Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Quelques bribes de science-fiction

Écriture et science-fiction… (Yellow Submarine, 1991)

Texte intégral

1Donner ce titre précis à cet article précis, en ce moment précis, revient à en faire l’emblème nettement souligné du thème qui va être abordé. Dans le même temps, proposer “Écriture et Science-Fiction… » sous cette forme revient à forcer implicitement le lecteur à penser qu’il y a problème dans le rapprochement des deux termes. En effet, ne nous laissons pas abuser par l’apparente simplicité de la réflexion ainsi amorcée : comme souvent, un énoncé aussi clair ne peut que se révéler, au fond, particulièrement pervers. Déjà, on dit : Écriture et Science-Fiction, nullement Science-Fiction et Écriture. Le premier terme prime dans l’approche.

2Écriture, vraiment ? Mais nous écrivons tous, semble-t-il… Tous, critiques, chercheurs, écrivains, nous nous livrons à cette activité qui consiste à transcrire sur un support, par divers moyens dont les plus sophistiqués seront désormais informatiques, des signes constitutifs des éléments d’un langage.

  • 1 Quoique la première proposition soit déjà, évidemment, porteuse d’un sens : le présupposé minimal e (...)

3Mais dans ce qui est ici mis en cause, s’agit-il réellement de la pratique écrivante elle-même, ou plutôt de la signifiance que l’on y met ? L’écriture serait questionnée en tant qu’elle est liée au texte comme vecteur de l’objet symbolique, mais également constitutive de sens : bref, l’écriture telle que nous la rend la théorie du texte — et voici donc en fait mis en cause un statut poétique, esthétique, de la SF. On glisse de l’acte technique (« J’écris ») à la pratique signifiante (« J’écris Paludes »)1. Si l’on vous dit “Écriture et Science-Fiction”, ce n’est pas pour voir relever les petites manies de chacun au plus profond de sa chambre glaciale d’artiste méconnu. Ce serait davantage dans le but d’interroger les liens (attractifs, exclusifs…) du genre avec ce qui forge cette écriture, et nous amène à l’œuvre littéraire, je pense.

4Écriture, donc, sous-entendant littérature. (On colloquera sur les littératures orales une autre fois !) Et entendre littérature, cela questionne automatiquement le statut de la SF et ses rapports avec le reste de l’univers : la culture ambiante, les institutions, les circuits de transmission des productions symboliques… On le voit, parler naïvement d’écriture et de science-fiction entraîne rapidement au cœur d’un propos qui peut aboutir à la mise en cause des choix que tout auteur est amené à poser via la SF. Quant au questionnement implicite porté par le “et” de notre titre, qui est toujours plus interrogatif que reliant, j’y vois au moins trois facettes principales.

  • 2 En 1991, date de première publication de cet article.
  • 3 Relire Darko Suvin. Et Marc Angenot, dont les travaux sur l’effet de paradigme absent sont fondamen (...)
  • 4 Lors du 2e Séminaire organisé par la Bibliothèque des Paralittératures de Chaudfontaine (désormais (...)

5Primo, la science-fiction possède-t-elle une écriture spécifique ? En d’autres termes, le vecteur du texte SF est-il particulier, irréductible à ceux d’autres genres ou de la littérature générale ? Je ne crois pas qu’à l’heure actuelle2 quiconque puisse présenter une vision poétique ou esthétique du genre qui soit tout à la fois cohérente et complète : tout au plus existe-t-il des fragments de réflexion, certes fondamentaux, qui vont dans ce sens3. Et par ailleurs, il existe d’évidence une rhétorique immédiatement perceptible. Un peu sur les marges de notre sujet, mais pas tellement, on attend impatiemment que Bernard Dardinier publie le texte qu’il nous donna à entendre l’an dernier à Chaudfontaine4.

6Il me semble plutôt que cette irréductibilité du genre SF prend sa source et forge sa différence intrinsèque dans une vision particulière qu’il (le genre, donc eux : les auteurs…) pose sur les relations de la création symbolique avec l’univers qui l’entoure et (mais oui) la rend simplement possible. En somme, si la SF est spécifique, ce serait au travers d’une pratique épistémologique bien plus que par son écriture. Au contraire d’une grande part du “mainstream”, la SF tient compte du monde (quoique certains prétendent écrire malgré lui…), l’interroge, spécule sur ses conditions d’existence et sur son évolution… La vision de la SF prend en compte les connaissances : le mot qui fait peur n’a pas encore été lâché, mais il se profile doucement à l’orée de ma réflexion et va fonder une bonne part de mon secundo.

