Version classiqueVersion mobile

Montherlant et l’Antiquité

 | 
Pierre Duroisin

Première partie. Les Enfances studieuses de Henry de Montherlant et Alban de Bricoule

Chapitre II. Le « Taurinus Furor » et le drame du collège

Texte intégral

  • 1 FAURE-BIGUET, o.l., p. 44.
  • 2 Ibid., p. 49.

1« En octobre 1907, Montherlant entre à l’école Saint-Pierre de Neuilly»1. Peu après, « il commence à apprendre le grec, dont il poursuivra l’étude pendant quatre ans, en leçons particulières, car il est le seul élève de l’école à en faire »2.

  • 3 Ibid., p. 35.

2Son précepteur lui parle de Platon et de ses dialogues. Montherlant y découvre un Théos qui supporte la majuscule. Il s’en étonne et s’informe auprès des siens, « avec l’espoir, dit Faure-Biguet, d’y trouver une espérance chrétienne »3.

3Mais dans le même temps, et dans la foulée de Quo vadis ?, il s’est attaché à Suétone et au Satiricon :

  • 4 Le Treizième César, p. 145.
  • 5 Préface au Satiricon, p. 7. Paris, Gallimard (Collection « Folio », no 70).

« À douze ans, Les Douze Césars et le Satiricon, issus en droite ligne de l’édifiant Quo vadis pour devenir mes nouveaux livres de chevet, vont me familiariser en esprit avec ce qu’on peut trouver de mieux comme extravagances : ils m’en apprennent, et de toutes les couleurs ; ces ouvrages, au titre de “classiques”, étaient dans toutes les librairies »4. « Ma mère, d’abord, s’était offusquée un peu. Mais bientôt elle céda à l’amusement. Eumolpe et les Césars devinrent notre sujet de conversation presque quotidien, l’après-dînée, avant la prière du soir en commun »5.

  • 6 Ibid., p. 11.

4Cet amalgame de Pétrone et de l’oremus vespéral peut surprendre, il ravit en tout cas l’amateur de syncrétismes que fut Montherlant. Et lui-même rappelle, non sans malice, qu’un érudit du xviie siècle qualifiait Pétrone de « vir sanctissimus »6.

5Les années passent. En janvier 1911, Montherlant entre en première au collège Sainte-Croix, une école qui passe pour libérale et que dirige l’abbé Petit de Juleville.

  • 7 FAURE-BIGUET, o.l., p. 77.

6Jusqu’en juillet, les choses tournent rond. Profitant des vacances, Montherlant lit « Pascal, Montaigne, Horace et l’Imitation »7. Distinguons Montaigne dans cette série, dont chacun connaît les « manies » : le pli de la citation, latine surtout, et un goût prononcé pour Sénèque et Plutarque. Or, Sénèque et Plutarque seront parmi les livres de chevet de Montherlant et lui aussi va émailler son discours de références classiques.

7Quand il pénètre, en octobre 1911, dans la classe de philosophie de Paul Archambault, il semble d’ailleurs plus imprégné de la sagesse antique que de la foi chrétienne. Archambault en effet a donné un devoir : « Vos impressions en entrant en classe de philosophie », et Montherlant lui répond sans détours qu’il ne voit pas « quel profit tirent les jeunes gens de bonne volonté de leurs études de philosophie».

  • 8 Ibid., pp. 83 à 85 (passim).

« Je sais, précise-t-il, quelle serait la vraie vie qui nous conviendrait : la vie de sage antique, qui serait la plus belle chose du monde. Hélas ! pour un à qui les circonstances de la vie permettront de se créer une retraite où il se puisse consacrer intégralement aux intérêts de son esprit et de son âme, combien — et qu’ils sont à plaindre ! — que les inévitables exigences de la vie emporteront, et qui ne pourront trouver le temps de se cultiver qu’au détriment de leurs devoirs sociaux ! Et puis, que dirait-on de celui qui se ferait une vie de philosophe grec ? »8

  • 9 L’essai, intitulé La Possession de soi-même, est le troisième volet de L’Âme et son ombre, qui est (...)

