Version classiqueVersion mobile

L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés de Liège, du XIIIe à la fin du XVe siècle

 | 
Claude Gaier

Seconde partie. Le travail et l’équipement de production

III. — Techniques de conservation et de transport

Texte intégral

1. — La conservation des armements

A. — L’entreposage.

1L’acquisition, par les souverains et les communautés urbaines, de grandes quantités d’armes les mettait dans l’obligation de prendre des mesures propres à en assurer la conservation. La nécessité de les soustraire aux intempéries, aux vols et aux déprédations, rendait primordiale l’organisation d’un lieu de dépôt.

  • 1 En 1294, le comte d’Artois donne l’ordre de dresser en double un inventaire des armes de son châtea (...)

2Pour les princes, le choix du local ne posait guère de problème sérieux puisque leur résidence, fortifiée ou non, ou leurs forteresses, étaient tout indiquées pour abriter les instruments de leur puissance. Palais et châteaux possédaient, en général, une ou plusieurs salles d’armes et celles-ci sont bien connues pour la fin du Moyen Age parce que, depuis 1300 environ, on prenait le soin de dresser régulièrement l’inventaire de leur contenu1.

  • 2 Dehaisnes, Documents et extraits divers..., pp. 244, 246-247.
  • 3 Ed. E. de Prelle de La Nieppe, L'inventaire de l'armurerie de Guillaume III, comte de Hainaut, pp.  (...)
  • 4 Ed. B. et H. PROST, Inventaires mobiliers et extraits..., t. II, pp. 337-342, 355-358, 364-373.
  • 5 J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 72-75 ; L. De Laborde, Les ducs de Bourgogne... (...)
  • 6 Cfr, respectivement, T. F. Tout, Firearms in England in the fourteenth century, pp. 40-57 ; L.-N. B (...)

3Ces derniers sont des documents fort précieux : il s’agit le plus souvent de relevés minutieux de tous les instruments guerriers (« garnisons ») que renferme un bâtiment, énumérés dans l’ordre topographique de leur entreposage. On possède quelques dizaines d’inventaires de ce genre se rapportant à des princes belges. Celui des armures laissées par le comte de Flandre en son château de Courtrai (1322)2, celui, très fameux, de « l'armoierie Monsigneur de Haynnau » (1358)3, ceux des châteaux-forts de Lille, de Beveren et de Rupelmonde (1388)4 et tous ceux des ducs de Bourgogne5, comptent parmi les plus notoires et supportent la comparaison avec d’autres documents étrangers de même portée : les inventaires de la Tour de Londres, de la bastille Saint-Antoine à Paris, du connétable Raoul de Nesle (1302), de Louis X le Hutin (1316)6, etc...

  • 7 A Namur, toutes les arbalètes de l’arsenal urbain sont pendues à des crochets (1430) ; A.E.N., Vill (...)

4Sans être desordonnée, la disposition des « garnisons » ne semble pas obéir à un ordre logique très rigoureux. La seule distinction marquante affecte les armures, qui sont rangées à part, toutes les autres armes, dites « artilleries » étant entreposées ensemble. Le matériel était parfois accroché aux murs7 mais, le plus souvent, il reposait en vrac dans les récipients qui servaient habituellement au transport : tonneaux, caisses, coffres, paniers.

  • 8 Les armes et les armures qui se trouvaient, en 1383, dans la « tour de l'armoirie » du château de L (...)
  • 9 A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 206. — Le palais du Coundenbe (...)
  • 10 J. M. Richard, Inventaire..., t. II, p. 4 : placement de perches dans la salle des armures du châte (...)
  • 11 B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 372, 247-248 ; A.N. Lille, R.G.F., B 1961, fo 167. — En 1424, (...)

5Seules les armures, les épées et certaines armes de poing, bénéficiaient la plupart du temps d’un rangement particulier. Le coffre, qui constituait le meuble le plus commun au Moyen Age, était naturellement employé pour serrer les harnois8. En 1409, par exemple, le duc de Brabant acheta, à cette fin, un grand bahut en bois d’Irlande, qu’il fit placer dans sa « harnas kamer » du Coundenberg9. Les armures de mailles pouvaient être disposées sur des perches, comme un vêtement sur un cintre, selon la disposition figurée notamment dans la scène de l’embarquement des Normands de la broderie de Bayeux10. Enfin, l’armoire était aussi en usage, comme celle du château de Lille en 1388 ou celle dont Philippe le Bon fit l’acquisition en 1437 pour « tenir nectement » ses épées. Ces meubles pouvaient atteindre de grandes dimensions : en 1386, un charpentier d’Arras construisit, pour ranger des armures, une armoire de chêne munie de quatre tablettes recouvertes de toile et ne mesurant pas moins de quatorze pieds de long11.

  • 12 A Namur : A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 27 (1445), fo 25 v°. — A Luxembourg : N (...)
  • 13 A. Dinant : J. Gaier-Lhoest, L’évolution topographique de la ville de Dinant au Moyen Age, p. 60 et (...)
  • 14 A Bruges : A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32461, fo 220. — A Gand : J. Vuylsteke(...)
  • 15 Par exemple, à Lille : de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille aux XIVe, XVe et X (...)

6Dans les villes, les arsenaux élurent d’abord domicile dans des bâtiments publics suffisamment spacieux pour pouvoir abriter du matériel militaire, souvent même simultanément dans plusieurs locaux. Les hôtels de ville12, les halles13 et les maisons scabinales14, furent fréquemment affectées à cet usage, et l’on se rappellera que la grande halle de Dinant fut, en 1465, la proie des flammes par suite de la mise à feu accidentelle des poudres qu’elle renfermait. Il faut noter que les églises, elles aussi, ont occasionnellement fait office d’entrepôts urbains pour cette catégorie d’instruments15.

  • 16 Par exemple, à Namur, la porte Sainiau sert de poudrière et d’arsenal ; A.L.JN., op. cit., reg. 29 (...)
  • 17 Voir, par exemple, les springaelhusen, destinées à abriter les balistes de Gand au XIVe siècle ; J. (...)
  • 18 Cfr Inventarissen van grof geschut en andere wapens de stad Gent toebehoorende, pp. 295-324.

