Version classiqueVersion mobile

Montherlant et l’Antiquité

 | 
Pierre Duroisin

Bibliographie*

Texte intégral

Section A. Œuvres de Montherlant

La base en est constituée par les cinq volumes de la « Bibliothèque de la Pléiade » :

- Théâtre (L’Exil - Pasiphaé - La Reine morte - Fils de personne - Un Incompris - Malatesta - Le Maître de Santiago - Demain il fera jour - Celtes qu’on prend dans ses bras - La Ville dont le prince est un enfant - Port-Royal - Notes de théâtre), 1958.

- Théâtre (les mêmes œuvres, plus : Brocéliande - La Mort qui fait le trottoir (Don Juan)

- Le Cardinal d’Espagne - L’Embroc - La Guerre civile, suivie de La Mort de Pompée), 1972.

- Romans et Œuvres de fiction non théâtrales (Le Songe - Les Olympiques - Les Bestiaires

- La Petite Infante de Castille - Encore un Instant de bonheur - Les Célibataires - Les Jeunes Filles : Les Jeunes Filles - Pitié pour les femmes - Le Démon du bien - Les Lépreuses), 1959.

- Romans II (La Rose de sable - Les Garçons - Le Chaos et la Nuit - Un Assassin est mon maître), 1982.

- Essais (La Relève du matin - Chant funèbre pour les morts de Verdun - Aux Fontaines du désir - Un Voyageur solitaire est un diable - Mors et vita - Service inutile - L’Équinoxe de septembre - Le Solstice de juin - Carnets 1930-1944 - Textes sous une occupation 1940-1944), 1963.

On y ajoutera, tous publiés chez Gallimard :

Celles qu’on prend dans ses bras. Notes de théâtre, 1950.

Brocéliande, suivi de L’Art et la vie, 1956.

Discours de réception à l’Académie française (et Réponse de M. le duc de Lévis Mirepois), 1963.

Va jouer avec cette poussière (Carnets 1958-1964), 1966.

Les Garçons, 1969.

Le Treizième César, 1970.

La Marée du soir (Carnets 1968-1971), 1972.

Mais aimons-nous ceux que nous aimons ? (récit), 1973.

Le Fichier parisien, 1974.

Tous Feux éteints (Carnets 1965, 1966, 1967. Carnets sans dates et 1972), 1975.

Coups de soleil, 1976.

L’Équinoxe de septembre, suivi de Le Solstice de juin et de Mémoire (1948), 1976.

On joindra à cette liste les ouvrages et les écrits mineurs qui suivent, cités dans l’ordre chronologique de l’édition : Première Olympique (Le Paradis à l’ombre des épées). Grasset, 1924 (« Les Cahiers Verts », 31).

Deuxième Olympique (Les Onze devant la porte dorée). Id. (Ibid., 41).

Pages de tendresse. Grasset, 1928.

Earinus. Troisième Olympique. Hazan et Cie, 1929.

Avant-propos à Physiologie de la boxe de Éd. des Courrières et Luc-Albert Moreau. Librairie Floury, s.d. (1929).

Au petit Mutilé. Les Éditions du Portique, 1930.

V.G.C. (plaquette sur Ventura Garcia Calderόn). Éd. Excelsior, 1934.

Fragment de « Monologue intérieur », etc., dans Explications de Montherlant de V.G.C. Bruxelles, Les Cahiers du Journal des Poètes, 1937 (« Série Essais », no 41).

Les Olympiques. Grasset, 1938.

Les Petits Saints et la vie (dans L’Équinoxe de septembre). Grasset, 1938.

Croire aux âmes. (Marseille), Jean Vigneau, 1944.

D’aujourd’hui et de toujours. Bruxelles, Éd. de la Toison d’or, 1944.

Malatesta. Lausanne, Marguerat, 1946.

Il y a encore des Paradis. Sceaux, Le Palimugre, 1947.

