Version classiqueVersion mobile

L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés de Liège, du XIIIe à la fin du XVe siècle

 | 
Claude Gaier

Seconde partie. Le travail et l’équipement de production

I. — Les matières premières

Texte intégral

  • 1 Olivier De La Marche, Mémoires, t. III, p. 313.

1Olivier de la Marche, dont la flagornerie à l’adresse de ses maîtres de Bourgogne trouvait dans les ressources d’une plume facile un inépuisable adjuvant, n’hésite pas à parer Maximilien d’Autriche du surnom de « Cœur d’acier ». La façon dont il explique cette épithète est très révélatrice des conceptions de son époque sur l’emploi des métaux1. Je ne puis, dit-il, égaler le courage de ce prince à l’or, à l’argent ni au plomb, car ce sont des matières trop fusibles et même déformables à froid. Pas davantage au fer que la pluie fait rouiller. Seul l’acier constitue le paragon idéal. N’est-il pas « plus noble que aultre matière dont on puisse forger ne mectre en œuvre » ? Car il sert à fabriquer les armures, dont se parent les grands de ce monde, et à forger les armes offensives avec lesquelles s’accomplissent les actes de bravoure.

2Cette classification préférentielle de l’acier et des armes par rapport aux autres matières et aux produits de l’activité humaine ne saurait nous surprendre dans les écrits d’un ancien capitaine des gardes du Téméraire et de fait ce métal privilégié continue, pour le sens commun, à s’identifier de nos jours à l’armement. Pourtant, à y regarder de plus près, il ne représentait au Moyen Age que l’ultime perfectionnement des techniques de guerre, qui avaient recours à bien d’autres matériaux, plus nombreux encore.

3Le fer doux était largement utilisé, de même que des métaux non-ferreux : cuivre et alliages, étain, plomb et zinc sous forme de calamine. Le trait le plus frappant d’ailleurs de l’armement médiéval est assurément l’emploi, caractéristique des civilisations pré-industrielles, de substances animales, végétales et minérales à l’état naturel. Car le cuir, la corne et le tendon, le bois et la corde, la pierre enfin constituaient alors des matières premières de l’armement plus fréquentes que les métaux.

  • 2 Cfr R. H. Bautier, Notes sur le commerce du fer en Europe occident le du XIIIe au XVIe  siècle, 19 (...)

4Les historiens des techniques ont d’ailleurs très bien compris depuis quelques années que le Moyen Age avait mis des siècles pour sortir de la « civilisation du bois » et le statut social privilégié dont jouissaient au début les quelques rares métallurgistes, ensuite l’estime mêlée de crainte dans laquelle on les tint longtemps attestent de cette lente évolution2. Nous aurons l’occasion de voir précisément que le véritable passage de l’âge du bois à celui du fer s’est opéré définitivement à la fin de l’époque médiévale grâce à l’avancement des productions armurières. Cette « périodisation », que les manuels d’histoire ignorent encore, est fondamentale parce qu’elle tient compte de la genèse de la civilisation matérielle occidentale.

5Notre propos n’est point d’étudier toutes les sources d’approvisionnement en matières premières des anciennes principautés belges, car ce sujet trop vaste dépasserait notre champ d’investigation et nous obligerait à envisager des fabrications qui n’ont pas leur place ici. D’autres d’ailleurs ont déjà abordé ce sujet d’une façon telle qu’on peut, semble-t-il, accepter d’emblée leurs conclusions générales, en attendant que des études plus particulières viennent en préciser la portée. C’est pourquoi nous avons cherché à cerner le problème en le circonscrivant au domaine que nous voulons éclairer sans renoncer à l’espoir de contribuer par ce biais à la connaissance de l’ensemble du phénomène.

6Pour la clarté de l’exposé, nous envisagerons tour à tour les matières d’origine minérale, végétale et animale.

7En raison de la nature particulière de nos sources, qui portent sur des produits finis, force nous a été de considérer quelquefois sur le même plan, comme matière constitutive, des substances naturelles brutes aussi bien que des produits de première transformation. Ces derniers, en effet, sont habituellement cités au nombre des fournitures de l’industrie armurière : ainsi le fer en lingots ou en barres plutôt que le minerai, la mitraille de bronze de préférence à ses métaux constitutifs, la corde au lieu du chanvre ou du lin dont elle était faite... L’exposé ne porte donc pas tant sur les techniques d’acquisition des matières premières en question que sur leur utilisation au stade artisanal.

LES CENTRES DE PRODUCTION ET DE COMMERCE DES ARMES

LES CENTRES DE PRODUCTION ET DE COMMERCE DES ARMES

Fig. 8.

1. — Les matières minérales

A. — La pierre

8La pierre est sans doute, avec le bois et l’os qui lui font pendant dans les règnes végétal et animal, la matière première la plus anciennement utilisée par l’homme. C’est aussi celle qui demande, pour sa mise en œuvre, le moins de transformation car, réserve faite de sa géométrie, que l’on peut modifier, on l’utilise dans son état strictement brut.

9La pierre subsiste dans l’armement médiéval sous la forme de projectiles destinés à être lancés soit à la main (défense des places), soit au moyen d’une fronde ou encore grâce à une catapulte ou une arme à feu de moyen ou de gros calibre. C’est dans les deux derniers cas que les mentions de son emploi sont les plus fréquentes aux XIVe et XVe siècles et, en tout état de cause, l’indice d’un usage très répandu.

  • 3 Cfr par exemple E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche..., p. 32 et J. Garnier, L'artilleri (...)

10Cette vocation si l’on peut dire balistique de la pierre entraîne deux conséquence étroitement liées. La première, c’est que le désir d’augmenter la force d’impact du projectile pour vaincre les obstacles les plus tenaces et le souci d’éviter le bris du boulet au départ de la bouche à feu ont poussé à réserver pour cet usage les roches dures, principalement le grès et le marbre3. Or ces sortes de pierres, recherchées par priorité, ne se trouvent pas partout. Cette prédilection implique, seconde conséquence, un échange interrégional, donc un transport à plus ou moins grande distance en dépit des difficultés que représentait alors l’acheminement de matières pondéreuses.

  • 4 Expressions tirées de A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1925 (1421-1422), fo 118 r°-v°. — Les mentions d (...)
  • 5 Durant le siège de Saint-Riquier (1422), les troupes bourguignonnes, basées sur Abbeville, dépêche (...)

11La main-d’œuvre transformatrice se trouvait aisément, car les projectiles d’artillerie étaient, de tous les produits armuriers, ceux dont l’élaboration demandait le moins de spécialisation. Il apparaît en effet que n’importe quel maçon pouvait débiter, — « amasonner » disait-on, — les rocs et les « arrondir » en boulets4. Ils s’acquittaient généralement de ce travail sur le chantier ou à proximité du lieu d’extraction afin sans doute de limiter le transport à grande distance de la matière au poids minimum du produit fini5.

12Presque tous les boulets dont nos sources indiquent l’origine depuis le XIVe siècle proviennent de trois grands centres carriers dont les activités se prolongent d’ailleurs de nos jours : la région de la haute Senne hennuyère et brabançonne, Béthune en Flandre et la vallée de la Meuse moyenne.

a) La région de la haute Senne

  • 6 G. Decamps, L'artillerie montoise. Ses origines, p. 11 (acheteur : Mons, 1378) ; E. Roland, La vil (...)
  • 7 Bray (1378) : G. Decamps, op., cit. loc. cit. ; Houdeng (1405, 1407 et 1408) ; E. Roland, L'artill (...)
  • 8 Achat par la ville d’Ypres de boulets de canon et de pierres à bâtir en grès provenant du Brabant, (...)

13Ce centre d’extraction minérale, qui couvre une région d’une dizaine de kilomètres de diamètre, est toujours en activité à notre époque. On s’y approvisionnait en pierres de bombarde dès la seconde moitié du XIVe siècle et pendant tout le XVe. Ecaussines est le plus souvent cité6, mais on trouve également mention de Bray et de Houdeng7, de même que de pierres provenant du Brabant, c’est-à-dire probablement de la région de Quenast8.

  • 9 Par exemple, en 1406-1407, la ville de Braine-le-Comte achète des boulets et des pierres brutes po (...)
  • 10 Estevenot Brachelin (ou Brasselet), « marchand d’artillerie » à Ecaussines, taille lui-même et ven (...)
  • 11 Le marchand de canons, d’artillerie et de munitions Jehan Cambier s’approvisionnait lui-même à Eca (...)

14Les boulets étaient, semble-t-il, façonnés sur place et vendus au consommateur soit directement par les carriers9, soit par des marchands spécialisés8, soit encore par des munitionnaires, intéressés10 ou non dans les exploitations11.

15Outre les débouchés locaux, comme les villes de Mons, de Binche ou de Braine-le-Comte, ces pierres s’exportaient vers la Flandre car on en trouve à Bruges, à Lille et à Ypres donc parfois à quelque 80 kilomètres du lieu d’origine.

  • 12 Fournitures à Lille par Colart de Mouret, marbrier à Tournai (1382) ; de La Fons-Melicocq, op. cit (...)

16Nous rattacherons à ce centre celui, tout proche, de Tournai dont les marbriers étaient célèbres mais dont les activités dans le domaine des fournitures militaires sont moins connues12.

b) Béthune

  • 13 de La Fons-Melicocq, op. cit., pp. 24-25 ; A.N. Lille, R.G.F., reg. 1957, fo 416 v°.

17Les carriers et tailleurs de grès de Béthune ont joui d’une certaine faveur. En 1414, nous voyons par exemple un échevin de Lille se rendre dans cette ville sœur pour faire exécuter un millier de projectiles d’après les dimensions qu’il a mission de spécifier. Pendant la campagne de Calais (1436), Philippe le Bon a également recours pour ses bombardes aux carriers béthunois13.

c) Namur et Dinant

  • 14 J. Gaier-Lhoest, L'évolution topographique de la ville de Dinant au Moyen Age, p. 87 ; D. D. Brouw (...)
  • 15 A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, fo 5 v° (1407) ; A. N. Lille, R.G.F., reg. 1 (...)
  • 16 N. Van Werveke, Auszug aus der Rechnungsablage Johans von Schoenvorst..., p. 41 ; Fave, Etude sur (...)

18La vallée de la Meuse en amont d’Andenne était le siège d’une importante activité extractive. Le fameux calcaire carbonifère dit « marbre noir » de Dinant était tiré des carrières proches de la cité des « copères » et taillé sur place, entre autres pour en faire des boulets de canon14. A Namur, les pierres de bombarde sont notamment extraites « delle faliese » pour les besoins locaux15 mais aussi pour une destination plus lointaine ; tels ces projectiles que le duc de Brabant, en campagne dans le Luxembourg, commande à maître Jacques de Namur et à deux autres pierriers (1413). En 1451, il faut un chariot à six chevaux pour transporter de la ville mosane à Luxembourg trois boulets d’un poids total de 2 700 livres destinés à la dotation de la bombarde « Luxembourg », une pièce monstrueuse de soixante-dix centimètres de calibre. A la fin du XVe siècle, le souverain des Pays-Bas s’adresse lui aussi à des tailleurs de boulets namurois16.

  • 17 Jean de Stavelot, p. 459. Pour empêcher Ruremonde de s’approvisionner en munitions alors que l’on (...)

19Cette production minérale devait certainement, grâce à la voie de transport offerte par le cours de la Meuse, bénéficier de débouchés à longue distance. En 1441 par exemple, la ville de Ruremonde achète de grandes quantités de pierres de bombarde quelque part en amont de Huy : l’acheminemant se fait par bateau. C’est sans doute à nouveau le cas lorsque, treize ans plus tard, la municipalité de la lointaine Zwolle commande à Namur 3 000 boulets de canon en pierre17.

  • 18 Van Werveke, op. cit., p. 4L

20Il n’est pas exclu qu’en dehors de ces trois régions les munitionnaires se soient approvisionnés dans des centres d’importance secondaire, encore que la présence de tailleurs de pierre en un endroit ne constitue pas la preuve que celui-ci était le siège d’une industrie extractive digne de ce nom. C’est ainsi que la ville de Luxembourg, qui faisait fabriquer des boulets sur place, devait en même temps en faire venir de Namur et même des carrières rhénanes18.

21Mais à part ces régions marginales, — que la proximité de centres étrangers au cadre géographique envisagé ici faisait graviter parfois dans d’autres orbites économiques, — on peut dire que les anciennes principautés belges furent largement autonomes en fait de pierres à munition.

B. — Les substances pyrotechniques

a) Le salpêtre

22Le salpêtre ou nitre, que les chimistes appellent nitrate de potassium, est l’élément le plus actif et le plus important par la quantité qui entrait dans la composition de l’ancienne poudre noire.

  • 19 Cfr P. Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., pp. 138 sv. ; B. Rathgen, Das Geschütz im (...)

23Presque tout le stock consommé dans l’espace belge au Moyen Age provenait de l’étranger. Il s’agissait soit de salpêtre naturel, extrait du sol, soit d’une substance résultant du lessivage de terres salpêtrées, soit enfin du produit de l’exploitation de nitrières artificielles, caves, écuries et lieux humides où se formaient des efflorescences nitreuses soigneusement récoltées19.

  • 20 J. Finot, op. cit., pp. 243 et 259.
  • 21 A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26164, fo 18.

24On comprend qu’une telle diversité de provenance dans un contexte de connaissances empiriques devait donner lieu à des produits d’inégale qualité. Cette disparité se traduisait surtout par des degrés de raffinage différents, que l’acheteur s’efforçait de corriger par des traitements appropriés. Ainsi, les sources font mention de salpêtre « cru et non affiné » ou bien « tout recuit et affiné », allusions à un processus de cristallisation. Cet élément qualitatif est d’importance quand il s’agit d’apprécier les prix du marché et le rythme de la consommation. Surtout, il commande de faire montre de prudence dans la comparaison de fournitures en apparence semblables. Cette précaution permet d’expliquer, par exemple, pourquoi le salpêtre brut acheté à Bruges en 1474 ne coûte que 22 sous le cent, soit dix fois moins que le prix normal du produit raffiné. De toute évidence, la perte de matière dans les cristallisoirs, fonction du degré d’impureté, explique les variations du prix d’achat20. Le compte de l’artillerie pour l’année précédente signale précisément que 18 257 livres de produit brut n’ont donné que 10 755 livres de nitre « net et affiné prest à faire pouldre de canon21 ».

  • 22 Nous basons principalement notre étude de prix sur les registres de la R.G.F., sur J. Finot, op. c (...)

25En général, au moins pendant le XVe siècle, — époque où la continuité de la documentation permet d’établir des comparaisons, — le tarif du salpêtre variait entre 1 sou 9 deniers et 4 sous la livre, ce qui représentait, comme nous le verrons, sur le marché de l’armement, un prix élevé22.

  • 23 Entre autres, cfr A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fos 333 v°, 388, 391 v°, 428 (5e) ; B 2017, fo 334  (...)
  • 24 Cfr A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32465, fo 52 (achat d’« oostersch salpeters  (...)
  • 25 Cfr respectivement : A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 428 (5e) ; J. Finot, op. cit., p. 259. — Nous (...)
  • 26 Cfr B. Rathgen, op. cit., p. 96. — En 1461, la ville de Namur achète un tonneau de salpêtre de Cha (...)
  • 27 Sur le rôle et le destin des foires de Champagne, cfr F. Bourquelot, Etudes sur les foires de Cham (...)

26Le salpêtre importé dans les Pays-Bas du Sud provenait, pour autant que les sources, parfois imprécises, ne nous en taisent pas d’autres, de trois contrées : la France et plus particulièrement la Champagne23, l’Allemagne24 et l’Italie (Venise et Naples25). Nous ignorons les différences de qualité qui auraient pu éventuellement distinguer ces produits et les vertus particulières de chacun. Ce qui est plus grave, c’est l’incertitude de ces désignations géographiques. En effet non seulement elles n’indiquent peut-être pas l’origine réelle de la nitre (et le fait que le salpêtre dit italien venait en réalité du Levant en est la preuve), mais il se pourrait que cette triple appellation recouvre parfois une seule et même réalité. Ainsi, la dépendance de Nuremberg par rapport à Venise est attestée en cette matière26 et si le rôle financier des foires de Champagne est révolu au XIVe siècle, il n’en reste pas moins que cette région demeurait une plaque tournante des échanges de l’Europe occidentale27. Salpêtre italien, allemand ou champenois sont des expressions qu’il ne faut donc pas nécessairement prendre à la lettre, mais qu’il convient de considérer en tout cas comme la preuve des activités de trois importants centres commerciaux.

  • 28 Par exemple Bouvignes, en 1410 (800 livres) ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22 (...)

27Comment cette production était-elle introduite dans l’espace belge ? De prime abord, le cheminement des « routes » du salpêtre y paraît obscur. Les courants d’importation se ramifient en effet rapidement par voie de redistribution dans l’ensemble du territoire, au point qu’il est toujours plus facile de connaître l’acheteur que le vendeur. Dès le XVe siècle en tout cas, nombre de villes « belges » sont à même de répondre à des commandes de cette matière, pourvu que celles-ci soient assez limitées en volume28.

  • 29 Les vendeurs sont le plus souvent qualifiés de « marchands ». Un précisé parfois qu’il s’agit d’un (...)
  • 30 Au moment de l’introduction de la poudre a canon, les achats d’ingrédients portaient fréquemment s (...)

28En général, ce commerce est le fait de marchands poudriers, affiliés en principe aux gildes d’apothicaires, d’épiciers et de merciers, qui fournissent non seulement la nitre mais aussi le soufre et la poudre à canon toute prête. Certains négociants, comme le Brugeois Jean van de Velde vers le milieu du XVe siècle, se taillèrent dans cette spécialité un respectable empire29. Cependant, la vente au petit détail n’a jamais cessé d’être en honneur dans ce secteur30 comme dans d’autres, — vieille habitude des sociétés pré-industrielles, — d’autant plus qu’en l’occurrence le produit était cher et de conservation difficile.

  • 31 Les travaux consacrés à la prospérité économique de la ville de Bruges sont très nombreux. Parmi l (...)

29Cependant, une étude systématique des provenances conduit à reconnaître à la ville de Bruges le rôle du plus grand marché international du salpêtre, non seulement des Pays-Bas mais de toute l’Europe septentrionale. Cette fonction remarquable de la grande ville flamande a été négligée jusqu’ici, alors qu’on a dévoilé depuis longtemps toute son importance en matière de draperie et de négoce de l’alun par exemple31.

  • 32 A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, fo 36 (référence rétrospective à l’an 1 (...)

30Bruges voyait affluer la matière première, apportée par les navigateurs italiens et hanséates, et la redistribuait de façon passive dans toutes les principautés belges. Lorsqu’il s’agissait, pour une ville ou pour le grand duc d’Occident d’ailleurs, d’acquérir cette substance explosive en quantité importante, on envoyait un courtier à Bruges afin de s’en procurer. C’est ainsi que le Magistrat de Namur procède en 1406, en 1408 et en 1420. En août 1408 par exemple, c’est munis d’un sauf-conduit du comte que deux Namurois, dont un canonnier, se rendent à Bruges sur des chevaux loués. Le voyage dure sept jours, au cours desquels ils procèdent à l’achat de 1 200 livres de salpêtre, de 838 livres de soufre et de 48 livres d’ambre dans la ville flamande. Ces fournitures sont transportées à Namur par un voiturier32.

  • 33 Cfr Rathgen, op. cit., p. 437 n. 48 ; C. Probst, Salpetereinfuhr und Salpetersieder im Deulschorde (...)

31Il s’agissait de matières provenant d’Italie et de l’Empire aussi bien que de France. Ce grand emporium de l’artillerie européenne alimentait non seulement son « hinterland » mais réexpédiait au loin une partie de son stock. Ainsi l’Ordre Teutonique de Prusse s’approvisionnait aussi en salpêtre de Flandre, car il entretenait avec cette région des relations commerciales et maritimes très suivies33.

  • 34 Achat de salpêtre à Anvers pour le duc de Brabant en 1419 ; A.G.R., C.C., Recette générale du Brab (...)

32Le port d’Anvers se distingue également, dès le début du XVe siècle, comme marché du salpêtre et son importance grandit à mesure que celle de Bruges décline34.

  • 35 Cfr G. Decamps, op. cit., p. 9 (1357) ; DE La Fons-Melicocq, op. cit., p. 10 ; J Garnier, L'artill (...)
  • 36 Cfr notes 23 et 24. — En 1489, le Magistrat de Gand fait acheter en France, par un courtier, 5 768 (...)

33Cependant, le recours aux entrepôts de ces deux centres ne devait pas suffire, si l’on en juge par les nombreux achats négociés sur la place Paris35 au XIVe et au début du XVe siècle, ou effectués en Allemagne et dans les villes de Champagne36.

  • 37 B. N. Paris, fr. 1278 : Recueil de pièces historiques sur les affaires de Bourgogne..., fos 60, 62 (...)

34Les besoins étaient grands et l’offre, ne l’oublions pas, demeurait relativement restreinte. Surtout, il ne faut pas s’exagérer les ressources de l’époque, même dans les plus grands centres. Sait-on par exemple que, vers 1420, on ne pouvait trouver à Paris, une des plus grandes métropoles de l’Occident cependant, que quatre tonnes de salpêtre37 ?

  • 38 Cfr C. Böhne, op. cit., p. 135. Sur le monopole du salpêtre établi en France par Louis XI, cfr R. (...)
  • 39 A. E. Namur, Haute Cour, Transports de Namur, no 27, fo 178 ; analyse dans Fonds Brouwers, no 17. (...)

35Cette difficulté d’approvisionnement, dont la cherté du produit constitue la confirmation, explique le souci, jusqu’au XIXe siècle d’ailleurs, de ne négliger aucun moyen, si dérisoire soit-il, de se procurer du salpêtre comme de réserver à l’Etat, à partir du XVe siècle, le monopole de son exploitation38. Un contrat passé en 1487 est révélateur des efforts entrepris sur le plan local afin d’acquérir cette substance stratégique : le chevalier Jacques de Glimes, seigneur de Han-sur-Lesse, accorde à trois personnes, dont un bourgeois de Namur, l’autorisation de « cherchier, querier et estraire » tout le salpêtre marchand qu’ils pourraient trouver dans le soi de sa terre à charge de la redevance du quatrième tonneau. Ils pourront pour ce faire couper tout le bois nécessaire dans les bois de Han. D’autre part Jacques de Glimes, agissant en tant que bailli de Namur, concède aux mêmes personnes l’exploitation des caves et étables du château de Namur, à charge du sixième tonneau, à condition de réparer les dégâts que leur prospection est susceptible d’occasionner à l’édifice39.

36L’importance capitale du salpêtre comme matière première des fabrications d’armements apparaît ainsi dès le Moyen Age. Elle ne cessera de se faire sentir durement jusqu’au XIXe siècle, moment où les progrès de la science et l’ouverture de nouveaux débouchés en briseront les monopoles traditionnels.

b) Le soufre

  • 40 Cfr Henrard, op. cit., pp. 138-140 ; P. Chalon, pp. 8 sv. ; R. Gandilhon, Politique économique de (...)
  • 41 Cfr n. 22.
  • 42 Cfr Warnkoenig-Gheldolf, op. cil., t. IV, p. 350 ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon (...)
  • 43 Cfr respectivement : M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon entre 1416 et 1420..., p. 4 (...)

37Le soufre posait sensiblement les mêmes problèmes d’approvisionnement que le salpêtre, sinon que l’on ne peut parler ici de production indigène. Il était originaire d’Italie40, où il se trouvait en quantités suffisantes pour qu’au XVe siècle, son prix d’achat moyen se maintienne dans nos régions à la moitié de celui du salpêtre, soit à 1 sou la livre41. Ce métalloïde parvenait dans les Pays-Bas à l’état naturel42 («soufre vif »), — ce qui laisse supposer que les usagers avaient le moyen de le faire raffiner sur place, — ou concassé (« en roc ») ou encore moulé en briques ou en canons43 (« en canne »). L’emploi de la fleur de soufre n’est pas attesté, ce qui s’explique sans doute par la conservation médiocre et le comportement instable de cette variété.

