Version classiqueVersion mobile

L’industrie et le commerce des armes dans les anciennes principautés de Liège, du XIIIe à la fin du XVe siècle

 | 
Claude Gaier

Introduction

Texte intégral

  • 1 Cfr. A. von Reitzenstein, Uber die Anfange des Waffensammelns, pp. 69 sv.

1L’intérêt pour les armes anciennes naquit du sentiment plus que de la raison. Les princes qui, les premiers, les collectionnèrent, le firent par gloriole et pour s’entourer des souvenirs de leur lignée. Le public, qui eut accès aux galeries d’armures dès le XVIIIe siècle, obéissait à l’attrait romantique pour le pittoresque et le suranné alors même que les progrès techniques commençaient à balayer, en matière militaire comme dans d’autres, un passé encore proche1.

2Les érudits enfin, qui entreprirent de se pencher sur l’étude de ce qui était devenu un fatras de bizarreries, cherchaient à meubler l’imagination errante des contemporains de Walter Scott, de Dumas, de Wagner ou de Gustave Doré en leur présentant des images patiemment reconstituées des guerriers d’un autre âge et des pères de la nation armée.

  • 2 C’est dans cet esprit utilitaire que fut conçu l’ouvrage de F. de Vigne, Vademecum du peintre au r (...)

3A force de solliciter les vestiges, les documents et les textes pour costumer les acteurs de mélodrames, travestir les figurants des cortèges historiques ou donner aux Jeanne d’Arc et aux Godefroid de Bouillon des places publiques un air de vraisemblance, on arriva à se faire une idée plus juste du passé de l’armement2.

  • 3 J. Hewitt Ancient urmour and weapons in Europe.., 3 vol., Londres, 1855-1860. E. Viollet-le-Duc, D (...)

4Vers 1850, on peut dire que sa typologie et son évolution étaient connues dans leurs grandes lignes si bien que, de nos jours, les ouvrages d’un Hewitt ou d’un Viollet-le-Duc, largement dépassés sur bien des points de détail, demeurent valables dans leur ensemble3.

  • 4 Cfr par exemple J.-B. Giraud, Documents pour servir à l'histoire de l'armement au Moyen Age et à l (...)

5Petit à petit cependant une conception plus scientifique de l’étude des armes se fit jour sous l’influence des progrès de la discipline historique. Désormais, archéologues et historiens vont s’en préoccuper en tant qu’objets en essayant de les intégrer dans le contexte artistique, politique et social de l’époque où elles furent employées. On se mit à publier quantité de pièces d’archives ou de recueils de documents iconographiques qui permirent de connaître de façon approfondie la forme et l’usage des instruments guerriers4.

  • 5 Cfr notamment L. Lacabane, De la poudre à canon et de son introduction en France, t. VI et X ; P. (...)

6En particulier, le problème de l’apparition des armes à feu, — qui se cristallisa autour de la question de savoir si on en avait fait usage à la bataille de Crécy (1346), — suscita nombre de travaux qui, faute d’être probants, eurent au moins le mérite de tirer de l’oubli beaucoup de sources qui, sans cela, fussent demeurées dans l’ombre5.

7De même les bouleversements profonds que subit l’artillerie dans la seconde moitié du XIXe siècle attirèrent l’attention de certains militaires sur ce phénomène d’évolution dont ils étaient eux-mêmes les témoins privilégiés. D’aucuns se muèrent en chercheurs pour explorer le passé d’une arme qu’ils connaissaient bien.

  • 6 Voir la description bibliographique de ces études en tête de cet ouvrage.

8Cet engouement nous a valu quelques travaux, remarquables par leur portée et par la somme d’informations mises en œuvre si même ils pêchent parfois par un certain manque de méthode : en France ceux du général Favé, auxquels collabora Louis-Napoléon Bonaparte, en Belgique ceux du capitaine Henrard, en Allemagne surtout, avec le monumental ouvrage du général Rathgen : « Das Geschütz im Mittelalter. Quellenkritische Untersuchungen », où la valeur de l’beuristique ne le cède en rien à celle de l’interprétation. Ces études, auxquelles s’ajoutent celles de Brackenbury, de Tout, de Kuypers, de Garnier et d’autres encore dégagèrent l’essentiel de ce que nous connaissons aujourd’hui sur les débuts de l’artillerie6.

  • 7 Bibliographie sélective dans C. Blair, European Armour, circa 1066 to circa 1700, Londres, 1958, p (...)

9Les armes blanches ne furent pas non plus négligées et, avant la première guerre mondiale, la plupart des grandes collections publiques et privées avaient fait l’objet d’un catalogue descriptif tandis que des traités d’histoire de l’armement avaient vu le jour sous la plume d’érudits de langue allemande, anglaise ou française7.

