Version classiqueVersion mobile

Les Colloques d’Érasme

 | 
Franz Bierlaire

Chapitre Ier. Les Familiarium colloquiorum formulae et la réforme des études

Texte intégral

  • 1 J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio de pueris statim ac liberaliter instituendis, p. 41-42, Genève, (...)

1Bien qu'il n'ait été professeur que peu de temps et, semble-t-il, sans grand succès1, Érasme s'est préoccupé toute sa vie de questions pédagogiques et il a consacré aux problèmes de l'éducation un nombre impressionnant d'ouvrages qui firent de lui le conseiller des parents, des maîtres et des élèves de son temps.

  • 2 Allen, Opus, t. I, p. 38, 1. 19-20. Voir aussi t. VIII, p. 373 (n° 2283, 1. 42). Cfr M. L. Clarke, (...)
  • 3 Allen Opus, t. I, p. 39, 1. 21-22.
  • 4 Allen, Opus, t. I, p. 39, 1. 23-25.
  • 5 Institutio principia christiani, LB IV, col. 561 C- 584 E.
  • 6 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 708 B- 724 B.

2Parmi cette masse d'ouvrages, ceux « qui concernent l'enseignement des lettres »2 occupent une place privilégiée. Érasme, lui-même, classe dans cette rubrique des œuvres très diverses : certaines traductions ou éditions d'auteurs classiques, des poèmes, un recueil de paraboles, des colloques scolaires, un manuel de savoir-vivre, un ouvrage sur l'art épistolaire, une syntaxe latine, une grammaire grecque, un traité de rhétorique, ainsi que des ouvrages plus théoriques, où sont exposées ses grandes idées sur l'éducation. Toutes ces publications occupent le tome premier des Omnia opera de 1540, comme l'humaniste lui-même le souhaitait. Le deuxième tome est réservé aux Adages, qui furent rassemblés à l'intention des professeurs et de leurs élèves : « Le sujet de ce volume, note l'auteur, n'est pas si éloigné du contenu du précédent3. » Le troisième tome contient les Lettres : « On y trouve bien des choses utiles à la pratique des études, signale encore Érasme, car nombreuses sont celles où je me suis exercé au genre épistolaire, dans mon adolescence et surtout dans ma jeunesse4. » D'autres ouvrages, rangés parmi les traités moraux ou les œuvres de piété, méritent également de figurer sur la liste des ouvrages pédagogiques d'Érasme : l'Institutio principis christiani, dont une grande partie concerne l'éducation5, et même l'Institutio christiani matrimonii, puisque le dernier chapitre de cet ouvrage dédié à la reine Catherine d'Aragon s'intitule De liberis edueandis6.

3L'historien de la pédagogie érasmienne dispose donc d'une abondante documentation. Érasme nous a même laissé une belle définition de l'éducation :

  • 7 De civilitate, LB I, col. 1033 B-C.

« La tâche d'instruire la jeunesse, écrit-il dans son De civilitate, consiste en plusieurs choses : la première, et donc la principale, est d'inculquer à des esprits tendres encore les germes de la piété ; la deuxième de leur faire aimer et étudier les arts libéraux ; la troisième de les mettre au courant des devoirs de la vie, la quatrième de les habituer dès leurs premiers pas dans l'existence à la civilité des mœurs7. »

  • 8 De pueris, ASD I, 2, p. 33, 1. 27-28 : « Pater esse voluisti, pius pater sis oportet. Reipublicae, (...)
  • 9 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 27, 1. 1-3 : « Leo. Puerisne tantum honoris ? Ursus. At hi pueri t (...)
  • 10 De pueris, ASD I, 2, p. 31,1. 21 : « at homines, mihi crede, non nascuntur, sed finguntur ». Sur c (...)
  • 11 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 14,1. 53-55. Voir aussi De pueris, ASD I, 2, p. 33,1. 8-9 : « Stat (...)

4Le principe de base de la pédagogie érasmienne se trouve dans ces quelques lignes : la formation intellectuelle de l'enfant est inséparable de sa formation morale et religieuse. On ne met pas au monde des enfants pour soi, mais pour la société et pour Dieu8. L'éducation vise à former des chrétiens et elle prépare les enfants à la vie sociale. Au delà de l'enfant, c'est l'homme qui intéresse Érasme9, et l'éducation fait de cet enfant un homme authentique : « On ne naît pas homme, on le devient10. » Aussi cette éducation doit-elle commencer le plus tôt possible : Ego nullam aetatem ad discendum arbitrar immaturam, praesertim in his quibus discendis statim natura composuit et, ut ita loquar, finxit hominem11.

  • 12 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 710 E.
  • 13 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 711. Voir aussi De pueris, ASD I, 2, p. 27 et le coll (...)

5L'humaniste compare le tout jeune enfant à une terre en jachère qui doit être préparée en vue des semailles. La mère imite le laboureur, dum vitat omnia quae valetudinem et indolem illius possint corrumpere12. Érasme donne des conseils précis de puériculture aux parents, afin de les aider à assurer la croissance et le plein épanouissement organique et psychique de l'enfant : allaitement maternel, nourriture saine et variée, équilibre harmonieux entre les moments de repos et les périodes actives, bains, vêtements appropriés, propreté du cadre, ambiance familiale détendue, bonne entente des époux13. Ceux-ci veilleront d'autre part à prendre en main l'éducation de leur fils ou de leur fille dès sa plus tendre enfance. Profitant de sa réceptivité naturelle, ils commenceront par lui inculquer progressivement ce qu'Érasme appelle des praeludia ad disciplinas et des rudimenta ad religionem :

  • 14 L'expression « complosis manibus » qui figure dans l'édition de Leyde doit évidemment être remplac (...)
  • 15 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 712 C.

« Les enfants, écrit l'humaniste, apprennent en jouant à reconnaître l'alphabet latin et grec, à en reproduire et à en articuler les différents éléments. Cet apprentissage prend beaucoup de temps à l'adolescent désireux d'étudier les lettres. Le savoir comporte donc certains rudiments qui nous rendent plus habiles à l'étude. Cela est vrai pour les différentes branches, mais aussi pour les mœurs : Fléchir les genoux au nom du Christ ou devant un personnage important, adorer l'Eucharistie à l'église en joignant les mains14, se tenir tranquille à table pendant la consécration du repas et pendant les grâces sont quelques rudiments de la religion15. »

  • 16 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 712 D. L'éducation a pour but de former des hommes li (...)
  • 17 De pueris, ASD I, 2, p. 36, 1. 17 ; p. 47, 1. 18-21 ; p. 48, 1. 2-5 ; p. 50, 1. 4-5 ; p. 66, 1. 16 (...)

6A aucun moment, toutefois, l'enfant ne doit avoir l'impression de travailler : tout cet apprentissage doit être pour lui un jeu. Il doit être encouragé, flatté, récompensé, plutôt que menacé, battu, grondé16. On profitera de son instinct naturel d'imitation17 pour lui faire acquérir de bonnes habitudes :

  • 18 De pueris, ASD I, 2, p. 47, 1. 1-14 ; trad. J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio..., p. 412 et p. 41 (...)

« S'il fait à table quelque chose d'inconvenant, il est repris et, après cet avertissement, se compose un maintien d'après l'exemple qu'on lui a proposé. On le mène à l'église, il apprend à s'agenouiller, à joindre ses menottes, à se découvrir et à donner à tout son corps une attitude propre à la dévotion ; on lui ordonne le silence quand s'accomplissent les mystères, on lui fait tourner les yeux vers l'autel. L'enfant apprend ces rudiments de modestie et de piété avant de savoir parler, et comme ils restent fixés en lui à mesure qu'il grandit, ils apportent un profit non négligeable à la vraie religion. Dans les tous premiers temps, l'enfant ne fait pas de différence entre ses parents et des étrangers. Bientôt après, il apprend à reconnaître sa mère, puis son père. Petit à petit, il apprend aussi à les respecter, à leur obéir et à les aimer. Il désapprend la colère, la vengeance, car on lui a fait donner un baiser à celui contre lequel il s'était emporté, il désapprend le babillage intempestif. Il apprend à se lever devant une personne âgée, à se découvrir devant l'image du crucifié. Ceux qui s'imaginent que, tels qu'ils sont, ces rudiments de vertu n'ont aucune portée morale, commettent à mon avis du moins une grave erreur18. »

  • 19 Voir Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 710 E. C'est vers cet âge que Montaigne fut envo (...)
  • 20 En somme, l'éducateur, qu'il soit parent ou pédagogue, est un jardinier d'enfants. Alberti compara (...)
  • 21 Le titre de deux des plus célèbres traités d'éducation libérale du xve siècle témoigne du même sou (...)
  • 22 Institutio christiani matrimonii, LB V, 713 C. Car « le but de toute érudition et de toute éloquen (...)
  • 23 Institutio christiani matrimonii, LB V, 713 E-714 D. La petite enfance se termine à sept ans, l'en (...)
  • 24 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 713 B. Voir aussi Antibarbari, ASD I, 1, p. 53, 1. 25 (...)
  • 25 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 714 E. Voir aussi Proci et puellae, ASD I, 3, p. 287, (...)

7Vers sept ans19, il convient de penser à ensemencer la terre que l'on a jusque là entretenue avec des soins minutieux20, sans jamais perdre de vue les deux pôles de l'éducation : le savoir mais aussi la piété et les bonnes manières21. Formation morale et formation religieuse peuvent d'ailleurs aller de pair, nisi quod pietatis potior debet esse ratio22. Catéchisme et instruction éthique s'unissent pour faire de l'enfant un adolescent équilibré, accompli, qui sera capable vers quatorze ans de recevoir n'importe quel enseignement23. Ces années sont décisives : Plurimum autem refert, quid teneris annis infuderis. Nihil enim magis haeret in omnem vitam, quam quod illis annis imbibitur24. La responsabilité des parents est donc très grande : « Si les enfants ne voient dans les mœurs de leurs parents que piété, pudeur, sobriété et modestie, ils imiteront ces modèles qu'ils ont constamment sous les yeux comme quelqu'un fréquentant un bègue finit lui aussi par bégayer. Les préceptes seront inutiles si l'enfant ne les voit pas mis en pratique par ses parents25 ».

  • 26 De pueris, ASD I, 2, p. 50, 1. 3-5.
  • 27 De pueris, ASD I, 2, p. 52, 1. 7-8 : « Neo est periculum ne populi linguam ignorent, eam perdiscen (...)
  • 28 De pueris, ASD I, 2, p. 48, 1. 27-28.
  • 29 De pueris, ASD I, 2, p. 67,1. 19-20.
  • 30 De pueris, ASD I, 2, p. 52, 1. 8-10. Voir aussi De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 16-20. — L'importa (...)

8Cette faculté d'imitation, innée chez les enfants, jointe à la mémoire, qu'ils ont extrêmement fidèle26, facilite le travail d'apprentissage de la langue, non pas de la langue maternelle, qu'ils apprendront, qu'ils le veuillent ou non, dans leur commerce avec les hommes27, mais de la langue latine. Ce que l'enfant de sept ou huit ans doit apprendre en effet, c'est à parler distinctement et correctement le latin28. Pour la connaissance de cette langue, il « aura le plus grand profit à être élevé parmi des gens qui la parlent bien »29. S'il n'y a personne dans la maison qui ait une culture littéraire, il faudra immédiatement aller quérir un spécialiste réputé tant pour ses mœurs que pour son savoir30.

  • 31 De pueris, ASD I, 2, p. 66, 1. 14 à p. 67, 1. 6.

9Le parent ou le précepteur racontera à l'enfant des fables, des apologues, des sentences brèves et attrayantes31. Pour que ces récits soient appris avec plus de facilité, pour qu'ils restent gravés dans sa mémoire, on pourra lui présenter les sujets sous les yeux, habilement figurés. On utilisera également de telles images pour lui apprendre les noms d'arbres, d'herbes, de bêtes, en même temps que la nature propre à ces êtres, spécialement les plantes et les animaux exotiques :

  • 32 De pueris, ASD I, 2, p. 67, 1. 19 à p. 68, 1. 17.

