Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Quelques bribes de science-fiction

Steampunk : une uchronie à toute vapeur (Phénix, 2003)

Texte intégral

  • 1 On songe à cet autre étonnant sujet de discorde : laquelle, de la science-fiction ou de la fantasy, (...)
  • 2 Henriet Éric, L’Histoire revisitée, Amiens : Encrage, 1999 (“Interface”, no 3).
  • 3 Autour de Tim Powers, génial auteur des Voies d’Anubis, de Sur des mers plus ignorées et du Poids d (...)

1Si l’on en juge au travers de certaines empoignades cybernétiques relevées au gré de forums de discussion ou de listes de distribution sur la Toile, il existerait une contestation sévère quant à l’appartenance des œuvres relevant du “Steampunk” au registre de l’uchronie1. Steampunk ? Comment caractériser rapidement les protagonistes ? L’uchronie ne devrait sans doute guère poser de problèmes, je l’espère, aux lecteurs du magistral essai d’Éric Henriet (L’histoire revisitée2) ainsi que du présent numéro de Phénix. “Steampunk”, on l’admettra volontiers, est un terme construit de la même manière que “cyberpunk” — du moins en usant d’un suffixe identique. Leur genèse semble d’ailleurs similaire : un peu fourre-tout, ces ensembles ou sous-ensembles seraient nés sans trop de réflexion critique, de discussions entre amis3 et peut-être d’un désir légèrement ludique, à l’image du “schtroumpf” dont Peyo attribue l’invention à Franquin et à un dîner bien arrosé…

  • 4 Même si, de nos jours, les nanotechnologies ont tendance à remplacer la cybernétique de William Gib (...)
  • 5 La science-fiction se mord ainsi la queue, elle qui serait née en tant que réflexion autonome (je n (...)
  • 6 Gibson William & Sterling Bruce, La Machine à différences, Paris : Robert Laffont, 1996 (“Ailleurs (...)
  • 7 Malgré Babbage et Ada Lovelace, l’informatique n’est, dans notre univers, pas née au xixe siècle, c (...)

2Si l’essence des romans cyberpunk consiste en l’injection de hautes doses de ces “nouvelles technologies” dont on nous rebat les oreilles depuis… vingt ans4, au cœur d’intrigues couchées sur les poubelles de l’avenir (voilà, peu ou prou, pour le “punk”), des ouvrages qui se voient définis par une référence tout aussi problématique à la vapeur s’inscriront dès lors davantage au cœur de la période clé de la révolution industrielle5. Jules Verne speedé allié à Charles Dickens : le plus évident lien entre les deux genres, entre vapeur et cybernétique, n’est autre que La machine à différences de William Gibson et Bruce Sterling6, histoire d’ordinateurs “byroniens” aux engrenages fonctionnant à la vapeur… S’agissant de toute évidence de réécritures de la chronologie historique7, on s’estimera au premier abord fondé à inscrire ces œuvres dans le courant plus large de l’uchronie.

  • 8 Selon le sous-titre d’un ouvrage de K.W. Jeter, nous voici face à une étrange Mad Victorian Fantasy(...)
  • 9 Rares, mais remarquables : René Réouven, Hervé Jubert, Fabrice Colin & Mathieu Gaborit, Francis Val (...)
  • 10 On a pu dire que le Steampunk décrivait un passé dans lequel l’avenir était arrivé plus vite, et pa (...)
  • 11 Sprague De Camp Lyon, De peur que les ténèbres, Verviers : Gérard, 1972 (“Bibliothèque Marabout, Sc (...)

