Version classiqueVersion mobile

L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés de Liège, du XIIIe à la fin du XVe siècle

 | 
Claude Gaier

Première partie. Le marché des armes

II. — La production et le commerce

Texte intégral

  • 1 H. Laurent, Un grand commerce d'exportation au Moyen Age. La draperie des Pays-Bas..., notamment p (...)

1L’étude des centres de production de l’armement aux Pays-Bas appelle une remarque méthodologique préalable (voir la carte à la fin de ce chapitre). Déjà, Henri Laurent l’avait formulée à propos des villes drapantes1. En effet, pas plus que l'historien des tisserands, celui des armuriers de nos régions ne dispose de documents découlant de la pratique de la profession car aucune archive d’entreprise privée, industrielle ou commerciale, des compagnons en saint Eloi n’est parvenue jusqu’à nous pour le Moyen Age. Seuls quelques règlements corporatifs comme certaines sources administratives ou judiciaires témoignent occasionnellement, à leur façon, des activités de ces artisans.

2En général, celles-ci ne sont donc pas appréhendées de l’intérieur mais seulement inférées à partir des transactions commerciales qui, nécessairement, devaient en résulter. Ainsi, la perception immédiate du phénomène industriel est refusée. La connaissance s’opéré à travers l’ordre d’exécution ou l’acte d’achat, c’est-à-dire avec un certain décalage, au moins chronologique.

  • 2 Ibid p. XIX.

3C’est bien la comptabilité tenue par une fraction importante de la clientèle qui, en définitive, constitue notre source principale. Elle révèle la nature des commandes d’armes aussi bien que leur prix et, souvent, le nom et la qualité du fournisseur. Les comptes princiers ont, bien entendu, un caractère privilégié dont l’extrapolation éventuelle à des couches sociales d’acheteurs plus modestes doit nécessairement s’opérer avec prudence2. Ils n’en révèlent pas moins l’existence indubitable de certaines activités armurières.

4Cette réserve n’est point de mise, par contre, pour les comptes urbains, encore que l’obligation du port d’armes individuelles limite certainement leur portée puisque ils n’incluent pas les transactions privées. Quoi qu’il en soit cependant, comptes princiers et urbains possèdent une complémentarité indéniable et une représentativité non moins certaine puisqu’ils permettent de déceler l’origine aussi bien des armes fines que de celles destinées à une vaste diffusion.

1. — Les centres de production

  • 3 Voir parmi tant d’autres exemples, certaines armes conservées au Musee De La Porte De Hal à Bruxel (...)

5En raison de la dissémination des ouvriers de l’armement dans les corps de métiers les plus divers et de la polyvalence de leurs capacités, — comme nous le verrons dans la seconde partie (chapitre II) de cet ouvrage, — chaque ville, voire chaque village abritait en fait, au Moyen Age, des ateliers susceptibles de produire des armes. A l’exception des objets plus élaborés, qui requéraient une habileté particulière d’exécution, comme les armures, les épées ou les pièces d’artillerie, la fabrication de bon nombre d’armes offensives ne demandait pas d’autres qualités professionnelles que celles déployées quotidiennement par le ferronnier ou le menuisier local. L’examen des anciennes armes d’infanterie conservées dans les musées et les collections particulières suffit à nous en convaincre3.

6Il n’y a des lors pas lieu de s’étonner de trouver dans les sources quantité de mentions de provenance qui apparaissent isolément et dont, de ce fait, on ne saurait inférer l’existence de véritables centres armuriers. Il s’agit généralement dans ces cas-là d’activités secondaires exercées par des ouvriers habituellement orientés vers une production courante.

7En fait, sans vouloir négliger l’importance de ce phénomène de prolifération, nous entendons seulement nous attacher ici à déterminer les centres industriels principaux, c’est-à-dire les endroits, urbains ou ruraux, caractérisés par une concentration particulière d’artisans engagés dans la production intensive d’armement. Malgré l’ubiquité de fait de la profession armurière, il n’en reste pas moins que cette poussière de virtualités ne nous intéresse que dans la mesure où les circonstances ont permis à certaines d’entre elles de se concrétiser au point de déclencher un processus économico-social déterminant. Certains centres se sont spécialement développés et ont joui d’une notoriété particulière. La plupart ont excellé dans des domaines spéciaux qui firent leur renom.

8Il est donc possible d’établir, pour le bas Moyen Age, une carte de la production armurière danx les Pays-Bas du Sud en évoquant les facteurs historiques de sa configuration. On y distingue quatre foyers industriels principaux : les villes flamandes, les villes brabançonnes, le groupe hennuyer et le groupe mosan. Chacun est constitué par une constellation de centres armuriers dont certains font en quelque sorte figure de pilotes.

A. — Les villes flamandes.

9En allant d’Ouest en Est, le premier secteur industriel qui nous intéresse comprend le réseau, fortement peuplé, de l’ancien comte de Flandre et de celui d’Artois. L’industrie armurière s’y concentre surtout en milieu urbain, principalement, — pour les citer dans l’ordre de leur importance relative, — à Bruges, à Lille et à Gand. Il convient aussi d’y rattacher la cite de Tournai qui, bien que relevant de la couronne de France, n’en fait pas moins partie du même bassin fluvial et présente, avec les centres transscaldiens ci-dessus, de frappantes similitudes dans le domaine considéré.

  • 4 Voir la mention des épées et des armures (cottes de mailles) dans le fameux tarif du tonlieu de Da (...)

10Bruges, avec ses avant-ports de L’Ecluse et de Damme, occupe une place privilégiée dans cet ensemble. Les métiers de l'armement y sont très actifs et nombreuses sont les sources locales qui mentionnent des noms d’armuriers4. Ces artisans vivent de la transformation des matières premières arrivant par mer dans le grand port du Nord : bois, fer, cuivre, étain, soufre, salpêtre.

11Une des premières mentions de commandes d’armes négociées sur cette place remonte à 1295. Elle revêt d’emblée une telle ampleur qu’elle situe la ville au rang des grands centres armuriers de l’Occident. C’est là en effet que le roi de France Philippe le Bel s’approvisionna pour armer la flotte de Flandre, tant en armes défensives qu’en armes offensives de jet et à main et ce, dans des quantités considérables pour l’époque.

12La tâche de réunir ces équipements dans le port flamand avait été confiée par le roi à un de ses armuriers, un Lombard du nom de Frédéric. Le résultat des démarches de ce commis, attesté par le relevé des dépenses encourues, est vraiment impressionnant : 1 885 arbalètes et quantité d’accessoires (pièces de bois, noix, étriers, clefs, appareil de tension), 1 254 livres de chanvre pour fabriquer les cordes, 1 263 baudriers, 40 espringales, 666 258 carreaux avec 1691 carquois, 6309 boucliers, 2853 casques, 4 511 cottes rembourrées, 751 paires de gantelets, 1 374 gorgerins et brassards, 5 067 « plates » de fer, 13 495 lances ou fers de lance, 1 989 haches, 14 599 épées et couteaux.

  • 5 Ed. du compte de Jean Arrode et Michel Gascoing des recettes et dépenses faites à Bruges en 1295 d (...)

13Il est clair que Bruges n’aurait pu tirer de son propre potentiel artisanal une telle profusion d’équipements militaires. Mais il faut admettre qu’elle était tout au moins capable de les drainer à son profit et d'en organiser la distribution. Car il y a lieu de croire que cette fourniture a mobilisé les énergies, non seulement de l’industrie locale, mais aussi d’une partie de celle des anciennes principautés belges. A l’époque, il n’y avait guère que le Languedoc et peut-être Paris qui eussent pu fournir au roi de France un tel arsenal. Sans doute n’est-il pas représentatif des possibilités industrielles du seul port flamand mais il l’est sans conteste de ses capacités commerciales5. Le choix par le souverain d’un émissaire lombard peut d’ailleurs donner à penser que les marchands-armuriers italiens opérant en mer du Nord ne furent pas étrangers à ces fournitures. Ce délégué italien, prénommé Frédéric, avait d’ailleurs de ses propres mains, avec l’aide d’un compatriote appelé « Dignus », assemblé une partie des « plates » achetées dans cette ville pour en faire des armures.

  • 6 de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., pp. 7, 12 ; A. Diegerick et O. de Ke (...)
  • 7 Cfr B. Rossius, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. I/2, no (...)

14Les sources postérieures, à vrai dire fort disparates, confirment la persistance de cette activité armurière à Bruges mais font état d’un potentiel plus sélectif. Elles attestent surtout la prospérité et la notoriété des artilleurs, jusque dans la seconde moitié du XVe siècle. Ces artisans du bois et de la corde confectionnaient des arcs, des arbalètes, — avec leur fil et leur système de tension, — des flèches, des lances et autres armes de hast. Ils travaillaient non seulement pour satisfaire les besoins locaux mais aussi pour les villes de Flandre et du Hainaut6. Les ducs de Bourgogne, de Philippe le Hardi au Téméraire, s’approvisionnaient assidûment à Bruges et, dans une moindre mesure, à l’Ecluse. Un Cornille Couvent, par exemple, fut pendant quinze ans au moins le « lancier » habituel de Philippe le Bon7.

  • 8 Ed. P. Henrard, Documents pour servir à l’histoire de l’artillerie en Belgique. Ire partie : Les f (...)

15Bruges ne devait pas non plus rester étrangère aux progrès de l’armement ; elle eut très largement sa part dans le métier nouveau des armes à feu. Faut-il rappeler ici que la première commande de canons connue pour les Pays-Bas du Sud fut passée à un potier d’étain dont on peut croire que le nom, Pierre de Bruges, indiquait l’origine. C’est en 1346 qu’il fit, à la demande du Magistrat de Tournai, « aucuns engiens appiellés tonnoilles, pour traire en une boine ville quand elle seroit assise8 ». Le document qui décrit, avec force détails, les circonstances de cette commande trahit l’étonnement des contemporains devant ce qui faisait alors figure d’invention nouvelle, en même temps qu’il révèle l’ignorance de ses possibilités d’utilisation. On y lit que les « Consaux » tournaisiens, ayant eu vent des armes de jet fabriquées par ce potier brugeois, le mandèrent afin de lui confier la réalisation d’un unique engin. Ils se réservaient la possibilité, en toute prudence, d’en acheter d’autres pour le cas où le premier donnerait satisfaction. Mais, ignorant la façon dont on pouvait mettre en oeuvre cette nouveauté, les édiles demandèrent à son fabricant de faire un tir de démonstration en leur présence. Pierre de Bruges amena donc la pièce en dehors des remparts, dans la campagne, mais, si l’essai fut concluant sous le rapport de l’efficacité, il le fut moins quant à la précision. Manquant la cible, le projectile, — un « carreau » de bois armé d’une masse de plomb d’environ deux livres, — pénétra dans la ville, atteignit un passant à la tête et le tua. C’est ainsi que la première victime que firent les armes à feu dans nos régions fut sans doute accidentelle ! Quoi qu’il en soit, seule nous intéresse ici l’affirmation précoce de la vocation de Bruges dans un domaine où elle devait acquérir, — de nombreux exemples le prouvent, — une solide maîtrise.

  • 9 B. et II. Prost, op. cit., t. II, p. 178.
  • 10 Pour Lille, cfr de la Fons-Melicocq, op. cit., p. 16 ; pour Namur, voir A.E.N., Ville, section 2, (...)
  • 11 Porre était originaire de Damme ; A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32470, fos 41 (...)

16C’est ainsi qu’en 1385, Jean de Vienne, amiral de France, achète à l’Ecluse des armes à feu portatives et de la poudre9. Pendant les trois premiers quarts du XVe siècle, Bruges et l’Ecluse produisent en quantité des pièces d’artillerie en fer forgé et en bronze. D’autres villes, comme Lille ou Namur, viennent y acheter leurs bouches à feu. La première y acquiert 25 veuglaires en 141410. Un canonnier de Bruges du nom de Hubrecht Porre était capable, en 1415, de fournir en une fois 50 petites pièces d’artillerie d’un poids total de 9 920 livres11.

  • 12 L. N. Bonaparte, Etudes sur le passé et l’avenir de l’artillerie, t. III, p. 122 (1406) ; A. N. Li (...)
  • 13 Voir C. Gaier, The origin of Mons Meg, pp. 427., 429-430.

17Les ducs de Bourgogne s’adressèrent fréquemment eux aussi à des Brugeois pour se procurer des armes à feu de tous calibres et cela jusque dans la deuxième moitié du XVe siècle. Ce fut le cas en 1406 lorsque Guillaume Nelle, bourgeois de cette ville, fournit 21 canons de fer à l’armée ducale opérant en Picardie contre les Anglais, ou en 1434 quand le Brugeois Annon Laure vendit 56 couleuvrines de cuivre à Philippe le Bon. Ce dernier eut notamment recours aux services de trois artisans dont les noms sont souvent cités dans les comptes : le forgeron Jacob de Ketelere et les fondeurs Pierre de l’Olive et Simon Andrieu12. En 1457, le marchand Jehan Van de Velde fournit une des deux grosses bombardes de fer dont le duc Philippe fera cadeau à son royal allié, Jacques II d’Ecosse13. Le fait cependant que, dans bien des cas, le pourvoyeur était marchand et non point fabricant indique que Bruges constituait plutôt, pour ce genre de produit un centre de redistribution qu’un centre manufacturier. La nature de la documentation ne permet malheureusement pas d’étudier les conditions dans lesquelles ce genre de courtage s’exerçait.

  • 14 Garnier, op. cit., p. 151 (1436) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1903, fo 222 r°-v° (1414) ; B 1933, fo 1 (...)

18Les fèves de l’Ecluse ou de Damme comptèrent aussi parmi les fournisseurs de la Maison de Bourgogne. En 1414, trois d’entre eux livrèrent respectivement 4, 5 et 7 canons. En 1418, un Hughes Blomairt, habitant lui aussi la première de ces villes, acquiert au marché d’Anvers 10 veuglaires, de la poudre et des boulets pour le compte d’une personne de Middelbourg. En 1436, 1 Artillerie bourguignonne achète 18 veuglaires, également à l’Ecluse, au fèvre Jehan Lof. Quand à Damme, on sait que Philippe le Bon y fit contraire, en 1433, un gros canon de fer14.

  • 15 Kervyn de Lettenhove, Les relations d'Edouard III avec la Belgique..., p. 666 ; le fait que cet ar (...)
  • 16 Armuriers de Bruges : B. Prost, Inventaires mobiliers..., fasc. 2, no 2333 (1375) ; L. Gilliodts-V (...)
  • 17 A.N. Lille, R.G.F., B 1954, fo 164 (1434-35) ; B 1961, fo 165 (1437) ; B 2004, fo 369 v° (1450).

19Les faiseurs de cottes de mailles et les batteurs d’armures ont également exercé, sur les bords du Zwijn, une activité assez prospère. C’est un autre Pierre de Bruges qui fut armurier attitré du roi Edouard III d’Angleterre et on connaît, dans la seconde moitié du XIVe siècle, un Hennequin de Bruges qui travaillait la maille en Avignon dans la filiale de la grande maison commerciale des Datini15. Quelques mentions de fournitures livrées aux souverains de Flandre et de Bourgogne laissent supposer dès cette époque une production digne de rivaliser, au moins par la qualité, avec ce que l’Europe occidentale avait de meilleur16. Luc Thiebaut, de l’Ecluse, fut « brigandinier » de Philippe le Bon et on le voit capable, en 1450, de procurer cent brigandines aux archers de la garde ducale17.

  • 18 Finot, op. cit., p. 414 (1452) ; F. Buttin, Du costume militaire..., p. 357 (1458) ; Van Vinkeroy, (...)

20Enfin, au XVe siècle, signalons encore que quelques armuriers italiens, — en l’occurrence des Milanais, — qui avaient, pour des raisons commerciales, fréquenté le port flamand, s’y fixèrent temporairement ou à vie afin d’exercer sur place leurs activités. Il s’agit d’artisans de première force dont certains firent souche dans nos régions et qui travaillèrent notamment pour les souverains des Pays-Bas. Ce fut le cas d’Ambroise Ruffin, marchand armurier de Milan, qui vendit entre autre au duc de Bourgogne des harnois complets à l'intention d’Adolphe de Clèves et du fameux mémorialiste Olivier de la Marche, alors maître d’hôtel de Charles le Téméraire, ainsi que des bardes de cheval en écailles d’acier émaillées. En 1462, il procurait au camerier ducal, via Anvers, des armures gravées, provenant de la métropole lombarde18.

  • 19 Arch. Etat Bruges, Inschrijvingen op poorters (1454-1478), fo 68 r° : « Martin Rondeel, filius Jans (...)

21Il existait aussi à Bruges deux familles d’armuriers de même origine auxquelles les spécialistes croient pouvoir attribuer certaines pièces actuellement conservées dans divers musées d’Europe. La première est celle des Rondel (ou Rondelle). On ignore tout de son premier représentant en Flandre sinon qu’il se prénommait Jean. Par contre, on est assez bien renseigné sur son fils Martin. Celui-ci, natif de Milan, acquit le droit de bourgeoisie de Bruges le 2 avril 1464. En qualité d’« armoyeur demourant à Bruges » il fournit, en 1467, un haubergeon de fines mailles au duc de Bourgogne. C’est toujours dans cette ville qu’il exerçait ses activités lorsqu’il écrivit, en 1473, une lettre à un client anglais, sir John Paston, dans un français rocailleux et parsemé d’italianismes. Il s’intitule alors « Armurier de Monsire le Bastart de Bourgogne ». On sait encore qu’il travailla pour Maximilien d’Autriche, — il lui fournit, vers 1486, vingt-sept bardes de cheval, — vraisemblablement aussi pour Philippe le Beau si on lui attribue, comme Y. Norman incline à le faire, la demi-douzaine de pièces de défense portant le poinçon au globe royal sommé d’une couronne à trois fleurons qui subsiste de nos jours. Il était décédé en 1524, moment où ses héritiers recouvrent des arriérés de payement qui lui restaient dus à titre posthume19.

  • 20 Van Vinkeroy, op. cit., pp. 45 n. 1, 87 n. 3 et 97 n.
  • 21 Register vanden dachvaerdern, op. cit., loc. cil. ; Van Vinkeroy, op. cit., p. 87 n. 3.
  • 22 Finot, op. cit., pp. 403 et 416 ; A. N. Lille, B. 2002, fo 216 r°-v° ; E. Motta, Armaiuoli milanes (...)
  • 23 Comme la famille Rondel qui, semble-t-il, marquait ses œuvres d’un globe (rondellus), les Cornet p (...)

22Une autre famille italienne de renom fut celle des du Cornet (ou Corneto). Un de ses représentants au moins, Balthasar, était fixé à Bruges et livra, vers 1468-1470, plusieurs pièces d’armures à Charles de Bourgogne20. A la même époque, un Valentin du Cornet, établi à Bruxelles semble-t-il, fabriquait pour le duc des armures de tournoi. C’est lui qui fut appelé en consultation par le comité d’experts chargé, en 1462, d’arbitrer le différend commercial qui opposait l’armurier milanais Ambroise Ruffin, — dont nous avons parlé plus haut, — au camérier de Philippe le Bon21. Enfin, un autre membre de la famille du Cornet, Ottelin (Ottolino), joua un rôle notable à la cour du duc, dont il devint le valet de chambre et l’armurier en titre. Vers 1444, il procure cinq harnois de guerre à son maître, deux ans plus tard, trois armures complètes, une cuirasse, des gantelets et deux paires de brassards. En 1452, il fournit au comte de Charolais un harnois entier de Milan. On suppose qu’il retourna par la suite en Italie car un Ottolino da Corneto est signalé en 1465 à Ferrare où il vient, de Milan, exercer son métier d’armurier22. Quelques pièces de musée, provenant des Pays-Bas et marquées d’un cor de chasse accompagné de diverses initiales, peuvent être raisonnablement attribuées à cette entreprenante famille23.

23En résumé, Bruges (avec l’Ecluse) apparaît comme un centre armurier important pour le marché intérieur des principautés belges au bas Moyen Age. L’affluence constante des matières premières fut, dans cette activité, d’un effet déterminant. Ainsi naquit une industrie transformatrice, principalement du bois, — qui fit la prospérité des artilleurs, — et aussi des substances pyrotechniques, qui favorisa le développement de la poudrerie. Dans une moindre mesure, les métaux furent également traités sur place par des fabricants de canons et sans doute aussi, pour une clientèle relativement restreinte, par les batteurs d’armures, encore que ceux-ci semblent avoir vécu largement de l’importation des armures italiennes finies ou semi-finies.

24Tout autres sont les facteurs qui expliquent les activités des armuriers lillois. Dans ce cas, — il s’agit encore d’un grand centre, — c’est l'élément politique qui a surtout joue. Le choix de Lille comme résidence des comtes de Flandre de la maison de Bourgogne ou comme siégé d’institutions centrales semble avoir donné une grande impulsion aux métiers capables de fournir au pouvoir ducal les instruments de sa puissance. Le fait que cette production, cependant considérable, ne parait pas avoir donné lieu à des échanges commerciaux à distance, renforce la conviction que les besoins locaux d’une part, c’est-à-dire l’armement de la ville, et surtout ceux du souverain d’autre part, c’est-à-dire l'équipement de sa personne, de ses courtisans et de son armée, ont absorbe la totalité du potentiel des armuriers lillois. Ceux-ci ont pratique toutes les spécialités requises par la clientèle et, à en juger par les sources comptables de la fin du XIVe siècle et du XVe, il n’a pas dû se passer un an sans qu’un duc de Bourgogne ne leur ait confié l’une ou l’autre commande. Comme à Bruges, les artilleurs furent très nombreux parce que les armes de jet et leurs projectiles faisaient l’objet d’une consommation intensive. Il y eut aussi un grand nombre de fabricants d’armes blanches, principalement des armes de hast destinées à la dotation de la troupe.

  • 24 Les mentions de fabricants d’armes lillois sont très nombreuses, particulièrement entre le troisiè (...)
  • 25 Un « armoyeur » de Lille travaille pour le compte de Flandre en 1374-1375 ; A.G.R., C.C., Recette (...)

25De même, l’industrie des armes à feu fut fort précoce, comme dans toutes les communes puissantes, et très en honneur, assurée qu’elle était d’un débouché immédiat dans un domaine où les ducs de Bourgogne n’étaient certes pas en reste24. Enfin, il faut signaler, répondant à des objectifs commerciaux forcément plus limités, la présence de quelques batteurs d’armures25. La fabrication lilloise des armements retomba au rang de simple industrie de portée locale à la fin du XVe siècle lorsque les souverains des Pays-Bas cessèrent d’y avoir recours, preuve que cette conjoncture favorable était liée à des circonstances d’ordre politique.

  • 26 Le potentiel de la ville de Gand pour la fabrication des artilleries apparaît dans les comptes urb (...)
  • 27 Le plus gros effectif connu pour les milices gantoises se rapporte au mois d’août 1357, pendant la (...)

26La puissante commune de Gand fournit un autre exemple du développement d’activités armurières en fonction de besoins locaux. Dans ce cas, ceux-ci étaient grands. L’artillerie traditionnelle et, plus tard, celle à poudre semblent avoir eu la vedette et ce n’est point surprenant puisqu’elles constituaient l’armement municipal26. Les armes de main ou les pièces défensives, par contre, acquises individuellement, ne figurent pratiquement pas dans les sources et de ce fait échappent à nos investigations. Il ne fait aucun doute cependant que certains artisans devaient également se consacrer à leur fabrication car la demande était forte : au milieu du XIVe siècle, la milice communale mettait en ligne près de 7 500 hommes27.

27L’existence d’une corporation d’armuriers gantois est attestée et l’on a même conservé une bannière médiévale attribuée à cette association. Celle-ci faisait partie du groupe des « petits métiers » (clenen neringhen), ainsi nommés par opposition aux deux métiers par excellence de Gand : les tisserands et les foulons. L’importance numérique de ces armuriers était modeste, ainsi qu’il appert de deux relevés des gages payés aux milices urbaines, mobilisées sur la base de leur appartenance professionnelle, pendant la guerre contre le Brabant. Le premier de ces documents, daté du 10 juillet 1356, indique que les « petits métiers », au nombre de 60, ont mis sur pied 1 810 hommes. Parmi ceux-ci, les armuriers comptent 14 combattants seulement, ce qui est peu par rapport aux bateliers (268 hommes), aux forgerons (85 hommes), aux meuniers (67 hommes) ou aux bouchers (65 hommes) mais encore supérieur ou égal à 18 autres professions, parmi lesquelles on note les argentiers, les barbiers, les mesureurs et les encaveurs de vin, les peintres, les menuisiers, les potiers, les savetiers, etc... Ces chiffres n’ont évidemment qu’une valeur relative mais celle-ci est édifiante puisque le nombre des conscrits était proportionnel à l’importance des corporations dont ils étaient issus. Le second relevé, du 14 février 1357, comporte des effectifs plus élevés : 4 834 hommes, et naturellement des contingents plus étoffés. Il y a, cette fois, 32 « wapenmakers » et les autres métiers sont représentés à l’avenant. Sans pouvoir prétendre que les proportions entre les groupes professionnels soient rigoureusement identiques d’un document à l’autre, il est cependant permis de dire que l’importance numérique relative des effectifs se maintient. Il est donc probable que celle-ci reflète assez bien celle des corporations dans la ville scaldienne.

  • 28 J. Squilbeck, L'iconographie de saint Guillaume et la bannière de la corporation des armuriers de (...)

28En d’autres termes, la main-d’œuvre armurière stricto sensu occupait une place plutôt modeste dans la vie artisanale de Gand mais si on tient compte de sa prééminence sur celle des métiers de nécessité courante comme la menuiserie, la poterie et la cordonnerie, nous pouvons penser qu’elle ne devait pas être négligeable. De surcroît, il convient d’ajouter à ce chiffre celui des autres ouvriers, inscrits dans divers corps de métier, qui s’employaient aussi à fabriquer des armes ou à les décorer28.

  • 29 G. Fagniez, Documents relatifs à l'histoire de l'industrie et du commerce en France, t. II, p. 177 (...)

