Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Quelques portraits d’auteurs

Michael Moorcock, l’homme en proie à l’histoire (Phénix, 1991)

Texte intégral

Dix mille années le Glorieux Empire de Melniboné régna sur le monde. Dix mille années avant que l’on écrive l’histoire ; dix mille années après les dernières chroniques.

1Quoi de plus symbolique, lorsque l’on songe à ouvrir une (trop courte) étude consacrée à un écrivain, de choisir un extrait qui lui-même ouvre son œuvre majeure, et sans doute la contient toute entière en son projet fondamental ?

  • 1 Moorcock Michael, Elric le Nécromancien, Paris : Opta, 1969 (“Aventures fantastiques”, no 4 ; The W (...)

2Ces quelques lignes, qui figurent en tête d’Elric le Nécromancien1, constituent probablement l’une des citations clés de toute la SF, reprise en exemple par nombre de critiques, emblème de la confusion des Âges et du flou historique manifesté par l’Heroïc Fantasy. Pourtant, dans toute l’œuvre de Michael Moorcock, rien ne me paraît mieux approprié à caractériser l’approche choisie ici de ce polygraphe anarchiste et jouisseur.

3Dissipons ce qui risquerait rapidement de se transformer en malentendu au regard des poseurs d’étiquettes. Je suis censé proposer mon analyse de l’œuvre strictement SF de Moorcock. On sait que par rapport à la totalité des écrits de l’auteur, la SF stricto sensu — pour autant, pétition de principe, que vous et moi sachions ce qu’est la SF stricto sensu — occupe la portion congrue. Et me voici ouvrant les hostilités sous le signe d’un extrait de son œuvre principale dans le domaine de l’Heroïc Fantasy.

  • 2 À laquelle se livre frénétiquement, et a posteriori, un Asimov, par exemple.

4Si les qualificatifs protéiforme et multiple ont jamais signifié quelque chose en littérature, ils le doivent en partie à Michael Moorcock ! Il est peut-être vain, en tout cas profondément banal, de parler d’une œuvre unique. Néanmoins, celle de Moorcock ne peut qu’attirer cette réflexion : unique, elle l’est par son caractère d’exception dans le genre et dans la tradition dont elle est issue. Mais unique, elle l’est au sens premier si l’on entend par là qu’elle est insécable : il existe une œuvre moorcockienne, et non des ouvrages divers (SF, HF, fantastiques, érotiques ou mainstream) unifiés artificiellement par la signature de leur auteur. Ce dernier, particulièrement conscient de ce fait, ne cesse d’ouvrir des portes et de jeter des passerelles entre les différents pans de cette œuvre : rares sont les livres qui ne répondent aux autres, rares sont les personnages qui ne traversent les apparences fictionnelles pour contaminer leurs semblables. Moorcock l’écrivain rend compte d’une immense réalité virtuelle et alternative, issue des rêves, des fantasmes, des idées de Moorcock l’homme. C’est le Multivers, et c’est bien plus que l’organisation de cycles imbriqués2.

5Dès lors, saucissonner ce grand flot d’écriture et aborder Michael Moorcock selon des étiquettes restrictives ne peut se faire qu’artificiellement — même s’il est difficile de pratiquer autrement et si je puis comprendre les raisons techniques de ce choix. La SF de Moorcock n’a de sens qu’en rapport avec tout le reste, auquel elle participe par les détails comme, surtout, par la préoccupation souterraine et prioritaire qui traverse le Multivers et sourd déjà de la citation reproduite ici : l’idée d’Histoire et l’effet qu’a celle-ci sur les mortels… et sur les immortels !

*

6La science-fiction s’articule chez le Britannique sur plusieurs axes de préoccupations. Un catalogue simplifié de la SF moorcockienne distinguerait un axe “swinging London” charpentant le cycle de Jerry Cornelius ; un axe “rapports au fait religieux” dans celui de Glogauer ; un axe “comédie de la fin des temps” chez les Danseurs ; un axe explicitement uchronique enfin, au travers des aventures bien nommées d’Oswald Bastable… Tout ceci, évidemment fondamental pour qui désire comprendre l’écrivain, ne reflète que l’existence de détails romanesques propres à distinguer les récits, mais ne rend nullement compte de ce qui peut les rapprocher, les mélanger — mieux encore : les faire naître d’une source commune, d’un système de pensée.

