Version classiqueVersion mobile

Les Colloques d’Érasme

 | 
Franz Bierlaire

Chapitre III. Livre du maître et livre de classe : les Colloques à l'école

Texte intégral

  • 1 ASD I, 3, p. 30, 1. 24-26 : « ut ad alios quoque studiosos hic thesaurus perveniret, apud malignos (...)
  • 2 ASD I, 3, p. 73, 1. 3.

1Les formules d'entretiens familiers imaginées par Érasme et recueillies par Caminade n'étaient pas destinées à être publiées, mais à être utilisées par l'ami de l'humaniste pour les besoins de son enseignement. Réservées pendant longtemps à quelques rares privilégiés 1, ces notes manuscrites tombèrent, plus de vingt ans après leur rédaction, entre les mains d'un imprimeur, qui s'empressa de mettre à la disposition de tous les apprentis latinistes cette méthode accélérée d'initiation à la conversation latine. L'extraordinaire diffusion des premières éditions des Familiarium colloquiorum formulae témoigne de l'adoption rapide de ce nouvel ouvrage, non seulement comme livre du maître, mais aussi comme livre d'école : ediscitur a pueris meo nomine, ut audio, écrit Érasme dans sa lettre de désaveu 2 du 1er janvier 1519.

  • 3 ASD I, 3, p. 75,1. 55-57 : « ne iuventus nostri nominis lenocinio decepta soloecismis inficeretur  (...)

2Si l'on en croit l'humaniste, c'est le succès même des Formulae et leur utilisation immédiate comme manuel scolaire qui le déterminèrent à revoir sans tarder l'ouvrage paru sous son nom. Devenu auteur scolaire malgré lui, il se devait, dans l'intérêt même des écoliers, de transformer ce brouillon informe en un texte correct, dont il n'aurait pas à rougir 3. Il s'y reprit à deux fois, puisqu'il publia deux versions corrigées et même augmentées des Formulae dans la seule année 1519.

  • 4 ASD I, 3, p. 116, 1. 54 à p. 117, 1. 62.

3Les pièces liminaires de la seconde édition remaniée, publiée par Thierry Martens, soulignent l'utilité d'un ouvrage destiné à remplacer avantageusement les difficiles et ennuyeux traités grammaticaux : « Considérant que certains professeurs se bornent à inculquer à leurs élèves une foule de règles aussi obscures qu'insipides, écrit l'imprimeur 4, j'ai réimprimé le petit livre des Colloques : quel qu'en soit l'auteur et à quelque source qu'il ait puisé, ce manuel peut faciliter grandement l'apprentissage de la conversation quotidienne. [...] La sécheresse des règles éloigne beaucoup de gens de l'étude des langues, sans laquelle il est impossible de voir clair et d'avancer dans n'importe quelle discipline ; or, le meilleur moyen d'apprendre une langue, c'est de la parler. »

  • 5 ASD I, 3, p. 118, 1. 4-5

4Cet avertissement au lecteur est suivi d'un court poème in commendationem Colloquiorum, dans lequel un spécialiste, le professeur de Louvain Conrad Goclenius, trouve les mots capables de convaincre les écoliers : « Veux-tu, petit garçon, apprendre le latin sans peine et éviter de perdre dix années de ta vie 5  ? »

  • 6 ASD I, 3, p. 119-120. Sur cette leçon de méthodologie, voir F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, (...)

5Enfin, pour accentuer le caractère didactique du manuel, Érasme y a fait insérer une lettre composée de nombreuses années auparavant, le Quis sit modus repetendae lectionis, qui est une sorte de mode d'emploi : l'auteur y explique en effet à ses lecteurs comment retenir un texte ou une leçon sans l'apprendre par cœur 6.

***

  • 7 L. A. Kesper, Geschiedenis van het Gymnasium te Gouda, p. 84-85, Gouda, 1897, cité par R. R. Post, (...)
  • 8 La formule « in gratiam iuventutis », insérée pour la première fois dans le titre des Formulae par (...)

6A l'exception d'un plan d'études pour Gouda 7, qui daterait de 1521, nous conservons peu de traces de l'utilisation de ce manuel revu par Érasme à l'intention des écoliers. Toutefois, l'initiative de l'humaniste et les arguments publicitaires avancés par les imprimeurs indiquent clairement que les lecteurs se recrutaient surtout dans les milieux scolaires 8.

  • 9 Voir supra, p. 109, n. 5.
  • 10 Vivès le fera remarquer à Érasme dès 1526 ; voir Allen, Opus, t. VI, p. 374-375 (n° 1732,1. 29-39) (...)
  • 11 J. Le Coultre, Maturin Cordier et les débuts de la pédagogie protestante dans les pays de langue f (...)

7A partir de mars 1522, l'ouvrage conquiert naturellement un public plus large, car le manuel de conversation latine à l'usage presque exclusif 9 des écoliers et de leurs maîtres se double désormais d'un manuel de morale et de piété. Au fil des rééditions, l'auteur des Formulae oublie quelque peu ses jeunes lecteurs 10 pour flatter les goûts de leurs aînés : la satire l'emporte insensiblement sur les exercices de synonymie et de vocabulaire, les remarques grammaticales cèdent le pas aux conseils moraux et religieux. Les maîtres d'école cessent-ils pour autant de lire l'ouvrage dans leurs classes  ? C'est l'avis de J. Le Coultre, l'historien de Maturin Cordier, qui écrit à propos des Colloques : « Nous ne croyons pas qu'ils aient jamais été utilisés dans les écoles, malgré la grande vogue qu'ils ont eue 11. »

8Cette affirmation étonnante peut s'expliquer. Il est évident que, dans le désir inavoué de glorifier Maturin Cordier, Le Coultre a tendance à minimiser l'importance des Colloques érasmiens. Par ailleurs, il a peu ou mal exploité ces documents irremplaçables que sont les programmes scolaires. Enfin, sans doute, éprouvait-il quelque difficulté à imaginer le prince des humanistes sous les traits d'un simple auteur scolaire.

  • 12 J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio de pueris..., p. 41.
  • 13 Voir le témoignage de l'Espagnol Jean Maldonatus, dans Allen, Opus, t. VI, p. 395 (n° 1742, 1. 75- (...)

9En ce domaine, en effet, Érasme semble être victime de sa réputation. Certains de ses historiens ont la fâcheuse tendance d'oublier que l'auteur de l'Éloge de la Folie, que l'éditeur du Nouveau Testament prit aussi la peine d'écrire des livres d'école. Certes, ils étudient son œuvre pédagogique, mais ils paraissent se refuser à voir en Érasme autre chose qu'un génial « théoricien de la pédagogie pratique » 12, ils ne s'interrogent guère sur l'éventuelle application de ses idées pédagogiques, limitant l'étude de l'influence de la pédagogie érasmienne à l'analyse du sort réservé par quelques individualités à certaines intuitions psycho-pédagogiques de l'humaniste. Or, il existe une preuve palpable de l'influence érasmienne : c'est l'utilisation des ouvrages d'Érasme dans les écoles 13.

  • 14 Dédié à la nouvelle école fondée à Londres par John Colet (Allen, Opus, n° 260) cet ouvrage sera u (...)
  • 15 F. de Dainville, Librairies d'étudiants toulousains à la fin du xvie siècle, dans Bibliothèque d'H (...)
  • 16 Allen, Opus, t. IV, p. 428 (n° 1175, 1. 35-36) : « Libellus terebatur studiosae iuventutis manibus (...)
  • 17 A. Gerlo, L'Opus de conscribendis epistolis, dans Colloquia Erasmiana Turonensia, t. I, p. 229, 23 (...)
  • 18 Voir notamment R. Vormbaum, Die evangelische Schulordnungen des sechszehnten Jahrhunderts, p. 29, (...)
  • 19 Les concurrents d'Érasme eux-mêmes recommandent la lecture des Colloques à leurs lecteurs. Adrien (...)

10Érasme ne peut certes pas être réduit à la dimension d'un obscur auteur de manuels ni être comparé à un Maturin Cordier ou à un Pierre Mosellanus. Il importe toutefois de ne jamais oublier que certains ouvrages de l'humaniste, par exemple le De duplici copia verborum ac rerum, étaient destinés aux écoliers 14 et que d'autres devinrent des manuels scolaires très appréciés 15 : c'est le cas notamment des Adages 16, du De conscribendis epistolis 17, du De civilitate morum puerilium 18 et surtout des Colloques 19, qui seuls retiendront ici notre attention.

11A partir de 1522, l'utilisation des Colloques dans les écoles est en effet attestée par de nombreux documents. Le plus ancien est une lettre datée du 27 mai 1522, dans laquelle Jean Bacchusius, directeur des écoles du Chapitre de Saint-Donatien à Bruges, félicite Érasme de la publication de la première édition reconnue :

  • 20 Allen, Opus, t. V, p. 68 (n° 1286,1. 20-30). Sur l'auteur de cette lettre, voir M. A. Nauwelaerts, (...)

« J'espère que jeunes et vieux compulseront ce livre à l'envi et avec un égal empressement, qu'ils en useront les pages et même qu'ils l'apprendront par cœur, pour retirer un profit sans égal. Qui en effet serait assez stupide pour ne point reconnaître combien ces Colloques sont élégants, combien ils sont pleins d'à-propos, combien enfin ils sont utiles  ? Car personne, que je sache, ne pousse la paresse jusqu'à refuser la clarté et la perfection à nos conversations les plus familières, aux expressions dont nous usons presque à chaque instant. En ce qui me concerne, je t'avoue que je ferai en sorte que, grâce à tes Colloques, la jeunesse brugeoise finisse par devenir la plus savante de toutes, instruite au point de réjouir le cœur des lettrés et d'enflammer pour les lettres celui de leurs propres parents. Ceux qui voient leur progéniture éduquée et instruite comme il faut éprouvent en effet une bien grande joie et ils poussent leurs semblables dans la voie qu'ils ont choisie pour leur famille 20. »

  • 21 J. Müller, Vor- und Frühreformatische Schulordnungen und Schulver-träge in deutscher und niederlän (...)
  • 22 R. Vormbaum, Die evangelischen Schulordnungen des sechszehnten Jahrhunderts, p. 6 ; K. Hartfelder, (...)
  • 23 M. L. Clarke, Classical Education in Britain 1500-1900, p. 180, Cambridge, 1959 ; T. W. Baldwin, o (...)
  • 24 R. Vormbaum, op. cit., p. 20-21.
  • 25 R. Vormbaum, op. cit., p. 29 ; K. Hartfelder, op. cit., p. 426-427
  • 26 F. Koldewey, Braunschweigische Schulordnungen von den ältesten Zeiten bis zum Jahre 1828, t. I, p. (...)
  • 27 Sur le lac de Constance ; voir H. Ockel, Geschichte des höheren Schul-wesens in Bayerisch-Schwaben (...)
  • 28 Allen. Opus, t. VII, p. 508 (n° 2058, n. 4).
  • 29 Allen, Opus, t. XI, p. 96 (n° 3002,1. 617-629).
  • 30 Notamment à l'Université de Saragosse ; voir M. Bataillon, op. cit., p. 524, n. 3 ; voir aussi p. 6 (...)
  • 31 Un arrêt du Parlement de Dôle interdit en 1535 aux régents et maîtres d'école de lire publiquement (...)
  • 32 Les Colloques sont condamnés dès le 16 mai 1526, mais leur utilisation dans les collèges de l'Unive (...)
  • 33 Allen, Opus, t. VI, p. 4 (n° 1537, 1. 25-30) (Pierre Curtius à Érasme, Louvain, 21 janvier 1525) : (...)
  • 34 Les Colloques faisaient vraisemblablement partie des manuels d'Érasme dont l'inquisiteur Thierry He (...)

12Il semble que l'enthousiasme de Bacchusius ait été partagé par ses confrères, puisque, du vivant même d'Érasme, les Colloques figurent en bonne place dans un grand nombre de programmes scolaires. L'utilisation de l'ouvrage est notamment prescrite au collège (collegium) de Zwickau 21en 1523, dans toutes les écoles de la Saxe électorale 22 et à Eton 23 en 1528, à Hambourg 24 en 1529, à Wittenberg 25 en 1533, à la schola Martiniana et à la schola Aegidiana de Brunswick 26 en 1535 et à l'école de Lindau 27 en 1536. D'autres témoignages indiquent que les Colloques étaient aussi employés à Fribourg 28, en Italie 29, en Espagne 30, en Franche-Comté 31, à Paris 32, à Louvain 33 et sans doute à Liège 34.

