Version classiqueVersion mobile

L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés de Liège, du XIIIe à la fin du XVe siècle

 | 
Claude Gaier

Conclusion

Texte intégral

1Cette étude avait un double but : combler une lacune aussi bien dans l’historiographie concernant le passé industriel et commercial des principautés belges que dans celle relative à l’économie de l’armement ancien en Europe.

2Quelques données éparses, recueillies au cours de recherches préalables tant dans les ouvrages spécialisés que dans les sources, nous avaient amené à considérer, comme hypothèse de travail, l’existence d’une activité armurière très prospère dans les Pays-Bas du Sud au Moyen Age. Nous avions présenté le bilan provisoire de nos premières investigations, lors d’une communication au « Colloque franco-belge d’études médiévales » de Nancy, en 1964. Depuis lors, des recherches plus approfondies et la réunion d’un nombre suffisant de « preuves » nous ont mis en mesure, en dépassant le stade de l’analyse, de proposer la présente synthèse.

3Les sources ne manquaient pas, beaucoup même étaient publiées, mais elles restaient largement inexploitées, en raison de la désaffection dont souffrent depuis longtemps, en Belgique, les études relatives au lointain passé militaire. Il s’agissait, essentiellement, d’utiliser les documents comptables, dont les plus anciens remontent au XIIIe siècle, qui peuplent encore des rayons entiers de nos dépôts d’archives.

4Cet impératif d’ordre heuristique nous a précisément engagés à fixer, vers le milieu du XIIIe siècle, le point de départ chronologique de la présente étude. Quant au terminus ad quem, nous avons, au début de cet ouvrage, expliqué les raisons pour lesquelles nous estimons que le choix de la régence de Maximilien d’Autriche n’est qu’un pis aller, commode sans doute puisque cette période est généralement considérée, pour nos régions, comme celle qui marque les débuts de l’Epoque moderne. Mais, répétons-le, cette « périodisation » n’obéit pas à des critères propres au présent sujet et il eût fallu prolonger nos recherches au moins jusqu’à la fin du XVIe siècle pour pouvoir établir un découpage justifié par des facteurs internes.

5En fait, en cherchant à explorer un aspect particulier de l’histoire des principautés belges, nous avons pu aboutir, par ce biais, à une série de perspectives qui éclairent, à leur façon, l’ensemble de la civilisation médiévale. Le propos initial, que nous nous flattons d’avoir dépassé, nous a ainsi permis de faire irruption, non seulement dans le domaine technique, mais économique, social, politique et culturel. Dans une société dominée par une caste guerrière, quoi de plus naturel, en effet, que de retrouver dans les armes, qui y tenaient tant de place, le reflet de conceptions et de pratiques qui n’apparaissent peut-être pas à travers d’autres objets, avec une égale netteté.

6L’excellence et la notoriété de l’armurerie des Pays-Bas du Sud nous paraissent indéniables, et nous pensons qu’il faudra désormais ajouter cette activité artisanale au crédit d’une région par ailleurs réputée parmi les plus industrieuses de l’Europe médiévale.

7Il convient cependant de souligner une particularité économique de l’armurerie, dans ces régions aussi bien qu’ailleurs : son indépendance à l’égard de la conjoncture. Son rythme obéit, avant tout, à des impératifs d’ordre politique. Si l’on constate, en temps de paix, une coïncidence entre les compressions budgétaires, conséquences d’une situation dépressive, et le ralentissement des activités de cette industrie, on découvre, par contre une relation causale immédiate entre les situations de crise diplomatique ou les états de belligérance, et les périodes de haute conjoncture de la profession. La fabrication des armes occupe donc une place à part, en marge du circuit économique. Sans doute n’a-t-elle pas échappé à certaines contraintes ou à certaines habitudes, qui étaient le fait d’une époque et de ses moyens de subsistance. En revanche, son évolution ne peut, en aucun cas, passer pour le reflet fidèle de la fluctuation de la richesse des anciennes principautés belges.

