 36-72, 115-117, 149-163, 250-278, 298-322, Fribourgen-Brisgau, 1902.

89 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 175, 1. 1648-1652. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 533, 1. 1404-1405.

90 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1739 sv. ; p. 179, 1. 1757-1758. Cfr Allen, Opus, t. V, p. 536 (n° 1488, 1. 45-48).

91 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 177, 1. 1725 sv.

92 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1733 sv.

93 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1813-1817.

94 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1514 ; p. 173, 1. 1564-1565 ; p. 174, 1. 1584 sv. ; p. 175, 1. 1626-1627.

95 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 177, 1. 1708 sv.

96 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, n. 1. 1733-1734.

97 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1808-1809.

98 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1518-1519.

99 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172, 1. 1517.

100 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 179, 1. 1778 ; p. 180, 1. 1791. Cfr supra, p. 49, n. 3.

101 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 63-65.

102 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 386, 1. 403 ; Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 292, 1. 111.

103 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 65.

104 Echo, ASD I, 3, p. 557, 1. 65-67.

105 Franciscani, ASD I, 3, p. 394, 1. 191-199. Érasme cite ce proverbe (LB II, col. 387 C, n » 972) et cette parole d’Osée (Osée, IV, 9 ; Isaïe, XXIV, 2) dans la préface de la Paraphrasis in Evangelium Matthaei, LB VII, **4 r° ; voir J. Coppens, Les idées réformistes d’Érasme..., p. 359.

106 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1750-1755.

107 Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 527, 1. 1172-1185 ; p. 533, 1. 1389-1405.

108 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 688, 1. 80-82. Cfr Colossiens, 3, 3 ; Romains, 6, 2 ; Philippiens, 1, 21.

109 Franciscani, ASD I, 3, p. 393, 1. 162-165.

110 Franciscani, ASD I, 3, p. 397, 1. 284-285.

111 Dans Exequiae seraphicae, ASDI, 3, p. 692, 1. 218-220, Érasme n’épargne pas les Franciscains conventuels : « Quid igitur dicemus de tot monas-teriis Conventualium, qui pecunias habent, qui potant, qui ludunt aleam, scortantur et palam alunt domi concubinas, ne plura commemorem ? ». Voir aussi Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 654, 1. 39-44 : Conventuels et Observants sont mis dans le même sac.

112 Franciscani, ASD I, 3, p. 397, 1. 312. Même idée dans De contemptu mundi, LB V, col. 1261 E : « Nec aliud tum erat monachus quam pure Christianus » ; Modus orandi Deum, LB V, col. 1129 A : « Olim monachi fere laici erant ».

113 Funus, ASD I, 3, p. 540-541, 1. 113-125.

114 Franciscani, ASD I, 3, p. 402, 1. 469-470.

115 Autres traces d’« anticléricalisme » dans Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 415 ; Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 617, 1. 191-192.

116 Cfr J. Huizinga, Le déclin du Moyen Age, 2e éd., p. 183-185, Paris, 1967.

117 Franciscani, ASD I, 3, p. 401, 1. 442.

118 Franciscani, ASD I, 3, p. 401, 1. 434-435. — Il a pourtant une « règle » rédigée en vers et accrochée au mur de son auberge : « Hospes, in hoc mensa fuerint quum viscera tensa, surgere ne properes, ni prius annumeres » ; voir p. 391, 1. 76-80.

119 Voir F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, p. 74-75. Érasme se justifie dans Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 690-691, 1. 159-163 : — « Theotimus. Sed interdum vellicas eos odiosius. — Philecous. Hoc ipsum, Theotime, amoris argumentum est, quum eum ordinem nulli gravius laedant, quam qui sub illius umbra turpiter vivunt ; quisquis optime vult ordini, necesse est ut illius corruptoribus maxime succenseat ».

120 Voir infra, p. 245-246.

121 Voir infra, p. 244-245.

122 Franciscani, ASD I, 3, p. 400, 1. 407-412.

123 Franciscani, ASD I, 3, p. 391, 1. 63-64.

124 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 534, 1. 1426.

125 Franciscani, ASD I, 3, p. 401, 1. 436-441.

126 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 295, 1. 220.

127 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 690, 1. 126-129. Voir aussi Franciscani, ASD I, 3, p. 395, 1. 220-221.

128 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 698, 1. 414 ; Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 244, 1. 415-418.

129 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 699, 1. 450-452.

130 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 296, 1. 232-240. Cfr Allen, Opus, t. V, p. 264 (n° 1353, 1. 94-95) : « Quid haberent isti pietatis, si detrahas vestem et ciborum discrimina » (Érasme à Ulrich Zasius, Bâle, 23 mars 1523).

131 S’adressant à des religieux, Jean Tauler de Strasbourg ne parlait pas autrement : « Sachez qu’il y a dans le monde mainte femme ayant mari et enfants et maint homme assis à son établi et faisant des souliers, qui cherchent Dieu en travaillant pour se nourrir eux et leurs enfants. Beaucoup de pauvres s’en vont fumer les champs hors du village pour y gagner leur petit morceau de pain, au prix d’un grand et rude travail. Il peut bien se faire que tous ces gens se comportent cent fois mieux que vous, en suivant simplement leur vocation » ; cfr J.-P. Massaut, Mystique rhénane et humanisme chrétien d’Eckhart à Érasme, dans The late Middle Ages and the dawn of Humanism outside Italy, p. 126-127, Louvain et La Haye, 1972.

132 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 531, 1. 1341-1342 : « in veste aut cibo gloriam quaerere pharisaicum est ».

133 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 247, 1. 491-494.

134 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 295, 1. 196 sv.

135 Chantratne, op. cit., p. 142-143.

136 Virgo uiooyauoç, ASD I, 3, p. 296, 1. 241-242 : « Catarina. Nova praedicas. — Eubulus. Sed verissima ».

137 ’IxOvoyayla, ASD I, 3, p. 532, 1. 1373-1374 : « Quod si viderem mali-ciam exuere, quicunque cucullam induunt, hortarer omnes ad cucullam. Nunc alia res est ».

138 Cfr Philodoxus, ASD I, 3, p. 671, 1. 134-138 : « Sunt qui sic rapiantur ad institutum monasticum, nec ad quodvis, sed vel ad hoc vel illud, ut vitam sibi putent acerbam, nisi quod optant, assequantur. Sunt e diverso, qui mirum in modum abhorrent, ut mori ducant potius quam fieri mona-chum ; nec id odio faciunt aut certa ratione, sed arcano quodam naturae sensu ».