7Celui-ci découle assez logiquement de la première face du problème : à défaut de posséder une écriture spécifique, la SF se préoccupe-t-elle de l’écriture tout court ? Le fait même de poser la question révèle énormément de l’état d’esprit de celui qui la pose. Il s’agit d’un argument (spécieux) que nous (auteurs, critiques, amateurs…) devons tous avoir subi un jour ou l’autre, et qui s’il se montre effectivement tendancieux met à jour une problématique bien plus profonde. Car, que diable, songe-t-on à demander à Henri Troyat s’il se préoccupe d’écriture ? La question peut paraître simple : il est normal, du point de vue de l’institution, de s’étonner de préoccupations stylistiques en SF, puisque cette dernière est composée de ce ramassis de choses mal fagotées, en fait non écrites, qui n’ont aucun style… Et de s’étonner à bon compte lorsqu’un ouvrage de SF semble, pour la critique commune, devoir s’élever au-dessus du lot ! Encore la culture dominante est-elle tout-à-fait prête à accepter une œuvre qui parle de Martiens, pourvu qu’elle soit écrite comme du Yourcenar… Il est de coutume d’affirmer alors que l’œuvre en question n’est, évidemment, « pas de la SF ». On rejoint immanquablement un débat sans doute aussi vieux que le genre lui-même, et qui convoque tant l’image de la SF véhiculée par le monde littéraire que l’image du monde littéraire que possèdent les acteurs du genre. Je me permettrai d’aligner quelques lieux communs qui se voient périodiquement ravalés afin de resservir dans ce type de discussion. Lieu commun numéro un : la SF est un genre peu motivé par le style car il s’agit d’une littérature d’idées. Lieu commun numéro deux : tout écrivain cherchant la reconnaissance de ses pairs (la légitimité) doit investir la Littérature dominante. Les deux propositions sont bien entendu légèrement antithétiques, nul besoin d’un grand logicien pour s’en apercevoir. Or il ne faut non plus pas être Sherlock Holmes pour se rendre compte qu’un certain nombre d’auteurs de SF français ne vivent que dans l’espoir de se voir un jour admis dans la (petite ?) famille des grands Littérateurs. On voit où se situe le conflit, ainsi que son enjeu : la SF comme littérature d’idées. On perçoit déjà, également, qu’il sera chez certains plus facilement procédé à l’évacuation des facettes du genre qui dérangent tant l’institution, qu’au choix réel et concerté d’une écriture. Ah ! les idées ! Les idées qui sont celles (revenons un instant à mon primo) d’une vision du monde phénoménologique privilégiant l’interrogation et l’expérimentation, celles également qui postulent une méthode d’appréhension des choses. Une méthode scientifique, le gros mot est lâché !

8Nous ne sommes pas tombés fort loin de ce couple désormais incontournable, celui des littératurants et des narratifs… Posséder une saine préoccupation d’écriture semble ne se concevoir dans le Landerneau de la SF française que via le rejet d’autres éléments constitutifs du genre, au premier rang desquels son référent scientifique (je me répète obstinément, et ajoutez para ou pseudo si cela peut vous faire plaisir). La Littérature (attention à la majuscule) nous contemplerait du haut de sa réputation parce que nous accordons une place de choix à la spéculation abstraite : le travail sur les trop fameuses idées… L’auteur de SF désireux de se voir adouber n’aurait donc comme unique ressource que d’évacuer celles-ci, en même temps que toute la nébuleuse épistémologique qui les accompagne : la SF littéraire (“écrite” !) serait celle qui refuse la science.

  • 5 Bulletin du Groupe Remparts, association informelle d’auteurs de science-fiction francophones attac (...)
  • 6 Et ceci s’applique évidemment à Bruxelles comme à Paris…
  • 7 In “Les joies de la trahison”, dans le Bulletin Remparts 1988/4. Denis cite Mark Adlard, pour qui « (...)

