Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Quelques bribes de science-fiction

Picaresque, quête et SF chez Stephen King : le cycle du Pistolero (Les Dossiers de Phénix, 1995)

Texte intégral

  • 1 In Nolane Richard D., “Entretien avec Stephen King”, Fiction, no 327, mars 1982, p. 175.

Ces histoires sont seulement la pointe d’un iceberg constitué par un long roman initiatique sur lequel je ne peux travailler que par à-coups. C’est différent du reste parce que ces histoires m’apparaissent comme étant à 100 % fantastiques et comprennent la création d’un univers complet, plein de magie.
Stephen King1

1À plusieurs reprises déjà, les récits de Stephen King ont abordé les rivages exotiques de la science-fiction. Il est vrai au demeurant que la plupart des romans ou des nouvelles que l’on a désormais coutume de rassembler sous le label d’Horreur Moderne peuvent sans le moindre problème ni narratif ni esthétique contenir et recouvrir des éléments structurels issus de genres a priori différents, tels le thriller, la SF ou le simple polar… La dite Horreur Moderne, pour autant qu’elle existe ailleurs que dans les rapports commerciaux des éditeurs (ou chez certains critiques par ailleurs fanatiques de l’étiquetage), n’implique aucunement le recours à des éléments obligatoirement surnaturels dans le vraisemblable créé par l’auteur. Des éléments purement SF peuvent donc très bien charpenter un récit par ailleurs purement terrifiant : songeons aux aventures haletantes d’une astronaute nommée Ripley et du chat Jones…

  • 2 Chez Pocket, de 1989 à 2003, sous la direction de Patrice Duvic
  • 3 Chez J’ai Lu, de 1977 à 1999, sous la direction de Jacques Sadoul.
  • 4 Koontz Dean R., Les Étrangers, Paris : J’ai Lu, 1991 (“Épouvante”, no 3005) ; Nichols Leigh, Feux d (...)
  • 5 Mccammon Robert, Scorpion, Paris : Pocket, 1991 (“Terreur”, no 9052).
  • 6 Saul John, Créature, Paris : Pocket, 1993 (“Terreur”, no 9095).
  • 7 Voir Suvin Darko, Pour une poétique de la science-fiction, Québec : Presses de l’Université du Québ (...)

2On pourra prendre pour exemple (non exhaustif), quelques titres parus tantôt dans une collection nommée Terreur2, tantôt sous l’emballage d’Épouvante3, ce qui est éminemment descriptif… Ainsi Dean Koontz voit-il ses Étrangers classés “épouvante” par Jacques Sadoul, tout comme Leigh Nichols ses Feux d’ombre, quand le premier aborde les contacts extraterrestres et l’autre les manipulations génétiques4. Ainsi le superbe Scorpion de Robert McCammon se voit-il accolé l’étiquette “terreur”, alors que tout le récit tourne autour d’une petite ville US prise dans un affrontement d’aliens5. Plus récemment, Créature de John Saul paraît avec une présentation de son auteur en tant que « valeur sûre du thriller d’épouvante », et il y est question de dramatiques expériences médico-sportives6. On voit bien qu’ici les motifs clairement génériques, qu’il s’agisse de recherche scientifique pointue ou de contacts avec l’Autre, font place au traitement de la narration, par lequel l’effet premier n’est plus le décalage cognitif cher à Darko Suvin — fondement de tout vraisemblable SF7 — mais bien un effet de choc qui peut être la répulsion suscitée, source du caractère terrifiant d’une œuvre… Que toute cette “école” (entre guillemets, car elle n’a pas vraiment de structures ni de maîtres — ou alors trop, ou alors un seul : King…) soit actuellement relayée par une mode concertée devrait s’analyser ailleurs. Et on relèvera aussitôt que si l’édition glisse des récits aux motifs nettement SF sous des habits de terreur, inversement des collections s’affichant SF accueillent régulièrement des œuvres limite suscitant le haussement de sourcil de l’amateur pointilleux (pléonasme dans le milieu SF…). Il semble pourtant que le mélange des genres puisse se révéler plus bénéfique que brouillon. Qui sait si, par ces méandres plus ou moins recherchés, les différents genres ne rencontreront pas quelques occasions de ressourcement parfois bienvenues…