  • 44 Voir par exemple A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 21, fo 23 v° (achat à Antonne l (...)
  • 45 Cfr exemples cit. n. 32, 42 et 43. — A. N. Lille, R.G.F., B 1931, fo 169 ; B 1954, f » 151 ; B 195 (...)
  • 46 Un Anversois acquitte le tonlieu d’Iersekeroord notamment pour 5 tonneaux de soufre, en 1491 ; cfr (...)
  • 47 A Paris : J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne., p. 57 ; à Dijon : ibid., pp. 50, 117 ; (...)

38La vente du soufre appartenait aux mêmes négociants que ceux qui se livraient au commerce du salpêtre et de la poudre44. Bruges, point d’arrivée de la navigation italienne, fait figure ici encore de marché principal de redistribution depuis le XIIIe siècle car ce produit, ne l’oublions pas, était connu comme matière incendiaire avant le salpêtre45. Anvers, comme dans tant d’autres cas, prit la releve à la fin du Moyen Age46. Cependant, l’approvisionnement se pratiquait aussi dans d’autres centres d’importance secondaire47.

c) Autres substances

  • 48 M. Mollat, op. cit., p. 490 (« estoffes et façon de 200 fusees portons feu à deux fois ») ; A. E. N (...)
  • 49 Cfr Garnier, op. cit., p. 16 n. 2.

39Les armées médiévales se servaient, en quantités relativement faibles il est vrai, de compositions incendiaires et fusantes du genre « feu grégois » dans lesquelles entraient, outre le soufre et le salpêtre, d’autres substances appropriées parmi lesquelles on rencontre l’eau-de-vie et, plus fréquemment, le camphre48. Ainsi, en septembre 1408, Jean sans Peur avait eu soin d’emporter trois cents fusées pour sa campagne contre les Liégeois, qui devait aboutir à la victoire d’Othée49.

40De surcroît, l’ignorance de la nature réelle du phénomène de la combustion des substances pyrotechniques et la constante ingérence de notions alchimiques ou même de croyances magiques dans les rudiments de connaissance empirique qu’on professait alors avaient favorisé l’usage, pour la confection de la poudre noire, de certains corps étrangers, soi-disant garants de sa vivacité, que l’on ajoutait en quantités variables au mélange des trois produits habituels.

  • 50 Cfr Henrard, op. cit., p. 141. Voir P. Cezard, La littérature des recettes du XIIe au XVIe siecle. (...)
  • 51 J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., p. 5 (vif-argent) ; de La Fons-Melicocq, op. c (...)

41On trouve en effet dans les comptes des dépenses militaires, aussi bien que dans la littérature réceptaire de la fin du Moyen Age50, de fréquentes allusions à l’emploi de substances telles que le mercure principalement, l’arsenic et ses dérivés ou l’ambre51.

  • 52 Le camphre, par exemple, coûtait très cher, 6 sous l’once en 1435 (A. N. Lille, op. cit., loc. cit (...)

42Les prix en étaient très variables et, comme les quantités restaient négligeables, ces pratiques n’ont donné lieu à aucune demande de matière première significative sur le plan économique52.

C. — Les métaux

a) Le fer et l'acier

  • 53 A propos de l’intérêt que présente l’histoire de la technologie sidérurgique, cfr J. F. Finó, Note (...)
  • 54 Par exemple J. U. Nef, Mining and metallurgy in medieval civilisation, pp. 429-429-492 ; T. A. Wer (...)
  • 55 Entre autres les travaux de R. Evrard, Les fontes des anciens fondeurs belges et Essai de terminol (...)
  • 56 Cfr A.-M. Bautier, Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à (...)

43Depuis une vingtaine d’années, l’histoire de l’ancienne sidérurgie a progressé notablement grâce à la publication d’une série d’études fondamentales envisagées principalement du point de vue de la technologie53. Certaines font le point des connaissances en général, définissant les données reçues en des termes nouveaux54, telles autres abordent des domaines techniques plus particuliers55, telles encore ont renouvelé la problématique en s’attaquant à l’étude des sources, telles enfin, — et nous pensons ici aux enquêtes de la « Revue d'histoire de la sidérurgie », — ont posé des jalons durables dans des voies jusque là peu explorées56. A cet égard, les « Notes sur le commerce du fer en Europe occidentale du XIIIe au XVIe  siècle » par R. Bautier constituent une base solide pour l’orientation des recherches futures. Notre étude particulière des matières premières rencontre en bien des points les conclusions de cet article pour le cadre géographique qui la concerne. Cependant, l’intérêt du sujet commande que nous nous arrêtions plus longuement à dépeindre la situation de la sidérurgie dans les anciennes principautés belges.

  • 57 Cfr les travaux cités n. 53 à 56. — Les érudits ne s’entendent pas sur la date d’apparition du mar (...)

44Technologiquement, la période couverte par nos recherches a connu deux innovations fondamentales qui l’ont marquée profondément57. C’est d’abord, dans le courant des XIIe et XIIIe siècles, l’utilisation de l’énergie hydraulique, que l’on s’accorde à considérer comme la cause d’un véritable renouveau de la métallurgie et de l’industrie minière. Les usines à fer, qui réduisaient le minerai, se déplacent alors vers les cours d’eau, cependant que l’usage du fourneau à masse permet d’obtenir, en même temps que la loupe habituelle de métal malléable, du « fer cru » c’est-à-dire de la fonte blanche. Alors qu’elle était considérée au début comme un déchet, les ferrons vont l’utiliser à partir de la fin du XIVe siècle et en produire intentionnellement dans des hauts-fourneaux au bois. Cette fonte sera désormais employée soit directement pour obtenir des pièces moulées soit, en la décarburant dans des feux d’affinage, pour fabriquer le fer en deux temps, Ces méthodes nouvelles, correspondant à des besoins accrus, ont déclenché un deuxième « boom » de la sidérurgie, dans la seconde moitié du XVe siècle et la première moitié du XVIe.

  • 58 J. F. Finô, op. cit., p. 64 ; J. U. Nef, op. cit., p. 440.
  • 59 A. Weyhmann, Geschichte der àlteren lothringischen Eisenindustrie, p. 27 ; J. Lejeune, La formatio (...)

45Toutefois il convient, pour apprécier l’importance réelle de cette industrie, de mesurer la distance considérable qui la sépare des activités semblables de notre époque. La capacité de production restait très limitée. Au début du XVe siècle, le rendement journalier d’un fourneau ne dépassait pas 1 200 kilos de fonte. On estime qu’au bas Moyen Age l’ensemble des forges d’une région aussi active que la Styrie produisait moins en un an qu’une seule entreprise moderne en un jour58. De plus, l’activité des « usines à fer » n’était ni régulière ni permanente ; certaines ne travaillaient que quelques semaines par an. La main-d’œuvre restait peu nombreuse, se composant d’ouvriers temporaires et de métallurgistes paysans, du type « Eisenbauer » qui se consacraient aux travaux de forge pendant la morte-saison agricole. Cette complémentarité de la sidérurgie et de l’économie rurale est un des traits dominants de la civilisation préindustrielle59.

  • 60 Voir la classification des régions productrices dans R.H. Bautier, op. cit., pp. 12 sv.

46Du point de vue de la métallurgie, on peut définir les anciens Pays-Bas du Sud, dès le XIIIe siècle, comme une région productrice d’importance secondaire, mais bénéficiant de l’apport des courants commerciaux issus des grands centres internationaux60.

  • 61 Cfr dans la région mosane : M.G.H., D.D., t. II, Hanovre, 1888, no 308, p.365 (tonlieu de Visé, 98 (...)

47Les principautés belges étaient le siège d’un commerce très actif des métaux, en particulier du fer. Il n’est pour s’en convaincre que de considérer les péages qui frappaient la circulation des marchandises sur les voies fluviales et routières. Certes, les tonlieux ne résument pas tout le trafic et le caractère formulaire des tarifs puet être mis en cause, mais la fréquence et la permanence des mentions de produits ferreux en transit ne relèvent pas du hasard61.

  • 62 Cfr T. A. Wertime, The coming of the age of Steel, Leyde, 1961, pp. 1-43 et 192 à 196.

48La présence de l’acier appelle quelques remarques. Que celui-ci soit signalé dans les sources médiévales, notamment dans celles provenant de l’« espace belge », le fait ne doit pas nous surprendre. Il était connu depuis l’Antiquité et le mot existait autant que la chose bien avant nos procédés scientifiques de fabrication, en usage depuis un peu plus d’un siècle seulement. On sait que l’acier se différencie principalement du fer doux par sa teneur plus ou moins élevée en carbone. Durant le Moyen Age, on obtenait l’acier par cémentation, c’est-à-dire en chauffant du fer avec du charbon de bois jusqu’à ce que le carbone pénètre par diffusion dans le métal. L’affinage n’apparut qu’au XVe siècle : il consistait à fabriquer l’acier par décarburisation de la fonte62.

  • 63 Voir notamment, à titre d’exemples, le tonlieu de Saint-Vaast d’Arras (1036) dans G. Fagniez, Docu (...)

49Les gens du Moyen Age quelque peu au fait de la technique sidérurgique savaient établir la distinction entre ces deux métaux. Nous n’en voulons pour preuve que les tarifs de tonlieu, où le fer et l’acier sont souvent repris concurremment63. Bien entendu, dans un contexte de connaissances empiriques et en l’absence de moyens scientifiques de contrôle, la différence entre l’un et l’autre ne pouvait guère se discerner, au niveau commercial, qu’en se fondant sur l’aspect ou sur le mode traditionnel de présentation, au maximum sur la base de propriétés mécaniques spécifiques telles que dureté ou flexibilité.

  • 64 Cfr Soil de Moriame, op. cit., p. 41 ; G. Hansotte, Règlements et privilèges des XXXII métiers de (...)

50Les fraudes devaient être nombreuses n’en doutons pas, d’autant plus qu’elles ne risquaient guère d’apparaître avant la mise en œuvre, consécutive à l’acte d’achat. Les autorités corporatives durent en tout cas sévir contre ce genre d’abus. Ainsi, l’ordonnance des couteliers de Tournai, du 28 mars 1327, interdit de fabriquer des lames en employant du fer ordinaire au lieu d’acier. En 1418, le nouveau règlement du métier des fèvres de Liège, en ce qui concerne la branche des batteurs d’armures, frappe d’un marc d’amende « quilconques vendera potrinnes (plastrons de cuirasse), greveches de proemiers ferronneies (grèves brutes) ou aultres ouveraige y estre d’achier, et teiles ne soient... ». Dans le même ordre d’idées, une ordonnance des fabricants de cuirasses de Barcelone (1457) proscrivait l’usage du « fer des Flandres », réputé peu résistant, pour forger des armures de qualité64.

  • 65 Cfr par exemple le « chapel d’achier » du comte d’Artois en 1315 dans J.-M. Richard, Une petite-ni (...)

51Nous ne nous étendrons pas ici sur les pièces d’armement en acier dont les sources font fréquemment état. Il s’agit essentiellement d’armures de mailles ou de plates, sans doute aussi de pointes de traits quand elles sont dites « trempées » ou « d’épreuve ». Ceci ne fait que confirmer la place privilégiée qu’Olivier de la Marche, dans le passage cité au début de ce chapitre, assignait au plus « noble » des métaux. On ne peut s’empêcher d’évoquer ici, comme un écho à cette conception, cette clause de l’ancien tonlieu de Huy qui faisait bénéficier d’une même exemption les joyaux d’or, d’argent, l’acier et les armes65.

Fig. 9. Dague à quillons (XVe siècle)
Trouvée au cours de travaux de canalisation de la Dendre.
(Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. VI 16. Cliché A.C.L.)

  • 66 Cfr A. N. Lille, B 1925, fo 118 ; cfr également J. Garnier, op. cil., pp. 10, 22, 73, 153. — Les « (...)

52Nous avons trouvé, à partir de la fin du XIVe siècle, quelques mentions de transactions commerciales portant sur des livraisons d’acier à usage militaire. Elles ne concernent pas les armures et font apparaître des valeurs pondérales très modestes par rapport aux chiffres habituellement cités pour le fer ou le bronze. Certaines se rapportent à la fabrication des canons mais on ignore, dans ce cas, pourquoi l’acier était utilise. Peut-être servait-il uniquement à réaliser de l’outillage. Simple supposition qu’un exemple d’août 1421 semblerait pourtant corroborer. Un maréchal-ferrant d’Abbeville fabrique alors, pour tailler les boulets de bombarde du duc de Bourgogne, quatorze marteaux (bouchardes) de fer pesant plus de trois kilos chacun et il les garnit d’acier « afin qu'ils fussent plus durs pour besoignier sur lesdites pierres de canon »66.

  • 67 En 1461, le Magistrat de Tournai décide de remplacer les arbalètes de bois de la ville par des arb (...)

53Enfin, les fabricants d’arbalètes firent, au XVe siècle, un large usage de lattes d’acier dès que se fut introduite l’habitude de garnir ces engins d’un arc métallique au lieu de celui en bois, en corne et en tendon, moins résistant, employé jusqu’alors67.

54Le petit nombre de mentions d’actes d’achat relatifs à de l’acier résulte du fait, croyons-nous, que les artisans se contentaient sans doute, dans bien des cas, de faire l’acquisition de fer doux comme matière première, se réservant le soin de la transformer eux-mêmes en acier au fur et à mesure de leurs besoins. Il est normal dès lors que l’essentiel des transactions porte sur le fer ordinaire dont nous allons ci-après étudier la provenance. Celle-ci est rarement indiquée dans les sources. Cependant, les quelques précisions que l’on rencontre tout de même à ce sujet révèlent certaines constantes dans l’approvisionnement.

(1) La production indigène

  • 68 Cfr M. Bourguignon, op. cit., pp. 83-120 ; J. Wagner, La sidérurgie luxembourgeoise avant la décou (...)

55Les régions méridionale et orientale de la Belgique actuelle constituaient jadis un centre de prédilection de l’industrie sidérurgique. Cette zone, qui englobait le comté de Hainaut et celui de Namur, la principauté de Liège avec le marquisat de Franchimont et le duché de Luxembourg, formait en quelque sorte la limite Nord-Ouest du vaste « bassin industriel » qui comptait également le groupe Rhénanie-Westphalie, l’Eifel, la Lorraine et accessoirement la Champagne68.

  • 69 Cfr à ce sujet ibid., p. 187 ; C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armurière liégeoi (...)

56Les conditions y étaient favorables à l’éclosion d’une industrie artisanale du fer : l’abondance des minières, l’importance de la couverture forestière, source principale de combustible, mais aussi l'extraction et l'usage précoce de la houille, l’énergie hydraulique fournie profusément, enfin la densité de la population des régions limitrophes, donc la grandeur des besoins. Les activités des métallurgistes s’y développèrent de façon quasi continue jusqu’au XVIe siècle, mise à part une courte éclipse qui affecta le Namurois, après la guerre de 1430, et les pays de Liège et de Franchimont au moment de l’occupation bourguignonne69.

  • 70 Voir, par exemple, les « masses de fier » dues au comte de Namur par la forge d’Yves-Gomezée (Namu (...)
  • 71 L’usage ancien classifiait les fers de nos régions en : fer fort, doux et liant, utilisé pour la f (...)
  • 72 N. Van Werveke, op. cit., p. 41 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 2012, fo 407 v° (1453) ; sur la forg (...)

57Les actes relatifs à l’établissement ou à l’accensement de forges ne nous renseignent pas sur le genre de fabrication auquel leur production était destinée70. On est en droit néanmoins de considérer qu’elle pouvait être réservée à l’industrie armurière, pour autant que les qualités du métal l’eussent permis71. Sans parler du recours à des fondeurs des Pays-Bas pour le moulage de canons et de boulets, dont il sera question plus loin, signalons que l’achat de fer indigène est attesté pour les besoins des arsenaux. Ainsi le duc de Brabant en acquiert à Virton en 1413 pour cercler ses bouches à feu tandis que, dans le même région, un ferronnier du nom de Jehan Rollet en fournit 2 000 livres à la garnison bourguignonne de Luxembourg, provenant de la forge de La Claireau72. Mais à côté de la production locale, l’industrie armurière a largement utilisé le fer importé. Il s’agissait essentiellement de métal provenant d’Espagne et, accessoirement, d’autres régions de l’Europe.

(2) Les importations

Le fer d’Espagne
  • 73 Cfr R. H. Bautier, op. cil., pp. 16 sv. ; Ph. Dollinger, La Hanse (XIIe -XVIIe  siècles), p. 318. (...)

58A partir du XIIIe siècle, le fer brut des provinces basques est exporté par mer vers le Nord, où il atteint tous les ports de l’Atlantique, de la Manche et de la Mer du Nord. Bruges, plus tard Anvers, ne font pas exception. Le premier recevait régulièrement les marchands espagnols ou leurs intermédiaires, les Bayonnais, dès le XIIIe siècle. En 1252, le tarif du tonlieu de Damme prévoit l’arrivage de « Centenum vel quintalia ferri de Ispania »73.

  • 74 Par exemple ; H. J. Smit, De rekeningen der graven en gravinnen uit het Henegouwsche huis, t. I, p (...)

59Ce fer était redistribué dans l’hinterland du grand port flamand ; on le trouve régulièrement cité à l’intérieur des terres, pour des usages civils autant que militaires, dès le XIVe siècle74.

  • 75 Voir les contrats de fabrication de pièces d’artillerie en fer d’Espagne passés en 1443 et 1447 av (...)

60A partir de cette époque, il était tenu pour le meilleur du marché, supérieur au fer allemand ou indigène, faveur que prouvent les contre-façons dont il faisait se bonne heure l’objet74. Cette prédilection se manifeste encore durant tout le XVe siècle. Les services de l’artillerie des souverains des Pays-Bas font constamment provision de ce métal et les commandes importantes de bouches à feu stipulent l’usage obligatoire de « bon fer d'Espagne »75.

Le fer des autres centres étrangers

61Dans une mesure beaucoup moindre que le fer espagnol, en tout cas en ce qui concerne l’armement, il apparaît qu’on a fait appel également à du métal provenant d’autres régions étrangères à l’espace belge.

  • 76 A. Giry, Histoire de la ville de Saint-Omer..., pp. 477 no 51 et 482 no 51 ; A. N. Lille, R.G.F., (...)

62Quelques documents du nord de la France font allusion au fer importé de Normandie. En effet le tarif du tonlieu de Saint-Omer, qui remonte au milieu du XIIe siècle, mentionne, dans sa version latine, un « ferrum quod dicitur gladifer de Normannia » que reprend encore, un siècle plus tard, une traduction française de la même pièce. Le produit ainsi désigné est à mettre en rapport, sans doute, avec le « fer de Rouen » qui servait, en Flandre, vers la fin du règne de Philippe le Bon, à fabriquer des pointes de flèche particulièrement résistantes. On sait d’ailleurs que la sidérurgie normande connut une certaine prospérité au bas Moyen Age, notamment à la faveur de la demande que provoquait alors un état de belligérance quasi permanent76.

  • 77 Cfr Ph. Dollinger, op. cit., pp. 282-283 ; H. Bächtold, Der Norddeutsche Handel im 12. und beginne (...)

63Le fer allemand était d’un emploi certainement plus répandu. Il venait de Cologne, grand marché de la sidérurgie, qui tirait le minerai du Siegerland et du Westerwald, dans le massif rhénan. Mis en exploitation dans un milieu fortement « industrialisé », ce métal était souvent déjà transformé sur place en vue de la consommation locale et de l’exportation mais, à l’état brut ou semi-fini, le fer et l’acier faisaient aussi l’objet d’un grand commerce vers les Pays-Bas, la France et l’Angleterre77.

64Enfin, mentionnons brièvement le fer de Suède. Celui-ci apparaît au tonlieu de Damme en 1252 et il est probable qu’à partir du XIVe siècle son importation a dû revêtir une certaine importance. Les Hanséates, qui détenaient le monopole de ce commerce, ont sans doute introduit régulièrement l’« osmund » sur le marché « belge ». Malheureusement, la documentation nous fait défaut en ce qui concerne son emploi éventuel par l’artisanat armurier.

  • 78 Bautier, op. cit., pp. 37 sv. ; Dollinger, op. cit., pp. 294-295 ; B. Boethius, Swedish iron and s (...)
  • 79 Par exemple : 400 livres de fer en deux grosses « billes » carrées ; J. Garnier, op. cit., p. 22 n (...)
  • 80 Ibid., p. 133 (2 205 livres de fer réparties en 150 barres) ; A. N. Lille, R.G.F.. B 2012, fo 349 (...)
  • 81 II s’agit du fer en gerbe, souvent cité, par exemple dans Devillers, Cartulaire des rentes et cens (...)
  • 82 Garnier, op. cit., pp. 22 et 27.
  • 83 On distinguait les « platines » de fer blanc : J. Borgnet et St. Bormans, Cartulaire de la commune (...)
  • 84 Ibid., p. 54.

65L’étude du vocabulaire désignant la forme du fer et de l’acier marchands ne nous a pas permis d’avérer l’existence des petits lingots grumeleux spécifiquement Scandinaves78, alors que les autres formes du métal ouvré ou semi-ouvré apparaissent couramment, selon le genre de fabrication à laquelle il est destiné : masses,79 barres80, vergettes81, bandes82, tôles83 ou fil étiré84.

  • 85 C. M. Cipolla, Guns and sails..., pp. 155-157 a attiré l’attention sur ce problème.
  • 86 Ces difficultés se rencontraient par exemple lors du forgeage de pièces d’artillerie aux dimension (...)
  • 87 Cfr O. Johannsen, Die Quellen zur Geschichte des Eisengusses..., pp. 375-377.
  • 88 A. N. Lille, R.G.F., B 1988, fo 271 r°-v°.

66Cette différenciation morphologique et, nous n’en doutons pas, qualitative du fer marchand explique ses variations de prix85. On trouvait, au XVe siècle, le fer brut aux environs de 3 deniers la livre, le fer forgé, main-d’œuvre et frais compris, entre 12 et 18 deniers, sauf difficultés exceptionnelles de réalisation86, et de la fonte moulée entre 7 et 9 deniers la livre87. Le coût est, de toute façon, très largement inférieur à celui du cuivre et de l’étain. Un exemple fera mieux saisir cette opposition. En 1445, le même marchand armurier de Tournai fournit 186 crapaudaux à Philippe de Bourgogne : ceux de fer coûtent 15 deniers par livre finie cependant que ceux en bronze se montent à 12 sous par livre « ouvrée »88. Une disproportion aussi considérable, qui persiste en Europe pendant l’Epoque moderne, avec des modalités diverses suivant les contrées, reflète les difficultés d’approvisionnement en cuivre aussi bien que les problèmes ardus liés à son élaboration.

  • 89 Cfr par exemple J. Garnier, op. cit., p. 78.
  • 90 Cfr respectivement Smit, op. cit.. t. I, p. 338 (hôtel de Hainaut) ; A. E. Namur, Comptes du domai (...)
  • 91 N. Van Werveke, Les finances de la ville de Luxembourg..., p. 138 : mise en commun du fer apparten (...)

67L’achat du métal était souvent le fait de l’artisan chargé de sa transformation. Dans ce cas, on disait que l’ouvrier travaillait « de son fer ». Le prix de vente tenait évidemment compte alors de coût de la matière première en plus de celui de la main-d’œuvre89. Mais les souverains et les villes faisaient également provision de fer, conservé dans les arsenaux et dont ils pouvaient, en cas de besoin, confier la mise en œuvre à des armuriers. Les documents font mention d’achats de fer brut mis « en provanche » en la forge de l’hôtel de Hainaut, de Namur, de Flandre ou de Bourgogne90, aussi bien que de réserves de métal municipales91.