« Par exemple, dit Érasme, une vignette représentera un éléphant qu'un dragon étreint dans ses replis en ayant enroulé sa queue autour de ses pattes de devant. Cette représentation nouvelle fait la joie du petit : que fera alors le maître ? Il lui apprendra que le gros animal se dit en grec έλέφας et en latin de même, à ceci près que, selon les formes de la déclinaison latine, nous disons parfois : elephantus, elephanti. Il lui montrera ce que les Grecs appellent προβοσxίδα (trompe) et les Latins manum (main) parce que c'est avec elle que l'éléphant saisit sa nourriture. Il lui fera remarquer que cet animal ne respire pas par la bouche, comme nous, mais par sa trompe ; il lui montrera ses défenses, en saillie de part et d'autre, d'où l'on tire l'ivoire, denrée fort appréciée des riches, et en même temps, il lui présentera un peigne en ivoire. Il lui apprendra ensuite qu'il y a aux Indes des dragons d'une taille assez énorme. Que dracon (dragon) est un vocable commun au grec et au latin, à ceci près que nous le déclinons selon nos habitudes, alors que les Grecs disent δрάϰoντoς sur le modèle de λέοντος, d'où le féminin dracaena sur le modèle de leaena. Il lui apprendra qu'entre ces dragons et les éléphants une guerre inexpiable est déclarée depuis toujours. Et si l'enfant est encore plus avide de science, le maître pourra rapporter bien d'autres traits touchant la nature des éléphants et des dragons. La plupart des enfants prennent du plaisir à des scènes de chasse peintes. Que de variétés de plantes, d'oiseaux, de quadrupèdes peut-on leur faire connaître ainsi en jouant32 ! »

  • 33 De pueris, ASD I, 2, p. 66, 1. 16-18 ; De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 44, 1. 19-23 : « aetas illa (...)
  • 34 De pueris, ASD I, 2, p. 70, 1. 12.
  • 35 De pueris, ASD I, 2, p. 67, 1. 20 à p. 68, 1. 23.

10Poussé par un certain plaisir naturel de l'imitation qu'il partage avec les perroquets33, l'enfant apprendra à parler le latin par l'usage34. Érasme mise sur la mémoire auditive et visuelle de l'enfant, sur le plaisir qu'il éprouve à répéter, à jouer. Le maître lui proposera donc des images familières et plaisantes à la fois35. Il lui arrivera même de joindre l'utile à l'agréable :

  • 36 De pueris, ASD I, 2, p. 69, 1. 8-13 ; traduction de J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio..., p. 448.

« Qu'est-ce qui empêche en effet l'enfant d'apprendre une charmante petite fable d'un des poètes, une sentence plaisante, une historiette célèbre, un apologue instructif, sans y déployer plus d'effort que pour retenir une chanson inepte et, le plus souvent, bouffonne, des contes ridicules de vieilles femmes en délire, ou pour apprendre et avaler de vraies billevesées de femmelette36 ? »

  • 37 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 31, 1. 569-570 : « Ursus. Nihilne de moribus ? — Leo. Hoc aphorism (...)

11L'apprentissage du langage permet l'élargissement de la formation morale : ces aphorismes, ces proverbes, ces belles phrases destinées à enrichir peu à peu le vocabulaire ne sont pas ces formules creuses et ridicules dont les grammairiens imbus de dialectique abrutissent leurs élèves, mais des préceptes qui contribuent à la formation morale et religieuse de l'enfant37 :

  • 38 Sénèque, Lettres à Lucilius, 88, 39.
  • 39 De ratione studii, ASD I, 2, p 126 à p. 129, 1. 18.
  • 40 Érasme cite volontiers ce vers du poète Horace (Épîtres, I, 2, 69-70). Voir Proci et puellae, ASD (...)
  • 41 Sur cette expression, qui vient en droite ligne du Graecismus, voir ASD I, 4, p. 45, n. 8.
  • 42 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 43, 1. 997 à p. 44, 1. 16.

« On pourrait proposer aux enfants des mots qui ne sont pas d'usage courant, des termes recherchés et, quelquefois, des propos les exhortant à quelque bonne action. On apprend aussi facilement ce qu'est un lézard, un caméléon, un coquillage que ce qu'est un chien, ou une vache, et l'on n'écrit pas plus difficilement « Épargne ton temps »38 que « La vache pisse » ou « Le chien aboie ». Parfois, un seul mot contient une sentence parfaite : « Obéis ». Une telle méthode est beaucoup plus profitable encore lorsque l'enfant est déjà arrivé au stade où des vers entiers à imiter peuvent lui être proposés39. Pourquoi, en effet, ne pas plutôt lui soumettre le vers « Le tesson garde longtemps la première odeur dont il s'est imprégné »40 plutôt que celui-ci : « Ou il pleut ou il neige ou notre servante urine41. » Peuvent être réservés à cet usage les apophtegmes des hommes illustres, les sentences brèves et choisies, les proverbes et les bons mots : un tel bagage permet davantage d'acquérir la facilité de parole. Si certaines personnes méprisent chacun de mes exemples, je leur chanterai à l'oreille cette sentence d'Hésiode : « Petit à petit, tu constitueras un gros tas ». En jouant, il est possible d'apprendre par cœur ; le souvenir des choses ainsi confiées à la mémoire reste solidement accroché dans la tête jusqu'à la mort42. »

  • 43 De pueris, ASD I, 2, p. 70, 1. 12-13 ; De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 30, 1. 557-558 : « Primum d (...)
  • 44 De ratione studii, ASD I, 2, p. 118, 1. 8 : « Memoria, thesaurus lectionis ». Voir J.-C. Margolin, (...)
  • 45 De pueris, ASD I, 2, p. 70, 1. 17 à p. 71, 1. 4. Voir aussi De ratione studii, ASD I, 2, p. 125, 1 (...)
  • 46 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 41-42.
  • 47 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 35, 1. 696 à p. 40, 1. 871.
  • 48 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 40, 1. 872-873.

12Après l'apprentissage du langage viendront les soins consacrés à la lecture puis à l'écriture. L'enfant apprendra à lire avant d'apprendre à écrire43 : il sera ainsi obligé de cultiver, d'exercer sa mémoire, seul réservoir de son savoir44. Pour l'enseignement de la lecture, Érasme, s'inspirant des conseils des Anciens, suggère de présenter à l'enfant des petits gâteaux en forme de lettres, qui seront donnés en récompense d'une bonne réponse45. Outre ces lettres à manger, on pourra utiliser des lettres gravées dans l'ivoire ou dans le bois, et on initiera l'enfant à des jeux qui impliquent la composition de mots46. Pour lui apprendre à écrire, on lui proposera un modèle parfait à imiter, par exemple de vieilles monnaies romaines pour les capitales latines ; on guidera sa main pour lui montrer le tracé des différents éléments qui composent la lettre et la façon de relier ces éléments entre eux47, en prenant bien soin que l'enfant ait toujours l'impression qu'il joue48.

  • 49 De pueris, ASD I, 2, p. 74, 1. 13-16. Cfr J. Lacotte, La notion de « jeu » dans la pédagogie des J (...)

13C'est sur le jeu et ses différentes fonctions que repose donc ce programme pédagogique assez original, qui doit permettre à l'enfant d'acquérir une teinture des deux langues et un vocabulaire assez riche, mais aussi de commencer à lire et à écrire couramment49. Cette éducation de base, qui détermine l'existence de l'homme, se fait par étapes : d'abord la première éducation, dispensée par la mère et la nourrice, ensuite l'éducation élémentaire, c'est-à-dire l'enseignement des praeludia et des rudimenta, entre la troisième et la sixième année, enfin le commencement de l'instruction systématique, fondée essentiellement sur le vocabulaire, la grammaire rudimentaire, la lecture et l'écriture et donnée d'abord à domicile par un membre de la famille ou par un précepteur, puis à l'école latine.

  • 50 De pueris, ASD I, 2, p. 63, 1. 25 à p. 64, 1. 3. Contrairement à son ami Vivès, Érasme ne semble g (...)
  • 51 De pueris, ASD I, 2, p. 63,1. 18-24. Érasme ne se fait cependant aucune illusion : « Quod si cessâ (...)
  • 52 De pueris, ASD I, 2, p. 55, 1. 10. Cfr De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 28, 1. 474 sv. : « Nec enim (...)

14Érasme n'ignore pas que la plupart des parents n'ont pas les moyens d'offrir un précepteur à leurs enfants, mais il ne semble guère s'en embarrasser dans le De pueris, ouvrage dédié au précepteur du duc de Clèves : « Nous livrons ici une excellente méthode d'éducation, nous ne pouvons pas donner la fortune. » Il ajoute néanmoins que « la bienfaisance des riches devrait venir en aide aux esprits bien doués qui ne peuvent, en raison de leurs faibles ressources matérielles, mettre en valeur leurs facultés »50. Enfin, il invite les autorités publiques, civiles ou religieuses, à se soucier davantage de la formation des maîtres51 et surtout à contrôler l'organisation de l'enseignement : Oportet scholam aut nullam esse aut publicam52.

  • 53 De ratione studii, ASD I, 2, p. 113, 1. 7-9. Traduction de J.-C. Margolin, Un maître ouvrage de la (...)
  • 54 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 43, 1. 984-996.

15Qu'apprendra l'enfant dans cette école ? D'abord et avant tout le vocabulaire, car la connaissance des mots permet la connaissance des choses : « Les choses ne nous étant connues que par ces signes que sont les mots, celui qui ignore le sens des paroles doit nécessairement aussi errer à l'aveuglette, divaguer, délirer, dans le jugement qu'il porte sur les choses53 ». Par la bouche d'Ursus, Érasme déplore dans le De pronuntiatione que « la connaissance des mots soit retardée exagérément par la majorité des grammairiens ordinaires » : « Ils sont responsables de l'ignorance des adolescents qui, après avoir perdu de nombreuses années à étudier la grammaire, connaissent à peine le nom exact de tel arbre, de tel poisson, de telle chenille, de tel quadrupède, de tel légume. Chez eux, ils sont incapables de donner le nom latin d'un ustensile de cuisine, à tel point que, lorsqu'ils ont besoin d'un essuie-mains, ils disent : « Donne-moi ça » ou doivent indiquer l'objet d'un geste de la main ou se servir de leur langue maternelle. On assiste au même scénario lorsqu'ils pénètrent dans la boutique d'un artisan : ils connaissent seulement les termes génériques, ils ignorent tout à fait les termes spécifiques. » Leo, l'interlocuteur d'Ursus, en sait quelque chose : « Je peux montrer un arbre, un légume, une plante, un cheval et un chien, mais je suis embarrassé, lorsque je dois désigner un aulne, un frêne ou un chêne, un silure, un scare ou un peigne de mer, une lentille ou du millet, un mille-pattes, un furet ou un putois54. »

  • 55 Voir W. H. Woodward, Desiderius Erasmus concerning the Aim and Method of Education, p. 106, New Yo (...)
  • 56 De pueris, ASD I, 2, p. 66, 1. 18-21.
  • 57 De ratione studii, ASD I, 2, p. 115, 1. 1-4. — Voir aussi Allen, Opus, t. IV, p. 290 (n° 1116, 1. (...)
  • 58 De ratione studii, ASD I, 2, p. 117, 1. 5. Voir aussi De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 30, 1. 561 à (...)