  • 3 Qui a jamais songé, à propos du cycle de l’assassin anglais, combien ce Londres déboussolé et l’usa (...)
  • 4 Moorcock Michael, Byzance 1917, Paris : Jean-Claude Lattès, 1981 (Byzantium Endures, 1981).

7L’Histoire, bien sûr, est présente dans ces détails également : voyage dans le temps, déliquescence du proche futur, vision relativiste de l’infini, réalités alternatives… Rien de tout cela ne se conçoit sans rapport profond du projet d’écriture au sens historique, même si dans un cas (Cornelius) il s’agit davantage d’explorer un feu d’artifice de nihilisme et de modernité3, et dans l’autre (Glogauer) de pousser à son paroxysme l’obsession christique du héros. Dans le cycle des Danseurs comme dans la trilogie de Bastable, le propos se fait nécessairement plus clair, comme il l’est dans Byzantium Endures4, classé mainstream ! Placer son point de vue à la fin des temps et jouer avec celui-ci, ou jongler avec le postulat uchronique, n’est pas neutre au plan du regard posé sur le sens de l’évolution des sociétés comme de la perception philosophique que l’on a dudit sens.

*

  • 5 Le Goff Jacques, Histoire et mémoire, Paris : Gallimard, 1988 (“Folio-Histoire”, no 20, p. 57–58). (...)

Le futur, en même temps que le passé, attire les hommes d’aujourd’hui en quête de leurs racines et de leur identité, les fascine plus que jamais. Mais les vieilles apocalypses, les vieux millénarismes renaissent, et une nouvelle nourriture, la science-fiction, les alimente5.

  • 6 Warfa Dominique, “Qui a peur d’une Belgique fictive ?”, in Imagine…, no 38 (vol. VIII, no 3), févri (...)
  • 7 Voir à ce sujet l’incontournable numéro de la revue Change (no 40, mars 1981). Les quelques ouvrage (...)

8Il est agréable de constater qu’à l’extérieur de notre petit ghetto, on ne dit pas toujours des bêtises au sujet du genre : l’avis de Jacques Le Goff a le mérite supplémentaire de situer le débat au cœur de la problématique historique. J’ai déjà eu l’occasion d’avancer ailleurs6 combien la science-fiction et la vision historique moderne pouvaient paraître participer d’un même état de société, particulièrement au plan idéologique. La convergence sur la notion de progrès devrait être claire, mais bien plus : la possibilité même de percevoir les hommes et leurs sociétés dans une perspective historique rapproche de manière évidente SF et Histoire7. On sait ce qu’Asimov doit à Toynbee. Écoutons Daniel Riche :

  • 8 Riche Daniel, “Science-fiction et histoire : une introduction”, in Change, no 40, mars 1981, p. 11.

(…) Histoire et science-fiction sont nées l’une de l’autre et simultanément. Il faut entendre par là que l’émergence d’une pensée dotant l’ordre de succession des événements dans le temps d’un sens — ce mot étant pris ici dans sa double acception de signification et de direction — s’est révélée la condition nécessaire et suffisante à l’apparition d’une “science” s’efforçant de mettre à jour ce sens dans les événements passés, et d’une littérature jouant avec lui pour lui trouver des prolongements dans les événements à venir, ou dans des événements passés que la chronique aurait, en quelques sorte, oubliés. Sans “conscience historique” au sens occidental du terme, la science-fiction ne serait pas. Cette littérature, en effet, se nourrit d’histoire et ne peut fonctionner qu’en s’articulant autour de concepts issus de la représentation occidentale du devenir historique, comme ceux de progrès, de développement, de causalité et d’évolution8.