139 Il nous semble que l’on ne peut dire qu’Érasme « préfère les religieuses aux moines » (A. Renaudet, dans Bibliothèque d’Humanisme et Renaissance, t. 18, p. 326, Genève, 1956) ; voir ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 525, 1. 1089-1105.

140 Virgo uiooyauoç, ASD I, 3, p. 293, 1. 154.

141 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 297, 1. 271-273 ; Alia, ASD I, 3, p. 141, 1. 534-536 : « Aegidius. [...] Quod si pertendet ut coepit, non pugnabo cum illius animo, ne forte videar θεομαχεῖν, vel potius μοναχομαχεῖν. — Leonardus. Religiose tu quidem loqueris».

142 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 293, 1. 154 sv. ; p. 292, 1. 104-109.

143 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 293, 1. 119 sv. ; Exequiae seraphicae, ASD 1, 3, p. 698, 1. 448-449.

144 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 297, 1. 273 (apparat critique).

145 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 532, 1. 1375-1376 : « Mihi vix contigit ullum ingredi monasterium Cartusianorum, quin illic offenderim unum atque alterum aut simpliciter mente captum aut delirantem».

146 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 384, 1. 321.

147 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 386, 1. 380. On notera qu’Érasme parle de son propre ordre religieux sans le nommer ; cfr R. L. Demolen, Erasmus’Commitment to the Canons Regular of St. Augustine, dans Renaissance Quarterly, t. 26, p. 437-443, New York, 1973.

148 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 384, 1. 332-333.

149 De utilitate Colloquiorum, ASD I, 3, p. 745, 1. 157-158.

150 Antrone ressemble à l’abbé dont il est question dans ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 524, 1. 1070 sv.

151 Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 405, 1. 79-80.

152 Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 404, 1. 40.

153 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 316.

154 Voir aussi Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 258, 1. 820.

155 Voir aussi Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 372-378 ; Epicureus, ASD I, 3, p. 728, 1. 285 sv. ; Apotheosis Capnionis, ASD I, 3, p. 268, 1. 42 sv.

156 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 293, 1. 140-141.

157 Trop de vocations sont des vocations forcées ; voir ASD I, 3, p. 141, 1. 529-531 ; p. 179, 1. 1779-1782 ; p. 293, 1. 137 sv. ; p. 298, 1. 19-24.

158 Militis et cartusiani ASD I, 3, p. 315, 1. 36-39. Cfr Allen, Opus, t. IV, p. 441 (n° 1183, 1. 121-123) : « quod admonuerim adolescentes non esse pellicendos ad vincula vitae monachalis, priusquam et sibi noti sint et intelligant quid sit religio ». Voir supra, p. 161.

159 Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 292, 1. 112-113.

160 Voir aussi Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 698, 1. 448-449 : « Et ego arbitror pauciores esse steriles foeminas, ubi illi agunt familiariter ».

161 ASD I, 3, p. 292, 1. 114.

162 ASD I, 3, p. 300, 1. 71-73.

163 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 284, 1. 248 ; p. 287, 1. 358. Cfr infra, p. 276. La formule n’apparaît pas dans ce colloque, mais dans le suivant : Virgo μισόγαμος, ASD I, 3, p. 296, 1. 253-257. Dans le Senile colloquium, ASD I, 3, p. 381, 1. 217-218, Érasme s’en prend à une autre façon de contracter mariage : « Intercesserant verba futuri temporis, sed accesserat congressus praesentis temporis ». Cfr infra, p. 275-276.

164 La formule est de E. V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, p. 310.

165 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 280.

166 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 282-284. L’argument figure déjà dans l’Encomium matrimonii de 1518 ; voir j. Coppens, Érasme et le célibat, dans Sacerdoce et célibat, p. 447, Louvain, 1971.

167 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 286 : Pamphile exalte notamment les joies de la famille.

168 Voir aussi Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 423-424 : « Et matrimonium huius gratius sit oculis Dei, quam multorum coelibatus ».

169 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 297-303.

170 Voir E. V. Telle, Erasmus Roterodamus. Dilutio..., p. 45, Paris, 1968.

171 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 286-290. Cfr infra, p. 247-248, 277-278.

172 Epicureus, ASD I, 3, p. 731, 1. 409-411. Voir aussi Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 58-69 ; cfr Éphésiens, 5, 23 sv.

173 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285,1. 290-291 : « — Pamphilus. [...] Non enim statim pervenitur ad summum. — Maria. Quid ego audio ? Violanda virginitas, ut discatur ? ». Cfr infra, p. 248 et p. 276-278.

174 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 283, 1. 218-219.

175 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 287, 1. 363-365.

176 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 288, 1. 390 sv.

177 Voir notamment ASD I, 3, p. 285, 1. 285 : « Attamen aiunt... » ; p. 286, 1. 318 : « Vulgus coniugium capistrum vocat ». Même idée dans Echo, ASD I, 3, p. 556, 1. 43-45.

178 Voir J. Coppens, art. cit., p. 448.

179 Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 663, 1. 360-362 : « Quoties incla-matum est illis coelibem esse quisquis uxorem non habet, etiam si sexcentas alat concubinas ; et tamen coelibatus istis nihil aliud est quam continentia et castitas ».

180 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 286, 1. 308-313.

181 Dans Coniugium, ASD I, 3, p. 311, Xanthippe raconte comment elle s’est retrouvée enceinte à la suite d’un « colloque » avec son fiancé.

182 Epicureus, ASD I, 3, p. 731, 1. 413-414.

183 Coniugium, ASD I, 3, p. 312-313, 1. 410-413.

184 Coniugium, ASD I, 3, p. 309-310, 1. 303-321.

185 Par la bouche de Fabulla, l’accouchée ; voir Puerpera, ASD I, 3, p. 455-457. Corneille Agrippa se souviendra des arguments développés par l’héroïne érasmienne ; voir E. Schneider, Das Bild der Frau im Werk des Erasmus von Rotterdam, p. 83-84, Bâle et Stuttgart, 1955 ; P. Zambelli, Corneille Agrippa, Érasme et la théologie humaniste, dans Colloquia Erasmiana Turo-nensia, t. I, p. 138-139, Paris, 1972.