29D’autre part, s’il faut en croire le « dit du Lendit rimé », poème de la fin du XIIIe siècle, les taillandiers de Gand tenaient alors échoppe à la fameuse foire dyonisienne. Vers 1433, le duc Philippe le Bon fit faire sept grandes dagues dans la ville scaldienne et il serait impensable qu’il se fût adressé là si cette industrie n’y avait point joui d’une certaine notoriété29. On aimerait cependant être mieux renseigné à ce sujet.

  • 30 Cfr J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Pas-de-Cal (...)
  • 31 J. M. Richard, op. cit., n. 30, passim ; Dehaisnes, Documents et extraits divers..., pp. 341-343, (...)

30Parmi les autres villes dont l’industrie armurière mérite une mention spéciale, il y a également lieu de citer Saint-Omer, où nous avons trouvé tous les métiers de l’armement représentés aux XIVe et XVe siècles. La Maison d’Artois puis celle de Bourgogne s’y approvisionnent tour à tour30. Par ailleur l’artisanat d’une petite capitale comme Arras a connu une certaine prospérité sous les comtes d’Artois et il s’est maintenu, dans une certaine mesure, par la suite en se spécialisant, semble-t-il, dans le secteur de l’« artillerie ». Au XVe siècle en tout cas, quelques fournisseurs importants, établis dans cette ville, vendent quantité de flèches d’arc, de carreaux d’arbalète, de cordes et de lances aux armées ducales : un Jehan Flandrin, un Jehan Clabaut (originaire de Binche), un Baudouin ou un Colin Clabaut, un Galien Manier, le célèbre Jehan Cambier même, qui vécut aussi à Arras, sont fréquemment sollicités31.

  • 32 Georges Espinas, qui a évoqué brièvement le travail du métal à Douai, n’a pas fait mention d’une i (...)
  • 33 Cfr Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen (...)

31Dans une moindre mesure mentionnons également Douai32, Ypres ou Audenarde33.

Fig. 4. Dague à rouelles (XVe siècle)
Trouvée à Ghlin. Les rouelles servent de garde et de pommeau. Les rivets creux, fixés sur les augets emboutis qui subsistent, avaient pour but d’assujettir à la soie les attelles de la fusée, maintenant disparues.
(Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. VI 12. Cliché A.C.L.)

  • 34 E. J. Soil De Moriame, Armes et armuriers tournaisiens. Heaumiers, haubregonneurs, fourbisseurs, c (...)

32Le cas de Tournai présente singulièrement plus d’intérêt encore. Possession extrême de la couronne de France sur les bords de l’Escaut, c’est un comptoir d’échanges entre les produits français et ceux des principautés belges. Bien plus encore, il s’agit d’un centre industriel important, où l’armurerie occupait au Moyen Age une place prépondérante. Cette activité privilégiée apparaît à l’examen des effectifs des artisans engagés dans les différents « métiers », d’après le relevé que Soil de Moriamé a jadis établi, sur la base d’une abondante documentation, disparue depuis34.

  • 35 Le déclin économique de Tournai se fit sentir dès 1420 environ, mais l'armurerie resta prospère lo (...)

33On a pu dénombrer, au XIIIe siècle, 23 armuriers et 2 fondeurs contre 3 tapissiers ; au XIVe siècle, 187 armuriers et 57 fondeurs pour 72 tapissiers. Au XVe siècle, cette prédominance tend à s’effacer avec 232 armuriers et 106 fondeurs contre 330 tapissiers35.

  • 36 Cfr Kervyn de Lettenhove, Les relations d'Edouard III avec la Belgique..., pp. 666, 673, 677-678. (...)
  • 37 Voir par exemple A.G.R., C.C., Recette générale des provinces (Brabant), reg. 2395, fos 203 v° et (...)

34Toutes les armes connues étaient fabriquées dans cette ville. La batterie d’armures y était particulièrement prospère. Au XIVe siècle, l’étranger recherchait les services des « armoyeurs » tournaisiens. Ainsi Gérard de Tournai devint heaumier d’Edouard III d’Angleterre et Janin de Tournai était armurier à Lyon dans le dernier quart du siècle36. Les batteurs scaldiens travaillaient aussi pour les maisons princières des Pays-Bas37.

  • 38 Voir les fournitures d’artillerie et de canons tournaisiens pour la flotte du comte de Flandre en  (...)
  • 39 Au XVe siècle, des merciers de Metz viennent acheter des « dagues de Tournai » ; J. Schneider, Rec (...)

35Les autres produits : armes offensives, artillerie ancienne et armes à feu forgées ou coulées, sortaient également en grand nombre des ateliers de Tournai38 et alimentaient le marché local et régional, voire les échanges à longue distance39. L’importance de là fonction commerciale, cependant, reste malaisée à mesurer. Manifestement, cet aspect du problème n’intéressait pas l’érudit qui a consacré l’étude précitée à l’armurerie tournaisienne. Il a manqué de ce fait l’occasion de préserver le souvenir de documents irrémédiablement perdus depuis. L’étude du rayonnement de l’armurerie tournaisienne d’après les sources émanant des principautés belges aboutit à d’assez maigres résultats. En supposant, en toute logique, que les exportations se pratiquaient plutôt vers l’Ouest, une investigation dans les archives françaises serait peut-être plus fructueuse à cet égard. Il ne paraît pas admissible en tout cas qu’une ville où les industries de l’armement étaient si prospères n’ait pas travaillé largement pour l’exportation.

36A l'exception de Tournai, — seule ville où les fabricants d’armes paraissent l’avoir emporté numériquement sur les artisans du textile, tout au moins au XIVe siècle, — il est un fait que l’effectif des professions armurières n’a jamais égalé celui des métiers essentiels de l’ère pré-industrielle : ceux de l’alimentation et de l’habillement. Toutefois, l'industrie armuriere des villes de Flandre représente une activité dont l'importance a certainement été sous-estimée en raison précisément du rôle primordial de la draperie et du tissage. Bien que les facteurs de cette seconde opulence diffèrent d’un centre urbain à l’autre, un concours de circonstances a voulu que son apogée se situe partout au XIVe siècle et son déclin à la fin du XVe. C’est pourquoi on peut déclarer que l’armurerie flamande fut une industrie strictement médiévale. Elle ne sera plus, à l’Epoque moderne, que l’ombre d’elle-même. Pourquoi ?

37En analysant les raisons de son succès, on découvre des motivations économiques certes, mais aussi sociales et politiques. Bruges et Tournai, les deux plus grands centres, doivent leur prépondérance, qui dépasse le cadre régional, à des causes économiques. La défaveur du grand port flamand au profit d’Anvers et les crises qui agitèrent la cité tournaisienne à la fin du Moyen Age bridèrent considérablement cette activité artisanale au moment où elle devait d’ailleurs faire face à une forte concurrence extérieure.

38Dans le cas des autres communes de Flandre, c’est la volonté de puissance sociale qui a servi de levier dans la constitution d’un potentiel militaire indispensable. De surcroît, le rôle de capitale joué par Arras et surtout par Lille donna à ces villes une position politique privilégiée, avec une clientèle spécifique et des besoins accrus. Viennent le crépuscule des libertés communales et le déplacement vers l’Est des organes centraux de l’état bourguignon, et ces activités subirent un irrémédiable déclin, consacré au XVIe siècle.

B. — Les villes brabançonnes.

39Les centres armuriers les plus célèbres des Pays-Bas se trouvaient dans l’ancien Brabant. Les ateliers de Bruxelles et de Malines ont tenu une place éminente dans l’industrie médiévale des armements, tandis que le port d’Anvers a exercé une action capitale dans la redistribution des produits militaires. Une fois encore, les facteurs politiques aussi bien qu’économiques furent déterminants.

  • 40 Cfr P. Bonenfant, Bruxelles et la Maison de Bourgogne et M. Martens, Bruxelles, capitale ; J. Krep (...)

40Résidence préférée des ducs de Brabant depuis le milieu du XIVsiècle, Bruxelles joua dès lors le rôle de capitale pour la principauté et, à partir de 1430, pour tous les « pays de par-deçà » du duc de Bourgogne. Eclipsée ensuite par Malines, elle reprit, après la mort de Marguerite d’Autriche, sa situation privilégiée de ville de Cour. On s’accorde pour reconnaître dans ces circonstances politiques un des motifs principaux de la prospérité bruxelloise à la fin du Moyen Age40. Sans aucun doute en fut-il de même des métiers de l’armement.

  • 41 J. Squilbeck, Le travail du métal à Bruxelles. I : Notice sur le métier des armuarmuriers ; J.-P. (...)

41Il y a quelques années déjà, M. J. Squilbeck consacrait au métier bruxellois des armuriers une étude sommaire mais bien documentée dans le cadre d’une large fresque sur le XVe siècle, âge d’or de la capitale brabançonne. Plus récemment, M. J.-P. Sosson livrait les résultats de ses recherches à propos des aspects économico-sociaux de l’artisanat du métal dans cette ville. Ses investigations lui permettaient de dénombrer, pour le XVe siècle, 73 fabricants d’armures, 66 fondeurs et 42 couteliers ainsi que près de 200 autres ouvriers métallurgistes, tous susceptibles, dans des mesures diverses, de produire également du matériel d’armement. Ce relevé, qui ne saurait être exhaustif, n’en révèle pas moins une évidente abondance de main-d’œuvre41. De nombreux documents attestent par ailleurs la prospérité du secteur armurier dès le XIVe siècle.

  • 42 Fourniture d’une armure à Wenceslas de Luxembourg en 1377 ; Sosson, Quelques aspects sociaux..., p (...)
  • 43 Extraits des comptes de la recette générale de l’ancien comté de Hainaut, p. 165 (achat d’armures (...)

42Les batteurs d’armures furent les plus fameux de ce négoce. Du XIVe au XVIe siècle, ils sont les pourvoyeurs favoris des grands personnages des Pays-Bas. Ils travaillent naturellement pour les ducs de Brabant et même entrent à leur service comme « hernaschmakers » ou « pansiermakers » attitrés42. Ils fournissent également des pièces d’équipement défensif au comte de Hainaut43.

  • 44 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. I, fasc. 1, pp. 223-224 ; fasc. 3, p. 481 ; t.  (...)
  • 45 En 1369, un Amaury de Bruxelles fournit des pièces d’armures de joute au duc de Bourgogne tandis q (...)
  • 46 Jehan Vicheron vend des armures de joute aux ducs de Brabant (1409) et de Bourgogne (1420, 1423) a (...)

43De bonne heure aussi, ils se mettent aux gages des ducs de Bourgogne et certains, même, émigrent à Dijon. Un Jossequin Munier, par exemple, natif de Bruxelles, vint en apprentissage chez un oncle, déjà établi comme armurier dans la capitale de la Bourgogne. Il finit par devenir valet de chambre et armurier de Philippe le Hardi sans jamais renier ses attaches brabançonnes puisqu’il maintenait des rapports d’affaires avec sa ville natale44. D’ailleurs, avant la mainmise bourguignonne sur le duché de Brabant, nombre de fabricants d’armures, sans quitter les rives de la Senne, travaillaient déjà pour l’illustre maison « de par-delà »45. C’était le cas de l’armurier Jehan Vicheron dès 1420 et du sellier Jehan Rempart dès l’aube du XVe siècle. En 1422, ce dernier fabriqua « deux harnoiz de tournoy entier, chacun d'iceux à armer homme et cheval » dont Philippe le Bon fit présent au duc de Bedford, régent de France. Sans doute l’avènement d’Antoine de Bourgogne n’est-il pas étranger à cette espèce d’osmose entre les deux principautés, dont Bruxelles fut largement bénéficiaire46.

  • 47 En 1453-1454, Guillaume Fillastre fit fabriquer une brigandine par le Bruxellois Henri de Rossem, (...)
  • 48 En 1468, Lancelot de Gindertale, cité à la n. précédente, fournit cent armures à la cour de Bourgo (...)
  • 49 Autres armuriers de Bruxelles : Jehan Bonnequin et Jehan Melles (1436) dans A. N. Lille, R. G. F., (...)

44Quoi qu’il en soit, les « ducs d’Occident », aussitôt que l’héritage brabançon leur fut dévolu, eurent plus que jamais recours aux talents des armuriers bruxellois. Les exemples abondent sur ce point : qu’il s’agisse pour un Guillaume Fillastre, chancelier de la Toison d’Or, de commander un somptueux équipement de combat en prévision d’une hypothétique croisade47, pour Philippe le Bon d’acheter pour sa cour cent harnois en un an ou pour Maximilien de s’attacher les services personnels d’un maître-artisan48, les armuriers bruxellois sont chaque fois sollicités49.

  • 50 Cfr Squilbeck, op. cit., pp. 251-252 ; Van Vinkeroy, op. cit., p. 87 n. 2 ; Gachard, Rapport à Mon (...)
  • 51 L. Guichardin, Description de tout le Païs Bas..., p. 77.

45Cette faveur, — en même temps que l’excellente qualité professionnelle qu’elle implique, — ne se démentira pas au XVIe siècle puisque Charles-Quint continue de faire appel aux batteurs d’armures de sa capitale et lorsque Henri VIII d’Angleterre décide, pour sacrifier aux vanités du jour, de fonder un atelier royal d’armurerie, il engage des artisans italiens, allemands et bruxellois50. En 1576, Louis Guichardin pouvait encore écrire à propos des corps de métier de la capitale brabançonne : « celuy des armoieurs est salutaire et de grande importance, car oultre la beauté des armeures de toutes sortes et façons, en font d’une trempe parfaicte qui résistent aux arquebusades51 ».

46Mais l’activité de ces virtuoses du marteau ne résume pas toute la production d’armement de Bruxelles. D’autres branches de la profession y ont également excellé sans atteindre cependant, il faut le dire, à la même célébrité.

  • 52 Cfr A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 190, 403, 404 v°, 413 r° (...)
  • 53 En 1431, les couteliers de Bruxelles tiennent huit échoppes à Anvers ; cfr Oudt register, mette be (...)
  • 54 Dès le dernier quart du XVe siècle au plus tard, les couteliers bruxellois fréquentaient assidûmen (...)
  • 55 Fourniture à Lille, en 1465, par Jehan Steenkin ; de La Fons Melicocq, op. cil., p. 12. •— Fournit (...)

47Les fourbisseurs et les couteliers déployaient notamment leurs talents à la Cour des ducs de Brabant puis de Bourgogne52 mais leur activité dépassait, Au XVe siècle, le cadre local puisqu’ils allaient également vendre leur marchandise aux foires d’Anvers53 et de Berg-op-Zoom54. Les fabricants d’arbalètes en acier, arme dont l’usage se vulgarise à cette époque, paraissent aussi avoir joui d’une certaine notoriété : ils travaillent pour le duc de Bourgogne et fournissent à Lille aussi bien qu’à Tournai55.

  • 56 Livraisons au duc de Brabant : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, (...)
  • 57 Suite à des malfaçons, le Magistrat de Bruxelles intervint pour définir les critères de qualité de (...)

48Il en va de même des artilleurs : faiseurs de lances, de piques et d’instruments de jet, qui s’implantent même sur le marché flamand56. La « gendarmerie » de Charles le Téméraire s’approvisionne en lances de guerre fournies par le métier des tonneliers et des menuisiers de Bruxelles, comme nous l’apprend un curieux document de 147457.

  • 58 A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 165 ; reg. 2395, fos 81 r°-v (...)
  • 59 A. Wauters, Les fondeurs en cuivre à Bruxelles aux XVe et XVIe  siècles, pp. 627 sv. ; J. Squilbec (...)

49L’œuvre des canonniers de cette ville, enfin, n’est point négligeable. Si Bruxelles ne fut pas précisément la terre d’élection pour l’industrie des armes à feu, la présence du pouvoir princier dans ses murs entretint l’activité de quelques maîtres-bombardiers de renom. Il convient certes de citer Pasquier den Kick, « donderbusmeester » d’Antoine de Brabant, qui forgea, entre 1409 et 1411, une pièce d’artillerie de 35 tonnes, une des plus pesantes que les principautés belges aient jamais connues58. Il n’est pas douteux d’ailleurs que la dinanderie, implantée au XIVe siècle dans la capitale brabançonne, produisit quelques fondeurs de canons. Le plus célèbre, Jehan de Malines, fit preuve d’une activité débordante pendant les quelque dix ans qu’il passa au service de Philippe le Bon et de son fils. Une bombarde de bronze portant sa marque tomba aux mains des Suisses à Granson (1476), ce qui vaut aujourd’hui au Musée de Bâle le privilège de l’avoir conservée (voir illustration 3)59.

50A cette époque cependant, le centre brabançon de la fonderie des canons était ailleurs. Malines jouait alors le rôle de ville-arsenal pour les pays « de par-deçà ». Il est vrai qu’elle en était devenue, depuis Charles le Téméraire et jusqu’à la fin de la gouvernance de Marguerite d’Autriche, la capitale administrative. Mais l’industrie armurière des bords de la Dyle connaissait une certaine activité bien avant l’époque où les circonstances politiques permirent de la mettre en relief.

  • 60 Cfr J. Laenen, Geschiedenis van Mechelen tot op het einde der Middeleeuwen, pp. 139-140, 273-280. (...)

51Le métiers malinois des fèvres jouissait d’un prestige qui se marquait par le droit de préséance accordé à ses membres lors des cérémonies religieuses. Au XIIIe siècle, tous les travailleurs du métal étaient groupés au sein d’une association mi-religieuse, mi économique : la confrérie de Saint-Eloi. L’élu de Liège Henri de Gueldre en confirma l’érection par un acte de 1254 dont on conserve l’expédition originale sur un rouleau de parchemin. Par la suite, les divers groupements corporatifs se différencièrent, selon un processus bien connu, mais l’importance des artisans du métal ne cessa de croître60.

  • 61 G. Van Doorslaer, op. cit., surtout t. XX.
  • 62 Cfr ARCH. Ville Malines, CC XIV. 1 : Uitterksels van het stadsarchief aangaande de klok-en busgiet (...)

52Ce fut le cas surtout, dès le début du XIVe siècle, des batteurs et des fondeurs de cuivre, dont Van Doorslaer a jadis étudé l’étonnante fortune61. Cependant, la fabrication des produits ferreux n’en continua pas moins de se développer, notamment dans le domaine de l’armement. La documentation est malheureusement assez réduite pour le XIVe siècle mais il n’est pas douteux que toutes les armes blanches, et bientôt à feu, étaient produites à Malines dès cette époque. On y fabrique en tout cas régulièrement des pièces d’artillerie en fer forgé depuis les années 1350 jusqu’à la fin du Moyen Age. A côté des canons malinois en bronze, si justement célèbres surtout dès la fin du XVe siècle, il y eut toujours une importante production de bouches à feu en fer, au prix de revient moins élevé. Elles formaient encore, en 1471, la grande majorité de l’arsenal urbain62.

  • 63 VAN Doorslaer, op. cit., t. XX, pp. 265 sv. — P.-J. Van Doren, Inventaires des archives de la vill (...)

53Quant à l’industrie des canons en bronze ou en laiton, les sources en attestent l’existence vers 1379 et, comme ce fut le cas également à Tournai, le premier fondeur connu est un potier. Mais ce n’est pas avant la seconde moitié, voire le dernier quart, du XVe siècle que cette activité se développa à une échelle dépassant le cadre local. Le recours aux prestations militaires des couleuvriniers malinois dès la fin du règne de Philippe le Bon est déjà un indice de la maîtrise que les habitants de la petite ville brabançonne avaient acquise dans le domaine des armes portatives. Les commandes honorées par de grands fondeurs comme Gilles Couthals, Jean Fierens et surtout Hans Poppenruyter, fournisseur de Maximilien, de Louis XII et de Henri VIII, expliquent pourquoi Guichardin plaçait Malines au rang des grandes fabriques européennes d’artillerie. Le rôle d’arsenal que cette ville fut appelée à remplir s’explique sans nul doute aussi par la facilité qu’offrait, pour le transport d’objets pondéreux, l’excellent réseau hydrographique dont elle bénéficiait. On sait que cette situation privilégiée eut par ailleurs les conséquences les plus heureuses pour le commerce de redistribution dont les Malinois se firent une spécialité63.

  • 64 En 1418, un marchand malinois vient vendre à la foire froide de Berg-op-Zoom, entre autres article (...)
  • 65 Mention D’un « Armoyeur » Malinois Emigre A Tournai (1361) ; E. J. Soil, de Moriame, Op. Cit., P.  (...)
  • 66 Voir Par Exemple Les Activites Des « Fustaillers » Malinois Jean De Finet Et Jean De Smet ; Finot,(...)

54Il y a cependant d’autres domaines de l’industrie armurière où cette ville acquit une certaine notoriété : la taillanderie et la coutellerie par exemple, bien que ces deux branches eussent à se défendre contre la concurrence extérieure64. La fabrication des armures s’est également Développée. Les Harnois Faisaient L’objet De Transactions Avec Le Nord Des Pays-bas Et L’archiduc Maximilien Achetait à Malines Casques Et Cuirasses65. Notons Aussi Que Ce Prince, — Comme Déjà Son Prédécesseur De Bourgogne, — Eut Recours à Des « Fustaillers » Malinois Pour Lui Procurer, Par Milliers, Les Lances, Les Hallebardes Et Surtout Les Piques Dont L’infanterie Faisait Alors Un Si Grand Usage66.

  • 67 A.G.R., C.C., Recette Generale Des Provinces : Brabant, Reg. 2401, fo 231.— Van Vinkeroy, Op. Cit. (...)

55Enfin, La Fabrication Des Arbalètes Semble S’être Développée Au Point De Connaître La Faveur D’une Clientèle Aristocratique. En 1419, Le Duc De Brabant Faisait Acheter Dans La Ville De Saint Rombaut Deux Douzaines De Crics Pour Tendre Ces Engins. Vers 1500, Cette Activité Revêt Sans Doute Un Certain éclat Puisque C’est Au Malinois Jean De Hoghvorst Que Philippe Le Beau Confie Le Soin De Fabriquer Les Arbalètes A Cric Et à Jalet Qu’il Destine à Son Père, Aux Ambassadeurs Ou à Sa Propre Personne. Le Récit Du Voyage Aux Pays-bas Du Cardinal Louis D’aragon, En 1517 Et 1518, Confirme La Réputation De Cette Industrie Particulière : « In Dicta Terra [De Malines] Se Lavora Excellentissimamente De Balestre D’ogni Sorte... ». Aussi, De Passage En Cette Ville, Le Prélat En Commande-t-il Un Grand Nombre Qu’il Se Fait Envoyer à Rome67.

56Nous Sortons Quelque Peu Du Cadre Chronologique De La Présente étude Dans L’intention De Montrer Combien La Notoriété Des Fabrications Armurières Malinoises Appartient Davantage Encore Au XVIe Siècle Qu’au Moyen Age. Si Les Compétences Professionnelles N’ont Pas Manque Dans Ce Domaine Des le XIVe Siècle, Il Faut Reconnaître Que La Cour Des Souverains Des Pays-bas A Eu Sur Elles Le Puissant effet stimulant sans lequel elles seraient demeurées dans l’ombre de l’histoire.

57Quant à Anvers, ce fut un important centre de redistribution des fabrications armurières dès le début du XVe siecle et certainement déjà au XIVe. Mais son rôle comme producteur d’armements proprement dit est difficile à apprécier car il n’est point douteux, moins encore peut-être que dans le cas de Bruges, — que bon nombre de transactions, non seulement échappaient aux indigènes, mais encore concernaient des produits d’importation.

  • 68 R. Doehaerd, Etudes anversoises..., t. 1 pp. 25 sv. (citation p. 38). Cfr, en général : J. A. Van (...)

58Il y a eu, certes, à Anvers, un artisanat de l’armement ainsi qu’en atteste l’organisation corporative de la ville. Mais il n’est pas possible de déterminer le volume de son activité : les produits venus de l’extérieur interviennent pour une large part dans les achats négociés sur place au point que, dès la fin du XVe siècle tout au moins, les importations devaient l’emporter nettement sur la production indigène. R. Doehaerd considère, paradoxalement mais fort justement, le grand port scaldien comme « un point de concentration dans le Nord du large trafic terrestre de l’Europe intérieure ». Cette définition, applicable au début de l’Epoque moderne, l’est également pour la fin du Moyen Age. La tenue, à Anvers, de foires périodiques depuis la première moitié du XIVe siècle, a entraîné un afflux de vendeurs et d’acheteurs qui constituèrent un grand marché international et cosmopolite68.

  • 69 A propos du fil d’Anvers, voir le chapitre sur les matières premières. — A.U.K., C C„ Recette géné (...)

59Il n’empêche qu’une authentique production locale d’« artilleries » n’est pas douteuse en raison de l’abondance du bois importé et du fameux « fil d’Anvers » connu dans tous les Pays-Bas et au-delà. Les ducs de Brabant et de Bourgogne s’approvisionnèrent quelquefois dans cette ville en engins de jet et en armes de hast69.

  • 70 Achat d’un tonneau d’épées, à la foire d’Anvers, par un habitant d’Arremude en 1414 ; ibid., p. 20 (...)
  • 71 Sur l’industrie des armures à Anvers au XVIe siècle, voir L. Guichardin, op. cit., p. 152 et J. Sq (...)

60Par ailleurs, les épées et les couteaux70, ainsi que les armures71, faisaient l’objet d’un important commerce, mais de toute évidence le négoce portait sur des fabrications de provenances diverses, concentrées dans le port scaldien : dagues de Tournai, de Bruxelles et d’Allemagne, harnois de Milan, de Nuremberg, de Cologne et de Westphalie... à côté d’une production indigène dont on ignore presque tout avant le XVIe siècle. Toutes ces armes étaient redistribuées, par terre ou par mer, vers l’ensemble des Pays-Bas, la Lorraine, l’Angleterre, la France et les pays méditerranéens.

  • 72 Achat de canons à Anvers pour le duc de Brabant : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : B (...)

61L’artillerie a poudre et surtout les matières pyrotechniques semblent avoir constitue aussi des articles de choix. Dans le premier cas, l’offre provenait des fabricants locaux ou de l’industrie des principautés belges ; dans le second, il s’agissait de produits d’importation allemande ou italienne72.

