Version classiqueVersion mobile

L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés de Liège, du XIIIe à la fin du XVe siècle

 | 
Claude Gaier

Première partie. Le marché des armes

I. — La clientèle

Texte intégral

1Avant d’aborder l’étude de l’industrie armurière dans les anciennes principautés belges, il nous paraît fondamental d’étudier l’armement sous l’angle de la demande dont il faisait l’objet dans ces régions et de l’envisager non pas en tant que document archéologique mais comme bien de consommation durable, pour employer la dénomination moderne.

2Faute de satisfaire à ce préalable, on risquerait de mener une enquête in abstracto dont la portée serait faussée en l’absence de point de référence. Le postulat de l’identité des besoins à des époques différentes est, entre toutes, l’hypothèse de travail la moins assurée. Or, la nuance chronologique est capitale. Une industrie ne vit que par ses débouchés ; privée de ceux-ci, elle languit et, inexorablement, meurt. La connaissance du marché permet d’apprécier vraiment la production et d’en définir les limites.

3Fort heureusement, la documentation relative aux consommations d’armement est relativement abondante, encore que très dispersée. Il s’agit surtout d’inventaires d’armureries privées rédigés la plupart du temps post mortem en vue de dispositions testamentaires, d’inventaires d’arsenaux urbains ou princiers, de comptes particuliers ou municipaux relatifs aux dépenses militaires, soit encore de mesures légales tendant à limiter le port d’armes ou de décisions judiciaires destinées à réprimer les manquements à ces règlements, soit enfin d’actes de la pratique administrative ayant pour objet d’en définir l’usage.

1. — Le clivage social

A. — Les bourgeois.

  • 1 Les bans de police réglementant le port d’armes sont nombreux ; nous n’en citons ici que quelques- (...)

4Pris dans leur ensemble, les bans de police urbaine, particulièrement nombreux à partir du XIIIe siècle, offrent un tableau saisissant et coloré des mœurs agressives d’antan1. Ils révèlent que le port de toutes espèces d’armes offensives et défensives était général et habituel et qu’il était le fait d’individus de conditions diverses disposant librement d’un équipement privé. En d’autres termes, les citadins avaient une propension, pour des raisons personnelles, à déambuler en dehors de chez eux munis de pièces d’armement qui, si elles n’étaient aujourd’hui tombées en désuétude, seraient certainement réservées à des militaires ou à des représentants de l’ordre public dans l’exercice de leur profession.

  • 2 Un ban échevinal de Douai (vers 1275) limite à quatre pouces la longueur autorisée du « coutiel ta (...)

5Pour prévenir les désordres et les abus auxquels ces pratiques ne pouvaient manquer de donner lieu, le Magistrat s’est généralement efforcé de réglementer le port des armes avec une rigueur accrue, selon les dispositions que l’on peut ramener aux prescriptions suivantes. Le plus souvent, on interdit à quiconque, dans les limites de la ville ou de la franchise, clerc ou laïque, noble ou roturier, citain ou afforain, de se trouver secrètement ou ostensiblement porteur d’instruments belliqueux, à l’exception d’un petit couteau dit « taille-pain » dont le modèle était exposé à la Maison de Ville. Ce couteau, dont le nom évoque l’usage domestique, faisait véritablement partie, au Moyen Age, du costume civil2. Le port d’armes et plus particulièrement celui de l’épée est toléré lorsque l’intéressé peut prouver qu’il entreprend ou vient d’achever un voyage en dehors de l’enceinte urbaine. S’il s’agit d’un étranger, il doit pendant la durée de son séjour laisser son équipement en dépôt auprès de l’aubergiste qui lui procure le gîte. Le Magistrat et ses suppôts, le prince ou le représentant de l’autorité, les officiers et leur domesticité ont seuls le droit, en toute circonstance, en vertu des pouvoirs coercitifs qu’ils exercent, de s’armer librement.

6Mais la coutume admettait, mieux sanctionnait parfois, d’autres exceptions à la règle qui nous paraissent aujourd’hui autant d’atteintes évidentes au principe de l’ordre public.

  • 3 F. Lot, La fin du monde antique et le début du Moyen Age, 2e éd., Paris, 1951, p. 462. Sur la légi (...)
  • 4 Citation d’un « ban » de 1349 dans Soil de Moriame, op. cit., p. 56 ; expressions similaires en 13 (...)
  • 5 « Wie waer in dootveden, ende buten vrede waer, hi mochte dragen allrehande wapene ». « Et qui ser (...)
  • 6 A. Giry, op. cit., no 119, p. 510 (d’après les « bans » municipaux de SaintOmer, de la fin du XIII(...)
  • 7 Cfr Espinas, op. cit., t. III, no 151 ; t. IV, no 992, p. 139 ; Soil de Moriame, op. cit., p. 56 e (...)
  • 8 Espinas, op. cit., t. IV, no 1030, p. 180.

7Il faut rappeler que la législation criminelle devait encore tenir compte, dans nos régions, de l’héritage de l’ancien droit pénal germanique dont l’esprit, selon la formule de Ferdinant Lot « est certainement responsable pour une grande part de cette violence perpétuelle, incoercible, démente, qui caractérise les mœurs du moyen âge »3. En vertu de la règle, toujours vivace, selon laquelle il appartenait à la partie lésée de punir l’auteur d’un délit, les conflits privés restèrent monnaie courante pendant toute la période médiévale. L’exercice du droit de vengeance, malgré le tort qu’il causait à la paix publique, ne fut pas fondamentalement mis en question. Seulement, les autorités urbaines s’efforcèrent d’en atténuer les effets en donnant la faculté aux parties en cause d’invoquer leur protection et d’agir par voie judiciaire plutôt que par celle du sang. De là les interventions scabinales en matière de port d’armes, d’imposition de trêves et de quarantaines et les efforts tendant à régler les conflits à l’amiable, notamment grâce à l’action des « apaiseurs » publics. La civilisation urbaine s’employa à éteindre la « faida » sans pouvoir la supprimer et en étant tenue de s’en accommoder tout de même. Les autorités municipales n’allaient-elles pas jusqu’à accorder « graces et congiet de porter armures4 » à quelques individus dont la vie se trouvait menacée pour une affaire personnelle ? Ces autorisations pouvaient être délivrées collectivement, comme par exemple dans l’ammanie de Bruxelles, dans le Brabant wallon5 et à Saint-Omer, à la fin du XIIIe siècle. Dans cette dernière ville, tout homme en « faide » avait le droit d’endosser le haubergeon et de s’armer d’une massue6. Peu après, nous voyons à Douai et à Tournai, plus tard à Anvers, que les dispenses sont nominatives, d’application limitée dans le temps voire restreintes à certaines heures de la journée et renouvelables. Quelques dizaines de personnes seulement bénéficient de cette faveur : trente-deux à Tournai en 1349, une centaine à Anvers entre 1402 et 1405, y compris les renouvellements7. Très souvent, l’allusion au port d’une cotte de mailles (pansière) indique que le but visé est la protection des personnes. A cet égard, on ne saurait trouver de cas plus typique que celui des douaisiens Jehans de Tortekenne, père et fils, qui en 1327 « eurent congiet de porter leur armures, en plaine halle, por le corps warder por une aventure qui avint de cous contre Jehan Quart, de Proville8 ».

FIG. 1. Dague flamande à rognons (XV e  siècle)
Manche en racine de bruyère. Les renflements réniformes de la garde sont renforcés par une assise de cuivre portant l’inscription, en néerlandais : « Lof God van al » et prolongée par deux petits quillons en forme d’animaux stylisés. (Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. VI 8. ClichéA.C.L.)

  • 9 Préambule caractéristique dans un édit namurois (1495) : « pour ce que journellement plusseurs bon (...)

8L’application de cette réglementation municipale qui se heurtait, il faut bien le dire, à la mentalité générale, ne paraît pas avoir été très efficace. Le renouvellement des interdictions, incessamment republiées, constitue l’indice d’infractions continuelles auxquelles le préambule des ordonnances fait d’ailleurs clairement allusion9.

  • 10 Cfr la « loi muée » de Liège, du 9 octobre 1287 ; S. Bormans, Recueil des ordonnances de la princi (...)
  • 11 A. Joris, Les émeutes démocratiques à Huy à la fin du XIIIe  siècle,pp. 248-253 ; N. De Pauw, Cons (...)
  • 12 En 1318, les lignages de Bruxelles demandent au duc de Brabant de retirer aux métiers de la ville (...)

9En fait, les rixes étaient fréquentes, elles pouvaient dégénérer en « meslee, à main warnie d'armeure ou de baston10 » en raison des liens personnels qui tissaient alors autour de chaque individu un réseau d’alliances, voire même en séditions lourdes de signification politique et sociale : ainsi, à Huy, l’échauffourée entre l’échevin Jean de Montroyal et Jean de Mais (1297-1298) qui tourne à la révolte populaire, ou la conspiration d’Audenaerde de 1342, ou encore la sanglante émeutes des Datins, à Liège (1432-1433)11. Rien d’étonnant dès lors à ce que l’on ait parfois voulu désarmer les populations urbaines au moment où le climat de la cité se détériorait : à Bruxelles, à Ypres, à Liège, à Tournai...12.

  • 13 La coutume d’acquitter le droit d’entrée à la bourgeoisie ou au Conseil urbain en nature, c’est-à- (...)
  • 14 E. Poncelet, Les bons métiers de la cité de Liège, pp. 21-22 (1453). — L. Devillers, Le passé arti (...)
  • 15 Espinas, op. cit., t. III, p. 145 (vers 1250). — Cfr, en général, G. Liebe, Vermögensstand und Ausr (...)
  • 16 J. Borgnet, Histoire des compagnies militaires de Namur, p. 71 (règlement des arbalétriers, 1373)  (...)
  • 17 F. Tihon, Documents concernant les La Marck et l’évêque Jean de Hornes, p. 334 (ordonnance de Loui (...)
  • 18 L. Devillers, op. cit., loc. cit. — Seul l’armement des compagnies militaires assermentées pouvait (...)

10Cependant, ce ne sont là que les inconvénients d’un système que les autorités communales avaient elles-mêmes contribué à instaurer. On imposait en effet au Moyen Age, dans les anciennes principautés belges, l’obligation pour la bourgeoisie des villes d’acquérir des armes à titre personnel et de les conserver à domicile afin d’être toujours prêt à s’en servir pour assurer la défense de la cité. Les prescriptions étaient si strictes à cet égard, au moins en théorie, qu’elles allaient jusqu’à priver de leurs droits politiques les personnes qui se montraient incapables de satisfaire à ce préalable13. Le statut des « retondeurs » de Liège prévoyait par exemple que nul compagnon ne pouvait délibérer ni voter « s’il n’est asseis puissant d’avoir armes et bastons deleis ly pour servir » la corporation « en fait de guerre ou autrement ». A Mons, il est stipulé que nul ne sera reçu dans l’assemblée des métiers « s’il n’est... bien et raisonnablement pourveu d’armures selon son estat et faculté14 ». Cette dernière formule montre que le Magistrat réalisait l’impossibilité d’obtenir pour toutes les recrues un armement uniforme lors même qu’il dépendait, pour sa qualité, de l’état de fortune de chacun. Dès le XIIIe siècle, cette inégalité de fait se traduit dans les actes de l’Autorité. On ordonne aux communiers de s’armer « selon leur état15 », « selon qu’il appertient16 », « à mieulx en point que faire poront17 », « d'autant plus à l'advenant, chacun selon sa puissance » et jamais, en tout cas, on ne prétend demander l’uniformité18.

  • 19 Fr.-X. Würth-Paquet et N. Van Werveke, Cartulaire ou recueil des documents politiques et administr (...)
  • 20 A. D’herbomez, Histoire des châtelains de Tournai de la maison de Mortagne, t. II, pp. 89-90 (1251 (...)
  • 21 Cfr J. De Smet, De inrichting van de poorterlijke ruiterij te Brugge..., pp. 487-505.

11Mais pour se garder du prétexte facile de l’indigence, on prend souvent soin d’assortir ces précautions oratoires d’une clause fixant la nature de l’armement minimal que l’on attend des classes de mobilisables. La charte d’affranchissement de la commune de Luxembourg (1244) prescrit aux bourgeois les plus aisés de servir le comte ou la comtesse avec « equum et armaturam ferream » et aux autres de le faire, à pied, avec « wambasium, lanceam et capellum ferreum19 ». Dans le Tournaisis, vers la même époque, on rencontre des clauses similaires pour les bourgeois de Mortagne (1251) : « se il a vaillant LX lb, il doit avoir son haubregon, et capiel de fier, et glaive et espée souffisans20 ». A Bruges, la cavalerie bourgeoise est répartie en cinq classes comprenant un équipement différencié selon les revenus, qui s’échelonnent de 300 à plus de 3 000 livres. La valeur et le revêtement du cheval sont minutieusement spécifiées21.

  • 22 Ainsi, à Bois-le-Duc, la « keure » des foulons stipule, en 1377, que le bourgeois désireux d’accéd (...)

12A l’intérieur des unités militaires que forment les métiers, l’armement se diversifie non seulement en vertu des normes minimales fixées par décision officielle mais on exige telle armure pour le maître, telle autre pour les doyens, telle encore pour les compagnons ou pour les valets22. Les différences s’établissent de la sorte selon la fonction du propriétaire mais encore suivant son état de fortune puisque les ordonnances font à cet effet une place à l’interprétation.

13Cette hiérarchisation de l’armement correspondant à une société fortement hiérarchisée mérite, pensons-nous, d’être soulignée. Elle constitue une caractéristique fondamentalement opposée aux conceptions qui sont les nôtres depuis l’instauration des corps de troupes équipés « à l’uniforme ». Elle va, en tout cas, à l’encontre du concept militaire de la proportionnalité des moyens et des fins.

  • 23 Cfr C. Gaier, Art et organisation militaires..., p. 315 n. 1. On peut dire que, pendant tout le Mo (...)
  • 24 A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière..., t. I, p. 9 et L. Devillers, (...)
  • 25 Cfr B. Rathgen, Das Gcschütz im Mittelalter..., p. 425.
  • 26 Nous avons réuni dans l'Annexe A un choix de références a une cinquantaine d’inventaires d’équipem (...)

14Du point de vue économique, qui nous intéresse plus particulièrement ici, celui du volume de la consommation, il y a d’autres conclusions à tirer de ces constatations. Si l’on compare le type d’armement stipulé dans les mandements municipaux ou révélé par les inventaires privés d’une part avec celui de la noblesse militaire d’autre part, on s’aperçoit que le premier est souvent inférieur au second sous le rapport de la quantité. Les bourgeois, du moins dans leur grande majorité, ceux qui combattaient à pied, n’avaient généralement pas le souci, ou le désir, ou la possibilité de s’armer de toutes pièces comme les seigneurs. En second lieu, ce qui nous frappe c’est le privilège attaché à la possession d’un harnois de guerre, privilège dont toutes les classes sociales ne bénéficiaient pas également. Aux dires de témoins bien informés, soixante pour cent seulement des effectifs liégeois engagés à la bataille d’Othée (1408) étaient « armés convenablement23 ». Que dire du recensement des mobilisables de Mons en 1416 ? Sur 1 144 personnes disponibles, 361 sont jugées en état de servir et parmi celles-ci on en choisit 200, les mieux armées, pour repousser les compagnies d’Ecorcheurs24. Ces proportions sont confirmées pour d’autres époques comme pour d’autres lieux où l’acquisition du matériel militaire était également laissée à l’initiative individuelle. Ainsi le relevé des milices d’Elbing, en Prusse (vers 1420), révèle que, sur 489 personnes répertoriées, 152 n’ont pas d’armure défensive, 54 en ont une incomplète mais que 283 privilégiés en possède ensemble 36425. L’examen des testaments de bourgeois armés, — et il s’agit pourtant en l’occurrence de personnes jouissant d’une certaine fortune, — trahit le même genre de déséquilibre entre ceux dont l’arsenal privé aurait pu servir à équiper deux ou trois individus et ceux qui, médiocrement, satisfaisaient leurs propres besoins26.

  • 27 Cette coutume se rattache au droit germanique, en particulier au « Heergewiite » en vertu duquel l (...)

15Les pièces d’armement étaient considérées, sur le plan individuel, comme un patrimoine précieux dont il importait d’assurer la conservation. C’est pourquoi elles faisaient généralement l’objet de dispositions testamentaires tendant à assurer leur transfert, au moment du décès du propriétaire, à un descendant direct ou tout au moins à un membre de la famille27. Ceci explique que, dans les inventaires dressés par des particuliers, des armes sont quelquefois affectées du nom d’un propriétaire ancien.

  • 28 Tongres, p. 355.
  • 29 Voir à ce sujet les interdictions d’exportation de chevaux, d’armes et de vivres de Flandre vers l (...)
  • 30 Dédommagement pour la perte des gantelets de fer d’un arbalétrier brugeois en 1297 ; C. Wyffels et (...)

16Conscientes de l’utilité publique de ce matériel militaire privé, les autorités se sont elles aussi efforcées de le protéger contre toute espèce d’aliénation, notamment en interdisant aux prêteurs de l’accepter pour gage de dettes28 ou encore, selon les circonstances, en décourageant officiellement l’exportation du matériel de guerre tout en facilitant son importation29, voire en indemnisant les bourgeois dont une pièce d’équipement aurait disparu au cours d’une prestation militaire30.

B. — Les paysans.

  • 31 Le port de l’épée dans le plat pays ressort des dispositions qui visent a en interdire l’introduct (...)
  • 32 Hae sunt injuriae et molestiae de quibus opidum Lewense conquaeritur..., ed. C. Piot, p. 371 (vers (...)
  • 33 Voir, par exemple, dans le Luxembourg, 1 amende qui punit, en 1379-1300, le fils du chandelier de (...)

17En dehors des remparts urbains, le port d’armes est également très répandu, d’autant plus qu’il est malaisément contrôlable. Il est même avalisé par les autorités, incapables d’assurer efficacement la police dans le plat pays. Hors ville, même dans la banlieue, on a le droit, « pour le dangier du chemin », de circuler avec l’épée au côté. Celle-ci est l’instrument de défense par excellence du voyageur et même la compagne fidèle de tout un chacun, pour le meilleur... et pour le pire31. S’étonnera-t-on de voir les députés de la ville de Saint-Trond, au cours d’une entrevue de conciliation avec leurs homologues de Léau, dans la campagne hesbignonne, arborer glaives et poignards32 ? Certains jugements rendus par le Magistrat de Huy, pour affaires criminelles survenues vers 1500 dans la châtellenie, constituent de curieuses études de mœurs. L’armement individuel est omniprésent, comme en attestent les combats singuliers et les querelles sanglantes : on échange des coups d’épée durant un repas de noce ou dans une taverne, on joue de 1 arbalète, du coutelas ou de l’épée pendant les kermesses villageoises, on se poignarde au cours d’un plaid. Les lettres de rémission publiées par Petit-Dutailhs en disent long sur la fréquence des querelles à main armée qui se livraient encore dans les campagnes (et dans les villes) des Pays-Bas au XVe siècle33.

  • 34 Les sources narratives ou diplomatiques insistent rarement sur 1 équipement défensif des milices r (...)

18Nous sommes moins abondamment documentes sur la nature exacte de l’équipement des paysans que sur celui des citadins. Mais on se rend compte qu’il était disparate et, comme il incombait également à l’initiative personnelle, tout aussi dépendant des états de fortune. En général, il apparaît assez sommaire : surtout des armes offensives, et des pièces défensives en plus petit nombre34.

C. — Les nobles.

  • 35 Les chevaliers ne tombent pas sous le coup des interdictions frappant le port d’armes à Douai au X (...)

19Quant à la noblesse féodale, il est normal que les armes aient tenu pour elle un rôle essentiel en raison du caractère militaire de l’institution vassalique d’une part et du mercenariat auquel elle s’est volontiers adonnée à la fin du Moyen Age d’autre part. Si elle a dû composer, de gré ou de force, avec les velléités de réglementation de la civilisation urbaine35, les instruments de guerre, de tournoi et de chasse ont toujours représenté à ses yeux des objets familiers, symbolisant sont existence même en tant que corps social.

  • 36 Voir les clauses du testament de Baudouin III, comte de Guines, seigneur d’Ardes et châtelain de B (...)

20Il n’en est pour preuve que la coutume séculaire de l’offrande d’armes funéraires. Cette pratique, qui s’est longtemps maintenue, de façon de plus en plus symbolique il est vrai, au sein de l’aristocratie nobiliaire avait encore cours au bas Moyen Age dans sa forme la plus authentique. Elle consistait pour un chevalier à prendre des dispositions pour qu’au moment de son décès un de ses destriers et une de ses armures de guerre fussent conduits devant sa dépouille et ensuite offerts à l’établissement ecclésiastique où il avait choisi d’être enseveli36.

  • 37 Cfr J. G. Mann, The sanctuary of the Madona delle Grazie, with notes on the évolution of Italian a (...)

21La monture était probablement revendue au profit du bénéficiaire mais l’équipement restait exposé dans l’église, près du mausolée du défunt. C’est ainsi que pareille coutume, dont le temps hélas n’a que rarement épargné les vestiges, a cependant donné lieu à la plus importante découverte d’armes anciennes de ce siècle lorsque l’archéologue britannique James Mann s’aperçut que les soi-disant figures votives du Sanctuaire de Notre-Dame des Grâces, près de Mantoue37 n’étaient autres que d’authentiques armures italiennes du XVe siècle, offrandes funéraires camouflées depuis des siècles sous la peinture et le badigeon.

  • 38 Allusion à des offrandes partielles d’armes dans : les Récits d'un bourgeois de Valenciennes (XIVe (...)

22A partir du XIVe siècle cependant, on se contenta d’exposer une partie du harnois du défunt, représentant le tout, habituellement l’écu et le heaume voire même de faire confectionner un armement de parade pour la circonstance ou encore de procéder à un don symbolique aussitôt rétrocédé à prix d’argent38.

  • 39 Cfr K. Klatt, Die geschichtlichen Wurzeln des deutschen Heergewätes, Heidelberg, 1908.
  • 40 Depuis plus d’un siècle, les gisants constituent une des sources principales pour l’étude typologi (...)

23Le respect de ces traditions, qui remontent à l’ancien « Heergewâte » du droit germanique, est révélateur de l’attachement de la noblesse guerrière au métier ou tout au moins au prestige des armes39. Cette atavique passion se reflète également dans les effigies tumulaires, ces « gisants » armés de pied en cap sous les traits desquels les seigneurs et les riches bourgeois aimaient se faire représenter sur leur sépulture40. Comme pour immortaliser le meilleur d’eux-mêmes.

  • 41 Voir les « donis equorum et armorum ac vestium et muneribus argenti », prodigués à ses conseillers (...)
  • 42 Cfr, par exemple, les remboursements d’armes et de chevaux perdus au service du comte de Flandre à (...)
  • 43 Exemples en Flandre, Hainaut, Cambrésis dans F.-L. Ganshof, Armatura..., dans Archivium Latinitati (...)

24La coutume d’offrir des armes en cadeau, extrêmement répandue au Moyen Age, surtout parmi l’aristocratie militaire, est de celles qui attestent le même engouement. Nous pensons que ces usages remontent aux origines du contrat féodal. Les exemples abondent pour les principautés belges. Les plus anciens se rapportent à l’entretien que le seigneur devait assurer à son vassal en lui procurant un équipement personnel41. Jusqu’à la fin du XIVe siècle au moins, il est encore fait allusion à la pratique du « restor » c’est-à-dire au remplacement ou tout au moins au remboursement du cheval ou de l’armure perdus par le vassal au service du seigneur42. De même, on trouve des traces du droit de relief que perçoit ce dernier au décès de son homme de fief sous la forme d’un cheval ou d’un haubert43. Toutefois, il est certain qu’il ne s’agit plus là que d’une survivance du temps où l’équipement du vassal était encore fourni par le seigneur et devait lui faire retour après la mort de l’usager. En fait, à l’époque qui nous occupe, la noblesse militaire jouit à cet égard d’une plus grande autonomie : elle se sert d’un armement qu’elle acquiert à titre privé et dont elle jouit en pleine propriété.