186 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 286, 1. 313-314. Voir aussi Coniugium, ASD I, 3, p. 311,1. 363 ; De captandis sacerdotiis, ASD I, 3, p. 152, 1. 880 sv.

187 Senatulus, ASD I, 3, p. 629, 1. 9-10 ; 1. 17-18.

188 Epicureus, ASD I, 3, p. 731, 1. 411-413. Cfr Juvenal, Satires, 11, 208. Polygame est un homme usé : « Nihil enim aeque accelerat senectutem, quam [...] impotentes amores mulierum et salacitas immoderata » ; voir Senile colloquium, ASD I, 3, p. 382, 1. 233-235 et ASD I, 3, p. 133, 1. 271.

189 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 85.

190 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 127 : « liberorum causa duxeram uxorem».

191 Echo, ASD I, 3, p. 556, 1. 36-40 : « Atqui cum talibus morte durior est vita. — Vita».

192 Senatulus, ASD I, 3, p. 632, 1. 87-89 ; 1. 92.

193 Echo, ASD I, 3, p. 556, 1. 48 ; cfr Genèse, 2, 18. Voir aussi De captandis sacerdotiis, ASD I, 3, p. 152, 1. 885-886 : « Sed tristis est solitudo. Adeo ut nec Adam suaviter victurus fuerit in paradiso, nisi Deus illi adiunxisset Evam » ; Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 129 : « At miserum est cubare solum totas noctes».

194 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285, 1. 287-288. Voir aussi Montaigne, Essais, III, 5.

195 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 595, 1. 149-150. Érasme propose quelques mesures concrètes pour lutter contre la propagation de la syphilis : « Deinde fiat edictum, ne quis idem sit tonsor et chirurgus. [...] Ad haec, in diversoriis ne quis hospes indormiat linteis, in quibus alius indormiit ».

196 Le mariage de Xanthippe et de Nicolas est sans doute un mariage clandestin ; cfr Coniugium, ASD I, 3, p. 311, 1. 363-365.

197 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 597, 1. 207-219. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 534, 1. 1438 sv.

198 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 600, 1. 312-313.

199 Coniugium, ASD I, 3, p. 305, 1. 126-127 ; p. 310, 1. 330-331 ; p. 312, 1. 383-384.

200 Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 79-85 ; voir aussi p. 312, 1. 378 : « Iam non est tibi cogitandum de divortio ». On ne peut déduire de ce passage qu’Érasme considère que « le divorce restreint est une calamité », comme l’écrit E. V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, p. 313.

201 Coniugium, ASD I, 3, p. 304, 1. 106 ; Epicureus, ASD I, 3, p. 731, 1. 416.

202 Coniugium, ASD I, 3, p. 310-311, 1. 335-340.

203 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 283, 1. 221-224. Sur le thème de l’amour aveugle, voir E. Panofsky, Essais d’iconologie des thèmes humanistes dans l’art de la Renaissance, Paris, 1967.

204 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 84-85.

205 « Et vestrum est ambire, dit Marie à Pamphile, nobis decorum non est » ; voir Proci et puellae, ASD I, 3, p. 287, 1. 365-366.

206 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 284, 1. 240-241 ; Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 77-78. Sur la dot, voir aussi Coniugium, ASD I, 3, p. 308, 1. 259 ; Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 670 E.

207 Epithalamium Petri Aegidii, ASD I, 3, p. 414, 1. 95-122. Le mariage d’une vieille femme avec un homme jeune est plus honteux que celui d’un vieillard avec une jeune fille ; voir Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 666 E : « Nam vir quamvis senex ex puella potest suscipere liberos. Anus ex iuvene mater fieri non potest. In utroque tamen foeda species est : nam talis sponsus non cum uxore sed cum filia dormire videtur, et talis sponsa filio nupsisse videtur, non coniugi».

208 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 377, 1. 80. Nicolas, l’époux de Xanthippe, n’a que vingt-quatre ans ; voir Coniugium, ASD I, 3, p. 312, 1. 376-377.

209 ASD I, 3, p. 141, 1. 511-512 : « Vide ne parum tutum sit virginem tam grandem detinere domi. Quaerendus est gener aliquis ».

210 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 591, 1. 9. — On rappellera qu’en Utopie, les filles se marient à vingt-deux ans et les garçons à vingt-six ; voir Th. More, Utopia, éd. E. Surtz et J. H. Hexter, p. 186, New Haven et Londres, 1965.

211 Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 86-87.

212 Coniugium, ASD I, 3, p. 310, 1. 336-337.

213 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 447. Voir aussi Encomium matrimonii, ASD I, 2, p. 423, 1. 14 : « Falso uxores accusamus ».

214 Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 89 ; p. 310, 1. 307 ; Senatulus, ASD I, 3, p. 631, 1. 80.

215 Coniugium, ASD I, 3, p. 302 sv.

216 Coniugium, ASD I, 3, p. 302-303, 1. 55-62 ; p. 312, 1. 381-383 ; Puerpera, ASD I, 3, p. 456, 1. 92-94. Cfr 1. Cor. 11, 3.

217 Coniugium, ASD I, 3, p. 302, 1. 34 : « St, teipsam dehonestas, cum dehonestas maritum » ; Senatulus, ASD I, 3, p. 631, 1. 73-74 : « eos si tra-ducimus, quid aliud quam nos ipsas dehonestamus ? ».

218 Coniugium, ASD I, 3, p. 312-313, 1. 402-413 ; p. 305, 1. 132 sv.

219 Érasme ne signale pas l’importance de la musique dans la formation de l’enfant (cfr J.-C. Margolin, Érasme et la musique, p. 12, Paris, 1965) : il ne s’agit sans doute que d’un oubli. Deux personnages des Colloques parlent de leur luth : voir Coniugium, ASD I, 3, p. 312, 1. 408-409 ; Senile colloquium, ASD I, 3, p. 380, 1. 181.

220 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 691 C : « Post auditam igitur communem concionem, maritus, otium et locum nactus, exiget ab uxore quod audivit, nec oportet primam exactionem esse severam... ». Eulalie a été bien formée ; voir Coniugium, ASD I, 3, p. 302,1. 23 : « id audivi nuper in concione».

221 Coniugium, ASD I, 3, p. 306, 1. 186-189. Voir aussi Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 447-448.

222 Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 405, 1. 72 ; Senatulus, ASD I, 3, p. 629, 1. 8.

223 Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 664, 1. 420.

