Version classiqueVersion mobile

Une brève histoire de la science-fiction belge francophone et autres essais

 | 
Dominique Warfa

Une science-fiction belge

La possibilité d’une science-fiction. Autour d’une histoire de la science-fiction de langue française en Belgique (Galaxies, 2011)

Texte intégral

1. Préambule

1Entre 1987 et 1992, je me suis beaucoup intéressé à l’histoire et l’analyse de la science-fiction en Belgique francophone. Ou plus exactement peut-être, comme dirait Michel Houellebecq, à la “possibilité d’une science-fiction”. Il était peut-être temps de transformer divers essais de compilation et de mise en situation en un travail sinon exhaustif, du moins plus accompli, en tentant d’épuiser toutes les sources connues et moins connues. La tentative d’approche qui suit constitue la version retravaillée et mise à jour d’un petit article datant de ces années, dont l’objet n’était autre qu’une introduction à l’état passé mais également actuel de la science-fiction en Belgique francophone, assortie d’une présentation historico-bibliographique.

  • 1 Alain le Bussy (1947–2010). La présente étude date de 2011.
  • 2 Universitaire tunisienne, auteure d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université d’Aix-en-Provence (...)

2Il convient en outre de préciser, en guise de liminaire, que le fait de se replonger dans une étude telle que celle-ci, alors que l’un des représentants les plus connus de cette “SF francophone de Belgique” vient de disparaître1, pouvait générer une position critique moins neutre que celle que l’on attend d’une étude littéraire typique, et sans doute plus empathique tout en tendant vers l’approche la plus méthodique. Néanmoins, il s’agit peut-être du moment le plus opportun pour faire le point : un écrivain de stature populaire, issu du fandom de SF en ne l’ayant jamais renié, qui a absorbé (et offert) durant toute son existence une SF classique d’essence foncièrement anglo-saxonne, à savoir Alain le Bussy, nous quitte à l’heure où plus que jamais son genre favori a fini par percoler la culture occidentale dans sa totalité, de la littérature (pas uniquement celle des “genres” et des collections spécialisées) à tous les arts multimédia. Par ailleurs, limiter l’influence de cet état d’esprit SF, cette façon exigeante, rationnelle, empreinte de curiosité et de tolérance, d’envisager toutes les altérités, à la sphère culturelle “occidentale” est de moins en moins pertinent — ce n’est pas Kawthar Ayed2 qui me démentirait. Il pourrait donc sembler encore moins approprié de s’attacher à dresser le portrait d’un petit sous-groupe ancré aux marges nordiques de la Francophonie, celui des auteurs de SF belges de langue française… Et pourtant, elle tourne, cette SF qui s’énonce en Wallonie et à Bruxelles…

3Ce travail est donc né en 1992 dans un opuscule réalisé à l’occasion d’une convention de science-fiction qui se tint dans les Ardennes belges, à Redu, petit village dédié au livre et situé à un jet de réacteur d’une station terrestre de poursuite de satellites de l’ESA. Ce fut la première fois qu’une convention nationale française, institution du fandom de SF hexagonal, se “délocalisait” en Belgique (elle avait déjà eu lieu en Suisse, à Yverdon, chez Pierre Versins, en 1978) : à ce jour, elle est désormais venue planter ses tréteaux et son bar quatre fois au pays natal de Rosny Aîné, et la cinquième est prévue pour cette année 2011. Cette dernière devait se voir mise sur pied par Alain le Bussy…

4En 1992, Serge Delsemme et Anne Smulders organisaient la manifestation ; je montais une petite anthologie francophone offerte aux inscrits (je l’avais titrée Au nord de nulle part, et je me souviens de ma jubilation, alors, face aux textes de “pure SF” que m’avaient confiés une Sylvie Denis ou un Jean-Louis Trudel) ; un duo d’enfer du fandom belge, enfin, réalisait un numéro exceptionnel de fanzine, également ouvert aux auteurs francophones, sous le titre Les Voix du nord. Il s’agissait d’une coédition entre Octa et Xuensè, et ce duo était logiquement composé de Claude Dumont et d’Alain le Bussy.

5Serge, Claude et Alain ont désormais tous les trois rejoint Joseph Henri Honoré Boex sur ce plan de réalité aléatoire à 10X dimensions, qui permet aux écrivains de science-fiction de refaire la vie, l’univers et le reste… Encore, encore, et encore…

2. Mémoires d’une SF souffreteuse

  • 3 URL : http://quelquesarticlesdejupille.blogspot.com/
  • 4 Écrivain français de science-fiction et rédacteur en chef de la revue littéraire spécialisée Galaxi (...)

6Cette petite étude concluait une série de travaux consacrés à l’existence et à l’histoire d’une science-fiction autonome en terre de Belgique francophone, travaux parus un peu partout, au pays de Henri Vernes certes, mais aussi bien au Québec ou en Louisiane. Il n’y a guère, plusieurs personnes s’intéressant au sujet m’ont convaincu de faciliter l’accès à ces archives en les publiant sur le web, et tout ce matériel se trouve désormais sur ce blog que je n’alimente pas suffisamment, Quelques articles de Jupille… (et de Dominique Warfa)3. Pierre Gévart4n’a pas dû trop lourdement insister pour obtenir que je mette à jour cette exploration de la SF belge francophone, que j’avais abandonnée depuis deux décennies…

  • 5 Serge Brussolo (1951), écrivain (entre autres) de science-fiction, est l’auteur d’un recueil de nou (...)
  • 6 Convenons que la littérature belge, dans son ensemble, était depuis longtemps sur le grill : existe (...)
  • 7 On entendra ici, ainsi que je le faisais alors, une “SF belge” faisant partie de la littérature bel (...)

7J’avais alors donné pour titre à cette ultime approche “Vue en coupe d’une SF malade”. Outre la référence à Serge Brussolo, qui m’amusait5, cela se voulait un titre accrocheur, voire polémique. Malade ? Pourtant, même si le sujet faisait parfois sourire (une science-fiction belge ?6), il fallait déjà se demander si elle était réellement malade. Je la trouvais un peu enrhumée, cette SF belge7 : ses représentants sortaient peu (en fait, on les voyait peu), souvent équipés du cache-col d’une origine imprécise. Ce n’est pas propre au genre : dans tout ce qui paraît comme littérature, en langue française, à Paris, se cachent régulièrement quelques bipèdes nés au nord de la ligne Longwy-Dunkerque : mais comment le déterminer lorsque ni eux ni leurs éditeurs ne mettent en avant cette réalité ? Il ne demeurait guère que le dépouillement du dépôt légal, et encore… Cette manière d’être a désormais quelque peu changé : nul n’ignore plus qu’Amélie Nothomb est belge, non plus qu’André-Marcel Adamek ou Bernard Quiriny.

  • 8 Qu’on nomme “genre” ou non l’expression symbolique générée par ce milieu ne revêt que peu d’importa (...)
  • 9 En 1985 encore, pour sa seconde édition, Le Rayon SF d’Henri Delmas et Alain Julian (Toulouse : Mil (...)

8Non plus qu’Alain le Bussy ou Serge Delsemme. Mais en abordant la science-fiction, il fallait néanmoins envisager un peu différemment l’affirmation de soi de nos écrivains, et il convient toujours d’y songer aujourd’hui : au cœur d’un milieu artistique et sociologique plus restreint que l’institution littéraire globale8, les liens sont plus resserrés et la connaissance que l’on a de l’autre est plus précise. Peu de titres réussissent à échapper à la sagacité des amateurs et des critiques spécialisés, et un certain réel francophone me paraît exister de manière bien plus claire chez les praticiens de la SF — et des littératures de l’imaginaire en général — que dans les cénacles d’une culture plus “institutionnelle”. On sait donc, désormais, qui est belge, de même que l’on connaît les Suisses et les Québécois. Lorsque se déroulent des rencontres, on va les uns chez les autres. À la fin de son existence si bien remplie, une icône des lettres belges et de l’imaginaire décalé tel que Jacques Sternberg n’avait jamais autant rappelé ses origines. Lorsqu’il est apparu dans la seconde moitié des années quatre-vingt, nul n’a tenté de faire d’Alain Dartevelle un auteur français. Ce ne fut pas toujours le cas auparavant9.

  • 10 Van Herp J., “La science-fiction en Belgique”, in Fiction, no 42, mai 1957, p. 125–129. Notre encyc (...)
  • 11 Warfa D., “Approches d’une SF francophone en Belgique”, in Séries B, no 14–15, s.d. (2e trim. 1988) (...)
  • 12 Bailly M., “Préface”, in Imagine…, no 54 (vol. Xii, no 1), décembre 1990, p. 9–10.
  • 13 Variante désamorçant le soupçon de sexisme : entre la Cognaçaise (de Talence) Sylvie Denis, la Brux (...)

9Malade, la SF belge le serait dès lors davantage de son petit nombre de représentants — impliquant ipso facto une visibilité réduite, obstacle déjà abordé en 1957 par Jacques Van Herp dans Fiction10. Lorsque l’on envisageait néanmoins d’étudier ces représentants, en 1992, l’état des lieux et l’esprit ambiant semblaient étranges, pour le moins. En 1988, chargé par la revue montoise Séries B d’animer un dossier sur l’état du genre, j’ouvrais un article dont le propos était grosso modo similaire à celui-ci par ces mots : « Il n’y a pas de science-fiction belge francophone »11. En 1990, Marc Bailly réunit pour la revue québécoise Imagine… un numéro spécial “SF belge”, et attaque : « Il n’y a pas de SF de Belgique ! »12. Curieuse manière d’envisager par la négative ou le déni le sujet pourtant abordé ? Ou plutôt réalisme ? Existait-il bien un tel réservoir d’œuvres, un tel nombre d’auteurs, qu’il vaille réellement la peine d’en gloser ? Question plus vaste : la littérature de langue française, quel que soit le lieu où elle est produite, ne devrait-elle pas être le seul et unique ensemble méritant l’intérêt, la micro étude régionaliste ne pouvant qu’alimenter les nationalismes ? En bref, pourquoi y aurait-il une différence palpable (de nature ?) entre les praticiens de la langue française que sont le Toulousain Dunyach, le Genevois (de Sierre) Gessler, l’Ottavien (de Toronto) Trudel ou l’Esneutois le Bussy13 ? Quant aux nationalismes, nous y reviendrons.

  • 14 Van Herp J., op. cit., p. 125–129.
  • 15 Que cette “école” et sa formulation soient le résultat d’un choix de marketing chez l’éditeur André (...)

10Un assez grand nombre d’œuvres de SF existent néanmoins, parfois importantes, parfois étendues, et bel et bien signées d’auteurs francophones de nationalité ou d’origine belge. Il convient de noter qu’il s’agit souvent, tout au moins jusqu’à la seconde moitié du xxe siècle, d’œuvres quasi uniques : Van Herp toujours signalait dans le même article de Fiction que « ce qui caractérise la production belge (de SF) est le fait qu’il s’agisse d’auteurs occasionnels »14. Peu ou pas d’écrivains “spécialisés”, guère de réseaux de contact entre ceux qui savent qu’ils écrivent de la SF ! Il est ainsi malaisé (voire impossible, ainsi que Marc Bailly et moi l’avancions) de définir une “école” belge de SF, alors même que peu de commentateurs se permettent de contester l’existence de cette “école belge de l’étrange” qui fit et fait encore, selon certains, les grandes heures de notre fantastique15. Sur ce plan, un travail de titan fut accompli ces dernières années par Éric Lysøe pour la collection patrimoniale belge “Espace Nord” : quatre gros volumes historiques drainant la période comprise entre 1830 et 2000, quatre volumes essentiellement consacrés au fantastique, mais qui pour autant ne cédaient pas à la tentation d’évacuer la SF (les noms de Georges Eekhoud, de Rosny Aîné, d’Alex Pasquier, de Bernard Manier, de Gabriel Deblander ou encore d’Alain Dartevelle ou d’un certain Dominique Warfa, peuvent en témoigner).

  • 16 “Espace Nord”, créée en 1983 par l’universitaire liégeois Jacques Dubois, a pour objet de rééditer, (...)
  • 17 Qu’il intitule significativement “Un fantastique à large spectre”.
  • 18 Lysøe E., “Un fantastique à large spectre”, préface à Littératures fantastiques : Belgique, terre d (...)
  • 19 Les revues littéraires belges publiant les premiers fantastiqueurs n’hésitent pas face à un mélange (...)

11Cependant, leur titre générique était pour les trois premiers Littératures fantastiques : Belgique, terre de l’étrange et pour le dernier, tout simplement La Belgique de l’étrange16 ! Les habitudes ont la vie dure, du moins chez les éditeurs. Car Lysøe pour sa part tire assez bien son épingle du jeu en avançant dans la préface au premier volume17 combien la Belgique produit depuis 1830 une littérature du métissage — laquelle ne peut, par définition, que proscrire le recours à des spécifications de genres trop précises. Des genres, par ailleurs (l’insolite, l’étrange), qu’aucun contemporain de leur naissance « ne s’est employé à voir [comme] une forme caractéristique de l’expression nationale »18. La “Belgique de l’étrange” serait donc une manière d’illusion rétrospective ? Il va plus loin en avançant que seul un auteur issu d’un pays dont la littérature prône un “fantastique réel”19, tel que Rosny Aîné, pouvait extraire de modèles issus d’Edgar Allan Poe l’occasion de dépasser la simple description d’aberrations psychologiques (comme Maupassant) pour aborder le terrain de l’objectivité face à l’altérité : ainsi naît “Les Xipéhuz” en 1887, que Lysøe n’hésite pas à qualifier de “fantastique naturaliste” ! Il préférera dès lors voir dans l’héritier du “fantastique réel” d’Edmond Picard non cette “Belgique de l’étrange” qui a séduit trop de commentateurs, mais bien le “réalisme magique” d’un Johan Daisne ou d’un Hubert Lampo. Quant à nous, qui avons lu Pierre Versins, nous verrons dans cette objectivité de la plume de Rosny la plus belle source de la conjecture rationnelle menant à la science-fiction moderne.