9Il semble que le monde culturel français (car cette myopie s’étend bien au-delà de la littérature !) ait encore quelque difficulté à admettre qu’un artiste puisse inscrire au cœur de ses productions autre chose que des symboles éthérés ou des références parnassiennes. Des idées ! (Passons sur le sens qui est ici réellement prêté au terme “idées”…) Des idées qui doivent forcément exclure toute préoccupation vraiment littéraire… Je vais répéter quelque chose qui a déjà été dit nombre de fois (il suffit d’ailleurs de relire de précédentes livraisons du Bulletin Remparts5 : le monde culturel français n’a pas encore admis en son sein le technicien, l’ingénieur, le scientifique ! Les “idées” de la SF sont justement issues de ce monde parallèle-là, qui se permet de fonctionner apparemment différemment du monde reconnu par la “culture” officielle : voilà en quoi elles sont si scandaleuses. L’univers du scientifique, on ne sait trop pourquoi — sinon sans doute parce qu’il donne l’impression de grignoter un pouvoir, gêne par son autonomie (alors même que les acteurs du “culturel” semblent condamnés à ne jamais s’apercevoir de leur propre enfermement, de cercles en académies, de relais médiatiques en prix automnaux, là où trop souvent les mêmes têtes occupent tous les fauteuils et contrôlent tous les leviers6). Pour les institutions culturelles, le savant ne peut (en plus ?) parler : qu’il demeure au fond de son laboratoire, privé de parole ! Et il deviendrait source et fondement d’œuvres littéraires ? Allons donc… Il existe un mépris très clair de toute production symbolique qui prétendrait faire place à l’univers du savant. La science n’est pas poétique (pourtant, certains vers de Marcel Thiry…). Cette attitude naît, comme le montre Denis Guiot, du « refus de considérer la science, et à plus forte raison la technologie, comme des composantes à part entière de la culture. À croire qu’un interface sépare l’art et la technologie, ces deux pôles de la créativité humaine »7. Inversement, et d’une manière particulièrement perverse, le désir apparaît chez un certain nombre d’auteurs de SF (français !) d’évacuer la vieille tarte, la science, pour enfin accéder au Parnasse. Il est sidérant de se rendre compte qu’en cette dernière décennie d’un siècle qui aura connu une accélération forcenée des connaissances et des techniques (avec leurs mauvais côtés, ne soyons pas angéliques !), certains persistent à organiser leur univers comme si rien de tout cela n’avait jamais eu lieu ! Pis, peut-être : comme si rien de tout cela n’avait la moindre importance pour eux, qu’ils puissent allègrement l’ignorer et l’exclure.

  • 8 Delany S., Triton, Paris : Presses-Pocket, 1988 (“Science-Fiction”, no 5293), p. 404 et 405.

10J’ai pourtant retrouvé, grâce à nouveau à Denis Guiot (fortement mis à contribution ici) et au Bulletin Remparts, une citation qui pourrait contribuer à clarifier la position exacte de la SF vis-à-vis du monde scientifique. Samuel Delany (réputé, au temps lointain de la New Thing, auteur très littéraire !), dans Triton : « La science-fiction est la science-fiction parce que diverses expressions du discours technologique (réel, théorique ou pseudo) — c’est à dire la “science” — sont utilisées pour soutenir diverses autres expressions du discours simplement métaphorique ou même absurde, lors d’une description/présentation extensive d’un incident ». Et plus loin : « Dans la science-fiction, “science” — autrement dit, les phrases qui contiennent les symboles verbaux des discours scientifiques — est utilisé pour rendre littérales les significations d’autres phrases, afin de les employer dans la construction du premier plan fictionnel »8. Bref, l’approche épistémologique et fondatrice de son référent “science” à laquelle se livre la SF est absolument nécessaire au fondement même de sa rhétori­que — de son écriture. Le sens, en SF, porte un effet de réel (nécessaire à toute littérature) grâce au référent en question. Nous revoici en plein cœur du thème ouvert par le titre de cet article — si nous l’avions jamais quitté…