16Quel est le remède proposé par Érasme ? D'abord, nous l'avons vu, l'enfant apprendra le vocabulaire usuel à partir d'objets qui lui sont familiers, et non à partir des mots en langue vulgaire55, mais aussi au moyen d'images simples et agréables à regarder. Il sera en outre abreuvé de mots rares, de sentences choisies, utiles à la fois pour la connaissance de la langue, pour la formation du jugement, pour la richesse de l'expression56. Érasme suggère enfin de réduire l'enseignement de la grammaire à quelques règles essentielles57 et celui de la rhétorique à ses préceptes élémentaires (Rhetorices summa)58, afin d'initier immédiatement l'enfant à l'art de la conversation :

  • 59 Nous retrouvons la même idée dans le De pueris, ASD I, 2, p. 49, 1. 15-20 et dans Ars notoria, ASD (...)
  • 60 La classe idéale se compose de cinq à six élèves : voir Institutio christiani matrimonii, LB V, co (...)
  • 61 Voir aussi De conscribendis epistolis, ASD I, 2, p. 254 sv. Une fois de plus, Érasme s'inspire de (...)
  • 62 De ratione studii, ASD I, 2, p. 125, 1. 5 à p. 126, 1. 4.

« A cet âge, écrit-il, on se familiarise en quelques mois avec n'importe quelle langue vulgaire59. Pourquoi n'en irait-il pas de même avec le grec ou le latin ? Cette méthode n'est toutefois possible que lorsque l'on ne dispose pas d'un gros troupeau d'élèves, car elle requiert un contact constant entre le maître et le disciple60.
A l'école, le professeur devra prendre garde de s'exprimer le plus correctement possible, soit qu'il s'adresse à toute la classe, soit qu'il parle à un enfant en particulier. En passant, il expliquera certaines tournures et il conseillera à ses auditeurs de l'imiter. Quand ils auront la parole, il les félicitera s'ils parlent bien ou il les reprendra s'ils font une faute. De cette façon, ils s'habitueront à parler avec plus de circonspection et d'exactitude et à écouter leur maître avec plus d'attention. Il sera également utile de les soumettre à une sorte de règlement qui prévoie des petites récompenses ou des punitions : ainsi, ils en viendront à se corriger les uns les autres. Le maître pourra même choisir ses élèves les plus capables pour en faire les arbitres de la discussion61. Il ne sera pas non plus inutile de leur proposer quelques formules de conversation, afin qu'ils usent de ces tours familiers dans leurs jeux, à table ou lorsqu'ils se rencontrent dans la rue. Et s'il est bon que ces expressions soient élégantes, il faut aussi qu'elles soient faciles et agréables62. »

  • 63 Ciceronianu, ASD I, 2, p. 615, 1. 15-16. Cfr ASD I, 3, p. 117, 1. 61-62 : « Loquendi ratio non ali (...)
  • 64 F. Gaffiot, La méthode directe au xvie siècle, dans Revue universitaire, 12e année, t. I, p. 470-4 (...)

17La méthode imaginée par Érasme est simple : elle suppose la mémorisation par l'élève de phrases usuelles fournies par le maître. L'humaniste a compris que la meilleure façon d'apprendre une langue est de la parler : Atqui dicendo fieri praedicant, ut bene dicamus63. En somme, il veut créer chez les enfants, au profit du latin, cet automatisme qu'aujourd'hui les professeurs de langues vivantes cherchent à obtenir chez leurs élèves64.

  • 65 ASD I, 3, p. 73, 1. 5-9. Voir F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques : le livre d'une vie, p. 13-30 (...)

18Lorsqu'il séjournait à Paris dans les dernières années du xve siècle, Érasme s'est interrogé avec le précepteur Augustin Caminade sur les types de phrases à proposer à des enfants, afin de leur permettre d'exprimer en latin les gestes de la vie quotidienne, et il s'est même amusé à dicter à son ami des formulae congressus cotidiani et des sermones conviviales. Ce livre du maître sera publié à Bâle, en novembre 1518, sous le titre de Familiarium colloquiorum formulae65.

  • 66 Le cicéronien Nosopon a lui aussi un stock de formules toutes prêtes : « Ce sont les expressions q (...)
  • 67 F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, p. 43-44. Cfr ASD I, 3, p. 163-171.

19Si imparfait qu'il soit, le petit manuel dialogué conçu par Érasme supplée à un éventuel manque d'imagination du professeur et il fournit aux écoliers le moyen de parler le latin dans certaines circonstances de la vie, grâce à un large choix de formules toutes prêtes66. La simplicité des questions et des réponses du formulaire n'est pas fortuite : ces répliques banales doivent servir à des enfants ou à des adolescents dans leur vie de tous les jours, leur permettre de ne pas rester bouche bée s'ils se trouvent dans des situations identiques. De quoi parlent deux étudiants étrangers lorsqu'ils se rencontrent ? De leur santé, de leur travail, de leur pays, de leurs parents, qui écrivent de longues lettres mais qui n'envoient pas d'argent... On peut s'étonner de ne pas trouver dans le recueil quelques scènes de jeu : Érasme réparera cet oubli en mars 1522, lorsqu'il récrira les Familiarium colloquiorum formulae publiées sans son autorisation67.

  • 68 L'ouvrage de base sur les colloques scolaires reste celui de A. Bömer, Die lateinischen Schülerges (...)

20S'il n'était qu'un simple recueil de répliques toutes faites, le petit livre composé par Érasme ne serait qu'un manuel de conversation latine parmi d'autres, un lexique dialogué semblable à ceux mis en circulation dès la fin du xve siècle, si ce n'est qu'il ne contient pas du vocabulaire scolaire et des tournures à l'usage des écoliers, mais du vocabulaire usuel et des formules utilisables par des adultes autant sinon plus que par des enfants68.

  • 69 On trouve déjà quelques brèves remarques grammaticales dans un manuel bilingue de la fin du xve si (...)
  • 70 On comparera le début des Formulae avec celui du Pappa puerorum de Murmellius, éd. A. Bömer, Ausge (...)
  • 71 ASD I, 3, p. 34, 1. 88 ; p. 35, 1. 120-121.
  • 72 ASD I, 3, p. 78, 1. 67-69.
  • 73 ASD I, 3, p. 36, 1. 139-140 ; p. 33, 1. 69-70.

21La grande originalité du formulaire érasmien réside dans le fait qu'il se transforme en exercices de synonymie et d'abondance verbale, entrecoupés de remarques grammaticales69 et de conseils pratiques. Érasme ne se contente pas en effet de fournir à ses lecteurs une tournure choisie70, il leur propose dans chaque cas plusieurs façons d'exprimer une même idée, notant au passage les expressions qui appartiennent au langage populaire, celles qu'il recommande particulièrement ou celles qu'il déconseille à ses lecteurs. Ainsi, après avoir cité plusieurs synonymes de Deo gratia, il écrit : Deo gratias ecclesiasticis relinquito pro cantilena. Plus loin, il conseille d'éviter l'expression Fallis me et de lui préférer la formule Illudis mihi ou illudis me71. Ailleurs, il met ses lecteurs en garde contre l'emploi abusif de la question Qua valetudine es praeditus ? — « Sans doute peux-tu dire cela si tu interroges quelqu'un sur sa constitution, mais pas si tu t'inquiètes de sa santé du moment »72. Il arrive même à l'auteur des Formulae de déconseiller certains usages : « La formule Habeo te excusatum est latine et grammaticalement correcte ; toutefois, cette façon de s'exprimer est vulgaire et elle appartient presque au latin de cuisine » ou encore : « Si tu ne te portes pas très bien, ne dis surtout pas, comme on l'entend souvent, taliter qualiter : c'est une élégance digne d'un cuisinier, pas d'un orateur »73.

  • 74 ASD I, 3, p. 34, 1. 84 ; p. 55, 1. 746.
  • 75 ASD I, 3, p. 74, 1. 19-22. C'est vraisemblablement à Caminade que l'on doit les tournures en langu (...)

22Le manuel de conversation latine ressemble à un livre du maître dans lequel le professeur aurait noté toutes les remarques susceptibles d'éclairer son enseignement, d'en faciliter la compréhension ou de répondre par avance à d'éventuelles questions de ses auditeurs. Ici, Érasme donne le sens d'un mot difficile : Oppido adverbium, id est valde ; là, il prévient une faute possible : Proficiat inepte dicitur74. Certains de ces commentaires, qui, dans les premières éditions, sont imprimées légèrement en retrait et mis en évidence, sont peut-être le fruit de l'expérience pédagogique de Caminade. Érasme accusera d'ailleurs le premier utilisateur des Formulae d'avoir « ajouté des noms de personnages, des titres et certaines autres choses » dans le manuscrit qui lui avait été confié75.

  • 76 W. H. Woodward, Desiderius Erasmus..., p. 108.
  • 77 De ratione studii, ASD I, 2, p. 115, 1. 5-7 ; Ecclesiastes, LB V, col. 851 C ; Allen, Opus, t. IV, (...)
  • 78 De ratione studii, ASD I, 2, p. 126, 1. 4-6.

23A la fin des Formulae, ces explications, jusqu'alors éparses, vont se fondre dans le dialogue et se transformer en exercices pratiques de grammaire élémentaire. Partisan d'une initiation précoce de l'enfant à l'art de la conversation, Érasme ne néglige pas pour autant la première discipline du trivium ; il pense que l'étude de la grammaire est indispensable, mais qu'elle ne doit jamais être considérée comme une fin en soi76, car « la meilleure façon d'acquérir une authentique et remarquable facilité d'élocution est la fréquentation de personnes parlant une langue châtiée et la lecture assidue d'auteurs éloquents »77. C'est en écoutant le professeur, en conversant avec lui, en parlant avec ses condisciples, puis en lisant de bons auteurs, et non en étudiant par cœur des règles grammaticales, que l'enfant apprendra la langue latine. Au début de son apprentissage, quelques règles grammaticales élémentaires lui suffiront, qui pourront même être apprises progressivement, empiriquement, à partir des conversations scolaires ou à partir des textes. Les Formulae nous fournissent un bel exemple de cette méthode inductive, recommandée dans le De ratione studii78.

24Le point de départ de la leçon est une question de Christian : « Comment, demande-t-il, traduire la phrase Il moy at beacop de labeur, temps, ou de pecunne escoste. Das hat mich viler arbeit, zyt, oder gelt gestanden ? » — « Par ces mots : impendo, insumo, impertio, constat », répond Augustin, qui s'empresse de donner de nombreux exemples. Christian remarque que constat est suivi tantôt du génitif tantôt de l'ablatif, ce qui amène Augustin à lui parler des Verba emendi ac vendendi :

« Tu sais, dit-il, qu'il existe des verbes qui expriment l'achat et la vente, et d'autres de même signification, auxquels on ajoute, s'ils ne sont pas accompagnés d'un substantif, les génitifs particuliers tanti, quanti, pluris, minoris, tantidem, quantivis, quanticunque. Si l'on adjoint des substantifs, les deux mots sont mis à l'ablatif. De même, si un prix précis suit le verbe, il sera mis à l'ablatif. Si le prix est exprimé par un adjectif substantivé, il sera à l'ablatif, à moins que tu ne préfères utiliser un adverbe. »

25Augustin propose ensuite une liste d'Emendi aestimandique verba, n'hésitant pas à donner les temps primitifs de certains d'entre eux, les adjectifs qui en dérivent et même les équivalents français ou allemands. Christian réclamant un exemple, il énumère diverses Emendi et vendendi formulae, qui sont suivies d'un bref rappel de la règle :

« N'as-tu pas remarqué dans tous ces exemples que, partout où figure un substantif de prix, on trouve un ablatif, les autres mots pouvant exprimer un prix étant soit mis au génitif, soit changés en adverbe ? Tu n'as jamais entendu un comparatif sans substantif, sauf pluris et minoris. »

  • 79 ASD I, 3, p. 56-60. Ce texte n'est pas exploité par M. Cytowska, Érasme grammairien, dans Eos, t. (...)