  • 92 Fourniture de 500 livres de fer au « donderbusmaker » du duc de Brabant par un maréchal-ferrant de (...)
  • 93 Achat de 4 018 livres de fer d’Espagne à un marchand de Bruges, qui vend également de l’acier et d (...)
  • 94 Achat de 132 livres de fer à un mercier d’Yvois ; Garnier, op. cit., p. 125. — Remploi de la chamb (...)

68Le commerce était aux mains soit des ferronniers eux-mêmes92, soit de marchands de métaux en gros, intermédiaires entre le producteur et l’utilisateur93. Comme toujours, les sources font aussi état d’achat au petit détail et de récupération de mitraille provenant de matériel au rebut94.

b) Les métaux non ferreux

(1) Le plomb

  • 95 H. Van Werveke, Note sur le commerce du plomb au Moyen Age.

69En 1926, un article devenu classique de Hans van Werveke mettait en évidence le rôle du plomb dans l’industrie et le commerce du Moyen Age. Préoccupé par les problèmes de l’économie dite « domaniale » cependant, l’auteur n’avait pas poussé ses recherches jusqu’à la basse époque médiévale95. Or, précisément, c’est alors que le plomb acquit un regain d’importance en raison des besoins nouveaux de l’industrie armurière.

  • 96 Voir notamment à ce sujet H. Müller, Historische Waffen. Kurze Entwicklungsgeschichte der Waffen.. (...)

70Ceux-ci s’expliquent par l’évolution de l’art et de la technique militaires. L’infanterie d’une part, dont le rôle ne cesse de s’affirmer à partir du XIIIe siècle et dont les effectifs dépassaient souvent ceux de la cavalerie, fit un large usage d’armes de choc : masses, marteaux et maillets, dont la partie principale était souvent en plomb96.

  • 97 Sur les « plombées » de canons, cfr notamment Henrard, Histoire de l’artillerie..., pp. 184 sv.

71D’autre part, et combien plus déterminant, fut l’emploi généralisé et quasi exclusif de ce métal pour la fabrication des projectiles de petit calibre (plombées) destinés aux armes à feu portatives et sur affût dès le XIVe siècle97.

  • 98 Voir Garnier, op. cit., pp. 241-242, 258. — Voir la commande de trois « coussins » de bombarde, en (...)

72Accessoirement, entre autres cas secondaires d’application, signalons les masses de plomb appelées « coussins » ou « oreillers » que l’on plaçait derrière les grosses pièces d’artillerie pour en absorber le recul au moment du tir98.

  • 99 Achat de 300 livres de plomb à l’Ecluse pour la flotte de Jean de Vienne, amiral de France (1385)  (...)
  • 100 L’état de l’artillerie nécessaire à la première campagne de Lorraine (1475) prévoit 40 000 livres (...)

73A l’époque des débuts de l’artillerie à poudre, les achats de plomb portent encore sur des quantités modestes : deux ou trois centaines de livres tout au plus par commande99. Avec le XVe siècle et l’affirmation de plus en plus marquée des nouvelles armes de jet, les besoins s’intensifient au point que les armées des ducs de Bourgogne achètent ce métal par milliers de livres100.

  • 101 Cfr le document du XIIIe ou du XIVe siècle édité par Warnkoenig-Gheldolf, Histoire de la Flandre.. (...)
  • 102 Achat de plomb anglais à Anvers par un marchand milanais en 1462 ; Het register vanden dachvaerden (...)
  • 103 Le poids des lingots ou « saumons » de plomb était essentiellement variable ; on cite des valeurs (...)
  • 104 Achat de plomb ou de boulets en plomb à des « postainiers » : de La Fons-Melicocq, De Vartillerie (...)

74Une partie du plomb consommé dans l’espace belge provenait d’Angleterre et était importée par Bruges101, plus tard par Anvers102 au profit de marchand de métaux en gros qui se chargeaient ensuite de redistribuer les lingots103 à l’intérieur des terres. Le commerce se pratiquait également au petit détail, notamment par l'intermédiaire des potiers d’étains qui se livraient à l’artisanat de transformation104.

  • 105 Cfr Renier De Saint-jacques, Annales Sancti Jacobi..., p. 113. — Voir les concessions de mines de (...)

75Cependant, cette matière devait être largement disponible sur place également, ainsi qu’en atteste l’exploitation de nombreuses plombières sur le rebord et à l’est du sillon mosan. C’est ainsi que les mines du Namurois étaient prospères et que Namur même paraît avoir été un centre régional connu pour la vente de ce métal. Bon nombre de métallurgistes de cette ville, de Huy, de Liège ou du duché de Limbourg formaient de petites associations de « compagnons plomtiers » en vue de l’extraction du métal. Celui-ci se tirait aussi dans le marquisat de Franchimont105.

76Il coûtait approximativement, au XVe siècle, 6 deniers la livre, d’après la comptabilité bourguignonne (Recette générale des Finances d’après la comptabilité bourguignonne (Recette générale des Finances).

(2) Le cuivre et ses alliages

  • 106 Connue des Anciens, comme celle du bronze, la coulée du laiton était considérée au Moyen Age comme (...)
  • 107 Les appellations étaient souvent impropres car on qualifiait souvent de cuivre ou d’airain des mat (...)
  • 108 A Malines par exemple, le terme « métal » (mottale) désignait au XVe siècle toute espèce de produi (...)
  • 109 II est question par exemple en 1431 de mitraille de cuivre contenant « laveures et grenailles et p (...)

77Le cuivre, l’étain et le zinc étaient rarement utilisés seuls, mais presque toujours combinés pour former des alliages de bronze ou de laiton106. Par suite de l’empirisme des méthodes de fabrication d’une part et de l’imprécision de la terminologie d’autre part, les auteurs du Moyen Age arrivaient rarement à définir les différents produits de ce mélange107, qu’ils désignaient souvent du vocable général de « métal »108. Ce terme recouvre donc une infinité de combinaisons où ces trois métaux ou tout au moins deux d’entre eux, chacun plus ou moins affiné d’ailleurs, intervenaient dans des proportions variables109.

  • 110 L. Lahaye, Cartulaire de la commune d'Andenne, t. I, p. XCIII ; A. Joris, La ville de Huy au Moyen (...)
  • 111 En 1387, maître Colart José, célèbre fondeur et canonnier de Philippe le Hardi fait venir de Dinan (...)

78Seule la calamine était extraite sur place, particulièrement à l’est de la vallée de la Meuse : le long du fleuve même entre Andenne et Liège, dans le Franchimont et surtout dans le complexe de l’« Altenberg ». Ce centre minier, où les fosses de La Calamine étaient le siège d’une activité particulièrement prospère, fut partagé ou plutôt disputé âprement au XVe siècle entre la ville d’Aix-la-Chapelle et le duc de Limbourg. Grâce aux efforts des souverains de la Maison de Bourgogne, une part des richesses de l’« alde kailmynberg » servit non seulement à alimenter l’industrie des principautés belges110 mais également à l’exportation111.

  • 112 Ph. Dollinger. La Hanse (XIIe -XVIIe  siècles), pp. 276, 281, 294. — Cuivre de Goslar acheté à Bru (...)
  • 113 Exportations de cuivre à partir de Bruges vers l’Espagne et l’Italie ; cfr J. Heers, Gênes au XVe (...)

79Le cuivre, par contre, était totalement importé. Originaire sans doute du Rammelsberg près de Goslar et également, à partir de la seconde moitié du XVe siècle, de Suède, il était introduit en quantités très importantes dans l’espace belge soit par voie de terre, via Cologne, soit par mer, à Bruges et ensuite à Anvers112. De là, il se trouvait réparti entre les centres industriels indigènes, où la demande était forte, voire réexportée vers d’autres contrées113.

80C’est sans doute ce long périple du cuivre qui justifiait son prix d’achat élevé : environ 1 sou et demi la livre depuis la fin du XIVe siècle jusqu’à la fin du siècle suivant.

  • 114 A. Joris, Der Handel der Maasstädte im Mittelalter, pp. 30-31 ; M.-R. Thielemans, Bourgogne et Ang (...)

81La route de l’étain est également bien connue. L’Angleterre conserva jusqu’au XVe siècle le monopole de ce métal. Importé dans l’espace belge par les marchands mosans et par le commerce flamand114, le minerai stannifère ne fut jamais considéré, semble-t-il, comme un produit commun. Son prix très élevé en atteste : il dépassait celui des autres métaux et valait deux à trois fois celui du fer.

  • 115 Cfr J. Garnier, op. cit., p. 119 ; en 1443, Philippe le Bon achète pour son artillerie 45 406 livr (...)

82Cependant, les métaux fins n’étaient pas les seuls disponibles sur le marché des Pays-Bas. L’industrie armurière avait volontiers recours à des métaux alliés, en quelque sorte prêts à l’emploi et dont le titrage pouvait être assez aisément adapté aux exigences de la fabrication : il suffisait, au moment de la coulée, d’ajouter du cuivre, du zinc ou de l’étain « pour lier » la « matière »115. Ces alliages étaient, par définition, de qualité variable et leur prix fluctuait en conséquence, généralement entre 1 et 2 sous la livre, voire au-delà si l’on s’en rapporte à nos sources comptables du XVe siècle.

  • 116 J. Garnier, op. cit., p. 70. — L’histoire de la fabrication de « Bourgogne », qui pesait 15 tonnes (...)

83Le coût élevé des métaux non ferreux est incontestablement l’indice d’une certaine difficulté d’approvisionnement, sensible pendant les deux derniers siècles du Moyen Age. En effet c’est alors que les progrès rapides de l’artillerie accroissent les besoins de matière première dans des proportions inouïes pour l’époque, de sorte que la demande dépasse l’offre. L’histoire de la fabrication difficile de la grosse bombarde « Bourgogne », de 1431 à 1433, illustre cette pénurie de façon saisissante. Alors qu’on avait d’abord projeté de donner à ce géant de bronze le poids de 24 000 livres, on dut ramener le cahier des charges à 16 000 livres car la quantité de matière initialement prévue n’était pas disponible : « on ne sut en trouver quelque diligence qu'on fit »116, du moins au début.

  • 117 Par exemple à Gand, en 1418, on fait fabriquer deux bombardes en se servant de vieux canons pesant (...)
  • 118 Ibidem, B 1982, fo 256 et J. Garnier, op. cit., p. 129 ; N. Van Werveke, Les finances de la ville (...)
  • 119 Cfr Thomas Basin, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI, t. II, p. 198 ; Jean De Hayni (...)

84C’est pourquoi une des caractéristiques de la métallurgie, en particulier des métaux non ferreux, au Moyen Age est le recours constant à des matériaux de remploi. Cette pratique était si répandue dans les principautés belges qu’un très grand nombre de pièces d’artillerie en bronze étaient fabriquées au moyen de mitraille fondue et non de métal nouvellement affiné117. Cette mitraille provenait soit de la récupération de canons hors d’usage, soit de matériaux hétéroclites, souvent des ustensiles culinaires au rancart ou provenant de pillages et de réquisitions. C’est ainsi que près de 9 tonnes métriques de « potis » rachetées aux butiniers lors du sac de Luxembourg (1443) furent converties en pièces d’artillerie. En 1465, cinq personnes récoltent chez les bourgeois de cette ville les vieux métaux que le maître des canons s’emploie ensuite, pendant deux jours, à briser et à découper avant de les envoyer a la fonte pour les besoins de l’artillerie municipale118. Il en va de même à Liège en 1466 et en 1467 lorsque les bourgeois, ne pouvant se procurer le métal nécessaire à leur effort d’armement, s’emparent des objets du culte et s’en servent notamment pour couler « la belle et grosse bombarde » appelée « Ligois »119.

  • 120 A. Hermand, Notice sur le château de Rihoult, p. 276. — En 1358-1359, un chaudronnier de Dijon fou (...)

85Ce genre d’expédients s’explique aussi d’autant plus facilement que ces métaux, peu sensible à l’oxydation, conservaient presque à l’infini une haute valeur de récupération. Ici, plus qu’ailleurs, rien ne se perd et tout se transforme : comme ces vieux chaudrons du château de Rihoult qui, en 1342, sont découpés et convertis en lamelles pour l’empennage de projectiles120 !

  • 121 Voir à ce sujet : H. Pirenne, Notice sur l’industrie du laiton à Dinant ; D. D. Brouwers, Les marc (...)
  • 122 Cette relative pénurie est à mettre en rapport avec le grand cas que l’on fit, jusqu’au XVIIIe siè (...)

86Avec l’apparition de l’artillerie, le phénomène devient plus frappant encore car les bronziers, loin de recourir occasionnellement à ce genre de petit moyen, s’en servent constamment. Une autre constatation vient corroborer cette anomalie de l’approvisionnement : c’est la prédominance dans les principautés belges, pendant tout le Moyen Age, de l’artillerie en fer. Pourtant, les spécialistes du noble métier du « métal » ne manquaient pas ; des centres comme Dinant, Bouvignes, Namur, Tournai, Malines, en attestent121. Sans aller jusqu’à parler de « famine du cuivre » on peut néanmoins se demander si la recherche accrue de matière première résultant de l’introduction des bouches à feu coulées n’a pas entraîné, au XVe siècle tout au moins, une certaine pénurie122.

  • 123 Habituellement entre 1 et 2 sous la livre, au XVe siècle.

87Les alliages et la mitraille de cuivre étaient disponibles, à des prix variables mais relativement élevés123, dans les centres d’importation habituels et partout où florissait l’industrie des fondeurs. Comme pour le fer, les tarifs de tonlieux révèlent en tout cas que le cuivre et l’étain faisaient l’objet d’échanges commerciaux développés.

D. — La houille

88Bien que le charbon de terre n’intervienne pas directement dans la fabrication des armes, il nous semble opportun de le considérer parmi les matières d’origine minérale auxquelles cette activité doit, dans les anciennes principautés belges, une part de sa prospérité.

  • 124 Cfr J. U. Nef, Mining and metallurgy in médiéval civilisation, pp. 440-441.
  • 125 Cfr L. Febvre, Une enquête : la forge de village, pp. 620-630 ; G. Laport, La fabrication des cano (...)
  • 126 Dans la forge des châteaux de Calais (1346), de Barbençon (1407) et de Limbourg (1481-1482) : J. M (...)

89Il ne fait point de doute en effet que la houille a joué un certain rôle dans ces régions, à partir du XIIIe siècle, comme combustible industriel parallèlement au charbon de bois124. Nous disons parallèlement, parce que l’on retire de l’examen des textes l’impression que l’on reconnaissait à l’un et à l’autre des qualités propres et que de ce fait la fonction de chacun, en quelque sorte spécialisée, était limitée à certains cas d’application. Car, dans le cadre des techniques de la métallurgie ancienne, la préférence accordée généralement au charbon de bois n’était pas nécessairement fonction de l’ignorance des propriétés de la houille. Ne s’est-il pas trouvé jusqu’au XXe siècle des taillandiers, des forgeurs de canons de fusil et des maréchaux-ferrants pour refuser d’employer tout autre fer que celui « au bois » ? La chauffe au charbon de bois avait la réputation de donner au métal plus de souplesse et plus de résistance125. De fait, les cas d’utilisation de la houille que nous avons rencontrés se rapportent plutôt à des gros travaux de marteau : réparation ou fabrication d’outillage ou d’artillerie en fer forgé, encore que nous soyons très imparfaitement informés sur le combustible habituel de l’armurerie fine126.

  • 127 G. Decamps, L'artillerie montoise. Ses origines, p. 11 (charbon de Frameries et de Wasmes) ; G. As (...)

90Le forgeage des bouches à feu de gros calibre représentait une entreprise énorme qui exigeait des quantités considérables de charbon. Pour fabriquer le grand canon de Mons (1378), qui devait peser quelque 9 500 livres, il fallut employer 15 muids, soit près de 2 tonnes, de charbon de bois et 33 muids, soit près de 16 tonnes de houille. La bombarde de fer du poids fabuleux de 71 000 livres, forgée pour le duc de Brabant entre 1409 et 1411, ne requit pas moins de 7 « navées » de charbon de terre et 36 muids, c’est-à-dire plus de 4 tonnes, de charbon de bois127.

  • 128 Renier De Saint-Jacques, op. cit., p. 113.
  • 129 F. Henaux, La houillerie du pays de Liège..., pp. 30-42 : R. Malherbe, Historique de l’exposition (...)

91On connaît le passage célèbre du chroniqueur Renier de Saint-Jacques qui permet de faire remonter à la fin du XIIe siècle l’usage courant de la « terra nigra carbonum simillima » dans le pays de Liège128. Dès lors, de nombreuses sources attestent de la prospérité et de la progression de l’industrie charbonnière dans ces régions comme d’ailleurs dans le Namurois. La houille est exportée par la Meuse dès la seconde moitié du XIIIe siècle et à partir du XIVe l’habileté des mineurs liégeois est reconnue dans toute l’Europe occidentale129.

  • 130 G. Decamps, Mémoire historique sur l’origine et le développement de l’industrie houillère dans le (...)

92Les deux autres centres d’approvisionnement se situaient dans les bassins du Couchant et du Levant (dit également du Centre) de Mons, où l’exploitation houillère apparaît dans le deuxième quart du XIIIe siècle130.

  • 131 Cfr G. Asaert, op. cit., loc. cit.

93Cependant, malgré cette production indigène, qui devait suffire à satisfaire des besoins encore modestes, l’importation de charbon de terre anglais est attestée au début du XVe siècle dans le Brabant131.

2. — Les matières végétales

A. — Le bois

94Le bois assume, dans l’industrie armurière médiévale, un rôle si important qu’on peut le qualifier de matériau stratégique. Façonné, il servait à fabriquer les fûts, manches et poignées des armes, les hampes des traits, les machines et instruments de jet, la plupart des boucliers, les affûts et les chariots d’artillerie. Carbonisé, il faisait office de combustible de forge et entrait dans la composition de la poudre noire. L’armement, à l’instar de l’économie toute entière, était tributaire des ressources forestières.

95En principe, tous les types de végétaux ligneux pouvaient fournir la matière première, depuis le gros bois d’œuvre jusqu’aux branches les plus grêles en passant par le bois de sciage. De fait, le bois était employé en étonnantes quantités. En 1345, par exemple, en prévision de sa campagne contre l’évêque d’Utrecht, le comte de Hainaut a besoin, pour fabriquer des targes, de 12 000 pieds de planches. Un des trébuchets que le duc de Bourgogne met en batterie devant Vellexon, en 1409, comporte une énorme « perche » de 20 mètres de long et épaisse d’un pied et demi. Il est vrai que le contre-poids ne pesait pas moins de quinze tonnes et qu’il fallait vingt-quatre hommes pour le mettre en mouvement.

Fig. 10. Pavois bourguignon (vers 1470)
Butin suisse des guerres contre Charles le Téméraire. Bois de tilleul recouvert de cuir peint aux armes de Bourgogne. Hauteur : 106,5 cm. Largeur : 44 à 50 cm.
(Berne, Musée historique. Cliché Hist. Museum Bern)

  • 132 Sur l’importance des forêts et des bois pour l’industrie en général et celle de l’armement en part (...)
  • 133 Achat d’un chêne pour « embover » les canons de la ville d’Ath en 1399-1400 ; cfr J. Dugnoille, Le (...)

96On peut encore citer le cas de telle bombarde que l’on appuie contre un madrier de 6 pieds de long et de 2 pieds et demi d’épaisseur pour amortir les effets du recul tandis que la pièce elle-même s’abrite derrière un mantelet en chêne de 26 pieds sur 13, épais de 7 pouces132. L’« enfustement » d’un canon, c’est-à-dire la fixation du tube sur un support en guise d’affût primitif, pouvait nécessiter l’emploi d’un tronc d’arbre entier133. Rappelons par ailleurs que la consommation des flèches était telle que les archers bourguignons, par exemple, en tirèrent 38 400 à la seule bataille de Montlhéry (1465), ce qui équivaut à près de 40 000 baguettes d’un mètre de long.

  • 134 Voir le compte des « dépenses » d’artillerie à la bataille de Montlhéry dans J. Finot, Inventaire (...)

97Enfin, on reste dans un ordre de grandeur aussi élevé avec les 409 sacs de charbon de bois exigés en 1478 pour la coulée de la couleuvrine « La Gouvernante » ou ces 1 000 fagots de tilleul employés vers la même époque par un charbonnier pour répondre aux besoins des poudriers de Lille134.

  • 135 Cfr A. Sternberg, Die Angriffswaffen im Altfranzösischen Epos, p. 26 ; A. Schulz, Blankwaffen und (...)

98Le choix des essences arborescentes était naturellement subordonné aux qualités particulières qu’on attendait de leur utilisation, éclectisme dont la littérature épique et courtoise des XIIe et XIIIe siècles se fait largement l’écho135. Les espèces avaient en quelque sorte leurs spécialités, dont on peut dresser le tableau suivant, selon la distinction classique entre bois blancs (légers), durs (lourds) et résineux.

99Bois blancs :

tilleul (charbon de bois pour poudre noire) ;
saule (idem — tampons pour canons) ;
peuplier (pavois) ;
peuplier tremble (tampons pour canons) ;
osier (lances).

100Bois durs :

chêne (fûts de carreaux d’arbalète — pavois — tampons, affûts et manteaux de canons) ;
frêne (lances — piques — javelines — manches — chargeoirs — fûts de carreaux d’arbalète — tampons pour canons — arcs) ;
orme (affûts et manteaux d’artillerie) ;
noisetier (charbon de bois pour poudre noire) ;
buis (manches de couteaux).

101Bois résineux :

  • 136 On cite également le bois de néflier, pour fabriquer des tampons d’artillerie ou des armes de tour (...)

sapin (lances — pavois) ;
cèdre et cyprès (manches de couteaux) ;
if (arcs et arbalètes)136.

  • 137 Sur la couverture forestière de la « Belgique » avant le XIXe siècle, cfr Goblet d’Alviella, Histo (...)
  • 138 L’expression « de son bois » appliquée aux travaux des artisans de l’armement est très fréquente. (...)
  • 139 J. Garnier, op. cit., p. 116.

102La plupart de ces bois provenaient d’espèces indigènes, dont la répartition dans l’espace belge avant le XVIIIe siècle est assez bien connue grâce aux recherches de géographie historique et de paléobotanique. En particulier l’importance du chêne et du frêne dans l’industrie artisanale de cette région répond bien à la place que ces essences occupaient jadis dans la végétation forestière137. Le lieu d’origine des bois locaux utilisés est rarement mentionné. Cependant, nous savons que les fabricants d’armement disposaient souvent d’une réserve à domicile (haer selves houte) qui leur évitait de devoir faire usage de bois trop jeune138. Ce souci est clairement illustré dans un contrat conclu par deux charpentiers namurois en 1443 : ils s’engagent à fabriquer, pour le compte du duc de Bourgogne, cinquante-quatre affûts légers d’artillerie « de bon bois sec » en stipulant que « mondit sr leur doit bailler bois en ses bois, prez dudit Namur en lieu du bois sec qu’ils baillent »139.

  • 140 J. Marette, op. cit., p. 86 ; Ph. Dollinger, La Hanse (XIIe -XVIIe  siècle), pp. 275, 287. — Très (...)
  • 141 Cfr les étaux des « archiers et autres vendons bastons de Flandre » au marche de Mons (1401) ; A.G (...)