11Hors toute querelle d’étiquette et de définition, on pourrait donc, à grands traits forcément exagérés, résumer l’argumentation de la sorte : toute œuvre dite de SF qui n’use ni, pire, ne contient un tel référent et une telle nécessité interne de ce référent scientifique (ou para-scientifique, ou para-technologique, pour jouer encore avec les mots) n’est pas stricto sensu de la SF ! Diable, pensent certains, voici Warfa atteint de kleinite aiguë… Et pourtant…

  • 9 Normalien, docteur en littérature française avec une thèse (Nancy 2, 1994) intitulée Rhétorique de (...)
  • 10 In “Littérature et fiction : du motif à la métaphore”, Bulletin Remparts 1998/2.
  • 11 Limite : groupe littéraire ayant œuvré sous ce nom collectif, entre autres pour une anthologie mani (...)
  • 12 Qui pourtant joue d’un postulat particulièrement SF et aurait été plus à sa place en “Présence du F (...)

12Lorsque je vois quelqu’un que j’apprécie beaucoup, en l’occurrence Pierre Stolze9, affirmer noir sur blanc : « La science est-elle nécessaire à la science-fiction ? Non, bien sûr, elle n’est que prétexte, alibi »10, j’en suis littéralement scié ! Alibi, vraiment ? Le véritable alibi ne serait-il pas davantage d’évacuer complètement le référent scientifique d’un genre qui le nécessite pourtant, en prétendant de la sorte accéder à l’écriture pure ? Tout en continuant, pas folle la guêpe, d’user des oripeaux d’un genre qu’on en est ainsi venu à mépriser, parce que publier dans une collection de SF, coco, ça vend (autre lieu commun…) ! On prétend faire œuvre littéraire (on a vu que ceux qui ne se revendiquent pas littératurants ne peuvent évidemment pas prétendre à la Littérature !) et jouer dans la cour des grands, mais on prend bien soin de garder la couverture SF… Il est actuellement possible, en SF française, et pour des raisons tenant sans doute davantage de l’organisation de l’édition de SF, d’écrire et de publier des œuvres n’ayant vraiment que très peu à voir (même en se montrant très, très tolérant) avec un projet épistémologique semblable à celui que nous venons — trop succinctement — d’analyser. Citerais-je à nouveau Limite11 ? On sait combien la majuscule à l’initiale du mot littérature a souvent attiré certains auteurs francophones du genre. Une première lecture (car il n’en manque pas — et une lecture psychanalytique serait certainement révélatrice) de Malgré le monde montrerait que là se situent l’ambition et les… limites du groupe signataire (par ailleurs vite éclaté !). Il n’est pas vraiment neutre de voir deux membres ou proches du dit groupe publier actuellement leur dernier livre en collection de littérature générale, Colette Fayard avec Par tous les temps chez Denoël12, et Antoine Volodine avec Lisbonne dernière marge chez Minuit (naguère encore bastion d’une certaine avant-garde : très symbolique).

  • 13 Une bonne analyse psychologique de ce rejet est due à la plume de Raymond Milési, in “Le rejet a pr (...)
  • 14 Sur laquelle il serait d’ailleurs bien utile que les analystes de la SF française relisent quelques (...)

13Je ne dirai pas qu’une telle attitude (savoir, pour mettre les “i” sous les points, l’autodénigrement du genre par rejet de son “alibi”) “donne des armes” aux adversaires du genre : ce serait se placer dans une logique d’affrontement qui n’est pas la mienne. Les questions de ghetto et d’exclusions ne me concernent pas. Toujours, quelles que soient nos réponses à leurs arguments, on trouvera d’irréductibles opposants à l’idée même de SF13, comme il est des gens qui n’aiment pas le polar, d’autres la BD, d’autres le rock, ou la peinture abstraite, ou les chevelus, ou les noirs, ou les femmes, ou les OVNI… Le ghetto ne me dérange pas dans la mesure où je me situe dedans et dehors. J’aime bien vivre le monde de la SF, assister aux rencontres quand je peux, participer à Remparts, publier des articles ou mes réflexions dans divers supports. Tout cela n’est d’ailleurs pas écrire. Lorsque j’écris de la fiction, je le fais essentiellement pour moi et je ne pense pas au ghetto. Et j’écris trop peu pour me sentir concerné par la recherche frénétique de légitimité14. J’ai la chance d’occuper une tribune dans la presse quotidienne, tout à fait en-dehors du dit ghetto. Je ne connais pas particulièrement mes lecteurs (qui pourrait prétendre cela de bonne foi ?), ni même combien j’en ai, mais j’apprends à fréquenter des journalistes professionnels et c’est très instructif (non, ce ne sont pas tous des recopieurs de dépêches !). Il est important de relativiser toute chose. Moi, le ghetto supposé (plutôt réel, d’ailleurs, on pourrait y revenir à une autre occasion et l’analyser sérieusement) ne me gêne nullement : j’en sors quand je veux, et j’y serai bien plus pour ses manifestations endogènes qu’au niveau de la pratique d’écriture. La SF n’est pas toute ma vie. Mais je l’aime suffisamment pour me fendre de ces pages…