62Il est naturel de chercher à établir une comparaison entre Anvers et Bruges du point de vue qui nous occupe. Incontestablement, toutes deux ont joué un rôle essentiel dans l’approvisionnement en armes des anciennes principautés belges. Elles se distinguent pourtant nettement par le sens de leur fonction commerciale. Chronologiquement parlant, et contrairement à ce que l’on a encore trop tendance à croire, la prospérité d’Anvers était déjà solidement établie alors que Bruges ne manifestait pas encore de signes sérieux de déclin. Par contre, la première connut le sommet de sa prospérité au moment où la seconde était déjà en pleine décadence. Bruges fut surtout, pour les armes, un port d’importation doublé d’un centre de production. Anvers fut davantage une ville marché et un port d’exportation. Ni l’une ni l’autre ne s’expliquent en tout cas sans l’action déterminante de facteurs économiques. Les activités artisanales du complexe portuaire du Zwijn, — avec lesquelles celles d’Anvers ne se peuvent comparer au Moyen Age, — résultent sans doute de leur antériorité chronologique. L’industrie de transformation a pu s’établir à Bruges à une époque où, à défaut d’importation régulière de produits manufacturés, comme ce sera le cas Au XVe siècle dans nos régions, les besoins de la clientèle indigène devaient se contenter des services d’armuriers locaux.

C. — Le groupe hennuyer.

63Dans le cas de l’ancien comté de Hainaut, auquel il convient d’ajouter l’Entre-Sambre et Meuse liégeoise, il est possible de parler d’un groupe de production. En effet, cette zone comportait une multitude d’ateliers, dispersés sur son territoire, mais caractérisés par des fabrications communes. En fait, il faudrait plutôt considérer le Hainaut tout entier comme le centre de deux activités principales, exercées par une « poussière » d’officines artisanales : celles des artilleurs et celles des canonniers. Ces deux métiers ont bénéficié de la richesse locale en matières premières : bois et fer, et de la présence d’une industrie sidérurgique de première transformation.

  • 73 A. F. Lacroix, Extraits des comptes et autres documents... de la ville de Mons, p. 369 (1362). — E (...)
  • 74 E. Roland, op. cit., pp. 20, 25 (1406 et 1419). — J. Muller, Fabrique de flèches d'arbalètes à Bin (...)
  • 75 G. Hagemans, op. cit., t. I, p. 179 (1416). -— A. N. Lille, R.G.F., B 1948, fo 272 (1433).
  • 76 J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales... Pas-deCalais, t. II, p. 57 (134 (...)
  • 77 Sur Jehan l’artilleur d’Ath et ses services au comte de Hainaut, cfr G. Wymans, Maître Jehan l'art (...)
  • 78 Ibid., pp. 19, 24 (1364, 1395, 1405). — E. et G. Gérard, Analectes pour servir à l'histoire de Din (...)
  • 79 Comme Roeulx, Thieu, Havre, Dymon, Selleries, Beaumont, Solre-le-Château ; cfr ibid., p. 212 (1465 (...)

64Depuis la première moitié du XIVe siècle au plus tard, la production hennuyère et thudinienne de traits d’arc et de carreaux d’arbalète, de fers de flèche et, subsidiairement, de lances, était renommée dans tous les Pays-Bas du Sud aussi bien qu’en France. Les princes et les villes des principautés belges en faisaient acheter, a fortiori ceux du Hainaut, qui s’approvisionnaient évidemment sur place. Comme il s’agissait, ainsi que nous l’avons vu dans le premier chapitre, de matériel de grande consommation, les achats portaient généralement sur des quantités importantes de flèches, des centaines voire des milliers de pièces. Relativement légères, donc facilement transportables, celles-ci étaient travaillées dans les centres urbains comme Mons73, Binche74, Maubeuge75, Valenciennes76, Ath77, Thuin78 aussi bien que dans les nombreux villages d’où provenaient d’ailleurs les matières premières79. Nous avons en tout cas affaire à une industrie largement rurale, mais pas exclusivement, d’autant plus qu’elle écoulait, semble-t-il, ses produits par l’intermédiaire de marchands-artisans voire de marchands tout court résidant dans les villes. L’activité de ces maîtres d’œuvre s’explique aisément dans le cas où, pour honorer une commande importante, il était hors de question de s’adresser à un seul artilleur, dont la production individuelle ne pouvait être qu’assez limitée.

  • 80 Cfr Ch. Breard, Le compte du Clos des galées de Rouen au XIVe  siècle (1382-1384), pp. 75-76, 85. (...)
  • 81 A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fo 125 v°. — J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 114.

65Ainsi, lorsque, en 1380, le garde du « Clos des galées » de Rouen veut réapprovisionner en fers de flèche le célèbre arsenal du roi de France, il dépêche un messager à Thuin, auprès du marchand Colart le Telier, le priant de rassembler « tous les fers qu'il pourroit finer à ferrer viretons ». Celui-ci s’exécute, très certainement après avoir battu la campagne, et est à même de fournir 75 000 pointes de carreau d’arbalète. Vers la même époque, une autre prospection de cette région de l’« eveschié du Liège » permet aux officiers du roi de France de réunir 82 671 fers de vireton, fabriqués par six fèvres différents. Remarquons que les Valois durent recourir plus d’une fois aux artilleurs hennuyers puisque, vers 1420-1422, le Grand Maître des arbalétriers de France donne encore pour instruction de faire acheter des fers de dondaine, de demi-dondaine ou des fers communs « aux marches de Lyege et de Haynau »80. La pluralité des sources d’approvisionnement se manifeste également en 1426 quand un artilleur arrageois du duc de Bourgogne a, nous dit-on « vacqué en plusieurs villes et places » de la Thudinie pour se procurer 4 000 dondaines, 3 000 fers de dondaine et 2 400 flèches. Enfin, lorsque le Binchois Jean Clabaut, archer de corps et artilleur de Philippe le Bon s’engage, en 1445, à fournir à son maître 168 000 flèches d’arc, ferrées et cirées, il ne fait aucun doute qu’il entend répartir entre plusieurs artisans un travail dont l’ampleur serait au-dessus des forces d’un seul homme81.

66Quant aux armes à feu hennuyères, la structure de leur industrie, pour autant que nous puissions en saisir tous les aspects, se différencie de celle des « artilleries ». Elle se caractérise en effet par une concentration en milieu urbain, principalement à Mons, Binche et Maubeuge.

  • 82 G. Decamps, L'artillerie montoise. Ses origines, pp. 8-13. — E. Roland, L'artillerie de la ville d (...)

67L’implantation à Mons s’explique aisément : il s’agit de la capitale autant que de l’agglomération la plus peuplée du comté. Elle possédait déjà au moins une bombarde en 1349 et, quelques années plus tard, on y fabriquait couramment des canons. En 1364, un maître bombardier montois fournit des pièces d’artillerie à Binche ; en 1382, Mons possède son fondeur de bouches à feu en bronze82.

  • 83 A. N. Lille, R. G. F., B 2026, fo 420 v° (1457) ; Finot, op. cit., pp. 244, 254, 256 (1464, 1467, (...)
  • 84 II semble qu’il faille distinguer ce personnage d’un autre artilleur du nom de Jehan Cambier (ou G (...)
  • 85 Ibid., B 1961 à B 1998, passim.
  • 86 Ibid., B 2004 à B 2020, passim : Finot, op. cit., p. 256. — Jean Cambier fut inscrit comme bourgeo (...)

68Pour le XVe siècle, parmi les nombreux canonniers qui ont exercé leur métier dans la cité de sainte Waudru, il faut accorder une place spéciale à deux artisans auxquels les ducs de Bourgogne confièrent souvent des commandes : Lambert Leleu et Jean Cambier. Le premier, surnommé Lambillon, fabriquait des bouches à feu en fer forgé dans le troisième quart du siècle83. Le second fut un personnage de tout premier plan assurément le plus important marchand de canons et d’« artilleries » des Pays-Bas pendant le règne de Philippe le Bon et sans doute du XVe siècle tout entier. Son origine est inconnue. D’abord établi à Bruges et qualifié d’artilleur, il fournit au duc des pièces d’artillerie ainsi que des flèches, de la poudre et des munitions84. Il s’installe à Tournai en 1437 comme « marchand d’artillerie », qualification qui restera dès lors attachée à son nom85. C’est en 1448 qu’il vient s’établir définitivement à Mons, où il acquiert la bourgeoisie ; il y meurt vraisemblablement en 147286.

fig. 5. Plastron de cuirasse liégeoise (milieu du XVe siècle)
Trouvé dans un ancien fossé de l’enceinte de Tongres. Les perforations sont récentes. Poinçon au-dessus de la nervure centrale : croix haussée, couronnée (perron ?) flanquée des lettres L et G. Type de transition entre le genre « Kastenbrust » et l’armure dite « gothique ». (Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures. Cliché A.C.L.)

  • 87 A. N. Lille, R.G.F., B 2008, fos 360 v°-361. — Jehan Cambier fournit au duc : 87 crapaudaux de 2 p (...)
  • 88 Ibid., B 1972, fo 260 (1441) : il s’agit d’une bombarde de 1er nommée « Le Daim ». J. Garnier, op.(...)

69Il ne saurait être question d’entrer ici dans le détail de ses innombrables activités. On peut dire que, mises à part les armures, rien de ce qui touchait à l’armement ne lui fut étranger. Il fournit en gros, par milliers, canons, tonneaux de poudre, boulets, flèches, lances, cordes d’arc et d’arbalète, armes d’hast et outils divers. De toute évidence, il devait agir comme marchand-entrepreneur, car même s’il avait pu disposer d’un atelier au personnel nombreux, — ce que les sources ne permettent pas de déterminer, il eût été incapable de produire tout ce qu’il vendait. Il faut donc nécessairement qu’il ait eu recours à d’autres artisans, ce qui porte à croire qu’il s’en trouvait beaucoup à Mons. Pour nous en tenir aux pièces d’artillerie, il suffira sans doute, afin de donner une idée de l’importance de ses affaires, de signaler qu’il en livra près de vingt tonnes à Philippe le Bon rien qu’en 145187. On peut estimer d’ailleurs qu’il fournit en tout, à ce prince, quelque 200 tonnes de bouches à feu entre 1434 et 1454 ! Parmi celles-ci, il convient de citer au moins trois bombardes destinées au roi de Portugal et la fameuse « Mons Meg », actuellement conservée au château d’Edimbourg, envoyée au roi d’Ecosse Jacques II en 145788.

  • 89 Cfr par exemple L. Devillers, Le Hainaut sous la régence de Maximilien d'Autriche (1483-1494), t.  (...)

70Après Jean Cambier, il y eut encore, à Mons, de nombreux fabricants et marchands de canons au point que cette ville devint, à la faveur sans doute des guerres franco-bourguignonnes, un des principaux arsenaux des Pays-Bas à la fin du XVe siècle. Les registres aux délibérations du Conseil municipal pendant la régence de Maximilien d’Autriche (1483-1494), publiés par Devillers, font fréquemment mention de demandes, adressées par le souverain à la ville, aux fins d’obtenir en prêt ou en don des canons, de la poudre et des boulets. Cette dépendance ne saurait s’expliquer si Mons n’avait été le siège d’une industrie active capable de répondre à une aussi forte demande89.

  • 90 Cette dépendance ressort des nombreux achats d’artillerie dans d’autres villes ; cfr Roland, L'art (...)

71Binche tint également un rôle de choix dans la fabrication des pièces d’artillerie, du moins a partir du XVe siecle, car au XIVe, elle paraît encore tributaire des sources extérieures d’approvisionnement90. Toujours est-il qu’entre 1418 et 1450 environ, plusieurs indices contribuent à prouver que les canonniers binchois exportaient couramment leur production et disposaient, toutes proportions gardées, d’un certain potentiel industriel.

  • 91 Ibid., pp. 34-35 ; M. Mollat, Comptes généraux de l'Etat bourguignon..., p. 323 ; A.E.N., Ville, s (...)

72En 1418, le canonnier Jehan Raoul fournit trois bouches à feu pour le château de Morlanwez. L’année suivante, des marchands binchois sont signalés dans le Cambrésis, avec deux canons, vingt armes à feu portatives et de la poudre. En 1430, un Binchois livre à la ville de Namur quatre canons de petit calibre, d’un poids total de 600 livres91.

73Enfin mais surtout, il faut signaler les activités peu ordinaires du marchand de canons et d’artillerie Guillaume Maron. En 1423, il vendit au roi de France et d’Angleterre, Henry VI, par l’intermédiaire d’un commerçant parisien d’origine tournaisienne, une grosse bombarde en fer forgé de près de sept tonnes, qui lançait un boulet d’environ 200 kilos. La pièce était destinée à battre les murs de Saint-Riquier, tenue par un partisan du « roi de Bourges » et assiégée par Philippe le Bon. Acheminé de Binche à Arras, ce gros canon ne résista cependant pas au tir d’épreuve : il se rompit et ne fut jamais réparé. Le vendeur réclamait 1 000 livres. De guerre lasse, on consentit à lui en accorder 600... près de 20 ans plus tard. Ce contre-temps, qui s’explique sans doute par les vicissitudes politiques de la monarchie française, ne porta visiblement aucun préjudice aux affaires de Guillaume Maron. En 1430, il fournissait deux canons au Magistrat de Namur. Neuf ans plus tard, il procure à l’Artillerie bourguignonne 10 000 livres de cuivre fin et 6 000 livres de laiton, employés à la réfection de l’énorme bombarde « Bourgogne ».

  • 92 Cfr respectivement : A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fo 128 (avec annotation marginale) ; B 1972, fo  (...)

74Enfin, c’est au même marchand de canons que revint le mérite d’avoir armé la flotte de six galères qui, partie d’Anvers en 1448, fit lever le siège mis devant Rhodes par le sultan d’Egypte. Cette fois, il s’était associé à un concitoyen, Jean Clabaut, dit Binchois, artilleur du duc de Bourgogne, pour fournir : 30 canons de fer de quatre pouces de calibre, 6 000 boulets en pierre, 12 couleuvrines de fer de calibre moyen, 72 petites couleuvrines et 3 600 livres de poudre92.

75Ici encore, la part que Guillaume Maron prenait dans la fabrication du matériel militaire dont il assurait la vente n’est jamais spécifiée. L’ampleur de ses initiatives commerciales suggère pourtant qu’il pouvait compter sur la collaboration de petits artisans suffisamment nombreux et qualifiés pour garantir le succès de ses affaires.

  • 93 de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 16 (1414).
  • 94 Soil de Moriame, op. cit., p. 133 (1413).
  • 95 G. Hagemans, Histoire du pays de Chimay, t. I, pp. 212-213 (1465).
  • 96 Sur les fournitures de Colard Guyson à Gand, cfr les fragments de comptes publiés par Huyttens, Re (...)

76Enfin, Maubeuge se signala aussi, vers la même époque, par une activité féconde dans le domaine de la fabrication des canons. Les bombardiers maubeugeois approvisionnaient parfois Lille93, Tournai94, Chimay95, Gand. Un Colard Guyson acquit une belle spécialité non seulement en forgeant maintes bouches à feu mais aussi en coulant des boulets en fonte de fer, faisant ainsi, pour le Hainaut, figure de pionnier dans une technique nouvelle appelée à l’avenir que l’on sait96.

77Ce bref tableau de la fabrication armurière dans le Hainaut ancien serait incomplet si nous ne faisions mention d’une certaine industrie de luxe, celle des armures, favorisée nous semble-t-il par les besoins particuliers des comtes de Hainaut. Elle était principalement localisée à Mons ainsi qu’à Valenciennes et ne paraît pas avoir joui d’une quelconque notoriété en dehors de la principauté.

  • 97 Extraits des comptes de la recette générale de l’ancien comté de Hainaut, p. 115. — A.G.R., C.C., (...)
  • 98 Ibid., reg. 3194, fo 45 (1423-1424) ; A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de Ba (...)

78Grands amateurs d’armures, comme tous les dynastes de leur temps, les comtes de Hainaut et les ducs de Bourgogne qui leur succédèrent, s’approvisionnaient notamment auprès d’artisans montois ou valenciennois. Par exemple, en 1365, Albert de Bavière loue à un haubergeonnier de Mons des harnois pour les gens de sa suite, tandis qu’en 1404 il achète des brassards à un heaumier valenciennois97. Un « armoyeur » comme Jehan de Bertaimont devait jouir, à Mons, d’une bonne réputation professionnelle autant que d’un statut social élevé. En charge de l’armurerie comtale, il fit partie, en 1425, d’un groupe de quatorze notables envoyés en ambassade auprès de Philippe le Bon. Huit ans plus tard, celui-ci lui commanda une riche armure valant plus de 246 livres, ce qui constituait assurément un prix énorme98.

  • 99 A.G.R., C.C., Recette générale du Hainaut. reg. 3192, fo 25 v° ; reg. 3193, fo 39 v° ; L. Deviller (...)

79Il n’est pas interdit de penser que la maison de Bavière exerça sur l’industrie armurière montoise une action stimulante, notamment en introduisant dans la capitale du Hainaut quelques « plattner » allemands. N’est-il pas frappant de relever, parmi les ouvriers attachés à la personne des comtes, des artisans étrangers tels que le fourbisseur Jehan d’Alemaigne (vers 1381), le haubergeonnier Willaumes de Juliers (début du XVe siècle) et les « valets de l’armurerie » Thierry et son fils Guillaume d’Ostrewick (1423 à 1460 environ)99.

  • 100 Voir les statuts de la connétahlie des métiers de Mons (1487) dans ; L. Devillers, Le passé artist (...)

80A la fin du XVe siècle, il y avait à Mons des boutiques d’armuriers et les vendeurs de harnois tenaient échoppe les jours de marché. Les armuriers, heaumiers, haubergeonniers, brigandiniers et fourbisseurs figuraient au nombre des métiers pratiqués dans la ville100. Il importe cependant de ramener cette activité à sa juste proportion, et celle-ci demeure en somme assez modeste si on la compare à celle qui faisait la gloire de Bruxelles.

81C’est l’industrie, — moins prestigieuse certes mais si nécessaire aux fins militaires, — des artilleries et, secondairement, des canons qui fit la notoriété du Hainaut au Moyen Age sur le plan des fabrications militaires.

D. — Le groupe mosan.

82Les villes baignées par le cours moyen de la Meuse : Maestricht, Liège, Huy, Namur, Dinant et Bouvignes, qui formaient une entité économique distincte, présentaient aussi, du point de vue des fabrications armurières, une évidente uniformité.

83Le caractère particulier de cette industrie n’est certes pas aise à définir et cela pour deux raisons. Tout d’abord cette région, et singulièrement le pays de Liège, souffre d’une profonde carence archivistique résultant notamment des destructions successives opérées au cours des siècles. La rareté relative des sources diminue donc les chances d’éclairer l’aspect du passe qui nous préoccupé. Mais cette lacune n’est pas purement fortuite. On peut présumer que la documentation qui intéresse notre sujet n’a jamais été fort riche dans cette terre d’Eglise. Contrairement à ses voisins occidentaux, le pays de Liège n’avait pas à sa tête un chef laïque entoure d’une cour guerrière pour laquelle les actions et les exercices militaires occupaient nécessairement une place de choix. De ce fait, même si l’on tient compte de la présence d’officiers laïques et de la part que les clercs prenaient alors dans les choses du siècle, l'entourage épiscopal ne pouvait montrer envers les armes le même engouement que celui des autres princes belges. En deuxième lieu, l’importance tout à fait secondaire de l’armurerie mosane par rapport à d’autres activités comme la dinanderie, la draperie, la houillerie et la sidérurgie réduisait forcément l’intérêt que cette branche artisanale pouvait inspirer aux contemporains et par conséquent la quantité de témoignages à son sujet.

  • 101 J. Fraikin, L’industrie armurière liégeoise et le Banc d’Epreuves des armes à feu de Liège, Liège, (...)

84En dépit de son prestigieux passé, l’industrie armurière liégeoise n’a guère stimulé les recherches des historiens. La seule étude d’ensemble qu’on lui ait consacrée reste très superficielle et fort éloignée des exigences de la recherche actuelle. Quand aux travaux monographiques entrepris sur le sujet depuis un bon siècle, leur ensemble ne suffit pas, loin s’en faut, à constituer un tableau complet de la question, qu’elle que soit la valeur de certains d’entre eux parmi les plus récents101.

  • 102 C. Gaier. Le problème de l'origine de l’industrie armurière liégeoise au Moyen Age, pp. 22 sv. Nou (...)

85Nous avons nous-même consacré naguère une étude au problème de l’origine de l’industrie armurière liégeoise dans laquelle notre propos tendait à démontrer, — à l’appui d’ailleurs de l’opinion commune, — l’ancienneté de cette activité. Nos recherches ultérieures n’ont pas infirmé cette conclusion mais l’examen comparatif des autres principautés belges, de même que l’élargissement géographique de nos investigations, nous ont amené à réduire l’importance que nous avions cru devoir, dans une perspective strictement monographique, attribuer aux Liégeois dans ce domaine102.

86A l’exception des éléments relatifs au comté de Namur, qui procèdent de recherches entreprises spécialement dans le cadre de la présente étude, on voudra bien considérer que les notes qui vont suivre se fondent pour l’essentiel sur les données exploitées dans notre article précité.

  • 103 Cfr A. Joris, Der Handel der Maasstadte im Mittelalter, pp. 15 sv. ; Les villes de la Meuse et leu (...)
  • 104 Dehaisnes, Documents et extraits divers..., p. 342 ; Ffoulkes, The armourer and his craft, p. 181 e (...)
  • 105 J. Garnier, op. cit., p. 224 ; J. Squilbeck, Notice sur le métier des fondeurs et batteurs de cuiv (...)

87Les villes mosanes, nous venons de le dire, n’ont jamais brillé, au bas Moyen Age en tout cas, en dehors du marché purement régional, en matière d’armements. Elles excellèrent pourtant dans le travail des métaux ferreux et non ferreux en général, en particulier dans la ferronnerie, l’orfèvrerie et la chaudronnerie, où elles acquirent une renommée internationale, en plus de la draperie et de l'exploitation des mines de charbon, qui leur valurent aussi une flatteuse réputation hors frontières103. Pour autant que l’état de la documentation nous permette d’aboutir à des conclusions formelles, le recours, dans les Pays-Bas, à des produits armuriers provenant de la région mosane se produit exceptionnellement aux XIVe et XVe siècles. Par contre, l’émigration d’armuriers liégeois vers des centres propices à l’exercice de leur art n’est pas rare, indice probable d’un certain manque de débouchés locaux, sans doute par suite d’un marché trop vite saturé et d’un commerce insuffisamment orienté vers l’exportation. On trouve par exemple, en 1342, un Jaquemin du Liège et un Lambekin du Liège, tous deux établis armuriers a Arras, parmi les principaux fournisseurs de l’Hôtel d’Artois. Liégeois aussi, sans doute, ce « Lambert Braque, d'Alemaine, armurer de cotes de fer » qui élut domicile à Bordeaux, où il exécuta, en 1375, une commande importante pour le comte de Foix104. Liégeois encore ces trois fabricants d’armes à feu portatives, engagés au service de Philippe le Bon en 1430. Le fondeur qui, en 1379, coule des bouches à feu pour la duchesse de Brabant était d’origine dinantaise et le fameux Nicolas José, canonnier de Philippe le Hardi, naquit dans la ville des « copères », tandis qu’un Bertrand de Dinant exerçait à Tournai le métier de fabricant de canons au début du XVe siecle. Enfin, en 1453, c’est un Liégeois, nommé « Jan Fluerkin » dans le document flamand (sans doute Jean Florkin), qui vint couler à Gand une grosse bombarde de bronze, en deux pièces. Ce canon sera confisqué en 1539 et envoyé à la fonte sur ordre de Charles-Quint105.

  • 106 E. Giraudet, Histoire de la ville de Tours, t. I, p. 238 ; P. Aebischer, Liégeois, Brabançons et F (...)

88Notons que les habitants de l’évêché de Liège semblent avoir acquis une grande expérience de l’artillerie à poudre. C’est à eux que Louis XI fit appel pour instruire la milice de Tours au maniement des bombardes et l’on trouve qu’un Nicolas dou Liège, barbier de son état, servait comme canonnier à Fribourg en Suisse, où il avait fixé sa résidence106.

  • 107 Cfr C. Gaier, Art et organisation militaires dans la principauté de Liege..., pp. 162-165, 177-180 (...)

89Depuis le XIIe siècle jusqu’à la fin du XVe, les villes mosanes ont connu une histoire extrêmement mouvementée et belliqueuse. Le recours aux armes y était fréquent et les annales abondent en descriptions d’appareils guerriers d’où il résulte, en concordance avec d’autres catégories de sources d’ailleurs107, que ces localités disposaient d’un matériel de guerre important et perfectionné ; ce dernier ne le cédait en rien à celui des puissantes villes de Flandre, par exemple.

90Il faut donc nécessairement en inférer des facilites d’approvisionnement c’est-à-dire l’abondance de la production. Celle-ci ne fait point de doute et les sources, si disparates soient-elles, concordent pour en témoigner.

91Toutes les villes mosanes précitées se livraient aux fabrications armurières, aussi bien des armes blanches que de celles à feu et malgré la rareté des documents, certaines particularités locales de la production sont perceptibles.

  • 108 Nous relevons 9 batteurs d’armures à Liège au XIVe siècle et autant Au XVe ; cfr C. Gaier, Le prob (...)
  • 109 Ibid., p. 96.

92Ainsi l’on trouvait à Liège des batteurs d’armures en assez grand nombre108. Ceux-ci faisaient partie, comme les fabricants d’autres produits armuriers, du métier des fèvres, ainsi que le stipulent les règlements corporatifs de 1349 et 1418. Au milieu du XVe siècle, les « armoyers » de la cité mettaient en vente leurs articles aux échoppes dressées sur les grands degrés de la cathédrale109. Aussi la dure sentence que Charles le Téméraire imposa aux Liégeois en 1467 comportait-elle expressément l’interdiction de « forgier harnais ».

  • 110 Achat de poudre à Liège par Namur et Dinant Au XVe siècle : cfr A.E.N., op. cit., reg. 32, fo 54 v (...)

93En dehors de cette catégorie, les autres branches de l’armurerie étaient également présentes dans la capitale de l’état mosan : fourbisseurs, couteliers, « speeliers », artilleurs, poudriers110.

  • 111 Nous relevons 13 couteliers et 3 « speeliers » pour le XIVe siècle. Au tableau de C. Gaier, op. ci (...)

94L’activité principale des artisans de Huy dans ce domaine semble bien avoir été la fabrication des couteaux et des épées111.