3. Belgique, racines et littérature

  • 20 Sans doute modelés autant sinon plus par l’économie de l’édition que par les choix esthétiques des (...)
  • 21 Voir, outre l’étude citée en note 11 : Warfa D., “Qui a peur d’une Belgique fictive ?”, in Imagine(...)

12Nul ne nie par ailleurs qu’il existe une SF américaine, une SF britannique, une SF française, voire même des SF hispanisantes, italiennes, allemandes, japonaises ou plus exotiques encore, possédant chacune leurs caractéristiques et leur champ de production en termes d’approche sociocritique : il existe des modèles nationaux20, que l’on peut certes transgresser mais qui constituent pour le genre une solide assise, quand bien même la SF n’a-t-elle (en général) rien de commun avec un quelconque nationalisme de bas étage. Rien de tel pour la SF en Belgique francophone — peu de caractéristiques stylistiques (sinon celles qui marqueraient les lettres belges dans leur ensemble, si elles existent…), guère de champ de production (peu de lieux d’émergence, peu de relais institutionnels, même au plan uniquement amateur) : j’ai tenté ailleurs d’en analyser de possibles raisons en dépeignant le “biotope” socioculturel ambiant et ses enjeux21.

  • 22 Francophone, insistons : nos coéquipiers néerlandophones ès-SF connaissent une situation très diffé (...)
  • 23 Walther D., “Autres mondes de la science-fiction”, in Guiot D., Andrevon J.P., Barlow G.W. (éd.), L (...)

13Le propos est ici différent, tout en étant conscient de l’ensemble flou que constituerait une SF d’origine belge, même si les auteurs contemporains sont présents, et plutôt mieux représentés que naguère ; tout en sachant que l’on ne peut nier les acquis qui viennent d’être rappelés, parmi lesquels le fait que le petit monde de la critique SF, comme les fans du cru, semblent s’accorder pour reconnaître l’inexistence d’une SF belge22 constituée en groupe, en milieu, voire en genre… Néanmoins… Néanmoins, il demeure d’un certain intérêt critique (et bibliographique) de dresser l’inventaire de ces écrivains natifs de Bruxelles et de Wallonie qui crurent pouvoir investir de leur plume le territoire science-fictif, en langue française. Ne fût-ce que pour faire mentir Daniel Walther, qui pensait pouvoir écrire en 1987 que « la science-fiction belge d’expression française a la chance de se fondre très intimement à la science-fiction hexagonale »23.

14La chance, réellement ? Non, ne soyons pas nationalistes, ni même sub-régionalistes : la Belgique connaît suffisamment de soubresauts politiques pour que les auteurs de SF s’en mêlent. (Quoique… Ne pourrait-t-on songer à une belle uchronie qui rendrait lucides ceux qui courent encore avec des œillères ?). Les dernières années du xxe siècle ont d’ailleurs provoqué chez plus d’un Européen de graves démangeaisons au plan de ces nationalismes absurdes, et la SF (cette “poétique de l’altérité”) devrait être l’un des lieux de résistance à toutes les idées puantes brutalement ressorties des fosses communes de l’Histoire en embrasant, après les marches de l’Europe, plus d’un territoire devenu chatouilleux de son identité. Pourtant, on ne m’ôtera pas non plus de l’esprit qu’une bonne connaissance de ses racines socioculturelles constitue l’une des meilleures assurances de conserver un esprit d’ouverture et de tolérance : ne sont-ce pas les peuples et les individus peu assurés de leur existence qui sont tentés de pratiquer la haine et l’exclusion ? On peut donc, me semble-t-il, “se fondre” techniquement dans l’édition française, sans pour autant oublier où l’on est né, et souvent où l’on vit encore…

  • 24 Ou “grande”, ou “blanche”, ou “mainstream”, au choix…
  • 25 Qui aboutira à l’ouvrage célèbre de Paul Fierens, Le Fantastique dans l’art flamand. Bruxelles : Éd (...)
  • 26 On rappelle régulièrement le mot un peu stupide, mais amusant, de ce critique qui qualifia Stanisla (...)
  • 27 Voir Klinkenberg J.-M., Périphériques Nord. Liège : Éditions de l’Université de Liège, 2010.

15Par ailleurs, rappelons que la “haute”24 littérature belge telle que perçue depuis Paris aura revêtu plusieurs habits suivant sa position dans la chronologie des lettres. Avant 1920, grosso modo, c’est-à-dire pour les œuvres des Maeterlinck, Rodenbach, Verhaeren ou George Eekhoud, elle est une littérature flamande — quand bien même fut-elle écrite en langue française. C’est le mythe des brumes du Nord, accordé à ce que l’intelligentsia, alors, définit comme “art flamand” (Breughel, Bosch…)25. C’est également l’âme belge de l’avocat et écrivain Edmond Picard. Entre ces années vingt et le bouillonnement des années 1970, le mouvement flamand, à bon escient, se réapproprie sa langue et peu d’écrivains du nord du pays osent encore écrire en français, du moins s’ils persistent à vivre en Flandre. Au sud, un tropisme naturel oriente les auteurs vers le pays dont ils partagent la langue : la France. On tente d’être moins belge à défaut de se prétendre universel. On se fond dans Paris : Henri Michaux tente d’effacer son ascendance namuroise. Charles Plisnier se veut écrivain français. Les origines réelles se diluent et les dictionnaires peuvent faire de Simenon un vrai Français26. Il faut, après 1970, la naissance de préoccupations culturelles liées au processus de fédéralisation de l’État pour qu’apparaisse le concept de belgitude ou que se rédige un manifeste de la culture wallonne. On publie toujours à Paris, mais on affirme son identité. Un chercheur tel que Jean-Marie Klinkenberg (Université de Liège) a su décrire ces mouvements divers, tantôt centrifuges, tantôt centripètes, des lettres belges de langue française27. On peut penser que le propos de cette étude se situe à un niveau nettement moins ambitieux. Pourtant, en matière culturelle, et si l’on s’intéresse à cette production particulière de biens symboliques qu’est la littérature, aucune attitude n’est réellement neutre. Sans compter enfin, s’il convient de justifier encore l’intérêt de ces lignes, que ce petit essai historico-bibliographique pourrait se révéler d’une quelconque utilité aux chercheurs ès-classifications, comme aux lecteurs curieux.

  • 28 Via les “univers intercalaires” de “La Ruelle ténébreuse”, du “Psautier de Mayence”, ou les approch (...)
  • 29 On verra en outre plus loin combien des institutions littéraires très “institutionnelles”, telle qu (...)

16La SF belge ne dispose donc pas de la même histoire bien remplie que son équivalent français, ou a fortiori américain. De tout temps, pourtant, certains auteurs se sont projetés dans ses univers, avant même que l’on en fasse un “genre littéraire” et que l’on songe à la baptiser. Faut-il rappeler que Jean Ray aborda à plusieurs reprises les rivages de la quatrième dimension28, que Jacques Sternberg est une grande figure d’émigré parisien, que bien d’autres noms s’y sont épisodiquement essayés29 ? Depuis le tournant du millénaire, nos régions peuvent en outre souligner l’apparition d’écrivains d’envergure et de talent, parmi lesquels j’aime à mettre en évidence Alain Dartevelle. En fait, tout le spectre littéraire se retrouve garni, des représentants de la “littérature blanche” qui s’étonnent de faire de la SF, aux plus beaux fleurons d’une littérature populaire mais exigeante, tels qu’Alain le Bussy.

17Mon travail de 1992 se fondait sur la constatation qu’il était donc plus que temps de tenter une approche historique en même temps que catalographique. Il est vrai qu’il n’existait alors pratiquement aucun outil de référence axé sur la SF écrite en Belgique. De même, aujourd’hui, est-il temps de reprendre le fil où il avait été abandonné : parcourir à nouveau l’histoire de nos lettres, et compléter celle-ci des œuvres et des auteurs apparus depuis vingt ans.

  • 30 Hermans W., Petit dictionnaire des auteurs belges de littérature policière. Liège : Version Origina (...)
  • 31 Il y a bien un article “Belgique” dans l’Encyclopédie de Versins (trois colonnes et demie), ainsi q (...)

18En effet, s’il existait depuis avril 1989 un fort précieux dictionnaire des auteurs belges ayant touché à la littérature policière, ce travail demeurait et demeure inexistant pour le sujet qui nous occupe30. Des bribes de recension ont parfois été compilées31, mais pas grand-chose qui rivalise avec des travaux bibliographiques de grande envergure, rien surtout de très sérieux, si l’on veut entendre par là un dépouillement acharné des archives littéraires belges. Si ce travail a peut-être enfin trouvé l’équipe qui lui donnerait corps, les quelques pages qui viennent ne sauraient pour leur part constituer qu’un fragment supplémentaire. Mais un fragment ordonné : j’ai conservé de mes années de lycéen la nostalgie, bien tempérée par le second degré, du découpage conventionnel de la ligne du Temps : préhistoire, antiquité, moyen-âge, période moderne, époque contemporaine.

4. Première époque : des limbes à la croisée des siècles

  • 32 Par ailleurs, pourrait-on envisager une SF antérieure au xixe siècle, sans tomber dans les travers (...)
  • 33 Le recours au parallélisme entre progrès industriel et naissance d’un genre littéraire tel que la S (...)
  • 34 Travail historique pour certains, plus sûrement variation utopique sur le mythe de l’Atlantide, pla (...)

19Pour ce qui est d’une littérature francophone belge, la préhistoire figurera évidemment toute période antérieure à 183032. Et en matière de SF, cette préhistoire-là attend toujours son véritable homme de Spy ! Il convient bien entendu de se montrer intellectuellement honnête : si la science-fiction naît avec la révolution industrielle33, donnons-lui le temps de quitter le sein… Même si l’on cite parfois Charles-Joseph de Graeve (1731–1805), par ailleurs co-auteur en 1789 d’un flamand et révolutionnaire Manifest van Vlaenderen, et sa République des Champs-Élysées de 180534, la première œuvre majeure est en effet signée Delmotte, trente ans plus tard. Bref, notre première balise sera 1835 : on quitte la préhistoire pour l’antiquité.

  • 35 L’histoire finit néanmoins fort mal. Alors que le dernier porteur du cœur, ancien prélat, croyait p (...)

20Henri Delmotte (1798–1836) fait alors paraître à Mons, chez Hoyois et Derely, un petit in-octavo d’une trentaine de pages au titre délirant : Voyage pittoresque & industriel dans le Paraguay-Roux et la Palingénésie australe ; par Tridace-Nafé Théobrôme de Kaou’t’Chouk, Gentilhomme breton, Sous-Aide à l’Établissement des Clyso-Pompes, etc., etc., etc. (Sic) Utopie et voyage extraordinaire vers l’Île de la Civilisation, aux techniques bien évoluées : tramway aérien électrique, roi automate qui signe les décrets sans fatiguer, sans compter le gaz d’éclairage provenant de la production “personnelle” de chaque citoyen ! On ne parle pas encore d’effet de serre, et dans tout cela, rien que de très classique en somme. Mais il s’agit bien de la première œuvre digne de se voir mentionnée. 1844 : depuis (au moins) Voltaire, le recours à l’insolite dans l’optique de railler les mœurs du temps tend à se généraliser. Cette année-là, Charles Lavry (1817–1850) fait monter à Bruxelles une “comédie fantastique en un acte”, intitulée Le Double Liégeois ou Bruxelles en 1944 ! Il convient surtout de citer Georges Eekhoud (1854–1927) pour Le cœur de Tony Wandel (paru dans La Jeune Belgique en 1884) : dans cette longue nouvelle, il anticipe la greffe cardiaque et déduit de sa généralisation d’étonnants troubles sociaux, mais utilise surtout le “voyage” du cœur du paveur Tony Wandel de corps en corps pour se livrer à son credo — la nature méprisable de la bourgeoisie, rachetée uniquement par la bonté d’un déshérité35. Et nous voici quasi au terme du siècle.

  • 36 Bien plus que toute l’œuvre de Verne, Jules…

21Quasi — mais le meilleur reste à venir : en 1887, Joseph Henri Honoré Boex (1856–1940), Bruxellois rapidement émigré à Paris, donne sous son nom de plume de J.H. Rosny (plus tard Rosny Aîné) un texte capital, qui porte en germe tout la science-fiction moderne36 : Les Xipéhuz, merveille fondant sans nul doute l’un des motifs les plus prégnants de toute la science-fiction, la confrontation de l’homme et de l’autre. Quelle altérité plus établie que la vie non-organique des cristaux pensants ? Considérera-t-on la présence ici de Rosny comme une récupération, alors qu’il a mené toute sa carrière en France ? Que je sache, il n’a pourtant jamais renié sa terre natale, d’une part, et d’autre part personne ne dénie plus aux historiens de la littérature de reprendre Georges Simenon sous le chapitre “Belgique”, même si certains éditeurs parisiens ont longtemps affecté d’ignorer ce détail… La production littéraire de Rosny s’étend jusqu’au début de la Seconde Guerre mondiale, offrant à la SF francophone de grands titres (dont Les Navigateurs de l’infini en 1925) : voilà l’occasion d’abandonner l’antiquité pour le moyen-âge.

5. Deuxième époque : triomphes techniques et boues de l’Histoire

  • 37 Olivier-Martin Y., Histoire du roman populaire en France : de 1840 à 1980. Paris : Albin-Michel, 19 (...)
  • 38 Voir Warfa D., “Le roman d’aventures aux sources de la science-fiction”, in Les Univers de la scien (...)
  • 39 Lysøe E., “Introduction à Soléal”, in Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange, Tome (...)