10En 1896 fut fondé le « Verein fur Historische Waffenkunde » dont l’organe, qui parut pour la première fois l’année suivante, reste aujourd’hui une des principales revues savantes dans ce domaine. Il n’a pas peu contribué à maintenir vivace Outre-Rhin la tradition de la recherche consacrée à l’armement ancien bien que, depuis lors, d’autres sociétés savantes se soient fixé semblables objectifs dans différents pays, dont l’Angleterre constitue le chef de file.

11De leur côté, la Belgique et la France ont cessé de jouer dans cette discipline le rôle qu’elles avaient pourtant su tenir avant 1914. Il ne nous appartient pas d’épiloguer sur les raisons de cette désaffection à laquelle les contrecoups des deux grandes catastrophes mondiales du XXe siècle ne sont sans doute pas étrangers mais il n’en reste pas moins que les pays anglo-saxons et germaniques, ainsi que l’Italie, détiennent actuellement le quasi-monopole de l’étude des armes anciennes.

  • 8 Voir à ce sujet la note critique de J. Squilbeck, Armures et armes anciennes, pp. 910-912.

12Nous ne songerions sans doute pas à nous en plaindre si le passé des anciens Pays-Bas y trouvait son compte. Loin s’en faut cependant car si de nombreux érudits étrangers ont remarqué que l’histoire de nos régions recelait bien, dans ce domaine, quelques richesses, aucun n’a entrepris jusqu’ici de les mettre au jour8.

13Cela tient sans doute à deux raisons. La première, c’est que la plupart des connaisseurs actuels en matière d’armements ont une formation d’archéologue et que leur science s’alimente à l’étude soit des armes et des armures conservées de nos jours soit, à la rigueur, de documents iconographiques qui les représentent. Or, les vicissitudes politiques qu’ont connues les anciennes principautés belges dont la réunion a donné naissance à la Belgique de 1830 ont largement contribué à disperser les arsenaux et les collections privées, où les instruments guerriers de fabrication locale devaient nécessairement se trouver en grand nombre. De sorte que l’on serait aujourd’hui bien en peine de citer seulement vingt pièces médiévales fabriquées dans les Pays-Bas du Sud et reconnues comme telles. De plus, les mêmes avatars politiques et une industrialisation rapide, — qui a rarement été tempérée par un souci de préserver ou simplement de recenser un patrimoine artistique sans cesse menacé, — ont opéré des coupes sombres dans la masse des documents iconographiques qui eût pu être exploitée avec plus de profit que les vestiges épars dont nous devons en fin de compte nous contenter.

14Le second facteur qui explique la défaveur dont souffre chez nous l’armement ancien tient à l’attitude des archéologues et des historiens belges de ce siècle qui, par réaction contre les tendances romantiques, partisanes et foncièrement nationalistes de leurs prédécesseurs, se sont détournés des études que ceux-ci avaient suivies pour s’engager dans d’autres voies, qu’ils ont d’ailleurs brillamment illustrées. Ce fut un drame en tout cas, du point de vue qui nous occupe, car le mépris pour les « archivistes » et les « antiquaires », au sens étroit de ces mots, coupa et pour longtemps le cordon ombilical qui relie la synthèse historique à sa mère nourricière : les sources et les objets qu’elles décrivent. A de très rares exceptions près, la science historique belge cessa de s’intéresser aux problèmes relatifs aux armes anciennes pendant cinquante ans8.

15Nous pensons que le moment est venu de restaurer cette discipline dans son ancienne faveur. Le tout, bien entendu, est de ne point le faire dans l’esprit du XIXe siècle. La problématique a changé, le monde aussi et nos connaissances ont singulièrement évolué. Il faut incorporer à l’étude de l’armement ancien l’acquis des autres branches de l’histoire. Actuellement, tout au moins du point de vue de Clio, — sans négliger délibérément celui de l’archéologue dont on a souvent tort de le dissocier, — les armes anciennes peuvent être envisagées selon deux optiques : celle de l’histoire militaire, où elles interviennent comme facteur technique et économique, et celle qui les considère comme des objets matériels, c’est-à-dire le fruit d’une technologie, le produit d’une industrie et l’objet d’un commerce. C’est ce second point de vue que nous avons choisi d’illustrer ici.

  • 9 Cfr. par exemple C. Blair, European Armour..., p. 108 : « In Flanders, where the armourers seem to (...)
  • 10 C’est la conception que prône Cipolla dans son remarquable ouvrage, cit. n. 9. pp. 151 sv. Voir le (...)

16Il présente un intérêt évident pour la connaissance de l’histoire économique des anciennes principautés belges. Régions prospères, très tôt touchées par la civilisation urbaine, elles furent le siège d’un commerce florissant où l’on sait que la draperie et, dans une large mesure, la batterie de cuivre acquirent une réputation internationale. En était-il de même de l’industrie armurière, dont on ne sait presque rien mais que certains spécialistes croient devoir ranger, sur la foi de quelques indices, parmi les plus prospères du Moyen Age9 ? Où se situaient les centres de production ? Comment et où écoulaient-ils leurs marchandises ? Enfin, cette étude donne l’occasion de toucher à certains aspects techniques et sociaux de la fabrication, du transport ou de la distribution des armements, dont la connaissance est capitale pour apprécier tous les aspects de la civilisation médiévale à l’intérieur et en dehors des Pays-Bas10.