224 Coniugium, ASD I, 3, p. 303, 1. 63.

225 De rébus ac voeabulis, ASD I, 3, p. 568, 1. 62-63.

226 Les sauvages décrits dans Franciscani punissent sévèrement les hommes adultères ; voir ASD I, 3, p. 398-399. Comme les Utopiens : voir Th. More, Utopia, éd. E. Surtz et J. H. Hexter, p. 190, New Haven et Londres, 1965.

227 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 440-448 ; Funus, ASD I, 3, p. 550, 1. 461 sv.

228 Naufragium, ASD I, 3, p. 329, 1. 136-140. Cette femme est la « virago » type (cfr infra, 1. 186 : « o viraginem ») ; voir E. Schneider, op. cit., p. 72-74.

229 Allen, Opus, t. XI, p. 96 (n° 3002, 1. 617-625) : « Ipse quidem, tametsi parum aut nihil in latina maternaque lingua valeo, tuae tamen Μεμψιγάμου colloquium [...] sororibus neptibusque meis verti misique. At vix credas quantus primo vicinarum concursus ad germanae praelegentis άϰρόαιν. Mox libellus pervenit ad viros. Brevi totum oppidum pervasit, a pueris parentum iussu magno studio transcriptus. Id nobis retulerunt αῦτοπται. Idem, sed longe felicius, praestitit in aliis aliquot Philaenus : quae passim Bononiae familiarium manibus teruntur » (Jean Odonus à Érasme, Strasbourg, ca. mars 1535).

230 Coniugium fut traduit en allemand dès 1524 (cfr B.B., E. 790, E. 791, E. 792, E. 796), en espagnol dès 1527 (cfr B.B., E. 1251, E. 755 ; voir M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, p. xxix, p. 310 sv.), en italien vers 1535 (voir ci-dessus notre n. 5), en français dès 1541 (cfr B.B., E. 716, E. 717), en anglais dès 1557 (cfr B.B., E. 831 ; voir H. De Vocht, The earliest English translations of Erasmus’Colloquia, p. xxvii-xxxvi ; p. 53 sv., Louvain, 1928). — Parmi les traducteurs des colloques féministes d’Érasme, le plus célèbre est sans doute Clément Marot, à qui l’on doit le mot français « colloque » ; voir B.B., E. 706 et E. 707 ; P. Leblanc, Les sources humanistes du chant nuptial de Renée de France, dans Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme français, t. 100, p. 64-74, Paris, 1954.

231 Senatulus, ASD I, 3, p. 631, 1. 74-75.

232 Comme le fera comprendre à ses lectrices le traducteur espagnol du colloque Coniugium ; voir M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, p. 313.

233 Puerpera, ASD I, 3, p. 455-456, 1. 88-108.

234 Militaria, ASD I, 3, p. 155, 1. 982-983 ; Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 318, 1. 135-136.

235 Si Érasme dit volontiers du mal des médecins (voir notamment ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 499 ; Funus, ASD I, 3, p. 538-539), il pense le plus grand bien de la médecine, « ubivis terrarum certissimum viaticum » : voir Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1807 ; Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 427-431.

236 Militaria, ASD I, 3, p. 156, 1. 1005-1006.

237 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 568, 1. 65-66 : « An non tales sunt, qui procurrunt in militiam, spe lucri non admodum magni, corpus et ani-mam exponentes periculo ? ».

238 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 317, 1. 110-112.

239 Militaria, ASD I, 3, p. 156, 1. 997-999, 1. 1007-1008.

240 Militaria, ASD I, 3, p. 156, 1. 1001 sv. ; Dulce bellum inexpertis, trad. Y. Remy et R. Dunil-Marquebreucq, p. 70-72, Bruxelles, 1953 ; ASD I, 3, p. 135, 1. 312-315. Sur ce nom, tiré de la Bible (Jean, III, 10 et surtout Matthieu, XXIII, 8), voir L.-E. Halkin, Érasme docteur, dans Mélanges André Latreille, p. 41, Lyon, 1972.

241 Sur ce thème, voir R. Regout, Erasmus en de theorie van den recht-vaardigen oorlog, dans Bijdragen voor Vaderlandsche Geschiedenis en Oudheidkunde, 7e s., t. VII, p. 155-171, La Haye, 1936 ; J. A. Fernandez, Erasmus on the Just War, dans Journal of the History of Ideas, t. 34 (1973), p. 209-226. Érasme ne parle guère dans les Colloques de la guerre contre les Turcs ; voir cependant Senile colloquium, ASD I, 3, p. 385-386, 1. 370-372 : « — Pampirus. Erat sancta militia. — Eusebius. Fortassis in Turcas. — Pampirus. Imo sanctius quiddam ». Sur le problème de la croisade, voir L.-E. Halkin, Érasme et l’humanisme chrétien, p. 89, 99, Paris, 1969.

242 Charon, ASD I, 3, p. 578, 1. 54-60. Voir aussi ibidem, p. 581, 1. 102-103 : « Ex his qui pereunt in iusto bello, nullos arbitror ad te venire. Nam aiunt eos recta subvolare in coelum ». Érasme ne cesse d’accuser les moines d’être des boutefeux : voir Telle, op. cit., p. 83.

243 Charon, ASD I, 3, p. 578, 1. 62-63.

244 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 317, 1. 106-108.

245 Militaria, ASD I, 3, p. 157, 1. 1050-1051.

246 Militaria, ASD I, 3, p. 155-156, 1. 984-988 ; Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 318, 1. 132-134. Le remarque s’applique aux généraux : voir Funus, ASD I, 3, p. 542.

247 Militaria, ASD I, 3, p. 154, 1. 942 ; p. 155, 1. 972-981.

248 Les allusions à la syphilis sont très nombreuses dans les Colloques : voir ASD I, 3, p. 335-336, 1. 92-93 (Diversoria) ; p. 341, 1. 65 (Adolescentis et scorti) ; p. 592, 1. 54-55 (Coniugium impar) ; p. 615, 1. 115-116 (Ementita nobilitas) ; p. 726, 1. 216-217 (Epicureus).

249 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 318, 1. 156 sv.

250 Militaria, ASD I, 3, p. 155, 1. 964-966.

251 Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 317, 1. 117-120.