  • 112 Cfr la série des comptes urbains de Namur, reprise dans la bibliographie au début de cet ouvrage. (...)
  • 113 Pour Dinant, ajoutons aux données contenues dans notre article cit. n. 108 : la confection, en 137 (...)
  • 114 Namur y achète de la poudre et de l’artillerie en 1410 et en 1468 ; A. h. Namur, op. cit., reg. 22 (...)
  • 115 En 1436, Jean de Luxembourg, comte de Ligny, ordonna des poursuites contre un « Evrard de Masick, (...)

95Namur112, Dinant113 et Bouvignes114 pour leur part, ont connu, tout au moins dès la fin du XIVe siecle, une appréciable industrie des armes à feu, surtout en fer forgé et accessoirement en bronze mais il n’est pas sûr que le rythme de la production ait dépassé celui, relativement important, de la consommation locale115.

  • 116 Le fer fondu était utilisé soit pour fabriquer des mortiers ou l'on mélangeait la poudre, soit pou (...)

96Enfin, la région mosane a vu naître, au XIVe siècle, une industrie, essentiellement rurale cette fois, appelée à un grand avenir et qui s’exerça d’emblée dans le domaine de l’armement : la fonderie de fer. Grâce au hasard d’une documentation plus riche pour le Namurois nous savons en tout cas que dès la seconde décennie du XVe siècle, les usines sidérurgiques de cette contrée, alors en plein essor, coulaient des boulets de canon en fer116 dont l’usage devait prévaloir, comme on sait, à l’Epoque moderne.

97Si les activités armurières ne subirent aucune entrave dans le comté de Namur à la fin du Moyen Age, il n’en fut certes pas de même pour la principauté de Liège. Son infrastructure économique, avec le sens restreint que peut avoir cette notion a pareille époque, fut durement ébranlée par les guerres bourguignonnes et les luttes intestines qui s’ensuivirent. Charles le Téméraire avait résolu de détruire méthodiquement le potentiel militaire des vaincus ; il eut soin de leur enlever le moyen de le restaurer en interdisant toute espèces de fabrication armurière. Il n’y réussit d’ailleurs qu’imparfaitement mais l'armurerie mosane mit longtemps à renaître avant de se lancer, dans un contexte politique différent, à la recherche de nouveaux débouchés.

98Mais c’est là un phénomène de l’Epoque moderne seulement. Au Moyen Age, le principal négoce des villes mosanes était plus pacifique. Les officines des armuriers, pourtant nombreuses, travaillaient essentiellement pour la clientèle indigène, comme l’absence de documents relatifs a un trafic d’exportation le donne à penser. C’est pourquoi la production armurière liégeoise et namuroise n’a rien de comparable aux XIVe et XVe siècles, tout au moins quantitativement, avec celle de la Flandre ou du Brabant.

99La presque totalité des fabrications armurières de l’« espace belge » se repartissait dans les centres artisanaux que nous venons de citer. Cependant, en raison de la polyvalence des ouvriers médiévaux, chaque foyer de peuplement était susceptible, nous l’avons dit, de produire des armes.

100Sans nous attarder sur ceux dont les activités furent négligeables, en dehors des zones privilégiées circonscrites ci-dessus, il y a tout de même lieu d'accorder une brève mention aux armuriers du comté de Luxembourg, relativement peu nombreux certes, puisque les besoins d'une région aussi peu peuplée étaient forcément restreints, mais suffisamment industrieux pour avoir laissé dans les documents la trace de leurs réalisations.

  • 117 Voir, par exemple, le leg d’« armeurres » par le chevalier Jean de Zolver en 1307 ; Wampach, Urkun (...)
  • 118 Cfr l'armement des bourgeois, spécifié dans l’acte d’affranchissement de la ville de Luxembourg (12 (...)

101Dans cette ancienne principauté, il y avait une noblesse féodale qui devait trouver de quoi s’équiper117, comme partout ailleurs, mais peut-être plus encore lorsque, au XIVe siècle, la gloire de la Maison de Luxembourg élargit son horizon militaire à l’échelle européenne. Cette position privilégiée fut sans doute, pour beaucoup d'hommes d'armes de cette contrée, l’occasion de se mettre en peine de tenir leur rang. Et puis, il y avait aussi les milices qu’il fallait armer ou qui devaient être placées dans l’état de le faire118.

  • 119 Voir, par exemple, les achats de fournitures militaires effectués à Paris et aux marches occidenta (...)
  • 120 Cfr Wurth-Paquet et N. Van Werveke, op. cil., p. 64 ; J. Vannerus, Dénombrements luxembourgeois du (...)

102Il semble bien que la ville de Luxembourg, sans pourtant être capable de se suffire à elle-même dans ce domaine119, pouvait produire une grande variété d’armes. La ventes des armures de guerre s’y pratiquait dès le XIVe siècle, ainsi que nous l’apprend un record des percepteurs du tonlieu (1411). Les comptes des dépenses militaires, publiés intégralement pour la période de 1445 à 1467 par N. Van Werveke, prouvent que l’on savait y forger, couler, ferrer ou mettre sur affût des canons, faire de la poudre, tailler des boulets de pierre, mouler des balles de plomb et fabriquer des flèches (hampes et pointes). Le dénombrement de la population de la ville, en 1482, révèle des anthroponymes comme « salpetermecher », « harneschfeger » et « swertfeger » ; ceux-ci, s’ils ne peuvent plus être considérés, à une époque aussi tardive, comme des qualifications professionnelles, peuvent néanmoins avoir une valeur rétrospective en ce qu’ils transmettent le souvenir d’occupations exercées par la population120.

103Ce sont cependant les travaux de « gros fer » qui apparaissent comme les plus caractéristiques du comté. On sait que la sidérurgie luxembourgeoise avait acquis, à la fin du Moyen Age, une certaine importance. L’abondance de minerais locaux, de combustible et de la main-d’oeuvre experte dans l’art de forger et, bientôt, de fondre le fer constituaient autant de conditions matérielles favorables, où l’industrie des armements trouva un terrain d’éclosion propice.

  • 121 Cfr ibid., loc. cit., — On trouve aussi quelques fabricants de canons en bronze : ibid., pp. 137, (...)
  • 122 Par exemple, maître Hans Loukenbach, canonnier du duc de Bourgogne de 1453 a 1475 et maître canonn (...)
  • 123 Sur la carrière de Walter d’Arlon, canonnier à Cologne, à Francfort, à Passau, à Augsbourg et à Nu (...)
  • 124 Cfr N. Van Werveke, Die Erwerbung des Luxemburger Landes..., p. 41. — Fabrication de boulets en fo (...)

104Probablement dès le XIVe siècle, mais surtout Au XVe, des fabricants de pointes de flèche et de bombardes de fer alimentent régulièrement le marché local. C’est le cas à Luxembourg même121, dont plusieurs canonniers acquièrent assez de renom pour entrer au service du duc de Bourgogne122, mais aussi à Arlon123 et à Virton124.

105Cependant les débouchés restèrent fort limités au Moyen Age et l’on ne peut parler d’une véritable industrie luxembourgeoise de l’armement.

2. — Le commerce

  • 125 Cfr W. Boeheim, Die Waffe und ihre einstige bedeutung im Welthandel, pp. 171 sv. Cet exposé sommai (...)

106Les armes étaient des produits essentiellement commerçables au Moyen Age comme en tout temps125. Entre autres preuves manifestes du négoce dont elles faisaient l’objet, les tarifs de tonlieux attestent largement, à partir du XIIe siècle surtout, des échanges constants qui portaient sur les fabrications militaires des principautés belges. Le commerce des armements se pratiquait aussi bien à l’échelon local que régional et quelquefois international.

A. — Le commerce local.

107Les exemples d’armes transitant, par voir d’achat, d’une principauté à l’autre sont légion, qu’il s’agisse d’envois du producteur au consommateur ou d’acheminement vers les centres de redistribution, foires ou marchés. Les tarifs de tonlieux, lorsqu’ils sont suffisamment explicites quant à la nature des marchandises, stipulent fréquemment les redevances qui frappent les produits armuriers ou les exemptions dont ils bénéficient.

108On aurait tort, pensons-nous, de prendre trop à la lettre ces énumérations dont la valeur semble avant tout exemplative, mais qui n’en constituent pas moins l’indice d’un commerce particulier. L’évolution typologique suggérée par le changement du nom des armes, selon les mises à jour successives des tarifs d’un même tonlieu, milite en tout cas en faveur de la véracité de ce genre de document. L’exemple du fameux tarif du péage de Bapaume le prouve à suffisance. Cette particularité de la critique des sources n’avait d’ailleurs pas échappé à Jules Finot, car il avait en partie fondé sur elle l’étude de la tradition manuscrite des différentes rédactions du document dont l’original, l’enquête de Capy de mai 1202, est perdu. Toujours est-il que des deux textes de la fin du XIIIe siècle qui nous en ont conservé la trace, un « vidimus » de 1291 ou le tarif relatif à Péronne, c’est le second qui s’éloigne le plus de l’original, du point de vue de l’armurerie en tout cas. Il mentionne en effet quantité de pièces défensives qui n’existaient pas au début du siècle : bassinet, plates, camail, gorgière, « musekins », armures de tournoi. Quant à la rédaction datée de 1442, elle porte la trace indéniable de l’évolution profonde de l’armure à la fin du XIVe siècle et elle ne saurait de ce fait s’inspirer, pour le fond, d’un texte antérieur à cette période.

  • 126 Cfr J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moy (...)

109Signalons encore que la critique interne permet, dans certains cas, de dater les tarifs de tonlieu lorsque l’on peut assigner des termini chronologiques assez précis aux types d’armes dont il y est fait mention. Ainsi par exemple, le texte du « travers » du pont de Picquigny, édité par Melle de Tourtier, est certainement de la seconde moitié du XVe siècle, car les hallebardes citées ne sont pas mentionnées auparavant dans les sources provenant de nos régions, outre le fait que le trafic des piques et des javelines, également signalé, s’y pratiquait surtout vers cette époque126.

  • 127 Outre ceux cités à la n. précédente, cfr les tarifs de tonlieu ou autres documents suivants : Sain (...)

110Dans tous ces documents, les armures constituent les articles les plus fréquents. Ensuite viennent les couteaux et les épées. Ces dernières sont mentionnées à l’état fini ou sous forme de pièces détachées (pommeaux, lames) destinées à un assemblage par les soins de l’acheteur. Enfin, on fait assez fréquemment état de lances et de piques127.

111Comment s’organisaient les échanges ? A l’époque qui nous occupe, c’est-à-dire entre le XIIIe et le XVe siècle, c’est le type de commerce passif qui prédominé, tout au moins en ce qui concerne ces catégories d’acheteurs privilégiés que sont les princes et les magistrats urbains. Quant ils ne trouvent pas à s’approvisionner auprès des industries locales, ceux-ci dépêchent dans un centre plus éloigné un ou plusieurs commis, nantis des pleins pouvoirs pour négocier les achats d’armements.

  • 128 Voir notamment le rôle joué par les armuriers du duc de Brabant (1411) : A.G.R., C.C., Recette gén (...)
  • 129 Voir le cas de Binche (1405) dans E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche..., p. 26 ; de Lil (...)

112Ce rôle de courtage échoit souvent aux armuriers attitrés des princes128 ou des villes, bien que les achats pour le compte des arsenaux urbains soient également effectués par des membres du Magistrat chargés de cette mission129.

  • 130 Cfr n. précédente, en dernier lieu. — Voir aussi A. N. Lille, R. G. F..B 1935. fos 118 v°-120 (142 (...)

113La livraison de la marchandise est confiée à des transporteurs généralement mandates par le client, quelquefois par le fournisseur lorsque sans doute, les circonstances l’y obligent130.

  • 131 Par exemple A. de la Grange, Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de Tourna (...)
  • 132 L’artisan se déplace lorsque l’acheteur était suffisamment fortuné pour s’offrir le luxe d’un ouvr (...)

114Les exemples de commerce actif pratiqué par les producteurs ou même par des revendeurs sont très rares131. Par contre, il arrive que les artisans se rendent en personne auprès des clients importants pour exécuter la commande sur place. C’était souvent le cas, en raison des problèmes de transport, des fournisseurs de pièces d’artillerie132.

  • 133 Achats d’armes aux foires d’Anvers : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. (...)

115Il ne faudrait cependant pas en conclure à la pauvreté de la fonction commerciale en matière d’armements. Les marchés locaux et les foires, surtout celles d’Anvers, ont joué un grand rôle dans la distribution des fabrications militaires. Elles mettent en lumière l’action méconnue mais incontestable d’intermédiaires entre le producteur et le consommateur133.

  • 134 Achat de deux pièces d’artillerie, sans doute légères à des marchands de passage à Namur (1408) ; (...)
  • 135 Les hôteliers se trouvaient fréquemment en possession d’armes diverses que les voyageurs, pour des (...)
  • 136 Cette expression est en partie définie dans un document de 1397, relatif au péage de Bapaume : « p (...)
  • 137 Voir, sur le rôle des merciers dans le commerce de la petite métallurgie, K. Ullmann, Das Werk der (...)
  • 138 Cfr l’intéressante étude de D. D. Brouwers, Les tours des merciers de Walcourt et de Ciney, pp. 57 (...)

116On comprend aisément qu’en dehors de la clientèle privilégiée, les simples particuliers avaient besoin, pour améliorer l’ordinaire de l'armurier local, de faire appel aux ressources des vendeurs qui dressaient leur échoppe sur la place publique, voire au colporteur134 débitant au petit détail, ou à l’hôtelier du lieu, toujours prêt à accepter en gages et à revendre l’attirail guerrier des voyageurs en mal de liquidités135. A cet égard, le rôle des merciers fut assez remarquable car, à côté des articles d’aunage auxquels on associe exclusivement leur nom de nos jours, combien de pièces d’armement ne répandaient-ils pas de ville en ville et de village en village en y transportant leur « mercerie mêlée »136 ? Quadrillant véritablement des principautés entières d’un réseau commercial serré, ces spécialistes de la vente au détail disposaient d’un service de distribution qui permettait d’écouler n’importe quoi n’importe où137 dans un rayon parfois étendu138.

117Avec les foires, on touche déjà au grand commerce international. S’il n’est pas douteux que la production régionale y trouvait aussi un débouché, il est évident que l’afflux des armes étrangères empêche de considérer ces grands carrefours de la vie économique médiévale sur le plan des activités mercantiles strictement indigènes. Il est même intéressant de chercher à préciser le degré de pénétration de certaines fabrications armurières étrangères alors même que la production locale s’étalait avec la profusion que l’on sait.

Fig. 6. Fauconneau de Dinant (vers 1500)
Trouvé dans la Meuse à Dinant, près de remplacement de l’ancienne « tour Chapon ». Laiton, égueulé, couvre-lumière arraché. Les deux écussons de la culasse étaient jadis sans doute émaillés aux armes de la ville et de la principauté. Marque au tonnerre : « 296 ». Calibre : 45 mm.
(Dinant, Hôtel de ville. Cliché de l'auteur)

Fig. 7. Cuirasse italienne en usage dans les Pays-Bas (vers 1470)
Butin d’un habitant de Lucerne pendant les guerres bourguignonnes. Ce plastron (comme la dossière qui l’accompagne) a été fabriqué par le célèbre armurier milanais Antonio Negroni da Ello, dit Missaglia, pour un combattant de l’armée de Charles le Téméraire.
(Lucerne, Musée historique. Cliché Hist. Museum Bern)

B. — Les importations.

118Les armes importées dans les principautés belges au bas Moyen Age provenaient soit du Saint Empire Germanique (outre-Rhin), soit du royaume de France (hormis le comté de Flandre et Tournai bien entendu), soit enfin d’Italie et d’Espagne.

  • 139 Voir par exemple E. Motta, Armaiuoli milanesi nel periodo Viscnnteo-Sforzesco, pp. 187 sv. ; F. Fo (...)

119L’Allemagne et l’Italie connaissaient en effet une activité artisanale extrêmement développée dans le domaine des armements, dont ils furent les plus grands exportateurs avant le XVIIe siècle139. Le commerce international des armes n’a guère été étudié de façon scientifique et la plupart des érudits qui se sont penchés sur certains aspects du problème l’ont fait d’un point de vue strictement archéologique. En l’absence d’une grande synthèse historique à laquelle on puisse se référer à ce sujet, force nous est de chercher à déterminer l’apparition, dans les Pays-Bas du Sud, de matériel militaire importé en nous limitant aux sources de provenance locale.

120Les inventaires de salles d’armes où l’on relève, çà et là, la présence d’articles de provenance étrangère, de même que les règlements sur le port d’armes fournissent à cet égard de précieux indices. A ces sources s’ajoutent bien entendu les documents de la pratique commerciale. L’ensemble permet de se faire une idée du mouvement des échanges sans pour autant en dévoiler le mécanisme, dont la connaissance reste superficielle.

a) Le Saint-Empire.

  • 140 Cfr E. Salin, La civilisation mérovingienne, t. III, pp. 105-107 ; A. Anteins, Im Ostbaltikum gefu (...)
  • 141 A. Sternberg, Die Angriffswaffen im Altfranzösischen Epos, p. 20 ; Y. Bach, Die Angriffswaffen in (...)
  • 142 J. F. Finô, Notes sur la production du fer et la fabrication des armes en France au Moyen Age, p.  (...)

121Les mentions d’épées et de couteaux « d’Allemagne » sont fréquentes, au Moyen Age, dans tout le nord-ouest de l’Europe, particulièrement dans nos régions. Il s’agit d’une très vieille industrie et d’un très ancien commerce, qui remontent à l’époque mérovingienne. On sait que les Francs avaient acquis, dans le forgeage des lames, une habileté extraordinaire. Les célèbre épées damassées de la région rhénane étaient universellement connues et exportées dans toute l’Europe chrétienne. Elles firent l’étonnement du monde arabe et, au XIIIe siècle, leur réputation avait atteint la lointaine Delhi140. Les chansons de geste et la poésie courtoise des XIIe et XIII e siècles font souvent allusion aux « épées allemandes »141 et alors même qu’on avait renoncé à les fabriquer selon l’ancienne technique du damas, leur qualité resta longtemps incontestée. Qu’on se souvienne du passage épique des « Gesta Dei per Francos » où Guibert de Nogent explique pourquoi Godefroid de Bouillon pourfendit un infidèle devant Antioche d’un seul coup d’épée : « Soient enim Lotharingi tum longitudine tum acie spathas habere mirabiles »142.

  • 143 H. Baciitold, Der Norddeutsche Handel im 12. und beginnenden 13. Jahrhundert, pp. 76-77. 83, 118-1 (...)
  • 144 En 1304, le comte de Hainaut possède sept couteaux d’Allemagne ; Dehaisnes, op. cit., p. 156.
  • 145 Les marchands de Nuremberg jouissaient à Liège et en Brabant, dès le XIVe siècle, sinon plus tôt, (...)
  • 146 Le duc de Brabant en fait acheter une en 1409 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Bra (...)
  • 147 A. Von Brandt, « Schwerter aus Lübeck »..., pp. 1 sv. — L’étude archéologique de K. Ullmann, Dolch (...)
  • 148 En 1434, le duc de Bourgogne possède des couteaux de Prague et de Bohême ; A. N. Lille, R.G.F., B (...)

122On pense aujourd’hui que ces épées ou ces dagues provenaient de l’« hinterland » de Cologne et étaient exportées en grandes quantités par les commerçants de la métropole rhénane143. Elles commencent en tout cas à être signalées régulièrement dans les principautés belges vers 1300144, bien que leur importation à une époque plus reculée ne fasse point de doute. On trouve également mention d’épées de Passau145, de Nuremberg146 et de Lubeck147, sans parler des couteaux de Prague ou de Bohême148, dont on ne sait au juste s’ils provenaient d’Europe centrale où s’ils étaient ainsi nommés parce qu’ils se conformaient simplement à un modèle étranger.

  • 149 R. Sprandel, op. cit., pp. 290-291, 306. — Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo(...)
  • 150 A. N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 221 r°-v° (1420) ; B 1933, fo 166 (1425) ; Soil de Moriame, op. ci (...)

123Quant aux armures originaires du « Deutscher Sprachraum », il en est également question dans les oeuvres littéraires des XIIe et XIIIe siècles mais nos sources n’en font point mention avant les alentours de 1400, moment où on signale d’ailleurs également leur présence en France. Le duc de Brabant, au début du XVe siècle, possédait des casques et des cottes de plates d’Allemagne, notamment de Cologne149. Dès la même époque, apparaissent aussi dans nos régions les armures de mailles de Nuremberg et il est avéré que les ducs de Bourgogne en acquirent à plusieurs reprises. A la fin du XVe siècle en tout cas, les foires d’Anvers connaissaient un trafic commercial assez considérable d’armes en provenance de ces deux villes150.

  • 151 En janvier 1457, deux marchands de Cologne viennent à Bruxelles, fournir à l’Artillerie de Philipp (...)

124Enfin, l’importation d’armes à feu allemandes semble avoir été beaucoup plus sporadique. Sans doute le problème du transport terrestre de marchandises aussi pondéreuses que les bombardes fit-il obstacle à leur négoce à longue distance, et l’on trouva généralement plus commode, en cas de besoin, de recourir directement aux services de canonniers allemands151.

b) Le royaume de France.

125L’importation de produits armuriers de France par le libre jeu de l’offre et de la demande paraît avoir été peu importante. Les seules armes françaises connues dans nos principautés avant la fin du XIVe siècle étaient les cottes de mailles de Chambly-le-Hauberger (Oise, Senlis, Neuilly-en-Thelle), les casques de Montauban et les épées de Bordeaux.

  • 152 Dehaisnes, op. cit., pp. 246, 278 ; Soil de Moriame, op. cit., p. 96 ; B. et H. Prost, op. cit., t. (...)

126Les premières provenaient de cette localité proche de Senlis dont le nom évoque avec éloquence l’activité caractéristique d’antan. On trouve des armures de Chambly dans l’armurerie de Robert de Flandre en 1322, chez un Tournaisien en 1362, chez un bourgeois de Douai en 1381, au château de Lille en 1388, à Tournai encore en 1413152. Ces mentions ne sont pas suffisantes, faut-il le dire, pour conclure formellement à l’existence d’un courant commercial entre le Val de l’Oise et les rives de l’Escaut.

  • 153 J.M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis..., p. 389 (1302) ; Id., Inventaire sommaire des arc (...)

127C’est également le cas des « chapeaux de Montauban », c’est-à-dire des casques à larges bords, fabriqués dans le comté de Toulouse, — région où l’industrie armurière était florissante, — et parfois cités dans les inventaires d’arsenaux de Flandre et d’Artois au XIVe siècle153.

  • 154 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. I/fasc. 1, no(...)
  • 155 Vente de hampes et de fers de traits par un artilleur et un mercier de Châlons-sur-Marne, en 1435  (...)
  • 156 Vente de canons par un serrurier de Troyes (1362) ; Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p (...)
  • 157 Vente de boulets à Chalons en 1434 : ibid., B 1951, fo 168 v° ; à Troyes en 1478 : Garnier, op. ci (...)
  • 158 Un marchand de Troyes vend, en 1420-1421, un haubergeon d’acier ainsi que deux brassards de Milan (...)

128Enfin, les armes blanches, surtout les épées, de Bordeaux ont connu une certaine notoriété à la cour de Bourgogne, de Hainaut et de Brabant aux alentours de 1400. La production armurière des ateliers bordelais avait acquis dès le XIIe siècle une solide réputation ; le commerce la répandit d’Espagne en Angleterre154. Nous hésitons cependant à voir dans les maigres données qui nous concernent l’indice d’un commerce d’exportation caractérisé vers les Pays-Bas. Il semble par contre qu’il y ait lieu de faire une certaine place aux activités des artisans ou des marchands champenois qui écoulaient dans les états des ducs de Bourgoge une partie de leur production Au XVe siècle : flèches155, armes à feu156, munitions157 et armures158.

  • 159 Cfr par exemple B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 96, 184, 451 ; M. Mollat, op. cit., p. 40 ; A (...)
  • 160 A. N. Lille, R.G.F., B 1923, f » 219 ; B 1927, fo 195 v° ; B 1929, fo 167 v° ; B 1931, fos 165 v°, (...)

129Ce sont en fait des motifs politiques et dynastiques qui influencèrent le plus le mouvement des fabrications militaires dans le sens Ouest-Est. Une vue quelque peu finaliste et anachronique de l’histoire de nos régions a trop tendance à nous faire oublier les attaches françaises des ducs de Bourgogne. Or, ce lien familial et féodal se concrétisa fort bien précisément par l’attraction que les armuriers parisiens exercèrent sur les Valois de Bourgogne. Ceux-ci firent fréquemment acheter des armes blanches et des armures dans la capitale des rois de France159. Philippe le Bon s’attacha d’ailleurs les services de plusieurs batteurs d’armures de Paris. Il en attira à sa cour, par exemple Thomassin de Froimont, familièrement appelé Massinet, dont il fit son valet de chambre et son armurier (┼ avant 1461) et Jehan du Conseil, qu’il para des mêmes titres160.

  • 161 Voir, à ce sujet, les comptes de la Recette générale des finances, à Lille, les travaux de J. Garn (...)

130L’apport des domaines patrimoniaux des ducs d’Occident ne fut pas non plus négligeable dans les ressources armurières des Pays-Bas. Dijon surtout fut un foyer artisanal important et il le resta lorsque les ducs eurent déplacé leur résidence habituelle vers le centre de leurs nouvelles possessions territoriales. En particulier, l’industrie des bouches à feu forgées ou coulées y connut un remarquable développement. Des canonniers comme Jean Manus, Humbelot Morel, Jean Quenot ou Benoît Bonvalet alimentèrent les arsenaux ducaux durant tout le XVe siècle au même titre que leurs confrères du Nord161.

131C’est donc dans la mesure surtout où les princes qui régnèrent sur les principautés « belges » étaient liés à la France que le commerce armurier de ce royaume se répandit dans nos régions.

c)L'Italie et l'Espagne.

132La Lombardie fut le plus grand centre de fabrication des armures du Moyen Age.