Le Plaisir et la peur. G. Leblanc, 1952.

Sur la mort d’un ami, dans Les Nouvelles Littéraires du 22-7-1954 (repris dans Les Enquêtes de Monsieur Gilles, de Jacques DECREST, alias J.-N. FAURE-BIGUET, pp. XVI-XVII. Le Club du Livre policier, 1962).

Préface à Le Secret merveilleux de Germaine THERON. Gallimard, 1957.

Sur les Femmes. Jean-Jacques Pauvert, 1958.

Avant-propos à Montherlant vu par des jeunes de 17 à 27 ans. La Table Ronde, 1959.

Préface à Montherlant. L’Art et l’Amour de Nicole DEBRIE-PANEL. Lyon-Paris, E. Vitte, 1960.

Préface à La Sainte Face d’Élie FAURE. La Jeune Parque, 1966.

Préface au tome XI de L’Œuvre de Maurice Barrès. Club de l’Honnête homme, 1967.

Préface au Satiricon. Gallimard, 1969 (« Folio »).

Préface à Quo vadis ? Le Livre de poche, 1970 (no 3161).

Erold et Sylvaine (écrit vers 12 ans), dans Le Livre et l’Estampe, Revue de la Société royale des Bibliophiles et Iconophiles de Belgique, XIX, 1975-1976, pp. 153-164.

Thrasylle. Paris-Lausanne, Robert Laffont - Grand-Pont (J.-P. Laubscher), 1983.

Correspondance Henry de Montherlant - Roger Peyrefitte. Présentation et notes de R. Peyrefitte et Pierre Sipriot. Robert Laffont, 1983.

Moustique. La Table Ronde, 1986.

Section B. Ouvrages et articles sur Montherlant

ARCHAMBAULT (P.), Jeunes Maîtres (Montherlant, Mauriac,...). Bloud et Gay, 1926.

ARX (P. d’), La Femme dans le théâtre de Montherlant. Librairie Nizet, 1973.

BANCHINI (F.), Le Théâtre de Montherlant. Rome, Fr. Palombi Edit., 1971.

BATCHELOR (J.), Existence et imagination, Essai sur le théâtre de Montherlant (tr. de l’anglais). Mercure de France, 1970.

BEAUVOIR (S. de), Le deuxième Sexe, I, pp. 311-331. Gallimard, 1949.

BEER (J. de), Montherlant ou l’homme encombré de Dieu (avec des remarques de Montherlant). Flammarion, 1963 (« Portrait-Dialogue »),

BLANC (A.), Montherlant, un Pessimisme heureux. Le Centurion, 1968 (« Sciences humaines »),

—, La Reine morte. Hatier, 1970 (« Profil d’une œuvre »),

—, Présentation de Les Critiques de notre temps et Montherlant. Garnier, 1973 (« Les Critiques... »).

BODART (R.), A la rencontre de... : Henry de Montherlant ou l’Armure vide. Liège, B. Gothier, 1946 (« La Sixaine »).

BOISDEFFRE (P. de), Les Écrivains de la nuit, pp. 249-273. Plon, 1973.

BORDONOVE (G.), Henry de Montherlant. Éd. universitaires, 1954 (« Classiques du XXe siècle »).

BRUEZIÈRE (M.), Montherlant et le Sport, dans le Spécial Montherlant de La Table Ronde, 155, nov. 1960, pp. 55 et svv.

BRULARD (R.), Montherlant et ses Masques. Bruxelles, Éd. « La lecture au foyer », 1953.

CADIEU (M.), Montherlant et le « social », dans Montherlant vu par des jeunes de 17 à 27 ans, pp. 205-218. La Table Ronde, 1959.

CAILLOIS (R.), Plaidoyer pour Tacite, dans le numéro 242 de la N.R.F. de février 1973, pp. 95-100.

CALDERON (V.G.), Explication de Montherlant. Bruxelles, Les Cahiers du Journal des Poètes, 1937.