8Nous avons constaté que cette production se répartissait entre quatre centres régionaux dont nous avons cherché à définir les caractéristiques propres. Les plus brillants furent, sans conteste, la Flandre et le Brabant, ceux qui ont développé dans ce domaine une activité typiquement urbaine. Parmi les villes flamandes, auxquelles nous avons rattaché Tournai pour des raisons de proximité géographique et à cause de leur complémentarité économique, — le mouvement communal a créé partout, en réunissant clientèle et main-d’œuvre, une conjoncture favorable à l’établissement de centres artisanaux. D’autres facteurs ont joué et se sont ajoutés à ceux-là : politiques, comme à Lille et à Arras, capitales principautaires, économiques, comme à Bruges et à Tournai. Si le rôle de cette cité française en matière d’armement a été reconnu de bonne heure par les historiens, nous estimons avoir réparé une injustice, en montrant également l’importance, tout à fait exceptionnelle dans ce domaine, du port de Bruges comme centre de transformation des matières premières ou d’importation des produits finis.

9Le même facteur économique a joué en Brabant avec Anvers, mais dans un sens différent. La métropole scaldienne semble avoir eu plus de signification comme lieu de redistribution des armes que comme atelier de fabrication proprement dit, ce qui ne diminue pas son importance. Enfin, Bruxelles puis Malines, sièges de cours princières et placées, de ce fait, dans une situation privilégiée, ont connu, dans l’armurerie, de brillantes activités.

10A côté de tels phares, les deux autres centres « belges » n’en paraissent que plus ternes, mais il faut cependant leur reconnaître une certaine originalité. La particularité la plus marquante du groupe bennuyer réside dans une extrême dispersion du travail en milieu rural aussi bien qu’urbain, ce dernier davantage orienté vers les industries de luxe qui n’avaient pas, à la campagne, les mêmes débouchés.

11Le groupe mosan était doté d’une industrie de portée locale, avec une certaine diversification d’une ville à l’autre. Liège, dont les activités touchaient à tous les domaines de l’armement, n’y avait pas encore acquis, loin s’en faut, la renommée qui sera sienne à partir de l’Epoque moderne. Cependant, le bassin de la Meuse connaîtra, dès l’aube du XVe siècle, les débuts d’une activité essentiellement rurale et appelée à un avenir fécond : la fonderie de fer.

12La production armurière des Pays-Bas faisait l’objet d’un important commerce passif que l’absence de documents spécifiques ne nous permet malheureusement pas de définir en détail. Nous n’avons rien décelé, en tout cas, dans la pratique de ce négoce, qui soit essentiellement différent de ce que l’on connaît ailleurs. Tout au plus, avons-nous reconnu l’intervention, dans ce domaine, de certains intermédiaires grossistes ou détaillants, à des échelons différents de la distribution.

13Brillamment représentée sur le marché intérieur, l’armurerie des Pays-Bas le fut moins, semble-t-il, à l’étranger. Ce point demanderait à être étayé par l’apport éventuel d’archives inédites, conservées dans les pays que fréquentaient habituellement les marchands de nos régions. Mais tout porte à croire que les fabrications armurières « belges » n’ont jamais fait l’objet d’un grand commerce d’exportation. Il n’y a pas eu de second « miracle », comparable à celui de la draperie.

14Une certaine quantité de produits armuriers était pourtant vendue à l’étranger, principalement Outre-Manche, dans certaines zones méditerranéennes et quelque peu en France. Les pièces d’artillerie et la coutellerie semblent y avoir tenu une bonne place. Mais les transactions de ce genre n’ont jamais figuré parmi les principaux articles de négoce à longue distance. Il faut nécessairement en conclure que les armes de nos régions se heurtaient, sur les marchés étrangers, à une concurrence propre à décourager leur trop grande diffusion.

15Les importations, par contre, sans jamais égaler en quantité la production indigène, ont alimenté des courants commerciaux constants dont l’apport ne fut, à aucun moment, négligeable. Ceux-ci provenaient essentiellement des deux plus grands producteurs du moment : les régions correspondant à l’Allemagne fédérale actuelle, qui avaient fait leur spécialité des épées et des armures et le nord de l’Italie, avec les armures milanaises et l’« artillerie » génoise. L’apport des autres pays paraît minime, tandis que celui du royaume de France résulte des liens dynastiques qui unissaient les souverains des Pays-Bas à ce pays, plus que du jeu normal de l’offre et de la demande.