103A côté des matériaux de provenance indigène cependant, une place considérable était faite aux produits importés. On sait en effet l’importance du commerce international du bois au Moyen Age. Les transactions relatives à l’industrie armurière nous en fournissent une preuve formelle supplémentaire. Bruges, une fois de plus, était le point d’aboutissement140 et de redistribution d’un vaste trafic maritime qui atteignait toutes les côtes de l’Europe, de la Baltique à la Méditerranée. Dans ces conditions, le grand port médiéval et son hinterland, dont les ressources forestières naturelles étaient négligeables, passaient cependant pour une région riche en bois de toutes sortes. Dans le domaine de l’armement, les « bastons de Flandre » jouissaient, jusqu’à Paris, d’une solide réputation et le nombre de commandes de bois de piques, d’arcs et d’arbalètes négociées sur la place de Bruges atteste du bien fondé de cette notoriété141.

104La provenance des matières premières était double en ce qui nous concerne : les bois du Nord, venus de Prusse, de Norvège et des pays baltes d’une part, les bois méridionaux d’autre part, c’est-à-dire essentiellement ceux du Portugal et de ses possessions d’Outre-Mer et accessoirement de l’Espagne.

  • 142 A. N. Lille, E.G.F., B 1942, fo 79 v » ; B 1948, fo 267 ; W. S. Unger, op. cit., pp. 264, 275, 282 (...)

105Les arrivages du Nord incluaient des hampes de piques et de lances ainsi que le bois servant à fabriquer les arcs. Ce commerce, qui se faisait par Dantzig, s’intensifie au XVe siècle dans les Pays-Bas comme en Angleterre d’ailleurs, probablement suite à l’accroissement des besoins particuliers que provoque la prépondérance de l’infanterie à cette époque. A la fin du siècle, la pénétration dans l’« espace belge » s’effectue principalement par l’Escaut, via Anvers. L’acheminement de ces matériaux était le fait de Hanséates, de Zélandais et de Flamands142.

  • 143 Voir notamment n. 140, op. cit. Finot, Unger et A. N. Lille. — Parmi les marchands italiens, certa (...)

106Les bois du Midi, — en l’occurrence l’if dont on faisait les arcs et quelquefois les arbalètes, — furent très en vogue dès la fin du XIIIe siècle. Les marchands portugais, italiens et espagnols venaient en vendre, à Bruges, d’impressionnantes quantités143.

  • 144 Voir à ce sujet H. Stein, Archers d'autrefois..., pp. 86-87 et surtout l’ouvrage classique, fondé (...)

107En raison de sa résistance et de son élasticité particulières l’if était unanimement considéré jadis comme le meilleur bois d’arc et des recherches récentes ont prouvé l’entière validité de cette opinion. Il se présentait dans le commerce sous forme de « quartiers » c’est-à-dire de pièces demi-rondes ou quart-de-rondes provenant de branches fendues longitudinalement. N’était une trouvaille archéologique inespérée, datant de 1841, on n’aurait conservé aucune trace tangible de ces fameux « bowstaves » qui constituèrent pendant près de trois siècles un article de commerce courant. Heureusement la découverte, dans l’épave de la « Mary Rose » (1545), de deux bois d’arc anglais à l’état d’ébauche a permis de se faire une idée de la matière première avant son élaboration. Ces spécimens mesurent environ 1,95 mètre de longueur pour une épaisseur au centre de 4 centimètres et de 2,5 centimètres aux extrémités144.

  • 145 Rappelons que Philippe le Bon tout comme Isabelle possédaient chacun, à titre personnel, un navire (...)
  • 146 A. N. Lille, R.G.F., B 1991, fo 244 v°.

108Dans la plupart des cas, du moins au cours des deuxième et troisième quarts du XVe siècle, ces bois provenaient de « Roménie » c’est-à-dire du royaume de Portugal, qui entretenait avec les Pays-Bas des relations commerciales très suivies, favorisées par les liens dynastiques que le mariage du duc Philippe de Bourgogne avec la princesse Isabelle avait noués. Le roi de Portugal ne fit-il pas cadeau de 4 900 quartiers de bois d’if à son gendre145 ? La singulière mission dont l’artilleur Hennequin de l’Estille dut s’acquitter pour son maître de Bourgogne témoigne de l’importance stratégique des ressources portugaises. Il dut, accompagné d’un valet, se rendre pendant neuf mois dans l’île de Madère, de juillet 1446 à avril 1447, pour y choisir, couper et « mettre à point » 5 000 quartiers d’if. Il emportait ses propres outils mais se fit aider par la main-d’œuvre locale. Les bois furent expédiés en Flandre via Lisbonne. Coût total de l’opération : la somme de 355 livres146, dont la modicité s’explique par le fait que Philippe le Bon avait sans doute obtenu le droit d’usage de ces bois à titre gracieux.

  • 147 Cfr de Laborde, op. cit., loc. cit. ; A. N. Lille, R.G.F., B 2020, fo 478 v°. — On cite le cas, en (...)
  • 148 Cfr notamment ibidem, fos 266v°-267. — Le four de briques construit à Bruges en 1445 pour « remett (...)

109Au reste, même lorsqu’il s’adressait à des marchands étrangers, Philippe le Bon faisait réceptionner certains arrivages par des artisans attachés à son service. Ceux-ci sélectionnaient les quartiers pour ainsi dire un par un, car chacun devait servir à fabriquer une arme147. On distinguait ceux de bois jeune (« cru ») de ceux, plus appréciés, de bois séché au four (« cuit »)148.

  • 149 Les bois méditerranéens ne provenaient pas tous du Portugal. En 1483 les archers recrutes dans la (...)
  • 150 Diegerick, op. cit., t. III, no 812, p. 91 ; E. Vanden Bussche, Flamands et Danois..., p. 106.

110Quelle que fût leur provenance149, les quartiers d’if étaient considérés comme une marchandise de première importance. Le grand-duc d’Occident les fit exempter du droit d’étape dont ils étaient grevés lors de leur arrivée à l’Ecluse150.

  • 151 Voir par exemple A. N. Lille, R.G.F., B 1942, fo 79 r°-v° ; B 1948, fos 266 v°-267 ; B 1982, fo 25 (...)

111Leur prix fluctuait considérablement selon des critères qualitatifs qui ne nous sont pas connus avec précision, mais où l’âge et l’aspect entraient certainement en ligne de compte. Ainsi le bois cuit coûtait plus cher que le cru et le quartier de « Roménie » que celui de Prusse. On peut citer un cas exceptionnel où le quartier d’« if fin se vend 2 livres 5 sous pièce mais le bois « de moindre sorte » était disponible au prix unitaire de 3 voire de 1 sou seulement, tarif que l’on peut considérer comme un minimum151. Entre ces extrêmes, il y avait place pour toute une gamme de prix mais le plus souvent le bois d’arc se maintenait en dessous d’une demi-livre la pièce.

  • 152 Ces prix sont donnés pour le XVe siècle dans A. N. Lille, R.G.F., passim et dans les documents de (...)

112Pour le bois destiné à d’autres usages, disons à titre d’exemple qu’un fût de lance en sapin coûtait de 3 à 10 sous environ, soit autant qu’un quartier d’arc de qualité moyenne. Un arbrier d’arbalète se vend 20 sous, un manche de maillet d’armes en frêne 4 et 6 deniers, un chargeoir de canon 1 sou, un manche de couleuvrine autant et les tampons, rondelles de bois qui servaient de bourre aux bombardes, 6 sous le cent152.

  • 153 Cfr P. Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., p. 140 ; de La Fons-Melicocq, op. cit., p (...)

113Pour terminer, nous devons évoquer brièvement l’usage intensif d’un sous-produit du bois qui revêt pour l’industrie médiévale de l’armement comme pour la métallurgie en général une importance primordiale : le charbon de bois. Celui-ci était obtenu par carbonisation à feu couvert de morceaux de bois de tilleul, de saule ou de tremble que les forêts ou les bocages indigènes fournissaient en abondance153.

  • 154 Cas de charbonniers qui coupent eux-mêmes leur bois, le carbonisent et le vendent : Garnier, op. c (...)

114La fabrication du charbon de bois était le fait d’artisans ruraux, les charbonniers, exerçant leur métier à proximité des sources d’approvisionnement et dont les activités ont perduré, dans nos régions, jusqu’au début de ce siècle. Ils écoulaient le produit de leur travail tantôt directement dans les centres métallurgiques, tantôt par le truchement de marchands intermédiaires, mais il arrivait aussi que le forgeron fût en même temps charbonnier154.

  • 155 Malgré le perfectionnement de l’équipement industriel à l’Epoque moderne, un haut-fourneau, une fo (...)

115Le charbon de bois était le combustible essentiel des industries du métal et l’on a pu souligner à ce titre avec raison que la métallurgie ancienne était « dévoreuse de bois ». La sidérurgie surtout fut un terrible agent destructeur de la couverture forestière. On estime qu’à l’époque carolingienne il fallait 14 tonnes de bois pour traiter une tonne de fer tandis qu’au bas Moyen Age, un fourneau produisant journellement 50 kilos de métal pendant 40 jours absorbait une forêt, sous forme de charbon de bois, dans un rayon d’un kilomètre155 !

116La consommation de combustible est particulièrement évidente lors de la fabrication, par coulée ou par forgeage, de grosses pièces d’artillerie. Pour le grand canon de Mons, forgé en 1378, il faut 15 muids (près de 2 tonnes) de charbon de bois, en plus de la houille utilisée. La fabrication en 1407, pour le duc de Brabant, d’une bombarde qui pourtant ne pesait pas plus de 500 livres en demanda 19 (environ 2 250 kilos) tandis que la construction, au marteau, d’une énorme pièce de près de 35 tonnes exige 7 « navées » de charbon anglais et 36 muids (plus de 4 tonnes) de charbon de bois.

  • 156 G. Decamps, L'artillerie montoise..., p. 11 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Rraba (...)

117La fonte des canons en bronze n’avait pas moins d’exigences. Il fallut s'’y reprendre à quatre fois pour réussir, en 1420, la coulée des quatre canons de Zwolle mais l’opération avait demandé plus de 200 tonneaux de charbon de bois. En 1479, la fonte de la grosse couleuvrine appelée « La Gouvernante » ne requiert pas moins de 409 sacs de charbon156.

  • 157 A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 31, fo 72 (le muid étant égal à 241, 92 dm3(...)

118Le charbon de bois ne servait pas seulement de combustible industriel : il entrait également dans la composition de la poudre noire. C’est assurément une substance très commune qui apparaît fréquemment dans les dépenses de matériel d’artillerie, dans des quantités parfois considérables. Par exemple, en 1461, la ville de Namur en achète 5 muids (près de 500 kilos) tandis que l’on note, dans la comptabilité bourguignonne, des achats de 22 queues ou encore de 2 879 livres de charbon en une seule fois157.

  • 158 A. N. Lille, R.G.F., B 2017, fo 338 : achat de 1 200 livres de « charbon molu » pour faire de la p (...)

119Le charbon de bois se vendait à un prix relativement modique : 2 ou 3 sous le sac, de 1 à 3 deniers la livre. Lorsqu’il avait subi une préparation spéciale, par exemple un broyage à la meule pour obtenir un mélange plus intime avec le soufre et le salpêtre, son prix pouvait être plus élevé158.

B. — Le fil et la corde

  • 159 Sur l’artillerie avant l’introduction de la poudre à canon, cfr notamment : A De Rochas et G. Lafa (...)
  • 160 Voir par exemple un achat de 90 toises de corde de chanvre pour lier des veuglaires, pendant le si (...)

120Le fil et la corde revêtaient une importance considérable dans l’armement médiéval. Ils étaient en effet les éléments indispensables qui conditionnaient le fonctionnement de toute l'artillerie ancienne et des armes de jet portatives. On les utilisait pour confectionner les catapultes à arc et a torsion, les machines a contrepoids, les arcs, les arbalètes159. Au XVe siècle, la disparition des catapultes traditionnelles en faveur des bouches a feu ne réduisit pas les besoins dans ce domaine. Car la nécessite d’employer des appareils pour la manutention des canons et l’obligation d’assujettir les pièces afin de réduire le recul constituèrent autant d’occasions nouvelles de se servir de cordes160.

  • 161 Cfr des exemples de réparations à Ath, en 1350-1351 : G. Wymans, Maître Jehan l’artilleur et la pr (...)
  • 162 II s’agit des deux grands trébuchets que le maréchal de Bourgogne ht dresser Fresne-sur Mammes) en (...)

121Le nombre des catapultes était, nous l’avons vu, relativement limité. Cependant elles exigeaient de grandes quantités de cordages, d’autant plus qu’elles devaient subir de fréquentes réparations. Les comptes urbains font constamment état de dépenses à cet effet161. Sait-on que l’érection et la mise en batterie de deux trébuchets nécessitaient, au début du XVe siecle, l’usage de plus de trois kilomètres de corde et de fil162 ?

  • 163 Cfr n. 161 les exemples cités pour Ath et Binche et J. Finot, Inventaire sommaire des archives dép (...)
  • 164 Voir respectivement : A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 259 v° ; J. FINOT, op. cit., pp. 259, 244-25 (...)

122La consommation des cordes d’arc et d’arbalète, d’arc surtout, était bien plus importante encore. Les cordes d’arcs se vendaient à la pièce, par douzaines, au poids ou encore par « boules » ou « rondelles »163. On cite des cas où l’Artillerie bourguignonne en achète 600 livres en une seule fois. Lors de la campagne de Dinant, les archers en reçoivent près de 5 000 pièces tandis qu’en une journée, pendant l’affrontement de Montlhéry, ils en utilisent plus de 8 000. Rappelons aussi la commande de 1 254 livres de chanvre, faite à Bruges pour le roi de France en 1295164.

123La corde d’arc coûtait, au XVe siècle, entre 1 sou 7 deniers environ et 4 sous la douzaine mais ces sommes incluent une part relativement importante de main-d’œuvre car le fil devait être coupé à la dimension voulue et chaque tronçon, muni d’un nœud coulant aux deux extrémités, était ensuite ciré. Par contre on trouvait du fil brut entre 3 et 6 sous la livre.

  • 165 Fabricant de corde de lin, en 1325, à Gand : J. Vuylsteke, Cartulaire de la ville de Gand. 1re Sér (...)
  • 166 M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon..., 1re partie, p. 490 ; A. N. Lille, R.G.F., B (...)
  • 167 A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 301 v° ; B 1982, fo 259 v°.
  • 168 Cfr S. T. Pope, Bows and arrows, pp. 35-36. — Fréquentes allusions à la corde de chanvre dans les (...)

124La vente appartenait soit aux fabricants, les cordiers165, soit à des intermédiaires, souvent des merciers166 ou des marchands d’armes167. La nature de la plante textile dont les cordes étaient faites ne se trouve pas toujours mentionnée dans les sources. Il est souvent question, en tout cas, de chanvre et de lin, et il semble que l’on puisse raisonnablement tenir ces deux espèces pour usuelles. L’expérience récente a d’ailleurs prouvé que le lin était la meilleure des matières naturelles pour « encorder » un arc. Il est plus solide et plus durable que la soie, le coton ou le boyau et de surcroît il n’est pas extensible168.

  • 169 Usage attesté de fils dits d’Amiens, de Normandie, de Bretagne ou de Bourgogne : Garnier, op. cit. (...)

125Les fils et le cordage utilisés à partir du XIVe siècle étaient surtout d’origine indigène. De fait la zone de production couvrait un vaste territoire englobant le nord du duché de Brabant, la Flandre, y compris la Flandre gallicante, la Picardie, La Normandie, la Bretagne et le duché de Bourgogne169. Les principaux centres d’approvisionnement des Pays-Bas du Sud, — d’où par exemple les armées des ducs de Bourgogne tiraient l’essentiel de leurs ressources, étaient la Flandre et Anvers.

  • 170 Cfr E. Van Vinkeroy, Costumes militaires belges du XI0 au XVIIIe  siècle, p. 146. — Les spécimens (...)

126Le « fil d’Anvers » appelle une mention spéciale car il s’agit non seulement d’une spécialité locale mais surtout d’un produit de grande exportation qui acquit, à la fin du Moyen Age, une renommée internationale. Il s’agit probablement de fil de chanvre, qui se vendait au poids ou par boules et qui servait à faire des cordes d’arbalètes170.

  • 171 de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 7 ; A. N. Lille, R,G.F., B 1942, fo 75 v° ; B 2012, fo 407 ; J. F(...)
  • 172 A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 23, fo 25 v° (1417) ; reg. 24, fo 42 v° (14 (...)
  • 173 Voir respectivement : L.-N. Bonaparte, Etudes sur le passé et l'avenir de l'artillerie, t. I, pp.  (...)

127Connu depuis la fin du XIVe siècle, il était répandu, quelques années plus tard, dans toutes les principautés belges. On en trouve à Lille en 1382, des marchands brugeois et luxembourgeois en vendent au XVe siècle et les armées bourguignonnes ce nesseront plus de l’utiliser jusqu’au XVIe siècle171. Le Magistrat de Namur en fait quérir par trois fois à Anvers-même de 1417 à 1430172. Vers cette époque, l’espace belge est dépassé puisque l’inventaire de la bastille Saint-Antoine à Paris mentionne 23 livres de fil d’Anvers en 1435, tandis que la lointaine Toulouse importe en 1442-1443 des « mole fili de Flandres pro faciendo cordas batiste ». Enfin les sources nous révèlent encore que des merciers messins venaient acheter ce produit dans le grand port brabançon vers 1461173.

3. — Les matières animales

128Les matières premières d’origine animale n’ont pas eu, tant s’en faut, l’importance des substances minérales ou végétales dans l’industrie médiévale de l’armement. Cependant, à titre d’accessoires, elles y furent partout présentes et méritent à cet égard qu’on leur consacre quelques lignes. Leur usage nous rappelle en tout cas le parti parfois insoupçonné que l’on tirait jadis des substances naturelles, pour la plupart disponibles sur place en abondance. Il témoigne aussi de l’étroite dépendance qui existait entre les moyens technologiques et la structure agraire de l’économie. C’est dire les limites, sans doute, de la technique artisanale mais c’est aussi inscrire à l’actif de la civilisation rurale une certaine part de dynamisme aujourd’hui bien oublié depuis que le machinisme l’a tué.

A. — Le cuir

  • 174 Cfr C. J. Ffoulkes, The armourer and his craft..., pp. 96-103 ; C. Blair, European Armour, pp. 38- (...)
  • 175 Cfr B. Thordemann, P. Nörlund et B. E. Ingelmark, Armour from the battle of Wisby, 1361, t. I, pp. (...)
  • 176 Voir par exemple les robes en cuir achetées en 1343 par le comte de Hainaut : H. G. Hamaker, De rek (...)
  • 177 Testament de Libert Borrein de Lowaige ; J. Daris, Extraits du cartulaire de l'église de Notre-Dam (...)
  • 178 Achat de peaux de mouton pour doubler des brigandines ; A. N. Lille, R.G.F., B 1954, fos 154 et 16 (...)
  • 179 Voir par exemple les pièces d’armure de cheval et de tournoi fabriquées en 1409 pour le duc de Bra (...)
  • 180 L. Devillers, Le passé artistique de la ville de Mons, p. 411.

129Le cuir fut largement utilisé pour la confection de l’armement défensif avant 1 apparition de l’armure complète articulée, au XVe siècle174. Cependant, à l’époque où les sources écrites nous renseignent sur son emploi dans les Pays-Bas, soit à partir du XIIIe siècle, il se trouve déjà concurrencé par le fer, qui finira par le remplacer, dans les équipements militaires les plus perfectionnés tout au moins. Le cuir reste présent dans l’armure de plates, où il sert le plus souvent de support aux plaques de métal175. Mais il est également utilisé per se soit comme vêtement souple de protection176 soit, après avoir subi un traitement de durcissement (cuir bouilli), comme pièce d’armure. En 1372, un bourgeois de Tongres possède, à côté d’une cotte de mailles et d’un casque de fer des « coria pro cruribus et brachiis armandis ». L’inventaire de l’armurerie du comte de Hainaut, en 1358, signale quantité de pièces de ce genre177. Au XVe siècle, le cuir n’a pas tout à fait disparu, comme complément de l’armure : il subsiste dans la brigandine, d’usage très répandu178. Enfin l’armure de cheval comme celle de joute, dont l’exécution était d’ailleurs souvent confiée à des selliers, sera jusqu’à la fin du Moyen Age largement composée de peau tannée179. Il n’y a donc rien d’étonnant à ce que, en 1487 encore, les statuts des métiers de Mons prennent la peine de définir le genre de cuir à utiliser « en ouvrages servons à tournoix, à ghuerres ou à joustes »180.

  • 181 Extraits des comptes de la recette générale de l'ancien comté de Hainaut, p. 21 (1334-1335 : « qui (...)

130Pour en terminer avec l’armement défensif, signalons que les boucliers et les targes étaient généralement recouverts de cuir ou de parchemin181.

  • 182 H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland..., t. III, p. 139 ; GARNIER, op. cit.,(...)
  • 183 G. Wymans, Maître Jehan l'artilleur..., p. 66 : achat d’une peau de loutre pour recouvrir deux car (...)
  • 184 J.-M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis..., p. 395 : « unes besaches de vache où l'en porte (...)
  • 185 Garnier, op. cit., p. 294 (sub « sacs »).
  • 186 Ibid., p. 29 ; Ed. Roland, L'artillerie de la ville de Binche : 1362-1420, p. 29.

131Enfin, sans nous attarder davantage, rappelons que le cuir servait à fabriquer nombre d’objets usuels dont certains avaient une application militaire, par exemple les gaines de couteau ou bien on l’employait pour faire des couvertures de fourreaux d’épée, d’arbalètes182, et de carquois183, ou encore comme récipient : sac à armure184, sac à poudre185, bourses de lithoboles186.

B. — La corne

132Substance qui offre l’avantage d’être tout à la fois résistante, souple et malléable, le corne devait trouver, dans l’industrie médiévale de l’armement, nombre d’applications.

  • 187 Voir par exemple Soil de Moriame, op. cil., p. 41.
  • 188 Sur l’arbalète et ses développements, cfr G. F. Laking, A record of European armour and arms throu (...)
  • 189 Le comte de Namur fait acheter cette corne pour arbalète à Huy en 1355-1356 puis à Huy et à Dinant (...)
  • 190 Cfr Wymans, op. cit., p. 66 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 260 : achat de « cornettes » c’est-à- (...)

133Les manches de couteaux étaient parfois taillés dans cette matière187 mais ce sont les fabricants d’arbalètes qui en firent un usage tout à fait remarquable. On sait en effet qu’avant l’introduction, au XVe siècle, des arcs d’arbalètes en acier, ceux-ci étaient faits soit simplement en bois, soit plus souvent encore d’un assemblage de tendons et de lamelles de cornes collés longitudinalement. La corne de bouc était particulièrement appréciée pour ce genre de travail. Le comte de Hainaut en fait acheter une centaine en 1350, le comte de Namur en acquiert aussi vers la même époque, puis 300 encore en 1371188. Huy et Dinant paraissent avoir été à cet égard, au XIVe siècle tout au moins, des centres régionaux d’approvisionnement, indice d’un élevage caprin d’une certaine importance189. Bruges, comme toujours, fut aussi un marché privilégié pour tous les produits touchant l’ancien métier des artilleurs190.

  • 191 Wymans, op. cit., p. 66 : achat à Bruges, en 1350, de « plates cornes » pour fabriquer un écu de j (...)

134La corne, notamment celle de cerf et d’élan, servait aussi à fabriquer ou tout au moins à recouvrir les boucliers de joute à partir du XIVe siècle mais cotte coutume, réservée à un petit nombre de privilégiés, ne pouvait avoir qu’une incidence limitée sur le volume d’échange de cette matière191.

  • 192 Cfr J. Garnier, L’artillerie de la commune de Dijon..., p. 5 (1358-1359) ; A.G.R., C.C., Recette g (...)

