Version classiqueVersion mobile

L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés de Liège, du XIIIe à la fin du XVe siècle

 | 
Claude Gaier

Seconde partie. Le travail et l’équipement de production

II. — La fabrication

Texte intégral

1. — La main-d’œuvre

A. — Entre Vulcain et Prométhée.

1C’est chose vaine que de vouloir apprécier l’importance de l’artisan armurier au Moyen Age, en se plaçant sur un plan étroitement technologique ou social. Son rôle ne peut se mesurer uniquement en fonction de ces critères. Il possède une autre dimension qui le classe nécessairement hors de pair dans le monde pré-industriel : c’est le prestige qui entoure la pratique de son art mystérieux, dans un contexte de connaissances empiriques, donc de superstitions.

  • 1 Sur les « maîtres d’engins », cfr B. Cille, Les ingénieurs de la Renaissance, pp. 11-46.

2Ceci est surtout vrai de l’armurier métallurgiste, mais aussi de ce que l’on appellerait aujourd’hui l’ingénieur militaire et que l’on désignait jadis sous le nom de « maître d’engins », c’est-a-dire d’une personne qui construisait aussi bien des machines de bois que des instruments de fer ou de bronze1. Souvent, les deux se confondaient d’ailleurs, car, alors, l’ingénieur n’était pas seulement le concepteur mais également le réalisateur, au fond un maître-ouvrier qui faisait preuve de compétences particulières dépassant le niveau de la simple exécution.

3Lucien Febvre a admirablement montre, dans une enquête des « Annales », que le forgeron, en raison de son savoir-faire, acquis par empirisme et jalousement transmis à des initiés, a toujours passé pour un être exceptionnel, doué de pouvoirs surnaturels que 1 ignorance du profane se plaisait d’ailleurs a &tendre a des domaines étrangers à la ferronnerie. De ce fait, cet artisan jouissait d’un grand prestige, qu’il retirait tout à la fois de la crainte qu’il inspirait et de l’admiration qu’il suscitait.

  • 2 L. Febvre, Une enquête : la forge de village, pp. 630 sv. ; R. J. Forbes, Métallurgy in antiquity. (...)

4Sa position privilégiée est commune à toutes les civilisations préindustrielles, d’Occident ou d’ailleurs, anciennes ou récentes. Elle constitue un beau sujet d’ethnographie comparative2.

  • 3 3 Le thème de Venus dans la forge de Vulcain est exploité par les enlumineurs à partir du XIIIe siè (...)
  • 4 V. Schirling, Die Verteidigungswaffen im Altfranzösischen Epos, p. 37 (extrait de « Garin de Mongl (...)

5Nourri aux traditions latine et germanique, le Moyen Age a hérité d’un double courant mythique qui faisait de l’armurier un demi-dieu : le symbole de Vulcain se retrouve dans l’art pictural et celui de Wieland dans les sagas et la matière épique3. La croyance dans les armes douées de vertus surnaturelles participe de cette conception. Elle transparaît dans les chansons de geste : « un hauberc que uns fevres forja// Ensi com une fée li dist et devisa // Que ja tranchons aciers maille n’en fausera ». Elle se retrouve aussi dans un domaine plus terre à terre, puisque certaines règles du duel judiciaire ou de combats singuliers allaient jusqu’à interdire, avec un sérieux qui ne laisse pas de nous déconcerter, l’usage déloyal des « épées enchantées »4.

6A ces éléments, s’ajoute le mystère qui entoure les secrets de fabrication, jalousement gardes et exploités par leur détenteur auprès des souverains désireux de se réserver le monopole des instruments de la puissance. Ceci est vérifiable de tout temps, mais le dernier siècle du Moyen Age constitue précisément un moment privilégié pour l’observation du phénomène, alors que les armes à feu s’imposent par leur nouveauté et par leur supériorité.

  • 5 J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne..., p. 224, n. 5 ; L. de Laborde, Les ducs de Bourg (...)

7L’attitude de Philippe le Bon est tout à fait caractéristique à cet égard ; elle est bien dans l’esprit d’un prince désireux de s’assurer de moyens d’action à la mesure de ses ambitions. Ainsi, on le voit, par exemple, faire pression sur trois fabricants de bombardes pour se réserver leurs services. Il obtient de ne s’acquitter d’une dette à leur égard qu’à condition « qu’ils promettront et s’obligeront à toutes peines de ne faire ni faire faire par eux et leurs gens, de ne bailler forme, instruction ni enseignement de faire aucune bombarde pour autres que pour le duc, ses successeurs ou sujets, sinon de sa licence et exprès commandement. » Le compte de la Recette générale pour l’exercice 1438-1439 fait mention d’une rétribution accordée à un canonnier pour la fabrication d’engins secrets mais, comme le duc « n’en veult autre déclaration estre faicte », le scribe s’est abstenu de justifier la dépense. Par contre, ce prince ne souffre pas que les compétences exercent leur art au profit de ses ennemis. Après le sac de Dinant, il fait pendre le maître bombardier de la place, « homme très expert et habile en fait de trait » : un canonnier du duc de Bavière que les vaincus avaient retenu à leur solde pour le salaire alléchant de 400 florins d’or5.

  • 6 Cfr P. Marot, Les offres de service d'un fondeur de bombardes au XVe siecle, p. 202 ; A. Weyhmann,(...)

8Avec l’apparition de l’artillerie à poudre et l’élargissement consécutif des connaissances techniques, le prestige du fabricant d’armes ne fait que croître. Sans cesser d’être le Vulcain de toujours, maître des secrets de la matière, il tend à devenir Prométhée, qui affirme sa volonté de puissance par la technique. La conscience de ses possibilités créatrices confère à l’artisan un sentiment de supériorité et aussi, avec la volonté d’en tirer profit, une solide dose de forfanterie. Pour s’en convaincre, il suffit de lire les offres de service que ces maîtres adressaient à des employeurs éventuels, villes ou princes. Le fondeur lorrain, Lambert de Bayonville, écrit au Magistrat de Toul une lettre qui se veut confidentielle pour lui proposer de construire un engin capable de tirer cent ou deux cents coups d’affilée, aussi rapidement qu’une arbalète. Un « feron » de Florange se recommande à la ville de Metz, pour fabriquer n’importe quel objet en fer, y compris des armures et de l’artillerie, et pour affiner la fonte. Un bombardier prussien se vante auprès du Grand Maître de l'Ordre teutonique de savoir préparer des matières incendiaires, couler des canons, faire des engins de levage et des ouvrages de fortification et de terrassement, extraire le salpêtre du sol. En outre, il se glorifie d’avoir, en grand seigneur, repoussé des offres du roi de Suède et de Danemark ainsi que du margrave de Brandebourg6. Cette prétention à l’universalisme des compétences, annonciatrice et caractéristique de la Renaissance, se retrouve chez l’« uomo universale » par excellence. En effet, Léonard de Vinci, lui-même, n’a pas hésité de recourir à pareilles vantardises lorsqu’il proposa ses services d’ingénieur militaire à Ludovic le More, duc de Milan.

  • 7 B.Gille, op. cit., pp. 116-117, 200-201.

9A cette époque, le côté technique et « progressiste » des industries de l’armement a pris le pas sur leur aspect magique, sans que jamais ce dernier disparaisse tout à fait avant l’introduction, à partir du XVIIIe siècle, de la métallurgie scientifique7.

10Nanti d’un tel prestige et se sachant indispensable dans une société où la guerre occupe la place que l’on sait, l’armurier pouvait prétendre à une position sociale relativement privilégiée. Le fait de pouvoir traiter directement avec les grands ou avec les membres de leur entourage était, certes, un moyen efficace d’abattre les barrières hiérarchiques. Encore, cela n’était-il pas donné à tous les artisans car ceux-ci différaient forcément par le mérite, la fortune et la chance !

  • 8 M. Martens, Correspondance entre Francesco Sforza et Philippe le Bon, p. 226. Philippe le Bon comm (...)
  • 9 Olivier De La Marche, Estat de la Maison du duc Charles de Bourgogne, p. 47.
  • 10 Cfr lettre d’engagement de Gérard de Hainaut comme armurier à vie du due de Bourgogne, à dater du (...)

11Philippe le Bon, Antoine de Bourgogne, Antoine de Croy et Simon de Lalaing accueillirent François Missaglia, représentant l’illustre maison de la « via Spadari » de Milan, à l’égal d’un ambassadeur. Car si le maître-armurier venait prendre les commandes de ses hôtes, il était aussi porteur d’un message que son principal client, François Sforza, l’avait chargé de transmettre, à propos d’un projet de Croisade (1463). Le duc de Milan ne devait pas ignorer le goût de la cour de Bourgogne pour les belles armes8. L’armurier attitré y était tenu en grande estime et, chaque année, le jour de la Saint-Georges (23 avril), le prince avait coutume de lui offrir le couvert, qu’on appelait le « plat du prince » ou « vin du jour saint George »9. L’admission dans la Maison ducale était, pour nombre d’artisans, une consécration, avec la possibilité de bénéficier d’un emploi à vie, et même d’une pension de vieillesse, voire de léguer sa charge à un descendant forme par apprentissage. La fonctionnarisation des ouvriers de l’armement était de pratique courante au Moyen Age. Elle permettait aux souverains et aux villes de s’assurer le monopole des services d’un artisan et d’échapper, dans une large mesure, aux fluctuations de l’offre et de la demande puisque les prestations étaient imposées et même tarifées sur base contractuelle. En outre, en garantissant la pérennité des emplois, cette pratique, comme nous l’avons vu dans la première partie de cette étude, était de nature à encourager la formation de centres artisanaux durables10.

  • 11 Cfr B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. I, fasc. (...)

12La fortune des Munier offre un exemple caractéristique, entre autres, de la réussite d’une lignée d’armuriers. Deux membres au moins de cette famille bruxelloise, frères ou beaux-frères, dont un exerçait la profession de fabricant d’armures, étaient venus s’établir à Dijon vers le milieu du XIVe siècle. Un des fils, Jossequin, entra à 14 ans comme apprenti chez son oncle armurier et on le trouve à son tour installé six ans plus tard dans cette ville, où il pratique le même métier. Rapidement, il entre au service de Philippe le Hardi, qui le nomme armurier et valet de chambre, charge qu’il assume jusqu’à sa mort, vers 1397. Son maître semble l’avoir particulièrement choyé : il lui offrit une maison, accepta d’être parrain de son fds, qui fut appelé Philippe, et le prit également à son service. Gravissant les échelons de la puissance, ce dernier devint garde des joyaux et favori de Jean sans Peur. La Maison de Bourgogne fut d’ailleurs mal récompensée de ses bontés puisque Philippe Munier, séduit par les intrigues de la politique, vers lesquelles son ascension sociale l’avait entraîné, devait tremper dans le meurtre de Montereau11.

  • 12 Dons à des canonniers en 1421 (citation) : J. Garnier, op. cit., p. 223 ; don « en cortoisie » à l (...)
  • 13 Par exemple, l'armurier Thomassin de Froimont accompagne le duc de Bourgogne pendant trois mois da (...)
  • 14 Cfr A. Henne et A. Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, t. I, p. 163 et J.-P. Sosson, Quelq (...)
  • 15 A Liège, l’armurier Anseal Borlande (1425) est intéressé à l’exploitation d’une veine de houille a (...)
  • 16 Cfr Sosson, op. cil., pp. 121, 251.
  • 17 Henne et Wauters, op. cit., t. II, pp. 524, 526, 528 ; Sosson, op. cit., pp. 105, 245 ; E. Van Vin (...)
  • 18 A. Decourtray et L. Devillers, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière, comtesse de Hai (...)

13La faveur dont jouissent les armuriers se traduisait aussi par des dons généreux, des recommandations, voire des mesures de grâce « en considération des bons services » rendus12, d’autant que certains étaient parfois appelés à fournir des prestations spéciales, en accompagnant un grand personnage pour le servir à la guerre ou au tournoi13. Aussi, les cas de fabricants d’armes jouissant d’une confortable fortune personnelle ne sont pas rares. Beaucoup ont pignon sur rue dans le centre des villes : à Bruxelles, à Liège, à Huy, à Maestricht, à Namur..., et sont propriétaires de biens immobiliers14. D’autres sont intéressés dans des entreprises minières15. Avec l’aisance, viennent souvent les honneurs, car les familles d’armuriers entrent dans le patriciat urbain, détenteur des charges municipales. C’est ce qui se produit a Bruxelles, où nombre d’artisans de l’armement se font inscrire dans la gilde patricienne des drapiers16. Le grand batteur d’armures brabançon, Lancelot de Gindertale, installé près de Sainte-Gudule, fait partie du Magistrat de la ville. Il siège dans une commission d’experts chargée, en 1462, de régler un différend commercial entre un marchand milanais et le camérier du duc de Bourgogne17. A Mons, l’« armoyeur » Jehan de Bertaimont figure, en 1425, parmi les quatorze notables envoyés en ambassade auprès de Philippe le Bon, dans la suite de Jacqueline de Bavière. A Huy, Jakemin le « speelier » est fils d’échevin et allié à une famille patricienne de métallurgistes. A Liège, maître Thiry l’« armoyer » est gouverneur du métier des orfèvres18.

14Ces exemples soulignent combien ces artisans avaient la possibilité de s’affirmer en dehors du cadre professionnel au sens étroit. Les voyages et les relations leur ouvraient d’ailleurs des perspectives bénéfiques en retour sur le plan du métier. C’est ainsi que les innovations techniques se répandent ; la mobilité des fabricants d’armement, — phénomène économique que nous avons eu l'occasion d’évoquer — contribue à créer des liens et des échanges entre les compétences à l’échelon interrégional et même international.

  • 19 Cfr respectivement A. Diegerick et O. Kerchove, Une page de l’histoire d'Ypres (1379-1384), p. 129 (...)
  • 20 Les allusions à ce personnage dans les archives allemandes ont été relevées par B. Rathgen, Das Ge (...)

15Le recours à des maîtres armuriers, étrangers au marché local de l’emploi, est assez fréquent, ainsi que les déplacements aux fins d’information. On voit, par exemple, la ville d’Ypres faire appel, en 1383, à un « maistre as canons » d’Audenaarde, ou celle de Limbourg requérir les services, en 1457 et 1463, du « bussenmeester » et de l’« armborstmeker » d’Aix-la-Chapelle. En 1412, les echevins de Lille, qui avaient entendu vanter les mérites des affûts de canon que le Magistrat de Douai venait de faire construire, envoient des artisans dans cette ville pour s’inspirer de ces modèles19. Le maître-bombardier Walter d’Arlon acquit, au XIVe siècle, une certaine notoriété et aussi, sans nul doute, une grande expérience en exerçant ses activités dans plusieurs villes de l’Empire : à Cologne, à Treves, à Francfort, à Passau, à Augsbourg, à Nuremberg20.

  • 21 Ibid., pp. 177, 181. St. Bormans, L. Lahaye, D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. I (...)

16Les experts se consultaient par-delà les frontières politiques. Les comptes de la ville de Trèves révèlent qu’en 1380 le maître des bombardes du duc de Brabant est venu dans la ville archiépiscopale entendre les révélations du canonnier de Strasbourg sur « eim neue kunst » en matière d’artillerie. Tel contrat, par lequel un bombardier du duc de Bavière s’engage à servir la commune de Dinant, stipule qu’il devra y enseigner l’art de fabriquer la poudre à canon. Les canonniers de Binche eurent aussi recours à une compétence extérieure, venue de Dijon, pour les renseigner sur la manière de composer ce mélange détonant21.

17Il n’est pas exagéré de dire que l’armurier occupe une place à part dans l’artisanat médiéval. L’habileté dont il fait montre sur le plan technologique et les secrets professionnels qu’il détient lui assurent, aux yeux de tous, une considération particulière. Il serait faux, par contre, de croire que cette faveur lui a nécessairement valu, sur le plan matériel et social, une position privilégiée. Certes, on connaît de nombreux exemples d’artisans de ce genre jouissant d’une confortable aisance. De toute façon, le volume de leurs affaires implique l'existence de revenus solides, encore que ceux-ci n’étaient point également repartis et que les différences de fortune devaient être considérables. Il n’empêche que si sa place dans une société fortement hiérarchisée restait relativement modeste, l’armurier jouissait d’une plus grande liberté d’action et d’un plus grand crédit que les autres « gens mécaniques » de son temps. Il est normal qu’il fût considéré dès lors comme un aristocrate de l’artisanat médiéval.

B. — L’organisation du travail.

a) La formation.

18L’ésotérisme soigneusement entretenu par les membres du « mestier et labeur d’armoierie » s’opposait à la diffusion des méthodes de fabrication en dehors d’un cercle restreint. Les techniques se transmettaient donc de personne à personne, de bouche à oreille, à forced’exemple et de pratique, discrètement en tout cas. L’enseignement livresque n’apparaîtra qu’a la fin du Moyen Age, dans une mesure restreinte qu’il conviendra de préciser.

19La formation traditionnelle était acquise, comme pour les autres métiers, par l’apprentissage auprès d’un maître-armurier ou simplement d’un ouvrier armurier. Les contrats d’apprentissage, conservés d’ailleurs en bien petit nombre pour cette profession, ne font pas mention d’un quelconque enseignement théorique. En fait, il s’agissait plutôt d’un stage dans l’atelier d’un ou même de plusieurs artisans. La durée de cette préparation variait d’une profession à l’autre, de même que les stades de sa progression. Pour les métiers de l’armement, les modalités de l’apprentissage présentent des variantes selon le lieu, le temps et la spécialité. Le contrat dure de deux à cinq ans, pendant lesquels le jeune homme assiste le maître dans ses travaux et s’initie aux secrets du métier. Souvent, il est hébergé et nourri mais il ne reçoit pas nécessairement de rémunération.

  • 22 Soil de Moriame, op. cil., pp. SV. et 48 (citation) ; X, Anciens contrais tournaisiens d'apprentiss (...)

20Au bout de son terme, il accède au statut d’ouvrier (valet), qui lui permet, en principe, d’exercer librement sa profession bien qu’à ce moment son patron puisse encore l’astreindre à certaines obligations22. Enfin, s’il désire s’installer à son compte, en toute indépendance, c’est-à-dire devenir franc-maître (« eslever le mestier »), il sera tenu d’exécuter un « chef-d’œuvre » soumis à l’approbation des notables de la corporation. Toutes les phases de ce curriculum étaient, bien entendu, assorties de payements divers au bénéfice de l’organisme professionnel.

  • 23 Soil de Moriame, op. cit., p. 44. — Pagart d’Hermansart, op. cil., t. 1/2, p. 493. — Arch. Ville B (...)

21Le chef-d’œuvre était une épreuve imposée par les autorités corporatives. Il consistait à fabriquer un produit considéré comme représentatif des activités dans lesquelles l’artisan devait affirmer sa maîtrise. Ainsi, un artilleur de Saint-Omer était tenu de confectionner un arc et une flèche. A Tournai, le coutelier devait, au moyen de trois marteaux et en disposant de trois livres d’acier, forger deux lames de trois pouces, deux de quatre et deux autres de cinq pouces. Ensuite, il fallait les emmancher et les monter. Pour devenir « franc coutelier d’argent », il fallait battre six couteaux d’argent. A Bruxelles, les compagnons fourbisseurs fabriquaient une épée comme chef-d’œuvre, les brigandiniers, une partie de brigandine, les haubergeonniers, une cotte de mailles d’acier, les armuriers, un « harnois de pied en cap D23.

  • 24 Citons, entre autres exemples, pour le XIVe siècle : la famille de l’armurier bruxellois Jossequin (...)

22Des facilités étaient accordées aux fils de maîtres pour acquérir le métier. C’est, certes, la marque d’un certain népotisme et le symptôme d’un phénomène bien connu : la tendance des organismes corporatifs à se fermer une fois leur phase d’expansion achevée. Mais, plus encore, c’est l’indice de l’autarcie économique des entreprises familiales, qui éludent ainsi les problèmes et les sacrifices financiers inhérents au recrutement de main-d’œuvre extérieure sur le marché de l’emploi. Ce système avait encore l’avantage, à une époque où les liens familiaux et lignagers restaient concrets et contraignants, de ne point divulger les secrets de fabrication au profit de concurrents potentiels. Il n’y a, dès lors, rien d’étonnant à ce que nos sources fassent mention d’artisans qui pratiquent leur métier de père en fils, voire jusqu’à la troisième génération, sans parler de parents engagés dans la même activité professionnelle24.

23L’armurier du Moyen Age, du moins dans nos régions, devait sa formation à l’apprentissage, à la tradition, éventuellement aux voyages. C’est dire que l’enseignement restait pratique et que les écrits n’intervenaient en rien dans son éducation professionnelle. Cependant, cette méthode, qui ne sera pas fondamentalemant remise en question avant le XI Xe siècle, fut quelque peu amendée lors de l’apparition des armes à feu. Celles-ci, en effet, dans la mesure où le maniement et la domestication de la poudre à canon exigeaient des précautions rigoureuses, donnèrent lieu, dès la fin du XIVe siècle, à la codification de certaines données : formules pyrotechniques, spécifications à l’usage des fondeurs, proportions entre le poids de la charge et celui du projectile, balistique enfin. Ce besoin de mettre par écrit des renseignements techniques n’était cependant pas nouveau. La littérature « réceptaire » fut en effet abondante au Moyen Age. Mais c’était la première fois qu’elle s’avérait nécessaire au niveau de la pratique industrielle. Grâce à l’artillerie, les traités techniques et les recueils de machines de guerre, où les alchimistes, les maîtres d’engins et les compilateurs avaient consigné l’aboutissement des antiques traditions, vont se muer petit à petit en manuels d’usage courant.

  • 25 Cfr en général, P. Cezard, La littérature des recettes du XIIe au XVIe  siècle..., pp. 23-30 ; A. (...)
  • 26 Le premier souci de normalisation des calibres d’artillerie apparaît dans des traités italiens de (...)

24Cette révolution ne sera accomplie qu’au XVIe siècle, mais ses premiers symptômes apparaissent déjà vers 140025. Jamais, cependant l’écrit ne se substituera à l’apprentissage pratique du métier : il viendra seulement l’étayer lorsque la mémoire humaine peut faire défaut. Nous n’avons pas rencontré, il est vrai, dans les sources se rapportant aux Pays-Bas, la moindre allusion à des textes servant de guide aux artisans pour la fabrication des canons. La nature des documents est telle qu’elle ne permet pas de conclure nécessairement à leur inexistence, encore que l’absence de normalisation des calibres avant l’Epoque moderne est incompatible avec l’observance éventuelle de règles écrites26. Par contre, la préparation de la poudre fait, de bonne heure, l’objet de préoccupations particulières qui se traduisent par l’enregistrement de formules à des fins pratiques. Par exemple, les livres de comptes de l’artillerie bourguignonne renferment des « recettes » de poudre à canon, en 1413 et en 1427, notées au hasard de commandes passées à des poudriers différents. En 1479, la ville de Lille fait copier « un livret où estoit contenu la recepte de faire pouldre de culevrines, de serpentines et de bombardes, et aussi le manière de faire feu grégois ».

  • 27 J. Garnier, op. cit., pp. 60-61, 63 ; DE La Fons-Melicocq, op. cit., p. 28.

25A y regarder de près, ces mentions se situent assurément à l’origine d’une démarche qui, à la longue, devait contribuer à éliminer l’empirisme et l’approximation du domaine de la technique. Mais afin de se garder d’une grave erreur de perspective, il faut admettre que ce n’était encore là que d’obscurs balbutiements, à une époque vouée à un artisanat nourri aux traditions transmises de génération en génération27.

b) Le cadre professionnel.

26Tous les ouvriers de l’armement, du moins ceux qui exerçaient leur métier en milieu urbain, étaient membres d’associations professionnelles du type corporatif. C’est dire qu’ils ne peuvent être étudiés en dehors de ces structures collectives qui formaient le cadre obligé de leurs activités.

  • 28 Le rouleau original en parchemin comportant la confirmation par l’élu de Liège, Henri de Gueldre, (...)
  • 29 C.-J. Bertrand, Histoire de la ville d'Ath documentée par ses archives, pp. 359-360. — A. Libois, (...)
  • 30 Soilde Moriame, op. cit., pp. 48 sv.
  • 31 Cfr les travaux et documents relatifs à Bruxelles cit. n. 29. L’acte relatif à l’approvisionnement (...)