26Après avoir conseillé à Christian de s'adresser à Érasme s'il veut obtenir de plus amples informations, Augustin signale à son ami que des verbes comme sum, facio, habeo, duco, aestimo, dont le sens est très voisin des précédents, peuvent être eux aussi accompagnés des génitifs multi, parvi, magni, pluris. Suivent quelques exemples : Aestimandi formulae. Augustin passe ensuite tout naturellement à une autre catégorie de verbes, ceux « qui exigent l'accusatif en même temps que le génitif ou l'ablatif : accuso, incuso, arguo... » et il fournit d'autres exemples : Accusandi formulae. Viennent enfin les verbes qui exigent un double accusatif, à l'actif comme au passif : Doceo te litteras. [...] A me dodus es litteras79.

  • 80 Sur le Libellas de constructione octo partium orationis, dû à la collaboration d'Érasme et de Will (...)

27Les Familiarium colloquiorum formulae apparaissent donc comme un véritable manuel d'initiation à la conversation latine, à la morphologie et à la syntaxe. Les notions de morphologie et de syntaxe qu'on y trouve constituent la base de la formation grammaticale de l'enfant : nous les retrouverons dans la grammaire qu'Érasme dédiera en 1513 aux jeunes élèves de l'école de Saint-Paul à Londres, fondée et dirigée par John Colet80.

  • 81 ASD I, 3, p. 60, 1. 893.
  • 82 Une partie importante de ce texte a été traduite en anglais par D. B. King et H. D. Rix, Milwaukee (...)
  • 83 ASD I, 3, p. 73, 1. 12-13.
  • 84 Allen, Opus, t. I, p. 9, 1. 1-4 ; p. 511 (n° 260, 1. 41-44). Sur l'histoire du texte, voir H. D. R (...)

28Un autre ouvrage d'Érasme, les De duplici copia verborum ac rerum commentarii duo, doit être rapproché des Familiarium colloquiorum formulae. A la fin de son exposé grammatical, Augustin conseille d'ailleurs à Christian de consulter ces « commentaires » d'Érasme81 qui sont en fait un exposé pratique sur la façon de se procurer la copia verborum ac rerum82. Érasme avait commencé la rédaction de ce traité de rhétorique à Paris, à l'époque où il discutait avec Caminade des « formules d'entretiens familiers ». Ce simulacrum copiae83 faillit connaître le même sort que les Formulae et être imprimé à l'insu de son auteur. Afin d'éviter une publication subreptice, celui-ci fut obligé de remanier hâtivement ses notes et il dédia le volume à l'école qui venait d'être créée à Londres par John Colet : novum opus novae scholae84.

  • 85 Allen, Opus, t. I, p. 512 (n° 260, 1. 56-57).
  • 86 De copia, LB I, col. 3 C. Voir aussi ASD I, 3, p. 61, 1. 938 : « ratiunculas ».
  • 87 De copia, LB I, col. 8 D.
  • 88 De copia, LB I, col. 23 C.
  • 89 De copia, LB I, col. 3 C et 29 E.

29Le but de ce manuel scolaire est de « montrer certaines lois ou sources de l'abondance verbale, afin de passer progressivement du général au particulier »85. Autrement dit, Érasme se propose de démonter ici le mécanisme de l'extraordinaire richesse verbale dont il faisait preuve dans les Formulae, de dégager les rationes86 de sa propre copia verborum ac rerum. A cette fin, il passe successivement en revue toutes les figures de rhétorique (variandi formulae ou variandi rationes)87 qu'il illustre de nombreux exemples, avant de proposer deux exercices pratiques (Exempla ou Experientia)88 et tout un stock de formules diverses89.

  • 90 De copia, LB I, col. 54 C.

30Cette partie de l'ouvrage présente de nombreuses analogies avec les Familiarium colloquiorum formulae. Certains chapitres du manuel de rhétorique sont en effet d'authentiques dialogues, auxquels il ne manque que des noms de personnages. C'est le cas, notamment, du chapitre XCV Bene est90 :

Bene res habet. Bene se res habet. Bene habet. Optime est. Bene tibi habent principia. Óptimo in loco res est. Pejore in loco res esse non potest. Quonam in statu res sunt tuae ?

  • 91 De copia, LB I, col. 47 E-48 A (chap. LXXI).
  • 92 De copia, LB I, col. 48 A-C (chap. LXXII).
  • 93 De copia, LB I, col. 48 F-49 B (chap. LXXV).
  • 94 LB I, col. 43 F-44 B.
  • 95 ASD I, 3, p. 128, 1. 85-106.

31En outre, plusieurs rubriques sont communes aux deux manuels : nous retrouvons notamment dans le De copia des Aestimandi verba91, des Emendi formulae et similia92, des Accusandi formulae93, dont la ressemblance avec les Formulae proprement dites est frappante. On peut se demander si Érasme ne recopia pas certains passages du De copia, lorsqu'il remania les Formulae au début de l'année 1522. La mise en parallèle de la formule Precandi du De copia94 et de la formule Auspicanti quippiam des Formulae95 nous paraît en tout cas significative :

Precandi

Quod agis bene fortunent superi. Quod agis bene vertat. Feliciter cédai quod instituisti. Dii coepta secundent. Optime cecidit. Bene vertat Reipublicae. Sit felix. faustum, bonumque Reipublicae. Feliciter cedat nobis omnibus. Hanc affinitatem precor ut Deus nobis omnibus laetam esse velit. Feliciter exeat quod coepisti. Prospere succedat quod agis. Ex animi sententia procedat, quod agressus es. Deum optimum maximumque precor, ut istud consilium quam est honestum, tam sit etiam auspicatum. Precor ut bonis avïbus Italiam adeas, melioribus redeas. Precor ut hic annus tibi laetis auspiciis ineat, laetioribus procedat, laetissimis exeat, ac saepius recurrat semper auspicatior feliciorque. Precor ut hic dies tibi candidus illuxerit. Incolumen reditum opto liberis tuis. Precor ut apud tuos omnia laeta reversus offendos. Utinam prospere naviges, similique successu renaviges. Bonis auspiciis ancoram solvas. Precor ut tuis optatis omnia respondeant. Faxint superi, ut alba tibi contingant omnia. Velim ut ex voto res omnis succedat. O si tres ita, ut volumus, nobis eveniat. Precor ut tibi secunda occurrant omnia. Precor ut diis secundis faventibusque negocium hoc conficias. Quaeso ut hanc rem stultissime coeptam superi nobis bene vertant. Nihil malim quam ut his pulcherrimis coeptis dextra aspirent numina. Quaeso ut quod instituisti superis bene fortunantibus absolvas. Precor ut hic contractus commodo sit utrisque. Precor ut hoc matrimonium voluptati sit omnibus nobis.

Auspicanti quippiam

Sit felix et faustum reipublicae. Bono sit omnibus, quod instituis. Bene vertat quod agis. Bene fortunet Deus tuos labores. Faveant superi tuis conatibus. Quaeso ut quod instituisti, superis bene fortunantibus, feliciter absolvas. Bene fortunet Christus Opt. Max. quod in manibus est. Feliciter cedat quod instituisti. Feliciter exeat, quod agressus es. Rem sanctam aggressus es, precor ut felix sit exitus. Felix ac prosperum numen aspiret pulcherrimis coeptis. Christus bene coepta secundet. Prospere succedat, quod auspicatus es. Deum Opt. Maximumque precor, ut istud consilium, quam est honestum, tam sit et felix. Bonis avibus coepta res melioribus exeat. Precor, ut bonis avibus Italiam adeas, melioribus redeas. Opto tibi felicem cursum et recursum feliciorem. Faxit Deus, ut itinere hoc feliciter peracto, brevi tibi prosperum reditum gratulemur. Contingat tibi feliciter et navigare et renavigare. Sit iter laetum, reditus laetior. Utinam ista profectio tibi succedat ex animi tui sententia. Utinam tibi tam iucunda sit ista profectio, quam nobis erit interim molestum tui desiderium. Bonis auspiciis solvas ancoram. Precor, ut ex utriusque votis succedat hoc iter. Precor, ut hic contractus commodo bonoque sit utrisque. Precor, ut hoc matrimonium voluptati sit omnibus nobis. Sospitet te Iesus Opt. Max. Superi propicii te nobis incolumen restituant. Servet Deus animae dimidium. Opto tibi reditum incolumen. Precor ut hic annus tibi laetis auspiciis ineat, laetioribus procedat, laetissimis exeat, ac saepius recurrat semper felicior.

RESP. At ego tibi vicissim multa secula felicissima precor, ne tu gratis sis nobis bene precatus. Precor ut hic dies tibi candidus illuxerit. Precor ut hic sol tibi felix surrexerit.

  • 96 Érasme dira d'ailleurs dans ses Declarationes ad censuras Lutetiae vulgatas que les Colloques sont (...)
  • 97 De copia, LB I, col. 3 C.

32Les Formulae et le De copia sont duex œuvres complémentaires96, nées en même temps dans l'imagination d'Érasme. Dans la première, l'humaniste fournit des séries de tournures équivalentes, mais il laisse au professeur le soin de dévoiler les secrets de cette virtuosité verbale ; dans la seconde, il propose d'autres formules, mais il explique cette fois les figures de style et les procédés rhétoriques qu'il utilise, il invite ses lecteurs à s'exercer avec lui et il multiplie les citations d'auteurs classiques. La copia verborum ac rerum dont il fait preuve est en effet le fruit des multiples veilles qu'il a consacrées à l'étude des meilleurs auteurs97. Bien qu'il facilite la tâche de ses lecteurs en rassemblant à leur intention les locutions, les expressions classiques glanées au cours de ses lectures, il ne les dispense pas pour autant d'étudier à leur tour les textes de l'Antiquité :

  • 98 De copia, LB I, col. 7 A.

« Il sera indispensable de fréquenter jour et nuit les bons auteurs, surtout ceux qui excellent par leur richesse d'expression, de rechercher dans leurs œuvres avec une attention scrupuleuse toutes les figures de style, de confier celles-ci à notre mémoire, de les imiter, de nous habituer à les avoir toujours sous la main en les utilisant souvent98. »

  • 99 De ratione studii, ASD I, 2, p. 116, 1. 14-15 : « Nam unde tandem haurias vel purius, vel citius, (...)
  • 100 Giceronianus, ASD I, 2, p. 708, 1. 26-27 : « Posteaquam enim ius Latini sermonis desiit esse penes (...)

33Ad fontes99 ! Ce retour aux sources est indispensable : puisque les normes de la langue latine ont cessé d'être régies par l'usage, les modèles antiques restent les seuls et authentiques gardiens des règles de l'éloquence100.

  • 101 II ne saurait être question pour Érasme de rejeter les comédies de Térence ou de Plaute, sous le p (...)
  • 102 De ratione studii, ASD I, 2, p. 115,1. 11 à p. 116,1. 6. Dans le De copia, Érasme ajoute AuluGelle (...)

34Quels sont ces modèles ? Quels auteurs choisir comme guides ? Dans son De ratione studii, Érasme attribue la première place à Térence, dont la langue est pure, soignée, très proche du langage familier et dont les Comédies plaisent aux adolescents. Vient ensuite Plaute, mais ses œuvres devront toutefois être expurgées101. Après les deux comiques latins, Érasme recommande dans l'ordre Virgile, Horace, Cicéron, César et éventuellement Salluste102

  • 103 Ciceronianus, ASD I, 2, p. 708, 1. 15-18 : « Censeo [...] optimos quoque primum legendos, et ex op (...)
  • 104 Ciceronianus, ASD I, 2, p. 708, 1. 29-31 : « et si durius absoletumque videtur, quod a paucis sit (...)
  • 105 Ciceronianus, ASD I, 2, p. 708, 1. 1-13. Voir D. Murarasu, Érasme et le principe de l'imitation à (...)