8Le collégien définit ici ce que l’écrivain appellera, vingt-quatre ans plus tard, « l’unique nécessaire », dans un essai qu’il placera d’ailleurs sous le patronage de Montaigne avec cette épigraphe : « La plus grande chose du monde, c’est de sçavoir estre à soy »9.

  • 10 FAURE-BIGUET, o.l., p. 112. Voir aussi Le Treizième César, p. 145.

9Mais on est proche aussi de Sénèque, que Montherlant présentera, un an plus tard, à l’oral du baccalauréat avec Épictète, Marc-Aurèle et Pascal10.

  • 11 Ad Luc., 22, 8-12 (passim).

10Dans la Lettre 22 à Lucilius, Sénèque dit ceci : « Le sage (...) ne sera pas dans les tracas à cause des affaires. (...) Quand il aura reconnu les défilés où il est entraîné, les passes incertaines, les détroits, (...) il fera retraite doucement pour se mettre à l’abri. Il est facile de se défaire des emplois, si on méprise les avantages que les emplois procurent. (...) Mais si l’on s’arrête à examiner quel bagage on emportera avec soi (...), on ne trouvera jamais l’issue. On n’échappe pas au naufrage encombré de son barda »11.

11Nemo cum sarcinis enatat ! C’est un peu ce qu’écrit l’élève Montherlant en manière de conclusion :

  • 12 FAURE-BIGUET, o.l., p. 85.

« Si l’un d’eux (entendez par là : le commun des mortels) a la bonne volonté de penser : “Je me réserve, maintenant que les classes sont finies, de m’attacher à tels et tels auteurs et de les étudier”, il s’apercevra en quelques jours que la “méditation quotidienne” ne se fait pas entre une séance de Bourse et un dîner en ville — ou n’importe quelles autres servitudes quotidiennes d’un homme qui est du monde. Et il est si difficile de ne pas être du monde »12.

  • 13 C’est un rapprochement que Montherlant lui-même a fait, dans un texte de 1948, en commentaire à so (...)
  • 14 FAURE-BIGUET, o.l., p. 84.

12Il est évident que notre jeune philosophe prêche ici la retraite, chère à Sénèque comme aux Épicuriens, l’ἀσφáλεια ἐξ ἀνὑρώπων, dont l’Imitation, qu’il venait de lire, fait aussi l’éloge13. Mais s’il admire le « sage antique », le « philosophe grec » pour ce qu’il est, l’écolier n’a aucune tendresse pour les systèmes philosophiques qu’on était censé lui expliquer : « Je vois [le monde] en désarroi (...) devant la multiplicité, la complication (...) et la contradiction des systèmes », écrit-il dans ce même devoir14. Cette piquante réflexion annonce l’acerbe diatribe qu’on lira, quelque neuf mois plus tard, dans une lettre de juillet 1912, adressée à Faure-Biguet :

  • 15 Ibid., p. 108. Faure-Biguet fait le rapprochement avec le devoir d’octobre 1911.

« Ou’est-ce qu’un philosophe ? Un philosophe est un homme qui choisit une théorie de la vie, et qui la défend âprement, afin de se donner une personnalité. Il ne s’agit pas du tout que ça colle bien sur la vie, mais seulement que ce soit ou que ça paraisse être original, que son nom reste attaché à ce système »15.

13La fureur de l’écolier avait été aiguisée par deux événements graves : l’expulsion du collège, en mars, pour une histoire d’amitié particulière ; l’échec à l’oral du baccalauréat, en juillet. Mais ceci n’explique pas tout. La lettre de 1912 et la dissertation de 1911 se complètent l’une l’autre ; elles prouvent que Montherlant, d’ores et déjà, place les faits avant la théorie. Les refus qu’il opposera plus tard à la Grèce classique, à certains aspects de Platon, procéderont de ce choix, comme ses préférences pour l’opus romanum.

***

14Mais revenons-en à l’été 1911.

15Les vacances ont été fructueuses. Outre les lectures dont nous avons parlé, il y a eu un voyage en Espagne et Montherlant en a profité pour se faire initier à la tauromachie.