  • 35 Dans l'école de Saint-Pierre-le-Vieux dirigée par Jean Schwebel : voir Institutio scholae ad Petrum (...)
  • 36 K. Reissinger, Dokumente zur Geschichte der humanistischen Schulen im Gebiet der Bayerische Pflaz, (...)
  • 37 K. Brunner, Die Badischen Schulordnungen, t. I, p. 437-438, Berlin, 1902.
  • 38 Baldwin, op. cit., t. I, p. 164-165 ; A. F. Leach, Educational Charters and Documents 598 to 1909, (...)
  • 39 Vormbaum, op. cit., p. 34 et p. 41.
  • 40 Lurz, Mittelschulgeschichtliche Dokumente Altbayerns, einscMiesslich Regensburgs, t. II, p. 332-333 (...)
  • 41 Koldewey, op. cit., t. II, p. 14, Berlin, 1890 ; Vormbaum op. cit., p. 45.
  • 42 Ockel, op. cit., p. 126.
  • 43 Vormbaum, op. cit., p. 404-405. L'archevêque de Cologne, Hermann von Wied, passé à la Réforme, avai (...)
  • 44 Baldwin, op. cit., t. I, p. 174 et p. 178.
  • 45 Dans le Suffolk occidental. Baldwin, op. cit., t. I, p. 297-299.
  • 46 Dans le Hampshire. F. Watson, The English Orammar Schools to 1660. Their Curriculum and Practice, p (...)
  • 47 Dans le Nottinghamshire. Baldwin, op. cit., t. I, p. 314.
  • 48 H. Schnell, Das Unterrichtswesen der Grossherzogtümer Mecklenburg-Schwerin und Strelitz, t. I, p. 1 (...)
  • 49 Vormbaum, op. cit., p. 415.
  • 50 K. Reissinger, op. cit., t. II, p. 6.
  • 51 En Bavière, à l'ouest d'Ingolstadt. Ockel, op. cit, p. 249.
  • 52 Dans le comté de Durham. Baldwin, op. ci., t. I, p. 490 et p. 129.
  • 53 Lurz, op. cit, t. I, p. 304.
  • 54 En Bavière, entre Augsbourg et Munich. Lurz, op. cit., t. I, p. 266.
  • 55 En Bavière, au nord-est de Munich. Lurz, op. cit., t. I, p. 288.
  • 56 En Bavière, sur l'Inn. Lurz, op. cit., t. I, p. 290.
  • 57 A. F. Leach, Educational Charters and Documents, p. 510-511.
  • 58 Koldewey, op. cit., t. I, p. 107.
  • 59 En Bavière. Lurz, op. cit., t. I, p. 322.
  • 60 Vormbaum, op. cit., p. 165 et p. 172.
  • 61 J. I. Van Doorninck, Bouwstoffen voor eene geschiedenis van het onderwijs in Overijssel, dans Bijdr (...)
  • 62 Vormbaum, op. cit., p. 530.
  • 63 Sur la Baltique. Schnell, op. cit., t. I, p. 287.
  • 64 Dans le Norfolk. Baldwin, op. cit., t. I, p. 416.
  • 65 S. Tync, Dzieje gimnazjum Torunskiego, t. I, p. 46-47, p. 53, p. 63, Torun, 1928. Les Colloques sem (...)
  • 66 Dans une école privée calviniste, dirigée par un certain Adrien Trésiel : voir P. Genard, Personnes (...)
  • 67 Au nord du Pays de Galles. Baldwin, op. cit., t. I, p. 304.
  • 68 R. Hoven, Écoles primaires et écoles latines dans le diocèse de Tournai en 1569, dans Horae Tornace (...)
  • 69 Clarke, op. cit., p. 135 et p. 214.
  • 70 Dans le Lancashire. Baldwin, op. cit., t. I, p. 347.
  • 71 Aujourd'hui Wroclaw, en Silésie. Vormbaum, op. cit., p. 192-193, p. 219. Les Colloques sont utilisé (...)
  • 72 Au nord du Pays de Galles. Baldwin, op. cit., t. I, p. 383.
  • 73 L. Miedema, Resolutiёn van de Vroedschap van Utrecht betreffende de Académie, p. xcvi, Utrecht, 190 (...)
  • 74 Aujourd'hui Brzeg, sur l'Oder, au sud-est de Wroclaw. Voir Illustris Scholae Bregensis Constitution (...)
  • 75 P. Bartusch, Die Annaberger Lateinschule, p. 157, Annaberg, 1897.
  • 76 Dans le Middlesex. Baldwin, op. cit., t. I, p. 310-311.
  • 77 Dans le comté du même nom. Baldwin, op. cit., t. I, p. 412-413.
  • 78 Dans le Hertfordshire, au nord de Londres. Baldwin, op. cit., t. I, p. 387.
  • 79 P.-D. Bourchenin, Étude sur les Académies protestantes en France au xvie et au xviie siècle, p. 203 (...)

13Après la mort d'Érasme, l'utilisation scolaire des Colloques est attestée dans les villes ou régions suivantes : Strasbourg 35 (1537), Spire 36 (vers 1540), Bade 37 (1541), Canterbury 38 (1541), principauté de Schleswig-Holstein 39 (1542), Ratisbonne 40 (1542), duché de Brunswick-Wolfenbütte 41 (1543), Nordlingen 42 (1543), évêché de Cologne 43 (1543), Westminster 44 (vers 1544), Bury Saint Edmunds 45 (1550), Winchester 46 (vers 1550), East Retford 47 (1552), duché de Mecklembourg 48 (1552), Magdebourg 49 (1553), duché de Deux-Ponts 50 (1557), Neuburg-sur-Danube 51 (avant 1559), Witton 52 (1558), Munich 53 (1559), Fürstenfeldt 54 (1560), Erding 55 (1560), Braunau 56 (1560), Westminster 57 (1560), Brunswick 58 (1562), Landshut 59 (vers 1562), Poméranie 60 (1563), Deventer 61 (1564), Brandebourg 62 (1564),Wismar 63 (1566),Norwich 64 (1566), Torun 65 (1568-1594), Breda 66 (1566-1568), Bangor 67 (1569), Tournai 68 (1569), Glasgow 69 (vers 1570), Rivington 70 (vers 1570), Breslau 71 (vers 1574), Ruthin 72 (vers 1574), Utrecht 73 (1578), Brieg 74 (1581), Anna-berg 75 (1581), Harrow 76 (1591), Durham 77 (1593), Aldenham 78 (1600), Montauban 79 (1600).

14Cette longue liste, établie principalement d'après les programmes scolaires, témoigne du succès considérable des Colloques dans les écoles de Grande-Bretagne et dans celles de l'Allemagne luthérienne. Le manuel érasmien est également utilisé dans les régions restées fidèles à Rome, non seulement en Bavière, mais aussi dans les anciens Pays-Bas, en Espagne, au Portugal, en France, comme l'attestent, nous allons le voir, de nombreuses éditions scolaires ainsi que les réactions défavorables des adversaires de l'ouvrage et de son auteur.

  • 80 Voir T. W. Baldwin, op. cit, t. I, p. 75-133 et passim ; P. Mesnard, Les débuts de la pédagogie ang (...)
  • 81 D. Martin Luthers Werke. Tischreden, t. I, p. 397 (n° 817), Weimar, 1912 et t. III, p. 136-137 (n° (...)
  • 82 D. Martin Luthers Werke. Briefwechsel, t. VII, p. 38-39 (n° 2093, 1. 409-417), Weimar, 1937. Voir L (...)
  • 83 Voir la réponse d'Érasme à cette lettre : Purgatio, LB X, col. 1555 F-1556 A. Voir aussi Allen, Opu (...)
  • 84 K. Hartfelder, op. cit., p. 421-422 ; p. 426-427. Dans une lettre à Camerarius du 31 mars 1538, le (...)
  • 85 Les Colloques sont très répandus dans les bibliothèques pastorales ; voir B. Vogler, Le clergé prot (...)
  • 86 Voir E. E.Fabian, M. Petrus Plateanus, Rector der Zwichauer-Schule von 1535 bis 1546, dans Gymnasi (...)

15L'utilisation des Colloques dans les grammar schools britanniques n'est pas surprenante : l'influence profonde exercée par Érasme sur la pédagogie anglaise de la Renaissance a été maintes fois soulignée 80. L'adoption du manuel de conversation latine dans les écoles luthériennes est peut-être plus étonnante si l'on se souvient de l'anathème lancé par Luther dans les Tischreden : « Sur mon lit de mort, j'interdirai à mes fils la lecture des Colloques. Sous le couvert de personnages fictifs, Érasme insinue des impiétés et il propose des principes qui visent à miner l'Église et la foi chrétienne » 81. Ce témoignage de seconde main est corroboré par une lettre du 11 mars 1534 à Nicolas Amsdorf : « Je souhaiterais vivement que tout Érasme soit chassé de nos écoles » 82. C'est évidemment aux Colloques que pensait le réformateur, et Érasme ne s'y est pas trompé 83. Il semble que l'influence de l'érasmien Mélanch-thon, rédacteur des premiers programmes destinés aux écoles réformées 84 ait été prépondérante, puisque, malgré Luther, l'utilisation des Colloques se généralisa dans toute l'Allemagne luthérienne 85. Les règlements scolaires qui nous sont parvenus ne donnent qu'une idée fort imparfaite de l'invasion érasmienne : la plupart d'entre eux étant applicables dans une vaste région, ce n'est pas une école, mais un nombre relativement important d'établissements scolaires qui inscrivent les Colloques à leur programme. Nous sommes malheureusement mal informés sur la durée de validité de ces Schulordnungen. Certains restent valables très longtemps : déjà en usage à la schola Martiniana de Brunswick en 1536, les Colloques sont encore recommandés en 1562 par le nouveau règlement de cette école. Parfois, par contre, un simple changement de directeur à la tête d'une école provoque un bouleversement des programmes : figurant en 1523 dans le programme du collegium de Zwickau, les Colloques ne sont déjà plus utilisés sous le rectorat de Pierre Plateanus 86, de 1535 à 1546.

  • 87 Le nombre de classes est très variable : certaines écoles en comptent trois, d'autres jusqu'à neuf  (...)

16Ces réserves faites, et en dépit des structures souvent très différentes 87 de toutes ces écoles latines, on ne peut manquer d'être frappé, en ce qui concerne l'utilisation des Colloques, par le parallélisme de tous ces programmes.

  • 88 Allen, Opus, t. X, p. 104 (n° 2719, 1. 1-2).
  • 89 Voir Allen, Opus, t. VII, p. 414 (n° 2006, 1. 10-12) : « magistri mea Colloquia praelegere pueris i (...)
  • 90 Voir notamment les règlements de Hambourg, du Schleswig-Holstein, de Cologne et de la Saxe électora (...)
  • 91 Vormbaum, op. cit., p. 304. Voir aussi le programme de l'école de Breslau (1570), dans Vormbaum, op (...)
  • 92 C'est le cas à l'école de Brieg : « Hora octava exigitur recitatio a pueris Dialogorum, atque ita i (...)
  • 93 Vormbaum, op. cit., p. 21 (Schulordnung aus der Hamburgischen Kirchenordnung, 1529) : « Item idt is (...)

17Dans la plupart des écoles, en effet, l'ouvrage est utilisé dans les petites classes, du moins dans celles dont les élèves savent déjà lire et écrire et commencent à apprendre les premiers rudiments de la grammaire. Le texte est lu aux écoliers de deuxième ou de troisième année : « Quand j'entendais tes Colloques, alors que j'étais presque un enfant », écrira Pierre du Chastel à Érasme 88. Le maître lit le texte, il l'explique, il le commente (praelegere) 89 ; il expose à ses élèves une leçon qui devra être apprise par cœur et répétée le lendemain ou les jours suivants 90. Les élèves apprennent ainsi un certain nombre de phrases toutes faites susceptibles de leur servir dans la vie de tous les jours, à l'école, en rue, à la maison : Quales sunt Erasmicae salutandi, et bene precandi, invitandi ad convivía, consecrandi potum, colloquendi in mensa, petendi quippiam a precep-tore et símiles formulae, précisent les Constitutiones scholae Bregensis 91 de 1581. Dans certaines écoles, les enfants doivent réciter leur leçon en se donnant la réplique 92 : aussi ces répétitions se transforment-elles parfois en de véritables représentations théâtrales données dans l'enceinte même de l'établissement 93.