9Progrès, développement, causalité, évolution… Les concepts en question devraient, me semble-t-il, être familiers aux amateurs de SF tout autant qu’aux historiens. Car la SF, au travers de cette convergence des perceptions du monde, interroge l’Histoire et ne peut que mettre en évidence, par le grossissement fictionnel et le travestissement des récits, des questions qui figurent au cœur du devenir historique. Manipuler les forces historiques, en jouer et laisser se créer, ou s’effondrer, des mondes et des sociétés, permet en quelque sorte de réaliser des simulations excitantes pour l’esprit et porteuses de sens pour peu qu’on s’y attarde.

10Dans l’étude générale du genre, la part de l’uchronie prend de la sorte une importance fondamentale, et le voyage temporel, générateur des paradoxes que l’on sait, devient le thème natif, porteur en creux de toutes les autres possibilités d’approches de l’altérité. La SF, considérée longtemps comme un pan tombé de l’Utopie, est bien plus le rejeton naturel et métissé de l’Uchronie et de la Technique.

11N’est-il pas également naturel, dès lors que le sens historique est aussi profondément ancré en SF, d’y voir se ressourcer le mythe et renaître l’épopée ? L’histoire du futur, la réalité parallèle, la manipulation du réel : toute la SF joue de ces éléments, et celle de Michael Moorcock bien davantage encore que d’autres.

*

12Notre auteur ne prend pas pour autant l’Histoire pour argent comptant : s’il se l’approprie, il interroge précisément à longueur d’ouvrage le sens qu’elle porte, pour lui faire autant de bâtards étranges. Le motif du jeu est prégnant : existence ludique des Danseurs de la Fin des Temps, nihilisme et actes névrotiques ou inutiles chez Jerry Cornelius pour qui la vie est une représentation, aventures même d’Elric et de ses avatars, toujours manipulé par des forces qui le dépassent. Et si l’Histoire toute entière n’était qu’un jeu, une vaste fumisterie au sein de laquelle s’agitent les êtres humains, vainement, éternellement ?

13L’Histoire chez Moorcock n’est souvent que la rationalisation du Mythe. Et il s’empare du plus fondateur, peut-être : la figure du temps circulaire, l’éternel retour, l’Ouroboros qui se mord la queue et qui s’incarne dans toutes les incarnations du Champion Eternel. Le Temps tourne, encore et toujours, condamné à se répéter, condamnant ceux qu’il manipule à répéter leurs existences, leurs erreurs, leurs tourments… N’a-t-il pas de fin ? Jerry Cornelius essaiera de l’arrêter, dans une tentative certes amorale mais surtout perdue par avance de lutter contre l’entropie. Car tout se dégrade, et les retours du Temps augmentent à chaque cycle la dégradation entropique. Le Chaos augmente.

  • 9 Moorcock Michael, Le Programme final, Paris : Opta, 1972 (“Club du Livre d’Anticipation”, no 39, av (...)

14L’autre mythe profondément moorcockien présente la lutte de l’Ordre et du Chaos. À nouveau, il est bien délicat de séparer ce qui participerait de l’Heroïc Fantasy et ce qui serait SF pure. Si l’Histoire voit revenir sans cesse le temps circulaire, elle est également le lieu de l’affrontement primordial au regard duquel tout n’est qu’épiphénomène : perpétuellement, le Chaos tente de prendre le pas sur l’Ordre. Et souvent il réussit. Je ne citerai pas à nouveau Elric. Demeurons en compagnie de Jerry Cornelius : la tétralogie ouverte par Le programme final9 s’attarde sur des images de baroque et de décadence — qui sont réellement fondatrices des récits en ce qu’elles conditionnent réellement la vision du monde qu’ils véhiculent. Le Londres de Jerry Cornelius est une ville devenue figure de la décomposition des choses : c’est le récit de la fin d’une sorte d’Age d’Or. La décadence n’est elle pas le signe de la victoire prochaine de l’entropie, c’est à dire de la primauté du Chaos sur l’Ordre ? Le symbolisme à l’œuvre dans ce cycle ne cesse de convoquer des images mythifiantes (à commencer par le héros, conçu volontairement en tant que réceptacle mythologique destiné à notre époque) et des variations sur la circularité et la mort. Jerry et Miss Brunner fondus en un Messie ( ?) hermaphrodite à la fin du premier roman ne sont-ils pas un reflet de l’Ouroboros fondateur ? Certes, d’autres motifs sont à l’œuvre parmi lesquels l’inceste ou la régression fœtale — mais ceux-ci à leur tour doivent être perçus comme images de la décadence.