14On voit que du questionnement sur le rapport du genre à l’écriture (supposée ouvrir les portes de la Littérature), on en vient à s’interroger sur des phénomènes plus profonds voire, pour lâcher d’autres gros mots, plus philosophiques, plus idéologiques…

  • 15 John Wood Campbell (1910–1971), romancier, nouvelliste et éditeur américain de science-fiction, fut (...)
  • 16 Alerte ! : revue littéraire de SF publiée par les éditions Kesselring de 1977 à 1979 sous la direct (...)
  • 17 J’en connais. Ils ont partagé le pouvoir de gestion municipale à Liège durant six ans, gérant des s (...)
  • 18 Généralité, évidemment : on sauve quelques individualités. Mais combien ont disparu, des auteurs de (...)

15La troisième facette de la question “Écriture et SF” me semble refléter un phénomène similaire, à savoir l’apparente incapacité de la SF française contemporaine à assimiler et dépasser sa propre (et récente) histoire. Laquelle pose également au centre du débat la décidément bien encombrante science. La SF française occupe une place particulière vis-à-vis de la SF mondiale, sorte d’observatoire critique de la production anglo-saxonne. On ne niera pas que la SF dite classique ait effectivement véhiculé des illusions scientistes, paix aux mânes de Campbell15… Il me semble qu’au travers de la critique d’une “mauvaise science” qui va de pair avec le souci d’écriture, ce soient surtout ces excès hagiographiques qu’aient retenu dans leur critique les français. Discours : nous ne tombons pas dans le piège US, nous ne sommes pas des bouffeurs de n’importe quoi, nous savons que la science n’est pas ontologiquement bonne, nous pouvons donc la passer sous silence. J’exagère. Mais dans le “et” de notre titre, il y a aussi la nécessité de se définir un point de vue sur la SF. Cela, on dirait que fort peu nombreux sont ceux qui s’en révèlent réellement capables. L’histoire récente du genre le montre. La SF française, bercée d’illusions littératurantes, est périodiquement tentée de jeter le bébé de la méthode scientifique avec l’eau croupie du bain scientiste. Et elle aboutit souvent en diverses impasses, dont la dernière (la plus évidente, même au plan esthétique — et revoici toujours l’écriture) fut certainement la “nouvelle science-fiction française”, ou SF politique française, ou “NSFF”. Les idées généreuses des seventies se sont transformées en de nouvelles œillères : ce fut le rejet impitoyable (relire certains éditos d’Alerte !16 confine au surréalisme) d’une pratique scientifique nécessairement mauvaise ! La NSFF instaura sur les ruines de Hiroshima, de Minamata, de Seveso (on peut ajouter Bhopal et Tchernobyl pour faire bonne mesure) une confusion totale entre causes et effets. Un écologiste sérieux17 ne réclame pas l’internement des chimistes et l’arrêt de toute recherche après une catastrophe telle que Bhopal : il fait un procès à Union Carbide ! Avant de cracher sur la science, il convient de s’en prendre à l’économie et à la politique, non ? Aujourd’hui, les modes ont passé, des néo-classiques aux neuromantiques en passant par les formalistes (premiers avatars des littératurants ?). Mais on n’aurait semble-t-il retenu de la période “politique” que le rejet épidermique de la science… Pourtant, je le répète, davantage qu’une question de présence de la science dans le texte (hard science, disons), c’est bien d’une méthode qu’il s’agit. Dick n’est pas très hard science (litote, je connais aussi mes tropes), mais toute la SF paranoïaque est marquée de la méthode spéculative : si nous grossissons les tendances du présent, voilà notre futur — n’est-ce pas un bel exemple de méthode expérimentale ? Jeury n’est pas non plus très hard science : pourtant Michel écrivit des articles réclamant le retour du référent scientifique. La NSFF l’avait évacué tout en négligeant paradoxalement dans le même temps tout réel souci d’écriture18. De nos jours, si l’on a enfin (il était temps, quand même…) restauré l’écriture, on persiste à oublier le référent…

