Version classiqueVersion mobile

L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés de Liège, du XIIIe à la fin du XVe siècle

 | 
Claude Gaier

Annexes

Annexe 2

Texte intégral

1Enquête menée sur ordre du régent de France, Henri V d’Angleterre, à propos de l’état et du coût des fournitures d’armes négociables sur la place de Paris et en d’autres lieux, dans l’immédiat ou à court terme.

2(а) Questionnaire, avec réponses sous forme d’annotations marginales, à l’usage du Grand Maître des arbalétriers de France.

3(b) Résultats de l’enquête particulière menée auprès des armuriers parisiens pour répondre au questionnaire (a).

4(début 1421 ou début 1422)

5A. Original (?) du questionnaire (a) sur papier, en écriture de livre du XVe siècle ; Paris, Bibl. Nat., fr. 1278 : Recueil de pièces historiques sur les affaires de Bourgogne, de 1306 à 1490, composé pour l’usage des ducs de Bourgogne, fos 60 r°-61 r° ;

6Original (?) de l’enquête (b), également sur papier, mais d’une autre main que (a) ; en écriture cursive du XVe siècle ; IBID., op. cit., fos 62 r°-63 r°.

7Edit. : enquête (b), en version modernisée, dans Ph. Contamine, Azincourt, Paris, 1964, pp. 94-97.

8Mention dans Ch. Brusten, L’armée bourguignonne de 1465 à 1468, Bruxelles, 1954, pp. 96 et 97 (emprunt de seconde main à un ouvrage ancien non cité, puisque le ms. fr. 1278 est dit appartenir à la « Bibliothèque Impériale » à Paris).

9Les termini chronologiques sont fournis par le titre de « Roy Regent » porté par Henry V depuis le traité de Troyes (21-5-1420) jusqu’à sa mort (31-8-1422). D’autre part, la proximité du Carême et de Pâques, évoqués comme délais de livraison, indique qu’il ne peut s’agir de l’an 1420 mais plutôt de l’une des deux années suivantes.

10fo 60 Instructions des choses que veult qu’on face le Roy Regent, dont il fault parler à monseigneur le maistre des arbalestriers et lui savoir combien elles cousteront trestoutes.

  • 1 Ivry-sur-Seine : Seine, Sceaux, ch.-l. cant.
  • 2 C’est-à-dire en réduisant d’environ un pouce le diamètre de boulets au calibre d’Alençon, de façon (...)
  • 3 Pavois, grands boucliers des gens de pied.
  • 4 Donnemarie-en-Montois : Seine-et-Marne, Provins, ch.-l. cant.
  • 5 Provins : Seine-et-Marne, ch.-l. arr.
  • 6 Rouen : Seine-Maritime, ch.-l. dép.
  • 7 Appareil de levage pour l’artillerie.
  • 8 Pièce de treuil. Cfr GODEFROY, Dictionnaire..., t. II, p. 333, col. 1, sub Couloire. — On rencontr (...)
  • 9 Troyes : Aube, ch.-l. dép. — Auxerre : Yonne, ch.-l. dép.
  • 10 Moret : Seine-et-Marne, Melun, ch.-l. cant. — La Byère désigne, par cet ancien nom qu’elle porta j (...)
  • 11 _ II s’agit de la forêt royale de Saint-Germain, en Seine-et-Oise. Cfr DEVÈZE, op. cit., pp. 222-22 (...)
  • 12 C’est la forêt royale de Cruye, aujourd’hui dite « de Marly », à l’ouest de Paris ; cfr Devèze, op (...)
  • 13 C’est-à-dire des tréteaux munis de gonds autour desquels pivote le mantelet (« couverture ») rabat (...)
  • 14 Dondaines : gros carreaux d’arbalète.
  • 15 Demi-dondaines : carreaux d’arbalète plus petits que les dondaines mais plus forts que les traits (...)
  • 16 C est-a-dire que le prix serait inférieur si, au lieu d’acheter les fûts de carreaux tout faits au (...)
  • 17 Flèches d’arcs.
  • 18 En bois d’if du Portugal.
  • 19 Au moyen d’une moufle à manivelles.
  • 20 Au moyen d’un crochet fixé à la ceinture du tireur.
  • 21 Probablement de l’if de Prusse.
  • 22 Appareil de tension.
  • 23 Cranequins, c’est-à-dire arbalètes se bandant au moyen d un cric.
  • 24 Prolongée, à la partie supérieure, par un dard appelé également « dague ».