22Si l’âge d’or (ou, selon Yves Olivier-Martin37, la maturité) du roman populaire bat toujours son plein en France (Hetzel, Fayard, Méricant, Tallandier), et mélange les premières anticipations aux aventures traditionnelles, voire “fantastiques” ou “extraordinaires”38, nous n’aurons pourtant que peu de titres à nous mettre sous la dent en Belgique. Eric Lysøe exhume dans le tome deux de son anthologie une courte nouvelle intitulée Soléal et signée Hubert Stiernet (1863–1939). Datant de 1893, ce texte met en scène une « évocation tout à la fois rationnelle et poétique d’une île d’utopie »39, contant la recherche de l’immortalité au travers d’une tragédie familiale.

  • 40 Tout comme Georges Eekhoud : les “fantastiqueurs” investissent la citadelle — que nous verrons fort (...)
  • 41 Dans les Annales politiques et littéraires !

23On doit alors citer un conte philosophique d’Iwan Gilkin (1858–1924), Jonas, qui ouvre une courte liste d’œuvres réparties sur une dizaine d’années. Gilkin, directeur de la revue La Jeune Belgique de 1893 à 1897, fut également élu membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique dès sa fondation en août 192040. Jonas (1900) manipule le motif du péril jaune, qui fait fortune depuis la fin du xixe siècle dans les pays anglo-saxons (The Yellow Danger, 1898, de Matthew Phipps Shiel, l’auteur de The Purple Cloud — en français, Le Nuage pourpre en “Présence du futur”). Pointons ensuite Eugène Demolder (1862–1919), qui montre dans L’Agonie d’Albion (1901) les Boers remportant la guerre du Transvaal et envahissant le Royaume-Uni. Hector Fleischmann (1883–1914) publie chez Albin-Michel, en 1908, L’Explosion du globe et L’Incendie du pôle. Le fils de l’éditeur de Georges Eekhoud, Henry Kistemaeckers (junior, 1872–1938), donne avec Aéropolis, roman comique de la vie aérienne (1909), une œuvre qualifiée par Pierre Versins de « roman du Péril jaune à tuer tous les romans du Péril jaune ». La supposée menace asiatique, qui culminera chez Sax Rohmer (1913 : Le Mystérieux Docteur Fu Manchu) ou bien plus tard chez Henri Vernes (le cycle de l’Ombre jaune), semble bien ancrée dans l’époque. Rosny Aîné publie en 191041 La Mort de la Terre, qui voit les ferromagnétaux succéder à la race humaine. 1911 : François Léonard (1883) dépeint Le Triomphe de l’homme, récit de savant fou culminant dans une apothéose stapledonienne.

  • 42 Lysøe E., “Introduction à La Malédiction du soleil”, in Littératures fantastiques. Belgique, terre (...)

24La première guerre mondiale referme le couvercle anticipatif : quelques Rosny (La Force mystérieuse dans Je sais tout en 1913, L’Aube du futur ou L’Énigme de Givreuse en 1917), un second François Léonard (La Conquête de Londres en 1919, publié à Genève et réputé assez illisible), c’est tout. Éric Lysøe ressuscite il est vrai une nouvelle de Grégoire Le Roy parue en 1913 dans son recueil Joe Trimborn : La Malédiction du soleil. Mais cette variation sur le thème de l’Atlantide participe avant tout du conte philosophique le plus pur (à visée édifiante, donc), même si l’anthologiste croit nécessaire de justifier la clôture de son deuxième tome par un texte « que d’aucuns n’hésiteraient pas à ranger du côté de la science-fiction ou, comme l’on disait à l’époque, du “merveilleux scientifique” »42. De science-fiction, telle que Rosny Aîné la crée alors, on ne peut guère noter que le motif du continent perdu, dont la destruction est par ailleurs expédiée en deux paragraphes.

  • 43 Nous pouvons même avancer qu’il s’agit de la première collection “spécialisée” du genre : il faudra (...)

25Mais il faut surtout retenir l’année 1919 et le roman d’Alex Pasquier (1888–1963), l’éditeur de la revue La Bataille littéraire : Le Secret de jamais mourir (suivi de Une histoire d’automates, nouvelle reprise dans l’anthologie d’Éric Lysøe), histoire de cyborg parue à Bruxelles aux éditions Polmoss. Il devait être le premier titre chez cet éditeur de la collection Le roman scientifique, il fut hélas le seul. Néanmoins, cette “collection” est entrée dans l’histoire comme la première collection francophone de SF43. Elle aurait dû comprendre un second roman de Pasquier, Le Cerveau électrique, ainsi que Celui qui se ressuscita de Léon-Marie Thylienne (pseudonyme du docteur Léon Wauthy, qui avait donné sous son nom en 1907 La facile liaison, Roman [Mœurs de demain] à Verviers, à L’Édition artistique). Celui qui se ressuscita paraîtra en 1924 chez Schaert. Quant à Alex Pasquier, il donnera en 1926 avec La Conquête une œuvre de politique-fiction.

26Dans l’entre-deux guerres, le moyen-âge évolue doucement vers une certaine renaissance. On voit passer le nom du baron Pierre Nothomb (1887–1966, l’arrière-grand-père d’Amélie Nothomb), qui envoie dans La Rédemption de Mars un athée et un chrétien visiter la planète rouge (1922). Horace Van Offel (1876–1944, qui sera l’abject rédacteur en chef du Soir volé — i.e. nazi — durant la seconde guerre mondiale) fait paraître chez Albin Michel des titres tels que La Terreur fauve (1922) ou Sylvia et le cremnobate (1929). Pierre Goemaere (1894–1976) donne Le Pèlerin du soleil (1927), estimable roman préhistorique. On s’arrêtera surtout auprès du Verviétois Henri-Jacques Proumen (1879–1962), qui au même titre que Rosny plus tôt, participe du patrimoine francophone global. En 1928 il offre Sur le chemin des dieux, qui voit un savant (fou ?) maîtriser l’art de la suggestion des hommes (les pacifiant tout d’abord, mais rapidement pris de mégalomanie…), et remporte le prix Émile-Zola, et en 1930 Le Sceptre volé aux hommes, sur le thème du mutant surhomme (L’hyperanthrope, qui réduit l’être humain “ordinaire” en esclavage), qui décroche pour sa part le prix Maurice-Renard ! Déjà, en 1926, sa nouvelle Surhommes utilisait la télépathie, et il donnera encore, outre un roman préhistorique (Ève, proie des hommes, 1934), Aubes cruelles (1942) ou La Brèche d’enfer (1946), dénonciation de l’arme nucléaire, ainsi qu’un recueil paru en 1950 : L’homme qui a été mangé et autres récits d’anticipation ! Comme on le voit, Proumen fut avant tout un moraliste utilisant les motifs de l’anticipation.

27En 1928, Maurice Maeterlinck (1862–1949) publie La Vie de l’espace, ouvrage presque totalement consacré à cette quatrième dimension qui commence à fasciner : Jean Ray en sera un lecteur intéressé. L’année suivante, Albert Bailly (1886– ?) remporte le prix Jules-Verne avec L’Ether-Alpha, qui relate une expédition lunaire. Il récidivera en 1960 dans le domaine que nous explorons avec Pardonnons à Dieu, roman du futur ! 1929 voit encore l’apparition d’Albert Crémieux (1865- ?), qui signe Le Grand Soir, anticipation sociale donnant le récit d’une révolution communiste en France. Hors genre, Albert Crémieux écrira La Révolution de Février (1912), sur la révolution de 1848, ou Chez les bolcheviks parisiens : choses vues (1928). On saisit que l’inspiration de son premier roman d’anticipation possède de sérieux fondements. Avec son frère Jean, il réapparaîtra dans les années cinquante.

28À la même époque, Georges Simenon (1903–1989), qui signe alors Georges Sim, aligne un certain nombre d’“aventures mystérieuses” chez Tallandier : Le Roi des glaces, Le Secret des Lamas ou Le Gorille roi.

  • 44 Van Hageland A., “Jean Ray et la Science-Fiction”, in Flanders J., Le Secret des Sargasses. Paris : (...)

29En 1934, le romancier Ege Tilms (Ege Tilmans ?) publie à Paris, aux Éditions de la “Revue Mondiale”, Hodomur, l’homme de l’infini, le récit d’abduction qui a tant impressionné Bertrand Méheust dans son approche du phénomène OVNI (et par ricochet, évidemment, Michel Jeury), et l’un des rares space-opera existant alors en langue française. Citons encore, en 1936, une œuvre indiscutablement SF de Jean Ray (Jean Raymond Marie De Kremer, 1887–1964) qui publie sous le nom de John Flanders : Aux tréfonds du mystère et Le Formidable secret du pôle, deux des “Presto-Films” qu’il donna aux éditions de l’abbaye d’Averbode, et qui abordent le thème de la civilisation de Thulé. Avec Jean Ray, nous touchons aux confins du corpus analysé ici : non seulement l’œuvre du gigantesque Gantois s’apparente le plus souvent à un fantastique relativement classique, mais son écriture oscille d’une langue à l’autre, hésitant (ou répartissant ses textes) entre le néerlandais et le français. Et on ne peut passer sous silence les cent et six fascicules des aventures de Harry Dickson, écrits entre 1931 et 1938, dont nombre d’intrigues se fondent sur des éléments science-fictifs tout autant qu’étranges ou horrifiants. (Songeons au “Temple de fer”.) Albert Van Hageland a écrit une intéressante introduction aux rapports de Jean Ray avec la science-fiction44. En 1925, l’édition à La Renaissance du Livre des Contes du whisky avait déjà offert la nouvelle Les Étranges études du Dr. Paukenschläger, l’un des textes majeurs consacrés par Jean Ray à la quatrième dimension.

30La seconde guerre mondiale va venir achever sombrement ce moyen-âge science-fictif. Brièvement, quelques titres : Un Tremblement d’éther de Francy Lacroix (1935), ou May et le monstre du Loch Ness d’Emma Lambotte (1937). Durant la guerre, on retiendra en 1941 Izac, une pièce de Pierre Nothomb sur la tribu perdue d’Israël (qui ne sera publiée qu’en 1962), en 1942 Aubes cruelles de Proumen, en 1943 Le Tour du monde en 23 heures de Jac Leomar, en 1944 L’Avion fantôme de Luc d’Arcourt ou L’Inconcevable aventure de Jean Duret de René Hensenne, une histoire de voyage dans le temps.

6. Troisième époque : acclimatation d’une SF moderne

  • 45 La science et la technique sont présentes jusque dans les poèmes de Marcel Thiry, et la carrière de (...)

31La période moderne de notre découpage débute en 1945 : le poète Marcel Thiry (1897–1977) publie un roman écrit en 1938, Échec au temps. L’année précédente, René Barjavel publiait son Voyageur imprudent et enferrait son lecteur au cœur d’interrogations existentielles et paradoxales sur les ancêtres assassinés et les descendants virtuels… Chez Thiry, non seulement on peut tripoter le cours du temps, mais on ne se prive pas de le faire. Certes, on ne voyage pas véritablement, l’invention de Leslie Hervey permet uniquement d’observer — mais à force d’observations d’une autre ligne temporelle, on use, on use, on use : jusqu’au moment où la trame se déchire et où une Histoire rejoint l’autre. Qui donc, finalement, a remporté la bataille de Waterloo ? Au sommet de la butte, y a-t-il un lion, ou bien une aigle impériale ? Thiry, poète fasciné par le monde moderne, avait déjà donné en 1935, dans La Revue générale, un conte dont la peinture d’un Occident soumis à un nouvel ordre préfigure tout à la fois les années de plomb nazies et staliniennes, et le 1984 de George Orwell : “Récit du grand-père”45.

  • 46 Professeur à l’Université de Louvain en 1930, il se spécialise en criminologie.
  • 47 Francis Valéry avait réédité en 1987 Le monstre du Dr Karlof, d’un improbable “Wallace Edger”, à co (...)
  • 48 La totalité des numéros d’“Anticipations” fut à nouveau rendue disponible en facsimilé entre 1987 e (...)

32La même année, le psychiatre Etienne De Greef46 (1898–1961) publie chez Dessart, sous le nom de Stéphane Hautem, un titre fou : Retour au silence, journal d’un homo citroensis K228bis… On y découvre une contre-utopie bâtie sur le modèle de la termitière humaine. Outre les auteurs toujours présents, l’édition s’active en matière de science-fiction. On connaît (en particulier pour leur qualité au mieux médiocre) les fascicules de la collection “Futura”47, publiée à Deurne (Anvers) par Van de Wege en 1946. Il y eut une série en néerlandais et une série en français : on trouve un ultime volume 10 en 1949 sous la signature Mark Serkant, La Mort vivante. Dispensable et à ne pas confondre avec le beau roman de Stefan Wul. Mais les années 1945 et 1946 sont surtout celles de la revue Anticipations, dont les quinze numéros seront publiés par les éditions de La Lucarne. C’est incontestablement la première revue en langue française dédiée exclusivement au genre (ceci après la première collection chez Polmoss en 1919 ! — et souvenons-nous que les interventions des trublions entourant Boris Vian à Paris n’aboutiront à la fondation du “Rayon Fantastique” qu’en 1951). Elle publiera des textes de qualité diverse, mais mettra également à son sommaire les noms de David H. Keller, Hyatt Verrill et même Jack Williamson. Les nombreux problèmes économiques nés après la Libération, entre autres l’impossibilité d’exporter vers la France (problème qui toucha également les périodiques de bande dessinée), mirent trop rapidement fin à l’aventure48. Pourtant, comme la collection de Polmoss, la revue de La Lucarne ouvre la voie aux futures réussites en matière de genres populaires qui vont se lever à Verviers (Marabout) et plus tard à Tournai (Casterman).

33Proumen est toujours productif, on l’a vu : La Brèche d’enfer constitue l’un des premiers romans “d’avertissement” après Hiroshima. Pour respecter la vérité historique et littéraire, il convient de signaler La Grande bagarre (1951), politique fiction signée Jean Doutreligne qui narre la troisième guerre mondiale en peignant les Russes sous les traits des nouveaux barbares violeurs de femmes. L’auteur n’est autre que l’ancien rexiste et responsable du régiment SS “Légion Wallonie” : Léon Degrelle (1906–1994). Une curiosité pourtant, pour un ex-nazi : les personnages positifs sont américains ! Sinon, il ne s’agit que d’une énième banale fiction militaire.