  • 11 A côté des auteurs cités supra n° 9, qui attibuent a la Belgique ancienne un rôle important dans l (...)
  • 12 Il est bien entendu que nous utilisons le vocable « belge » par simple souci de commodité et en pl (...)

17Le cadre géographique choisi s’explique de lui-même par le désir de combler une lacune dans ce qui constitue une sorte de « no man’s land » de la connaissance historique des armes11. Il englobe les anciennes principautés belges12 c’est-à-dire les entites politiques dont le territoire se trouve actuellement, en tout ou en partie, dans les limites de la Belgique, à savoir : les comtés français de Flandre et d’Artois ainsi que le Tournaisis d’une part, les terres d’Empire d’autre part : duchés de Brabant et de Limbourg, comtés de Hainaut, de Namur, de Looz, de Luxembourg, principauté de Liège. A l’occasion, nous avons été amenés à sortir quelque peu de ces bornes en restant cependant à l’intérieur du domaine dévolu, au XVe siècle, aux ducs de Bourgogne. Il s’avère à l’analyse, dans ce cas comme dans d’autres d’ailleurs, que ces régions d’entre-deux, sans jamais constituer un ensemble uniforme, présentent néanmoins des caractéristiques communes qui justifient de les avoir étudiées globalement.

18Les termini chronologiques répondent à d’autres considérations. Le point de départ est dicté par l’heuristique du sujet. Nous dirons ci-après que l’essentiel de notre documentation appartient à une catégorie de sources conservées en séries importantes pour une période qui n’est pas antérieure à la fin du XIIIe et surtout au XIVe siècle. Avant cette époque, les renseignements sont tout à fait sporadiques, aussi bien pour les Pays-Bas que pour les autres régions d’Europe dont l’industrie armurière a fait l’objet d’études. C’est pourquoi ces centres de production ne sont en général connus avec une précision suffisante qu’à partir du XIIIe siècle. Nous avons estimé qu’une étude approfondie du sujet, appuyée sur des faits plus que sur des conjectures, n’était possible que pour les trois derniers siècles du Moyen Age.

19Cette période correspond d’ailleurs à des phénomènes sociaux, politiques et technologiques qui revêtent, à notre point de vue, une importance primordiale. L’apogée de la civilisation urbaine dans une terre de prédilection comme le furent à cet égard les Pays-Bas du Sud nous permet d’étudier d’influence des problèmes relatifs à l’armement sur une catégorie sociale, la bourgeoisie des villes, qui constitue par rapport à la vieille aristocratie féodale une clientèle plus nombreuse et dont les transactions ont laissé des traces écrites. Proportionnellement, les communes furent en effet, de toutes les classes d’acheteurs, les plus grosses « consommatrices » d’armes.

20En second lieu, la période choisie fut celle de la plus grande extension des principautés féodales et par conséquent de leurs moyens militaires. Ce facteur politique prend tout son relief au moment de l’accession de la Maison de Valois-Bourgogne à la tête de ces entités, à l’exception de Liège et de Looz. Sans tomber dans le piège nationaliste de l’« unification bourguignonne », il faut convenir que la réunion de plusieurs souverainetés dans le chef d’un même prince s’est soldée par la mise en commun des moyens militaires propres à renforcer son pouvoir. Elle s’est manifestée dans une certaine mesure, comme nous le verrons dans le corps de cette étude, par une certaine centralisation de la production ou plutôt par un accroissement d’activité de quelques centres privilégiés, donc par une période de haute productivité.

21Enfin, le bas Moyen Age a aussi connu un phénomène dont il est triste de devoir répéter qu’il revêt, pour la civilisation occidentale une importance exceptionnelle : l’apparition des armes à feu. Les documents dont nous disposons apportent des arguments à l’appui de cette thèse que l’on a sans doute tendance à accepter sans en reconnaître toujours les implications. Ce sont ses répercussions dans le domaine technique qui retiendront particulièrement notre attention.

22Le terminus ud quem que nous avons dû choisir n’est pas loin de reposer l’éternel problème de la « périodisation » historique. En effet, le découpage en périodes, — dont on apprécie la commodité didactique tout en en reconnaissant la fragilité scientifique, — peut se définir comme la recherche de critères convergents caractéristiques d’un certain type de civilisation, à l’usage des Occidentaux. Or tous les phénomènes humains ne se prêtent pas aux mêmes fractionnements en tranches chronologiques et les activités de l’industrie armurière dans les anciennes principautés belges ne sont point de celles dont la distinction classique entre le Moyen Age et l’Epoque moderne puisse affecter le déroulement.