  • 44 Voir la liste des armures distribuées en 1342 par le comte d’Artois, d’après le relevé des fournit (...)
  • 45 Cfr J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., t. VIII, pp. 412, 414, 416. — V (...)
  • 46 En 1425, le duc de Bourgogne fait cadeau d’une armure complète « à faire armes a pied et a cheval  (...)

25Toutefois, les dons d’armes, toujours très fréquents, n’en sont pas pour autant débarrassés d’une arrière-pensée de dépendance personnelle. Les princes territoriaux continuent, pendant tout le Moyen Age, de fournir des armures à leurs familiers et aux gens de leur Maison, du plus illustre au plus modeste44. Dans les comptes des ducs de Bourgogne, on trouve de fréquentes mentions de dépenses pour l’achat d’armes destinées à cette fin. En 1452, par exemple, Philippe le Bon distribue une brigandine au bâtard de Bourgogne, un harnois de Milan à Adolphe de Clèves et une autre armure milanaise au seigneur de Bouchain45. Parfois aussi, un hôte étranger est gratifié d’une arme en souvenir de sa visite46.

  • 47 En 1374-1375, le comte de Flandre fait envoyer un casque et des jambières au maréchal de Prusse ; (...)
  • 48 Philippe le Bon envoie de l’artillerie au roi de Portugal (1434) et au roi d’Ecosse (1457) et Maxi (...)

26Quant aux princes, ils s’honorent mutuellement de pareils cadeaux, destinés à la guerre ou au tournoi, avec les intentions les plus pacifiques47. Encore ne s’agit-il pas nécessairement d’armes de luxe, d’« armes d’honneur », mais parfois d’objets purement utilitaires tels que bois d’arcs ou pièces d’artillerie48.

  • 49 En 1381, Philippe le Hardi fait don au roi de France d’une épée garnie de six onces d’or ; B. et H (...)
  • 50 Don d’un harnois de guerre en 1437 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1961, f° 164 v°.
  • 51 Don de deux armures complètes de tournoi, pour homme et cheval en 1423 ; ibid., reg. B 1929, f° 16 (...)
  • 52 Cadeau d’une « plate à tournoyer » et de pièces d’armure équestre en 1439 ; ibid., reg. 1966, f° 3 (...)
  • 53 Don d’un harnois de joute en 1436 ; ibid., reg. B 1957, f° 307.
  • 54 Don d’une cotte de fer (avant 1401) ; A. Pinchart, Extraits des comptes relatifs au Hainaut..., p. (...)
  • 55 Fourniture de quatre bouches à feu, vers 1435 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1954, f° 164.
  • 56 Cadeau de deux harnois de joute, vers 1435 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. 1957, f° 302 v°.. „
  • 57 Allusion, en 1425, à une cotte d’armes fourrée de mailles, semblable a celle donnée « naguère » à (...)
  • 58 Don d’un harnois de guerre, d’une demi cuirasse et d’une salade d’épreuve en 1424 ; ID., reg. B 19 (...)
  • 59 ID., reg. 2 002, f° 216 (1448).
  • 60 Lors de son passage à Bruxelles, en 1339, Edouard III d Angleterre fait don d’une cotte de plates (...)

27A l’échelle des grandes entités territoriales, comme les états bourguignons par exemple, ces cadeaux avaient de véritables implications politiques. Un coup d’oeil sur les titres des bénéficiaires de distributions opérées par les successeurs de Philippe le Hardi suffit pour nous en convaincre : le roi de France49, le roi de Portugal, le roi d’Aragon48, le roi de Sicile50, le roi d’Ecosse48, le duc de Bedford, régent de France51, le duc de Clèves52, le duc de Bourbon53, le comte de Hainaut54, le comte d’Etampes55, celui de Nevers56, l’évêque de Liège57, le bâtard de Bourgogne58, celui de Renty59... En échange de leurs largesses, les princes « belges » reçoivent d’ailleurs en retour semblables présents de leurs pairs60.

  • 61 Cfr respectivement : B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. I, fasc. II, no 2289, p. 4 (...)
  • 62 C’est le cas, en particulier, des « épées bénies » offertes par les papes aux souverains de la Chr (...)

28Cette coutume affecte même des couches plus modestes de la société. Ainsi nous voyons la Ville de Bruges offrir une arbalète au comte de Flandre, de même que Tournai au Grand Maître des arbalétriers de France, cependant que Lille fait cadeau d’arcs et de flèches à l’archiduc Maximilien et que les bonnes gens d’Avallon présentent une cuirasse à leur capitaine. Ici encore, le souci de concrétiser une allégeance n’est que trop évident61, tant il est vrai que les traditions d’armes se chargeaient alors d’une signification symbolique62.

  • 63 Les études consacrées à l’évolution typologique de l’armement ancien sont nombreuses. Parmi les pl (...)
  • 64 Sur la diffusion des épées « franques », cfr notamment A. Togan Zeki Validi, Die Schwerter der Ger (...)
  • 65 Les chansons de geste et les romans courtois des XIIe et XIIIe siècles témoignent d’une certaine c (...)

29Mais l’intérêt de ces usages ne réside pas simplement, pour nous, dans leur côté pittoresque. Ils permettent de révéler une caractéristique fondamentale de l’armement médiéval, dont on ne saurait assez souligner l’importance et que nous aurons maintes fois l’occasion de mettre en évidence dans cette étude : sa grande diffusion. Les armes étaient alors parmi les objets les plus mobiles du monde. Convoitées par une aristocratie pour laquelle les frontières politiques n’avaient pas le sens qu’on leur attribue aujourd’hui et appréciées en général par tous les membres d’une société belliqueuse, elles circulaient largement par voie de donations ou d’échanges personnels dans toutes les terres connues. Si des particularismes locaux ont prévalu, il n’en est pas moins vrai que l’armement occidental à présenté une remarquable uniformité technologique63. L’interpénétration relative des mondes chrétien et musulman a elle-même abouti, dans ce domaine comme dans d’autres, à une certaine osmose. L’épée des « Francs » était connue jusqu’aux Indes64, comme pouvaient l’être le sabre ou l’arc turcs dans nos régions65. Cette mobilité du matériel militaire a eu une portée technique incontestable, comme elle a dû, en contribuant à la création du besoin, stimuler des échanges commerciaux dans une mesure qu’il conviendra de préciser.

30Une autre conséquence de cet engouement pour les instruments belliqueux, plutôt économique cette fois, fut leur thésaurisation. C’est à dessein que nous évoquons ce trait en parlant de la noblesse car, plus largement que les classes roturières, c’est elle qui, jouissant en principe de revenus confortables, a poussé au paroxysme la passion des armes au point de s’assurer leur possession au-delà des besoins réels, comme pour accumuler des signes de richesse.

  • 66 Cfr éd. Dehaisnes, Documents.... pp. 244, 246-247 ; E. de Prelle de la Nieppe, L’inventaire de l'a (...)

31L’inventaire des armoieries de certains princes territoriaux révèle une panoplie pléthorique où les chiffres font rêver parce qu’ils semblent bien s’appliquer, dans la plupart des cas, non à des objets de curiosité mais à des pièces d’usage courant. Parmi les armures que laisse, à Courtrai, le comte Robert de Flandre, on ne compte pas moins, en 1322, de deux hauberts, deux plates, deux hoquetons de plates, un haubergeon, cinq gorgières, quatre camails, deux paires de chausses, cinq paires de gantelets, quatre paires de grèves, sept paires de cuissots, une paire de chaussures de plates, six casques. Quant au « harnais » du comte de Hainaut Guillaume III, son inventaire, dressé en 1358, fait découvrir des quantités surprenantes : dix-sept plates, dix hauhergeons, six cuirasses, trente-huit pièces de mailles, dix paires de brassards de fer, sept paires d’avant-bras, dix paires d’arrière bras, quinze paires de gantelets, dix-sept paires de cuissards, treize de grèves, trente-deux casques, neuf boucliers, trois armures équestres, dix-huit épées, etc...66.

  • 67 J.-M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis. Mahaut comtesse d’Artois..., pp. 388-389.
  • 68 Cfr fournitures d’épées au duc par l’intermédiaire de Mathijs den sweertveger, d avril 1407 à nove (...)

32Pour constituer de tels arsenaux privés, les princes se livraient constamment à des dépenses dont le chiffre gonflait au gré des circonstances en fonction des événements de la vie politique ou simplement mondaine (tournois, cérémonies). Le comte Robert II d’Artois, sur le point de marcher en 1302 contre les Flamands, acheté trois écus et huit chapeaux de fer67. Le duc de Brabant acquiert jusquà huit épées en un an cependant qu’entre 1407 et 1411 il se rend propriétaire de quatre armures, deux plates, une cuirasse, onze pansières, six casques, dix-huit arbalètes, quatre cent soixante-dix-huit lances, vingt-trois dagues et couteaux et dix-sept épées ! Une partie de cette panoplie était, il est vrai, distribué comme cadeau68.

33L’armement était donc synonime de richesse. Dès lors, il faisait l’objet d’une véritable surenchère. L’équipement guerrier de la haute noblesse se distinguait non seulement par sa qualité mais également par sa décoration coûteuse et éclatante, dont nous étudierons les divers aspects dans un autre chapitre. A mesure que l’état de la fortune permettait de s’offrir du superflu, les armes de parade acquéraient plus d’importance. Certaines étaient si richement ornées qu’on les considéraient plutôt comme joyaux que comme pièces d’armurerie, comme en atteste la rubrique qui les désigne parfois dans les inventaires mobiliers.

FIG. 2. Brassard gauche d'armure de joute (fin XVe siècle)
Vues du côté interne et du côté externe. Canon d’arrière-bas tubulaire, à bord roulé. Cubitière arrondie avec rondelle protégeant la saignée. Canon d’avant-bras prolongé par un miton à deux lames articulées. Poinçon au globe cricifère sommé d’une couronne à trois feuilles d’ache, peut-être celui du Brugeois, d’origine milanaise, Martin Rondelle.
Pièce d’armure pour le type de joute dit « Gestech ». Comme elle paraît associée dès l’origine à la personne ou à l’entourage de Maximilien ou de Philippe le Beau et qu’elle accuse une forme italianisante, il est normal en tout cas de supposer qu’elle fut exécutée dans les Pays-Bas par un armurier de la péninsule.
(Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. II 40. Cliché A.C.L.).

  • 69 L. De Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. I, pp. 111-116. Nombreuses autres mentions d’armes de (...)
  • 70 Cfr ibidem, t. II, p. 127 et annotation à Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, p. 11 n. 1.
  • 71 de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne..., t. II, p. 509. En 1397, Philippe le Hardi possédait (...)
  • 72 Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, p. 11 ; Jean de Haynin, Mémoires, t. I, p. 246 : « une tres (...)
  • 73 De Laborde, op. cit., t. II, pp. 428-429. — Le rubis balais est, en réalité, une topaze de teinte r (...)

34Les princes de la maison de Bourgogne poussèrent cette forme de luxe à un degré inouï, comme d’ailleurs tous ceux qui, au XVe siècle pouvaient se permettre une telle munificence. Les armes des cette classe qui ont survécu jusqu’à nos jours ne font que corroborer le témoignage des textes anciens. Les garnitures d’armure en argent doré étaient fréquentes à la cour de Bourgogne : en 1410, Jehan Mainfroy exécute des travaux d’orfèvrerie sur des armures, des dagues et des épées de Jean sans Peur et du comte de Charolais pour un montant de 1 727 livres69. Les documents comptables gardent le souvenir, entre autres, d’un bouclier et d’un casque de Philippe le Bon garnis de pierreries70. Parmi le butin pris par les Suisses à la bataille de Granson (1476) figurait l’épée de Charles le Téméraire, enchâssée de sept gros diamants et d’autant de rubis, avec quinze perles de la grosseur, disait-on, d’une fève71. De tels joyaux étaient aussi portés par les gens que le duc armait à ses frais. Olivier de la Marche nous décrit le départ de l’expédition dans le Luxembourg (1443). Les pages, affirme-t-il, arboraient des salades, enrichies de perles et de diamants, « dont une seule... estoit estimée valoir cent mille escus d'or ». C’est sans doute un casque semblable qu’aux dires de Jean de Haynin, le bailli de Lyon abandonna à Liège, qu’il dut quitter précipitamment en 146772. Enfin, pour ne pas nous étendre davantage sur des détails dont les sources abondent, signalons encore la curieuse opération que réalise l’archiduc Maximilien, le 2 octobre 1480. Il engage des pièces de son harnois au marchand florentin Jérôme Frescobaldi pour la somme de 3 600 livres, qu’il offre de rembourser dans les neuf mois. Les fragments d’armure sont peu nombreux : deux grèves, deux garde-jambe et deux gardebras, mais ces six pièces de fer doré, dont les plus grandes ne devaient pas atteindre quarante centimètres de longueur, servent de support à vingt-quatre rubis balais et quatre cent quatre-vingts perles de diverses grosseurs73. Ce fabuleux exemple montre jusqu’où pouvait aller le faste. Il nous invite aussi à envisager le luxe légendaire des nantis d’antan sous un angle plus pragmatique que le simple aspect ostentatoire et superficiel auquel on aurait tort de le réduire. Si la fortune, — on le constate dans bien des cas, — était immobilisée et thésaurisée sous la forme d’un bien précieux et improductif, c’était plus pour disposer d’un signe tangible de richesse, dont la valeur libératoire restait assurée et élevée dans tous les cas, que par souci d’esthétique. Cette caractéristique de la civilisation préindustrielle mériterait d’ailleurs d’être davantage soulignée au cours d’une recherche particulière.

  • 74 Sur la notion de cavalerie lourde au Moyen Age et sa genèse, cfr notre ouvrage Art et organisation (...)

35Un autre trait marquant de l’armement des nobles, que nous relevions déjà cette fois à propos des bourgeois et des paysans, est sa diversité et aussi l’inégalité foncière de sa répartition. Entre le riche seigneur pourvu d’un équipement pléthorique encore augmenté, à partir du XIVe siècle, de tout un attirail servant aux exercices para-militaires (joutes, tournois, behourds, pas d’armes), et le petit hobereau disposant du minimum nécessaire pour satisfaire à ses obligations vassaliques et lignagères sans déchoir, on rencontre une foule de cas particuliers à la mesure des états de fortune intermédiaires. En ce domaine, la magnificence des princes et de leurs courtisans est bien connue. Nous faisions allusion plus haut aux « armoieries », véritables arsenaux privés, de certains grands personnages. Mais la panoplie des guerriers moins illustres ne nous est pas aussi familière. Nous savons bien qu’elle n’était pas, qu’elle ne pouvait être uniforme dans les conditions d’approvisionnement individuel qui prévalaient alors. Cependant, on peut affirmer qu’elle suivait de près ou de loin un certain archétype que requérait la tactique de la cavalerie médiévale : le combattant lourd, armé de pied en cap d’une armure, — d’abord de mailles au XIIIe siècle, puis de plates au XIVe, enfin articulée et de fer plain au XVe siècle, — du bouclier et doté d’armes offensives, presque toujours de la lance, de l’épée, de la dague, de la hache ou de la masse d’armes. En outre, mais c’était là l’exception, certains couvraient aussi leur destrier d’un caparaçon défensif en tissu rembourré ou en métal74.

  • 75 Le cavalier « armé anier » c’est-à-dire de toutes pièces, représentait le nec plus ultra en matièr (...)
  • 76 Cfr notre étude Art et organisation militaires..., pp. 178-180, 272 sv. -— Trois chroniqueurs, con (...)

36Cependant, la notion de cavalier « armé antier » comme on disait, qui se traduit si bien dans le saint Georges de l’imagerie populaire, restait toute théorique75. Un auteur comme Jacques de Hemricourt, qui connaissait bien la chevalerie de son pays de Liège et qui nous en a laissé un fidèle « Miroir », dépeint une réalité assez différente, plus juste. A côté des seigneurs couverts d’armes qui s’affrontent dans les guerres lignagères et sur tous les champs de bataille de l’Europe, dont il nous décrit, avec Jehan le Bel et Froissart, le « noble estat, parement et aournement », il narre également les exploits de ceux qui, faute de moyens, combattent avec la piétaille munis d’une arbalète ou de tels autres encore qui affrontent l’ennemi vêtus d’un simple baubergeon et la lance à la main76.

  • 77 A.E.L., Pauvres en Ile, vol. 13, f° 99.
  • 78 Cfr F.-L. Ganshof, Armatura..., pp. 189-190.

37La coutume féodale qui prévoyait la redevance de reliefs en nature, sous la forme d’une pièce d’armement du vassal décédé, tenait compte de ces aléas et de l’inégalité de fortune des détenteurs de fiefs. On voit par exemple, au début du XIVe siècle, que la terre de Beaurieux, à Heure-le-Romain, est normalement grevée d’un relief qui se porte sur le cheval du défunt. Pour pallier toute défaillance cependant, on indique une solution de rechange : « Et si n'at cheval ilh doit haubert si l'at et si n’at haubert, ilh doit X s. de cens.77 » La Coutume féodale du Cambrésis témoigne du même réalisme à l’égard des vassaux liges et un arrêt de la cour féodale du comte de Hainaut ne s’exprime pas autrement en 1336 ; mais il le fait avec un luxe de détails qui en dit long sur l’hétérogénéité des équipements individuels que l’on pouvait alors rencontrer. A la mort de son vassal lige, le seigneur a le droit de percevoir son cheval, qu’il s’agisse du destrier ou d’un palefroid, voire d’un simple roncin. En outre, il obtiendra le haubert et les chausses de mailles du défunt ou, à leur défaut, le haubergeon, la coiffe, les chausses et les gants de mailles. S’il n’a pas de coiffe, on se contentera d’une barbière ; s’il ne possède pas de haubert ni même de haubergeon, on prendra ce qui en tient lieu à savoir les pièces de mailles (« pans »), les manches, la barbière, les « musekins », les chausses et les gantelets. Il faut dire aussi que le cas où l’intéressé aurait plusieurs armures est également évoqué mais la loi interdit d’en demander plus d’une78.

  • 79 R. Rodière, Testament de Gilles, sire de Pas-en-Artois..., p. 209 ; L. Verriest, Les armures et at (...)

38En effet, la pauvreté n’était tout de même pas la règle. On trouve nombre de seigneurs de moyenne importance détenteurs de deux ou de trois harnois. Ainsi, en 1272, le sire de Pas-en-Artois possède deux hauberts, deux paires de chausses, deux haubergeons et deux armures de cheval. Il prend des dispositions pour qu’à sa mort ces armures soient réparties entre trois de ses quatre fils. Du point de vue de la consommation, cette division du patrimoine signifie que plusieurs enfants mâles hériteront nécessairement d’un armement incomplet qu’ils devront, s’ils le désirent, parfaire par des achats, en supposant que les legs soient encore aptes à l’usage que la seconde génération en attend. Par contre, l’équipement militaire que le chevalier hennuyer Rifflart de Naast laisse à sa mort (1397) est considérable. L’inventaire complet qui en fut dressé est à présent détruit mais l’édition partielle qui vit heureusement le jour avant sa disparition en mai 1940 suggère une certaine abondance en même temps que l’absence d’uniformité. En effet, alors que le défunt ne possédait pas moins de quatre pièces d’armure de guerre et six de joute pour le tronc, il n’avait que trois casques dont un seul complet, deux harnois de jambe et une seule paire de brassards et de gantelets. C’est-à-dire qu’il était à même de s’armer de pied en cap mais la perte d’une seule armure complète l’eût placé dans l’obligation de se contenter d’autres pièces dont l’ensemble n’eût présenté qu’une protection imparfaite79.

D. — L’arme de chasse.

39Les armes de chasse, — il faut en dire ici quelques mots, — n’ont pas, tant s’en faut, connu la diffusion de leurs homologues guerrières. Elles ne constituent donc qu’une part assez négligeable de l’ensemble du volume de la demande ; c’est pourquoi nous nous sommes cru autorisé à les traiter séparément sous ce rapport. A l’époque où tout le monde avait le devoir de détenir des armes, on imagine sans peine que le roturier chassant légitimement ou en marge de la loi se satisfaisait fort bien soit d’engins bricolés et de pièges, comme il s’en est trouvé de tout temps, soit de l’instrument militaire qui lui paraissait le plus adapté à une fonction cynégétique. Toujours est-il que nous n’avons pas rencontré dans nos sources la trace d’une arme de vénerie à l’usage du commun et cet argument a silentio n’est pas, à notre point de vue, sans signification.

  • 80 Sur la vénerie médiévale, ses méthodes et ses instruments, on consultera toujours avec profit : E. (...)
  • 81 Cfr B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. 1/2, p. 438, no 2317.

40Seule la noblesse pouvait se permettre de jouer les Nemrod en bonne et due forme. De fait, pour les Pays-Bas du Sud, certains inventaires d’« armureries » et quelques actes d’achat d’intérêt prive mentionnent parfois des armes réservées à cet usage80. Il ne fait point de doute, par exemple, que les arcs et certaines arbalètes ou couleuvrines pouvaient aussi bien servir pour la guerre que pour la chasse. C’est certainement le cas de l’arbalète que Philippe le Hardi fait réparer en 1375 par un artisan de Bruges puisqu’on sait qu’il acheta par la même occasion dix « materas », munitions spéciales de chasse, qu’il destinait à cette arme81.

  • 82 Voir, par exemple, les épieux de guerre n. 128 ci-après et ceux que les paysans de la Campine util (...)
  • 83 En septembre 1397, un écuyer du roi de Navarre présente de la part de son maître, au comte de Hain (...)
  • 84 A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1948, f° 280. Travaux d’entretien des épieux du duc : ibid., reg. B 19 (...)

41Les épieux figurent également en bonne place dans les descriptions de panoplies, sans que l’on sache déterminer facilement s’il s’agit d’une arme de guerre ou de chasse. L’usage militaire de l’épieu est en effet atteste pendant tout le Moyen Age et la présence de ce nom dans les sources ne révèle pas nécessairement l’existence d’un instrument destiné à ferrer le gros gibier que ce même terme évoque exclusivement aujourd’hui82. Il semble cependant que l’on puisse accorder ce sens aux mentions se rapportant aux présents faits au comte de Hainaut (1397) ou au duc de Bourgogne (1420), en raison du caractère luxueux des objets désignés83. Philippe le Bon possédait effectivement plusieurs épieux de chasse ; il en fit acheter six par son valet des chiens vers 143284.

  • 85 Mahieu de Tournay, fourbisseur, vend deux de ces épées pour le roi de France Charles VI et monseig (...)

42On rencontre également des « espées larges... à tuer le sanglier » et même de petites armures servant à garantir les limiers des atteintes dangereuses des bêtes noires85.

  • 86 Cfr, respectivement, Dehaisnes, op. cit., p. 851 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : (...)

43Plus fréquentes apparaissent les trousses de chasse. Celles-ci étaient constituées d’un couteau de chasse et de petits couteaux et outils destinés à habiller le gibier, parfois également d’un couvert, le tout placé dans une large gaine. C’est ce que l’inventaire des joyaux de Philippe le Hardi désigne, en 1404, par « un Cousteau a faulconnier garni de grant quantité de petit coustellés ». Il semble bien que dans nos régions cet équipement étair considéré, au début du XV e siècle, comme originaire de certaines régions de l’Empire germanique. Ainsi le duc de Brabant achète en 1409 « een groet mes na den maicsele van Beheem gegarnist met cleinen messen ende met ponchonnen », tandis que l’inventaire du trésor de Philippe le Bon relève, en 1420 : « Un gros cousteaul d'Alemaigne, garni de VI cousteaulx, une lyme et ung poinsson et d'une forsetes... » ainsi qu’« Ung bien large cousteaul d'Alemaigne, ouquel souloit avoir en la guesne cent petis cousteaulx... ». Si l’on fait état en outre de la « hache... a deffaire cers et grosses bestes » que Robert d’Artois saisit en 1321 au château de Hesdin86, on aura fait le tour des variétés d’instruments de chasse que l’on rencontre dans nos sources, au total une assez maigre moisson d’objets qui, répétons-le, restèrent l’apanage d’une minorité privilégiée.

