Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Quelques cases de bande dessinée

Broussaille au-delà des apparences (Bd Strip, 1987)

Texte intégral

  • 1 De l’année 1987. En fait, du no 2542 (30/12/1986) au 2545 (20/1/1987).
  • 2 Paru du no 2432 (22/11/1984) au 2435 (13/12/1984).
  • 3 Première apparition du personnage de Broussaille : une planche dans Spirou no 2108 (7/9/1978), page (...)

1Le deuxième long récit de Broussaille, Les sculpteurs de lumière, est paru dans Spirou en janvier dernier1, soit un peu plus de deux ans après le premier, Les baleines publiques2. J’avais alors conçu le principe de cet article, destiné à mettre en lumière ce qui me semble soutenir et charpenter l’inspiration de Frank et Bom, qui va sensiblement plus loin qu’une simple intrigue de BD destinée à un jeune public. Dans le même temps, il convenait d’interroger l’étonnante politique du département albums de Dupuis, qui ne paraissait guère pressé d’offrir une carrière en librairie à ce personnage qui a pourtant depuis longtemps fait ses classes dans l’hebdomadaire3.

  • 4 Frank et Bom, Les baleines publiques, Marcinelle : Dupuis, mai 1987, coll. “Broussaille”, no 1. La (...)
  • 5 Voir, au-delà de Frank, la gabegie ayant présidé à la publication des “Jeannette Pointu” de Wasterl (...)
  • 6 Cf. entre autres “Hislaire, Yann, Le Gall, Cossu et les autres…”, Table ronde des auteurs avec Thie (...)
  • 7 In Les Cahiers de la Bande dessinée, no 75, mai-juin 87, p. 4 et 5 — sous les signatures de Thierry (...)

2Je reprends aujourd’hui ce projet avec d’autant plus d’intérêt qu’enfin la vénérable maison carolorégienne a débloqué la situation : Les baleines publiques existe maintenant sous forme d’album4. Cette parution, toujours auréolée d’une sorte de reconnaissance implicite et de légitimation — malgré le décalage aberrant qui existe chez Dupuis entre les choix de la rédaction de Spirou et ceux du “patron” des albums5, permet à la presse spécialisée d’évoquer le travail de Frank à sa juste valeur. À ce jour, parmi ceux de la “jeune génération” de Spirou, les exégètes avaient surtout sollicité l’analyse du groupe qui a choisi de se partager entre Dupuis et Glénat (voire de passer définitivement à Grenoble) : Yann et Conrad, Berthet, Cossu, Le Gall, Bercovici, Hardy, Makyo, Hislaire. Frank semblait demeurer dans bon nombre d’esprits destiné exclusivement au public traditionnel et donc assez jeune de chez Dupuis6. Or, grâce aux Baleines publiques, le voici en point de mire de cet outil de référence incontournable que constituent Les Cahiers de la Bande dessinée : l’album est analysé en ouverture du numéro 75, dans la rubrique “l’indispensable” qui tous les deux mois sort du lot un ouvrage particulièrement digne d’estime7. Frank et Bom se retrouvent ainsi en compagnie de Pratt, Saint-Ogan (réédité récemment chez Futuropolis) ou Yslaire et Balac (tiens !). Et ce n’est que justice !

*

  • 8 Des Argentins José Munoz (au trait particulièrement influence par Alberto Breccia et Hugo Pratt) et (...)
  • 9 Pratt Hugo, La Ballade de la mer salée, 1975 (Una ballata del mare salato, 1967–1969).
  • 10 Hislaire Bernard, Les Jours sombres, 1982 (Tome deux de la tétralogie Bidouille et Violette).