27A l’origine, les confréries de métiers n’étaient pas toujours des groupements de travailleurs pratiquant la même spécialité professionnelle et, inversement, ce dernier critère ne déterminait pas nécessairement les subdivisions administratives. On trouve fréquemment, pendant tout l’Ancien Régime d’ailleurs, des corporations groupant des ouvriers dont les activités tant au niveau des techniques qu’à celui des matières mises en œuvre, n’avaient rien de commun. Ainsi, la confrérie malinoise de Saint-Eloi réunissait, non seulement les travailleurs du métal, mais tous ceux qui n’étaient pas admis dans la gilde bourgeoise des drapiers. Au XVe siècle encore, la « nation » des ouvriers du cuivre abrite les verriers, les peintres, les sculpteurs, les charrons, les sabotiers et les briquetiers28. Dans la confrérie de Saint-Eloi d’Ath, les armuriers, les couteliers, les chaudronniers, les orfèvres et les serruriers côtoyaient les maçons, les couvreurs, les charpentiers et les menuisiers. Ce genre de voisinage se retrouve notamment à Bruxelles au sein de la « nation » de Saint-Jean. Le « bon métier » des orfèvres de Liège comportait, à côté des fabricants d’épées, d’éperons et de mors, des brodeurs, des graveurs, des peintres et des vitriers, cependant qu’à Louvain, la corporation des fèvres rassemblait nombre d’artisans étrangers à l’art du métal29. Il en résultait une certaine dispersion des métiers de l’armement, plus ou moins grande selon les cas, mais sensible même dans des centres comme Bruxelles et Tournai, où ces professions faisaient l’objet d’une très intense activité. Dans cette dernière ville, les batteurs d’armures, les polisseurs et les fourbisseurs dépendaient du « mestier et labeur d’armoierie », mais les couteliers et les taillandiers faisaient partie de la bannière des fèvres et les artilleurs de celle des menuisiers30. Dans la capitale brabançonne, si l’on voit d’une part, en 1472, les heaumiers, les fourbisseurs d’épées, les haubergeonniers, les brigandiniers et les polisseurs se grouper en un seul métier, dépendant de la « Nation de Saint-Nicolas », les couteliers continuent de faire partie de la « Nation de Saint-Jean », tandis que les tonneliers et les menuisiers fournissent des lances aux armées ducales31. Or Bruxelles et Tournai sont des cas extrêmes, c’est-à-dire des villes où les batteurs d’armures ont joui d’une prospérité sans pareille dans nos régions. C’est tardivement et incomplètement que ces artisans s’y sont organisés de façon plus autonome. Dans toutes les autres villes des Pays-Bas du Sud, la sujétion des fabricants d’armes par rapport à des organismes corporatifs hétérogènes était plus grande encore et même à Malines, les célèbres fondeurs de bronze n’ont pas non plus cessé de dépendre du métier des fèvres, qui regroupait par tradition les métallurgistes des diverses branches.

Fig. 11. Bannière de la corporation des armuriers de Gand (XVe siècle)
Toile peinte à l’huile sur les deux faces (0,975 x 0,875 m) transformée ultérieurement en gonfanon par adjonction de bandes de damas rouge ; restaurée entre 1847 et 1857. Représentation de saint Guillaume de Malevale, patron des armuriers (+ 1157) avec son blason imaginaire, qui dénote une confusion entre ce personnage, saint Guillaume d’Aquitaine (+ 1138) et Guillaume d’Orange (+ 812). Armoiries des armuriers de Gand : « écartelé, au 1 et au 2, de sable à trois épées à garde d’or posées en bande, au 2 et au 3, de gueules à un haubergeon d’argent ». (Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. XII 2. Cliché A.C.L.)

28L’organisation du travail était ainsi conçue au Moyen Age que nous n’avons pas trouvé d’exemple de centre artisanal, même à Tournai, même à Bruxelles, où tous les spécialistes de l'armement étaient affiliés à un seul organisme professionnel, pas plus qu’une corporation armurière dont les ouvriers étrangers à l'armurerie fussent exclus.

29Il faut bien se garder d’ailleurs de confondre avec les groupements professionnels, les gildes d’archers et d’arbalétriers, fréquentes à partir du XIIIe siècle, aussi bien que celles des canonniers, des couleuvriniers ou des haquebutiers, qui se multiplient dès le XVe. Ces « serments » sont des confréries militaires permanentes dont les membres se contentent de faire usage de l’arc, de l’arbalète, du canon, de la couleuvrine à main ou de la haquebute pour la défense de la commune. Ils ne s’occupent pas de la fabrication de ces instruments, et il convient de ne rien négliger du contexte des documents pour éviter de prendre ces tireurs patentés pour des armuriers.

30Quoi qu’il en soit, le manque de structuration caractéristique des anciens métiers belges de l’armement ne doit, en aucun cas, être interprété comme le signe d’un sous-développement économique. Sous son apparente rigidité, le régime corporatif faisait montre de beaucoup de souplesse, et si les conflits d’attributions semblent avoir été nombreux, c’est précisément parce que l’appartenance à une association corporative n’empêchait pas l’artisan d’effectuer certains travaux de sa compétence qui pouvaient être aussi le fait d’autres groupements professionnels. Ainsi que nous le verrons, c’est la polyvalence des ouvriers du Moyen Age qui palliait ce qui nous apparaît comme une défectuosité organique ; grâce à cela bon nombre d’entre eux, mêmes étrangers au secteur militaire, pouvaient produire des armes offensives et défensives.

  • 32 n R. Wegeli, Inschriften auf mittelalterlichen Schwerklingen ; A. Anteins, Im OsbaltiKum gefundene (...)

31Les détails de l'organisation corporative ne retiendront guère notre attention car ils ne diffèrent pas fondamentalement de ceux des autres branches de l'artisanat médiéval. Soulignons cependant deux particularités qui ont contribué à conférer à l’armurerie son caractère original et privilégié. Du point de vue qualitatif, ce sont d’abord les marques de fabrique. Leur usage est général à la fin du Moyen Age, mais il remonte dans nos régions à la période galloromaine. L’étude des inscriptions incrustées dans les lames d’épées atteste la volonté, depuis l’Antiquité et à travers le haut Moyen Age, de cultiver la renommée des artisans et de leur atelier. De fait, la plupart des armes ou armures de fine forge, conservées pour la basse époque médiévale, comportent un poinçon. Comme on peut s’en rendre compte d’après les statuts de la coutellerie, conservés en assez grand nombre, ces estampilles devaient être personnelles, c’est-à-dire propres à chaque maître-artisan, uniques, c’est-à-dire présentant un graphisme différent de ceux utilisés par les concurrents, viagères, car périmées à la mort du propriétaire sauf dispositions particulières, et enfin déposées, c’est-à-dire enregistrées auprès du gouverneur du métier ou du Magistrat urbain. Les fèvres, les batteurs et les fondeurs avaient aussi leur marque, de même que les fabricants d’armures. Quant aux pièces d’artillerie, elles portaient fréquemment une « enseigne », c’est à-dire un motif gravé, mais, pour autant que nous ayons pu en juger, celui-ci différait d’un canon à l’autre, comme pour les distinguer par référence sans doute à la spécification d’un cahier de commande32.

  • 33 Soil de Moriame, op. cit., pp. 43, 45 ; A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de (...)

32La seconde particularité de l’industrie de l’armement sur laquelle nous voulons mettre l’accent est la souplesse de la réglementation relative à la durée du travail. On sait que, par souci de dirigisme économique et social, le corporatisme limitait, en général, les prestations des ouvriers de façon très stricte. Il en était d’ailleurs ainsi des professions armurières, du moins en théorie, mais comme elles traitaient de produits d’importance stratégique, nécessité faisait loi et l’urgence des commandes ne s’accomodait pas toujours de la chicane administrative. S’il est interdit, par exemple, aux couteliers tournaisiens de travailler avant la cloche du matin ou après celle du soir, un ban sur l’observance des jours de fête et des dimanches, publié à Mons en 1429, autorise les selliers, les armoyeurs et les peintres à transgresser les interdictions en cas de « joustes, tournois et hastifs fais d'armes ». Ne voit-on pas, pendant le siège de Saint-Riquier (1420), un ouvrier d’Amiens travailler une nuit entière, avec plusieurs « compagnons », pour ferrer 180 lances commandées par l’ordonnance bourguignonne33 ?

33Mais, en plus des nécessités du moment, il y avait aussi des impératifs beaucoup plus contraignants, d’ordre technologique, sur lesquels l’horaire des armuriers devait se régler. C’était le cas de ceux imposés par les techniques du feu. En particulier la fonderie, « cet art, comme disait Biringuccio, qui tient toujours l'ouvrier suspendu et troublé jusqu’à la fin de son œuvre », ne pouvait admettre l'extinction d’un fourneau ou l’arrêt du travail à heure fixe au risque de compromettre la production. C’est pour cette raison que les fondeurs malinois échappaient au règlement qui imposait aux ouvriers du cuivre en général le respect d’un horaire.

  • 34 Citation dans R. Evrard, La fonderie ancienne dans l'Est de la Belgique et au Grand-Duché de Luxem (...)

34Les métiers du marteau avaient aussi semblables exigences. On voit, par exemple, que le fabricant du gros canon de fer, commandé en 1377 par Philippe le Hardi pour servir le roi de France, a dû consacrer 61 jours ouvrables à son œuvre et qu’il a fourni des prestations supplémentaires pendant la nuit « pour cause des jours qui estoient brefs »34.

  • 35 Op. cit., pp. 63-64.
  • 36 Cfr n. 10.

35Les affineurs de salpêtre devaient parfois se plier, eux aussi, aux caprices de la matière. Pendant l’hiver 1419-1420, des artisans charges de traiter quelque 10 000 livres de cette substance consommèrent 25 livres de chandelles « employées à allumer et donner clarté aux affineurs a plusieurs nuits des 89 jours, quant la nuit surprenoit ledit ouvrage tellement que a la clarté desdites chandelles il leur convenoit oster ledit salepestre dessus le feu pour reffroidier comme il appartenait. »35 Cette « disponibilité » des ouvriers armuriers était encore accentuée et comme consacrée par le fonctionnariat qui, en échange de revenus fixes et souvent viagers, obligeait ceux qui entraient au service des villes ou d’un prince, a se considérer comme engagés, pendant la durée du mandat, à exercer leur profession exclusivement ou tout au moins par priorité au bénéfice de leurs patrons. Bien que la nature et la quantité de leurs prestations fussent soigneusement stipulées par contrat36, il est regrettable que les documents ne nous renseignent pas sur le contrôle qui continuait de s’exercer sur eux au niveau corporatif. Il est probable, toutefois, que cette subordination à un employeur devait conférer à l’artisan une liberté relativement grande à l’égard de l’organisme professionnel dont il faisait nécessairement partie.

c) Polyvalence et spécialisation.

  • 37 Ch. Ffoulkes, The armourer and his craft..., p. 22 ; R. BRUN, Notes sur le commerce des armes à Av (...)

36Rien n’est plus faux, rien n’est plus éloigné des réalités médiévales en tout cas, que de chercher dans l’organisation artisanale du travail ce que nous appelions aujourd’hui la spécialisation. La grande diversité des produits de l’industrie armurière a égaré certains érudits, leur faisant croire que les ouvriers du Moyen Age cultivaient déjà les principes de la division du travail. C’est là porter un jugement trop hâtif sur le passé en y projetant des notions actuelles37.

  • 38 Par exemple, Louis Huygen, armurier ou heaumier du duc de Brabant ; A.G.R., C.C., Recette générale (...)

37Il n’est pas douteux que l’on a tendu, dans les grands centres armuriers, en raison du volume élevé de la production, vers un certain fractionnement du travail, mais jamais de façon organique. Un indice qui incite à la prudence est le fait que la désignation de la soi-disant spécialité change fréquemment d’une commande à l’autre pour le même ouvrier. Tel est qualifié tantôt de « heaumier », tantôt d’« armoyeur ». Tel autre est dit « canonnier », « forgeron » seulement ou « taillandier », selon qu’il fournit des bombardes, des ferrures ou des lames. Celui-ci est « marchand fustailler », mais on le nomme « ouvrier de lances et de piques » quand il vend des armes d’hast ; celui-là exerce le métier d’artilleur, mais il est qualifié d’« ouvrier de traits d’arbalètes » à l’occasion d’une fourniture particulière38.

  • 39 K. Ullmann, Das Werk der Waffenschmiede. Eine Einführung, pp. 54 sv. — E. Poncelet, Le bon métier (...)

38Une autre preuve du manque de cloisonnement entre les professions de l’armement peut être cherchée dans les innombrables conflits corporatifs d’attribution. La réglementation professionnelle s’efforçait de les enrayer par de subtiles répartitions des tâches dont la logique nous paraît parfois bien éloignée des principes actuels de rationalisation. Ainsi, les querelles étaient fréquentes entre les merciers, qui vendaient et colportaient les articles de coutellerie, et les couteliers qui les fabriquaient. Tous deux, en effet, prétendaient confectionner les gaines. En général, le principe du double emploi n’était pas mis en question par le législateur mais on s’efforçait de marquer une différence entre les activités des antagonistes. Il était par exemple interdit aux couteliers de faire commerce de gaines sans qu’elles soient obligatoirement garnies de leur contenu, alors que les merciers pouvaient sans restriction en vendre de vides. Ou bien, — comme on le voit dans les règlements qui mettent un terme (sans doute provisoire) aux contestations entre les armuriers de Saint-Omer, — les « armoiers » restaient seuls autorisés à finir entièrement toutes espèces d’armes offensives et défensives, mais celles-ci pouvaient également être produites par les serruriers, les taillandiers et les couteliers, à l’exception du polissage et du brunissage39.

  • 40 M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon..., pp. 488-489 ; c’est à tort que l’éditeur a t (...)
  • 41 A. N. Lille, R.G.F., B 1978, fo 222 ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 118 ; Soi (...)

39L’examen de quelques centaines de fournitures d’armes auquel nous nous sommes livré confirme singulièrement cette étonnante polyvalence des artisans dans tous les domaines qui nous préoccupent. A côté des cas ordinaires où l’ouvrier exécute des travaux correspondant aux qualifications que le document lui attribue, on rencontre une foule d’exemples, — avec une fréquence qui indique la règle et non l’exception, — de produits fabriqués par des artisans inattendus. Ainsi, un « hacheur » qui fait des dagues et des lances ou des marteaux d’armes, un éperonnier qui forge des étriers d’arbalète et des têtes de lance de tournoi, un beaumier qui fabrique des armures complètes, un coutelier qui produit des lances, un quincailler qui polit des armures, un canonnier qui forge des « dagues » pour garnir les maillets d’armes, coulés habituellement par un potier, un horloger qui fait des armes à feu40, pour ne pas citer les cas aberrants et, à vrai dire plus rares, du chaudronnier, du fèvre ou de l’éperonnier fabricants de poudre à canon, de l’arbalétrier fondeur, du faiseur de haches qui emmanche les couleuvrines et du taillandier qui répare des armes à feu41.

  • 42 A. N. Lille, R.G.F., B 1948 : fabrication d’une bombarde, en 1432, par un « ouvrier de gros fer »- (...)
  • 43 Les exemples de cette polyvalence des ouvriers du fer sont extrêmement nombreux. On cite le cas d’ (...)
  • 44 Pagart D’hermansart, op. cit., t. I, pp. 488, 496, 498, 614.

40Dans bien des cas aussi, on voit de « simples » forgerons s’acquitter des travaux les plus divers, allant des ouvrages « de gros fer » à ceux « de fine forge »42 : pièces d’artillerie et accessoires, armes à feu portatives, glaive de justice, fers de haches, et d’armes d’hast, arcs d’acier pour arbalètes, fers de flèches, clous de lances. Cette variété des produits se retrouve chez les serruriers, les lormiers, les éperonniers et les horlogers, avec une prédilection pour la fine mécanique cependant, et chez les taillandiers, orientés vers la fabrication des lames de toutes espèces43. En général, dans le domaine de la sidérurgie tout au moins, c’est le métier d’armoyeur et surtout celui de fabricant de cottes de mailles qui paraît le plus exclusif. Ceux qui le pratiquent s’en tiennent normalement à la confection des armures défensives, mais il y a des exceptions, et nous avons vu, inversement, qu’à Saint-Omer, les couteliers, les serruriers et les taillandiers avaient également le droit de fabriquer des harnois44

  • 45 Cette polyvalence des fondeurs apparaît dans de très nombreux cas, non seulement d’après nos sourc (...)
  • 46 Cfr M. Canat, Note sur les maîtres des œuvres des ducs de Bourgogne suivie d’une notice sur Joseph (...)

41.Jusqu’au XVIe siècle, il n’y a pas eu de fondeurs spécialisés dans le moulage du matériel d’armement. Tout au plus distinguait-on les fondeurs de fer, qui n’apparaissent régulièrement qu’au XVe siècle dans nos régions, des fondeurs de métaux non-ferreux. Ces derniers, comme les célèbres « Gropengiesser » des villes hanséatiques, coulent aussi bien les objets d’usage domestique comme les marmites, les mortiers, les chenets, les chandeliers, les tuyaux et les objets du culte : cloches, fonts baptismaux, aigles ou griffons-lutrins, que les armes : bouches à feu, boulets de canon, objets contondants. Les sources offrent de très nombreux exemples de ce phénomène d’identité, que bon nombre d’auteurs ont déjà souligné45. Qu’il nous suffise de rappeler ici les noms de quelques grands artistes du Moyen Age qui, dans les Pays-Bas, ont excellé à la fois dans l’un et l’autre domaines : le dinantais Colard José, qui fut canonnier de Philippe le Hardi et qui enrichit de ses ouvrages d’art la Chartreuse de Champmol, Jean de Malines, fondeur à Bruxelles et canonnier du duc de Bourgogne, qui coula les quatre colombes du maître-autel de l’église du Saint-Sépulcre à Cambrai, Geert van Wou, célèbre fabricant de cloches et de canons de Bois-le-Duc46.

  • 47 Toutes ces activités sont mentionnées dans un grand nombre de documents. Cfr, par exemple, la réso (...)

42Dans le domaine des applications du bois, seuls les arcs, les arbalètes et les flèches sortaient des mains d’« artilleurs » spécialistes. Les boucliers, les lances, les piques, ainsi que les tampons, qui servaient de bourre d’artillerie, étaient le fait aussi bien des « lanciers » que des fustaillers, tonneliers, tourneurs, charpentiers ou menuisiers. Les armures de cuir, pour les hommes et les chevaux, étaient fabriquées par les selliers et les pièces de l’accoutrement militaire en étoffe rembourrée par les métiers de l’habillement47.

43En résumé, on ne peut donc pas parler de division du travail au sens moderne dans l’armurerie des principautés belges au Moyen Age. La distinction théorique entre les différentes professions nous paraît répondre à des préoccupations d’ordre administratifs bien plus qu’à des critères d’efficacité de production. A de très rares exceptions près, la fonction n’était jamais exclusive car ce n’est pas l’habileté dans une seule branche que l’on recherchait. Au contraire, l’omniscience était tenue pour la qualité la plus méritoire, tant dans les « arts mécaniques » que dans les fonctions intellectuelles. Au « spécialiste », le Moyen Age préférait l'« homme à tout faire ».

  • 48 Cfr A. C. Crombie, Histoire des sciences, de saint Augustin à Galilée (400-1650) t. I po. 189 sv. (...)

44L’histoire nous a conservé le nom de quelques-uns de ces armuriers polyvalents, dont les talents multiples forçaient l’admiration de tous. Ce fut le cas, en particulier, des serruriers et des horlogers dont l’influence sur le développement des techniques de l’armement ne saurait être assez soulignée. En fait, ce sont eux qui ont créé, en Occident, la mécanique de précision. De plus, en fabriquant des horloges, ils furent les premiers à réaliser des machines automatiques en métal48.

  • 49 DE La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., PP-9, 11 15, un Mahieu Demileville es (...)
  • 50 Sur la carrière namuroise de Colart de Vic-sur-Aisne, cfr A.E.N., Ville, section 2 Comptes communa (...)

45Nous connaissons au moins trois horlogers des anciennes principautés belges qui se distinguèrent dans les techniques armurières. Pierre Demileville, dit « del orloge », qui monta en 1381 l’horloge de Lille, était occupé, à la fin du XIVe siècle et au début du XVe, à l’entretien de l’artillerie de cette ville. Il fournit notamment plusieurs canons à la municipalité et fabriqua de la poudre pour l’arsenal urbain. Un des se collègues, Jacques Yolens, autre « orlogeur » lillois, est cité comme garde des canons en 1409. Il nettoie les pièces d’artillerie, affine la poudre et fabrique même des armes à feu portatives en fonte de fer (1412), ce qui assurément constitue un des tout premiers exemples de l’introduction de cette technique sidérurgique dans les Pays-Bas49. A Namur, on trouve successivement trois maîtres de l’horloge du château également en charge de l’artillerie communale au début du XVe siècle. La personnalité du premier est très intéressante ; elle représente un cas limite de polyvalence au niveau technique. Originaire de Vic-sur-Aisne, près de Soissons, maître Colart le canonnier entre, en 1406, au service de la ville mosane pour s’occuper de son artillerie. Au cours de son trop bref séjour sur les rives de la Meuse, — il devait mourir en 1414, on peut dire que rien de ce qui touche aux métaux ne lui fut étranger. Il coula plusieurs canons en cuivre, des ornements de toiture en plomb, fit lui aussi des boulets, de même d’ailleurs qu’un mortier à broyer la poudre, en fonte de fer, forgea des bannières de fer. U fabriqua également de la poudre de bombarde, des carreaux d’arbalète, des ferrures d’affût, des moules pour projectiles d’artillerie. Enfin, il fut en charge de l’horloge du château à partir de 1410 et, l'année de son décès, on venait de lui confier, pour six ans, la garde de la cloche communale50.

  • 51 A.V.M., CC XIV. 1 ; Uittreksels het stadsarchief aangaande de van klolc-en busgieters, nos 36, 37, (...)

46Nombre de serruriers se distinguèrent aussi par leur talent multiforme. Un malinois du nom de Martin, qualifié de « slootmakere », réparait des serrures, vers 1380, mais il fabriqua également pour la ville, douze canons de fer en l’espace de deux ans. Un autre « seruwiet », dont on sait seulement qu’il était habile et qu’il habitait Soignies, mit au point, en 1406, l’artillerie de Braine-le-Comte. Peu après, un certain Pirart Velut, demeurant à Avesnes, fut impliqué dans une rébellion contre les officiers du comte de Hainaut. A cette occasion, un acte officiel le déclare « très bon canonyer et soubtil ouvrier de serreurerie et de tout mestier de forge et de lime ». Enfin nous citerons encore celui qui fut sans doute un des plus fameux parmi les fournisseurs de la cour de Philippe le Bon. Actif entre 1430 et 1465 environ, le Dijonnais Jehan Quenot, serrurier de son état, cumula les fonctions de fèvre, « forgeur de canons » et de taillandier. Les commandes qu’il honore comportent des lances, des flèches, des arcs d’acier pour arbalètes, de la poudre à canon en grande quantité, et surtout des pièces d’artillerie. La fourniture de 206 veuglaires et de 100 couleuvrines de fer qu’il fait en 1446, le place au rang des plus grands fabricants de canons du siècle51.

47Pour conclure, il faut rappeler que les armuriers médiévaux, tout au moins dans les Pays-Bas, n’ont pas éprouvé le besoin d’exercer exclusivement une seule branche de leur métier. Au contraire, en exécutant un large éventail de commandes, dans la mesure où l’étendue de leurs capacités le permettait, bien entendu, ils s’assuraient, à coup sûr, un volume d’affaires qui les mettait à l’abri des fluctuations de l’offre et de la demande. Pour de petits patrons, le risque eût été sans doute trop grand de se limiter à une seule spécialité. Pour mieux connaître la physionomie de ce milieu, et la structure de cette industrie, il paraît d’ailleurs intéressant d’en étudier la composition sous le rapport des effectifs.

C. — Le nombre des ouvriers.

48L’établissement des effectifs des différents métiers de l’armement s’avère extrêmement difficile. A la rareté des données statistiques, s’ajoute le problème de leur interprétation car, nous l’avons constaté, la fabrication de ces produits se répartissait sur plusieurs secteurs corporatifs. De ce fait, le nombre d’artisans capables de produire des armes échappe à tout contrôle numérique. Tout au plus peut-on se risquer à une évaluation très approximative de leur effectif dans certains cas représentatifs. On arrivera ainsi à une notion relative. de leur importance, tout au moins dans le cadre urbain.

  • 52 J. F. Vebbruggen, Het gemeenteleger van Brugge..., pp. 78-79. Le cas de Gand est discuté ci-avant (...)

49Le relevé des effectifs brugeois levés en 1340, moment où la ville flamande a fourni le plus gros effort militaire connu, permet, en comparant le nombre d’hommes mobilises dans chaque métier, de se faire une idée des ouvriers occupés dans chaque branche professionnelle. Ainsi, les fourbisseurs et les fabricants d’arcs, qui lèvent respectivement 41 et 21 combattants, étaient assurément de petits métiers par rapport aux tisserands qui alignaient 858 hommes ! Cependant, sur les 53 groupements professionnels représentés, les fourbisseurs occupent tout de même la trente-quatrième place, avant les couvreurs et les menuisiers par exemple, ce qui n’est point négligeable au total. Deux listes officielles des recrues gantoises, datant de 1356 et 1357, permettent d’aboutir à des conclusions fort voisines52.