  • 10 Clute John, “Comment Michael Moorcock reprit possession de Jerry Cornelius”, postface à Moorcock Mi (...)

15Selon John Clute10, Moorcock dans cette tétralogie a « essayé de nous dire comment on pouvait vivre au cœur des cités de notre monde, dans leurs années d’agonie ». La mort, la fin des choses, le chaos, l’agonie d’un monde… Mais est-ce bien la fin de l’Histoire ?

*

  • 11 Moorcock Michael, Une Chaleur venue d’ailleurs, Paris : Denoël, 1975 (“Présence du futur”, no 197). (...)

16Le cycle des Danseurs présente pour sa part un univers serein, ou apparemment donné comme tel11. La Terre, dans un million d’années… Des immortels la peuplent et… s’y ennuient ! Ce qui aurait pu n’être qu’une variation supplémentaire sur l’ennui de l’éternité (thème tellement fréquent qu’il doit être psychologiquement parlant quant aux peurs des auteurs) devient chez Moorcock prétexte à la description, outrancière comme toujours, d’un univers placé très réellement à la fin de l’Histoire. Cette société satisfait ses caprices, invente des jeux toujours renouvelés et toujours plus fous, en bref se divertit et pour cette fin se montre créatrice : une société de démiurges. C’est la fête, c’est une comédie loufoque — c’est aussi baroque que Jerry Cornelius.

17Et c’est une réflexion, à nouveau. Réflexion sur le sens de toutes choses et particulièrement de la vie (et quand on est immortel…), du mal, de la jouissance qu’on retire et de la philosophie qui sous-tend tout cela. L’ordre et le chaos, encore. La décadence, encore. Mais ici l’entropie paraît entrée en stase, perpétuellement suspendue. On a vu dans le cycle des Danseurs une métaphore critique de notre société de consommation qui réduit tout (et tous ?) au rang de gadget. Mais la société proposée est profondément libertaire, et l’anarchisme profond de Moorcock y pointe le bout du nez. Les Danseurs sont à la fin des temps, ils sont donc forcément à la fin de l’Histoire : souvenons-nous que selon la vulgate marxiste, l’Histoire se termine à la conclusion de la lutte des classes.

18Est-ce comme signe des idéologies de l’Age industriel (des idéologies du xixe siècle, donc) que le nécessaire point de vue extérieur sur le monde de Jherek Carnelian viendra d’une prude et naïve anglaise de ce siècle révolu, Mrs Underwood ? Toujours est-il que les habitants de cet univers de l’Histoire figée n’ont rien de plus empressé que de s’enfuir, de voyager — mais de voyager dans le Temps… Lorsque l’on contrôle tout, y compris le hasard, qu’on dispose de tout sans limites, y a-t-il encore quoi que ce soit qui puisse réellement compter ? Il ne faudrait évidemment pas croire que Moorcock se laisse aller à des considérations d’ordre bassement moral sur la nécessité du péché originel ! Jouisseur, il peint des personnages qui le sont tout autant et ne connaissent pas la culpabilité. Les aventures de Carnelian dans le Londres victorien sont à ce titre particulièrement savoureuses. Mais l’ambiguïté fondamentale de Moorcock lui-même et de ceux qu’il met en scène ne peut éviter la question du vide de toute existence. En finir avec l’Histoire, est-ce si conseillé ?

