Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Quelques portraits d’auteurs

Nous nous battrons avec nos rêves. Essai d’introduction au monde jeuryen (Espaces Libres, 1980)

Texte intégral

1Au moment de préciser la direction à lui donner, lorsque ce texte était en gestation, je suis parti de l’idée d’écrire comme un avant-propos, une sorte d’introduction à Jeury, mais pas tellement à son œuvre. Je n’avais pas vraiment envie de disserter sur l’univers chronolytique ou sur le socialisme inquiet de Michel. Il m’apparaissait davantage intéressant de stigmatiser mes rapports avec lui : Jeury et moi, en quelque sorte. Pourtant, au fil des notes que je rassemblais, une question lancinante revenait : si j’aime Michel Jeury, sa littérature mais aussi ce qu’il est — ce que j’en perçois du moins, et l’on sait quel rôle jouent pour lui la mémoire et la perception — si pour moi il a pris une grande importance, la véritable question se devait d’être : pourquoi ? Pourquoi lui plutôt qu’un autre ? L’importance qui lui a été conférée dans le petit monde de la SF française, les trois-quatre années où il était partout, toute cette apparence extérieure et légèrement publicitaire (salut, M. Laffont !) ne m’a guère influencé. En effet, Jeury m’a conquis de l’entendre parler, lui, et cela se produisit alors que je n’avais encore rien lu de sa main ! (L’oubli est réparé.) De réfléchir sur ces bases m’a évidemment conduit à une tentative d’analyse du monde jeuryen et donc, finalement, de la chronolyse et du socialisme selon Jeury. Deux parties dès lors dans cette courte étude : mon approche de Michel Jeury — homme, et mon itinéraire au travers de Michel Jeury — créateur, ce qui implique mes démêlés avec l’œuvre.

Jeury existe, je l’ai rencontré

2Ma première vision de l’homme date de l’été 1974. La seconde convention européenne, Eurocon II, se tenait sur le campus de Grenoble, sous la houlette du trio infernal (Andrevon, Barlow et Baudin). On s’y emmerdait pas mal, entre une architecture ( ?) débilo-futuriste et le dernier film anticipativo-réalisto-soviétique, lorsqu’un réalisateur de la télé suisse qui passait par là se mit à interviouver à tour de bras. Bernard Goorden et moi-même étions de la partie (Bernard parlant de SF hispanique, comme c’est curieux, et moi mélangeant sans vergogne Harlan Ellison et révolution). Et nous avons ainsi eu l’occasion d’écouter les réponses sensées de Jeury aux questions passe-partout qui sont le lot de 99 % des entretiens de ce type. Le 8 juillet 1974, je n’avais encore rien lu de Michel Jeury, je le confesse. Le lendemain, Le temps incertain était avalé et dédicacé (“Rendez-vous à la convention de la Perte en Ruaba en 2074”).

3Ce qui me frappa immédiatement chez Michel, au travers de ses réponses comme par ses interventions en table ronde, ce fut sa gentillesse et la pertinence de ses propos (le bon sens rural ?). À Grenoble, il réussissait à parler de ses rapports avec le Nouveau Roman entouré d’une cour de jeunes fans littéralement pendus à ses basques (hein Vial ?) sans jamais perdre de sa bonne humeur. Il est vrai qu’alors, le fandom ne frappait pas encore à 4 hrs du matin… Pas vrai, Michel ?

  • 1 Curval Philippe, “Jusqu’au bout au-delà avec Michel Jeury”, in Futurs, no 5, novembre 1978, p. 39–4 (...)

4Jeury a d’ailleurs la gentillesse modeste. Dans un entretien avec Philippe Curval1, il affirme : « En fait, j’apporte très peu, simplement quelques bonnes paroles, à un moment délicat ». Mais c’est après avoir dit qu’à « ses débuts, un écrivain est très fragile, il suffit d’un rien pour qu’il se décourage ou qu’il change ». Alors Michel, à ce moment-là, tu sais très bien que “quelques bonnes paroles” ce peut être beaucoup, et que souvent on les cherche en vain auprès des éditeurs, voire même de certains rédac’chefs (tel celui qui à cette époque se reconvertissait dans la patate). Et sans toi, qui est plutôt du genre à dire, “tes défauts, tu les connais”, je pense que j’aurais très bien pu attendre longtemps encore l’ouverture que fut ce premier texte dans Fiction