23Au contraire même, car la recherche d’un critère interne propre à notre sujet, — en attendant l’apport d’une synthèse d’histoire économique de l’espace belge, — permet plutôt de conclure que la situation qui prévalait au Moyen Age dans ce domaine se prolongea bon an mal an jusqu’à la fin du XVIe siecle. C’est alors seulement que des conditions politiques et économiques différentes et aussi une évolution fondamentale de l’art militaire vinrent façonner de neuf l’industrie armurière belge et lui donner l’allure qu’ elle allait garder jusqu’au XIXe siècle. D’autre part, les dates-repères de 1453 ou de 1492 n’ont rien à voir, faut-il le dire, avec l’évolution de la technologie, dont cette étude constitue précisément une illustration. Le « Moyen Age technologique » n’a de sens que par rapport aux pompes à feu, aux fourneaux à coke et au chemin de fer.

24Afin de nous en tenir à un critère chronologique plus conforme aux périodes traditionnelles de la discipline historique, nous avons choisi la fin du XVe siècle, c’est-à-dire l’époque de l’accession des Habsbourgs à la souveraineté des Pays-Bas. Princes nouveaux venus dans nos régions, avec des traditions différentes de celles de la Maison de Bourgogne, avec des ambitions d’une orientation différente aussi et des visées d’une ampleur internationale, ils ont enlevé aux principautés belges le rôle politique prééminent que les grands ducs d’Occident leur avaient donné en y plaçant le centre de gravité de leurs domaines.

25La surabondance des sources est un phénomène dont les médiévistes n’ont pas coutume de devoir se soucier. C’est pourtant bien là une caractéristique principale du sujet que nous avons choisi de traiter. Fait assez paradoxal, une bonne partie de ces documents a déjà été publiée.

26Surabondance donc car les textes anciens où il est question d’armement sont aussi nombreux que dispersés. Leur importance est d’ailleurs très inégale mais en l’absence de critères préalables de sélection nous avons dû nous astreindre à un dépouillement d’autant plus fastidieux qu’en principe presque toutes les sources étaient susceptibles de renfermer quelque indication utile.

  • 13 A propos des plus anciens comptes urbains conservés pour l’Europe occidentale, cfr P. Bougard et C (...)

27En tout cas l’essentiel de notre documentation se trouve dans la comptabilité privée des princes belges, conservée en général depuis le milieu du XIVe siècle, et dans les comptes urbains, dont certains subsistent à partir de la fin du XIIIe siècle13. Ces sources, dans les meilleurs des cas, offrent l’avantage de consigner les achats de matériel militaire avec la mention du montant de la transaction, des noms et qualités des parties en cause, de la nature des échanges et, parfois, de l’origine de la marchandise.

  • 14 Notamment H. Laurent, Un grand commerce d’exportation au Moyen Age. La draperie des Pays-Bas.... p (...)

28On a reproché à cette catégorie de documents le caractère privilégié de leur témoignage14. Cette objection a cependant moins de portée dans le cas présent car les comptes des princes et ceux des villes, qui correspondent à des besoins différents, par ailleurs connus, ont une valeur complémentaire qui ne saurait nuire à la véracité de notre information. Tout au plus pourrait-on regretter que celle-ci offre une lacune, puisqu’elle ne concerne pas les couches rurales, numériquement plus importantes. Remarquons toutefois que la paysannerie représentait une clientèle à faible pouvoir d’achat, pour parler en termes modernes, et que par conséquent elle n’a pas pu influencer sensiblement le cours du marché.

  • 15 L.-P. Gachard, Rapport à Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur différentes séries de documents c (...)

29L’intérêt des documents comptables pour l’historien a été reconnu dès le début du siècle passé. Comme le remarquait Gachard : « les comptes sont les matériaux à l’aide desquels on peut le mieux reconstruire le passé »15.

  • 16 Voir les éditions de textes, reprises dans la bibliographie en tête de cet ouvrage, dues au comte (...)
  • 17 Cfr à ce sujet les remarques de M. Mollat, Comptes généraux de l’état bourguignon entre 1416 et 14 (...)

30Cette formule optimiste est bien d’une époque où l’on s’adonnait avec frénésie à la publication des sources. Les comptes n’ont pas échappé à cet engouement et un très grand nombre d’entre eux, surtout ceux des familles princières et en particulier de la Maison de Bourgogne, ont reçu les honneurs d’éditions tantôt complètes tantôt fragmentaires16. Les critères qui ont présidé au choix de ceux qui virent ainsi le jour n’échappent pas à la critique contemporaine mais de toute manière une publication intégrale de ces sources pléthoriques dépasserait, à l’heure actuelle encore, le domaine du possible17. Des milliers de registres restent inédits, voire inexplorés.