16Au total donc, la place des principautés belges dans l’ensemble de la production armurière européenne fut importante au Moyen Age. Toutefois elle n’atteignit pas celle des centres de l’Allemagne occidentale ni surtout de l’Italie du Nord, dont les produits étaient répandus dans toute l’Europe. Seule une étude approfondie, — qui fait encore défaut, — des ateliers italiens ou allemands permettrait peut-être d’expliquer cette différence de notoriété.

  • 1 Cfr F. Buttin, Du costume militaire..., p. 216.

17L’hypothèse d’un « écart technologique » doit-elle être envisagée ? Les procédés de fabrication mis en œuvre de part et d’autre du Rhin et des Alpes accusent, à première vue, une grande uniformité. Les armures milanaises étaient cependant préférées à toutes les autres. En Allemagne même et ailleurs, comme l’affirme en 1407 une ordonnance de Charles VI de France, « on ne fait pas si seurs ouvrages que on fait esdites parties de Lombardie1 ».

18Que dire alors des armes fabriquées dans l’Empire, dont le succès économique ne fut pas moins grand alors qu’elles ne jouissaient point d’un préjugé aussi favorable sur le plan technologique ? Ne faut-il pas plutôt alléguer une meilleure organisation du travail et de l’écoulement des produits ? Ces facteurs pourraient bien, en définitive, avoir été les plus déterminants, tant en Allemagne que dans les autres centres cis-ou transalpins. Cette hypothèse se fonde sur le fait que le volume de la production semble avoir atteint, dès le XIIIe siècle, à Milan et dans certaines villes d’Empire comme Cologne, Nuremberg ou Passau, une importance supérieure à celle des centres « belges ». Dès lors, instiguée par la recherche de débouchés extérieurs, la fonction commerciale y fut plus développée et l’implantation sur les marchés extérieurs plus précoce. Au même moment, l’industrie armurière de nos régions s’efforçait de répondre à la demande locale. Comme celle-ci était grande, c’est ce qu’elle fit pendant deux siècles au moins, méritant ainsi, en Europe, le titre de brillant second en matière d’armurerie, ce qui n’est pas le moindre des mérites que l’artisanat des principautés belges aura laissé au crédit de sa postérité.

19Du point de vue de l’histoire générale, les implications sociales, économiques et technologiques de la production armurière dans les Pays-Bas, ont une signification qui dépasse de loin le domaine ou on pourrait les croire confinées. Ces aspects particuliers du problème ont toute leur importance car ils restituent le contexte dans lequel s’inscrivait jadis cette industrie, contexte, il faut le souligner, fondamentalement différent de celui que nous connaissons aujourd’hui.

20Dans une société à peine pacifiée, les armes avaient quelque chose de primordial et quasiment de familier qui faisait de chaque individu de sexe masculin un client oblige de l’armurier. La détention d’un équipement militaire individuel était généralement autorisée voire recommandée par les autorités. Le pouvoir d’achat déterminait donc la quantité et la qualité de l’armement que tout un chacun pouvait s’offrir. D’où son caractère disparate, mais aussi l’inégalité hiérarchique de sa répartition, depuis le prince et la haute noblesse féodale, disposant d’« armeries » privées, jusqu’au paysan petitement équipé, en passant par le bourgeois prévoyant ou nanti, doté du nécessaire.

21Dans de telles circonstances, les armes devenaient, à leur tour, un signe de richesse, susceptibles de thésaurisation au-delà des besoins raisonnables, comme on le constate surtout au sein de l'aristocratie militaire. Cette classe les considérait comme un attribut distinctif et, non contente d’en faire étalage, les dispensait largement en gage d’amitié, survivance sans doute du contrat féodal primitif qui avait inscrit ce genre de don au rang des obligations fondamentales du seigneur.

22Le volume de la demande restait variable selon les cas, mais son importance ne se marquait véritablement qu’en matière d’« artillerie » ancienne, facilement « consommable », comme nous dirions aujourd’hui. Pour le reste, il faut constater un certain manque de circulation économique, car on ne négligeait aucun moyen, si petit fût-il, pour éluder l’acte d’achat. Emprunt, leg, location, butin, saisie, étaient autant de modes d’acquisition que ne dédaignaient même pas les personnages les plus en vue. L’arme était un bien d’investissement durable plus que de consommation.