  • 94 Vormbaum, op. cit., p. 527 : « proponet praeceptor tales lectiones unde cognitionem et usum latini (...)
  • 95 Th.Platter, Autobiographie, trad. Marie Helmer, dans Cahiers des Annales, t. 22, p. 40, Paris, 196 (...)
  • 96 Baldwin, op. cit., t. I, p. 314.
  • 97 Lurz, op. cit., t. I, p. 324.

18L'apprentissage du vocabulaire usuel, l'initiation à la conversation latine, — cognitio et usus latini sermonis, lit-on dans le programme de l'école de Brandebourg 94, — n'est qu'un des aspects de l'utilisation scolaire des Colloques, puisque cet ouvrage permet également au professeur d'enseigner à ses élèves les rudiments de la grammaire latine. La méthode employée est celle qui était en usage au temps où Thomas Platter fréquentait l'école et y étudiait les Comédies de Térence : « Ce qu'on enseignait, écrit Platter dans son Autobiographie 95, il fallait d'abord le dicter, ensuite l'analyser, puis le construire, à la fin seulement l'expliquer. [...] Il nous fallait alors décliner les mots d'une comédie entière. » Les Colloques sont étudiés de la même façon : le règlement d'East Redford stipule qu'ils devront être dissolved and discussed Verbatim and the reason of each construction shewed 96 ; celui de Landshut précise que les élèves passeront le plus clair de leur temps interpretando, coniugando et declinando 97.

  • 98 Au xiiie siècle déjà, l'étymologie comprend tout ce qui est relatif aux déclinaisons, aux conjugais (...)
  • 99 Leges et disciplina scholae Daventriensis, dans j. I.Van Doorninck, art. ci, p. 207.
  • 100 Schulordnung aus der Kölnischen Kirchenordnung, dans Vormbaum, op. ci, p. 405. Voir aussi le règlem (...)

19Comme les Comédies de Térence, les Colloques servent à enseigner une partie seulement de la grammaire, que les documents appellent etymologia, mais que nous nommons morphologie 98 : « Dans la septième classe, précisent les Leges et disciplina scholae Daventriensis, les enfants apprendront Pétymologie, c'est-à-dire les règles concernant les genres et les déclinaisons des noms, les prétérits et supins des verbes au moyen de quelques agréables colloques d'Érasme 99 ». Le règlement de Cologne est tout aussi explicite : « Les écoliers resteront dans la deuxième classe jusqu'au moment où ils connaîtront passablement toute l'étymologie. [...] Ce qu'on leur aura enseigné un soir, ils devront l'exposer eux-mêmes les jours suivants et apprendre à décliner et à conjuguer quelques mots. Ainsi on les interrogera sur les règles grammaticales concernant les genres, les cas, les prétérits, les supins » 100.

  • 101 Vormbaum, op. cit., p. 415.
  • 102 Vormbaum, op. cit., p. 172.
  • 103 Vobmbaum, op. cit., p. 29 : « und des Andern tags soll man constructiones und declinationes daraus (...)
  • 104 K.Brunneb, op. cit., t. I, p. 438.
  • 105 Vombaum, op. cit., p. 530.
  • 106 Vormbaum, op. cit., p. 192.
  • 107 Baldwin, op. cit., t. I, p. 314.

20Certains programmes, tel celui de Magdebourg (1553), classent les Colloques parmi les manuels des rudimentarii etymologiae, c'est-à-dire des écoliers qui étudient seulement la morphologie élémentaire, sans les exceptions 101. Dans d'autres écoles, par contre, l'ouvrage est mis entre les mains des enfants qui, possédant déjà une connaissance passable de l’ « étymologie », doivent apprendre la syntaxe et les secrets de la langue latine. Prescrivant l'utilisation des Colloquia quotidiana Erasmi, l'ordonnance scolaire de Poméranie ajoute : Aus diesen lectionibus und autoribus können die Kinder latinam fruchtbarlich lernen, wenn die Prâeceptores selbst gute Grammatici sind (darauf man fleissig Acht haben soll) und wenn sie Formas loquendi, phrases sermonis, repetiones Etymologiae et Syntaxeos fleissig und treulich daraus treiben und exerciren 102. Les règlements des écoles de Wittenberg 103 et de Bade 104 insistent également sur ce point, soulignant que les Colloques doivent servir à l'étude des constructiones. A Bade, mais aussi à Brandebourg 105 et à Breslau 106, un exercice de « rétroversion » est imposé chaque semaine aux écoliers, afin qu'ils appliquent les règles qui leur auront été enseignées. Il en va de même à East Redford, où le principal exercice de la classe devant laquelle sont commentés les Colloques consiste à traduire les phrases from English to Latin and e diverso 107.

  • 108 Bade (Brunner, t. I, p. 437), à Spire (Reissinger, t. II, p. 371), à Brunswick (Koldewey, t. I, p. (...)
  • 109 A Bade (Brunner, t. I, p. 437), en Poméranie (Vormbaum, p. 172), à Wittenberg (Vormbaum, p. 29), à (...)
  • 110 En Saxe électorale, à Hambourg, dans la principauté de Schleswig Holstein, à Cologne, à Magdebourg (...)
  • 111 Comme Adrien Barland le fait dire à un des personnages de ses Dialogi LVII (Anvers, Michel Hillen, (...)
  • 112 Vives est utilisé à Brandebourg (Vormbaum, p. 530), à Tournai (Hoven, p. 185) et à Montauban (Bourc (...)
  • 113 Seuls les écoliers d'Aldenham étudient Érasme et Cordier : voir Baldwin, op. cit., t. I, p. 387. Su (...)

21En même temps que les Colloques, les apprentis latinistes étudient les Comédies de Térence 108, les Lettres de Cicerón 109, mais aussi d'autres colloques scolaires, le plus souvent ceux de Mosellanus : la lecture de la Paedohgia 110 sert d’introduction à celle des Colloques, qui elle-même prépare à l'étude du Comique latin 111. Si les colloques de Vives (Exercitatio linguae latinae) et les Dialogi sacri de Sébastien Castellion sont mentionnés dans quelques programmes 112, les Colloquia scholastica de Maturin Cordier ne rencontrent guère de succès auprès des utilisateurs des Colloques 113.

  • 114 A. F. Leach, Educational Charters and Documents, p. 510.

22Les élèves écoutent ces textes, ils notent les commentaires, les gloses, les explications, les paraphrases, mais aussi, quelquefois, les flores, phrases vel dicendi locutiones, item antitheta, epitheta, synonyma, proverbia, similitudines, comparationes, historias, descriptiones temporis, loci, personarum, fabulas, dicteria, schemata, apophtegmata, comme le stipulent les statuts de l'école de Westminster (1560) 114.

  • 115 Baldwin, op. cit., t. I, p. 347.
  • 116 K.Reissinger, op. cit., t. II, p. 371.
  • 117 G.Lurz, op. cit., t. I, p. 322.

23En plus de l'apprentissage de la conversation et de la grammaire latines, la lecture des Colloques permet donc l'étude de la rhétorique élémentaire ou, plus exactement, elle facilite l'initiation des enfants à l'art de parler et d'écrire le latin. Le but recherché par les maîtres est de montrer, d'expliquer à leurs auditeurs comment s'exprimer comme les modèles qui leur sont proposés : perfection is not to be looked for in these young years, nor in these Grammar rules, lit-on dans le programme de l'école de Rivington, but rather in observing, noting, and learning how the best Latin authors or writers have used to write, or to speak, and place words and sentences 115. Dans certaines écoles, le De copia verborum ac rerum est d'ailleurs étudié en même temps que les Colloques : c'est notamment le cas à Spire, où les Colloques servent de manuel aux élèves qui iam grammaticae precepta mediocriter tenent 116, et à Landshut, où ils sont utilisés dans la classe des doctiores, qui est celle où l'on apprend la copia verborum et Vemendata dictio 117.

  • 118 Saxe électorale, Hambourg, Schleswig-Holstein, Brunswick.
  • 119 Fürstenfeldt, Landshut, Wismar, Strasbourg. — Sans doute s'agit-il de la « prima pars Colloquiorum  (...)
  • 120 Brunswick, Utrecht..
  • 121 Tournai
  • 122 Brunswick
  • 123 Braunau, Tournai, Norwich.

24Dans la plupart des écoles, le choix des colloques est laissé au maître. Certains programmes précisent toutefois que le professeur prendra soin d'extraire les passages « les plus profitables et les plus convenables » 118 ; d'autres règlements conseillent d'utiliser des colloquia minora 119, selecta 120, selectiora 121, breviora 122 ou un epitome colloquiorum 123.

  • 124 Un choix des principales répliques des Formulae est publié en 1521 et réédité en 1532 ; voir B.B., (...)
  • 125 Nijhoff-Kronenberg, Nederlandsche Bibliographie, n° 2880 (Bibliothèque de la Ville de Bruges : 4/64 (...)
  • 126 Nijhoff-Kronenberg, Nederlandsche Bibliographie, n° 4225.
  • 127 B.B., E. 655.

25Pour faciliter la tâche des pédagogues, les imprimeurs eurent très tôt 124 l'idée de mettre à leur disposition des recueils de colloques choisis. En 1530, Guillaume Vorsterman imprime à Anvers un opuscule intitulé Collectanea dialogorum D. Erasmi Roterodami selectorum, ad maiorem studiosae iuventutis commoditatem 125. En 1534, un autre imprimeur anversois, Michel Hillen, publie un recueil du même genre : D. Erasmi Roterodami dialogi aliquot faciliores, ex familiaribus eius coïloquiis in puerorum usum selecti. Le volume est précédé d’une préface datée du 17 novembre 1528, ce qui laisse supposer qu'une première édition, aujourd’hui perdue, a paru à la fin de l’année 1528 ou au début de 1529 126. L'ouvrage sera encore réédité en 1545 127.

  • 128 Il s'agit de Lodewijk Loots, successeur du célèbre Jean Custos ; voir J. Ernalsteen, « Rome ». De g (...)

26L'absence de contrefaçons semble indiquer que ces deux florilèges anversois furent surtout utilisés dans les Pays-Bas. Celui imprimé par Michel Hillen est d’ailleurs dédié au directeur de l’école latine de Brecht : Hosce igitur diálogos tibi [...] in tuo Gymnasio passim evulgandos ac distrahendos committo 128.

  • 129 B.B., E. 646.
  • 130 B.B., E. 647 à 654 ; E. 837.

27Un troisième recueil de dialogues choisis voit le jour du vivant d’Érafme. Composé à l’intention des écoliers de Magdebourg et publié dans cette ville par Michel Lotter 129 en 1534, il fut réimprimé à neuf reprises au moins au cours du xvie siècle, non seulement à Magdebourg, mais aussi à Leipzig, à Augsbourg, à Bautzen, à Francfort-sur-l’Oder et à Konigsberg 130.

  • 131 B.B., E. 635. Bien qu'il ne contienne que de banales formules de conversation, tirées de l’édition (...)
  • 132 B.B., E. 636 à E. 642. L'édition londonienne (H. Sutton, 1552) n'est pas mentionnée dans la Bibliot (...)
  • 133 Baldwin, op. cit., t. I, p. 494 sv.
  • 134 F.Ritter, Répertoire bibliographique des livres imprimés en Alsace au xvie siècle de la Bibliothèq (...)

28La plus célèbre des anthologies à l’usage de la jeunesse fut publiée par Jacques Frölich à Strasbourg en 1537, sous le titre d’Epitome Colloquiorum Erasmicorum, continens in se communiores quotidiani sermonis formulas 131. Elle fut réimprimée de nombreuses fois, notamment à Anvers, à Nuremberg, à Augsbourg, à Cologne et à Londres 132. A la fin du xvie siècle, certains imprimeurs anglais , parvinrent même à acquérir les droits d’impression et de vente de ce petit livre dans leur pays 133. Entretemps, en 1542, pour tenter sans doute de lutter contre la concurrence des contrefacteurs, Frôlich avait édité une version à peine remaniée de son Epitome mais dotée d’un nouveau titre : Quotidiani sermonis formulae communiores ex Erasmi Roterodami Colloquiis 134.

  • 135 Ce volume est conservé à la Gemeentebibliotheek de Rotterdam, avec une réédition datée de 1548.

29La même année, Pierre Gromors imprime à Paris un volume intitulé Repetendae lectionis ratio, qui contient l’Epistola de ratione studii, le Quis sit modus repetendae lectionis et quelques colloques « utiles pour parler correctement et pour former les mœurs » : les Lusus pueriles, Monitoria, Herilia, Diluculum et la Confabulatio pia 135.