31Nous avons utilisé les principales éditions de textes et avons pratiqué de larges sondages dans les archives, notamment dans les comptes de la Recette générale des provinces, aux Archives du Royaume. Nous avons dépouillé systématiquement ceux de la Recette générale des finances des ducs de Bourgogne, en raison de leur intérêt particulier ainsi que les comptes de la ville de Namur, afin d’explorer les possibilités offertes par l’étude d’une série complète provenant de la région orientale de l’espace belge où, par ailleurs, les sources du genre n’abondent pas.

32Nous estimons avoir vu ainsi une quantité suffisante de comptes pour pouvoir affirmer que, la loi des grands nombres aidant, rien de ce qui est essentiel à la connaissance du sujet n’a dû nous échapper.

33A côté de ces documents, d’une richesse exceptionnelle, nous n’avons pas négligé d’autres catégories de sources qui, prises dans leur ensemble, ont fourni une moisson non négligeable : inventaires d’arsenaux, testaments, archives corporatives, décisions administratives des Magistrats urbains, bans de police, tarifs des tonlieux, chartes, lettres et chroniques. Toutes ces sources renferment une « poussière » d’informations extrêmement dispersées mais qui complètent utilement l’ensemble du tableau, d’autant plus qu’il n’existe, pour cette période, aucun traité didactique sur la fabrication des armes dans nos régions. Les documents iconographiques originaires des Pays-Bas du Sud ont pu occasionnellement compléter notre information sur la nature du matériel militaire employé, tant ils reflètent de façon irremplaçable certains aspects de la vie médiévale. Mais il y a tout de même lieu d’y recourir avec la prudence qu’appelle l’intervention dans leur élaboration de critères artistiques étrangers à la stricte fonction de témoignage que nous sommes enclins à leur attribuer.

  • 18 H. Laurent, op. cit., p. XXIII.

34Nous n’avons entrepris aucune recherche approfondie dans les archives inédites étrangères à l’espace belge. Notre connaissance des exportations armurières repose donc sur le témoignage des sources de nos provinces, des documents étrangers publiés et sur les travaux relatifs à divers aspects du commerce international, dont on trouvera la liste en tête de cet ouvrage. Nous sommes d’avis, comme H. Laurent le pensait lui aussi à propos de l’industrie drapière, qu’il serait utopique d’envisager à titre individuel un dépouillement « à l’aveuglette » des archives étrangères dans l’espoir d’y trouver la trace d’un produit des Pays-Bas qui nous intéresse18. En l’absence d’un critère sélectif propre à imprimer à ce genre de prospection une orientation préalable, le succès de l’entreprise ne serait rien moins qu’assuré. Les éléments se trouvant déjà dans les sources utilisées nous conduisent à penser de toute façon que les Pays-Bas n’ont pas fait figure de gros exportateurs de produits armuriers au Moyen Age.

  • 19 Bon nombre d’armes et d’armures médiévales provenant de l’« espace belge » se trouvent dans des mu (...)

35Restent les armes anciennes conservées de nos jours19. Parmi toutes celles que renferment musées et collections, les exemplaires datant du Moyen Age, reconnus comme étant l’œuvre d’artisans des Pays-Bas sont rarissimes. Dispersées au hasard des règnes et des guerres, souffrant de la défaveur dans laquelle les érudits qui ne juraient que par les armaioli italiens ou les plattner allemands les ont tenues, les pièces provenant de l’espace belge sommeillent encore en attendant le chercheur qui voudra bien un jour courir le monde à leur recherche. Ce n’était pas notre rôle en tout cas que d’élaborer cet hypothétique « Corpus armorum Belgii » dont on ne saurait se dissimuler les difficultés et qui ne peut résulter que de patientes études comparatives.

36A l’exception de quelques pièces d’armures aux formes plus caractéristiques, nous savons par expérience, pour avoir vu et manipulé quantité de ces vestiges du passé, combien il est malaisé, en l’absence d’indications muséographiques de provenance, de déterminer leur origine en se basant sur leur typologie. Peut-être le recours systématique à l’analyse métallographique permettrait-il d’aboutir à des conclusions plus probantes ? Il s’agirait en tout cas d’une recherche qui pourrait compléter la présente étude en faisant appel à des moyens d’investigation qui sont du ressort de l’archéologie scientifique.

37L’étude d’ensemble des activités armurières dans les anciennes principautés belges n’avait jamais été entreprise. Il n’existait donc aucun travail de synthèse sur ce passé industriel, prospère s’il en fut.

  • 20 P. Henhard, Histoire de l'artillerie en Belgique depuis son origine jusqu'au règne d'Albert et d'I (...)
  • 21 B. Rathgen, Feuer-und Fernwaffen des 24. Jahrhunderts in Flandern, 1915-1917, pp. 275 sv. ; ID., D (...)