  • 8 King Stephen, Brume, Paris : Albin Michel, 1987. (Skeleton Crew, 1985.)
  • 9 King Stephen, Le Fléau, Paris : Jean-Claude Lattès, 1991. (The Stand : The Complete & Uncut Edition(...)
  • 10 King Stephen, Danse macabre, Paris : Alta, 1981. (Night Shift, 1978.)
  • 11 King Stephen, Running man, Paris : Albin Michel, 1988. (The Running Man, 1982.)
  • 12 King Stephen, Les Tommyknockers, Paris : Albin Michel, 1990. (The Tommyknockers, 1987.)

3Ceci posé, un certain nombre de récits signés Stephen King participent clairement de l’univers science-fictif. Il en va ainsi de plusieurs nouvelles, entre autres dans le recueil Brume (Skeleton Screw)8. “L’Excursion” en est un bon exemple : le motif central n’est autre que ce bon vieux truc déjà éculé par la SF dite de l’“Âge d’Or”, la transmission de matière… Sauf, évidemment, que King parvient à dire sur le sujet des choses que nul, sans doute, n’avait dites avant lui (si l’on ne peut être conscient durant l’excursion, sans trop savoir ce que recouvre cet interdit, qu’arrivera-t-il à cette variante type du fameux personnage “kingien” : l’enfant trop curieux ?). De même, un roman tel que Le Fléau (The Stand), dont l’édition française propose actuellement (enfin) une version intégrale9, peut s’inscrire sans la moindre sollicitation abusive dans un courant catastrophiste abondamment représenté depuis des lunes en SF. La fin du monde. (“Une sale grippe”, nouvelle qui se trouve à l’origine du pavé en question, figure dans le recueil Danse Macabre[Night Shift]10. La comparaison est instructive.) Running Man (The Running Man), roman à la base du film joué par Arnold l’instituteur, se déroule bien dans une société future (2025 selon le récit), pas très originale par ailleurs, qui voit refleurir la passion humaine pour les jeux du cirque11. (Oui, Sheckley l’avait déjà fait, et bien d’autres, et même le cinéma français et ses jeunes premiers ( ?) s’y est essayé…) Celui-là, pour faire à peu près le tour du sujet, fut publié sous l’étiquette Suspense… Et il faut encore citer Les Tommyknockers12.

  • 13 Ces trois premiers tomes d’un cycle qui en compte désormais huit (et deux volumes de “concordance” (...)

4Dès lors, voir paraître un livre de l’homme de Bangor (Maine, USA) sous une étiquette purement “SF” ne devrait pas surprendre : déjà Danse Macabre ne figurait pas, en J’ai Lu, dans la collection Épouvante, mais bien dans la série Science-fiction ! Et voici ces trois volumes qui nous sont parvenus sans prévenir, singulièrement, alors que d’autres King ont été annoncés à grand renfort de préparation médiatique (Four Past Midnight, Needfull Things…). Le Pistolero (The Gunslinger), Les trois cartes (The Drawing of the Three), Terres perdues (The Waste Lands)… Un cycle : “La Tour sombre”13. Un univers sans pareil, essentiellement différent de ceux qui ont déjà peuplé l’univers qui va de Carrie au Fléau et a fortiori des récents titres plus psychologiques…

  • 14 “Le Pistolero”, sous le titre “Le Justicier”, in Fiction, no 302, juin 1979, p. 77–133 (“The Gunsli (...)
  • 15 King Stephen, “La Nuit du tigre”, in Fiction, no 291, p. 107–125 (“The Night of the Tiger”).