16Les prétextes (le recours à l’alibi, ça se gagne…) de recherche en matière d’écriture ont décidément bon dos pour mettre la SF à de curieuses sauces. Le fameux référent scientifique, hormis un décor et des gadgets (parfois inutiles, c’est vrai) n’est rien d’autre que la méthode scientifique. Rien d’autre, mais toute la méthode scientifique : poser sur l’univers et les choses qui le peuplent un regard curieux, tenter — à propos de tout phénomène — de comprendre ! J’aimerais qu’un jour une bonne âme tente de m’expliquer en quoi certains jugent cela répréhensible et facteur d’exclusion. Comprendre le monde. Est-ce vraiment incompatible avec une vision artistique, avec une préoccupation esthétique ? Cela fait-il ipso facto de la “mauvaise” littérature ? J’en frémis.

  • 19 In “SF — Kleenex”, dans le Bulletin Remparts 1988/3.
  • 20 La médiatisation de vulgarisateurs de talent tels que Sagan ou Hubert Reeves ne change pas vraiment (...)
  • 21 Voir, de Ian McDonald, “Vivaldi”, in État de rêve, Paris : Robert Laffont, 1990, “Ailleurs et demai (...)

17Et je rends une dernière fois la parole à Denis Guiot : « La science est indispensable à la science-fiction, non parce que celle-ci met en scène les jouets de celle-là (informatique, génétique, etc.), mais parce que le désir qui sous-tend la science-fiction est analogue à celui de la science : échafauder des hypothèses, les expérimenter, jeter un œil derrière le décor… du moins essayer »19. Peut-être, définitivement, est-ce cela qui est insupportable au monde culturel qui méconnaît le savant20 : qu’une (para !) littérature se préoccupe de ce qui est exclu par ses institutions. Et ce qui est désolant, pour moi, est de voir autant de talents parmi les auteurs de SF français enfourcher cette chimère d’un univers culturel sans science. On a vu leurs raisons, il y en a sans doute d’autres. Mais peut-on continuer de prétendre de bonne foi que des textes tels que (et je prends volontairement des traductions récentes) ceux de Wolfe ou de McDonald, qui manipulent merveilleusement le référent scientifique (parfois de pointe), sont dépourvus de toute valeur d’écriture ?21

18Pour ma part, je suis de plus en plus tenté de réclamer à Dardinier un badge « SF Integrist »…

Notes

1 Quoique la première proposition soit déjà, évidemment, porteuse d’un sens : le présupposé minimal est que l’on sache écrire !

2 En 1991, date de première publication de cet article.

3 Relire Darko Suvin. Et Marc Angenot, dont les travaux sur l’effet de paradigme absent sont fondamentaux.

4 Lors du 2e Séminaire organisé par la Bibliothèque des Paralittératures de Chaudfontaine (désormais la BiLA) en 1990, séminaire consacré à la science-fiction. Le 28 avril 1990, la communication de Bernard Dardinier portait sur le thème “La science-fiction : structures et spécificités d’un genre”.

5 Bulletin du Groupe Remparts, association informelle d’auteurs de science-fiction francophones attachés à la réflexion sur l’écriture. Cet article y est paru avant de se voir repris dans Yellow Submarine.