35L'adolescent évitera de s'en tenir à un seul guide. Il commencera par lire tous les bons auteurs et il choisira dans chacun d'eux ce qu'il y a de meilleur103. Il pourra même puiser des mots qui paraissent rudes et archaïques parce qu'ils ont été peu employés : un usage répété leur rendra leur éclat et leur caractère familier104. Aucun auteur ne sera méprisé a priori, aucun ne sera idolâtré. Érasme dénonce les dangers d'une imitation trop scrupuleuse et trop précoce : avant d'être initié à l'art périlleux de l'imitation, l'élève devra être armé des préceptes de la rhétorique et il sera conseillé par un guide compétent, « comme les disciples d'un peintre apprennent de leur maître, en étudiant un tableau remarquable, ce qui a été fait suivant les règles de l'art ou ce qui pèche contre elles ». Il ne cherchera pas tant à répéter les mêmes phrases qu'à dire des choses semblables ou parfois même d'égale valeur, il s'efforcera d'être l'émule de ses modèles, il essaiera, s'il le peut, de parler mieux qu'eux, « car il n'y a aucun artiste, si parfait soit-il, dans l'œuvre duquel on ne rencontre une chose au moins qui soit susceptible d'être mieux rendue »105.

  • 106 Ciceronianus, ASD I, 2, p. 637, 1. 3-4 : « Quocunque me verto, video mutata omnia, in alio sto pro (...)
  • 107 De pueris, ASD I, 2, p. 48, 1. 27-28 ; p. 51, 1. 29-32. Même idée chez Jean Sturm, Classicae epist (...)
  • 108 Adages, LB II, col. 77 A : « Muti magistri » (n° 118). Voir aussi Allen, Opus, t. I, p. 185 (n° 61 (...)
  • 109 De pueris, ASD I, 2, p. 49, 1. 1 sv. : « Linguarum enim inscitia disciplinas universas aut exstinx (...)

36La république érasmienne des lettres n'est pas la république de Cicéron, ni celle d'ailleurs d'aucun autre auteur classique. Les temps ont changé et Érasme est conscient de ce changement106. La langue latine à besoin de tous les bons auteurs, classiques et chrétiens, elle doit s'adapter pour survivre, elle doit rester une langue vivante. Il sait bien aussi que les jeunes Romains, élevés par des nourrices et des parents parlant le latin, avaient plus de chance que les petits grimauds du xvie siècle107, dont la langue maternelle n'est pas le latin. C'est pourquoi il recommande d'étudier le latin comme on apprendrait une langue étrangère, c'est-à-dire en conversant avec des personnes qui parlent correctement cette langue, en fréquentant surtout ces interlocuteurs muets mais combien éloquents que sont les auteurs classiques. C'est par un colloque direct avec ces muti magistri108 que les enfants retrouveront le langage perdu, sans lequel tout savoir est impossible109.

37Comment rendre ce dialogue fructueux ? Comment lire ces auteurs pour en retirer le plus grand profit ? La méthode à suivre est exposée dans le De ratione studii, traité pédagogique à l'usage des maîtres, et dans le Quis sit modus repetendae lectionis, courte lettre de recommandation destinée aux écoliers.

38Érasme distingue plusieurs niveaux de lecture. Le texte doit d'abord être étudié d'un point de vue grammatical :

  • 110 Quis sit modus repetendae lectionis, ASD I, 3, p. 119, 1. 7-13. Voir aussi De ratione studii, ASD (...)

« Si tu rencontres quelque verbe d'une dérivation obscure ou douteuse, ou d'une conjugaison irrégulière, cherche son supin, cherche son parfait, ses ascendants, ses dérivés, sa construction, sa signification, et d'autres choses semblables110 »

39Le texte doit ensuite être passé au crible au point de vue de la rhétorique :

  • 111 Quis sit modus repetendae lectionis, ASD I, 3, p. 119, 1. 13 à p. 120, 1. 26 ; De ratione studii, (...)

« Marque d'un signe ou d'un astérisque l'expression qui te frappe par sa beauté, son élégance, sa concision. Examine l'agencement des mots, informe-toi des ornements du discours. Recherche minutieusement l'intention de l'auteur, la raison de l'emploi de chaque expression. Si quelque passage te plaît particulièrement [...], arrête-toi et demande-toi pourquoi tu as été tellement charmé, pourquoi le reste t'a moins enchanté. Tu découvriras que tu as été touché par une finesse ou par quelque parure oratoire ou par l'harmonie de la composition ou, pour ne pas tout énumérer, par quelque procédé de ce genre. Si tu rencontres quelque adage, quelque sentence, quelque vieux proverbe, quelque histoire, quelque fable, quelque comparaison bien trouvée, quelque expression brève, subtile ou spirituelle, songe à les garder dans ta mémoire comme un trésor, pour les employer et les imiter111. »

  • 112 Jean Sturm utilisera cette méthode ; voir Ch. Schmidt, La vie et les travaux de Jean Sturm, p. 244 (...)
  • 113 De ratione studii, ASD I, 2, p. 129, 1. 15-18. Voir aussi Allen, Opus, t. V, p. 341 (n° 1390, 1. 1 (...)

40Cette exploration systématique des textes de l'Antiquité à la recherche des secrets de la copia verborum ac rerum se fera bien sûr avec l'aide du professeur. Celui-ci pourra constituer à l'intention de ses auditeurs une sorte de florilège contenant des extraits choisis en raison de leur richesse verbale112 ; au besoin, il pourra même rédiger des adaptations des passages qui ne lui paraissent pas être à la portée des enfants113.

  • 114 De ratione studii, ASD I, 2, p. 126, 1. 8-10 ; p. 130, 1. 1 à p. 135, 1. 8. La lettre est un excel (...)

41En même temps, il complétera la formation grammaticale et rhétorique de ses élèves, il leur apprendra à composer des petits textes. Au départ, il leur expliquera la marche à suivre et il leur fera de fréquentes lectures commentées, afin de leur fournir des modèles à imiter. Après sept ou huit exercices dirigés de composition latine, l'enfant commencera à être capable de « nager sans liège », c'est-à-dire de traiter un petit sujet sans l'aide constante du professeur114.

  • 115 De ratione studii, ASD I, 2, p. 126, 1. 10 à p. 129, 1. 15. Cfr J.-C. Mar-golin, Un maître ouvrage (...)

42Les sujets de rédaction qui lui seront proposés devront convenir à son jeune âge, mais être en même temps susceptibles de lui servir plus tard. Le maître veillera donc à choisir des fables, des apologues, des proverbes, des apophtegmes dont l'enfant puisse tirer quelque profit moral115.

  • 116 De ratione studii, ASD I, 2, p. 138, 1. 6 sv. ; Quis sit modus repetendae lectionis, ASD I, 3, p. (...)

43Les parents et le professeur ne doivent jamais perdre de vue la formation morale de l'enfant, aussi bien lorsqu'il commence à balbutier que lorsqu'il est initié à la conversation, puis à la composition latine. Si l'écolier doit étudier sans relâche les auteurs anciens afin d'apprendre à parler et à écrire correctement le latin, il doit aussi lire ces mêmes auteurs dans une perspective morale, chercher à découvrir dans leurs œuvres quelque exemple dont puissent profiter ses mœurs116.

  • 117 Enchiridion, éd. Holborn, op. cit., p. 35, 1. 27-31.

44C'est un art de vivre autant qu'un art de dire qu'il faut rechercher dans les textes antiques : « Si, des livres des païens, tu recueilles ce qu'il y a de meilleur et [...] extrais seulement, laissant de côté les poisons, le suc salutaire et généreux, tu rendras ton esprit beaucoup mieux armé, du moins pour la vie de tous les jours117. »

  • 118 Cicéron, De partitione oratoria, XXIII, 79 : « Nihil enim est aliud eloquentia nisi copiose loquen (...)
  • 119 L. Valla, Opera omnia, t. I, p. 120, Turin, 1962. Voir N. S. Struever, The Language of History in (...)
  • 120 Platon, Phèdre, 262 E.
  • 121 Allen, Opus, t. II, p. 467 (n° 531, 1. 323-326) : « Nam ut sermo praecipua mentis imago est, mente (...)
  • 122 Pétrarque, De remediis utriusque fortunae, I, 9 ; texte cité par Tripet, op. cit., p. 183.
  • 123 Platon, Théétète, 185 E.
  • 124 Voir l'éloge funèbre de Guarino de Vérone par son élève Lodovico Carbone, dans K. Müllner, Reden u (...)
  • 125 Allen, Opus, t. IX, p. 401 (n° 2584, 1. 5-8) : « disciplinae liberales, quae, licet per se virtute (...)

45La véritable éloquence est inséparable de la sagesse118, de cette perfecta sapientia119, qui consiste d'abord à faire un bon usage des mots, tant il est vrai que, comme dit Socrate dans Phèdre120, « parler improprement, ce n'est pas seulement une faute envers les choses, mais aussi un mal que l'on fait aux âmes ». La parole étant le meilleur reflet de l'âme121, celui qui enseigne à bien parler ne peut pas ne pas être homme de bien122, — « Qui parle bien est beau et bon », disait déjà Platon123, — et le dicendi auctor ne peut être qu'un vivendi praeceptor124.Si l’eruditio n'entraîne pas nécessairement la virtus, elle y prépare125 :

  • 126 Antibarbari, ASD I, 1, p. 87, 1. 6-9.

« Qu'est-ce qui humanise les êtres farouches et grossiers ? Qu'est-ce qui apaise leur âme ? Qu'est-ce qui adoucit leurs mœurs ? Ne sont-ce pas les lettres ? Elles façonnent notre esprit, elles calment les passions, elles brisent, elles freinent les élans invincibles et elles apaisent les natures fougueuses126. »

  • 127 Ratio verae theologiae, éd. Holborn, op. cit., p. 296, 1. 31-34 : « Ut ne dicam intérim, quod omni (...)
  • 128 Antibarbari, ASD I, 1, p. 102, 1. 8-9. Cfr Allen, Opus, t. II, p. 235 (n° 405, 1. 1-3) : « Tu vero (...)
  • 129 Allen, Opus, t. I, p. 566 (n° 296, 1. 49-52) : « Nihil enim iam iacto de libris meis, quos fortass (...)
  • 130 Allen, Opus, t. V, p. 510 (n° 1476, 1. 9-10) (Érasme à Jean Erasmius Froben, Bâle, 1er août 1524)  (...)

46Fréquenter les bons auteurs, c'est se transformer à leur contact127, c'est devenir meilleur grâce à eux : non bonam esse literaturam quae reddat nequiorem128. Les studia humanitatis permettent l'éducation totale de l'homme, et le prince des humanistes n'a d'autre but que de rendre ses lecteurs non seulement plus instruits, mais aussi meilleurs129. Dans les Familiarium colloquiorum formulae, il ne réalise toutefois que le premier volet de cet ambitieux programme. Lorsque, vingt ans plus tard, il remaniera ce brouillon de jeunesse, il pensera à aider les jeunes, non seulement à polir leur style, mais aussi à régler leur conduite, afin de les rendre et latiniores et meliores130.

Notes

1 J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio de pueris statim ac liberaliter instituendis, p. 41-42, Genève, 1966.

2 Allen, Opus, t. I, p. 38, 1. 19-20. Voir aussi t. VIII, p. 373 (n° 2283, 1. 42). Cfr M. L. Clarke, The educational writings of Erasmus, dans Erasmus in English, n° 8, p. 23-31, Toronto, 1976.

3 Allen Opus, t. I, p. 39, 1. 21-22.

4 Allen, Opus, t. I, p. 39, 1. 23-25.

5 Institutio principia christiani, LB IV, col. 561 C- 584 E.

6 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 708 B- 724 B.

7 De civilitate, LB I, col. 1033 B-C.

8 De pueris, ASD I, 2, p. 33, 1. 27-28 : « Pater esse voluisti, pius pater sis oportet. Reipublicae, non tibi tantum genuisti, aut, ut christianius loquar, Deo genuisti, non tibi ». Voir aussi Proci et puellae, ASD I, 3, p. 285,1.287-288.