38Quant aux monographies consacrées, depuis un siècle environ, à certains aspects particuliers de la question, elles sont, pour la période médiévale, au nombre d’une demi-douzaine seulement. Les deux plus anciennes, celles du capitaine Henrard, concernent l’histoire de l’artillerie dans les Pays-Bas du Sud. Elles reposent sur des recherches archivistiques considérables et si elles ont beaucoup vieilli, elles n’en conservent pas moins à l’heure actuelle un précieux intérêt20. Les études de Bernhard Rathgen témoignent des vastes connaissances de l’auteur, dont l’information embrassait toute l’Europe occidentale. Il faut remarquer toutefois que cet érudit allemand, qui n’a pas craint de dépouiller d’énormes quantités d’archives pour écrire l’histoire de l’artillerie de son pays, s’est contenté, pour nos régions, de recourir à des sources éditées. Sans doute le fait d’y avoir vu plus clair que les autres chercheurs de l’époque et avec plus d’ampleur et d’éloignement qu’eux lui vaudra-t-il quand même, pour longtemps encore, de faire autorité en la matière21.

  • 22 G. Van Doorslaer, L'ancienne industrie du cuivre à Malines, 1910 à 1924.

39Il convient aussi de ranger parmi les ouvrages de base l’imposante étude que G. Yan Doorslaer consacra jadis à « L'ancienne industrie du cuivre à Matines », et en particulier le chapitre de plus de cent pages qu’il composa sur les fondeurs de canons de cette ville22.

  • 23 J. Squilbeck, Le travail du métal à Bruxelles. I : Notice sur le métier des armuriers, pp. 247-262

40Plus près de nous, en 1953, M. Jean Squilbeck, alors conservateur du Musée d’Armes et d’Armures de la Porte de Hal, eut le mérite de cerner pour la première fois le problème de l’armurerie bruxelloise au Moyen Age23. Les recherches que nous avons dû à notre tour entreprendre sur cette importante question nous ont permis de souscrire aux conclusions qu’il avait alors faites siennes.

  • 24 C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armurière liégeoise au Moyen Age, 1962, pp. 22-7 (...)

41Nous avons, pour notre part, en 1962, consacré une étude aux origines de l’industrie armurière liégeoise. C’était un essai de mise au point dans un domaine nébuleux où l’on ne savait rien de sûr avant le XVI e siècle. Malgré le handicap que représente la perte d’une bonne partie des archives liégeoises, nous nous étions efforcés de rassembler les témoignages épars relatifs à l’activité des armuriers de l’ancienne principauté de Liège. Nos recherches entreprises depuis sur ce point, dans le cadre plus large de la présente étude, n’ont pas fondamentalement modifié la relation que nous avions alors présentée. C’est pourquoi il nous arrivera de nous y référer dans les pages qui vont suivre24.

  • 25 On peut citer dans ce domaine : A. de Behault de Dornon, Le canon d'Edimbourg « Mons Meg » forgé, (...)
  • 26 J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon d'après les documents conservés dans ses archives,(...)

42Si on a vite fait le point, on le voit, des travaux de synthèse partielle, la revue des monographies est encore plus rapide25. Quelques érudits ont aussi abordé le domaine des armes anciennes par le truchement de l’édition de textes mais il est rare que leur commentaire dépasse le niveau de la simple paraphrase. Ce genre nous a pourtant valu quelques travaux remarquablement utiles, parmi lesquels il faut citer ceux de Garnier et de Finot sur l’artillerie bourguignonne et dijonnaise, de La Fons-Melicocq sur celle de Lille, de G. Decamps sur celle de Mons, de Wymans sur celle d’Ath, de Roland sur celle de Binche ou l’irremplaçable article de Soil de Moriamé sur l’armurerie tournaisienne26.

43Nous avons donc dû faire œuvre d’analyse autant que de synthèse car l’absence de travaux préparatoires ne nous laissait pas d’autre solution. La présente étude s’articule en deux parties principales correspondant à deux catégories distinctes de problèmes soulevés par l’armement dans les anciennes principautés belges. La première envisage les aspects proprement commerciaux de la question. Elle débute par une analyse des conditions du marché qui prévalaient dans ce milieu géographique entre le XIIIe et le XVe siècle : appartenance sociale de la clientèle, volume de la demande et rythme des besoins. Elle aborde ensuite la localisation des centres de production et le commerce régional ou extérieur qui se pratiquait au départ de ces ateliers. Le problème du trafic à longue distance est également évoqué. La deuxième partie est consacrée aux aspects techniques de la fabrication : approvisionnement en matières premières, méthodes artisanales mises en œuvre, conservation et transport. Notre conclusion générale tentera de dresser le bilan de cette étude et nous terminerons par un appendice documentaire comportant notamment l’édition de textes inédits empruntés à nos sources.

Notes

1 Cfr. A. von Reitzenstein, Uber die Anfange des Waffensammelns, pp. 69 sv.

2 C’est dans cet esprit utilitaire que fut conçu l’ouvrage de F. de Vigne, Vademecum du peintre au recueil de costumes du Moyen Age, 2 vol., Gand, 1835-1840. Les nombreuses erreurs qui en déparent les planches aussi bien que les commentaires résultent de l’ignorance de l’auteur quant à l’usage et à la nature des accessoires vestimentaires, civils ou militaires, qu’il prétendait reproduire fidèlement d’après des figurations anciennes.