les ouvriers de Paris demandent, à tout querir et la rendre preste, IIc fl mais il semble qu’elle sera bien refaite pour CL fl.

Pour savoir combien coustera à reffaire la grosse bombarde d’Alençon qui est au Louvre. Quel maistre la reffaira et dedens combien elle pourra estre reffaite.

la pierre coustera VIII s parisis l’une parmy l’autre en façon d’ouvrier, sans la pierre. Et se prend la pierre à la quar rière d’Ivry1 à une lyeue de Paris amont l’eaue. Et fauldra chérir à quarrier pour la pierre.

Item de savoir que coustera le cent de pierres pour le dit Alençon. Et en amendrissant comme d’un poulse jusques à une XIIe de mosles qu’on vouldra pour une XIIe de bombardes plus petites que le dit Alençon2. Et pour chacune en faire ung cent et aussy là où pourra trouver les pierres prez de Paris et ou milieu charroy pour charier sur la rivière.

On finera à Paris presentement de pouldre à canon XM de faitte qui coustera X escus d’or le cent. Et si y trouvera on estoffes pour autres XM

Item de savoir combien coustera le millier de pouldre à canon. Et combien on en pourra finer tant à Paris comme à marchans estrangiers.

On treuve à Paris IIIIM VC de salpestre de XII escus le cent.
Item IIM de XVI escus le cent.
Item XIIIIC 1 de XX escus le cent.

Item semblablement de salpestre.

On treuve grant foison souffre qui coustera VI fl et V escus le cent.

Item semblablement de souffre.

On treuve à Paris de XXV à XXX pavais prestz qui cousteront II fl la pièce. Et qui en vouldra faire, on les auroit pour XXV et XXIIII s.p. et pour moins. Et en fineroit-on entre cy et Pasques de IIe à IIIe et plus.

Item combien pourra couster la XIIe de pavais3 prestz et combien on en pourra finer entre cy et Pasques.

60 v°
On ne treuve point à Paris maistres charppentiers qui soient usaigez de faire lesdits engins. Mais il en a un bon ouvrier à Donnemarie4, nommé Didier de Vire. Aussy à Proivins5 Jehan Maccart. Aussy à Rouen6 Jehan Riviere et

Item de parler aux charppentiers combien cousteroit ung engin7 tout accomply et assouvy de cordaige et de tout ferrement. Et là où pourra trouver les boys.
Item semblablement d’un coullart8 tout assouvy. Et là où pourra trouver le bois pour une XIIe tant engins comme coullars.

Jehan Mayne. Et sy en trouverroit-on à Troyes et Auxerre9. Le bois se prandre en Byère, prez de Moret10 ou en Laye11 ou en Crye12 tous sur rivière prez du rivaige.

Item de savoir combien pourront couster XXIIII trestes pour manteaulx à canon avecques les tournans sans la couverture13.

On trouve à Paris IM pour XX escus d’or. Et environ VIIIM d’autres qu’on veult vendre XXX fl. le millier. Et qui plus en vouldroit acheter de prestes, elles cousteroient XXX fl le millier.

Item savoir combien coustera le millier de dondaines prestes14.

le millier coustera XVIII fl et XVI fl. Et en a à Paris de prestes environ VIIIM

Item semblablement le millier de demidondaines prestes15.

le millier coustera à Paris X fl et IX fl. Et en a de prest environ XXVIM

Item semblablement le millier de trait commun prest.

le millier coustera à Paris XVI escus et XIIII escus de ce quy y est. Mais on en trouveroit meilleur compte aux marches de Lyege et Haynau.