19Que cherchent-ils tous, réellement ? Vivant une mascarade continuelle, les Danseurs n’ont-ils pas un peu perdu le sens de la nature et du réel par-delà le simulacre ? L’éthique que laisse apparaître l’auteur sous le feu d’artifice d’une fête perpétuelle est bel et bien, une fois encore, destinée à mettre en cause notre propre temps, notre propre société, notre propre Histoire.

*

  • 12 Moorcock Michael, Voici l’homme, Lausanne : La Proue / Paris : La Tête de feuilles, 1971 (Behold th (...)

20Les aventures temporelles de Karl Glogauer sont sans doute connues de tous. N’a-t-on pas présenté Voici l’homme12 comme la meilleure œuvre strictement SF de l’écrivain ? Faut-il rappeler comment un petit juif coincé sous ses fantasmes christiques (les seins des filles, oui, mais uniquement si un crucifix d’argent pend entre eux !) finit par incarner le mythe en comblant de son existence le vide de l’Histoire réelle… Accidenté temporel, recueilli par la secte essénienne, Glogauer découvre que le Christ n’a pu tenir le rôle qu’on lui attribue : Jésus n’est qu’un simple d’esprit au sein d’une famille nombreuse ! Alors Karl Glogauer, parce qu’il ne peut supporter l’idée d’un vide de l’Histoire et parce que le destin doit exister quelque part, Karl Glogauer qui se fait appeler Emmanuel prend la place du Christ et assume sa destinée jusqu’à la croix.

  • 13 Moorcock Michael, La Défonce Glogauer, Paris : Champ Libre, 1975 (Breakfast in the Ruins : A Novel (...)

21L’Évangile selon Michael en a irrité plus d’un. Heureusement il s’agissait d’un roman de SF, donc (pense l’institution) marginal : Salman Rushdie sait ce qui aurait pu survenir… Pourtant, le blasphème est loin d’en constituer le thème central. L’Histoire peut être reconstruite — et dans certains cas elle doit l’être. Glogauer constitue évidemment une clé : pétri de culpabilité il ne peut que se plier à la nécessité d’assumer l’Histoire. Dans l’autre roman qui le met en scène, La défonce Glogauer13, il revisite totalement l’Histoire du monde, maudit qui porte son poids — poids de guerres, d’atrocités, de souffrances, de malédictions… Non, en définitive, l’Histoire humaine selon Moorcock n’est pas vraiment gaie… Lirait-on Glogauer par un filtre sartrien ? Le dégoût de l’existence humaine et du sens qu’il convient néanmoins de lui donner est particulièrement prégnant dans le second titre. La pesanteur de l’évolution, l’accession à une certaine maturité historique sont remarquablement métaphorisées dans l’histoire individuelle (et sexuelle) du personnage. La forme elle-même (et on a critiqué ce livre, à sa sortie !) participe du tout, avec ses variations de point de vue et son éclatement généralisé : Moorcock semble nous dire que les perceptions sont faussées et que le sens ne peut plus s’appréhender qu’en kaléidoscope complet… Le chaos ? La décadence ? Il est clair que l’auteur improvise peu (si ce n’est stylistiquement, autre débat) : sa ligne directrice ne varie guère, son système de perception du monde s’adapte à n’importe quelle variation.

*

  • 14 Combat avec l’Ange ? Qui sait…

22Il était logique, dans la logique même du Multivers et de ses multiples facettes comme dans la logique du combat de l’écrivain avec l’Histoire14, que l’Uchronie pure tienne un jour une grande place parmi cette œuvre mouvante.

  • 15 Moorcock Michael, Les Aventures uchroniques d’Oswald Bastable, Paris : Opta, 1982 (“Club du Livre d (...)

23La trilogie d’Oswald Bastable, recueillie dans Les Aventures uchroniques d’Oswald Bastable (qui contient Le Seigneur des airs, Le Léviathan des terres et Le Tsar d’acier)15, est à cet égard une réussite éclatante. Dans cet univers parallèle, des dirigeables parcourent l’Empire britannique, on voyage dans le temps, Lénine et Kérenski sont légèrement différents de ceux que notre propre Histoire nous a fait connaître. On notera au passage combien la géographie mythique de Moorcock a évolué : là où Jerry Cornelius évoluait en Extrème-Orient, les romans plus récents se voient circonscrits autour de la Russie (le Multivers se recentre, et des personnages d’œuvres historiques traversent des romans de pure fiction).

