Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Quelques bribes de science-fiction

Thèmes et motifs de science-fiction dans Bob Morane (33 ans de Bob Morane, Séries-B, 1986)

Texte intégral

  • 1 Van Herp (J.), Panorama de la science-fiction, Verviers : Gérard, 1973.

1De nombreux commentateurs déjà ont noté combien les aventures de Bob Morane, série essentiellement d’aventures, opérant d’ailleurs à une certaine époque comme une réhabilitation de ce genre face au polar et au roman d’espionnage, s’étaient infléchies au fil des années, pour accueillir de plus en plus une thématique et des motifs récurrents appartenant en propre à la science-fiction. Ce choix thématique de Henri Vernes est à ce point manifeste que Jacques Van Herp a pu écrire en 1973 dans son Panorama de la science-fiction1 : « Actuellement en langue française un seul écrivain fait une large place à la SF : c’est Henri Vernes (…) ». Lorsque Van Herp émet cet avis, il stigmatise un aspect devenu effectivement fondamental au fil des années. Certes, le critique bruxellois est excessif en faisant de Vernes le seul auteur de SF juvénile dans l’édition francophone : en 1973, Pierre Pelot écrit déjà depuis un certain temps. Mais quant à la place réservée à la SF au sein des aventures de Bob Morane, il tombe juste.

2On serait en droit de se demander quelles sont les raisons de cette intrusion de la science-fiction au cœur d’un bastion du récit d’aventures, qui transportait son lecteur d’explorations en chasses au trésor, de lutte anti-mafia en protection des animaux, d’archéologie-fiction en révoltes contre toutes les tyrannies. Et on s’aperçoit qu’au fond, à des degrés divers, ce mélange d’aventure et de SF a toujours existé au sein de la série.

  • 2 En 1986, date de rédaction de l’article.

3Aujourd’hui2, sur 153 titres, on peut estimer qu’environ la moitié appartiennent à la SF ou la frôlent de près. Elle fait son apparition chez Vernes en 1955, dans Les faiseurs de désert, et sa thématique va petit à petit faire son trou entre le roman d’aventures pur, l’intrigue policière ou le récit d’espionnage. Ce dernier faisant quasi office de cheval de Troie, puisqu’aussi bien chez Vernes que chez d’autres, à commencer par Ian Fleming, il subit une énorme contamination d’abord strictement anticipative, puis franchement spéculative. Les structures du roman d’espionnage, avec ce qu’elles véhiculent de secrets à conquérir et d’inventions à protéger, amènent naturellement un personnage d’aventurier à se métamorphoser en chevalier de la science et de la technique. Car c’est là que nait réellement la SF dans Bob Morane : par le biais de l’invention technique. Morane est ingénieur sorti de l’X, et il est manifeste que la SF chez son créateur découle d’abord en droite ligne de l’anticipation française de la fin xixe et du début du xxe siècle, de Jules Verne et ses épigones à Jacques Spitz, en passant par Maurice Renard.

4Si l’on cite également l’intérêt personnel de l’auteur envers le paranormal (quelques ouvrages, entre autres sur le vaudou, publiés jadis sous son vrai nom) ou même le fantastique (ainsi de ses relations privilégiées avec Jean Ray, devenu d’ailleurs personnage de fiction), on éclairera davantage le parcours. Enfin, à voir comment Henri Vernes a remarquablement assimilé les leçons du roman populaire du début du xxe siècle (plusieurs caractères importants de la série proviennent de ce réservoir, à commencer par Ming, qui louche terriblement en direction de Sax Rohmer, mais également Aristide Clairembart, prototype du savant touche-à-tout), il était tout aussi inévitable de le voir trouver sur le terreau de la SF une matière facilement intégrable dans sa propre production.

5La systématisation des thèmes et motifs science-fictifs se manifeste dans la fin des années soixante avec la création du “Cycle du Temps”, véritable série dans la série, autonome par rapport à la chronologie globale des histoires narrées, comme le sera plus tard celui d’Anankè. On verra que cet aspect était inévitable.