  • 49 Notice consacrée à Marcel Thiry sur le site de l’Académie, voir l’URL suivante : http://www.arllfb. (...)

34En 1949, Marcel Thiry donne avec Le Concerto pour Anne Queur sans doute la plus belle de ses Nouvelles du grand possible (qui paraîtront en volumes en 1960). On connaît l’intrigue. Comme chez le héros d’Alex Pasquier (Le Secret de ne pas mourir), il s’agit de repousser le terme de la vie humaine : les morts, réduits à leur cerveau, deviennent des manières de cyborgs, les “Secs”, qui seront également artistes et intellectuellement supérieurs aux hommes “classiques”. L’affrontement ne peut tarder lorsque les Secs deviennent de plus en plus supérieurs. Même le concerto que l’un d’eux a écrit pour une jeune fille réanimée, Anne Queur, œuvre qui pourtant témoigne d’une humanité certaine, ne peut réduire le fossé qui se creuse, jusqu’à l’anéantissement de l’une des parties. Indéniablement marquée par le passage du Temps, l’œuvre de Marcel Thiry, même lorsqu’elle ne sacrifie pas clairement à la science-fiction, témoigne selon Jean Tordeur, alors secrétaire perpétuel de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, « d’une volonté d’accréditer l’incroyable, l’impensable comme constante de l’existence ». On retiendra encore de sa plume en 1963 Simul et autres cas, dont le récit éponyme, à nouveau, tente de “multiplier les possibles” (E. Lysøe) : Zacharie, son héros, ne se sert que de son esprit pour inverser les trames temporelles et modifier les destins. Quant au protagoniste de Nondum jam non (1966), il tente (psychiquement ?) de pactiser avec son ancien moi, ce qui sauverait peut-être cette femme qu’il a naguère laissé mourir. Toujours le Temps, et ces “personnages combattants qui utilisent l’arme du fantastique pour élargir le champ des possibilités et secouer le joug du temps”49.

  • 50 Voir son étude “Jean-Gaston Vandel écrivain progressiste” in Alerte !, no 3, septembre 1978, p. 113 (...)
  • 51 Paradoxalement, Jean Libert alors journaliste semble bien avoir eu des sympathies rexistes : son ét (...)

35Entre 1952 et 1956, la science-fiction conquiert la France, et un auteur étonnamment progressiste pour l’époque (au point de susciter l’intérêt de Jean-Pierre Andrevon50) apparaît en même temps que la collection “Anticipation” au Fleuve Noir : Jean-Gaston Vandel. Vandel est deux : Jean Libert et Gaston Vandenpanhuyse, nés à Bruxelles en 1913 (Libert est décédé en 1995, Vandenpanhuyse en 1990). Les deux amis seront surtout connus sous le nom de Paul Kenny, comme créateurs de l’agent secret Francis Coplan… De 1952 à 1956, Vandel publiera vingt titres en “Anticipation”. Il marque l’irruption de préoccupations sociologiques, voire politiques, dans la SF très “space-opera” que quelques parisiens importent alors directement des USA51.

36Parmi ceux-ci, outre les dispositions faniques avant l’heure de Boris Vian ou de Pierre Kast, les délires rationnalisés de Jacques Bergier et les débuts de Philippe Curval ou de Gérard Klein (bref, l’époque de la librairie de Valérie Schmidt “La Balance”, ouverte fin 1953, et de l’importation massive de la science-fiction américaine), on tire du lot le dénommé Sternberg, Jacques (1923–2006) — anversois dont l’inclassable talent éclate dans le bouillon de culture de la rive gauche. En 1953, c’est La géométrie dans l’impossible, et le ton est donné. Grand maître du conte ultra bref, de la dérision et de l’érotisme (souvent emballé de métaphores maritimes), Sternberg est un Rosny moderne, Belge si bien incorporé à la mayonnaise parisienne qu’il faudra le voir revenir, à la fin de sa vie, sur son parcours pour que certains s’avisent qu’il était plutôt universel tout en revendiquant cette origine juive anversoise qui fit sans doute de lui un Woody Allen de l’imaginaire ! Nouvelliste, romancier, mémorialiste, dramaturge, scénariste (Je t’aime, je t’aime pour Alain Resnais), créateur avec Topor, Jodorowski et Arrabal du groupe Panique (1962), c’est un satiriste assumé et aussi l’un des grands papys de la presse underground avec la création du Petit silence illustré. L’activité de Sternberg fut toujours bien plus diversifiée que celle d’un écrivain replié sur son œuvre, celle-ci fût-elle de science-fiction.

  • 52 Mais toujours en 1953, Vernes publiait déjà (sous le nom de Jacques Seyr, qui lui servira quelques (...)
  • 53 Voir Warfa D., “Thèmes et motifs de science-fiction dans Bob Morane”, in 33 ans de Bob Morane. Mons (...)

37En Belgique, 1953 signe aussi la naissance chez l’éditeur verviétois André Gérard de la collection “Marabout Junior”, et dans la foulée de Bob Morane. Les premiers éléments de SF apparaîtront chez Henri Vernes (Charles-Henri Dewisme, 1918) en 1955, dans Les faiseurs de désert52. Ils iront s’accentuant avec les années53, jusqu’à culminer dans “Le Cycle du temps” ou la saga d’Anankè. La productivité de Vernes (on n’entrera pas dans les souterrains de la création qui évoquent l’existence de “ghost writers”) fait indéniablement de lui le principal auteur belge de SF. Dans les années cinquante, il met en scène une patrouille du Temps à peu près au même moment que l’Américain Poul Anderson (Les chasseurs de dinosaures, 1957), et petit à petit, la plupart des thèmes et motifs du genre seront traités sous sa plume. Dans Les Faiseurs de désert, on modifie la biosphère. La Croisière du Mégophias (1956) traite d’animaux monstrueux : Vernes était l’ami du cryptozoologue Bernard Heuvelmans, qui inspira également Hergé, et était le mari de la romancière Monique Watteau. Opération Atlantide (1956) s’approprie le mythe des civilisations disparues. Les sujets s’enchaînent : Les monstres de l’espace (1956, le monstre venu d’ailleurs), Les chasseurs de dinosaures (voyage dans le temps), Les Géants de la taïga (1958, manipulations génétiques — bien avant Crichton et Spielberg), Les Dents du tigre (1958, troisième guerre mondiale), L’ennemi invisible (1959, miniaturisation de l’être humain), Formule X33 (1962, invisibilité), Les Semeurs de foudre (1962, manipulation des forces naturelles), La vapeur du passé (1963, brume extra-galactique), S.S.S. (1964, soucoupes volantes)… Nous ne citerons pas tout : il faudrait parler des Crapauds, de la majeure partie de la saga de l’Ombre Jaune, d’Ananké, du cycle du Tigre et de celui des Harkans, sans oublier Le Secret de l’Antarctique, Le Cratère des immortels, Les tours de cristal, ou Les Cavernes de la nuit. On le voit, et jusqu’à des titres plus récents tels que Les Berges du temps, La Guerre du cristal ou Les Déserts d’Amazonie, les motifs science-fictifs ne le cèdent en rien au recours à l’aventure, à l’espionnage ou au pur fantastique dans la carrière du Commandant Morane ! L’uchronie même n’est pas absente, avec La Guerre du Pacifique n’aura pas lieu (1997).

  • 54 Sadoul J., Histoire de la science-fiction moderne, 1911–1984. Paris : Robert Laffont, 1984, p. 421.
  • 55 Benoît Becker, selon la plupart des exégètes, recouvrait les écrivains Guy Bechtel (qui n’écrivit a (...)

38Pour revenir aux années cinquante, on tirera encore du lot les frères Crémieux, Albert et Jean, assez peu connus en-dehors du diptyque savoureux constitué par les romans Chute libre (1954) et sa suite La Parole perdue (1956), publiés au sein de la mythique “Série 2000” des éditions Métal. Space opera classique contant l’histoire d’un extraterrestre en quête de spécimens (terriens, bien entendu !), Chute libre vaut par l’ironie critique déployée par les auteurs aux dépens de leurs propres congénères. Les aventures terrestres de Teddy Karré, l’envoyé de la planète 54, sont comme un chef-d’œuvre de conte philosophique décalé, salué naguère par Jacques Sadoul54. En ces années qui voient la science-fiction moderne naître pour de bon en terre francophone, on se souviendra encore qu’une partie de Benoît Becker se nommait José-André Lacour, né à Gilly (1919–2005) et par ailleurs auteur de L’Année du bac (1959) ou de La Mort en ce jardin (1954). Sous ce pseudonyme collectif55 parurent entre 1954 et 1959 douze titres qui firent une bonne part de la réputation de la collection “Angoisse” du Fleuve Noir. Il semble que Lacour en ait écrit six. À l’opposé des romans populaires du Fleuve, la collection Blanche de la maison Gallimard accueille en 1954 Les Automates, roman de Henry Certigny (né à Marche, 1919–1995). Certigny, né Henri Dubois, fut un spécialiste de l’œuvre du Douanier Rousseau, d’Alfred Jarry et de Guillaume Apollinaire, ce qui ne l’empêcha pas, dans les années soixante, de publier des romans d’espionnage de série Z aux éditions Le Dinosaure (sic). En 1954, on le présente comme partageant la vie de Françoise d’Eaubonne.

391955. Michel Jansen et Jean Erland (Jean-Claude Alain, 1916–2009) signent Raiders de l’espace chez Spes, qui édite avec “Jamboree” la concurrente directe de la collection “Signe de piste”. Si Jean Erland est le nom de plume d’un responsable scout en France, Michel Jansen ne cache rien moins que Jacques Van Herp (1923–2004), mathématicien, essayiste, critique, directeur de collection — toujours dans le domaine de la SF ou des domaines connexes. Van Herp, que nous allons retrouver comme érudit et théoricien du genre, n’a jamais cessé d’aligner romans et nouvelles, sous son nom ou sous divers pseudonymes dont celui de Michel Jansen. Ce roman pour la jeunesse est le premier roman de SF que publie “Jamboree”.

  • 56 Le croisement science-fiction / espionnage n’a d’ailleurs rien d’étonnant ni d’exceptionnel : il su (...)
  • 57 Pierroux écrira également, avec Jean Boulard, le script d’un épisode de la série télé “Les cinq der (...)

40La même année, chez Marabout, un Liégeois signe Pilotes pour demain : Jacques Pierroux (1928–1981) reviendra en 1961 avec Police spatiale. C’est l’époque où “Marabout Junior” flirte ouvertement avec la SF, et on y trouvera Satellite Lune (1955) de Jean-Jacques Mezière, avant d’accueillir Claude Vauzières pour Spoutnik 7 a disparu (1960), Trafic interstellaire (1961) ou Échec aux Végans (1962). Claude Vauzières n’est autre que Henri René Guieu, alias Jimmy ! Quant à Jacques Pierroux, il s’adonne conjointement au roman d’espionnage parfois un peu leste, chez l’éditeur Jacquier de Lyon, en donnant à sa collection “La Loupe” des titres au contenu purement SF56 comme La Mort électrique (1952) ou Robot femelle (1959), le tout sous le nom de Frank Peter Belinda57 ! André Fernez (1917–1990), qui fut rédacteur en chef de “Tintin” entre 1947 et 1959, crée en 1959 le personnage de Nick Jordan, sollicité par Marabout qui veut surfer sur le succès de Bob Morane. Au départ agent du contre-espionnage français, Jordan assumera très vite des missions à l’étranger, dévolues au SDECE, l’ancêtre de la DGSE. Parmi celles-ci deux titres peuvent rejoindre notre domaine par leur utilisation d’éléments d’anticipation technique : Virus H-84 (1960, où des “savants” tentent de disséminer un fléau mortel) et À la santé de Nick Jordan (1965, où d’autres “savants” transforment les hommes en robots soumis). On peut encore ajouter à la liste des “Marabout Junior” le titre de Paul Vallène, Aller-simple pour l’Anadyr (1964), récit d’espionnage dans l’univers de l’astronautique naissante. Vallène est né Paul Van Melle à Schaerbeek en 1926, et se trouve à la tête d’une œuvre conséquente de poète et de dramaturge. Concluons en rappelant que l’excellent vulgarisateur de la recherche spatiale que fut Wim Dannau (1938–1992) donna plusieurs titres chez Marabout, en commençant par Demain… l’espace en 1958.

  • 58 Parfois classé parmi les tenants du “réalisme magique”.
  • 59 Voir Vaes G., La Flèche de Zénon. Essai sur le temps romanesque. Anvers : Librairie des Arts, 1966.
  • 60 Il est intéressant de lire une communication qu’il donna à l’Académie Royale en 1998, et qui s’inti (...)