7Les portes fortifiées et les enceintes étaient aussi garnies d’artillerie et d’armement. Certaines tours remplissaient, en fait, le rôle d’arsenal, où l’on entreposait et même où l’on fabriquait des armes et de la poudre16. Bon nombre de machines de jet et, plus tard, de bouches à feu, étaient laissées en batterie sur les murailles, souvent à l’air libre, quelquefois protégées des intempéries par un abri léger17. Pour prendre l’exemple d’une grande ville, Gand, à la fin du Moyen Age, disposait au total de 361 pièces d’artillerie de tous calibres dont plus des huit dixièmes étaient disposés sur les tours et les remparts18.

8Encore convenait-il d’abriter les poudres, les munitions, les armes de jet avec leurs traits, les piques et autres instruments de défense collective qui ne pouvaient, en temps de paix, rester exposés sur la muraille. Ce matériel devint, dans les villes, de plus en plus encombrant, surtout depuis l’apparition des armes à feu, et, en beaucoup d’endroits, les lieux accoutumés se révélèrent inadéquats. L’exiguïté des bâtiments publics entraîna la création des arsenaux au sens moderne, c’est-à-dire d’entrepôts séparés, destinés à la conservation et à l’entretien des armements.

  • 19 Cfr E. Fairon, Regestes de la cité de Liège, t. I, pp. 444-447 ; t. III, pp. 1 et 2. Sur l’affectat (...)

9Cependant, cette préoccupation, qui date de la fin du Moyen Age dans nos régions, ne se fit pas jour partout, et nombre de communes n’en éprouvèrent jamais la nécessité. La ville de Liège offre, dès le XIVe siècle, un des très rares exemples d’une construction entreprise d’emblée pour abriter l’artillerie municipale. Un document de 1376 nous apprend, en effet, que la cité mosane obtint l’autorisation d’ériger en Gravioule une « grande maison », longue de cinquante pieds et large de vingt-quatre, où elle pourrait désormais remiser son matériel militaire qui, jusqu’alors, se trouvait à l’étroit dans une petite bâtisse sise dans les environs. On sait d’ailleurs que le pré de Gravioule servit de champ d’épreuve pour les pièces d’artillerie de la ville. Ces instruments guerriers étaient confiés à la garde d’un responsable qui détenait les clefs de l’édifice19.

  • 20 Cfr respectivement N. De Pauw et J. Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., 1.1, p. 91 ; t. II, (...)

10Le marquage aux armes communales du matériel conservé dans les arsenaux était déjà d’usage courant au XIVe siècle, mais on n’oserait affirmer que cette pratique se généralisa avant l’Epoque moderne. On trouve en tout cas plusieurs exemples de signes d’identification de ce genre, apposés dans des dépôts publics : des écussons sur les targes de Gand (1336, 1340) et, sur les arbalètes de Lille, des armoiries (1355) ou une estampille à la fleur de lys (1385). De la même façon, le duc de Bourgogne faisait frapper son poinçon sur les « choses appartenant à l'artillerie »20.

  • 21 Inventarissen van grof geschutpp. 299-300.

11Il y a tout lieu de penser que les arsenaux publics, en raison de la diversité de leurs matériels et de la multiplicité des usagers, étaient nécessairement gérés d’une façon plus rationnelle que les armureries privées. Le seul document qui permette d’étayer cette présomption est cependant fort tardif puisqu’il s’agit de l'inventaire de l’« engienhuis » de Gand, dressé en 1489. On y lit que les balles et les boulets d’artillerie, — on en dénombrait plus de 7 000, — se trouvaient rangés par calibres dans des coffres et des tonneaux identifiés par des lettres, de A à K, les munitions disparates étant, par contre, entassées pêle-mêle. De la même façon, les tonneaux de poudre étaient marqués en lettres capitales et ceux contenant du soufre en miniscules21.

12Sans craindre de défigurer le passé par des préoccupations anachroniques, nous ne voudrions pas manquer de souligner, dans ce cas comme dans d’autres, combien l’introduction des armes à feu força en quelque sorte les esprits à des conceptions empreintes d’une technicité et d’une certaine démarche rationnelle, appelées plus tard à faire leur chemin. Dans des limites encore modestes, l'artillerie posa à ses gestionnaires des problèmes inédits qu il fallut résoudre en faisant appel à des méthodes nouvelles.

B. — L’entretien.

13L’entretien du matériel militaire était une tache qu’on ne peut en aucun cas mésestimer, tant elle absorba d’énergies, au Moyen Age en particulier, alors que les méthodes de conservation restaient rudimentaires et que le contrôle empirique de la qualité des matériaux employés n’offrait qu’une garantie très relative de longévité. C’est pourquoi les mentions d’ouvrages de « maintenance » et de réparation sont, dans les sources, beaucoup plus nombreuses que celles des fabrications proprement dites. On devine cette préoccupation constante de tenir l’armement « cler et net » en luttant contre les deux ennemis de toujours : la corrosion et le pourrissement.

  • 22 Cfr respectivement, A.G.R., C.C., Recette générale du Luxembourg, reg. 2656, fo 141. — B. et H. Pro (...)

14Partout pèse la même menace. Aussi trouve-t-on, à Chiny et à Etalle, des arbalètes aux cordes « toutes pouries » (1384-1385) et, à Lille, des catapultes qui ne valent guère mieux (1388), tandis que l’on fait protéger les trois grandes bombardes de Namur « par tant qu'elles empiroient » (1407), et que l’artillerie de Philippe le Bon est remise en état, en 1453, parce qu’elle s’était dégradée « par la frescheur du temps ». Par ailleurs, il est caractéristique de constater que les « consaulx » de Tournai qui décident, en 1461, de faire provision d’arbalètes d’acier, motivent leur initiative par le fait que ces dernières sont non seulement meilleures mais aussi plus durables que celles en bois « lesquelles se diminuent grandement »22.

  • 23 II est également fait mention des dégâts causés par les rongeurs : par exemple, des sacs de poudre (...)
  • 24 Cfr l’annexe 1.
  • 25 Voir, par exemple, à Namur : A.E. Namur, op. cit., reg. 22 (1408), fo35 ; (1409), fo 83 ; à Luxembo (...)
  • 26 J. Garnier, op. cit., pp. 209 sv.

15L’action des intempéries s’ajoutait, bien entendu, aux dégradations de toutes sortes résultant de l’usage normal des armes23 qui nécessitaient d’innombrables réparations tant dans les arsenaux que dans les armureries privées. Aussi ces dépôts étaient-ils l’objet d’inspections régulières destinées à contrôler l’état de conservation du matériel. Cette responsabilité incombait normalement, dans le domaine privé, aux armuriers et fourbisseurs attitrés des grands personnages24. Dans le domaine public, celui de l’artillerie urbaine, par exemple, toutes les bouches à feu, catapultes et armes de jet entreposées dans l’arsenal ou sur les remparts des villes subissaient au moins une inspection annuelle par les soins du Magistrat et des ouvriers spécialistes25. Au niveau de l’administration bourguignonne, ce rôle, auquel on attribuait une grande importance, était exercé par le maître de l’artillerie et ses lieutenants ou par les contrôleurs de l’artillerie26.