6 Et ceci s’applique évidemment à Bruxelles comme à Paris…

7 In “Les joies de la trahison”, dans le Bulletin Remparts 1988/4. Denis cite Mark Adlard, pour qui « la littérature conspira à perpétuer une supercherie rassurante, un escamotage monstrueux, qui excluait le nouveau monde de l’ingénieur de cette zone de l’expérience qui porte le nom de culture » (in Interface, Paris : Calmann-Lévy, 1975, “Dimensions SF”). On pourrait gloser sur les raisons profondes de cette attitude. Posons rapidement (et, perfidement, très idéologiquement) que si la SF est née, on l’a suffisamment répété, de la révolution industrielle, elle est donc contemporaine (et, parfois à son corps défendant, signe) de l’apparition conjointe de nouveaux pouvoirs, ceux du monde ouvrier comme ceux du savoir, qui allaient renverser les dernières lignes de la noblesse et de la féodalité. Parfois pour en créer d’autres…

8 Delany S., Triton, Paris : Presses-Pocket, 1988 (“Science-Fiction”, no 5293), p. 404 et 405.

9 Normalien, docteur en littérature française avec une thèse (Nancy 2, 1994) intitulée Rhétorique de la science-fiction, Pierre Stolze (1942) est également romancier, nouvelliste, critique, et contributeur intensif du Groupe Remparts.

10 In “Littérature et fiction : du motif à la métaphore”, Bulletin Remparts 1998/2.

11 Limite : groupe littéraire ayant œuvré sous ce nom collectif, entre autres pour une anthologie manifeste parue en 1987 : Malgré le monde, Paris : Denoël, “Présence du futur”, no 452. Les nouvelles n’étaient pas signées, et le contenu de l’anthologie, particulièrement “expérimental”, figure encore comme le point d’orgue des ambitions des auteurs de SF littératurants.

12 Qui pourtant joue d’un postulat particulièrement SF et aurait été plus à sa place en “Présence du Futur” que bien d’autres titres de la collection (n’insistons pas) : voir ses rapports directs avec Mémoire de Mike McQuay (Paris : Robert Laffont, 1988, “Ailleurs et demain”). Colette Fayard a-t-elle lu cet ouvrage ? Mais les pages culturelles des grands quotidiens parleront sans doute de Fayard. Rimbaud, vous pensez, quel alibi (hein, Stolze ?), alors qu’elles ont ignoré McQuay.

13 Une bonne analyse psychologique de ce rejet est due à la plume de Raymond Milési, in “Le rejet a priori de la Science-Fiction : notes pour une explication psychologique”, dans le Bulletin Remparts 1988/2.

14 Sur laquelle il serait d’ailleurs bien utile que les analystes de la SF française relisent quelques ouvrages de sociologie littéraire…

15 John Wood Campbell (1910–1971), romancier, nouvelliste et éditeur américain de science-fiction, fut entre autres rédacteur en chef, de 1937 à sa mort, du magazine de SF Astounding Stories, dont le titre devint Analog en 1960. Il est réputé y avoir défendu, voire suscité, une science-fiction la plus proche possible de ses convictions “scientifiques” parfois “limites” (comme la dianétique de L. Ron Hubbard). La SF américaine n’aurait cependant pas été la même sans Campbell, qui fit accoucher de leurs meilleurs textes des auteurs tels qu’Asimov, Heinlein ou Van Vogt.

16 Alerte ! : revue littéraire de SF publiée par les éditions Kesselring de 1977 à 1979 sous la direction de Bernard Blanc, fut l’un des bastions de la SF politique française marquée à gauche.

17 J’en connais. Ils ont partagé le pouvoir de gestion municipale à Liège durant six ans, gérant des secteurs comme l’environnement, l’urbanisme, les travaux public, la jeunesse et les sports… Ils n’ont pas tout réussi, car ils avaient face à eux l’appareil (hélas) rigide du parti socialiste… L’une d’entre eux est actuellement député européen : Frémion doit la connaître.

18 Généralité, évidemment : on sauve quelques individualités. Mais combien ont disparu, des auteurs de cette époque…

19 In “SF — Kleenex”, dans le Bulletin Remparts 1988/3.

20 La médiatisation de vulgarisateurs de talent tels que Sagan ou Hubert Reeves ne change pas vraiment les données : regardez le statut des collections qui les abritent, aussi marginales dans l’édition que les collections de SF…

21 Voir, de Ian McDonald, “Vivaldi”, in État de rêve, Paris : Robert Laffont, 1990, “Ailleurs et demain”, et de Gene Wolfe, “Silhouette”, in Silhouettes, Paris : Denoël, 1990, “Présence du Futur”, no 515.

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search