3Certes, la période considérée s’avère plutôt courte, face aux millénaires qui sollicitent tant d’Histoires alternatives, mais n’en va-t-il pas de même pour le Troisième Reich, autre grand pourvoyeur d’inspiration ? En effet, quand situe-t-on généralement les intrigues relevant du Steampunk ? Pour un Britannique, il ne saurait exister que l’époque victorienne8, ou peu s’en faut. Pour les (encore) rares Français9 à s’être aventurés en ces territoires, l’équivalent semble être le Second Empire et les balbutiements de la Troisième République. Que trouvera-t-on parmi les ingrédients habituels ? Une technologie plus avancée, un mixte de personnages fictifs et réels qui n’est pas sans évoquer Alexandre Dumas, et une vision fort large de l’Histoire réinventée, le sacro-saint événement fondateur brillant le plus souvent par son absence10. Tel est sans doute ce qui pose problème aux yeux de certains critiques : que le progrès technique en uchronie puisse se révéler plus rapide ne saurait étonner (que fait d’autre Padway dans De peur que les ténèbres…11), mais que la création littéraire vienne interférer, et que les points de divergence ne soient pas détaillés, voilà qui déroge aux traditions.

  • 12 Tous les apocryphes ajoutés depuis des lustres au Canon auront plus que préparé le terrain, ce n’es (...)

4Il ne s’agit pas tant d’une interférence du roman lui-même avec l’Histoire telle que nous la connaissons : cette interférence-là, le lecteur s’y habitue. Les personnages de fiction que nous voyons intervenir ne sont pas nécessairement les propres créations de l’auteur Steampunk, dont la présence est implicite à la narration, mais bien tous les autres… En effet, on en viendrait à y voir un gimmick : on ne compte plus les ouvrages qui mélangent leurs propres héros à ceux d’autres créateurs, présentés comme aussi réels que la Reine d’Angleterre ! Holmes remporte certainement la coupe haut la main12, mais ne trouve-t-on pas, entre autres, un bien étrange prince-consort de Victoria chez Kim Newman, en la personne du comte Dracula ?

5Quant à l’absence de point de divergence, il semble clair que ce n’est pas l’avidité d’explications qui caractérise au plus près les auteurs Steampunk… Le monde décrit est tel qu’il est, autant l’accepter. Il comporte peut-être d’étranges automates fonctionnant à l’Éther, des vaisseaux hybrides d’éléments biologiques et mécaniques, des salamandres géantes, des vampires régnant sur les Îles Britanniques, de grosses bestioles dans les marais africains, qu’importe : fun d’abord, sense of wonder avant tout. Des justifications ? Il ne faut pas oublier que le Steampunk est remarquablement friand de ce que nous considérons aujourd’hui comme autant de fausses sciences, mais qui eurent parfois bien plus que leur heure de gloire, comme la phlogistique pour n’en citer qu’une, ou encore le mesmérisme. Après tout, davantage qu’allusion à Dickens, le genre se conçoit peut-être davantage comme de l’Edgar Allan Poe revisité par d’incroyables avancées technologiques. Il peut s’avérer plus que délicat de tenter d’expliquer tous ces éléments.

6Mais ces différences, si elles sont patentes, peuvent-elles dissimuler une parenté par ailleurs évidente ? Nous conviendrons aisément qu’uchronie et Steampunk traitent d’Histoire alternative. Ces différences enlèvent-elles une once de création imaginaire à l’un par rapport à l’autre ? Les machines sinon célibataires du moins extravagantes du roman Steampunk sont “différentes” (pour citer Gibson et Sterling), mais ne rendent rien ni à celles du space opera ni aux explications parfois alourdies de l’uchronie “classique”. Au contraire, l’indifférence marquée du genre envers tout code un peu trop restrictif renverse joyeusement les barrières : on a vu passer des vampires, la magie s’avère parfois opératoire et les ouvrages de Powers ne sont pas en reste quant aux créatures étranges qui y pullulent…

  • 13 Heliot Johan, La Lune seule le sait, Paris : Mnémos, 2000 (“Icares”).