16Ces « visites » répétées et la vigilance dont les préposés étaient censés faire preuve, entraînaient l’adoption de quelques mesures préventives que l’on retrouve invariablement dans toutes les sources.

  • 27 Cfr n. 17 et J. M. Richard, op. cit., t. II, p. 62.

17La plus simple, mais aussi la plus fondamentale, était la mise sous abri du matériel. C’est pourquoi on érigea, au XIVe siècle, sur les remparts de Gand, des guérites destinées aux espringales affectées à la défense des courtines et on construisit au château de Hesdin des remises pour soustraire les flèches des trébuchets à l'action des pluies27.

18On procédait, en outre, à la lubrification des parties mobiles des catapultes et des chariots d’artillerie au moyen de graisse ou de suif, voire de savon mou. Pour reprendre la formule savoureuse d’un scribe de 1409, les trébuchets du duc de Bourgogne étaient ainsi enduits « afin qu'ils descendissent et virassent plus gaiement ».

  • 28 Ibid., t. I, p. 192 ; A. F. Lacroix, Extraits des comptes... de la ville de Morts,2e série, p. 396  (...)

19L’action bydrofuge de l’huile était également reconnue, notamment pour les armures28.

  • 29 Vernis appliqué sur des bombardes : A.E.N., op. cit., reg. 22 (1407), fo 37 v° ; sur des fers de fl (...)
  • 30 E. de Busscher, Recherches sur les peintres gantois..., p. 94 n. :...vanden engienen vander stede t (...)

20Enfin, on considérait l’application de vernis et de peintures comme un moyen efficace de préservation des pièces métalliques de l’oxydation29. Il était de pratique courante de peindre les bouches à feu, et l’on fit enduire de couleur à l’huile rouge toute l’artillerie gantoise en 147930. En dehors de son côté purement utilitaire, cette mesure de protection répondait à merveille au goût du faste outrancier qui caractérise si bien la sensibilité médiévale. Les bombardes n’avaient rien, au Moyen Age, de cette morne froideur des canons modernes et leur aspect volontairement spectaculaire tenait à la fois à leurs formes bizarres et à leurs couleurs bigarrées.

21Mais, faute de pouvoir toujours prévenir à temps, il fallait aussi guérir. On mentionne fréquemment des travaux de dérouillage, qu’il s’agisse d’armures, d’épées, de fers de flèches ou de pièces d’artillerie. Ils se pratiquaient par abrasion à la lime, au moyen d’émeri ou de sable, parfois en soumettant aussi la pièce à l’action du vinaigre.

  • 31 Cfr J. M. Richard, op. cit., t. II, p. 4 : « I tonnel pour rauller et esclairchir les aides armeure (...)

22La remise en état des cottes de mailles et des armures métalliques se révélait particulièrement préoccupante : il fallait sans cesse les « éclaircir » c’est-à-dire enlevé les traces d’oxydation superficielle qui ternissaient l'éclat du métal. Le nettoyage des harnois d’armes s’opérait, le plus souvent, au moyen d’un « tonneau rolloir », sorte de tambour rotatif dans lequel ils étaient placés avec un agent abrasif dont ils subissaient l’action. De là l’expression jadis courante : « rouler les armures »31.

  • 32 de La Fons-Melicocq, op. cit., pp. 19, 24.

23Quant aux bouches à feu, leur entretien absorbait une main-d’œuvre assez importante : en 1460, par exemple, il faut 26 jours au maître canonnier de Lille, avec plusieurs valets, pour nettoyer et relimer les canons de la ville32.

24Au total, les travaux d’entretien et de réparation occupent une place considérable dans la gestion des armements. Ce phénomène implique forcément l’existence d’un service administratif développé et d’un personnel abondant sinon qualifié, autant de facteurs qui plaident en faveur d’un certain sens de l’organisation que l’on a trop tendance à dénier aux gens du Moyen Age. Toutes proportions gardées, il apparaît que la conduite des arsenaux imposa aux esprits une contrainte nouvelle qui, ajoutée à d’autres, contribua à façonner les mentalités en les confrontant avec des problèmes d’une complexité qu’il était rarement donné de rencontrer dans une société agraire.

2. Le transport des armements

A. — L’emballage.

  • 33 Le tarif du tonlieu de Saint-Omer (XIIe siècle) mentionne le fasciculus gladiorum parmi les marchan (...)

25Mises à part quelques mentions d’épées et de piques simplement rassemblées en bottes33, les armes étaient généralement emballées en vue de leur expédition. Très souvent, on les plaçait, pour ce faire, dans des tonneaux, assurément le type de récipient le plus courant au Moyen Age.

  • 34 Par exemple, A.N. Lille, R.G.F., B 1933, fo 168 v°.
  • 35 Cfr « I tonnel de caquehereng plain de traits » in J. Finot, Inventaire sommaire des archives..., p (...)
  • 36 Les cordes d’arc, distribuées à la bataille de Montlhéry (1465), sont extraites d’une queue de Beau (...)

26Il ne semble pas qu’il y ait eu de modèle particulier de futaille créé spécialement pour cet usage. Tout au plus, signale-t-on certains tonneaux munis de serrures34, dispositif qui n’est pas spécifique et qui peut fort bien avoir été improvisé pour les besoins de la cause, afin de préserver la valeur du contenu. Il est en tout cas certain que l’on se servait de caques et de barriques ordinaires, normalement destinées à recevoir du poisson35 ou du vin36.

  • 37 Les mentions de tonneaux comme récipients sont innombrables, surtout dans les sources bourguignonne (...)

27Quelle était la capacité des récipients renfermant des fournitures militaires ? Par bonheur, ceux-ci servaient aussi au stockage et au transport des poudres, substances pondérables qui permettent de se faire une idée du volume de leur contenant. Les futailles semblent se distinguer par des appellations liées à une certaine notion de capacité et qui se présentent dans l’ordre croissant ci-après : le tonnelet, le tonneau dit « fillette » et le tonneau dit « caque », la pipe, le poinçon et la queue. Toutefois, cette classification n’a qu’une valeur très relative, en raison du nombre trop restreint de documents sur lesquels elle se fonde, étant donné les particularités régionales et l’incohérence de la terminologie dont chaque époque offre maints exemples. Les plus gros fûts que nous avons rencontrés dans les sources renfermaient environ 1 270 livres de salpêtre37.

