Version classiqueVersion mobile

Les Colloques d’Érasme

 | 
Franz Bierlaire

Introduction

Texte intégral

1Bien qu'ils aient suscité une abondante littérature, les Colloques d'Érasme restent plus célèbres que connus, sans doute parce que l'on s'est trop souvent contenté de considérer ce livre étrange comme une sorte de prologue à l'œuvre de Voltaire, afin d'y puiser des railleries féroces, extraites de leur contexte et reproduites ensuite de deuxième ou de troisième main. Il faut lire attentivement les Colloques pour en saisir le sens et la portée, et même les relire plusieurs fois, comme l'auteur lui-même nous y convie et comme ont dû le faire ses contemporains, obligés qu'ils étaient de racheter sans cesse ce livre qui n'en finissait pas d'être complété, enrichi et réédité.

  • 1 P. S. Allen, Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, t. I, p. 9, 1. 30-32, Oxford, 1906.
  • 2 Sur l'histoire du texte, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à l'introduction de l'édition (...)

2Les Colloques, en effet, n'ont pas été composés ni même publiés en une fois. Sous sa première forme, cet ouvrage a été conçu à Paris, vers 1498, à l'intention du précepteur Augustin Caminade. Vingt ans plus tard, il est imprimé à Bâle, à l'insu d'Érasme, qui refuse d'être considéré comme l'auteur d'un livre rempli de fautes. A l'intention des écoliers, l'humaniste revoit néanmoins le petit manuel de conversation latine paru sous son nom ; en mars 1522, il récrit même entièrement ces Familiarium colloquiorum formulae, de façon que le lecteur y trouve, « outre le plaisir de la lecture et le moyen de polir le langage, de quoi aussi former les mœurs »1. Les Colloques sont nés. Recueil de formules toutes faites et de saynètes dans lesquelles Érasme fait discuter ses personnages de tous les sujets qui lui tiennent à cœur, le nouveau manuel va grossir au gré des événements et des discussions du moment et s'enrichir à onze reprises de colloques inédits. Livre-feuilleton, les Colloques ne sont définitivement achevés qu'en mars 1533, date de la dernière édition revue et augmentée par l'auteur. En devenant opus, le libellus s'est métamorphosé et a fait son entrée dans la grande littérature, la littérature pour adultes2.

  • 3 L. Febvre, Le problème de l'incroyance au xvie siècle, p. 334, 3e éd., Paris, 1962.
  • 4 E. V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, p. 299, Genève, 1954.
  • 5 J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio de pueris statim ac liberaliter instituendis, p. 41, Genève, 19 (...)

3« Comédie aux cent actes divers »3, les Colloques ne sont d'abord qu'une sorte de « Méthode Assimil » à l'usage des apprentis latinistes. Érasme n'est pas le premier humaniste qui ait compris que la meilleure façon d'apprendre une langue est de la parler, ni même le premier auteur de colloques scolaires. Plusieurs pédagogues avant lui avaient eu l'idée de composer des petits dialogues contenant le vocabulaire et les tournures dont leurs élèves pouvaient avoir besoin dans la vie de tous les jours. L'apparition de ces manuels conçus pour servir de modèles aux écoliers et leur enseigner un latin correct, puisé aux meilleures sources, est une des premières manifestations de la « Renaissance du Nord », à l'aube de ce xvie siècle qui s'est tant préoccupé de réformer les études. Dans ce renouveau pédagogique, quel rôle a joué Érasme, « professeur utilisant l'organe de l'imprimerie de préférence à la chaire »4 ? Quelle est l'originalité de ses Familiarium colloquiorum formulas et quelle est leur place dans le programme éducatif élaboré par ce « théoricien de la pédagogie pratique »5 ?

  • 6 La lecture de certains de ces traités réserve parfois des surprises. Ainsi, Marnix de Sainte-Aldeg (...)