252 Érasme parle en termes amers de la colonisation ; voir ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 505, 1. 338-339 : « Vidi, didicique illinc avectas praedas, Chris-tianismum inductum non audivi ». Les habitants des « regiones nuper inventae » décrits dans les Colloques sont de « bons sauvages », qui ressemblent fort aux Utopiens : voir Franciscani, ASD I, 3, p. 398-399.

253 ASD I, 3, p. 138, p. 134-135.

254 Puerpera, ASD I, 3, p. 454, 1. 44 sv. Ce passage provoquera de vives réactions en Espagne, voir M. Bataillon, Erasme et l’Espagne, p. 245 ; Allen, Opus, t. VIII, p. 90-91 (n » 2126, 1. 12 sv.). Érasme modifiera son texte, remplaçant « Carolus molitur novam totius orbis monarchiam » par « Carolus molitur monarchiae pomoeria ».

255 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 507. Cfr L.-E. Halkin, Érasme entre François Ier et Charles-Quint, dans Bulletin de l’Institut historique belge de Rome, t. 44, p. 301-319, Bruxelles et Rome, 1974.

256 Le pacifisme et l’évangélisme politique d’Érasme sont fondamentalement théologiques et mystiques ; cfr P. Mesnard, L’essor de la philosophie politique au xvie siècle, 2e éd., p. 86-140, Paris, 1951 et surtout G. Chan-traine, Mysterium et sacramentum dans le « Dulce bellum », dans Colloquium Erasmianum, p. 33-44, Mons, 1968 ; j. Chomarat, Un ennemi de la guerre : Érasme, dans Bulletin de l’Association Guillaume Budé, 4e s., t. xxxiii, p. 459-460, Paris, 1974.

257 Querela pacis, LB IV, col. 626 C ; Dulce bellum inexpertis, trad. Y. Remy et R. Marquebreucq, p. 42 ; Allen, Opus, t. I, p. 417 (n° 187, 1. 24-25). Voir aussi Apologia adversus rhapsodias... Alberti Pii, LB IX, col. 1193 B : « Aio totam Philosophiam christianam, hoc est, Evangelicas et Apostolicas Litteras, deterrere a bello. Quid mirum, cum semper hortentur ad mutuam concordiam et amorem etiam inimicorum. Quod si omnes Christiani tales essent, quales eos voluit Christus, nullum esset inter illos bellum, ne rixa quidem ».

258 Charon, ASD I, 3, p. 578, 1. 47.

259 Charon, ASD I, 3, p. 577, 1. 30-39.

260 Charon, ASD I, 3, p. 582, 1. 132-133.

261 Charon, ASD I, 3, p. 583, 1. 140-148.

262 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 521, 1. 962-963. Cfr Inquisitio, ASD I, 3, p. 373-374. Sur la peine du feu, voir J. Lecler, Histoire de la tolérance au siècle de la Réforme, t. I, p. 136-137 ; Allen, Opus, t. V, p. 605-606 (n° 1526, 1. 155-171).

263 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 399, 1. 355-365. — Érasme ne fait aucune distinction entre les mercenaires ; dans Coniugium impar, ASD I, 3, p. 593, 1. 61 sv., il parle cependant des « Suiseri ». Voir aussi l’adage « Guerre sans larmes », trad. J.-C. Margolin, Guerre et paix dans la pensée d’Érasme, p. 185, Paris, 1973 ; Funus, ASD I, 3, p. 546, 1. 318 : « Militibus Germaniae conductitiis».

264 Echo, ASD I, 3, p. 557, 1. 82-83.

265 Echo, ASD I, 3, p. 558, 1. 93-94.

266 Amicitia, ASD I, 3, p. 709, 1. 299 sv. ; Philodoxus, ASD I, 3, p. 671, 1. 123 sv.

267 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 386, 1. 406.

268 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 407. Sur ce proverbe utilisé notamment par Cicéron, Lettres à Atticus, I, 20, 3 et IV, 6, 2, voir Adages, LB II, col. 551 D : « Admonet adagium, ut quamcunque provinciam erimus forte nacti, ei nos accommodemus proque huius dignitate nos geramus ».

269 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 90-96.

270 Echo, ASD I, 3, p. 558, 1. 95-96.

271 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 383, 1. 238-240.

272 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 385, 1. 347-359 ; Πτωχολογία, ASD I, 3, p. 434, 1. 49 sv.

273 Amicitia, ASD I, 3, p. 709, 1. 298-299 : « Sunt qui felicitatem petant a magicis artibus, sunt qui ab astris... ». Voir aussi Allen, Opus, t. IV, p. 41 (n° 1005, 1. 5-7) : « Proinde stellas observent alii, si lubet ; ego in terris quaerendum existimo quod nos felices aut infelices reddat ».

274 Inquisitio, ASD I, 3, p. 367, 1. 86-88.

275 Allen, Opus, t. VII, p. 462 (n° 2037, 1. 88-89) ; De utilitate Colloquiorum, ASD I, 3, p. 746, 1. 193 sv.

276 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 693, 1. 236 sv. Sur cette affaire, voir R. Reuss, Le procès des Dominicains de Berne en 1507-1509, dans Revue de l’histoire des religions, t. 52, p. 237-259, Paris, 1905.

277 Hippoplanus, ASD I, 3, p. 430-432.

278 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 569, 1. 127 sv.

279 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 597, 1. 202 sv. Aussi Érasme voudrait-il que les autorités publiques surveillent les marchés et vérifient les denrées alimentaires et les vins ; voir ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 497-498 ; A. Renaudet, Érasme économiste, dans Humanisme et Renaissance, p. 199-200, Genève, 1958.

280 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 568, 1. 89 sv.

281 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 569, 1. 100-103.

282 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 569, 1. 124-128 ; ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 534, 1. 1445-1450. A. Renaudet, Érasme économiste, p. 195, ne connaît pas ces textes ; il renvoie à l’Institutio principis Christiani, LB IV, col. 594 E-F. Voir aussi G. Rudolph, Das sozialökonomische Denken des Erasmus von Rotterdam, dans Deutsche Zeitschrift für Philosophie, t. 17, p. 1088, Berlin, 1969.

283 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 569, 1. 119-122.

284 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 567, 1. 40.

285 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 567, 1. 36-39.

286 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 567, 1. 43-47.