9 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 27, 1. 1-3 : « Leo. Puerisne tantum honoris ? Ursus. At hi pueri templa sunt Spiritus Sancti ; in his planteriis latent senatores, magistratus, doctores, Abbates, Episcopi, summi Pontífices et Caesares ».

10 De pueris, ASD I, 2, p. 31,1. 21 : « at homines, mihi crede, non nascuntur, sed finguntur ». Sur cette formule, voir S. Dresden, Érasme et la notion de « humanitas », dans Scrinium Erasmianum, t. II, p. 530-536, Leyde, 1969. — De même que l'enfant doit devenir un homme, le baptisé doit accomplir sa promesse de devenir le chrétien qu'il a commencé d'être : « Baptizatus es, ne protinus te Christianum putes » (Enchiridion, éd. H. Holborn, Desiderius Erasmus Roterodamus. Ausgewählte Werke, p. 74, 1. 12, Munich, 1933). Nouvelle naissance, le baptême est un don et une tâche ; voir J.-P. Massaut, Humanisme et spiritualité chez Érasme, dans D.S., t. VII, col. 1013 ; Apologia ad monachos quosdam Hispanos, LB IX, col. 1061 D : « baptismus non est perfectus Christianismus, [...] sed initium ac rudimentum Christianismi, quod haec quoque generatio spiritualis habeat suam infantiam, adolescentiam et perfectam aetatem et gradus velut aetatum, per quos iuxta Paulum grandescimus, donec accurramus in mensuram plenitudinis Christi ». Cfr infra, p. 274.

11 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 14,1. 53-55. Voir aussi De pueris, ASD I, 2, p. 33,1. 8-9 : « Statim ut nascitur infans, docilis est ad ea quae sunt hominis propria ».

12 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 710 E.

13 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 711. Voir aussi De pueris, ASD I, 2, p. 27 et le colloque Puerpera, ASD I, 3, p. 453-469.

14 L'expression « complosis manibus » qui figure dans l'édition de Leyde doit évidemment être remplacée par « compositis manibus » ; voir De pueris, ASD I, 2, p. 47, 1. 3-4 : « componere manusculas ».

15 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 712 C.

16 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 712 D. L'éducation a pour but de former des hommes libres, pas des esclaves : « Servile est metu mali castigan, atque publica consuetudo filios appellat liberos, quod hos deceat liberalis educatio, servili multum dissimilis » (De pueris, ASD I, 2, p. 57, 1. 19-21). Cette éducation libérale et humaine, qui est née en Italie, n'a pas eu que des partisans ; Savonarole notamment n'avait pas la même confiance en la nature de l'enfant : voir E. Garin, L'éducation de l'homme moderne, p. 82-88, Paris, 1968. Sur les châtiments corporels, voir P. Porteau, Montaigne et la vie pédagogique de son temps, p. 82-99, Paris, 1935.

17 De pueris, ASD I, 2, p. 36, 1. 17 ; p. 47, 1. 18-21 ; p. 48, 1. 2-5 ; p. 50, 1. 4-5 ; p. 66, 1. 16-18 ; Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 714 E : « Imitandi vis peculiariter inest pueris ». — La vie chrétienne consiste à imiter le Christ : « Imo Christianorum omnium est Christum pro viribus imitari » (Apologia adversus rhapsodias... Alberti Pii, LB IX, col. 1140 F). Les enfants imiteront l'Enfant Jésus : « saltem pueri puerum imitemur » (Concio de puero Iesu, LB V, 604 E). De même, le véritable culte des saints consiste à imiter leurs vertus : voir infra, p. 194.

18 De pueris, ASD I, 2, p. 47, 1. 1-14 ; trad. J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio..., p. 412 et p. 414.

19 Voir Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 710 E. C'est vers cet âge que Montaigne fut envoyé au Collège de Guyenne (Essais, livre I, chap. xxvi). Les Jésuites hésitaient à admettre les enfants avant leur septième année : voir F. de Dainvelle, La naissance de l'humanisme moderne, p. 89, Paris, 1940.

20 En somme, l'éducateur, qu'il soit parent ou pédagogue, est un jardinier d'enfants. Alberti comparait l'enfant, non à une terre en jachère, mais à une plante : voir Garin, op. cit., p. 137. Cette comparaison, qui est tirée de Plutarque (Moralia, 4 C), figure aussi chez Érasme : voir De civilitate, LB I, col. 1036 A.

21 Le titre de deux des plus célèbres traités d'éducation libérale du xve siècle témoigne du même souci : Petras Paulus Vergerius est l'auteur d'un De ingenuis moribus et liberalibus studiis adulescentiae et Mapheus Vegius d'un De educatione liberorum et eorum claris moribus (ouvrages édités par A. Gnesotto, Padoue, 1918 et J. S. Nelson, Washington, 1940) ; voir W. H. Woodward, Vittorino da Feltre and other Humanist Educators, p. 134-158, New York, 1963.

22 Institutio christiani matrimonii, LB V, 713 C. Car « le but de toute érudition et de toute éloquence est de comprendre le Christ, de célébrer la gloire du Christ » ; voir Ciceronianus, ASD I, 2, p. 709, 1. 25-27. Voir aussi Enchiridion, éd. Holborn, op. cit., p. 64, 1. 14 : « Litteras amas. Recte, si propter Christum ».

23 Institutio christiani matrimonii, LB V, 713 E-714 D. La petite enfance se termine à sept ans, l'enfance à quatorze ans. L'adolescent devient un jeune homme à 21 ans et un homme à 28 ans. C'est pourquoi Gaspar, le héros de la Confabulatio pia, déclare qu'il n'engagera pas son avenir avant sa vingt-huitième année (ASD I, 3, p. 179, 1. 1787-1788). Cette division de la vie en périodes de sept ans est attribuée à Hippocrate : voir Œuvres complètes d'Hippocrate, éd. E. Littré, t. VIII, p. 636-637, Paris, 1853 ; Philon d'Alexandrie, De opificio mundi, XXXVI, 105 (éd. et trad. R. Arnaldez, Paris, Éd. du Cerf, 1961, p. 213-215). — Sur les âges de la vie, voir aussi Ph. Ariès, L'enfant et la vie familiale sous l'Ancien Régime, 3e éd., p. 29 sv., Paris, 1975.

24 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 713 B. Voir aussi Antibarbari, ASD I, 1, p. 53, 1. 25-28.

25 Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 714 E. Voir aussi Proci et puellae, ASD I, 3, p. 287, 1. 349-353. Érasme, qui a été élevé par des tuteurs, est un ardent défenseur de la famille. Comme Alberti, il pense que le devoir de chaque membre de la famille est d'amender les autres ; voir P.-H. Michel, Un idéal humain au xve siècle. La pensée de L. B. Alberti (1404-1472), p. 305, Paris, 1930.

26 De pueris, ASD I, 2, p. 50, 1. 3-5.

27 De pueris, ASD I, 2, p. 52, 1. 7-8 : « Neo est periculum ne populi linguam ignorent, eam perdiscent velint nolint hominum commercio ».

28 De pueris, ASD I, 2, p. 48, 1. 27-28.

29 De pueris, ASD I, 2, p. 67,1. 19-20.

30 De pueris, ASD I, 2, p. 52, 1. 8-10. Voir aussi De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 16-20. — L'importance du précepteur est considérable, car c'est lui qui « apprend à bien vivre », alors que les parents se contentent souvent de « donner la vie » (De pueris, ASD I, 2, p. 31, 1. 5-7). En éduquant l'enfant, le précepteur le fait naître en quelque sorte une nouvelle fois ; voir De civilitate, LB I, col. 1041 D. Aussi doit-il être respecté comme un père : De copia, LB I, col. 100 D ; parfois même davantage : « non esse veros parentes qui tantum corpora gignunt educantque, multo plus deberi iis qui formant ingenium veluti qui bonis legibus, liberalibus disciplinis ac salubribus praeceptis instituunt ad bene vivendum sed ante omnia qui formant teneros animos ad pietatem » (Ecclesiastes, LB V, col. 1081 E-F). — Érasme considère le métier de précepteur ou de maître d'école comme un « office presque royal » : voir Allen, Opus, t. II, p. 302 (n° 364,1. 22 sv.) ; 1.1, p. 479 (n° 237, 1. 71 sv.) ; t. III, p. 534 (n° 941, 1. 15-17) ; M. A. Nauwelaerts, Het beeld van de leermeester in de geschriften van Erasmus, dans Geschiedenis in het onderwijs, t. XV, col. 466-478, Anvers, 1970.

31 De pueris, ASD I, 2, p. 66, 1. 14 à p. 67, 1. 6.

32 De pueris, ASD I, 2, p. 67, 1. 19 à p. 68, 1. 17.

33 De pueris, ASD I, 2, p. 66, 1. 16-18 ; De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 44, 1. 19-23 : « aetas illa, quoniam praeter imitandi facultatem nihil habet... » ; p. 14, 1. 64-67 : « Et videmus in pueris recens natis, velut in psittacis, studium quoddam nativum ac voluptatem etiam aemulandi reddendique quod audierint tanta docilitate, ut prius auribus agnoscant consuetas voces, quam oculis dinoscant vultus ». — Voir aussi supra, p. 48, n. 2.

34 De pueris, ASD I, 2, p. 70, 1. 12.

35 De pueris, ASD I, 2, p. 67, 1. 20 à p. 68, 1. 23.

36 De pueris, ASD I, 2, p. 69, 1. 8-13 ; traduction de J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio..., p. 448.

37 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 31, 1. 569-570 : « Ursus. Nihilne de moribus ? — Leo. Hoc aphorismis instillabitur, praesertim ad pietatem christianam et officia vitae communia pertinentibus».

38 Sénèque, Lettres à Lucilius, 88, 39.

39 De ratione studii, ASD I, 2, p 126 à p. 129, 1. 18.

40 Érasme cite volontiers ce vers du poète Horace (Épîtres, I, 2, 69-70). Voir Proci et puellae, ASD I, 3, p. 287, 1. 352 ; Puérpera, ASD I, 3, p. 458, 1. 191.

41 Sur cette expression, qui vient en droite ligne du Graecismus, voir ASD I, 4, p. 45, n. 8.

42 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 43, 1. 997 à p. 44, 1. 16.

43 De pueris, ASD I, 2, p. 70, 1. 12-13 ; De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 30, 1. 557-558 : « Primum discet expedite sonare, deinde prompte legere, mox eleganter pingere ».

44 De ratione studii, ASD I, 2, p. 118, 1. 8 : « Memoria, thesaurus lectionis ». Voir J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio..., p. 58.

45 De pueris, ASD I, 2, p. 70, 1. 17 à p. 71, 1. 4. Voir aussi De ratione studii, ASD I, 2, p. 125, 1. 4-5.

46 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 41-42.

47 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 35, 1. 696 à p. 40, 1. 871.

48 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 40, 1. 872-873.

49 De pueris, ASD I, 2, p. 74, 1. 13-16. Cfr J. Lacotte, La notion de « jeu » dans la pédagogie des Jésuites au xviie siècle, dans Revue des sciences humaines, n° 158, p. 261-265, Lille, 1975.

50 De pueris, ASD I, 2, p. 63, 1. 25 à p. 64, 1. 3. Contrairement à son ami Vivès, Érasme ne semble guère s'être intéressé à l'éducation des enfants pauvres : voir J.-C. Margolin, Érasme et le problème social, dans Rinascimento, t. 23, p. 96-103, Florence, 1973. — Son ami John Colet avait donné un bel exemple de « benignitas » en consacrant l'héritage paternel à la fondation de l'école de Saint-Paul : voir Allen, Opus, t. IV, p. 517 (n° 1211, 1. 339 sv.).

51 De pueris, ASD I, 2, p. 63,1. 18-24. Érasme ne se fait cependant aucune illusion : « Quod si cessât publica cura, certe suae quisque domi vigilare débet ».