3 J. Hewitt Ancient urmour and weapons in Europe.., 3 vol., Londres, 1855-1860. E. Viollet-le-Duc, Dictionnaire raisonné du mobilier français de l'époque carlovingienne à la Renaissance, 6 vol., Paris, 1858-1868 ; les tomes II (pp. 332-449), V et VI sont consacrés à l’armement offensif et défensif.

4 Cfr par exemple J.-B. Giraud, Documents pour servir à l'histoire de l'armement au Moyen Age et à la Renaissance, 2 vol., Lyon, 1895-1904 ; K. Uhlirz, Der Wiener Bürger Wehr und Waffen (1126-1618). Auszüge aus den städtischen Kämmerei-Rechnungen, t. 27-31 ; G. Demay, Le costume au Moyen Age d'après les sceaux, Paris, 1880. E. de Prelle de La Nieppe, Notes sur les costumes chevaleresques..., pp. 375 sv. Voir les études de : Y. Bach, de Riquer, W. Giesse, Y. Schirling, A. Schulz, A. Sternberg, J. Schwietering sur l’armement d’après les oeuvres épiques et courtoises. Cfr la « Bibliographie » des travaux en tête de cet ouvrage.

5 Cfr notamment L. Lacabane, De la poudre à canon et de son introduction en France, t. VI et X ; P. Henrard, Documents les plus anciens sur l'emploi des canons et des armes à feu dans les Pays-Bas, pp. 218-223 ; K. Jacobs, Beiträge zur Geschichte des Feuerwaffen am Niederrheine bis zum Jahre 1400, Bonn, 1910 ; H. W. Hime, Our earliest cannon, 1314-1346, pp. 489-494.

6 Voir la description bibliographique de ces études en tête de cet ouvrage.

7 Bibliographie sélective dans C. Blair, European Armour, circa 1066 to circa 1700, Londres, 1958, pp. 230-233 ; ID., European and American arms, c. 1100-1850 Londres, 1962, pp. 123-127. — Y ajouter l’important ouvrage, paru depuis, de Fr. Buttin, DU costume militaire au Moyen Age et pendant la Renaissance, Barcelone, 1971. Patient travail d’érudition, cette étude remet en question, — mais pas toujours de façon convaincante, — bon nombre de notions reçues depuis le XVIIe siècle sur la typologie de l’armement défensif ancien.

8 Voir à ce sujet la note critique de J. Squilbeck, Armures et armes anciennes, pp. 910-912.

9 Cfr. par exemple C. Blair, European Armour..., p. 108 : « In Flanders, where the armourers seem to hâve been almost as important as those of Italy and Germany... » ; W. Reid, Commonwealth supply departments wilhin the Tower..., p. 335 : « Much research remains to be done on the history of the armourers of Holland and Belgium as little is yet known about their work compared with that of the craftsmen of Innsbruck, Augsburg, Milan and Greenwich ». A propos des fabricants de canons, cfr. C. M. Cipolla, Guns and sails..., p. 152 : « We know nothing about the manufactures in Holland and the Southern Low Countries which were among the main European centres of production ».

10 C’est la conception que prône Cipolla dans son remarquable ouvrage, cit. n. 9. pp. 151 sv. Voir le compte rendu de ce livre, que nous avons donné dans Le Moyen Age, t. 73, 1967, pp. 580-585.

11 A côté des auteurs cités supra n° 9, qui attibuent a la Belgique ancienne un rôle important dans la production armurière européenne, d’autres érudits ignorent totalement cette activité, comme par exemple : W. Boeheim, Die Waffe und ihre einstige bedeutung im Welthandel, pp. 171 sv. ou P. Martin, Armes et armures, de Charlemagne à Louis XIV. pp. 161 sv.

12 Il est bien entendu que nous utilisons le vocable « belge » par simple souci de commodité et en pleine conscience de son caractère anachronique pour l’époque à laquelle nous l’appliquons. De même l’expression « Pays-Bas », à laquelle nous donnons plutôt l’acception anglaise de : pays d’entre deux qui n’est ni la France ni l’Allemagne. Nous y incluons la principauté de Liège et le comté de Looz, qui ne firent pas partie des Pays-Bas au sens strict.

13 A propos des plus anciens comptes urbains conservés pour l’Europe occidentale, cfr P. Bougard et C. Wyffels, Les finances de Calais au XIII e  siècle, pp. 12-15.

14 Notamment H. Laurent, Un grand commerce d’exportation au Moyen Age. La draperie des Pays-Bas.... p. XIX. Sur la valeur de ces comptes en général, cfr M. Mollat, Recherches sur les finances des ducs de Valois de Bourgogne, pp. 285 sv. ; A. Van Nieuwenhuysen, La comptabilité d’un receveur de Philippe le Hardi, pp. 409 sv.