44Cette partie de l’attirail du chasseur, conçue pour apprêter le gibier, constitue d’ailleurs une catégorie distincte, bien plus apparentée par l’usage aux ustensiles domestiques (couverts, tranchoirs), dont nous ne nous occupons pas dans cette étude, qu’à l’armement proprement dit, même si les techniques respectives de fabrication présentaient forcément une grande affinité.

2. — Le volume de la demande

45Si en général la possession individuelle d’un équipement militaire était un fait acquis, dans les limites que nous venons de définir, la constitution d’arsenaux à l’usage des collectivités ne s’avérait pas moins nécessaire afin de créer des réserves de fournitures de guerre. Il s’agissait le plus souvent de matériel d’artillerie municipale, corporative ou princière, placé à la disposition des combattants en cas de guerre, avec obligation de le retourner après usage.

  • 87 Les mentions de matériel militaire détenu par des corporations de métiers ne sont pas rares : à Ga (...)
  • 88 Voir Pagart D’hermansart, Les anciennes communautés d'arts et métiers à Saint-Omer, t. I, vol. 2, (...)

46Le terme « artillerie » d’ailleurs, en vertu d’une évolution sémantique qu’il importe d’évoquer ici, n’avait pas alors l’acception restreinte (tubes à feu) qu’on lui connaît aujourd’hui. Primitivement, il ne désignait que les armes de jet et leurs munitions87. C’est pourquoi le règlement corporatif de Saint-Omer prévoyait toujours, en 1513, que les artilleurs, pour accéder à la maîtrise, devaient fabriquer, en guise de « chef-d’œuvre », un arc d’if et une flèche88. Cependant, dans la pratique, toutes espèces d’autres armements finirent, sans doute pour des raisons d’ordre administratif, par émarger aux budgets consacrés aux artilleries si bien que le vocable prit souvent, par extension, un sens beaucoup plus large. C’est celui que lui accorde notamment la comptabilité des Pays-Bas bourguignons, qui y englobe, à côté des arcs, des arbalètes, des flèches et des carreaux, les « engins » c’est-à-dire les catapultes, leurs projectiles et les machines de siège ainsi que les « habillemens de guerre », entendez les équipements les plus divers : armes offensives, armures parfois et outillage pur et simple. A partir du XIVe siècle, l’artillerie s’adjoint d’ailleurs les canons, la poudre et les boulets, amorçant ainsi une union de l’ancien et du moderne sous un même vocable devenu de ce fait ambigu. Cette confusion ne fut dissipée qu’au moment de la disparition des armes blanches, laissant ainsi au mot le sens étroit qu’il a conservé.

  • 89 L’achat de targes ou de pavois est un poste qui apparaît fréquemment dans les comptes communaux. C (...)
  • 90 A noter, toutefois, le souci du Magistrat de Dînant de doter une des tours de l’enceinte d’instrum (...)

47Mis à part l’achat des boucliers (targes ou pavois89), l’acquisition collective et la mise « en provision » d’armures défensives ne se rencontrent guère dans nos régions en raison précisément de l’obligation de détenir un équipement personnel90. Elles se partiquaient par contre dans les armées princières, dont les recrues n’étaient pas nécessairement pourvues du matériel adéquat.

  • 91 Cfr respectivement A.N. Lille, R.G.F., reg. B 1957, f° 319 ; ID., reg. B 2004, f° 369 v° (autre co (...)

48Les ducs de Bourgogne et en général les souverains de la fin du Moyen Age ont fait de larges commandes d’armures pour certaines troupes d’élite, témoignant de la sorte d’une volonté d’organisation centralisatrice et de la mise en œuvre de moyens importants. On voit qu’en 1435 Philippe le Bon fait acheter à la foire d’Anvers quarante-huit haubergeons d’acier pour ses archers de corps, tandis qu’il en acquiert cent autres à l’Ecluse en 1449 pour le même usage. Cette année-là, il arme cinq galères à Anvers pour faire escorte à Marie de Gueldre, dont il avait négocié le mariage avec le roi d’Ecosse. Pour l’équipage, il acquiert 146 brigandines, 33 garde bras et 649 casques. Au début de l’année 1474, Charles le Téméraire fait remettre en état 433 coiffures de guerre (salades, huvettes et bonnets d’acier), 172 haubergeons, autant de gorgerins et 98 corselets. Quant à Maximilien d’Autriche, on sait par exemple qu’il ordonna l’achat, en 1483, de 600 salades, 400 garde bras et 1 000 « écrevisses »91.

  • 92 J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 204 ; B. et H. Prost, Inven (...)
  • 93 A.G.R., C.C., Comptes de l’Artillerie, reg. 26164, in fine.

49Certaines forteresses étaient également pourvues de pièces défensives. En 1304, le château de Saint-Omer comptait quatre plates et autant de bassinets ; en 1388, celui de Lille renfermait une collection disparate de vieilles armures. La garnison du « boulevard » de Crèvecoeur à Bouvignes fut gratifiée, en 1430, de deux harnois92. Enfin, un curieux inventaire, dont la minute a été prise dans la reliure d’un registre des comptes de l’Artillerie, révèle que la salle d’armes du château de Béthune abritait jusqu’en 1472 quelques centaines de pièces de harnois, ramassis hétéroclite dont certains éléments étaient, paraît-il, de « peu de valeur93 ».

50Quoi qu’il en soit, les besoins en armures des chefs d’armée ne semblent guère avoir, dans les Pays-Bas, dépassé l’ordre de quelques centaines et ce, même à la fin du XVe siècle, lorsque la mainmise bourguignonne pouvait se prévaloir des ressources d’une vaste entité territoriale. C’était tout a la fois peu et beaucoup ! Peu, comme nous allons le voir, par rapport aux commandes d’armes offensives, beaucoup pour l’infrastructure artisanale dont nous aurons l’occasion d’évaluer la capacité de production.

51De toute évidence, ce n’est point-là qu’il faut chercher la mesure de la demande en « instruments de guerre » pour le Moyen Age. Par contre, les armes offensives devaient répondre à des besoins beaucoup plis vastes. La documentation est, sur ce chapitre, si abondante que nous devons nous borner à en donner la substance tout en l’illustrant d’exemples caractéristiques.

52Les arsenaux militaires, à quelque époque que ce soit, vivent au rythme des événements politiques, parfois aussi des progrès techniques. Ils connaissent des périodes de « pointe », correspondant à un état de belligérance, au cours desquelles ils s’accroissent considérablement, et des temps morts où le matériel vieillit et se dégrade. Quelquefois, si les agents qui l’administrent disposent de moyens suffisants pour en tenir compte, une invention nouvelle vient bouleverser leur conception même : ce fut le cas, après 1300, des armes à feu qui, en l’espace d’un siècle et demi, détrônèrent puis remplacèrent complètement les catapultes.

  • 94 Notre estimation du nombre d’arcs à tour de la ville de Gand résulte de la lecture des divers post (...)
  • 95 D’après l’inventaire de son arsenal, dresse en 1365-1366, Lille comptait alors 31 espringales, dis (...)
  • 96 cit., p. 204 et Ath, cfr G. Wymans. Maître Jehan l'artilleur..., pp. 60-62.

53Il fut un temps où celles-ci étaient omniprésentes comme artillerie de place, de siège ou de campagne. L’étude des dépenses militaires de la ville de Gand à partir du XIIIe siècle montre toute l’importance de ces instruments dans le centre urbain qui fut l’un des plus peuplés de l’Europe occidentale au Moyen Age : il comptait au moins 65 balistes à arc au début du XIVe siècle et, parmi celles-ci, les fameuses « espringales » dont parle avec effroi l’auteur des « Annales Condenses ». A ces « engins », il faut encore ajouter un certain nombre de catapultes à pierres (« bliden »)94. En dessous de ces quantités, que l’on est en droit de considérer comme des maxima, il y a place pour une infinité de degrés selon l’importance de la communauté utilisatrice. Au bas de cette échelle de grandeurs se trouvent les simples garnisons de château, avec trois espringales et un « garot » par exemple, pour celui de Saint-Omer en 1304 et huit espringales pour celui d’Ath en 135 695. Le rythme de la demande était tout aussi relatif. Ne voit-on pas qu’en plus des sept arcs à tour que le Magistrat de Lille achète en une seule fois en 1336-1337 il acquiert une baliste en corne mais que, d’autre part, cette dernière reste en service durant trente ans au moins96 ?

  • 97 Pendant l’exercice 1325-26, la ville de Gand, qui acheté 154 950 carreaux d’arbalète, n’acquiert q (...)

54Quant aux munitions tirées par ces machines, pierres ou carreaux, leur nombre demeurait forcément restreint, quelques dizaines par pièce tout au plus, étant donné la rareté relative de leur mise en service autant que sa lenteur97.

  • 98 Cfr, respectivement, J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementaies p. 242 ; J. M. Ric (...)

55Si les débuts de l’artillerie à poudre furent modestes, ses progrès n’en apparurent que plus spectaculaires. Sauf exception, tous les châteaux et toutes les villes furent pourvus de canons dans la seconde moitié du XIVe siècle. Leur nombre varie bien entendu avec l’importance de la place. Avesnes-le-Comte avait quatre bouches à feu en 1384, Rihoult près Saint-Omer six. Vers la même époque, Béthune en avait trois et en souhaitait quatre de plus alors que le château de Lille en possédait trente et que la forteresse de Rupelmonde en renfermait 48, dont 11 au moins étaient « à main ». C’est alors en effet que se répand l’usage des armes à feu portatives et celles-ci interviennent désormais pour une notable proportion dans les inventaires. Ainsi le château de Villy en Luxembourg abritait, en 1443, 11 canons et 8 pièces à main98.

  • 99 De la Fons-Melicocq, op. cit., pp. 7-8 et 19 ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., (...)

56L’artillerie urbaine prit aussi une formidable extension. Lille possède 7 canons en 1365, un siècle plus tard elle a 131 pièces d’artillerie ; Dijon passe de 13 bouches à feu en 1417 à 92 en 1445. Gand augmente son arsenal de 189 pièces en 1456 à 486 en 1479, dont près de trois quarts portatives99.

  • 100 De La Fons-Melicocq, op. cil., pp. 9, 16 ; J. Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., p. 248 ; A (...)

57Le volume des commandes d’artillerie corrobore cette progression rapide. Lille acheté 23 canons en 1358, Gand fait l’acquisition de 70 armes à feu en 1380, Ypres s’en procure 52 en 1383 et Bruges 75 en 1414. Entre 1372 et 1382, Malines s’accroît en moyenne de 14 canons par an. Lille en acquiert 40 en 1414 et 12 l’année suivante cependant que Tournai en achète 12 en 1413 et pas moins de 127 couleuvrines en 1469. Pendant les guerres qu’elle eut à soutenir contre les Liégeois en 1408 et en 1430, Namur se procura, en une seule fois, respectivement 19 et 18 bouches à feu100.

58Evidemment, les produits de tous ces achats ne s’additionnent pas nécessairement car le matériel d’artillerie ne se conserve pas éternellement : il se dégrade, se démode, tombe aux mains de l’ennemi... Au total cependant, — qu’on veuille bien se reporter à l’énumération ci-dessus de quelques chiffres qui le prouvent, — le nombre des canons ne cesse d’augmenter dans les arsenaux urbains jusque dans la seconde moitié du XVe siècle.

59On est assez mal renseigné sur l’importance quantitative de l’artillerie des princes belges avant la fin du Moyen Age. Celle-ci devait être très modeste parce que, dans la pratique, les souverains se contentaient de recourir, en cas de besoin, aux machines de guerre ou aux canons des villes. Les seuls armements du genre qu’ils possédaient en propre étaient répartis entre les forteresses de leur Etat. Cette conception subsista au XVe siècle mais les aléas de la politique urbaine contraignirent les princes de la maison de Bourgogne à se constituer parallèlement une artillerie autonome dont ils se réservèrent la pleine propriété autant que la gestion. Ce fut incontestablement un des atouts de l’hégémonie bourguignonne.

  • 101 Olivier de la Marche, Etat de la Maison du duc Charles de Bourgogne in Mémoires, t. IV, p. 90. — Ph (...)
  • 102 En 1442, le duc de Bourgogne possède à Dijon 56 pièces d’artillerie en ordre de marche ; J. Garnie (...)

60D’après Olivier de la Marche, le duc Charles disposait, vers 1470, de quelque 300 bouches à feu de campagne sans compter les armes portatives « dont il a sans nombre ». C’est beaucoup si l’on songe que le roi de France en avait 470 au début du XVIe siècle, y compris celles employées dans ses domaines nouveaux d’Italie101. L’estimation du capitaine des gardes du Téméraire n’est nullement exagérée en tout cas quand on considère quelques exemples de mise en oeuvre de l’artillerie bourguignonne et les dépenses constamment engagées dans le but d’accroître le parc des canons102.

61En 1443, le seul siège du château de Villy requiert une batterie de 17 bouches à feu mais pour investir Calais, un des grands événements militaires du règne de Philippe le Bon, il avait fallu 131 canons et 200 couleuvrines à main, sans parler de l’apport des milices urbaines. Quant aux vaisseaux de guerre, on trouve au milieu du XVe siècle des galères armées de 7 bouches à feu et de 12 pièces portatives.

  • 103 Ibid., pp. 134-136, 151-157, 175-176. — Villy : France, Ardennes, Sedan, Carignan.
  • 104 Ce chiffre est obtenu en additionnant le poids des tubes à feu, fournis par Jehan Cambier au duc d (...)
  • 105 Cfr C. Gaier, Le problème de l'origine de l’industrie armurière liégeoise..., p. 41.

62Grands sont donc les besoins103 et en vingt ans, de 1434 à 1454, le duc de Bourgogne commande à son principal fournisseur quelque 200 tonnes d’artillerie à poudre, sans compter le poids des ferrures d’affût104. La consommation était du même ordre en dehors de la sphère politique bourguignonne puisque les Liégeois disposaient de quelque cent canons à la bataille de Brustem105.

63Les achats de munitions sont également importants mais moins imposants sans doute qu’on pourrait s’y attendre en raison d’un facteur d’ordre technique dont il convient de tenir compte.

64La dotation d’une arme dépend évidemment de sa capacité de feu. Or, jusque dans la seconde moitié du XIXe siècle, la cadence de tir était fort réduite et l’on peut affirmer que les archers anglais à Crécy lançaient leurs projectiles à un rythme plus rapide que ne le purent à Waterloo leur lointains descendants armés du mousquet. A fortiori au Moyen Age, canons à main ou bombardes propulsaient balles et boulets avec une telle lenteur que seul le nombre de pièces permettait d’obtenir une certaine densité de feu.

65Pendant le premier siège de Maestricht par les « Haidroits », qui dura du 24 novembre 1407 au 7 janvier 1408, la ville aurait reçu 1 514 gros boulets de bombarde, soit une trentaine par jour. Au cours du mois de juillet 1408, alors que la place se trouvait investie pour la seconde fois (du 31 mai au 22 septembre 1408), les forces liégeoises au grand complet y auraient, aux dires d’un chroniqueur extasié, envoyé environ 100 pierres chaque nuit.

  • 106 Cfr respectivement C. Gaier, Art et organisation militaires dans la principauté de Liege..., pp. 3 (...)

66L’étude du matériel employé au cours des autres sièges confirme cette relative parcimonie : à Sancenay (1431), une petite affaire menée rondement, où l’on « dépense » en tout et pour tout 24 boulets en pierre et 15 livres de balles de plomb, à Calais (1436) où on ne lança guère journellement plus de 31 pierres, à Villy (1443) où, quotidiennement, les bombardes ne tirent chacune qu’un seul coup et les pièces légères seulement 2 à 3 « plombées », à Dinant qui reçoit pendant sept jours (19 au 25 août 1466) 502 boulets de 7 à 16 pouces et à peu près 1 200 coups de serpentine, à Hal enfin (1489) dont les murailles subissent une furieuse canonnade de 40 boulets à l’heure, s’il faut en croire Molinet106.

  • 107 Ch. Brustem, op. cil., pp. 118, 160-162 ; C. Gaier, Art et organisation militaires..., p. 346 n. 1
  • 108 Nous reviendrons sur ce problème à propos des progrès de l’artillerie à poudre. — On cite le cas, (...)
  • 109 Ph. Contamine, op. cit., p. 247. La dotation en munitions d’une bande d’artillerie lui confère don (...)
  • 110 Par exemple, Gand acquiert 7 200 boulets en fonte en 1418 ; Huyttens, Recherches sur les corporati (...)

67L’artillerie de campagne, en principe plus maniable, n’avait guère en fait l’occasion de fournir de très longues prestations tant la rapidité du mouvement l’emportait alors sur celle du feu. La consommation était dès lors assez médiocre. A Montlhéry (16 juillet 1465), l’artillerie du comte de Charolais aurait tiré dix salves ; il est vrai que les français avaient réussi à s’emparer du parc bourguignon. A Brustem (28 octobre 1467), les canons liégeois, rapidement réduits au silence, tirèrent 70 coups seulement au début de l’engagement, ce que leurs adversaires semblent avoir pris fort au sérieux107. Les difficultés du transport de projectiles pondéreux108 s’ajoutant aux particularités de la tactique, une batterie d’artillerie était généralement dotée, dès le milieu du XVe siècle, de 100 à 200 coups par canon109. Au total donc, étant donné le rôle grandissant de l’artillerie à poudre, la masse des achats de boulets représente, dans l’ensemble, un volume appréciable à l’échelle médiévale et l’on peut dire qu’en cas de conflit les souverains bourguignons de nos principautés disposent, au XVe siècle, de quelques milliers de projectiles110.

  • 111 J. Garnier, op. cit., pp. 240-241 et 265 sv. — Les charges de poudre, par contre, sont seulement d (...)

68La consommation de poudre propulsive est en raison directe de celle des boulets, c’est-à-dire qu’elle apparaît assez faible en vertu de critères modernes. Il est vrai que les plus grosses pièces recevaient jusqu’à 100 livres de charge et même plus mais il ne faut pas perdre de vue que la cadence de tir de ces monstres, au reste peu nombreux, était négligeable. Les bouches à feu, dans leur majorité, avaient un « appétit » plus modeste111. Seul le nombre, parfois eleve, des pièces en service et la durée excessive des sièges étaient de nature a accroître la demande de poudre.

  • 112 En 1384, l’inventaire de l’artillerie, dont disposent quatre châteaux proches de Saint-Omer, révèl (...)
  • 113 On note, à Namur, des achats de poudre, de soufre ou de salpêtre de plus de 1 000 livres seulement (...)

69Celle-ci est encore assez faible au XIVe siècle, lorsque les armes à feu restaient peu nombreuses et de calibre restreint112. Elle augmentera considérablement au siècle suivant avec l’accroissement général du parc des canons mais sans jamais dépasser certaines limites. C’est ainsi que l’étude des dépenses militaires de la ville de Namur révèle le caractère tout à fait exceptionnel des achats de poudre portant sur des quantités égales ou supérieures à 1 000 livres113. La même tendance apparaît partout ailleurs : la mairie de Dijon estime en 1417 que la défense de la ville commande l’acquisition de 5 000 livres d’ingrédients de poudre. Chiffre tout théorique auquel répond le bilan réel de l’arsenal de Tournai, six ans plus tard : 1 287 livres de poudre. L’armée bourguignonne consomme, pendant les 73 jours que dure la campagne de Calais (1436), moins de 10 000 livres de soufre et de salpêtre, ce qui ne fait pas 70 kilos par jour. Rappelons aussi, pour donner un ordre de grandeur, que la flottille de six galères envoyée au secours de Rhodes assiégée par le sultan d’Egypte en 1447 transporte 3 600 livres de poudre pour le service de ses 42 canons et de ses 72 couleuvrines à main.

  • 114 Cfr respectivement J. Garnier, L’artillerie de la commune de Dijon..., p. 8 ; E. J. Soil de Moriam (...)

70Les plus gros chiffres que nous ayons rencontrés pour les Pays-Bas à la fin du Moyen Age se rapportent à l’arsenal de Gand, qui renfermait, en 1489, 18 410 livres de poudre ou d’ingrédients, et à une importante fourniture pour le siège de l’Ecluse (1492) : 30 000 livres de poudre à canon livrées en une seule fois par deux marchands malinois. Il est vrai que ces exemples concernent l’un une très grande ville, l’autre une fort grosse armée et qu’ils doivent être tenus pour des cas-limites pour la période médiévale114.

  • 115 Cfr H. Stein, Archers d'autrefois, archers d’aujourd'hui, pp. 53 sv. ; F. Lot, L’art militaire et (...)

71Le Moyen Age a fait un très large usage de l’arc et de l’arbalète. Ces armes de jet portatives, contrairement aux premières pièces d’artillerie à poudre, avaient une cadence de tir rapide. Il fallut attendre l’invention, vers 1860, du fusil a répétition pour égaler et dépasser le débit d’un arc, qui permettait de décocher 12 flèches à la minute115. Celui-ci joignait l’avantage d’une manœuvre rapide à celui de la simplicité de construction. Aussi, dans nos régions, et sous l’influence de l’archerie anglaise, détrôna-t-il l’arbalète à partir du XVe siècle pour se trouver en masse sur tous les champs de bataille. Plus lente à servir, l’arbalète eut un immense succès avant 1400 puis elle se maintint surtout comme arme de position ou, dans les villes, comme instrument réservé à certaines milices.

  • 116 J-Garnier, op. cit., p. 6 ; Jean de Stavelot, Chronique, p. 246 ; De la Fonsmelicocq, op. cit., p.(...)

72Les mentions d’arcs, d’arbalètes et de traits appropriés fourmillent littéralement dans les sources. Contentons-nous de citer ici quelques exemples permettant d’apprécier l’ordre de grandeur de leur consommation. En 1362, la « somme toute » de l’artillerie pour l’ensemble de la Bourgogne fait état de 508 arbalètes, réparties dans les forteresses du duché. Ce chiffre est à rapprocher du nombre d’arbalétriers, 700, que les députés des nobles et des bonnes villes de la principauté de Liège estiment nécessaires pour tenir les garnisons du pays (1430). En 1365, l’arsenal de Lille renfermait 66 arbalètes et celui de Mons en avait 316 en 1406 alors qu’on en réclamait, en 1417, une centaine pour défendre Dijon116. Pour se faire une juste idée du chiffre total en service, il conviendrait bien entendu de pouvoir également considérer toutes les armes de ce genre détenues par les particuliers à titre privé comme celles, — mais elles n’étaient pas très nombreuses, — utilisées par les confréries militaires d’hommes de trait.

  • 117 Sur les effectifs des gens de trait dans les armées communales, cfr Henrard, op. cit., pp. 21 et 2 (...)
  • 118 J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne..., pp. 115, 152-153.

73Par ailleurs, les châteaux du XIVe siècle dont on a conservé les états d’artillerie en comportaient habituellement moins d’une dizaine et il faut tenir compte du fait que les princes belges, forts de la puissances de leurs milices communales, n’ont jamais, au XIVe siècle, cru devoir solder de forts contingents d’arbalétriers, comme le firent par exemple les rois de France117. Au siècle suivant, l’usage de l’arbalète en campagne connut, dans nos régions, une profonde défaveur. Si l’on en juge par les achats effectués pour le compte des armées bourguignonnes à cette époque, on n’arrive que rarement à des commandes portant sur plus d’une centaine de pièces et encore s’agit-il alors vraisemblablement d’armes de position. L’achat qui, en 1446, concerne l’armement des six galères envoyées à Rhodes « au secours de la foi chrétienne », est assez exceptionnel : 500 arbalètes d’acier. D’ordinaire, les états de l’artillerie accusent des besoins plus modestes : comme ces 230 arbalètes employées pendant les opérations de mai à juillet 1436 dans le Pas-de-Calais118.