5Un univers SF ? Ce n’est évidemment pas aussi simple. Le premier volume, Le Pistolero, est composé de cinq nouvelles, qui voici une petite dizaine d’années parurent dans Fiction14. Avec “La nuit du tigre”, publié en juin 197815, ce sont d’ailleurs les seules nouvelles de Stephen King que la prestigieuse revue française réussit jamais à inscrire à son sommaire. Aux USA, les mêmes textes s’échelonnèrent dans The Magazine of Fantasy and Science Fiction (en abrégé F&SF), entre octobre 1978 et novembre 1981. Mais on sait, grâce aux postfaces dont King ne s’est jamais montré avare (lorsque ce ne sont pas des préfaces, ou des notes), que “The Gunslinger”, tout premier texte du cycle, naquit dans les années d’université de l’auteur. Cette première époque du Pistolero, qui forme aujourd’hui le volume du même nom, fut écrite au long d’une période de douze ans. Et King avoue avoir en tête un pavé final de près de 3000 pages… Même si les délais se raccourcissent (il n’a pas fallu douze ans pour le tome suivant…), la conclusion de l’histoire, s’il y en a jamais une, n’est pas pour bientôt.

6SF, pas SF… C’est pour le moins un curieux univers. Daniel Riche, en présentant la première nouvelle dans Fiction, parlait d’une « sorte de western initiatique qui se déroule dans un univers pas tout à fait parallèle mais pas tout à fait identifiable non plus »… Oui, oui, Stephen King s’est fait la réputation d’un explorateur de tous les recoins de l’âme humaine pouvant se révéler prétexte à récit étrange (et pas toujours surnaturel, comme l’attestent nombre de nouvelles) : un jour ou l’autre, immanquablement, il devait s’attaquer à ce genre d’univers. Mais quel genre, justement ? Un univers parallèle, seulement ? Une fois de plus, King nous prend au dépourvu, à contre-pied, et ce qu’il nous offre ne ressemble à rien de connu.

7Car malgré l’étiquette SF, on pense d’abord être assuré de trouver ici son content de Stephen King — et de se retrouver dans un monde au fond bien connu, bien exploré et déjà délimité, l’univers qui bruisse sous le crâne de notre auteur, qui s’approfondit et se diversifie, mais s’attache depuis plus de vingt ans (Carrie, 1974) aux mêmes questions, aux mêmes obsessions, parmi lesquelles la manière dont l’adulte modèle courant gère le souvenir de son enfance. (N’aurait-il pas dit qu’on « écrit des histoires pour une seule raison, pour comprendre son passé et se préparer à une mortalité future » ?) Là gît en fait la première surprise du Pistolero : ce récit ne ressemble à rien de connu, mais surtout pas à ce que l’on trouve généralement sous la signature de King. Ou du moins, pas uniquement.

  • 16 Conrad Joseph, Au cœur des ténèbres, Paris : A. Redier, 1931 (précédé de Jeunesse). (Heart of Darkn (...)
  • 17 King Stephen, Ça, Paris : Albin Michel, 1988 (tome 1 & 2). (It, 1986.)

8Oui, sans doute est-ce un récit initiatique. Du moins en possède-t-il les caractéristiques extérieures, au nombre desquelles l’errance, les péripéties qui fondent autant d’expériences, les rencontres et les confrontations avec les autres, avec l’Autre. Et nombre de textes de King sont effectivement structurés sur le modèle du récit initiatique, traversées des ténèbres qui doivent mener à la redécouverte de soi-même, car tel est ce récit, qui reconstruit l’individu même s’il y perd quelque chose. Certains critiques ont parlé à ce sujet d’une parenté avec Conrad, et particulièrement avec ce Heart of Darkness dont Coppola fit Apocalypse Now16. Remonter le fleuve, son propre fleuve, celui qui vous coule entre les deux hémisphères, au sommet de votre être. Tous les monstres qui peuplent le petit monde de Stephen King, monstres souvent trop humains, sont confrontés à ce voyage parfois hallucinant. Les adolescents qui tourmentent les leurs, et ceux qui sont tourmentés. Les enfants qui tentent d’échapper à leurs parents, et les parents qui, à l’inverse… Les univers familiaux qui éclatent, les cités tranquilles révélées à elles-mêmes. Les obsessions, l’amour, la mort… Voilà tout Stephen King, certes, et les stéréotypes du surnaturel, qu’il retourne avec allégresse pour en faire une autre banalité, ne peuvent dissimuler son véritable sujet, l’homme et comment il devient ce qu’il est. Ceux qui auront lu Ça (It)17 savent que le sujet central de King demeure envers et contre tout le passage, ce satané passage entre la prétendue innocence de l’enfance et la soi-disant volonté de l’adulte, celle qui — dit-on — crée le monde. Ou crée des mondes ?