50Un document similaire, dressé à Mons en 1416, est moins édifiant parce que les professions n’y sont pas groupées de la même façon, et qu’aucune ne s’occupe uniquement de produits militaires. On peut toutefois présumer que ceux-ci concernaient surtout les fèvres, au nombre de 90, et les selliers, avec 40 personnes. Seuls les merciers (112) et les charpentiers (102) dépassaient en nombre les travailleurs du fer. Quant aux selliers, ils l’emportaient encore sur les drapiers (32), les tanneurs (16), les bouchers (32), les boulangers (36), les pêcheurs (11) et les savetiers (26).

  • 53 A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut, t. I, p. 9 (...)

51Pour Tournai, un dénombrement de 1517 nous apprend que la bannière des « armoieurs » groupait alors 68 artisans. C’est beaucoup, mais ce chiffre appelle quelques remarques. La date tout d’abord, car on sait qu’à cette époque l’industrie armurière, qui avait fait naguère le renom de la ville royale, était en déclin. Cette donnée doit dont être acceptée sous toute réserve pour le Moyen Age. Ensuite, il faut remarquer que, d’une part, le « labeur d’armoierie » groupait un certain nombre de professions hétérogènes, sans intérêt en ce qui nous concerne, mais que, par ailleurs, d’autres corporations abritaient des groupes d’artisans intéressés dans les productions militaires. Au total, la valeur du chiffre avancé paraît très relative53.

  • 54 C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armurière liégeoise au Moyen Age, pp. 70, 71, 75 (...)

52Une autre méthode d’évaluation, encore plus aléatoire, sans être cependant dénuée de fondement, consiste à rechercher dans la masse des sources propres a une localité, le nombre d’ouvriers armuriers cités. La richesse de la moisson dépend évidemment de la conservation des documents et de l’ampleur de leur exploitation. C’est ainsi que, sans prétendre, loin s’en faut, à un dépouillement exhaustif, un relevé des noms d’armuriers liégeois et hutois n’a donné que des résultats relativement limités. En dépit des considérations d’ordre heuristique, qui peuvent expliquer pareil bilan, nous avons cependant retiré de cet examen l’impression qu’il reflétait assez bien une certaine réalité : le rôle appréciable des fabricants d’armes blanches de Huy par exemple, puisque 3 « speeliers » et une dizaine de couteliers sont connus pour une période d’une trentaine d’années, alors que les autres branches de l’armement ne sont guère représentées. Par contre, a Lièges, ce sont les batteurs d’armures qui l’emportent jusqu’au milieu du XVe siècle : nous en connaissons (provisoirement !) 16, entre 1337 et 143454.

  • 55 R. Brun, Notes sur le commerce des armes à Avignon au XIVe siecle, p. 210 ; R. Gandilhon, Politiqu (...)

53Ces chiffres nous paraissent modestes mais ils détonnent moins si on les replace dans le contexte médiéval. C’est ainsi qu’en pleine guerre de Cent ans, Avignon, siège de la papauté, ne comptait guère que 12 armuriers, tandis que Tours, centre cependant réputé pour ce genre de fabrications sous le règne de Louis XI, n’avait, en 1473, que 4 armuriers et 12 brigandiniers55.

54Toute autre apparaît la situation dans les villes qui devaient à cette industrie une grande part de leur prospérité. On a relevé les noms de 25 armuriers, 20 fondeurs et 3 couteliers bruxellois pour le XIVe siècle, chiffres portés respectivement à 73, 66 et 42 pour le XVe siècle.

  • 56 J.-P. Sosson, Quelques aspects sociaux de l'artisanat bruxellois du métal, p. 116 ; Soil de Moriam (...)

55A Tournai, on a dénombré 23 armuriers et 2 fondeurs pour le XIIIe siècle, 187 armuriers et 57 fondeurs pour le XIVe, 232 armuriers et 106 fondeurs pour le XVe56 !

56On peut, semble-t-il, en conclure qu’à l’ordinaire les centres urbains abritaient simultanément plusieurs dizaines de maître-sartisans de l’armement, et que cet effectif dépassait la centaine dans les villes où l’armurerie se trouvait particulièrement en honneur.

57Encore convient-il de définir l’importance des entreprises par rapport à la main-d’œuvre ouvrière qu’elles employaient. La tâche n’est pas aisée, car si les états de paiements pour les travaux exécutés par des armuriers ne manquent pas, il n’est jamais fait mention de la nature du contrat qui lie le maître à ses aides et a ses valets. Cette association peut être temporaire, pour la durée d’un ouvrage, et, dans ce cas, l’effectif n’est pas représentatif des ressources humainés normales d’un atelier. Il arrive aussi que l’on fasse appel, en renfort, à une main-d’œuvre non qualifiée, parfois très nombreuse quand il s’agit de travaux de force ou de longue haleine.

58C’est particulièrement le cas au XVe siècle, pour le moulage des canons en bronze. La coulée, en 1409, de la grosse bombarde nommée « Dijon » est accomplie par cinq fondeurs avec l’assistance de 128 personnes, dont 56 actionnent les soufflets. Le démoulage et le transport jusqu’à la rivière de ce géant d’airain demandent encore l’intervention de 200 manœuvres. La même année, la fabrication d’une chambre de bombarde est menée à bien par 5 fondeurs et 68 ouvriers. En 1478, la coulée d’une grosse couleuvrine, la « Gouvernante », est l’œuvre d’une foule de « valez, aides, souffleurs, manouvriers », sous la direction d’un seul maître-artisan. Les soufflets occupent, à eux seuls, 36 personnes. Cependant, il s’agit chaque fois ici de réalisations industrielles d’une ampleur inaccoutumée, nécessitant de ce fait une main-d’œuvre extraordinaire. Pourtant, même dans ces cas-là, comme dans tous les autres plus courants sur lesquels les sources nous renseignent, la direction du travail appartient à un très petit nombre d’hommes : un maître avec 3 ou 4 artisans, parfois moins.

  • 57 J. Garnier, op. cit., pp. 25-26, 197. — Une ordonnance des couteliers tournaisiens de 1499 déplore (...)

59Nous pensons que ce chiffre donne une idée de l’importance réelle des ateliers au niveau des entreprises individuelles. Les artisans armuriers que nous voyons à l’œuvre sont d’ailleurs parfois seuls et, de toute façon, il est exceptionnel qu’ils soient entourés de plus de 3 ou 4 collaborateurs qualifiés57.

2. — L’outillage et les techniques

60A côté de cet aspect humain, c’est-à-dire du point de vue de la main-d’œuvre qualifiée qui lui donnait vie, l’industrie armurière des anciennes principautés belges reposait évidemment sur l’existence d’un équipement de production dont il est indispensable de connaître la nature.

61L’intérêt de cette investigation est double : outre l’importance économique évidente qu’elle revêt pour le sujet qui nous occupe, elle permet l’approche d’un problème qui, pour le Moyen Age, n’est encore que très imparfaitement résolu : celui des méthodes et des moyens de production.

62Ceux-ci font appel à des techniques transformatrices et d’assemblage où interviennent les arts du feu quand il s’agit de métaux et des procédés mécaniques de mise à forme qu’elles que soient les matières traitées.

  • 58 Cfr B. Gille, Le Moyen Age en Occident, in Les origines de la civilisation technique, p. 521 ; ID. (...)

63C’est, à coup sûr, le domaine de la métallurgie qui offre les développements les plus intéressants parce qu’il permet le mieux d’éclairer ce que Bertrand Gille appelle, avec beaucoup de nuances, la « civilisation technicienne » du Moyen Age58. En particulier, l'étude de la sidérurgie de cette époque débouche sur des perspectives progressistes dont nous sommes encore aujourd’hui largement tributaires. Nous parlerons aussi de la préparation des poudres d’artillerie qui, pour l’époque médiévale, offre un des rares exemples de chimie appliquée à une échelle véritablement industrielle. Enfin, nous terminerons par un bref aperçu des applications du travail du bois et de la pierre à l’armement. Nous verrons, dans chaque cas, quel genre d’« infrastructure » industrielle, — pour employer un terme moderne, — la mise en œuvre de ces techniques exigeait, afin d’évoquer les traces matérielles et les conditions d’existence des activités qui nous occupent.

A. — Les techniques de forgeage.

64La majorité des pièces métalliques d’armement étaient obtenues au Moyen Age par mise à forme à chaud ou à froid, à l’aide du marteau. C’était le cas, — à l’exception de quelques instruments contondants, qui étaient plutôt coulés, — de presque toutes les armes blanches ainsi que des armures de mailles, de plates et articulées et de quantité d’armes à feu de petit ou de gros calibre.

  • 59 L’expression « membre du Marteau » désignait à Liège les professions de la quincaillerie dont cert (...)

65L’outillage de la forge était relativement sommaire, tel qu’il se présentait déjà pendant l’Antiquité et tel qu’il restera jusqu’au XXe siècle. Nous avons conservé bon nombre d’inventaires d’ateliers, qui nous permettent de connaître, de façon suffisante, l’équipement des armuriers « membres du Marteau ». Cependant, ils entrent rarement dans le détail des « menus habillemens » employés59.

  • 60 Erlangen, Universitätsbibliothek, ms. 236] : Christine de Pisan, Epitre d’Othéa, déesse de la prud (...)

66Dans l’espoir de découvrir une image plus fouillée, nous avons encore la possibilité de recourir aux sources iconographiques. Cette catégorie de documents, cependant, est d’inégale valeur : si le thème du forgeron dans son officine n’a pas manqué d’être exploité par les artistes du Moyen Age, ceux-ci ne l’ont point fait dans un but didactique. Leur ambition était de suggérer un cadre ou un genre d’activité, non de le décrire. Ainsi, ils l’idéalisent ou le schématisent. La belle grisaille de Guillaume Vrelant, que nous reproduisons dans ces pages, agrémente dans un ouvrage d’inspiration mythologique, dû à Christine de Pisan, le passage où Minerve est présentée comme la patronne des batteurs d’armures60. Inspiré par la noblesse de son sujet, le miniaturiste brugeois a représenté la déesse rendant visite à un atelier dont le décor fait plutôt songer à une salle de palais et où les ouvriers sont vêtus richement, comme des bourgeois cossus. L’outillage est très évocateur, très précis mais singulièrement réduit. On reconnaît le fourneau avec la hotte pour l’évacuation des fumées, le cendrier à braises et le soufflet actionné par un valet. Tout près, le batteur d’armures met une tôle à forme en la frappant sur le bord d’une enclume au moyen d’un marteau. Enfin, un polisseur passe la lime sur un corselet fixé à un banc par des crochets.

  • 61 Les bois illustrant le « Weiskunig » furent gravés vers 1515-1516 par Hans Burgkmair l’Ancien (147 (...)

67Une autre illustration, postérieure d’une cinquantaine d’années et qui, de ce fait, appartient à l’art de la Renaissance, témoigne d’un tout autre esprit. Il s’agit du bois gravé par Hans Burgkmair l’Ancien pour illustrer, dans le roman biographique de Maximilien d’Autriche intitulé « Weiskunig », une visite que l’empereur rend aux armuriers de sa « Hofplattnerei » d’Innsbruck61. Ici, par contre, le graveur n’a voulu ignorer aucun détail ; il a fait volontairement œuvre documentaire. Son parti pris réaliste nous vaut une véritable planche didactique de la meilleure veine, celle qui se prolongera à travers toute l’Epoque moderne jusqu’aux recueils illustrés de la grande Encyclopédie. Du fait que l’outillage représente est strictement conforme à celui qu’énumèrent les textes médiévaux et comme d’autre part on sait que cette « Plattnerei » employait de la main d’œuvre importée des Pays-Bas, la représentation de Burgkmair peut raisonnablement servir à se faire une idée de ce que devait être, dans nos régions, un grand atelier d’armurerie. On constatera d’ailleurs, mis à part l’aspect quantitatif, combien l’attirail figuré par Vrelant se retrouve ici. L’air est puise dans le fourneau par deux énormes soufflets jumelés, commandés manuellement par une tige de manœuvre unique. Le charbon est place dans un panier, a cote d’un cuveau, servant peut-être à la trempe, et d’un grand marteau, destine sans doute à concasser le combustible. Près du foyer, on devine une pince, analogue sans doute à celle qui repose près de l'enclume. Dans le fond, encadrant une porte d’accès qui s’ouvre sur un couloir carrelé, des pièces finies sont accrochées au mur ou déposées sur des bancs. A gauche, on aperçoit une cisaille, utilisée pour découper la tôle. On remarquera, sauf erreur d’interprétation, que le sol est simplement en terre battue. Il en sera de même dans bien des exploitations industrielles jusqu’au début du XXsiecle encore.

Fig. 12. Minerve visitant l'atelier d'un batteur d'armures (vers 1460)
Grisaille de Guillaume Vrelant, illustrant la copie, faite par Jean Miélot, de l’« Epitre d'Othéa, déesse de la prudence, à Hector, chef des Troyens » par Christine de Pisan.
(Erlangen, Universitätsbibliothek, ms. 2361, fo 23 v°. Cliché Bibl. Erlangen)

Fig. 13. L'empereur Maximilien rend visite aux batteurs d'armures de son atelier d'Innsbruck (vers 1515)
Illustration du « Weisskunig » gravée par Hans Burgkmair l’ancien. (New York. Metropolitan Museum of Art. Cliché Met. Mus. Art)

  • 62 A propos de la bigorne ; cfr sub verbo « enclume » dans E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné d (...)

68L’établi est très rationnellement disposé près de la croisée qui donne à l’officine air et clarté. Trois « plattner », convenablement vêtus, — ce sont des artisans attitrés du Habsbourg, s’y affairent, protégés par un tablier de travail. Ils battent à froid des pièces d’armure en se servant, pour faciliter leur mise à forme, de moules fichés dans le bois du banc. Le personnage central utilise comme support une « bigorne », c’est-à-dire une petite enclume à deux pointes62, dont le contour particulier permet précisément de donner au métal qui y est martelé des modelés variés. On notera la grande diversité des marteaux, aptes à remplir des fonctions particulières. L’établi est parsemé de pièces finies ou ébauchées, de limaille et d’outils de toutes sortes, où l’on reconnaît des burins, des poinçons et des limes. Aucun étau n’est visible, mais on peut imaginer qu’il devait s’en trouver un dans quelque autre coin de l’atelier, que l’artiste n’a pas pu figurer ici.

69L’iconographie illustre fort bien ce que les sources nous apprennent de l’outillage des forgerons-armuriers de nos régions. Textes et images s’accordent sur ce point, encore que les secondes nous aident souvent à comprendre ce que les premiers omettent parfois de décrire, parce qu’ils n’en connaissent pas la nécessité. Il apparaît à suffisance, en tout cas, que les instruments de travail étaient sommaires et stéréotypés.

  • 63 Voir principalement à ce sujet : une quinzaine d’inventaires de boutiques d’armuriers tournaisiens (...)

70Nous disposons, pour les XIVe et XVe siècles, d’une douzaine de relevés succints d’outillage de forge. Il n’est pas toujours possible de les comparer parce qu’ils ont été faits pour répondre à des buts divers, parce qu’ils se réfèrent à des patrimoines plus ou moins obérés, parce qu’ils se rapportent aussi à des artisans appartenant à des secteurs differents. En outre, les documents renferment, çà et là, des mentions isolées d’outils de travailleurs « du marteau » et de taillanderie, qu’il convient évidemment de retenir pour cette étude63.

  • 64 Voir à ce sujet l’enquête collective publiée dans la Revue d'histoire de la sidérurgie, t. 1/3, 19 (...)

71Le fourneau est partout présent avec les soufflets, qui vont généralement par paire, et leurs « tuyères », c’est-à-dire les conduits d’adduction d’air qui alimentent la base du foyer. Nous n’avons pas rencontré de soufflets mus par la force hydraulique, mais c’est la sans doute un effet de la concision des documents. C’est le cas aussi des marteaux, tous manuels, bien que l’usage du martinet, introduit probablement au XIIe siècle, fût courant au XIVe64. L’enclume est généralement une masse de fer, de poids variable (on en cite d’environ 80 et 180 kilos), enchâssée dans un bloc de bois. La bigorne est plus légère ; elle se fixe dans une encoche ménagée dans l’établi. On trouve encore mention de l’étau, de la pince, des tenailles, de la cisaille, de la lime, de la scie, du poinçon. Les fourbisseurs se servaient également du brunissoir, et les fabricants de bombardes en fer d’un mandrin, autour duquel ils martelaient frettes et manchons constituant la volée des canons, et d’un foret pour l’alésage des pièces d’artillerie.

  • 65 Espinas, op. cit., t. IV, no 1449 (1389) ; sut les « slympmolen » des armuriers bruxellois, cfr He (...)

72La seule activité où le recours à la force motrice hydraulique apparaisse nettement en armurerie est l’aiguisage et le polissage. On se servait en effet, à cette fin, de grands meules verticales mises en rotation par l’arbre d’une roue à aubes. L’exploitation du « molin à taillant » était le fait de plusieurs individus ou d’un groupement professionnel, qui devaient parfois en partager la jouissance avec des gens d’autres métiers dont les instruments étaient couplés à la même prise de force. Ainsi, deux frères de Douai sous-louent pour douze ans, à un meunier, un moulin à aiguiser situé d’ailleurs dans la rue des Foulons tandis qu’à Namur, les taillandiers utilisent la « seime » qui fonctionne au bord de la Sambre, dans le moulin à fouler le drap65.

  • 66 A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 426 v°-427.

73Cette précarité de l’équipement industriel est une caractéristique de l’armurerie médiévale en particulier. S’accommodant d’un attirail réduit, l’artisan compétent pouvait aisément entreprendre des activités professionnelles en un endroit donné. Il lui était loisible de les interrompre aussi facilement, s’il y voyait quelque avantage. Sans doute, les forges n’avaient-elles pas toutes la belle apparence de celles illustrées par Vrelant ou Burgkmair. L’atelier construit en 1436 à Saint-Bertin par Philippe le Bon est une simple masure en pierre et en bois, recouverte de pisé et protégée par un toit de chaume66.

  • 67 Cfr par exemple ibid., loc. cit. ; J. Garnier, op. cit., pp. 10-12, 18, 22, 66 ; A.G.R., C.C., Rec (...)
  • 68 Cfr J. Rigault, Quelques mots sur l'émigration liégeoise en France sous Louis XI, pp. 32-36 et C. (...)

74Sans vouloir nier la permanence, largement attestée d’ailleurs, d’un certain nombre d’aleliers groupés parfois en autant de petits centres industriels, il convient d’insister sur l’existence éphémère de certains autres, dont la raison d’être restait liée à des circonstances passagères. Cette constatation est lourde de conséquences sur le plan méthodologique, car elle nous met en garde contre la tendance à extrapoler dans le temps des activités parfois fugaces, à une époque où l’équipement industriel ne conditionnait pas toute l’économie. L’étude de la comptabilité militaire bourguignonne à partir du XIVe siècle, montre bien que, pour les travaux « de gros fer » en tout cas, c’est-à-dire la fabrication et l’entretien des bombardes, on se contentait parfois de forges volantes ; ou bien on louait l’officine d’un forgeron pour y faire exécuter par des armuriers une commande urgente, ou encore on allait jusqu’à construire une forge de toutes pièces afin de permettre à des artisans de procéder à des fabrications importantes67 dont le prix de revient relativement élevé permettait d’amortir aisément les frais d’équipement ainsi encourus. Ce phénomène a pour corollaire la mobilité de la main-d’œuvre spécialisée, à laquelle nous avons déjà fait allusion. Tirant l’essentiel de son savoir-faire, de son intelligence et de son habileté manuelle, l’armurier médiéval est partout à même d’exercer son art, pour autant qu’on lui procure les quelques instruments qu’il ne peut transporter lui-même dans ses bagages. C’est ce qui explique la facilité d’adaptation à l’étranger des ouvriers liégeois chassés de leur pays par la vindicte bourguignonne ou la régénérescence de leur industrie armurière après sa destruction par le Téméraire, comme d’ailleurs dans une autre branche de l’industrie mosane, l’essaimage des batteurs dinandiers68.

  • 69 Op. cil., n. 58. — A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1982, fo 258 v° ; B 2004, fo 368 ; B 2012, fo 340. (...)

75La fabrication même de cet outillage ne semble pas avoir posé de problèmes particuliers. Nous sommes en mesure de confirmer les suppositions de Bertrand Gille à ce sujet : les outils sont l’œuvre des usagers eux-mêmes, comme ce sera souvent le cas jusqu’à une époque relativement récente. Nous connaissons trois exemples de cette pratique dans le chef d’un canonnier. Mais on note aussi l’intervention d’artisans étrangers à la profession : tels ce sellier qui construit des soufflets, et ce serrurier auquel on achète enclume et petits outils69.

76Abstraction faite des applications de l’énergie hydraulique, le Moyen Age n’a pas innové en matière de technique de forgeage. Certains procédés en usage aux XIVe et XVe siècles étaient déjà d’application à l’époque de la Tène, et l’on peut dire qu’ils n’ont plus guère évolué depuis l’Empire romain. On connaissait la fabrication de l’acier, la trempe, le revenu, la nitruration, le corroyage, l’écrouissage, la soudure à chaud, de façon empirique s’entend.

  • 70 A. France-Lanord, La fabrication des fourreaux d'épées en fer à l'époque de la Tène, pp. 7-12 ; ID (...)
  • 71 Cfr respectivement Soil de Moriame, op. cit., pp. 41, 44-45 ; L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne (...)

77De toutes les armes blanches offensives, ce sont l’épée et le couteau qui semblent avoir été l’objet du plus grand soin. Ils étaient constitués d’une âme en fer doux ou légèrement carburé, avec des tranchants et une pointe en acier rapportés70. Une ordonnance tournaisienne de 1327 stipule « que nul ne puist faire alemielles de pur fier se qu'il ni a achier ». Les lames étaient alors polies, brunies, éventuellement gravées et montées, parfois fort richement, car si leur caractère essentiellement fonctionnel ne permettait guère de grandes variations ornementales, la poignée, par contre, se prêtait à toutes les fantaisies décoratives. On l’entourait de viroles d’argent, d’émail, d’or, de fils en métaux précieux. La fusée, ordinairement de bois, était parfois en ambre, en cristal, en ivoire, en corail, en jaspe, en calcédoine... Dans des cas exceptionnels, des perles et des pierres précieuses ajoutaient encore au plaisir des yeux, le signe tangible de la fortune du propriétaire. Rappelons simplement à ce propos que l’épée de Charles le Téméraire, prise par les Suisses à Granson, était enchâssée de sept gros diamants, de sept rubis et de quinze perles de la taille d’une fève71 !

  • 72 Fers de flèches « trempés » : A. Diegerick et O. de Kerchove, Une page de l'histoire d'Ypres (1379 (...)

78Les autres armes offensives, toujours construites selon le principe de la juxtaposition de l’acier et du fer, avaient un aspect plus rustique et une finition moins parfaite. Elles connaissaient aussi des degrés qualitatifs divers. Les mentions de « fers trempés », « fers d’épreuve », « fers de fine forge », attestent de la faveur particulière qui s’attachait à certaines fabrications72.

79La majorité des pièces d’artillerie et des armes à feu portatives étaient également obtenues par forgeage. Cette industrie était très en honneur dans les Pays-Bas, bien qu’elle fût également pratiquée dans d’autres régions lointaines. Témoin l’énorme « Raja Gopal », conservé à Tandjore, dans la province de Madras, un canon en fer forgé de l’époque mogole, pesant environ quarante tonnes. On se souviendra également de « Mahometta », l’immense bombarde forgée sous la direction de l’ingénieur hongrois Orban et qui, en 1453, lançait des boulets de pierre de 1 000 livres contre les murs de Constantinople.

  • 73 Cfr C. L. Cipolla, Guns and sails..., pp. 23, 91 sv., 128. — La bombarde du duc de Brabant fut for (...)

80Cette tendance au gigantisme, particulièrement développée dans l’empire turc et dans les zones d’influence musulmane, fut fréquente en Europe occidentale pendant le XVe siècle, voire au-delà. C’est simplement une évolution rapide de l’art militaire, — que l’Orient ne connut pas, — qui la fit tomber en désuétude. Dans nos régions, la construction au marteau de bombardes de plus de cinq tonnes était assez courante et l’on dépassait parfois le double de ce poids. La plus lourde pièce d’artillerie de ce genre dont les sources fassent mention, est celle que le duc de Brabant fit forger à Bruxelles, de 1409 à 1411, et qui atteignit les trente-cinq tonnes. Les rares spécimens qui nous sont conservés possèdent de plus modestes proportions. Ils nous permettent en tout cas, documents à l’appui, de nous faire une idée valable des techniques mises en œuvre pour leur élaboration. Il s’agit, en ordre principal, de la célèbre « Dulle Griet » de Gand (environ seize tonnes et demie), de « Mons Meg », actuellement à Edimbourg (environ sept tonnes et demie), de la bombarde d’Auxy, qui fait partie du butin bourguignon à Bâle (environ deux tonnes), de la « Holle Griet » de Diest, vestige mutilé d’un canon de fort calibre, et du « Spantôle » de Thuin, autre fragment (environ 1 500 kilos) d’une pièce qui avait 16 centimètres de calibre. Tous ces engins appartiennent au milieu du XVe siècle73.