5Enthousiasmé par le personnage comme par ses idées (entre autres sa contribution à une discussion sur “Sf et Imaginaire”, avez-vous remarqué l’originalité des sujets de table-ronde ?), c’est à ce moment que je fus frappé de jeurite aiguë. Cette SF-là, moi, j’acceptais de m’en saouler, de m’y immerger jusqu’aux cheveux, d’en faire une véritable cure… C’est par Jeury qu’est tout d’abord passé mon intérêt pour la “jeune SF française” (balbutiante, en 1974, vous pensez !). C’est via Jeury, aussi, qu’est née mon écriture. Les idéologies tous-horizons commençaient à me décevoir pas mal. Conserver une part de naïveté militante est une chose, mais quand je voyais mes amis trotskystes excommunier à qui veux-tu comme de vulgaires Mgr Lefèbvre, je me disais, trop, c’est trop. Bakounine m’a fait de l’œil au même moment. (Le couple tient toujours, merci.) Et mes envies de journalisme militant se sont doucement muées en désir d’écriture tous azimuts. Cela, je le dois à Michel Jeury.

6Ce n’est pas pour autant un magicien. Il n’a pas créé un “Warfa” prêt à l’emploi, propulsé sur scène muni de tous ses instruments. Écrire est toujours pour moi un combat, voire un tourment. Une nécessité en tout cas. Mais Michel m’a — à son insu : par ses textes que je sentais vibrants — insufflé le goût de ce combat, et peut-être m’a-t-il également désigné un but. Une littérature qui ne soit pas uniquement catharsis d’adolescent, mais qui produise du sens. Qui signifie, par le désir même qui l’énonce et la conduit à l’existence. Qui signifie quoi ? Des peurs, et quelques espoirs… Je pense que ce n’est pas un hasard si Jeury, écrivain de SF — et donc représentant d’une subculture dirait Klein — fut invité par Pivot dans un numéro d’Apostrophes consacré non pas à la SF, mais à la peur ! Jeury est l’un de ceux — et ici je ne parle pas exclusivement d’auteurs de SF — qui expriment le mieux, à mon sens, tout à la fois un désarroi et un désir immense d’utopie. (On pourra discuter sur le point de savoir s’il croit à ses propres solutions.) Bref, comme tout cela me parlait énormément, il a joué un rôle de catalyseur décisif dans mes rapports avec la feuille blanche.

  • 2 Curval Philippe, Notice pour “Rituel pour un homme claustré”, Futurs au présent, Paris : Denoël, “P (...)
  • 3 Interview par Francis Valéry, Dossier de Poney-Dragon, Kesselring (s.l.), 1978, p. 240.
  • 4 Lamart Michel, “10 questions à Michel Jeury”, in Le Gué, spécial SF, no 10–11, 4e tr. 1978, p. 12.
  • 5 Cf. note 441.

7Maintenant, évidemment, je tente de tuer le père ! Des textes tels que “Aux couleurs d’un rivage blond” ou “Rituel pour un homme claustré” sont profondément jeuryens, même si Curval a eu la gentillesse de dire que si « Rituel pour un homme claustré (reprenait) un certain nombre de thèmes jeuryens, son originalité (était) de le faire oublier »2. L’ennui, c’est que ce caractère “jeuryen” me ressort par tous les pores, sans en décider ainsi. Faudra-t-il que j’écrive un récit franchement jeuryen, et voulu comme tel, pour m’affranchir des traces périgourdines ? Et Jeury lui-même, qui reconnaît cette filiation : « L’univers chronolytique ne me concerne plus tellement. (…) Parmi les textes d’autres auteurs, il y a “Aux couleurs d’un rivage blond”, de Dominique Warfa, paru dans Fiction (…) »3. Moi, je ne sais pas. Difficile d’en juger. Évidemment, les influences… Et puis ce texte lui était dédié, c’était un peu le pied à l’étrier. De toute manière, la question est parfois de pure rhétorique dans un domaine comme la SF, où l’on sait l’importance d’un certain caractère collectif, “boite à idées” en quelque sorte. Les textes et les idées s’y enchainent mutuellement. « La SF par référence constante au code qui la définit étant une littérature par essence collective, et spéculative, les textes générant d’autres textes » (Michel Lamart4). Jeury encore, dans un entretien avec Francis Valéry contenu dans le dossier qui clôt Poney-Dragon, parle de ce « qu’il y a quelque chose de particulier à la SF, que dans une certaine mesure la SF commande “fond et forme” des récits qui s’y rapportent »5. Il parle de formes d’esprit induisant un certain type de voix “SF”, rapprochant Jeury de Dick, puis d’autres de Jeury. Il parle également d’expériences collectives.