135Enfin, le crin de cheval et le poil des animaux domestiques connurent, avant l’apparition de l’artillerie à poudre, un emploi assez étendu. Ils servaient en effet à composer les écheveaux dans lesquels s’engageaient les bras de levier des catapultes à torsion du genre « espringale »192.

  • 193 J. Borgnet et St Bormans, Cartulaire de la commune de Namur, t. I, no 44, p. 125 ; J. Vuylsteke, C (...)

136Il convient, pour terminer, de considérer également les plumes parmi les substances cornées appelées à une destination militaire. On aura une idée de l’importance de leur consommation à cette fin en songeant aux quantités de flèches utilisées jadis, chacune étant empennée. Aussi le commerce des plumes ne pouvait être négligeable. A la fin du XIIIe siècle, le tonlieu et le pesage des plumes dans sa capitale rapportent annuellement 30 livres net au comte de Namur. Marchandise destinée à un usage militaire ? ou simplement domestique ? le document ne le précise pas. Mais, quelques années plus tard, il suffit de voir les achats importants de plumes pour l’empennage des flèches auxquels la municipalité de Gand procède régulièrement pour se faire une idée des besoins bien réels en ce domaine193.

C. — La colle

137L’emploi habituel dans les fabrications armurières de matières non métalliques, comme le bois et la corne, exigeait le recours fréquent, pour les assemblages, à de la colle animale. Cette substance était utilisée principalement par les artilleurs et les selliers.

  • 194 J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne..., p. 74 n. 1.
  • 195 Dans le cas cité à la note précédente, le panier de nerfs de bœuf et de veau coûte 6 deniers (1432 (...)

138Les textes font souvent allusion en effet à des achats de colle de bovidés ou de poisson. La première était obtenue en faisant chauffer de la cervelle ou du cartilage de bœuf et de veau194. Si l’on peut tabler sur les rares données conservées à ce sujet, ceux-ci se vendaient moins cher que le poisson, destiné à fabriquer de la « colle blanche »195.

  • 196 Ibid., loc. cit. — On trouve également, bien entendu, des achats de colle toute faite : A. N. Lill (...)
  • 197 A. E. Namur, Comptes du domaine du comte de Namur, reg. 1, fo 75 (1355-(1355-1356) ; A.G.R., C.C.,(...)

139L’apparente banalité de ces matières ne doit pas cependant faire illusion quant à une prétendue facilité d’approvisionnement. Produits naturels, elles étaient limitées aux disponibilités, toujours restreintes dans une économie agraire, des ressources naturelles. Or, le rendement médiocre de leur transformation exigeait la mise en œuvre de quantités fort importantes, rarement offertes par les conditions du marché local. Aussi voit-on, en 1350, un artilleur du comte de Hainaut se porter acquéreur de rien moins que 750 têtes de veau pour les besoins de son métier. Mais pour réaliser cet achat, il est forcé d’accomplir tout un périple qui le conduit de Bruges à Binche, en passant par Audenaarde, Tournai et Valenciennes. Encore trouve-t-il cette dernière ville et Binche complètement dépourvues196. De même, vers cette époque, le comte de Namur fait quérir la « husbloise » ou colle de poisson, nécessaire à la confection de ses arbalètes, à Huy et à Dinant197.

140A aucun moment on ne retire des sources l’impression d’abondance de biens. Celle-ci ne caractérisait pas, loin s’en faut, la civilisation matérielle du Moyen Age.

D. — La cire et les lubrifiants

  • 198 J. Borgnet et S. Bormans, Cartulaire de la commune de Namur, t. II, p. 190 n.
  • 199 E. Rolland, L'artillerie de la ville de Binche. 1362-1420, p. 18 ; M. Mollat, Comptes généraux de (...)
  • 200 Cfr S. T. Pope, op. cit., pp. 35-36.

141La cire figure régulièrement au nombre des fournitures militaires. Elle servait en effet à enduire les cordes des engins de jet à usage collectif (espringales)198 ou individuel (arcs, arbalètes)199 et ce dans le triple but de préserver les fibres de l’usure aux endroits soumis au frottement, par exemple là où le trait vient s’encocher, de resserrer l’écheveau pour le rendre moins sensible à la résistance de l’air et enfin de le préserver de l’humidité200.

  • 201 A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 260 (il s’agit dans ce cas, daté de 1445, de cire verte) ; B 2012, (...)

142On utilisait également la cire pour appliquer aux hampes de flèche un traitement final de protection201.

143Les substances lubrifiantes étaient surtout employées pour enduire les points de friction des catapultes en bois ou leurs ferrures, ainsi que les roues des véhicules du train d’artillerie.

  • 202 Wymans, op. cit., p. 64 ; J. Garnier, op. cit., pp. 103, 157, 203. — La vieille graisse se paie 16 (...)
  • 203 Wymans, op. cit., loc. cit. ; J. Garnier, op. cit., pp. 29, 74. Dans ce dernier cas. le suif sert (...)
  • 204 A. F. Lacroix, Extraits des comptes... de la ville de Mons. 2e serie..., p. 396 :... « 14 livres d (...)

144Il s’agissait tantôt de graisse animale, souvent de la « vieille graisse »202, tantôt de suif203, parfois même de savon mou204. Les achats portaient habituellement sur de petites quantités mais ils s’intensifièrent en fonction des progrès de l’artillerie à poudre. Cependant, ces corps gras ne pouvaient faire l’objet d’une demande très importante à une époque où les engins mécaniques, dont ils contribuaient à l’entretien, demeuraient assez rares encore.

145L’examen du mouvement des matières premières dans l’industrie de l’armement des principautés belges permet d’aboutir, pour la fin du Moyen Age, à un certain nombre de constatations générales. Partout, la demande locale se montre importante en raison de la densité des communautés urbaines et aussi de l’important appareil guerrier dont s’accompagna le rassemblement territorial bourguignon.

146Pour répondre à cette demande, toutes les ressources indigènes connues étaient mobilisées. Aussi l’industrie extractive ou d’exploitation fut-elle florissante. Mais ces richesses naturelles n’ont pas suffi. Sans les importations massives, — toutes proportions gardées bien entendu, — de produits bruts, le développement artisanal des Pays-Bas du Sud eût été enrayé. Or, durant les deux derniers siècles du Moyen Age, cette région fut le grand entrepôt des matières premières de l’Europe nord-occidentale. Sans négliger l’importance des voies commerciales terrestres et la permanence véhiculaire du sillon mosan, le rôle exceptionnel de Bruges, et plus tard d’Anvers, doit être souligne. Sans doute le pôle d’attraction constitué par la draperie flamande a-t-il exercé sur cette concentration de marchandises une influence déterminante.

147Cependant cette abondance n’était pas uniformément répartie dans tout les secteurs de l’industrie armurière, en particulier dans le plus progressiste : la fabrication des armes à feu. Tant que l’usage du bronze restait limite a la fonte des cloches et à la confection de quelques objets de luxe, la rareté de l’étain et le coût très élevé du cuivre n entravèrent pas sensiblement l’expansion technologique de l'artisanat du métal. Mais l’apparition de l’artillerie et ses progrès rapides changèrent la face des choses. Le fer, jusqu’alors réservé aux armes blanches et aux armures, fit sa première apparition dans l’industrie lourde. Très bon marché, il semblait tout indiqué pour servir à la confection des canons forgés. Seules les difficultés sérieuses rencontrées dans sa mise a forme l’empêchèrent de détrôner les alliages cuivreux qui lui firent concurrence jusqu’au XVIe siècle. Mais entretemps, une nouvelle technique sidérurgique était née, la fonte moulée, qui devait assurer la prépondérance du fer sur les autres métaux. Nous verrons la part appréciable que les principautés belges assumèrent dans ce processus.

148L’opinion que nous pouvons acquérir à propos des difficultés de l’approvisionnement en cuivre doit cependant être pondérée par les circonstances relativement favorables créées par la proximité de gisements de calamine. Ceux-ci facilitèrent l’éclosion d'une industrie du laiton qui, bon an mal an, fit la renommée de plusieurs villes « belges » jusqu’à l’Époque moderne.

149Quelle que fût la provenance des matières premières utilisées, le rôle de l’industrie transformatrice des principautés belges s’impose à l’attention. Ainsi apparaît déjà une des constantes de l’histoire de ces régions, en quelque sorte leur « destinée manifeste », fondée sur le savoir-faire et l’ingéniosité d’un artisanat dont nous nous efforcerons de découvrir les réalisations dans le domaine de l’armurerie.

Notes

1 Olivier De La Marche, Mémoires, t. III, p. 313.

2 Cfr R. H. Bautier, Notes sur le commerce du fer en Europe occident le du XIIIe au XVIe  siècle, 1960, pp. 8-9 ; voir les considérations sur l’outillage agricole à l’époque carolingienne dans G. Duby, L'économie rurale et la vie des campagnes dans l'Occident médiéval, t. I, Paris, 1962, pp. 71-79. Sur le statut privilégié des orfèvres durant le haut Moyen Age, cfr R. S. Lopez, An aristocracy of money in the early Middle Ages ; voir aussi E. Salin, La civilisation mérovingienne..., t. III, pp. 101-105. Considérations d’intérêt fondamental dans : L. Febvre, Une enquête : la forge de village, pp. 630-633 et R. J. Forbes, Metallurgy in antiquity..., pp. 78 sv.

3 Cfr par exemple E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche..., p. 32 et J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 228 (grès) ; ibid., pp. 122, 134, 139 et A. N. Lille, R.G.F., reg. B 2000, fo 171 v° (marbre). Les vestiges archéologiques révèlent également l’usage de pierres moins dures voire de projectiles de moyen et de petit calibres en terre cuite ; c’est le cas par exemple des boulets découverts à Bois-le-Duc et de ceux fabriqués jadis à Raeren, près d’Eupen ; cfr F Cuypers, Geschiedenis der Nederlandsche artillerie..., t. I, p. 187 et C. et J. Gaier-Lhoest, Catalogue des armes du Musée Curtius (Ier -XIXe  siècle), nos 203 et 204, p. 72.

4 Expressions tirées de A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1925 (1421-1422), fo 118 r°-v°. — Les mentions de maçons occupés à des travaux de ce genre sont innombrables.

5 Durant le siège de Saint-Riquier (1422), les troupes bourguignonnes, basées sur Abbeville, dépêchent plusieurs maîtres maçons aux carrières d’Eaucourt-sur-Somme pour choisir pendant deux jours des pierres à convertir en boulets. Ces dernières franchissent par eau les quelques kilomètres qui séparent leur lieu d’origine d’Abbeville. Là, en 21 jours, des maçons fabriquent 250 projectiles ; cfr ibid., loc. cit. — Pendant le siège de Vellexon (1409-1410) la pierre, amenée des carrières voisines, était débitée devant la place par dix-huit maçons ; J. Garnier, op. cit., p. 29 n. — Les achats de boulets finis sur le lieu d’extraction étaient fréquents ; cfr le cas des Ecaussines : E. Roland, La ville de Braine-le-Comte..., p. 83.

6 G. Decamps, L'artillerie montoise. Ses origines, p. 11 (acheteur : Mons, 1378) ; E. Roland, La ville de Braine-le-Comte et sa châtellenie..., p. 83 (acheteur : Braine-le-Comte, 1406-1407) ; A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32469, fo 33 (acheteur : Bruges, 1414-1415) ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 2012, fo 340 v° (acheteur : duc de Bourgogne, 1453) ; J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., pp. 244 et 256 (même acheteur, en 1463 et 1467) ; A.G.R., C.C., Comptes de l’Artillerie, reg. 26164, fo 5 (même acheteur, 1471) ; de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., p. 25 (acheteur : Lille, 1478).

7 Bray (1378) : G. Decamps, op., cit. loc. cit. ; Houdeng (1405, 1407 et 1408) ; E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche..., p. 32.

8 Achat par la ville d’Ypres de boulets de canon et de pierres à bâtir en grès provenant du Brabant, en 1383 ; A. Diegerick et O. de Kerchove, Une page de l'histoire d'Ypres (1379-1384), pp. 104, 108, 114. — Achat par la ville de Bruges de boulets à un marchand bruxellois, en 1416-1417 ; A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32471, fo 62.

9 Par exemple, en 1406-1407, la ville de Braine-le-Comte achète des boulets et des pierres brutes pour laisser choir des remparts, à des carriers d’Ecaussines ; E. Roland, La ville de Braine-le-Comte..., p. 83. — Le fait que, dans le cas cité, les projectiles d’artillerie doivent être recalibrés indique peut-être que les carriers se contentaient de dégrossir les pierres, laissant leur finition aux soins de l’usager.

10 Estevenot Brachelin (ou Brasselet), « marchand d’artillerie » à Ecaussines, taille lui-même et vend en gros des projectiles en pierre ; il fournit également des maillets de plomb et des piques. Cfr n. 6 supra (Finot et A.G.R.).

11 Le marchand de canons, d’artillerie et de munitions Jehan Cambier s’approvisionnait lui-même à Ecaussines ; A. N. Lille, K.G.F., reg. B 2012, fo 340 v°.

12 Fournitures à Lille par Colart de Mouret, marbrier à Tournai (1382) ; de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 11. — Les activités des marbriers et sculpteurs de l’antique cité scaldienne ont donné lieu à une abondante littérature historique ; on consultera en particulier P. Rolland, L'expansion tournaisicnne aux XIe et XIIe  siècles. Art et commerce de la pierre, pp. 175-219.

13 de La Fons-Melicocq, op. cit., pp. 24-25 ; A.N. Lille, R.G.F., reg. 1957, fo 416 v°.

14 J. Gaier-Lhoest, L'évolution topographique de la ville de Dinant au Moyen Age, p. 87 ; D. D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. VIII, pp. 53 et 54.

15 A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, fo 5 v° (1407) ; A. N. Lille, R.G.F., reg. 1988, fo 265 (1445). — Cfr L. Genicot, Le Namurois politique, économique et social au bas Moyen Age, pp. 202-205. — L. Tollenaere, La sculpture sur pierre..., pp. 30. 168-169.

16 N. Van Werveke, Auszug aus der Rechnungsablage Johans von Schoenvorst..., p. 41 ; Fave, Etude sur le passé et l'avenir de l'artillerie, t. III, p. 129 ; J. Finot, op. cit., p. 265 ; les assiégeants de Montfort (1490) font venir des boulets de Namur, Kuypers, op. cit., t. II, p. 49. — Voir note suivante.

17 Jean de Stavelot, p. 459. Pour empêcher Ruremonde de s’approvisionner en munitions alors que l’on prête à l’évêque de Liège l’intention de l’assiéger, les Maestrichtois d’abord, les Hutois ensuite interceptent en tout quatre bateaux chargés de boulets. — Cfr Kuypers, op. cit., t. I, p. 181 ; le prix varie de 4 à 30 florins du Rhin le cent.

18 Van Werveke, op. cit., p. 4L

19 Cfr P. Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., pp. 138 sv. ; B. Rathgen, Das Geschütz im Mittelalter..., pp. 93 sv. ; en général, voir P. Chalon, Les explosifs modernes, pp. 6 sv. ; C. Böhne, Von den Saliterern, pp. 135 sv.

20 J. Finot, op. cit., pp. 243 et 259.

21 A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26164, fo 18.

22 Nous basons principalement notre étude de prix sur les registres de la R.G.F., sur J. Finot, op. cit., et J. Garnier, op. cit. (XVe siècle).

23 Entre autres, cfr A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fos 333 v°, 388, 391 v°, 428 (5e) ; B 2017, fo 334 ; A.E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 31, fo 71 v°-72 ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 113, 117, 131, 145, 149, 158 ; Id., L'artillerie de la commune de Dijon..., p. 35.

24 Cfr A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32465, fo 52 (achat d’« oostersch salpeters » à un « coopman van der Duudscher hanze » en 1411) ; Id., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, fo 4 ; A.N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 420 ; J. Finot, op. cit., pp. 256, 259 ; N. Van Werveke, Auszug aus der Rechnungsablage Jan Raimbauts..., p. 11 (venant de Trêves) ; Id., Les finances de la ville de Luxembourg, p. 143 (de Francfort) ; D. D. BROUWERS, Cartulaire de la commune de Dinant, t. VIII, p. 63 (de Liège et de Cologne).

25 Cfr respectivement : A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 428 (5e) ; J. Finot, op. cit., p. 259. — Nous avons rencontré une seule mention de salpêtre d’Espagne, en 1436 ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 158.

26 Cfr B. Rathgen, op. cit., p. 96. — En 1461, la ville de Namur achète un tonneau de salpêtre de Champagne à un marchand vraisemblablement allemand ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 31, fo 71 v°.

27 Sur le rôle et le destin des foires de Champagne, cfr F. Bourquelot, Etudes sur les foires de Champagne..., en particulier pp. 198 et 319 sv. et R. II. Bautier, Les foires de Champagne. — Cfr R. Marchal, Les voies de communications terrestres et fluviales entre les Pays-Bas et l'Italie au XVe  siècle, pp. 601 sv., où il est question d’une certaine permanence des voies commerciales françaises.

28 Par exemple Bouvignes, en 1410 (800 livres) ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, fo 47. — Luxembourg en 1412 (100 livres) ; Van Werveke, Auszug aus der Rechnungsablagep. 11. — Tournai en 1445 (1 000 livres), A. N. Lille, R.G.F., B 1988, fo 271. — Maestricht en 1464-1465 (424 livres) ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Limbourg, reg. 2446, fo 384 v°. — Gond en 1489-(807 livres) ; Inventatrssen van grof gesclmt en andere wapens de stad Gent toebehoorende, éd. V. FRIS, p. 300. — Mons en 1489 (1 710 livres) ; L. Devillers, Le Hainaut sous la régence de Maximilien..., p. 289. Dans les états patronymiques des ducs de Bourgogne, Dijon, la capitale, était sans doute la ville la mieux achalandée ; cfr l’achat de 4 200 livres et demie de salpêtre à un marchand de cette ville en 1444 dans A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 256. — Autres achats dans J. Garnier, op. cit., pp. 50, 62 ; en 1478, la « bande » d’artillerie royale de Barrabin acquiert a Dijon 30 000 livres de salpêtre ; ibid., p. 205. La Bourgogne recevait notamment du salpêtre de Champagne et de Genève, ville marchande ou les poudriers étaient prospères ; cfr J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne..., pp. 85, 117 ; Id., L’artillerie de la commune de Dijon..., p. 10. — Cfr Fr. Borel, Les foires de Geneve au XVe  siècle, p. 167.,.

29 Les vendeurs sont le plus souvent qualifiés de « marchands ». Un précisé parfois qu’il s’agit d’un apothicaire (à Namur, en 1386 : A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 21, fo 23 v° et à Lille, en 1382 : de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 10), d’un épicier (à Valenciennes, en 1368 : Pietresson De Saint-aubin, Bonne Grace Riche, épicier et lombard à Valenciennes au XIVe  siècle, p. 499 n. 39 et à Paris, en 1409 et en 1411-1412 ; J. Garnier, op. cit., pp. 26, 57) ou d’un mercier (par exemple à Lille, en 1350 : de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 9). — A Bruges, l’ordonnance de 1470 range le salpêtre et le soufre au nombre des épices ; E. Vanden Bussche, Mémoires sur les relations... entre les Flamands... et les Portugais, pp. 197, 199. — A Liège, la vente de ces matières appartenait aux merciers ; E. Poncelet, Le bon métier des merciers de la ville de Liège, pp. 334-335. Cfr, à titre de comparaison, G. Caster, Le commerce du pastel et de l’épicerie a Toulouse..., pp. 288-289. — Jean van de Velde, actif entre 1436 et 1467, était un des principaux fournisseurs des ducs de Bourgogne ; cfr A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 396 et J. Finot, op. cit., pp. 243, 256.,.

30 Au moment de l’introduction de la poudre a canon, les achats d’ingrédients portaient fréquemment sur des quantités dérisoires : par exemple pour le château de Rihoult en 1342, cfr A. Hermand, Notice sur le château de Rihoult, p. 276. — Cependant, l’achat au petit détail ne cessa de se pratiquer de tout temps : cfr A.N. Lille, R.G.F., B 2012, fo408 v° (75 livres de salpêtre, en 1453).

31 Les travaux consacrés à la prospérité économique de la ville de Bruges sont très nombreux. Parmi les plus récents, signalons la mise au point de J. A. Van Houtte, The rise and decline of the market of Bruges, dans Economie History revieu), Sér. IL t. 19/1, 1966, pp. 29-47. —-Sur le commerce de l’alun, cfr J. Heers, Gênes au XVe  siècle, p. 412 ; L. Llagre, Le commerce de l'alun en Flandre au Moyen Age, pp. 177 sv. ; J. Delumeau, L'alun de Rome (XVe -XIXe  siècle), Paris, 1962.

32 A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, fo 36 (référence rétrospective à l’an 1406), 38 (1408) ; reg. 24, fos 32 v°-33 r°. — Cfr l’ordonnance sur le commerce d’épicerie à Bruges (confirmation de 1469 de l’acte de 1304) ; L. Warnkoenig-Gheldolf, Histoire de la Flandre et de ses institutions..., t. IV, p. 348. — Achats de salpêtre sur place par la municipalité brugeoise : A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32465, fo 52 ; ID., reg. 32469, fo 33. — Quelques exemples d’approvisionnement en salpêtre brugeois à distance : à Lille, à Gand et à Ypres ; cfr de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 10 ; J. Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent. Tijdvak van Philips van Artevelde (1376-1389), p. 332 ; A. Diegerick et O. De Kerchove, Une page de l'histoire d'Ypres (1379-1384), p. 138. — A Mons, à Ath et à Binche : G. Decamps, op. cit., p. 11 ; L. Verriest, Quelques aspects d'Ath et de la ville athoise..., p. 178 ; E. ROLAND, L'artillerie de la ville de Binche. 1362-1420, p. 36. — A Luxembourg pour le duc de Brabant : N. Van Werveke, op. cit., pp. 40-41. — Par le duc de Bourgogne : A. N. Lille, R.G.F., B 1942, fo 75 ; B 1951, fo 182 r°-v° ; B 1978, fo 307 r°-v° ; B 2030, fo 384 v°.

33 Cfr Rathgen, op. cit., p. 437 n. 48 ; C. Probst, Salpetereinfuhr und Salpetersieder im Deulschordensland Preussen, p. 61. — M. Malowist (Le développement des rapports économiques entre la Flandre, la Pologne...) ne parle pas de ce genre de commerce.

34 Achat de salpêtre à Anvers pour le duc de Brabant en 1419 ; A.G.R., C.C., Recette générale du Brabant, reg. 2401, fo 90 v° ; achat a la foire d’Anvers et, dans la même ville, à un marchand de Nimègue (1436) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fos 331 v°, 420 ; en 1473 : A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26164, fo 4 v° ; la ville de Namur fait quérir 1332 livres de salpêtre à Anvers, en 1479 : A. E. Na mur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 35 ; fos 93 v°-94 ; transport de salpêtre à Anvers par un voiturier lorrain an milieu du XVe siècle : E. Coornaert, Le commerce de la Lorraine vu d'Anvers..., p. 118. — D’après le privilège de Philippe le Bon, de 1446, les marchands anglais venaient faire provision de cette substance dans la ville scaldienne ; cfr O. De Smedt, De Engelsche handel te Antwerpen in de jaren 1305-1515, p. 600. — Les comptes du tonlieu d’Iersekeroord révèlent un trafic de salpêtre fort actif à l’embouchure de l’Escaut à la fin du XVe siècle ; cfr W.S. Unger, De tol van Iersekeroord..., notamment pp. 334, 375, 390, 392, 481, 485, 490. — Sur Anvers en général, voir les deux excellentes études de synthèse sur le rôle économique d’Anvers au Moyen Age : J. A. Van Houtte, La genese du grand marché international d'Anvers..., pp. 87 sv. et E. Schremmer, Antwerpen als Warenhandelsplatz im 15. und 16. Jarhundert..., pp. 270 sv. Monumentale étude de F. Van Der Wee, The growth of the Antwerp market..., La Haye, 1963.