  • 16 La formule est de Montherlant (dans España Sagrada, repris dans l’édition posthume de Coups de sol (...)
  • 17 Voir Faure-Biguet, p. 51 et Album, p. 45.
  • 18 Voir Les Bestiaires, p. 581 (R 1), qui sont datés : « Burgos, 1911Séville, - 1925 ».

16En fait, le taurinus furor16 s’était emparé de lui pendant l’été 190917. Accompagnant sa grand-mère à Lourdes, il était allé jusqu’à Bayonne, où il avait vu les fauves, les « bêtes ». En août 1911, il va en Espagne pour les affronter. Il y retournera en 1925. Les Bestiaires paraîtront, en feuilleton, dès l’année suivante, mais l’ébauche de ce roman remonte à 191118.

  • 19 Cf. la date de naissance de Bricoule : le 21 avril.

17Comme il fallait s’y attendre19 le héros des Bestiaires est tout imprégné de Quo vadis ? et des Romains :

  • 20 O.l., p. 385 (R 1). Voir aussi p. 396.

« Une course de taureaux était annoncée aux arènes de Bayonne. On décida d’y aller simplement parce que le mot arène avait sur Alban un pouvoir électrique. En effet, alors qu’on le préparait à sa première communion, Mme de Coantré avait donné à son petit-fils l’édition pour la jeunesse de Quo vadis, et depuis ce temps Alban était Romain. Il avait sauté les pages consacrées à l’apôtre Pierre »20.

  • 21 O.l., p. 431 (R 1).
  • 22 L.l. On peut ici reprendre deux phrases du manuel d’Albert MALET, que j’ai cité plus haut. Celle-c (...)
  • 23 Ibid., p. 417 (R 1).

18Bricoule, comme Montherlant, a ses formules ou ses phrases fétiches, tantôt extraites de l’Iliade21, tantôt reprises de ses livres d’histoire22. Ce torero, par ailleurs, n’est point galant homme : « Son idéal était la vie antique, où la fleurette fut inconnue »23, et surtout :

  • 24 Ibid., p. 442 (R 1). Voir aussi Le Songe, p. 214 (R 1).

« Au collège, où il se sentait Grec et Romain, il faisait profession de dédaigner la femme, et avait de doctes entretiens, renouvelés des Grecs, sur la question de savoir si oui ou non elle possède une âme »24.

  • 25 Quo vadis ? p. 13.
  • 26 O.l., p. 23.

19Nous avons ici un souvenir précis de Quo vadis ? Pétrone, qui sort avec peine du sommeil, se rappelle la fête de la veille « où il avait discuté avec Néron, Lucain et Sénèque la question de savoir si la femme possède une âme »25. Faure-Biguet a écrit, en se référant à l’auteur des Jeunes Filles plutôt qu’au héros des Bestiaires : « S’il est prédestiné à être de ceux qui, tout en désirant la femme, n’ont pour elle que peu d’estime, combien toute une partie de lui-même cristallisera sur la phrase, en apparence inoffensive, de Quo vadis ? »26. Et Montherlant lui-même écrira, sans sourciller, dans La Marée du soir, c’est-à-dire près d’un demi-siècle après Les Bestiaires :

  • 27 O.l., p. 125.

« Je songe (...) que ce mot d’“âme” prononcé pendant des siècles par les éducateurs chrétiens n’a jamais concerné dans leur esprit que les garçons et les hommes. Vous rappelant invinciblement la première phrase de Quo vadis ? qui évoque les discussions qu’avaient les Grecs sur la question de savoir si la femme possède ou non une âme »27.

  • 28 O.l., p. 513 (R 1). Je relève cette phrase : « Il aimait singulièrement, pour sa douceur et clémen (...)

20Alban est bien à l’image de son créateur, imbu de Quo vadis ?, mais aussi de Jules César, de Scipion l’Africain, de Julien l’Apostat et de Mithra28.

***

  • 29 En fait, il y a dans Les Garçons nombre d’allusions au monde tauromachique, mais sous la forme d’a (...)
  • 30 O.l., p. 79.