28En plus de la poudre, les tonneaux servaient très fréquemment au transport des armures, de traits d’arcs et d’arbalètes de toutes espèces et de munitions d’artillerie. On y mettait aussi des épées, des couteaux, des maillets et des haches d’armes, des arbalètes et du fil d’arbalète.

  • 38 Cfr notamment A.N. Lille, R.G.F., B 2026, fo 416 v°.
  • 39 Ibid., B 1903, fo 221 ; B 1935, fo118v°.
  • 40 Ibid., B 1933, fo 170 v° (« laye de bois » avec serrure) ; B 1942, fo 81 v° (« deux grans layettes  (...)
  • 41 Mannes d’armures et d’épées ramenées de Béthune à Lille (1472) ; A.G.R., C.C., Comptes de l'artille (...)
  • 42 Sacs à poudre, en cuir ; J. Garnier, op. cit., p. 127. — Pièces d’armures en sacs : R. Doehaerd, Et (...)

29Après les fûts, venaient, en ordre d’importance, les coffres38, les caisses39 et les écrins de bois40. On y rangeait quelquefois des pièces d’armures, ainsi que des arcs, des arbalètes, des armes de hast et à feu, des traits. Parfois, on se contentait de mannes et de paniers41, voire de sacs42.

  • 43 Le tarif du tonlieu de Louvain fait mention de « packe met swerden » (avant 1287) ; II. Vander Lind (...)
  • 44 Cfr A.N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 231 ; B 1951, fo 161 ; B 1954, fo 154 ; B 1969, fo 352 v° ; B 19 (...)
  • 45 W. G. Neukam, Eine Nürnberger Sulzbacher Plattenlieferung für Karl IV..., p. 129 ; M. Bresard, Le (...)

30L’empaquetage en ballots ne paraît pas avoir été très fréquent43. On trouve bien des mentions d’armes enveloppées dans de la toile ou de la paille, mais il est presque sûr, en l’occurrence, que le colis prenait lui-même place dans un récipient44. Il est cependant difficile d’admettre cette apparente désaffection d’un procédé par ailleurs répandu dans toute l’Europe45, notamment pour le transport des pièces d’armement.

B. — Le transport.

31Les armements étaient acheminés à destination par les moyens de transport habituels, terrestres ou fluviaux, sur lesquels il n’est pas nécessaire de s’étendre ici. Nous voudrions toutefois évoquer quelques aspects particuliers de la manutention des armes et des armures, dont on chercherait en vain l’équivalent dans d’autres domaines d’activité au Moyen Age.

  • 46 Cfr, à ce sujet, N. Denholm-Young, The tournament in the thirteenth century, pp. 245, 251, 253, 264 (...)

32Nous avons souligné, au début de la présente étude, l’importance considérable que l’on accordait à cette époque à l’armement personnel défensif. Convoité par les militaires occasionnels qu’étaient les gens de milice, cet équipement avait, pour les hommes de guerre professionnels, valeur d’instrument autant que de symbole. Ce fut, jusqu’au XVIe siècle, le signe extérieur de leur raison d’être. Cette nécessité vitale se transforma en un véritable engouement lorsque, à partir du XIIIe siècle, les joutes courtoises prirent le pas sur le « torneamentum quasi hostile », et devinrent de plus en plus prétextes à des exhibitions vestimentaires, principalement d’armures46.

33Or, des instruments aussi essentiels, qu’ils fussent de guerre ou d’apparat, devaient nécessairement accompagner les princes dans tous leurs déplacements, et l’on sait que les souverains se déplaçaient beaucoup car ils disposaient en effet de plusieurs résidences. Cela impliquait l’existence d’un véritable service d’intendance des armures et, de fait, les sources font constamment mention de transports de ce genre.

  • 47 H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland onder het Henegouwsche Huis, t. III, p.  (...)
  • 48 Ibid., Brabant, reg. 2401, fo 94 r°-v°. — Cfr ci-dessous, n. 50.
  • 49 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. I, fasc. 3, p. 498 ; t. II, pp. 21, 30, 231-232, (...)
  • 50 P. Gorissen, De karweien der Brabantsche Kloosterhoeven in de XIVe eeuw, pp. 28, 38. — A.G.R., op. (...)

34Le comte de Hainaut47, le duc de Brabant48 et celui de Bourgogne49, se conformèrent à cet usage, comme en attestent largement leurs comptabilités respectives. La coutume brabançonne prévoyait même que le transport du harnois du duc, en cas de guerre, incombait à deux abbayes, celles d’Affligem et de Forest, qui devaient s’en acquitter à titre de corvée et l’on retrouve encore, au début du XVe siècle, des traces de ces dispositions50.

  • 51 A.N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 222 ; B 1954, fo 154.

35Les princes emportaient donc leurs armures dans leur train de bagages, ou les faisaient envoyer ou mander en un point de leur itinéraire. Le trajet était quelquefois, quand la configuration du réseau hydrographique le permettait, effectué par voie fluviale. Ainsi, en 1420, Philippe le Bon fait transporter par eau son harnois de joute, de Gand à Bruges, tandis qu’en 1435 c’est son équipement de guerre qu’il donne instruction de mettre en un tonneau et d’embarquer à Mâcon pour l’expédier, en remontant la Saône et l’Ouche, jusqu’à Dijon51.

36Dans la plupart des cas cependant, les déplacements s’effectuaient par la route.

  • 52 Apochae rationum camerae et thesaurariae, in M.G.H., Constitutiones, t. IV, pars 2, pp. 1164 et 118 (...)

37Le cheval de somme était un moyen de portage utilisé pour les armures lorsque l’état des chemins ne permettait pas l’emploi de véhicules, ou lorsque la charge ne justifiait pas de moyens plus importants. Ainsi par exemple, lors de son expédition en Italie, Henri VII de Luxembourg dispose, pour transporter ses armures, de sept sommiers, conduits par neuf valets. Guillaume IV de Hainaut, au cours de son voyage à Chypre (1343), semble bien se contenter d’un seul cheval de charge. En 1376, accompagné de son valet, Josset Munier, armurier du duc de Bourgogne, vient à Bruxelles avec une bête de somme, prendre livraison de quatre cuirasses de joute que son maître lui a demandé d’amener à Gand52.