  • 3 Le premier volume de la “Bibliothèque Marabout Science fiction” serait le roman de Norman Spinrad, (...)

6Mais il est donc clair que cette systématisation ne put avoir lieu que grâce à l’introduction, depuis longtemps, d’éléments SF qui pour avoir été parfois moins signifiants n’en préparèrent pas moins le terrain à une ouverture qui fut tout sauf brutale (la politique de l’éditeur y fut sans doute également pour quelque chose, Marabout lançant une collection clairement SF en 19693). En abordant les années 70, habiller Bob Morane aux couleurs d’une SF qui commence à bien marcher commercialement dans le grand public est donc dans la logique des choses.

7Quels furent les grands thèmes abordés par Vernes auparavant ? Les Faiseurs de désert (1955) : modification de la biosphère ; La Croisière du Mégophias (1956) : animal monstrueux ; Opération Atlantide (1956) : civilisation disparue ; Les Monstres de l’espace (1956) : l’alien agressif ; Les Chasseurs de dinosaures (1957) : voyage temporel ; Les géants de la Taïga (1958) : manipulations génétiques ; Les Dents du Tigre (1958) : troisième guerre mondiale (ce qui fait d’ailleurs de tout le reste de la série, par la suite, comme chez Jacobs, un univers parallèle !) ; L’Ennemi invisible (1959) : miniaturisation de l’être humain ; Formule X33 (1962) : invisibilité ; Les Semeurs de foudre (1962) : maîtrise des forces naturelles ; La Vapeur du passé (1963) : brume extragalactique ; S.S.S. (1964) : soucoupes volantes ; etc.

8On voit qu’aborder franchement les rivages du space et du time-opera se sera fait ici en arpentant d’abord à peu près tous les stéréotypes du genre, qui sont aussi les stades qui firent passer la SF de l’aventure (voyages extraordinaires, style Allan Quatermain, autre source de Morane) à la spéculation débridée. Il est un moment où, historiquement, la SF a fait fi définitivement du monde contemporain, qui est le lieu des œuvres de Verne, toujours situées en leur temps. Wells franchit ce pas, et après lui le space-opera des années 30. Des Faiseurs de désert au “Cycle du Temps”, Bob Morane sera donc passé d’un univers bien français très années cinquante, à une vision plus moderne et surtout moins limitée de la SF. S’il demeure longtemps un gros poncif, ce sera de mettre en valeur l’aspect technique des choses. Les dossiers publiés par Marabout en fin de volume confortent cette analyse : on insère les adolescents dans la réalité du progrès technologique, présenté comme un bienfait incontestable, par le biais de l’aventure. Ainsi de la nique faite à Wells dans Formule X33 pour expliquer que son homme invisible, Griffin, devait être aveugle, les rayons lumineux traversant sa cornée (Maurice Renard s’en était déjà aperçu). Dans les années 70, ceci disparaît, et il est somme toute symbolique de voir alors se constituer un recours répétitif au voyage temporel, qui est sans doute le moins scientifique de tous les thèmes de la SF.

9Cela dit, il est pourtant nécessaire de reparler de stéréotypes : la SF de Vernes, même la moins “technologique”, fait appel davantage à des éléments de décor qu’à des intrigues dont l’aspect spéculatif constituerait le caractère fondamental. Un roman de SF est un roman qui ne peut tenir logiquement si l’on en retire l’hypothèse spéculative. Beaucoup d’aventures de Bob Morane ne sont que des transpositions dans un cadre SF d’intrigues diverses fort peu spéculatives. La justification scientifique a fait place à une thématique résolument issue de la SF pure, mais qui demeure exclusivement une thématique, appliquée en tant que recette ou réservoir d’idées originales plutôt que pour ses qualités propres. La SF de Bob Morane s’habille en confection. Quoi d’étonnant dès lors d’y voir parfois une succession de clichés et de poncifs ?