  • 136 Cet argument publicitaire est également utilisé par Michel Hillen et par Michel Lotter. Sur ce suje (...)
  • 137 B.B., E. 656 et E. 657 (réédition sans date).
  • 138 « Provectioris aetatis adulescentibus qui iam sine cortice nare didicerunt, suadeo ut totum colloqu (...)

30Plus de trente ans plus tard, en 1579, l’imprimeur zurichois Christophe Froschover publie lui aussi des Colloquia... selecta ad utïlitatem puerorum Latine discentium, à l’intention des lecteurs qui ne peuvent s'offrir la version originale, opus amplius et maioris precii quam quod possit emi ab omnibus 136. Froschover invoque aussi la difficulté et le danger de certains dialogues, quae vel parum conveniant pueris vel lecta non admodum prosint 137. Du vivant même d’Érasme, Michel Hillen justifiait de la même façon la sorte d’autocensure à laquelle il s'était résolu : sintque in illis dialogi aliquot, qui delicatas ac molliculas quorundam aures mordaci vero non nihil offendunt. Réservant sa version abrégée aux plus jeunes, l’imprimeur anversois recommandait toutefois aux plus âgés la lecture de Y opus complet 138.

31La diffusion des éditions scolaires prouve que l’utilisation des Colloques était beaucoup plus généralisée que ne l’indique la liste des écoles où l’adoption du manuel est attestée par un programme ou par le témoignage d’un élève ou d’un professeur. Il est vrai que nous sommes loin d’avoir conservé tous les programmes scolaires du xvie siècle. Nous devons au formidable effort d’évangélisation et de scolarisation entrepris par les réformateurs d’être relativement bien informés en ce qui concerne l’Allemagne. Pour les autres pays, les témoignages sont beaucoup plus rares, souvent même indirects. En outre, nous avons vu que les programmes doivent être exploités avec prudence. La mention d’un ouvrage dans un programme ne prouve pas que cet ouvrage ait été effectivement utilisé. De même, la publication d’une édition scolaire dans une ville ne signifie pas nécessairement que les Colloques y soient en usage. On peut penser, toutefois, que les imprimeurs, qui ne disposaient pas toujours de vastes marchés, répondaient d’abord aux besoins de la clientèle locale ou régionale : Michel Lotter destine ses Colloquia selecta aux écoliers de Magdebourg (pro pueris scholae Magdeburgensis) et Jacques Frôlich imprime son Epitome Colloquiorum Erasmicorum l’année où la lecture des Colloques est inscrite au programme d’une école de Strasbourg.

  • 139 Vormbaum, op. cit., p. 432.
  • 140 Voir A. Bömer, Lernen uni Leben auf den Humanistenschulen im Spiegel der Lateinischen Schülerdialog (...)
  • 141 Tyrocinium linguae latinae ex optimis quibusdam auctoribus collectum, et in capita digestum, in gra (...)

32Que trouve-t-on dans ces recueils de colloques choisis  ? La majeure partie de chaque volume est occupée par les Familiarium colloquiorum formulae proprement dites, c'est-à-dire les formules et les petits dialogues qui, dans les éditions reconnues, précèdent le Convivium religiosum. S'ils négligent parfois certains exercices de synonymie et d’abondance verbale, les imprimeurs publient scrupuleusement tous les Lusus pueriles, ces récits de jeux d’enfants qui fournissent aux écoliers les expressions dont ils ont besoin pour s'adonner aux jeux autorisés dans l’enceinte de l’école. Tous les programmes scolaires du xvie siècle insistent en effet sur l’obligation de jouer « en latin » ; celui de l’école de Magdebourg (1553) stipule même que, « lorsqu'il existe des dialogues concernant les jeux, écrits par des hommes de valeur, chaque élève les prendra comme modèles pour ne s'exprimer qu'en latin, sauf s'il reçoit la permission de parler une autre langue » 139. Tous les recueils de colloques scolaires du temps contiennent au moins quelques récits de jeux 140. Certains auteurs s'inspirent d'ailleurs des Lusus pueriles d'Érasme : Pierre Apherdianus, notamment, y puise les réparties, les tournures toutes faites des chapitres qu'il consacre au jeu dans son Tyrocinium linguae latinae 141.

33S'ils réservent une partie importante de leurs recueils aux Lusus pueriles, les imprimeurs renoncent par contre à certains des autres petits dialogues contemporains : le De votis et Militaria figurent seulement dans l'édition zurichoise ; le De captandis sacerdotiis n'est retenu que par Hillen et Vorsterman. Même la Confabulatio pia ne recueille pas tous les suffrages ; elle est néanmoins reproduite par Hillen, Vorsterman, Gromors et Froschover.

  • 142 Sur les écoles de Zurich, voir F.Busser, Théorie et pratique de l'éducation sous la Réforme à Zuri (...)

34Parmi les colloques proprement dits, le choix est varié et parfois étonnant. Diluculum, Ars notoria et Nηφάλιον συμπόσιον apparaissent dans les volumes dus à Vosterman et à Lotter. Cet imprimeur publie en outre Echo, Senile colloquium, Convivium fabulosum et Inquisitio de fide. Ce dialogue entre un luthérien et un catholique figure bien sûr dans l'édition zurichoise, où il voisine avec Ementita nobilitas et, ce qui n'a rien de surprenant dans un manuel destiné aux écoliers de la ville de Zwingli, avec Naufragium 142.

35A l'exception de Jacques Frölich, les éditeurs de colloques choisis ne réduisent donc pas l'ouvrage à sa dimension initiale, puisqu'ils complètent les « formules d'entretiens familiers » par quelques dialogues édifiants. Le plus large choix est offert par Michel Hillen, qui n'hésite pas à publier huit colloques : Pseudochei et Philetymi, Abbatis et eruditae, Hippoplanus, Πτωχολογία, De rebus ac vocabulis, Epithalamium Petri Aegidii, Πτωχολογία et Echo. Ce recueil anversois est toutefois beaucoup moins complet qu'une édition scolaire coïmbroise de 1545.

  • 143 Les six colloques supprimés (Peregrinatio, Ichthyophagia, Funus, Synodus grammaticorum, Goncio, Exe (...)

36Les Colloquia ad meliorem mentem revocata, publiés à Coïmbre en 1545, cum facúltate Sanctae Inquisitionis, représentent en effet la tentative la plus sérieuse qui ait été faite pour adapter les Colloques à l’usage scolaire des catholiques. L'auteur, Juan Fernandez, professeur de rhétorique à l’Université de Coïmbre, conserve tous les colloques, sauf six, il en remanie une demi-douzaine d’autres, plus souvent par addition que par suppression, et il se permet d’en refaire deux : le De votis temere susceptis devient le De votis pie susceptis et la Virgo poenitens se métamorphose en Virgo constans 143.

  • 144 Fournier, Op. cit., p. 17.
  • 145 Reissinger, op. cit., t. II, p. 371.
  • 146 Baldwin, op. cit., t. I, p. 347.

37Les écoliers portugais semblent privilégiés par rapport aux autres écoliers. Si ces derniers disposent de recueils beaucoup moins copieux, ils ont toutefois la chance d’avoir accès au texte original, du moins en principe, puisque, dans la classe, c'est le maître qui décide. Les programmes mentionnent rarement le titre des colloques recommandés. Celui de l’école de Saint-Pierre-le-Vieux à Strasbourg prescrit la lecture de Colloquia maiora 144 ; celui de l’école de Rivington celle de some witty dialogue in Colloquiis Erasmi 145 ; celui de l’école de Spire est un peu plus précis : les écoliers doivent étudier « des dialogues comme Monita pedagógica, Puerilis pietas, Senile colloquium » 146.

  • 147 Voir, notamment, le témoignage d’un précepteur anglais, dans F.J. Furnivall, The Babees Book..., p. (...)
  • 148 H. De Jongh, L'ancienne Faculté de Théologie de Louvain, p. 252-253 et p. 49*. Voir infra, p. 212.
  • 149 Voir infra, p. 267.
  • 150 L. Febvre, Notes et documents sur la Réforme et l’Inquisition en Franche-Comté, p. 79 et p. 178, Pa (...)
  • 151 Voir infra, p. 296-297.

38Les Colloques furent donc utilisés ad vitam instituendam 147 comme Érasme le souhaitait, et c'est ce qui explique que, du vivant même de l’humaniste, certaines autorités catholiques ont tenté de s'opposer à l’emploi de l’ouvrage dans les écoles. En 1524, certains prêtres de Louvain refusent l’absolution aux étudiants qui confessent avoir lu les Colloques 148 ; en mai 1526, les théologiens parisiens tentent de faire interdire la lecture d’un ouvrage qui, « sous ombre de beau langage, induit à perverse doctrine » et, le 23 juin 1528, ils obtiennent du recteur de l’Université un édit interdisant l’utilisation des Colloques dans les différents collèges 149 ; le 15 juillet 1535, le Parlement de Dôle décide « que les régens et maistres d’escoles ne doyvent, à peine de la hart, lire publiquement le livre intitulé Colloquia Erasmi, ny les libraires les vendre » 150. Enfin, un an à peine après la mort d’Érasme, les auteurs du Consilium de emendanda Ecclesia, déplorant qu'il soit d’usage de lire les Colloques dans les écoles, demandent que cela soit désormais inlerdit 151.

  • 152 M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, p. 541.
  • 153 M. Bataillon, L'édition scolaire coïmbroise..., p. 251-252.
  • 154 G. Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 134, n. 1, Liège, 1962.
  • 155 Voir supra, p. 130. Le gouverneur de Tournai, Florent de Montmorency, possédait les Colloques dans (...)
  • 156 Notamment à Fürstenfeldt et à Braunau ; cfr supra, p. 129.
  • 157 P. N. M.Bot, Humanisme en onderwijs in Nederland, p. 213, n. 4, Anvers et Utrecht, 1955 ; cfr infr (...)

39Les mesures de prohibition ne furent prises que très lentement et elles ne touchèrent d’abord que l’ouvrage en version originale. Ainsi, bien que les Colloques aient été interdits en Espagne 152 dès le 13 septembre 1537 et inscrits, le 28 octobre 1547, sur la liste des livres prohibés par le grand Inquisiteur de Portugal, l’utilisation de l’édition scolaire coïmbroise fut encore tolérée jusqu'en 1551 dans les deux pays de la péninsule ibérique 153. Cet exemple d’utilisation tardive des Colloques dans les régions restées fidèles à Rome n'est pas unique. Bien que, dans un rapport adressé à l’Empereur en 1555, l’évêque de Tournai se soit plaint amèrement de l’audace et de la témérité de certains « advocatz qui bien souvent sont jeusnes gens venans recentement des estudes et imbuz des Colloques d’Erasme et aultres livres plains de dérisions des cérémonies de l’Eglise et de l'estat ecclésiastique » 154, les Colloques sont toujours lus en 1569 dans deux écoles tournaisiennes 155. En 1560, leur étude figure au programme de plusieurs écoles abbatiales et paroissiales bavaroises 156 et, à la même époque, ils sont toujours en usage dans les Pays-Bas septentrionaux, puisque c'est en 1562 seulement que le Synode diocésain d’Utrecht prescrira aux maîtres d’école d’éliminer le manuel de leurs classes 157.

  • 158 Voir infra, p. 301-302.
  • 159 M. Bataillon, Vers une définition de l’érasmisme, dans Colloquia Erasmiana Turonensia, t. I, p. 32, (...)
  • 160 Christophe Plantin publie encore l'Epitome Colloquiorum rasmicorum, à Anvers en 1580 ; voir B.B., E (...)
  • 161 Sur cette liste, qui constitue en quelque sorte la préface d’une réédition par A. Schott des Opera (...)
  • 162 La première édition conservée de ces Desiderii Erasmi Boterodami Colloquia familiaria in usum studi (...)
  • 163 En 1545, déjà, l’imprimeur gantois Josse Lambertus publie un volume intitulé Leges morales, cum ali (...)
  • 164 L'humaniste brabançon Christophorus Vladeraccus l’ayant sollicité d’imprimer des Colloquia Erasmi c (...)
  • 165 Sur ce plagiat, qui devait connaître un succès considérable, voir F. Bierdulaire, Des « Colloques » (...)
  • 166 Sur les remous causés dans les collèges des Jésuites par la mise à l’index des manuels érasmiens et (...)