41Il convient évidemment de faire ici une place toute particulière au singulier Guy Vaes (1927)58, dont Octobre, long dimanche (1956) se joue des catégories classiques de temps et d’espace en contant une étrange dépersonnalisation assumée, que l’on peut juger pas très éloignée des dédales mentaux qui peuplent les œuvres de Philip K. Dick. Vaes publie la même année une nouvelle dans “Fiction”, “Poussière d’un monde” (en août 1956, dans le no 33). Dans ce texte qui semble à première vue un récit classique d’exploration interplanétaire, dans lequel un vaisseau d’exploration et son équipage sont confrontés à un étrange monde vide ainsi qu’à une poussière épaisse, c’est le Temps qui donnera la clé de l’énigme. Les astronautes perçoivent fugitivement des villes qui aussitôt s’évanouissent, pour renaître ailleurs, différentes : à peine réussissent-ils à les photographier, mais jamais ils ne découvrent un être vivant. En définitive, le passage du temps s’avère, sur ce monde, différent de celui qui constitue la référence des explorateurs : s’y écoulant plus rapidement, il ne leur permet que de saisir fugacement quelques constructions, mais jamais les créatures qui les peuplent, trop rapides pour eux. Guy Vaes ne s’aventurera pas plus loin en terre de science-fiction stricto sensu, mais son approche demeure au moins parallèle, construisant des univers parfois réduits aux perceptions d’un seul individu, mais résolument décalés. Dans L’Envers (prix Rossel 1983), il s’agit pour Broderick de ressusciter pour témoigner de l’au-delà et de la nature de la divinité. Les Agaméens mis en scène dans Les Stratèges (2002, son dernier livre à ce jour) affirment à la face du monde leur refus de l’Histoire, suite aux atrocités dont furent victimes leurs ancêtres, tandis que les étudiants d’un autre récit rejouent cette Histoire, envoyés dans le passé ou le futur pour y incarner d’autres personnalités. Vaes demeure résolument sur les marges — y compris du point de vue de la littérature blanche : il s’intéresse autant aux formes qu’aux mots, partagé depuis toujours entre lettres et arts plastiques (mais encore dans leur aspect marginal : il est l’auteur d’un très beau livre consacré aux cimetières de Londres). Désormais coopté académicien, c’est un auteur rare et recherché, tant par une production toujours très cohérente, que par une conception inaccoutumée du déroulement temporel (le “présent absolu”)59. Pour Hubert Lampo, Guy Vaes n’est pas tant un adepte du réalisme magique que d’un “réalisme mythique”60.

42Enfin, dans la catégorie des œuvres uniques, l’année 1956 est également celle de Bételgeuse de Raymond Mottart, et de Cette race indécrottable de Marie-José Hervyns (« récit curieux » selon Pierre Versins), 1957 celle de L’An 2000 de Camille Biver (1917–1981, touche-à-tout qui fut chanteur et parolier, romancier et poète, cinéaste, reporter et dramaturge, tout en ayant survécu à cinq années de captivité en Allemagne…), tandis qu’en 1958 paraît Descendit aux enfers de Paul Bay (1887–1970).

7. Quatrième époque : efflorescence et œuvres isolées

  • 61 Aux tréfonds du mystère et Le Formidable secret du pôle.
  • 62 Il est amusant de constater qu’en 1999 paraîtra un autre “roman lunaire” au titre presque similaire (...)

43Les années soixante seront pour partage celles de la littérature populaire et des œuvres isolées, mais également celles de l’apparition d’un fandom qui s’avèrera vite particulièrement actif. Dans le cadre de la littérature populaire, revoici Michel Jansen dans la collection “Jamboree”, qui sous le titre La porte sous les eaux (1960) adapte et développe en un récit unique (avec son accord et sous couvert de sa signature) des récits de John Flanders, deux Presto-Films écrits en 1936 pour les éditions Altiora d’Averbode61. L’année suivante, sous le même label “Jamboree-Aîné” il signe seul Mer des pluies, un récit d’exploration lunaire qui entraine vers notre satellite un adolescent, Carlo, dans le père a disparu six ans plus tôt en effectuant le premier contournement de la Lune62. On a vu André Fernez introduire des éléments SF dans les récits d’espionnage de Nick Jordan. Mais qui sait que Peter Randa, autre prolifique amateur de polar et d’espionnage, et par ailleurs auteur de septante-neuf titres en “Anticipation” entre 1960 et 1980, cache André Duquesne (1911–1979), né à Marcinelle en 1913 ? Il est dommage qu’il ne donne au Fleuve Noir qu’une SF militariste, agressive et xénophobe, peuplée de baroudeurs, exaltant le chef, méprisant le métissage et justifiant la destruction des espèces non-humaines (une certaine solution finale n’est pas loin). Ultraréactionnaire est un terme encore bien faible.

44Parmi les grandes œuvres, insérées ou non dans le courant de science-fiction constituée qui n’en finit pas alors de se lever, soulignons combien Jacques Sternberg persiste dans l’esthétique comme dans les thèmes qui ont fait sa notoriété. Bernard Manier (Robert Despreschins de Gaesebeke, 1914–1997) est apparu en septembre 1955 dans Fiction avec un texte faustien. Il publie en 1961 le beau recueil Histoires d’ailleurs et de nulle part, qui voit des personnages se muer en troncs d’arbre ou s’écraser au sol en observant une vue aérienne de Paris. Il faut en extraire la nouvelle “En famille”, dans laquelle une fillette reçoit pour son anniversaire un bébé qu’elle rejette lorsqu’il ne lui plaît plus. L’intérêt de l’histoire repose dans son retournement des normes : le bébé repoussé est humain, et l’enfant fêté est un robot… Jean Muno (Robert Burniaux, 1924–1988) offre une belle allégorie dans L’Hipparion (1962) : en usant d’un réalisme tout à la fois quotidien et pourtant étrange, l’auteur conte la rencontre, sur une plage de Wissant, d’un vieux professeur d’histoire naturelle et d’un hipparion, cet équidé qui vivait à l’époque tertiaire. Van Aerde recueille l’animal et espère sans doute en tirer quelque réputation scientifique, mais ce sera sans compter sur les jalousies, les dénigrements, le refus borné des fanatiques de la mystification… L’hipparion meurt, Van Aerde est ridiculisé et finit amer : mais son petit voisin, en vacances sur la même plage, apercevra un curieux cheval blanc… Fable sur la valeur du rêve et les désillusions des rêveurs, alimentée par l’étroit rationalisme des paléontologues qui ne croient pour alimenter leur science qu’aux squelettes exhumés, L’Hipparion est un roman plutôt pessimiste tout en se concluant sur la renaissance du merveilleux.

45Raymond Duesberg (1923–2008), industriel verviétois, n’a écrit qu’un seul et unique livre, mais quel livre : Les Grenouilles (Plon, 1962). À Lémuria paraissent s’être regroupés les derniers représentants de l’humanité : ils ne font qu’y survivre, atteints de maux incurables (le “cancer de Dieu”), attelés à des occupations dérisoires et soumis à la dictature ainsi qu’à une religion sans amour. Mais Lémuria abrite également une apogée des techniques, notamment biologiques : avec un ton prophétique qui mêle Orwell à Huxley, Duesberg ne voit dans le progrès technologique que la voie vers un avenir cruel. On a dit de la violence folle mise en scène dans ce roman qu’elle évoquait l’œuvre de Jérôme Bosch. En 1966, Gabriel Deblander (1934) est accueilli dans Fiction : la revue parisienne publie “Où fleurit l’étranger”, variation originale sur le thème de l’invasion alien. Deblander, qui puise autant dans les légendes que dans l’étrange ou la SF, figurera souvent au sommaire de la revue, avec des textes souvent fantastiques qu’il rassemblera en volume dans Le Retour des chasseurs (1970).

46Dans l’univers de l’édition, faut-il rappeler que l’un des premiers phénomènes du livre de poche est belge : la “Bibliothèque Marabout” est créée en 1953 par le Verviétois André Gérard (d’après son totem scout !) sur le modèle des Penguin Books britanniques. Nous avons déjà évoqué “Marabout Junior”. Dès 1960 elle abrite fantastique et science-fiction (Edgar Allan Poe, Jean Ray, Mary Shelley…) : en 1964 paraît la belle anthologie du Gaumais Hubert Juin (Hubert Loescher, 1926–1987), Les 20 meilleurs récits de science-fiction, au sommaire mémorable qui sera pour beaucoup de lecteurs des années soixante un véritable manuel de la SF (Anderson, Asimov, Borges, Cortazar, Dick, Leiber, Lovecraft, Matheson, Padgett, Sternberg, Van Vogt…). Découvrir “La Patrouille du temps” aux côtés de “Tout smouales étaient les borogoves” ou du “Père truqué”, pour qui n’avait pas lu ces textes en revue, fut un véritable choc. En 1969 apparaît celui qui allait marquer de son empreinte les collections dévolues au fantastique et à la SF : Jean-Baptiste Baronian (Joseph Lous Baronian, 1942). Directeur littéraire jusqu’en 1977 (alors que Hachette prend 50 % du capital de “Marabout” en 1976 et absorbe totalement la maison en 1983), Baronian fait également œuvre d’anthologiste en élevant quelques monuments aux genres et auteurs qu’il entend défendre. Ce sera le monumental Récits de science-fiction de Rosny Aîné (1973), mais aussi, dans la série des grandes anthologies qu’il a initiées, La France fantastique (1973) ou La Belgique fantastique (1975). Baronian a peut-être été l’un des tout premiers à entourer les titres qu’il éditait d’un appareil critique confié aux spécialistes du moment (Jacques Van Herp, Jacques Bergier…). La “Bibliothèque Marabout”, sous ses différentes déclinaisons, est en effet connue pour les dossiers qui complétaient ses romans, recueils ou anthologies. L’aventure durera jusqu’en 1981 pour la série SF.

47En 1963, la maison Casterman commence la publication de la série de recueils “Autres temps, autres mondes”, qui assoira très vite sa réputation d’exigence. D’abord cantonnés au fantastique, sous les signatures de Jean-Bernard Palou, Maurice-Edgar Coindreau, Marcel Schneider, Jacques Papy ou Roland Stragliati, ces beaux recueils cartonnés, comme les séries de Marabout, feront l’écolage aux genres de l’imaginaire de toute une génération d’amateurs très vite fidèles. En 1966, le rédacteur en chef de Fiction, Alain Dorémieux, y dirige un premier volume consacré à la science-fiction, Histoires fantastiques de demain (on notera le voisinage habile des termes “fantastique” et “demain”). Dès le onzième volume, Voyages dans l’ailleurs (1971), consacré à la SF française, Dorémieux devient le principal maître d’œuvre de la collection et l’oriente durablement vers la SF, tout en y conservant de belles places à ce qui constitue néanmoins son orientation personnelle : l’étrange, l’insolite, le macabre. On se souviendra que ses premiers Territoires de l’inquiétude sont nés à Tournai, et que lorsque les volumes thématiques alterneront avec des recueils d’auteurs, on retrouvera Matheson, Owen ou Bloch au même titre que Dick, Silverberg ou Poul Anderson. Dorémieux donnera peu à peu la main à d’autres pointures, tel Jacques Chambon, pour aboutir à La Femme infinie de Pierre K. Rey, qui clôt la série en 1983, faisant de la collection un ensemble sans pareil de textes courts. Entretemps, en 1975, la série d’anthologies aura été doublée d’une autre suite consacrée cette fois aux romans, qui accueillera également quelques perles et se clôturera la même année, en 1983.

48Avec André Gérard et Casterman, durant les décennies soixante et septante, l’édition belge aura fourni de beaux textes au lectorat francophone. Certes, ces différentes collections ont alimenté autant la connaissance du fantastique que celle de la science-fiction, mais il semble évident, rétrospectivement, que leur absence aurait privé cette dernière (avant que d’autres ne s’en chargent, sans doute) de plusieurs ensembles d’importance (le cycle du temps d’Anderson, par exemple, ou les romans de Ballard, de Leiber, de Coney que publia Dorémieux). Il est tout aussi certain qu’à l’époque, Baronian fit publier par “Marabout” des titres qui n’auraient pas eu de grandes chances d’aboutir ailleurs, comme les recueils de Harlan Ellison ou des anthologies telles que Le Temps sauvage, Des hommes et des machines ou Derrière le néant. Il a même accepté d’abriter la jeune SF française avec les deux volumes de Dédale, dirigés par Henri-Luc Planchat en 1975 et 1976.

  • 63 Réseau évidemment non limité à la science-fiction, d’autres ensembles, intriqués ou non à la SF, ex (...)

49Les études littéraires orientées sociologiques ont coutume d’avancer qu’un champ symbolique (ici, la SF belge de langue française) se constitue non seulement autour de l’existence d’une certaine masse critique d’œuvres — évidemment indispensables ! — mais également au travers de l’apparition et du fonctionnement de relais, institutionnels ou non, qui favorisent l’échange et donnent au champ son unité. Il s’agit au premier chef de l’édition qui donne à exister, des revues littéraires qui publient également mais surtout permettent la discussion, des manifestations organisées autour des œuvres ou des genres (conférences, colloques, séminaires), et même de la critique généraliste, tous médias confondus, qui assure la visibilité de l’ensemble. Dans le cas bien particulier de l’intense réseau qui mêle, pour les littératures de genre63, les “producteurs” aux “consommateurs” (qui, eux-mêmes, produisent souvent du commentaire), on ne peut en aucun cas éviter de parler de ce phénomène que constitue le fandom.

50Pour dresser l’histoire du fandom belge de SF, il faut opérer un léger détour par la France. Un jeune Français est en effet arrivé en Belgique : Claude Dumont (1942–2002) avait créé Lumen (dont Pierre Versins fera l’éloge dans Fiction en 1963) durant son exil militaire au Niger. En 1965, il crée à Liège un fanzine et un club portant le même nom : Cosmorama (titre qu’il avait déjà utilisé en 1959). Michael Grayn ( ?-1996) crée Atlanta (qui finira revue imprimée) en 1964, et les fans belges commencent à suivre, Michel Feron (Mizar, et d’autres) en tête. Parmi eux, quelques habitués du milieu poétique, comme Grayn lui-même, Tina Sol ou le Liégeois Robert Florkin (1931, par ailleurs Régent du Collège de Pataphysique et membre de l’Ouvroir de Politique Potentielle, fondé en 2001 par Yves Frémion…).

51En 1965 toujours, un autre pataphysicien invite Dumont à prononcer sa première conférence à Verviers : André Blavier l’accueille pour une causerie sur la vie cosmique. Notons à nouveau combien les champs littéraires se mêlent, et qu’un spécialiste de Queneau ne répugne pas à ouvrir les portes de la vie culturelle à la littérature de genre. Mais Dumont retourne en France. Il revient en Belgique en 1969, alors qu’une équipe allemande prépare la première convention mondiale destinée à se tenir en Europe continentale. À Bruxelles, Julien Lasselle publie Sortilège, premier fanzine à quitter les eaux de la ronéo pour l’impression. Dumont lui emboîte le pas avec Le Fanal fanique, qui s’avèrera vite trop coûteux.