4Certains ont peine à imaginer que les Colloques ont été utilisés dans les classes. Ils l'ont été cependant, et avec succès. Plutôt que d'énumérer tous les traités d'éducation qui recommandent l'utilisation du manuel6, nous avons préféré étudier les programmes scolaires, relever les témoignages de maîtres ou d'élèves et analyser les éditions à l'usage des écoliers. Nous sommes loin d'avoir conservé les programmes de toutes les écoles latines du xvie siècle. La recherche de ces documents est difficile, leur dépouillement souvent décevant et leur interprétation délicate. Outre qu'il y a souvent une marge entre les directives données aux professeurs et leur exécution, certains programmes n'ont peut-être jamais été appliqués. Les éditions scolaires doivent être elles aussi exploitées avec prudence. L'impression d'une édition ad usum puerorum dans une ville n'implique pas nécessairement que le manuel y soit utilisé. Heureusement, la préface, la page de titre et les pièces liminaires fournissent parfois des indications utiles. Les témoignages des utilisateurs et surtout les réactions hostiles des adversaires de l'ouvrage sont moins sujets à caution : nous y avons eu recours chaque fois que cela était possible.

  • 7 F. de Dainville, Les Jésuites et l'éducation de la société française. La naissance de l'humanisme (...)

5L'histoire de l'éducation n'est peut-être pas « une des branches les plus difficiles de l'histoire », mais elle est sans doute « l'une des plus en retard »7. Si l'on commence à bien connaître les grands courants pédagogiques et l'organisation des collèges des Jésuites, l'histoire des écoles latines au xvie siècle reste à faire. Les Colloques nous ont permis d'y apporter notre modeste contribution. Nous ne nous sommes pas borné en effet à dresser la liste des écoles où l'ouvrage semblait avoir été en usage, nous avons voulu montrer comment il était utilisé, dans quelles classes, avec quels autres manuels et à quelles fins : ad linguam puerilem expoliendam, ad vitam instituendam ou dans cette double perspective, comme l'énonce clairement le titre de la première édition reconnue des Colloques.

6Telle serait en effet, selon Érasme, l'utilité de son ouvrage. Son dessein avoué a retenu toute notre attention. Pour saisir une pensée il faut tenir compte du genre littéraire à travers lequel elle s'exprime. Les Colloques ont un caractère propre, que nous nous sommes efforcé de définir. Qu'est-ce qu'un colloque ? Pourquoi Érasme a-t-il choisi le genre du dialogue de préférence à un autre ? Quels lecteurs vise-t-il et comment s'y prend-il pour les convaincre ? Le contenu du livre correspond-il à son titre, autrement dit, Érasme ne pense-t-il pas davantage à préparer ses lecteurs à la vie qu'à les aider à polir leur style ?

7Manuel de morale et de piété, les Colloques constituent un guide de la vie chrétienne. Quels conseils Érasme donne-t-il aux hommes du xvie siècle ? Quelles règles de conduite propose-t-il pour chaque âge de la vie ? Nous avons laissé parler les personnages des Colloques, nous réservant de donner ensuite la parole à ceux qui leur ont porté la contradiction.

  • 8 P. Bayle, Dictionnaire historique et critique, 5e éd., t. II, p. 387, Amsterdam, 1740. Cfr A. Flit (...)
  • 9 Les Colloques d'Érasme, nouvelle traduction par Monsieur de Gueude-ville, p. **7 r°, Leyde, 1720. (...)
  • 10 A. Renaudet, Études érasmiennes (1521-1529), p. XXII, Paris, 1939.
  • 11 M. P. Gilmore, Les limites de la tolérance dans l'œuvre polémique d'Érasme dans Colloquia Erasmian (...)

8« Il y a, en effet, comme l'écrit Pierre Bayle8, peu de livres qui aient fait tant de bruit que les Colloques d'Érasme. » Plutôt que de « juger par là du mérite et de la valeur de l'ouvrage »9, nous dirons que l'intérêt historique d'un livre se mesure à son caractère explosif autant qu'à sa diffusion. Aussi « la bataille des Colloques » revêt-elle une signification exceptionnelle. Après avoir montré ce qu'Érasme a dit et a voulu dire, n'était-il pas nécessaire de montrer ce qu'on pouvait et ce qu'on a voulu lui faire dire ? « Pour discerner et définir exactement les griefs que les défenseurs attitrés de l'ordre traditionnel articulaient contre le modernisme érasmien, il faut, comme l'écrivait Augustin Renaudet dès 1939, s'imposer l'ennui de lire, plume à la main, les traités anti-érasmiens »10, mais aussi les censures officielles ou officieuses. Étude indispensable, mais beaucoup moins fastidieuse que ne le craignait Renaudet, qui ne l'a guère entreprise ! Pénétrer au cœur religieux du xvie siècle par ces voies peu fréquentées est un travail passionnant, qui permet de mieux comprendre la mentalité des lecteurs et le climat spirituel du temps, de montrer comment Érasme prolonge son œuvre en la défendant11, de découvrir surtout le sujet fondamental des Colloques, sujet voulu par l'auteur, mais qui ne pouvait être avoué comme tel dans le titre de l'ouvrage, en raison de son genre littéraire et des circonstances historiques.