81La technique de construction est simple et la façon assez grossière, au regard de nos exigences actuelles bien entendu. Des bandes de fer étaient disposées longitudinalement autour d’un mandrin et assemblées bord à bord par chaude portée. Ensuite, elles étaient entourées de manchons tubulaires accolés et soudés les uns aux autres. La qualité de la bouche à feu ainsi obtenue dépendait de la précision et de la robustesse de l’assemblage des différents éléments constitutifs. Un défaut de jointure risquait de provoquer, au moment du tir, la dislocation partielle de la pièce. Par contre, en cas d’accident de ce genre, la réparation pouvait être relativement simple et n’impliquait pas une réfection totale, comme cela était le cas après l’explosion d’un canon en métal coulé.

  • 74 Voir la série d’articles consacrés aux développements des premières armes à feu portatives par P. (...)

82Les premières armes à feu portatives en fer forgé étaient construites également selon ce principe mais l’archéologie nous apprend que, dès le XVe siècle, les canons des tubes à feu étaient obtenus soit par forage d’une barre cylindrique soit par soudure longitudinale d’un large ruban de métal replié autour d’un mandrin. Toutefois, ce genre de fabrication est très peu illustré par nos sources qui ignorent la spécification détaillée des ouvrages où n’interviennent qu’une main-d’œuvre et une quantité de matière relativement réduites74.

  • 75 A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22 (1408) fo 24 v° : fabrication de 7 bomba (...)

83Ajoutons, enfin que la mise sur affût des pièces d’artillerie exigeait également le recours à un grand nombre de ferrures, généralement des bandes de fer forgé qui assujettissaient la volée à un bloc de bois monté ou non sur roues. Celles-ci étaient aussi cerclées de métal, et l’on renforçait pareillement les lourds chariots destinés au transport des canons. Ces travaux de ferrure occupaient une main d’œuvre assez considérable comme l’indique, dans les sources, la fréquence des mentions qui s’y rapportent. Et pour cause, car la mise en batterie des pièces d’artillerie eût été impossible sans la « liure » des tubes sur des affûts, aussi rudimentaires fussent-ils. Cette opération demandait la mise en œuvre de quantités importantes de métal : on cite des cas où le poids du fer ainsi employé atteignait la moitié de celui du canon proprement dit75.

  • 76 D’où les appellations, assez fréquentes, de « la rouge bombarde », « la noire bombarde »... Cfr pa (...)

84Une fois forgées, les bouches à feu recevaient très souvent une couche d’enduit protecteur sous forme de vernis coloré. Elles n’avaient donc pas cet aspect terne qu’on leur connaît de nos jours. Au contraire, elles étaient peintes, parfois en noir ou en blanc, mais généralement en rouge ou en vermillon, couleurs qui possédaient incontestablement la cote de faveur. C’est ainsi qu’en 1479, tout le parc d’artillerie de Gand fut repeint à l’huile rouge. Parfois, les canons étaient également parsemés de motifs ou d’emblèmes et les pièces en bronze, d’aspect naturel plus flatteur pourtant, n’échappaient même pas à cette débauche ornementale76.

  • 77 Sur l’évolution de l’armure occidentale, cfr : Cl. Blair, European Armour, qui constitue une excel (...)

85La fabrication des armures, très en honneur au Moyen Age, faisait appel à des techniques ancestrales que les érudits modernes connaissent suffisamment mais dont ils ignorent parfois les modalités d’application. La rareté des traités didactiques anciens sur l’armurerie, les incohérences de language des textes médiévaux (comme il s’en trouve de tout temps dans la terminologie technique !) empêchent parfois d’imaginer la méthode à laquelle on pouvait avoir recours dans tel cas. Il y avait quatre espèces de vêtements défensifs métalliques : les mailles, les plates, l'armure articulée et celle d'anneaux entrelacés77.

86Un livre récent de M. Fr. Buttin a remis en question la typologie de cet équipement militaire. Sans pouvoir souscrire à l’ensemble de ses conclusions, nous sommes tente de nous rallier a celle qui constitue la découverte principale de son étude. L’armure de mailles, précise-t-on, n’est pas une cotte faite d’anneaux entrelacés, comme le pensent la plupart des archéologues et des historiens sur la foi d’ailleurs du sens actuel du mot « maille ». Ce terme désignait en effet autrefois les petites plaques de métal, découpées à l’emporte-pièce dans une tôle, qui servaient soit à battre monnaie (« avoir maille à partir ») soit, en les assemblant côte à côte ou en couches imbriquées, à composer des vêtements défensifs.

  • 78 Buttin, op. cit., pp. 358-368, 410-412.

87Nos documents sont peu explicites au sujet de cette fabrication. On sait, par recoupements, que les mailles étaient découpées par le haubergier lui-même ou bien achetées en vrac à un autre producteur et assemblées pour les besoins de la clientèle. L’assemblage consistait à percer dans ces petites écailles de fer, d’acier, parfois de laiton, des trous de fixation servant à les réunir au moyen d’un lacet ou à les river, par dessus ou par dessous, sur un support d’étoffe ou de cuir. Lorsqu’elles devaient rester à découvert, les mailles étaient étamées, peintes ou vernies. Il s’agissait d’un processus fastidieux, comme 1 a exprimé la sagesse populaire dans l’expression : « maille à maille se fait le haubergeon »78.

88Cependant, sans que la cotte de mailles disparaisse complètement — puisqu’elle servit encore jusqu’au XVIe siècle, — l’idée se répandit d’utiliser des plaques de métal plus grandes que les mailles et de les appliquer sur un support de tissu ou de cuir, au détriment de la souplesse, certes, mais au bénéfice de la rigidité. Ainsi apparut, à partir du XIIIe siècle, l’armure de plates. Débarrassée de sa doublure et perfectionnée au point de couvrir le combattant de pied en cap, celle-ci devint à son tour l’armure articulée des XVe, XVIe et XVIIe siècles. Techniquement, la fabrication des armures de plates et articulées ne différait pas essentiellement de celle des armures de mailles. Toutes trois comportaient d’abord une opération de mise à forme et ensuite un travail d’assemblage et de finition.

  • 79 Cfr A. France-lanord, La fabrication des fourreaux d'épée en fer à l'époque de la Tene, p. 12. —Po (...)

89L’armurier se servait de platines, c’est-à-dire de tôles obtenues par martelage à la main ou au martinet. Il les découpait et battait les pièces à froid sur des enclumes de formes diverses, selon une méthode qui s’apparente à la chaudronnerie et remonte, de ce fait, au lointain travail du bronze. L’ouvrage du marteau alternait d’ailleurs avec des « chauffes » successives, et demandait autant d’adresse que de patience. Le tout s’accompagnait de force tintements qui devaient donner à ce métier une ambiance bien caractéristique. Les archives du greffe des échevins de Liège se font l’écho, à ce sujet, d’un fait divers très symptomatique : en 1481, sur plainte des voisins, l’armurier Jean Pâques, installé sur le marché de la cité de saint Lambert, est obligé d’abandonner son atelier et d’aller exercer ses activités en un autre lieu de la ville car, disait-on : « les fondemens des maisons, caves et celliers laentours merchissans soy emperoient journelement en grand peril et ossi en estoient lesdits voisins et tous autres frequentans et menans marchandises sous ledit marchiet distourbleis tempre et tart »79.

  • 80 Exemple d’étude métallographique d’armures anciennes : C. Böhne, Werkstofftechnische Fragen bei de (...)

90On accordait généralement à la matière première une attention particulière puisque l’efficacité de la protection en dépendait en grande partie. L’etude de la réglementation corporative et les analyses métallographiques modernes trahissent d’ailleurs de sensibles différences de qualité dans les fabrications. La « grande lettre » du « bon métier » des fèvres de Liège stipulait, par exemple, en 1418, que les pièces brutes (« de proemiers ferronneies ») d’armures devaient obligatoirement être en acier, tout en déplorant d’ailleurs l’existence de fraudes. On sait aussi qu’au XVe siècle le fer provenant des Pays-Bas du Sud avait, en Espagne, la fâcheuse réputation d’offrir peu de résistance. On recommandait donc de n’en faire que des cuirasses à l’usage des équipages des galères, gent quelque peu méprisée et dont la vie, semble-t-il, comptait peu80 !

  • 81 Ffoulkes, op. cit., pp. 29, 49-50 ; M. Tourneur-Nicodeme, La brigandine et la mitre de Guillaume F (...)

91A ce stade, les pièces pouvaient servir, après une finition sommaire, à composer une armure de plates c’est-à-dire imbriquées à la façon de tuiles et fixées par des rivets sur un support en tissu ou en cuir. Il y avait plusieurs espèces d’armures de ce genre. La brigandine avait cette particularité de se composer d’un très grand nombre d’écailles de métal agencées sous un matériau souple. Cette formule permettait une grande aisance de mouvement, avantage qui lui valut de subsister jusqu’au XVIe siècle, malgré l’introduction du « harnois plain ». Une brigandine munie de manches, conservée à l’Armeria Real de Madrid, ne compte pas moins de 3 827 plates maintenues par plus de 7 000 rivets ! Celle que l’évêque de Toul, Guillaume Fillastre, fit exécuter en 1454 nécessita l’application de 5 000 rivets dorés. Ce matériel d’assemblage, ainsi que clous, bossettes, boucles, crochets et courroies, constituaient des articles de grande consommation pour les armuriers81.

  • 82 Ffoulkes, op. cit., pp. 73-77. — Cfr, par exemple : de Laborde, op. cit., t. I, pp. 43, 45, 59-60, (...)

92Les pièces destinées à apparaître à découvert, — c’est-à-dire très souvent les casques et celles qui composaient à partir du XIVe siècle, le harnois de bras et de jambes et, dès le XVe, l’armure articulée, — subissaient, avant leur assemblage, une finition parfaite. Elles étaient polies à la meule hydraulique et à l’émeri, parfois étamées, pour les garantir de la rouille. Certaines étaient en outre décorées avec un luxe extraordinaire : peinture, gravure, émail, argenture, dorure, sertissage de pierres précieuses. Les accessoires étaient parfois en argent massif doré, ainsi qu’en attestent largement les comptes des maisons de Bourgogne et des princes belges82.

  • 83 J. M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis..., pp. 387, 389, 224 n., 394-395. Pagart D’hermans (...)

93Ensuite, venait l’assemblage. Certaines pièces recevaient au préalable un rembourrage en tissu, et d’autres des courroies et différents systèmes de fixation. Ces opérations étaient très délicates car elles exigeaient une précision sans défaut. Le chef-d’œuvre des maîtres armuriers de Saint-Omer consistait à monter et à démonter un harnois d’homme d’armes83. Le but était de créer un ensemble défensif articulé, en harmonie avec la forme et les mouvements du corps humain.

  • 84 Sur la fabrication des armures de mailles, cfr'Ch. Ffoulkes, The craft of the armourer..., pp. 44 (...)

94Quant à l’armure souple, faite d’anneaux de fer entrelacés, nos documents sont étonnamment muets sur son mode de fabrication. Celui-ci est connu par ailleurs et il n’est pas inutile de le rappeler ici. Les armuriers enroulaient du fil de fer autour d’une baguette cylindrique ou conique et, en découpant chaque spire au ciseau, obtenaient autant de petits anneaux ouverts. Ceux-ci étaient aplatis à chaud, accrochés l’un à l’autre puis fermés, soit en rapprochant simplement les deux extrémités, soit en les amenant à se superposer, avant de les joindre solidement par un minuscule rivet. Dans certains cas, pour gagner du temps, une partie des anneaux était simplement découpée à l’emporte-pièce dans une tôle. L’outillage était extrêmement sommaire : il suffisait d’un mandrin, d’un marteau, d’un ciseau, d’une pince, d’une tarière et d’une forge portative. On mesurera, d’autre part, le véritable tour de force que constituait cette fabrication, lorsque l’on saura que l’on a pu dénombrer sur certains hauberts, conservés de nos jours, plus de 200 000 anneaux, tous construits individuellement84.

95Les armuriers du Moyen Age ont atteint une perfection d’autant plus remarquable qu’ils n’ont fait qu’utiliser un outillage immuable et une technique ancienne. En poussant leur art jusqu’à la limite du possible, ils ont, en fin de compte, marqué un réel progrès par rapport à l’héritage de l’Antiquité.

B. — Les techniques de moulage.

96A l’exception de quelques types d’armes blanches contondantes, dont la tête était coulée d’une seule pièce, la technique du moulage était réservée, pour les fabrications militaires du bas Moyen Age, aux pièces et aux projectiles d’artillerie. Afin d’étudier les applications de ce procédé dans l’ordre chronologique, nous examinerons successivement la technologie des métaux non ferreux et celle du fer.

a) Les métaux non ferreux.

  • 85 Un postainier namurois, en 1465, fait 217 marteaux d'armes en plomb, pesant chacun 4 livres : A.E. (...)
  • 86 L’expression « jetter en fourme » désignait, a Namur, 1 operation de moulage des boulets de plomb  (...)

97Le plomb était utilisé en très grande quantité pour couler des projectiles sphériques, appelés « plombées », servant aux pièces d’artillerie de petit et de moyen calibres85. Cette fabrication se satisfaisait d’un outillage très simple : une louche de fer, pour verser le plomb fondu, un moule en pierre ou en bronze dont les deux parties, en se superposant, déterminent des cavités destinées à être remplies par le métal en fusion, une pince pour couper les jets de coulée, une lime pour ébarber les projectiles. C’est la méthode qui sera employée jusqu’au milieu du XIXsiecle86. Parfois, on augmentait la dureté des boulets, en introduisant dans le plomb fondu, tantôt de la grenaille de pierre, tantôt de la mitraille ou des billes de fer85.

  • 87 Cfr Henrard, op. cit., pp. 166-170 ; ID., Documents pour servir à l'histoire de l’artillerie en Be (...)

98Le moulage des pièces d’artillerie était, par contre, beaucoup plus laborieux et fastidieux. Il empruntait ses méthodes à la fonte des cloches et des pots, qui se pratiquait couramment en Europe occidentale, mais posait des problèmes techniques particuliers, en raison de la grande résistance mécanique et thermique dont les produits finis devaient faire preuve. Aussi les échecs et les tâtonnements étaient-ils fréquents, et il n’était pas rare de devoir recommencer une ou deux fois la coulée d’un canon, sans parler des cas assez nombreux où les bouches à feu explosaient au cour du tir. C’est ainsi que pendant la bataille de Montlhéry (1465), sept serpentines de bronze éclatèrent du côté bourguignon87.

  • 88 Nous nous permettons de citer ici un intéressant article de vulgarisation qui traite des problèmes (...)

99La fonderie des canons n’exigeait pas d’infrastructure industrielle permanente. Au contraire, devant la difficulté des transports de matières extrêmement pondéreuses, c’est le fondeur lui-même qui se déplaçait afin d’exécuter son travail le plus près possible du lieu de résidence de la clientèle. Ce phénomène affectait aussi les fabricants de cloches qui furent ainsi itinérants jusqu’au XIXe siècle, moment où l’avènement du chemin de fer vint résoudre le problème des communications88. On ne peut donc parler, au Moyen Age, de centre artisanal pour la coulée des canons que si un facteur d’ordre économique, par exemple l’attraction exercée par le lieu de résidence d’un souverain, engageait les ouvriers à se fixer là où une activité locale durable leur était assurée. Ce fut le cas à Dijon, à Lille et à Malines, dans l’orbite de la cour de Bourgogne. Somme toute, le domicile ordinaire des fondeurs n’a d’importance pour nous que dans la mesure où il peut coïncider avec le lieu de leur travail. C’est ce dernier qui conditionnait leur existence professionnelle, leur logis n’était qu’une sorte de port d’attache.

  • 89 En 1465, les métaux récoltés chez les habitants de la ville de Luxembourg afin de fabriquer des ca (...)

100La coulée d’une grosse pièce d’artillerie demandait beaucoup de temps et une main-d’œuvre auxiliaire nombreuse. C’est à cette occasion que le fondeur était pourvu de l'équipement nécessaire, tandis qu’on lui procurait un local, souvent improvisé, où il pouvait exercer son art89.

101Le moulage en terre était seul employé. Les opérations évoquées dans nos sources ressemblent à celles que décrit Biringuccio, au milieu du XVIe siècle, dans son fameux traité intitulé : « La pyrotechnie ou art du feu ».

  • 90 Cfr Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., pp. 166-170. Quelques exemples de coulées de (...)

102Le modèle, sculpté dans le bois, qui reproduit le tracé de l’extérieur de la pièce à réaliser, est entouré de fine terre mouillée, appliquée couche par couche jusqu’à constituer une chape ou moule. Celui-ci est solidement cerclé de bandes de fer, puis séché et durci sur un feu de bois. On enlève le modèle et on le remplace par un noyau, c’est-à-dire un mandrin de section plus petite, approximativement égale au calibre du canon. Ce noyau est centré et maintenu dans l’axe de la chape, puis ces deux parties solidaires sont descendues dans une fosse et entourées de terre tassée. L’alliage, fondu dans un fourneau muni de soufflets, construit à proximité, est ensuite versé entre la chape et le noyau jusqu’à ce qu’il remplisse entièrement l’espace demeuré vide. Une fois refroidie, la bouche a feu était extraite de la fosse et débarrassée du moule et du noyau. On l’alésait avec un grand foret à fleuron d’acier. Enfin, la pièce d’artillerie était encore polie et agrémentée, au burin, de motifs décoratifs, lorsque ceux-ci n’étaient pas d’emblée coules dans la masse. Ces ornements servaient, en dehors de leur rôle esthétique, a différencier les pièces et, parfois, à justifier par leur signification, le nom qui était attribué aux canons, selon une coutume qui fut en honneur jusqu’au XVIIIe siècle, voire jusqu’à nos jours90.

b) La fonte de fer.

  • 91 Cfr T. A. Wertime, The coming of the age of Steel, pp. 44-78, 161 sv. ; R. EVRARD et A. Descy, His (...)

103L’usage de la fonte de fer est un événement capital dans l’histoire industrielle de l’Occident. La question de ses origines est cependant loin d’avoir livré tous ses secrets. On sait seulement qu’à partir du XIVe siècle, l’application de la soufflerie hydraulique aux fours à masse utilisés pour la réduction du minerai, permit de produire, en même temps que le fer malléable, un fer « cru », c’est-à-dire de la fonte blanche. Celle-ci, considérée d’abord comme un déchet, fut ensuite employée soit pour obtenir du fer par affinage, soit directement en la moulant. On finit par la produire délibérément. A quelle époque et où ? C’est là que les historiens demeurent divisés parce que les sources sont ou trop rares ou trop imprécises pour fournir à ces questions une réponse catégorique91.

104L’étude des fabrications militaires, qui connurent de très bonne heure l’application de cette technique nouvelle, nous a permis d’explorer le problème dans le cadre des Pays-Bas du Sud, et de reconnaître cette région comme un des centres privilégiés de cette innovation.

  • 92 R. Evrard, La fonderie ancienne dans l'Est de la Belgique..., p. 32, col. 1. Il y avait déjà des h (...)

105S’il ne fait aucun doute que la fonte était produite dès la seconde moitié du XIVe siècle, dans les anciennes principautés belges, il faut attendre le début du XVe pour que les documents nous renseignent sur ses applications92.

  • 93 Cfr respectivement de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille... p 15. — Soil de Mo (...)

106Elle est d’ailleurs présentée, à cette époque, comme une nouveauté, et la rareté relative des mentions qui s’y rapportent donne à penser qu’elle restait d’un emploi fort limité. Il s’agit essentiellement de boulets de canon et de pièces d’artillerie, de calibre petit ou moyen, coulés en fonte de fer. Ainsi, le maître canonnier de Lille Jacques Yolens coule en 1412 deux petits canons portatifs « considéré qu'il n'en y avoit aucuns de tele fachon, et qu'il sont tout de fier ». La même année, un inventaire nous apprend que Tournai renferme onze petits canons « tous de fier fondus », dans son arsenal. En 1414, Namur, dont l’hinterland fut un centre précoce et privilégié de cette technique sidérurgique nouvelle, — achète des boulets en fonte à un « feron » de Jauche mais, deux ans auparavant, elle avait déjà acquis un grand mortier en fer fondu pour piler la poudre de bombarde. En 1418, un fèvre de Maubeuge fournit à Gand plusieurs milliers de projectiles du même métal. Dès lors, les mentions se succèdent : de temps à autre, les forteresses bourguignonnes sont armées de bouches à feu en fonte et, en 1432, on rencontre déjà une pièce en fonte de gros calibre. Dans la seconde moitié du XVe siècle, si l’usage des boulets en fonte de fer devient extrêmement fréquent, celui des canons coulés dans cette matière demeure cependant relativement restreint93.

Fig. 14. Bombarde « Dulle Griet » de Gand (milieu XVe siècle)
Fer forgé. Chambre à visser. Longueur totale : 5,025 m. Calibre : 0,64 m — Poids : 16 400 kg. Armoiries de Bourgogne ciselées autour du trou de lumière, après la prise de la bombarde sur les Gantois en 1452.
(Gand, Vieux marché. Cliché A.C.L.)

107Cette nouvelle industrie peut être considérée comme un des progrès technologiques les plus marquants du Moyen Age. Elle permit à l’Occident d’entrer de plain-pied dans l’âge du fer, en ouvrant de nouvelles perspectives à l’exploitation d’un métal jusqu’alors timidement employé, un « parent pauvre » selon le mot de Fernand Braudel. Mais elle représente aussi une révolution dans les moyens de production. Car c’est sans doute la première fois qu’une fabrication de produits finis dépend d’une infrastructure permanente (ou semi-permanente), c’est-à-dire d’un établissement industriel créé en fonction de sources d’énergie, en l’occurrence le bois pour la chaleur, et l’eau pour la force motrice. Pour la première fois aussi, le seul savoir-faire ne suffit plus et l’atelier ne s’improvise pas là où la clientèle le souhaite. La notion d’usine apparaît en fait et l’industrie lourde devient, pour longtemps, rurale.

  • 94 A. N. Lille, R.G.F., B 1966, fo 302 : fabrication, par un plombier, de plombées de couleuvrine et (...)

108Cependant, si nous insistons quelque peu sur ce phénomène, c’est surtout en raison de ses implications futures. Le développement qui va caractériser la métallurgie jusqu’au XVIIIe siècle est déjà en germe avant 1500, mais, comme c’est souvent le cas, tout se passe alors comme si rien de neuf ne s’était produit aux yeux des contemporains. On fabrique encore, dans quelque arrière-boutique de plombier, les boulets en plomb d’usage courant, et le canon de bronze ou de fer forgé suscite toujours l’admiration des puissants, comme les serpentines coulées par le célèbre fondeur Jean de Malines : « qu'il fait bon veoir, car elles sont bonnes et belles »94.

C. — Normalisation des productions armurières.

109Si le contrôle de la qualité d’un produit est une précaution instinctive dont l’acheteur le plus fruste a soin de s’entourer, il n’en va pas de même de la normalisation. Le mot, plus que la chose pourtant, est récent. Il s’applique aux mesures prises pour définir a priori des critères comparatifs communs applicables à une fabrication en série. Surtout, de nos jours, il s’exprime quantitativement par des valeurs chiffrées. Cependant, toutes proportions gardées, on peut dire que cette préoccupation est apparue de bonne heure, et spécialement en matière d’armements où la multiplicité des produits et des usagers exige, de la part du fabricant, la pratique d’un certain code de référence basé sur un minimum de spécifications.

110Nous pensons que l’étude de ces normes mérite quelque attention parce que celles-ci indiquent le degré de développement technique d’une civilisation.

  • 95 J. Finot, Inventaire sommaire des archives..., p. 420. — E. Van Vinkeroy, Costumes militaires belg (...)

111L’armement défensif est, par nature, réfractaire à la normalisation dans la mesure où, comme nous l’avons signalé dans le premier chapitre, il est à la fois individuel et signe de distinction. Effectivement, on constate que les armures de prix étaient exécutées sur mesure. La commande d’un harnois donnait lieu à la prise de mensurations du client et à l’établissement d’un « patron », comme cela se pratique dans la confection. C’est ainsi que procède, en 1464, le grand armurier milanais François Missaglia, de passage à la Cour de Bourgogne : le duc lui commande trois armures de guerre, il prend les mesures « sur le corps de mondit seigneur » et les fait exécuter en Italie sur ces indications. Peu après, deux autres armuriers, l’un bruxellois, l'autre brugeois d’adoption, travaillent également « à la mesure de monseigneur ». Vers la même époque, à un échelon plus modeste, Martin Rondelle, « armoyer » de Bruges, fait offre de ses services à un chevalier anglais, en lui rappelant qu’il avait eu l’occasion, lors de leur dernière rencontre, de prendre « mexure de toutes lez piesces » dont il avait cru se voir confier l’exécution95.

  • 96 Voir, par exemple, les armures empruntées à un armurier de Namur pour habiller les participants à (...)