Item semblablement le millier de fers de grosses dondaines.

le millier coustera VIII fl et VIII escus à Paris et en fauldroit retrouver en Haynau qui en vouldra au milleur marché.

Item le milliers de fers de demi-don daines.
Qui fera les fusts et artilleries et achetera les fers, on auroit bon compte de trait.

le millier coustera à Paris V fl et II1I escus. Et semblablement on en auroit meilleur compte esdits pays

Item le millier de fers communs.

le millier coustera, à acheter des ouvriers, XII escus et XII fl. Et qui le feroit faire es artilleries ne cousteront qu’environ VIII fl et IX fl16.

Item le millier fusts de dondaines.

le millier, desdits ouvriers à acheter, cousteroit VIII fl et VIII escus. Et ne cousteroit pas tant à le faire faire

Item le millier fustz de demi-dondaines.

le millier coustera semblablement V fl.
Et ne cousteroit pas tant à le faire faire.

Item le millier de fustz de trait commun.

fo 61
On treuve à Paris IIIe XIIes bonnes flesches pour VIII s parisis la XIIe

.Item combien le cent de trait à main17 pourra couster. Et combien on en pourra finer.

Item IIIIc XIIes de menddres pour VIII s la XIIe

.Item C XIIes de VI s parisis la XIIe, qui sont les milleurs. Et qui vouldra, il en fournira entre cy et Pasques M ou IIM XIIes ad ce pris, mais qu’on lui face prest d’argent.

On treuve à Paris X grosses arbalètes de Rommenie18, à tendre à tour19 pour XX fl la piece.

Item de savoir s’il y a milles arbalestes a marchans à Paris et mander le nombre et combien elles cousteront.

Item X plus petites de Rommenie, à tendre à croq20, pour II escus la piece.

Item V grosses arbaletes de bois de Flandre21, VIII fl pièce

Item de menddres dudit pays, IIII fl piece.

Item de IIIIXX à C moyennes de XXXII s et XXXIIII s parisis pièce

Item XXV à tillolle22 dudit bois de Flandre, XL s et XXXVI s parisis pièce.

Item LX carnequins23, XX s parisis la piece.

Item de LX à IIIIXX autres arbalètes moyennes, de XXXII s et XXIIII s pièce, qui ne sont pas prestes mais le seront entre cy et Karesme prenant.

la pièce de lances coustera toute preste et enferee VI s parisis la pièce, qui est le millier IIIe XXXIII escus. Et en finera entre cy et Karesme de IIM ou environ. Et qui plus en vouldra il en finera, mais qu’on lui fist prest d’argent.

Item savoir combien coustera le millier de lances toutes prestes.

On finera à Paris présentement seulement de VI à VII XIIes de toutes façons, bonnes et mauvaises, dont la plus grande partie cousteront XVIII s, XXIIII s parisis. Et aucunnes II fl, III fl ou IIII fl et pou. Et qui vouldroit marchander à maistre Pierre le Masiner, il fera la piece très bonne et endagee24 pour XXVI s parisis. Et en livrera on entre cy et Pasques II ouIIIe et plus, mais qu’on lui feist prest d argent. Qui les vouldra sans dague, il les fera XXII s et pour moins.

Item doit savoir combien pourra couster le cent de haiches de guerre.

  • 25 Pour l’explication de certains termes, voir notes précédentes.