8Bon, tout ceci n’est pas une justification d’on ne sait trop quel crime littéraire. À l’heure actuelle, si je continue d’aimer beaucoup Michel Jeury et je vais montrer pourquoi — j’ai cependant l’envie d’écrire autre chose. C’est peut-être ce qui me bloque pour l’instant : pas envie de faire du sous-Jeury. Trouver sa voie, son style, ce n’est pas simple. A-t-on suffisamment parlé de Dick, justement, à propos de Michel ? Mais qui, maintenant, serait aveugle au point de confondre leurs œuvres respectives ? (Hé hé ! Les enfants de Mord, ouvrage récent dans la production jeuryenne, est peut-être le plus dickien ! Personnage central, situation, état du monde renvoient au corpus de l’écrivain américain. Non par des citations, mais par la manière. Curieux, non ? Jeury, enfin maître de son écriture après ces trois grandes étapes que furent Le temps incertain, Les singes du temps et Soleil chaud poisson des profondeurs, ferait-il un retour sur ses origines ?)

Et un petit voyage en camion rouge

9Bien. Dire pourquoi j’aime Michel Jeury, pourquoi sa façon d’appréhender notre futur me fascine, c’est évidemment tenter de l’expliquer. Et c’est là un exercice de haute voltige qui me fait un peu peur. C’est pourquoi je m’en vais, de manière très réaliste, limiter mon propos. Une petite histoire pour commencer.

  • 6 Voir bibliographie.

10En juillet 1976, Michel Jeury avait été, sur mon instigation, l’invité d’honneur de la convention nationale belge qui se tenait pour la première fois en pays wallon, à Liège, ville du pékèt (alcool de genièvre) et des “tièsse di hôye” à la Tchantchès (symbole de l’esprit frondeur liégeois). À Liège, ma ville. Michel a beaucoup aimé Liège, et je me suis pris de l’envie de découvrir Issigeac. Je dus patienter un an, et en juillet 77 je descendais sur les routes du Sud en compagnie d’un vieil ami. Nous allions faire halte en Périgord. Mais pour y parvenir, nous avions roulé toute la nuit entre la Loire et le pays des croquants. Et sur la fin de cette nuit, quelque part entre Périgueux et Bergerac, nous avons basculé dans l’univers jeuryen ! Le petit jour pointait lentement dans des camaïeux de rose et de mauve, lorsque tout d’un coup l’horizon devant nous se zébra d’éclairs d’un blanc aveuglant. Pas de pluie. Pas de roulements de tonnerre (du moins ne les avons-nous pas perçus). Mais surtout : pas de pluie. En un instant nous étions environnés d’une lumière blafarde presque continue, comme si la foudre se ramassait sur nos têtes. Ceux qui ont lu Ouragan sur le secrétaire d’État6 ont compris : nous étions en plein cœur d’un de ces orages secs décrits dans le récit. Lorsque j’ai raconté l’anecdote à Michel, le lendemain, il s’est contenté de sourire. Je crois que c’est là, et durant les trois jours qui ont suivis, que j’ai compris l’une des clés de l’univers jeuryen : le terroir.

  • 7 Idem.

11Le terroir qui traverse toute son œuvre, comme en diagonale, le Périgord présent au cœur des hypersystèmes. Dans Un jour torride, dans L’armée rouge contre les utopistes, comme dans La poudre jaune du temps ou Les maraudeurs galactiques7, le Périgord toujours présent. Je puis comprendre cela. L’attachement à ses racines : si pour Jeury c’est une région qui lui colle aux fesses, pour moi c’est une ville. Mais c’est pareil. Et c’est par là que j’ai commencé à m’introduire dans le monde jeuryen. Pas par effraction : par complicité.

12Et le terroir, chez Jeury, ce n’est pas seulement un décor ou un passé, ni même un lieu présent (combien agréable, pourtant), c’est également l’un des pôles d’une philosophie.

  • 8 In Nyarlathotep, no 10, 2e tr. 1975, p. 84.