15 L.-P. Gachard, Rapport à Monsieur le Ministre de l’Intérieur sur différentes séries de documents concernant l’histoire de la Belgique..., p. 32 (voir aussi pp. 30 sv.). Voir deux exemples remarquables d’utilisation des comptes : J.-M. Richard, Une petite-nièce de saint Louis. Mahaut, comtesse d’Artois et de Bourgogne..., Paris, 1887 et L. Mirot, Jean sans Peur, de 1398 à 1405, d’après les comptes de sa Chambre aux deniers, pp. 129 sv.

16 Voir les éditions de textes, reprises dans la bibliographie en tête de cet ouvrage, dues au comte de Laborde, au Cercle archéologique de Mons et à Hamaker, Richard, Pinchart, Devillers, Debaisnes, Finot, Garnier, Prost, plus près de nous enfin à Smit et à Mollat.

17 Cfr à ce sujet les remarques de M. Mollat, Comptes généraux de l’état bourguignon entre 1416 et 1420 ; I e partie, p. XIII.

18 H. Laurent, op. cit., p. XXIII.

19 Bon nombre d’armes et d’armures médiévales provenant de l’« espace belge » se trouvent dans des musées étrangers, notamment ceux de Vienne, de Madrid et de Londres, sans parler des pièces dispersées, en Belgique et hors frontières, dans les collections privées. La plupart des musées archéologiques locaux de chez nous en possèdent également, de même, bien entendu, que le Musée royal d’Armes et d’Armures de la porte de Hal à Bruxelles, au sujet duquel on consultera : E. De Prelle de La Nieppe, Catalogue des armes et armures du Musée de la Porte de Hal, Bruxelles, 1902.

20 P. Henhard, Histoire de l'artillerie en Belgique depuis son origine jusqu'au règne d'Albert et d'Isabelle, Bruxelles, 1865 ; ID., Documents pour servir à l'histoire de l'artillerie en Belgique. I e partie : Les fondeurs d'artillerie, 1889, pp. 237 sv.

21 B. Rathgen, Feuer-und Fernwaffen des 24. Jahrhunderts in Flandern, 1915-1917, pp. 275 sv. ; ID., Das Geschütz im Mittelalter. Quellenkritische Untersuchungen, Berlin, 1928.

22 G. Van Doorslaer, L'ancienne industrie du cuivre à Malines, 1910 à 1924.

23 J. Squilbeck, Le travail du métal à Bruxelles. I : Notice sur le métier des armuriers, pp. 247-262.

24 C. Gaier, Le problème de l'origine de l'industrie armurière liégeoise au Moyen Age, 1962, pp. 22-75.

25 On peut citer dans ce domaine : A. de Behault de Dornon, Le canon d'Edimbourg « Mons Meg » forgé, à Mons, au XV e  siècle, 1894, pp. 1-96 ; C. Gaier, The origin of « Mons Meg », 1967, pp. 425 sv. ; E.De Prelle de La Nieppe, L’inventaire de l'armurerie de Guillaume III, comte de Hainaut, en 1358, 1903, pp. 107-116 ; L. Verriest, Les armures et atours d’un chevalier bâtard du XIV e  siècle, 1943, pp. 24-33 ; M. Tourneur-nicodeme, La brigandine et la mitre de Guillaume Fillastre, 1949, pp. 16-23. — Nous ne faisons pas mention ici des travaux consacrés à la typologie des armes médiévales en Belgique, car ils n’ont généralement pas d’intérêt pour l’histoire de l’industrie armurière proprement dite. C’est le cas notamment des controverses suscitées par l’essai d’identification du « goedendag » des communiers flamands, qui donnèrent lieu à une multitude d’articles, parmi lesquels nous renvoyons à ceux de : de Raadt, Moens, Van Duyse et Van Malderghem, cités dans notre bibliographie.

26 J. Garnier, L'artillerie de la commune de Dijon d'après les documents conservés dans ses archives, Dijon, 1863 ; ID., L'artillerie des ducs de Bourgogne d'après les documents conservés aux archives de la Côte-d'Or, Paris, 1895 ; J. Finot, Inventaire sommaire des archives..., Lille, 1895 ; ID., L'artillerie bourguignonne à la bataille de Montlhéry, Lille, 1896 ; de la FonsM-Elicocq, De l'artillerie de la ville de Lille aux XIV e , XV e et XVI e  siècles, Lille, 1854 ; G. Decamps, L'artillerie montoise. Ses origines, Mons, [1906] ; G. Wymans, Maître Jehan l'artilleur et la première bombarde d’Ath (l350), 1958, pp. 55-67 ; Ed. Roland, L'artillerie de la ville de Binche. 1362-1420, 1954, pp. 17 sv. ; E. J. Soil de Moriame, Armes et armuriers tournaisiens, 1913, pp. 35 sv.

© Presses universitaires de Liège, 1973

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search