21À la rentrée, Bricoule eut le bon goût de ne point trop se vanter de ses exploits tauromachiques. C’est du moins ce qu’on peut inférer du silence relatif qui entoure l’événement dans Les Garçons29. Montherlant fut-il aussi modeste que son héros ? Il est probable que non. Faure-Biguet écrit qu’il était revenu tout « gonflé » de son voyage en Navarre30.

  • 31 SIPRIOT, Album, p. 62.
  • 32 FAURE-BIGUET, o.l., p. 85.

22Jouissant de l’estime générale, Montherlant préside bientôt une académie littéraire à l’intérieur même du collège. Mais, dès janvier, les choses se gâtent. Avec quelques camarades, il a fondé « une société de huit membres entre lesquels existe un pacte à la vie à la mort : la Famille »31. La direction s’en alarme ; la « Famille » est menacée. « Nous sommes, dit Montherlant, les Romains sous Néron, attendant l’ordre de mort de leurs proches ! »32.

  • 33 Ibid., p. 81.
  • 34 L.l.
  • 35 L.l.
  • 36 Ibid., p. 89.

23Le préfet de la seconde division, l’abbé de la Serre, a d’ailleurs tonné en chaire et « désigné nommément Montherlant comme l’âme de la conspiration »33. Mais « le lendemain, lui qui, depuis son entrée au collège, ne s’est jamais confessé à un prêtre de la maison, va trouver l’abbé de la Serre et lui demande d’être son confesseur attitré »34. Ce « coup de génie », comme dit Faure-Biguet35, n’aura qu’un effet limité puisqu’en mars il est exclu de Sainte-Croix. Alors, « il ne manqua point, (...) disant (...) que même ses meilleurs camarades, ses complices, le traitaient comme un pestiféré et ne lui parlaient plus, de se comparer à Pétrone tombé en disgrâce, autour de qui tout le monde faisait le vide »36.

24Dans ce drame — car ce fut un drame pour Montherlant —, Quo vadis ? gardait donc ses droits. C’est ce qui ressort du récit de Faure-Biguet, c’est aussi ce qui ressort des confidences du Treizième César :

  • 37 Le Treizième César, pp. 182-3 (passim).

« J’ai raconté dans Les Garçons (...) les circonstances de mon renvoi du collège, à seize ans (...). L’imagination aidant, je vivais alors littéralement dans la Rome de Néron, et il est vrai que quelques épisodes que je vivais avaient des ressemblances avec des épisodes de Quo vadis »37.

25On peut d’ailleurs examiner de plus près le texte des Garçons ; on y retrouvera sans peine la marque de Sienkiewicz et de Rome.

  • 38 Les Garçons, pp. 471-2 (R 2).

26On y apprend par exemple que « jusqu’à douze ans, [Alban] venait dans le lit de sa mère, une demi-heure avant d’aller se coucher » et qu’ils « lurent ensemble le début de Quo vadis », de sorte que « l’amour des Romains prit naissance sous le drap »38.

  • 39 Ibid., p. 501 (R 2). Pour Quo vadis ?, voir p. 66.

27Ailleurs, on voit Bricoule et Linsbourg se taquiner pour des questions d’argent. « Mais, dès le lendemain, toute trace d’aigreur disparue, — comme Acté montrant à Lygie la foule dans le Palatin, avec une anecdote brûlante pour chaque recoin du palais (Quo vadis), — Linsbourg avait promené Alban à travers le collège, lui en indiquant les sacratissima loca »39, c’est-à-dire les lieux de rendez-vous fameux et par là-même sacrés.

  • 40 Ibid., p. 671.

28La « Protection » est au collège Notre-Dame du Parc ce que la « Famille » avait été à Sainte-Croix. Et les péripéties se succèdent au Parc comme elles s’étaient succédé à Sainte-Croix. La Protection, dont le couple Bricoule-Souplier, a été dénoncée en chaire par l’abbé de Pradts. Au fil des semaines, la menace se précise et Bricoule confie à son cadet : « J’étouffe dans la Protec comme Vinicius dans la Rome de Néron. J’ai soif d’autre chose, comme Vinicius »40.