  • 119 Ch. Brustem, op. cit., pp. 126, 118, 121 ; J. Finot, op. cit., p. 259.

74Quant aux arcs, on arrive, du moins à partir du XVe siècle, à des chiffres de consommation plus élevés, par milliers. Il faut rappeler en effet que ces armes, faites de bois et de corde et soumises par définition à des tractions continuelles, étaient de ce fait relativement fragiles. Leur renouvellement s’imposait donc assez fréquemment. Le receveur de Philippe le Bon, dans ses prévisions de matériel pour une hypothétique croisade, en 1455, fixe la dotation de chacun des 6 000 archers dont on envisage le recrutement à 6 arcs et 6 douzaines de cordes. Le jour de la bataille de Montlhéry (16 juillet 1465), 1 800 arcs sont distribués, ainsi que 8 400 cordes et l’on sait que l’intervention des archers du parti bourguignon fut la seule action décisive de cette rencontre confuse. Pour la campagne d’août-septembre 1466, dont le siège de Dinant constitua, du 19 au 25 août le point culminant, on note que les « dépenses » s’élevèrent à 2 392 arcs et 4 898 cordes. De telles consommations exigeaient de la part de l’administration de l’artillerie de singulières possibilités de réapprovisionnement. Nous n’en voulons pour preuve que les instructions ducales sur l’état des stocks d’armement à prévoir pour le 1er avril 1474 : elles recommandent la remise en état de 600 arcs, l’achat de 3 030 nouveaux et l’acquisition de 1 000 douzaines de cordes119.

75La consommation de traits au Moyen Age est à première vue étonnante. L’étude des « dépenses » de flèches d’arc et de carreaux d’arbalète révèle des chiffres d’une telle ampleur que réellement notre appréciation des dimensions de la civilisation matérielle médiévale n’a pas le droit de négliger ces données. Les sources sont, en l’occurrence, surabondantes au point que nous ne pourrions songer à en faire ici l’état exhaustif. Mais nous estimons qu’il est indispensable de citer une série d’exemples numériques caractéristiques.

  • 120 Respectivement, J. M. Richard, op. cit., p. 204 ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 365 sv. ; E (...)
  • 121 L. Devillers, Le passé artistique de la ville de Mons, pp. 388-389 ; F. Quicke, Une enquête sur le (...)

76L’examen des stocks emmagasinés dans les simples châteaux forts est déjà révélateur : dans celui de Saint-Omer il y avait en 1304 une réserve de 16 000 carreaux ferrés et 6 000 non ferrés tandis qu’il s’en trouvait à Lille plus de 50 000 en 1388. Des places plus modestes reçoivent des fournitures assez importantes : 2000 traits à Morlanwelz en 1419, 2 400 à Samson en 1435-1436. Le comte de Namur fait faire en 1355, pour la forteresse qui domine sa capitale, 24 000 carreaux120. Bien entendu les dotations varient au gré des circonstances et les périodes de conflit connaissent forcément un accroissement des besoins. Jehan Puce, maître de l’artillerie de Mons, dans l’inventaire des « parties de pourvéance » qu’il fait établir en prévision d’un conflit avec les Liégeois, remarque en 1406 que sa ville était « assez bien pourveuwe de trait » alors que de fers de flèche elle « n'en estoit mies trop fort pourveuwe, car on en avoit paravant grandement aleuwet, tant en Frise comme en Hollande... ». L’enquête de 1389-1393 sur les droits du duc de Limbourg révèle précisément le piteux état des artilleries dans les places de Rolduc, Sprimont et Limbourg, autant d’exceptions qui confirment la règle. En 1417, le Magistrat de Dijon estime qu’il faudrait, pour mettre la commune en état de défense, pouvoir disposer de 40 000 traits communs et de 5 000 dondaines. On voit qu’une petite localité comme Léau en Brabant achète, en l’espace de trois mois, 10 000 fers de carreaux d’arbalète (1379). S’agit-il de cités plus importantes ? Pendant l’exercice 1325-1326, Gand achète 154 950 carreaux et 180 000 en 1344. Ypres qui, en 1383, subit durant neuf semaines le siège de l’armée anglo-gantoise, achète cette année-là 92 996 traits entiers, 147 987 fers et 35 300 fûts121 !

77Dans les armées bourguignonnes, les besoins sont du même ordre. A la seule journée de Montlhéry, les arcbers décochèrent 38 400 traits. Les six galères de la flotte de Rhodes furent pourvues, en 1447, de 168 000 flèches et de 50 000 dondaines tandis que les archers que l’on comptait lever pour la Croisade, au nombre de 6 000, étaient censés recevoir chacun six douzaines de flèches. En 1474, l’artillerie du Téméraire s’accrut de 48 000 nouvelles flèches. Pour la campagne de Calais (10 mai au 21 juillet 1436), on distribua 190 900 fûts et 207 700 fers de carreaux en plus de 38 964 hampes et 64 992 pointes de flèches.

  • 122 Nous calculons ces quantités de matériel d’après les états de « contrôle » établis par le personne (...)

78Même au cours d’opérations plus limitées, les moyens ne laissent pas de nous impressionner : pendant le siège de Villy dans le Luxembourg, qui dura moins d’un mois, 10 200 flèches et 1 500 carreaux furent tirés, tandis que pour celui de Dinant, qui fut achevé en une semaine seulement, on fit usage de près de 27 840 fléchés et de 1 780 viretons122.

79Le volume de cette demande s’explique, — malgré la faiblesse relative des effectifs et la portée réduite des armes de jet qui ne permettait pas d’effectuer, en rase campagne, des tirs prolongés contre un ennemi en progression, — par la rapidité du débit et par la fréquence autant que la durée des guerres de siège.

80Les achats collectifs d’« artilleries » portaient encore sur d’autres armes, dans des quantités considérables. Laissant de côté l’outillage, qui ne nous intéresse pas ici, relevons, parmi les achats les plus notables, les lances, piques et autres armes d’hast, les maillets et haches d’armes en enfin les boucliers.

81La lance fait partie, depuis le haut Moyen Age, de 1 armement du cavalier et son rôle tactique n’a fait que s’affirmer au fur et à mesure que la formule de la cavalerie lourde réussissait à s’imposer.

  • 123 Jean Renart, Roman de Guillaume de Dole, p. 59. Cette œuvre romanesque, du début du XIIIe siècle, d (...)
  • 124 Dehaisnes, Documents et extraits divers..., p. 350 (1345) ; H. G. Hamaker, De rekeningen der grafel (...)

82Arme destinée au maniement en masse sur le champ de bataille et dans les tournois, autant qu’individuellement dans les joutes, elle était l’instrument des charges initiales et survivait rarement au premier choc qui, normalement, suffisait à la briser. Grands amateurs de tournois, les seigneurs rompaient des lances par douzaines, comme en témoignent de nombreux documents. Dans son « Roman de la Rose », Jean Renart, qui connaît si bien les régions d’« aval » au début du XIIIe siècle, nous montre son héros, Guillaume de Dole, mandant à un bourgeois de ses relations de lui faire préparer les cent-vingt lances qu’il compte utiliser au tournoi de Saint-Trond123. De même, constate-t-on, les princes, grands « poursuivants » de faits d’armes, achètent régulièrement des lances, tels le comte d’Artois, celui de Hainaut, le duc de Brabant, le duc de Bourgogne124.

  • 125 Pour le siège de Calais de 1436, il convient de combiner les données de J. Garnier, op. cit., p. 1 (...)

83Mais ces dynastes acquéraient aussi ces armes d’hast par centaines en temps de guerre. Ce fut le cas pour l’armée de Calais, l’exemple de la mise en œuvre la plus considérable que nos sources donnent à connaître, car Philippe le Bon y disposait de quelque 2 000 fers et d’autant de lances complètes125.

  • 126 Voir les distributions de piques ou lances à Gand, en 1337, dans De Pauw et Vuylsteke, op. cit., t (...)
  • 127 Dans les anciennes principautés belges cependant, l’infanterie urbaine a toujours fait un large us (...)
  • 128 J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 259. Cette commande porte égalem (...)

84Arme de fantassin, la pique figure naturellement au nombre des fournitures réunies dans les arsenaux urbains126. Au XVe siècle, elle connaît une exceptionnelle faveur en raison du rôle tactique primordial des corps de piquiers utilisés en bataillons serrés127. Les achats couvrent des milliers d’unités à la fois, témoin la commande de 1474, qui porte sur 4 000 piques ferrées. Quant aux guisarmes, vouges, épieux et javelines, d’emploi courant mais limité, elles ne s’achètent que par centaines128.

  • 129 Achats de 50 haches d’armes en 1436, et 56 en 1437 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1957, f° 335 et r (...)
  • 130 Ibid., reg. B 2012, f° 340 v° ; reg. B 1942, f° 73 v° ; reg. B 1957, f° 425 v° ; A.G.R., C.C., Com (...)

85Les haches d’armes, réservées à des soldats d’élite, comme les archers de corps par exemple, ne constituent pas davantage un produit de grande consommation129. Par contre, les maillets de plomb, largement distribués à la piétaille comme arme de choc, forment un poste de dépense très considérable au XVe siècle : on relève des achats de 1 000, 1 200, 2 000, 2 700 pièces130.

  • 131 Achat de 1 000 pavois en 1446 : A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1991, f° 254 v°. Achat, en 1474, de 4  (...)

86Enfin les pavois, ces grands boucliers de planches qui protégeaient l’infanterie du tir ennemi, la couvraient aux approches des places ou à bord des vaisseaux de guerre, apparaissent régulièrement dans les arsenaux, par centaines, parfois par milliers131.

87D’un point de vue général, on ne laisse pas d’être frappé par l’ordre de grandeur des chiffres analysés dans ces pages. Ils confèrent au matériel de guerre en usage dans les anciennes principautés belges une importance quantitative supérieure à celle des biens de consommation à destination civile, qu’il s’agisse des arsenaux collectifs ou de la somme des ressources particulières. Compte tenu du contexte démographique médiéval, on peut dire que ces consommations ont une allure, une dimension, quasi modernes. Sans doute, l’adage « qui veut la fin veut les moyens » ne date-t-il pas d’aujourd’hui mais il ne faut pas oublier, d’autre part, que nous avons cherché à donner des grandeurs maximales afin de préciser la mesure de la demande pour chaque type d’équipement en indiquant ses limites habituelles.

88On peut se demander si la consommation de matériel de guerre s’est amplifiée entre le XIIIe et le XVe siècle. On est tenté de répondre par la négative en ce qui concerne tout au moins les armes blanches. En effet, si le volume de leur emploi peut paraître élevé, surtout au XVe siècle (si l’on s’en rapporte aux chiffres des maxima que nous avons souvent empruntés à la comptabilité bourguignonne), cette supériorité quantitative par rapport aux époques antérieures provient surtout du fait que pour la première fois des documents d’une seule et même provenance contiennent l’ensemble des consommations de diverses principautés, rassemblées sous un unique dynaste. L’addition, si elle était possible, des dotations en usage auparavant permettrait peut-être de conclure à un besoin global du même ordre, compte tenu bien entendu de l’évolution et par conséquent de la modification des armements. Cependant, la puissance de production de l’artisanat armurier, — nous le démontrerons dans les pages qui vont suivre, — a incontestablement bénéficié de la « centralisation » achevée au XVe siècle, tout en acquérant des caractères distincts qu’il conviendra d’analyser. Il en va différemment des armes à feu, qui ne cessèrent de se développer et de se multiplier à partir de la première moitié du XIVe siècle au point de devenir prépondérantes. A cause d’elles, on peut dire que les besoins en armement se sont en fait considérablement modifiés entre le XIIIe et le XVe siècle et qu’ils ont subi non point tant une évolution qu’une véritable révolution à la fin du Moyen Age.

3. — Particularités de la consommation

89Malgré certains traits d’un étonnant « modernisme », il convient cependant de souligner que le mode de constitution et de gestion des stocks d’armes trahit, au Moyen Age, un souci constant d’économie des moyens dont l’abondance des biens produits par notre civilisation industrielle nous a aujourd’hui presque complètement affranchis. Il s’agit en fait d’un trait caractéristique des sociétés agraires et artisanales, que l’on retrouve dans d’autres sphères d’activité : la thésaurisation ou, si l’on préfère, une certaine absence de circulation économique. On constate en effet d’une part que l’armement n’était pas toujours acquis par voie de négoce et d’autre part, qu’il conservait après usage une valeur de rachat élevée.

  • 132 En 1345, le comte de Hainaut se sert, au siège d’Utrecht, de catapultes prêtées par ses villes des (...)

90Nous ne reviendrons pas ici sur la transmission par voie testamentaire, nous venons de l’évoquer plus haut. Attirons seulement l’attention sur la pratique extrêmement répandue de l’emprunt, par les souverains, de machines de guerre, d’artillerie et de munitions aux villes de leur état. Les exemples, très abondants132, concourent à démontrer non seulement l’étroite dépendance des princes à l’égard des villes et de leurs réserves d’armement mais aussi à révéler, du point de vue de l’économie, un facteur de nature a restreindre la commercialisation des armes. Sans cet apport temporaire des ressources de leurs sujets, sur lequel les chefs d’armée pouvaient compter, il eût fallu accroître les achats de matériel de guerre.

  • 133 En 1476, la commune de Dijon est déjà si dépourvue d’artillerie que vingtcinq particuliers offrent (...)
  • 134 Cfr les deliberations du Conseil de la ville de Mons, éditées par L. Devillers, Le Hainaut sous la (...)

91Cette tendance ne fit que s’accentuer à la fin du Moyen Age car les progrès de la centralisation, qui s’accompagnèrent d’un renforcement du pouvoir souverain autant que des moyens de l’assurer, n’allèrent pas sans une sujétion de plus en plus grande des centres urbains considérés désormais, du point de vue militaire, moins comme des cellules combattantes que comme des dépôts de matériel stratégique au service de desseins élargis. C’est dans cette perspective que se situent les ponctions répétées que Charles le Téméraire aux abois opéra dans les arsenaux urbains133, comme les réponses parfois agacées du Magistrat de Mons, assailli par des demandes de ce genre pendant les guerres de Maximilien134.

  • 135 En 1443, par exemple, le duc de Bourgogne dispose, pour le siège de Villy en Luxembourg, de deux b (...)
  • 136 Voir les distributions d’artillerie aux capitaines des forteresses de Bourgogne au XVe siècle : ib (...)
  • 137 Emprunt d’artillerie par la ville de Namur au duc de Bourgogne (1465) ; A.E.N., Ville, section 2, (...)
  • 138 En 1430, la ville de Namur emprunte de l’artillerie à Malines ; ibid., reg. 25,, v°. En 1479, Mali (...)
  • 139 Près de deux gros canons par l’archevêque de Trêves au duc de Brabant pour le siège d’Elter (en 14 (...)

92Notons que les seigneurs étaient semblablement mis à contribution par leur suzerain135 mais que, d’autre part, ce dernier n’hésitait pas à aider, comme il se devait, son vassal136 ou à venir en aide à une commune mal défendue137. Cet échange de bons procédés avait lieu également de ville à ville138 aussi bien qu’entre chefs d’état alliés139.

  • 140 Sur l’équipement de tournoi et de joute, cfr E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier (...)
  • 141 Cfr respectivement Extraits des comptes de la recette générale de l'ancien comté de Hainaut, t. I, (...)
  • 142 A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 31, f° 60 et reg. 31, f° 51 (1462 et 1463, le 2 (...)
  • 143 Cfr P. Denis du Peage, A propos du Tournoi de l'Epinette à Lille, pp. 38-39.

93La location d’armures se pratiquait dans une moindre mesure mais participait pourtant du même esprit. Les tournois étaient en effet devenus, à partir du XIVe siècle, des manifestations si dispendieuses140 que d’aucuns ne parvenaient plus à s’offrir l’équipement adéquat pour se permettre d’y prendre part. C’est ce qui explique le recours a des prêts, un expédient que ne dédaignaient point les plus hauts personnages. Ainsi le comte de Hainaut qui loue, pour 15 livres et 12 sous, des « harnas de tournoy » à l’intention de deux de ses familiers, conviés au tournoi de Nivelles du 22 janvier 1366. Ou le duc de Brabant qui se procure de la sorte à Paris des pièces d’armures pour prendre part aux joutes en l’hôtel de Saint-Pol (24 mars 1409), comme il le fait plus tard encore pour d’autres festivités équestres tenues à Bruxelles, à Louvain et à Nivelles. Les ducs de Bourgogne usèrent largement de ce procédé : en 1423, Philippe le Bon ne loue pas moins de trente-sept armures pour s’en vêtir lui-même ainsi que « plusieurs autres de ceux qu'il a fait tournoyer avec lui » au parc de Bruxelles. L’année suivante, à Paris, il complète l’équipement des gens les moins bien accoutrés de sa suite par ce moyen commode. On trouve mention, en 1463, d’une modeste dépense de douze sous pour la location de jambières dont fut affublé l’archer Guérardin, qui servit le duc, le 18 décembre, aux joutes tenues à Bruges à l’occasion du mariage du duc de Gueldre et de Catherine de Bourbon141. Lors de la procession de la Visitation de Notre-Dame, un armurier de Namur prêtait « toutes les armures et plain harnas de sa maison » pour vêtir les figurants142. A Lille, au tournoi dit de l’Epinette, la personne désignée officiellement pour assumer le rôle coûteux de jouteur n’hésitait pas non plus semble-t-il à recourir au « louaige » de son équipement143.

  • 144 E. Leclair, Quelques faits divers..., 1935, p. 244 ; De la Fons-Melicocq, op. cit., pp. 8bis, 45.
  • 145 A.G.R., C.C., Recette, générale des provinces : Brabant, reg. 2401, f° 93 v°. — Après l’essai, à S (...)

94Il n’y avait pas de petits moyens pour se procurer des armes. Les munitions elles-mêmes étaient récupérées après le tir lorsque les circonstances le permettaient. Par exemple à Lille, en 1336-1337, un homme reçoit 8 sous pour « XXII pieres de Malevizine peskier en liauwe derrière les béghines et mener en le halle ». Il s’agissait de ramener dans l’arsenal urbain des projectiles lancés par quelque trébuchet au nom évocateur. De même n’ira-t-on pas rechercher les carreaux que tire le premier canon de cette ville (1347) ? A Lille toujours, une ordonnance de 1382 fait obligation aux bourgeois d’indiquer aux autorités communales le lieu où ils auraient trouvé des pierres d’engins ou, s’ils en possèdent chez eux, de les exposer devant leur maison pour les mettre à la disposition du Magistrat144. C’est ce qui se produit à Vilvorde en 1418 lorsqu’on exhume 61 pierres de canon profondément enterrées dans le retranchement ceinturant le château, depuis plus de trente ans, au dire des « bonnes gens ». Aussitôt après cette mise au jour, le maçon Henric Andries reçoit pour tâche de les calibrer à 9 pouces avant de les joindre aux artilleries du duc de Brabant145.

  • 146 L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l'ancienne estaple de Bruges, pp. 283-284, 341, 461-462 ; (...)

95Cette notion selon laquelle les armes trouvées tombent dans le domaine public, c’est-à-dire d’abord dans celui du prince, trouve notamment une autre application dans le droit d’épave. En 1377, à la suite du naufrage de deux vaisseaux de guerre devant Ostende, la marée amena sur la plage quantités de caisses dont quatre contenaient un assez grand nombre d’armes offensives et défensives ainsi que des traits. Ce matériel fut envoyé chez un armurier de Bruges qui le remit en état et fut chargé de l’acheminer ensuite au domicile du bailli. Même découverte, quoique moins importante, en 1385 après qu’un bâteau de Campen eût sombré entre Blankenberge et Ostende : les pièces d’armement, couvertes de rouille, sont nettoyées et remployées. En 1408, c’est une caraque génoise et une bulque portugaise qui se perdent corps et biens au large de Cadsant, à l’entrée de l’Ecluse. Le bailli fait main basse sur les épaves mais cette fois les marchands génois de Bruges, consignataires de la cargaison, obtiennent la restitution des objets à l’exception d’arbalètes et de casques de Gênes qui furent mis dans les arsenaux du comte de Flandre. En cas de saisie pure et simple, les armes subissent le même sort, comme celles prises en 1450 par les bourgeois de Gravelines sur un navire appartenant à des ressortissants de Dordrecht et de Cologne, ce qui provoque les protestations de la métropole rhénane146.

  • 147 Dehaisnes, op. cil., p. 236. — Ch. Mussely, Inventaire des archives de la ville de Courtrai, t. I, (...)

96De fait la prise de butin ou les confiscations constituent une source appréciable d’approvisionnement en matériel de guerre. Normalement, l’arsenal d’une place conquise revient aux vainqueurs. On possède ainsi, avec l’inventaire des objets enlevés par le comte de Flandre Robert d’Artois lors de la prise du château de Hesdin (1321), la nomenclature des armes qui tombèrent entre ses mains. De même, un document qui se trouvait jadis aux archives de Courtrai et dont on a heureusement conservé l’analyse, énumérait les armes de la garnison française de cette ville, passée sous le contrôle de l’archiduc Maximilien (1485)147.

  • 148 E. Fairon, Chartes confisquées aux Bonnes villes du pays de Liège..., p. 187. — Controverse entre (...)

97Le partage du butin donnait évidemment lieu à des contestations. Si les Liégeois et les Hutois, liés par un pacte d’assistance, s’accordent à souhait sur la répartition de l’artillerie enlevée en 1376 à la forteresse de Moha, ce n’est pas le cas de l’évêque Jean de Heinsberg et de ses sujets de Dinant après la prise de Rochefort et d’Agimont148.

  • 149 Sur la destruction de l’industrie armurière liégeoise pendant les guerres bourguignonnes, cfr C. G (...)

98Les armes ainsi récupérées étaient soit mises en vente à bas prix soit redistribuées dans des places alliées. Ce fut le cas par exemple de toutes celles que perdit la cité de Liège pendant les événements tragiques qui marquèrent son histoire dans la seconde moitié du XVe siècle. Les Bourguignons désarmèrent, en 1467, les remparts de la ville aussi bien que les bourgeois, vendirent une partie du butin sur place et évacuèrent le reste vers Namur en deux pleins bateaux. Quinze bombardes furent envoyées à Limbourg pour en renforcer les défenses. En 1481, onze de ces pièces sont encore mises en batterie en prévision d’une attaque de Guillaume de la Marck149.

  • 150 Cfr Annales Gandenses, p. 34 ; J. Diegerick, Documents concernant la bataille de Brusthem..., p. 3 (...)
  • 151 E. J. Soil de Moriame, op. cit., p. 100 n. 1 (1400). — Une lettre de rémission fait allusion aux m (...)

99Les champs de bataille étaient aussi une source privilégiée, si l’on peut dire, pour les prises de guerre. Les Flamands firent, à la journée des Eperons d’Or (1302) un butin d’armes considérable, comme les Bourguignons à Brustem (1467). Les comptes communaux de Namur font également mention de deux serpentines et d’un veuglaire saisis par les milices namuroises aux Dinantais, le 2 juin 1466, devant Biesme150. Le testament d’un ancien combattant des guerres françaises contre les Flamands, un bourgeois de Tournai du nom d’Olivier Lemaire, porte la trace de ces pratiques puisqu’il mentionne « une cotte de fier que je rapportai de Rosebiecque », allusion au fameux événement de l’an 1382151.

  • 152 En 1281, pendant la sédition dite Cokerulle, une troupe de villageois de la West - Flandre envahit (...)

