Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Quelques portraits d’auteurs

Alain le Bussy, demain moisson d’étoiles (Yellow Submarine, 1994)

Texte intégral

  • 1 Bailly Marc, “Préface”, in Imagine…, no 54, décembre 1990, p. 9–10.

1Il paraît qu’il n’y a pas de SF belge… J’avoue avoir moi-même professé cette opinion, et en décembre 1990 Marc Bailly ouvrait sa présentation du numéro spécial “Belgique” d’Imagine…1 par ces mots : « Il n’y a pas de SF de Belgique ! » Et il semble exact d’avancer qu’au contraire des USA, de la Grande-Bretagne ou de la France, il n’y aurait pas en Belgique francophone de “mouvance” SF constituée. Aspect positif de la chose : lorsqu’il n’y a ni écoles ni groupes, il n’y a pas non plus de chapelles, d’exclusions, de petits chefs… Mais il y a des écrivains !

2Du moins : il existe des individus qui produisent des textes d’aspect littéraire… Longtemps, il fallut les chercher exclusivement au sein du fandom, et certains s’y cachent toujours, comme Claude Dumont (français, soit dit en passant). D’autres, passés outre-quiévrain, se fondaient rapidement dans les milieux parisiens, évitant le plus souvent de revendiquer leurs origines. Rosny Aîné fut sans doute le premier exemple de taille, Sternberg et quelques autres peuvent enrichir la bibliographie. Mais aujourd’hui, fin 1993, la SF belge (toujours francophone, s’entend) possède deux remarquables spécimens de cet animal étrange et rare, l’écrivain publié professionnellement — entendons : ayant publié professionnellement des livres et pas seulement, comme certains flemmards, des nouvelles éparses.

  • 2 En 1993. Il s’agit de Deltas (Paris : Fleuve Noir, 1992, “Anticipation”, no 1885).

3Alain Dartevelle sera à nouveau à l’honneur en janvier 1994, lorsque J’ai Lu publiera son cinquième roman, Imago. Et en à peine plus d’un an, Alain le Bussy aura vu paraître quatre titres de sa plume, dont l’un devait cette année à Orléans2 remporter le Prix Rosny ! Il n’était que temps de voir ce prix symbole de la SF de langue française, décerné sur le territoire français, aller à un compatriote de celui qui lui donna son nom…

  • 3 Le Bussy Alain, “Les Lois du hasard”, in Imagine…, no 60, juin 1992, p. 11–33. Ce même texte était (...)
  • 4 Le Bussy Alain, op. cit. (Deltas) ; Tremblemer, Paris : Fleuve Noir, 1993 (“Anticipation”, no 1908  (...)

4En deux ans, Alain le Bussy aura fait la preuve qu’on peut sortir du fandom — après plus de vingt ans de fanzinat ! — et se voir reconnu à sa juste valeur par le monde de l’édition. En effet, le début de l’année 1992 avait vu la publication au Québec, dans Imagine…, de son texte lauréat du Prix Septième Continent (“Les lois du hasard”3), et ses quatre romans parus au Fleuve Noir se sont échelonnés entre septembre 1992 et novembre 19934. Qu’il s’agisse ici de SF populaire dans le meilleur sens du terme montre également que si les fans adorent parfois leur nombril, certains réussissent encore à parler aux lecteurs.

  • 5 Petoud Wildy, “Accident d’amour”, in Dorémieux Alain (éd.), Territoire de l’inquiétude 4, Paris : D (...)
  • 6 Vonarburg Élisabeth, Le Silence de la cité, Paris : Denoël, 1981 (“Présence du futur”, no 327). Éli (...)

5Ainsi donc, pour sa quatorzième édition, les votants du Prix Rosny auront décerné son millésime nonante-trois (hé oui) à deux francophones non-français, Wildy Petoud pour la nouvelle5 et Alain le Bussy pour le roman. Si le Bussy n’est pas le premier non-français à l’obtenir, Elisabeth Vonarburg l’ayant reçu en 1982 pour Le silence de la cité6, il est par contre unique de le voir attribué à un auteur belge et une auteure suisse…