112Cependant, à côté de ces personnages en quête d’exclusivité, il n’est pas douteux que la majorité des hommes d’armes se contentait, si l’on nous passe cette formule, du « prêt-à-porter » que renfermaient les boutiques d’armurier. Une preuve de l’existence de ces stocks de harnois pré-fabriqués peut être trouvée dans la pratique de la location d’armures chez les fabricants, parfois en assez grandes quantités, pour équiper temporairement les participants aux joutes et aux processions. On peut supposer que les pièces, faites à l’avance, présentaient de grande analogies, hormis d’éventuelles variantes dimensionnelles prévues en fonction des différentes tailles possibles96.

  • 97 Cfr notamment J. Finot, op. cil., pp. 259, 269, 270, 272, 274. — La fabrique d’armures de Maximili (...)

113C’est certainement le cas, à partir du dernier quart du XVe siècle, des armures et des casques de fantassins que l’armée bourguignonne achète par centaines, voire par milliers, dans des délais si courts qu’ils postulent nécessairement l’existence de fabrications anticipées. Faute de documents explicites à cet égard, nous n’oserions parler de production en série bien que, quelques années plus tard, c’est-à-dire au début du XVIe siècle, le recours à cette méthode pour la mise à forme rapide par emboutissage des cuirasses de lansquenets soit attesté. Il en était peut-être déjà de même dans les Pays-Bas au commencement du règne de Maximilien97.

  • 98 R. Gandilhon, Politique économique de Louis XI, pp. 195-215. — Voir, par exemple, les achats de pi (...)

114Cette constatation vaut également, semble-t-il, pour les armes offensives. Sans avoir la preuve que la standardisation fût poussée aussi loin dans nos régions que, par exemple, en France à partir de Louis XI, dont le « dirigisme » en matière d’armements est bien connu, l’abondance de commandes massives au profit de princes centralisateurs a favorisé l’adoption de certains critères : le poids, par exemple pour les armes contondantes, la longueur et l’enferrement pour les piques, la façon pour les arcs donc pour les flèches...98.

115Avec les armes blanches cependant, le problème du « dimensionnement » était principalement d’ordre administratif. Il n’en allait plus de même avec les armes à feu, dont le fonctionnement même dépendait d’un certain étalonnage préalable. Cette exigence primordiale apparaît effectivement dans le souci des artisans-canonniers de s’entourer d’une série de références quantitatives suffisamment valables pour avoir pu subsister jusqu’à nos jours dans le vocabulaire des artilleurs. Elles portaient, soit sur la pièce elle-même, soit sur le projectile ou la charge.

  • 99 A. N. Lille, R.G.F., B 1963, fo 261 r°-v°.

116La longueur du canon était généralement exprimée en pieds, au tiers de pied près, et l’on faisait la distinction, dans le cas de pièces à chargement par la culasse, entre la chambre amovible et la volée. Par ailleurs, le principe de la mesure donnée par l’équivalent en calibres existait déjà. On dit par exemple, en 1438, que le tube de la bombarde « Bourgogne » a quatre « pierres » de long soit quatre fois les 22 pouces de diamètre du boulet en pierre99. Le poids des canons était noté avec une demi-livre d’approximation.

117Le calibre s’indiquait fréquemment au poids tiré. Ainsi, une bombarde « jetant » 100 livres était celle dont l’alésage permettait d’utiliser des boulets en pierre de ce poids. Très souvent aussi, le calibre s’exprimait en pouces, au tiers de pouce près, soit d’après la circonférence du boulet (en pouces « de tour ») soit, selon une cotation devenue classique, d’après son diamètre (en pouces « de haut », « de gros », « en croisière »). Enfin, on faisait allusion également au poids de poudre nécessaire pour tirer un projectile.

118Les scribes de la fin du Moyen Age cependant n’étaient pas, dans leurs notations, d’une égale précision. Ils n’avaient pas non plus la même compétence pour traiter des choses de l’armement. Le profane se satisfaisait, comme toujours, de notions vagues ou de formules imagées : la croyance populaire n’attribuait-elle pas au grand canon, offert par Philippe le Bon au roi Jacques II d’Ecosse, la possibilité de tirer un boulet aussi pesant qu’une « vache de Galloway » ? Parfois, les spécialistes eux-mêmes n’éprouvaient pas le besoin d’une plus grande précision. Lorsque le comte de Saint-Pol, en 1398, fait une démarche auprès du Magistrat de Tournai afin d’obtenir le prêt d’une bombarde, il se contente d’indiquer qu’elle devrait lancer des « pierres grosses comme la tête d’un homme ».

119Dans la plupart des cas cependant, à côté de ces expressions vagues et pittoresques, on rencontre la mention très précise d’une ou de plusieurs des mesures, voire de toutes les mesures, permettant d’identifier et de caractériser, à coup sûr, une pièce d’artillerie : poids et longueur, calibre, poids du boulet et matière de celui-ci, capacité de la chambre à poudre.

  • 100 H. Vandenbroeck, Extraits analytiques des anciens registres des consaux..., t I, p. 44. — A. de Be (...)

120Cette façon de définir un produit fabriqué en fonction de données quantitatives est un fait nouveau pour le Moyen Age et important pour les développements futurs de la technologie européenne. C’est l’apparition, combien timide encore, du chiffre dans les « arts mécaniques » dès la fin du XIVe siècle, la « promotion du quantitatif dans la civilisation occidentale », selon l’expression de Jean Delumeau100. La normalisation des calibres allait constituer la deuxième phase de cette évolution.

  • 101 Inventarissen van grof geschut en andere wapens de stad Gent toebehoorende, pp. 297-299.

121On constate, en effet, une tendance, à partir du XVe siècle, à construire des séries de pièces d’artillerie de calibre identique, dans le but évident de simplifier le problème des approvisionnements en projectiles. Mais il ne s’agissait encore que d’une tendance, dont les modalités variaient d’une commande à l’autre, d’un artisan à l’autre, d’une région à l’autre. Vers 1490, à l’arsenal de Gand, les projectiles d’artillerie étaient encore répartis en dix catégories, sans compter les disparates provenant sans doute de pièces disparues ou déclassées et de remploi occasionnel ; chaque catégorie correspondait à un calibre au moins101.

  • 102 A. N. Lille, R.G.F., B 2012, fo 341 r°-v°. — Le calibre était également indiqué par le poids au ce (...)

122C’est à la fin du Moyen Age aussi, que remonte l’habitude de désigner le calibre des armes à feu portatives d’après le nombre de balles à la livre. On parlait de couleuvrines « portant plombées de huit en la livre »... ou de 12, ou de 16. On sait que cette pratique subsiste de nos jours en armurerie de chasse où l’on dit encore d’un fusil qu’il est de calibre 12, 16 ou 20102.

  • 103 Ibid., B 1991, fo 250. — J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 176. — Sur les bouches (...)

123Enfin, à cette époque, apparaît également un phénomène technologique qui, bien plus tard, allait être appelé à jouer un rôle d’une extraordinaire importance : la normalisation des pièces par type de fabrication. La première mention de cette méthode de production que nous ayons rencontrée se trouve dans une quittance de l’artillerie bourguignonne portant payement, à un marchand tournaisien, pour fournitures de bouches à feu et de munitions, en 1447. Il est question, entre autres, de l’achat de 30 pièces de campagne (veuglaires) en fer, au calibre de 4 pouces et mesurant 4 pieds de long. Chacune comportait trois chambres à feu de 13 pouces, pour le chargement par la culasse, strictement interchangeables d’une bouche à feu à l’autre. Un autre document, sensiblement contemporain, qui constitue un memorandum sur l’équipement nécessaire à l’armement d’une galère, préconise également l’emploi de veuglaires ou de couleuvrines dont les chambres serviraient « autant à l'ung qu'à l'autre ». Cette orientation, néanmoins, ne devait pas s’imposer dans l’industrie des armements militaires avant la fin du XVIIIe siècle103.

  • 104 Cfr à ce sujet B. Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, pp. 88, 196-197 ; A. C. Crombie, Histoi (...)

124Quant à la réduction et à la rationalisation des calibres selon des « systèmes » définis d’autorité, il n’en sera pas question avant le XVIe siècle, et encore dans une mesure plus théorique que réelle. Ici, les « ouvriers de bombardes » des Pays-Bas, s’ils semblent tenir compte d’une certaine tendance à se limiter à quelques types principaux de bouches à feu, ne firent pas figure de grand novateurs. Rien dans leur production ne s’inspire des principes que l’on retrouve pourtant déjà, vers 1470, dans le « Trattato » du Siennois Francesco di Giorgio Martini, encore moins de ceux qui aboutirent à la création des six calibres de France ou des sept calibres de Charles Quint104. La vérité est que les timides essais de normalisation et d’interchangeabilité que l’on constate dans les anciennes principautés belges n’ont rien à voir avec des motifs d’ordre technologique comme, par exemple, la similitude avec les impératifs actuels de la production en série pourrait un instant le donner à croire. Ce sont bien plutôt des raisons pratiques d’ordre fonctionnel qui ont poussé les constructeurs dans cette voie. Les armées centralisées de la fin du Moyen Age avaient, en effet, déjà besoin d’un armement standardisé et les artilleurs désiraient éviter la confusion résultant de l'usage d'un matériel disparate.

125Nous sommes donc porté à voir, dans le phénomène de centralisation politique, général en Europe à partir du XVe siècle, la cause profonde du désir de normalisation qui devait par la suite s’avérer capital sur le plan de la technologie et qui s’est exprimé, en tout premier lieu, dans l’industrie armurière. Nous avons, d’autre part, assez dit la valeur relative qu’il fallait accorder pour cette époque à la notion de chiffre, de « dimensionnement » et de standardisation. Il n’en reste pas moins que les armuriers dans les Pays-Bas, et singulièrement les faiseurs d’armes à feu ont, fut-ce sans le vouloir expressément, par l’importance de leurs activités et par le caractère novateur de leur industrie, contribué à accréditer l’idée de mesure et à valoriser le quantifiable, qui sont autant d'éléments fondamentaux de la pensée scientifique et technique de l’Occident.

D. — Contrôle de la qualité.

126Deux catégories de produits militaires étaient, pour des raisons évidentes de sécurité, astreintes à un contrôle qualitatif sévère : les armures et les armes à feu. Les premières, parce que la vie de leur utilisateur dépendait de leur résistance, les secondes, parce que toute malfaçon pouvait entraîner des accidents mortels.

  • 105 Cfr Ffoulkes, op. cit., pp. 62-72. — A. N. Lille, R.G.F., B 1972, fo 260 ; Delafons-Melicocq, op. (...)

127Les armures étaient éprouvées en déchargeant sur elles, de plein fouet et à courte distance, des carreaux d’arbalète. Ceux-ci étaient dotés, comme on sait, d’une grande force de pénétration. Cette épreuve était souvent imposée, voire effectuée, par l’acheteur. On voit, par exemple, que le duc de Bourgogne se procure, en 1441, 465 viretons pour faire « essayer » des pièces défensives. En 1493, le Magistrat de Lille offre à Maximilien d’Autriche deux douzaines de « fers à esprouver harnas ». C’est ainsi que le compte des dépenses de Guillaume Fillastre, évêque de Toul, pour l’achat d’une brigandine et de quatre corselets (1455), fait mention du payement de deux arbalétriers bruxellois qui rompirent 16 viretons en soumettant les fournitures à l’épreuve de leur arme. On sait qu’aux XVIe et XVIIe siècles les essais à l’arme blanche furent remplacés par une décharge de mousqueterie. Nous n’avons trouvé dans nos documents nulle trace de cette évolution dès le Moyen Age105.

  • 106 P. Riemer, Das Geschützprobieren, pp. 71-74. — Cfr par exemple, A.E.N., Ville, section 2, Comptes (...)
  • 107 Cfr par exemple, A.E.N., op. cit., reg. 23 (1411), fo 23 v° ; A. N. Lille, R.G.F., B 2012, fo 374 (...)

128Les pièces d’artillerie de fort calibre étaient obligatoirement éprouvées en présence de leur acquéreur ou de son représentant, avant leur acceptation. Pour ce faire, on les conduisait en dehors des murs de la ville où elles avaient été fabriquées, et leur constructeur ou des « ouvriers... à ce congnoissans » commis par l’acheteur, voire les deux parties, leur faisaient tirer 2 à 4 boulets, souvent 3. Si elles résistaient à l’épreuve sans se rompre, accident qui, soit dit en passant, n’était pas rare, elles étaient déclarées « bonnes et sures » et l’on procédait à l’établissement d’un certificat d’agréation. Dans le cas contraire, le marchand était tenu de refaire les pièces jusqu’à satisfaction pleine et entière du client106. Enfin, d’après quelques documents, il apparaît que les canons étaient également pesés officiellement, afin de contrôler si leur prix, souvent calculé d’après le nombre de « livres ouvrées », n’était pas surfait107.

E. — La poudrerie.

  • 108 Sur la fabrication de la poudre à canon au Moyen Age, cfr P. Henrard, Histoire de l'artillerie en (...)

129A partir du XIVe siècle, la préparation de la poudre noire108 occupe une place importante dans les fabrications militaires. Elle était le fait des poudriers eux-mêmes, importateurs de soufre et de salpêtre, ou des canonniers et munitionnaires qui leur achetaient également les ingrédients séparés afin de les combiner au fur et à mesure des besoins. Parfois, les « mixtions » de poudre étaient accomplies par des merciers ou des apothicaires.

130Cette opération ne demandait pas la mise en œuvre d’un appareillage compliqué. Elle n’allait pas sans difficulté cependant car, en l'absence de connaissances scientifiques sur la nature des composantes, le résultat demeurait plus ou moins aléatoire et la qualité du mélange largement imprévisible. La présence de charbon de bois, notamment, rendait les mélanges très hygroscopiques et obligeait de recourir à de fréquents séchages. Pour ce faire, la poudre était exposée a l’air en la répartissant dans des baquets de bois.

131Afin de réduire au minimum la part d’incertitude qu’impliquait ce processus, la nécessité fut reconnue de se conformer a des recettes, c’est-à-dire de s’astreindre à un dosage et à une méthode opératoire. Les recettes de poudre se transmettaient le plus souvent de bouche à oreille, du maître à l’apprenti. Ainsi, a Mons, en 1378, c’est un des canonniers qui collaborent à la fabrication d’une grosse bombarde pour la ville qui est chargé d’enseigner la science des poudres aux artilleurs municipaux. En 1395, un Dijonnais vient expliquer cet art mystérieux aux Binchois. Le contrat d’engagement du bombardier du duc de Bavière, Pierre de Lievenstein, par les Dinantais (3 novembre 1465) stipule notamment qu’il devra « afiner salpettre, faire pouldre et icelle enseignier à faire ».

  • 109 Cfr G. Decamps, L'artillerie montoise..., p. 11 ; E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche... (...)

132Cependant, dès le XIVe siècle, on se met a transcrire ces recettes dans les documents administratifs urbains afin d’y recourir en cas de besoin. Par ailleurs, les recueils de notes et de dessins relatifs à l’artillerie, apparus à la même époque, font également une place aux mixtures pyrotechniques. Pour les Pays-Bas, nous trouvons des traces au XVe siècle de cette timide introduction de l’écrit technique, donc de la transmission livresque du savoir pratique, dans l’industrie. C’est ainsi que le premier « livre d’artillerie » du duc de Bourgogne renferme la transcription, à la date de 1413. de la recette de poudre à canon communiquée par un fournisseur. Le scribe termine d’ailleurs par ces mots : « Et soit demandé à autre, se ceste recette est vraye », qui expriment mieux que nos paraphrases la valeur relative de ces directives empiriques. Quatre ans après, le clerc copie une seconde recette, sans commentaires cette fois, a l’occasiond’un autre achat de poudre. Enfin, un scribe de Lille reçoit salaire en 1479 « pour le coppie d'un livret où estoit contenu la recepte de faire pouldre de culevrines, de serpentines et de bombardes, et aussi le maniéré de faire feu grégois109 ».

  • 110 Citons quelques mentions d’outillage à l’usage des poudriers : M. Mollat, Comptes généraux de l’ét (...)
  • 111 En 1418, la poudre à canon que le duc de Brabant fait fabriquer à Anvers, en prévision du siège de (...)

133Une fois affinés, salpêtre et soufre étaient mélangés au charbon de bois dans de grands mortiers en bronze, en cuivre ou en fonte, et triturés manuellement à l’aide de pilons de bois ou de fer. Il n’est pas possible de savoir dans quel cas l’on fabriquait de la poudre en farine ou en grain. L’outillage auquel on se réfère : mortier, pilon et tamis est applicable aussi bien à une espèce qu’à l’autre. Il est certain, cependant, que la poudre grenée était connue au XVe siècle. Après battage, les matières premières étaient mouillées puis pétries en galettes. Ces dernières, après concassage, se réduisaient en petits fragments qui, criblés au tamis et séchés, donnaient de petits grains prêts à l’usage110. Le galetage se faisait souvent à la meule et une simple pierre de meunier, empruntée pour la circonstance, pouvait suffire à l’opération. Ce n’est qu’à la fin du XVe siècle qu’apparurent un peu partout les véritables moulins à poudre, spécialement construits à cette fin111.

  • 112 A. N. Lille, R.G.F., R 1957, fo 430 v°. — Autre achat d’une balance à poudre en 1420-1421 ; ibid.,(...)

134Toutes ces préparations s’accomplissaient avec lenteur, en raison précisément du manque de moyens mécaniques qui eussent pu hâter les manipulations, le séchage naturel ou la trituration. Ajoutons que le dosage des ingrédients ne se faisait pas au jugé mais selon des mesures assez précises effectuées par pesage. Pour les besoins de l’armée de mer réunie à l’Ecluse en 1436 dans le but d’investir Calais, on fit l’achat d’une balance à poudre avec des poids en plomb d’une livre, d’une demi-livre, d’un quart de livre et d’un huitième de livre. Ceci nous permet de supposer que les pesées avaient une approximation d’environ 50 grammes112.

F. — Les autres fabrications armurières.

a) Le travail du bois.

135La fabrication des parties d’armes en bois obéissait à des techniques plus traditionnelles encore que celles mises en œuvre dans l’élaboration des pièces métalliques. C’est pour cela, sans doute, que les sources ne s’arrêtent guère à les décrire, les tenant pour connues et banales.

  • 113 Cfr par exemple A. N. Lille, op. cit., B 1969, fo 352 v° ; Soilde Moriame, op, citpp. 61-62.

136L’outillage est celui de la menuiserie : la scie, la rape et la peau de chagrin, la colle et les clous pour l’assemblage, le fer et le cuir pour les garnitures113.

  • 114 Cfr Gachard, Rapport à M. le Ministre de l'Intérieur sur différentes séries de documents... à Lill (...)

137Les fabricants de lances, dits lanciers ou fustaillers, faisaient des hampes, à section ronde ou carrée, et les garnissaient d’une pointe, fixée par un ou plusieurs clous, parfois aussi d’un talon métallique ou d’un arrêt en cuir destiné à prendre appui sur le faucre de la cuirasse. Les lances de tournoi avaient une forme plus élaborée, comme les « bourdonnasses » au fût galbé et cannelé, et étaient munies d’une poignée dotée d’un système d’ancrage propre à atténuer les effets du choc. Enfin, les hastes recevaient parfois une couche de peinture et de vernis114.

  • 115 Voir H. Stein, Archers d'autrefois, archers d'aujourd'hui, pp. 53 sv. — Il y avait une très grande (...)

138Les faiseurs de flèches ou de carreaux d’arbalète munissaient les baguettes de bois de pointes de formes diverses, pratiquaient une encoche destinée à recevoir la corde de l’arc, et garnissaient la queue d’un empennage fait de plumes fendues ou de lamelles de bois ou de métal fixées par collage. Ensuite la flèche était polie et cirée115.

  • 116 Erection d'un four de briques en 1445 pour « remettre à point » des arcs, c'est-a-dire soit les sé (...)

139Les artilleurs faisaient subir, à la matière première, des opérations de séchage, parfois accélérées par cuisson. Les quartiers de bois d’arc étaient alors dégrossis et polis. On les munissait, aux extrémités, de petits embouts en corne où la corde venait se nouer. De même, les arbriers d’arbalète étaient mis à forme et garnis de leurs accessoires en fer et en corne. Parfois, ils étaient luxueusement rehaussés d’appliques en ivoire ou en argent. Le montage et l’épreuve des arcs s’effectuaient sur un ban spécial pourvu d’un système de tension116.

  • 117 R Sur l'évolution du bouclier médiéval, cfr H. Nickel, Der mittelalterliche Reiterschild des Abendl (...)
  • 118 R Sur l'évolution du bouclier médiéval, cfr H. Nickel, Der mittelalterliche Reiterschild des Abendl (...)

140Enfin, pour citer les principaux travaux d’armurerie en bois, mentionnons la fabrication des boucliers. Ceux-ci revêtaient des formes variées et pouvaient différer grandement par la qualité, depuis le simple manteau de bois équarri jusqu’à l’écu chevaleresque, orné de bas-reliefs en plâtre moulé, rehaussés de dorure117. Les plus courants étaient les grands pavois qui protégeaient l’infanterie, faits d’un assemblage de planches, parfois cintrées par pressage, munies de poignées en cuir bouilli et couvertes de peau ou de toile. La plupart étaient peints de motifs décoratifs ou héraldiques : ceux des milices urbaines aux armes des corporations ou des communes, ceux des troupes princières à la devise du souverain. Ainsi, le Musée de la porte de Hal à Bruxelles conserve un pavois d’arbalétrier, recouvert de forte toile sur laquelle sont peintes les armoiries de la Flandre. En 1474, Charles le Téméraire fit acheter 4 000 targes parties de blanc et de bleu avec, brochant sur le tout, la croix de saint André en rouge, et les fusils de Bourgogne dorés et multicolores118.

b) Le travail de la pierre.

141Les projectiles en pierre destinés aux bombardes étaient tailles par les maçons au calibre de la pièce a laquelle ils étaient destinés. On prenait le tracé de ce calibre en appliquant un parchemin sur la gueule du canon. Le dessin servait alors de plan pour la confection de « patrons », c’est-à-dire de cercles métalliques ou de planches percées de trous dont le diamètre correspondait à celui du boulet à réaliser. Celui-ci était taillé à la boucharde, sorte de marteau dont les surfaces d’attaque étaient aciérées pour en augmenter la dureté. La pierre était arrondie jusqu’à ce qu’elle passe aisément à travers le gabarit du patron.

  • 119 J. Garnier, op. cil., pp. 29, 91, 92, 156, 201 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1925 fo 118 r°-v° ; A.G.R. (...)

142On comprend que cette mise à forme ne demandait ni outillage coûteux ni installation particulière. C’est pourquoi la fabrication des boulets s’opérait souvent sur place, à proximité des bouches à feu, et même, au fur et à mesure des besoins, pendant les opérations militaires de longue durée119.

  • 120 B. Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, pp. 80, 90-91.
  • 121 M. Berthelot, Pour l’histoire des arts mécaniques..., p. 474. Cet ouvrage est consacré, en grande (...)

143Au terme de cet aperçu, forcément synthétique, de l’outillage et des techniques mis en œuvre par les armuriers des anciennes principautés belges, on ne peut manquer d’être frappé par la modestie des moyens dont l’artisan disposait et par l’immense habileté dont il devait, dans ces conditions, faire preuve. Par contraste cependant, l’industrie des fabrications métalliques destinées à l'armement, apparaît comme relativement progressiste, surtout après l'introduction des armes à feu. Cette nouveauté eut un effet décisif, non seulement par l’impulsion qu’elle donna à la métallurgie, mais surtout parce qu’elle contribua puissamment à rendre la métallurgie indispensable. C’est grâce au canon que l’Europe est véritablement entrée dans l’âge du fer. Cette technique entraîna un élargissement des connaissances et, selon l’expression juste de Bertrand Gille, un renouvellement de la problématique. En obligeant l’artisan à se plier à des impératifs inédits de précision, de rigueur, de contrôle, en l’amenant à explorer les mystères de la matière pour accroître les moyens de la domestiquer, l’industrie des armes à feu eut, bien plus que ses produits eux-mêmes sur le plan politique, une profonde répercussion sur le niveau technique et scientifique qui caractérise si bien la civilisation occidentale. On dirait d’ailleurs que les esprits curieux du bas Moyen Age ont eu le sentiment de cette importance, car l’artillerie prend une place de plus en plus grande dans les « recueils de machines » composés au XVe siècle120. Le canon devient le pôle d’attraction, il cristallise tous les progrès des arts mécaniques, il est, comme l’appelait Taccola, l’« Archimède de Sienne », « pater omnium instrumentorum ac machinarum ». Le savant bibliothécaire du Vatican, Giovanni Tortelli, l’appelait alors « presque la plus grande des merveilles »121.

3. — La capacité de production

  • 122 D’après « Le roman de Foulcpie de Candie » ; cfr A. Sternberg, Die Angriffswaffen im Altfranzösisc (...)
  • 123 Respectivement, d’après la « Geste de Doon de Mayence » et « Gaydon » ; V. Schirling, Die Verteidi (...)