287 Philodoxus, ASD I, 3, p. 668, 1. 26 ; Nηφάλιον συμπόσιον, ASD I, 3, p. 646, 1. 96-99. Érasme cite un mot de Socrate : voir Xénophon, Cyropaedia, I, 6, 22 et Memorabilia, II, 6, 39 ; Cicéron, De officiis, II, 13, 43. Cfr Apophthegmata, LB IV, col. 156 C.

288 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 612, 1. 16-17.

289 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 619, 1. 233-236.

290 De rebus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 570-571, 1. 164-170.

291 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 615, 1. 114-117.

292 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 616, 1. 137-138.

293 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 616, 1. 150-152.

294 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 616, 1. 161-163.

295 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 617, 1. 173 sv.

296 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 617, 1. 201-205.

297 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 616, 1. 191 sv.

298 Coniugium impar, ASD I, 3, p. 597, 1. 199. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 506, 1. 399 : « De principuum consiliis non est meum dicere ».

299 Allen, Opus, t. VII, p. 80 (n » 1832, 1. 31-32).

300 De rébus ac vocabulis, ASD I, 3, p. 570, 1. 143-144.

301 ASD I, 3, p. 134. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 506, 1. 407-408 : « meo commodo, vel ut melius dicam, publico » ; Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 243, 1. 377-383.

302 Senatulus, ASD I, 3, p. 632-633.

303 De pueris, ASD I, 2, p. 50, 1. 29 sv. Thème classique et cher à l’époque ; cfr A. Jouanna, L’idée de race en France au xvie siècle et au début du xviie siècle (1498-1614), t. II, p. 753 ; t. III, p. 1199, p. 1122-1134, Paris, 1976.

304 De civilitate morum puerilium, LB I, col. 1033 C-D ; Institutio principis christiani, LB IV, col. 566 D.

305 Proci et puellae, ASD I, 3, p. 284, 1. 237.

306 Philodoxus, ASD I, 3, p. 670, 1. 110 sv.

307 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 612, 1. 7-9.

308 Philodoxus, ASD I, 3, p. 669, 1. 63.

309 Philodoxus, ASD I, 3, p. 672, 1. 185.

310 Philodoxus, ASD I, 3, p. 670, 1. 101-102 et Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 106-107.

311 Philodoxus, ASD I, 3, p. 669, 1. 69-72 et Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 110 sv.

312 Philodoxus, ASD I, 3, p. 675, 1. 271 sv. et Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 115-116.

313 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 117-118.

314 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 102. Cfr Horace, Carmina, II, 10, 5-8. La maxime qu’Érasme cite le plus volontiers est sans doute Ne quid nimis, en grec Mηδἑν ἄγαν : voir ASD I, 3, p. 166, 1. 1339 ; p. 565, 1. 152 ; p. 631, 1. 69 ; p. 669, 1. 68.

315 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 180, 1. 1802-1809.

316 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 90.

317 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 125-153. Cfr Epicureus, ASD I, 3, p. 721, 1. 44-47. La notion de bonne conscience sous-tend tout ce dialogue : voir F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, p. 114.

318 C’est ce que dit aussi Magdalie, dans Abbatis et eruditae, ASD I, 3, p. 404, 1. 19 : « Qui potest autem suaviter vivere, qui non vivat bene ? ».

319 Comme le chartreux : voir Militis et cartusiani, ASD I, 3, p. 315, 1. 44-46 : « Haec tabula mihi totum terrarum orbem repraesentat, quam ego cogi-tatione iucundius simul et tutius perambulo, quam is qui navigavit ad novas insulas ».

320 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 380, 1. 158-183.

321 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 378, 1. 109-110. Sur ce sujet, voir Y. Charlier, Érasme et l’amitié, p. 31-64, Liège et Paris, 1977.

322 Ementita nobilitas, ASD I, 3, p. 619, 1. 239-241.

323 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 416-419.

324 Voir aussi De captandis sacerdotiis, ASD I, 3, p. 152, 1. 887 : « Non deerit Eva, cui sit opulentum sacerdotium ».

325 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 387, 1. 420-423 ; 1. 431-433.

326 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 244, 1. 415-416.

327 Philodoxus, ASD I, 3, p. 671, 1. 123 sv. ; Amicitia, ASD I, 3, p. 709, 1. 299-303.

328 Funus, ASD I, 3, p. 550, 1. 479-481. Sur le sens du mot « institutum », voir E. V. Telle, Le chevalier de Berquin. Declamation des louenges de mariage (1525), p. 19-20, Genève, 1976.

329 Senile colloquium, ASD I, 3, p. 379, 1. 153-154. Cfr Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 172-173, 1. 1539-1543. Voir supra, p. 159.

330 Cyclops, ASD I, 3, p. 606, 1. 84.

331 Cyclops, ASD I, 3, p. 605, 1. 75 sv.

332 On trouve dans les Colloques le texte de plusieurs prières ; voir Apo-theosis Capnionis, ASD I, 3, p. 273, 1. 208-215 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 478-479, 1. 310-316 ; p. 479-480, 1. 348-353 ; Convivium pro-fanum, ASD I, 3, p. 198, 1. 2365-2366 ; p. 214, 1. 2916-2926.

333 Cyclops, ASD I, 3, p. 607, 1. 121-122, 1. 132.

334 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 173, 1. 1569-1573.

335 Cyclops, ASD I, 3, p. 607, 1. 132 sv. ; ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 502, 1. 235-236 ; cfr Matthieu, XV, 11.

336 Convivium profanum, ASD I, 3, p. 230, 1. 104-105.

337 Cyclops, ASD I, 3, p. 607, 1. 144-146 ; Convivium profanum, ASD I, 3, p. 230, 1. 96.

338 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 505, 1. 348-350.

339 Cyclops, ASD I, 3, p. 606, 1. 112-118.

340 Cyclops, ASD I, 3, p. 608, 1. 156-159. Sur la pénitence, voir aussi Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 699, 1. 455-456.

341 Cyclops, ASD I, 3, p. 608,1. 179 ; Naufragium, ASD I, 3, p. 329,1. 160-151.

342 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 178, 1. 1739-1741 ; Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 386.

343 Coniugium, ASD I, 3, p. 302, 1. 23 ; Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 386 ; Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 653, 1. 11 sv. ; ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 526, 1. 1128-1132 ; p. 527, 1. 1165-1168 ; Franciscani, ASD I, 3, p. 394, 1. 193. Sur l’importance du sermon, voir Allen, Opus, t. V, p. 266 (n° 1353, 1. 150-153).