  • 53 Chariots attelés de quatre chevaux : A.N. Lille, B 1951, fo 182 v° ; de six chevaux : ID., B 1961, (...)
  • 54 ID., B 1923, fo 217v° ; B 1925, fo116 : B 1961, f » 164.

38Le plus souvent, le harnois était acheminé par voiturage. Les véhicules habituels, charrettes et chariots, tirés par quatre à six chevaux53, permettaient évidemment le transport de charges plus élevées ou plus encombrantes. Il faut ainsi un chariot pour conduire de Lille à Paris, en 1420, les deux grandes « queues » qui contiennent six armures de joute de feu le duc Jean sans Peur. L’année suivante, le transport de l’habillement de tournoi de son fils exige trois voitures. En 1437, on ramène une partie des armures ducales, de Bruxelles à Lille, sur deux chariots attelés de six chevaux chacun54.

  • 55 A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2401, fo 94 r°-v°.
  • 56 B. et H. Prost, op. cit., p. 403 ; M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon..., p. 435.

39Ces véhicules étaient, selon toute probabilité, de type commun et nullement construits en vue du charriage des armes. Tout au plus, certains étaient-ils habituellement affectés à cet usage, comme celui que possédait Jean IV de Brabant, recouvert d’une bâche de lin55. Par contre, on sait que le duc de Bourgogne disposait, en plus de son charroi ordinaire, d’un « chariot des armures » spécial. Il s’agissait d’une sorte de grand coffre ferré et muni de serrures, monté sur un châssis a roues, et recouvert d’un drap de couleur doublé de toile, afin de préserver de l’humidité son précieux chargement56.

40Le second aspect spécifique du transport de l’armement sur lequel nous insisterons est, par ses implications, sans commune mesure avec le premier. Son importance dépasse le domaine strict de l’intendance militaire parce qu’il nous permet d’explorer les limites mêmes de la civilisation technique pré-industrielle. L’introduction de l’artillerie à poudre fut une des plus formidables gageures que la « civilisation matérielle » médiévale eût à tenir. Nos sources révèlent nombre d’épisodes qui mettent en lumière les efforts d’une société aux prises avec des problèmes nouveaux qu’elle était mal outillée pour résoudre.

Fig. 16. Serpentines bourguignonnes (1460-1470)
Butin conservé à l’ancien arsenal de La Neuveville (Suisse). A gauche, pièce en fer forgé (calibre : 7,5 cm) avec affût de campagne et arc de pointage d’origine. A droite, longue pièce (tube : 292,5 cm) jadis peinte en rouge, au calibre de 6,5 cm. (La Neuveville, Musée. Cliché Musée de La Neuveville)

41Les bombardes furent, en effet, depuis les grands travaux de l’Antiquité, les premiers objets pondéreux et d’un seul tenant dont on eut à assurer le transport régulier en Occident. Les matériaux de construction des édifices religieux et civils pouvaient dans la plupart des cas se fragmenter, pour en faciliter le levage ou le déplacement. Quant aux cloches, elles étaient alors fondues à proximité du lieu de leur destination, afin d’éluder le problème du transport.

42Les bouches à feu ne permettaient pas ces facilités. Dépassant quelquefois les dix tonnes, il était nécessaire de les tramer de siège en siège et de les mettre en batterie dans des endroits où l’on ne disposait pas d’engins de levage permanents comme dans les chantiers et dans les ports. Cela supposait des moyens de transport suffisamment efficaces et des machines élévatrices mobiles. Avant tout, il fallait des voies de communication appropriées, autant de commodités pour lesquelles l’époque médiévale n’est pas spécialement réputée.

  • 57 Cfr A. Deroko, Quelques mots sur les plus anciens gros canons turcs, p. 170 ; C. M. Cipolla, Guns a (...)

43A cet égard, l’artillerie turque, dont on sait pourtant l’action décisive au XVe siècle, se heurta, elle aussi, à d’énormes difficultés, lors de la conquête de la péninsule balkanique. L’absence de chemins carrossables et de cours d’eau navigables obligeait les Ottomans à couler, au pied des places assiégées, les bombardes dont ils avaient besoin pour battre les murailles. Ensuite, après la fin du siège, les bouches à feu étaient mises en pièces et la mitraille transportée à dos de chameau sur un autre théâtre d’opérations, afin d’en faire, in situ, de nouveaux canons57.

44On n’eut pas à recourir, dans les Pays-Bas, à de tels expédients, mais le déplacement des plus grosses pièces de canon resta un défi, à la limite du possible, comme le montrent tant d’exemples relatifs aux entreprises militaires du XVe siècle, époque où les très forts calibres furent le plus en vogue.

45L’examen du problème des transports nous offre l’heureuse occasion de mettre en lumière le rôle déterminant de tout un complexe de facteurs techniques de la civilisation médiévale et de constater leur interaction. Une génération après l’introduction des armes à feu en Europe, on s’aperçoit du parti que l’on peut tirer pour rompre l’emprise que tous les systèmes fortifiés exerçaient depuis quatre siècles sur l’art de la guerre. Mais faute de pouvoir augmenter la force des projectiles, à cause du rendement médiocre de la poudre noire et des boulets en pierre, on se voit forcé d’en accroître la masse en « gonflant » les calibres. Par compensation, il convient d’agrandir les canons, et de les renforcer afin qu’ils résistent à une charge propulsive nécessairement plus forte. D’où une augmentation considérable du poids et l’émergence du problème, — oublié depuis des siècles si tant est qu’il eût jamais, dans l’Antiquité romaine, pareille dimension, — du transport en tous lieux d’objets d’un poids inhabituel.

46Le réseau des voies navigables ne pouvait convenir qu’occasionnellement, et ce fut grand dommage, car il permettait de transporter les canons plus vite et moins cher que par la route. Celle-ci, telle qu’on la concevait au Moyen Age, — c’est-à-dire comme une piste destinée aux déplacements des hommes et du petit matériel dont se satisfaisait une civilisation agraire, — s’avéra tout à fait déficiente. C’est pourquoi, malgré quelques améliorations sporadiques apportées au réseau routier lors des mouvements importants de corps d’artillerie, les déplacements de ce genre restèrent des gageures sans lendemain. L’état des routes continua, jusqu’à une époque très proche de la nôtre, à faire obstacle aux grands développements technologiques. La révolution industrielle, ne l’oublions pas, s’est davantage accomplie avec les canaux et les fleuves d’abord, le chemin de fer ensuite.