  • 16 Un bon exemple, outre celui qui est ici analysé, se trouve dans la série des Colmateurs de Michel J (...)

24Une uchronie réussie, particulièrement lorsqu’elle se présente comme “parallèlement contemporaine”, ne peut manquer de replacer sous le regard de son lecteur les conditions historiques du propre monde de ce dernier16. Les questions qu’aborde Moorcock par l’intermédiaire de Bastable ne sont pas neutres : colonialisme pseudo-civilisateur, racisme, errements du système socialiste… L’auteur s’y montre plus que jamais brillant, ce qui fait tout le prix de la trilogie, et parvient à poser les bonnes questions (sans toujours avoir les réponses — mais n’est-ce pas la question qui prime ?) sans pour autant négliger sa narration. Comme les Danseurs, Bastable sait également être humoristique : les Britanniques ne peuvent décidément aborder les sujets les plus graves sans y ajouter quelque trait d’esprit… Je ne résiste pas au plaisir de citer Claude Ecken, qui a le sens de la formule :

  • 17 Ecken Claude, compte-rendu critique, in Fiction, no 370, janvier 1986, p. 170.

La réussite de Moorcock est de parvenir à un équilibre parfait où le discours ne parasite jamais la fiction, mais s’y mêle adroitement17.

25À nouveau le sens historique est ébranlé par le récit, à nouveau la validité de nos perceptions est remise en cause. L’empire que tentait de relever Cornelius au plan métaphorique existe toujours dans cet univers-là. Mais Edouard VIII agonise (à nouveau, la fin d’un monde). Et un nommé Korzeniowski n’a pas digéré la colonisation de sa Pologne par la Russie. Chez nous, Conrad a écrit des romans d’aventure…

*

26La science-fiction de Michael Moorcock ne se limite évidemment pas aux exemples cités ici, bien que ceux-ci recouvrent la majeure partie de son œuvre. Il faut entre autres rendre justice au Navire des glaces, autre joyau qui (nous n’en sortirons pas !) se situe dans un monde figé, où une glaciation a arrêté l’évolution naturelle des choses et des êtres, où l’homme, naturellement, a dû s’inventer une nouvelle mythologie (la Glace-Mère) — comme si la survie de l’espèce dépendait de ses mythes. Ce qui est sans doute en partie vrai. On peut par contre négliger Le jeu du sang, œuvrette mineure qui n’ajoute pas grand-chose à la gloire de l’écrivain, et où les grands motifs de ce dernier deviennent quelque peu ressassement.

  • 18 Disponible dans Jakubowski Maxim (éd.), Le Livre d’or de la science-fiction : Michaël Moorcock, Par (...)

27Mais il y a également les innombrables nouvelles de Moorcock, dont quelques exemples merveilleux sont repris dans le recueil de Presses-Pocket. Ici, à nouveau, le Temps, l’Entropie, la Fin du monde… Ici, encore, la Guerre, donc l’Ordre et le Chaos. Sur les liens du mythe et de la réalité (mais quelle réalité ?), il faut avoir lu “Le jardin d’agrément de Felipe Sagittarius”, une perle dense18.

*

28Conclure, vous avez dit conclure ? L’édition française vient de nous offrir un autre grand Moorcock, un ouvrage dont je me souviens avoir discuté avec Maxim Jakubowski, à Yverdon, en 1978. L’Atalante, en effet, publie Gloriana. Malgré mes demandes, je n’ai pu en prendre connaissance. Néanmoins, on sait que ce livre, outre d’être le lieu d’un hommage à Mervyn Peake, constitue une nouvelle variation sur les rapports de l’homme et de son Histoire. Pour Jakubowski, ce récit de l’existence d’une grande reine, nulle part et nulle quand, est une œuvre qui voit Moorcock en pleine possession de son talent. L’obsession historique de la science-fiction moorcockienne, en tout cas, s’y déploie plus que jamais…

Notes

1 Moorcock Michael, Elric le Nécromancien, Paris : Opta, 1969 (“Aventures fantastiques”, no 4 ; The Weird of the White Wolf, 1977 ; la première nouvelle du cycle, The Dreaming City, est parue dans Science Fantasy en juin 1961).