52 De pueris, ASD I, 2, p. 55, 1. 10. Cfr De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 28, 1. 474 sv. : « Nec enim istos probo, qui obseuri ipsi in obscurum angulum contrahunt pueros, ac docent impune quod libet » ; Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 713 D. — En bons disciples de Quintilien (Institution oratoire, I, 2, 1-31), tous les humanistes partagent le point de vue d'Érasme : voir P. N. M. Bot, Humanisme en onderwijs in Nederland, p. 69-72, Utrecht et Anvers, 1955.

53 De ratione studii, ASD I, 2, p. 113, 1. 7-9. Traduction de J.-C. Margolin, Un maître ouvrage de la pédagogie humaniste : le « Plan des études » d'Érasme (1512), dans Bulletin de l'Association Guillaume Budé, p. 277, Paris, 1976. — Voir aussi De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 43, 1. 983-984 : « Scis bonam eruditionis partem esse, scire rerum vocabula ». L'idée vient de Quintilien (Institution oratoire, III, 5, 1-2) : « Omnis autem oratio constat ex iis, quae significantur, aut ex iis, quae significant, id est rébus et verbis ». Elle sera reprise et développée par tous les humanistes, qui considèrent que Véloquentia mène à Veruditio ; voir notamment A. Buck, Die « studia humanitatis » und ihre Méthode, dans Bibliothèque d'Humanisme et Renaissance, t. 21, p. 275-276, Genève, 1959 ; Bot, op. cit., p. 73-101 ; G. Codina Mir, Aux sources de la pédagogie des Jésuites. Le « Modus Parisiensis », p. 84-85, Rome, 1968. Cfr infra, p. 68-69, p. 86-87.

54 De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 43, 1. 984-996.

55 Voir W. H. Woodward, Desiderius Erasmus concerning the Aim and Method of Education, p. 106, New York, 1964.

56 De pueris, ASD I, 2, p. 66, 1. 18-21.

57 De ratione studii, ASD I, 2, p. 115, 1. 1-4. — Voir aussi Allen, Opus, t. IV, p. 290 (n° 1116, 1. 28 sv.) : « Praecepta volo esse pauca, sed optima ». John Colet allait même plus loin : « Recte loquendi copiam non ferebat peti e praeceptonibus grammaticorum : quas asseverabat officere ad bene dicendum, nec id contingere nisi evolvendis optimis autoribus » (Allen, Opus, t. IV, p. 523, n° 1211, 1. 519-522).

58 De ratione studii, ASD I, 2, p. 117, 1. 5. Voir aussi De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 30, 1. 561 à p. 31, 1. 563 : « Rhetoricis aliquanto quidem diligentius, sed tamen citra superstitionem exercebitur, scribendi dicendique potius usu quam anxia praeceptorum observatione ».

59 Nous retrouvons la même idée dans le De pueris, ASD I, 2, p. 49, 1. 15-20 et dans Ars notoria, ASD I, 3, p. 649, 1. 78-79.

60 La classe idéale se compose de cinq à six élèves : voir Institutio christiani matrimonii, LB V, col. 716 A.

61 Voir aussi De conscribendis epistolis, ASD I, 2, p. 254 sv. Une fois de plus, Érasme s'inspire de Quintilien ; voir J. M. Hofer, Die Stellung des Desiderius Erasmus und des Johann Ludwig Vives zur Pädagogik des Quintilian, p. 41-44 et passim, Erlangen, 1910. Il revient souvent sur l'étymologie grecque et latine de l' « école » : « quem Graeci ab ocio scholam, Latini a voluptate ludum appellandum censuerunt » (ASD I, 2, p. 259, 1. 8-9) et il ne craint pas qu'on l'accuse de transformer la classe en une sorte de petit théâtre (« e ludo theatrum facere ») : cela vaut mieux que d'en faire un lieu de torture (« carnificina ») (ASD I, 2, p. 257, 1. 5-7). Comme Montaigne, il condamne sévèrement les « geôles de jeunesse captive » (Essais, I, xxvi) ; voir De pueris, ASD I, 2, p. 54 sv. ; Éloge de la Folie, trad. P. de Nolhac, p. 104-106, Paris, 1957.

62 De ratione studii, ASD I, 2, p. 125, 1. 5 à p. 126, 1. 4.

63 Ciceronianu, ASD I, 2, p. 615, 1. 15-16. Cfr ASD I, 3, p. 117, 1. 61-62 : « Loquendi ratio non alio pacto melius discitur quam loquendo » ; Allen, Opus, t. VIII, p. 490 (n° 2352, 1. 291-292).

64 F. Gaffiot, La méthode directe au xvie siècle, dans Revue universitaire, 12e année, t. I, p. 470-472, Paris, 1903 ; P. Porteau, op. cit., p. 31.

65 ASD I, 3, p. 73, 1. 5-9. Voir F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques : le livre d'une vie, p. 13-30, Genève, 1977. Idem, Un manuel scolaire : les « Familiarium colloquiorum formulae » d'Érasme, dans Les études classiques, t. 36, p. 125-139, Namur, 1968.

66 Le cicéronien Nosopon a lui aussi un stock de formules toutes prêtes : « Ce sont les expressions qu'il faut employer pour saluer ou pour rendre son salut à un humaniste que tu croises par hasard sur ton chemin, ou lorsque tu dois à ton tour rendre des éloges à celui qui vient de t'en prodiguer, lorsqu'il convient de féliciter quelqu'un qui rentre d'un long voyage ou qui relève d'une grave maladie, lorsque tu dois exprimer ta reconnaissance à celui qui t'a récemment rendu visite, offrir des vœux à l'homme qui vient de se marier, ou des condoléances à celui qui vient de perdre sa femme ». Voir Ciceronianus, ASD I, 2, p. 615, 1. 24-28.

67 F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, p. 43-44. Cfr ASD I, 3, p. 163-171.

68 L'ouvrage de base sur les colloques scolaires reste celui de A. Bömer, Die lateinischen Schülergespräche der Humanisten, 2 vol., Berlin, 1897-1899 (réimpr. Amsterdam, 1966). Voir aussi M. Derwa, Le dialogue pédagogique avant Érasme, dans Commémoration nationale d'Érasme, Actes, p. 52-60, Bruxelles, 1970.

69 On trouve déjà quelques brèves remarques grammaticales dans un manuel bilingue de la fin du xve siècle : voir A. Bömer, Ein unbekanntes Schülergesprächbuch Samuel Karochs von Lichtenberg, dans Neue Jahrbücher für Pädagogik, t. 3, p. 465-476, Leipzig, 1900.

70 On comparera le début des Formulae avec celui du Pappa puerorum de Murmellius, éd. A. Bömer, Ausgewâhlte Werke des Münsterischen Humanisten Johannes Murmellius, t. IV, p. 7-8, Münster, 1894.

71 ASD I, 3, p. 34, 1. 88 ; p. 35, 1. 120-121.

72 ASD I, 3, p. 78, 1. 67-69.

73 ASD I, 3, p. 36, 1. 139-140 ; p. 33, 1. 69-70.

74 ASD I, 3, p. 34, 1. 84 ; p. 55, 1. 746.

75 ASD I, 3, p. 74, 1. 19-22. C'est vraisemblablement à Caminade que l'on doit les tournures en langue vulgaire (ASD I, 3, p. 56-59), qui ne figurent plus dans l'édition de mars 1522 ; voir F. Bierlaire, Érasme et ses Colloques, p. 47.

76 W. H. Woodward, Desiderius Erasmus..., p. 108.

77 De ratione studii, ASD I, 2, p. 115, 1. 5-7 ; Ecclesiastes, LB V, col. 851 C ; Allen, Opus, t. IV, p. 290 (n° 1115, 1. 32-34) : « Arbitrer petendum ex optimis quibusque scriptoribus, aut ex eorum colloquio qui sic loquuntur ut illi scripserunt ».

78 De ratione studii, ASD I, 2, p. 126, 1. 4-6.

79 ASD I, 3, p. 56-60. Ce texte n'est pas exploité par M. Cytowska, Érasme grammairien, dans Eos, t. LXIV, p. 223-229, Wroclaw, 1976.

80 Sur le Libellas de constructione octo partium orationis, dû à la collaboration d'Érasme et de William Lilye, voir l'introduction de l'édition critique de M. Cytowska, dans ASD I, 4, p. 107-108 ; Woodward, op. cit., p. 107-108 ; C. G. Allen, The Sources of « Lily's Latin Grammar » ; a Review of the Facts and some further Suggestions, dans The Library, 5e série, t. IX, p. 85-100, Oxford, 1954. — Les passages parallèles sont publiés dans ASD I, 4, p. 122-123 ; p. 128, 1. 206-207.

81 ASD I, 3, p. 60, 1. 893.

82 Une partie importante de ce texte a été traduite en anglais par D. B. King et H. D. Rix, Milwaukee, 1963 (Medioeval Philosophical Texts in Translation, n° 12). Il a été étudié par J. K. Sowards, Erasmus and the Apologetic Textbook : a Study of the « De duplici copia verborum ac rerum », dans Studies in Philology, t. 55, p. 122-135, Chapel Hill, 1958 ; G. Vállese, Érasme et le « De duplici copia verborum ac rerum », dans Colloquia Erasmiana Turonensia, t. I, p. 233-239, Paris, 1972 ; M. Mann Phillips, Erasmus and the art of writing, dans Scrinium Erasmianum, t. I, p. 335-350, Leyde, 1969.

83 ASD I, 3, p. 73, 1. 12-13.

84 Allen, Opus, t. I, p. 9, 1. 1-4 ; p. 511 (n° 260, 1. 41-44). Sur l'histoire du texte, voir H. D. Rix, The editions of Erasmus' De copia, dans Studies in Philology, t. 43, p. 595-618, Chapel Hill, 1946.

85 Allen, Opus, t. I, p. 512 (n° 260, 1. 56-57).

86 De copia, LB I, col. 3 C. Voir aussi ASD I, 3, p. 61, 1. 938 : « ratiunculas ».

87 De copia, LB I, col. 8 D.

88 De copia, LB I, col. 23 C.

89 De copia, LB I, col. 3 C et 29 E.

90 De copia, LB I, col. 54 C.

91 De copia, LB I, col. 47 E-48 A (chap. LXXI).

92 De copia, LB I, col. 48 A-C (chap. LXXII).

93 De copia, LB I, col. 48 F-49 B (chap. LXXV).

94 LB I, col. 43 F-44 B.

95 ASD I, 3, p. 128, 1. 85-106.

96 Érasme dira d'ailleurs dans ses Declarationes ad censuras Lutetiae vulgatas que les Colloques sont un manuel de rhétorique : voir LB IX, col. 929 E.

97 De copia, LB I, col. 3 C.

98 De copia, LB I, col. 7 A.

99 De ratione studii, ASD I, 2, p. 116, 1. 14-15 : « Nam unde tandem haurias vel purius, vel citius, vel iucundius quam ab ipsis fontibus ? ».

100 Giceronianus, ASD I, 2, p. 708, 1. 26-27 : « Posteaquam enim ius Latini sermonis desiit esse penes vulgarem consuetudinem, quicquid vocabulorum deprehenditur apud idóneos scriptores, usurpemus nostro iure, quum opus est » ; De copia, LB I, col. 9 C : « Nunc quoniam loquendi ratio non a vulgo, sed ex eruditorum monumentis petitur, non est eadem consuetudinis ratio » ; De conscribendis epistolis, ASD I, 2, p. 218-219 : « Nunc vero latine loquendi consuetudo, non a foris aut conciliabulis idiotarum, sed a probatis autoribus petitur » ; De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 34, 1. 648-650 : « has linguas [...] quarum integritas non a populo, pessimo rerum bonarum custode, sed e libris eloquentum scriptorum petatur ».