23Le mouvement de centralisation politique, qui fut l’œuvre des souverains de la maison de Bourgogne, modifia quelque peu cette situation, sans changer fondamentalement la perspective économique qui prévalait en la matière. Seulement, cette main-mise accrue d’un pouvoir fort, appuyée par un redoutable appareil guerrier, imposa, à la longue, cette conception, — qui est restée la nôtre, — reconnaissant a l’Etat le privilège, sinon le monopole, de la force armée.

24Il faut chercher la cause de cette relative parcimonie de l’armement dans les problèmes matériels que soulevait alors sa fabrication. Ceux-ci avaient une gravité que nous ne soupçonnons pas depuis que le triomphe du machinisme nous a délivrés des hantises d’une société souffrant d’un défaut chronique de moyens.

25L’acquisition des matières premières était basée sur l’exploitation des ressources locales, mais celles-ci, à l’exception de quelques matériaux communs, n’ont pas suffi à satisfaire la consommation. Il fallut sans cesse recourir aux importations : fer d’Espagne, cuivre saxon, étain d’Angleterre, salpêtre et soufre allemands, italiens ou français, bois du Portugal ou de la Baltique.

26Les ports de Bruges et d’Anvers ont ici aussi joué un rôle essentiel, sans négliger les voies terrestres, bien entendu. L’apport de ces matières étrangères, notons-le, a stimulé les activités des industries locales de transformation, dégageant ainsi dès cette époque une des constantes de l’évolution économique des Pays-Bas du Sud. Soulignons, en passant, l’utilisation précoce du charbon de terre et l’usage concurrent du fer et du cuivre pour les fabrications métalliques. Paradoxalement, le premier de ces métaux s’obtenait pour un prix modique mais se travaillait avec difficulté, alors que le second, fort coûteux, avait, pour les artisans médiévaux, l’avantage d’un point de fusion moins élevé, permettant sa mise à forme par moulage.

27La fabrication des armes s’entourait alors de mystère, entretenu par la formation empirique et volontiers ésotérique des maîtres-ouvriers. Cet aspect prométhéen de l’armurier médiéval, comme de ceux qui travaillaient alors cette matière toujours noble et encore rare appelée métal, lui conférait une position sociale particulière, qui tenait à la fois au respect qu’inspirait son emprise sur la matière et au confort matériel que lui procurait la pratique de son art. Son appartenance obligée au monde rigide des corporations ne l'empêchait pas de bénéficier d’une certaine liberté d’action.

28Organiquement, les métiers de l’armement se caractérisaient par leur grande dispersion, car nombre d’ouvriers engages dans les branches artisanales les plus diverses s’adonnaient aussi à la fabrication du matériel militaire. De plus, ces armuriers étaient polyvalents, hommes à tout faire autant que possible, parce que rien n'était plus étranger à leur conception que notre moderne notion de spécialisation et de « travail en miettes », selon la formule de Georges Friedmann. Groupés dans de petits ateliers, au nombre de quatre ou cinq, les ouvriers avaient forcément une capacité de production très faible, et les commandes importantes devaient nécessairement être réparties entre plusieurs officines, parfois sous la direction d'entrepreneurs intermédiaires dont on peut regretter que le rôle ne soit pas davantage connu, alors que plusieurs documents suggèrent leur intervention.

29Les conditions techniques de la fabrication différaient aussi fondamentalement de celles qui prévalent depuis les mutations du XIXe siècle. Ce qui frappe d’abord, c’est l'’insignifiance de l'infrastructure industrielle : outillage rudimentaire, installations sommaires ou temporaires. L’aspect de la main-d’œuvre était, par contre, primordial. L’ouvrier, par sa présence et son habileté, donnait vie à un atelier. Après le départ de l’homme, le lieu de son travail retournait au néant.

30La mobilité des travailleurs s’expliquait d’autant mieux que les problèmes difficiles du transport des matériaux les obligeaient, souvent, à se rendre à l’endroit où leur production devait être mise en œuvre. La seule exception à cette règle fut représentée par un nouveau type d’exploitation qui apparut, précisément, de façon précoce dans nos régions, à l’aube du XVe siècle, à la faveur des fabrications d’armement : la fonderie de fer. L’utilisation des fontes de fer nécessite, en effet, une installation fixe, dotée d’un fourneau destiné à opérer la réduction du minerai et arrosée par un cours d’eau, dispensateur de l’énergie hydraulique. C’était le début de la notion moderne d’usine, différente de celle de l’atelier médiéval.