CAU (J.), En un jour royal d’Équinoxe, dans le Figaro littéraire du 30-9-1972, pp. 13 et 18.

CHAPSAL (M.), Quinze Écrivains. Julliard, 1963.

CLOUARD (H.), Histoire de la littérature française du symbolisme à nos jours, II, pp. 299-309. Albin Michel, 1949.

CROON (W.), Erscheinungsformen der « Alternance » im Werk Henry de Montherlants. Thèse de l’Université Gutenberg de Mayence. Düsseldorf, 1960.

CURTIS (J.-L.), Haute École, pp. 43-76. Julliard, 1950.

DATAIN (J.), Montherlant et l’héritage de la Renaissance. Amiot-Dumont, 1956.

DEBRIE-PANEL (N.), Montherlant. L’Art et l’Amour. Lyon-Paris, E. Vitte, 1960 (« Singuliers et mal connus »),

DRIEU LA ROCHELLE (P.), Sur les Écrivains (passim). Gallimard, 1964.

DUROISIN (P.), Un Usage nouveau des index mécanographiques, dans Revue de l’Organisation internationale pour l’Étude des Langues anciennes par Ordinateur, 1975, I, pp. 59-69.

—, Où Montherlant fait quelques reproches à ses maîtres, dans Revue des Langues vivantes, XLIII, 1977, 6, pp. 547-571.

—, « Cette voix d’un autre monde » dans Les Olympiques de Montherlant. Analyse de quelques citations d’auteurs anciens, dans L’Antiquité classique, Ll, 1982, pp. 207-239.

DUTOURD (J.), Fils de Montaigne, dans Les Nouvelles Littéraires du 14 mars 1957.

EDNEY (D.), Les Pièces historiques de Henry de Montherlant. Étude dramaturgique. Thèse de l’Université de Strasbourg, 1966.

FAURE-BIUGUET (J.-N.), Les Enfances de Montherlant. Plon, 1941.

FOLDENAUER (B.), Antikheidnische und christlich-religiôse Elemente im Werk von Henry de Montherlant. Thèse de l’Université de Tübingen, 1957.

JOHNSON (R.B.), Henry de Montherlant. New York, Twayne Publishers, Inc., 1968 (« TWAS », 37).

JOLAS (P.), Henry de Montherlant, dans Rencontres artistiques et littéraires, no 2, sept. 1970, pp. 1-5.

KASTERSKA (M.), Pétrone, Sienkiewicz et Montherlant, dans Revue générale belge, 2, 1963, pp. 67-89.

LAPRADE (J. de), Préface au Théâtre, pp. VII-XXXV (1954). « Bibl. de la Pléiade ».

LECERF (E.), Montherlant ou la Guerre permanente. Bruxelles-Paris, Éd. de la Toison d’or, 1944.

LOBET (M.), La Magie du collège dans l’œuvre de Montherlant, dans Revue générale belge, oct. 1969, pp. 41-53.

—, Classiques de l’an 2000, pp. 173-178. Nivelles, Éd. de la Francité, s.d. (vl. 1970).

—, Montherlant et le sacré. Bruxelles, André de Rache, 1972 (« Mains et Chemins », 6).

MASSIS (H.), Filiations, dans La Table Ronde, 155, pp. 90-95.

MATZNEFF (G.), Montherlant et les Anciens, dans Montherlant vu par des jeunes...,

pp. 1-10.

—, Pessimisme et nihilisme chez Montherlant, dans La Table Ronde, 155, pp. 214-222.

—, Le Carnet arabe (pp. 163-167). La Table Ronde, 1971.

—, Préface à Don Juan. Gallimard, 1972 (« Folio »),

—, Montherlant éducateur, dans le numéro 242 de la N.R.F., pp. 13 et svv.

—, Cette Camisole de flammes (Journal 1953-1962). La Table Ronde, 1976.