144Les moyens de production dont disposaient les armuriers du Moyen Age étaient tels que le rythme de leurs activités ne pouvait être très rapide, non seulement selon nos critères modernes, avec lesquels il n’y a aucune commune mesure, mais même pour l’époque, où l’on voit la longueur des délais de livraison. Jadis, pourtant, la lenteur d’exécution n’était pas un défaut, elle était même une présomption de qualité. La litérature épique, pour frapper l’imagination en développant le merveilleux, attribuait à certaines armes des temps de fabrication fabuleux. On prétendait, à propos de l’épée d’Alexandre, que « Le fevre qui la fist... I mist.C. ans et plus au fondre et forgier »122. On disait de tel haubert que « Le mestre que le fist i ot moult demouré, Tant i mist de son temps que si bien Va ouvré... » et de tel autre que « Cil qui le fist mist sept ans au forgier »123. Ces poncifs trahissent, à coup sûr, une mentalité qui reflète des conditions bien réelles.

145Les documents qui nous renseignent sur les capacités de production sont assez nombreux pour donner un aperçu concluant de la situation dans tous les secteurs de l’armement.

  • 124 Olivier De La Marche, Mémoires, t. I, pp. 326 et 333. — A. N. Lille, R.G.F., B 1931, fo 167 v°. — (...)

146Celui des armes défensives, que nous venons d’évoquer à propos des Chansons de Gestes, requérait des prodiges de patience. Olivier de la Marche déclare qu’au « pas d’armes » de Marsannay-la-Côte, près de Dijon (1443), il fallait aux armuriers de service deux à trois heures pour reforger un garde-bras faussé. Par ailleurs, nous savons qu’en 1425, le fameux armurier parisien Thomassin de Froimont, valet de chambre de Philippe le Bon, a passé près de trois mois et demi à fabriquer à la demande de son maître deux armures de joute, une de guerre, quatre épées et quatre dagues. Ajoutons que, pour ce faire, il était assisté de plusieurs valets, trois ou quatre sans doute, à en juger par les frais de bouche et de déplacement qui lui sont imputés. A la même époque, maître Nicolas, armurier du duc de Lorraine, forgeait deux harnois entiers en trois mois. Ces temps de travail ne paraissent nullement exagérés : actuellement, l’exécution d’une copie d’armure ancienne, en se servant de la cisaille, du marteau et du burin, demande deux semaines de travail et encore, en utilisant des tôles minces de remploi, préalablement laminées industriellement124.

147Lorsqu’il s’agissait de forger des pièces d’artillerie en fer, on s’engageait bien davantage encore dans des travaux de longue haleine. Quelques exemples suffiront à le prouver. Il fallut 3 mois, en 1375, pour fabriquer, à Mons, un canon de 9 500 livres : 12 maîtres et ouvriers maréchaux, secondés par 6 manœuvres employés aux soufflets, furent occupés à cette entreprise. Vers la même époque, on cite les délais suivants : 13 jours, à 5 personnes, pour un canon pesant 336 livres ; 56 jours, par les mêmes ouvriers, pour 5 pièces de moyen calibre ; 99 jours, à 8 personnes, pour 3 engins semblables mais, dans ce cas, la première des bouches à feu avait été forgée hâtivement en prévision d’une campagne militaire imminente. Signalons en passant qu’il convient de tenir compte d’un élément retardateur supplémentaire, en l’occurrence les fêtes chômées obligatoires. On voit ainsi que le forgeage d’une grosse bombarde « jetant » 450 livres a absorbé la main-d’œuvre de 9 artisans, du 12 octobre 1377 au 9 janvier de l’année suivante, ce qui fait 90 jours. Or cela ne représentait, nous dit-on, que 61 jours ouvrables, jugés insuffisants pour accomplir une si énorme entreprise puisque, pour éviter d’enfreindre le repos sacro-saint des jours fériés, il avait fallu se résoudre à prolonger le travail ordinaire après la tombée de la nuit.

  • 125 G. Decamps, op. cit., pp. 10-11. — J. Garnier, op. cit., pp. 9-13. — A. N. Lille, R.G.F., B 1963, (...)

148Le record de durée pour la confection d’une seule bouche à feu appartient sans doute à la bombarde « Bourgogne ». Pour remplacer sa volée de bronze, perdue par fait de guerre, on lui refit, en 1436-1437, un tube en fer du poids de 16 000 livres. Ce travail fut confié à 2 canonniers et à 6 valets qui s’y appliquèrent, à Saint-Omer, pendant 7 mois et 8 jours125 !

  • 126 J. Garnier, op. cit., pp. 64, 71-72.

149En ce qui concerne les commandes portant sur des séries de pièces, il convient de considérer, pour apprécier les délais de livraison, l’importance réelle de la main-d’œuvre. On sait, par exemple, qu’il a fallu 2 mois à un canonnier de Dijon pour forger, avec deux valets, 27 armes à feu portatives. Mais il est matériellement impossible qu’un autre « forgeur », dont on ignore le personnel, ait pu en 6 mois seulement fournir 206 pièces d’artillerie moyenne et petite, sans avoir disposé d’une importante collaboration126. En règle générale, toute fourniture abondante de matériel militaire, attribuée à un seul marchand ou artisan, dénote nécessairement dans son chef une organisation industrielle développée et l’exercice d’un contrôle sur des moyens de protection dont il confie à des tiers la tâche d’assurer le fonctionnement.

  • 127 Ce n’est qu’au quatrième essai que l’on réussit à Zwolle, en 1420, la coulée d’un gros canon de pl (...)
  • 128 Garnier, op. cit., pp. 25-26. — A.G.R., C.C., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, fo 4 v°-5. — L. (...)

150La fabrication par moulage était moins lente que la mise à forme au marteau, mais la capacité de production, avec les difficultés et les aléas inhérents à la fonderie de pièces pondéreuses, restait tout de même fort limitée127. Ainsi, la grosse bombarde nommée « Dijon » ayant éclaté, en 1408, au siège que les troupes de Jean-sans-Peur avaient planté devant Vellexon, il fallut, en un temps record pour l’époque, en couler une nouvelle en bronze, du poids de 7 000 livres environ. Le travail demanda trois semaines. Les 5 fondeurs étaient assistés par 128 manœuvres. On réquisitionna 200 personnes pour extraire le nouveau canon de la fosse alors, paraît-il, qu’il était à peine refroidi. Dans le même temps, ces fondeurs, avec l’aide de 68 personnes, firent encore une chambre à feu en bronze pesant 1 700 livres. En 1479, il faut environ 3 mois à un maître canonnier de Lille pour couler 6 serpentines et une arquebuse, d’un poids total de 2 548 livres d’airain. En 1489, la fabrication par moulage d’une « haquebutte », c’est-à-dire d’une pièce d’artillerie semi-portative, demande en moyenne une semaine à un fondeur montois128.

Fig. 15. Canon de Jean de Rosières (vers 1470)
Butin pris aux Bourguignons et placé à l’arsenal de Bâle. Volée en bronze (calibre : 3 cm) munie de tourillons en fer au XVIe siècle, La culasse porte deux écussons aux armes de Jean de Rosières, dernier maître de l’artillerie de Charles le Téméraire.
(Bâle, Musée historique. Cliché Hist. Museum Basel)

  • 129 O. Johannsen, op. cit., pp. 376-377.

151Pour la fonte de fer, nous sommes moins bien renseignés. Nous savons seulement qu’en 1486, le délai de livraison au roi des Romains pour 300 boulets en fer fut d’un mois129. Nul doute, cependant, que la durée de la fabrication proprement dite devait être, en l’occurrence, inférieure à 30 jours.

  • 130 Garnier, op. cit., pp. 63-64. — A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 32, fo 122 v°, 1 (...)
  • 131 Cfr op. cit., n. 118.

152Abandonnant le secteur de la métallurgie, sans quitter cependant celui des armes à feu, nous avons l’occasion d’aboutir aux mêmes conclusions en ce qui concerne les munitionnaires. Au début du XVe siècle, il faut, à 4 personnes, 89 jours pour affiner cinq tonnes de salpêtre brut. Et encore le travail se prolonge-t-il parfois après la tombée de la nuit, au point que l’on consomme 25 livres de chandelles afin de « donner clarté aux affineurs ». A Namur, en 1465, ce sont 4 ouvriers au moins qui passent trois semaines pour confectionner 1 000 livres de poudre130. Enfin, il semble qu’en moyenne la fabrication et le calibrage d’un boulet de canon en pierre prenait une demi-journée au moins à un maçon131.

  • 132 A. N. Lille, R.G.F., B 1948, fos 266 v°-267.

153Pour le travail du bois, on peut citer l’exemple de cet artilleur, établi à Bruges, employé pendant deux ans à faire, pour Philippe le Bon, 4 242 arcs. Cela représente environ 6 arcs par jour, mais le potentiel de productivité devait être plus élevé puisqu’il convient de tenir compte des fêtes chômées et, sans doute aussi, du temps consacré plus ou moins licitement à d’autres ouvrages132. Il est plus difficile de se former une opinion précise à propos des fabricants de flèches car on peut présumer, étant donné la très forte consommation de ces munitions, que l’on en préparait des stocks finis ou semi-finis et que ceux-ci étaient écoulés, à bref délai, en cas de commande.

  • 133 Garnier, op. cit., p. 26. — Le tampon était une pièce de bois cylindrique que l'on plaçait dans un (...)

154Notons enfin qu’il fallait une journée de menuisier pour ébaucher 3 tampons de bombarde d’environ 40 centimètres de diamètre133.

  • 134 R. Gandilhon, op. cit., pp. 202-204. — J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales.. (...)

155Le rythme lent de la production armurière médiévale, aussi bien dans les principautés belges qu’ailleurs, n’était pas un inconvénient, si l’on ne considère que les achats au petit détail. Il représentait un sérieux problème, par contre, pour les chefs des Etats centralisés constitués a la fin du Moyen Age. Réunir, à bref délai, l’équipement nécessaire à la mise sur pied d’une armée, était une gageure que seul pouvait relever un recours simultané à plusieurs fabricants. C’est l’obligation dans laquelle tous les souverains de l’époque se sont trouvés, en l’absence de manufactures d’Etat travaillant à les servir. Louis XI réussit, grâce à un certain « dirigisme », à organiser la répartition et l’exécution des commandes dans plusieurs régions de la France. Il parvint ainsi, en moins de deux mois, à équiper l’infanterie française de 5 500 piques, 14 500 hallebardes et 18 500 dagues. Dans les Pays-Bas, il semble que Maximilien d’Autriche fut moins prévoyant, en dépit de besoins aussi grands. Les appels pressants qu’il adressait à ses pourvoyeurs, dans une contrée où nous savons pourtant bien que l’armurerie florissait, trahissent vraisemblablement des difficultés d’approvisionnement pour certains matériels, par suite de la dispersion des producteurs et de leur potentiel industriel restreint134.

156L’étude de la fabrication des produits d’armement dans les anciennes principautés belges nous a permis de brosser à grands traits les caractéristiques professionnelles et sociales non pas d’une classe mais d’une catégorie de travailleurs manuels qui, bien que confondus et disséminés dans la masse des artisans, ne s’en distinguaient pas moins par le prestige dont les auréolaient les secrets, jalousement transmis et préservés, de leur art. Certains d’entre eux, ceux qui travaillaient les métaux, touchaient à ce que nous appelons aujourd’hui des « secteurs de pointe », et l’introduction des armes à feu, vers le milieu du XIVe siècle, contribua fondamentalement au perfectionnement technologique, non seulement de cette industrie particulière, mais aussi de tous les arts mécaniques et, en dernière analyse, de la pensée scientifique.

157Malgré ces perspectives, dans lesquelles nous reconnaissons les germes de progrès futurs, l’industrie armurière était fondée sur des bases organiques essentiellement archaïques. Dans un monde corporatif, l’ouvrier ne s’encombrait pas d’un outillage complique. L’infrastructure industrielle d’un centre manufacturier était constituée de la somme des ressources humaines que les circonstances économiques y avaient concentrées, non d’un équipement permanent de production. Seule l’aparition, tardive d’ailleurs, de la fonderie des canons et des boulets, basée sur l’exploitation de l’énergie hydraulique et sur la sidérurgie, viendra quelque peu modifier ces conditions, en introduisant la notion d’usine c’est-à-dire de centre industriel permanent. Ces circonstances expliquent la mobilité du fabricant d’armes du Moyen Age, toujours assuré de disposer sans trop de peine, à l’endroit où l’espoir du profit l’attire, des moyens de production nécessaires et suffisants.

158Archaïsme encore de ces moyens de production dont le faible rendement satisfait difficilement les exigences des puissances politiques. Celles-ci, par la demande qu’elles ne cessent d’accentuer, ne peuvent que favoriser la prolifération des entreprises dont les produits additionnés augmentent utilement le niveau de l’offre. Par ailleurs, maints exemples de fournitures d’armes aux princes de Bourgogne, cités dans le corps de cette étude, montrent que l'on assiste déjà à l’emprise d’un certain nombre de producteurs importants. En jouant le rôle efficace d’intermédiaires entre l’acheteur et la masse des artisans, ils tendent à exercer, à leur profit, un certain monopole. Nous ne sommes pas suffisamment renseignés sur leurs transactions pour connaître l’étendue de leur patronage sur ceux auxquels ils procuraient du travail. On pourrait conjecturer, à l’exemple de ce qui se fit ailleurs et en d’autres temps, qu’ils pratiquaient une sorte de « truck System » avant la lettre. Cependant, ce mouvement de concentration ne faisait que se dessiner car il y avait place encore, à la fin du XVe siècle, pour une foule de petits armuriers indépendants.

159En exposant le résultat de nos recherches sur les moyens de production de l’ancienne armurerie belge, nous sommes conscient de n’avoir traité qu’un seul aspect d’une étude qui devrait être comparative. L’originalité éventuelle de cette industrie, de ses procédés, de son rythme, de son importance même, ne saurait apparaître qu’en la confrontant avec d’autres investigations menées dans des cadres géographiques différents. En attendant de pouvoir disposer de ces travaux, il serait prématuré de vouloir apprécier à sa juste mesure l’organisation de l’armurerie de nos régions, car nous ignorons encore ce qui pouvait la différencier de celle de centres aussi prospères et aussi réputés que Milan, Brescia, Augsbourg, Nuremberg, Innsbruck, Landshut.

160Ce qui paraît beaucoup plus sûr, par contre, c’est la valeur exemplative des conclusions auxquelles nous avons pu aboutir quant aux techniques de production et au statut social des artisans. Car, dans un contexte de civilisation matérielle uniforme, il y a toutes chances que les constatations opérées dans une région comme les Pays-Bas, — qui n’était certes pas en retard de développement, — soient au moins partiellement applicables à l’ensemble de l’artisanat européen.

161Pour nous, comme nous l’avons soutenu à plusieurs reprises dans le corps de cet ouvrage, le secteur armurier n’est pas un domaine quelconque livré aux explorations critiques de l’historien mais un champ d’investigation privilégié. Les hommes ont toujours mis dans l'armement le maximum de leur savoir et de leur savoir-faire. Inversement, c’est en étudiant l’armement d’une époque que l’on découvre la mesure de ses connaissances techniques. Nous n’avons pas voulu laisser échapper cette occasion de puiser, dans un sujet particulier, une valeur générale de témoignage.

Notes

1 Sur les « maîtres d’engins », cfr B. Cille, Les ingénieurs de la Renaissance, pp. 11-46.

2 L. Febvre, Une enquête : la forge de village, pp. 630 sv. ; R. J. Forbes, Métallurgy in antiquity... ; pp. 78 sv. ; J. F.Finó, Notes sur la production du fer et la fabrication des armes..., p. 50.

3 3 Le thème de Venus dans la forge de Vulcain est exploité par les enlumineurs à partir du XIIIe siècle ; cfr C. Ffoulkes, Venus in der Schmiede Vulkans, pp. 316 sv. Sur le rôle du forgeron dans la tradition germanique, cfr E.Salin, La civilisation mérovingienne..., t. III, pp. 101 sv.

4 V. Schirling, Die Verteidigungswaffen im Altfranzösischen Epos, p. 37 (extrait de « Garin de Monglane ») ; M. de Riquer, L'arnès del cavalier..., pp. 45-47 (exemples catalans). — Fr. Buttin, Du costume militaire..., pp. 358-360.

5 J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne..., p. 224, n. 5 ; L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne. Etudes sur les lettres, les arts et l’industrie..., t. I, p. 367, St. Bormans, L. Lahaye, D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. II, pp. 123 (citation), 176 ; t. VII, pp. 356-358. Sur la pendaison du canonnier de Dinant, cfr Jean De Wavrin, Recueil des croniques et anchiennes istories..., t. V, p. 531 ; Jean De Haynin, Mémoires, t. I, p. 178.

6 Cfr P. Marot, Les offres de service d'un fondeur de bombardes au XVe siecle, p. 202 ; A. Weyhmann, Geschichte der älteren lothringischen Eisen-Industrie, pp. 60-60-61 ; C. Probst, Salpetereinfuhr und Salpetersieder im Deutschordensland Preussen, p. 63.

7 B.Gille, op. cit., pp. 116-117, 200-201.

8 M. Martens, Correspondance entre Francesco Sforza et Philippe le Bon, p. 226. Philippe le Bon commanda trois armures à l’artiste milanais ; cfr J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementalesp. 420.

9 Olivier De La Marche, Estat de la Maison du duc Charles de Bourgogne, p. 47.

10 Cfr lettre d’engagement de Gérard de Hainaut comme armurier à vie du due de Bourgogne, à dater du 1er août 1444 ; A.G.R., C.C., Recette générale de Flandre, reg. 2705, fo 75. — Pension à demi solde du maître de l’artillerie du duc de Bourgogne (1431) ; J. Garnier, op. cit., p. 215. — Maître Guillaume d’Ostrewicq succède en 1459-1460 à son père Thierry, comme responsable de l’armoierie des comtes de Hainaut à Mons ; A.G.R., C.C., Recette générale du Hainaut, reg. 3196, fo 72. Tarification des travaux prestes par les fabricants d’armes assermentés ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 81 r°-v° ; J. Garnier, op. cit., p. 210 ; F.-J. Raymaekers, Coup-d’œil historique sur la « Holle Griet » ou grand canon de Diest, p. 123 n. — Les exemples d’armuriers assermentés au service des princes ou des villes sont très nombreux.

11 Cfr B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. I, fasc. 1, pp. 223-224 ; fasc. III, p. 481.

12 Dons à des canonniers en 1421 (citation) : J. Garnier, op. cit., p. 223 ; don « en cortoisie » à l’artilleur de Namur en 1385 : A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 21, fo 25 v°. — En 1413, maître Jacques de Nivelles est pris au service de la ville de Namur comme fabricant d’arbalètes, sur recommandation du comte ; ibid., reg. 23, fo 33. — En 1400, l'armurier tournaisien, Jehan de Conseil, frappé de bannissement, obtient un mois de sursis a la demande du sénéchal du Hainaut et des seigneurs de Chin et de Ligne pour lesquels il avait des travaux à terminer ; Soil de Moriame, Armes et armuriers tournaisiens..., p. 37 n. 3.

13 Par exemple, l'armurier Thomassin de Froimont accompagne le duc de Bourgogne pendant trois mois dans ses expéditions militaires de l’an 1436 : A. N. Lille R.G.F., reg. 1957, fo 332.

14 Cfr A. Henne et A. Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, t. I, p. 163 et J.-P. Sosson, Quelques aspects sociaux de l'artisanat bruxellois du métal, pp. 102C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armurière liégeoise au Moyen Age, pp. 70-71, 75 auquel on ajoutera E. Poncelet, Les domaines urbains de Liège, p. 191 et n. 3 (armurier au coin des rues de la Wache et Sainte-Gangulphe). — Pour Namur, cfr L.Genicot, Polyptique de l'abbaye de Salzinnes..., pp. 15, 17, 19 et A. E. Namur, op. cit., reg. 28 (1448), fo 13 et reg. 29 (1455), fo 64. — Le souvenir des points de concentration des activités armurières dans les villes se retrouve parfois dans la toponymie : par exemple, à Saint-Omer ou à Valenciennes ; cfr Pagart D’hermansart, Les anciennes communautés d’arts et métiers à Saint-Omer, t. I, p. 492 et Récits d'un bourgeois de Valenciennes, p. 48.

15 A Liège, l’armurier Anseal Borlande (1425) est intéressé à l’exploitation d’une veine de houille au Xhovémont ; M. Yans, Mémorial des archives détruites en 1944, t. II : Pasicrisie des échevins de Liège, p. 59, no 114. — A Huy, Jacquemin le speelier participe (1356, 1357) à l’exploitation des gisements de plomb en amont d’Amay et dans les bans d’Andenne et de Sclayn (A. Joris, La ville de Huy au Moyen Age, p. 304) tandis qu un coutelier liégeois obtient la concession d’une plombière du comté de Namur, vers 1430 (L. Genicot, L'industrie dans le comté de Namur à la fin du Moyen Age, p. 56).

16 Cfr Sosson, op. cil., pp. 121, 251.

17 Henne et Wauters, op. cit., t. II, pp. 524, 526, 528 ; Sosson, op. cit., pp. 105, 245 ; E. Van Vinkeroy, Costumes militaires belges du XIe au XVIIIe  siècle, pp. 59-60 ; M. Tourneur-Nicodeme, La brigandine et la mitre de Guillaume Fillas tre, pp. 19 sv. ; Het register van den dachvaerden, éd. P. Genard et F. J. Van Den Randen, pp. 191-196, 433-434. — Ces références à la carrière de Lancelot de indertale ne sont pas exhaustives ; elles ont pour but de donner une idée suffisante de l'ampleur de ses activités.

18 A. Decourtray et L. Devillers, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut, t. I, pp. 104, 113. — A. JORIS, La ville de Huy au Moyen Age, pp. 289 n. 323, 304, 354, 366, 373. — J. BREUER, Les orfèvres du pays de Liège..., p. 24.

19 Cfr respectivement A. Diegerick et O. Kerchove, Une page de l’histoire d'Ypres (1379-1384), p. 129. —Arch. Gén. Royaume, C.C., Recette générale des provinces : duché de Limbourg et pays d’Outre-Meuse, reg. 2446, fos 125 et 314. DE La Fons Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., p. 16.

20 Les allusions à ce personnage dans les archives allemandes ont été relevées par B. Rathgen, Das Geschütz im Mittelalter..., pp. 19-21, 187-196, 211. Cet historien, par ailleurs fort bien documente, se trompe lorsqu’il qualifie Walter d’Arlon d’« Allemand » et le dit originaire de Trêves. Les sources sont formelles à cet égard : elles le surnomment « dem Walen » et le déclarent « von Arle ».

21 Ibid., pp. 177, 181. St. Bormans, L. Lahaye, D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. II, pp. 123, 176. — Ed. ROLAND, L’artillerie de la ville de Binche, 1362-1420, p. 31.

22 Soil de Moriame, op. cil., pp. SV. et 48 (citation) ; X, Anciens contrais tournaisiens d'apprentissage, pp. 191-196.

23 Soil de Moriame, op. cit., p. 44. — Pagart d’Hermansart, op. cil., t. 1/2, p. 493. — Arch. Ville BruXelles, no 1447 : Ordonnantien der Ambachten ab anno 1365 tôt 1501, fo 148 v°.

24 Citons, entre autres exemples, pour le XIVe siècle : la famille de l’armurier bruxellois Jossequin Munier ; B. PROST, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. 1/fasc. 1, pp. 223-224 ; fasc. 3, p. 481. Les heaumiers bruxellois Henri van den Brugge, père et fils ; Pl. Lefevre, Archives des arts, t. 26, 1955, p. 7. Pour le XVe siècle ; les armuriers Lancelot et Antoine de Gindertale ; cfr ci-dessus n. 17 et Gachard, Rapport à Monsieur le Ministre de l'Intérieur..., p. 312. Les marchands d’artillerie Jean et Pierre Cambier ; G. Decamps, L'artillerie montoise..., pp. 14-15. Nous donnons quelques détails sur la carrière de ces deux armuriers p. 144.

25 Cfr en général, P. Cezard, La littérature des recettes du XIIe au XVIe  siècle..., pp. 23-30 ; A. Essenwein, Quellen zur Geschichte der Feuerwaffen..., pp. 9 sv. ; Berthelot, Pour l'histoire des arts mécaniques et de l'artillerie vers la fin du Moyen Age ; A. C. Crombie, Histoire des sciences, de saint Augustin à Galilée (400-1650), t. I, pp. 191 sv. ; B. Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, pp. 51-69, 80, 90-91.

26 Le premier souci de normalisation des calibres d’artillerie apparaît dans des traités italiens de la première moitié du XVe siècle. Mais il faut attendre le XVIe siècle pour qu’il se traduise régulièrement dans la pratique ; ibid., pp. 87-88, 196-197 et Crombie, op. cit., p. 197.