31Il faudrait se garder, d’ailleurs, de voir, dans le travail des métaux, l’essentiel des fabrications armurières du Moyen Age, car la mise à forme d’autres matériaux, surtout le bois, occupait alors bon nombre de bras, que l’avènement des armes à feu allait cependant, en moins de deux siècles, priver de raison d’être. Tel sera le cas des « artilleurs », qui disparurent presque entièrement à l’Epoque moderne.

32La période que nous avons choisi de traiter coïncide avec l’apparition, en Europe, de la poudre à canon. Nous avons eu, ainsi, la possibilité d’étudier la naissance, dans les Pays-Bas, d’une technique nouvelle, timide à ses débuts, son expansion foudroyante et sa consécration. Un examen approfondi du problème nous a permis de reconnaître les effets d’une nouveauté qui, véritablement, révolutionna l’industrie armurière et l’industrie tout court. Nous sommes convaincu que cette révolution-là est autrement plus importante que les effets politiques auxquels se bornent les manuels lorsqu’ils parlent des bombardes et des arquebuses dont le héros de Cervantès et toute la chevalerie pleurèrent les conséquences.

33La part de la civilisation urbaine dans ce processus de modernisation de l’armement apparaît comme déterminante. Déjà, le capitaine Henrard, dans son « Histoire de l'artillerie en Belgique », remarquait que les milices communales des Pays-Bas avaient vu, dans l’arme a feu, un moyen d’asseoir leur puissance au détriment des forces féodales. Ajoutons qu’elles s’adaptèrent d’autant plus aisément a ces changements qu’elles ne partageaient pas les préjugés de la noblesse sur le formalisme de l’art de la guerre. Aussi doit-on à la bourgeoisie urbaine les premiers progrès de cette nouvelle technique. Il fallut la puissance d’un Philippe le Bon pour prendre la relève dans ce domaine, et ravir aux villes de ses Etats la suprématie d’une arme qui avait contribué à renforcer leur autonomie politique.

34Si jamais la notion causale de « challenge », chère à Arnold Toynbee, a quelque chance de survivre aux foudres de la critique, c’est bien dans l’histoire des armes à feu qu’elle pourrait puiser les raisons de se justifier quelque peu.

35La mise en fabrication de ces engins fut un véritable défi technologique à la mentalité, aux méthodes de travail, aux connaissances et aux capacités matérielles de la civilisation médiévale. Défi stimulant cependant, car il fit franchir une étape importante à ce que l’on a appelé, non sans raison, notre « civilisation technicienne ». En étudiant dans les textes les manifestations de ce phénomène, nous avons pu, du même coup, juger de son importance, de sa portée, des limites auxquelles il s’est heurté et dans quelle mesure il a pu les reculer.

36Il n’échappe point aux esprits éclairés que cet événement primordial de l’histoire de l’humanité nommé « révolution industrielle » a été préparé de longue date, si même il s’imposa au XIXe siècle avec un tel éclat que l’on a souvent tendance à sous-estimer l’effet de ses antécédents, moins spectaculaires. L’introduction des armes à feu fait partie de ces préliminaires, et se trouve même à l’origine de phénomènes industriels inédits dont nous mesurons toute la signification.

37On sait que les horlogers, en répandant les horloges à poids en Europe, dès le XIVe siècle, firent passer la mécanique de précision du domaine du bricolage, où l’Ecole d’Alexandrie et ses héritiers spirituels l’avaient confinée, à celui des commodités de la vie quotidienne. Les fabricants d’armes à feu, — dont certains d’ailleurs étaient eux-mêmes horlogers,-— la promurent, pour la première fois, au niveau industriel. C’était bien la première fois, en effet, que des impératifs qualitatifs et quantitatifs précis intervenaient d’emblée dans la production artisanale. Résistance des matériaux, perfection de l’alésage, dimensions de la chambre, poids de la pièce : autant de données dont le respect assurait le bon usage de l’arme autant que la sécurité de son utilisateur. Les modernes constructeurs d’ouvrages d’art et de véhicules ont, plus que jamais, des soucis de même nature. Déjà la technique échappait à l’emprise de l’empirisme pur pour s’inspirer de préoccupations qui, plus tard, déboucheront sur le rationnel.