—, Le Tombeau de Montherlant, dans Le Défi. La Table Ronde, 1977.

—, Vénus et Junon (Journal 1965-1969). La Table Ronde, 1980.

—, L’Archange aux pieds fourchus (Journal 1963-1964). La Table Ronde, 1983.

MAURIAC (Fr.), Mémoires intérieurs, pp. 192-198. Flammarion, 1959.

MAUROIS (A.), D’Aragon à Montherlant, pp. 75-79. Libr. académique Perrin, 1967.

MAWET (Fr.), Montherlant et l’Antiquité. Mémoire de licence de l’Université de Liège, 1965.

MINGUET (Ph.), M. de Montherlant ou les petits emprunts font les grands écrivains, dans La Revue nouvelle, XXVI, 12, 1957, pp. 609-612.

MONDINI (B.), Montherlant du côté de Port-Royal. La pièce et ses sources. Nouvelles Éd. Debresse, 1962 (« Au Carrefour des Lettres »).

MOHRT (M.), Montherlant, « homme libre », 10e éd. Gallimard, 1943.

ORMESSON (J. d’). Un Fils de l’Ecclésiaste et de la volupté, dans Les Nouvelles Littéraires, du 17-4-1972, p. 6.

PAULHAN (J.), Les Fleurs de Tarbes ou la terreur dans les Lettres, 3e éd., pp. 179-207. Gallimard, 1941.

PERRUCHOT (H.), Montherlant, 3e éd. Gallimard, 1959.

PEYREFITTE (R.), Propos secrets, I, pp. 47-81. Albin Michel, 1977.

—, Correspondance Montherlant-Peyrefitte. Robert Laffont, 1983.

PIERRE-QUINT (L.), Henry de Montherlant, 1945, dans La Table Ronde, 155, pp. 166-171 (repris dans l’édition de 1976 de L’Équinoxe et du Solstice, pp. 313-319. Gallimard).

PLACE et TALVART, Bibliographie des auteurs modernes de langue française, numéros 20 (Montherlant, jusqu’en 1973) et 21 (Montherlant, suite - etc.). Le numéro 20, tiré à part, constitue le Montherlant de Georges PLACE. Éditions de la Chronique des Lettres françaises, 1974 (« Collection G. Place », 12).

PLUCHE (B.), Physique et métaphysique d’un suicide, dans Les Nouvelles Littéraires du 23-9-1973 (no 2399), p. 14.

POMÈS (M.), A Rome avec Montherlant. Éd. André Bonne, 1951.

RAIMOND (M.), Préface, notices et notes aux Romans II (1982). « Bibl. de la Pléiade ». RENWRANTZ (H.), Die Romantrilogie « La Jeunesse d’Alban de Bricoule » von Henry de Montherlant. Thèse de l’Université de Hambourg. Hambourg, 1974.

ROBICHEZ (J.), Le Théâtre de Montherlant, SEDES, 1973.

SANDELION (J.), Montherlant et les Femmes. Plon, 1950.

SAINT PIERRE (M. de), Montherlant bourreau de soi-même, 8’éd. Gallimard, 1949. SAINT ROBERT (Ph. de), Montherlant humaniste, dans Synthèses, 239-240 1966 pp. 29-35.

—, Montherlant le Séparé. Flammarion, 1969.

—, Préface complémentaire au Théâtre, pp. XLI-L (1972). « Bibl. de la Pléiade ». SECRÉTAIN (R), Préface aux Romans I, pp. VII-XXXIV (1958). « Bibl. de la Pléiade ».

—, Ceux qui ont éclairé nos chemins (Montherlant,...). Plon, 1977. La première partie de cette étude est la préface même des Romans I.