40La publication de l’Index du Concile de Trente devait en principe porter un coup fatal à l’utilisation scolaire des Colloques érasmiens, soumise jusqu'alors à des réglementations locales 158. Ce serait toutefois une erreur de croire que les rigueurs de la prohibition ont fait presque instantanément disparaître de la circulation les ouvrages qu'elles atteignaient en les vouant à la destruction matérielle 159. L'éclipse ne fut pas immédiate 160 et elle ne fut sans doute pas totale : le jésuite André Schott, qui dresse en 1613 une liste des Dialogorum et colloquiorum scriptores in Belgio ne tolère-t-il pas l’utilisation de l’Epitome Colloquiorum 161  ? Or les Colloques n'étaient même pas partiellement utilisables, puisque l’Index du Concile de Trente avait refusé à l’ouvrage toute possibilité d’expurgation. Cela n'empêcha ps le sous-principal du Collège de Navarre de publier à Paris, vers 1656, une édition des Colloques « très soigneusement expurgée dans l’esprit du Concile » 162. Enfin, si les Colloques étaient interdits, leur utilisation anonyme était très difficilement contrôlable 163 Certains pédagogues n'hésitèrent sans doute pas à recourir à ce subterfuge 164. En 1657, le Père Antoine van Torre, préfet des études au collège de Courtrai, alla même plus loin, puisqu'il publia à l’intention des élèves des Jésuites des Dialogi familiares, qui contenaient plusieurs longs emprunts à peine déguisés aux Colloquia familiaria d’Érasme 165. Il est bien difficile pour un professeur de se priver totalement et jour au lendemain d’un bon manuel 166, et les Colloques étaient assurément l’un des meilleurs.

  • 167 De nombreux programmes scolaires du xviie et du xviiie siècle mentionnent les Colloques ; voir A. B (...)
  • 168 Comme l’écrit Guillaume Binauld, dans la préface d’une réédition des Colloquia familiaria [...] ad (...)
  • 169 En 1625, le célèbre Schoolordre promulgué par les États de Hollande prescrit l’utilisation des Coll (...)

41Pendant que les pédagogues catholiques étaient enfermés dans ce cruel dilemme, leurs collègues protestants allaient s’approprier un ouvrage 167, dont la condamnation officielle par Rome semblait indiquer qu’il leur était destiné. Cette annexion se fit toutefois avec prudence, car, si les Colloques « pouvaient conduire à extirper et à détruire tous les germes de papisme », ils « exhalaient néanmoins certains relents papistes » 168. Aussi, pour éviter tout risque de contamination, n’utilisa-t-on parfois que ce qui pouvait servir uniquement ad linguam puerilem expoliendam et préparer les enfants à la lecture de Térence 169.

  • 170 L’idée n’est pas absurde ; voir M. Fuhrmann, Casar oder Erasmus. Ueberlegungen zur lateinischen Lek (...)
  • 171 Comme l’auteur du pamphlet intitulé Ruardi Tappart Apotheosis le fait dire à l’inquisiteur Ruard Ta (...)

42César a aujourd’hui remplacé Térence. Sera-t-il à son tour supplanté par Érasme 170, qui fascinait tous les étudiants de son temps 171  ? La survie du latin est peut-être à ce prix.

Notes

1 ASD I, 3, p. 30, 1. 24-26 : « ut ad alios quoque studiosos hic thesaurus perveniret, apud malignos quosdam hactenus non secus custoditus ac vellus illud aureus », écrit Beatus Rhenanus, qui dédie le manuel aux deux frères Stalberger, élèves de son ami Guillaume Nesen. Les deux jeunes gens étaient âgés de quinze et dix-sept ans : voir Allen, Opus, t. VI, p. 278 (n° 1673, n. 18)

2 ASD I, 3, p. 73, 1. 3.

3 ASD I, 3, p. 75,1. 55-57 : « ne iuventus nostri nominis lenocinio decepta soloecismis inficeretur ». Voir aussi De utilitate colloquiorum, ASD I, 3, p. 741, 1. 7-9. Dans sa lettre de désaveu, Érasme énumère quelques fautes grossières : « Quis unquam dixit, daré salutationem, pro dicere salutem... » (ASD I, 3, p. 74, 1. 32-42). Cfr F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, p. 20

4 ASD I, 3, p. 116, 1. 54 à p. 117, 1. 62.

5 ASD I, 3, p. 118, 1. 4-5

6 ASD I, 3, p. 119-120. Sur cette leçon de méthodologie, voir F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, p. 25-26, 28-29

7 L. A. Kesper, Geschiedenis van het Gymnasium te Gouda, p. 84-85, Gouda, 1897, cité par R. R. Post, Scholen en onderwijs in Nederland gedu-rende de Middeleeuwen, p. 104-105, Utrecht et Anvers, 1954.

8 La formule « in gratiam iuventutis », insérée pour la première fois dans le titre des Formulae par Jean Froben, en mai 1519, sera reprise par la plupart des autres imprimeurs : voir B.B., E. 420, E. 422, E. 423, E. 424 à E. 440. Ces imprimeurs reproduisent également le poème de Goclenius.

9 Voir supra, p. 109, n. 5.

10 Vivès le fera remarquer à Érasme dès 1526 ; voir Allen, Opus, t. VI, p. 374-375 (n° 1732,1. 29-39) ; t. VII, p. 77 (n° 1830,1. 5 sv.) ; p. 106 (n° 1847, 1. 6 sv.). Cfr supra, p. 107-110.

11 J. Le Coultre, Maturin Cordier et les débuts de la pédagogie protestante dans les pays de langue française (1530-1564), p. 365, Neuchâtel, 1926.

12 J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio de pueris..., p. 41.

13 Voir le témoignage de l'Espagnol Jean Maldonatus, dans Allen, Opus, t. VI, p. 395 (n° 1742, 1. 75-76) : « de quo solo sit inter pueros ludum literarium frequentantes praecipuus sermo ? » (lettre à Érasme, Burgos, 1er septembre 1526). — Malgré son titre, le meilleur ouvrage sur le sujet est celui de T. W. Baldwin, William Shakspere's Small Latine and Lesse Greeke, t. I, Urbana, 1944. L'auteur se borne malheureusement à étudier l'influence exercée par Érasme sur les pédagogues anglais.

14 Dédié à la nouvelle école fondée à Londres par John Colet (Allen, Opus, n° 260) cet ouvrage sera utilisé notamment dans les collèges des Jésuites : voir G. Codina Mir, Aux sources de la pédagogie des Jésuites, p. 303-304, 312. Voir aussi infra, p. 137.

15 F. de Dainville, Librairies d'étudiants toulousains à la fin du xvie siècle, dans Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, t. IX, p. 129-140, Genève, 1947 ; M. Cytowska, Érasme en Pologne avant l'époque du Concile de Trente, dans Erasmus in English, n° 5, p. 10-16, 1972. — Voir aussi Allen, Opus, t. II, p. 334 (n° 459, 1. 32-35) : « Preterea in triviali ludo teneram curavi puericiam in Erasmo edoceri, unum Erasmum domi parentibus recensere, unum blesula illa commendare, praedicare, extollere » (W. Capiton à Érasme, Bâle, 2 septembre 1516).

16 Allen, Opus, t. IV, p. 428 (n° 1175, 1. 35-36) : « Libellus terebatur studiosae iuventutis manibus ». Voir aussi M. Scaduto, Lainez e l'Indice del 1559. Lullo, Sabunde, Savonarola, Erasmo, dans Archivum Historicum Societatis Jesu, t. 24, p. 3-32, Rome, 1955 ; L. Riber, Erasmo, en el « Indice Paulino », con Lulio, Sabunde y Savonarola, dans Boletin de la Real Academia Espanola, t. 38, p. 249-263, Madrid, 1958.

17 A. Gerlo, L'Opus de conscribendis epistolis, dans Colloquia Erasmiana Turonensia, t. I, p. 229, 231, Paris, 1972 ; G. Codina Mir, op. cit., p. 303-304, 310. Voir aussi W. Wislocki, Liber diligentiarum facultatif artisticae Universitatis Cracoviensis, t. I, p. 198, 200, 206, 208, 215, 223, 229, Cracovie, 1886.

18 Voir notamment R. Vormbaum, Die evangelische Schulordnungen des sechszehnten Jahrhunderts, p. 29, 415, 446, 172, 529, 196, 219, Gütersloh, 1860. Voir aussi F. Bierlaire, Erasmus at school : The « De civilitate morum puerilium libellus », dans Festschrift C. R. Thompson (sous presse).

19 Les concurrents d'Érasme eux-mêmes recommandent la lecture des Colloques à leurs lecteurs. Adrien Barlandus termine la préface de ses Dialogi (Anvers, Michel Hillen, mars 1527) par ces mots : « Bene vale, tibique liberali lusu animum remittenti, aut hic noster, aut quod malim, Erasmi Colloquiorum libellus sit in manibus » (f° A2 r°). Le deuxième dialogue des Colloquiorum puerilium formulae de Cornélius Crocus (Cologne, Ioannes Gymnicus, 1534) est précédé par les mots : « Plures qui volet aliasque omnis generis ex copiosissimo D. Erasmo Rot. colloquiorum thesauro petat » (f° A3 v°), Voir aussi Epitome ex opere D. Erasmi... Concinnatore Ioanne Nemio (Anvers. Jean Latius, 1556), p. 12 v°, 13 r°, 13 v°.

20 Allen, Opus, t. V, p. 68 (n° 1286,1. 20-30). Sur l'auteur de cette lettre, voir M. A. Nauwelaerts, Érasme et Gand, dans Commémoration nationale d'Érasme, Actes, p. 170, Bruxelles, 1970.

21 J. Müller, Vor- und Frühreformatische Schulordnungen und Schulver-träge in deutscher und niederländischer Sprache, t. II, p. 251, p. 254, Zscho-pau, 1886.

22 R. Vormbaum, Die evangelischen Schulordnungen des sechszehnten Jahrhunderts, p. 6 ; K. Hartfelder, Philipp Melanchthon als Praeceptor Oer-maniae, p. 421-422, Berlin, 1889.

23 M. L. Clarke, Classical Education in Britain 1500-1900, p. 180, Cambridge, 1959 ; T. W. Baldwin, op. cit., t. I, p. 150-151.

24 R. Vormbaum, op. cit., p. 20-21.

25 R. Vormbaum, op. cit., p. 29 ; K. Hartfelder, op. cit., p. 426-427

26 F. Koldewey, Braunschweigische Schulordnungen von den ältesten Zeiten bis zum Jahre 1828, t. I, p. 49 et p. 57, Berlin, 1886.

27 Sur le lac de Constance ; voir H. Ockel, Geschichte des höheren Schul-wesens in Bayerisch-Schwaben während der vorbayerischen Zeit, p. 175, Berlin, 1931.

28 Allen. Opus, t. VII, p. 508 (n° 2058, n. 4).

29 Allen, Opus, t. XI, p. 96 (n° 3002,1. 617-629).

30 Notamment à l'Université de Saragosse ; voir M. Bataillon, op. cit., p. 524, n. 3 ; voir aussi p. 699.

31 Un arrêt du Parlement de Dôle interdit en 1535 aux régents et maîtres d'école de lire publiquement les Colloques ; voir L. Febvre, Notes et documents sur la Réforme et l'Inquisition en Franche-Comté, p. 79, p. 178, Paris, 1912. Voir infra, p. 143 et 296.

32 Les Colloques sont condamnés dès le 16 mai 1526, mais leur utilisation dans les collèges de l'Université ne sera interdite que le 23 juin 1528 ; voir plus loin, p. 266-267 ; Allen, Opus, t. VI, p. 459 (n° 1784, 1. 6-8) ; t. VII, p. 414 (n° 2006, 1. 10-12) ; t. VIII, p. 93-94 (n° 2126, 1. 139-153) ; p. 215 (n° 2188, 1. 218-219) ; t. IX, p. 481 (n° 2633, 1. 45-49).

33 Allen, Opus, t. VI, p. 4 (n° 1537, 1. 25-30) (Pierre Curtius à Érasme, Louvain, 21 janvier 1525) : « Tentarunt postea et aliis viis e nostrorum auditorum manibus extorquere Colloquia. [...] Sed quo magis laborant, eo minus succedit et, quod aiunt, contra fluminis tractum nituntur » ; t. VII, p. 540 (n° 2077, 1. 34-36) (Érasme à Louis de Berquin, 23 décembre 1528) : « Apud Lovanienses nunquam exiit aedictum adversus mea Colloquia. [...] Iamdudum hoc privatim agunt, ne praelegantur in collegiis solenniter ».