  • 12 Sardou commença une traduction des Colloques qu'il n'acheva jamais : J.-C. Margolin, Sardou, tradu (...)
  • 13 On se demande pourquoi J. Etienne étudie l'Éloge de la Folie plutôt que les Colloques, dont il a p (...)

9Tels sont les problèmes qui nous ont retenu et la méthode que nous avons employée pour les résoudre. Nous avons cru devoir citer Érasme souvent et parfois longuement. « Les Colloques d'Érasme sont un livre charmant que tout le monde connaît de nom mais que personne ne lit, parce qu'il est écrit en latin »12, disait Victorien Sardou. Il serait plus juste de dire, nous semble-t-il, que, si on litencore les Colloques, on les comprend souvent mal. C'est pour cette raison sans doute que cette œuvre n'a pas encore servi à renouveler l'image d'Érasme13. Habent sua fata libelli.

***

10Au terme de cette étude, nous tenons à exprimer notre reconnaissance à tous ceux qui en ont permis ou favorisé l'achèvement.

11En tout premier lieu, nous exprimons notre profonde gratitude à notre maître, Monsieur le Professeur L.-E. Halkin, qui a bien voulu diriger nos recherches et nous procurer les moyens de les entreprendre et de les poursuivre. Il a suivi pas à pas l'élaboration de ce travail, avec une vigilante et délicate attention et un inlassable dévouement.

12Nous adressons aussi nos plus vifs remerciements à Monsieur le chanoine M. A. Nauwelaerts de l'Université de Louvain, qui a accepté de faire partie de notre comité de thèse. Ses remarques judicieuses et ses critiques toujours positives nous ont été précieuses et restent pour nous d'un prix inestimable.

13Monsieur J.-P. Massaut, chargé de cours à l'Université de Liège, a été une fois de plus le confident de tous les instants. Sans son soutien amical, sans son extrême sollicitude, sans ses encouragements dans les moments difficiles, nous n'aurions pu aboutir. Nous lui sommes profondément reconnaissant.

14Nous tenons également à remercier nos maîtres de l'Université de Liège, MM. les Professeurs R. Demoulin, J. Lejeune, J. Stiennon, sans oublier MM. P. Harsin et F. Vercauteren, qui nous ont appris et fait aimer notre métier d'historien.

15Nos remerciements vont aussi à M. Gérard Moreau, maître de conférences et chef de travaux, dont les conseils paternels et les observations pertinentes nous ont été d'un grand secours, ainsi qu'à M. René Hoven, maître de conférences, qui nous a fait profiter de ses connaissances multiples.

16Nous nous plaisons à rendre un hommage particulier aux bibliothécaires et au personnel de la Bibliothèque nationale de Paris, de la Gemeentebibliotheek de Rotterdam, de la Bibliothèque universitaire de Bâle, de l'Universiteitsbibliotheek de Gand, du Musée Plantin-Moretus d'Anvers, de l'University Library de Cambridge, de la Bibliothèque ducale de Wolfenbüttel et surtout de la Bibliothèque centrale de l'Université de Liège. La compétence, la diligence, la bienveillante compréhension de tous a grandement facilité notre tâche.

17La Faculté de Philosophie et Lettres de l'Université de Liège a fait un grand honneur à notre étude en acceptant de la publier dans sa collection. Nous tenons à lui exprimer notre reconnaissance. Nous remercions spécialement de leurs fructueuses observations et de leur bienveillante approbation les commissaires que la Faculté a désignés pour examiner ce travail, MM. L.-E. Halkin, J. Lejeune, J. Stiennon, J.-P. Massaut, ainsi que Monsieur le Chanoine M. A. Nauwelaerts.