27 J. Garnier, op. cit., pp. 60-61, 63 ; DE La Fons-Melicocq, op. cit., p. 28.

28 Le rouleau original en parchemin comportant la confirmation par l’élu de Liège, Henri de Gueldre, de l’érection de la confrérie malinoise de Saint-Eloi (21 décembre 1254) se trouve aux A.V.M., Smeden, D 7. A ce sujet et sur l’organisation des métiers de malines, cfr P.-J. Van Doren, Inventaire des archives de la ville de Malines, t. VIII, pp. 23-24 ; G. Van Doorslaer, L'ancienne industrie du cuivre à Malines, t. 20, pp. 59-70 ; J. Laenen, Geschiedenis van Mechelen tot op het einde der Middeleeuwen, pp. 139-140. 273 sv.

29 C.-J. Bertrand, Histoire de la ville d'Ath documentée par ses archives, pp. 359-360. — A. Libois, Quatre textes inédits concernant la confrerie de Saint Eloy de Bruxelles, pp. 333 sv. ; La confrérie de Saint-Eloy de Bruxelles... : Iienne et Wauters, op. cit., t. II, pp. 583-584, 590 ; L. Guichardin, Description de tout le Pais Bas... p. 77 ; les fabricants d’armes défensives de Bruxelles ne se sont groupés en un seul métier qu’en 1472 ;Arch.Ville BruXelles. Ordonnantien der Ambachten ab anno 1365 tot 1501, fo 105 v°-106. — Th. Gobert, Le bon métier des orfèvres de Liege, p. 61. — A. Meulemans, Het smedenambacht te Leuven, p. 39.

30 Soilde Moriame, op. cit., pp. 48 sv.

31 Cfr les travaux et documents relatifs à Bruxelles cit. n. 29. L’acte relatif à l’approvisionnement de l’armée ducale en lances (1475) se trouve dans Arch. Ville BruXelles, reg. 1447 : Ordonnantien der Ambachten ab anno 1365 tot 1501. t l.« 

32 n R. Wegeli, Inschriften auf mittelalterlichen Schwerklingen ; A. Anteins, Im OsbaltiKum gefundene Schwerter mit damaszierten Klingen, p. 113. —Soil de Moriame op cit., pp. 41-47 ; A. de la Grange, Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de Tournai (1431-1476), pp. 148-149. — Pagart D’hermanSART, op. cit., t. 1/2 p. 488. — J. Borgnet et ST. Bormans, Cartulaire de la commune de Narnur, t. II p 100 ; J.-B. Goetstouwers, Les métiers de Namur sous l'Ancien régime..., pp. 124-125 —E. Fairon, Chartes confisquées aux bonnes villes du pays de Liege..., pp. 204-205 ; E. Polain, La vie à Liège sous Ernest de Bavière (1581-1612), t. II, pp. 424-425. — Marques frappées sur des pièces d’artillerie du XVe siècle, reproduites dans J. Garnier, op. cil., pp. 80-82, 166-170. — Cas intéressant de leg de marque dans G. Fagniez, Documents relatifs à l’histoire de l'industrie et du commerce en France, t. II, p. 181. —Ces marques individuelles d’armuriers ne doivent pas être confondues avec les poinçons d’arsenaux que les usagers des armes y faisaient apposer ; cfr, par exemple, le « fier dont on al enseingneit les arbalastres » de Namur, en 1430 : A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 25, fo 56, ou le « ponchon gravé d’une aiglette a enseigner les ars de la ville » de Cambrai dans Dehaisnes, Documents et extraits divers..., p. 489. — A noter qu à l'instar des autres organisations professionnelles, les corporations d’armuriers disposaient également d’une bannière et d’un sceau ; cfr la bannière en toile peinte de la corporation des armuriers de Gand (XIVe siècle) dans J. Squilbeck, Pièces armoriées dans nos collections d’armes et d’armures et les sceaux des fourbisseurs et des artilleurs de Bruges dans J. de Saint-Génois, Sceaux des métiers de Bruges, pp. 405 et 408.

33 Soil de Moriame, op. cit., pp. 43, 45 ; A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut, t. II, p. 372 ; Arch. NordLille, R.G.F., B 1923, fo 231.

34 Citation dans R. Evrard, La fonderie ancienne dans l'Est de la Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg, p. 33. — B. Van Doorslaer, op. cit., t. XX, p. 73. Ces prestations extra réglementaires sont aussi le fait, bien entendu, des fondeurs d’objets à destination non militaire comme, par exemple, Colar José, canonnier du duc de Bourgogne, qui, avec un assistant, coule « festes et dymenches » et « jour et nuit » les anges du maître-autel de la Chartreuse de Dijon ; cfr M. Canat, Note sur les maître des œuvres des ducs de Bourgogne, p. 49. — J. Garnier op cit. p. 13.

35 Op. cit., pp. 63-64.

36 Cfr n. 10.

37 Ch. Ffoulkes, The armourer and his craft..., p. 22 ; R. BRUN, Notes sur le commerce des armes à Avignon au XIVe  siècle, p. 215. — Par contre E. Scheibe, Studien zur Nürnberger Waffenindustrie von 1450-1550, p. 132, remarquait déjà que la spécialisation n’était, dans la pratique, pas tellement poussée ; voir aussi de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 36.

38 Par exemple, Louis Huygen, armurier ou heaumier du duc de Brabant ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 489 et 492 v° H410) — A Dijon, Jean Quenot est cité tour à tour comme serrurier, fèvre, forgeur de canons et taillandier : cfr A. N. Lille, R.G.F., B 1951, fo 167 ; B 1954, fo 204 ; J.Garnier, op. cit., pp. 72 n.l, 74 n. 2. — J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales... Nord..., pp. 264-265. — A. N.Lille, R.G.F., B 1951, fo 160 v°, 163.

39 K. Ullmann, Das Werk der Waffenschmiede. Eine Einführung, pp. 54 sv. — E. Poncelet, Le bon métier des merciers de la ville de Liège, p. 334 ; F. Straven, Inventaire analytique et chronologique des archives de la ville de Saint-Trond, t. I, p. 369 ; A. Meulemans, Het smedenambacht te Leuven, p. 47 ; Pagart D’hermanSART, op. cit., t. I, pp. 488, 496, 498, 614.

40 M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon..., pp. 488-489 ; c’est à tort que l’éditeur a transformé le nom de la profession en nom propre en lui mettant une majuscule car il existe de nombreux exemples de fabricants de haches appelés « hacheurs » ou « hacheteurs ». A. N. Lille, R.G.F., R 1951, fo 160 v°. —Ibid., B 1942, fo 76 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 196 v°. — Ibid., Hainaut, reg. 3193, fo 40 ; E. Van Vinkeroy, Costumes militaires belges du XIe au XVIIIe  siècle, p. 38 n. 2. — J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales..., t. I, p. 192.Soil de Moriame, op. cit., p. 51. — A. N. Lille, R.G.F., reg. 1935, fo 120 ; reg. B 1954, fo 204. — A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 35 (1479), fo 93.

41 A. N. Lille, R.G.F., B 1978, fo 222 ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 118 ; Soil de Moriame, op. cit., p. 139. — Garnier, op. cit., p. 60 n. 1. — A. N. Lille, R.G.F., B 2012, 352 v°. — ID., B 1957, fo 295.

42 A. N. Lille, R.G.F., B 1948 : fabrication d’une bombarde, en 1432, par un « ouvrier de gros fer »-, ID., B 1923 : un coutelier fait, en 1421, trois fers de lance « de fine forge » pour le duc de Bourgogne.

43 Les exemples de cette polyvalence des ouvriers du fer sont extrêmement nombreux. On cite le cas d’un habitant d’Avesnes, qualifie, en 1413, de « très bon canonyer et soubtil ouvrier de serreurerie et de tout mestier de forge et de lime » ; J. Finot, Une émeute à Avesnes en 1413, p. 62. — A noter qu a Tournai, ou les couteliers et les armuriers ne manquaient pas, le Magistrat s’adresse pourtant a un simple fèvre, en 1425, pour fabriquer un glaive de justice ; H. Van Den Broeck, Extraits analytiques des anciens registres des consaux de la ville de Tournai, t. II, p. 166.

44 Pagart D’hermansart, op. cit., t. I, pp. 488, 496, 498, 614.

45 Cette polyvalence des fondeurs apparaît dans de très nombreux cas, non seulement d’après nos sources, mais également en dehors de l’espace belge. Cfr H. Drescher, Die Bestandsaufnahme der bronzenen Grapen des 13. bis 18. Jahrhunderts..., p. 691 ; F.H.W., Kuypers, Geschiedenis der Nederlandsche artillerie..., t. I, pp. 200 sv. ; Pb. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), pp. 291-292 ; R. Sprandel, Die Handwerker in den Nordwestdeutschen Slädten des Spätmittelalters, pp. 43-44, 58-59.

46 Cfr M. Canat, Note sur les maîtres des œuvres des ducs de Bourgogne suivie d’une notice sur Joseph Colare..., pp. 34-37 et 48-50 ; G. Van Doorslaer, L’ancienne industrie du cuivre à Malines, t.  X X, pp. 300-306. Un autre fondeur malinois, Jean Fierens, coula, à la fin du XVe siècle, la clôture du chœur de l’église de Haarlem ainsi que 7 canons pour l’arsenal de Malines ; ibid., p. 272 n. 2. — G. Troescher, Kunst-und Künstlerwanderungen in Mitteleuropa (800-1800), t. II, pp. 70, 126, 163, 252, 263, 318, 339, 380. Wilhelm van Wou, également de Bois-le-Duc, est lui aussi à la fois fondeur de cloches et de canons ; ibid., p. 423.

47 Toutes ces activités sont mentionnées dans un grand nombre de documents. Cfr, par exemple, la résolution du Magistrat de Bruxelles d’enjoindre au métier des tonneliers et des menuisiers de cette ville d’améliorer la qualité des lances qu’il fournit à la cavalerie du duc (1475) ; A. V. Bruxelles, reg. 1447 : Ordonnantien der Ambachten ab anno 1365 tot 1501, fo 133. — Note sur le rôle des selliers en matière d’armement de joute dans Van Vinkeroy, op. cit., p. 82.

48 Cfr A. C. Crombie, Histoire des sciences, de saint Augustin à Galilée (400-1650) t. I po. 189 sv. — La parenté entre les techniques de l’horlogerie et de la serrurerie est longtemps restée très étroite. C’est ce qui explique, notamment, la « reconversion » de l’industrie armurière du Jura enindustriehorlogere aucou du XI Xe siècle ; cfr H. Schneider, Schweizerische Büchsenmacherei, p. y a. L, r aussi R. Sprandel, op. cit., p. 52.

49 DE La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., PP-9, 11 15, un Mahieu Demileville est cité, en 1433, au moment où il préparé de la poudre avec le maître des canons, Jacques Yolens, horloger de son état ; ibid., p. 18. — Ibid, pp 15 18. — L’entretien des horloges municipales était une fonction importante, souvent confiée à des artisans assermentés ; cfr le serment du garde de l'horloge de Noyon : ID„ Les artistes du Nord de la France et du Midi de la Belgique..., p. 100 n. 2.

50 Sur la carrière namuroise de Colart de Vic-sur-Aisne, cfr A.E.N., Ville, section 2 Comptes communaux, reg. 21, 22 et 23 (dépenses d’artillerie). — Jake Jakeme est ibid comme oint de Colart, tant Pour l’horloge que pour les canons, en 1414 ; adj maître Jehan Joset, dit « de le clocque », est présenté comme maître de l'horl oge et cannonier de Namur,à partir de 1417 ibid-, « g. 2.3 (un), fos 22 v°,25 ; reg. 23(1418), fo 32 v° ; reg. 24 (1420), fos 36 v°, 47 ; reg. 24 (1421) fo 24 v° ; reg. 24os 21, 23 etc. A noter qu’en 1420, un Lambert le serest en charge de l'horloge de Namur ; ibid., reg. 24, fo 36 v°.

51 A.V.M., CC XIV. 1 ; Uittreksels het stadsarchief aangaande de van klolc-en busgieters, nos 36, 37, 39, 40, 53. —E. ROLAND, La ville de Braine-le-Comte et sa châtellenie..., 81-82. — J. Finot, Une émeute à Avesnes en 1413, p. 62. Voir notammentIv ! Jes ducs de Bourgogne..., pp. 71-74-77-78-

52 J. F. Vebbruggen, Het gemeenteleger van Brugge..., pp. 78-79. Le cas de Gand est discuté ci-avant au chapitre « La production et le commerce ».

53 A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut, t. I, p. 9. — E. J. Soil de Moriame, op. cit., p. 52.

54 C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armurière liégeoise au Moyen Age, pp. 70, 71, 75. Ajouter à cette liste : pour Liège, un Jean de France, armurier (avant 1403) ; E. Poncelet, Les domaines urbains de Liège, p. 191 et n. 3 et pour Huy, les couteliers Colins et Gilechon d’Ambresin (1378), Johan de Mestier (avant 1397) et Libert de Moxhe (1439) ; M. Evrard, Documents relatifs à l'abbaye de Flâne, p. 241, no CCII ; L. F. Genicot, Un censier de la fabrique de Notre-Dame à Huy à la fin du XIVe  siècle, p. 258 ; J. Stekke, Contrats de mariage et testaments hutois, 1270-1795, p. 93 (testament de Libert de Moxhe).

55 R. Brun, Notes sur le commerce des armes à Avignon au XIVe siecle, p. 210 ; R. Gandilhon, Politique économique de Louis XI, p. 201.

56 J.-P. Sosson, Quelques aspects sociaux de l'artisanat bruxellois du métal, p. 116 ; Soil de Moriame, op. cit., p. 38. — A titre de comparaison, N. Rondot, Les artistes et les maîtres de métiers étrangers ayant travaillé à Lyon, pp. 159-161, a relevé 636 armuriers en activité dans cette ville du XIVe au XVIIIe siècle. On a compté 218 familles occupées à Brescia, entre le XIVe et Le XVIIe siècle, à la fabrication des armes défensives ; A. Gaibi, L'arte bresciana delle armature..., p. 27 n. 16.

57 J. Garnier, op. cit., pp. 25-26, 197. — Une ordonnance des couteliers tournaisiens de 1499 déplore la décadence de la profession et constate que les maîtres du métier, qui employaient jadis de 4 à 14 ouvriers, n’en occupent pas plus de 4. Nous pensons que ces chiffres représentent des maxima applicables aux périodes de conjoncture favorable. — P. Labal, Artisans dijonnais d’autrefois..., pp. 87-88, trouve, à Dijon, deux ou trois ouvriers par atelier aux XVe et XVIe siècles.

58 Cfr B. Gille, Le Moyen Age en Occident, in Les origines de la civilisation technique, p. 521 ; ID., Le machinisme au Moyen Age, p. 285.

59 L’expression « membre du Marteau » désignait à Liège les professions de la quincaillerie dont certaines s’occupaient de l’armement ; cfr E. Poncelet, Le bon métier des merciers de la ville de Liège, pp. 342-344. — Les « menus habillemens de forge » se réfèrent, dans un inventaire de 1445, au petit outillage qui, précisément n’est pas énuméré ; A. N. Lille, R.G.F., B 1892, fo 258 v°.

60 Erlangen, Universitätsbibliothek, ms. 236] : Christine de Pisan, Epitre d’Othéa, déesse de la prudence., à Hector, chef des Troyens, fo 23 v°. Il s’agit d’une copie faite par Jean Miélot. à la demande de Philippe le Bon, et ornée de 103 miniatures en grisaille, exécutées par Guillaume Vrelant vers 1460 ; cfr E. Lutze, Die Bilderhandschriften der Universitätsbibliothek Erlangen. pp. 235 sv.

61 Les bois illustrant le « Weiskunig » furent gravés vers 1515-1516 par Hans Burgkmair l’Ancien (1473-1531). Ces bois originaux ont été employés pour l’édition imprimée à Vienne en 1775, dont nous reproduisons une des planches d’après l’exemplaire conservé au Metropolitan Museum of Art de New York. Sur la fondation de la « Hofplattnerei » d’Innsbrück, cfr B. Thomas et O. Gamber, Die Geschichte der Innsbrücker Plattnerkunst, pp. 20 sv.

62 A propos de la bigorne ; cfr sub verbo « enclume » dans E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français..., t. II, pp. 501-502. Sur outillage des fabricants d’armures, cfr Ffoulkes, The armourer and his crajt, pp. Il-Al.

63 Voir principalement à ce sujet : une quinzaine d’inventaires de boutiques d’armuriers tournaisiens, du XVe au XVIIIe siècle, publiés par E. J. SoildeMoriaME, op. cit., pp. 58-61. — Chirographes relatifs à une meule de forge (1295), à une meule hydraulique des taillandiers (1389), à la location d’une forge et d’un attirail de serrurier (1399) ; G. Espinas, La vie urbaine à Douai au Moyen Age, t. III, nos 826, 1524 ; t. IV, no 1449. — Outillage pour la fabrication de dix canons à Cbâlon (1376), inventaire de celui se trouvant en l’Artillerie à Dijon (1431), au siège du Crotoy (1437), à Dijon encore (1442, 1480-1485, 1496) ; J. Garnier, op. cit., pp.10, 73-75, 141-142, 148, 228-229, 235. — Matériel requis pour la fabrication du grand canon de Mons (1378) ; G. Decamps, op. cit., p. 11. — Outils se trouvant au château de Rupelmonde (1388) ; B. et H. PROST, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne de la Maison de Valois (1363-1477), t. II, pp. 343, 346, 350. Matériaux employés pour construire une forge servant à l’artillerie, à SaintBertin (1436), achat d’un attirail de forge (1445), de même en 1453 ; A. N. Lille R.G.F., B 1957, fns 426 v°-427 ; B 1982, fo 258 v° ; B 2012, fo 340.

64 Voir à ce sujet l’enquête collective publiée dans la Revue d'histoire de la sidérurgie, t. 1/3, 1960, pp. 7-56 sur Le Martinet et A.-M. Bautier, Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels..., pp. 603-606.

65 Espinas, op. cit., t. IV, no 1449 (1389) ; sut les « slympmolen » des armuriers bruxellois, cfr Henne et Wauters, op. cit., 1.1, p. 163. Voir également : J. Borgnet et St Bormans, Cartulaire de la commune de Namur, t. I, no 54 et p. 174 n. 1 ; t. II, nos 80 et 106, à propos de la « seime » (meule) du moulin à fouler le drap sur la Sambre, citée en 1316, 1359 et 1384 (sur ce terme, cfr J. Haust, Dictionnaire du wallon liégeois, p. 584, sub verbo « sème »). Voir la « mola fabri qua accuuntur instrumenta ferrea » du moulin dit de Sainte-Catherine à Huy (1234) ; A. Joris, op. cit., p. 299, n. 374. Nous devons à M. A. Joris d’utiles précisions sur ce document dont il fait état dans son ouvrage. — A noter que la prise en location de meules hydrauliques, appartenant à des maîtres d’usines, était encore pratiquée par des armuriers liégeois pendant la seconde moitié du XIXe siècle ; cfr . Falisse, Coup d'oeil sur la fabrication des armes portatives..., p. 37.

66 A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 426 v°-427.

67 Cfr par exemple ibid., loc. cit. ; J. Garnier, op. cit., pp. 10-12, 18, 22, 66 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 188 v°.

68 Cfr J. Rigault, Quelques mots sur l'émigration liégeoise en France sous Louis XI, pp. 32-36 et C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armuriere liégeoise au Moyen Age, pp. 58, 64-65 ; D. D. Brouwers, Les marchands-batteurs de Dinant à la fin du XVe  siècle, pp. 113-141.

69 Op. cil., n. 58. — A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1982, fo 258 v° ; B 2004, fo 368 ; B 2012, fo 340. — B 1957, fo 433. — B 1978, fo 303 v°.

70 A. France-Lanord, La fabrication des fourreaux d'épées en fer à l'époque de la Tène, pp. 7-12 ; ID., La fabrication des épées de fer gauloises, pp. 315-327 ; J. F. Finó, Notes sur la production du fer et la fabrication des armes..., pp. 47-66. —Le martelage des armures s’apparente, par sa technique, au travail de la chaudronnerie du bronze, connu dès l’Antiquité. Il y a, d’ailleurs, un parallèle à établir entre la technologie du fer et celle du cuivre et de ses alliages en matière d’estampage, au point que nous sommes porté à croire qu’un batteur de cuivre pouvait, sans trop de peine, se mettre à façonner des armures et vice versa. Voir, à ce propos, la remarque pertinente dans l’enquête cil. n. 64 sur : Le Martinet, p. 17 et la technique de mise à forme des dinanderies décrite dans : J. Destree, La dinanderie sur les bords de la Meuse..., pp. 810 sv. — La technique du forgeage des épées remonte, au moins pour l'essentiel, à l’époque dite de la Tène II (300 à 100 avant J.-C.).

71 Cfr respectivement Soil de Moriame, op. cit., pp. 41, 44-45 ; L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. I, pp. 41-43, 110-116 ; t. II, pp. 176-177. Manches de dague : « unum cultellum, cum manubria de ambre »... (Mertens et Torfs, Geschiedenis van Antwerpen..., t. III, p. 609) ; en calcédoine, jaspe, cristal, bois dur, ivoire ou corail, à garnitures d’argent (Dehaisnes, Documents et extraits divers..., pp. 170, 472-474, 716). —de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne..., t. II, p. 509.

72 Fers de flèches « trempés » : A. Diegerick et O. de Kerchove, Une page de l'histoire d'Ypres (1379-1384), p. 138 ; « fers de fine forge » fabriqués par un coutelier pour les lances du duc de Bourgogne : A. N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 231 (1420) ; haches d’armes « d’épreuve » ou fers de flèches « d’épreuve » : ID., B 1961, fo 165 v° ; B 1972, fo 259 v°, B 1978, fo 306 ; B 1991, fo 248.

73 Cfr C. L. Cipolla, Guns and sails..., pp. 23, 91 sv., 128. — La bombarde du duc de Brabant fut forgée par Pasquier den Kic, son « donrebusmeester », assisté d’un certain nombre d’ouvriers ; nous ignorons l’usage éventuel qui fut fait de ce canon, disparu depuis. Les comptes des dépenses encourues pour cette entreprise ont été publiés par G. Asaert, Quinten Clarensone, een Antwerps patriciërstype (ca. 1350-1420), pp. 249-252. — Voir J.-J. DeSmet, Note sur le grand canon de Gand et son nom populaire, pp. 58-75 ; H. Strezel, Die « Dulle Griet » von Gent, pp. 324-325 et A. Van Werveke, Bijdragen tot de geschiedenis... van Vlaanderen, pp. 49-52, 57-60 ; C. Gaier, The origin of Mons Meg, pp. 425 sv. ; E. A. Gessler, Beiträge zum altschweizerischen Geschützwesen..., pp. 4-12 ; A.de Behault de Dornon, Une pièce d'artillerie du XVe  siècle ornée des armoiries de la famille d'Auxy, pp. 1-8 ; Catalogue « Die Burgunderbeute... » pp. 168-169 ; F.-J. Raymaekers, Coup d'oeil historique sur la Holle Griet ou grand canon de Diest, pp. 117 sv. ; F. T’Sas, Dulle Griet, la grosse bombarde de Gand, et ses sœurs, pp. 13-57 ; J. Herbil Lon, Canons de Wallonie, pp. 534-536. — Il y avait encore à Liège, en 1636, « une pièce antique nommée Bombarde, longue de dix-huit pieds » en fer ; il devait s agir de la « longue pièce d'arteillerie » forgée au début du XVIe siècle par Thys de Venloe ; F. HenauX, De la création d'un musée d'artillerie..., p. 454 et E. Poncelet, Dépenses de la cité de Liège en 1509, p. 109.

74 Voir la série d’articles consacrés aux développements des premières armes à feu portatives par P. SI XL, Entwickelung und Gebrauch der Handfeuerwaffen. Cfr également : H.Denig, Die Entwicklung des Feuerrohres, pp. 219 sv.

75 A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22 (1408) fo 24 v° : fabrication de 7 bombardes de fer d’un poids net total de 606 livres, alors que les ferrures de 5 seulement d’entre elles ne pèsent pas moins de 384 livres ; 2 autres canons qui atteignent ensemble 500 livres, ont des ferrures de 170 livres. — Sur les affûts anciens d’artillerie, cfr J. Garnier, op. cit., pp. 246-248 ; A. Basset, Essais sur l'historique des fabrications d'armement..., pp. 975 sv. — Illustrations anciennes reproduites par À. Essenwein, Quellen zur Geschichte der Feuerwaffen..., planches A I à A X X. — La plupart des affûts supportant les pièces d’artillerie médiévale actuellement conservées sont des restitutions modernes.