47La tentative des artilleurs, disons entre 1375 et 1475, de confier à la route leurs monstrueux engins, fut, sinon infructueuse, du moins éphémère. Elle ne constitue pas un essai de revalorisation des voies terrestres mais un défi à leur insuffisance. Un autre facteur technique intervint au XVe siècle qui allait enlever au problème une partie de son acuité : l’emploi du boulet de canon en fonte. Celui-ci avait l’avantage, sur le projectile en pierre, de la dureté et du poids spécifique supérieur. Dès lors, on put réduire les calibres et ramener le poids des canons à des limites mieux appropriées aux conditions de transport qui prévalurent longtemps encore.

  • 58 Garnier, op. cit., pp. 26 n., 31..

48La manutention des pièces d’artillerie présentait, elle aussi, de sérieuses difficultés, en particulier pour le transfert du chariot de route à l’affût de position et vice versa. La main-d’œuvre était abondante et peu coûteuse mais, pour effectuer ces travaux « à force de bras », il convenait de s’entourer d’une véritable cohue d’ouvriers, ce qui était impraticable en campagne. Pour se faire une idée des efforts qu’on devait déployer en certains cas, il suffit de rappeler qu’il fallut réquisitionner 200 personnes en 1410 pour extraire une nouvelle bombarde pesant plus de trois tonnes de sa fosse de moulage et que, l’année suivante, 80 ouvriers durent s’atteler à des cordages pour hisser un autre gros canon de la cave où il reposait58.

  • 59 Cfr F Kretzschmer, Technik und Handwerk im Imperium Romanum, pp. 26. — A.N. Lille, R.G.F., B 1982, (...)

49L’usage d’instruments servant à la démultiplication des forces musculaires s’avérait indispensable. Le Moyen Age avait hérité de l’Antiquité la connaissance de divers engins de levage, qui furent fréquemment employés dans les grands travaux de construction. Celui que nous connaissons sous le nom de « chèvre » fut adopte pour l’artillerie, en raison de sa simplicité et de sa mobilité. C’était une sorte de palan, fixé à un bâti de bois, que l’on actionnait au moyen d’un treuil ou d’un cabestan. L’effort de traction était d’autant plus réduit que l’on augmentait le nombre de poulies. Nos sources citent, en effet, une machine à quatre poulies de bronze pesant près de 40 kilos chacune59.

  • 60 J Finot, Inventaire sommaire des archives..., pp. 259, 262, 274.
  • 61 Garnier, op. cit., p. 58 n. 1. — En 1451, le canonnier Johannes Beugedancz, qui fait offre de ses s (...)

50Ces engins connurent un très large usage à partir du XVe siècle. Généralement construits par des charpentiers60, ils furent très répandus au point qu’ils faisaient partie de la dotation ordinaire des plus grosses pièces. Il y en eut ainsi de taille et de force différentes, selon l’application particulière qu’on en attendait. En 1412, le « maître des œuvres de charpenterie » du duc de Bourgogne fit construire une machine permettant à deux hommes et même à un seul de soulever une bombarde de 16 000 livres, ce qui « autrement ne se povoit faire sans grant nombre de gens et à très grans frais »61. Mais il y en eut certainement de plus puissants encore, car on sait que des bouches à feu d’un poids supérieur à celui-là furent utilisées dans les Pays-Bas.

  • 62 Au sujet de ces machines, voir M. Berthelot, Pour l’histoire des arts mécaniques et de l’artillerie (...)

51Les ingénieurs militaires et les artilleurs du XVe siècle manifestèrent pour ces appareils élévatoires un véritable engouement, et il n’est pas douteux qu’ils réussirent, par l’expérience, à perfectionner cette application d’un principe ancien jusqu’aux limites qu’imposait a ses possibilités l’emploi exclusif du moteur musculaire. Les recueils de machines que nous ont laissés les « maîtres d’engins » depuis la fin du XIVe siècle, comportent fréquemment des croquis de dispositifs de ce genre. On en voit chez Taccola, l’« Archimède de Sienne », ou chez Valturio, qui fut au service de Sigismond Malatesta. Faut-il rappeler enfin l’admirable dessin de « la fonderie de canons », conserve à Windsor, où Léonard de Vinci, qui fut aussi artilleur de Ludovic le More, duc de Milan, représente la manœuvre d’un de ces énormes palans62 ?

52Si le transport des canons resta soumis à des entraves séculaires qui ne lui permirent aucun progrès marquant, leur manutention exerça par contre une influence durable sur l’évolution de la technologie. En portant leur attention sur les problèmes de la mécanique élévatoire et en démontrant que seule la machine pouvait les résoudre, les artilleurs contribuèrent à stimuler l’intérêt pour le machinisme, qui caractérise bien l’esprit occidental dès le Moyen Age et qui devait, trois siècles plus tard, connaître le triomphe que l’on sait. Ici encore, les armes à feu furent un facteur d’accélération et de renouveau.

Notes

1 En 1294, le comte d’Artois donne l’ordre de dresser en double un inventaire des armes de son château de Calais ; J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales..., t. I, p. 62 col. 1. — Voir l’inventaire de l’artillerie du château de Saint-Omer, en 1304 ; ibid., p. 204. — Pour les références aux inventaires d’arsenaux, cfr notre annexe 4.

2 Dehaisnes, Documents et extraits divers..., pp. 244, 246-247.

3 Ed. E. de Prelle de La Nieppe, L'inventaire de l'armurerie de Guillaume III, comte de Hainaut, pp. 108-111.

4 Ed. B. et H. PROST, Inventaires mobiliers et extraits..., t. II, pp. 337-342, 355-358, 364-373.

5 J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 72-75 ; L. De Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. II, pp. 127, 145, 146, 175-177, 188, 259, 260, 275, 276, 427-430.

6 Cfr, respectivement, T. F. Tout, Firearms in England in the fourteenth century, pp. 40-57 ; L.-N. Bonaparte et I. Fave, Etudes sur le passé et l'avenir de l’artillerie, t. I, pp. 366-373 ; Dehaisnes, op. cit., pp. 140-141, 144-146 ; V. Gay et Stein, Glossaire archéologique..., t. I, pp. 61-62.

7 A Namur, toutes les arbalètes de l’arsenal urbain sont pendues à des crochets (1430) ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 25, fo 43.

8 Les armes et les armures qui se trouvaient, en 1383, dans la « tour de l'armoirie » du château de Lille, reposaient dans deux grands coffres, l’un à trois serrures, l’autre muni de compartiments ; B. et II. Prost, op. cit., t. II, pp. 371-372.