52Du 11 au 14 août 1970, tous les amateurs de SF européens découvrent la convention mondiale de Heidelberg, les étranges coutumes des worldcons à l’américaine, mais surtout l’activité fanique. Dès le retour de chacun de la région du Neckar, tout reprend de plus belle : fanzines qui naissent et meurent, mini-conventions domestiques, créations de cadavres exquis plus surréalistes que science-fictifs. Il y aura des publications sur feuille de rhubarbe, sur rondelle de salami, sur papier d’emballage de frites… (Claude Dumont avait créé à Heidelberg le “rollzine”, sur papier de… Mais si, mais si…) C’est dans cette ambiance qu’Alain le Bussy offre aux Liégeois incrédules (du moins ceux qui reçoivent l’un des rares exemplaires) la lecture de son Xuensè. On dira qu’à ce moment le fandom belge de SF est solidement installé. Jusqu’au bout, Claude Dumont donnera Octazine, puis Octa-info, puis Octa-magazine.

  • 64 Marc Bailly l’a bien compris avec Phénix-Web, « le site du magazine qui renaît de ses cendres ! », (...)

53Quelques fans jeunes au moins par l’esprit se rencontrent autour de librairies (comme les Bruxelloises Pepperland et Malpertuis), découvrent que la SF envahit l’Université, montent des conférences. En 1975, ils décident, autour de Léon Mormont, de rapatrier au moins une fois en Wallonie la “convention belge de SF” qui se tient depuis les origines en Flandre, sous la houlette du club SFAN. Léodicon 1, alias Sfancon 7 se tiendra à Liège à l’été 1976, autour de quelques pointures qui ont nom John Brunner, Michel Jeury, Ian Watson ou Philippe Curval. Dans l’intervalle, Dominique Warfa a créé Between, fanzine qui se veut moderniste et collégial : il publiera le lot habituel d’auteurs amateurs, mais aussi Jean-Pierre Andrevon, des études (sur Thomas Disch), des critiques et des entretiens (Christin et Mézières autour de Valérian). Le propos est déjà plus orienté vers l’essai et la critique que dans les fanzines “bon enfant” qui rassemblaient avant tout des copains. Peut-être voit-on naître une version moderne du fandom, version qui n’a plus trop à revendiquer et peut se mettre à étudier son objet. Ce sera alors le temps de Fantaspace, d’Odyssée, puis du Phénix (1985–2003 sous forme imprimée, soit 58 numéros) de Marc Bailly et ses nombreux (et copieux) dossiers, la naissance à Mons de Séries B, l’émergence de Magie Rouge, puis de Khimaira (entre 1998 et 2004). L’histoire de ces fanzines serait trop longue : ils mériteraient une autre étude qui leur rende justice. Nous noterons en concluant combien désormais l’apparition des moyens de communications contemporains a changé la donne en matière de liens entre amateurs de littérature : sites web, blogs et forums semblent avoir pour de bon remplacé la ronéo d’antan64 !

  • 65 Citons simplement la distorsion que subit la perception des valeurs scientifiques et/ou technologiq (...)
  • 66 Goffart est peut-être un cas atypique. Juriste formé à Louvain et à Bruxelles, il sera l’un des art (...)

54L’époque “contemporaine” de notre étude peut raisonnablement voir situer son émergence vers les débuts des années 1970. Nous sommes bien entendu, à ce jour, encore et toujours partie prenante de cet ultime découpage historique. À dater de ce moment, en Belgique francophone comme ailleurs, la science-fiction va subir des accélérations, des transformations et des agitations diverses, qui ne laisseront pas toutes de traces durables, comme ailleurs également. Les zones d’intérêt du genre se diversifient ou subissent des glissements, le propos et le contenu des œuvres changent65. D’autres auteurs apparaissent. Mais peu d’entre eux, en Belgique, deviendront des “auteurs de science-fiction” : soit ils se tourneront vers d’autres expressions (le polar a la cote), soit ils ne persisteront pas, tels Vincent Goffart (1942) — dont le très dickien Jonathan à perte de temps (1975), a marqué la SF belge66 — et quelques autres. Jacques Sternberg est inamovible mais commence à se répéter, parfois, en donnant Univers zéro (1970) et ses Contes glacés (1974). Jean-Baptiste Baronian ne se contente pas de diriger les collections de “Marabout” : outre son œuvre majeure (comme Place du jeu de balle) et les polars signés Alexandre Lous, un recueil purement SF paraît en 1977 chez Opta, Le grand Chalababa. En 1976, les éditions Duculot lancent une collection pour adolescents : “Travelling sur le futur”, qui vivra jusqu’en 1981 et publiera des auteurs tels que John Christopher, Michel Grimaud ou Christian Grenier. En France, à la Libraire des Champs-Élysées, Jacques Van Herp dirigera de 1974 à 1978 la collection SF du “Masque”, qui publiera en 1977 Le Livre des étoiles, space opera de Paul Hanost. En 1975, Gaston Compère (1924–2008), qui publie la même année chez Marabout le recueil fantastique La Femme de Putiphar, qui décrochera le Prix Jean Ray, signe avec Le Fort de Gleisse un étrange récit de folie et de résistance situé au sein d’une garnison de militaires voués à la descente aux enfers dans la cruauté. On se situe dans les mêmes eaux absurdes que Buzzati, l’effroi et l’horreur en sus.

55Dans la rubrique “ces belges que l’on ignorait”, les années septante voient un auteur liégeois (un de plus) s’investir dans cette branche que l’on nomme les “juvéniles” : Philippe Ebly (Jacques Gouzou, 1920), ingénieur métallurgiste qui habite la grande banlieue liégeoise. Il a écrit dès la fin de la seconde guerre mondiale un premier roman (Sanderloz profondeur 0) qui ne sera jamais publié, une histoire de survie post-nucléaire. Ses “Conquérants de l’impossible” apparaissent en 1971 dans la “Bibliothèque Verte” avec Destination Uruapan, suivis en 1977 des “Évadés du temps”. Ebly aura réussi des séries destinées aux adolescents (“Les Patrouilleurs de l’an 4003”, plus orientés space opera, sont venus compléter son œuvre en 1984) tout en assurant une grande visibilité aux questions de tolérance et d’altérité. Dans sa première série, les personnages sont ainsi Serge, un jeune Français, Xolotl, un amérindien, Thibaut, qui vient du xiie siècle, et une fille, Souhi, issue quant à elle de notre avenir. Les thèmes choisis, qui utilisent plus souvent qu’à leur tour les moyens du voyage temporel ou de l’univers parallèle, lui ont également permis d’unir ses deux passions, l’histoire et la science-fiction.

56On a vu comment l’édition belge (André Gérard) élève alors un monument à Rosny Aîné : le gros volume de Récits de science-fiction (1973) — qui contient d’ailleurs pas mal de Fantastique, ou du moins de textes aux marges. Autant pour les frontières. L’année suivante, en 1974, Jacques Van Herp endosse son costume d’érudit pour donner son grand œuvre (à peu près en même temps que le font Pierre Versins et Jacques Sadoul), une étude des thèmes, des genres, des écoles de la science-fiction (souvent ancienne), sous le titre Panorama de la science-fiction. Une mine, alors, de titres et de noms peu connus. Par ailleurs, on peut voir passer quelques séries Z, comme Le gadget de l’apocalypse (1978) de Yves Varende, ancien rédac’chef de “Spirou” sous son nom de Thierry Martens (1942–2011). Mais un nouveau nom apparaît en 1979 au catalogue de la collection “Anticipation”, après Vandel et Randa : Christopher Storck. Nous avons déjà croisé sous le nom de Benoît Becker ce réel polygraphe : reporter (il a couvert les événements du Congo pour le quotidien liégeois “La Meuse”) sous son nom de Stéphane Jourat (en fait Jouravleff, 1924–1995), il aura utilisé un grand nombre de pseudonymes (parfois collectifs comme Becker ou Marc Avril dans le domaine de l’espionnage, qu’il partageait avec José-André Lacour). Storck est sans doute l’un de nos derniers auteurs héritiers en droite ligne du roman populaire, au même titre que G.J. Arnaud en France, ou Alain le Bussy quelques années plus tard.

57Ces années septante auraient également pu voir naître une “génération”, voire une “école” de SF belge : le début de la décennie est animé de groupes actifs tant dans le fandom que parallèlement à celui-ci (que certains jugent alors quelque peu sclérosé — il faut que jeunesse se passe…). La parution d’une anthologie exclusivement consacrée à la science-fiction belge tend même à faire office de manifeste : il s’agit d’une publication de Bernard Goorden, alors très entreprenant, autour de la collection qu’il a fondée en 1974 (“Ides… et autres”) : Antan en emporte le temps. Publiée en 1977, cette sorte de Futurs au présent avant la lettre aurait pu constituer un déclic : elle rassemblait la plupart des jeunes auteurs qui agitaient alors le champ science-fictif belge. Déterminer pourquoi aucun relais n’a réellement permis à ces écrivains-là de persister (alors que d’autres sont apparus et ont connu un certain succès) demanderait une analyse parallèle. Certains d’entre eux méritaient pourtant une plus large audience, et on songera à des talents tels qu’Henri Wesoly (1949 — avec son étonnante uchronie bruxelloise nourrie du Quatuor d’Alexandrie de Durrell, “C’est la lutte finale…”), Claude Bastin ou Jean-Marie Thores.

  • 67 Type de fanzine parfois dénommé egozine, ce qui ne nécessite sans doute aucune définition supplémen (...)
  • 68 Voir l’URL : http://www.idesetautres.be/.

58Véritable phénomène de ce que l’on nomme parfois la “small press”, “Ides… et autres” a produit tous azimuts dès les années septante, et dans pas mal de genres différents, de la SF au polar, tantôt des recueils, tantôt des essais, tantôt des bibliographies, parfois même des romans. Parfois mal comprise de certains fans de SF plus proches de la tradition du personalzine67, cette “petite entreprise” a très vite été publiée à l’enseigne des éditions Recto-Verso, et a évolué de la ronéo agrafée au livre massicoté, dos carré et couverture pelliculée. La série principale compte plus de 75 volumes, et la série “hors-commerce”, 79. C’est au sein de cette dernière que Bernard Goorden a exhumé des titres que nous avons croisé au début de cette étude, ceux de Delmotte, Pasquier, Gilkin ou Thylienne. Tout ceci sans compter les travaux bibliographiques et les rééditions petit format des anciens volumes. À l’origine essentiellement dédiée à la découverte des “autres” SF (son animateur est traducteur de formation), l’entreprise a malheureusement pâti de conditions de production difficiles (et d’acharnement administratif chez les fonctionnaires de la TVA ou des Douanes) et les collections se sont arrêtées en 1994 et 1998 (pour les HC). Bernard Goorden a néanmoins réapparu voici peu par le biais d’un site web, avatar moderne du fanzinat pour certains acharnés68. Ses anciennes productions y sont pour certaines téléchargeables, aux côtés de travaux ou d’exhumations inédits.

8. Cinquième époque : vers l’autre millénaire… et au-delà

  • 69 En ce sens, le lien si évident de la Belgique francophone avec la France est bien loin de constitue (...)

59Lorsque s’ouvrent les années quatre-vingt, on cherche encore les auteurs belges de SF capables de construire une œuvre conséquente et cohérente. Certes la tâche est parfois longue et ingrate, car alors les supports (et donc les possibilités d’édition) fluctuent eux aussi69. Et ce sont à nouveau — ainsi qu’on l’a déjà vu — des créateurs situés totalement hors champ qui donnent quelques œuvres d’intérêt : Jacques Crickillon (1940) qui obtient le prix Rossel en 1980 avec le superbe recueil Supra-Coronada, Charles Bertin (1919–2002) qui arpente dans Les Jardins du désert (1981, prix Jules Verne de l’Académie de Nantes en 1982 !) les terres de la dystopie post-apocalyptique sur une île méditerranéenne après le “Grand Éclair”, ou Dominique Rolin (1913), dont l’œuvre tourne autour de ce « vieux salopard que l’humanité adule », le Temps, et qui signe Le Gâteau des morts en 1982. Citons encore le Gaumais Guy Denis (1942), avec Une phrase pour Orphée (1981) ou André-Joseph Dubois (1946) et sa Troisième Guerre Mondiale issue du Secret de l’espadon de Jacobs (Celui qui aimait le monde, 1983) ! Au Fleuve Noir, Philippe Randa (Philippe-André Duquesne, 1960) succède à son père : outre la question de l’appartenance plus que ténue de l’intéressé à notre corpus (né dans le Loiret, il n’a plus grand rapport avec le pays d’origine de Peter Randa), nous passerons rapidement et charitablement sur un imaginaire qui exacerbe les idées réactionnaires présentes chez son géniteur jusqu’à verser pleinement dans une ardeur d’extrême-droite. Philippe Randa fut membre du PFN, et après s’être éloigné de la littérature populaire, il s’est reconverti en libraire et éditeur au service d’essais ou de documents extraits des égouts parisiens. Décidément, non, la science-fiction française n’abritait pas que des gauchistes !

  • 70 Ne trouvant aucun financement sur place, ce groupe de Liégeois verra Intervalles publiée par les so (...)