SIMON (P.-H.), Procès du Héros (Montherlant,...), pp.1-110. Éd. du Seuil, 1950. —, Témoins de l’homme (partim), 3’éd., pp. 93-111. Libr. Armand Colin, 1955. SIMON-SCHAEFER (B.-O.), Die Romane Henry de Montherlants. Thèse de l’Université de Cologne. Genève, Droz, 1975.

SIPRIOT (P.), Montherlant par lui-même. Éd. du Seuil, 1953 (« Écrivains de toujours »).

—, Id., 1973 (éd. revue).

—, Avant-propos, dans La Table Ronde, 155.

—, Préface aux Essais, pp.IX-XLI (1962). « Bibl. de la Pléiade ».

—, Album Montherlant (Iconographie réunie et commentée par...). « Bibl. de la Pléiade » 1979.

—, Préface aux Dessins de Montherlant, pp. 7-11. Copernic, 1979.

—, Montherlant sans masque, I (L’Enfant prodigue, 1895-1932). Robert Laffont, 1982.

—, Préface à Thrasylle, pp. 7-9. Paris-Lausanne, Laffont-Grand-Pont, 1983.

—, Préface et Notes à la Correspondance Montherlant-Peyrefitte. Robert Laffont, 1983.

—, Postface à Moustique, pp. 189-194. La Table Ronde, 1986.

SITO ALBA (M.), Montherlant et l’Espagne. Les Sources hispaniques de la « Reine morte ». Klincksieck, 1978 (« Témoins de l’Espagne », série historique, 7).

SOMVILLE (P.), Suite à une mythologie de l’eau, dans Cahiers internationaux du Symbolisme, 21, 1972, pp. 79-89.

—, Montherlant épicurien ou La Mort à l’Équinoxe, dans Otia, 2, 1973, pp. 25-28.

SUSSKIND (A.-J.), Au-delà des paroles. Thèse de la Duke University, North Carolina 1970.

THÉRIVE (A.), Moralistes de ce temps, pp. 115-170. Amiot-Dumont, 1948.

TRICOT (J.-G.), Les Harmonies de la Grèce, pp. 239-248. Grasset, 1939.

TRONQUART (G.), Montherlant et Barrès, dans La Table Ronde, 155.

TROTIGNON (P.), Le Stoïcisme de Montherlant, dans Théâtre populaire, 21 nov 1956 pp. 17-32.

VAILLAND (R.), Écrits intimes, pp. 42-45 (« La bestialité de Montherlant »), Gallimard, 1968 (d’abord publié en 1928 dans le no 1 de Grand Jeu).

VANDEGANS (A.), Les Dimensions de l’Absolu dans « Le Cardinal d’Espagne », dans Marche Romane, 2, 1965 (tiré à part).

VATRÉ (É.), Montherlant entre le Tibre et l’Oronte. Nouvelles Éditions Latines, 1980.

VERDY (M.), Montherlant et la Guerre, dans Montherlant vu par des jeunes..., pp. 69-78.

VOISIN (M.), D’Annunzio et Montherlant, princes de la Renaissance, dans Synthèses, 247, déc. 1966, pp. 81-86.

Section C. Auteurs anciens

D’une façon générale, les éditions publiées dans les collections suivantes :

- « Bibliotheca Oxoniensis »

- « Bibliotheca Teubneriana »

- « Collection des Universités de France »

- « Loeb Classical Library »

et aussi :

CICÉRON, Ad Atticum, 3 vol. Texte établi et tr. par Éd. BAILLY. Garnier, 1937-1939 (« Classiques Garnier »).

DIOGÈNE LAËRCE, 2 vol. Trad. et notes par Robert GENAILLE. Garnier-Flammarion, 1965.

DION CASSIUS, Histoire romaine, vol. IV et V. Texte établi et tr. par GROS et BOISSÉE. Firmin Didot, 1845.

ESCHYLE. Trad. LECONTE DE LISLE. Lemerre, s.d.

EURIDIPE, 2 vol. Trad. de M. ARTAUD, H. Lefèvre-Garnier, 1842.