  • 162 Cfr l'inventaire (1322) des armes du comte de Flandre à Courtrai : Dehaisnes, op. cit.,pp. 246-247 (...)
  • 163 Le duc de Brabant possède, en 1408, des épées dites « de Lombardie » ; A.G.R., C.C., Recette génér (...)
  • 164 Cfr L. Verriest, Les armures et atours d'un chevalier bâtard du XIVe  siècle, p. 29. — Voir aussi (...)

133Les armures dites « de Milan », — parce que cette ville contrôlait la majeure partie de leur commerce, — étaient déjà exportées au XIIIe siècle en dehors de la péninsule et elles apparaissent dans nos régions dès le début du XIVe, tout au moins dans les documents162. Après 1400, elles sont si fréquemment citées dans la panoplie des grands personnages, qui se flattaient tous d’en posséder163, et même parfois d’individus de condition plus modeste164, qu’il faut croire à leur importation courante dans les principautés belges. Les sources ne permettent cependant pas d’évaluer l’importance quantitative de ce commerce car, au demeurant, le nombre de ces mentions est tout de même assez restreint par rapport à celles relatives aux articles de production indigène.

  • 165 Nous avons évoqué le rôle des marchands-armuriers italiens à propos des activités armurières du po (...)

134L’exportation des armures milanaises était le plus souvent assurée, semble-t-il, par les producteurs, soit directement, soit par l’intermédiaire de courtiers italiens dont certains résidaient à Bruges165.

  • 166 En 1376, la moitié de la valeur de la cargaison d’un bateau génois qui se rend à l’Ecluse est cons (...)
  • 167 Cfr J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la Flandre et la république de (...)
  • 168 Deux documents génois de 1338 font allusion au transport, de Genes en Flandre, de futaines, de pea (...)

135Les Génois, pour leur part, importaient par mer dans les PaysBas quantité d’arbalètes et surtout de traits, fabrication dont ils s’étaient fait une spécialité. Les principales places du comté de Flandre en étaient pourvues à la fin du XIVe siècle166 mais nous ignorons l’ampleur de ce commerce et avec quelle constance il se maintint, si même nous savons que, par ailleurs, la république de Gênes entretint avec Bruges et Anvers de fructueuses relations167. D’autre part, le port ligure exportait des cuirasses vers les autres états italiens, vers la France et sans doute aussi vers nos régions, comme le montrent deux documents de 1338. Un texte de 1408 fait état également de casques génois dont le commerce est pratiqué, à Bruges, par des marchands originaires de la ville italienne168.

  • 169 Nous devons à l’aimable obligeance de M. le Professeur F. Melis d’avoir entrepris à notre intentio (...)
  • 170 Le port du « coutiel d'Espaigne » est interdit à Douai vers 1231 et, à nouveau, vers 1260 ; Espina (...)
  • 171 En 1436, un Castillan vend 22 grosses arbalètes en bois d’if à l’Artillerie du duc de Bourgogne ; (...)
  • 172 A noter cependant que l’Espagne exportait, Au XVe siècle, des brigandines et des arbalètes vers l’ (...)

136Pour en terminer avec les importations d’armes dans les Pays-Bas du Sud169, nous signalerons enfin quelques mentions de couteaux d’Espagne au XIIIe siècle170 ainsi que d’arcs et d’arbalètes Au XVe171, indices bien rares d’un trafic commercial qui portait le plus souvent sur des matières premières et où les produits manufactures ont certainement occupé une place relativement modeste dans le sens Sud-Nord172.

C. — Les exportations.

137Les données concernant l’exportation des produits armuriers fabriqués aux Pays-Bas sont très maigres. Sans doute y aurait-il lieu, pour ne courir aucun risque d’omission, de se livrer a un dépouillement exhaustif des archives conservées dans les pays présumés destinataires. Cette recherche eût dépassé nos possibilités d’action individuelle. D’ailleurs, à en juger par les sources de ce genre déjà publiées à l’étranger et dont la masse a tout de même une valeur d’échantillon, le résultat risque d’être mince.

138Notre opinion, en effet, est que l’industrie armurière des principautés belges n’a jamais pratiqué en masse le commerce à grande distance de ses produits. Il n’y a pas eu de « grand commerce » des armes belges comme ce fut le cas pour la draperie en général et pour la batterie mosane en particulier. Il n’y eut vraisemblablement qu’une grande industrie, aux débouchés limités.

139Cependant, il ne peut y avoir de doute sur ce point, les producteurs écoulaient une partie de leurs marchandises, passivement ou activement, vers d’autres contrées de l’Europe occidentale. Seulement, la rareté des mentions relatives à ces opérations donne à penser qu’elles intervenaient assez modestement dans l’ensemble de leurs affaires.

  • 173 Voir les documents de circa 1285 et 1397, cités dans J. Finot, Etude historique sur les relations (...)
  • 174 Les vendeurs d’épées gantois sont signalés à la foire du Lendit à la fin du XIIIe siècle ; G. Fagn (...)
  • 175 M. Bresard, Les foires de Lyon aux XVe et XVIe  siècles, pp. 194-196.
  • 176 W. S. Unger, De tol van Iersekeroord. Documenten en rekeningen (1321-1572), pp. 192, 198, 206, 211 (...)
  • 177 Cfr M.-R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre. Relations politiques et économiques..., pp. 243, 24 (...)
  • 178 Couteaux et mercerie expédiés en Espagne (1445), cfr L. Gilliodts-van Severen, Cartulaire de l'anc (...)

140Les articles de coutellerie et de taillanderie ont acquis une certaine place sur les marchés étrangers. Englobes dans la « mercerie de Flandre », ils étaient répandus sur les grandes foires de Champagne173, du Lendit174, de Lyon175, de Berg-op-Zoom176 ainsi qu’en Angleterre177 et dans les pays méditerranéens178.

  • 179 Cfr Unger, op. cit., loc. cit., H. J. Smit, Bronnen tot de geschiedenis van den handel met Engelan (...)

141Les armes défensives étaient également distribuées outre-Manche et une partie des armures enregistrées au passage des tonlieux de Zélande ou des douanes anglaises était originaire des principautés belges. Les interdictions qui, depuis la fin du XIIIe siècle, frappent, en Flandre, l’exportation du matériel militaire vers les îles britanniques durant les périodes de belligérance, constituent une preuve supplémentaire d’un tel courant commercial179.

  • 180 Cfr n. 126. — Une clause de la trêve, conclue en 1478 (31 octobre) entre le roi Louis XI et le duc (...)

142Ces produits transitaient aussi vers la France en empruntant la route de Champagne, où l’on devait acquitter l’important péage de Bapaume. En particulier, dès la fin du XIVe siècle, certaines chausses de futaine, — sorte de coton rembourré pour amortir les coups, — étaient connues dans le royaume des Valois sous le nom de « chausses flandresques ». Produits de la draperie plus que de l’armurerie flamande, elles n’en étaient pas moins considérées comme faisant partie de la panoplie guerrière180.

  • 181 Cfr l’achat d’une bombarde à un marchand de Binche par le roi de France (1422) ; A. N. Lille, R.G. (...)
  • 182 Cfr Varenbergh, op. cit., loc. cit., et TiiielemanS, op. cit., loc. cit.

143L’exportation des bouches à feu est avérée dès le début du XVe siècle mais il est impossible d’en imaginer le volume. Nous n’en avons point trouvé de trace vers l’intérieur du Saint-Empire et à peine vers la France181, mais bien vers l’Angleterre182, l’Ecosse et la péninsule ibérique.

  • 183 J. G. Scott, Scottish arms..., pp. 51-54.
  • 184 C. Gaier, The origin of Mons Meg, pp. 425-428.
  • 185 Ibid., pp. 451-452, n. 15. — Cfr J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales.. (...)

144Il nous paraît évident par ailleurs que les dons de pièces d’artillerie prodigués par les ducs de Bourgogne aux souverains étrangers étaient de nature à favoriser, par leur valeur représentative, les courants d’échanges que pouvait faire naître, dans les régions industriellement moins avancées, la promesse d’un approvisionnement satisfaisant dans les Pays-Bas. C’est une hypothèse qui se vérifie dans le cas de l’Ecosse, royaume qui demeura fort arriéré dans le domaine militaire jusqu’au XVIIIe siècle183 et qui, de ce fait, dépendait largement des approvisionnements acquis en Grande-Bretagne ou sur le continent. On sait que Philippe le Bon fit cadeau de deux grandes bombardes au roi Jacques II d’Ecosse en 1457. Il s’agissait du gros canon actuellement conservé à Edimbourg sous le nom de « Mons Meg », qui fut forgé dans la capitale du Hainaut, et d’une autre pièce d’artillerie en fer, fabriquée à Bruges184. On relate par ailleurs que le même souverain d’Ecosse utilisait encore en 1460 un canon de bronze que son père avait fait fabriquer dans les Pays-Bas trente ans plus tôt puisque, selon le continuateur de la chronique de Jean de Fordun : « rex de Flandria adduci ferit immanent fundam bombardicam aeris métallo fabricatam ». Cette pièce s’appelait « Le Lion » et l’on sait justement qu’on fondait pour le duc de Bourgogne, vers 1430, des bouches à feu « en fourme de lions » c’est-àdire dont la gueule était ornée en ronde-bosse d’une tête de fauve. Les assiégeants de Compiègne disposaient d’ailleurs, entre autre matériel prêté par Philippe le Bon, de deux veuglaires en cuivre nommés « lyons ». Il y a peut-être là l’indice d’un certain commerce avéré également pour les armures à la fin du XVe siècle185.

145La question est plus douteuse pour la péninsule ibérique mais on est en droit de supposer qu’il en fut de même si l’on admet que l’octroi de cadeaux entre souverains pouvaient préluder à l’établissement de véritables échanges commerciaux. Toujours est-il que le duc de Bourgogne envoya sept crapaudaux de fer au roi de Portugal, son beau-père, en 1434, tandis que Maximilien fit remettre, en 1486, un courtaut lançant des boulets en fonte, une serpentine et un appareil de levage au représentant de Ferdinand le Catholique. On comprend, si l’on songe aux difficultés du transport de marchandises aussi pondéreuses que les bouches à feu, combien les contrées maritimes, quel que fut leur éloignement, devaient être favorisées sous ce rapport grâce à la navigation.

  • 186 A. N. Lille, R.G.F., B 1951, fo 180 v°. — J. Finot, Inventaire sommaire..., p. 274. — Cfr de Rique (...)

146Signalons en tout cas que, pendant tout le XVe siècle, le port de Valence a connu l’importation, dans des quantités qui semblent avoir été importantes, de chausses et de manches « de Flandres », vêtements défensifs dont l’usage était déjà attesté en France auparavant186.

147Le bilan des exportations à longue distance du matériel « belge » n’est pas négatif. Mais ce genre d’article, attesté par les sources sur les marchés étrangers avec beaucoup de parcimonie, doit être considéré comme fort secondaire dans l’ensemble du négoce international, actif ou passif, des Pays-Bas du Sud.

148La maîtrise des armuriers de cette région au niveau de la production n’était pas contestable, ainsi que nous l’avons vu, non plus que leur prédominance dans l’espace belge, qui absorbait la majeure partie de leurs activités. Mais l’impact des produits italiens ou allemands fut plus marquant à l’étranger que ne le fut jamais, au Moyen Age, celui de l’armurerie de nos régions. Seule une étude d’ensemble de cette industire dans le cadre général de l’Europe permettrait de découvrir les raisons d’une telle précellence, imputable sans doute à un phénomène de surproduction allié à une organisation commerciale plus efficace dans ce domaine que celle des Pays-Bas.

Notes

1 H. Laurent, Un grand commerce d'exportation au Moyen Age. La draperie des Pays-Bas..., notamment p. XXII, no 1.

2 Ibid p. XIX.

3 Voir parmi tant d’autres exemples, certaines armes conservées au Musee De La Porte De Hal à Bruxelles, au Musee Communal De Damme OU au Musee Cur Tius à Liege. Cfr C. et J. Gaier, Catalogue des armes du Musée Curtius (Ier XIXe siecle), nos 222-233 et 237. La technique de fabrication d’une arme de facture ordinaire est évoquées dans C. Gaier, Une arme d'hast du XVe  siècle, présumée liégeoise, pp. 27-30.

4 Voir la mention des épées et des armures (cottes de mailles) dans le fameux tarif du tonlieu de Damme (1252) ; L.-A. Warnkoenig-Gheldolf, Histoire de la Flandre..., t. II, pp. 447 et 449. — Nombreuses allusions aux métiers brugeois des fourbisseurs, des faiseurs d’arcs et des armuriers dans : ibid., t. IV, pp. 83-84 (liste des métiers, du XIIIe siècle) ; J. DE Saint-Genois, Sceaux des métiers de Bruges, pp. 405, 408 ; J. F. Verbruggen, Het gemeenteleger van Brugge, pp. 78-79, 170-171, 212-213 ; J. de Saint-Genois, Inventaire analytique des chartes des comtes de Flandre..., pp. 318-319. — Cfr également : J. Colens, Le compte communal de la ville de Bruges (mai 1302 à février 1303 n.s.), pp. 92, 136, 166, 169 ; G. Wyffels et J. De Smet, De rekeningen van de stad Brugge (1280-1319), 1re partie, pp. 38, 41, 208, 286, 344, 456, 521 ; J. Gessler, Le livre des mestiers de Bruges, t. I, pp. 19, 30, 32, 44.

5 Ed. du compte de Jean Arrode et Michel Gascoing des recettes et dépenses faites à Bruges en 1295 dans : A. Jal, Archéologie navale, t. II, pp. 632-633 et Fawtier, Comptes royaux (1285-1314), t. II, pp. 631-634.

6 de La Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., pp. 7, 12 ; A. Diegerick et O. de Kerchove, Une page de l'histoire d'Ypres..., pp. 103, 138 ; G. Wymans, Maître Jehan l'artilleur et la première bombarde d'Ath (1350), p. 66 ; E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche 1362-1420, p. 25 ; A. Pinchart, Extraits des comptes relatifs au Hainaut..., p. 55 (lances aménées de Bruges pour les joutes de Valenciennes).

7 Cfr B. Rossius, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. I/2, nos 2317 et 2318 (1375). — A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1903, fos 221 v° et 223 v° (1414) ; B 1927, fo 197 v° (1422) ; B 1929, fos 164 v° ; 165 v°, 167 (1423) ; B 1933, fos 166, 167, 170 r°-v° (1425-1426) ; B 1942, fos 75 v°, 76 (1430) ; B 1948, fos 266 v°-267, 275 r°-v°, 381 v° (1433) ; B 1951, fos 161 v°-162 v°, 163, 175, 181 v°-182 v° (1433-1434) ; B 1954, fos 151, 161 v » (1435) ; B 1957, fos 301, 395, 424-426, 428 (5) v°, 432 v°, 433 (1436) ; B 1969, fos 352 v°, 357 r°-v°(1440) ; B 1982, fos 259-260 (1445) ; B 2004, fo 367 v° (1450) ; B 2017, fo341 r°-v° (1454) ; B 2020, fos 483 v°, 485 v° (1455) ; B 2108, fo 57 v° (1476). — J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., pp. 243, 265, 410. — A.G.R., C.C., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, fo 8. — W.S. Unger, De tol van Iersekeroord..., pp. 275, 282. — Un Gérard de l’Ecluse est signalé comme artilleur de Hesdin vers 1370-1380 ; J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives... Pas-de-Calais..., t. II, pp. 93, 102, 105, 107-108, 115. Il fut nommé artilleur de la comtesse d’Artois en 1368 ; ibid., t. I, p. 129.

8 Ed. P. Henrard, Documents pour servir à l’histoire de l’artillerie en Belgique. Ire partie : Les fondeurs d’artillerie, p. 282.

9 B. et II. Prost, op. cit., t. II, p. 178.

10 Pour Lille, cfr de la Fons-Melicocq, op. cit., p. 16 ; pour Namur, voir A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22 (1407 mais se rapporte à 1406), fo 36 ; ibid., fo 24 (1408).

11 Porre était originaire de Damme ; A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32470, fos 41 v°-42.

12 L. N. Bonaparte, Etudes sur le passé et l’avenir de l’artillerie, t. III, p. 122 (1406) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1951, fo 181 (1434). — A propos du canonnier et « .ouvrier de gros fer » Jacob de Ketelere (circa 1430), cfr ibid., B 1935, fo 120, B 1948, fo 267 v° ; B 1951, fo 176 ; B 1957, fo 428 v° ; Gachard, Rapport... documents... Lille, p. 276. — Sur le maître fondeur et canonnier de Philippe le Bon, Pierre de l’Olive, cfr : J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 109, 119, 152 ; J. Finot, op. cit., p. 402 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1948, fo 273 v° ; B 1951, fo 182.— A propos d’un autre fondeur brugeois, Simon Andrieu, cfr J. Garnier, op. cit., pp. 82-83 ; Henrard, op. cit., pp. 243-244 ; Finot, op. cit., pp. 256, 258, 259.

13 Voir C. Gaier, The origin of Mons Meg, pp. 427., 429-430.

14 Garnier, op. cit., p. 151 (1436) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1903, fo 222 r°-v° (1414) ; B 1933, fo 169 v° (1425) ; B 1957, fo 396 (1436) ; Unger, op. cit., p. 198 (1418). — Canon fabriqué à Damme ; cfr A. N. Lille, R. G. F., B 1948, fo 272 v° (1433) ; B 1957, fo 337 v° (1434) et Gachard, Rapport... documents... Lille, p. 268 (qui date la fourniture de ce gros canon de 1431).

15 Kervyn de Lettenhove, Les relations d'Edouard III avec la Belgique..., p. 666 ; le fait que cet armurier soit qualifié de « mercator » est sans doute une preuve du rôle de courtier qu’il exerçait entre la cour anglaise et les Pays-Bas. — R. Brun, Notes sur le commerce des armes à Avignon au XIVe siecle, p. 211.

16 Armuriers de Bruges : B. Prost, Inventaires mobiliers..., fasc. 2, no 2333 (1375) ; L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l'ancienne est aple de Bruges, p. 284 (1377-78) ; Finot, op. cit., p. 265 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fo 103 (1426). — Achats de brigandines à l’Ecluse par le duc de Bourgogne : A. N. Lille, R.G.F., B1951, fo 75 (1434) ; B 1954, fo 162 v° (1435). Présence d’armuriers de l’Ecluse a la foire d’Anvers, en 1433 : Gilliodts-Van Severen, op. cit., p. 580. — En 1436, un bourgeois de Bruges, qualifié de « courtier », achète 48 baubergeons d’acier à la foire d’Anvers pour le compte du duc de Bourgogne ; R.G.F., B 1957, fo 319

17 A.N. Lille, R.G.F., B 1954, fo 164 (1434-35) ; B 1961, fo 165 (1437) ; B 2004, fo 369 v° (1450).

18 Finot, op. cit., p. 414 (1452) ; F. Buttin, Du costume militaire..., p. 357 (1458) ; Van Vinkeroy, Costumes militaires belges, p. 60 (1468) ; Het register van den dachvaerden, éd. Genard et Van Den Branden, pp. 191-196, 433-434. Ambroise Ruffin devint valet de chambre de Philippe le Bon en 1462 ; il s’établit à Bruxelles vers 1470 ; J. Squilbeck, Le travail du métal à Bruxelles, p. 250.

19 Arch. Etat Bruges, Inschrijvingen op poorters (1454-1478), fo 68 r° : « Martin Rondeel, filius Jans, gheboren van Milan, cochte zijn poorterscap den anderen dach van april naer Paeschen a° LXIIII ». — H. Barnes, A fifteenth century armourer's letler, p. 65 ; on cite, ibid., p. 66, un Guillaume Rondel « cordewanier et varlet de chambre » du duc Charles de Bourgogne. — La quittance de payement des cinq héritiers de Martin Rondel (16 juin 1524) se trouve aux A. N. Lille, B 2325/82059. Parmi ces héritiers, deux hommes et trois femmes, seul le prêtre Nicolas Rondel sait écrire et appose sa signature au bas du document. — L’attribution d’un groupe d’armes défensives des environs de l’an 1500, portant le poinçon au globe royal avec couronne à trois feuilles d’arche, a été discutée par J. Squilbeck, op. cit., pp. 255 sv. Il s’agit certainement de pièces exécutées dans les Pays-Bas par un armurier italien, comme l’indiquent certaines caractéristiques propres à ces deux écoles artisanales. Avec M. V. Norman, conservateur-adjoint de la Collection Wallace de Londres, — que nous remercions vivement ici pour l’obligeance qu’il a eue de nous expliquer son avis sur la question, — nous inclinons à penser que Martin Rondel a pu être l’auteur de ces armures. Voir également à ce sujet J. Mann, Exhibition of Spanish royal armour..., pp. 7-8.

20 Van Vinkeroy, op. cit., pp. 45 n. 1, 87 n. 3 et 97 n.

21 Register vanden dachvaerdern, op. cit., loc. cil. ; Van Vinkeroy, op. cit., p. 87 n. 3.

22 Finot, op. cit., pp. 403 et 416 ; A. N. Lille, B. 2002, fo 216 r°-v° ; E. Motta, Armaiuoli milanesi nel periodo Visconteo-Sforzesco, no 85, p. 210.

23 Comme la famille Rondel qui, semble-t-il, marquait ses œuvres d’un globe (rondellus), les Cornet poinçonnaient sans doute les leurs d’un symbole parlant : le cor. Cette dernière marque se trouve notamment sur un brassard en « épaule de mouton » rapporté à une armure allemande du Musée de la porte de Hal à Bruxelles (Catalogue Sér. II, no 40) dont l’autre brassard, soit dit en passant, est peut-être dû à Martin Rondel.

24 Les mentions de fabricants d’armes lillois sont très nombreuses, particulièrement entre le troisième quart du XIVe siècle et la fin du XVe. C’est surtout le cas des artilleurs, auxquels les ducs de Bourgogne ont constamment recours. Se reporter aux sources, inédites ou publiées, dont question ci-après : de La Fons-Melicoq, De l'artillerie de la ville de Lille aux XIVe , XVe et XVIe  siècles, Lille, 1854 ; E. le Clair, Quelques faits divers extraits des comptes de la ville de Lille ; J. Finot, op. cit., pp. 243-244, 255-256, 259, 265-266, 278 ; M. Mollat, Comptes généraux de l'état bourguignon entre 1416 et 1420 ; 1re partie, pp. 441, 488-489. — Voir aussi aux A. N. Lille, R.G.F., B 1903, fo 223 (1414-1415) ; B 1923, fo 221 v° (1420-1421) ; B 1925, fo 115 v° (1421-1422) ; B 1927, fos 195 v°, 196 (1422-1423) ; B 1929, fo 164 (1423-1424) ; B 1931, fos 166 v°, 169 (1424-1425) ; B 1933, fos 166, 167 (1425-1426) ; B 1942, fos 77 sv. (1428-1431), B 1948, fos 274, 275 v°, 283 v°-284 (1433) ; B 1951, fos 160 v°, 175 v°, 180 v°, 182 v° (1434) ; B 1954, fo 164 r°-v° (1435) ; B 1957, fo 335 (1436) ; B 1961, fos 164 v°, 167 (1437) ; B 1963, fo 260 v » (1438) ; B 1969, fo 351 v° (1440) ; B 1972, fos 259, 260 v°, 262 v° (1441) ; B 1978,-fo 308 v° (1443-1444) ; B 1982, fo 261 v° (1444-1445) ; B 1988, fos 269 v°-270 (1445) ; B2008,fo 361 v°(1451) ; B 2012, fos 338 v°, 339, 341 v°, 344, 354, 368(1453) ;B 2020, fos 489 v°,491 v°(1455) ; B 2030, fos 391, 392 v° (1458). — A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26164, fos 4 v°-5, 6 v°, 7 v°-8, 18-20 (1473-1474) — L’importance manifeste de l’industrie armurière lilloise a échappé à R. Marquant, La vie économique à Lille sous Philippe le Bon, Paris, 1940.

25 Un « armoyeur » de Lille travaille pour le compte de Flandre en 1374-1375 ; A.G.R., C.C., Recette générale de Flandre, reg. 2702, fo 17 v°. Autres fabricants d’armures : P. Denis du Peage. A propos du tournoi de l'Epinette à Lille, p. 38 (1465) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1925, fo 115 v° (1421-1422) ; Finot, op. cit., p. 244 (1463) ; A.G.R., op. cit., fo 20 (1473-1474). Faiseur de brigandines : Van Vinkeroy, op. cit., p. 45 n. 1 (1469).

26 Le potentiel de la ville de Gand pour la fabrication des artilleries apparaît dans les comptes urbains publiés par N. de Pauw et J. Vuylsteke. De rekeningen der stad Gent. Tijdvak van Jacob van Artevelde (1336-1349) ; J. Vuylsteke. Cartulaire de la ville de Gand. 1re Sér. : Comptes ; Id., De rekeningen der stad Gent. Tijdvak van Philips van Artevelde (1376-1389). — Cfr également N. De Pauw, Claus van Lit, maître de l'artillerie de Gand au XIVe  siècle ; Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises..., pp. 139-142. — Sur Michel le Maire, canonnier gantois émigré à Tournai, cfr Soil de Moriame, op. cit., pp. 80, 129. Sur Gerequin de Heuredam (ou de Heusdem), maître canonnier de Philippe le Bon-cfr A. N. Lille, R.G.F., B 1942, fo 82 (ca 1430) ; B 1957, fo 420 (1436) ; B 1961, fo 175 (1437) ; B 1978, fo 308 (1443). — En 1430, le Magistrat de Namurfit acheter des arbalètes, des cordes et des poulies à Gand ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 25, fo 51.

27 Le plus gros effectif connu pour les milices gantoises se rapporte au mois d’août 1357, pendant la guerre contre le Brabant : 7 486 hommes, et encore les tisserands n’étaient pas du nombre. Cfr A. Van Werveke, Gentse Stads-en Baljuwsrekeningen (1351-1364), pp. 362-363 ; Id., Bijdragen tot de geschiedenis en de oudheidkunde van Vlaanderen, p. 56, où l’auteur cite un effectif de 8 084 hommes pour 1358-1359 ; le compte de cette année étant amputé, nous n’avons pu vérifier ce chiffre. — Notons que H. Van Werveke, Gand, esquisse d'histoire sociale, p. 64, avance l’effectif de 7 135 miliciens pour 1356-1357 en le donnant comme le plus élevé. En fait c’est 7 137 qu’il veut dire et ce chiffre, qui se rapporte à juillet 1357, est inférieur à la levée du mois suivant, que nous citons ci-dessus ; cfr A. Van Werveke, Gentse Stads-en Baljuwsrekeningen..., p. 302. — V. Fris, Les origines de la réforme constitutionnelle de Gand de 1360-1369, p. 443, reprend l’effectif de 7 486 hommes (qu’il obtient par l’addition erronée de 5 237 avec 1 900 hommes) et l’attribue au 18 juin 1356 !