9Roland, le protagoniste central du cycle qui nous occupe, Roland n’est pas un homme fini au début du récit : il n’est pas terminé… Il doit encore se construire, et sa quête n’a que ce seul but même s’il croit, lui, qu’elle possède d’autres enjeux.

  • 18 Potocki Jan (Comte), Manuscrit trouvé à Saragosse, Paris : GF-Flammarion, 2008. (“GF”, no 1342 et 1 (...)

10Et davantage encore, sans doute, les aventures de Roland sont-elles un récit picaresque, si l’on accepte de voir sous ce qualificatif une variante du modèle espagnol d’origine (paix aux mânes de Lazarillo de Tormes !) et si l’on entend par picaresque un récit accumulant les aventures diverses en autant d’épisodes disparates, récit contant souvent sur le mode autobiographique la vie d’un personnage sans maître… Ce qui est évident dans le sens premier du terme, et que l’on retrouvera ici, est l’importance accordée à la représentation du sens et du destin moral de l’être humain qui focalise l’action. Au fond, le vrai modèle de Roland, le Pistolero, n’est peut-être autre que le voyageur du Manuscrit trouvé à Saragosse du comte Jan Potocki, l’homme qui lima la boule d’argent du couvercle de sa théière jusqu’à lui donner la dimension adéquate pour le canon de son pistolet, et s’en fit sauter la tête18.

11C’est un curieux univers, sorte de western de fantasy, qui s’ouvre sur un désert immense, où de loin en loin se dressent des relais abandonnés et des villes à demi-fantômes lorsqu’elles ne sont pas peuplées de possédés. Car c’est un univers de magie et de démons (voilà pour la fantasy) — du moins est-ce de la sorte que Roland qualifie certaines manifestations apparemment surnaturelles. Il y a des oracles prisonniers de cercles de pierres dressées alors qu’on pensait se trouver quelque part du côté de John Ford… Et le Justicier poursuit l’Homme Noir, qui sans doute a provoqué la chute d’un monde calme, le monde de Lumière qui vit naître Roland, le monde où est mort son père, où a été déshonorée sa mère, le monde qu’il devait protéger.

12Le Pistolero convoque de grands modèles pour les tordre aussitôt et les repasser au moule King. Et dès lors que l’on s’habitue un peu au monde créé, ici très différent du quotidien de Bangor, Maine, qui occupe une telle place dans d’autres œuvres de l’auteur, le bon Stephen change les règles ! Tout le second volume (Les trois cartes) se déroule dans un espace indéfini qui pourrait être complètement symbolique, une immense plage peuplée de “ho­marstruosités” qui se feraient bien un ordinaire de la chair de pistolero. Une plage dont la fin se confond avec la conclusion du volume — mais un espace qui ménage des échappées dans d’autres mondes apparemment normaux : le New York de 1987, puis celui de 1964, puis un autre encore… Car il est des Portes, par lesquelles Roland pêche littéralement ceux qui doivent l’aider dans sa quête de la Tour Noire, ceux que symbolisaient les lames du tarot tirées par l’Homme en Noir rattrapé à la fin du premier tome. On le voit, les symboles, eux aussi, sont légion, et mêlent approches et images différentes.

  • 19 Adaptation de David Cronenberg, en 1983, du roman éponyme (The Dead Zone) de 1979.

13Roman initiatique ? Roman d’apprentissage ? Mais où donc se situe l’évolution du personnage central — ou plutôt, comment se manifeste-t-elle ? Certainement pas en suivant le modèle traditionnel du Bildungsroman. Ici, l’apprentissage ne semble pas, jusqu’alors, aboutir à une reconstruction de Roland. Pour lui, jusqu’à la plage mortifère, tout est dégradation. Alors qu’il campe une sorte de super John Wayne dans les cinq premiers textes, as du pistolet capable de se débarrasser de la population entière d’une petite ville, qu’il paraît savoir très exactement ce qu’il veut (sa quête) et qu’il est parti pour tout surmonter (y compris le sacrifice de Jack, l’enfant qu’il a recueilli dans un relais et qui provient de notre xxe siècle), soudain il s’affaiblit. Et dès lors que l’Homme en Noir, avant de mourir (peut-être), lui révèle que des compagnons vont lui être donnés, lui-même devient proie. Tout se passe comme si, ayant créé un héros fort différent des personnages qu’il anime généralement, King devait inexorablement le ramener à un niveau de faiblesse qui est celui, ailleurs, de fillettes bafouées (Carrie, Charlie) ou d’américains trop moyens comme Christopher Walken dans Dead Zone19