7L’écrivain Steampunk se soucierait donc bien moins de vraisemblable ou de “crédibilité” ? Peut-être, quoique toute généralisation porte son lot d’abus de pensée… Mais quand bien même : il serait aisé de recenser en science-fiction “classique” autant sinon davantage de dérapages similaires. Johan Heliot n’est pas Gregory Benford, certes. On ne le lui demande pas. Par contre, Johan Heliot possède une réelle érudition sur tout ce qui touche à la fin du xixe siècle et particulièrement à l’histoire de la Commune. La lune seule le sait13 creuse profond les sillons de l’Histoire, et si ce roman la recrée sur le mode popularisé par Powers ou Blaylock, qui pourrait sérieusement lui en tenir rigueur ? L’imaginaire du “mouvement” Steampunk me paraît constituer l’une des réserves d’idées parmi les plus fécondes de ces dernières années : là où cela ne fourmille pas, cela explose (parfois littéralement).

8Bien des ouvrages de SF ne peuvent en dire autant, lorsque l’on y suce une unique idée jusqu’au trognon, et bien des uchronies “pures” en paraissent plutôt fades jusque dans les recoins de leurs petits détails. Si l’uchronie raisonne et philosophe, le Steampunk gambade alors sous ses jupes, comme le roman-feuilleton dans les souterrains de la “grande” littérature. Souvenons-nous des noces de l’Histoire et du récit endiablé chez Dumas, Féval, Zévaco : le Steampunk serait-il le feuilleton de cette articulation d’époques, la nôtre ?

Notes

1 On songe à cet autre étonnant sujet de discorde : laquelle, de la science-fiction ou de la fantasy, serait le sous-genre de l’autre ?

2 Henriet Éric, L’Histoire revisitée, Amiens : Encrage, 1999 (“Interface”, no 3).

3 Autour de Tim Powers, génial auteur des Voies d’Anubis, de Sur des mers plus ignorées et du Poids de son regard pour le Steampunk.

4 Même si, de nos jours, les nanotechnologies ont tendance à remplacer la cybernétique de William Gibson au cœur des romans de hard science (ce que les œuvres cyberpunk étaient bel et bien, au regard de l’importance accordée à la technologie), il convient de reconnaître que l’expression “nouvelles technologies” pose autant de problèmes dans la vraie vie où l’on s’ennuie que “cyberpunk” ou “Steampunk” dans la sphère de la création littéraire.

5 La science-fiction se mord ainsi la queue, elle qui serait née en tant que réflexion autonome (je n’ai pas dit “genre”) précisément à cette période, suscitée et permise justement par l’émergence de ladite révolution industrielle. Voir Brian Aldiss et sa lecture du Frankenstein de Mary Shelley : Aldiss Brian, Frankenstein délivré, Paris : Opta, 1975 (“Anti-mondes”, no 17). (Frankenstein Unbound, 1973.)

6 Gibson William & Sterling Bruce, La Machine à différences, Paris : Robert Laffont, 1996 (“Ailleurs et demain”). (The Difference Engine, 1990.)

7 Malgré Babbage et Ada Lovelace, l’informatique n’est, dans notre univers, pas née au xixe siècle, cela se saurait.

8 Selon le sous-titre d’un ouvrage de K.W. Jeter, nous voici face à une étrange Mad Victorian Fantasy.

9 Rares, mais remarquables : René Réouven, Hervé Jubert, Fabrice Colin & Mathieu Gaborit, Francis Valéry, Johan Heliot…

10 On a pu dire que le Steampunk décrivait un passé dans lequel l’avenir était arrivé plus vite, et par ailleurs le rapport avec le roman historique n’est bien entendu pas neutre.

11 Sprague De Camp Lyon, De peur que les ténèbres, Verviers : Gérard, 1972 (“Bibliothèque Marabout, Science fiction”, no 405). (Lest Darkness Fall, 1941.)

12 Tous les apocryphes ajoutés depuis des lustres au Canon auront plus que préparé le terrain, ce n’est pas Réouven qui me démentira.

13 Heliot Johan, La Lune seule le sait, Paris : Mnémos, 2000 (“Icares”).

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search