28 J. Squilbeck, L'iconographie de saint Guillaume et la bannière de la corporation des armuriers de Gand, pp. 103-118. — Cfr A. Van Werveke, Gentse Stads-en Baljuwsrekeningen..., pp. 233-235, 296-297. On peut supposer que le contingent des armuriers de Gand était sensiblement inférieur au potentiel de la profession, compte tenu de la nécessité où l’on se trouvait sans doute, en cette guerre, de maintenir en activité une partie de l’industrie des armements. — On connaît deux fabricants d’armures gantois qui allèrent s’établir à Tournai ; Soil de Moriame, op. cit., pp. 70, 81. — Comme ce fut le cas dans plusieurs villes, le métier des orfèvres de Gand s’unit à celui des armuriers (en 1424) ; J. Squilbeck, op. cit., p. 248.

29 G. Fagniez, Documents relatifs à l'histoire de l'industrie et du commerce en France, t. II, p. 177. — A. N. Lille, R.G.F., B 1948, fo 269 v°.

30 Cfr J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales antérieures à 1790. Pas-de-Calais..., t. I, p. 192 ; Id., Une petite-nièce de saint Louis. Mahaut, comtesse d'Artois..., p. 394. — A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fos 118 v°-119 (1426) ; B 1951, fo 184 v° (1434) ; B 1957, fos 396, 408 v°-409 (1436) ; B 1969, fos 354 v°, 356 (1437) ; B 1978, fo 301 v° (1443) ; B 2020, fo 483 v° (1455). — de la Fonsmelicoq, op. cit., p. 7.

31 J. M. Richard, op. cit., n. 30, passim ; Dehaisnes, Documents et extraits divers..., pp. 341-343, 350, 633, 881. — J. Garnier, op. cit., pp. 87-91. — A.N. Lille, B 1903, fo 220 (1414-1415) ; B 1923, fos 226 v°-228, 232 vO-233 (1420-1421) ; B 1925, fo 120 (1421-1422) ; B 1927, fo 200 (1422-1423) ; B 1935, fo 118 v°, 125 v° (1426) ; B 1942, fo 81 r°-v° (1428-1431) ; B 1948, fos  275 v« -276 (1433) ; B 1951, fos  161, 197 v° (1434) ; B 1954, fo 163 v° (1435) ; B 1957, fos  301 v°, 334 r°-v° (1436) ; B 1961, fos 165, 175(1437) ; B 1966, fo 290(1439) ;B 1972,fos 259 v°, 260, 262 (1441 ; B 1975, f“195 v° (1442) ; B 1978, fo 299 (1443-1444) ; B 1982, fos 261 v°, 263 (1444-(1444-1445) ; B 1988, fo 270 (1445) ; B 2012, fos  320 v°, 342 v° (1453) ; B 2020, fo 480 v° (1455).

32 Georges Espinas, qui a évoqué brièvement le travail du métal à Douai, n’a pas fait mention d’une industrie armurière dans cette ville, sinon par allusion à la coutellerie ; G. Espinas, La vie urbaine de Douai au Moyen Age, t. II, pp. 538-538-541 ; t. III, no 826 ; t. IV, nos 1310, 1449. — Artilleurs et canonniers dans : J. M. Richard, Inventaire..., t. II, p. 88 ; Soil de Moriame, op. cit., pp. 81, 133 ; A. N. Lille, B 1942, fo 76 v° (1430) ; B 1957, fo 410 (1436) ; B 1994, fo 199 v° (1447) ; B 2012, f« 343 v° (1453) ; B 2020, fo 487 v° (1455).

33 Cfr Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen Age, pp. 181-182 (coutelier yprois) ; Id., Inventaire..., p. 242 (flèches fabriquées à Ypres) ; V. Fris, Inventarissen van grof geschuut en andere wapens de stad Gent toebehoorende, p. 296 (canons de bronze yprois). — Parmi les noms de métiers cités dans l’enquête faite à Audenarde en 1342, — et en éliminant ceux qui semblent bien être des anthroponymes, — on trouve celui des couteliers et celui des fourbisseurs ; cfr N. de Pauw, Conspiration d'Audenaerde sous Jacques van Artevelde..., pp. XXII et XXVII, nos 194, 204, 461, 631, 646. Voir aussi Soil de Moriame, op. cit., p. 71 ; A. de Portemont, Recherches historiques sur la ville de Grammont en Flandre, t. I, p. 66 n. 1 (fabricant de canons à Audenarde, en 1420) ; A. N. Lille, R.G.F., B 2012, fo 352 v° (1453).

34 E. J. Soil De Moriame, Armes et armuriers tournaisiens. Heaumiers, haubregonneurs, fourbisseurs, couteliers et artilleurs. Contribution a l’histoire des métiers d'art et à l'histoire militaire de Tournai du XIIIe au XVI IIe siecle. Nous renvoyons une fois pour toutes à cette précieuse étude.

35 Le déclin économique de Tournai se fit sentir dès 1420 environ, mais l'armurerie resta prospère longtemps encore ; cfr G. Wymans, Le déclin de Tournai Au XVe  siècle, pp. 113 sv.

36 Cfr Kervyn de Lettenhove, Les relations d'Edouard III avec la Belgique..., pp. 666, 673, 677-678. Cfr le compte des fournitures d’armures au roi d’Angleterre par l’intermédiaire de Gérard de Tournai dans F. Bock, Bas Beutsch-Englische Bündnis von 1335-1342, pp. 77-78. — N. Rondot, Les artistes et les maîtres de métier étrangers ayant travaillé à Lyon, p. 165. — En 1380-81, un fourbisseur du nom de Mallieu de Tournay, sans doute établi à Paris, fournit deux épées de chasse au roi de France Charles VI ; L. Douët-d’Arcq, Comptes de l’hôtel des rois de France aux XIVe et XVe  siècles, p. 176.

37 Voir par exemple A.G.R., C.C., Recette générale des provinces (Brabant), reg. 2395, fos 203 v° et 462 v° : travaux à « een pair hantschoen van Dornike » et aux « huven van Dornick » (gantelets et casques) du duc de Brabant, en 1409.

38 Voir les fournitures d’artillerie et de canons tournaisiens pour la flotte du comte de Flandre en 1356 : A. Goovaerts, La flotte de Louis de Male devant Anvers en 1356, pp. 56-57 ; ou de canons à Lille en 1358 : de la Fons-Melicocq, op. cil., p 9 — Autres livraisons au duc de Bourgogne : Mollat, op. cit., p. 493 ; A. N. Lille R G.F., B 1957, fo 409 v° (1436) ; B 1991. fo 244 v°-245 (1446) ; B 2012, fos 350 v°, 353, 368, 404 (1453) ; B 2020, f »482 (1455) ; B 2030, fo388 v° (1458). —La fabrication des canons fut favorisée, a Tournai, par l'existence d’une industrie florissante du cuivre et du bronze ; cfr Son. de Moriame, Le métier des fondeurs de laiton et des batteurs de cuivre ou caudreliers.

39 Au XVe siècle, des merciers de Metz viennent acheter des « dagues de Tournai » ; J. Schneider, Recherches sur la vie économique à Metz au XVe  siècle. Le livre de comptes des merciers messins Jean Le Clerc et Jacquemin de Moyeuvre (1460-1461),

40 Cfr P. Bonenfant, Bruxelles et la Maison de Bourgogne et M. Martens, Bruxelles, capitale ; J. Kreps, Bruxelles, résidence de Philippe le Bon. — L’évolution de l’industrie armurière en Flandre et en Brabant va dans le sens des conclusions de R. Van Uytven (La Flandre et le Brabant, « terres de promission » sous les ducs de Bourgogne ?, pp. 281 sv.) sur la prospérité de ces régions jusque dans le dernier quart du XVe siècle, sauf pour Bruxelles, où l’activité des batteurs d’armures se maintient au XVIe siècle, et pour Malines et Anvers, dont l’apogée se situe à cette époque.

41 J. Squilbeck, Le travail du métal à Bruxelles. I : Notice sur le métier des armuarmuriers ; J.-P. Sosson, Quelques aspects sociaux de l'artisanat bruxellois du métal, spécialement pp. 102-106 ; Id., L’artisanat bruxellois du métal : hiérarchie sociale, salaires et puissances économiques (1360-1500). — Ces auteurs citent de nombreux noms d’armuriers bruxellois ; de même E. Van Vinkeroy, Costumes militaires belges du XIe au XVI IIe  siècle, passim.

42 Fourniture d’une armure à Wenceslas de Luxembourg en 1377 ; Sosson, Quelques aspects sociaux..., p. 105 ; Id., L’artisanat bruxellois..., p. 243. — Vers 1406-1410, un Albrecht de Leeu est « pansiermaker » du duc de Brabant ; A.G.R., C.C., Recette Générale du Brabant, reg. 2394, fos 413v°-414v°(édition en annexe),454 ; Id., reg. 2395, fo 205 r°-v°, 462 v°, 493. — En 1412, pendant son expédition dans le Luxembourg, le duc fait exécuter certains travaux par deux heaumiers de Bruxelles et notamment « un harnois entier à la mode de France » ; A. G. R., C. C., Comptes de l’Hôtel des souverains, reg. 1786, fo 105. — Vers 1407-1420, le heaumier Louis Hughen (ou Lodequin, ou Loenken, ou Losquin Huyge) est « hernaschamker » du duc de Brabant ; A.G.R., C.C., Recette générale du Brabant, reg. 2394, fo 190 ; reg. 2395, fos 203 v°, 463, 489, 492 v° ; reg. 2401 fo 105 v° ; A.G.R., C.C., Comptes de l’Hôtel des Souverains, reg. 1789bis, fo 6.

43 Extraits des comptes de la recette générale de l’ancien comté de Hainaut, p. 165 (achat d’armures de joute à Bruxelles notamment en 1391). — En 1401-1402, le comte de Hainaut achète à Bruxelles des pièces d’armure de joute ; A.G.R., C.C., Recette générale du Hainaut, reg. 3193, fo 40.

44 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. I, fasc. 1, pp. 223-224 ; fasc. 3, p. 481 ; t. II, pp. 21, 78-79. — Emigration de selliers et de lormiers bruxellois (qui fabriquaient aussi des pièces d’armement) à Dijon et à Paris aux XIIIe et XIVe siècles ; Id., t. I, pp. 352 et 427. — Cfr Le livre de la taille de Paris pour l’an 1292, éd. H. Geraud, Paris sous Philippe le Bel..., pp. 96 col. 1 et 2. On trouve egalement à Paris un Jehan le Flamanc, trumelier (fabricant de jambières) en la rue de la Heaumerie et un Michiel le Bresbant, coutelier en la rue Serpente mais rien ne permet de supposer qu’il s’agissait de Bruxellois ; ibid., p. 96 col 2 et p. 154 col. 1. -— Un armurier de Bruxelles est établi à Tournai en 1387 et un éperonnier de meme origine est ouvrier en 1429 chez un maître éperonnier de Fribourg en Suisse ; Soil de Moriame, op. cit., p. 72 et P. Aebischer, Encore quelques Liégeois et Bruxellois à Fribourg (Suisse) avant 1500, p. 151.

45 En 1369, un Amaury de Bruxelles fournit des pièces d’armures de joute au duc de Bourgogne tandis que sept ans plus tard un sellier bruxellois prénommé Daniel (sans doute Daniel de Watermael) fabrique quatre harnois qu’il vend à Philippe le Hardi ; B. Prost, op. cit., t. I, fasc. 1, p. 197 ; fasc. 3, p. 496.

46 Jehan Vicheron vend des armures de joute aux ducs de Brabant (1409) et de Bourgogne (1420, 1423) avant de devenir, vers 1434, armurier en titre de Philippe le Bon ; cfr A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 196 v° ; A. N. Lille, R.G.F., B 1923, fos 217 v°,220 v° ;B 1929, fo 167 v° ;B 1951, fo 197 r°-v°. — Le sellier Jehan Rampart reçut des commandes des ducs de Bourgogne de 1404 à 1439 au moins ; Sosson, Quelques aspects sociaux..., pp. 105-106 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1929, fo 165 ; B 1948, fo 269 v° ; B 1954, fo 164 ; B 1957, fo 303 ; B 1966, fo 310.

47 En 1453-1454, Guillaume Fillastre fit fabriquer une brigandine par le Bruxellois Henri de Rossem, brigandinier du comte de Charolais et quatre cuirasses par Lancelot van Gindertale. Ce dernier, armurier près de Sainte-Gudule, fit partie, par la suite, du Magistrat de Bruxelles ; M. Tourneur-Nicodeme, La brigandine et la mitre de Guillaume Fillastre, pp. 19-21 ; cfr également Sosson, op. cit., p. 105 et Id., L’artisanat bruxellois du métal..., p. 245.

48 En 1468, Lancelot de Gindertale, cité à la n. précédente, fournit cent armures à la cour de Bourgogne ; Van Vinkeroy, op. cil., pp. 59-60. — Fournitures de Frans (ou Franc) Scroo, armurier bruxellois de Maximilien, cfr ibid., pp. 49 n. 2, 60 n. 3, 63 n. 2 et Squilbeck, op. cit., p. 251.

49 Autres armuriers de Bruxelles : Jehan Bonnequin et Jehan Melles (1436) dans A. N. Lille, R. G. F., B 1957, fos 302 et 308 v°. — Henri de Molenbeek(1439 et 1441) Id., B 1966, fo 249 et B 1972, fo 216. — Jean des Chesnes (1452) dans Finot, op. cit., p. 416. — Gilles de Steenberch (1452, 1462) ibid., p. 409 et Het register van den dachvacrden, pp. 193-194., Régnault le brigandinier (1460-61) R.G.F., B 2040, fo 259 v°.

50 Cfr Squilbeck, op. cit., pp. 251-252 ; Van Vinkeroy, op. cit., p. 87 n. 2 ; Gachard, Rapport à Monsieur le Ministre..., pp. 289, 312 ; Buttin, La lance et l'arrêt de cuirasse, p. 155.

51 L. Guichardin, Description de tout le Païs Bas..., p. 77.

52 Cfr A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 190, 403, 404 v°, 413 r°-v° ; reg. 2395, fo 205 v°, 211, 465, 493. — A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 308 v°. — Gachard, op. cit., p. 290. — Buttin, op. cit., p. 134.

53 En 1431, les couteliers de Bruxelles tiennent huit échoppes à Anvers ; cfr Oudt register, mette berderen (1336-1349), éd. Van Den Branden et L. Bisschops, pp. 236-237.

54 Dès le dernier quart du XVe siècle au plus tard, les couteliers bruxellois fréquentaient assidûment les foires « pascale » et « froide » de Berg-op-Zoom. Jusqu’à 1530 environ, 15 à 20 d’entre eux tenaient éventaire à chaque foire au point qu’il y avait une « ruelle » (allée) entière bordée de « mesmakers » de Bruxelles ; cfr K. Slootmans, Les marchands brabançons... aux foires de Berg-op-Zoom..., pp. 40-41 et tableau in fine.

55 Fourniture à Lille, en 1465, par Jehan Steenkin ; de La Fons Melicocq, op. cil., p. 12. •— Fourniture à Tournai, par Luc l’Aumousnier, en 1467 : Soil de Moriame, op. cit., p. 137 ; au duc de Bourgogne, par le même, 34 arbalètes d’acier (1473-1474) : A.G.R., C.C., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, fo 7 ; puis 100 arbalètes (1487) : Finot, op. cit., p. 268.

56 Livraisons au duc de Brabant : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 408 ; reg. 2395, fos 206, 462 r°-v°, 469 v°, 477 v°. — Livraisons au duc de Bourgogne : A. N. Lille, R.G.F., B 1972, fo 260 ; B 2012, £° 351 v° (pour la garnison d’Alost). — A Termonde : D. Lievois, Stad en Land van Dendermonde tijdens de opstand van Gent tegen Filips de Goede (1451-1454), p. 107. — A noter que d’autres ouvriers du bois, les fabricants de boucliers, ont également exercé leur activité à Bruxelles. Un Franco de Molenbeke scutarius est un des deux doyens de la Confrérie de Saint-Eloy en 1308 et l’on trouve, en 1363, deux faiseurs de boucliers, parmi les treize dirigeants de cette association ; cfr A. Libois, Quatre textes inédits concernant la confrérie de Saint-Eloy de Bruxelles, pp. 335, 341.

57 Suite à des malfaçons, le Magistrat de Bruxelles intervint pour définir les critères de qualité de ces lances de guerre ; Arch. Ville Bruxelles, reg. 1447 : Ordonnantien der Ambachten ab anno 1365 tot 1501, fo 133.

58 A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 165 ; reg. 2395, fos 81 r°-v° (répété fos 326 v°-327 r°), 217 r°-v°. — Editions des documents relatifs à la fourniture des matières premières pour la fabrication de cette bombarde : G. Asaert, Quinten Clarensone, een Antwerps palricierstype (ca. 1350-1420), pp.249-252. — Autres canonniers de Bruxelles : D. Lievois, op. cit., p. 79 (1451-52) ; A.N. Lille, R.G.F., B 2012, fos 340, 351 (1452-53) ; Finot, op. cit., p. 261.

59 A. Wauters, Les fondeurs en cuivre à Bruxelles aux XVe et XVIe  siècles, pp. 627 sv. ; J. Squilbeck, Notice sur le métier des fondeurs et des batteurs de cuivre, pp. 262 sv. — Sur Jean de Malines, cfr : Henrard, Fondeurs d'artillerie..., pp. 245, 248 ; Finot, op. cit., pp. 251, 256 ; de la Fons Melicocq, op. cit., p. 22 ; G. Van Doorslaer, L'ancienne industrie de cuivre à Malines, t. XX, pp. 300-306 ; E.A. Gessler, Beitrage zum altschweizerischen Geschützwesen..., pp. 50-56.

60 Cfr J. Laenen, Geschiedenis van Mechelen tot op het einde der Middeleeuwen, pp. 139-140, 273-280. — ARCH. Ville Malines, Smeden, d’7 : Règlement de la confrérie de Saint-Eloi. — Les confréries d’artisans du métal en Brabant et en Flandre sont définies par A. Libois, La confrérie de Saint-Eloy de Bruxelles..., t. 5, pp. 47 sv.

61 G. Van Doorslaer, op. cit., surtout t. XX.

62 Cfr ARCH. Ville Malines, CC XIV. 1 : Uitterksels van het stadsarchief aangaande de klok-en busgieters. — Fabrication d’une grosse bombarde pour la ville de Léau par un fèvre malinois (1379) : A.G.R., IIIe section : Léau, Comptes en rouleaux, no 182, sub octobre. — Fourniture de pièces d’artillerie de fer a Termonde en 1451-1452 : D. Lievois, op. cit., p. 78 ; à Malines même, à la même date : Van Doorslaer, op cit., p. 268. — Livraison à Lille de haquebutes de fer par un forgeron de Malines. en 1491 et en 1507 : de la Fons Melicocq, op. cit., pp. 27, 29.

63 VAN Doorslaer, op. cit., t. XX, pp. 265 sv. — P.-J. Van Doren, Inventaires des archives de la ville de Malines, t. III, nos 109, 111, 211, 222, 229, 287, 317, 365 ; t. IV, no 375. — L. Guichardin, op. cit., p. 205. — Le potentiel artisanal de la ville de Malines s’est encore accru, après 1466, par l’immigration de batteurs dinantais exilés ; Van Doorslaer, op. cit., t. XXX, pp. 31 sv. — Sur l'importance de la batterie de Malines, cfr R. Doehard, Comptes du tonlieu d’Anvers, 1365-1404, pp. 51 sv. et Van Doorslaer, op. cit., t. XXIX, pp. 31-96.

64 En 1418, un marchand malinois vient vendre à la foire froide de Berg-op-Zoom, entre autres articles, un tonneau de couteaux ; W.S. Unger, De tol van Iersekeroord..., p. 211. — Achat d’épées chez les marchands de Malines pour les troupes De Maximilien En 1480 ; Finot. Op. Cit., P. 269. — Ordonnance Du Metier Des Fevres De Malines Interdisant La Vente Des Couteaux Fabriques En Dehors De La Ville ; A.V.M., d’1 : Rolle Rakende De Metalbewerkers In Het Algemeen, Pp. 4-8.

65 Mention D’un « Armoyeur » Malinois Emigre A Tournai (1361) ; E. J. Soil, de Moriame, Op. Cit., P. 72. — Un Marchand Malinois Vend Un Tonneau D’armures A La Foire Froide De Berg-Op-Zoom (1418), Unger, Op. Cit., P. 211. — Achat D’un Haubergeon D’acier Par Philippe Le Bon A Un Armurier De Malines, En 1425 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1931, fo 166. — Maximilien S’approvisionne En Casques Et En Corselets Aupres Des Armuriers Malinois (1480) ; Finot, Op. Cit., P. 269. — Un Armurier De Malines Vend, Avec Un Collegue De Bruxelles, Des Armures A Un Armurier D’Amsterdam (1500) ; Slootmans, Op. Cit., P. 42. — Commerce D’armures Entre Malines Et Cologne (1509) : R. Doehaerd, Etudes Anversoises..., T. 1, P. 300, no 2075.

66 Voir Par Exemple Les Activites Des « Fustaillers » Malinois Jean De Finet Et Jean De Smet ; Finot, Op. Cit., Pp. 264, 265 ; Gachard, Op. Cit., P. 290 ; P.-J. Van Doren, Op. Cit., T. Iii, no 363, Pp. 297-298 ; A.G.R., C.C., Comptes De L'artillerie, Reg. 26164, fo 6. Achat De Hallebardes A Malines Par Un Armurier D’amsterdam (1500) ; Slootmans, Op. Cit., P. 42.

67 A.G.R., C.C., Recette Generale Des Provinces : Brabant, Reg. 2401, fo 231.— Van Vinkeroy, Op. Cit., Pp. 145 N. 2 Et 243 N. 1 — D. von Preradovic, Waffengeschichtliche Notizen Aus Einer Reisebeschreibung Zu Ausgang Des Mittelalters, P. 268.

68 R. Doehaerd, Etudes anversoises..., t. 1 pp. 25 sv. (citation p. 38). Cfr, en général : J. A. Van Houtte, Esquisse d’une histoire économique de la Belgique, pp. 91 sv. ; Id., La genèse du grand marché international d’Anvers à la fin du Moyen Age, pp. 87 sv. ; E. Schremmer, Antwerpen als Warenhandelsplatz im 15. und 16. Jahrhundert und seine wirtschaftlichen Beziehungen zu Mitteleuropa, PP-271) sv. L’ouvrage de H. Van Der Wee, The growth of the Antwerp market and the European economy, 3 vol., 1963, ne fait aucune place au commerce des armes au Moyen Age, pas plus que le livre de F. H. Mertens et K. L. Torfs, Geschiedenis van Antwerpen sedert de slichting der stad tot onze tijden, 8 vol., 1845 a 1853.

69 A propos du fil d’Anvers, voir le chapitre sur les matières premières. — A.U.K., C C„ Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 407 v° (1408). — de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 15 (1414). - A.E.N. Ville, section 2, Comptes, communaux reg. 23, fo 25 v° (1417). — A.N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 428 bis v (1436) ; B 2004, fo 371 (1450). — Finot, op. cit. pp. 266, 272 (1483, 1484). Transit d’un batelier anversois à Iersekeroord, en Zélande, avec des bois d’arc (1491) ; Unger, op. cit., p. 378.

70 Achat d’un tonneau d’épées, à la foire d’Anvers, par un habitant d’Arremude en 1414 ; ibid., p. 206. — Exportation de couteaux anversois vers l’Espagne en 1445 ; L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l'ancienne estaple de Bruges, p. 664 no 822. — Achats de coutellerie à Anvers, — notamment de dagues d’Allemagne et de Tournai. — par des merciers de Metz (1461) ; J. Schneider, Recherches sur la vie économique à Metz Au XVe  siècle..., pp. 59 sv. — A la fin du XVe siècle, quelques couteliers anversois fréquentent les deux foires de Berg-op-Zoom ; K. Slootmans, De verhouding Antwerpen Bergen-op-Zoom in het verleden, pp. 104-105, 160-161. — On utilisait à Anvers, au début du XIVe siècle, des « Ingelsche dolle » (dagues anglaises) tandis que vers 1395 les Hanséates y apportaient vraisemblablement des couteaux de Cologne ; cfr Mertens et Torfs, op. cit., t. II, p. 448 et Clementynboek (1288-1414), éd. J. Van Den Branden, pp. 284-285. — L’essor de la coutellerie d’Anvers est à rapprocher de celui de couteliers de Bois-le-Duc, très actifs dès le début du XIVe siècle ; cfr N. Van Den Heuvel, De ambachtsgilden van's-Hertogenbosch voor 1629, (thèse), pp. 31, 374 sv.

71 Sur l’industrie des armures à Anvers au XVIe siècle, voir L. Guichardin, op. cit., p. 152 et J. Squilbeck, De Antwerpse wapensmeedkunst, pp. 176 sv. — Achats d’armures de plates et de mailles, au marché d’Anvers, par le duc de Brabant (1407 et 1408) : A.G.R., C.C. Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 402 v°, 413 v°. — En 1436, Philippe le Bon acquiert 48 haubergeons d’acier à la foire d’Anvers, à l’usage de ses archers de corps ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 319. En 1446, le tarif du tonlieu d’Anvers signale que les marchands anglais achetaient des pansières dans cette ville ; O. de Smet, De Engelsche handel te Antwerpen in de jaren 1305-1515, pp. 600-601. — Voir les importations d’armures allemandes à Anvers à la fin du XVe siècle et au début du XVIe, notamment pour le compte de l’armurier Bernard Croeck, dans R. Doehaerd, Etudes anversoises..., t. I, pp. 124, 176, 181, 211, 212, 224, 227, 230, 235, 236, 239, 244, 250, 253, 265, 282, 296, 299, 300-302 ; t. II, pp. 150, 153, 165, 210, 212. —Mesures protectionnistes contre les armuriers étrangers en 1417 et 1434 ; Oudt register. mette berderen (1336-1439) t. 27, pp. 90-91 et t. 28, pp. 448-450.