9 A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 206. — Le palais du Coundenberg devint la résidence principale des ducs de Brabant durant la seconde moitié du XIVe siècle. Philippe le Bon, surtout, agrandit et embellit considérablement l’édifice ; cfr Henne et Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, t. III, pp. 318-319 ; P. Seynave, Le palais du Coudenberg, pp. 239 sv.

10 J. M. Richard, Inventaire..., t. II, p. 4 : placement de perches dans la salle des armures du château de Hesdin, en 1331.

11 B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 372, 247-248 ; A.N. Lille, R.G.F., B 1961, fo 167. — En 1424, les armures ducales sont placées dans une armoire de l’hôtel d’Artois, à Paris, en attendant de servir pour les joutes organisées dans cette ville ; ibid., B 1931, fo 166.

12 A Namur : A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 27 (1445), fo 25 v°. — A Luxembourg : N. Van Werveke, Les finances de la ville de Luxembourg..., p. 108. — A Binche : Ed. Roland, L'artillerie de la ville de Binche 1362-1420, p. 25. — A Amiens : A.N. Lille, R.G.F., B 1925, fo 118 v°.

13 A. Dinant : J. Gaier-Lhoest, L’évolution topographique de la ville de Dinant au Moyen Age, p. 60 et Jean de Haynin, Mémoires (1465-1477), t. I, p. 156. — A Bruges : A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32461, fo 220. — A Lille : Guillaume, Histoire de l'organisation militaire sous les ducs de Bourgogne, p. 60 n. 1 (où il est aussi question d’un local au-dessus de la Chambre des Comptes). A Malines : A.V.M., CC.XIV 1 : Uittreksels van het stadsarchief aangaande de klok-en busgieters, sub annis 1397-1398. — A Namur : A.N. Lille, R.G.F., B 1988, fos 264 v° et 265. — A Limbourg : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : duché de Limbourg et pays d’Outre-Meuse, reg. 2448, fo 52 v°. — A Berg-op-Zoom : K. Slootmans, Les marchands brabançons... aux foires de Berg-op-Zoom..., p. 18.

14 A Bruges : A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32461, fo 220. — A Gand : J. Vuylsteke, Cartulaire de la ville de Gand..., t. I, pp. 186, 227.

15 Par exemple, à Lille : de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille aux XIVe, XVe et XVIe siècles, p. 28. — A Dinant : D.-D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. VIII, pp. 62-63. — A Gand : J. Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises..., p. 139. — Dans les caves de l'abbaye de SaintBertin, à Saint-Omer (1436 et 1444) : A.N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 396 v°, B 1982, fo 265.

16 Par exemple, à Namur, la porte Sainiau sert de poudrière et d’arsenal ; A.L.JN., op. cit., reg. 29 (1452), fo 58. — Sur l’emplacement de cette porte, cfr F. Rousseau, Namur, ville mosane, p. 81.

17 Voir, par exemple, les springaelhusen, destinées à abriter les balistes de Gand au XIVe siècle ; J. Vuylsteke, op. cit., t. I, pp. 457, 481, 483, 564.

18 Cfr Inventarissen van grof geschut en andere wapens de stad Gent toebehoorende, pp. 295-324.

19 Cfr E. Fairon, Regestes de la cité de Liège, t. I, pp. 444-447 ; t. III, pp. 1 et 2. Sur l’affectation militaire du pré de Gravioule, cfr Th. Gobert, Liège à travers les âges, t. III, p. 194.

20 Cfr respectivement N. De Pauw et J. Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., 1.1, p. 91 ; t. II, p. 80. — de La Fons-Melicocq, op. cit., p.7. — J. Garnier, op. cit., p. 64 n. 2.

21 Inventarissen van grof geschutpp. 299-300.

22 Cfr respectivement, A.G.R., C.C., Recette générale du Luxembourg, reg. 2656, fo 141. — B. et H. Prost, op. cit., t. II, p. 367. — A.E.N., op. cit., reg. 22 (1407), fo 37 v°. — A.N. Lille, R.G.F., B 2012, fo 376. — A. de La Grange, Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de Tournai (1436-1476), p. 258.

23 II est également fait mention des dégâts causés par les rongeurs : par exemple, des sacs de poudre mangés par les souris, à Braine-le-Comte, (E. Roland, La ville de Braine-le-Comte..., p. 81) ou la coiffe d’armes de Philippe le Bon grignotée par les rats, en 1435 : A.N. Lille, R.G.F., B 1954, fo 154.

24 Cfr l’annexe 1.

25 Voir, par exemple, à Namur : A.E. Namur, op. cit., reg. 22 (1408), fo35 ; (1409), fo 83 ; à Luxembourg : N. Van Werveke, Les finances de la ville de Luxembourg..., pp. 138, 140, 143.

26 J. Garnier, op. cit., pp. 209 sv.

27 Cfr n. 17 et J. M. Richard, op. cit., t. II, p. 62.

28 Ibid., t. I, p. 192 ; A. F. Lacroix, Extraits des comptes... de la ville de Morts,2e série, p. 396 ; J. Garnier, op. cit., pp. 29 n., 103 ; J. Finot, Inventaire sommaire des archives..., p. 410 (graissage de l’armure de joute du duc de Bourgogne).

29 Vernis appliqué sur des bombardes : A.E.N., op. cit., reg. 22 (1407), fo 37 v° ; sur des fers de flèches : E. Roland, op. cit., p. 20 ; sur une brigandine : A.N. Lille, R.G.F., B 1954, fo 162 v°.

30 E. de Busscher, Recherches sur les peintres gantois..., p. 94 n. :...vanden engienen vander stede te verschildene met olyveerwen root... ».

31 Cfr J. M. Richard, op. cit., t. II, p. 4 : « I tonnel pour rauller et esclairchir les aides armeures ». — Travaux aux armures du comte de Hainaut : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Hainaut, reg. 3191, f  63 v° ; reg. 3192, fo 25 v° ; reg. 3193, fo 39 v°. — Remise en état des brigandines du duc de Bourgogne : A.N. Lille, R.G.F., B 1954, fo 162 v°. — Nettoyage de fers de flèches : L. Verriest, Quelques aspects d’Ath et de la vie athoise..., p. 177. — Sur les méthodes de nettoyage des armures, cfr C. Ffoulkes, The armourer and his craft from the XI th to the XVI th century, pp 78-82 ; Fr. Buttin, Du costume militaire..., pp. 139-146.