2 À laquelle se livre frénétiquement, et a posteriori, un Asimov, par exemple.

3 Qui a jamais songé, à propos du cycle de l’assassin anglais, combien ce Londres déboussolé et l’usage des signes phénoménologiques (la voiture, le pistolet, les objets que l’on possède) étaient proche du Perec des Choses… (Perec Georges, Les Choses, Paris : Juillard, 1965).

4 Moorcock Michael, Byzance 1917, Paris : Jean-Claude Lattès, 1981 (Byzantium Endures, 1981).

5 Le Goff Jacques, Histoire et mémoire, Paris : Gallimard, 1988 (“Folio-Histoire”, no 20, p. 57–58). Sur les millénarismes, on relira également avec profit (critique, certes) Civilisations et divagations de Louis-Vincent Thomas (Paris : Payot, 1979, “Petite Bibliothèque Payot”, no 354).

6 Warfa Dominique, “Qui a peur d’une Belgique fictive ?”, in Imagine…, no 38 (vol. VIII, no 3), février 1987, p. 54–68, et “La science-fiction en Belgique francophone : un genre littéraire dans son rapport à l’Histoire”, in Revue Francophone de Louisiane, University of Southwestern Louisiana, vol. III, no 2, hiver 1988, p. 3–14.

7 Voir à ce sujet l’incontournable numéro de la revue Change (no 40, mars 1981). Les quelques ouvrages existant sur l’uchronie sont à des titres divers décevants, et on regrettera la disparition du seul lieu d’expression qui ait jamais été réservé aux rapports SF/Histoire : Passe-Temps, qu’éditait Éric Vial.

8 Riche Daniel, “Science-fiction et histoire : une introduction”, in Change, no 40, mars 1981, p. 11.

9 Moorcock Michael, Le Programme final, Paris : Opta, 1972 (“Club du Livre d’Anticipation”, no 39, avec Le Navire des glaces ; The Final Program, 1968).

10 Clute John, “Comment Michael Moorcock reprit possession de Jerry Cornelius”, postface à Moorcock Michael, Le programme final, Paris : Jean-Claude Lattès, 1981, “Titres/SF”, no 35, p. 299–314.

11 Moorcock Michael, Une Chaleur venue d’ailleurs, Paris : Denoël, 1975 (“Présence du futur”, no 197). Il s’agit du premier volume de la tétralogie.

12 Moorcock Michael, Voici l’homme, Lausanne : La Proue / Paris : La Tête de feuilles, 1971 (Behold the Man, 1969).

13 Moorcock Michael, La Défonce Glogauer, Paris : Champ Libre, 1975 (Breakfast in the Ruins : A Novel of Inhumanity, 1972).

14 Combat avec l’Ange ? Qui sait…

15 Moorcock Michael, Les Aventures uchroniques d’Oswald Bastable, Paris : Opta, 1982 (“Club du Livre d’Anticipation”, no 88 ; The Nomad of Time, 1982).

16 Un bon exemple, outre celui qui est ici analysé, se trouve dans la série des Colmateurs de Michel Jeury, chez Presses-Pocket (Cette Terre, 1981 ; Le Vol du serpent, 1982 ; Les Démons de Jérusalem, 1985).

17 Ecken Claude, compte-rendu critique, in Fiction, no 370, janvier 1986, p. 170.

18 Disponible dans Jakubowski Maxim (éd.), Le Livre d’or de la science-fiction : Michaël Moorcock, Paris : Presses-Pocket, 1981 (“Le Livre d’or de la science-fiction”, no 5105).

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search