100Quant aux confiscations, elles se produisent fréquemment, pour des raisons tant politiques qu’économiques. Les représentants du parti populaire qui saisissent, à Ypres et à Bruges, les armes des « patriciens » a la fin du XIIIe et au XIVe siècle ou les « Vrais Liégeois » qui fracturent le domicile des « collaborateurs » bourguignons en 1467, visent autant à désarmer leurs adversaires qu’à se procurer les instruments de la puissance qu’ils n’ont pas encore152.

  • 153 Dehaisnes, op. cit., p. 667 ; B. et H. Prost, op. cit., p. 478, no 3 010 ; L. Verriest, Les armures (...)

101La valeur de rachat des armes, nous le disions plus haut, était élevée au Moyen Age. Les personnages de haut rang ne dédaignaient pas d’acquérir des pièces d’équipement d’occasion. Colard José, célèbre fondeur et canonnier de Philippe le Hardi, avait racheté l’armure de feu Jean de Marville, sculpteur en titre de son maître (1390). Philippe lui-même avait, l’année précédente, acquis pour la somme elevée de 100 livres, une cotte d’acier aux exécuteurs testamentaires de son défunt chambellan. On sait, par ailleurs, qu’une partie des armures du chevalier bâtard Rifflart de Naast, vendues en 1397 après sa mort, sur la Grand-Place de Mons et sur le marché de Soignies, furent acquises par des hommes de fief et des officiers du Hainaut153.

102Les faits que nous venons d’avancer tendent à démontrer que l’armement était, au Moyen Age, entouré d’un soin jaloux propre à lui assurer, autant que possible, une très longue durée d’utilisation. Malgré cela cependant, il fallait fatalement le renouveler car on ne pouvait le mettre tout à fait à l’abri de certains facteurs de détérioration et de perte. Nous reviendrons plus loin, à propos de l’entretien des armes, sur les causes habituelles de leur dégradation et sur les moyens mis en œuvre pour les en préserver.

  • 154 Cfr respectivement : Gachard, Rapport à M. le Ministre de l'Intérieur..., p. 361 ; J. Garnier, L'a (...)

103Qu’il nous suffise de rappeler ici combien les destructions par faits de guerre étaient de nature à grever le matériel. Nous n’en voulons pour preuve que les quelques états d’« artillerie despensée et perdue » au cours de grands faits militaires et que la comptabilité de la maison de Bourgogne se souciait d’établir scrupuleusement. Par exemple, la « prisée » des bouches à feu perdues par Philippe le Bon et par Jean de Luxembourg à la levée du siège de Compiègne (1430) indique cinq grosses bombardes, une petite et un gros veuglaire en plus de deux catapultes. Six ans plus tard, le déblocus précipité de Calais crée de grands vides dans les fournitures de l’armée assiégeante : on sait, entre autres, que tous les pavois furent abandonnés ou détruits et que trois bombardes furent laissées sur place faute d’attelage pour les transporter. Pendant les campagnes de Montlhéry et de Liège (1465), l’artillerie bourguignonne perdit aux mains de l’ennemi ou par accident (éclatement) 26 tubes à feu. C’est le cas encore au siège de Dinant (1466) mais ici on ne laisse que 9 canons dans l’aventure. On pourrait évidemment multiplier les exemples, de même que ceux, fréquemment mentionnés à partir du XIVe siècle, d’équipements individuels perdus au combat par des gens de milice154.

104A côté de cette « sélection naturelle » si l’on peut dire, accidentelle et involontaire, on note également le souci délibéré de renouveler les pièces d’armement périmées. Les raisons du remplacement ne sont jamais très explicites il est vrai et en tout cas on n’invoque pas pour le justifier la nécessité de se conformer aux progrès techniques, notion très étrangère, on le sait, à la mentalité médiévale. On trouve, au lieu de cela, des allusions à l’âge ancien de l’arme devenue de ce fait caduque.

  • 155 Cfr J. Finot, op. cit., pp. 242, 243, 265-266 ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon, p (...)

105Tels inventaires font état de vieux carreaux d’arbalète « de l'ancienne façon », de vieux canons de cuivre, de « vies harnas, de nule valeur », de « vielz heaumes, de nule valeur », de « bachinet du vies temps », de « vièses armeures et harnas » ou encore de « pièces de crefz de peu de valeur et de vielle façon ». Tels documents comptables mentionnent aussi des piques ferrées « à la nouvelle mode » ou encore « à la nouvelle façon ». Autant de termes vagues mais qui impliquent, nous semble-t-il, une certaine idée d’adaptation à une réalité changeante que l’étude de l’armement médiéval vient par ailleurs confirmer155.

106En conclusion, nous insisterons sur le fait que la gestion et la répartition des armements sont, au Moyen Age, fondamentalement différentes du processus actuel. Grands étaient les besoins de chacun dans une société où la force primait encore si souvent le droit et l’initiative privée jouait alors un rôle très important en matière d’approvisionnement avec, pour corollaire, une totale hétérogénéité et une inégalité sensible de la distribution en fonction de critères de fortune. A côté de l’initiative individuelle, deux catégories importantes de consommateurs se distinguent : les villes et les princes. Les premières tendent à corriger par leurs achats les imperfections de l’équipement de la milice bourgeoise, les seconds poursuivent, à l’échelon de leur Etat, le même but de gardien du « pré carré » mais, en plus, ils visent à se rendre, pour des raisons politiques évidentes, le plus indépendants possible des fournitures militaires de leurs sujets. Les ducs de Bourgogne, au même titre que les maisons souveraines des royaumes voisins des Pays-Bas, réussirent, au XVe siècle, à fortifier leur armement au point de réunir en leurs mains les instruments de la puissance militaire suprême, contribuant ainsi à restaurer cette notion qui est encore la nôtre de l’Etat détenteur exclusif de l’« ultima ratio ».

107Du point de vue de l’économie, les armements apparaissaient déjà alors pour les autorités comme un besoin primordial mais ils possédaient en outre pour les simples particuliers une importance vitale, une présence quotidienne et pour ainsi dire familière qu ils ont perdues aujourd’hui.

FIG. 3. Canon de Jehan de Matines (1474)
Bronze. Chambre à visser. L. tot. : 2,45 m — Cal. : 0,23 m — Poids : 1 250 kg. Armoiries de Charles le Téméraire et inscription en bas-relief, près de la bouche : « Jehan de Malines m’a fayt l’an MCCCCLXXIIII ». Bouton de culasse en forme de tête de monstre.
Pièce prise aux Bourguignons à Granson (1476) comme le rappelle l’inscription moderne entre les tourillons. (Bâle, Musée historique. Cliché Hist. Museum Basel)

108La demande était donc forte à l’échelle médiévale, pour répondre aussi bien aux commandes massives qu’a 1 achat au petit détail. D’autre part, la thésaurisation des armes semblerait indiquer certaines difficultés d’approvisionnement tendant à renforcer leur valeur marchande alors qu’on s’attendrait aujourd’hui a plus de facilite pour des objets d’une telle diffusion. C’est l’étude du développement technique et des moyens de production qui nous permettra d’expliquer cet apparent paradoxe dans le cadre d’une branche particulièrement florissante de l’industrie artisanale des anciennes principautés belges.

Notes

1 Les bans de police réglementant le port d’armes sont nombreux ; nous n’en citons ici que quelques-uns, parmi les plus représentatifs. « Keures » de l’ammanie de Bruxelles et du Brabant wallon (1292) : appendice à Jan van Heelu, Rymkronijk, pp. 543, 550. Anvers : le Clementynboeck (1288-1414), éd. J. Van Den Branden, t. 25, pp. 139, 150, 271, 274 ; t. 26, p. 62 ; 1’Oudt register, mette berderen (1336-1439), éd. Id. et L. Bisschops, t. 27, pp. 70-72, 208, 296-297 ; t. 28, pp. 77-78, 91-92, 317-321, 329-330 ; t. 29, pp. 28-30, 35, 47-48 ; le Register van den dachvaerden (1450-1481), éd. P. Genard, t. 19, pp. 86-87, 99-100,140-141 ;la « keure » du début du XIVe siècle, dans Mertens et Torfs, Geschiedenis van Antwerpen..., t. II, p. 448 ; cfr aussi P. Genard, Inventaire des registres aux ordonnances..., t. I, pp. 122, 124. Bruges : L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l'ancienne estaple de Bruges, pp. 485 (privilège des marchands portugais, 1411) et 506 (privilège des marchands génois, 1414). Douai (vers 1250-vers 1400) : Espinas, La vie urbaine de Douai au Moyen Age, t. III, nos 131, 132, 151, 163 à 169, 154, 214, 623, 624, 629, 676 ; t. IV, nos 883, 889, 894, 983, 992, 1030, 1343, 1544. Lille : De la Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., pp. 44-46. Saint-Omer : Pagart D’hermansart, Les anciennes communautés d'arts et métiers à Saint-Omer, pp. 489 sv. ; A. Giry, Histoire de la ville de Saint-Omer..., nos 115, 118, 119, 330 ; pour la la Flandre en général : Van Caenegem, Geschiedenis van het strafrecht..., p. 117 ; Tournai : E. J. Soil de Moriame, Armes et armuriers tournaisiens..., pp. 55-57. Namur : J. Borgnet et St. Bormans, Cartulaire de Namur, t. II, pp. 294, 365 ; t. III, pp. 28, 267 ; Bouvignes : J. Borgnet, Cartulaire de la commune de Bouvignes, t. I, pp. 112-114. Liège : St. Bormans, Recueil des ordonnances..., lre série, pp. 74-85 (« loi muée », 1287), pp. 182-193 (statuts criminels de la cité, 1328), pp. 263-274, pp. 297-299 (renouvellements de 1345 et 1358), pp. 369-372 (« Nouveau Jet », 1394), pp. 533-534 (« Régiment des Bâtons », 1422), p. 749 (paix de Saint-Jacques, 1487), p. 763 (cri de perron, 1488) ; édit d’interdiction (19 mai 1490) traduit en latin « vernaculo ex registro » aux Arch. Etat Liege, Dossier 1334 de la Chambre Impériale, no 390. Saint-Trond : F. Straven, Inventaire des archives de la ville de Saint-Trond, t. I, pp. 5-7, 71-73, 86, 88, 90, 91, 192 sv., 295, 306, 316, 363, 414, 475, 476, 480 ; t. II, pp. 7, 95. Brée : St. Bormans, op. cit., p. 571.

2 Un ban échevinal de Douai (vers 1275) limite à quatre pouces la longueur autorisée du « coutiel taille pain » ; cfr Espinas, op. cit., t. III, no 472. Le « Nouveau Jet » de Liège (1394) le qualifie de « petit couteau » ; St. Bormans, op. cit., p. 370 ; Henri De Merica, De cladibus Leodiensium, p. 283, parle à ce sujet de « cultelli sine acumine, apti ad escam, inepti ad pugnam ». Les ordonnances de police urbaine font fréquemment allusion à des normes dimensionnelles maximales affichées à la Maison de Ville (Liège, Anvers), parfois à un spécimen autorisé, exposé comme modèle à cet endroit (Brée, Anvers). Nous ignorons comment se pratiquait au juste l’agréation officielle des couteaux au moyen d’un anneau (cfr Anvers et SaintTrond) mais il s’agissait probablement d’un calibrage au moyen d’un gabarit circulaire, imposé par le Magistrat. Les mentions de dagues et de couteaux dans les inventaires d’objets personnels sont fréquentes. Cfr par exemple le « coutel taille-pain, pour femme, a manche de jaspre et a viroelles d’argent doré fenestrées » qui figure parmi les biens du marchand cirier douaisien Ailleaume d’Auberchicourt (-f-1367) ; éd. Dehaisnes, Documents et extraits..., p. 472 ; cfr aussi le « cultellum, cum manubrio de ambre, quem consuevit portare » de l’inventaire de Jacques de Bliagies, chanoine de Notre-Dame d’Anvers (+ 1386) ; Mertens et Torfs, op. cit., t. III, p. 609.

3 F. Lot, La fin du monde antique et le début du Moyen Age, 2e éd., Paris, 1951, p. 462. Sur la législation urbaine relative au droit de vengeance privée, cfr : E. Poullet, Essai sur l’histoire du droit criminel dans l’ancienne principauté de Liège, pp. 128 sv. ; L. Wodon, Le droit dr vengeance dans le comté de Namur (XIVe et XVe  siècles), pp. 119 sv. ; F. Cattier, La guerre privée dans le comté de Hainaut aux treizième et quatorzième siècles, pp. 197 sv. ; Ch. Petit-Dutaillis, Documents nouveaux sur les moeurs populaires et le droit de vengeance..., pp. 39 sv. ; C. Van Caenegem, Geschiedenis van het strafrecht in Vlaanderen van de XIe tot de XVIe eeuw, pp. 230 sv. ; D. M. Nicholas, Crime and punishment in fourteenth-century Ghent, pp. 332-333 ; R. Byl, Les juridictions scabinales dans le duché de Brabant (des origines à la fin du XVe  siècle), pp. 221-224.

4 Citation d’un « ban » de 1349 dans Soil de Moriame, op. cit., p. 56 ; expressions similaires en 1320 et 1327 dans Espinas, op. cit., t. IV, pp. 139, 180 ; ce dernier recueil est le plus riche en matière de coutume du port d’armes au Moyen Age.

5 « Wie waer in dootveden, ende buten vrede waer, hi mochte dragen allrehande wapene ». « Et qui seroit en mortel wiere il poroil pourter toutes manieres d’armures hors triuwes » (1292) ; Jan Van Heelu (appendice), pp. 543, 550.

6 A. Giry, op. cit., no 119, p. 510 (d’après les « bans » municipaux de SaintOmer, de la fin du XIIIe siècle). Cette mesure dérogatoire avait visiblement pour but d’assurer la protection des personnes en danger, sans leur permettre pour autant de disposer d’un armement de caractère offensif, de nature à stimuler leur agressivité.

7 Cfr Espinas, op. cit., t. III, no 151 ; t. IV, no 992, p. 139 ; Soil de Moriame, op. cit., p. 56 et H. Vandenbroeck, Extraits analytiques des anciens registres des consaux..., t. II, p. 69 et n. ; J. Van Den Branden, Clementynboeck, t. 25, pp. 338-391, 413-417.

8 Espinas, op. cit., t. IV, no 1030, p. 180.

9 Préambule caractéristique dans un édit namurois (1495) : « pour ce que journellement plusseurs bonnes gens et autres de ceste ville et franchise s’avanchent de porter daghes, espee, coutiaulong, braquemart, ponchon et autres bastons invasibles... » ; Borgnet et Bormans, Cartulaire de Namur, t. III, p. 267. Nombreux cas d’infractions : rixes à Douai à la lin du XIVe siècle, cfr Espinas, op. cit., t. IV, ncs 1392, 1474, 1475, 1500. En 1449, un arbalétrier de Nivelles est condamné à trois vieux réaux d’amende pour avoir porté illicitement un « coutial a cla » c’est-à-dire probablement muni d’une lame en forme de poinçon ; G. Willame, Notes sur les serments nivellois, p. 300.

10 Cfr la « loi muée » de Liège, du 9 octobre 1287 ; S. Bormans, Recueil des ordonnances de la principauté de Liège, p. 80. — Le mot « baston » n’avait pas le sens restreint qu’on lui connaît aujourd’hui ; il désignait toute espèce d’arme offensive, même à feu, comme dans l’exemple suivant : « Deux bastons de fer, appellés courcour-taux» ; J. Robert De Chevanne, Les guerres en Bourgogne, p. 231 ; voir aussi F. Godefroy, Dictionnaire de l’ancienne langue française..., t. I, p. 596 ; t. VIII, p. 302.

11 A. Joris, Les émeutes démocratiques à Huy à la fin du XIIIe  siècle,pp. 248-253 ; N. De Pauw, Conspiration d’Audenarde sous Jacques van Artevelde (1342)... (rapport des échevins sur les troubles et dépositions des témoins) ; J. Daris, Histoire du diocèse et de la principauté de Liège pendant le XVe  siècle, pp. 164-183.

12 En 1318, les lignages de Bruxelles demandent au duc de Brabant de retirer aux métiers de la ville les armes qui leur avaient été distribuées pour prendre part à la guerre contre le seigneur de Fauquemont ; A. Henne et A. Wauters, Histoire de la ville de Bruxelles, t. I, p. 95. L’enquête de 1304 sur les agissements du parti populaire à Ypres révèle que les armes des « patriciens » étaient l’objet de confiscations ; F. Funck-Brentano, Additions au codex diplomaticus Flandriae..., pp. 410 sv. ; après la bataille de Cassel (1328), le roi de France ordonna la confiscation de toutes les armes appartenant au « commun » yprois ; Diegerick, Inventaire analytique et chronologique des chartes et documents appartenant aux archives de la ville d'Ypres, t. II, no430, p. 52. En 1467, le duc de Bourgogne, qui vient de vaincre les Liégeois à Brustem, prend une série de mesures pour désarmer tous les habitants de la principauté, mesures d’ailleurs infructueuses qui seront renouvelées jusqu’à la mort de Charles le Téméraire ; C. Gaier, Les origines de V industrie a rmu ri ère.... pp. 54-56. On voit qu’à Tournai, en 1513, le Magistrat fait rendre les armes qu’il avait mises pendant quinze jours à la disposition des citadins pour défendre la ville ; A. Hocquet, Tournai et l'occupation anglaise..., pp. 404-405.

13 La coutume d’acquitter le droit d’entrée à la bourgeoisie ou au Conseil urbain en nature, c’est-à-dire sous forme d’armes, procède de cette conception. Voir, par exemple, les arbalètes fournies par les nouveaux bourgeois de Luxembourg au XVe siècle ; N. Van Werveke, Les finances de la ville de Luxembourg..., p. 108. — Don d’une haquebute et d’une couleuvrine à l’entrée en charge d’un écbevin de Dijon en 1496 ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., p. 35. — Le cas se présente également dans d’autres régions, par exemple, dans les villes souabes (K. Saur, Die Wehrverfassung in Schwäbischenstädten..., p. 80), à Cognac (Giry, Les Etablissements de Rouen, t. I, pp. 283 n. et 339). — L’armement individuel pouvait aussi être déposé au siège social des corporations comme, par exemple, cela se pratiquait pour les bouchers de Namur ; cfr J. Balon, L'organisation militaire des Namurois au XIVe siècle, p. 42.

14 E. Poncelet, Les bons métiers de la cité de Liège, pp. 21-22 (1453). — L. Devillers, Le passé artistique de la ville de Mons, p. 406 (1487).

15 Espinas, op. cit., t. III, p. 145 (vers 1250). — Cfr, en général, G. Liebe, Vermögensstand und Ausrüstung in den Städten des Mittelalters.

16 J. Borgnet, Histoire des compagnies militaires de Namur, p. 71 (règlement des arbalétriers, 1373) ; M. Leclercqz, Histoire de la ville de Mons, p. 30 (ordonnance du comte de Hainaut, 1357).

17 F. Tihon, Documents concernant les La Marck et l’évêque Jean de Hornes, p. 334 (ordonnance de Louis de Bourbon, 1481).

18 L. Devillers, op. cit., loc. cit. — Seul l’armement des compagnies militaires assermentées pouvait présenter, par décision d’autorité, une certaine uniformité. A Maestricht, chaque archer de la gilde instituée en 1408 devait avoir une cotte de mailles ou une cuirasse et un pan de mailles, un bon arc et vingt-quatre flèches ; cfr G. D. F., De handboogschutters-gilde te Maastricht, p. 430.

19 Fr.-X. Würth-Paquet et N. Van Werveke, Cartulaire ou recueil des documents politiques et administratifs de la ville de Luxembourg, de 1244 à 1795, p. 6.

20 A. D’herbomez, Histoire des châtelains de Tournai de la maison de Mortagne, t. II, pp. 89-90 (1251).

21 Cfr J. De Smet, De inrichting van de poorterlijke ruiterij te Brugge..., pp. 487-505.

22 Ainsi, à Bois-le-Duc, la « keure » des foulons stipule, en 1377, que le bourgeois désireux d’accéder à la maîtrise du métier doit posséder un haubergeon ou une cotte de plates. Diverses « keures » du XVe siècle y font obligation aux maîtres ou aux doyens des métiers de disposer au moins d’une pansière, d’un plastron de cuirasse, d’un casque de fer ou d’acier, d’une paire de garde-bras et de gantelets. Cfr N. H. L. Van Den Heuvel, De ambachtsgilden von’s-Hertogenbosch voor 1629. Rechtsbronnen..., t. I, pp. 43, 87, 105, 108, 111, 207 ; ID., De ambachtsgilden van's Hertogenbosch... (thèse), pp. 95, 329-330. Pour être admis dans la connétablie des métiers de Mons en 1487, un valet devait posséder au minimum une armure protégeant le tronc (brigandine, haubergeon, jazeran ou jaque), un casque (salade, demi-salade ou huvette), des gantelets et une épée ou toute autre arme offensive ; Devillers, op. cit., loc. cit.

23 Cfr C. Gaier, Art et organisation militaires..., p. 315 n. 1. On peut dire que, pendant tout le Moyen Age occidental, la possession d’une pièce d’armement défensif constitue, en général, le critère a priori de la qualité du combattant.

24 A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière..., t. I, p. 9 et L. Devillers, Notice historique sur la milice communale et les compagnies militaires de Mons, pp. 223-224.

25 Cfr B. Rathgen, Das Gcschütz im Mittelalter..., p. 425.

26 Nous avons réuni dans l'Annexe A un choix de références a une cinquantaine d’inventaires d’équipement militaire de nobles ou de bourgeois, du XIIIe au XVe siècle. Nous y renvoyons le lecteur à propos des quantités d’armes utilisées à titre individuel. Cfr, en guise de comparaison, les testaments de bourgeois de Vienne dans K. Ulhirz, Der Wiener Bürger Wehr und Waffen..., t. 31, pp. 94-97.

27 Cette coutume se rattache au droit germanique, en particulier au « Heergewiite » en vertu duquel l’équipement militaire d’un défunt devait passer par succession à un membre de sa famille, à commencer par le fils aîné ; cfr K. Klatt, Die geschichtlichen Wurzeln des deutschen Heergeuätes, Heidelberg, 1908 ; R. Schröder, Lehrbuch der Deutschen Rechtsgeschichte, pp. 301, 427. — On donnait également dans l’Empire, le nom de « Heergewäte » ou « Heergerate » au relief féodal qui consistait à rendre au seigneur le harnois (ou son équivalent) du vassal défunt ; cfr F.-L. Ganshof, Qu est-ce que la féodalité ?, p. 126. — Voir Je souci d’assurer la garde d’un équipement militaire en le confiant temporairement à la mère du légataire mineur, dans le testament de Marguerite Baudaine, de Douai, en 1274 ; Dehaisnes, op. cit., p. 67. — On trouve également mention de legs d’armes a des établissements ecclésiastiques, dans les testaments de bourgeois. En 1228, Michel Wichmar, de Bruxelles, laisse son harnois aux « militibus domus Theutonicorum » ; G. Des Marez, L’organisation du travail à Bruxelles, p. 187 n. — Donations d’armes à la collégiale de Tongres en 1343 et 1372 ; cfr J. Paquay, Cartulaire de la collégiale Notre-Dame..., p. 369 et J. Daris, Extraits du cartulaire de l'église Notre-Dame, à

28 Tongres, p. 355.

Exemples de pièces d’armement engagées à des Lombards : à Liège, le frere du bourgeois Simon Stourmis avait ainsi engagé (avant 1281) une cotte et des chausses de mailles pour payer un cheval ; M. Yans, Un testament de bourgeois liégeois..., p. 23. — A Anvers, en 1440, un différend soumis au Magistrat nous apprend qu’un armurier avait laissé en gage, à Louis Azinier le Lombard, une pansière appartenant à un Willeme van Berchem ; Het 2e oudt register..., éd. L. Bisschops, t. 29, p. 378. — En 1480, l’archiduc Maximilien engage au marchand florentin de Bruges, Jérôme Frescobaldi, des pièces de harnois rehaussées de pierreries pour une somme de 3 600 livres, à rembourser dans les neuf mois ; L. De Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. II, pp. 427-430. — En 1397, le bourgeois de Huy Godefrin de Gones laisse à Evrars de Preis la pansière qu’il lui avait engagée contre une avance de trois mailles de Hollande ; A. C. Huy, Chartrier de la Bienfaisance publique, original sur parchemin (30 juillet 1397). — En 1357, le comte de Hainaut interdit aux Lombards, aux Juifs et aux hôteliers de prendre ou d’accepter des armes appartenant à des bourgeois de Mons pour gages de dettes ; M. Leclercqz, Histoire de la ville de Mons..., p. 30. — En Flandre, un projet d’ordonnance comtale de 1325 interdisait aux hôteliers de se livrer à de telles pratiques ; J. F. Verbruggen, Un projet d'ordonnance comtale sur la conduite de la guerre..., p. 135 n. 9. La tentation devait être facile pour les aubergistes puisque beaucoup de voyageurs n’avaient que leur arme pour tout bagage ; ils étaient d’ailleurs tenus de la confier à leur hôte pour toute la durée de leur séjour chez lui. — Pareil souci de sauvegarde du potentiel militaire apparaît également à l’étranger ; voir, par exemple, les mesures prises, en 1338, par l’abbesse et le chapitre du monastère d’Essen pour préserver le patrimoine guerrier des habitants du domaine ; Th. J. Lacomblet, Urkundenbuch..., t. III, p. 263.