72 Achat de canons à Anvers pour le duc de Brabant : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 407 v° (1408) ; reg. 2395, fo 217 r°-v° (1408-1409). Achat de salpêtre : Id., reg. 2401, fo 90 v°. — A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 420 (autre achat de salpêtre, en 1436). — En 1477, le fondeur anversois Matthieu van der Beke, entreprend la fabrication de pièces d’artillerie, aux armes du roi d’Angleterre, pour la ville de Calais ; Henrard, Fondeurs d’artillerie, p. 247. — On peut supposer que les exportations de matériel militaire vers la France avaient déjà lieu Au XVe siècle. Ce fut le cas au XVIe, selon l’ouvrage de E. Coor Naert, Les Français et le commerce international à Anvers..., t. I, p. 72 et t. II, p. 117.

73 A. F. Lacroix, Extraits des comptes et autres documents... de la ville de Mons, p. 369 (1362). — E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche. 1362-1420, pp. 25 (1364, 1395), 19 (1395). — L. Verriest, Quelques aspects d'Ath et de la vie athoise..., p. 177 (1399). — G. Hagemans, Histoire du pays de Chimay. t, I, p. 179 (1416). — A. N. Lille, R.G.F., B 1948, fo 281 v° (1433). —-D. Lievois, Stad en land van Dendermonde..., p. 107 (achat par la ville de Termonde, en 1452-53). — A.G.R., C.C., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, fos 5 v°-6 r° (1473-74). — Finot, op. cil., p. 266 (1485).

74 E. Roland, op. cit., pp. 20, 25 (1406 et 1419). — J. Muller, Fabrique de flèches d'arbalètes à Binche Au XVe  siècle, p. 67. — DE LA Fons-Melicocq, op. cit., p. 15 et n. 3 (1414 et 1417). — A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 25, fo 41 (1430). — Finot, op. cit., p. 256 (1467).

75 G. Hagemans, op. cit., t. I, p. 179 (1416). -— A. N. Lille, R.G.F., B 1948, fo 272 (1433).

76 J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales... Pas-deCalais, t. II, p. 57 (1347). — B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. I, fasc. 2, p. 432, no 2294 (1375). — A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Hainaut, reg. 3193, fo 40 (1401-1402). — A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 25, fo 41 (1430). — A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fo 119 v° (1426) ; B 1951, fo 161 (1433) ; B 2012, fos 343 r°-v°, 363 (1453).

77 Sur Jehan l’artilleur d’Ath et ses services au comte de Hainaut, cfr G. Wymans, Maître Jehan l'artilleur..., pp. 65 sv. et Extraits des comptes de la recette générale de l'ancien comté de Hainaut, t. I, pp. 38-39 (1350-1351). — E. Roland, La ville de Braine-le-Comte et sa châtellenie..., p. 69 (1394-1395). — E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche..., p. 26 (1405).

78 Ibid., pp. 19, 24 (1364, 1395, 1405). — E. et G. Gérard, Analectes pour servir à l'histoire de Dinant, p. 76 (1465). — G. Hagemans, op. cit., t. I, pp. 212 (1465), 223 (1467).

79 Comme Roeulx, Thieu, Havre, Dymon, Selleries, Beaumont, Solre-le-Château ; cfr ibid., p. 212 (1465) ; E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche..., pp. 19, 25, 26 ; A. E. Namur, Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 33, fo 124 (1475).

80 Cfr Ch. Breard, Le compte du Clos des galées de Rouen au XIVe  siècle (1382-1384), pp. 75-76, 85. — Nous publions en annexe II le document, datant de 1420-1422, intitulé : Instructions des choses... dont il fault parler à monseigneur le maistre des arbalestriers... (Paris, B. N., fr. 1278, fo 60-61).

81 A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fo 125 v°. — J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 114.

82 G. Decamps, L'artillerie montoise. Ses origines, pp. 8-13. — E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche. 1362-1420, pp. 30-31. — En 1452-53, un canonnier montois fournit 5 veuglaires à la ville de Termonde ; Lievois, op. cit., p. 108.

83 A. N. Lille, R. G. F., B 2026, fo 420 v° (1457) ; Finot, op. cit., pp. 244, 254, 256 (1464, 1467, 1472) ; Henrard, op. cit., p. 249 (1469).

84 II semble qu’il faille distinguer ce personnage d’un autre artilleur du nom de Jehan Cambier (ou Gambier) cité à Arras en 1430, en 1433 et en 1434 : cfr A. N. Lille, R.G.F., B 1942, fo 82, B 1948, fos 275 v°-276 r° et B 1951, fo 197 v°. — Sur le Jehan Cambier de Bruges, qui nous intéresse ici, cfr : ibid.. B 1948, fo 266 (1433), B 1951, fo 184 v° (1434) et B 1957, fos 301 v°, 424-426, 428 (5) (1436).

85 Ibid., B 1961 à B 1998, passim.

86 Ibid., B 2004 à B 2020, passim : Finot, op. cit., p. 256. — Jean Cambier fut inscrit comme bourgeois de Mons le 7 avril 1448 : nous remercions Mlle Bruwier, professeur à l’Institut universitaire de Mons, d’avoir eu l’aimable obligeance de nous communiquer cette précision d’après les Arch. Ville Mons, Comptes du massard (1447-1448), chapitre « bourgeoisies ». — G. Decamps, L'artillerie montoise. Ses origines, pp. 14-15, cite J. Cambier parmi les artilleurs de Mons, entre les termini de 1448 à 1472 et avec le surnom de « le Sure », qu’on ne lui connaît pas dans la comptabilité bourguignonne. — Par contre, un Pierre Cambier dit « Lesur », également marchand d’artillerie, devint bourgeois de Mons le 7 mai 1462 (Comptes du massard (1461-1462), fo 15 v°, référence dont nous sommes également redevable à Mlle Bruwier). Il s’agit peut-être d’un parent de Jean Cambier et il apparaît effectivement aussi parmi les fournisseurs de la cour de Bourgogne mais les textes ne font pas allusion à un lien de famille ; A. N. Lille, R.G.F., B 2020, fos 479 v°-480, 482 v° (1455) ; B 2030, fos 385 r°-v°, 386 v°(1458) ; Finot, op. cit., p.256(1467).

87 A. N. Lille, R.G.F., B 2008, fos 360 v°-361. — Jehan Cambier fournit au duc : 87 crapaudaux de 2 pouces, d’un poids total de 12 780 livres ; 24 autres crapaudaux de 2 pouces et demi, pesant 4 146 livres ; 16 veuglaires pesant en tout 17 915 livres ; une bombarde de 6 848 livres. Ceci représente 41 689 livres de fer ouvrées, soit environ 20 tonnes métriques.

88 Ibid., B 1972, fo 260 (1441) : il s’agit d’une bombarde de 1er nommée « Le Daim ». J. Garnier, op. cit., p. 127 (1443)fait référence aux deux autres bombardes de fer fournies par Cambier mais dont le facteur du roi de Portugal, finalement, ne prit pas livraison. — Voir également C. Gaier, The origin of Mons Meg, pp.

89 Cfr par exemple L. Devillers, Le Hainaut sous la régence de Maximilien d'Autriche (1483-1494), t. XIV, pp. 218, 223, 227, 232, 256 ; t XV, pp. 182, 186, 187, 203, 204, 210, 211, 218, 255, 256, 266, 267, 269-270, 281-290 ; t. XVI, pp. 221, 222’239, 418, 443.

90 Cette dépendance ressort des nombreux achats d’artillerie dans d’autres villes ; cfr Roland, L'artillerie de la ville de Binche. 1362-1420, pp. 30-31, 35-37.

91 Ibid., pp. 34-35 ; M. Mollat, Comptes généraux de l'Etat bourguignon..., p. 323 ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 25, fo 41 (il s’agit d’un Willeaume Daval).

92 Cfr respectivement : A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fo 128 (avec annotation marginale) ; B 1972, fo 259. — A. E. N., op. cit., loc. cit. — A. N. Lille, R.G.F., B 1969, fo 351. — J. Garnier, op. cit., pp. 114-115.

93 de La Fons-Melicocq, op. cit., p. 16 (1414).

94 Soil de Moriame, op. cit., p. 133 (1413).

95 G. Hagemans, Histoire du pays de Chimay, t. I, pp. 212-213 (1465).

96 Sur les fournitures de Colard Guyson à Gand, cfr les fragments de comptes publiés par Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises..., p. 140 : 7.200 boulets de fer ; 12 bombardes à 2 chambres pesant ensemble 3 146 livres (1418) ; un canon tirant des boulets de fer (1435). Voir aussi E. de Busscher, Recherches sur les peintres gantois..., p. 67 n. 2 : « VIII ijserinnen steenbussen, met XVI cameren, woughen XXXVIIcIIIIXX XV ponden » (1422-1423) et « VIII ijserin steenbussen met XVI cameren, woughen XIIc XXI lib. » (1423-1424). — Les textes ne mentionnent pas expressément par quel procédé les boulets ont été fabriqués mais le moulage ne fait aucun doute, surtout si l’on veut bien considérer la quantité fournie.

97 Extraits des comptes de la recette générale de l’ancien comté de Hainaut, p. 115. — A.G.R., C.C., Recette générale du Hainaut, reg. 3193, fo 40.

98 Ibid., reg. 3194, fo 45 (1423-1424) ; A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut, t. I, pp. 104, 113 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1951, fo 162 v°. — Notons, en outre, qu’en 1434, Philippe le Bon fit l’achat d’une brigandine auprès d’un armurier de Valenciennes, ibid., fo 177.

99 A.G.R., C.C., Recette générale du Hainaut. reg. 3192, fo 25 v° ; reg. 3193, fo 39 v° ; L. Devillers, La guerre de Hollande de 1401 à 1412, pp. 17, 26 ; A.G.R., op. cit., reg. 3194, fo 45 ; reg. 3195, fo 49 ; reg. 3196, fo 72.

100 Voir les statuts de la connétahlie des métiers de Mons (1487) dans ; L. Devillers, Le passé artistique de la ville de Mons, pp. 404, 410. — Un des armuriers les plus connus de Jean sans Peur puis de Philippe le Bon (qui l’engagea à vie) fut Girart de Hainaut ; cfr notamment Mollat, op. cit., pp. 39, 119-120, 380 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1925, B 1927, B 1931, B 1933, B 1948, B 1951, B 1954, B 1957, B 1961, passim ; A.G.R., C.C., Recette générale de Flandre, reg. 2705, fp 75 ; L. de Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. I, p. 402.

101 J. Fraikin, L’industrie armurière liégeoise et le Banc d’Epreuves des armes à feu de Liège, Liège, 1940. — Voir notamment J. Lejeune, La formation du capitalisme moderne dans la principauté de Liège au XVIe siècle, Liège-Paris, 1949, J. Yernaux, Retour sur notre passé industriel. A propos du « R usa », pp. 70-77 ; J. Puraye, La gravure sur armes à feu au pays de Liège, Liège, 1964.

102 C. Gaier. Le problème de l'origine de l’industrie armurière liégeoise au Moyen Age, pp. 22 sv. Nous envisageons d’écrire l’histoire de l’armurerie liégeoise jusqu’à la veille de la première guerre mondiale.

103 Cfr A. Joris, Der Handel der Maasstadte im Mittelalter, pp. 15 sv. ; Les villes de la Meuse et leur commerce au Moyen Age, pp. 6 sv. ; C. Gaier, Aux origines de l’industrie houillère liégeoise..., pp. 131 sv. ; A. Henry, Les batteurs en cuivre de Bouvignes, pp. 821 sv. ; J. Destree, La dinanderie sur les bords de la Meuse pp. 743 sv.’

104 Dehaisnes, Documents et extraits divers..., p. 342 ; Ffoulkes, The armourer and his craft, p. 181 et F. Michel, Histoire du commerce de Bordeaux, t. II, p. 466.

105 J. Garnier, op. cit., p. 224 ; J. Squilbeck, Notice sur le métier des fondeurs et batteurs de cuivre, p. 263 ; M. Canat, Note sur les maîtres des oeuvres des ducs de Bourgogne, suivie d'une note sur Joseph Colare, fondeur et canonnier, avec les preuves, pp. 34-37, 48-50 ; Soil DE Moriame, op. cit., p. 133 ; A. Van Werveke, Bijdragen tot de geschiedenis... van Vlaanderen, pp. 57-60.

106 E. Giraudet, Histoire de la ville de Tours, t. I, p. 238 ; P. Aebischer, Liégeois, Brabançons et Flamands à Fribourg (Suisse) au XVe siecle, p. 11.

107 Cfr C. Gaier, Art et organisation militaires dans la principauté de Liege..., pp. 162-165, 177-180 ; Id., L'Evolution et l'usage de l'armement personnel défensif au pays de Liège..., pp. 65 sv.

108 Nous relevons 9 batteurs d’armures à Liège au XIVe siècle et autant Au XVe ; cfr C. Gaier, Le problème de l’origine..., pp. 70-71, auquel il faut ajouter la mention de l'armoyer Jean de France, à l’angle des rues de la Wache et Sainte-Gangulphe (vers 1403) ; E. Poncelet, Les domaines urbains de Liège, p. 191 et n. 3.

109 Ibid., p. 96.

110 Achat de poudre à Liège par Namur et Dinant Au XVe siècle : cfr A.E.N., op. cit., reg. 32, fo 54 v° (1468) et D.D. Brouwers, Cartulaire de la commune de Dinant, t. VIII, p. 63 (1464-65). — Gand achète du salpêtre à un Liégeois en 1489 ; Inventarissen van grof geschut..., p. 306.

111 Nous relevons 13 couteliers et 3 « speeliers » pour le XIVe siècle. Au tableau de C. Gaier, op. cit., loc. cit., il convient d’ajouter : Renechon d’Ambresin, coutelier (+ avant 1378) et Gillechon d’Ambresin (vers 1378) ; M. Evrard, Documents relatifs à l’abbaye de Flâne, no 202, pp. 455-456. — Johan de Mestier, coutelier (avant 1397) ; L. F. Genicot, Un censier ducal de la fabrique de Notre-Dame à Huy..., p. 258. — Libert de Moxhe, coutelier (teste en 1439) ; J. Stekke, Contrats de mariage et testaments hutois (1270-1795), p. 93. — La coutellerie semble avoir été bien representee a Saint-Trond egalement ; en 1461, les fèvres de cette ville comptent 9 couteliers et 3 fourbisseurs : Liege, Bibl. Centrale, Fonds U. Capitaine, Ambachs boeck van den smeden..., fos 19-20.

112 Cfr la série des comptes urbains de Namur, reprise dans la bibliographie au début de cet ouvrage. Malgré l’évidente abondance de la production locale, nous n’avons trouvé que deux mentions d’exportations de bouches à feu en fer, une vers Béthune (1417), l’autre pour l’artillerie bourguignonne (1445) ; cfr A. de Behault de Dornon, Le canon d’Edimbourg « Mons Meg »..., p. 62 n. et A. N. Lille, R.G.F., B 1988, fo 264 v°. Dans ce dernier cas, il semble bien que le travail fut’ exécuté à Namur afin d’accroître le parc de l’artillerie ducale qui s’y trouvait entreposé. Il ne s’agit donc pas à proprement parler d’une exportation.

113 Pour Dinant, ajoutons aux données contenues dans notre article cit. n. 108 : la confection, en 1378, d’un gros canon en fer de plus de trois tonnes, par trois fèvres dinantais, assistés de 12 ouvriers et de 6 manœuvres. L'exécution de cet ouvrage demanda trois mois ; il avait été ordonné par le Magistrat de Mons. Cfr G. Decamps, L’artillerie montoise. Ses origines, pp. 10-11.

114 Namur y achète de la poudre et de l’artillerie en 1410 et en 1468 ; A. h. Namur, op. cit., reg. 22, fo 47 et reg. 32, fos 54 v°, 60. — Le bombardier Bauduin de Bouvignes servit le duc de Bourgogne au siège de Dinant (1466) et fut, par la suite, engagé dans le personnel ordinaire de son artillerie ; Finot, op. cit., p. 261.

115 En 1436, Jean de Luxembourg, comte de Ligny, ordonna des poursuites contre un « Evrard de Masick, ouvrier de bombardes », pour non-exécution des travaux à un canon, pour lesquels il avait pourtant été payé ; A.E.N., Transports de Namur, reg. 16, fo 395 r°-v°. — Nous hésitons à suivre D. D. Brouwers (Ibid., fonds Brouwers no 17) qui voit dans ce canonnier un artisan originaire de Maaseik. Ne serait-ce pas plutôt un ouvrier namurois, apparenté à la famille « dou Masiche » qui fournit à la ville mosane un fabricant attitré de canons, Jean du Masiche (vers 1426 — vers 1475) et un faiseur de boulets du nom du Henrion du Masiche (vers 1465), sans parler d’un autre Jehan du Masiche, charpentier municipal, qui vivait à la même époque que son homonyme ?.

116 Le fer fondu était utilisé soit pour fabriquer des mortiers ou l'on mélangeait la poudre, soit pour faire des boulets de canon. Cfr A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 23, fo 27 v° (1412, à Namur) ; fo 27 v° (1414, à Namur) ; fo 20 (1414, à Jausse) ; reg. 31, fo 56 r°-v° (1463) ; reg. 32, fo 126 v° (1465, a Namur) ; reg. 34, fos 141 (1477, à Dave) et 154 v°-155 (1477, à Ermeton-sur-Biert) ; reg. 36, fo 101 v° (1482, à Namur). — En 1488, un fondeur de fer de Bouvignes vient à Namur afin de couler des boulets en fonte destinés au bombardement du château, assiégé par les troupes de Maximilien ; J. Borgnet, Cartulaire de la commune de Bouvignes, t. I, p. 168 n. — Les activités des centres sidérurgiques de Jausse, de Dave et d’Ermeton sont bien connues au Moyen Age ; cfr Gillard, op. cit., pp. 60-62, 65-66, 70-72, 76-78, 89-91, 94-96.

117 Voir, par exemple, le leg d’« armeurres » par le chevalier Jean de Zolver en 1307 ; Wampach, Urkunden und Quellen..., t. VII, no 1 087, p. 141.

118 Cfr l'armement des bourgeois, spécifié dans l’acte d’affranchissement de la ville de Luxembourg (1244) ; Fr.-X. Wurth-Paquet et N. Van Werveke, Cartulaire... de la ville de Luxembourg..., p. 6. — D’après la charte d’affranchissement de Marche (1327), les comtes de Luxembourg étaient tenus de fournir aux habitants, l’artillerie nécessaire à leur défense ; H. Bourguignon, Marche-en-Famenne, p. 361

119 Voir, par exemple, les achats de fournitures militaires effectués à Paris et aux marches occidentales de l’Empire ; A. de Circourt et N. Yan Werveke, Documents luxembourgeois à Paris concernant le gouvernement du duc Louis d'Orléans, pp. 95-98, 122 ; N. YAN Werveke, Die Erwerbung des Luxemburger Landes durch Anton von Burgund..., pp. 11, 14, 19, 21, 23, 40-42.

120 Cfr Wurth-Paquet et N. Van Werveke, op. cil., p. 64 ; J. Vannerus, Dénombrements luxembourgeois du XVe  siècle (1472-1482), pp. 311, 312, 314 ; N. Yan Werveke. Les finances de la ville de Luxembourg pendant le règne de Philippe le Bon (1444-1467), pp. 137-145.

121 Cfr ibid., loc. cit., — On trouve aussi quelques fabricants de canons en bronze : ibid., pp. 137, 139, 144.

122 Par exemple, maître Hans Loukenbach, canonnier du duc de Bourgogne de 1453 a 1475 et maître canonnier du château de Luxembourg ; ibid., p. 146 ; A. N. Lille, R. G. F., B 2012, fo 409 v° et 413 v° ; L. DE Laborde, op. cit., p. 454. — Maître Jean de Damvillers, qui mourut en service au siège de Beauvais (1472) ; VAN Werveke, op. cit., p. 146. — Autres cités ibid., pp. 146-147.

123 Sur la carrière de Walter d’Arlon, canonnier à Cologne, à Francfort, à Passau, à Augsbourg et à Nuremberg (vers 1377-1378), cfr Rathgen, op. cit., pp. 19-21, 190-196, 211. — Voir aussi Van Werveke, op. cit., p. 141.

124 Cfr N. Van Werveke, Die Erwerbung des Luxemburger Landes..., p. 41. — Fabrication de boulets en fonte à Virton, vers 1500 ; Giraud, Notes pour servir à l'histoire de la sidérurgie lorraine..., dans Documents pour servir à l'histoire de l'armement..., pp. 104, 105, 160. — En 1518, il n’y avait pas moins de trois moulins hydrauliques « ù esmoudre taillans » dans cette localité ; cfr Cl. Maus, Renseignements historiques concernant les confréries... de Virton, p. 147.

125 Cfr W. Boeheim, Die Waffe und ihre einstige bedeutung im Welthandel, pp. 171 sv. Cet exposé sommaire est loin d’épuiser le sujet, mais il a le mérite d’en suggérer l’importance.

126 Cfr J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen Age, pp. 152, 155, 162-178, 211-212, 228, 238, 240, 242, 245, 259-260, 263 ; J. Godard, Un document inédit concernant le péage de Bapaume, pp. 281 sv. — C. De Tourtier, Le péage de Picquigny au Moyen Age. p. 294. — L’évolution chronologique des produits énumérés constitue, pour l'étude des tarifs de tonlieux, un critère de véracité presque toujours négligé au profit de considérations d’ordre strictement diplomatique ; cfr G. Despy, Pour un « Corpus » des tarifs de tonlieux..., p. 255.

127 Outre ceux cités à la n. précédente, cfr les tarifs de tonlieu ou autres documents suivants : Saint-Omer (vers 1160) dans A. GIRY, Histoire de la ville de Saint-Omer et de ses institutions jusqu'au XIVe  siècle, pp. 477-478. — Louvain (1211) : P. Divaeus, Annalium Lovaniensium libri VIII, p. 40. — Messines (1228), Antoing et Audenaerde (1271) : L.-A. Warnkoenig-Gheldolf, Histoire de la Flandre..., t. II, pp. 475-476, 484 ; t. V, pp. 349, 351. — Valenciennes (1264 et 1308) ; L. Devillers, Cartulaire des rentes et cens dus au comte de Hainaut (1265-1286), t. II, p. 34 et E. Cachet, Un cartulaire de Guillaume Ier..., pp. 95, 97. —Louvain (avant 1287) : H. Vander Linden, Tollen van den hertog van Brabant te Leuven in de 14e eeuw, pp. 93 sv. — Huy (XIIIe-XIVe siècles) : A. Joris, Documents relatifs à l'histoire économique et sociale de Huy au Moyen Age, p. 265. — Luxembourg (fin XIVe siècle) : F.-X. Wurth-Paquet et N. Van Werveke, Cartulaire... de la ville de Luxembourg..., p. 64.

128 Voir notamment le rôle joué par les armuriers du duc de Brabant (1411) : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fos 463 sv ; par celui du comte de Flandre (1381) : Dehaisnes, Documents et extraits divers..., p. 573 ; par ceux du duc de Bourgogne (1434, 1435 et 1436) : A. N. Lille, R.G.F., B 1951, fo 175 ; B 1954, fo 162 v° ; B 1957, fo 319. L’entremise de l’écuyer d’écurie du duc de Bourgogne en matière d’achat d’armes mérite également d’être soulignée ; Id., B 1927, fo 199 (1422-23), B 1929, fo 167 v° (1423-24) ; B 1966, fo 310 r°-v° (1439).

129 Voir le cas de Binche (1405) dans E. Roland, L'artillerie de la ville de Binche..., p. 26 ; de Lille (1414) dans de la Fons-Melicocq, op. cit., p. 15 : de Namur (1408 et 1420) dans A. E. Namur, ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, fo 24 et reg. 24, fo 32 v°-33 r°.

130 Cfr n. précédente, en dernier lieu. — Voir aussi A. N. Lille, R. G. F..B 1935. fos 118 v°-120 (1426).

131 Par exemple A. de la Grange, Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de Tournai (1431-1476), p. 8. — A. N. Lille, R.G.F., B 2020, fo 480 v° (1455).

132 L’artisan se déplace lorsque l’acheteur était suffisamment fortuné pour s’offrir le luxe d’un ouvrage effectué selon ses propres directives. A l’occasion de la « journée » que le duc de Bourgogne tient contre le duc de Gloucester (1424), il fait venir à Lille et à Hesdin deux armuriers parisiens et celui du duc de Lorraine pendant plusieurs mois ; A. N. Lille, R.G.F., B 1931, fos 167-168. — Le déplacement des fabricants de bombardes, pour éviter le transport de leur marchandise finie, était assez fréquent mais non systématique ; voir la confection, en 1378, du grand canon de Mons par des forgerons dinantais : G. Decamps, op. cit., pp. 10-11. Cfr n. 134 ci-après.

133 Achats d’armes aux foires d’Anvers : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 402 v° (1408). — A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 23, fo 25 v° (1417). — W. S. Unger, De tol van lersekeroord. Documenten en rekeningen (1321-1572), pp. 198, 206 (1418). — Oudt register, mette berderen (1336-1439), éd. J. Van den Branden et L. Bisschops, t. 28, pp. 236-237 (couteliers à Anvers en 1431). — L. Gilliodts - Van Severen, Cartulaire de l'ancienne estaple de Bruges, p. 580 (1433). — A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 319 (1435). — O. De Smedt, De Engelsche handel te Antwerpen in de jaren 1305-1515, p. 601 n. 61 (achat d’armures par les Anglais, en 1446). — Vente d’armes au marché de Mons (1401-1402) : A. Pinchart, Extraits des comptes relatifs au Hainaut..., p. 54. — A la « franche fête » de Saint-Omer (fin du XIIIe siècle) : A. Giry, op. cit., p. 571.