34 Les Colloques faisaient vraisemblablement partie des manuels d'Érasme dont l'inquisiteur Thierry Hezius fit interdire l'usage au collège des Jéro-mites, en 1530 ; voir Allen, Opus, t. IX, p. 18 (n° 2369, n. 37 et 1. 37) ; H. De Vocht, Monumento Humanística Lovaniensa, p. 510, Louvain, 1934 ; L.-E. Halkin, Histoire religieuse des règnes de Corneille de Bergues et de Georges d'Autriche, princes-évêques de Liège, p. 348, n. 6 et p. 352, Liège, 1936.

35 Dans l'école de Saint-Pierre-le-Vieux dirigée par Jean Schwebel : voir Institutio scholae ad Petrum seniorem cui praeest Schwebelius (Archives de Saint-Thomas à Strasbourg, Leges Gymnasii, n° 61) ; texte reproduit par M. Fournier, Les statuts et privilèges des Universités françaises depuis leur fondation jusqu'en 1789, 2e partie, t. IV, fasc. 1, p. 16-17, Paris, 1894.

36 K. Reissinger, Dokumente zur Geschichte der humanistischen Schulen im Gebiet der Bayerische Pflaz, t. II, p. 371, Berlin, 1911.

37 K. Brunner, Die Badischen Schulordnungen, t. I, p. 437-438, Berlin, 1902.

38 Baldwin, op. cit., t. I, p. 164-165 ; A. F. Leach, Educational Charters and Documents 598 to 1909, p. 466-467, Cambridge, 1911.

39 Vormbaum, op. cit., p. 34 et p. 41.

40 Lurz, Mittelschulgeschichtliche Dokumente Altbayerns, einscMiesslich Regensburgs, t. II, p. 332-333, Berlin, 1908.

41 Koldewey, op. cit., t. II, p. 14, Berlin, 1890 ; Vormbaum op. cit., p. 45.

42 Ockel, op. cit., p. 126.

43 Vormbaum, op. cit., p. 404-405. L'archevêque de Cologne, Hermann von Wied, passé à la Réforme, avait entretenu d'excellentes relations avec Erasme, qui lui dédia son édition d'Origène (Allen, Opus, t. I, p. 52) ; voir aussi Allen, Opus, t. VIII, p. 123 (n° 2137, 1. 32 sv.) ; t. X, p. 196 (n° 2790, 1. 14-24).

44 Baldwin, op. cit., t. I, p. 174 et p. 178.

45 Dans le Suffolk occidental. Baldwin, op. cit., t. I, p. 297-299.

46 Dans le Hampshire. F. Watson, The English Orammar Schools to 1660. Their Curriculum and Practice, p. 331, Londres, 1968 (réimpression de l'édition de 1908).

47 Dans le Nottinghamshire. Baldwin, op. cit., t. I, p. 314.

48 H. Schnell, Das Unterrichtswesen der Grossherzogtümer Mecklenburg-Schwerin und Strelitz, t. I, p. 169 et p. 206, Berlin, 1907 ; Vormbaum, op. cit., p. 63.

49 Vormbaum, op. cit., p. 415.

50 K. Reissinger, op. cit., t. II, p. 6.

51 En Bavière, à l'ouest d'Ingolstadt. Ockel, op. cit, p. 249.

52 Dans le comté de Durham. Baldwin, op. ci., t. I, p. 490 et p. 129.

53 Lurz, op. cit, t. I, p. 304.

54 En Bavière, entre Augsbourg et Munich. Lurz, op. cit., t. I, p. 266.

55 En Bavière, au nord-est de Munich. Lurz, op. cit., t. I, p. 288.

56 En Bavière, sur l'Inn. Lurz, op. cit., t. I, p. 290.

57 A. F. Leach, Educational Charters and Documents, p. 510-511.

58 Koldewey, op. cit., t. I, p. 107.

59 En Bavière. Lurz, op. cit., t. I, p. 322.

60 Vormbaum, op. cit., p. 165 et p. 172.

61 J. I. Van Doorninck, Bouwstoffen voor eene geschiedenis van het onderwijs in Overijssel, dans Bijdragen tot de geschiedenis van Overijssel, t. VI, p. 207, Zwolle, 1880.

62 Vormbaum, op. cit., p. 530.

63 Sur la Baltique. Schnell, op. cit., t. I, p. 287.

64 Dans le Norfolk. Baldwin, op. cit., t. I, p. 416.

65 S. Tync, Dzieje gimnazjum Torunskiego, t. I, p. 46-47, p. 53, p. 63, Torun, 1928. Les Colloques semblent avoir été utilisés à l'université de Cracovie du vivant même d'Érasme ; voir W. Szelinska, La réception des livres d'Érasme de Rotterdam à Cracovie au xvie siècle, dans Études d'histoire de la science et de la technique, t. 50, p. 72, Wroclaw-Varsovie-Cracovie, 1968. — Sur l'influence érasmienne en Pologne, voir A. Jobert, De Luther à Mohila. La Pologne dans la crise de la chrétienté 1517-1648, p. 43-60, Paris, 1974.

66 Dans une école privée calviniste, dirigée par un certain Adrien Trésiel : voir P. Genard, Personnes poursuivies judiciairement à Anvers au xvie siècle, pour le « faict de religion ». Liste et pièces officielles à l'appui (1567-1570), dans Bulletin des Archives d'Anvers, t. 12, p. 327 : « Interrogé qu'est-ce que le dict Maistre Adrien [...] enseignoit, dict que à la première claisse où il estoit le dict Maistre Adrien enseignoit Ovide et Térence, avec les épistres de Cicerón, sans leur apprendre aultre aucteur ny science, et que à la seconde claisse aprenoit les Colloques de Érasme, le Sintaxis et le Despautère sans plus... » (déposition de Lazaras van Scharenborgh, jeune Anversois de seize ans).

67 Au nord du Pays de Galles. Baldwin, op. cit., t. I, p. 304.

68 R. Hoven, Écoles primaires et écoles latines dans le diocèse de Tournai en 1569, dans Horae Tornacenses, p. 185, Tournai, 1971. Des Colloquia selectiora sont utilisés à l'école cathédrale ; un Epitome colloquiorum au Séminaire.

69 Clarke, op. cit., p. 135 et p. 214.

70 Dans le Lancashire. Baldwin, op. cit., t. I, p. 347.

71 Aujourd'hui Wroclaw, en Silésie. Vormbaum, op. cit., p. 192-193, p. 219. Les Colloques sont utilisés dans cette ville jusque vers le milieu du xviiie siècle ; voir G. Bauch, Geschichte des Breslauer Schulwesens in der Zeit der Reformation, p. 209-211, 304, Wroclaw, 1911 ; K. Glombiowski, Ueber die Verbreitung der Schriften des Erasmus von Rotterdam in Schlesien in der Zeit der Renaissance, dans Vierteljahrsschrift für Geschichte der Wissenschaft und Technik, t. V, p. 147-148, Varsovie, 1960.

72 Au nord du Pays de Galles. Baldwin, op. cit., t. I, p. 383.

73 L. Miedema, Resolutiёn van de Vroedschap van Utrecht betreffende de Académie, p. xcvi, Utrecht, 1900 (= Werken van het Historisch Genoot-schap, gevestigd te Utrecht, nouvelle série, n° 52 *).

74 Aujourd'hui Brzeg, sur l'Oder, au sud-est de Wroclaw. Voir Illustris Scholae Bregensis Constitutiones, dans Vormbaum, op. cit., p. 303-305.

75 P. Bartusch, Die Annaberger Lateinschule, p. 157, Annaberg, 1897.

76 Dans le Middlesex. Baldwin, op. cit., t. I, p. 310-311.

77 Dans le comté du même nom. Baldwin, op. cit., t. I, p. 412-413.

78 Dans le Hertfordshire, au nord de Londres. Baldwin, op. cit., t. I, p. 387.

79 P.-D. Bourchenin, Étude sur les Académies protestantes en France au xvie et au xviie siècle, p. 203, Paris, 1882.

80 Voir T. W. Baldwin, op. cit, t. I, p. 75-133 et passim ; P. Mesnard, Les débuts de la pédagogie anglaise de la Renaissance, dans Pédagogues et juristes, p. 189-202, Paris, 1963 ; J. Simon, Education and Society in Tudor England, p. 102-123 et passim, Cambridge, 1967. — Les Colloques étaient également utilisés pour l'éducation des enfants royaux : Marie Tudor, Edouard VI, Jacques VI d'Écosse ; voir Baldwin, op. cit., t. I, p. 186, p. 213, p. 535. Les thèmes latins de Marie Stuart contiennent de nombreuses citations du manuel érasmien : voir Latin Themes of Mary Stuart Queen of Scots, éd. A. de Montaiglon, Londres, 1855 et L. Lalanne, Notice sur un manuscrit autographe et inédit de Marie Stuart, dans l’Atheneum français, t. II, n° 33, p. 775-777, Paris, 13 août 1853.

81 D. Martin Luthers Werke. Tischreden, t. I, p. 397 (n° 817), Weimar, 1912 et t. III, p. 136-137 (n° 2999), Weimar, 1914.

82 D. Martin Luthers Werke. Briefwechsel, t. VII, p. 38-39 (n° 2093, 1. 409-417), Weimar, 1937. Voir L. W. Spitz, Headwaters of the Reformation : Studia humanitatis, Luther senior, et Initia Reformationis, dans Luther and the Dawn of Modem Era, p. 111-112, Leyde, 1974.

83 Voir la réponse d'Érasme à cette lettre : Purgatio, LB X, col. 1555 F-1556 A. Voir aussi Allen, Opus, t. X, p 373 (n° 2918, 1. 21-22).

84 K. Hartfelder, op. cit., p. 421-422 ; p. 426-427. Dans une lettre à Camerarius du 31 mars 1538, le pédagogue allemand dénonce la bêtise des auteurs du Consilium de emendanda Ecclesia (cfr infra, p. 296-297) : « Edita est ridicula deliberatio cardinalium de emendandis abusibus, in qua prohibent in scholis proponi pueris Colloquia Erasmi, et ad hanc deliberationem sunt adhibiti illi héroes Sadoletus et Aleander » ; texte cité par W. Friedensbubg, Das Consilium de emendando ecclesia, Kardinal Sadolet und Johannes Sturm von Strassburg, dans Archiv für Reformationsgeschichte, t. 33, p. 15, 1936.

85 Les Colloques sont très répandus dans les bibliothèques pastorales ; voir B. Vogler, Le clergé protestant rhénan au siècle de la Réforme (1555-1619), p. 214, 240, 253, Paris, 1976. On les trouve aussi, parfois en plusieurs exemplaires, dans certaines bibliothèques scolaires ; voir M.Hackenberg, The Catalogue of the Lateinschule at Weiden in the Oberpfalz, dans Archiv für Reformationsgeschichte, t. 67, p. 246, Gütersloh, 1976.

86 Voir E. E.Fabian, M. Petrus Plateanus, Rector der Zwichauer-Schule von 1535 bis 1546, dans Gymnasium zu Zwickau. Jahresbericht über das Schuljahr von Ostern 1877 bis Ostern 1878, p. 1-33, Zwickau, 1878.

87 Le nombre de classes est très variable : certaines écoles en comptent trois, d'autres jusqu'à neuf ! La numérotation de ces classes varie également : dans certaines écoles, la première classe est celle des débutants, dans d'autres celle des plus âgés.

88 Allen, Opus, t. X, p. 104 (n° 2719, 1. 1-2).

89 Voir Allen, Opus, t. VII, p. 414 (n° 2006, 1. 10-12) : « magistri mea Colloquia praelegere pueris in collegiis » ; t. VIII, p. 215 (n° 2188, 1. 218-219) : « magistri collegiorum discipulis praelegerent mea Colloquia » ; t. IX, p. 481 (n° 2633,1. 45-49) : « pueris tua Colloquia in collegiis praelegerentur » ; De utilitate Cottoquiorum, ASD I, 3, p. 749, 1. 283-284 : « Atqui hic libellus, si tenerae pubi praelegatur... ». Voir aussi une lettre du jeune Louis Carinus datée de Paris, 12 février 1519 : « ita nostrae erunt partes omni diligentia ediscere atque animo praesenti praeceptorum nostrum Nesenum interpretantem auscultare » (Allen, Opus, n° 920, intr.). Le sens étymologique du mot praelectio est plus riche et plus explicite que ce que nous appelons « explication de textes » : voir P.De Dainville, L'explication des poètes grecs et latins au xvie siècle, dans Pédagogues et juristes, p. 173, Paris, 1963 ; M. A. Nauwelaerts, Les écoles d'humanités au xvie siècle, précurseurs de nos humanités anciennes, dans Les études classiques, t. XL, p. 328-341, Namur, 1972 ; De methodiek van het Latijnse onderwijs in de 16de eeuw, dans De gulden passer, t. 26, p. 262-276, Anvers, 1948.