29 Voir à ce sujet les interdictions d’exportation de chevaux, d’armes et de vivres de Flandre vers l’Angleterre à la fin du XIIIe siècle ; J. de Saint-Génois, Précis analytique des documents historiques concernant les relations de l'ancien comté de Flandre..., pp. 312-314 ; L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l'ancienne estaple de Bruges, p. 84. Cfr la défense faite aux Flamands d’exporter des harnois en Angleterre (1387) ; W. Söchting, Die Beziehungen zwischen Flandern und England..., p. 198 ; mêmes dispositions au XVe siècle : E. Varenbergh, Histoire des relations diplomatiques entre le comté de Flandre et l'Angleterre au Moyen Age, pp. 553, 583 et M. R. Thielemans, Bourgogne et Angleterre, pp. 84 n. 119, 129 et 130.

30 Dédommagement pour la perte des gantelets de fer d’un arbalétrier brugeois en 1297 ; C. Wyffels et J. De Smet, De rekeningen van de stad Brugge..., p. 521. — Remboursements pour équipement perdu « ou service delle ville » à Arques et à Mons-en-Pévèle, dans G. Des Marez et E. De Sagher, Comptes de la ville d'Ypres, t. I, p. 435 (1313). — Sommes allouées par la ville de Gand : N. De Pauw et J. Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., t. I, pp. 215 (1337), 239 (1338), 466 et 471 (1339) ; t. III, p. 241 (1347) ; J. Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., pp. 213-215 (1381) ; E. Van Vinkeroy, Costumes militaires belges du XIe au XVIIIe siecle, p. 100 no. 2 (1452). Interdiction d’exporter du matériel de guerre venant de Lille et de la Flandre vers la France (via Tournai) en 1477 et 1478 ; de la Fonsmelicocq, Documents inédits pour servir à l'histoire du nord de la France..., pp. 6-7 ; Gachard, Extraits des registres des consaux de Tournay..., p. 37. — Les interdictions d’exporter des brognes en dehors de son royaume faites par Charlemagne en 779, en 803 et en 811 constituent un précédent souvent évoqué ; cfr F.-L. Ganshof, A propos de la cavalerie dans les armées de Charlemagne, p. 533 ; D. Hejdova, Der sogenannte St. Wenzels-Helm, in Z.H.W.K., 1968, p. 26. — Les exemptions de tonlieu, parfois accordées aux marchands d’armes, avaient également pour but de supprimer toute entrave à l’entrée de leurs produits.

31 Le port de l’épée dans le plat pays ressort des dispositions qui visent a en interdire l’introduction en ville ou tout au moins au-delà de l’auberge ou son possesseur réside temporairement. L’expression citée est empruntée a une lettre de rémission de 1459, accordée à un voyageur coupable d’avoir use de façon criminelle de la javeline qu’il portait comme arme de défense ; cfr Petit-Dutaillis, Documents nouveaux sur les moeurs populaires..., p. 183. _

32 Hae sunt injuriae et molestiae de quibus opidum Lewense conquaeritur..., ed. C. Piot, p. 371 (vers 1300).

33 Voir, par exemple, dans le Luxembourg, 1 amende qui punit, en 1379-1300, le fils du chandelier de Rossignol (prévôté d’Etalle, près Virton), pour avoir frappé quelqu’un d’un coup de couteau au ventre ; E. Liégeois, Compte de la recette de Chiny pour Vannée 1378-1379, p. 160. — Voir les cas d’infraction extrêmement révélateurs, relevés pour la châtellenie de Huy à la fin du XVe siècle et au début du XVIe dans F. Discry, Nouveaux documents sur les conflits d Erard de la Mardi avec la ville de Huy, 1511-1516, pp. 33, 34, 35, 37, 39, 41, 42, 44 ; Ch. Petit-Dutaillis, op. cit., pp. 13-36, 143-220. Cfr les coutumes rurales du Hainaut, dont les dispositions font fréquemment allusion à l’usage criminel des armes, dans L. Verriest, Institutions médiévales. Corpus des records..., t. II, passim.

34 Les sources narratives ou diplomatiques insistent rarement sur 1 équipement défensif des milices rurales. On sait que la ville de Hasselt demandait, en échange du droit de bourgeoisie qu’elle avait accordé à certaines bourgades rurales, le service militaire d’un contingent local : Bocholt envoyait 50 hommes, dont la moitié vêtus de pansières, et Heusden 25 recrues, toutes protégées de la sorte ; cfr J. Gessler, Le droit de bourgeoisie de Bocholt..., pp. 171-172 et A. Hansay, Le droit de bourgeoisie accordé par la ville de Hasselt., p. 372. Corneille De Zantfliet, Chronique. col. 357, parle d’un affrontement qui eut lieu, en 1400, entre les reîtres du seigneur de Heinsberg et les milices de la principauté de Stavelot ; beaucoup de fantassins d’Ocquier, armés de cottes de mailles, y trouvèrent la mort. — Signalons des cas analogues à l’étranger, assez édifiants : les manants de l’abbaye de Saint-Maur-des-Fossés (Seine, Sceaux) ne pouvaient aligner, en 1274, que douze hommes armés d’une cotte de mailles et cinquante-trois revêtus d’un gamboison, les autres n’ayant, hormis le casque, point d’armure du tout ; X, Revue de la garde féodale de Saint-Maur-les-Fossés en 1274, p. 68. Voir la description de l’équipement des paysans du comté de Berg à la bataille de Woeringen (1288) par Jan Van Heelu, Rymkronijk, p. 232, vers 6247-6255. — Habituellement, les atours défensifs des paysans sont passés sous silence. Un acte de 1201 stipule que l’avoué de l’abbaye de Lobbes à Jumet peut prendre pour son propre service pendant trois jours des « homines qui arcum et gladium ferre poterunt » ; A. Hansay, Chartes de l'ancienne abbaye de Lobbes, p. 91. Remarquons qu’en 1483, le mandement prescrivant la levée de tous les hommes valides dans une partie de la Flandre se borne a préciser l’armement offensif des recrues : arc et flèches pour les archers, longue pique de dix-huit pieds pour les piquiers ; cfr Diegerick, op. cit., t. IV, no 1113, pp. 70-71. Le chroniqueur liégeois Jean D’Outremeuse, Chronique et Geste, t. VI, p. 258, qui décrit la résistance farouche opposée par les paysans de la Hesbaye au comte de Namur (1321) évoque leur armement en ces termes : « li I avait baston, li autre I espee, l'atre glaive ou bourle ». En 1397, les Campinois, en butte aux incursions des pillards venus de Gueldre « cum arcubus et balistis, hastis et contis viriliter hostes invaderent » ; Corneille de Zantfliet, Chronique, col. 348. — Cfr en général G. Liebe, Die Bewaffnung landlicher Aufgebote bis zum 17 Jahrhundert.

35 Les chevaliers ne tombent pas sous le coup des interdictions frappant le port d’armes à Douai au XIIIe siècle ; cfr Espinas, op. cit., t. III, no 163, p. 115. — Par contre les nobles n’avaient pas ce privilège dans la franchise d’Anvers au XIVe siècle ; cfr Clementynboeck, éd. J. Van Den Branden, t. 25, p. 139.

36 Voir les clauses du testament de Baudouin III, comte de Guines, seigneur d’Ardes et châtelain de Bourbourg (1244) ; M. Taillar, Recueil d'actes..., p. 116. Le testament du chevalier Jean de Zolver (canton d’Esch-sur-Alzette) en 1307 ; C. Wampach, Urkunden und Quellen, t. VII, no 1087, p. 141. Les dispositions testamentaires prises par Gui, comte de Flandre, en 1299 : « Et si doins au liu devant dit (l’abbaye de Petegem) men plus riche destrier tout couvert de mes milleurs couvretures de fier, et toutes mes milleurs armeures de wiere, et quanques il affiert au corps d'un chevalier armer, pour mener et chevauchier la endroit devant mon corps quand on me portera a le sépulture... » ; Dehaisnes, Documents et extraits..., p. 106.

37 Cfr J. G. Mann, The sanctuary of the Madona delle Grazie, with notes on the évolution of Italian armour during the XV th century.

38 Allusion à des offrandes partielles d’armes dans : les Récits d'un bourgeois de Valenciennes (XIVe  siècle), p. 195 (offrit le cheval couvert et l'escu et healme) et Jean D’outremeuse, op. cit., t. II, p. 242 (Après les exeques furent li escus, le hayme et ly espée pendue en l’engliese). — Voir le compte d’exécution d’un armement funéraire, à l’occasion des obsèques de Guillaume le Bon, comte de Hainaut (1337) : « Item, pour II escus de boinne pointure eslevés, qui demorront au moustier. » L. Devillers, Sur la mort de Guillaume le Bon... pp. 12-13 et Dehaisnes, op. cit., pp. 309-310. — Rachat de l’offrande funéraire du seigneur de Cassel pour 100 livres tournois, en 1328, et celle d’Humbert de Rougemont pour 40 francs en 1406 ; Dehaisnes, op. cit., p. 385. Ces offrandes funéraires constituent, pour les historiens modernes de l’armement, une source archéologique précieuse. La dissertation de H. Nickel, Der mittelalterliche Reiterschild des Abendlances, Berlin 1960, est basée sur l’étude de spécimens provenant principalement de Suisse et de l’église Sainte-Elisabeth de Marbourg. Sur le plus ancien écu ainsi conservé, provenant de Seedorf en Suisse (XIIe siècle), cfr H. Schneider, Schutzwaffen aus sieben Jahrhunderten, p. 6 (bibliographie) et pl. 2. — Les heaumes funéraires, relativement nombreux en Angleterre, et les cottes d’armes suspendues au-dessus des gisants ont également une haute valeur documentaire ; cfr par exemple F. H. Cripps-Day, On armour preserved in churches. With a general bibliography, Londres 1922 et C. Blair, European armour, pp. 73-76. — A l’Epoque moderne, les armes funéraires tendent à se différencier de l’équipement guerrier pour revêtir un aspect conventionnel ; cfr B. Thomas, Die Augsburger Funeralwaffen Kaiser Karls V, p. 28 sv.

39 Cfr K. Klatt, Die geschichtlichen Wurzeln des deutschen Heergewätes, Heidelberg, 1908.

40 Depuis plus d’un siècle, les gisants constituent une des sources principales pour l’étude typologique de l’armement médiéval et ils ont donné lieu à d’innombrables travaux, soit monographiques, soit de synthèse. A titre d’exemples, citons ici : E. A. Gessler, Die ritterliche Bewaffnung von 1386 zur Zeit der Schlacht von Sempach ; P. Schmitt, A propos de l'armement du XIVe  siècle. Le monument funéraire de Jean III de Ribeaupierre ; S. F. Bridges et J. Ward Perkins, Some fourteenth-century Neapolitan military effigies...-, S. V. Grancsay, The armor of Don Alvaro de Cabrera, pp. 275 sv. Voir la place des figures tumulaires dans J. G. Mann, Notes on the armour of the Maximilian period an the Italian wars et C. Gaier, L'évolution et l’usage de l’armement personnel défensif au pays de Liège du XIIe au XIVe  siècle.

41 Voir les « donis equorum et armorum ac vestium et muneribus argenti », prodigués à ses conseillers et familiers, par le comte Baudouin V de Hainaut (1171-1195) dans Gislebert De Mons, Chronique, p. 328. — On conserve, dans le recueil épistolaire de Hugues de Champfleury (Bibl. Vaticane, ms. Christ. 179), une lettre adressée entre 1160 et 1171 par le comte Louis Ier de Looz au roi de France Louis VII, demandant de lui envoyer une cotte de mailles et un grand casque sous le prétexte, à notre avis fallacieux, qu’on n’en pouvait trouver à sa mesure dans le comté. A moins qu’il s’agisse d’une simple lettre-formule, nous sommes tenté d’y voir une façon pour le comte de Looz d’entrer dans la vassalité du souverain français ; éd. A. Du Chesne, Historiae Francorum scriptores coaetanei..., t. IV, p. 711A ; cfr A. Luchaire, Etudes sur quelques mss. de Rome et de Paris, pp. 31 sv. Voir les redevances spécifiées en nature (lances, couteaux, éperons) à titre de reconnaissance de fief, dans la châtellenie de Saint-Omer aux XIIIe et XIVe siècles : A. Giry, Histoire de la ville de Saint-Omer..., pp. 408-409 ; Brassart, La sénéchaussée de Saint-Omer..., p. 464 ; ID., Un compte du fief de la châtellenie de Saint-Omer..., p. 473 ; J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales... Pas-deCalais, t. II, p. 44 ; également pour les baillages de Tournehem et de Hesdin, ibidem, t. I, p. 330 ; t. II, p. 8. A noter toutefois que le rachat en espèces de ces redevances paraît de pratique courante au XIVe siècle.

42 Cfr, par exemple, les remboursements d’armes et de chevaux perdus au service du comte de Flandre à la fin du XIIIe siècle dans J. De Saint-Génois, Inventaire analytique des chartes des comtes de Flandre..., nos 957, 963, 966 et 982. Dédommagements payés par le comte de Hainaut, en 1333-1334, pour la perte d’un haubergeon par un écuyer ; H. S. Smit, De rekeningen der graven en gravinnen uit het Henegouwsche huis, t. II, p. 35. A la fin du XIVe siècle, l’évêque de Liège est toujours tenu de rendre à ses « fiveis chevaliers et eskewiers » les montures et les armures perdues à l’étranger ; Jacques De Hemricourt, Le Patron de la Temporalité, éd. Bayot, p. 86. — Voir les pratiques similaires des autorités communales à la n 30 ci-dessus.

43 Exemples en Flandre, Hainaut, Cambrésis dans F.-L. Ganshof, Armatura..., dans Archivium Latinitatis Medii Aevi, t. 16, 1940, pp. 179 sv. — Le droit de percevoir, en guise de relief, le haubert du vassal défunt est également attesté, dans la principauté de Liège, au début du XIVe siècle ; cfr le relief du fief de Beaurieux à Heure-le-Romain (Liège, Fexhe-Slins) ; A. E. L., Pauvres en Ile, vol. 13, f° 99. — C’est le « Heergewäte » ou « Heergerâte » du droit féodal germanique ; cfr F. L. Ganshof, Qu est-ce que la féodalité ?, p. 126.

44 Voir la liste des armures distribuées en 1342 par le comte d’Artois, d’après le relevé des fournitures faites à son Hôtel ; Dehaisnes, op. cit., pp. 341-342. — De passage à Venise (août 1343), en route pour Chypre, le comte de Hainaut achète deux armures complètes pour des familiers. Lors de son expédition en Prusse, il achète des armes pour ses gens, à Brno en Moravie (22 décembre 1343), à Breslau en Silésie (30 décembre 1343), à Koenigsberg en Prusse Orientale (30 janvier et 7 mars 1344) et à Elbing (16 janvier 1345), de nouveau à Koenigsberg (janvier et février 1345) ; cfr H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland onder het Henegouwsche huis, t. III, pp. 118,139,143,144,161,347,350, 352, 354-357, 359, 360, 362. — Don d’un bassinet à l’écoutète de Dordrecht par le comte de Hainaut en 1416 ; L. Devilliers, La naissance et les premières années de Jacqueline de Bavière..., p. 71. — En 1417, le duc de Brabant offre deux armures et une bannière de tournoi au damoiseau de Wezemaal ; A. G. R., C. C., Recette générale du Brabant, reg. 2401, f° 106 v°. — Cadeaux d’armes par le duc de Bourgogne : à son conseiller et chambellan, en 1420 (A. N., R.G.F., B 1923, f° 219) ; à son garde des joyaux, en 1422 (Id., B 1927, f° 199), à son receveur général, à son écuyer d’écuyerie et à son sommelier de corps en 1425 (Id., B 1931, f° 167 v°), à son échanson en 1433 (Id., B 1948, f° 284), à ses archers de corps en 1436 (Id., B 1957, f° 319), en 1437 (Id., B 1961, f° 165 r°-v°), en 1450 (Id., B 2004, f° 369 v° et 370 v°). — A l’occasion du « Pas de 1 Arbre d Or » qui célébré en 1468 le mariage de Charles le Téméraire et de Marguerite d York, le vainqueur des joutes reçoit en prix le harnois complet du bâtard de Bourgogne, qui avait dirigé les combats ; Olivier de la Marche, Mémoires, t. III, p. 191.

45 Cfr J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., t. VIII, pp. 412, 414, 416. — Voir les dons d’armes par le duc de Brabant en 1409 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces (Brabant), reg. 2395, f° 197, 203 v°.

46 En 1425, le duc de Bourgogne fait cadeau d’une armure complète « à faire armes a pied et a cheval » a un chevalier gascon ; en 1433, c’est un écuyer portugais qui est ainsi honoré ; A. N. Lille, R. G. F., B 1931, f° 167 v° et B 1948, f° 284.

47 En 1374-1375, le comte de Flandre fait envoyer un casque et des jambières au maréchal de Prusse ; A.G.R., C.C., Recette générale de Flandre, reg. 2702, f° 174 v°. En 1347, Jean de Beaumont donne un arc anglais au jeune comte de Hainaut ; cfr Waller Zeper, Jan van Henegouwen..., p. 301 n. 4. — Voir G. Liebe Das Turnier in den Briefen deutscher Fürsten..., p. 66.

48 Philippe le Bon envoie de l’artillerie au roi de Portugal (1434) et au roi d’Ecosse (1457) et Maximilien au roi d’Aragon (1486) ; A. N. Lille, K.G.F. reg. B 1951, f° 180 v° ; C. Gaier, The origin of « Mons Meg », pp. 427-428 et J. Finot, op. cit., t. VIII, p. 274. — Le duc de Bourgogne reçoit à son tour des canons donnés par le duc de Clèves (1458) et par le dauphin de France (vers 1456) tandis que le roi de Portugal (vers 1446) et le roi d’Angleterre (1485) lui offrent des bois d’arc en quantité ; cfr respectivement J. Finot, L’artillerie bourguignonne à la bataille de Montlhéry, p. 14 ; ID., Inventaire..., p. 244 ; De Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. I, p. 392 et A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1991, f° 247 v° ; J. FINOT, Inventaire..., p. 273.

49 En 1381, Philippe le Hardi fait don au roi de France d’une épée garnie de six onces d’or ; B. et H. Prost, Inventaires mobiliers..., t. II, no 545, p. 93.

50 Don d’un harnois de guerre en 1437 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1961, f° 164 v°.

51 Don de deux armures complètes de tournoi, pour homme et cheval en 1423 ; ibid., reg. B 1929, f° 165.

52 Cadeau d’une « plate à tournoyer » et de pièces d’armure équestre en 1439 ; ibid., reg. 1966, f° 310.

53 Don d’un harnois de joute en 1436 ; ibid., reg. B 1957, f° 307.

54 Don d’une cotte de fer (avant 1401) ; A. Pinchart, Extraits des comptes relatifs au Hainaut..., p. 55, à compléter en recourant à A.G.R., C.C., Recette générale des provinces (Hainaut), reg. 3193, f° 39 v°.

55 Fourniture de quatre bouches à feu, vers 1435 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1954, f° 164.

56 Cadeau de deux harnois de joute, vers 1435 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. 1957, f° 302 v°.. „

57 Allusion, en 1425, à une cotte d’armes fourrée de mailles, semblable a celle donnée « naguère » à l’évêque de Liège ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1931, f° 166.

58 Don d’un harnois de guerre, d’une demi cuirasse et d’une salade d’épreuve en 1424 ; ID., reg. B 1929, f° 167 v° ; don d’un harnois de joute en 1448 ; ID., reg. B2002, f° 216.

59 ID., reg. 2 002, f° 216 (1448).

60 Lors de son passage à Bruxelles, en 1339, Edouard III d Angleterre fait don d’une cotte de plates couvertes de drap d’or à Jean de Beaumont ; Kervyn de Lettenhove, Les relations d'Edouard III avec la Belgique..., p. 673 et F. Bock, Das Deutsche-Englishe Bündnis von 1335-1342, no 472, p. 77. En 1397, un écuyer du roi de Navarre est chargé d’offrir des armes au comte de Hainaut, de la part de son maître ; Extraits des comptes de la recette générale de l ancien comté de Hainaut, t. I, p. 258. — A l’occasion des joutes qui se déroulent à Saint-Denis, le roi de France fait exécuter à ses frais, à l’intention du duc de Bourgogne et de sa suite, 22 armures (1389) ; B. et H. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. II, no 3260, p. 513, — En 1430, le roi des Romains envoie en cadeau, à Philippe le Bon, des haubergeons et des arbalètes (cranequins) de Nuremberg ; R. Sprandel, Die Ausbreitung des deutschen Handwerks..., pp. 86, 88. — Leonello d'Este, marquis de Ferrare fait acheter à Milan des pièces d’armure qu’il offre ensuite à un évêque qui semble être celui de Liège (1445) ; A. Venturi, Relazioni artistiche tra le corti di Milano e Ferrara nel secolo XV, pp. 230-231 n. 3. — En 1436, le vidame d Amiens donne, au duc de Bourgogne, une grosse arbalète ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1957 f° 308 v°. — Cfr également n. 48 supra. Il existe, bien entendu, de nombreux exemples semblables en dehors du cadre géographique des Pays-Bas.

61 Cfr respectivement : B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. I, fasc. II, no 2289, p. 432 et no 2317, p. 438 (1375). — H. Vandenbroeck, Extraits analytiques des anciens registres des consaux de la ville de Tournai, 1385-1422, t. I, p 82 (1410). — De la Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., pp. 14-15 (1489, 1492, 1493). — J. Robert de Chevanne, Les guerres en Bourgogne..., p. 68 n. 3 (1471 ; il s’agit ici d’un cadeau destiné à atténuer le zèle d’un commissaire recruteur aux armées).

62 C’est le cas, en particulier, des « épées bénies » offertes par les papes aux souverains de la Chrétienté. Philippe le Bon en possédait deux ; cfr L. De Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. II, p. 145. Cette coutume, qui remonte au XIVe siècle, se perpétue à l’Epoque moderne, et plusieurs musées conservent encore des épées papales, de même d’ailleurs que des chapeaux d’honneur, distribués par les Souverains Pontifes. Voir notamment à propos du « gladius et pileus consecratus » : Z. Zygulski, Italian arms, armour and insignia in Poland, pp. 21 sv.