35 Cfr G. Decamps, op. cit., p. 9 (1357) ; DE La Fons-Melicocq, op. cit., p. 10 ; J Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 26, 57, 63 (1409, 1412-1413, 1419) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fo 120 (1426).

36 Cfr notes 23 et 24. — En 1489, le Magistrat de Gand fait acheter en France, par un courtier, 5 768 livres de salpêtre ; Inventarissen van grof geschut..., p. 300. — En 1436, Philippe le Bon envoie son maître canonnier au « pais d'Alemaigne » pour acquérir 10 000 livres de cette matière ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 420.

37 B. N. Paris, fr. 1278 : Recueil de pièces historiques sur les affaires de Bourgogne..., fos 60, 62 v°-63 ; cette pièce constitue notre Annexe 2.

38 Cfr C. Böhne, op. cit., p. 135. Sur le monopole du salpêtre établi en France par Louis XI, cfr R. Gandilhon, Politique économique de Louis XI, pp. 206-207.

39 A. E. Namur, Haute Cour, Transports de Namur, no 27, fo 178 ; analyse dans Fonds Brouwers, no 17. — Nous avons signalé plus haut (p. 155) la présence de l’anthroponyme « salpetermecher » à Luxembourg, au XVe siècle, indice d’une industrie extractive pratiquée dans cette région également.

40 Cfr Henrard, op. cit., pp. 138-140 ; P. Chalon, pp. 8 sv. ; R. Gandilhon, Politique économique de Louis XI, p. 208.

41 Cfr n. 22.

42 Cfr Warnkoenig-Gheldolf, op. cil., t. IV, p. 350 ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., p. 5 ; de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., p. 10 ; G. Decamps, op. cit., p. 9 ; J. Dugnoille, Les archives locales et l'enseignement de l'histoire..., p. 18 (vif soufre),

43 Cfr respectivement : M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon entre 1416 et 1420..., p. 492 (soufre en rocque) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 396 (soufre en bricq et en cane).

44 Voir par exemple A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 21, fo 23 v° (achat à Antonne l’apothicaire, en 1386) ; A. N. Lille, R. G.h., B 1978, fo 307-307 v° (achat à Jehan le Cat, gros marchand poudrier de Bruges, en 1443) ; G. Hagemans, Histoire du pays de Chimay, t. I, p. 212 (achat à un mercier, en 1465).

45 Cfr exemples cit. n. 32, 42 et 43. — A. N. Lille, R.G.F., B 1931, fo 169 ; B 1954, f » 151 ; B 1957, fos 396, 428 (5) ; B 1982, fo 260 ; J. Finot, op. cit., p. 256 ; A.G.R., C.C., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, fo 4 r°-v°. — Le soufre figure au fameux tarif du tonlieu de Damme de 1452 ; cfr Warnkoenig-Gheldolf, op. cit., t. II, p. 457.

46 Un Anversois acquitte le tonlieu d’Iersekeroord notamment pour 5 tonneaux de soufre, en 1491 ; cfr W. S. Unger, De tol van Iersekeroord..., p. 378. Au XVIe siecle, soufre aussi bien que salpêtre continuent d’être exportés par Anvers : L. Guichardin, Description de tout le Païs Bas..., pp. 161, 163, 165. — Il est pas fait allusion au commerce du soufre ou autres substances pyrotechniques dans H. Van Der Wee, De handelsbetrekkingen tussen Antwerpen en de Noordelijke Nederlanden...

47 A Paris : J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne., p. 57 ; à Dijon : ibid., pp. 50, 117 ; à Tournai : A. N. Lille, R.G.F., B 1923, f » 226 ; B 1988, f 271 ; en France : J. Finot, op. cit., p. 292 ; à Genève : Garnier, op. cit., p. 85 ; a Treves : Van Werveke, op. cit., p. 11 ; à Berg : Id., Les finances de la ville de Luxembourg..., p. 143 ; à Maestricht : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Limbourg, reg. 2446, fo 384 v° ; dans le Saint-Empire : A. N. Lille, R. G. F., B 1957, fo 420.

48 M. Mollat, op. cit., p. 490 (« estoffes et façon de 200 fusees portons feu à deux fois ») ; A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 21, fo 43 v° («camf-frefre et aywes de vie ») ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 29(recherche de camphre chez les apothicaires de Dijon), p. 74 n. 2. Cette dernière référence porte sur une recette destinée à la fabrication de 26 fusées « à getter le feu griois », de 1430-1431 : 2 onces de camphre, une livre d’eau-de-vie, 2 livres de poudre, 2 de salpêtre et 4 de soufre. — Sur les anciennes compositions fusantes, l’ouvrage de J. T. Reinaud et I. Fave (DU feu grégeois, des feux de guerre et des origines de la poudre à canon, Paris, 1845) reste précieux.

49 Cfr Garnier, op. cit., p. 16 n. 2.

50 Cfr Henrard, op. cit., p. 141. Voir P. Cezard, La littérature des recettes du XIIe au XVIe siecle..., pp. 23 sv. et en particulier les extraits significatifs du Livre du secret de l'art de l'artillerie et canonnerie (XVe siècle), publiés par Reinaud et I- Fave, op. cit., pp. 133-169, d’après l’édition de 1561.

51 J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., p. 5 (vif-argent) ; de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 9 (vif-argent) ; E. et H. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. II, p. 338 : arsenic, réalgar (soufre plus arsenic), orpiment (sulfure d’arsenic), ambre, mercure, en tout 16 livres, conservés au château de Rupclmonde (1388) ; Van Werveke, op. cit., p. 11 (cam(camphre) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 431 (camphre). Il n’est pas interdit de penser que les 48 livres d’ambre rapportées de Rruges en 1408, avec du soufre et du salpêtre, par le canonnier de Namur étaient destinées à la composition de poudre à canon ; cfr A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, fo 38.

52 Le camphre, par exemple, coûtait très cher, 6 sous l’once en 1435 (A. N. Lille, op. cit., loc. cit.) et, en 1412, une livre de cette substance valait autant que 300 livres de soufre (Van Werveke, op. cit., loc. cit.). — Par contre, l’ambre acheté à Bruges en 1408 se monte à 3 deniers la livre seulement ; cfr n. 51.

53 A propos de l’intérêt que présente l’histoire de la technologie sidérurgique, cfr J. F. Finó, Notes sur la production du fer et la fabrication des armes en France au Moyen Age, pp. 47-48.

54 Par exemple J. U. Nef, Mining and metallurgy in medieval civilisation, pp. 429-429-492 ; T. A. Wertime, The coming of the age of Steel ; B. Gille, Les origines de la grande industrie métallurgique en France ; R. Sprandel, Das Eisengewerbe im Mittelalter, Stuttgart, 1968.

55 Entre autres les travaux de R. Evrard, Les fontes des anciens fondeurs belges et Essai de terminologie pour les anciens appareils producteurs de métaux ferreux et pour leurs produits ; en collaboration avec A. Descy : Histoire de l'usine des Vennes suivie de considérations sur les fontes anciennes (1548-1948).

56 Cfr A.-M. Bautier, Les plus anciennes mentions de moulins hydrauliques industriels et de moulins à vent et, dans la Revue d’Histoire de la Sidérurgie : l'enquête sur Le Martinet : G. Gille, L'industrie métallurgique champenoise au Moyen Age ; B. GILLE. Cartulaire de la sidérurgie française.

57 Cfr les travaux cités n. 53 à 56. — Les érudits ne s’entendent pas sur la date d’apparition du marteau hydraulique à fer, qu’ils placent tantôt au XIIe, tantôt au XIIIe siècle.

58 J. F. Finô, op. cit., p. 64 ; J. U. Nef, op. cit., p. 440.

59 A. Weyhmann, Geschichte der àlteren lothringischen Eisenindustrie, p. 27 ; J. Lejeune, La formation du capitalisme moderne dans la principauté de Liège au XVIe  siècle, pp. 148-149 ; M. Bourguignon, La sidérurgie, industrie commune des pays d'Entre Meuse et Rhin, pp. 86 sv.

60 Voir la classification des régions productrices dans R.H. Bautier, op. cit., pp. 12 sv.

61 Cfr dans la région mosane : M.G.H., D.D., t. II, Hanovre, 1888, no 308, p.365 (tonlieu de Visé, 983) ; A. Joris, Documents relatifs à l'histoire économique et sociale de Huy au Moyen Age, p. 265 (tonlieu de Huy, XIIIe-XIVe siècles) ; M. L. Fanchamps, Etude sur les tonlieux de la Meuse Moyenne..., p. 222 (sur l’Ourthe) ; E. Fairon, Note sur la domination bourguignonne dans la principauté de Liège (1468-1476), p. 42 (tonlieu du pont des Arches à Liège). — Dans les terres d’Outre-Meuse : F. Quicke, Une enquête sur les droits et les revenus du duc de Limbourg..., p. 377 (Rolduc, fin XIVe siècle). — En Brabant : II. Joosen, Een Mechels toltarief van 1392, pp. 84 sv. ; H. Van Der Linden, Tollen van den hertog van Brabant te Leuven in de 14 de eeuw, pp. 95 et 98 sv. — En Hainaut : L. Devillers, Cartulaire des rentes et cens dus au comte de Hainaut (1265-1286), t. I, pp. 20 (Mons), 69-71 (Maubeuge), 122 (Binche) ; t. II, pp. 4, 5, 11, 14, 34, 35, 38, 41 (Bouchain) ; B. Doehaerd, Deux textes se rapportant à la navigation sur la Haine au Moyen Age, p. 343 (Condé) ; M. Taillar, Recueil d'actes des XIIe et XIIIe  siècles..., pp. 457-458 (Hénin) ; pour Mons et Binche, cfr en outre Extraits des comptes de la recette générale de l'ancien comté de Hainaut, t. I, pp. 15-17. — En Flandre ; Warnkoenig-Gheldolf, op. cit., t. II, pp. 446-447, 462, 464, 470, 476, 482, 484, 488 sv., 491-492, 513, 514 ; t. III, p. 236 ; t. V, p. 327 ; Taillar, op. cit., p. 18 et J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen Age (Bapaume) ; A. GIRY, Histoire de la ville de Saint-Omer..., pp. 476-477, 479 sv., 487 sv., 549. — A Tournai : P. Rolland, Deux tarifs du tonlieu de Tournai des XIIe et XIIIe  siècles..., pp. 39 sv. et 56 sv.

62 Cfr T. A. Wertime, The coming of the age of Steel, Leyde, 1961, pp. 1-43 et 192 à 196.

63 Voir notamment, à titre d’exemples, le tonlieu de Saint-Vaast d’Arras (1036) dans G. Fagniez, Documents relatifs à l'histoire de l'industrie et du commerce en France, t. I, no 98 ; le tonlieu d’Hénin (XIIIe siècle) ; ibid., no 258 ; les tonlieux d’Antoing et de Gand (1271) dans Warnkoenig-Gheldolf, op. cit., t. II, pp. 476, 482 ; les winages de Bavai, du Quesnoy, de Bouchain (1264-1286) dans L. Devillers, Cartulaire des rentes et cens dus au comte de Hainaut (1265-1286), t. II, pp. 113, 145, 148, 218 ; le tonlieu de Louvain (XIIIe-XIVe siècles) dans H. Vander Linden, Tollen van den hertog van Brabant te Leuven in de 14 de eeuw, p. 95.

64 Cfr Soil de Moriame, op. cit., p. 41 ; G. Hansotte, Règlements et privilèges des XXXII métiers de la cité de Liège, fasc. I ; Les Fèvres, Liège, 1950, pp. 41-42 ; M. de Riquer, L’arnes del cavalier..., pp. 106 et 210.

65 Cfr par exemple le « chapel d’achier » du comte d’Artois en 1315 dans J.-M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis..., p. 394 ; une cotte d’acier, une braie d’acier, un camail d’acier et deux plastrons d’acier dans un inventaire privé hennuyer de 1397 ; L. Verriest, Les armures et atours d’un chevalier bâtard du XIVe  siècle, pp. 28-29 ; quatre « stelen hoede » du duc Jean IV de Brabant en 1420 ; A.G.R., C.C., Comptes de l'Hôtel des Souverains, reg. 1789bis, fo 6 ; fourniture de cottes de mailles d’acier au duc de Bourgogne par un marchand de Nuremberg (1473) ; L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. II, p. 427. — Sur les fers de flèches ou de carreaux trempés ou « d’épreuve », cfr le chapitre suivant sur « La Fabrication », n. 70. Cfr Fr. Buttin. Du costume militaire..., p. 391. — A propos du tonlieu de Huy, dont le tarif cliche des usages remontant aux XIIIe et XIVe siècles, cfr A. Joris, Documents relatifs à l'histoire économique et sociale de Huy au Moyen Age, p. 265.

66 Cfr A. N. Lille, B 1925, fo 118 ; cfr également J. Garnier, op. cil., pp. 10, 22, 73, 153. — Les « marchandises d’acier et de laiton » que les autorités françaises accusent un Colonais de vouloir fournir aux Bourguignons en 1471 semblent avoir été destinées à fabriquer de l’artillerie ; B. Kuske, Quellen zur Geschichte des Kolner Handels..., t. II, no 548, pp. 266-267.

67 En 1461, le Magistrat de Tournai décide de remplacer les arbalètes de bois de la ville par des arbalètes d’acier, réputées meilleures et plus durables ; A. de La Grange, Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de. Tournai (1431-1476), p. 258. — En 1446, le duc de Bourgonge avait commandé rien moins que 500 arbalètes d’acier ; J. Garnier, op. cit., p. 115. — Achat de lattes, sans doute d’acier, par un fabricant d’arbalètes anversois, à Cologne (1505) ; cfr K. Doehaerd, Etudes anversoises..., 1.1, p. 176, no 1208. — Autre achat de « lattes d’achier » par un tel artisan, demeurant à Liège sur le pont des Arches, à un apothicaire du nom de Jacquemin de Hodeige (1518) ; A.E.L., Echevins de Liege, Obligations, 446-16, fo 60 vo (référence obligeamment communiquée par feu le Professeur J. Breuer).

68 Cfr M. Bourguignon, op. cit., pp. 83-120 ; J. Wagner, La sidérurgie luxembourgeoise avant la découverte du gisement des minettes-, J. Franquoy, Histoire des progrès de la fabrication du fer dans la province de Liège, pp. 313 sv. ; A. Warzée, Exposé historique de l'industrie du fer dans la province de Liège ; J. L. Dargent, Les mines métalliques et la métallurgie au pays de Liège, pp. 152 sv. ; R. Deprez, Essai d’historique de la fonderie de fer au pays de Liège et dans l'Entre-Sambre-et Meuse, pp. 636 sv. ; R. Evrard, La fonderie ancienne dans l’Est de la Belgique et au Grand-Duché de Luxembourg, pp. 30-42, 67-78 ; E. Fairon, L’industrie du fer dans le marquisat de Franchimont, pp. 12 sv. ; J. Maréchal, Histoire de la métallurgie du fer dans la vallée de la Vesdre ; E. Fairon, Les industries du pays de Verviers, pp. 25-30 ; M. Yans, Histoire économique du duché de Limbourg..., pp. 115 sv., 149 sv. ; J. Lejeune, op. cit., notamment pp. 144 sv. ; Y. Tahon, La métallurgie du fer au pays de Liège, au Luxembourg et dans l'Entre-Sambre-et-Meuse (période médiévale), pp. 383 sv. ; Id., L’industrie cloutière au pays de Charleroi, pp. 7 sv. ; In., L’organisation sociale des ouvriers du fer au Moyen Age, pp. 391 sv. ; A. Warzée, Expose historique et statistique sur l’industrie métallurgique dans le Hainaut ; M. Masoin, L’ancienne ferronnerie namuroise, pp. 269 sv. ; L. Genicot, L’industrie dans le comté de Namur à la fin du Moyen Age, pp. 49 sv. ; Id., Le Namurois politique, économique et social au bas Moyen Age, pp. 215-224 ; R. Sprandel, op. cit., pp. 129-136. — L’important ouvrage de A. Gillard, L’industrie du fer..., mérite d’être cité en exemple à ce propos.

69 Cfr à ce sujet ibid., p. 187 ; C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armurière liégeoise..., pp. 54 sv. — Sur l’émigration des fèvres liégeois et leur établissement en France, cfr B. Gille, Les origines de la grande industrie..., pp. 8 et 9 ; J. Rigault, Quelques mots sur l'émigration liégeoise en France sous Louis XI, pp. 32-36. — Les régions productrices de fer arrivaient à exporter en dehors de l’espace belge ; c’est ainsi qu’on trouvait à Amiens et à Abbeville du fer hennuyer : B. Gille, op. cit., p. 7.

70 Voir, par exemple, les « masses de fier » dues au comte de Namur par la forge d’Yves-Gomezée (Namur, Philippeville, Walcourt) à la fin du XIIIe siècle ; D. D. Brouwers, Cens et rentes du comté de Namur au XIIIe  siècle, t. II/l, pp. 152, 277 et II/2, p. 376. — Nombreux exemples, à partir du XIVe siècle, dans Gillard, op. cit., pp. 60 sv., dont il n’est pas davantage possible d’inférer la destination du métal affiné.

71 L’usage ancien classifiait les fers de nos régions en : fer fort, doux et liant, utilisé pour la fabrication des armes, ainsi que de la tôle et du fer-blanc — fer tendre dit « aigre », cassant, en usage dans la clouterie —fer métis, de qualité moyenne ; cfr M. Bourguignon, op. cit., pp. 91-92 et J. Franquoy, op. cit., pp. 333, 334, 413.

72 N. Van Werveke, op. cit., p. 41 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 2012, fo 407 v° (1453) ; sur la forge de La Claireau, cfr Bourguignon, op. cit., p. 94.

73 Cfr R. H. Bautier, op. cil., pp. 16 sv. ; Ph. Dollinger, La Hanse (XIIe -XVIIe  siècles), p. 318. A propos de l’importation du fer de Biscaye en France et en Angleterre, cfr notamment : B. Gille, Les origines de la grande industrie..., p. 7 ; E. M. Carus Wilson, The overseas trade of Bristol, p. 215 ; R. Doehaerd et Ch. Kerremans, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l'Outremont..., no 204, pp. 210-212. — Cfr Warnkoenig, op. cit., t. II, pp. 446, 514 ; E. Vanden Bussche, Bayonnais et Brugeois..., p. 119 ; J. Marechal, La colonie espagnole de Bruges..., p. 7. — Achats de fer espagnol à Bruges : A. N. Lille, R.G.F., B 1957 fo 395, 432 v° (1436) et J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., pp. 264-265 (vers 1490). — C’est un patricien anversois qui fournit au duc de Brabant 71 000 livres de fer pour fabriquer une grosse bombarde, de 1409 à 1411 ; cfr G. Asaert, Quinten Clarensone, een Antwerps patriciërstvpe (ca. 1350-1420), p. 216 et édition des documents pp. 249-252.

74 Par exemple ; H. J. Smit, De rekeningen der graven en gravinnen uit het Henegouwsche huis, t. I, p. 338 (1327) ; J. M. Richard, Inventaire sommaire..., p. 113. — Voir la « keure » des clous de fer de Saint-Omer (1325-1330) : « Nus fache clous se nest de bon fer despaigne sour LXS et les clous perdus. » ; Pagart D’Hermansart, Les anciennes communautés d'arts et métiers à Saint-Omer, t. II, p. 156. — Le statut des forgerons d’Amiens (1374) interdit de vendre des clous en fer de Hainaut ou d’Allemagne en lieu et place de fer espagnol ; le règlement des forgerons d’Abbeville (1468) fait défense à toutes les branches des ouvriers du fer de substituer au fer d’Espagne celui de Hainaut ou tout autre quel qu’il soit ; B. Gille, Les origines de la grande industrie métallurgique en France, p. 7 ; cfr également R. Sprandel, op. cit., pp. 93 sv.

75 Voir les contrats de fabrication de pièces d’artillerie en fer d’Espagne passés en 1443 et 1447 avec Jehan Cambier ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 110 et 114.

76 A. Giry, Histoire de la ville de Saint-Omer..., pp. 477 no 51 et 482 no 51 ; A. N. Lille, R.G.F., B 2020, fo 481 v° et 489 v° ; Id., B 2030, fo 388 ; J. Finot, op. cit., pp. 244, 256. — Cfr R. Sprandel, op. cit., pp. 125-129. — Voir également F. Buttin, Du costume militaire..., p. 373.

77 Cfr Ph. Dollinger, op. cit., pp. 282-283 ; H. Bächtold, Der Norddeutsche Handel im 12. und beginnenden 13. Jahrhundert, pp. 76-77, 83, 118-119 ; B. Kuske, Köln, der Rhein und das Reich, pp. 156-157 ; R. Sprandel, op. cit., pp. 191 sv. — Mentions de fer ou d’acier d’Allemagne : Warnkoenig-Gheldolf, op. cit., t. II, p. 513 (XIIIe-XIVe siècles). Fer ou acier de Cologne ; F. Quicke, Une enquête sur les droits et revenus du duc de Limbourg..., p. 377 (tonlieu de Rolduc — 1389 a 1393) ; A. Giry, op. cit., p. 549 (bans municipaux de Saint-Omer, fin du XIIIe siècle) ; B. Kuske, Kölner Handel..., t. II, pp. 266-267 (saisie de métaux destinés à l’industrie armurière des états bourguignons, 1471) ; R. Doehaerd, Etudes anversoises..., t. I, p. 176 no 1208 (achat de lattes d’acier à Cologne par un fabricant anversois d’arbalètes, 1505).

78 Bautier, op. cit., pp. 37 sv. ; Dollinger, op. cit., pp. 294-295 ; B. Boethius, Swedish iron and steel, 1600-1955, pp. 144 sv. ; Warnkoenig, op. cit., t. II, p. 444. — Mentions incidentes de fer d’autres provenances : d’Angleterre dans J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives..., p. 278 (comptes du bailli de Calais) et de Lyon dans J. Garnier, op. cit., pp. 22 et 27. — Cfr B. Sprandel, op. cit., pp. 206 sv.

79 Par exemple : 400 livres de fer en deux grosses « billes » carrées ; J. Garnier, op. cit., p. 22 n. 2.

80 Ibid., p. 133 (2 205 livres de fer réparties en 150 barres) ; A. N. Lille, R.G.F.. B 2012, fo 349 v°.

81 II s’agit du fer en gerbe, souvent cité, par exemple dans Devillers, Cartulaire des rentes et cens..., pp. 20, 122. — Bottes d’acier, dans A.N. Lille, R.G.F., B 1957. fo 395.

82 Garnier, op. cit., pp. 22 et 27.

83 On distinguait les « platines » de fer blanc : J. Borgnet et St. Bormans, Cartulaire de la commune de Namur, t. II, p. 190 n. ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, fo 22 v° (1407) ; J. Garnier, op. cit., pp. 185 et 192 ; et les feuilles de fer noir : ibid., pp. 74 n. 1 et 96.

84 Ibid., p. 54.

85 C. M. Cipolla, Guns and sails..., pp. 155-157 a attiré l’attention sur ce problème.

86 Ces difficultés se rencontraient par exemple lors du forgeage de pièces d’artillerie aux dimensions exceptionnelles ; A. N. Lille, R. G. F., B 1988, fos 271-272 (la volée de la bombarde « Dijon » coûte 2 sous la livre, de même que la chambre de « Bourgogne »). Les travaux ordinaires indiqués dans les comptes de l’Artillerie se font aux prix habituels.