  • 41 Ibid., p. 667.
  • 42 Ibid., p. 668. Pour Quo vadis ?, voir p. 79 (En fait, c’est Memmius Regulus qui parle ainsi).

29Un peu plus haut, on a le récit, mi-grave mi-comique, d’une séance de la « Ligue aérienne ». Pendant la causerie, les couples se sont mal tenus et Alban, le soir, raconte toute la séance à sa mère « en la corsant, bien entendu » : « Il était suffoqué, mais il était quand même assez fier d’appartenir à un collège où l’on reconstituait, dans le paisible Auteuil, et sous l’œil paterne d’ecclésiastiques distingués, l’orgie de Quo vadis »41. Le champagne aidant, Alban divague un peu et « avec l’intonation de Vatinius, dans l’orgie de Quo vadis, quand il dit : “Trente légions ? Ma foi, je crois bien qu’il y en a trente-deux... ” puis roule sous la table, il dit : etc. »42.

  • 43 Ibid., p. 682. Pour Quo vadis ?, voir p. 404. Quant à la « phrase » sur Séjan, elle n’est nulle pa (...)

30Quelques jours plus tard, il est lui-même surpris, avec Serge, dans la resserre, par l’abbé de Pradts. Et le lendemain, le vide se crée autour de sa personne. Alors « il se souvint de Pétrone, dans Quo vadis, quand la foule des courtisans fait le vide autour de lui, parce qu’il vient de déplaire à Néron. Et, dans Tacite, la disgrâce de Séjan : Sejanus statim solus et in subita vastitate trepidus : “Séjan aussitôt se trouva seul, et frémissant, dans ce désert soudain qui s’était fait autour de lui”... S’il en avait eu besoin, ces deux seuls ressouvenirs eussent suffi à le sauver : comment souffrir de ce qui a été souffert par Séjan et par Pétrone ? »43.

31Bref, Les Garçons reproduisent la réalité, et l’intérêt que Bricoule porte à Quo vadis ? et aux Romains est celui que Montherlant leur a porté. La syntaxe même favorise parfois la confusion, quand les allusions à Sienkiewicz sont insérées dans des parenthèses qu’on doit prendre comme des commentaires de l’écrivain plutôt que des impressions du héros.

***

  • 44 E.g. l’épisode intitulé « l’Iliade de la Protection » aux pages 523 et svv. (R 2). Voir aussi pp.  (...)
  • 45 Voir pp. 594, 617, 662, 743.
  • 46 Voir pp. 682 et 683.
  • 47 Voir p. 713.
  • 48 Voir pp. 487, 662, 713, 788.
  • 49 Voir pp. 624, 826.
  • 50 Voir pp. 539, 826.
  • 51 Voir pp. 539, 541.

32Évidemment, il serait naïf de croire que la culture classique de Bricoule se limitait à Quo vadis ? En fait, Les Garçons foisonnent d’allusions, tantôt voilées tantôt directes, à l’Iliade44, à Plutarque45, à Tacite46, Salluste47, Suétone48, Sénèque49, Épictète50 ou Marc-Aurèle51, comme nous allons d’ailleurs le voir, pour les deux premiers, dans un épisode qui nous ramènera du même coup à l’année 1912.

  • 52 P. 589.
  • 53 O.l., p. 81.

33Après la mercuriale de l’abbé de Pradts, Bricoule va trouver son adversaire, et rival auprès de Souplier, et lui offre de rompre avec Serge. Puis il ajoute : « Je suis venu aussi vous demander si vous voulez bien être à l’avenir mon confesseur »52. Ceci nous renvoie, et pour la « machine » et pour le sens qu’il faut lui donner, à la démarche de Montherlant devant l’abbé de la Serre. Faure-Biguet avait eu ce commentaire : « Habileté ? Générosité ? Coup de génie en tout cas »53. L’auteur des Garçons ne tranche pas lui non plus, mais il parle un peu plus loin, lors d’un second entretien entre Alban et de Pradts, de « la volupté puissante et équivoque, et puissante parce qu’équivoque, de tous ceux qui, par élan ou calcul, ou par les deux ensemble, allèrent se livrer aux mains de leur ennemi ». Il ajoute :

  • 54 Pp. 593-4 (R 2).