14Dans Les trois cartes (les trois lames du Tarot), il est amoindri, écrasé, attaqué par d’immondes bestioles, débris en proie à l’infection qui le ronge, et qui seulement peut survivre, sans forces, sans ressort. Alors que les textes du premier volume étaient rythmés de flashbacks sur le passé de Roland (lesquels se révélaient d’ailleurs souvent plutôt énigmatiques), les différentes “histoires” de ce récit deviennent celles des comparses, Eddy le passeur d’héro, puis Odetta la jeune Noire aux deux esprits, enfin Jack Mort au nom symbolique, qui referme à ce jour tout le cycle. En effet le démiurge du traitement de texte en fait celui qui a projeté Jack, le gamin, dans l’univers du Pistolero (via les roues d’une voiture), mais aussi celui qui en jetant une brique à la tête d’Odetta enfant a provoqué son dédoublement de personnalité. Comment diable tous ces personnages plus bizarres les uns que les autres, vont-ils à l’avenir circuler au long de cette quête sans fin ?

15Le curieux récit d’univers parallèle réintègre d’abord au plus près le quotidien US, par le biais de ceux qui pourraient paraître des modèles stéréotypés de l’Amérique d’aujourd’hui : le jeune junkie meurtri par le Vietnam, la Noire schizophrène qui joue sa haine du “cul blanc”, le psychopathe tueur par pur plaisir… De caractères qui devraient porter le poids d’autant de conventions, King fait alors les miroirs de Roland, voire les relais (ne sont-ils pas les cartes tirées par l’Homme Noir, donc le Destin ?) nécessaires à l’action future, à l’avancement de la Quête, à la survie même du Héros…

  • 20 Magie et cristal, Paris : Éditions 84, 1998.

16Que la Quête soit sans fin est évidemment normal, c’est même une caractéristique primordiale d’une quête pareille à celle de Roland. Le Graal ne doit pas être rapporté à Camelot. Perceval ne l’a pas compris, et Galaad ne trouve que lui-même, ce qui constitue l’essentiel. Au fond, l’univers d’origine de Roland (ce nom, déjà…) n’est-il pas celui du roman courtois ? On y vit en de curieux Châteaux peuplés de Dames. Certes, nous n’en connaissons que fort peu, et King lui-même affirme savoir peu de choses du passé de son Pistolero. Si le troisième tome, Terres perdues (The Waste Lands), conte une part supplémentaire de la Quête de Roland, Eddie et Suzannah (Odetta réconciliée avec elle-même), le quatrième, Wizzard and Glass20, devrait essentiellement se rapporter à la vie antérieure du dernier justicier. Qu’est réellement la Tour Sombre, celle qui se dresse aux sources du Temps ? Qu’importe. Seul compte le regard, sur eux-mêmes et sur le monde, que pourront porter ceux qui auront suivi cette quête, qui auront voyagé en eux-mêmes comme entre les univers. Au-delà de l’infini…

17Et à nouveau, comme lorsqu’il retourne comme un gant les petites vies bien réglées des petites bourgades US, Stephen King nous laisse pourtant, au bout du compte, comme un message d’espoir : les terreurs acceptées, la bête sous le lit mâtée, il reste à marcher, à découvrir, émerveillés… On perd son innocence, on acquiert autre chose. L’infection qui ronge Roland n’est pas un autre symbole, et il est bien dans la ligne de l’humour noir de King qu’il faille braquer une paisible pharmacie new-yorkaise pour lui procurer des antibiotiques…