87 Cfr O. Johannsen, Die Quellen zur Geschichte des Eisengusses..., pp. 375-377.

88 A. N. Lille, R.G.F., B 1988, fo 271 r°-v°.

89 Cfr par exemple J. Garnier, op. cit., p. 78.

90 Cfr respectivement Smit, op. cit.. t. I, p. 338 (hôtel de Hainaut) ; A. E. Namur, Comptes du domaine, reg. 1, fo 74 v° (château de Namur) ; A.G.R., C.C., Comptes de l'hôtel des souverains, 1779, fo 5 r° (forge de l’hôtel du comte à Gand) ; J. Garnier, op. cit., p. 133.

91 N. Van Werveke, Les finances de la ville de Luxembourg..., p. 138 : mise en commun du fer appartenant à la ville et à un canonnier ; E. Poncelet, Dépenses de la cité de Liège en 1509, p. 109 : fourniture de fer au fabricant de bombardes Thys de Venloe par le Magistrat de Liège. — Nombreux autres exemples.

92 Fourniture de 500 livres de fer au « donderbusmaker » du duc de Brabant par un maréchal-ferrant de Turnhout (1407) ; A.G.R., C.C., Recette generale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 188 v°.

93 Achat de 4 018 livres de fer d’Espagne à un marchand de Bruges, qui vend également de l’acier et du plomb (1436) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 395.

94 Achat de 132 livres de fer à un mercier d’Yvois ; Garnier, op. cit., p. 125. — Remploi de la chambre d’une vieille bombarde ; ibid., p. 78. Utilisation de trois vieux canons pour faire deux nouveaux ; A. N. Lille, R.G.F., B 1988, fo 264 v°.

95 H. Van Werveke, Note sur le commerce du plomb au Moyen Age.

96 Voir notamment à ce sujet H. Müller, Historische Waffen. Kurze Entwicklungsgeschichte der Waffen..., pp. 56-58. — Les édits de police font fréquemment allusion au port de masses de plomb ; cfr par exemple les plommées et martiaulx de plonc cités en 1395 dans de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille, p. 44. Fréquentes mentions également dans les chroniques : cfr les marteaux... de plonc des liégeois à la bataille de Vottem (1346) dans Récits d'un bourgeois de Valenciennes, p. 212. — Très nombreux achats de maillets de plomb au XVe siècle, notamment dans J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, références p. 293. — Les marteaux de plomb confectionnés à Namur en 1465 pesaient chacun 4 livres ; A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 32, fo 124 r°-v°.

97 Sur les « plombées » de canons, cfr notamment Henrard, Histoire de l’artillerie..., pp. 184 sv.

98 Voir Garnier, op. cit., pp. 241-242, 258. — Voir la commande de trois « coussins » de bombarde, en plomb (loetkussens) passée à Liège par le duc de Gueldre en 1444 ; F. H. W. Kuypers, Geschiedenis der Nederlandsche artillerie..., t. I, p. 218.

99 Achat de 300 livres de plomb à l’Ecluse pour la flotte de Jean de Vienne, amiral de France (1385) ; B. et H. Prost, Inventaires mobiliers..., t. II, p. 178. Achats de 240, 105, 100 et même 20 livres au début du XVe siècle ; cfr respectivement E. Roland, La ville de Braine-le-Comte et sa châtellenie..., p. 80 ; Henrard, Les fondeurs d'artillerie..., p. 240 n. 1 ; Ed. Roland, L’artillerie de la ville de Binche..., p. 35 ; G. Hagemans, Histoire du pays de Chimay, t. I, p. 182.

100 L’état de l’artillerie nécessaire à la première campagne de Lorraine (1475) prévoit 40 000 livres de plomb ; J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 260. — En 1465, les Namurois se saisissent de 2 050 livres de plomb (soit 40 lingots mis en 4 queues), provenant sans doute de la principauté de Liège, qui remontaient la Meuse à destination de la France. Ils convertissent ce métal en marteaux d’armes et en boulets de canon ; A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 32, fo 124 sv. et A. Grunzweig, Namur et le début de la guerre du Bien public, p. 547.

101 Cfr le document du XIIIe ou du XIVe siècle édité par Warnkoenig-Gheldolf, Histoire de la Flandre..., t. II, p. 512 ; op. cit. en premier lieu n. 99 ci-dessus ; J. Garnier, op. cit., p. 126 ; J. Finot, op. cit., pp. 264-265 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fos 395, 428 (5) ; Id„ B 1982, fo 259 v° ; H. Van Werveke, op. cit., p. 658.

102 Achat de plomb anglais à Anvers par un marchand milanais en 1462 ; Het register vanden dachvaerden, p. 191.

103 Le poids des lingots ou « saumons » de plomb était essentiellement variable ; on cite des valeurs unitaires d’environ 1200, 625, 100 et 50 livres ; cfr Garnier, op. cit., pp. 233 et 153 ; Roland, op. cit., p. 35 ; op. cit. n. 100 ci-dessus (in fine).

104 Achat de plomb ou de boulets en plomb à des « postainiers » : de La Fons-Melicocq, De Vartillerie de la ville de Lille..., p. 11 ; Henrard, Les fondeurs d’artillerie p 240 n. 1 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Namur, reg. 3228, fos 19 v°-20 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1954, f« 204 ; ID„ B 1957, fo 295 ; Garnier, op. cit., p. 45. — Achat à des plombiers : ibid., p. 191 et A. N. Lille, R. G. F., B 1966, fo 302 r°-v°. — Achat de plomb à un hôtelier de Mons en 1418 ; Roland, op. cit., p. 35 ; à un mercier de Chimay, en 1424 : Hagemans, op. cit., t. I, p. 182.

105 Cfr Renier De Saint-jacques, Annales Sancti Jacobi..., p. 113. — Voir les concessions de mines de plomb de Lavoir (Liège, Huy, Héron), Ferrières (Liège, Huy ch.-l. cant.) et Ramet (Liège, Seraing) dans O. Thimister, Cartulaire... de l'église collégiale Saint-Paul..., pp. 304-306, 395-397 (1368 et 1401) ; celles concédées dans le ban d’Andenne en 1356, vers 1430, en 1433, 1437 et 1478, dans L. Lahaye, Cartulaire de la commune d'Andenne, t. I, pp. 60-64, 124-125. Cfr A. JORIS, La ville de Huy au Moyen Age, p. 304. L. Genicot, Le Namurois politique, économique et social..., pp. 211-215 ; Id., L'industrie dans le comté de Namur..., p. 56 ; voir le rôle de Namur comme marché du plomb au XIVe siècle dans C. Pierard, La foire d'Herbatte dans les comptes de Mons (XIVe  siècle), pp. 28-29 ; M. Yans, Histoire économique du duché de Limbourg..., pp. 149 sv. — E. Fairon, L’industrie du fer dans le marquisat de Franchimont, pp. 14-15. — Le fameux « record » de la justice de Theux qui fait allusion aux fondeurs de plomb et de fer (1431) du marquisat (jadis aux A. E. Liège, C.C., Recettes particulières : Quartier de Liege, Recette de Franchimont, liasse 377) est détruit. — Rappelons ici le curieux document de 1444 cité n. 98.

106 Connue des Anciens, comme celle du bronze, la coulée du laiton était considérée au Moyen Age comme une opération alchimique au cours de laquelle la couleur du cuivre passait du rouge au jaune ; cfr A. C. Bouquet, Church brasses..., pp. 15-18. Le bronze était obtenu en combinant le cuivre à l’étain et le laiton en fondant ensemble le cuivre et la calamine. Cette dernière est un carbonate naturel de zinc (smithsonite) dont on tirait, par calcination en tas, de l’oxyde de zinc. C’est ce dernier que l’on alliait au cuivre pour faire le laiton.

107 Les appellations étaient souvent impropres car on qualifiait souvent de cuivre ou d’airain des matières qui n’étaient, à strictement parler ni l’un ni l’autre mais où ils intervenaient dans une certaine proportion. Un exemple datant de 1414 : « ... la grosse bombarde de coivre ou arain, dire la bombarde de Dijon... » ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne..., pp. 37-38. Autre exemple, de 1467 : un « fondeur de letton » de Tournai vend six serpentines de « keuvre », composées de 2 882 livres de « métal de keuvre » c’est-à-dire manifestement pas du cuivre fin mais un alliage ; Soil de Moriame, Armes et armuriers tournaisiens..., p. 137. — Cette confusion est constante dans les textes et résulte de l’impossibilité de définir des matières obtenues empiriquement, selon des méthodes d’ailleurs assez ésotériques.

108 A Malines par exemple, le terme « métal » (mottale) désignait au XVe siècle toute espèce de produit métallique non ferreux. Cette acception était générale dans les pays-Bas ; cfr G. Van Doorslaer, L'ancienne industrie du cuivre à Malines, t. 20, pp. 68-70 et E. Van Autenboer, Het Mechelse tingietersambacht, p. 21. — Les expressions « fondue de cuivre » ou « de métal » ou simplement « .fonte » étaient également très fréquentes dans ce sens. Elles nous obligent à faire montre d’une élémentaire prudence dans l’interprétation des textes car elles n’ont rien à voir avec la notion de fonte de fer que le mot « fonte » évoque automatiquement aujourd’hui dans le langage courant. Vers 1500, Philippe De Cleves distinguait encore : « kanons de fonte ou de fer » ; Instructions de toutes manières de guerroyer..., p. 122.

109 II est question par exemple en 1431 de mitraille de cuivre contenant « laveures et grenailles et pleine de terre » ; J. Garnier, op. cit., p. 69. — On notera que les quatre canons en bronze coulés à Zwolle en 1420 étaient composés d’un mélange de cuivre rouge, d’étain, de plomb, de laiton et de « klok spijze » c’est-à-dire de mitraille provenant d’une cloche brisée ou d’une composition spéciale à l’usage des fondeurs de cloches ; cfr F. H. W. Kuypers, Geschiedenis der Nederlandsche artillerie..., t. I, pp. 178-180. — Nous ignorons le sens précis qu’il convient d’attribuer à l’expression : « morte cuivre d'estain » utilisée en 1439 pour désigner le métal qui avait servi deux ans auparavant à fabriquer des maillets d’armes pour les assiégeants du Crotoy ; A. N. Lille, R.G.F., B 1966, fo 302.

110 L. Lahaye, Cartulaire de la commune d'Andenne, t. I, p. XCIII ; A. Joris, La ville de Huy au Moyen Age, p. 302 ; Thimister, Cartulaire... de l'église collégiale Saint-Paul..., pp. 304-306 ; M. Yans, Histoire économique du duché de Limbourg..., pp. 115 sv. ; C. J. F. Slootmans, Les marchands brabançons..., pp. 45 sv. ; E. Fairon, L'industrie du fer dans le marquisat de Franchimont, p. 15.

111 En 1387, maître Colart José, célèbre fondeur et canonnier de Philippe le Hardi fait venir de Dinant 1 400 livres de calamine pour les employer aux travaux qu’il exécute à Dijon ; Dehaisnes, Documents et extraits divers..., p. 645.

112 Ph. Dollinger. La Hanse (XIIe -XVIIe  siècles), pp. 276, 281, 294. — Cuivre de Goslar acheté à Bruges pour la ville de Mons (1380-1381) : A. F. Lacroix, Extraits des comptes... de la ville de Mons, 2e Sér., p. 426. Autres achats de cuivre à Bruges : A. N. Lille, R.G.F., B 1972, fo 260 r°-v° ; J. Finot, Inventaire sommaire..., p. 266. — Cuivre provenant d’Anvers : cfr D. D. Brouwers, Les marchands-batteurs de Dinant..., p. 128 et R. Doehaerd, Marchands mosans sur le marché d'Anvers..., pp. 278, 280. — A partir de 1460 environ le cuivre de Suède (dit « Deyslaire ») était régulièrement vendu à Anvers et à Mons, autres grands marchés de l’époque pour ce métal. Ce commerce d’importation était aux mains des Hanséates ; cfr les documents essentiels dans G. Van Doorslaer, L'ancienne industrie du cuivre à Malines, t. XX, pp. 71-72, 81-83, 102-106, 111-113.

113 Exportations de cuivre à partir de Bruges vers l’Espagne et l’Italie ; cfr J. Heers, Gênes au XVe  siècle, p. 413 et L. Gilliodts-Van Seyeren, Cartulaire de l'ancienne estaple de Bruges, p. 640, no 781.

114 A. Joris, Der Handel der Maasstädte im Mittelalter, pp. 30-31 ; M.-R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre..., pp. 214 sv. — Cfr également Warnkoenig-Gheldolf, op. cit., t. II, p. 512 ; t. IV, p. 447. — Arrivage d’étain de Cornouailles à Namur en 1371 : J. Borgnet, Promenade dans Namur, p. 55 n. 1. — Achat de 9 000 livres d’étain à Watelet d’Avenes de Dinant pour l’artillerie du duc de Bourgogne (1445) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1988, fo 260 v°.

115 Cfr J. Garnier, op. cit., p. 119 ; en 1443, Philippe le Bon achète pour son artillerie 45 406 livres de « métal » ; A. N. Lille, R.G.F., B 1978, fo 306 v°.

116 J. Garnier, op. cit., p. 70. — L’histoire de la fabrication de « Bourgogne », qui pesait 15 tonnes, a été résumée par B. Rathgen, Das Geschütz im Mittelalter..., pp. 502-508. Quatre fondeurs durent successivement être employés, de 1431 à 1445, au parachèvement et aux réparations de cette bombarde.

117 Par exemple à Gand, en 1418, on fait fabriquer deux bombardes en se servant de vieux canons pesant 222 livres, auxquels on ajoute 310 livres de « métal » ; Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises.... p. 140. — Nombreux sont les cas où l’on utilise uniquement des marétiaux de remploi, comme la commande de 54 crapaudaux, exécutée par Jehan Cambier au moyen de mitraille de cuivre ; A. N. Lille, R.G.F., B 1988, fo 271 v° (1445).

118 Ibidem, B 1982, fo 256 et J. Garnier, op. cit., p. 129 ; N. Van Werveke, Les finances de la ville de Luxembourg..., pp. 142-143. — Un exemple de 1432-14.33 montre que le « potis » était notamment employé dans le but de rendre les alliages moins « aigres » c’est-à-dire moins cassants ; Garnier, op. cit., p. 65 n. 2.

119 Cfr Thomas Basin, Histoire des règnes de Charles VII et de Louis XI, t. II, p. 198 ; Jean De Haynin, Mémoires, t. I, p. 254 ; Adrien D’Oudenbosch, Chronique, p. 167. — La bombarde « Ligois » fut confisquée en novembre 1467 par les Bourguignons.

120 A. Hermand, Notice sur le château de Rihoult, p. 276. — En 1358-1359, un chaudronnier de Dijon fournit des feuilles d’airain pour empenner des garrots, J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., p. 5. — Avant l'introduction des armes à feu, le cuivre et ses alliages n’étaient guère utilisés dans l'industrie armurière, sinon pour fabriquer des tetes de masses et de marteaux d’armes. Leur emploi était surtout réservé aux ustensiles ménagers et aux objets d’art.

121 Voir à ce sujet : H. Pirenne, Notice sur l’industrie du laiton à Dinant ; D. D. Brouwers, Les marchands-batteurs de Dinant à la fin du XVe  siècle ; ID., Notes sur l’industrie du cuivre à Namur ; E. Poncelet, Les cuivriers du chapitre de Saint-Lambert a Liege ; E. J. Soil de Moriame, L’art du bronze et du cuivre à Tournai, fondeurs et batteurs de laiton ; G. Van Doorslaer, L’ancienne industrie du cuivre à Malines.

122 Cette relative pénurie est à mettre en rapport avec le grand cas que l’on fit, jusqu’au XVIIIe siècle, des chaudrons ménagers en bronze, considérés comme un bien mobilier précieux. Certains portaient les armoiries et le nom du propriétaire et étaient transmis de génération en génération. L’étude de ces chaudrons, spécialement dans le cadre de l’Allemagne du Nord, a été esquissé par H. Drescher, Die Bestandsaufnahme der bronzenen Grapen des 13. bis 18. Jahrhunderts..., pp. 691-692 et 696-697.

123 Habituellement entre 1 et 2 sous la livre, au XVe siècle.

124 Cfr J. U. Nef, Mining and metallurgy in médiéval civilisation, pp. 440-441.

125 Cfr L. Febvre, Une enquête : la forge de village, pp. 620-630 ; G. Laport, La fabrication des canons de fusil en damas à Nessonvaux, p. 30 ; J. Puraye, Le damas, pp. 12-13. — Sur l’usage du charbon de terre en sidérurgie cfr R. Sprandel, op. cit., pp. 327 et 330.

126 Dans la forge des châteaux de Calais (1346), de Barbençon (1407) et de Limbourg (1481-1482) : J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives..., t. II, p. 54 ; E. Roland, La ville de Braine-le-Comte et sa châtellenie dans le conflit liégeois (1404-1409)..., p. 78 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Limbourg, reg. 2448, fo 48 vo (« steyncoelen »). — Un charbonnier de Saint-Omer fournit, en 1436, 5 rasières de houille (environ 1/3 m3) aux ouvriers du duc de Bourgogne qui fabriquent des « pieds de chèvre » en acier ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1957, fo 410.

127 G. Decamps, L'artillerie montoise. Ses origines, p. 11 (charbon de Frameries et de Wasmes) ; G. Asaert, Quinten Clarensone, een Antwerps patriciërstype (ca. 1350-1420), pp. 249-252 (charbon d’Angleterre, dit « Yngelsche smedecolen », et autre à la mesure de Bruxelles). — Nous tenons compte des conversions données par G. Blgwood, Notes sur les mesures à blé dans les anciens Pays-Bas..., pour les muids de Mons (320,40 dm3) et de Bruxelles (292,55 dm3).

128 Renier De Saint-Jacques, op. cit., p. 113.

129 F. Henaux, La houillerie du pays de Liège..., pp. 30-42 : R. Malherbe, Historique de l’exposition de la houille dans le pays de Liège ; H. Pirenne, Esquisse d’un programme d’études sur l’histoire économique du pays de Liège, pp. 23 sv. ; Haversin de Lexhy, Les houillères liégeoises au temps des princes-évêques ; D. Van Derveeghde, Note sur l’exploitation de la houille..., pp. 73-83 ; C. Gaier, AUX origines de l’industrie houillère liégeoise...-, L. Genicot, Le Namurois politique, économique et social au bas Moyen Age, pp. 207-208 ; A. Gillard, op. cit., pp. 51-52.

130 G. Decamps, Mémoire historique sur l’origine et le développement de l’industrie houillère dans le bassin du Couchant de Mons-, J. Monoyer, L’industrie houillère dans le Centre...

131 Cfr G. Asaert, op. cit., loc. cit.

132 Sur l’importance des forêts et des bois pour l’industrie en général et celle de l’armement en particulier, cfr M. Deveze, La vie de la forêt française au XVIe  siècle, t. I, pp. 129-161 ; t. II, pp. 47-48. — Exemples cités d’après H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland..., t. III, p. 476 ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 28 sv., 55.

133 Achat d’un chêne pour « embover » les canons de la ville d’Ath en 1399-1400 ; cfr J. Dugnoille, Les archives locales et renseignement de l'histoire..., p. 18. A. N. Lille, R.G.F., B 1933, fo 169 : « enfûtement » sur chêne d’un grand canon fabriqué à Bruges en 1425.....

134 Voir le compte des « dépenses » d’artillerie à la bataille de Montlhéry dans J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., pp. 244 sv. ; les flèches du grand arc anglais des XIVe, XVe et XVIe siècles mesuraient environ 1 mètre ; cfr H. STEIN, Archers d'autrefois, archers d'aujourd'hui, pp. 86-87. J. Garnier, op. cit., p. 197 ; de La Fons-Melicocq, op. cil., p. 28 (coulée de « La Gouvernante »).

135 Cfr A. Sternberg, Die Angriffswaffen im Altfranzösischen Epos, p. 26 ; A. Schulz, Blankwaffen und Rüstung der Minnezeit (11. bis 13. Jahrhundert), pp. 21-22 ; F. Deters, Die Englischen Angriffswaffen zur Zeit der Einfiihrung der Feuerwaffen (1300-1350), pp. 36, 40. Les espèces de bois les plus fréquemment citées dans ce genre de littérature sont celles qui servent à fabriquer les fûts de lance, dont la noblesse faisait grande consommation.

136 On cite également le bois de néflier, pour fabriquer des tampons d’artillerie ou des armes de tournoi (« bâtons de neflier à tournoyer » J ; de La Fons-Melicocq, op. cil., p. 10 et A. N. Lille, R.G.F., B 1929, fo 167. — Il est aussi question de manches de couteau en bois de brésil, dans l’ordonnance tournaisienne de 1325 relative aux couteliers, de même qu’en cet énigmatique bois de « madré », probablement une racine d’espèce dure (buis, érable) dont on façonnait également des hanaps. Ce bois était, au début du XIVe siècle en tout cas, une spécialité de la ville de Pontarlier dans le Jura ; Soil de Moriame, Armes et armuriers tournaisiens, p. 41 ; J. M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis. Mahaut, comtesse d'Artois..., pp. 249-250.

137 Sur la couverture forestière de la « Belgique » avant le XIXe siècle, cfr Goblet d’Alviella, Histoire des bois et forêts de Belgique, t. 1, pp. 82 sv., 392 sv. ; t. II, pp. 1-17. Sur celle de l’Europe en général, cfr J. Marette, Connaissance des primitifs par l'étude du bois..., pp. 31 sv., 80 sv. — Voir aussi M. Deveze, op. cit., t. I, pp. 51-74 et Id., Histoire des forêts, Paris, 1965.

138 L’expression « de son bois » appliquée aux travaux des artisans de l’armement est très fréquente. Celle que nous citons est empruntée aux comptes de Gand pour l’année 1346 ; N. De Pauw et J. Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., t. III, p. 120.

139 J. Garnier, op. cit., p. 116.

140 J. Marette, op. cit., p. 86 ; Ph. Dollinger, La Hanse (XIIe -XVIIe  siècle), pp. 275, 287. — Très nombreuses mentions de bois d’arc, d’arbalète et de lance pénétrant dans l’« espace belge » par Bruges ou s’y trouvant en vente : cfr par exemple les achats d’armes et notamment de bois faits dans cette ville en 1295 pour la flotte royale française dans Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 632 et A. JAL., Archéologie navale, t. II, pp. 319 sv. ; commerce du buis en 1304 (confirmation de 1469) dans Warnkoenig, op. cit., t. IV, p. 447 ; pour Lille (1368 er 1404) et Ypres (1383), cfr de La Fons-Melicocq, op. cit., pp. 7 et 12 et A. Diegerick et O. De Kerchove, Une page de l'histoire d'Ypres (1379-1384), pp. 103, 138 ; J. FiNOT, op. cit., pp. 243, 254, 256, 265, 410 ; W. S. Unger, De tol van Iersekeroord..., pp. 264, 275, 282 ; A. N. Lille, R. G. F., B 1925, fo 116 r°-v° ; B 1929, fos 164 v°, 165 v », 167 ; B 1948, fos 266 v°-267, 275 r°-v° ; B 1957, fos 395, 428 (5) v° ; B 1982, fos 257, 259 r°-v° ; B 1991, fo 247 r°-v° ; B 2012, 339 v°.

141 Cfr les étaux des « archiers et autres vendons bastons de Flandre » au marche de Mons (1401) ; A.G.R., C.C., Recette générale du Hainaut, reg. 3193, fo 5 v° ; B. et H. PROST, Inventaires mobiliers..., t. II, p. 355 (« piques de Flandres » au château de Rupelmonde, 1392). — Sur le trafic des bois entre la Flandre et la France du Nord du XIIe au XVe siècle, cfr les tarifs du tonlieu de Bapaume et de Picquigny ; J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen Age, pp. 152, 245, 259 ; Chantal De Tourtier, Le péage de Picquigny au Moyen Age, pp. 283, 294. — Le bois de Flandre pour arbalètes se vendait couramment à Paris vers 1420 ; cfr le document de B. N. Paris, fr. 1278, publié en annexe 2.