13C’est — à mes yeux — une philosophie triangulaire. Je place le terroir au sommet, et il ne m’a guère fallu longtemps pour découvrir les deux autres angles : le temps et l’idéologie. Ces trois éléments entretenant entre eux des rapports constants et compliqués. Ce que je nomme “idéologie” ne désigne évidemment pas un projet sociopolitique précis. (On verra qu’il en va bien autrement !) On pourrait sans doute appliquer d’autres termes à ce point du triangle : quête utopique, angoisse politique, approche de l’absolu. Je conserve cependant “idéologie”, et ce n’est pas un caprice, on s’en apercevra. Car un trait profond de Jeury, c’est sa méfiance à l’égard des idéologies, ce que je nommais plus haut son “socialisme inquiet”. Cette vision critique de toute chose politique, car il sait que le totalitarisme nait partout. Il l’a dit avec Planète Socialiste et tous ne l’ont pas encore digéré. « L’Idéalisme (…) qui nous conduisit en fait au plus aveugle des déterminismes (…) inspire ici à Jeury la plus désenchantée des méditations » (Martial-Pierre Colson à propos des Singes du temps8). Mes sympathies libertaires et ma haine du tout noir tout blanc font qu’ici aussi, je doive me sentir en accord avec l’incertitude jeuryenne.

  • 9 Longue Ariane, Icare et Phénix. Images du temps dans “Alcools” d’Apollinaire, Mémoire dactylographi (...)
  • 10 Voir note 439.

14Nous disions donc : le temps et l’idéologie. Le temps, cela semble l’évidence. « Pour Michel Jeury, le thème le plus fascinant qui soit est le temps » (Daniel Walther). « L’altération du temps, ou plutôt de la perception du temps, et donc l’altération de la perception de la réalité est (…) une des principales obsessions discernables dans l’œuvre de Michel Jeury » (Henri-Luc Planchat). La problématique du temps et Michel Jeury, c’est tout un. Oui. Mais bon. On sait qu’Apollinaire eut sa perception du temps forgée d’expérience par la « différence essentielle entre la conception méditerranéenne du temps, et la nôtre »9. Ses séjours dans le Sud d’une part, et dans les Ardennes belges comme en Rhénanie d’autre part, lui montrèrent comment la fuite du temps est d’autant plus marquée que le sont les saisons, influant de la sorte sur le comportement des gens. Cette conception, à son tour, influant sur la poétique d’Apollinaire. J’ai pu me demander si Jeury avait été sensible à une perception du temps spécifiquement rurale, peut-être, et différente de celle du citadin par tous les rituels saisonniers et quotidiens que commande la vie campagnarde. Je ne sais : il faudrait lui poser la question. Je crois pourtant que voici un lien entre le temps et le terroir, moins anecdotique qu’on ne pourrait le penser. Mais le terroir, c’est aussi un lieu de l’utopie. Voir la fréquence de la liaison terroir — vie heureuse dans tous les récits où la région d’ancrage intervient, que ce soit dans les souvenirs (ah ! mémoire traîtresse !) ou dans des instants de réelle utopie. Dans le même entretien avec Curval10, Jeury parle de ses utopies : « Ces sociétés idéales dont tu parles correspondant à la fois à mon sentiment profond et à ma situation sociale qui a toujours été indéfinissable. J’ai trouvé ici (à Issigeac) un petit havre tout à fait marginal ». Voici donc ce terroir jeuryen en rapport avec l’idéologie comme avec le temps. Pour fermer mon triangle, il faut chercher le point de contact temps/idéologie. Celui-ci existe bel et bien : il s’agit de l’incertitude.

  • 11 In Fiction, no 277, février 1977, p. 176.
  • 12 Rouveyrol Jacques, “L’univers chronolytique de Michel Jeury”, in Popilius, no 3, publié à l’occasio (...)
  • 13 In Horizons du Fantastique, no 29, 3e tr. 1974, p. 23–25.

15Incertitude du temps : on a rarement vu univers temporel plus mouvant que celui de Jeury. Incertitude de l’idéologie : retours à l’inquiétude et déni de toute solution proprement et exclusivement politique. Boris Eizykman, dans un entretien-collage consacré à Soleil chaud poisson des profondeurs11 parle d’une « utopie qui ne se concrétise pas dans un programme politique, qui ne prend pas la forme neutralisée d’une propagande bêtement didactique, mais qui se concentre puissamment dans les virtualités complexes de cette nouvelle folie “surhumaine” » La folie, le repli de Hood et de Boldi. Jacques Rouveyrol a fort bien analysé l’univers chronolytique12 : « (sa propriété) la plus importante semble être l’incertitude (…), l’univers de l’incertain quant au temps, quant à l’espace et quant à l’identité même des “individus” qui s’y “déplacent” ». Non, Michel Jeury ne nous facilite pas la tâche. Pourtant, entre le temps et l’idéologie réunis par l’interface de l’incertain, il y a un rapport encore plus direct. Dans un autre entretien avec Michel Jeury, Eizykman cite Burroughs (William !) et parle13 « d’une nouvelle sensibilité, d’un nouveau rapport au monde » induits par la drogue, mais aussi de la révolution que serait « cette nouvelle sensibilité sans la médiation des drogues ». Jeury et lui tombent d’accord sur le fait que la SF « manifeste cette évolution à travers le traitement du temps (le temps du récit et la conception du temps énoncée dans le récit) ».