90 Voir notamment les règlements de Hambourg, du Schleswig-Holstein, de Cologne et de la Saxe électorale, dans Vormbaum, op. cit., p. 20, p. 41, p. 405, p. 6.

91 Vormbaum, op. cit., p. 304. Voir aussi le programme de l'école de Breslau (1570), dans Vormbaum, op. cit., p. 192 : « die gemeinen formulas sermonis familiaris vorgeben, ais das sein, Salutandi, valedicendi, gratulandi, in massen wie solche im anfang der Colloquiorum Erasmi zu finden sein ».

92 C'est le cas à l'école de Brieg : « Hora octava exigitur recitatio a pueris Dialogorum, atque ita instituatur, ut bini sibi invicem appositi conférant, et inter se colloquantur » (Vormbaum, op. cit., p. 304) et à celle d'Annaberg : « Den Alumnen war vorgeschrieben, dass sie nach Beendigung des Abendessen8 eine oder zwei Szenen aus Terenz oder auch Dialoge von Erasmus, Vives, Castalio, Corderius, Mosellanus in personas distributos diserte ac distincte minimeque praecipitanter lesen sollen » (Bartusch, op. cit., p. 157).

93 Vormbaum, op. cit., p. 21 (Schulordnung aus der Hamburgischen Kirchenordnung, 1529) : « Item idt is ock ene gude ovinge, wen man se Comödien spelen leth edder edlicke Colloquia Erasmi ». Autres exemples d'exploitation théâtrale des Colloques dans Bataillon, op. cit., p. 653, n. 2 ; Baldwin, op. cit., t. I, p. 178 ; Allen, Opus, t. VII, p. 508 (n° 2058, n. 4) ; Bömer, op. cit., p. 94 : « Terentianas scenas et colloquia quaedam Erasmi notiora, ut Monitoria paedagogica, Herilia iussa, Diluculum, distributis personis crebro repraesentare » (programme du « Gymnase » de Halle, 1661).

94 Vormbaum, op. cit., p. 527 : « proponet praeceptor tales lectiones unde cognitionem et usum latini sermonis sibi parent ».

95 Th.Platter, Autobiographie, trad. Marie Helmer, dans Cahiers des Annales, t. 22, p. 40, Paris, 1964.

96 Baldwin, op. cit., t. I, p. 314.

97 Lurz, op. cit., t. I, p. 324.

98 Au xiiie siècle déjà, l'étymologie comprend tout ce qui est relatif aux déclinaisons, aux conjugaisons et à la formation des mots ; voir Jean de Gênes, Catholicon, cité par Ch.Thurot, Notices et extraits de divers manuscrits latins pour servir à l'histoire des doctrines grammaticales au Moyen Age, dans Notices et extraits..., t. 22, 2e partie, p. 147 : « Sub ista (ethimologia) comprehenduntur octo partes orationis et earum accidentia ». Voir aussi L.Kukenheim, Contributions à l'histoire de la grammaire grecque, latine et hébraïque à l'époque de la Renaissance, p. 74, Leyde, 1951.

99 Leges et disciplina scholae Daventriensis, dans j. I.Van Doorninck, art. ci, p. 207.

100 Schulordnung aus der Kölnischen Kirchenordnung, dans Vormbaum, op. ci, p. 405. Voir aussi le règlement de l'Académie de Montauban (1600), dans P.-D.Bourchenin, op. cit., p. 203 : « à midy, il (le maître) fera voir les genres et les déclinaisons des noms, et les prétérits des verbes ; le soir, on lira les Dialogues de Vibes (Vivès) et les Colloques d'Érasme ».

101 Vormbaum, op. cit., p. 415.

102 Vormbaum, op. cit., p. 172.

103 Vobmbaum, op. cit., p. 29 : « und des Andern tags soll man constructiones und declinationes daraus machen ».

104 K.Brunneb, op. cit., t. I, p. 438.

105 Vombaum, op. cit., p. 530.

106 Vormbaum, op. cit., p. 192.

107 Baldwin, op. cit., t. I, p. 314.

108 Bade (Brunner, t. I, p. 437), à Spire (Reissinger, t. II, p. 371), à Brunswick (Koldewey, t. I, p. 57), à Eton (Baldwin, t. I, p. 151), en Poméranie (Vormbaum, p. 172), à Tournai (Hoven, p. 185), dans le duché de Mecklembourg (Schnell, t. I, p. 206), à Nördlingen (Ockel, p. 126), à Neuburg-sur-Danube (Ockel, p. 249), à Deux-Ponts (Reissinger, t. II, p. 6), à Landshut (Lurz, t. I, p. 322).

109 A Bade (Brunner, t. I, p. 437), en Poméranie (Vormbaum, p. 172), à Wittenberg (Vormbaum, p. 29), à Tournai (Hoven, p. 185), à East Redford (Baldwin, t. I, p. 314), à Montauban (Boubchenin, p. 203), à Landshut (Lurz, t. I, p. 322).

110 En Saxe électorale, à Hambourg, dans la principauté de Schleswig Holstein, à Cologne, à Magdebourg (Vormbaum, p. 6, p. 20, p. 41, p. 405, p. 415), à Brunswick (Koldewey, t. I, p. 57, p. 107 ; t. II, p. 14).

111 Comme Adrien Barland le fait dire à un des personnages de ses Dialogi LVII (Anvers, Michel Hillen, mars 1527, fos B8vo-C1r0) : « — Ricardus. Sed quidnam auguraris statuisse interpretem vestrum de praelegendo autore latino ? — Antonius. Nihil, nisi quod fréquenter in suis praelectionibus laudat nobis Erasmi diálogos. — Ricardus. Sed ego id unum vereor, ne dialogorum haec sylva excutiat e manibus iuvenum Terentii Comoedias elegantissimas. — Antonius. Longe aliter ego sentio, praegustatis dialogis multo paratiores nos venturos ad lectionem Comicam ».

112 Vives est utilisé à Brandebourg (Vormbaum, p. 530), à Tournai (Hoven, p. 185) et à Montauban (Bourchenin, p. 203) ; Castellion à Brunswick (Koldewey, t. I, p. 107), à Glasgow (Clarke, p. 214), à Rivington (Baldwin, t. I, p. 347) et à Fürstenfeldt (Lurz, t. I, p. 266).

113 Seuls les écoliers d'Aldenham étudient Érasme et Cordier : voir Baldwin, op. cit., t. I, p. 387. Sur l'utilisation des Colloquia scholastica, voir A. Bömer, Die lateinischen Schulergesprâche der Humanisten, p. 223-225.

114 A. F. Leach, Educational Charters and Documents, p. 510.

115 Baldwin, op. cit., t. I, p. 347.

116 K.Reissinger, op. cit., t. II, p. 371.

117 G.Lurz, op. cit., t. I, p. 322.

118 Saxe électorale, Hambourg, Schleswig-Holstein, Brunswick.

119 Fürstenfeldt, Landshut, Wismar, Strasbourg. — Sans doute s'agit-il de la « prima pars Colloquiorum » (cfr le programme de Munich, dans Lurz, op. cit., t. I, p. 304), c'est-à-dire du formulaire proprement dit.

120 Brunswick, Utrecht..

121 Tournai

122 Brunswick

123 Braunau, Tournai, Norwich.

124 Un choix des principales répliques des Formulae est publié en 1521 et réédité en 1532 ; voir B.B., E. 689 et E. 690.

125 Nijhoff-Kronenberg, Nederlandsche Bibliographie, n° 2880 (Bibliothèque de la Ville de Bruges : 4/649).

126 Nijhoff-Kronenberg, Nederlandsche Bibliographie, n° 4225.

127 B.B., E. 655.

128 Il s'agit de Lodewijk Loots, successeur du célèbre Jean Custos ; voir J. Ernalsteen, « Rome ». De geschiedenis van een merkwaardig gebouw te Brecht, dans Oudheid en Kunst, t. 27, p. 5-8, Brecht, 1936. L'auteur ne connaît pas la préface de Michel Hillen. Nous avons consulté l’exemplaire conservé à la Bibliothèque de l’Université de Louvain (cote : 3A. 20. 846).

129 B.B., E. 646.

130 B.B., E. 647 à 654 ; E. 837.

131 B.B., E. 635. Bien qu'il ne contienne que de banales formules de conversation, tirées de l’édition de mars 1522, ce recueil est mentionné dans l’index de l’inquisiteur général Fernando de Valdès (1551) ; voir M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, p. 762 ; infra, p. 298.

132 B.B., E. 636 à E. 642. L'édition londonienne (H. Sutton, 1552) n'est pas mentionnée dans la Bibliotheca Belgica ; voir A. W. Pollard et G. R. Redgrave, A Short-Title Catalogue qf Books printed in England Scotland and Ireland and of English Books printed abroad, p. 228 (n° 10461), Londres, 1969. L'ouvrage est encore réédité à Londres en 1602, à Cambridge en 1634 et à Edimbourg en 1641 ; voir B.B., E. 643, E. 644 et E. 837.

133 Baldwin, op. cit., t. I, p. 494 sv.

134 F.Ritter, Répertoire bibliographique des livres imprimés en Alsace au xvie siècle de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg, n° 876. La Bibliotheca Bélgica mentionne une réédition de 1549 (E. 645).

135 Ce volume est conservé à la Gemeentebibliotheek de Rotterdam, avec une réédition datée de 1548.

136 Cet argument publicitaire est également utilisé par Michel Hillen et par Michel Lotter. Sur ce sujet, voir F.Bierlaire, Érasme, les imprimeurs et les Colloques, dans Qutenberg-Jahrbuch, Mayence, 1978.

137 B.B., E. 656 et E. 657 (réédition sans date).

138 « Provectioris aetatis adulescentibus qui iam sine cortice nare didicerunt, suadeo ut totum colloquiorum opus sibi emant, haec tenerioris aevi pueris, quibus adhuc praemanso opus est, sufficiant, utqui librum priusquam vel dimidium didicerint, totum corruperunt » (préface à L. Loots, Anvers, 17 novembre 1528).

139 Vormbaum, op. cit., p. 432.

140 Voir A. Bömer, Lernen uni Leben auf den Humanistenschulen im Spiegel der Lateinischen Schülerdialoge, dans Neue Jahrbücher fur Padagogik, t. II, p. 204-220, Leipzig, 1899. Voir infra, p. 152.

141 Tyrocinium linguae latinae ex optimis quibusdam auctoribus collectum, et in capita digestum, in gratiam studiosae iuventutis. Auctore Petro Apherdiano (Anvers, 1581) (édition conservée à la Bibliothèque de l'Université de Liège) : voir les chapitres XX à XXV. La première édition de cet ouvrage date de 1545 : voir B. et M. E. De Graaf, Petras Apherdianus, ludimagister ca. 1510-1580, Nieuwkoop, 1968.

142 Sur les écoles de Zurich, voir F.Busser, Théorie et pratique de l'éducation sous la Réforme à Zurich, dans La Réforme et l'éducation, p. 153-170, Toulouse, 1974. Érasme figure parmi les auteurs scolaires : voir p. 169.

143 Les six colloques supprimés (Peregrinatio, Ichthyophagia, Funus, Synodus grammaticorum, Goncio, Exequiae seraphicae) portent sur la redoutable question de la religion cérémonielle ou contiennent des attaques contre les théologiens et les moines ; voir M.Bataillon, L'édition scolaire coïmbroise des Colloques d’Érasme, dans Études sur le Portugal au temps de l’humanisme,p. 219-256, Coïmbre, 1952.

144 Fournier, Op. cit., p. 17.

145 Reissinger, op. cit., t. II, p. 371.

146 Baldwin, op. cit., t. I, p. 347.

147 Voir, notamment, le témoignage d’un précepteur anglais, dans F.J. Furnivall, The Babees Book..., p. xxii, Londres, 1868 : « And firste, écrit-il au père de son élève, after he hath herde Masse he taketh a lecture of a Diologe of Erasmus Colloquium, called Pietas Puerilis, whereine is described a veray picture of oone that sholde be vertuouselie brought upp ; and forcauseit is so necessary for Mme, I do not onelie cause him rede it over, but also to practise the préceptes of the same, and I have also translated it into Englishe, so that he may conferre theime both togithers, wehreof (as lerned men affirme) cometh no smalle profecte ».