101 II ne saurait être question pour Érasme de rejeter les comédies de Térence ou de Plaute, sous le prétexte qu'elles pourraient corrompre l'esprit des enfants (cfr Allen, Opus, t. I, p. 124, n° 31,1. 46-87 ; Antibarbari, ASD I, 1, p. 63-64), ni, bien sûr, d'interdire aux chrétiens les ouvrages des païens : « An illud putat, quum Christiani tractant de puritate sermonis, non esse fas ex prophanis autoribus loquendi formas petere ? Unde igitur petiit Cyprianus, Hieronymus et Augustinus ? » (Allen, Opus, t. VIII, p. 337, n° 2260, 1. 230-232). — Sur le « problème moral des humanités », voir Porteau, op. cit., p. 153-155 ; de Dainville, op. cit., p. 210 sv. Les Jésuites se refuseront à substituer aux humanités classiques des humanités chrétiennes, pour les mêmes raisons qu'Érasme, qui écrit : « Sacratior quidem est liber Psalmorum quam Odarum Oratii, sed ex his quam ex illis rectius discitur sermo latinus » (De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 30, 1. 525-526).

102 De ratione studii, ASD I, 2, p. 115,1. 11 à p. 116,1. 6. Dans le De copia, Érasme ajoute AuluGelle et Apulée à cette liste ; voir LB I, col. 7 A. Dans le De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 100,1. 898-901, il cite aussi Caton, Varron, Pline le Jeune et Pline l'Ancien, Quintilien, Sénèque, Suétone, Quinte-Curce et Columella. — Il a toutefois une préférence marquée pour Cicéron et Térence : voir De copia, LB I, col. 42 A ; De conscribendis epistolis, ASD I, 2, p. 219, 1. 2-5. — Il a édité la plupart des auteurs qu'il recommande ; voir M. Mann Phillips, Erasmus and the Classics, dans Erasmus, éd. T. A. Dobey, p. 1-30, Londres, 1970.

103 Ciceronianus, ASD I, 2, p. 708, 1. 15-18 : « Censeo [...] optimos quoque primum legendos, et ex optimis, quod in quoque est optimum excerpendum... ». Voir aussi De copia, LB I, col. 9B.

104 Ciceronianus, ASD I, 2, p. 708, 1. 29-31 : « et si durius absoletumque videtur, quod a paucis sit usitatum, nos in lucem proferamus, crebraque ac tempestiva usurpatione molliamus ». Voir aussi De copia, LB I, col. 9-10.

105 Ciceronianus, ASD I, 2, p. 708, 1. 1-13. Voir D. Murarasu, Érasme et le principe de l'imitation à l'époque humaniste, dans Bulletin of the International Committee of Historical Sciences, t. X, p. 629-631, Paris, 1930.

106 Ciceronianus, ASD I, 2, p. 637, 1. 3-4 : « Quocunque me verto, video mutata omnia, in alio sto proscenio, aliud conspicio theatrum, imo mundum alium » ; De pronuntiatione, ASD I, 4, p. 33, 1. 645-647 : « Olim bona pars Europae et Africae cum Asia minore Latine Graeceque loquebatur. Quot barbaricas linguas nobis vulgus ex una Latina reddidit » !

107 De pueris, ASD I, 2, p. 48, 1. 27-28 ; p. 51, 1. 29-32. Même idée chez Jean Sturm, Classicae epistolae, trad. J. Rott, p. 29-31, Paris et Strasbourg, 1938 : « Par quel moyen, pensons-nous, les jeunes Romains et les jeunes Grecs pouvaient-ils acquérir si vite la faculté de s'exprimer ? C'est qu'à la maison, presqu'au berceau, au sein de leur mère, ils apprenaient à vagir ; c'est que leurs nourrices les portaient dans leurs bras, balbutiant encore, aussi longtemps que l'âge le veut, et les corrigeaient quand leurs forces s'accroissaient ; c'est que les domestiques leur apprenaient des mots et jouaient avec eux, non seulement pour les amuser, mais aussi pour les exercer à l'emploi du latin. Cet avantage se trouvait confirmé par les relations journalières avec leurs camarades d'âge, dont les jeux et les conversations apportaient de nouveaux objets inconnus à la maison, avec les mots pour les exprimer. Ce moyen d'apprendre n'existe plus pour notre époque et notre jeunesse. Il n'y a point chez nous de parents, de domestiques, de connaissances, point de citoyens, point de magistrats parlant latin ».

108 Adages, LB II, col. 77 A : « Muti magistri » (n° 118). Voir aussi Allen, Opus, t. I, p. 185 (n° 61, 1. 145 sv.) ; p. 288-289 (n » 125, 1. 11 sv.) ; ASD I, 3, p. 143, 1. 588-596 : « Syrus. Quid agis rei ? — Geta. Confabulor. — Syrus. Quid ? confabulare solus ? — Geta. Ut vides. — Syrus. Fortasse tecum ? Proinde tibi videndum, ut cum homine probo fabuleris. — Geta. Imo cum lepidissimo congerrone confabulor. — Syrus. Quo ? — Geta. Apuleio ». — Même idée chez Valla ; voir Garin, op. cit., p. 98-99.

109 De pueris, ASD I, 2, p. 49, 1. 1 sv. : « Linguarum enim inscitia disciplinas universas aut exstinxit aut depravavit... » ; Antibarbari, ASD I, 1, p. 68, 1. 17-18 : « humanitatis autem literas, sine quibus caeca est omnis doctrina ».

110 Quis sit modus repetendae lectionis, ASD I, 3, p. 119, 1. 7-13. Voir aussi De ratione studii, ASD I, 2, p. 136, 1. 10 sv.

111 Quis sit modus repetendae lectionis, ASD I, 3, p. 119, 1. 13 à p. 120, 1. 26 ; De ratione studii, ASD I, 2, p. 117, 1. 9-13. Cette moisson devra être soigneusement rangée dans un cahier : voir De copia, LB I, col. 101 D.

112 Jean Sturm utilisera cette méthode ; voir Ch. Schmidt, La vie et les travaux de Jean Sturm, p. 244-257, Strasbourg, 1855.

113 De ratione studii, ASD I, 2, p. 129, 1. 15-18. Voir aussi Allen, Opus, t. V, p. 341 (n° 1390, 1. 133-136) : « Ex poetis deligat castos : caeterum ex his qui lectu digni sunt ob eruditionem, sed pernieiosi ob obscoenitatem (quo de genere est Martialis) excerpenda censeo quae pueris tuto praelegi possint ». Sur l'adaptation et l'expurgation, voir G. Codina Mir, Aux sources de la pédagogie des Jésuites, p. 97-99 et supra, p. 64, n. 5.

114 De ratione studii, ASD I, 2, p. 126, 1. 8-10 ; p. 130, 1. 1 à p. 135, 1. 8. La lettre est un excellent exercice de composition : voir De conscribendis epistolis, ASD I, 2, p. 231, 1. 6 sv.

115 De ratione studii, ASD I, 2, p. 126, 1. 10 à p. 129, 1. 15. Cfr J.-C. Mar-golin, Un maître ouvrage de la pédagogie humaniste..., p. 286-288.

116 De ratione studii, ASD I, 2, p. 138, 1. 6 sv. ; Quis sit modus repetendae lectionis, ASD I, 3, p. 120, 1. 31-35.

117 Enchiridion, éd. Holborn, op. cit., p. 35, 1. 27-31.

118 Cicéron, De partitione oratoria, XXIII, 79 : « Nihil enim est aliud eloquentia nisi copiose loquens sapientia ». Texte cité par Érasme dans le Ciceronianus, ASD I, 2, p. 650, 1. 34-35 : « Et ipse M. Tullius in Partitionibus eleganter definit eloquentiam, copiose loquentem sapientiam ». Voir H. H. Gray, Renaissance Humanism : The Pursuit of Eloquence, dans Journal of the History of Ideas, t. 24, p. 497-514, New York, 1963.

119 L. Valla, Opera omnia, t. I, p. 120, Turin, 1962. Voir N. S. Struever, The Language of History in the Renaissance, p. 54, Princeton, 1970.

120 Platon, Phèdre, 262 E.

121 Allen, Opus, t. II, p. 467 (n° 531, 1. 323-326) : « Nam ut sermo praecipua mentis imago est, mentem vero decet esse purissimam, cum vicio detur vestis immundior, magia arbitror orationis puritatem ac mundiciem bono viro praestandum esse » (Érasme à Budé) ; Ciceronianus, ASD I, 2, p. 704, I. 27-29 : « oratio tua [...] spirans imago tui pectoris aut amnis e fonte cordis tui promanans ». On trouvera d'autres textes dans l'ouvrage récent de D. Harth, Philologie und praktische Philosophie. Untersuchungen zum Sprach- und Traditionsverständnis des Erasmus von Rotterdam, p. 62 sv., Munich, 1970. — Même idée chez Pétrarque : voir A. Tripet, Pétrarque ou la connaissance de soi, p. 183-184, Genève, 1969.

122 Pétrarque, De remediis utriusque fortunae, I, 9 ; texte cité par Tripet, op. cit., p. 183.

123 Platon, Théétète, 185 E.

124 Voir l'éloge funèbre de Guarino de Vérone par son élève Lodovico Carbone, dans K. Müllner, Reden und Briefe Italianischer Humanisten, p. 98-99, Munich, 1970 (réimpr. de l'éd. de Vienne, 1899).

125 Allen, Opus, t. IX, p. 401 (n° 2584, 1. 5-8) : « disciplinae liberales, quae, licet per se virtutes non sint, tamen ad virtutem praeparant ingenium, dum id ex sylvestri et immiti reddunt mansuetum et tractabile » (préface des Terentii Comoediae, Bâle, Froben, mars 1532) ; Antibarbari, ASD I, 1, p. 98, 1. 103-104. Cfr G. Thompson, Under Pretext of Praise. Satiric mode in Erasmus' Fiction, p. 160 sv., Toronto, 1973.

126 Antibarbari, ASD I, 1, p. 87, 1. 6-9.

127 Ratio verae theologiae, éd. Holborn, op. cit., p. 296, 1. 31-34 : « Ut ne dicam intérim, quod omnino taies ipsi reddimur, cuiusmodi sunt auctores, in quibus assidue versamur. Neque enim perinde ciborum qualitas transit in corporis habitum ut lectio in animum ac mores legentis ».

128 Antibarbari, ASD I, 1, p. 102, 1. 8-9. Cfr Allen, Opus, t. II, p. 235 (n° 405, 1. 1-3) : « Tu vero, écrit Érasme à Fridolin Egli, si in bonis fabulis bene versaberis, non modo non corrumperis, verum etiam ex bono melior evades ». — C'est de quoi rendre sa vie morale plus parfaite (« quae vitam reddunt meliorem ») que le lecteur des Livres Saints s'efforcera de découvrir dans la parole de Dieu ; voir la préface de la Paraphrasis in Evangélium Matthaei, LB VII, **2 v° ; J. Coppens, Les idées réformistes d'Érasme dans les préfaces aux Paraphrases du Nouveau Testament, dans Scrinium Lovaniense. Mélanges historiques Etienne Van Cauwenbergh, p. 361, Louvain, 1961.

129 Allen, Opus, t. I, p. 566 (n° 296, 1. 49-52) : « Nihil enim iam iacto de libris meis, quos fortasse vos contemnitis. At multi fatentur se redditos eorum lectione non solum eruditiores verum etiam meliores » (Érasme à Servais Roger, 8 juillet 1514). — Érasme cessa de lire les humanistes passés à la Réforme lorsqu'il sentit « tali lectione nihilo fieri meliorem » ; voir Epístola ad fratres Oermaniae inferioris, LB X, col. 1620 E.

130 Allen, Opus, t. V, p. 510 (n° 1476, 1. 9-10) (Érasme à Jean Erasmius Froben, Bâle, 1er août 1524) ; ASD I, 3, p. 124, 1. 25 (préface de l'édition des Colloques d'août-septembre 1524).

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search