344 Cyclops, ASD I, 3, p. 607, 1. 152-154 : — « Cannius. Libenter succurris pauperibus ? — Polyphemus. Non est quod dem. — Cannius. At esset, si sobrie viveres, si gnaviter laborares ».

345 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 256, 1. 773-780. Voir aussi Concio sive Merdardus, ASD I, 3, p. 660-661, 1. 279-282.

346 Matthieu, V, 42 ; Luc, VI, 30.

347 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 257, 1. 789 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 489, 1. 711-712 ; cfr 1. Cor. 3, 16-17 ; 2. Cor. 6, 16.

348 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 256-258, 1. 781-816.

349 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 257, 1. 803-804 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 489, 1. 687-698 ; p. 490, 1. 722-725.

350 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 257, 1. 811-814.

351 Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 394-398 ; p. 549, 1. 415-418.

352 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 258, 1. 818-820.

353 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 257, 1. 794-802. Cfr M. A. Nauwelaerts, Erasmus en de kunst, dans Revue belge d’archéologie et d’histoire de l’art, t. 42 (1973), p. 20, Bruxelles, 1975.

354 Confabulatio pia, ASD I, 3, p. 174, 1. 1591-1592.

355 Voir notamment Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 478-479, 1. 309-316.

356 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 535, 1. 1460-1462 ; Naufragium, ASD I, 3, p. 331, 1. 216-219.

357 Naufragium, ASD I, 3, p. 328, 1. 111-115 : « Erant qui peculiares quosdam preculas habebant, non dissimiles magicis, adversus pericula. [...] Ut afflictio facit religiosos. Rebus secundis, nec Deus nec divus quisquam nobis venit in mentem ».

358 Naufragium, ASD I, 3, p. 328, 1. 96-103. Un des naufragés promet à saint Christophe un cierge aussi grand que sa statue la plus gigantesque (« mons verius quam statua »), mais il murmure à son voisin : « An credis me ex animi sententia loqui ? Si semel contigero terram, non daturas sum illi candelam sebaceam ». Un des héros des Facéties du Pogge fait un vœu semblable à la Vierge : « vovit candelam caeream instar navis. [...] Nam si salvabimur, candela nummuli contenta erit » ; voir Poggius Bracciolini, Opera omnia, t. I, p. 474, Bâle, 1538 (réimpr. Turin, 1964).

359 Naufragium, ASD I, 3, p. 329, 1. 119-121.

360 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 535, 1. 1467-1468 ; 1. 1477-1478.

361 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 473, 1. 104-107.

362 ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 535, 1. 1458-1466.

363 Franciscani, ASD I, 3, p. 394, 1. 176.

364 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 485, 1. 561-565. Voir aussi ’Iχθυοφαγία, ASD I, 3, p. 535, 1. 1468-1470 : « Porro quum nullus sit cultus divis gratior, quam imitatio factorum, quibus ipsi Christo placuerunt, hanc partem fortiter contemnimus ». Cfr Éloge de la Folie, LB TV, col. 454 A ; Liturgia Virginis Lauretanae, ASD V, 1, p. 100, 1. 91-101.

365 Trois des compagnons de voyage du pèlerin Arnold ont péri en chemin : voir De votis temere susceptis, ASD I, 3, p. 149, 1. 782-786.

366 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 474, 1. 140-143.

367 De votis temere susceptis, ASD I, 3, p. 149, 1. 771-777 : « Compotabamus aliquot vicini. Ubi vino incaluerat animus, erat qui praedicabat sibi esse in animo salutare divum Iacobum ; erat alter, qui divum Petrum. Ilico non defuit unus aut alter, qui sponderent se comites fore. Tandem visum est ut omnes irent simul. Ego, ne viderer parum commodus compotor, pollicitus sum et ipse. Mox agitari coeptum, utro potius iremus Romam an Compos-tellam. Factum est senatusconsultum, ut bonis auspiciis utroque postridie proficisceremur omnes ».

368 De votis temere susceptis, ASD I, 3, p. 149, 1. 764-676 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 494, 1. 870-881.

369 De votis temere susceptis, ASD I, 3, p. 147, 1. 715-718 ; Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 478, 1. 287-288 : « at ego vereor ne multa talia fingantur ad quaestum ».

370 Adolescentis et scorti, ASD I, 3, p. 341, 1. 81 : « Atqui inde soient redire deteriores » ; De votis temere susceptis, ASD I, 3, p. 147, 1. 721-724 : — « Arnoldus. Nihilo sanctior redis ? — Cornelius. Imo multis partibus deterior. — Arnoldus. Nummatior ergo ? — Cornelius. Imo nudior leberide ».

371 L.-E. Halkin, Érasme pèlerin, dans Scrinium Erasmianum, t. II, p. 246, Leyde, 1969.

372 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 492, 1. 819-820 et n. 1. 822 (apparat critique) : « Nam si quis id sua sponte faciat ex ingenti quodam pietatis affectu, venia dignum arbitrer ».

373 Le pèlerin Ogyge délie sans arrêt les cordons de sa bourse : Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 476, 1. 201 sv. ; p. 479, 1. 319 sv. ; p. 480, 1. 354 ; p. 481, 1. 400 sv. ; p. 489, 1. 702-703.

374 L.-E. Halkin, Le thème du pèlerinage dans les Colloques d’Érasme, dans Actes du Congrès Érasme, p. 88-98, Amsterdam, 1971.

375 Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 478, 1. 281-283. Même remarque à propos du « lait de la Vierge » ; voir Peregrinatio religionis ergo, ASD I, 3, p. 482 : « [...] lac Virginis [...] volente Deo sic multiplicatum est ».

376 Enchiridion, éd. Holborn, op. cit., p. 67, 1. 34-35 : « In mundo visibili quoniam peregrini sumus, nusquam oportet conquiescere ».

377 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 261, 1. 921-925 : « Quid igitur super-est, nisi ut utentes hoc mundo tanquam non utamur totam curam ac studium nostrum transferamus in amorem rerum coelestium atque, reiecto mammona, imo toto Satana cum omnibus suis praestigiis, uni Domino toto et alacri pectore serviamus, qui non destituet filios suos ? ». Cfr 1. Cor. 7, 31 ; Gutmann, op. cit., p. 159.