16Notre petit triangle philosophique est clos. Si le terroir est le terrain d’une utopie, il pousse ses racines tout à la fois vers le temps et l’idéologie, qui entrent eux-mêmes en contact direct à plus d’un titre. On pourrait même y déceler un mouvement tourbillonnaire : du terroir naît une perception du temps, laquelle influe sur l’idéologie qui pour sa part fait retour au lieu pour l’application de l’utopie rêvée dans l’incertain. Je vous livrerais bien deux ou trois schémas, mais point trop n’en faut.

  • 14 Je renvoie ici aussi à l’article cité de Jacques Rouveyrol.

17On peut dès lors comprendre au travers de son œuvre pourquoi Michel Jeury est partisan de la révolte et du combat tout en craignant la normalisation d’une victoire. En effet, dans l’univers chronolytique, le réel n’est ni dans le monde historique répressif des hypersystèmes, ni dans le monde libéré et utopique (donc an-historique) de Gogol ou de la Perte en Ruaba. Le réel, ce n’est ni le départ ni l’arrivée : c’est le mouvement, c’est la chronolyse, c’est la vie. La réalité, c’est l’incertitude, c’est Diersant qui est également Renato14.

18Michel Jeury, ou le refus du messianisme.

*

  • 15 Type de solution SF gadget : la fin de Stand on Zanzibar. « Il s’agit, chez les Shinka, d’une mutat (...)
  • 16 In “La fête du changement”, Utopies 75, Paris : Laffont, 1975.
  • 17 Planète Socialiste, Collectif no 2, Yverdon : Kesselring, 1977, p. 9.

19On peut se demander où en est actuellement Michel Jeury. Et on pourrait chercher, par exemple, dans L’Univers-Ombre. Voilà un monde qui nous est présenté comme une utopie libertaire, avec présence d’une jolie crise : comment susciter un pouvoir destiné à contrer un envahisseur, pour le “rendormir” après usage. (En passant, notons que la république romaine faisait cela très bien : on n’hésitait pas à renvoyer les “dictator aux champs”. Mieux : ils y retournaient d’eux-mêmes.) Le problème est intéressant, quelle sera la solution proposée ? Or, cette solution est du type gadget15. C’est une solution SF typique : un conditionnement “éveille” des hommes destinés au pouvoir, puis les “rendort”. Ouais. C’est très clair : l’impossibilité de concevoir une utopie viable renvoie au gadget. C’est pour moi très symbolique d’un rejet par Jeury de toute solution politique. L’idéologie de Jeury serait maintenant le rejet de toutes les idéologies. (On voit pourquoi j’ai tenu à employer le terme.) Ce n’est d’ailleurs pas neuf, déjà le Variana, bien avant le Serellen, présentait une solution mystico-mythique. Les fusils de bois et les projections mentales, pour être des systèmes de défense différents, n’en étaient pas moins similaires par l’idée, et tout aussi gadgets16. Mais ici, nous devons réfléchir plus loin. Jeury, dans sa préface à Planète Socialiste, disait ceci : « J’ai un grand regret, nous avons tous mis l’économie entre parenthèses »17. Or on voit à plusieurs reprises le narrateur de L’Univers-Ombre se demander comment diable l’économie du Serellen peut fonctionner. Mais aucune réponse ne sera donnée. S’il ne fallait qu’une preuve du peu de crédit qu’accorde désormais Michel Jeury aux systèmes idéologiques traditionnels, je la verrais bien là. Il y a danger évidemment, dans ce désespoir. Et en tant que vision anarchiste d’une utopie, la Ciudad-Durruti de Jacques Boireau m’attire davantage.