60Frank Andriat (1958) publie en 1980 chez Glénat Juridiction Zéro, en collaboration avec le scénariste de bande dessinée Jean-Claude Smit le Bénédicte, alias Mythic : c’est le début d’une série, rééditée au Fleuve Noir en 1998 (Les Légions du néant), qu’on a pu qualifier de mélange entre univers imaginaires (l’archipel de la Féerlande, dont l’aspect varie suivant les récits) et enquêtes de l’étrange à la X-Files. Andriat, qui a écrit bien d’autres choses dans d’autres domaines, est également l’auteur de quelques nouvelles éparses, entre Magie Rouge et Phénix. Jacques Thomas-Bilstein (1950) saupoudre quelques contes dans des fanzines et publie localement, à compte d’auteur, et donc petitement (on citera Mystères dans la savane en 1984). Il se reconvertira plus tard dans l’écriture de contes pour jeunes, au sein de la maison Hemma. Denoël sort en 1988 les 188 contes à régler de Jacques Sternberg — qui, avouons-le, n’ajoutent rien à sa gloire. Quelques auteurs vaccinés à la SF s’illustrent dans le texte court mais sans s’imposer réellement, faute de recueils ou de passage à la longue distance (Claude Bastin, Richard Martin et sa prose toute bradburyenne… — ce sont alors les débuts de Serge Delsemme). Quelques fans rescapés de Between, associés à de nouvelles têtes, fondent le “Groupe Phi” en espérant fédérer les énergies créatrices autour des imaginaires. Le groupe publiera deux numéros d’une revue/anthologie intitulée Intervalles, dont le premier numéro publiera “Le Cycle de l’eau” de Delsemme70. José Moinaut (1937–2008) réussit à publier quelques nouvelles ici et là, avant de les recueillir dans sa Chronique de l’ère du C.H.A.T. (1988) Un certain nombre d’écrivains remuants dans le fandom choisissent l’autoédition, comme Luc Spirlet (malheureusement nourri d’un trop grand intérêt envers la scientologie), Claude Dumont ou Alain le Bussy. Face au vide “officiel” qui marque alors la science-fiction belge (disparition des collections “Marabout”, absence de relais et stérilité culturelle ambiante envers les littératures de genre) ainsi qu’à la récession de l’édition spécialisée française, les pas des écrivains se portent parfois fort loin : jusqu’au Québec. C’est le cas du signataire de ces lignes comme de la vraie révélation de ces années quatre-vingt : Alain Dartevelle (1951).

61En peu d’années, quelques nouvelles et une poignée de romans, ce dynamiteur de stéréotypes réussit alors à pénétrer le “milieu” SF (y compris français), et à participer à ce redéploiement francophone qui intègre Suisse et Québec. Universitaire, Alain Dartevelle est licencié en journalisme et communications sociales, ainsi qu’en sciences politiques. Il est fonctionnaire. Mais il est surtout poussé par un besoin irrépressible de coucher sur le papier ce qui se bouscule en lui. Et il a choisi la science-fiction, la plus apte à accueillir ses délires quand il ne cesse de la contester. Il considère en effet qu’aucun genre n’est sacré et qu’il faut briser toutes les structures coercitives. Dès ses premières publications, il commence à compter : c’est un auteur majeur. Ses livres ont ceci de particulier qu’ils ne se ressemblent jamais tout en balisant les mêmes obsessions ! Il a abordé la métamorphose animale dans Borg ou l’agonie d’un monstre (1983), mais ce monstre-là était surtout figure du pouvoir. L’univers virtuel de Script (1989) jouait de la représentation et des images qui nous inondent, et à nouveau le pouvoir était là, via le simulacre. Les mauvais rêves de Marthe (1989) voulait approfondir cet univers, tout en constituant un détournement joyeux des romans pour adolescentes du siècle dernier. Et si Océan Noir (1990), s’affirme ouvertement récit pour “jeunes”, ses préoccupations invoquent encore les images (une cité s’y nomme Bioscopolis) : le livre nous dit que nous ne voyons jamais ce que nous croyons voir. Il faut encore citer Imago (1994) et son univers tyrannique sous la férule d’un Freud souverain d’un monde figé, Duplex (1999) et son faux univers d’espionnage prétexte à explorer la question du double, ou l’omnibus regroupant trois de ses livres, paru en 2000 à La Renaissance du Livre, et qui contient un inédit : La Chasse au spectre. S’adonnant aussi bien à la littérature pour adolescents (il écrira pour l’abbaye d’Averbode, renouant avec une tradition qui remonte à Jean Ray), il verra paraître en 2001 son premier recueil, Terrestrial parade. Découvert grâce à la nouvelle “Décès dans la cité d’avenir” (1984), il donnera au fil des ans un nombre conséquent de textes courts, investissant peu à peu tous les supports possibles, en Belgique, en France ou au Québec. Un autre recueil en reprend quelques-uns, dont le remarquable “Fictif K. Dick”, en 2006 : Treize fois moi. La SF de Dartevelle, hors normes, distanciée, satirique, détournée, nous ramène insensiblement aux grandes œuvres qui ont fait l’histoire du genre et qui ont trempé leur ligne dans les mêmes eaux : Sheckley, Dick, Jeury… Pas si mal.

  • 71 Parfois tout aussi anciennes, ce qui tend à prouver que la plume affutée l’était depuis un certain (...)

62Les dernières années du xxe siècle s’ouvrent sur des retours à l’écriture et des développements d’œuvres en gestation. L’apparition d’Alain Dartevelle est certes un beau symbole pour cette période, mais également la parution en 1992 au sein de la mythique collection “Anticipation” du Fleuve Noir, et ce après Vandel, Randa ou Storck, du premier roman professionnel d’Alain le Bussy (1947–2010). D’entrée de jeu, l’horizon d’attente du public visé par le Liégeois est comblé : Deltas obtient l’année suivante le prix Rosny Aîné à la convention d’Orléans. Les lecteurs suivent avec empressement un auteur qui peut se permettre d’aligner les titres comme au rythme d’un métronome : il a beaucoup écrit durant ses années faniques, sans toujours montrer ses œuvres ou alors à un très petit comité (Quête impériale, paru en 1994 au Fleuve Noir, a été écrit en 1972). Ses pairs ne s’y trompent pas non plus : voilà quelqu’un qui a su profiter de son activité fanique pour aiguiser sa plume. S’il ressort parfois des nouvelles anciennes qui auraient pu demeurer au tiroir, d’autres71 font mouche et ne trompent pas, entre autres, les jurés du prix Septième Continent, décerné au Québec, distinction qu’Alain le Bussy se voit attribuer à deux reprises, en 1992 et 1995. La même année, il est désigné Best European Author à la convention européenne de Glasgow. Plus récemment, il récoltait en 2008 une Mention Spéciale au Prix UPC (Universitat Politècnica de Catalunya) pour la nouvelle “Les fleurs de Vlau”.

63Au total, jusqu’à son décès fin 2010, il aura engendré plus de deux cents nouvelles et une bonne centaine de romans. Comme Dartevelle, c’est un universitaire, formé aux sciences politiques et sociales. Ces préoccupations sont apparentes dans nombre de romans, dont Deltas, qui bien que publiés dans des collections populaires, n’occultent pas la réalité sociale des mondes décrits. La SF et la Fantasy sont partie prenante de la vie d’Alain le Bussy depuis les années soixante, au travers de ses lectures (d’auteurs américains en premier lieu) et via la découverte du fandom (rappelons qu’il a créé son fanzine, Xuensè, en 1970), dont il a conservé l’esprit potache tant le pastiche et le clin d’œil semblent consubstantiels à son œuvre — même la plus sérieuse. Par la productivité et la rapidité d’écriture (l’écriture d’un roman destiné au Fleuve Noir ne lui a jamais pris plus de cinq ou six week-ends !), on a pu voir en lui pour la SF belge l’équivalent d’un Simenon : Alain le Bussy écrivait sans arrêt, et si son écriture s’en est fatalement parfois ressentie, il prétendait que revenir sur un texte, fût-ce pour l’améliorer, ne l’intéressait pas. Alain le Bussy était sans nul doute un authentique écrivain populaire.

64Parmi les nouvellistes qui émergent durant la fin du xxe siècle, on ne peut manquer d’épingler l’un de ceux qui sut être actif, réputé, admiré de ses pairs, et pourtant relativement peu productif, Serge Delsemme (Serge Crouquet, 1954–2000). En 1996, cet avocat de formation, fan de longue date et impénitent animateur de conventions, obtint le prix Rosny Aîné de la nouvelle pour “Voyage organisé”, et le prix Infini (du nom de l’association professionnelle de la SF francophone) pour “La mer, à Ostende”. Il écrit alors depuis une vingtaine d’années, du moins dans le domaine de la SF, ayant croisé la route de nombreux amateurs du genre lors de la convention de Liège en 1976. Il fréquentera jusqu’à la fin ce milieu dont il aimait la “manière de vivre” autant que la pratique littéraire, tout en écrivant des textes ciselés et savamment distillés : une vingtaine au total. Il oscillait entre la noirceur désespérée qui offrait des textes d’un fantastique obscur et un humour décalé qui l’amena un temps à sévir en compagnie d’Yves Frémion dans Fluide Glacial. Dans les dernières années du siècle, Serge Delsemme est de toutes les revues littéraires actives : CyberDreams, Bifrost, Ténèbres ou Galaxies. Sa science-fiction peut être une anthropologie douce-amère à la Michael Bishop (“Le cycle de l’eau”, 1981) comme une méticuleuse uchronie, à laquelle il consacrait son premier roman inachevé (L’étau des persiennes, inédit). L’une de ses nouvelles, “Les Mercedes s’arrêtent la nuit”, a été publiée en 2006 encore, en annexe d’un roman d’Alain le Bussy (Colocta, appartenant au cycle d’Aqualia). Delsemme a concurremment donné nombre d’articles critiques et d’approches théoriques, dont une belle postface (“Le Livre Ultime”) au roman de Pierre Pelot, Le Sourire des crabes (rééd. 1996).

  • 72 Voir URL : http://engdep1.philo.ulg.ac.be/MotAMot/index.html.

65Il convient de citer quelques noms qui soit sont passés trop rapidement dans le domaine, soit ont donné quelques textes faisant office d’autant de promesses pour l’avenir. Parmi les romanciers du sérail SF, Christophe Kauffman (1968) a donné deux titres au Fleuve Noir (encore un Belge, après Alain le Bussy) : Nickel le petit (1994) et Jalin Ka (1994). Collaborateur régulier de Phénix, il signe avec ces deux romans une fantasy dépeignant une Terre ruinée qui attend son messie, ou une quête d’étranges lutins venant sauver l’humanité de la peste. Il a également publié une pièce de théâtre sur un site de publication en ligne, Mot@Mot, hébergé par l’Université de Liège72. Quant à Christophe Corthouts (1970), également proche de Phénix (et de SF Magazine), il fut traducteur, anthologiste (s’intéressant par exemple à Graham Masterton) et essayiste (Star Wars, les coulisses d’un mythe, 1997). Comme romancier, on lui connaît Virtual World (1997, histoire de parc d’attractions virtuel), www.meurtres.com (1998), Le Syndrome Chronos (1999, thriller du genre “complotite aiguë”), ou L’orgue de Leonardo (2000), thriller fantastique et ésotérique, où Vinci a travaillé sur un orgue aux pouvoirs étonnants. Plus récemment, Corthouts s’est mis à collaborer avec Henri Vernes ! Parmi les nouvellistes qui ne sont pas passés au roman, pointons Dominique Warfa (Thierry Stekke, 1954, une quarantaine de publications depuis 1975, sans compter une longue production critique…), Anne Smulders (1962, une poignée de textes surtout dans les années 90), Thierry Chantraine (1960, éditeur du fanzine Gamète et auteur d’une belle nouvelle dans Galaxies, “Code Chromosome”, en 2002), Christo Datso (1958, psychologue, consultant en informatique et auteur de la très belle “Isobel et le jeu du ruban”, dans Hyperfuturs en 2000) ou Sara Doke (1968, essentiellement traductrice, qui a signé quelques nouvelles dont la dernière à ce jour, “L’Enfant sans nom” est parue dans Fiction en 2011).

66Les éditeurs, qui paraissaient devenus frileux au regard des littératures de genre depuis les retraits de “Marabout” et Casterman, se réveillent soudain en 2000 : sous la direction littéraire de Jacques Mercier, La Renaissance du Livre crée une collection dédiée à de petits omnibus, ou des fragments d’œuvres complètes, et l’intitule “Les maîtres de l’imaginaire”. Le catalogue comptera douze titres et mélangera hardiment polar, fantastique et science-fiction. Mais ces beaux livres rééditeront Owen, Dartevelle (avec un inédit), Steeman, Adamek, Baronian, Vernes, Sternberg, Muno, Crickillon, Ray ou Anne Richter, cette dernière, comme Baronian, se voyant offrir une place à un essai (Le fantastique féminin, un art sauvage). À ce jour, cette série hélas arrêtée constitue la dernière tentative structurée de l’édition belge dans les domaines de l’imaginaire. On ne peut que le regretter, d’autant que le directeur littéraire avait montré de l’intérêt pour la compilation d’une anthologie de science-fiction ! On notera également que Jacques Mercier (1943), par ailleurs homme de radio, de télévision, poète et grand défenseur de la langue, est lui-même à la tête d’une belle œuvre littéraire qui comporte au moins un élément de pure science-fiction : L’année 13 (1998). C’est le récit d’une initiation dans un monde qui balance entre utopie et dystopie, une belle transformation pour un auteur dont l’univers de la SF n’avait jusqu’alors pas été le quotidien ! Jacques Mercier a par ailleurs collaboré à Magie Rouge et Phénix.

  • 73 Un test grandeur nature de psychologie expérimentale quant aux rôles assumés de gardiens et de pris (...)

67Peut-on passer sous silence le fait qu’Amélie Nothomb (Fabienne Nothomb, 1967) s’est approchée à plusieurs reprises des littératures de genre et en particulier de la science-fiction ? Il suffit de relire Péplum (1996), “autobiographie d’anticipation”, dans lequel la narratrice hospitalisée se réveille 585 ans après sa narcose. Il s’agit d’un dialogue, qui voit passer la question des ressources du globe, la politique et son évolution ou encore la philosophie. Acide sulfurique (2005) met en scène une société déshumanisée, une sorte de dystopie avilissante dans laquelle on tourne de la téléréalité dans des camps de concentration : le motif traverse une bonne part de la science-fiction moderne, entre jeux du cirque revisités (la chasse à l’homme rendue célèbre par Robert Sheckley dans La Septième victime, 1953, et souvent déclinée par le cinéma) et univers concentrationnaire au quotidien (les sociétés mises en scène par Philip K. Dick). Nothomb n’est pas non plus très loin de la célèbre expérience de Philip Zimbardo (Stanford, 197173).