38La notion de mesure, de « quantifiable », qui sera le fondement même de la pensée scientifique moderne, apparaît ici comme une nécessité. On ne « bricole » pas un canon comme une épée, une charrue, un plat d’étain ou même une pièce de drap ; on ne mélange pas de la poudre avec la même inconséquence que s’il s’agissait de farine ou de substances tinctoriales. Les contemporains étaient conscients d’avoir affaire à une réalité d’un autre ordre : « Bombarda est pater omnium instrumentorum ac machinarum... ». Cette vulgarisation, si l’on ose dire, de la fine mécanique ne fera que s’accentuer au XVIe siècle, avec l’apparition des systèmes plus compliqués de mise à feu, tandis que le rôle du chiffre suivra le même « crescendo », lorsque les artilleurs se tourneront vers les mathématiques pour rechercher la solution de certains de leurs problèmes.

39Conséquence directe de cette intrusion du facteur quantitatif : on voit poindre déjà des tentatives de normalisation dont il est à peine besoin de souligner l’importance dans le processus industriel. Ce fait n’est pas fortuit car on se souviendra que les premières fabrications en séries interchangeables apparurent précisément dans le secteur armurier, avant tout autre, dès le XVIIIe siècle.

40L’introduction de l’artillerie à poudre en Europe, marque aussi la naissance de l’industrie lourde car, avant cela, on n’avait jamais dû fabriquer couramment des produits pondéreux, en dehors des cloches d’église et des ancres de navire, dont la demande n’a évidemment pas atteint le même niveau.

41La métallurgie trouva également, dans cette nouvelle application, sa première impulsion sensible depuis l’Antiquité. On peut même dire que l’artillerie fit vraiment entrer l’Europe dans l’âge des métaux parce que, avant elle, leurs applications étaient restées très limitées. Mieux, bien que l’usage des canons en bronze perdura jusqu’au XIXe siècle, nous n’hésitons pas à affirmer que la fabrication des armes à feu fut un facteur essentiel de l’essor de la sidérurgie à la fin du Moyen Age. Ce fut même un des débouchés principaux de cette technique avant la révolution industrielle. Il est symptomatique de constater, à cet égard, — comme certains documents nous en ont donné l’occasion, — que les pièces d’artillerie et les boulets en fer moulé figurent parmi les toutes premières applications de la fonderie des métaux ferreux.

42Enfin, et peut-être surtout, l’introduction des armes à feu fut une étape importante dans la voie du machinisme, qui est un aspect essentiel de la civilisation occidentale. Toute l’histoire de l’industrie armurière n’est qu’une longue tentative pour domestiquer une nouvelle source d’énergie : la force d’expansion des gaz. Les hommes s’habituèrent à l’idée que cette force-là, encore énigmatique à ses débuts, était supérieure à toutes les autres qu’ils avaient jusqu’alors utilisées, et surtout incomparablement plus puissante que la force musculaire. Il y aurait une étude à entreprendre sur la conscience que les contemporains eurent du caractère inédit de cette invention. Leur étonnement trahit un « seuil technologique » que la recherche moderne peut déceler, en y découvrant l’origine des développements ultérieurs.

43A partir du XVe siècle donc, le canon devient la machine par excellence et, de même que sa fabrication entraîne le recours à des techniques peu usitées ou nouvelles, son emploi postule la mise en œuvre de moyens mécaniques nouveaux : voitures spéciales, affûts et, surtout, appareils de levage. Ceux-ci, connus depuis l’Antiquité mais forcément limités à des domaines d’application restreints, trouvèrent, dans cette fonction nouvelle, l’occasion de se vulgariser et, plus encore, de se rendre indispensables.

44Avec l’arme à feu, le Moyen Age inventa la plus moderne des machines, mieux, il inventa l’accoutumance à la machine. Il y a entre nos appareils du XXe siècle et la bombarde médiévale quelque chose de commun qui devrait nous empêcher de regarder celle-ci exclusivement avec horreur ou simplement avec indifférence.

Notes

1 Cfr F. Buttin, Du costume militaire..., p. 216.

© Presses universitaires de Liège, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search