20Pourtant ma sympathie à l’égard de l’incertitude jeuryenne ne peut faiblir. Au moins Jeury crie, et fort, et sans retenue. Si l’on peut lui reprocher ici ses tendances mystiques, on se rappellera pourtant la dénonciation virulente des sectes dans Poney-Dragon. Et puis, fait curieux, si cette utopie explicitement donnée pour telle, dans une collection propre à l’accueillir, suscite plutôt une méfiance qu’une adhésion, voici Le territoire humain, qui ne se présente pas comme utopie mais qui en contient pourtant une fort belle.

  • 18 Battestini Monique, “Qui a peur de la SF universitaire ?”, in Le Gué, spécial SF, no 10–11, 4e tr. (...)

21Enfin, s’il faut conclure, je dirai que ce que j’aime aussi chez Michel, c’est sa manière d’écrire une SF dérangeante, qui “alerte” le lecteur, sans pour autant la présenter explicitement sous ce jour, sans l’encombrer de signes référentiels externes. De clichés flics noirs disait Douay, et Monique Battestini de rappeler Hébert dans le Père Duchêne avec ses “bougre et foutre” en poteaux signalétiques18. Rien de tel chez Michel Jeury. Rien qu’une littérature qui nous livre son auteur et ses tourments.

22Nous nous battrons avec nos rêves ? Ou plutôt : nous ne cesserons jamais de nous battre, car notre combat n’a pas de fin !

Notes

1 Curval Philippe, “Jusqu’au bout au-delà avec Michel Jeury”, in Futurs, no 5, novembre 1978, p. 39–43.

2 Curval Philippe, Notice pour “Rituel pour un homme claustré”, Futurs au présent, Paris : Denoël, “Présence du Futur”, 1978, p. 144.

3 Interview par Francis Valéry, Dossier de Poney-Dragon, Kesselring (s.l.), 1978, p. 240.

4 Lamart Michel, “10 questions à Michel Jeury”, in Le Gué, spécial SF, no 10–11, 4e tr. 1978, p. 12.

5 Cf. note 441.

6 Voir bibliographie.

7 Idem.

8 In Nyarlathotep, no 10, 2e tr. 1975, p. 84.

9 Longue Ariane, Icare et Phénix. Images du temps dans “Alcools” d’Apollinaire, Mémoire dactylographié, Université de Liège, 1978, p. 2. On y lit également : « L’hiver, dans le sud de l’Europe, est quasi inexistant, alors que chez nous, le passage des saisons est beaucoup plus marqué, nous sentons davantage la mort de l’été, la fuite du temps ». Ne peut-on voir entre la ville et la campagne la même différenciation ? La ville, par sa vie repliée sur elle-même, par le travail qui n’y subit pas d’arrêt, sent également beaucoup moins les saisons. La campagne subit chaque année la fuite du temps. Et Michel Jeury habite la campagne.

10 Voir note 439.

11 In Fiction, no 277, février 1977, p. 176.

12 Rouveyrol Jacques, “L’univers chronolytique de Michel Jeury”, in Popilius, no 3, publié à l’occasion du 2e Congrès de la SF Française, Angoulème 1975, p. 18–22.

13 In Horizons du Fantastique, no 29, 3e tr. 1974, p. 23–25.

14 Je renvoie ici aussi à l’article cité de Jacques Rouveyrol.

15 Type de solution SF gadget : la fin de Stand on Zanzibar. « Il s’agit, chez les Shinka, d’une mutation dominante. » Et voilà ! On va vous vaporiser Terra d’une synthèse de cette hormone, et zou, l’amour du prochain en aérosol ! Ce qui faisait dire à Pierre Versins : « C’est le défaut majeur de la SF : des solutions irréalistes à de réels problèmes » (préface à la réédition de Brunner John, Tous à Zanzibar, Genève : Edito-Service, 1974, p. IX.).

16 In “La fête du changement”, Utopies 75, Paris : Laffont, 1975.

17 Planète Socialiste, Collectif no 2, Yverdon : Kesselring, 1977, p. 9.

18 Battestini Monique, “Qui a peur de la SF universitaire ?”, in Le Gué, spécial SF, no 10–11, 4e tr. 1978, p. 33. En fait, Battestini cite Roland Barthes. En effet, Le degré zéro de l’écriture commence ainsi, textuellement : « Hébert ne commençait jamais un numéro du père Duchêne sans y mettre quelques “foutre” et quelques “bougre”. Ces grossièretés ne signifiaient rien, mais elles signalaient » (Barthes Roland, Le degré zéro de l’écriture, Paris : Seuil, 1953).

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search