10La loi de la série n’a sans doute pas permis à Vernes d’aller très loin : il lui fallait régulièrement ramener ses héros parmi nous pour leur assurer une destinée contemporaine. (On assiste au même phénomène chez Roger Leloup avec Yoko Tsuno.) L’entrelacs d’aventures pures (du trafic d’ivoire aux dictatures sud-américaines) et d’éléments SF ne demeure logique que grâce au syndrome Jules Verne : à la fin du roman, la belle invention — ici l’aspect spéculatif — disparait pour laisser les personnages face à leur univers quotidien. Henri Vernes tournera cette difficulté par la création de cycles qui deviendront de plus en plus indépendants de la série mère : le “Cycle du Temps”, “Anankè” ou celui du Tigre. Reste qu’on cherchera longtemps une idée de science-fiction originale chez Henri Vernes.

  • 4 Anderson (P.), La Patrouille du temps, Verviers : Gérard, 1965, “Bibliothèque Marabout Géant”, no G (...)

11L’auteur semble posséder une bonne connaissance, fragmentaire mais suffisante, de la SF anglo-saxonne qui a depuis longtemps codifié le genre. Cette connaissance est apparente depuis au moins Les Chasseurs de dinosaures. Il est évident que la création d’une “Patrouille du Temps” participe d’une lecture attentive des stéréotypes du time-opera mis en place, entre autres, par Poul Anderson dans son recueil homonyme4. De même, l’apparition d’extraterrestres décalque une certaine SF américaine des années 50, surtout cinématographique : Les Monstres de l’espace font penser à The Thing et ce sera vrai encore dans L’Archipel de la terreur (l97l !). Divers autres motifs participent tous de cette même lecture et transcription de la SF classique. Les mondes mystérieux (Atlantide, Mu ou autres) qui remontent à Conan Doyle : les univers parallèles (Anankê), les races inquiétantes (les Crapauds) ou fabuleuses (le Yéti, le Serpent de Mer), même la révolte de la nature (La Terreur verte, écologique en 1969) proviennent d’un catalogue mis au point depuis longtemps. Cela signifie-t-il que Vernes ne fasse qu’œuvre réduplicatrice ? Thèmes et motifs sont en SF à ce point codifiés et répandus que l’on a pu parler à ce propos de littérature à caractère collectif. La création d’un auteur passe facilement dans l’œuvre d’un autre : la matière de base est sans cesse améliorée et remaniée. Il serait donc quelque peu déplacé de reprocher à un auteur populaire extérieur au genre d’assimiler à son tour celui-ci.

12Pourtant demeure une gêne. Amélioration et remaniement ? On les chercherait en vain. Vernes assimile sans apporter grand chose de son propre chef. Sans doute voit-il en la SF un pur décor destiné à renouveler le roman d’aventures. Du moins témoigne-t-il de l’impact de la SF sur une série qui s’écrivit de 1954 à 1980, et ainsi, indirectement, de l’impact global de cette même SF sur l’imagination et l’état d’esprit de nombreux lecteurs durant cette période. Après tout, nombreux sont ceux, ayant aujourd’hui entre trente et quarante ans, qui ont découvert la science-fiction d’ abord au travers de Bob Morane, bien avant Van Vogt, Asimov ou Simak…

Notes

1 Van Herp (J.), Panorama de la science-fiction, Verviers : Gérard, 1973.

2 En 1986, date de rédaction de l’article.

3 Le premier volume de la “Bibliothèque Marabout Science fiction” serait le roman de Norman Spinrad, Les Solariens, les titres précédents, repris dans la numérotation de la collection, étant déjà parus auparavant sous l’étiquette “Bibliothèque Marabout Géant”, ainsi de George Langelaan, Alfred E. Van Vogt, Howard Fast ou Marcel Thiry. Jean-Baptiste Baronian, qui systématisera les étiquettes “science-fiction” et “fantastique”, entre chez l’éditeur verviétois en 1969.

4 Anderson (P.), La Patrouille du temps, Verviers : Gérard, 1965, “Bibliothèque Marabout Géant”, no G232.

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search