378 De praeparatione ad mortem, LB V, col. 1295 B : « Viatores sumus in hoc mundo, non habitatores ; in diversoriis, aut (ut melius dicam) in taber-naculis peregrinamur, non in patria vivimus. Tota haec vita nihil aliud est quam cursus ad mortem, isque perbrevis : sed mors ianua est aeternae vitae ».

379 Allen, Opus, t. V, p. 412 (n° 1426, 1. 6-11) : « Horatius, cum ea medi-taretur quae pertinerent ad bene vivendum, ita scribit : Condo et compono quae mox depromere possim. Hoc carmen mihi iustius usurparo, qui tum in his eram quae faciunt ad bene moriendum. Nam haec est praecipua philosophiae pars, maximeque seria ». Cfr supra, p. 120, n. 4.

380 Epicureus, ASD I, 3, p. 729, 1. 336-337 ; p. 730, 1. 358-359 ; Philodoxus, ASD I, 3, p. 673, 1. 195 sv.

381 Epicureus, ASD I, 3, p. 723, 1. 110-112.

382 Epicureus, ASD I, 3, p. 733, 1. 468 sv. ; p. 727, 1. 267-268.

383 Epicureus, ASD I, 3, p. 727, 1. 254-262. Cfr Allen, Opus, t. V, p. 240 (n° 1347, 1. 95-96) : « Non potest male mori qui bene vixerit ».

384 Epicureus, ASD I, 3, p. 728, 1. 277.

385 Funus, ASD I, 3, p. 538, 1. 19 sv. Voir Th. N. Tentler, Forgiveness and consolation in the religious thought of Erasmus, dans Studies in the Renaissance, t. 12, p. 121, New York, 1965.

386 Funus, ASD I, 3, p. 538, 1. 31-37.

387 Funus, ASD I, 3, p. 538, 1. 19.

388 Allen, Opus, t. V, p. 241 (n° 1347, 1. 126-129) : « Adsunt nonnunquam qui solatio sint morienti, sed frequentius adsunt qui dolorem addant et desperationem : uxor morosa, liberi inobedientes, sodales aleae, temulentiae ac scortationum, concubina, inimicus qui lesit ». Érasme souhaitait sans doute mourir seul (voir C. Reedijk, Das Lebensende des Erasmus, dans Basler Zeitschrift fur Oeschichte und Altertumskunde, t. 57, p. 62, Bâle, 1958), car il ne considérait pas la mort comme une cérémonie publique cfr Ph. Ariès, Essais sur l’histoire de la mort en Occident du Moyen Age à nos jours, p. 23-24, Paris, 1975.

389 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 421-422 ; p. 551,1. 487 sv. Il s’agit des passages « quae provocant hominis erga Deum fiduciam quaeque illius in nos charitatem declarant » et « quae confirmant spem resurrectionis et praemia immortalitatis » (p. 548, 1. 405 sv. ; p. 550, 1. 450 sv.). Érasme cite quelques exemples : le récit de la mort du roi Ézéchias, celui de la mort de Lazare, le chapitre XV de la Première Épître aux Corinthiens, « sed praecipue historiam Christi passi ex Evangeliis ». Corneille se fait lire en outre tout le psaume 21 (p. 551, 1. 490-491) ; cfr De praeparatione ad mortem, LB V, col. 1300 D.

390 Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 385-387.

391 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 412-414. Érasme rédigera son premier testament moins d’un an après la publication du colloque : voir Allen, Opus, t. VI, p. 503. — Sur la nécessité de tester « sanus ac valons », voir De praeparatione ad mortem, LB V, col. 1303 F.

392 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 408-410 ; p. 551, 1. 481-482.

393 Funus, ASD I, 3, p. 550, 1. 462-468.

394 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 428-429 : « Accitus parochus impartait extremam unctionem ac rursus porrexit Corpus Domini, sed citra confes-sionem. Negabat enim quicquam scrupuli residisse in animo ».

395 Funus, ASD I, 3, p. 548, 1. 381 ; « Ut vixit nulli molestus, ita mortuus est » ; p. 549, 1. 424-425 : « Negabat se morientem pluribus molestum esse velle, quam fuisset nascens ». Cfr Allen, Opus, t. V, p. 241 (n° 1347, 1. 109-110) : « Adeo vir bonus non vult cuiquam in vita molestus esse, ut ne morte quidem sua velit ullum gravari » (Érasme à Josse Gaverius, Bâle, 1er mars 1523).

396 Epicureus, ASD I, 3, p. 733, 1. 489-490 : « Penetrat autem et brevis precatio coelum, modo vehementi spiritus impetu eiaculetur ». Les derniers mots prononcés par Corneille sont ceux de saint Etienne (cfr Actes, 7, 59) : « Domine Iesu, accipe spiritum meum » ; voir De praeparatione ad mortem, LB V, col. 1317 A : « Quod si cui placet et ab aliis sanctis exemplum petere, dicat cum beato Stephano : Domine Iesu, accipe spiritum meum ».

397 Funus, ASD I, 3, p. 551, 1. 491-495. Cfr Allen, Opus, t. V, p. 241 (n° 1347, 1. 114-117) :« et reppererunt in lecto vestitum ac mortuum, sed dormienti similem ».

398 Funus, ASD I, 3, p. 549, 1. 430 sv.

399 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 688-689, 1. 89-90 : « Principio scis quosdam usque adeo ambitiosos, ut non sat habeant superbe et insolenter vixisse, nisi et ambitiose sepeliantur mortui ».

400 Funus, ASD I, 3, p. 545, 1. 274-280 : « Funus nimirum honorificum, sed nimio constans. [...] Vidimus et nos risimusque istas pauperum ineptas glorias».

401 Alberto Pio, mais aussi Rodolphe Agricola et Christophe de Longueil ; voir Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 689, 1. 109-111.

402 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 689-690.

403 Exequiae seraphicae, ASD I, 3, p. 695, 1. 310-312 : « Verum extiterunt hoc seculo quidam, qui docent hominem sola fide iustificari, nullo operum praesidio ; maximum igitur privilegium est, si vestis beet absque fide ».

404 De sarcienda Ecclesiae concordia, LB V, col. 473 A.

405 Allen, Opus, t. III, p. 362 (n° 858, 1. 11-12).

406 Allen, Opus, t. IV, p. 260 (n° 1101, 1. 7-8). Cfr ibidem, t. V, p. 269 (n° 1353, 1. 279-280) : « Si quid ad rem faciunt insignia, sat insignium expres-sum in libris meis ».

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search