« Priam embrassant les genoux d’Achille, Coriolan sous la tente du chef volsque, Thémistocle réfugié chez Artaxerce, Jugurtha chez Bocchus, Sylla dans la maison de Marius étaient en lui et le soulevaient »54.

  • 55 Voir Iliade, XXIV, 478 et PLUTARQUE, respectivement Vies de Marcius, 22 ; Thémistocle, 28 ; Marius (...)

34L’épisode, tout imprégné d’Homère et de Plutarque55, se retrouve, pour le fond, dans la pièce parente des Garçons : La Ville dont le prince est un enfant. Mais le texte de La Ville a connu quelques « amendements » qui méritent un examen plus approfondi.

  • 56 Aux pages 53-54 (éd. de 1951).
  • 57 La Ville, I, 3, p. 868-9 dans l’édition de 1958.

35Dans l’édition princeps de Gallimard56, ou dans la première édition du Théâtre à la Bibliothèque de la Pléiade57, on lit ceci :

« L’Abbé
Votre démarche me fait un peu penser (...) à sainte Thérèse d’Avila, qui allait se confesser de préférence à ceux des religieux qui étaient de ses adversaires.
Sevrais (Bricoule dans le roman)
Ah ! Moi, j’avais songé plutôt à Catilina.
L’Abbé
À Catilina ?
Sevrais
Quand il va demander asile à Cicéron, son accusateur ».

36Par contre, dans l’édition complète du Théâtre, de 1972, ou dans la collection « Folio », de 1967, on lit :

  • 58 Ibid., p. 690 (T) ; p. 40 (« Folio »),

« -Ah ! Moi, j’avais songé plutôt à Sylla.
- À Sylla ?
- Quand il se réfugie dans la maison de Marius, son ennemi »58.

37Pourquoi cette variante, pourquoi la leçon Sylla-Marius, qui est d’ailleurs celle des Garçons, et plus la leçon Catilina-Cicéron ?

38On trouvera le motif de cette correction dans Va jouer avec cette poussière, parmi les notes de l’année 1964 :

  • 59 O.l., p. 149.

« En 1951, je parle, dans La Ville dont le prince est un enfant, de Catilina, “quand il se réfugie dans la maison de Cicéron, son accusateur”. La Ville est une pièce extrêmement connue, et en de nombreux pays. Il a fallu néanmoins dix ans pour que quelqu’un — un Allemand, traducteur de la seconde traduction allemande de la pièce — s’avisât que, toutes informations prises, on ne trouvait dans aucun auteur ancien que Catilina se fût réfugié dans la maison de Cicéron. Sans doute avais-je confondu avec Marius se réfugiant dans la maison de Sylla ! Pas moins que cela ! »59.

  • 60 Comparer Vie de Marius, 35 et Vie de Sylla, 10.
  • 61 La démarche initiale de Bricoule (« Voulez-vous bien être mon confesseur ? ») se retrouve dans Mal (...)

39Nous passerons sur le lapsus : « Marius se réfugiant dans la maison de Sylla ». C’est le contraire qu’il faut lire. On peut se reporter au texte de Plutarque : que ce soit dans la Vie de Sylla ou dans la Vie de Marius, l’histoire dit clairement ce qu’il en est60. Montherlant ne s’y est pas trompé quand il s’est agi de « corriger » la version originale de La Ville. Par contre, on peut regretter que ses scrupules d’historien n’aient pas été mieux servis. Si on relit attentivement la Première Catilinaire, on apprend en effet, au chapitre XIX, que Catilina avait voulu se constituer prisonnier auprès de ses adversaires. Il s’était d’abord présenté chez Lepidus. « Lépide ne t’ayant pas accueilli, ajoute Cicéron, tu osas même venir chez moi. Et tu me demandas de te garder dans ma maison ». Mais le consul, effrayé à l’idée d’une pareille cohabitation, repoussa le suppliant, qui se rendit chez le préteur Q. Metellus avant d’être accueilli par M. Metellus. « Etiam ad me uenire ausus es ; atque ut domi meae te adseruarem rogasti ». C’est bien le mot de Sevrais dans La Ville : « ... il va demander asile à Cicéron »61.