  • 14 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 443-446. Cfr Proverbes, XVIII, 22.

18Enfin, les mots nous manquent pour dire tout ce que nous devons à celle qui fut la compagne patiente et dévouée de ces années difficiles. Ce livre est un peu le sien, et pas seulement parce qu'elle s'est chargée de la dactylographie. Atque hoc nomine praecipue videor fortunatus. Nec enim mihi placet eorum sententia, qui fortunatum putant uxorem habuisse nunquam. Magis arridet quod ait sapiens Hebraeus, ei bonam sortem obtigisse, cui obtigit bona uxor14.

Notes

1 P. S. Allen, Opus epistolarum Desiderii Erasmi Roterodami, t. I, p. 9, 1. 30-32, Oxford, 1906.

2 Sur l'histoire du texte, nous nous permettons de renvoyer le lecteur à l'introduction de l'édition critique des Colloquia, dans Opera omnia Desiderii Erasmi Roterodami, t. I-3, Amsterdam, 1972 (= ASD I, 3) et à notre ouvrage Érasme et ses Colloques : le livre d'une vie, Genève, Droz, 1977.

3 L. Febvre, Le problème de l'incroyance au xvie siècle, p. 334, 3e éd., Paris, 1962.

4 E. V. Telle, Érasme de Rotterdam et le septième sacrement, p. 299, Genève, 1954.

5 J.-C. Margolin, Érasme. Declamatio de pueris statim ac liberaliter instituendis, p. 41, Genève, 1966.

6 La lecture de certains de ces traités réserve parfois des surprises. Ainsi, Marnix de Sainte-Aldegonde considère qu'Érasme « convient moins mal aux esprits les plus jeunes » que Vivès et Sturm ; voir J. Catrysse, Traité de l'éducation de la jeunesse de Marnix de Sainte-Aldegonde, p. 86, Bruxelles, 1956.

7 F. de Dainville, Les Jésuites et l'éducation de la société française. La naissance de l'humanisme moderne, t. I, p. xiii, Paris, 1940.

8 P. Bayle, Dictionnaire historique et critique, 5e éd., t. II, p. 387, Amsterdam, 1740. Cfr A. Flitner, Erasmus im Urteil seiner Nachwelt, p. 121-123, Tubingen, 1952.

9 Les Colloques d'Érasme, nouvelle traduction par Monsieur de Gueude-ville, p. **7 r°, Leyde, 1720. Sur ce citoyen de la République des Lettres dans la Hollande de Bayle, voir M. Yardeni, Gueudeville et Louis XIV. Un précurseur du socialisme, critique des structures sociales louis-quatorziennes, dans Revue d'histoire moderne et contemporaine, t. XIX, p. 598-620, Paris, 1972.

10 A. Renaudet, Études érasmiennes (1521-1529), p. XXII, Paris, 1939.

11 M. P. Gilmore, Les limites de la tolérance dans l'œuvre polémique d'Érasme dans Colloquia Erasmiana Turonensia, t. II, p. 730-731, Paris, 1972 : « Les Apologiae servent à définir avec plus de justesse sa position religieuse dans la dernière décennie de sa vie. [...] Ces textes méritent une étude plus attentive que celle que leur a accordée jusqu'ici aucun des biographes d'Érasme ».

12 Sardou commença une traduction des Colloques qu'il n'acheva jamais : J.-C. Margolin, Sardou, traducteur des Colloques d'Érasme, dans Recherches érasmiennes, p. 128-161, Genève, 1969.

13 On se demande pourquoi J. Etienne étudie l'Éloge de la Folie plutôt que les Colloques, dont il a pourtant bien compris le sens, dans son livre Spiritualisme érasmien et théologiens louvanistes. Un changement de problématique au début du xvie siècle, Louvain et Gembloux, 1956.

14 Convivium religiosum, ASD I, 3, p. 245, 1. 443-446. Cfr Proverbes, XVIII, 22.

© Presses universitaires de Liège, 1978

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search