—, Id., 4e éd. Firmin-Didot, 1874.

—, Trad. d’Émile PESSONNEAUX. Charpentier, s.d. (préface datée de 1874).

—, 4 vol. (le dernier comprenant les fragments). Tr. BERGUIN et DUCLOS. Garnier, s.d. (« Classiques Garnier »).

—, Théâtre complet, Trad. et notes de Marie DELCOURT-CURVERS. Gallimard,

1962 (« Bibliothèque de la Pléiade »).

—, Euripidis Fragmenta nova. Nova fragmenta Euripidea in papyris reperta. Ed. Colinus AUSTIN. Berlin, W. de Gruyter, 1968 (« Kleine Texte für Vorlesungen und Uebungen», 187).

HÉRACLITE. Fragments tr. et présentés par Yves BATTISTINI. Éd. « Cahiers d’Art », 1948.

—, dans Héraclite, Parménide, Empédocle. Trois Contemporains. Fragments présentés et traduits par Y. BATTISTINI. Gallimard, 1955 (« Les Essais », LXXVIII).

—, dans La Pensée d’Héraclite d’Éphèse, par Abel JEANNIÈRE. Aubier, Éd. Montaigne, 1959 (« Coll. Philosophie de l’Esprit »).

Historiens grecs. Hérodote (tr. Barguet), Thucydide (tr. Roussel). Introduction par J. de ROMILLY. Gallimard, 1964 (« Bibliothèque de la Pléiade »).

HOMÈRE, Iliade. Trad. LECONTE DE LISLE. Lemerre, s.d.

MARC-AURÈLE, Pensées de l’empereur M.A. Antonin. Trad. Alexis PIERRON. Charpentier, 1843.

—, Pensées. Trad. G. MICHAUT. Fontemoing et Co, 1900.

PÉTRONE, Le Satyricon. Trad. C. HEGUIN DE GUERLE. Panckoucke, 1834.

—, Satiricon. Tr. Pierre GRIMAL. Gallimard, s.d. (« Folio »).

PINDARE, Les Olympiques, Les Pythiques, Les Néméennes, Les Isthmiques, Fragments choisis, 4 vol. réunis en un seul. Texte grec et tr. par M. SOMMER. Paris-Alger, Hachette, 1847.

PLATON, Œuvres complètes, tome IV (La République). Tr. de R. BACCOU. Garnier, s.d. (1950) (« Classiques Garnier »).

PLUTARQUE, Les Vies des hommes illustres, 15 vol. Trad. de DACIER (revue et augmentée par A.L. DELAROCHE). Louis Duprat-Duverger, 1811.

—, Vies parallèles, 5 vol. Tr. de Bernard LATZARUS. Garnier, 1950 et svv. (« Classiques Garnier »),

Poetae minores. Tr. E. RAYNAUD, Garnier, 1931 (« Classiques Garnier »),

Romans grecs et latins (Satiricon,...). Tr. Pierre GRIMAL. Gallimard, 1958 («Bibliothèquethèque de la Pléiade »).

SÉNÈQUE, Œuvres complètes de Sénèque le Philosophe, éditées sous la direction de NISARD. Firmin-Didot, 1885.

—, Lettres à Lucilius, 3 vol. Texte établi et tr. par François et Pierre RICHARD. Garnier, s.d. (ach. d’impr. 1945).

SOPHOCLE. Trad. LECONTE DE LISLE. Lemerre, s.d.

Les Stoïciens (Cléanthe, Diogène Laërce, Plutarque, Cicéron, Sénèque, Épictète, MarcAurèle). Tr. d’Émile BREHIER, éd. par Pierre-Maxime SCHUHL. Gallimard, 1962 (« Bibliothèque de la Pléiade »).

TACITE, Œuvres, 3e éd., 6 vol. Texte établi et tr. par DUREAU DE LAMALLE (éd. revue par son fils). L.G. Migaud, 1818.