11fo 62 S’ensuivent les besongnes prestes trouvées à Paris, es leux qui ensuivent, c’est assavoir25 :

12Thommasse, XIIM de trait commun prest, IX fl le millier

13Item IM de dondaines prestes, XXX fl

14Item IIIM fustz de grosses dondaines, XII fl le millier

15Item IM de fustz de demi-dondaines, VII fl le millier

16Item II » XIIes flesches, VIII s la XIIe

17Item XII ars à main, VIII s parisis la pièce

18Item IIII arbalestes de bois de Flandres à tillolle, VIII fl la piece

19Item L crenequins prestz, XX s parisis la piece

20Item entre cy et Pasques L arbalestes de II fl et XXIIII s parisis la piece

21Gilles l’artilleur, XXV grosses arbalestes de XL s et XXXVI s parisis piece

22Item XXV arbalestes mendres du bois de Flandres, XXXII s et XXIIII s parisis piece

23Item IM de dondaines prestes, XX escus

24Item Vc demi-dondaines, VI escus

25Item IM de trait commun, IX fl

26La vesve feu maistre Pierre Le Masiner, VIM grosses dondaines, XXX fl le millier

27Item VIM de demi-dondaines prestes, XVIII fl le millier

28Item VIIM Ve de trait commun, IX fl le millier

29Item IIIIM fustz de dondaines, XII fl le millier

30Item IIIIM de demi-dondaines, VII fl le millier

31Item VIIIM de fustz de trait commun, V fl le millier

32Item V grosses arbalestes de bois de Flandres, VIII fl la piece

33Item XXVI autres mendres arbalestes à tendre à croq, XXXII s et XXIIII s parisis la piece

34Item VI crenequins de XX s parisis la piece

35Item entre cy et Pasques XXV arbalestes garnies, de XXXII s et XXIIII s

36Item C XIIes flesches de VIII s la XIIe

  • 26 En 1421, un Mabiet Duchemin, artilleur à Paris, vend 15 douzaines de flèches pour les archers du d (...)

37Mahiet l’artilleur26, IIII arbalestes de XXXVI et XL s parisis la piece

  • 27 « Bastons », qui a le sens général d’armes offensives, désigne ici des arbalètes.

38Item grant foison bastons27 qui seront prests en ce karesme

39fo 62 v° Guilleme le Lavendier, IM grosses [grosses] dondaines prestes du pris de XXX fl

40Item IIM de trait garni du pris de IX fl le millier

41Item XM fustz de grosses dondaines du pris de XII fl le millier

42Item XM fus de demi-dondaines, VII fl demi le millier

43Item XM de fusts de trait garni, V fl le millier

44Item C XIIes de flesches, VI s parisis la XIIe

45Item I grosse arbaleste de Rommenie à double tillolle, XII fl

46Item II autres mendres dudit bois à tillolle single, VI fl la piece

47Item X autres mendres dudit bois à tendre à croq, III escus la piece

48Guillaume le Maçon, XVIII arbalestes garnies, XXXII s parisis la piece et XXIIII

49Item IIIM de trait commun prest, IX fl le millier

50Item Vc demi-dondaines prestes, IX fl

51La Domdine, XXXM fers communs, Y fl le millier

52Item XII haiches, XXIIII s parisis la piece

53Jehan Lesueur, XII haiches, XVIII s parisis la piece

54Maistre Pierre le Maistrat, VI haiches, XVIII s parisis la piece

55Pierre le Beuf, XXXVI haiches, XXIIII s parisis la piece

  • 28 François Pastoureau (ou Pastorel), épicier de Paris, est connu par ailleurs pour avoir effectué, e (...)

56François Pastoureau28, IIM de salpestre, XVI escus le cent

57Katherine de Beauvais, IM de pouldre, X escus le cent

58Item IM salpestre du pris de XII escus le cent

59Item grant foison souffre, VI fl le cent

60Jehan Bequet, VIIIM de pouldre preste, X escus le cent

61Jehan Magingault, IIM de pouldre a canon, X escus le cent

62Jehan Guiot, XVe 1 de salpestre, XII escus le cent

63Robin Clunieve, XIIIIC 1 de salpestre, XX escus le cent

64Janet le Gay, IIIe livres de salpestre, XII escus le cent

65fo 63 En plusieurs lieux en le ville, IIM de salpestre, XII escus le cent

66Janet Vivien, XII arbalestes garnies, IIII fl le piece

  • 29 Guillaume Prevosteau fournit 14 douzaines de lances de joute au duc de Bourgogne, en 1424 ; A. N. (...)