3Comme je le propose en tête de cet article, on peut en effet lire Frank et Bom au-delà du sens premier d’une bonne BD pour adolescents. Déjà, celle-ci ne sent pas sa fabrication maison ni le moule préétabli : l’école de Marcinelle n’y figure qu’au titre de référent, signalée par un certain délié du graphisme — quoique, dès la planche 5, le présentateur télé figurerait tout aussi bien chez Tardi. Ceci posé, d’autres références montrent que le dessinateur et son scénariste (étroitement imbriqués dans la construction du récit ainsi que le signale Frank) ne vivent pas dans la nostalgie du Franquin des années 50, au contraire d’un Seron ou d’autres… En vrac, et sans vouloir jouer au cuistre : Extérieur Nuit (film de Jacques Bral), planche 3 ; Little Nemo et Kate de Cosey, planche 5 ; Alack Sinner8, planche 6 ; La Ballade de la mer salée9, planche 12 ; Les jours sombres de Hislaire10, planche 23. Et puis, bien évidemment, à la fois dans le style de l’illustration du livre d’Auguste Petit (planche 11), dans l’architecture 1900 du Musée d’Histoire Naturelle et dans le motif du voyage souterrain (planches 33–35) : l’image omniprésente de Jules Verne ! Sans compter que l’obsession des songes maritimes (« … et si la mer revenait ? », planche 11) pourrait faire basculer l’ensemble vers l’indicible des contes de Lovecraft, l’horreur en moins.

4Ceci dit, le référentiel ne constitue pas la charpente du récit, même s’il l’appuie : certains ont déjà parlé de l’atmosphère (le Bruxelles de Frank, ville triste sans les rêves et ville gaie pour Broussaille) et de l’onirisme (ce fantastique qui naît d’une ouverture aux perceptions les moins rationnelles, d’une aptitude à l’hallucination intégrée au réel — jusqu’à mener à l’incarnation physique du rêve : la baleine). Ce sont bien les deux conditions sans lesquelles le parcours narratif des Baleines publiques ne pourrait pas même exister. Frank et Bom conduisent leur lecteur au long des rues et des rêves par le biais d’éléments de surprise, qu’elle soit graphique ou provienne d’associations nées du scénario. Ainsi de la séquence nocturne et onirique des planches 23 à 26, ou de la luminosité souterraine des planches 35 à 38.

  • 11 Si un présentateur TV peut se transformer en oiseau, pourquoi pas des bancs de poissons sur les pav (...)
  • 12 Sans titre, in Spirou no 2139 (12/4/1979), p. 24–26.

5Il est évident que les questions universelles tenant au statut du réel et de nos perceptions viennent fonder à la fois l’imaginaire mis en place et la rhétorique qui le structure. Si Broussaille doit nous dire quelque chose par cette ballade fantastico-urbaine, ce sera par l’interrogation des images : toutes les pistes sont en place dès l’ouverture, des mouettes au Museum en passant par la jeune fille dévoreuse de livres et l’imprégnation de l’imaginaire chez Broussaille11. Cette mise en cause du quotidien était présente dès la première histoire (en trois planches) de Broussaille12, mettant en scène un explorateur perdu dans la jungle abandonnée des serres du… Museum ! Le tout nous offre un récit très construit dans son errance apparente, participant d’un art visionnaire éminemment maîtrisé. Il ne suffit évidemment pas de coller l’étiquette “rêve” sur une séquence pour qu’elle devienne automatiquement onirique : elle doit respirer comme telle et s’imbriquer aux autres séquences avec naturel. Tel est le tour de force réussi dans cet album.

*

  • 13 In Spirou no 2295(8/4/1982), p. 3 à 7, premier scénario de Bom pour Frank.

6Les sculpteurs de lumière prolonge et amplifie la quête. Premier motif : le voyage. Il est symbolique que ce récit s’ouvre sur une séquence de cheval au galop. Broussaille arrive et repart de Dampreval en train (deux vignettes antagonistes et contrariées en planches 3 et 41), et les balades dans la campagne rythment la narration (trois en tout, plus une escapade nocturne). Autre motif : la lumière. Lumière qui soulignait l’apparition de la baleine dans le premier récit (soit la résolution du “mystère”), mais dont les propriétés articulaient également une courte bande, “La chapelle aux chats”13, qui parlait aussi de secret et d’initiation symbolique. Chez Frank, décidément, tout se répond en profondeur et les charpentes narratives se lient inexplicablement.