Notes

1 FAURE-BIGUET, o.l., p. 44.

2 Ibid., p. 49.

3 Ibid., p. 35.

4 Le Treizième César, p. 145.

5 Préface au Satiricon, p. 7. Paris, Gallimard (Collection « Folio », no 70).

6 Ibid., p. 11.

7 FAURE-BIGUET, o.l., p. 77.

8 Ibid., pp. 83 à 85 (passim).

9 L’essai, intitulé La Possession de soi-même, est le troisième volet de L’Âme et son ombre, qui est à son tour repris dans Service inutile, pp. 699 et svv. (E). Pour le mot de Montaigne, voir Essais, I, 39 (et non 38 comme noté par Montherlant), et peut-être Sénèque, Ad Luc., 20, 1 :... aliquando fias tuus.

10 FAURE-BIGUET, o.l., p. 112. Voir aussi Le Treizième César, p. 145.

11 Ad Luc., 22, 8-12 (passim).

12 FAURE-BIGUET, o.l., p. 85.

13 C’est un rapprochement que Montherlant lui-même a fait, dans un texte de 1948, en commentaire à son Maître de Santiago : Le blanc est noir, p. 539 (T). L’Imitation paraphrase ces mots de Sénèque : « ... redeo... inhumanior quia inter homines fui » (Ad Luc., 7, 3).

14 FAURE-BIGUET, o.l., p. 84.

15 Ibid., p. 108. Faure-Biguet fait le rapprochement avec le devoir d’octobre 1911.

16 La formule est de Montherlant (dans España Sagrada, repris dans l’édition posthume de Coups de soleil, p. 241).

17 Voir Faure-Biguet, p. 51 et Album, p. 45.

18 Voir Les Bestiaires, p. 581 (R 1), qui sont datés : « Burgos, 1911Séville, - 1925 ».

19 Cf. la date de naissance de Bricoule : le 21 avril.

20 O.l., p. 385 (R 1). Voir aussi p. 396.

21 O.l., p. 431 (R 1).

22 L.l. On peut ici reprendre deux phrases du manuel d’Albert MALET, que j’ai cité plus haut. Celle-ci, à la p. 272 : « D’après la tradition romaine (...), ce fut sur le Palatin que Romulus fonda, le 21 avril 753, une ville qu’il appela Rome ». Et celle-ci, à la p. 408 : « ... on faisait combattre des gladiateurs appelés Bestiaires contre des animaux féroces ». C’est probablement dans Malet que Montherlant a « trouvé » sa date de naissance et le titre de son roman, souligné par Malet lui-même. Par contre, il n’a pas dû souscrire à cet autre extrait de la page 408 : « Ces jeux sanglants, dont l’idée seule nous paraît horrible, faisaient les délices du peuple romain. Nous en voyons subsister le plaisir grossier et brutal dans les courses de taureaux espagnoles ».

23 Ibid., p. 417 (R 1).

24 Ibid., p. 442 (R 1). Voir aussi Le Songe, p. 214 (R 1).

25 Quo vadis ? p. 13.

26 O.l., p. 23.

27 O.l., p. 125.

28 O.l., p. 513 (R 1). Je relève cette phrase : « Il aimait singulièrement, pour sa douceur et clémence, Scipion l’Africain, auquel, à l’âge d’onze ans, il avait consacré une petite compilation historique ».

29 En fait, il y a dans Les Garçons nombre d’allusions au monde tauromachique, mais sous la forme d’apartés soit de l’auteur soit de son héros. Alban n’y étale point son taurinus furor, et pour une raison toute simple : « ... devant l’accueil assez hostile qu’ils [sc. les taureaux] suscitaient chez les types, [il] avait (...) cessé d’en parler » (p. 602 - R 2).