63 Les études consacrées à l’évolution typologique de l’armement ancien sont nombreuses. Parmi les plus valables de ces dernières années et comportant une utile orientation bibliographique, nous citerons celles de C. Blair, European armour, circa 1066 to circa 1700, Londres, 1958 et ID., European and American arms, circa 1100-1850, Londres, 1962.

64 Sur la diffusion des épées « franques », cfr notamment A. Togan Zeki Validi, Die Schwerter der Germanen nach arabischen Berichten des 9.-11. Jahrhunderts ; A. Anteins, Im Ostbaltikum gefundene Schwerter mit damaszierten Klinge, pp. 113, 118, 120. — Dans un ouvrage qu’il dédie au sultan de Delhi, l’écrivain Fakhr-iMudabbir (XIIIe siècle) parle de l’épée franque ; cfr Cl. Cahen, Un traité d’armurerie composé pour Saladin, p. 161. — Les épées de nos régions, il est vrai, étaient renommées parmi celles qu’utilisaient les Croisés, si l’on s’en rapporte à une remarque de Guibert de Nogent à leur sujet (Historia quae dicitur Gesta Dei per Francos, p. 230) : « Soient enim Lotharingi tum longitudine tum acie spathas habere mirabiles ». Le célébre abbé de Nogent-sous-Coucy, qui écrivait une dizaine d’années seulement après les événements, voulait expliquer ainsi, par une précision qui résulte de son information personnelle, un acte extraordinaire de Godefroid de Bouillon, rapporté d’ailleurs, mais plus laconiquement, par plusieurs chroniques. Le chef de la première croisade aurait, d’un seul coup d’épée, tranché en deux le corps d’un cavalier turc qu’il avait affronté devant Antioche. — Sur cet épisode, cfr ibid., p. 50 b ; la source principale de Guibert, l'Histoire anonyme de la première croisade (cfr éd. L. Brehier, Paris, 1924), ne fait aucune remarque à ce propos sur l’arme employée. — Sur Guibert de Nogent, cfr Historia quae dicitur..., pp. XV-XX et l'Histoire de sa vie, éd. G. Bourgin, pp. I-XXXIV. Voir également E. Salin, La civilisation mérovingienne, t. III, pp. 105-107. Sur le problème de l’origine des épées « franques », voir notre chapitre sur le commerce des armes. — Cfr, également, la pénétration des produits armuriers de Bordeaux dans le monde musulman : F. Michel, Histoire du commerce et de la navigation à Bordeaux..., t. I, pp. 315-320 ; Y. Renouard, Bordeaux sous les rois d'Angleterre. 1965, pp. 258-259.

65 Les chansons de geste et les romans courtois des XIIe et XIIIe siècles témoignent d’une certaine connaissance des armes orientales, à laquelle les expéditions des chevaliers chrétiens en Espagne et en Palestine ne sont certainement pas étrangères ; cfr A. Sternberg, Die Angriffswaffen im AltfranzSsischen Epos, pp. 29-29-30 ; V. Schirling, Die Verteidigungswaffen im Altfranzôsischen Epos, pp. 29-30, 37, 66 ; V. Bach, Die Angriffswaffen in den Altfranzôsischen Artus-und AbenteuerRomanen, pp. 14, 32 ; A. Schulz, Blankwaffen und Rüstung der Minnezeit..., pp. 8-11. — Pourtant, l’usage des armes exotiques paraît fort rare en Occident, du moins avant le XVe siècle, moment où quelques allusions à ces objets apparaissent dans les inventaires. Cfr les deux fers de sagaie (« ysers archegaye ») dans la panoplie du duc de Brabant en 1407-1408 : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, f° 413. —-Jean sans Peur reçut en cadeau des arcs et des carquois turcs, apportés par les Grecs ; L. Mirot, Jean sans Peur de 1398 à 1405..., p. 155. — Philippe le Bon possédait des couteaux de Turquie et une masse d’armes de même origine ; L. De Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. II, pp. 146 (vers 1468) et 276 (1420) ; cfr également A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1951 (1434), f° 173 v° et 174 v°.

66 Cfr éd. Dehaisnes, Documents.... pp. 244, 246-247 ; E. de Prelle de la Nieppe, L’inventaire de l'armurerie de Guillame III, comte de Hainaut, en 1358, pp. 108-111. Voir, à titre de comparaison, l’inventaire de l’« artillerie » et des « armures » de Raoul de Nesle, connétable de France (1302), dans Dehaisne, op. cit., pp. 140-141, 144-146.

67 J.-M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis. Mahaut comtesse d’Artois..., pp. 388-389.

68 Cfr fournitures d’épées au duc par l’intermédiaire de Mathijs den sweertveger, d avril 1407 à novembre 1408 : A.G.R., C.C., Recette générale des provinces (Brabant), reg. 2394 f° 413 r°-v° ; quatre des huit épées sont offertes en cadeau. — Achats globaux, de 1407 à 1411 : ibid., f° 402 v°, 403, 407 v°, 408, 413 r°-414 v° (voir édition en annexe à cette étude), 418 v°, 454 ; reg. 2395, f° 196 v°, 197, 203 v°, 205 v°, 206, 206 v°, 207, 211, 462, 462 v°-463 v°, 465, 469 v°, 475, 477 v°, 489, 492 v°, 493.

69 L. De Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. I, pp. 111-116. Nombreuses autres mentions d’armes de luxe dans cet ouvrage, par exemple le bassinet du duc, garni de perles (1413) ; ibid., p. 45.

70 Cfr ibidem, t. II, p. 127 et annotation à Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, p. 11 n. 1.

71 de Barante, Histoire des ducs de Bourgogne..., t. II, p. 509. En 1397, Philippe le Hardi possédait une « espée d'or de parement » ; à sa mort il laisse « une petite espée nommée l'espée saint George, garnie d argent blanc a ung pommeau de jaspre », Dehaisnes, Documents..., pp. 749, 834. — En 1461, au moment de son entrée à Paris, Philippe le Bon arbore une épée dont le pommeau et le fourreau étaient garnis de perles et de pierres précieuses ; de Barante, op. cit., t. II, p. 190 n. 3.

72 Olivier de la Marche, Mémoires, t. II, p. 11 ; Jean de Haynin, Mémoires, t. I, p. 246 : « une tres belle salade tres bien et tres richement garnie ».

73 De Laborde, op. cit., t. II, pp. 428-429. — Le rubis balais est, en réalité, une topaze de teinte rougeâtre mais on l’identifie tout de même, dans l’usage actuel, à une variété de rubis, le spinelle rubis. Nous ignorons le sens précis que notre document lui attribuait mais il s’agit, de toute façon, d’une pierre précieuse ; cfr L. Verleye, Les pierres précieuses et les perles., pp. 143-145. — Il existe, bien entendu de nombreuses mentions d’armes de prix en dehors de l’espace belge, par exemple, dans l’inventaire des biens d’un jurisconsulte de Valence (Drôme), dressé en 1348, une épée de Florence à pommeau de cristal et à viroles d’argent figure sous la rubrique « Argentum » ; Brun-Durand, Inventaire des biens mobiliers et immobiliers..., pp. 390 et 398. — Les deux armures de guerre dont le Dauphin de France reçoit livraison en 1352 sont décorées d’argent, d’or et de 39 perles ; L. Douet-D’arcq, Comptes de Vargenterie des rois de France au XIVe  siècle, pp. 128-129, 142-146. Dans l’inventaire du mobilier de Charles V, il est question d’une épée, d’une ceinture et de couteaux garnis d’argent, d’or, d’émail, de perles et de pierres préprécieuses ; J. Labarte, Inventaire du mobilier de Charles V, roi de France, pp. 109-110, 240. — Parmi les joyaux vendus, engagés ou fondus en 1403 par le duc d’Orléans, pour financer une expédition en Lombardie, figurait : « une grant espée toute couverte d'or à l'ouvrage de Venise, garnie ou pommeau de douze gros battais, douze grosses perles, et en la bouterolle d'en bas d'un gros ballay et d'un gros saphir. » ; J. Roman, Inventaires et documents relatifs aux joyaux et tapisseries des princes d'Orléans-Valois (1389-1481), p. 197.

74 Sur la notion de cavalerie lourde au Moyen Age et sa genèse, cfr notre ouvrage Art et organisation militait es..., pp. 177 sv. — Appréciation intéressante de la valeur tactique de cette formule dans J. F. C. Fuller, Armament and history..., p. 142. On sait que le général Fuller, défenseur véhément de l’arme blindée durant l’entredeux guerres, avait été amené à s’intéresser à la cavalerie médiévale, qu’il considérait comme le prototype d’nue force offensive, mobile et protégée, dont il préconisait l’emploi.

75 Le cavalier « armé anier » c’est-à-dire de toutes pièces, représentait le nec plus ultra en matière de combattant équestre. A la revue des troupes réunies à Châtillon-sur-Seine en 1364, 108 des 153 hommes d’armes sont ainsi désignés, les autres n’ayant pas d’armure de jambe. De même, au siège de Villaines (1364-1365), 118 des 154 gens de guerre portent le harnois complet : cfr De La Chauvelays, Les armées des trois premiers ducs de Bourgogne..., pp. 44-52. — Le chroniqueur liégeois Jean D’outremeuse, Geste de Liège, t. VI, p. 667, utilise dans ce sens l’expression : « fournis de trestous leur atour ». — Gislebert De Mons, Chronicon Hanoniense, p. 197, rapporte qu’en 1186, le comte de Hainaut avait réuni une troupe d’élite qui comptait 110 chevaliers, dont 109 avaient des chevaux couverts d’une housse de mailles, et 80 sergents à cheval dont plusieurs montaient également des coursiers semblablement protégés. C’était, pour le XIIe siècle, une nouveauté technique autant qu’un signe formidable de puissance. — Les documents, particulièrement à partir du XIVe siècle, moment où l’armure est en pleine évolution, abondent en expressions servant à définir la qualité de l’équipement des gens de guerre. Cfr, par exemple, le traité d’alliance conclu entre le comte de Namur et le roi de France en 1347, où on distingue les « heaumes » des « haubergons » ; St. Bormans et E. Schoolmeesters, Cartulaire de Saint-Lambert, t. VI, p. 388 n. 1. Voir aussi les « plattes » et les « haubergeons » qui différencient les recrues du même comte lors de la « chevauchée » contre l’évêque d’Utrecht (1348) ; J. Balon, L'organisation militaire des Namurois au XIVe  siècle, p. 78. — Pour la principauté de Liège, cfr C. Gaier, Art et organisation militaires..., pp. 178 sv. On voit aussi, en 1430, que deux hommes d’armes de la garnison de Crèvecoeur à Bouvignes ne possèdent pas d’armure pour les jambes ; cfr A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Namur, reg. 3228, f° 19 ; éd. dans J. Borgnet, Cartulaire de Bouvignes, t. II, p. 327.

76 Cfr notre étude Art et organisation militaires..., pp. 178-180, 272 sv. -— Trois chroniqueurs, contemporains et de mentalité fort semblable, ont exprimé leur admiration au spectacle des gens d’armes de leur temps et, plus encore, de leur jeune temps dont ils avaient, comme il se doit, la nostalgie. Ce sont : Jean le Bel (1370), Chronique, pp. 126-127 ; Jacques de Hemricourt (1403), Le traité des guerres d’Awans et de Warous, in Œuvres, t. III, pp. 39-40 ; Jean Froissart (après 1404), Chroniques, t. II, p. 203 Le texte de Hemricourt nous semble inspiré de celui de son concitoyen Jean Le Bel. —— Tous trois ont été frappés de l’évolution rapide de l’armure au XIVe siècle.

77 A.E.L., Pauvres en Ile, vol. 13, f° 99.

78 Cfr F.-L. Ganshof, Armatura..., pp. 189-190.

79 R. Rodière, Testament de Gilles, sire de Pas-en-Artois..., p. 209 ; L. Verriest, Les armures et atours d’un chevalier bâtard du XIVe  siècle, pp. 28-30.

80 Sur la vénerie médiévale, ses méthodes et ses instruments, on consultera toujours avec profit : E. Viollet-Le-Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français..., t. II, pp. 407-449.

81 Cfr B. Prost, Inventaires mobiliers et extraits..., t. 1/2, p. 438, no 2317.

82 Voir, par exemple, les épieux de guerre n. 128 ci-après et ceux que les paysans de la Campine utilisent pour repousser les attaques des reîtres gueldrois en 1397, dans Corneille De Zantfliet, Chronique, col. 348/cum arcubus et balistis, hastis et contis). — Sur l’épieu de chasse et celui de guerre, cfr Ch. Buttin. Les armes d’hast, 1936, pp. 37-46 et 60-66.

83 En septembre 1397, un écuyer du roi de Navarre présente de la part de son maître, au comte de Hainaut, deux fers d’épieu ; Extraits des comptes de la recette générale de l’ancien comté de Hainaut, t. I, p. 258. — Un ouvrier taillandier de Dijon offre, au duc de Bourgogne, un très bel épieu (1420) ; M. Mollat, Comptes généraux de l’Etat bourguignon..., p. 399.

84 A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1948, f° 280. Travaux d’entretien des épieux du duc : ibid., reg. B 1951, f° 164 v° et 174 v° et reg. B 1957, f° 310.

85 Mahieu de Tournay, fourbisseur, vend deux de ces épées pour le roi de France Charles VI et monseigneur de Valois en 1380-1381 ; L. Douet-D’Arcq, Comptes de l'hôtel des rois de France..., p. 176. Sur l’épée de chasse, cfr Ch. Buttin, op. cit., pp. 47-59. — Mandement de la duchesse de Bourgogne, le 18 octobre 1371, ordonnant le payement de 60 sous tournois à Jehan de Provins, de Dijon, pour fourniture de six de ces armures canines ; B. PROST, op. cit., t. 1/2, p. 266 no 1461.

86 Cfr, respectivement, Dehaisnes, op. cit., p. 851 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2395, f°210 ; L. De Laborde, Les ducs de Bourgogne..., t. II, pp. 259-260 ; Dehaisnes, op. cit., p. 236.

87 Les mentions de matériel militaire détenu par des corporations de métiers ne sont pas rares : à Gand, voir Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises.., pp. 141-142 ; à Mons (les fèvres), voir L. Devillers, Documents relatifs à l'expédition de Guillaume IV contre les liégeois..., p. 13 ; à Liège (les houilleurs), voir E. Poncelet, Les bons métiers de la cité de Liège, p. 23 ; à Dinant (les boulangers et les drapiers), voir S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. III, p. 177. A Namur, les armes des bouchers étaient déposées dans un local réservé à cet usage ; J. Balon, L'organisation militaire des Namurois au XIVe  siècle, p. 42. — L’évolution sémantique du vocable « artillerie » a été soulignée par les historiens de l’armement et, notamment, par J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne..., pp. 209 sv., 237 ; E. J. SoiL de Moriame, Aimes et armuriers tournaisiens, p. 130 n. 1 ; cfr également Godefroy, Dictionnaire de l'ancienne langue française, t. I, p. 414 ; t. VIII, pp. 194-195.

88 Voir Pagart D’hermansart, Les anciennes communautés d'arts et métiers à Saint-Omer, t. I, vol. 2, p. 493.

89 L’achat de targes ou de pavois est un poste qui apparaît fréquemment dans les comptes communaux. Cfr par exemple, à Bruges, en 1292, 1294 (« pro targiis ») et 1300-1301 (« van targen te gheredene ende le makene ») ; C. Wyffels et J.Desmet, De rekeningen van de stad Brugge (1280-1319), lre partie,pp. 344,456,1006. AGand, en 1336 (« van 100 ende 4 groten taergen vander stede wapine te makene »), en 1340, dans De Pauw et Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., t. I, p. 91 ; t. II, p. 80 ; en 1382 : Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., p. 351. A Lille, en 1347 : De la Fons-Melicocq, De l'artillerie de la ville de Lille..., p. 8. A Mons, en 1364-5 : A. F. Lacroix, Extraits des comptes... de la ville de Mons, 2e série, p. 399. A Tournai, en 1460 : A. De la Grange, Extraits analytiques des registres des consaulx de la ville de Tournai, p. 249. — Voir aussi l’allusion aux pavois ornés des armes des corporations liégeoises, perdus à Brustem (1467) dans J. Diegerick, Documents concernant la bataille de Brusthem..., pp. 366-367.

90 A noter, toutefois, le souci du Magistrat de Dînant de doter une des tours de l’enceinte d’instruments militaires et notamment de deux casques (des bassinets à visière) ; S. Bormans, Cartulaire de Dinant, t. I, vol. 2, no 64, p. 248 (en 1449). — Il n’est pas douteux que des cas semblables ont dû se produire, mais dans une mesure restreinte, en ce qui concerne les armes défensives.

91 Cfr respectivement A.N. Lille, R.G.F., reg. B 1957, f° 319 ; ID., reg. B 2004, f° 369 v° (autre commande de 100 brigandines dans le B 2000, f° 172 v°) ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 130 ; J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales.... pp. 259, 272.

92 J. M. Richard, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 204 ; B. et H. Prost, Inventaires mobiliers et extraits des comptes..., t. II, pp. 372-373-cfr n. 75 (1430).

93 A.G.R., C.C., Comptes de l’Artillerie, reg. 26164, in fine.

94 Notre estimation du nombre d’arcs à tour de la ville de Gand résulte de la lecture des divers postes relatifs aux dépenses dont ils font l’objet, par exemple dans J. Vuylsteke, Cartulaire de la ville de Gand. lre Série..., p. 480 et De Pauw et Vuylsteke, op. cit., passim. Les textes gantois distinguent deux sortes de doryboles à tour : les « springalen » et les « bancboghen ». Les premiers sont des balistes dont chacun des deux bras de levier s’engage dans un faisceau de cordes tordues, les seconds, des espèces de grosses arbalètes montées sur chevalet ; cfr B. Rathgen, Feuer und Fernwaffen des 14. Jahrhunderts in Flandern, pp. 282 sv. A. Van Werveke, Bijdragen tot de geschiedenis... van Vlaanderen, pp. 52-54. • A propos des événements de 1304, l’auteur des Annales Gandenses, p. 59, rapporte que : « Gandenses... assumptis instrumentis et tormentis quibusdam bellicis horribilibus — que maxima spicula, quibus nulla armatura resistere potest, projiciunt, et vocantur ad bellum vulgariter springale... ». — A propos des bliden, cfr J. Vuylsteke, op. cit., pp. 473-474, 476, 482, 491, 614. — Sur les dépenses militaires de la ville de Gand au Moyen Age, cfr H. Van Werkeve, De Gentsche stadsfinanciën in de Middeleeuwen, pp. 261-264.

95 D’après l’inventaire de son arsenal, dresse en 1365-1366, Lille comptait alors 31 espringales, disposées sur les murs d’enceinte ; De la Fons-Melicocq, op. cit., p. 8. En 1388, le château de Lille proprement dit disposait de onze espringales ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, p. 365. — Pour Saint-Omer, cfr J. M. Richard, op.

96 cit., p. 204 et Ath, cfr G. Wymans. Maître Jehan l'artilleur..., pp. 60-62.

E. Leclair, Quelques faits divers extraits des comptes de la ville de Lille, p. 243. Le « biel arc de cor » est encore mentionné en 1346-47 et en 1363-64 ; cfr ID., Quelques faits divers..., 1346-1366, pp. 44, 68.

97 Pendant l’exercice 1325-26, la ville de Gand, qui acheté 154 950 carreaux d’arbalète, n’acquiert que 1 326 traits d’espringale ; J. Vuylsteke, op. cit., p. 473. En 1365-66, 1 arsenal de Lille, qui compte 70 000 carreaux, ne renferme que 2 000 flèches d espringale tandis que le château de Namur, qui augmente son matériel de guerre de 24 000 carreaux en 1355-56, voit la simple mise en état de 430 projectiles de baliste. Cfr, respectivement, De La Fons-Melicocq, op. cil., p. 7 et A.E.N., Comptes du domaine du comté de Namur, res. 1. f° 74 v°

98 Cfr, respectivement, J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementaies p. 242 ; J. M. Richard, op. cit., p. 137, col. 1 ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 365, 337 et 338 ; J. Garnier, L' artillerie des ducs de Bourgogne, p. 128.

99 De la Fons-Melicocq, op. cit., pp. 7-8 et 19 ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., pp. 8, 16-22 ; Inventarissen van grof geschut en andere wapens de stad Cent toebehoorende, in Dagboek van Gent..., pp. 281-293 et De Busscher, Recherches sur les peintres gantois..., p. 94 n. ou Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises..., p. 141 n. 6. — A titre de comparaison, il y avait, à Cologne, 265 armes à feu municipales en 1446, 348 en 1468 et 2230 (dont 1478 portatives) à Nuremberg en 1462 ; cfr B. Rathgen, Das Geschütz im Mittelalter, pp. 261 et

100 De La Fons-Melicocq, op. cil., pp. 9, 16 ; J. Vuylsteke, De rekeningen der stad Gent..., p. 248 ; A. Diegerick et O. De Kerchove, Une page de l'histoire d’Ypres (1379-1384), pp. 103-141 ; A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32469, f° 33 : A.V.M., C.C., XIV. 1 : Uittreksels van het stadsarchief aangaande de klok-en busgieters, no 4 à 56 et « Omissions », no 1 à 4 ; E. J. Soil de Moriame, op. cit., pp. 133, 138 ; A.E.N., Ville, section 2 : Comptes communaux, reg. 22. f° 24-26 ; reg. 25, f° 51 sv.

101 Olivier de la Marche, Etat de la Maison du duc Charles de Bourgogne in Mémoires, t. IV, p. 90. — Ph. Contamine, L’artillerie royale française..., p. 246.

102 En 1442, le duc de Bourgogne possède à Dijon 56 pièces d’artillerie en ordre de marche ; J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 145-148. En 1458, il dispose, à Lille, de 35 canons et de 398 armes à feu portatives ; J. Finot, L'artillerie bourguignonne à la bataille de Monthléry, pp. 13-16. — La batterie d’artillerie, constituée en 1474, compte 12 bouches à feu ; J. Garnier, op, cit., pp. 179-181. La composition des bandes d’artillerie était alors très variable car le matériel n’était pas organique. On voit qu’en 1477, celles qui opéraient pour le roi de France à la frontière des Pays-Bas, utilisaient 10, 17 ou 30 canons ; E. Perroy, L'artillerie de Louis XI..., pp. 186 sv. — La même constatation vaut pour l’artillerie navale bourguignonne ; dans trois cas, au milieu du XVe siècle, le nombre de bouches à feu fixes par galère varie de 4 à 7, et celui des pièces portatives de 9 à 12 ; cfr J. Garnier, op, ciu, pp. 114-115, 130-131, 175-176.

103 Ibid., pp. 134-136, 151-157, 175-176. — Villy : France, Ardennes, Sedan, Carignan.

104 Ce chiffre est obtenu en additionnant le poids des tubes à feu, fournis par Jehan Cambier au duc de Bourgogne, lorsque ces poids sont donnés par la source et, dans le cas contraire, en faisant la somme des valeurs pondérales moyennes connues pour les canons désignés. La source principale est A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1951, B 1954, B 1957, B 1961, B 1963,B1966,B1969,B1972,B1975,B1978, B 1982, B 1988, B 1991, B 1994, B 1998, B 2000, B 2002, B 2004, B 2008, B 2012, B 2017. — Les ferrures servant à fixer le tube sur son affût étaient souvent fournies également par le marchand de canons. Elles représentaient un poids considérable (fonction de celui de la pièce) qui pouvait atteindre plusieurs centaines de livres. Sur les affûts d’artillerie au Moyen Age, cfr P. Henrard, Histoire de l'artillerie en Belgique..., pp. 175-183 ; A. Essenwein, Quellen zur Geschichte der Feuerwaffen..., pl. A I à A XX ; J. Garnier, op. cit., pp. 246-248 ; A. Basset, Essais sur l'historique des fabrications d'armement..., pp. 975 sv.