  • 14 L’ésotérisme et le xviiie siècle étaient déjà présents dans une nouvelle de Bom illustrée par Frank (...)

7Si le réel et les apparences trompeuses nourrissaient Les baleines publiques, il s’agira ici de la connaissance, en ce qu’elle ne se révèle que par épisodes initiatiques ou ésotériques, et se constitue autant de sens caché que d’évidences nues. Frank et Bom vont nous dire combien la recherche de cette connaissance est déformée et n’aboutit parfois qu’au vide chez ceux qui la traquent et se laissent emporter, par exemple par l’orgueil dans le cas de l’oncle René, alors qu’elle se livre naturellement à l’innocent (l’enfant au cochon, guide de Broussaille). C’est là une idée philosophique et symbolique relativement peu usitée, à nouveau, dans la BD dite “pour jeunes”14.

  • 15 Réceptacle du “mystère” tellement recherché, et dès lors définitivement perdu.

81792, quelques “sages” ou “philosophes”, emportés dans la tourmente révolutionnaire, cachent le secret de leurs recherches auprès d’un lac campagnard. Ces recherches, on le verra en conclusion de l’histoire, participent de leur siècle : les Lumières. Les traces menant à ce mystère doivent être décodées, et l’oncle de Broussaille s’y emploie vainement. Pour y parvenir, il faut passer outre les apparences, comme l’enfant pétri de son imaginaire, vivant dans son propre monde, avec ses propres trésors. Or, les apparences sont loin d’être toujours conformes à ce que l’on pense qu’elles recouvrent. L’oncle combat l’implantation d’une usine qui, pense-t-il, va défigurer le site. Mais Broussaille découvre vite qu’elle s’y intègre parfaitement et que les écolos sont satisfaits. C’est en fin de compte un acte irresponsable de terrorisme qui, détruisant l’usine, saccage également le lac15. L’oncle qui cherche rationnellement à décrypter l’énigme ne verra rien. Broussaille et l’enfant auront vu, eux, par hasard, le fantastique phénomène lumineux produit par les cristaux, mais n’y comprennent quasi rien. La symbolique des rayons lumineux exprime-t-elle le passage vers un monde meilleur ?

9Rien n’est résolu, malgré la beauté du phénomène de réfraction qui rend sa tête à la statue décapitée de St Jean, et ce — évidemment — au solstice d’été, comme si les spiritualistes du xviiie siècle avaient conçu l’hologramme. Quel est le réel contenu du message ? Comment les cristaux étaient-ils entretenus ? Faut-il mériter le sens des choses cachées ? La raison n’occulte-t-elle pas trop souvent le rêve ? (Et revoici le lien avec le premier album, comme le personnage de la jeune fille qui passe en planche 43.)

  • 16 Suisse allemand (1827–1901), Böcklin participe d’un idéalisme romantique, mais surtout d’un symboli (...)

10Et toujours les références : l’oncle barbu et bedonnant, prénommé René, qui vit à la campagne, n’est autre que René Hausman, bien entendu. Le coin de village de la planche 7 fait furieusement penser à une rue de Solwaster, aux portes des Fagnes. Broussaille compare le site du lac à un tableau d’Arnold Böcklin, et la dernière image, planche 45, semble devoir quelque chose à la composition de L’Île des morts du même peintre16. Les symboles étudiés par l’oncle paraissent quant à eux tirés du côté de Bachelard (l’eau, le soleil, l’air et les songes !). Mais tout ceci, gratifications du lecteur attentif, n’ôte rien à la pureté du récit, aux superbes graphismes de Frank, dans une forme éblouissante (la nature des planches 10, 16, 21 ou 31, les formes lumineuses des planches 35 à 37). Références, symbolique et graphisme forment un tout irréductible à l’une deses composantes. Broussaille est en train de constituer chez Frank et Bom une œuvre d’une densité exceptionnelle, à découvrir d’urgence.