6Alain le Bussy est né en 1947 et possède une formation universitaire en sciences politiques et sociales. Il est actuellement occupé en tant que cadre de ce que l’on nomme désormais les “ressources humaines” par la filiale belge d’une multinationale américaine, un comble pour un amateur de SF. D’un tempérament actif (faire plutôt que se laisser faire…), il a tâté de la politique au niveau local (conseiller communal d’Esneux, la petite ville où il habite), est marié et père de trois enfants (deux garçons, une fille), vit en face d’un cimetière, entouré d’un chien et de plusieurs chats… Ah oui, n’en déplaise au Fleuve où l’on a refusé de l’orthographier correctement, prétextant que le lecteur croirait à une coquille, le Bussy s’écrit avec un petit « l » depuis des générations ! Son père fut ingénieur naval, dessinateur entre autres des ferrys reliant Douvres à la côte belge mais grand rêveur de marine à voile. L’univers de Deltas, de l’aveu même de l’auteur, est habité de ces rêves…

7Ce n’est certes pas aux lecteurs de fanzines qu’il faut présenter Alain, actif dans le milieu depuis 1970, ce qui l’a poussé, en compagnie de Claude Dumont, à se surnommer “dinosaure” du fandom. (En passant, Dumont qui a débuté dans les années 60 doit être d’une espèce du Trias, et le Bussy du Jurassique. Moi-même, ayant fanziné entre 1973 et 1976, je dois appartenir au Crétacé…) Xuensè, le zine créé alors (Esneux à l’envers, ben oui, mais il faut admettre que c’est de suite exotique…), existe toujours, même s’il a disparu de la circulation entre 1976 et 1984. Le dernier numéro paru, daté de décembre 1993, est le numéro 40. En plus de vingt ans, une montagne de textes a été produite sur les bords de l’Ourthe, la rivière qui arrose Esneux, textes tantôt purement faniques et tantôt à réelles prétentions d’écriture. Car au fil des ans la plume de le Bussy s’est fameusement déliée, et il y bien longtemps que nous étions plusieurs à voir en lui le meilleur écrivain du fandom belge.

8Aujourd’hui, les articles de presse parus en Wallonie après ces quatre titres et ce prix tapissent paraît-il un couloir du Fleuve Noir. Fleuve Noir désormais dirigé par… un belge : Jean-Baptiste Baronian. Il y a quand même là une sorte de tradition : Alain le Bussy n’est-il pas le quatrième belge d’“Anticipation”, et peut-être le cinquième ? Entre 1952 et 1956, vingt titres parurent sous la signature de Jean-Gaston Vandel, Janus couvrant Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse, bruxellois par ailleurs connus comme créateurs de Coplan sous le nom de Paul Kenny. Peter Randa, soixante-dix-neuf (pardon, septante-neuf) titres entre 1960 et 1980, était né André Duquesne à Marcinelle en 1913. Et Christopher Storck, apparu en 1979 au catalogue, cachait le polygraphe Stéphane Jourat (en fait Jouravleff), qui fut grand reporter pour le quotidien liégeois La Meuse, lequel vient de dignement célébrer le Prix Rosny d’Alain le Bussy !

9Pas de SF belge ? Mais où est la SF française ?

Notes

1 Bailly Marc, “Préface”, in Imagine…, no 54, décembre 1990, p. 9–10.

2 En 1993. Il s’agit de Deltas (Paris : Fleuve Noir, 1992, “Anticipation”, no 1885).

3 Le Bussy Alain, “Les Lois du hasard”, in Imagine…, no 60, juin 1992, p. 11–33. Ce même texte était paru la même année au sommaire du bruxellois Magie Rouge (no 34/35, 1er sem. 1992, p. 16–21).

4 Le Bussy Alain, op. cit. (Deltas) ; Tremblemer, Paris : Fleuve Noir, 1993 (“Anticipation”, no 1908 ; Deraag, Paris : Fleuve Noir, 1993 (“Anticipation”, no 1919) ; Envercœur, Paris : Fleuve Noir, 1993 (“Anticipation”, no 1931).

5 Petoud Wildy, “Accident d’amour”, in Dorémieux Alain (éd.), Territoire de l’inquiétude 4, Paris : Denoël, 1992 (“Présence du fantastique”, no 24, p. 143–150). Wildy Petoud est suisse.

6 Vonarburg Élisabeth, Le Silence de la cité, Paris : Denoël, 1981 (“Présence du futur”, no 327). Élisabeth Vonarburg est canadienne (québécoise d’origine française).

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search