—, Œuvres complètes, éditées sous la direction de NISARD. Trad. (revue) de DUREAU DE LAMALLE. Dubochet, Le Chevalier et Comp., 1850.

Section D. Ouvrages et articles relatifs à l’Antiquité

AUGUET (R.), (CAZENAVE et...), Les Empereurs fous. Éditions Imago, 1981.

AXELOS (K.), Héraclite et la Philosophie. Les Éditions de Minuit, 1962.

BOISSIER (G.), Cicéron et ses Amis, 49” mille. Hachette, 1949.

—, La Religion romaine d’Auguste aux Antonins, 7e éd., 2 vol. Hachette, s.d.

BOUTMY (É.), Le Parthénon et le Génie grec. Armand Colin, 1897.

BOYANCÉ (P.), Lucrèce et l’Épicurisme. P.U.F., 1963.

BRUN (J.), Le Stoïcisme. P.U.F., 1972 (« Que sais-je ? », no 770).

CARCOPINO (J.), Histoire romaine, II (dans la coll. « Histoire générale » : Histoire ancienne, 3e partie, tome II), 2e éd. P.U.F., 1937.

CAZENAVE (M.). Voir AUGUET.

CROISET (M.), Les « Crétois » d’Euripide, dans Revue des Études grecques, 28, 1915, pp. 217-233.

CUMONT (Fr.), Les Mystères de Mithra. Bruxelles, Lamertin, 1902.

—, Les Religions orientales dans le paganisme romain, 2e éd. Leroux, 1909 (et 3e éd., 1929).

DAREMBERG (C.), SAGLIO (É), POTTIER (É.), Dictionnaire des antiquités grecques et romaines. Hachette, 1877-1919.

DELATTE (L.). Voir Index verborum.

DURUY (V.), Histoire des Romains, 7 vol. Hachette, 1879 et svv.

ERNOUT (A.) et ROBIN (L.), De Rerum natura. Commentaire exégétique et critique, 3 vol. « Belles Lettres », 1962.

ÉVRARD (Ét.). Voir Index verborum.

FERRERO (G.), Nouvelle Histoire romaine. Hachette, 1936.

GRIMAL (P.), Sénèque. Sa vie, son œuvre, 3e éd. revue. P.U.F., 1966 (Coll. « Philosophies »).

—, Rome devant César. Mémoires de T. Pomponius Atticus. Larousse, 1967.

HUMBERT (J.), Socrate et les petits Socratiques. P.U.F., 1967.

Index verborum et Relevés statistiques de Cicéron (Catilinaires), Juvénal, Sénèque, Tacite, édités par le Laboratoire d’Analyse statistique des Langues anciennes (L.A.S.L.A.) de l’Université de Liège, 1962-1978, sous la direction de L. DELATTE, avec la collaboration de Ét. ÉVRARD et de S. GOVAERTS et J. DENOOZ.

JAL (P.), La Guerre civile à Rome (Étude littéraire et morale). P.U.F., 1963 (Publications de la Faculté des Lettres et Sciences humaines de Paris, Série « Recherches », tome VI).

—, Humanisme contemporain, II (Bulletin des Jeunes de l’Association G. Budé), 1966 (passim).

MALET (A.), Histoire de l’Antiquité. Hachette, s.d.

MÉNARD (L.), De la Morale avant les philosophes. Didot, 1860.

—, Hermès Trismégiste. Didier et Cie, 1867.

MESLIN (M.), L’Homme romain. Bruxelles, Éditions Complexe, 1985.

RENAN (E.), Marc-Aurèle et la fin du monde antique (vol. VII de l’Histoire des origines du christianisme), 15e éd. Calmann-Lévy, s.d.

ROBERT (L.), Études épigraphiques et philologiques, dans Bibliothèque de l’École des Hautes Études, fasc. 272, pp. 296-307. Éd. Champion, 1938.