Notes

1 De l’année 1987. En fait, du no 2542 (30/12/1986) au 2545 (20/1/1987).

2 Paru du no 2432 (22/11/1984) au 2435 (13/12/1984).

3 Première apparition du personnage de Broussaille : une planche dans Spirou no 2108 (7/9/1978), page 59 — cf. bibliographie de Frank dans Spirou, à paraître ici-même, dans Bd-Strip.

4 Frank et Bom, Les baleines publiques, Marcinelle : Dupuis, mai 1987, coll. “Broussaille”, no 1. La couverture dos porte les mentions suivantes : « cette histoire a obtenu le “Prix des Alpages” au Festival de Sierre 85 et le “Grand Prix -Avenir de la BD 85” de la C.B.E.B.D. » et « Ne manquez pas le second album de Broussaille : Les sculpteurs de lumière ».

5 Voir, au-delà de Frank, la gabegie ayant présidé à la publication des “Jeannette Pointu” de Wasterlain.

6 Cf. entre autres “Hislaire, Yann, Le Gall, Cossu et les autres…”, Table ronde des auteurs avec Thierry Groensteen, in Les Cahiers de la Bande dessinée, no 70, juillet-août 1986, p. 75–81 (où “les autres” se limitent à Frank…).

7 In Les Cahiers de la Bande dessinée, no 75, mai-juin 87, p. 4 et 5 — sous les signatures de Thierry Smolderen, Luc Dellisse et Arnaud de la Croix, avec un court entretien non signé (sans doute Thierry Groensteen) en compagnie de Frank.

8 Des Argentins José Munoz (au trait particulièrement influence par Alberto Breccia et Hugo Pratt) et Carlos Sampayo, récits de détective privé (pour simplifier) parus en Italie dans Linus et en France dans Charlie Mensuel puis dans (À Suivre).

9 Pratt Hugo, La Ballade de la mer salée, 1975 (Una ballata del mare salato, 1967–1969).

10 Hislaire Bernard, Les Jours sombres, 1982 (Tome deux de la tétralogie Bidouille et Violette).

11 Si un présentateur TV peut se transformer en oiseau, pourquoi pas des bancs de poissons sur les pavés bruxellois et une baleine prisonnière de cavernes lumineuses ?

12 Sans titre, in Spirou no 2139 (12/4/1979), p. 24–26.

13 In Spirou no 2295(8/4/1982), p. 3 à 7, premier scénario de Bom pour Frank.

14 L’ésotérisme et le xviiie siècle étaient déjà présents dans une nouvelle de Bom illustrée par Frank qui plaçait Broussaille face à la représentation d’une constellation par un alignement de menhirs (“Carrefour de l’ours”, in Spirou, album+, no 5 (17/3/1983), p. 14 à 16. Tout se tient.

15 Réceptacle du “mystère” tellement recherché, et dès lors définitivement perdu.

16 Suisse allemand (1827–1901), Böcklin participe d’un idéalisme romantique, mais surtout d’un symbolisme, qui est une autre piste de lecture. L’Île des morts, son œuvre la plus célèbre, existe en cinq versions différentes, peintes entre 1880 et 1886. Ce tableau a également inspiré le romancier américain de science-fiction Roger Zelazny (1937–1995) pour son roman éponyme (L’Île des morts, 1971 ; Isle of the Death, 1969). La séquence des illustrations au gré des éditions et rééditions du livre par la maison J’ai Lu est elle-même symbolique : peinture volcanique assez quelconque de Tibor Csernus en 1973 et 1982, interprétation personnelle de Böcklin par Philippe Caza en 1989 et 1993, reproduction enfin de l’une des toiles de Böcklin lui-même en 2001 et 2004.

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search