142 A. N. Lille, E.G.F., B 1942, fo 79 v » ; B 1948, fo 267 ; W. S. Unger, op. cit., pp. 264, 275, 282, 294, 363, 378, et en général pp. 251, 252, 262, 265, 269, 276, 281, 282, 294, 302, 390-479 (passim), 488, 489, 492, 494 ; R. Doehaerd, Etudes anversoises..., t. I, p. 301-302 ; voir également H. J. Smit, Bronnen tot de geschiedenis van den handel met Engeland, Schotland en Ierland, 1re partie, t. II, pp. 110-112, 351, 352, 356, 357, 674, 960, 966, 976-978, 1043, 1065 ; 2e partie, t. I, p. 84 ; N. W. Posthumus, Het oudst bewaarde Amsterdamsche Koopmansboek, p. 7 (fin XVe siècle) ; J. de Sturler, Les relations politiques et les échanges commerciaux entre le duché de Brabant et l'Angleterre au Moyen Age, p. 301 et n. 138 ; M. M. Postan, The economic and political relations of England and the Hanse, from 1400 to 1475. pp. 140, 378.

143 Voir notamment n. 140, op. cit. Finot, Unger et A. N. Lille. — Parmi les marchands italiens, certains sont originaires de Gênes, de Venise et de Florence. En 1498, un Florentin traite avec un fabricant d’arcs d’Anvers ; cfr Doehaerd, op. cit., t. II, p. 150. — Nous n’avons trouvé aucune mention de bois d’if provenant de I espace belge. M. A. Joris a eu l’obligeance de nous signaler que ce bois était cependant coupé en petites quantités (par 100 pièces) dans les bois de Briey, au XIVe siècle, pour fabriquer des arbalètes à l’usage du comte de Bar (1383 et 1385) ; cfr V. Servais, Annales historiques du Barrois de 1352 à 1411..., t. II, pp. 61, 97. Ce fait rend vraisemblable l’hypothèse de tailles d’if en forêt d’Ardenne mais l'argument a silenlio nous interdit d’attribuer trop d’importance à cette activité plausible.

144 Voir à ce sujet H. Stein, Archers d'autrefois..., pp. 86-87 et surtout l’ouvrage classique, fondé sur une connaissance profonde de l’archerie ancienne et récente du monde entier : S. T. Pope, BOWS and arrows, pp. 10, 30-33, 36-39, 65-67. Cet auteur a parfaitement montré que le mode de construction des arcs d’if permettait de tirer le meilleur parti des qualités exceptionnelles de cette essence. Le cœur du bois, flexible et peu déformable, constituait l’extérieur de l’arc ; l’aubier, solide et dur, lui servait en quelque sorte de tampon amortisseur à l’arrière. C’est dans le but d’exploiter cette complémentarité morphologique des deux parties constitutives du bois d’if que les branches étaient obligatoirement débitées en « quartiers » c’est-à-dire en bois de fente.

145 Rappelons que Philippe le Bon tout comme Isabelle possédaient chacun, à titre personnel, un navire de commerce qui faisait le trafic de marchandises entre la Flandre et le Portugal ; cfr C. Marinesco, Les affaires commerciales en Flandre d'Alphonse V d'Aragon, roi de Naples (1416-1458), p. 34. — L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. I, p. 392 ; J. Garnier, op. cit., p. 118.

146 A. N. Lille, R.G.F., B 1991, fo 244 v°.

147 Cfr de Laborde, op. cit., loc. cit. ; A. N. Lille, R.G.F., B 2020, fo 478 v°. — On cite le cas, en 1432, où des quartiers d’arcs sont vendus au rabais par un marchand allemand (120 pour le prix de 100) afin de compenser les défauts d’une partie de la marchandise ; A. N. Lille, R.G.F., B 1948, fo 267.

148 Cfr notamment ibidem, fos 266v°-267. — Le four de briques construit à Bruges en 1445 pour « remettre à point » des arcs était peut-être destiné à la cuisson des bois ; ibidem, B 1982, fo 261 v°. — Les bois d’if utilisés par Pope (op. cit., pp. 32 et 37) pour ses essais de reconstitution avaient quatre à cinq ans de vieillissement.

149 Les bois méditerranéens ne provenaient pas tous du Portugal. En 1483 les archers recrutes dans la châtellenie d’Ypres devaient être armés d’arcs d’Espagne ; cfr Diegerick, Inventaire des... archives de la ville d’Ypres, t. IV, no 1 113, p. 71. — Les « basions pour faire dez abalestrez » qu’un ouvrier namurois va acheter à Aix-la-Chapelle en 1413 étaient probablement originaires de la Baltique ; A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 23, fo 28.

150 Diegerick, op. cit., t. III, no 812, p. 91 ; E. Vanden Bussche, Flamands et Danois..., p. 106.

151 Voir par exemple A. N. Lille, R.G.F., B 1942, fo 79 r°-v° ; B 1948, fos 266 v°-267 ; B 1982, fo 259 v° ; B 2020, fo 482 v°. — On distingue également le « gros bois de Roménie » pour arbalètes. Il est même question de 1461 arcs en bois de frêne mais l’origine n’est pas spécifiée ; B 1969, fos 351, 352 (1439).

152 Ces prix sont donnés pour le XVe siècle dans A. N. Lille, R.G.F., passim et dans les documents de la comptabilité bourguignonne.

153 Cfr P. Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., p. 140 ; de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 28 ; J. Wagner, La sidérurgie luxembourgeoise..., pp. 29 sv.

154 Cas de charbonniers qui coupent eux-mêmes leur bois, le carbonisent et le vendent : Garnier, op. cit., p. 203 (1478). — Charbonnier travaillant dans un centre urbain et utilisant la matière première fournie par le client : A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 24, fo 43 r°-v° (1420). — Charbonnier qui exerce en même temps le métier de métallurgiste : D. D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. VIII, p. 60 (1464-1465) ; N. Van Werveke, Les finances de la ville de Luxembourg..., p. 143 (1465). — Cas du gros marchand d’artillerie servant d’intermédiaire entre le producteur de charbon de bois et le consommateur ; A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26 164, fo 6 (Mons, 1473-1474). — Au début du XVIe siècle, le marquisat de Franchimont, région industrielle par excellence, comptait une centaine de charbonniers ; cfr J. Lejeune, La formation du capitalisme moderne dans la principauté de Liège au XVIe  siècle, pp. 144, 148-149.

155 Malgré le perfectionnement de l’équipement industriel à l’Epoque moderne, un haut-fourneau, une forge ou une fonderie consommaient encore 26 000 stères de bois par an au XVIIe siècle. Vers 1800, il fallait plus de trois tonnes de bois pour obtenir une tonne de fer affiné, Cfr J. Finô, Notes sur la production du fer..., pp. 55, 64 ; M. Bourguignon, La sidérurgie, industrie commune des Pays d’Entre Meuse et Rhin, pp. 89-91 ; J. Wagner, op. cit., p. 35.

156 G. Decamps, L'artillerie montoise..., p. 11 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Rrabant, reg. 2394, fo 188 v° ; G. Asaert, Quinten Clarensone..., pp. 249-249-252 ; F. H. W. Kuypers, Geschiedenis der Nederlandsche artillerie..., t. I, pp. 178-178-180 ; J. Garnier, op. cit., p. 197.

157 A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 31, fo 72 (le muid étant égal à 241, 92 dm3, selon Bigwood, op. cit.) ; A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26 164, fo 6 ; J. Garnier, op. cit., p. 189.

158 A. N. Lille, R.G.F., B 2017, fo 338 : achat de 1 200 livres de « charbon molu » pour faire de la poudre, à 6 deniers la livre.

159 Sur l’artillerie avant l’introduction de la poudre à canon, cfr notamment : A De Rochas et G. Lafaye, sub Tormentum, dans Dictionnaire des antiquités grecques et romaines, t. Y, pp. 363-372 ; W. Gohlke, Dus Geschützwesen des Altertums und des Mittelalters ; B. Rathgen, Feuer-und Fernwaffen des 14. Jahrhunderts in Flandern ; K. Huuri, Zur Geschichte des Mittelalterlichen Geschützwesens ; C. Enlart, Manuel d’archéologie française..., t. II, vol. II, 2e éd., 1932, pp. 470-498.

160 Voir par exemple un achat de 90 toises de corde de chanvre pour lier des veuglaires, pendant le siège du Crotoy (1437) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1966, fo 301 v°.

161 Cfr des exemples de réparations à Ath, en 1350-1351 : G. Wymans, Maître Jehan l’artilleur et la première bombarde d’Ath (1350), p. 64 ; à Binche, en 1363 : Ed. Roland, L'artillerie de la ville de Binche, 1362-1420, p. 28 ; à Lille : de La Fons-Melicocq, De l’artillerie de la ville de Lille..., pp. 6, 7, 12 ; à Namur : A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 21 (1388), fos 19 v°-21 v° ; (1393), fo 13 v°. — Nombreux autres cas dans tous les livres de comptes des anciennes villes belges.

162 II s’agit des deux grands trébuchets que le maréchal de Bourgogne ht dresser Fresne-sur Mammes) en 1409 devant le château de Vellexon (Haute-Saône, Gray, qu’il assiégeait. La perche du plus grand de ces lithoboles mesurait environ 20 métrés de long, avec un contre-poids évalué à 15 tonnes au minimum. La manœuvre était effectuée par 24 hommes. Cfr J. Garnier, op. cil., pp. 22-23 n. et 251-252.

163 Cfr n. 161 les exemples cités pour Ath et Binche et J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 258.

164 Voir respectivement : A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 259 v° ; J. FINOT, op. cit., pp. 259, 244-251 ; Fawtier, Comptes royaux, t. II, p. 632.

165 Fabricant de corde de lin, en 1325, à Gand : J. Vuylsteke, Cartulaire de la ville de Gand. 1re Sérié : Comptes..., t. I, pp. 473-474 ; cordier de la région de Lille : de La Fons-Melicocq, op. cit., pp. 6 et 7 ; cordiers d’Anvers : A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 428bis v° ; de Bruges : B 1982, fo 259.

166 M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon..., 1re partie, p. 490 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1942, fo 75 v° ; B 2012, fo 407 ; G. Hacemans, Histoire du pays de Chimay, t. I, p. 212.

167 A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 301 v° ; B 1982, fo 259 v°.

168 Cfr S. T. Pope, Bows and arrows, pp. 35-36. — Fréquentes allusions à la corde de chanvre dans les dépenses militaires de Gand ; cfr de Pauw et Vuylsteke, op.cit., t. I, pp. 91, 217, 462 ; t. II, p. 435 ; t. III, p. 121.

169 Usage attesté de fils dits d’Amiens, de Normandie, de Bretagne ou de Bourgogne : Garnier, op. cit., p. 75 ; Diecerick, op. cit., t. III, p. 213 ; Prost, op. cit., t. II, p. 370 ; J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives... Pas-de-Ca

170 Cfr E. Van Vinkeroy, Costumes militaires belges du XI0 au XVIIIe  siècle, p. 146. — Les spécimens d’arbalètes conservés de nos jours, dont les plus anciens remontent au XVe siècle, sont généralement munis d’une corde de chanvre, encore que, dans certains cas, celle-ci résulte d’une restauration récente. Nous ignorons cependant par quelles particularités le fil d’Anvers se distinguait des autres cordes en usage au Moyen Age. — L’emploi de fil d’Anvers pour les arcs, par contre, est excessivement rare ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, U 428 (5) r°-v° : achat, en 1436, de 60 livres de fil d’Anvers pour faire des cordes d’arcs à main.

171 de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 7 ; A. N. Lille, R,G.F., B 1942, fo 75 v° ; B 2012, fo 407 ; J. Finot, op. cit., pp. 254, 259, 262. — Achat de 133 livres de fil d’Anvers à Claix Steure, cordier d’Anvers (1436) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 428 bis v°.

172 A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 23, fo 25 v° (1417) ; reg. 24, fo 42 v° (1420) ; reg. 25, fo 52 v° (1430 ; dans ce cas la provenance anversoise de la corde d’arbalète, mentionnée au fo 51, n’est pas spécifiée bien que l’arrivée à Namur de marchands venant de la foire d’Anvers avec des produits militaires le laisse supposer).

173 Voir respectivement : L.-N. Bonaparte, Etudes sur le passé et l'avenir de l'artillerie, t. I, pp. 372-373 ; Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350-vers 1450), p. 131 n. 86 ; J. Schneider, Recherches sur la vie économique à Metz au XVe  siècle..., p. 73.

174 Cfr C. J. Ffoulkes, The armourer and his craft..., pp. 96-103 ; C. Blair, European Armour, pp. 38-39. — On peut en dire autant des matériaux textiles : cfr Ffoulkes, op. cit., pp. 83-95.

175 Cfr B. Thordemann, P. Nörlund et B. E. Ingelmark, Armour from the battle of Wisby, 1361, t. I, pp. 284 sv. ; Blair, op. cit., pp. 37-76. Ces considérations générales sur l’armure de plates en Europe sont applicables aux Pays-Bas méridionaux, cfr notamment C. Gaier, L'évolution et l'usage de l'armement personnel défensif au pays de Liege..., pp. 78-79. — Voir les quatre plates couvertes de cuir fournies au roi d’Angleterre par Gérard de Tournai (1339) : F. Bock, Das DeutscheEnglische Bündnis von 1335-1342, pp. 77-78, nos 473 et 475 ; Kervyn De Lettenhove, Les relations d'Edouard III avec la Belgique..., pp. 673, 677-678.

176 Voir par exemple les robes en cuir achetées en 1343 par le comte de Hainaut : H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland onder het Henegouwsche huis, t. III, pp. 120, 122. Il s’agit incontestablement de pièces d’équipement defensif.

177 Testament de Libert Borrein de Lowaige ; J. Daris, Extraits du cartulaire de l'église de Notre-Dame, à Tongres, p. 355. — E. de Prelle de La Nieppe, L'inventaire de l'armurerie de Guillamue III, comte de Hainaut, en 1358, pp. 109-110. Voir aussi le « pourpoin armeresse a tous les cuirs » que lègue, en 1311, le clerc liégeois Jean Fabri ; L. Fabry-Rossius, Testament de Jean dit Fabri, clerc liégeois, p. 264. Nombreuses autres mentions.

178 Achat de peaux de mouton pour doubler des brigandines ; A. N. Lille, R.G.F., B 1954, fos 154 et 162 v° (1435).

179 Voir par exemple les pièces d’armure de cheval et de tournoi fabriquées en 1409 pour le duc de Brabant par un sellier de Bruxelles ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fos 206 v°-207. Mention d’un « borstleder » de joute en 1428 ; reg. 1794, fo 53. — Le Traittié de la forme et devis d'ung tournoy de René d’Anjou (vers 1460) fait mention de pièces d’armure en cuir ; cfr éd. E. Pognon, Paris, 1946, pp. 28 et 33.

180 L. Devillers, Le passé artistique de la ville de Mons, p. 411.

181 Extraits des comptes de la recette générale de l'ancien comté de Hainaut, p. 21 (1334-1335 : « quir de vake... à mettre aux targes des gens d'armes ») ; J. Garnier, op. cit., pp. 74 n. 1 et 115 (1432-1433 et 1446).

182 H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland..., t. III, p. 139 ; GARNIER, op. cit., p. 115 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1969, fo 352 v°.

183 G. Wymans, Maître Jehan l'artilleur..., p. 66 : achat d’une peau de loutre pour recouvrir deux carquois du comte de Hainaut (1350).

184 J.-M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis..., p. 395 : « unes besaches de vache où l'en porte le harnais Robert » (1315).

185 Garnier, op. cit., p. 294 (sub « sacs »).

186 Ibid., p. 29 ; Ed. Roland, L'artillerie de la ville de Binche : 1362-1420, p. 29.

187 Voir par exemple Soil de Moriame, op. cil., p. 41.

188 Sur l’arbalète et ses développements, cfr G. F. Laking, A record of European armour and arms through seven centuries, t. III, pp. 127 sv. — G. Wymans, Maître Jehan l'artilleur..., p. 66 ; A. E. Namur, Comptes du domaine du comté de Namur, reg. 1, fo 75 (1355-1356) ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces, Namur, reg. 3221, fo 93. — Voir également l’achat de « buxornen » à Gand, en 1336 ; De Pauw et Vuylsteke, op. cit., t. I, p. 91 n. 2.

189 Le comte de Namur fait acheter cette corne pour arbalète à Huy en 1355-1356 puis à Huy et à Dinant en 1371-1372 ; voir n. précédente, références aux A. E. Namur et A.G.R. L’élevage des ovins en tout cas est attesté dans la région de Huy au Moyen Age ; A. Joris, La ville de Huy au Moyen Age..., p. 287.

190 Cfr Wymans, op. cit., p. 66 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 260 : achat de « cornettes » c’est-à-dire de petites calottes de corne, creusées d’une rainure, qui coiffent les extrémités de l’arc et autour desquelles la corde vient se nouer ; B 1969, fo 352 v° : dans ce cas on acquiert également 2.000 « nerfs », produit naturel fréquemment cité dans les dépenses militaires, qui servait avec la corne à composer l’arc des arbalètes. — Les cornes de toutes espèces transitant par le port de l’Ecluse furent, en 1419, exonérées du droit d’étape ; Diegerick, op. cit., t. III, no 812, p. 91.

191 Wymans, op. cit., p. 66 : achat à Bruges, en 1350, de « plates cornes » pour fabriquer un écu de joute destiné au comte de Hainaut. — Réparation de 6 « escus à jouster », toujours pour le comte du Hainaut, en 1401-1402. On utilise notamment de la corne de cerf ; A.G.R., C.C., Recette générale du Hainaut, reg. 3193, fo 39. — Ce genre de bouclier, recouvert de fragments jointifs de corne, disposés à la façon des smaltes d’une mosaïque, fut d’un usage courant pour la joute jusqu’au XVIe siècle. Le Musée d’Armes et d’Armures de la Porte de Hal, à Bruxelles, conserve un placard de joute en bois recouvert de cubes de corne de cerf fixés par des goupilles ; il date de la seconde moitié du XVe siècle ; cfr E. DE Prelle de La Nieppe, Catalogue des armes et armures du musée de la Porte de Hal, série II, no 40. — Notons que les brassards d’archer, destinés à protéger le poignet gauche du tireur, étaient parfois fabriqués en os. Des merciers de Metz en achètent six à Anvers en 1461 ; J. Schneider, op. cit., p. 63. — Un brassard d’archer en os gravé est conservé à la Porte de liai. Il porte une inscription en flamand et la date de 1441 ; E. de Prelle de La Nieppe, op. cit., série VIII, no 27. Un autre objet de ce genre, plus tardif cependant (il est daté de 1608) est conservé dans la Collection Wallace de Londres ; cfr J. G. Mann, Wallace Collection catalogues. European arms and armour, t. II : Arms, pp. 490-491 et planche 205. — Voir également deux spécimens du début du XVIIe siècle dans le catalogue : Armes et armures anciennes..., nos 248 et 249 et fig.

192 Cfr J. Garnier, L’artillerie de la commune de Dijon..., p. 5 (1358-1359) ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Luxembourg, reg. 2657, fo 71 v° : « nuewes cordes de soie de cheval pour recordeir les espringalles » (1385-1386) ; Prost, op. cit., t. II, p. 380 : « espringale... fournie de cordes et de poil » (1388) ; ibid., p. 357 (1388) ; Ed Roland, L’artillerie de la ville de Binche. 1362-1420, p. 28. — Voir également B. Rathgen, Feuer-und Fernwajfen des 14. Jahrhunderts in Flandern, pp. 277-280.

193 J. Borgnet et St Bormans, Cartulaire de la commune de Namur, t. I, no 44, p. 125 ; J. Vuylsteke, Cartulaire de la ville de Gand. 1re série : Comptes..., t. I, pp. 469-470, 976 ; N. de Pauw et J. Vuylsteke, op. cit., t. I, pp. 217 et 341. — Achat de 1 000 plumes à un artilleur d’Arras, en 1420-1421 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 227. — Les flèches étaient le plus souvent empennées de plumes d’oie ou de poule ; H. Stein, Archers d’autrefois, archers d’aujourd’hui, pp. 86-87. — En 1445, les archers de corps du duc de Bourgogne utilisent des flèches empennées de plumes de cygne ; A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 261 v°.

194 J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne..., p. 74 n. 1.

195 Dans le cas cité à la note précédente, le panier de nerfs de bœuf et de veau coûte 6 deniers (1432-1433). En 1350, alors que le cent de tête de veau se paie seulement 7 sous 2 deniers environ, la livre de colle de poisson (blanche) coûte un peu plus de 10 sous ; G. Wymans, Maître Jehan l'Artilleur..., pp. 66-67.

196 Ibid., loc. cit. — On trouve également, bien entendu, des achats de colle toute faite : A. N. Lille, R.G.F., B 1966, fo 301 ; B 1969, fo 352 v° ; B 1982, fo 260. — Dans ce dernier cas, il s’agit de colle dont l’origine n’est pas spécifiée et qui coûte 12 deniers la livre (1445).

197 A. E. Namur, Comptes du domaine du comte de Namur, reg. 1, fo 75 (1355-(1355-1356) ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Namur, reg. 3221, fo 93 (1371-1372).

198 J. Borgnet et S. Bormans, Cartulaire de la commune de Namur, t. II, p. 190 n.

199 E. Rolland, L'artillerie de la ville de Binche. 1362-1420, p. 18 ; M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon entre 1416 et 1420, 1re partie, p. 490 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1933, fo 170 v° ; B 1966, fo 301 (il s’agit ici, en 1439, de cire verte) ; B 1969, fo 352 v°.

200 Cfr S. T. Pope, op. cit., pp. 35-36.

201 A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 260 (il s’agit dans ce cas, daté de 1445, de cire verte) ; B 2012, fos 340 r°-v°, 343 v° ; B 2030, fo 386 v°. — Les rares indications dont nous disposons sur le prix de la cire ne nous permettent pas de calculer une moyenne valable : notons qu’on trouve la livre de cire à 5 sous 4 deniers en 1419 et à 4 sous en 1445 ; cfr M. Mollat, Comptes généraux..., p. 490 et A. N. Lille, R.G.F., B 1982, fo 260.

202 Wymans, op. cit., p. 64 ; J. Garnier, op. cit., pp. 103, 157, 203. — La vieille graisse se paie 16 deniers la livre en 1433.

203 Wymans, op. cit., loc. cit. ; J. Garnier, op. cit., pp. 29, 74. Dans ce dernier cas. le suif sert à imprégner la couverture de cuir appliquée sur des pavois ; il coûte 15 deniers la livre (1432-1433).

204 A. F. Lacroix, Extraits des comptes... de la ville de Mons. 2e serie..., p. 396 :... « 14 livres de mol savon pour oyndre les espringalles de le ville... » (1362-1363).

Table des illustrations

Titre LES CENTRES DE PRODUCTION ET DE COMMERCE DES ARMES
Légende Fig. 8.
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3002/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Fig. 9. Dague à quillons (XVe siècle)Trouvée au cours de travaux de canalisation de la Dendre.(Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. VI 16. Cliché A.C.L.)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3002/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Fig. 10. Pavois bourguignon (vers 1470)Butin suisse des guerres contre Charles le Téméraire. Bois de tilleul recouvert de cuir peint aux armes de Bourgogne. Hauteur : 106,5 cm. Largeur : 44 à 50 cm.(Berne, Musée historique. Cliché Hist. Museum Bern)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/3002/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 415k

© Presses universitaires de Liège, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search