105 Cfr C. Gaier, Le problème de l'origine de l’industrie armurière liégeoise..., p. 41.

106 Cfr respectivement C. Gaier, Art et organisation militaires dans la principauté de Liege..., pp. 309 n. 1 et 311 ; J. Garnier, op. cil., pp. 54-55 (Sancenay : France, Saône-et-Loire, Charolles, Marcigny), 151 sv., 132-133 ; Ch. Brustem, L'armée bourguignonne de 1465 à 1468, pp. 121-124 ; C. Gaier, Une manifestation de la tactique moderne, la journée de Zonhoven..., p. 41 n. 8. — La cadence de tir diminue au fur et à mesure que le calibre du canon augmente. Au siège de Constantinople par les Turcs (1453), il fallait deux heures pour recharger l’énorme bombarde « Mahometta », construite par Orban ; C. M. Cipolla, Guns and sails..., p. 92.

107 Ch. Brustem, op. cil., pp. 118, 160-162 ; C. Gaier, Art et organisation militaires..., p. 346 n. 1.

108 Nous reviendrons sur ce problème à propos des progrès de l’artillerie à poudre. — On cite le cas, en 1451, d’un chariot à 6 chevaux, nécessaire pour transporter, de Namur à Luxembourg, trois boulets de 900 livres chacun appartenant a une grosse bombarde ; L.-N. Bonaparte et Fave, Etudes sur le passé et l’avenir de l'artillerie, t. III, p. 129. f

109 Ph. Contamine, op. cit., p. 247. La dotation en munitions d’une bande d’artillerie lui confère donc une autonomie d’une semaine au maximum.

110 Par exemple, Gand acquiert 7 200 boulets en fonte en 1418 ; Huyttens, Recherches sur les corporations gantoises..., p. 140. — La ville de Bruges achète, en deux ans (1415 à 1417), 8 871 boulets de canon en pierre ; A.G.R., C.C., Comptes de la ville de Bruges, reg. 32470, f° 41 et 32471, f° 62. — En 1418, le duc de Brabant fait préparer, à Vilvorde, 1 736 boulets pour le siège de Dordrecht ; A.G.R., C.C., Recette générale du Brabant, reg. 2401, f° 93 r°-v°. — En 1454, le duc de Bourgogne reçoit livraison de 7 887 boulets ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 2017, f° 337 v°-338. — En 1473, Charles le Téméraire achète 1 335 boulets en fonte à un fournisseur ; A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26164, f° 5 v°.

111 J. Garnier, op. cit., pp. 240-241 et 265 sv. — Les charges de poudre, par contre, sont seulement de 14 et de 8 livres pour des canons pesant respectivement 3 443 livres et 1 200 livres, cités en 1445 et 1446 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1988, f° 272 ; reg. B 1991, f° 245. Quantité d’exemples abondent dans ce sens.

112 En 1384, l’inventaire de l’artillerie, dont disposent quatre châteaux proches de Saint-Omer, révèle des stocks très modestes de 4 à 30 livres de poudre ; J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 242. Un relevé semblable (1388) fait état, pour le château de Lille, de 59 livres de poudre, 652 livres de salpêtre et 114 livres de soufre ; pour celui de Beveren, près de Termonde, de 44 livres de poudre à canon ; pour celui de Rupelmonde, 57 livres de poudre, environ 60 de soufre et 50 de salpêtre ; B. et H. PROST, op. cit., t. II, pp. 366-367, 356, 338. — Voir, dans J. Garnier, op. cit., pp. 39-52, la répartition des poudres entre les diverses forteresses du duché de Bourgogne (XVe siècle) et les faibles quantités distribuées.

113 On note, à Namur, des achats de poudre, de soufre ou de salpêtre de plus de 1 000 livres seulement en 1408, 1420, 1465 ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 22, f° 38 ; reg. 24, f° 32 v°-33 ; reg. 32, f° 122 v° et 135. En 1465 cependant, il s’agit plutôt de fabrication de poudre à l’aide d’ingrédients déjà acquis et conservés dans les arsenaux urbains.

114 Cfr respectivement J. Garnier, L’artillerie de la commune de Dijon..., p. 8 ; E. J. Soil de Moriame, op. cit., p. 137 ; J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 152-153, 114 ; Inventarissen van grof geschut en andere wapens de stad Gent toebehoorende dans Dagboek van Gent..., pp. 299-307 ; J. Finot, op. cit., p. 264. — Notons encore qu’au siège de Compiègne (1430), l’armée bourguignonne « dépensa » 17 019 livres de poudre à canon ; cfr A. N. Lille, R.G.F., reg. B. 1942, f° 73 v° et Gachard, Rapport à Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur différentes séries de documents..., p. 361. — Autres achats importants de soufre et de salpêtre (1413 et 1419), dans J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne, pp. 57 et 63 n. 1. L’achat de 30 000 livres de salpêtre, dont il est question en 1478, se rapporte, en réalité, à l’approvisionnement de l’armée française opérant en Bourgogne et répond aux besoins de l’artillerie de Louis XI ; ibid., p. 205.

115 Cfr H. Stein, Archers d'autrefois, archers d’aujourd'hui, pp. 53 sv. ; F. Lot, L’art militaire et les armées..., pp. 312-315 ; R.B.F. Van der Sloot, Middeleeuws Wapentuig, pp. 61-72.

116 J-Garnier, op. cit., p. 6 ; Jean de Stavelot, Chronique, p. 246 ; De la Fonsmelicocq, op. cit., p. 8 ; L. Devillers, Le passé artistique de la ville de Mons, p. 388 ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., p. 8.

117 Sur les effectifs des gens de trait dans les armées communales, cfr Henrard, op. cit., pp. 21 et 26. Les gildes importantes ne comptaient, dans les villes belges, que de 100 à 200 tireurs. — En prévision d’une hypothétique expédition en Angleterre, Philippe le Bel ordonne l’achat, en 1295, de 2 000 arbalètes, Ph. Wolff, Achats d’armes pour Philippe le Bel..., pp. 84-91 et Fawtier, Comptes royaux (1285-1314), t. II, pp. 611-625 ; il dispose, en tout cas, de 1 885 arbalètes pour armer la flotte de Flandre, la même année ; ibid., pp. 631-634 et A. JAL, Archéologie navale, t. II, p. 632.

118 J. Garnier, L’artillerie des ducs de Bourgogne..., pp. 115, 152-153.

119 Ch. Brustem, op. cit., pp. 126, 118, 121 ; J. Finot, op. cit., p. 259.

120 Respectivement, J. M. Richard, op. cit., p. 204 ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 365 sv. ; E. Roland, L’artillerie de la ville de Binche..., pp. 19-20 ; J. Muller, Fabrique de flèches d’arbalètes à Binche au XVe  siècle, p. 67 ; A.E.N., Comptes du domaine du comté de Namur, reg. 1, f° 74 v°. — Château de Samson, dépendance de Thon (Namur, Andenne).

121 L. Devillers, Le passé artistique de la ville de Mons, pp. 388-389 ; F. Quicke, Une enquête sur les droits et revenus du duc de Limbourg..., pp. 365, 378, 395 ; J. Garnier, L’artillerie de la commune de Dijon..., p. 8 ; A.G.R., IIIe section, Léau :comptes en rouleaux, no 182, septembre à novembre ; J. Vuylsteke, Cartulaire de la ville de Gand..., pp. 469 sv. ; De Pauw et Vuylsteke, op. cit., t. II, p. 349. — Le total des achats d’« artillerie » par la ville d’Ypres est obtenu en additionnant les quantités distinctes mentionnées dans le compte du 30 novembre 1382 au 1er octobre 1383, édité par A. Diegerick et O. De Kerchove, Une page de l'histoire d'Ypres (1379-1384), pp. 102-141.

122 Nous calculons ces quantités de matériel d’après les états de « contrôle » établis par le personnel de l’Artillerie du duc de Bourgogne, à l’occasion de chaque campagne citée. Ces relevés administratifs ne sont évidemment dignes de foi que dans la mesure où les gestionnaires n’essayaient pas d’imputer à des faits de guerre des consommations frauduleuses ou fictives. Nous nous basons également sur les contrats passés avec les fournisseurs en vue des expéditions militaires. Dans ce cas, la véracité du document est plus assurée car la fraude dans ce genre de transaction devait être plus malaisée à dissimuler. — J. Finot, L'artillerie bourguignonne à Montlhéry, pp. 37 sv ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne..., p. 114, 134-136, 153 ; Cb. Brusten, op. cit., pp. 121, 126 ; J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 259.

123 Jean Renart, Roman de Guillaume de Dole, p. 59. Cette œuvre romanesque, du début du XIIIe siècle, décrit avec beaucoup de réalisme et d’exactitude les hommes et les choses de son temps, comme l’a souligné Mme R. Lejeune, L'œuvre de Jean Renart..., notamment pp. 86, 104 sv.

124 Dehaisnes, Documents et extraits divers..., p. 350 (1345) ; H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland onder het Henegouwsche Huis, t. III, pp. 39, 40 (1431), p. Ï38 (1343) ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Hainaut, reg. 3193, f° 40 (1401-1402) ; Id., Brabant, reg. 2394, f° 418 v° (1409) ; reg. 2395, f° 206, 462 r°-v°, 469 v°, 477 v°, 486 (1409-1411) ; Id., Comptes de l'Hôtel des souverains, reg. 1794, f° 52 r°-v° (1428) ; pour les ducs de Bourgogne, voir, par exemple, A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1923 (1420-1421), f° 217 v° ; B 1961 (1437), f° 164.

125 Pour le siège de Calais de 1436, il convient de combiner les données de J. Garnier, op. cit., p. 152 (dotations) et de A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1957, f° 425 v° notamment (fournitures).

126 Voir les distributions de piques ou lances à Gand, en 1337, dans De Pauw et Vuylsteke, op. cit., t. I, p. 238 et, à Mons en 1408, dans L. Devillers, op. cit., p. 13. — Achats à Namur en 1483 : A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 37, f° 104 v°.

127 Dans les anciennes principautés belges cependant, l’infanterie urbaine a toujours fait un large usage de la pique, ou tout au moins de la lance, son homologue de petite taille. Cfr la description de la « hastarum silvam... densissiman » des communiers flamands au XIIe siècle, dans J. F. Verbruggen, Het leger et de vloot van de graven van Vlaanderen..., p. 101 et celle des Liégeois à la bataille de Steppes (1213) ; C. Gaier, Art et organisation militaires..., p. 261.

128 J. Finot, Inventaire sommaire des archives départementales..., p. 259. Cette commande porte également sur 600 épieux, 600 fûts de javeline, 600 fûts de demilances, 287 vouges. — Autres achats importants de piques : ibid., pp. 264 sv.

129 Achats de 50 haches d’armes en 1436, et 56 en 1437 ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1957, f° 335 et reg. 1961, f° 165 v°.

130 Ibid., reg. B 2012, f° 340 v° ; reg. B 1942, f° 73 v° ; reg. B 1957, f° 425 v° ; A.G.R., C.C., Comptes de l'artillerie, reg. 26164, f° 5 v°.

131 Achat de 1 000 pavois en 1446 : A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1991, f° 254 v°. Achat, en 1474, de 4 000 targettes à la façon de Lombardie : J. Finot, op. cit., p. 258. Armement des six galères de Rhodes, à fournir en 1447 (1 000 pavois) : J. Garnier, op. cit., p. 115.

132 En 1345, le comte de Hainaut se sert, au siège d’Utrecht, de catapultes prêtées par ses villes des Pays-Bas ; H. G. Hamaker, De rekeningen der grafelijkheid van Holland..., t. III, pp. 477 sv. — La commune de Malines fait réparer un canon (en 1382-1383) qu’elle avait mis à la disposition du duc de Brabant ; A.V.M., CC XIV. 1 : Uittreksels van het stadsarchief aangaande de klok-en busgieters, no 55. Le duc de Brabant demande à la ville de Mons de lui envoyer de l’artillerie pour la défense de Hal (1419) ; A. Decourtray, Particularités curieuses sur Jacqueline de Bavière, comtesse de Hainaut, t. I, p. 29. — Emprunt d’une bombarde et de deux tonneaux de salpêtre à la ville de Maestricht par l’évêque de Liège (1436) ; A. Kessen, Over de wapenindustrie te Maastricht..., p. 18 col. 2. En 1487-1488, les quatre baquebutes, prêtées par Hasselt à l’évêque Jean de Hornes, font retour à cette ville ; C. De Baere, Een blijde intrede te Hasselt, p. 18 col. 1, no 3. Notons qu en 1413, l’évêque de Liège prête au duc de Brabant deux canons venant de Huy pour mettre en batterie devant Elter ; N. Van Werveke, Auszug aus der Rechnungsablage Johanns von Schoenvorst..., p. 41. — Prêts d’artillerie au duc de Bourgogne : par Dijon (1392 et 1409) dans J. Garnier, op. cit., pp. 15 et 19. Par Amiens (1421) : A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1925, f° 118 v°. Par Arras (1422) : ibid., f° 120. Par Lille (1437) : J. Garnier, op. cit., p. 142. Par Namur (1452) : A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 29, f° 64 r°-v°. Par Malines (1453 et sv.) : P.-J. Van Doren, Inventaire des archives de la ville de Malines, t. III, nos 109, 204, 205, 251, 270. — La ville de Tournai est également sollicitée par le roi de France (1398, 1418 1465) : H. Vandenbroeck, Extraits analytiques des anciens registres des consaux de la ville de Tournai 1385-1422, t. I, pp. 44-45, 171-172 ; A. De La Grange, Extraits analytiques des registres des consaulx..., p. 281. — Notons que le recours au service armé des communes entraînait ipso facto la participation de leur matériel militaire, et que les princes en firent largement usage.

133 En 1476, la commune de Dijon est déjà si dépourvue d’artillerie que vingtcinq particuliers offrent leurs propres armes à feu au Magistrat pour regarnir l’arsenal ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon..., pp. 31-32. Autres demandes aux villes : ibid., loc. cit.

134 Cfr les deliberations du Conseil de la ville de Mons, éditées par L. Devillers, Le Hainaut sous la régence de Maximilien d'Autriche (1483-1494), t. 14, nn 218 sv’t. 15, pp. 182 sv. ; t. 16, pp. 221 sv.

135 En 1443, par exemple, le duc de Bourgogne dispose, pour le siège de Villy en Luxembourg, de deux bombardes empruntées au damoiseau de la Marck et d’une autre d’ailleurs, provenant du comte de Virnembourg, en plus du salpêtre et du soufre de même origine ; J-Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne..., pp. 124,

136 Voir les distributions d’artillerie aux capitaines des forteresses de Bourgogne au XVe siècle : ibid., pp. 39 sv.

137 Emprunt d’artillerie par la ville de Namur au duc de Bourgogne (1465) ; A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 32, f° 121 r°-v°.

138 En 1430, la ville de Namur emprunte de l’artillerie à Malines ; ibid., reg. 25,, v°. En 1479, Malines, Gand, Bruxelles, Anvers et Louvain sont sollicitées dans le meme sens ; les trois dernières font droit à la demande ; ibid., reg. 35, f° 85 v°. Namur prête à son tour six haquebutes pour la garde du château de”Huy en 1483 • ibid., reg. 37, f° 85.

139 Près de deux gros canons par l’archevêque de Trêves au duc de Brabant pour le siège d’Elter (en 1412) ; N. Van Werveke, Auszug aus der Rechnungsablage Jan Kaimbauts..., p. 23. L’année suivante, Antoine de Bourgogne emprunte la bombarde « nigra Margareta » au comte de Hollande ; F. Quicke, L'intérêt... du troisième compte des expéditions militaires d’Antoine de Bourgogne..., p. 459. Prêts d’artillerie à l’évêque de Liège, Jean de Hornes, par Maximilien d’Autriche (1483-•) ; J-Finot, op. cit., pp. 266, 267, 269, 274, 277, 278. Le prélat fait usage, en 1489, de « duo magna instrumenta ex oppido Namurcensi ad vallos jactandum » au siégé de Melen ; Chronique du règne de Jean de Hornes, p. 394.

140 Sur l’équipement de tournoi et de joute, cfr E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français..., t. II, pp. 332-406.

141 Cfr respectivement Extraits des comptes de la recette générale de l'ancien comté de Hainaut, t. I, p. 115 ; A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Brabant, reg. 2394, f° 418 v° ; A.G.R., C.C., Comptes de l'Hôtel des souverains, reg. 1794 (1428-1429), f° 51 v°, 53 r°-v° ; A. N. Lille, R.G.F., reg. B 1929, f° 167 r°-v° ; ID., reg. B 1931, f° 165 v° ; J. Finot, op. cit., p. 418.

142 A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 31, f° 60 et reg. 31, f° 51 (1462 et 1463, le 2 juillet).

143 Cfr P. Denis du Peage, A propos du Tournoi de l'Epinette à Lille, pp. 38-39.

144 E. Leclair, Quelques faits divers..., 1935, p. 244 ; De la Fons-Melicocq, op. cit., pp. 8bis, 45.

145 A.G.R., C.C., Recette, générale des provinces : Brabant, reg. 2401, f° 93 v°. — Après l’essai, à Saint-Omer, d’un nouveau canon, un préposé est chargé de récupérer le projectile et de le ramener au moyen d’une brouette (1411-1412) ; L. Delaborde, Les ducs de Bourgogne..., p. 25. — En 1479, la bande d’artillerie française de Barrabin, opérant en Bourgogne, récupère les boulets en fonte qu’elle a tirés contre le château de Faucogney (Haute-Saône) ; J. Garnier, op. cit., p. 208.

146 L. Gilliodts-Van Severen, Cartulaire de l'ancienne estaple de Bruges, pp. 283-284, 341, 461-462 ; B. Kuske, Quellen zur Geschichte des Kolner Handels..., t. II, pp. 23-24, no 48.

147 Dehaisnes, op. cil., p. 236. — Ch. Mussely, Inventaire des archives de la ville de Courtrai, t. I, p. 248 n" 279 ; M. E. Warlop, archiviste-paléographe à Courtrai, a bien voulu nous signaler la perte des deux documents dont Mussely avait heureusement procuré l’analyse.

148 E. Fairon, Chartes confisquées aux Bonnes villes du pays de Liège..., p. 187. — Controverse entre l’évêque de Liège, la ville de Dinant et Louis de la Marck, au sujet de deux bombardes saisies par les Dinantais : St Bormans, Cartulaire de la commune de Dinant, t. II, pp. 9-12 ; E. et G. Gérard, Analectes pour servir à l'histoire de Dinant, pp. 40, 43, 45-50.

149 Sur la destruction de l’industrie armurière liégeoise pendant les guerres bourguignonnes, cfr C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armurière liégeoise..., pp. 42 n. 1, 53-56, 62-63. — Jean de Haynin, Mémoires, t. I, p. 254 : « on les metoit desus 11 nés quy en furte toute plaines, au deseure de che quon en dona et vendy ; et se fu menée et misse pareillement la belle et grosse bonbarde de Liege quy estoit de metal et toute les autres bonbardes, chanons. serpentines, cullevrines et autres tret de poure quon y peut savoir et trouver, et fu tout mene a Namur ». En 1468, Charles le Téméraire fait délivrer au sénéchal de Bourgogne « une bombardelle de fer toute d'une pièce venant de la cité de Lyège » ; J. Finot, op. cit., p. 252, col. 1. — A.G.R., C.C., Recette générale des provinces : Limbourg, reg. 2447 (1467-1468), f° 126 et reg. 2448, f° 48 v°.

150 Cfr Annales Gandenses, p. 34 ; J. Diegerick, Documents concernant la bataille de Brusthem..., p. 366 : l’artillerie prise aux Liégeois, qui occupait 52 chariots, fut envoyée en Brabant. — A.E.N., Ville, section 2, Comptes communaux, reg. 32, f° 42. — Ces exemples peuvent être rapprochés de ce que Martin du Bellay rapporte à propos du butin pris par les Français à Cérisoles (1544) : sept à huit mille corselets « tellement qu un harnois qui coustoit à Milan douze escus ne se vendoit que dix et vingt sols les plus beaux » ; cit. par F. Lot, Recherches sur les effectifs des armées françaises..., p. 85.

151 E. J. Soil de Moriame, op. cit., p. 100 n. 1 (1400). — Une lettre de rémission fait allusion aux mésaventures d’un combattant de Valenciennes qui revient chez lui muni d’une longue pique dont il s’est emparé à la suite d’un engagement, en 1452, contre les Gantois ; C. Petit-Dutaillis, Documents nouveaux sur les moeurs populaires..., p. 26.

152 En 1281, pendant la sédition dite Cokerulle, une troupe de villageois de la West - Flandre envahit Ypres et s’empare des biens et des armes des particuliers ; A. Vandenpeereboom, Ypriana, t. IV, p. 49. Les doléances du patriciat de cette ville, formulées en 1304 contre le parti populaire, font état de nombreuses confiscations d armes ; cfr F. Funck-Brentano, Additions au codex diplomaticus Flandriae..., pp. 410, 412, 415. Confiscations semblables à Bruges : ibid., pp. 568-569 ; voir aussi, en 1391, L. Gilliodts-Van Severen, op. cit. p. 372. — C. Gaier, op. cit., p. 55.

153 Dehaisnes, op. cit., p. 667 ; B. et H. Prost, op. cit., p. 478, no 3 010 ; L. Verriest, Les armures et atours d'un chevalier bâtard du XIVe  siècle, pp. 28-30.

154 Cfr respectivement : Gachard, Rapport à M. le Ministre de l'Intérieur..., p. 361 ; J. Garnier, L'artillerie des ducs de Bourgogne, p. 165 ; Ch. Brustem, op. cit., pp. 121,123.

155 Cfr J. Finot, op. cit., pp. 242, 243, 265-266 ; J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon, p. 12 ; B. et H. Prost, op. cit., t. II, pp. 341, 373 ; E. J. Soil de Moriame, op. cit., pp. 68, 99 ; A.G.R., C.C., Comptes de l'Artillerie, reg. 26164, pièce in fine.

Table des illustrations

Légende FIG. 1. Dague flamande à rognons (XV e  siècle)Manche en racine de bruyère. Les renflements réniformes de la garde sont renforcés par une assise de cuivre portant l’inscription, en néerlandais : « Lof God van al » et prolongée par deux petits quillons en forme d’animaux stylisés. (Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. VI 8. ClichéA.C.L.)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2993/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 63k
Légende FIG. 2. Brassard gauche d'armure de joute (fin XVe siècle)Vues du côté interne et du côté externe. Canon d’arrière-bas tubulaire, à bord roulé. Cubitière arrondie avec rondelle protégeant la saignée. Canon d’avant-bras prolongé par un miton à deux lames articulées. Poinçon au globe cricifère sommé d’une couronne à trois feuilles d’ache, peut-être celui du Brugeois, d’origine milanaise, Martin Rondelle.Pièce d’armure pour le type de joute dit « Gestech ». Comme elle paraît associée dès l’origine à la personne ou à l’entourage de Maximilien ou de Philippe le Beau et qu’elle accuse une forme italianisante, il est normal en tout cas de supposer qu’elle fut exécutée dans les Pays-Bas par un armurier de la péninsule.(Bruxelles, Musée royal d'armes et d'armures, Cat. II 40. Cliché A.C.L.).
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2993/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 357k
Légende FIG. 3. Canon de Jehan de Matines (1474)Bronze. Chambre à visser. L. tot. : 2,45 m — Cal. : 0,23 m — Poids : 1 250 kg. Armoiries de Charles le Téméraire et inscription en bas-relief, près de la bouche : « Jehan de Malines m’a fayt l’an MCCCCLXXIIII ». Bouton de culasse en forme de tête de monstre.Pièce prise aux Bourguignons à Granson (1476) comme le rappelle l’inscription moderne entre les tourillons. (Bâle, Musée historique. Cliché Hist. Museum Basel)
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/2993/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 347k

© Presses universitaires de Liège, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search