18Terres perdues constitue le troisième tome du cycle. Roland s’obstine à chercher quelque chose comme le pivot de l’univers : la Tour Sombre. Pour survivre, il a donc pêché des compagnons venus de notre monde, le New York des années 60, 70 ou 80. Terres perdues renoue avec une progression réelle, dynamique et physique, et non plus mentale : Roland, Eddie et Suzannah découvrent un Portail et son Gardien, avant de s’avancer sur l’un de ces Rayons, tour à tour sentier forestier et monorail intelligent, qui doivent mener des Portails au pivot, à la Tour. Le récit bouge, et King entreprend d’y remettre en ordre son univers, même s’il ne résout quelques énigmes que pour aussitôt en poser d’autres. Eddie façonne une clé, la clé qui donne accès aux Portes. Roland sauve Jack, le gamin de notre siècle sacrifié dans le premier tome, restaurant ainsi son intégrité mentale. Tous cherchent.

19Les interactions entre les mondes se multiplient, les rêves dans l’un devenant réalité dans l’autre, les noms de lieux pouvant être communs, mais dans une autre géographie. Un Focke-Wulf allemand écrasé, chasseur de la seconde guerre mondiale, apparaît sur la route du groupe. La matérialité du monde déchu acquiert également de la substance au fil de l’exploration : après la plage métaphorique des Trois cartes, la forêt laisse place à une ville quasi abandonnée, envers de New York, et de nombreux artefacts révèlent plus de technologie que les premiers récits ne le laissaient supposer, même s’il s’agit d’une technologie brisée.

20À la fin du récit, Roland, à nouveau pour survivre (le simple désir de survivre est un motif central), doit faire assaut de logique avec l’intelligence qui contrôle un monorail. La Tour se rapproche-t-elle ? Le monde de Roland semble de plus en plus mort depuis des siècles. Mais l’esprit du héros redevient clair, les adversaires apparaissent pour être abattus, un intrigant nouveau venu ne fait que passer (l’Enchanteur), le voyage s’accélère : Blaine le Mono emporte le groupe vers Topeka. Et King, évidemment, laisse son lecteur en panne dans l’Entre-Deux-Mondes… Il faudra bien le quatrième tome, Wizzard and Glass, pour lever quelques voiles sur l’antériorité du récit. Patience, patience…

  • 21 Les robots du célèbre cycle d’Isaac Asimov ont un cerveau “positronique”.
  • 22 Harrison Harry, Ratinox, Paris : Jean-Claude Lattès, 1981. (“Titres/SF”, no 48.)
  • 23 Ellison Harlan, “ ‘Repens-toi, Arlequin !’ dit Monsieur Tic-Tac”, in Galaxie (2e série), no 42, oct (...)

21Je ne puis éviter de signaler à l’amateur que King s’amuse ici à farcir son récit de références qui sont autant de clins d’œil : l’ours gardien qui, d’après Eddie, « ressemble à Robocop », sort d’une firme nommée “Positronics” (Asimov)21, parmi ses acolytes figure un “rat en acier inox” (Harrison)22, dans la ville de Lud se cache un “Homme Tic-Tac” (Ellison)23… Cherchez bien : il y en a d’autres… Mais de clé permettant de décrypter la totalité de ces récits énigmatiques, pas la moindre trace encore.

  • 24 King Stephen & Straub Peter, Le Talisman des territoires, Paris : Robert Laffont, 1986. (The Talism (...)

22Peut-être une partie de celle-ci figure-t-elle dans Le talisman des territoires, que King écrivit avec Peter Straub24. Autre histoire d’univers parallèles, autre quête, autre voyage : n’oublions pas que les États-Unis sont le territoire même du voyage, de l’errance, de la route, territoire de prairies et de frontières toujours reculées, décor par excellence du road movie… Cherche, lecteur, cherche… Et ne demande pas à l’auteur pourquoi il nous offre de pareils joyaux obscurs, il te répondra : « Qu’est-ce qui vous fait penser que j’ai le choix ? »…

Notes

1 In Nolane Richard D., “Entretien avec Stephen King”, Fiction, no 327, mars 1982, p. 175.

2 Chez Pocket, de 1989 à 2003, sous la direction de Patrice Duvic

3 Chez J’ai Lu, de 1977 à 1999, sous la direction de Jacques Sadoul.

4 Koontz Dean R., Les Étrangers, Paris : J’ai Lu, 1991 (“Épouvante”, no 3005) ; Nichols Leigh, Feux d’ombre, Paris : J’ai Lu, 1989 (“Épouvante”, no 2537). On notera pour le plaisir que Leigh Nichols est un pseudonyme de Dean R. Koontz !