30 O.l., p. 79.

31 SIPRIOT, Album, p. 62.

32 FAURE-BIGUET, o.l., p. 85.

33 Ibid., p. 81.

34 L.l.

35 L.l.

36 Ibid., p. 89.

37 Le Treizième César, pp. 182-3 (passim).

38 Les Garçons, pp. 471-2 (R 2).

39 Ibid., p. 501 (R 2). Pour Quo vadis ?, voir p. 66.

40 Ibid., p. 671.

41 Ibid., p. 667.

42 Ibid., p. 668. Pour Quo vadis ?, voir p. 79 (En fait, c’est Memmius Regulus qui parle ainsi).

43 Ibid., p. 682. Pour Quo vadis ?, voir p. 404. Quant à la « phrase » sur Séjan, elle n’est nulle part dans Tacite, même si elle est bien dans l’esprit et dans la manière de l’auteur des Annales. On la trouvera dans la vieille édition de Dureau de Lamalle (qui fut celle de Montherlant, ainsi qu’il ressort de sa Lecture de Tacite, dans Le Treizième César, p. 55). Dureau de Lamalle avait inséré dans sa traduction des Annales les suppléments de l’abbé Gabriel BROTIER, destinés à combler les lacunes du récit original. Voici le texte de Brotier, que Montherlant a amputé de son verbe : « Sejanus, statim solus, et in subita vastitate trepidus, pallescere ; (praetoribus ac tribunis plebis cinctus, exhorrescere) ». Je trouve ce texte dans une édition de Tacite en six volumes (la 3e édition), revue par Dureau de Lamalle fils, et publiée chez L.G. Migaud, à Paris, à partir de 1818. La phrase de Brotier est à la p. 296 du volume 2.
La citation et le nom de Tacite se retrouvent dans toutes les versions des Garçons à partir de 1929 (voir Romans, p. 1380 (R 2), avec toutefois une coquille [Trejanus pour Sejanus] qui paraît être une contamination de trepidus). Détail amusant, dans cette version de 1929, le supérieur du collège s’appelle Dureau de La Halle (Dans sa Lecture de Tacite, en 1955, Montherlant écrit encore Dureau de La Malle).
On retrouvera enfin Tacite et Sejanus... dans toutes les versions de La Ville dont le prince est un enfant (III, 1). Dans les notes qui entourent La Ville, Montherlant a regretté amèrement que cette « phrase de Tacite sur Séjan, si belle, si saisissante, [fît] rire » (p. 832 - T).

44 E.g. l’épisode intitulé « l’Iliade de la Protection » aux pages 523 et svv. (R 2). Voir aussi pp. 539, 594, 842.

45 Voir pp. 594, 617, 662, 743.

46 Voir pp. 682 et 683.

47 Voir p. 713.

48 Voir pp. 487, 662, 713, 788.

49 Voir pp. 624, 826.

50 Voir pp. 539, 826.

51 Voir pp. 539, 541.

52 P. 589.

53 O.l., p. 81.

54 Pp. 593-4 (R 2).

55 Voir Iliade, XXIV, 478 et PLUTARQUE, respectivement Vies de Marcius, 22 ; Thémistocle, 28 ; Marius, 10 et 35.

56 Aux pages 53-54 (éd. de 1951).

57 La Ville, I, 3, p. 868-9 dans l’édition de 1958.

58 Ibid., p. 690 (T) ; p. 40 (« Folio »),

59 O.l., p. 149.

60 Comparer Vie de Marius, 35 et Vie de Sylla, 10.

61 La démarche initiale de Bricoule (« Voulez-vous bien être mon confesseur ? ») se retrouve dans Malatesta. Venu pour assassiner le pape, Malatesta lâche son poignard et dit : « ... je vous supplie d’agréer que je me confesse à vous » (II, 5, p. 371 - T). Marie-Madeleine MARTIN a fort bien expliqué ce passage en le rapprochant de l’épisode réel de la vie de Montherlant (dans un article repris dans le volume Théâtre, p. 463). Il faut cependant noter que ni Bricoule ni Sevrais ne viennent chez l’abbé avec l’intention de nuire, bien qu’ils sachent qu’ils se trouvent en face d’un adversaire.

© Presses universitaires de Liège, 1987

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.

Acheter

Volume papier

amazon.fr
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search