67Guilleme Prevosteau29, Ve lances prestes, VI s parisis la piece

68Pour entre cy et Karesme prenant, XVe lances ad ce pris.

69Et qui plus largement en vouldra, il en finera.

Notes

1 Ivry-sur-Seine : Seine, Sceaux, ch.-l. cant.

2 C’est-à-dire en réduisant d’environ un pouce le diamètre de boulets au calibre d’Alençon, de façon à les ramener à des dimensions plus modestes, correspondant aux gabarits de douze autres bombardes.

3 Pavois, grands boucliers des gens de pied.

4 Donnemarie-en-Montois : Seine-et-Marne, Provins, ch.-l. cant.

5 Provins : Seine-et-Marne, ch.-l. arr.

6 Rouen : Seine-Maritime, ch.-l. dép.

7 Appareil de levage pour l’artillerie.

8 Pièce de treuil. Cfr GODEFROY, Dictionnaire..., t. II, p. 333, col. 1, sub Couloire. — On rencontre aussi ce mot avec le sens de « catapulte » mais ce n’est manifestement pas de cette acception qu’il s’agit ici.

9 Troyes : Aube, ch.-l. dép. — Auxerre : Yonne, ch.-l. dép.

10 Moret : Seine-et-Marne, Melun, ch.-l. cant. — La Byère désigne, par cet ancien nom qu’elle porta jusqu’au xviiie siècle, la forêt royale de Fontainebleau, où se trouve Moret. C’était la plus vaste de l’Ile-de-France. Cfr L. Gallois, Régions naturelles et noms de pays..., pp. 118-119 ; M. DEVÈZE, La vie de la forêt française au XVIe siècle, t. I, pp. 226-227.

11 _ II s’agit de la forêt royale de Saint-Germain, en Seine-et-Oise. Cfr DEVÈZE, op. cit., pp. 222-223.

12 C’est la forêt royale de Cruye, aujourd’hui dite « de Marly », à l’ouest de Paris ; cfr Devèze, op. cit., p. 223.

13 C’est-à-dire des tréteaux munis de gonds autour desquels pivote le mantelet (« couverture ») rabattable, servant à masquer la bombarde.

14 Dondaines : gros carreaux d’arbalète.

15 Demi-dondaines : carreaux d’arbalète plus petits que les dondaines mais plus forts que les traits ordinaires.

16 C est-a-dire que le prix serait inférieur si, au lieu d’acheter les fûts de carreaux tout faits aux fabricants, on les faisait confectionner par le personnel de l’artillerie royale.

17 Flèches d’arcs.

18 En bois d’if du Portugal.

19 Au moyen d’une moufle à manivelles.

20 Au moyen d’un crochet fixé à la ceinture du tireur.

21 Probablement de l’if de Prusse.

22 Appareil de tension.

23 Cranequins, c’est-à-dire arbalètes se bandant au moyen d un cric.

24 Prolongée, à la partie supérieure, par un dard appelé également « dague ».

25 Pour l’explication de certains termes, voir notes précédentes.

26 En 1421, un Mabiet Duchemin, artilleur à Paris, vend 15 douzaines de flèches pour les archers du duc de Bourgogne ; A. N. Lille, R.G.F., B 1927, fo 200.

27 « Bastons », qui a le sens général d’armes offensives, désigne ici des arbalètes.

28 François Pastoureau (ou Pastorel), épicier de Paris, est connu par ailleurs pour avoir effectué, en 1411, 1413 et 1433, d’importantes livraisons de poudre, de soufre, de salpêtre, de plomb, de mitraille de bronze et de clous à l’artillerie bourguignonne ; J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 36, 57, 65.

29 Guillaume Prevosteau fournit 14 douzaines de lances de joute au duc de Bourgogne, en 1424 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1931, fo 166.

© Presses universitaires de Liège, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search