5 Mccammon Robert, Scorpion, Paris : Pocket, 1991 (“Terreur”, no 9052).

6 Saul John, Créature, Paris : Pocket, 1993 (“Terreur”, no 9095).

7 Voir Suvin Darko, Pour une poétique de la science-fiction, Québec : Presses de l’Université du Québec, 1977. (“Genres et discours”, no 3.)

8 King Stephen, Brume, Paris : Albin Michel, 1987. (Skeleton Crew, 1985.)

9 King Stephen, Le Fléau, Paris : Jean-Claude Lattès, 1991. (The Stand : The Complete & Uncut Edition, 1990.)

10 King Stephen, Danse macabre, Paris : Alta, 1981. (Night Shift, 1978.)

11 King Stephen, Running man, Paris : Albin Michel, 1988. (The Running Man, 1982.)

12 King Stephen, Les Tommyknockers, Paris : Albin Michel, 1990. (The Tommyknockers, 1987.)

13 Ces trois premiers tomes d’un cycle qui en compte désormais huit (et deux volumes de “concordance” dus à Robin Furth) sont parus chez J’ai Lu en 1991 et 1992. Il existe désormais une intégrale en deux volumes : King Stephen, La Tour sombre, l’intégrale 1/2 & 2/2, Paris : J’ai Lu, 2008 (dans une collection dénommée “Semi-Poche” et en tirage limité et numéroté !).

14 “Le Pistolero”, sous le titre “Le Justicier”, in Fiction, no 302, juin 1979, p. 77–133 (“The Gunslinger”). “Le Relais”, in Fiction, no 317, avril 1981, p. 7–51 (“The Way Station”). “L’Oracle et les montagnes”, in Fiction, no 327, mars 1982, p. 6–42 (“The Oracle and the Mountains”).“Les Lents mutants”, in Fiction, no 332, septembre 1982, p. 6–53 (“The Slow Mutants”). “Le Pistolero et l’homme en noir”, in Fiction, no 333, octobre 1982, p. 35–57 (“The Gunslinger and the Dark Man”).

15 King Stephen, “La Nuit du tigre”, in Fiction, no 291, p. 107–125 (“The Night of the Tiger”).

16 Conrad Joseph, Au cœur des ténèbres, Paris : A. Redier, 1931 (précédé de Jeunesse). (Heart of Darkness, 1899.) L’expression “au cœur des ténèbres” ne serait-elle pas un résumé adéquat de l’œuvre de Stephen King ?

17 King Stephen, Ça, Paris : Albin Michel, 1988 (tome 1 & 2). (It, 1986.)

18 Potocki Jan (Comte), Manuscrit trouvé à Saragosse, Paris : GF-Flammarion, 2008. (“GF”, no 1342 et 1343.) Cette édition de François Rosset et Dominique Triaire, en deux volumes, reprend les versions de 1804 et 1810 de ce roman exceptionnel (connu aussi sous le titre La Duchesse d’Avila) qui en compta trois (la première de 1794).

19 Adaptation de David Cronenberg, en 1983, du roman éponyme (The Dead Zone) de 1979.

20 Magie et cristal, Paris : Éditions 84, 1998.

21 Les robots du célèbre cycle d’Isaac Asimov ont un cerveau “positronique”.

22 Harrison Harry, Ratinox, Paris : Jean-Claude Lattès, 1981. (“Titres/SF”, no 48.)

23 Ellison Harlan, “ ‘Repens-toi, Arlequin !’ dit Monsieur Tic-Tac”, in Galaxie (2e série), no 42, octobre 1967. (“ ‘Repent Harlequin !’ said the Ticktockman”, 1965.) Existe sous le titre “Arlequin et l’homme Tic-Tac” dans le recueil Ainsi sera-t-il, Verviers : Gérard, 1971, “Bibliothèque Marabout Science fiction”, no 381.

24 King Stephen & Straub Peter, Le Talisman des territoires, Paris : Robert Laffont, 1986. (The Talisman, 1984.)

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search