148 H. De Jongh, L'ancienne Faculté de Théologie de Louvain, p. 252-253 et p. 49*. Voir infra, p. 212.

149 Voir infra, p. 267.

150 L. Febvre, Notes et documents sur la Réforme et l’Inquisition en Franche-Comté, p. 79 et p. 178, Paris, 1912.

151 Voir infra, p. 296-297.

152 M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, p. 541.

153 M. Bataillon, L'édition scolaire coïmbroise..., p. 251-252.

154 G. Moreau, Histoire du protestantisme à Tournai, p. 134, n. 1, Liège, 1962.

155 Voir supra, p. 130. Le gouverneur de Tournai, Florent de Montmorency, possédait les Colloques dans sa bibliothèque, comme en témoigne l’inventaire dressé le 21 juin 1568 ; voir A. De la Grange, La bibliothèque du baron de Montigny, dans Bulletin de la société historique et littéraire de Tournai, t. 25, p. 329, n° 43.

156 Notamment à Fürstenfeldt et à Braunau ; cfr supra, p. 129.

157 P. N. M.Bot, Humanisme en onderwijs in Nederland, p. 213, n. 4, Anvers et Utrecht, 1955 ; cfr infra, p. 299.

158 Voir infra, p. 301-302.

159 M. Bataillon, Vers une définition de l’érasmisme, dans Colloquia Erasmiana Turonensia, t. I, p. 32, Paris, 1972.

160 Christophe Plantin publie encore l'Epitome Colloquiorum rasmicorum, à Anvers en 1580 ; voir B.B., E. 641.

161 Sur cette liste, qui constitue en quelque sorte la préface d’une réédition par A. Schott des Opera philologica de Cornélius Crocus (Anvers, G. Bellerus, 1613), voir B.B., t. VI, p. 186-188, n° C. 1149, Bruxelles, 1970. L'auteur de la notice, le Père J. Fabri, rappelle le jugement d’un contemporain célèbre de Schott : « Serpebat enim iam tum furtim per Bataviam haereticorum labes, cui semina iacere coopérant prava Erasmi Colloquia » (Elogia illustrium Belgii scriptorum... ex bibliotheca Auberti Miraei, Anvers, 1602, p. 129). Schott n'est pas moins sévère : « Nam opus ipsum, ut impietate plenum, iure prohibitum. De quo P. Canisius Menandri illud dixit : Corrumpunt bonos mores prava Colloquia ». Cfr supra, p. 121.

162 La première édition conservée de ces Desiderii Erasmi Boterodami Colloquia familiaria in usum studiosae iuventutis. Cum notis accuratioribus M. Nicolai Mercier (Paris, Claude Thiboust, 1656) est l’editio secunda multo auctior ; voir B.B., E. 571 ; A. Flitner, Erasmus im Urteil seiner Nachwelt, p. 107-108, Tübingen, 1952. L'ouvrage fut réédité à de nombreuses reprises et notamment en 1661, 1674, 1684, 1685, 1691, 1748 ; voir B.B., E. 573, E. 582, E. 593, E. 594, E. 597, E. 615. Nous avons consulté l’édition de 1674 (Bibliothèque royale de Bruxelles : II. 13812. A). La préface témoigne de la prudence de l’auteur : « Si quid esset in hocce Colloquiorum volumine, quod tibi minus gratum contingere posset, nempe quia nonnulla continet, quae a Sacro Concilio Tridentino damnata fuerunt ; verum non est quod idcirco munusculum nostrum asperneris, siquidem illud iuxta Concilii mentem diligontissime repurgatum tibi afferimus. [...] Hinc etiam Nieolaus Cannius, qui Erasmo a manibus erat, eius voluntati morem gerens, istud opus iam olim interpolarat, sublatis et resectis quae offendere poterant ; seddiu est quod periit ille labor. Nos Cannii vestigia sequenter idem tentavimus ; adhibuimus in plerisque locis iudicia gravissimorum irorum ; et perlectum diligentissime, quantumque licuit expurgatum volumen, priusquam in lucem ederetur, doctissimis viris e Sacra Theologiae Facúltate expendendum dedimus » (f° aii r° - aiii r°).
Nicolas Cannius, le modèle dont se réclame Mercier, a bien été le famulus d’Érasme (cfr F. Bierlaire, La familia d’Érasme, p. 72-76). L'édition expurgée des Colloques que lui attribue le pédagogue français, qui avait sans doute lu la Bibliotheca Belgica de Valère André, est introuvable. On peut même se demander si elle a jamais existé : il s'agit peut-être d’une légende, née d’une mauvaise interprétation de la préface des Colloquiorum puerilium formulae de Cornelius Crocus, adressée à Cannius ; voir A. J. Kolker, Biografische gegevens omirent Nicolaos Cannius, dans Archief voor de geschiedenis van de katholieke Kerk in Nederland, t. VII, p. 159, 1965.

163 En 1545, déjà, l’imprimeur gantois Josse Lambertus publie un volume intitulé Leges morales, cum aliquot dialogis puerilibus. Le nom d’Érasme n'est pas mentionné, bien que ces « dialogues » soient en fait tirés des Colloques. Il s'agit de Herilia, Monitoria, De lusu, Pila, Ludus globorum missilium, Ludus sphaerae per annulum ferreum, Saltus, Venatio, Munies in ludum, Alia, qui sont pourtant des textes inoffensifs. Cet ouvrage est conservé à la Bibliothèque de l’Université de Gand, sous la cote G 193.

164 L'humaniste brabançon Christophorus Vladeraccus l’ayant sollicité d’imprimer des Colloquia Erasmi castrata, Christophe Plantón lui répond le 20 septembre 1586 que le nom d’Érasme devra en tout cas disparaître du titre : « suspicor minori cum invidia futurum si, suppresso illius maximi Erasmi nomine » ; voir M. A.Nauwelaerts, La correspondance de Christo phorus Vladeraccus (1524-1601), dans Humanística Lovaniensia, t. 21, p. 262 et p. 269, Louvain, 1972. — Le célèbre pédagogue Simon Verepaeus recourt lui aussi à ce stratagème, comme il l’explique à Johann von Rheidt, régent du Collège des Jésuites à Cologne, dans une lettre du 25 janvier 1574 ; voir M. A.Nauwelaerts, La correspondance de Simon Verepaeus (1522-1598), dans Humanística Lovaniensia, t. 24, Louvain, 1974, p. 292 : « Locum unum aut alterum castigavi, Erasmi nomen expunxi, expuncturus etiam si non mominisses. Nam dolui plurimum, cum primum a typographo librum accepissem, praesertim cum in aliis nostris omnibus diligenter cavissem semper ne nomen ipsius usquam expressum a nobis appareret, ut etiam in una aut altera Lodovici Vivis epistolarum ad Erasmum hoc nomen expunctum in amicum commutarim » ; p. 294 : « suppresso cuiusquam nomine ».

165 Sur ce plagiat, qui devait connaître un succès considérable, voir F. Bierdulaire, Des « Colloques » d’Érasme aux « Dialogues » du père Antoine van Torre, dans Les études classiques, t. 41, p. 50-61, Namur, 1973.

166 Sur les remous causés dans les collèges des Jésuites par la mise à l’index des manuels érasmiens et sur les efforts entrepris pour maintenir Érasme au programme, voir Codina Mir, op. cit., p. 312 ; M. Bataillon, Érasme et l’Espagne, p. 760, ainsi que les articles cités supra, p. 126, n. 3. Pierre Canisius écrivait à Laynez : « Nous devrons, j’en ai peur, fermer nos écoles » ; voir J. Brodrick, Saint Pierre Canisius, t. II, p. 61, Paris, 1956.

167 De nombreux programmes scolaires du xviie et du xviiie siècle mentionnent les Colloques ; voir A. Bömer, Die lateinischen Schulergesprâche der Humanisten, p. 94 ; B. Vormbaum, Die evangelischen Schulordnungen des siebenzehnten Jahrhunderts, Gütersloh, 1863, p. 281-282, p. 552-553, p. 524-526, p. 594 ; Ockel, op. cit., p. 67 ; Schnell, op. cit., t. I, p. 439 et t. II, p. 17 ; Lurz, op. cit., t. II, p. 458-459 ; Reissinger, op. cit, t. II, p. 454. Les Colloques sont utilisés dans les villes suivantes : Moers, Halle, Güstrow, Konigslutter, Bade, Ratisbonne, Augsbourg, Spire, Parchim. On notera aussi que les Colloques figuraient au programme du « Philanthropinum » de Dessau, dirigé par le pédagogue Jean-Bernard Basedow, qui publia en 1775 une Encyclopaedia Philanthropica olloquiorum Erasmi : B.B., E. 665. — Les Colloques sont encore utilisés à Maastricht en 1800 ; voir J. P. L. Spekkens, L’école centrale du département de la Meuse-inférieure, Maëstricht 1798-1804, p. 72-73, 161, Maastricht, 1951.

168 Comme l’écrit Guillaume Binauld, dans la préface d’une réédition des Colloquia familiaria [...] ad usum iuventutis politioris humanitatis studiis imbuendae, apud omnes Protestantes, Britannos praesertim, et Hibernos (Dublin, 1731, f° A4 r°). Sur cet ouvrage, dont la première édition conservée date de 1712, et sur les autres florilèges destinés à la jeunesse protestante, voir R. Crahay, Une utilisation d’Érasme dans la pédagogie protestante : l’édition des Colloques de Dublin, 1712, dans La Réforme et l’éducation, p. 35-65, Toulouse, 1974.

169 En 1625, le célèbre Schoolordre promulgué par les États de Hollande prescrit l’utilisation des Colloques dans toutes les écoles de Hollande et de Frise et il ordonne l’impression d’un choix de formules et de colloques d’Érasme et de Maturin Cordier. Le manuel, qui paraît à Leyde dès 1626, sera réédité à de multiples reprises ; voir E. J. Kuiper, De hollandsche Schoolordre van 1625, Groningue, 1958 ; W. H. Van Seters, De historische achtergrond van de uitgave van en Crieks-Latijns schoolboekje, dans Het Boek, 3e s., t. 33, p. 84-105, La Haye, 1958-1959. — Dans la préface « Ad Praeceptores » de l’édition de Bois-le-Duc, 1664, on peut lire : « Neque tameniis immorandum diutius, sed mox a Corderio, utcunque percepto, ad Desiderii Erasmi selecta Colloquia, ut pueritiae accomoda, et ad varias in omni rerum genere loquendi formulas, verborumque ad sententiarum copiam, cuius et hic breve compendium traditur, transeundum duximus ; ut ita demum ad Terentium, insignem Romanae linguae loquutorem et manibus adolescentiae usque terendum, manu duceretur ». Le compilateur a choisi des formules et des petits dialogues de l’édition de mars 1522 ; il n’a pas retenu la Confabulatio pia et le dialogue entre Gilles et Léonard (ASD I, 3, p. 140-141). Certaines formules ont été corrigées : ainsi « Faxit illa Virgo Mater » (ASD I, 3, p. 127, 1. 75) devient « Faxit Deus ».

170 L’idée n’est pas absurde ; voir M. Fuhrmann, Casar oder Erasmus. Ueberlegungen zur lateinischen Lektüre am Cymnasium, dans Oymnasium, t. 81, p. 394-407, Heidelberg, 1974. — Au début de ce siècle, un professeur anglais, G. M. Edwards, a d’ailleurs publié deux adaptations des Colloques intitulées Colloquia latina et Altera Colloquia latina (Cambridge, 1906-1908).

171 Comme l’auteur du pamphlet intitulé Ruardi Tappart Apotheosis le fait dire à l’inquisiteur Ruard Tapper : « Commendabar praecipue quod genti-lium poetarum et oratorum scripta, praecipue vero Erasmi, tune fascinantis puerorum passim ingenia, cane peius et angue odissem » ; voir S. Cramer et F. Pijper, Bibliotheca reformatoria Neerlandica, t. I, p. 590, La Haye, 1903. Voir aussi M. A. Nauwelaerts, La correspondance de Simon Verepaeus, p. 285 : « Existimarem [...] tutum non esse coram impróvida iuventute Erasmum effere laudibus, ne curiositate ducti, aut Erasmianae eloquentiae amore capti illa legant, quae religioni aut moribus Christianis officiant » (Johann von Rheidt à Verepaeus, Cologne, 3 janvier 1574).

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search