32 de La Fons-Melicocq, op. cit., pp. 19, 24.

33 Le tarif du tonlieu de Saint-Omer (XIIe siècle) mentionne le fasciculus gladiorum parmi les marchandises en transit ; A. Giry, Histoire de la ville de Saint-Omer..., p. 477. — Les comptes des tonlieux d’Iersekeroord et de Berg-op-Zoom signalent de fréquents passages de bottes de piques ou de lances ; W. S. Unger Ve tol van Iersekeroord..., pp. 391 sv.

34 Par exemple, A.N. Lille, R.G.F., B 1933, fo 168 v°.

35 Cfr « I tonnel de caquehereng plain de traits » in J. Finot, Inventaire sommaire des archives..., p. 242.

36 Les cordes d’arc, distribuées à la bataille de Montlhéry (1465), sont extraites d’une queue de Beaune ; ib d., p. 247.

37 Les mentions de tonneaux comme récipients sont innombrables, surtout dans les sources bourguignonnes de la Recette Générale des Finances ou dans celles éditées par Garnier. — En 1467, quatre tonneaux de salpêtre, déposés au château de Péronne pèsent, ensemble, 5 071 livres ; Finot, op. cit., p. 251.

38 Cfr notamment A.N. Lille, R.G.F., B 2026, fo 416 v°.

39 Ibid., B 1903, fo 221 ; B 1935, fo118v°.

40 Ibid., B 1933, fo 170 v° (« laye de bois » avec serrure) ; B 1942, fo 81 v° (« deux grans layettes »). — E. Hautcoeur, Cartulaire de l'église collégiale de Saint-Pierre de Lille, t. I, p. 508 : « men escring à deus couviecles, celui là ù il i a le mains de fier... » (testament de 1285-1290).

41 Mannes d’armures et d’épées ramenées de Béthune à Lille (1472) ; A.G.R., C.C., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, in fine. — Panier de soufre vif au château de Lille (1388) ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, p. 366.

42 Sacs à poudre, en cuir ; J. Garnier, op. cit., p. 127. — Pièces d’armures en sacs : R. Doehaerd, Etudes anversoises..., t. I, p. 265. — Pièces d’armures dans des bourses de cuir : J.-M. RICHARD, Une petite-nièce de saint Louis..., p. 395 ; Soil de Moriame, op. cit., pp. 67, 97.

43 Le tarif du tonlieu de Louvain fait mention de « packe met swerden » (avant 1287) ; II. Vander Linden, Tollen van den hertog van Brabant te Leuven in de 14de eeuw, p. 96.

44 Cfr A.N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 231 ; B 1951, fo 161 ; B 1954, fo 154 ; B 1969, fo 352 v° ; B 1978, fo 308 v°.

45 W. G. Neukam, Eine Nürnberger Sulzbacher Plattenlieferung für Karl IV..., p. 129 ; M. Bresard, Les foires de Lyon aux XVe et XVIe siècles, p. 181 ; Fr. Borel, Les foires de Genève au XVe siècle, pièces justificatives, passim ; Ph. Wolff, Achats d'armes pour Philippe le Bel dans la région toulousaine, pp. 84 sv.

46 Cfr, à ce sujet, N. Denholm-Young, The tournament in the thirteenth century, pp. 245, 251, 253, 264 ; S. P. URI, Het tournooi in de 12e en 13e eeuw, pp. 376 sv.

47 H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland onder het Henegouwsche Huis, t. III, p. 40. — A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Hainaut, reg. 3192, fo 38.

48 Ibid., Brabant, reg. 2401, fo 94 r°-v°. — Cfr ci-dessous, n. 50.

49 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. I, fasc. 3, p. 498 ; t. II, pp. 21, 30, 231-232, 403. — A.N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 217 v° ; B 1925, fos 115 v°-116 ; B 1961, fo 164.

50 P. Gorissen, De karweien der Brabantsche Kloosterhoeven in de XIVe eeuw, pp. 28, 38. — A.G.R., op. cit., reg. 2395, fo 484 ; transport de l’armure de tournoi du duc, de Bruxelles à Anvers, sur deux chariots de corvée (1411).

51 A.N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 222 ; B 1954, fo 154.

52 Apochae rationum camerae et thesaurariae, in M.G.H., Constitutiones, t. IV, pars 2, pp. 1164 et 1181. — Hamaker, op. cit., t. III, p. 116. — B. Prost, op. cit., t. I, fasc. 8, p. 498.

53 Chariots attelés de quatre chevaux : A.N. Lille, B 1951, fo 182 v° ; de six chevaux : ID., B 1961, fo 164.

54 ID., B 1923, fo 217v° ; B 1925, fo116 : B 1961, f » 164.

55 A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2401, fo 94 r°-v°.

56 B. et H. Prost, op. cit., p. 403 ; M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon..., p. 435.

57 Cfr A. Deroko, Quelques mots sur les plus anciens gros canons turcs, p. 170 ; C. M. Cipolla, Guns and sailspp. 92 sv. — Nous renvoyons ici à l'Annexe 6.

58 Garnier, op. cit., pp. 26 n., 31..

59 Cfr F Kretzschmer, Technik und Handwerk im Imperium Romanum, pp. 26. — A.N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 260 v°.

60 J Finot, Inventaire sommaire des archives..., pp. 259, 262, 274.

61 Garnier, op. cit., p. 58 n. 1. — En 1451, le canonnier Johannes Beugedancz, qui fait offre de ses services au grand maître de l’Ordre Teutomque, prétend pouvoir fabriquer un appareil capable de soulever une pièce d’artillerie pesant 10 000 livres ; C. Prost, Salpetereinfuhr und Salpetersieder im Deutschordenslana Preussen, pp. 61 et 63 n. 23.

62 Au sujet de ces machines, voir M. Berthelot, Pour l’histoire des arts mécaniques et de l’artillerie vers la fin du Moyen Age, pp. 433 sv. ; B. Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, passim.

Table des illustrations

Légende Fig. 16. Serpentines bourguignonnes (1460-1470)Butin conservé à l’ancien arsenal de La Neuveville (Suisse). A gauche, pièce en fer forgé (calibre : 7,5 cm) avec affût de campagne et arc de pointage d’origine. A droite, longue pièce (tube : 292,5 cm) jadis peinte en rouge, au calibre de 6,5 cm. (La Neuveville, Musée. Cliché Musée de La Neuveville)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3008/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 223k

© Presses universitaires de Liège, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search