ROBIN (L.), (ERNOUT et...). Voir ERNOUT.

SCHWARTZ (J.), Lucien de Samosate, Philopseudès et de Morte Peregrini. « Les Belles Lettres », 1951 (Publications de la Faculté des Lettres de l’Université de Strasbourg. Textes d’étude, no 12).

VAN OOTEGHEM (J.), Pompée le Grand, bâtisseur d’empire (Tome XLIX des Mémoires de l’Académie royale de Belgique, Classe des Lettres et des Sciences morales). Bruxelles, Palais des Académies, 1954).

ZELLER (Ad.), La Philosophie des Grecs, IL Trad. E. Boutroux. Hachette, 1882.

Section E. Varia

ANDLER (Ch.), Nietzsche, sa vie et sa pensée, IL Gallimard, 1958.

Biblia Sacra (iuxta Vulgatam Clementinam). Desclée et Socii, Romae-Tomaci-Parisiis, 1938. La Sainte Bible. Texte latin et trad. fr. de PIROT et CLAMER, vol. VI. Letouzé et Aney, 1946.

—, Trad. de Louis SEGOND, 1949.

La Sainte Bible du chanoine CRAMPON. Paris-Tournai-Rome-New York, Desclée et Co, 1952.

La Sainte Bible. Trad. en fr. sous la direction de l’École biblique de Jérusalem (« Bible de Jérusalem »), 3 vol. Le Club français du Livre, 1964.

CAMUS (A.), Le Mythe de Sisyphe, 17e éd. Gallimard, 1942 (« Les Essais », XII).

DURKHEIM (É.), Le Suicide. Étude de sociologie, nlle éd. P.U.F., 1960.

FAURE-BIGUET (J.-N.), Passages de l’oiseau. Paris-Neuchâtel, Éd. V. Attinger, 1929.

GRANIER (J.), Le Problème de la Vérité dans la philosophie de Nietzsche. Éditions du Seuil, 1966 (« L’ordre philosophique »).

L’Imitation de Jésus-Christ. Texte latin et tr. fr. de Fabius HENRION. Tours, Marne, 1933.

MICHELET (J.), Histoire de la république romaine. Bruxelles, Méline, Cans et Cie, 1840.

MONTAIGNE (M. de), OEuvres complètes. Textes établis par Albert THIBAUDET et Maurice RAT. Introduction et notes de M. RAT. Gallimard, 1962 (« Bibl. de la Pléiade »),

NIETZSCHE (Fr.), OEuvres complètes publiées sous la direction de Henri ALBERT, 10 vol. Mercure de France, 1899 et svv.

PASCAL (Bl.), Pensées (précédées de l’Entretien avec M. de Saci). Texte de l’éd. Brunschvicg. Garnier, s.d. (« Classiques Garnier »),

POLITZER (G.), BESSE (G.) et CAVEING (M.), Principes fondamentaux de philosophie. Éditions sociales, 1954.

REVEL (J.-F.), Présentation du Voyage en Espagne de Th. Gautier, pp. 9-24. Julliard, 1964 (Coll. « Littérature », 7).

ROLLAND (R.), Au-dessus de la Mêlée, 40 éd. Librairie Paul Ollendorf, 1915.

SEGOND (J.), La Signification de la tragédie. « Les Belles Lettres », 1943 (Bibl. de l’Université d’Aix-Marseille, Série I - Droit-Lettres, 4).

SIENKIEWICZ (H.), Quo vadis ?, 96’éd. Éditions de la Revue blanche, 1900.

—, Roman des temps néroniens. Préface de Montherlant. Trad. de B. KOZAKIEWICZ et J.-L. de JANASZ. P. Lethielleux, Le Livre de Poche, 3161.

Notes de fin

* Ne figurent dans cette liste que les ouvrages consultés. S’il n’est pas mentionné, le lieu d’édition est Paris.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search