76 D’où les appellations, assez fréquentes, de « la rouge bombarde », « la noire bombarde »... Cfr par exemple A. E. N. op. cit., reg. 32 (1465), fo 90 ; reg. 36 (1481), fo 99 v°. — Les canons de la ville de Lille sont ornés de lettres en 1465, peints en vermillon et agrémentés de fleurs de Lys en 1471 ; cfr de La Fons-Melicocq, De l’artillerie de la ville de Lille..., p. 24. — Le parc d’artillerie malinois est repeint en 1487-1488, y compris les canons de bronze ; G. Van Doorslaer, L'ancienne industrie du cuivre à Malines, t. 20, p. 273 n. 1. — Pour les canons de Gand, cfr Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises..., p. 141 n. 6. — Couleuvrines étamées : J. Garnier, op. cit., p. 81.

77 Sur l’évolution de l’armure occidentale, cfr : Cl. Blair, European Armour, qui constitue une excellente synthèse mais ne dispense pas, bien entendu, de recourir à des études d’analyse comme, par exemple, B. Thordemann, Armour from the battle of Wisby, 1361, t. I, pp. 210 sv., particulièrement importante pour la connaissance des origines de l’armure de plates. — Voir également Fr. Buttin, DU costume militaire au Moyen Age et pendant la Renaissance, Barcelone, 1971.

78 Buttin, op. cit., pp. 358-368, 410-412.

79 Cfr A. France-lanord, La fabrication des fourreaux d'épée en fer à l'époque de la Tene, p. 12. —Pour les techniques de fabrication, l’ouvrage classique reste celui de Ch. Ffoulkes, The armourer and his craft front the XI th to the XVI th century, Londres, 1912 ; voir aussi ID., Some aspects of the craft of the armourer, pp. 13-28. Cfr C. Gaier, Le problème des origines de l'industrie armurière liégeoise..., p. 69 ; quelques graphies ont été rectifiées par E. Legros, La philologie wallonne en 1962, pp. 185-186.

80 Exemple d’étude métallographique d’armures anciennes : C. Böhne, Werkstofftechnische Fragen bei deutschen Plattnerarbeiten, pp. 47 sv. G. Hansotte, Règlements et privilèges des X X XII métiers de la cite de Liege, fasc. I. Les fevres, pp. 41-42 ; M.d e Riquer, L'arnes del cavalier..., pp. 106, 210. — Nous ignorons si les brigandines « pour galoz » (galériens) que Philippe le Bon fit acheter en 1448 et 1449 étaient d’aussi piètre qualité, mais le fait que d’autres armures de ce type soient mentionnées séparément semble renforcer cette supposition ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 130. — Sur les procédés de fabrication de l’acier au Moyen Age, voir Th. A. Wertime, The coming of the age of Steel, pp. 191 sv.

81 Ffoulkes, op. cit., pp. 29, 49-50 ; M. Tourneur-Nicodeme, La brigandine et la mitre de Guillaume Fillastre, pp. 19-21. — L’efficacité de la protection offerte par la brigandine, — et cela en entravant le moins possible la liberté des mouvements, — était telle que c’est une armure de ce type, datant des environs de 1400, qui servit de modèle pour réaliser la veste pare-éclat M6 des équipages américains des « forteresses volantes » de la deuxième guerre mondiale ; cfr S. V. Grancsay, Helmets and body armor in modem warfare, pp. 6-7.

82 Ffoulkes, op. cit., pp. 73-77. — Cfr, par exemple : de Laborde, op. cit., t. I, pp. 43, 45, 59-60, 109, 111-116, 128 ; t. II, p. 428 ; J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales..., t. II, pp. 32-33 ; ID., Une petite-nièce de saint Louis..., pp. 387, 389 ; A.G.R., C.C., Recette générale de Flandre, reg. 2702, fo 19 (1374-1375) ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 463 (1411). — Nombreux autres exemples.

83 J. M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis..., pp. 387, 389, 224 n., 394-395. Pagart D’hermansart, Les anciennes communautés d'arts et métiers à Saint-Omer, t. 1/2, p. 493.

84 Sur la fabrication des armures de mailles, cfr'Ch. Ffoulkes, The craft of the armourer..., pp. 44 sv. ; G. F. I.AMM ;. A record of European armour and arms..., t. II, pp. 172-173 ; R. B. F. van der Sloot, Middeleeuws wapentuig, pp. 29-32 ; B. Dean, Handbook of arms and armor..., p. 61 ; Fr. Buttin, op. cit., pp. 368-374.

85 Un postainier namurois, en 1465, fait 217 marteaux d'armes en plomb, pesant chacun 4 livres : A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 32, fos 123 v°-124. — Cfr Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., pp. 184-188 ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 187, 194 ; De La Fons- Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., p. 25. — Voir aussi Ph. Contamine, L’artillerie royale française à la veille des guerres d’Italie, p. 246 (« bloqueaux » de fer a l'intérieur des plombées). C’est probablement de ce genre de projectile qu’il est fait usage en 1465 par les défenseurs de Limbourg assiégés par les Liégeois : « vierkant yseren cloeten... met loet rond te maken » ; A.G.R., C.C., Becette générale des provinces : Limboutg, reg. 2447, fo 30 v°.

86 L’expression « jetter en fourme » désignait, a Namur, 1 operation de moulage des boulets de plomb ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 32 (1465), fos 124 v° et 125 ; moules en pierre : ibid., fo 127 v° ; moule en laiton : ID., reg. 34, fo 140 r°-v°, et en pierre à plusieurs cavités : fo 139 r°-v°. — Exemples de cuillers, lime, pince et moules : A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fos 396 v°, 433.

87 Cfr Henrard, op. cit., pp. 166-170 ; ID., Documents pour servir à l'histoire de l’artillerie en Belgique..., pp. 237-290. — Il fallut s’y reprendre à quatre fois pour réussir le moulage du gros canon en bronze de Zwolle, pesant 3 200 livres (1420) ; F.H.W. Kuypers, Geschiedenis der Nederlandsche artillerie..., t. I, pp. 178-180. — J. Finot, L’artillerie bourguignonne à la bataille de Montlhéry, p. 35.

88 Nous nous permettons de citer ici un intéressant article de vulgarisation qui traite des problèmes techniques et commerciaux des anciens fondeurs, à travers les vicissitudes d’une dynastie de fondeurs de cloches d’origine lorraine : les Bollée ; M. Quayne, Cloches sur mesure, dans Lectures pour tous, mai 1966, pp. 10-16. — Il est curieux de noter que l’obstacle insurmontable du transport des pièces d’artillerie, en l’absence de moyens de communication, obligeait aussi les Turcs à couler leurs bombardes sur place, pendant les sièges des places-fortes balkaniques au XVe siècle. Après usage, ces canons étaient détruits ou abandonnés ; A. Deroko, Quelques mots sur les plus anciens gros canons turcs, pp. 170, 177-178.

89 En 1465, les métaux récoltés chez les habitants de la ville de Luxembourg afin de fabriquer des canons sont réduits en mitraille et préparés pour la fonte dans la maison d’un simple particulier ; N. Van Werveke, Les finances de la ville de Luxembourg..., p. 143. — En 1513, la mairie de Dijon met une grange à la disposition d’un canonnier d’Angers, pour établir une fonderie ou il est charge de fabriquer quatre couleuvrines en bronze ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., pp. 43-44. — Pendant le siège de Namur de 1488, les assiégeants font venir un fondeur de Bouvignes pour couler sur place les boulets en fonte necessaires aux opérations militaires ; J. Borgnet, Cartulaire de la commune de Bouvignes, t. I, p. 168 n.

90 Cfr Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., pp. 166-170. Quelques exemples de coulées de canons : J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne..., pp. 25-26, 197, 199, 232. — La qualité des terres réfractaires choisies pour la confection des chapes de moulage avait une importance considérable. Les régions de la Meuse moyenne et de Malines étaient précisément riches en gisements de « derle », argile utilisée à cet effet ; cfr A. Joris, La ville de Huy au Moyen Age..., p. 302 ; G. Van Doorslaer, L'ancienne industrie du cuivre à Malines, t. 20, pp. 58-59. Cfr II. Wedler, Die Namen der Kanonen Maximilians I, pp. 169-178.

91 Cfr T. A. Wertime, The coming of the age of Steel, pp. 44-78, 161 sv. ; R. EVRARD et A. Descy, Histoire de l'usine des Vennes, suivie de considérations sur les fontes..., pp. 24 sv. ; R. Evrard, Les fontes des anciens fondeurs belges, pp. 284-285. Une place toute spéciale doit être faite à l’étude de O. Johannsen, Die Quellen zur Geschichte des Eisengusses..., pp. 365-394, en raison de l’intérêt qu’elle accorde à l'apparition de l’artillerie en fonte de fer. Voir aussi sur ce point R. Sprandel, Das Eisengewerbe..., pp. 232 sv.

92 R. Evrard, La fonderie ancienne dans l'Est de la Belgique..., p. 32, col. 1. Il y avait déjà des hauts fourneaux en activité dans le Namurois au milieu du XIVe siècle ; Gillard, op. cit., p. 54.

93 Cfr respectivement de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille... p 15. — Soil de Moriame, op. cit., p. 133. — A. E. N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 23 (1412), fo 27 v° ; ibid., (1412), fo 20 (« pomez de crut fier »). Le fait dans ce dernier cas, que le canonnier de la ville soit obligé de fabriquer les moules à boulets, de les porter au fondeur et de les récupérer après usage, indique assez la nouveauté du procédé autant que sa rareté. — Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises.p. 140. — J. Garnier, op. cit., pp. 40, 45 et n. 1, 51, 60 n. 1, 73. — ID., L'artillerie de la commune de Dijon, pp. 10-11.

94 A. N. Lille, R.G.F., B 1966, fo 302 : fabrication, par un plombier, de plombées de couleuvrine et de maillets d’armes. —Van Doorslaer, op. cit., p. 302. Le Musée de Bâle conserve une bombarde en bronze, coulée par Jean de Malines en 1474 et prise aux Bourguignons à Granson ; E. A. Gessler, Beitrage zum altschweizerischen Geschützwesen..., pp. 50-56 (voir l’illustration dans cette étude, fig. 3).

95 J. Finot, Inventaire sommaire des archives..., p. 420. — E. Van Vinkeroy, Costumes militaires belges..., p. 45 n. 1. — H. D. Barnes, A fifteenth century armourer’s letter, p. 65.

96 Voir, par exemple, les armures empruntées à un armurier de Namur pour habiller les participants à la procession de la Visitation de Notre-Dame ; A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 31 (1462), fo 60 ; ID., (1463), fo 51. — Location d’armures en vue d’un tournoi : A. N. Lille, R.G.F., B 1929, fo 167.

97 Cfr notamment J. Finot, op. cil., pp. 259, 269, 270, 272, 274. — La fabrique d’armures de Maximilien à Innsbrück était capable de produire simultanément trente plastrons ou trente dossières de cuirasse à l’usage des fantassins ; B. Thomas et O. Gamber, Die Innsbrucker Plattnerkunst, p. 21.

98 R. Gandilhon, Politique économique de Louis XI, pp. 195-215. — Voir, par exemple, les achats de piques, de javelines et de maillets d’armes en 1473-1474 ; A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26164, fos 5 v°-6.

99 A. N. Lille, R.G.F., B 1963, fo 261 r°-v°.

100 H. Vandenbroeck, Extraits analytiques des anciens registres des consaux..., t I, p. 44. — A. de Behault de Dornon, Le canon d'Edimbourg « Mons Meg »..., p. 8. _ Voir, par exemple : A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 425 r°-v° ; B 1991, fo 253 v°. — Cfr J. Delumeau, Le développement de l'esprit d'organisation et la pensée méthodique..., p. 8. Ce besoin de précision et de logique caractérise également la mentalité des hommes d’affaires italiens à la fin du Moyen Age ; cfr Y. Renouard, Les hommes d'affaires italiens du Moyen Age, p. 227.

101 Inventarissen van grof geschut en andere wapens de stad Gent toebehoorende, pp. 297-299.

102 A. N. Lille, R.G.F., B 2012, fo 341 r°-v°. — Le calibre était également indiqué par le poids au cent de balles ; ibid., fo 347 r°-v°.

103 Ibid., B 1991, fo 250. — J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 176. — Sur les bouches à feu à culasse amovible, cfr principalement P. Reimer, Die älteren Hinterladungsgeschütze, pp. 4-8.

104 Cfr à ce sujet B. Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, pp. 88, 196-197 ; A. C. Crombie, Histoire des sciences, de saint Augustin à Galilée (400-1650), t. I, P-197 ; Henrard, Les fondeurs d’artillerie, pp. 253-254. — Sur la tendance à la simplification des calibres en France, à la fin du XVe siècle, cfr Ph. Contamine, L'artillerie royale française à la veille des guerres d’Italie, p. 246.

105 Cfr Ffoulkes, op. cit., pp. 62-72. — A. N. Lille, R.G.F., B 1972, fo 260 ; Delafons-Melicocq, op. cit., p. 15 ; M. Tourneur-Nicodeme, op. cit., p. 20.

106 P. Riemer, Das Geschützprobieren, pp. 71-74. — Cfr par exemple, A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 30 (1459), fo 45 ; Garnier, op. cit., p. 60 n. (1419).

107 Cfr par exemple, A.E.N., op. cit., reg. 23 (1411), fo 23 v° ; A. N. Lille, R.G.F., B 2012, fo 374 v° et 375 (pesage de « Mons Meg »).

108 Sur la fabrication de la poudre à canon au Moyen Age, cfr P. Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., pp. 138 sv. ; B. Rathgen, Das Geschütz im Mittelalter. Quellenkritische Untersuchungen, pp. 93 sv. ; A. Essenwein, Quellen zur Geschichte der Feuerwaffen..., pp. 9 sv. — On trouvera également nombre de renseignements de valeur dans : J. T. Reinaud et I. Fave, DU feu grégeois, des feux de guerre et des origines de la poudre à canon, Paris, 1845 ; M. Berthelot, Pour l'histoire des arts mécaniques et de l'artillerie vers la fin du Moyen Age, pp. 433 sv.

109 Cfr G. Decamps, L'artillerie montoise..., p. 11 ; E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche..., p. 31 ; Bormans-Lahaye-Brouwers, Cartulaire de la ville de Dinant, t. II, no 969. — Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 60-61, 63 ; DE La Fons-Melicocq, De l’artillerie de la ville de Lille..., p. 28. — Sur les recettes de poudre du Moyen Age, cfr Reinaud-Fave, DU feu grégeois..., passim et surtout pp. 133-169 ; B. Rathgen, Das Geschütz im Mittelalter..., pp. 102 sv. ; B. Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, pp. 51-69.

110 Citons quelques mentions d’outillage à l’usage des poudriers : M. Mollat, Comptes généraux de l’état bourguignon entre 1416 et 1420 ; 1re partie, p. 496 ; A.G.R., C.C., Comptes de l’artillerie, fo 11 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1931, fo 169 r°-v° ; B 1948, fo 278 v° (cuve d’affinage contenant environ 135 livres de poudre) ; B 2012, fos 341, 345, 350 (mortier de bronze de 152 livres) ; J. Garnier, op. cit., pp. 63-64 ; Id D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. VIII, pp. 56, 60, 63 ; A. E. Namur, op. cit., reg. 22 (1407), fo 22 v° ; reg. 23 (1412), fo 27 v° ; reg. 24 (1420), fo 43 ; reg. 29 (1455), fo 62 v° et (1456) fo 76 v° ; reg. 31 (1463) f » 56 r°-v° ; reg. 37 (1483) fo 65. Les mortiers de bronze ou de fonte utilisés par les poudriers de Namur pèsent de 50 à 120 livres.

111 En 1418, la poudre à canon que le duc de Brabant fait fabriquer à Anvers, en prévision du siège de Dordrecht, est moulue dans un moulin à farine situé près de la porte Saint-Georges, loué pour la circonstance. Le meunier lui-même prête son concours a l'operation, a titre onéreux ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2401, fos 89 v°-90. — Mention de « moelen vanden bussen cruyde » à Limbourg en 1482 ; ibid. : Limbourg, reg. 2448, fo 48 v°. — Moulin à poudre établi en 1497 au couvent des Carmes de Dijon ; J. Garnier, L’artillerie de la commune de Dijon..., pp. 35-36.

112 A. N. Lille, R.G.F., R 1957, fo 430 v°. — Autre achat d’une balance à poudre en 1420-1421 ; ibid., B 1923, fo 230 v°.

113 Cfr par exemple A. N. Lille, op. cit., B 1969, fo 352 v° ; Soilde Moriame, op, citpp. 61-62.

114 Cfr Gachard, Rapport à M. le Ministre de l'Intérieur sur différentes séries de documents... à Lille, pp. 289-291 ; J. Finot, op. cit., p. 256 ; A. N. Lille, op. cit., B 1903, fo 221 v° ; B 1923, fo 217v° ;B 1927, fos 197 v°-198 ;B 1951, fo 182 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 486.

115 Voir H. Stein, Archers d'autrefois, archers d'aujourd'hui, pp. 53 sv. — Il y avait une très grande variété de fers de flèche et de carreau ; ces derniers étaient, en général, de section polygonale et les aures tantôt aigus et allongés, tantôt tranchants et barbelés. Cfr par exemple à ce sujet : J. B.Ward Perkins, London Muséum Medieval Catalogue, pp. 65-73 ; J. Gaier-Lhoest, Pointes de flèches et de carreaux du bas Moyen Age trouvées dans le lit de la Meuse à Liège, pp. 83-92.

116 Erection d'un four de briques en 1445 pour « remettre à point » des arcs, c'est-a-dire soit les sécher, soit faire de la colle pour les réparer ; A. N. Lille, R.G.F., B 1982, f 261 v°. — L inventaire du château de Lille en 1388 mentionne une « pippe de plonc pour cuire les verges des grands ars » ; B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes..., t. II, p. 366. — Très nombreuses allusions à des confections d’arcs dans la plupart des comptes bourguignons. — Arbalète de Robert d’Artois reliée de bandes d’argent (1314) ; J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales..., t. I, p. 282. Prise d’une arbalète d’acier dorée au château de Hesdin (1321) ; Dehaisnes, Documents et extraies divers..., p. 236. — Le banc a « dresser » les arcs ou les verges d’arbalète était d’emploi courant. Cfr par exemple : A. N. Lille, R.G.F., B 1978, fo 303 v° (fourni par un sellier, en 1443) et Soil de Mohiame, op. cit., p. 61 (1474). Sur un banc de cette espèce (vers 1500), conserve au château de Friedberg au Tyrol, cfr E. Harmuth, Eine Ziehbank in Tirol, pp. 33-36.

117 R Sur l'évolution du bouclier médiéval, cfr H. Nickel, Der mittelalterliche Reiterschild des Abendlandes, 1960 et C. Blair, European Armour, pp. 181-183. Quelques exemples de fabrications de boucliers ; J. Finot, op. cit., p. 259 ;

118 R Sur l'évolution du bouclier médiéval, cfr H. Nickel, Der mittelalterliche Reiterschild des Abendlandes, 1960 et C. Blair, European Armour, pp. 181-183. Quelques exemples de fabrications de boucliers ; J. Finot, op. cit., p. 259 ; Musées de la Porte de Hal, no III/2. — Les pavois pris aux Liégeois après la défaite de Brustem (1467) étaient peints aux armes des métiers ; J. Diegerick, Documents concernant la bataille de Brusthem..., pp. 366-367.

119 J. Garnier, op. cil., pp. 29, 91, 92, 156, 201 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1925 fo 118 r°-v° ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2401, fo 93 v° ; A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22 (1407), fo 5 v° ; reg.31 (1462), fo 62 v° ; A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Namur, reg. 39868, fo 47 ; DE LA Fons-Melicocq, op. cit., p. 24. — Le détail des dépenses pour la fabrication des boulets de bombardes destinés au siège de Saint-Riquier (1421) ne manque pas d’intérêt. Il y est notamment fait mention d’achat « d'achier pour acerer lesdis marteaulx afin qu'ils fussent plus durs pour besoignier sur lesdites pierres de canon » ; A. N. Lille, R.G.F., B 1925, fo 118.

120 B. Gille, Les ingénieurs de la Renaissance, pp. 80, 90-91.

121 M. Berthelot, Pour l’histoire des arts mécaniques..., p. 474. Cet ouvrage est consacré, en grande partie, à l’étude du carnet de notes de Marianus Jacobus, dit Taccola (-(-avant 1458). — Cfr A. Keller, A Renaissance humanist looks at « New » Inventions..., p. 350, d’après le dictionnaire « De ortographia », écrit dans les années 1450 par Tortelli.

122 D’après « Le roman de Foulcpie de Candie » ; cfr A. Sternberg, Die Angriffswaffen im Altfranzösischen Epos, p. 19.

123 Respectivement, d’après la « Geste de Doon de Mayence » et « Gaydon » ; V. Schirling, Die Verteidigungswaffen im Altfranzösischen Epos, pp. 38-39.

124 Olivier De La Marche, Mémoires, t. I, pp. 326 et 333. — A. N. Lille, R.G.F., B 1931, fo 167 v°. — Cfr H.-H. Frank, Vom Scheinwerfertopf zum Burgunderhelm, pp. 700-701 (reportage sur la fabrication actuelle de copies d’armures par un ouvrier de Würzbourg).

125 G. Decamps, op. cit., pp. 10-11. — J. Garnier, op. cit., pp. 9-13. — A. N. Lille, R.G.F., B 1963, fo 261 r°-v° ; B. Rathgen, op. cit., pp. 502-508, a tenté de retracer l’histoire de la fabrication, des réparations et des transformations de l’énorme bombarde « Bourgogne », qui pesait quelque 15 tonnes et avait un calibre de près de 60 centimètres. Aussi précise soit-elle, il s’agit cependant là d’une étude de seconde main qu’il convient de compléter par l’examen des archives inédites.

126 J. Garnier, op. cit., pp. 64, 71-72.

127 Ce n’est qu’au quatrième essai que l’on réussit à Zwolle, en 1420, la coulée d’un gros canon de plus de 1 500 kilos ; F. H. W. Kuypers, Geschiedenis der Nederlandsche artillerie..., t. I, pp. 178-180.

128 Garnier, op. cit., pp. 25-26. — A.G.R., C.C., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, fo 4 v°-5. — L. Devillers, Le Hainaut sous la régence de Maximilien d'Autriche (1483-1494), pp. 286-287.

129 O. Johannsen, op. cit., pp. 376-377.

130 Garnier, op. cit., pp. 63-64. — A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 32, fo 122 v°, 133 r°-v°.

131 Cfr op. cit., n. 118.

132 A. N. Lille, R.G.F., B 1948, fos 266 v°-267.

133 Garnier, op. cit., p. 26. — Le tampon était une pièce de bois cylindrique que l'on plaçait dans une bouche à feu, entre le projectile et la charge de poudre, en guise de bourre.

134 R. Gandilhon, op. cit., pp. 202-204. — J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., pp. 269 sv.

Table des illustrations

Légende Fig. 11. Bannière de la corporation des armuriers de Gand (XVe siècle)Toile peinte à l’huile sur les deux faces (0,975 x 0,875 m) transformée ultérieurement en gonfanon par adjonction de bandes de damas rouge ; restaurée entre 1847 et 1857. Représentation de saint Guillaume de Malevale, patron des armuriers (+ 1157) avec son blason imaginaire, qui dénote une confusion entre ce personnage, saint Guillaume d’Aquitaine (+ 1138) et Guillaume d’Orange (+ 812). Armoiries des armuriers de Gand : « écartelé, au 1 et au 2, de sable à trois épées à garde d’or posées en bande, au 2 et au 3, de gueules à un haubergeon d’argent ». (Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. XII 2. Cliché A.C.L.)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende Fig. 12. Minerve visitant l'atelier d'un batteur d'armures (vers 1460)Grisaille de Guillaume Vrelant, illustrant la copie, faite par Jean Miélot, de l’« Epitre d'Othéa, déesse de la prudence, à Hector, chef des Troyens » par Christine de Pisan.(Erlangen, Universitätsbibliothek, ms. 2361, fo 23 v°. Cliché Bibl. Erlangen)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 258k
Légende Fig. 13. L'empereur Maximilien rend visite aux batteurs d'armures de son atelier d'Innsbruck (vers 1515)Illustration du « Weisskunig » gravée par Hans Burgkmair l’ancien. (New York. Metropolitan Museum of Art. Cliché Met. Mus. Art)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3005/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 455k
Légende Fig. 14. Bombarde « Dulle Griet » de Gand (milieu XVe siècle)Fer forgé. Chambre à visser. Longueur totale : 5,025 m. Calibre : 0,64 m — Poids : 16 400 kg. Armoiries de Bourgogne ciselées autour du trou de lumière, après la prise de la bombarde sur les Gantois en 1452.(Gand, Vieux marché. Cliché A.C.L.)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3005/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 239k
Légende Fig. 15. Canon de Jean de Rosières (vers 1470)Butin pris aux Bourguignons et placé à l’arsenal de Bâle. Volée en bronze (calibre : 3 cm) munie de tourillons en fer au XVIe siècle, La culasse porte deux écussons aux armes de Jean de Rosières, dernier maître de l’artillerie de Charles le Téméraire.(Bâle, Musée historique. Cliché Hist. Museum Basel)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3005/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 40k

© Presses universitaires de Liège, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search