134 Achat de deux pièces d’artillerie, sans doute légères à des marchands de passage à Namur (1408) ; A. E. Namur, op. cit., reg. 22, fo 25-26. — Le Magistrat d’Ypres acquiert des fers de flèche à des colporteurs en 1383 : A. Diegerick et O. de Kerchove, Une page de l’histoire d’Ypres (1379-1384), pp. 109, 135.

135 Les hôteliers se trouvaient fréquemment en possession d’armes diverses que les voyageurs, pour descendre en ville, étaient tenus de déposer chez eux et qu’ils leur abandonnaient quelquefois en guise de payement. Ces pratiques donnaient lieu, comme on l’a constaté notamment en matière de draperie, à un négoce complémentaire ; cfr J. F. Verbruggen, Un projet d’ordonnance comtale..., p. 135

136 Cette expression est en partie définie dans un document de 1397, relatif au péage de Bapaume : « pluseurs merceries qui se appellent mercerie mellée, c’est assavoir : coustiaux, bourses, courroies et pluseurs autres choses... » ; J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen Age, p. 225. — Cfr la vente de carreaux d’arbalète par un mercier de Namur en 1408 ; A. E. Namur, op. cit., loc. cil., — Achats pour l’artillerie bourguignonne à un mercier d’Yvois en 1444 ; A. N. Lille, R. G. F., B 1978, fo 222 v°. — La vente au petit détail de pièces d’armements pouvait aussi fort bien être pratiquée par les apothicaires. Ainsi à Liège, un fabricant d’arbalètes achète des arcs d’acier à l’apothicaire Jacquemin de Hodeige (1518) ; A.E.L., Echevins de Liège, Obligations, reg. 446-16, fo 60 v° (référence obligeamment communiquée par feu M. J. Breuer). Voir un cas similaire de commerce d’armurerie exercé à Toulouse par un apothicaire, en 1300, dans : Fawtier, Comptes royaux..., t. II, p. 672.

137 Voir, sur le rôle des merciers dans le commerce de la petite métallurgie, K. Ullmann, Das Werk der Waffenschmiede..., pp. 54 sv. ; E. Coornaert, Les Français et le commerce international à Anvers..., t. II, p. 48 ; R. Marquant, La vie économique à Lille sous Philippe le Bon, p. 195 ; G. Espinas, op. cit., t. II. p. 549 ; G. Fagniez, Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, t. II, p. 308 ; S. Thrupp, The grocers of London, a study of distributive trade. p. 291 ; J. Heers, Gênes Au XVe  siècle..., pp. 223-224 ; J. Schneider, Recherches sur la vie économique à Metz..., p. 28.

138 Cfr l’intéressante étude de D. D. Brouwers, Les tours des merciers de Walcourt et de Ciney, pp. 57 sv. — J. A. van Houtte, Esquisse d’une histoire économique de la Belgique, p. 100. n. 9 ; H. Laurent, Un grand commerce d’exportation au Moyen Age..., p. 233. — Espinas, op. cil., t. 1, pp. 898-900 ; t. II, pp. 121-123. — J. A. van Houtte, Makelaars en waarden te Brugge..., pp. 1 sv. et 177 sv. ; bibliographie sommaire de cette question, p. 2 n. 2. Ph. Wolff, Commerces et marchands de Toulouse..., pp. 561-569.

139 Voir par exemple E. Motta, Armaiuoli milanesi nel periodo Viscnnteo-Sforzesco, pp. 187 sv. ; F. Fossati, Per il commercio delle armature e i Missaglia, pp. 279 sv. — E. Scheibe, Studien zur Nürnberger Waffenindustrie von 1450-1550, Bonn, 1908 ; W. G. Neukam, Eine Nürnberger— Sulzbacher Plattenlieferung für Karl IV..., pp. 124 sv. ; W. M. Schmid, Passauer Waffenwesen, pp. 3i2 sv. ; H. Ammann, Die Wirtschaftliche Stellung der Rcichssladt Nürnberg im Spätmittelalter, pp. 55-56, 131 sv.

140 Cfr E. Salin, La civilisation mérovingienne, t. III, pp. 105-107 ; A. Anteins, Im Ostbaltikum gefundene Schwerter mit damaszierten Klinge, pp. 113, 118, 120 ; A. Togan Zeki Validi, Die Schwerter der Germanen nach arabischen Berichten des 9.-11. Jahrhunderts, pp. 19 sv. ; C. Cahen, Un traité d’armurerie composé pour Soladin, p. 161.

141 A. Sternberg, Die Angriffswaffen im Altfranzösischen Epos, p. 20 ; Y. Bach, Die Angriffswaffen in den Altfranzôsischen Artus-und Abenteuer-Romanen, p. 14 ; A. Schulz, Blankwaffen und Rüstung der Minnezeit (11. bis 13. Jarhhundert), pp. 8-11 ; R. Sprandel, Die Wirtschaftlichen Beziehungen zwischen Paris und dem deutschen Sprachraum im Mittelalter, pp. 290-293, 318.

142 J. F. Finô, Notes sur la production du fer et la fabrication des armes en France au Moyen Age, p. 59. — Guibert de Nogent, Historia quae dicilur Gesta Dei per Francos, p. 230. Sur ce passage, cfr ci-dessus « La Clientèle », n. 64.

143 H. Baciitold, Der Norddeutsche Handel im 12. und beginnenden 13. Jahrhundert, pp. 76-77. 83, 118-119 ; B. Kuske, Köln, der Rhein und das Reich, pp. 156-157 ; A. Von Brandt, « Schwerter aus Lübeck »..., pp. 1-11. D’après de cernier auteur, les épées de Cologne auraient été également exportées par des négociants de Lübeck.

144 En 1304, le comte de Hainaut possède sept couteaux d’Allemagne ; Dehaisnes, op. cit., p. 156.

145 Les marchands de Nuremberg jouissaient à Liège et en Brabant, dès le XIVe siècle, sinon plus tôt, de l’exemption de tonlieu. En échange de cette faveur, ils devaient offrir chaque année une épée « à deux mains », considérée sans doute comme un produit typique de leurs importations ; cfr C. Gaier, L’apparition de l’épée à deux mains dans l’Est de la Belgique..., p. 230.

146 Le duc de Brabant en fait acheter une en 1409 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 465.

147 A. Von Brandt, « Schwerter aus Lübeck »..., pp. 1 sv. — L’étude archéologique de K. Ullmann, Dolchmesser, Dolche und Kurzwehren des 15. und 16. Jahrhunderts im Kern-Raum der Hanse, pp. 1-13, 114-127, confirme l’existence d’un centre artisanal de ce genre d’armes blanches dans les villes hanséatiques.

148 En 1434, le duc de Bourgogne possède des couteaux de Prague et de Bohême ; A. N. Lille, R.G.F., B 1951, fos 173 v°, 186. — En 1440, une boutique de mercier tournaisien renferme, entre autres, deux douzaines de coutiaux pragois ; Soil de Moriame, op. cit., p. 60. — Un autre exemple se réfère manifestement à des articles de provenance étrangère : « couteaux d'Allemagne, appelés Pradois », vendus à Tournai en 1473 ; A. de la Grange, Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de Tournai (1431-1476), p. 336.

149 R. Sprandel, op. cit., pp. 290-291, 306. — Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, fo 413 ; reg. 2395, fos 196 v°, 489. — Nous n’avons pas trouvé de mention d’armures d’Augsbourg avant celles que Maximilien acheta, en 1481, à Laurent Helmschmied ; F. Buttin, La lance et l'arrêt de cuirasse, p. 155.

150 A. N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 221 r°-v° (1420) ; B 1933, fo 166 (1425) ; Soil de Moriame, op. cit., p. 59 (1432) ; de Laborde, op. cit., t. II, pp. 426-427 (1473). — Il s’agit, en 1420 et en 1473, d’importations directes par des marchands de Nuremberg. — Exemples de 1428 et 1460-1461 dans F. Buttin, DU costume militaire..., p. 224 ; voir également pp. 225-226. — Cfr R. Doehaerd, Etudes anversoises..., passim.

151 En janvier 1457, deux marchands de Cologne viennent à Bruxelles, fournir à l’Artillerie de Philippe le Bon : 100 couleuvrines à main, en bronze, et une serpentine, en bronze également, pesant 300 livres ; A. N. Lille, R. G. F., B 2026, fo 416 r°-v°. — En 1468, la cité de Liège en révolte commanda de l’artillerie à Cologne ; E. Fairon, Regestes de la cité de Liège, t. IV, Liège, 1939, no 1055, pp. 297-298.

152 Dehaisnes, op. cit., pp. 246, 278 ; Soil de Moriame, op. cit., p. 96 ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, p. 372. — Peut-être ce « haubergeon de fer français », mentionné à Tournai en 1413, était-il de même provenance ; Soil de Moriame, op. cit., p. 108. — Cfr à ce sujet F. Buttin, DU costume militaire..., pp. 100-101.

153 J.M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis..., p. 389 (1302) ; Id., Inventaire sommaire des archives..., t. I, p. 297 (1315) ; Dehaisnes, op. cit., pp. 246-247 (1322) ; Soil de Moriame, op. cit., p. 98 (1367 et 1370) ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, p. 372 (1388) ; A. N. Lille, R.G.F., B 2012, fo 345 (1453). — Sur les centres armuriers de 1 évêché de Toulouse, cfr Ph. Wolff, Achats d'armes pour Philippe le Bel dans la région toulousaine, pp. 84-91 ; Commerces et marchands de Toulouse (vers 1350vers 1450), pp. 290-292.

154 B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes des ducs de Bourgogne..., t. I/fasc. 1, no 1371, p. 242 (don d’une épée de Bordeaux, en 1371) ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, no 824, p. 138 (idem, en 1383) et p. 371 (garnison de Lille, en 1388) ; Extraits des comptes de la recette générale de l'ancien comté de Hainaut, t. I, p. 258 (cadeau du roi de Navarre, 1397) ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 465 (appartenant au duc de Brabant, 1409). —J.-B. Giraud, Les épées de Bordeaux..., pp. 57-58, 70 sv. dans Documents pour servir à l'histoire..., fait erreur lorsqu’il croit pouvoir identifier les nombreuses mentions de Bordeaux comme lieu d’origine des épées médiévales avec Bordeau en Savoie. Cfr F. Michel, Histoire du commerce et de la navigation à Bordeaux..., t. I, pp. 315-320 et Y. Renouard, Bordeaux sous les rois d'Angleterre, pp. 258-259. — D’après le regretté Y. Renouard, il n’y avait pas de doute possible quant à l’assignation d’une provenance bordelaise à ces armes.

155 Vente de hampes et de fers de traits par un artilleur et un mercier de Châlons-sur-Marne, en 1435 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1954, fo 207 r°-v°.

156 Vente de canons par un serrurier de Troyes (1362) ; Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 7 ; par un canonnier de Troyes (1429) ; ibid., p. 51. Vente de canons par un marchand de Châlons, en 1433 ; ibid., pp. 65-66 ; par des forgerons de cette ville en 1434 et 1435 : A. N. Lille, R.G.F., B 1951, fo 168 v° ; B 1954, fo 207.

157 Vente de boulets à Chalons en 1434 : ibid., B 1951, fo 168 v° ; à Troyes en 1478 : Garnier, op. cit., p. 206.

158 Un marchand de Troyes vend, en 1420-1421, un haubergeon d’acier ainsi que deux brassards de Milan au duc de Bourgogne ; A. N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 217. En 1433, un négociant de Châlons fournit au duc une armure complète ; ibid., B 1951, fo 164 v°.

159 Cfr par exemple B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 96, 184, 451 ; M. Mollat, op. cit., p. 40 ; A. N. Lille, R.G.F. B 1923, fos 218, 222. Ce recours aux armuriers parisiens fut aussi le fait des comtes d’Artois : J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales..., pp. 49 col. 1, 63 col. 2, 153 col. 2, 190, 269, 287, 292, 297. — Sur les liens importants entre les Etats bourguignons et la France, cfr P. Bonenfant, Philippe le Bon, pp. 7 sv., 117 sv.

160 A. N. Lille, R.G.F., B 1923, f » 219 ; B 1927, fo 195 v° ; B 1929, fo 167 v° ; B 1931, fos 165 v°, 167-168 ; B 1933, fo 168 ; B 1948, fos 283 v°-284 ; B 1954, fo 154 ; B 1957, fos 302 v°, 331 v°-332 ; B 1961, fo 164 v°. — L. DE Laborde, op. cit., t. I, p. 366 ; t. II, p. XII n. — Voir p. 233 n. 12 (Jehan du Conseil).

161 Voir, à ce sujet, les comptes de la Recette générale des finances, à Lille, les travaux de J. Garnier, op. cit., et L'artillerie de la commune de Dijon d'après les documents conservés dans ses archives, Dijon, 1863, passim.

162 Cfr l'inventaire (1322) des armes du comte de Flandre à Courtrai : Dehaisnes, op. cit.,pp. 246-247. Il est intéressant de comparer cet inventaire à celui de Louis X le Hutin, dressé en 1316, où il est déjà question d’armures lombardes ; V. Gay, Glossaire archéologique..., t. I, p. 62. — En 1379, le duc de Bourgogne dépêche un messager en Lombardie qui lui rapporte un jaseran et deux camails ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 57-58. —Il faut noter qu’au XIVe siècle, il s’agit surtout d’armures italiennes de mailles ; celles de fer battu n’apparaissent qu’à la fin de ce siècle dans nos documents.

163 Le duc de Brabant possède, en 1408, des épées dites « de Lombardie » ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, fo 205 v°. — Les ducs de Bourgogne utilisaient des armures, des cottes de mailles et des casques milanais : Mollat, op. cit., p. 440 ; Finot, Inventaire sommaire des archives..., pp. 270, 414 et 416 ; Van Vinkeroy, op. cit., pp. 59-60 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1923, fo 217 ; B 1927, fo 193.

164 Cfr L. Verriest, Les armures et atours d'un chevalier bâtard du XIVe  siècle, p. 29. — Voir aussi les armes milanaises appartenant, Au XVe siècle, à des bourgeois de Tournai : Soil de Moriame, op. cit., pp. 59, 105, 109.

165 Nous avons évoqué le rôle des marchands-armuriers italiens à propos des activités armurières du port de Bruges. — Courtage de pièces d’armement assuré par des Milanais : Buttin, La lance..., p. 123 col. 1 ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fos 315 v°, 333. — Par contre, le grand batteur d’armures, François Missaglia, familier du duc de Milan, Francesco Sforza, vient en personne auprès de Philippe le Bon afin de lui fabriquer sur mesure trois armures de guerre. Il faut noter cependant qu’il était, en même temps, chargé par son maître d’une mission diplomatique ; Finot, op. cit., p. 418 et M. Martens, Correspondance entre Francesco Sforza et Philippe le Bon, p. 226.

166 En 1376, la moitié de la valeur de la cargaison d’un bateau génois qui se rend à l’Ecluse est constituée par des fûts d’arbalètes ; cfr L. Liagre-DE Stürler, Les relations entre Gênes, la Belgique et l'Outremont..., t. II, no 348, pp. 350-351. — Voir les mentions dans B. et H. Prost, op. cit., t. II, no 1273, p. 197 (arbalètes « à la manière de Gênes », 1381) et pp. 366, 370 ; A. Diegerick et O. Dekerchove, Une page de l'histoire d’Ypres (1379-1384), p. 104 ; Finot, op. cit., p. 242 ; J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne, p. 210 ; L. DE Laborde, op. cit., t. I, p. 36. - En 1408, une caraque de Gênes, qui fit naufrage près de l’Ecluse, transportait des casques (buvettes) et des arbalètes dont les marchands génois de Bruges étaient consignataires ; L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l’ancienne est aple de Bruges, pp. 461-462.,

167 Cfr J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la Flandre et la république de Gênes au Moyen Age, Paris, 1906. — En^ 1443, Gênes accorda au duc de Bourgogne l’autorisation qu’il avait demandée d’exporter notamment des lances et des flèches du territoire de la république, afin d’en équiper les galères qu’il faisait construire à Nice ; C. Desimoni et L. T. Belgrano, Documenti ed estratti inediti o poco noti, no 70, p. 418. — A noter que les arbalétriers génois étaient réputés et servirent comme mercenaires dans les armées d’Europe, spécialement au XIVe siècle.

168 Deux documents génois de 1338 font allusion au transport, de Genes en Flandre, de futaines, de peaux, de bougrans et de cuirasses. L’éditeur note avec raison qu’il doit s’agir d’armures de cuir, étant donné la nature des marchandises énumérées. Nous ajoutons, en faveur de cette hypothèse, le fait que la cuirasse de métal n’apparaît pas avant la fin du XIVe siècle, et que le terme « cuirasse » désignait effectivement, aux XIIIe et XIVe siècles, un vêtement de protection en cuir bouilli ; cfr L. Liagre-de Sturler, Les relations commerciales entre Gênes, la Belgique et l'Outremont.., t. I, nos 79-80 ; C. Blair, European Armour, pp. 38-39. —Cependant, les cuirasses génoises, achetées Au XVe siècle par François Sforza, duc de Milan, par la commune de Florence et par Jacques Cœur en France, étaient bel et bien en fer : cfr J. Heers, Gênes Au XVe  siècle..., p. 224.

169 Nous devons à l’aimable obligeance de M. le Professeur F. Melis d’avoir entrepris à notre intention une recherche sommaire, dans les innombrables fiches qu’il a accumulées, sur les activités commerciales des Datini, de Prato, en ce qui concerne les produits d’armements. Sans vouloir se prononcer formellement, M. Mélis n’a pas trouvé de trace, à première vue, d’un commerce d’exportation d’armes vers les Pays-Bas. Sur la filiale des Datini en Avignon, cfr l’article de grande valeur de R. Brun, Notes sur le commerce des armes à Avignon au XIVe  siècle, pp. 209 sv. — Signalons aussi que les épées de Florence étaient certainement importées aux Pays-Bas, au plus tard au début du XIVe siècle, mais nous sommes très mal renseignés à ce sujet. Cfr L. Fabry-Rossius, Testament de Jean dit Fabri, clerc liégeois, p. 264 (1311) et l’inventaire de l’armurerie du comte de Flandre à Courtrai (1322) dans Dehaisnes, op. cit., p. 247. Il faut noter que les épées de Florence se trouvent mentionnées, à la fin du XIIIe siècle, dans le tarif du tonlieu de Paris et qu’en 1348, un habitant de Valence (Drôme) lègue « unum gladium florentinum » ; Douët D’arcq, Tarif des marchandises qui se vendaient à Paris à la fin du XIIIe  siècle, p. 227 et Brun-Durand, Inventaire des biens mobiliers et immobiliers d'un jurisconsulte de Valence (1348), pp. 390, 398. — Nous ne pensons pas qu’il faille accorder une signification d’origine à l’expression « pizaine » (de Pise ?)servant à désigner, au XIVe siècle, certains colletins de mailles ; cfr Dehaisnes, op. cit., p. 187 et Soil de Moriame, op. cit., pp. 94, 97, 98.

170 Le port du « coutiel d'Espaigne » est interdit à Douai vers 1231 et, à nouveau, vers 1260 ; Espinas, op. cit., t. III, no 163, p. 112 et M. Taillar, Recueil d'actes des XIIe et XIIIe  siècles..., no 159, p. 244.

171 En 1436, un Castillan vend 22 grosses arbalètes en bois d’if à l’Artillerie du duc de Bourgogne ; A. N. Lille, R.G.F., B 1957, fo 490 v°. — En 1489, il y avait, dans l’arsenal de Gand, 72 « spaensche hantboghen » ; Inventarissen van grof geschut en andere wapens de stad Gent toebehoorende, p. 304 — Six ans plux tôt, un mandement de Philippe de Bourgogne nous apprend que tous les homme valides (entre 18 et 70 ans) des châtellenies d’Ypres, de Cassel et de Bailleul devaient être armés, soit d’une pique, soit d’un arc d’Espagne ; Diegerick, Inventaire analytique et chronologique des chartes et documents appartenant aux archives de la ville d'Ypres, t. IV, no 1113, p. 71.

172 A noter cependant que l’Espagne exportait, Au XVe siècle, des brigandines et des arbalètes vers l’Angleterre, via Bristol ; E. M. Carus Wilson, The overseas trade of Bristol, p. 215.

173 Voir les documents de circa 1285 et 1397, cités dans J. Finot, Etude historique sur les relations commerciales entre la France et la Flandre au Moyen Age, pp. 182, 225. — Le tonlieu de Bapaume était le premier péage important sur la route entre la Flandre et la Champagne, et son tarif fait amplement mention de matériel d’armement. Cfr également F. Bourquelot, Etudes sur les foires de Champagne..., pp. 306, 314. „

174 Les vendeurs d’épées gantois sont signalés à la foire du Lendit à la fin du XIIIe siècle ; G. Fagniez, Documents relatifs à l’histoire de l’industrie et du commerce en France, t. II, no 79, p. 177.

175 M. Bresard, Les foires de Lyon aux XVe et XVIe  siècles, pp. 194-196.

176 W. S. Unger, De tol van Iersekeroord. Documenten en rekeningen (1321-1572), pp. 192, 198, 206, 211, 214, 215. — K. Slootmans, Les marchands brabançons et, plus spécialement, les marchands bruxellois aux foires de Berg-op-Zoom..., pp. 40-42 et tableau A in fine ; Id., De verhouding Antwerpen Bergen-op-Zoom in het verleden, pp. 104-105, 160-161.

177 Cfr M.-R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre. Relations politiques et économiques..., pp. 243, 244, 246 et n. 432

178 Couteaux et mercerie expédiés en Espagne (1445), cfr L. Gilliodts-van Severen, Cartulaire de l'ancienne estaple de Bruges, no 822, p. 664. — Au XVe siècle, la mercerie et la taillanderie de « Flandre » étaient également exportées à Gênes ; J. Heers, op. cit., p. 413.

179 Cfr Unger, op. cit., loc. cit., H. J. Smit, Bronnen tot de geschiedenis van den handel met Engeland, Scotland en Ierland, t. I, pp. 328, 362, 364, 365, 453, 457, 522, 536 ; t. II, p. 1206. — Voir également l’achat d’armures à Bruges par sir John Paston (1473) : H. D. Barnes, A fifteenth century armourer's letter, pp. 65-66 ; les marchands anglais venaient faire provision d’armures à Anvers : O. de Smedt, De Engelsche handel te Antwerpen in de jaren 1305-1515, p. 601. — Voir les interdictions d’exportation vers l’Angleterre dans : Warnkoenig-Giieldolf, op. cit., t. III, pp. 215-216 (1295) ; W. Söchting, Die Beziehungen zwischen Flandern und England..., p. 198 (1387) ; E. Varenbergh, Histoire des relations diplomatiques entre le comté de Flandre et l'Angleterre au Moyen Age, pp. 553, 583 ; M.-R. Thielemans, op. cit., pp. 84 n. 119, 129, 130 et n. 110. — En 1458, le duc de Bourgogne fait saisir à Arnemuiden, sur la personne de marchands qualifiés d’« étrangers », « certaine grant quantité de harnois et autres habillemens de guerre » en partance pour l’Angleterre ; A. N. Lille, R.G.F., B 2026, fo 419.

180 Cfr n. 126. — Une clause de la trêve, conclue en 1478 (31 octobre) entre le roi Louis XI et le duc et la duchesse de Bourgogne, fait allusion au trafic de matériel militaire vers la France ; Gachard, Extraits des registres des consaux de Tournay..., p. 37. — Voir M. de Riquer, L'arnès del cavalier..., p. 113.

181 Cfr l’achat d’une bombarde à un marchand de Binche par le roi de France (1422) ; A. N. Lille, R.G.F., B 1935, fo 128 et B 1972, fo 259. — Les fers de flèches du Hainaut étaient également exportés en France aux XIVe et XVe siècles ; cfr supra notre aperçu de la production de cette région. — Saisie de pièces d’artillerie, de poudre et de fers de flèches appartenant à des marchands binchois, dans le Cambrésis (1419) ; cfr Mollat, Comptes généraux..., p. 323.

182 Cfr Varenbergh, op. cit., loc. cit., et TiiielemanS, op. cit., loc. cit.

183 J. G. Scott, Scottish arms..., pp. 51-54.

184 C. Gaier, The origin of Mons Meg, pp. 425-428.

185 Ibid., pp. 451-452, n. 15. — Cfr J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 131. — A. N. Lille, R.G.F., B 1942, fo 73.— J. G. Scott, op. cit., p. 54.

186 A. N. Lille, R.G.F., B 1951, fo 180 v°. — J. Finot, Inventaire sommaire..., p. 274. — Cfr de Riquer, op. cit., pp. 113, 216 sv.

Table des illustrations

Légende Fig. 4. Dague à rouelles (XVe siècle)Trouvée à Ghlin. Les rouelles servent de garde et de pommeau. Les rivets creux, fixés sur les augets emboutis qui subsistent, avaient pour but d’assujettir à la soie les attelles de la fusée, maintenant disparues.(Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. VI 12. Cliché A.C.L.)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2996/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende fig. 5. Plastron de cuirasse liégeoise (milieu du XVe siècle)Trouvé dans un ancien fossé de l’enceinte de Tongres. Les perforations sont récentes. Poinçon au-dessus de la nervure centrale : croix haussée, couronnée (perron ?) flanquée des lettres L et G. Type de transition entre le genre « Kastenbrust » et l’armure dite « gothique ». (Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures. Cliché A.C.L.)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2996/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende Fig. 6. Fauconneau de Dinant (vers 1500)Trouvé dans la Meuse à Dinant, près de remplacement de l’ancienne « tour Chapon ». Laiton, égueulé, couvre-lumière arraché. Les deux écussons de la culasse étaient jadis sans doute émaillés aux armes de la ville et de la principauté. Marque au tonnerre : « 296 ». Calibre : 45 mm.(Dinant, Hôtel de ville. Cliché de l'auteur)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2996/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 185k
Légende Fig. 7. Cuirasse italienne en usage dans les Pays-Bas (vers 1470)Butin d’un habitant de Lucerne pendant les guerres bourguignonnes. Ce plastron (comme la dossière qui l’accompagne) a été fabriqué par le célèbre armurier milanais Antonio Negroni da Ello, dit Missaglia, pour un combattant de l’armée de Charles le Téméraire.(Lucerne, Musée historique. Cliché Hist. Museum Bern)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2996/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 368k

© Presses universitaires de Liège, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search