68En 1995, Moi qui n’ai pas connu les hommes de Jacqueline Harpman (1929) décrit le sort de femmes soudain confrontées au monde extérieur après avoir été détenues dans une sorte de cage durant des années. Dans ce monde, elles sont seules, l’humanité ayant été décimée, elles errent sur une immense plaine. Il y a d’autres cages, avec d’autres femmes, mais qui sont, elles, toutes mortes. Une enfant raconte, se fait le chroniqueur de cet univers, aussi bien que du passé qu’elle n’a pas connu. Peu à peu, la vieillesse et la maladie vont, à leur tour, décimer les survivantes. Seule demeurera la “petite”, devenue adolescente. À nouveau, un univers concentrationnaire — mais se situe-t-il sur Terre ?

69Le monde décrit chez Harpmann est également celui d’une forme d’apocalypse, comme celui de La Grande nuit (2003) d’André-Marcel Adamek (1946). Malek et Marie visitent une grotte lorsqu’une catastrophe de nature imprécise se produit dehors. Ils survivent, ils ressortent, ils retrouvent d’autres survivants (un peu comme les compagnons d’Emmanuel dans le Malevil de Robert Merle) : la grande nuit s’est abattue sur le monde, qu’il faudra reconstruire, reconquérir, réorganiser en société. Adamek se montre souvent bien plus macabre (voire gore ?) que Merle, les sentiments n’ont plus cours là où on lutte pour survivre, et la mesquinerie réapparaît lorsque la survie semble assurée. L’homme, ici, se montre tel qu’il est : un prédateur.

70Le dernier Liégeois abordé ici sera Jean-Claude Bologne (1956). Tour à tour journaliste, romancier, essayiste, enseignant, il est issu d’une famille qui a compté dans le monde de l’enseignement liégeois. Installé à Paris depuis 1982, il ne cesse d’écrire, de l’histoire au roman. Ainsi, il rejoint en 1992 le groupe de la Nouvelle Fiction et donne quelques apocryphes holmésiens qui nous intéressent par leur côté quasi steampunk : dans Le Chanteur d’âme (1997), un vase enfoui depuis deux mille ans révèle, gravé dans l’argile par un procédé que seul Charles Cros peut expliquer à Holmes, la voix du Christ ! L’auteur y reviendra dans Le Testament de sable (2001). Le dernier roman de Bologne, L’Ange des larmes (2010), a figuré dans les listes du prix Rosny pour son caractère de quasi thriller mystique (c’est quand même une histoire d’anges) et sa place au cœur de l’histoire secrète (une machination visant la Troisième République). À nouveau, on y rencontre un styliste hors pair, même si le récit laisse dans l’ombre trop de motivations et de protagonistes. Jean-Claude Bologne figure encore en 2009 au sommaire de l’anthologie Dragons parue chez Calmann-Lévy, et se voit cité dans les guides de lecture (chez Folio-SF) de Francis Valéry pour la SF (Le chanteur d’âme) et de Francis Berthelot pour les “transfictions” (Le Dit des béguines, 1993).

9. Ultime période : mais pourquoi s’arrêter ?

71Aborder les époques les plus contemporaines au sein d’une étude historique est toujours d’une certaine difficulté : comme on peut s’en douter, le tri est difficile, voire téméraire, lorsque le temps n’a pas délayé l’ensemble. Car citer tout et tous est une entreprise souvent vouée à l’échec, l’exhaustivité ne cessant de reculer, les œuvres médiocres se voyant hissées à l’égal des chefs-d’œuvre. Néanmoins, on ne saurait quitter l’histoire de la science-fiction belge de langue française sans laisser entrevoir des noms tels que celui de Bernard Quiriny (1978) avec l’uchronie féministe matinée de dictature des Assoiffées (2010), ou celui de Thomas Gunzig (1970) et de ses textes décalés à l’humour noir, parmi lesquels il faut citer Mort d’un parfait bilingue (2001, prix Rossel), et ses militaires dont les exactions sont retransmises quotidiennement comme de la variété, ou le recueil Le plus petit zoo du monde (2003), tous deux au Diable Vauvert. Xavier Deutsch (1965) partage son grand talent entre adultes et adolescents. Il donne de très beaux livres dont quelques-uns qui flirtent avec notre domaine : La Belle étoile (2002) et son apocalypse créée par le déferlement de millions de chiens qui repoussent les humains devant eux, ou De l’univers (2005), voyage vers le Pôle, vers des terres vierges, des peuples inconnus. Dans La Petite sœur du bon dieu, publié en 1995 à L’école des loisirs, il avait mis en scène Lola, une gamine chargée par les services secrets d’empêcher la dix-huitième guerre mondiale !

72Parmi les auteurs les plus récents, il en est au moins deux à mettre en avant. Christian Simon (1973) a publié quelques nouvelles dans des supports aussi divers que Khimaira, Black Mamba ou… Lanfeust Mag (mais qu’importe le support : “Vizz”, la nouvelle publiée, a été finaliste du prix Rosny 2005 !). Il est également scénariste de bandes dessinées (La marque du démon, 2004, ou Awrath, 2009–2010, avec Fuat Erkol) et il écrit pour la jeunesse, entre autres Brûlot le dragonneau, avec Valérie Frances, paru en 2011. Enfin (du moins pour l’instant), il ne dédaigne pas l’exercice de la critique, qu’il pratiqua dans Khimaira. Philippe Bastin (1958) est l’auteur d’un très beau recueil publié en 2010 par La Clef d’Argent : Mitochondries. Sa manière d’aborder l’anticipation scientifique est proche de l’horreur, comme chez certains auteurs américains. Ici, il s’agit surtout de soi-disant miracles que la techno-science prétend pouvoir accomplir dans le domaine du dépassement des limites de l’être humain, avec application directe au monde du sport de haut niveau. Évidemment, on ne joue pas impunément avec la cytologie et les questions de liaisons cellulaires…

73On demande parfois, parce qu’un grand nombre de noms semble provenir de la même région, s’il existe une “école liégeoise” en matière de SF belge. Des convergences, certes, nouées autour d’une cristallisation sociale de la SF : son fandom. Au milieu des années septante, l’Université semble découvrir les “paralittératures” et cet intérêt tout neuf captive de nouveaux fans qui la fréquentent alors : Serge Delsemme, Dominique Warfa. En Belgique, on l’a vu, la première convention de SF en terre wallonne a lieu à Liège en 1976, sous la houlette de Léon Mormont. On peut croire qu’un semblant de mouvement est né. Claude Dumont avait créé Cosmorama à Liège. Les conférences et colloques du Cercle Interfacultaire de Littérature rassembleront le Bussy, Mormont, Warfa, Delsemme, autour de Christian Delcourt et de la revue Écritures. Plus tard, la convention nationale française viendra quelques fois s’installer en terre principautaire. Plusieurs fans iront du fanzine à l’écriture dite “professionnelle” : ceux qui firent Xuensè, Between, ou Gamète. Éclos ou cultivés à Liège, les Dartevelle, Smulders, Kaufmann, Corthouts, Chantraine, Philippe Bastin ou Christian Simon… Peut-être tous ceux-là ont-ils sans trop le vouloir développé une manière d’école liégeoise, mais un lieu ouvert en ce cas, un lieu dépourvu de centre, où les natifs du cru côtoient montois ou bruxellois. Bien présente dans certains de leurs textes, Liège est devenue littérairement terre d’uchronie, sort joliment symbolique pour un terreau aussi chargé d’Histoire. Et c’est dans la région liégeoise qu’a germé en 1983, grâce à Jean-Marie Graitson, le projet fou de créer une bibliothèque des paralittératures, le Centre Stanislas-André Steeman de Chaudfontaine. Bibliothèque, centre de documentation, médiathèque via son grand intérêt envers le cinéma, cette institution qui se nomme désormais “Bibliothèque des Littératures d’Aventures” n’a cessé depuis d’organiser expositions, colloques, séminaires, de publier nombre d’ouvrages de haut vol consacrés à ses différents domaines, de Stephen King à Maigret, sans compter de très nécessaires Cahiers des Paralittératures. On ne compte plus les chercheurs qui sont passés par Chaudfontaine, de Jacques Goimard à Jean Marigny ou Gilles Menegaldo.

  • 74 Raymond Trousson, depuis 1979, est également académicien.
  • 75 Éric Vial en a dit ceci : « La postface dit que ce n’est pas de la SF, mais souligne que ce n’est p (...)

74Pour s’en aller doucement à la conclusion, nous avons vu que la très respectable Académie Royale de Langue et de Littérature n’a jamais rechigné face à l’accueil et à la reconnaissance des œuvres de ses membres qui comportent de grands pans d’imaginaire, de fantastique, de science-fiction. Parmi ses membres fondateurs figuraient Georges Eekhoud, Iwan Gilkin ou Gustave Vanzype. Y ont eu leur fauteuil Charles Bertin, Jean Muno, Pierre Nothomb, Thomas Owen, Hubert Stiernet, ou Horace Van Offel. En juin 2011, figurent parmi les académiciens en exercice un certain nombre de noms qui figurent dans notre corpus, et dont nous avons commenté les œuvres : Jean-Baptiste Baronian y siège depuis 2002, occupant le fauteuil de Thomas Owen, qui lui-même avait repris celui d’Hubert Stiernet. Nous venons de citer Jean-Claude Bologne, élu le 9 avril 2011. On y croise Jacques Crickillon, Dominique Rolin ou Guy Vaes. De même, après beaucoup d’hésitation, l’institution universitaire a rangé la science-fiction parmi les objets d’études dignes d’intérêt. Les chercheurs courent aux colloques de Chaudfontaine, les mémoires et les thèses ne se comptent plus dans les alma mater francophones. Un respectable philosophe tel que Gilbert Hottois (1946), spécialiste il est vrai de l’éthique des techno-sciences, sujet science-fictif s’il en est, ne dédaigne pas quelques promenades en terre de SF. Après avoir dirigé en 1985 un numéro de la Revue de l’Université de Bruxelles consacré au thème “science-fiction et fiction spéculative”, il a récidivé en 2000 par la coordination d’un ouvrage collectif intitulé Philosophie et science-fiction. Il a en outre signé en 2002 Species technica, ouvrage qui voit se répondre un récit qualifié de “fiction spéculative”, Le signe et la technique, qui date de 1984, et un commentaire dialogué qui se situe dans la plus pure lignée de la philosophie utopique. Certains l’ont situé entre Francis Bacon et Stanislaw Lem… Hottois n’est d’ailleurs pas le premier universitaire de haut vol à s’intéresser à notre domaine : Raymond Trousson (1936), spécialiste (entre autres) du xviiie siècle et des littératures comparées, a donné en 1975 une somme consacrée à l’utopie, Voyages aux pays de nulle part. Plusieurs essais approfondiront le thème, jusqu’à une étude de 2003 sur la place et la fonction des sciences dans les utopies et dystopies (Sciences, techniques et utopies. Du paradis à l’enfer)74. Isabelle Stengers, qui collabora avec Ilya Prigogine et a travaillé le champ de la philosophie des sciences, donna en 2001 La guerre des sciences aura-t-elle lieu ?, sous-titré “scientifiction” : il s’agit d’une vision romancée de la querelle entre Newton et Leibniz75.

  • 76 Il faut préciser que Nicolas Ancion est le fils de Jacques Ancion, fondateur du théâtre de marionne (...)

75Et maintenant ? Les traditions semblent respectées : il y a toujours autant de Liégeois. Il aurait également fallu citer la fantasy de Rose Berryl (1982) ou de Pierre Efratas (1951), les nouvelles d’Éric Dejaeger (1958), les romans de Patrick Delperdange (1960), l’étrange Philippe Dumont (1954), les deux romans de SF de Vincent Gallaix (alias Jacques Acar, 1937–1976), les juveniles de Thomas Lavachery (1966) ; citer Ilka Legrand (1902- ?), Red Port (Gérard Prévot, 1921–1975), Adam Possamai (1970, révélé dans Xuensè et professeur de sociologie à l’Université de Sidney !), ou Patrick Verlinden. Plus que tout autre peut-être, la science-fiction belge paraît perpétuellement fascinée par la question du Temps (certains y voient la trace en creux d’un pays sans Histoire), question que nous avons croisée à de nombreuses reprises. De nos jours, des auteurs tels que Thomas Gunzig ou Nicolas Ancion (1971) manipulent consciemment et d’une manière particulièrement ludique les codes des littératures de genre. Gunzig joue avec le gore dans 10 000 litres d’horreur pure : Modeste contribution à une sous-culture (2007), qui est bel et bien le lieu d’un hommage. Ancion met en scène des peluches parlantes qui se livrent à des massacres à la mitraillette face à des pingouins mafieux (Écrivain cherche place concierge, 1998), et intitule Nous sommes tous des playmobiles son dernier recueil (2007). À tout le moins, dans cette relecture de la littérature populaire, passe beaucoup de dérision76. Mais n’est-ce pas le propre de l’esprit belge ?

Bibliographie

Anthologies

Goorden, Bernard (dir.). 1977. Antan en emporte le temps. Bruxelles : Recto-Verso. Coll. « Ides… et autres », no 22.

le Bussy, Alain (dir.). 1992. Les Voix du Nord. Coéditeur Claude Dumont (Octa spécial août 92). Esneux : Xuensè, Août 1992. Spécial no 10.

Lysøe, Éric (dir.). 2003. Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange.Tome 1, 1830–1887. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe. Bruxelles : Éditions Labor. Coll. « Espace Nord – Repères », no 1.

Lysøe, Éric (dir.). 2003. Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange.Tome 2, 1887–1914. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe. Bruxelles : Éditions Labor. Coll. « Espace Nord – Repères », no 2.

Lysøe, Éric (dir.). 2005. Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange.Tome 3, 1914–1945. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe. Bruxelles : Éditions Labor. Coll. « Espace Nord – Références », no 210.

Lysøe, Éric (dir.). 2010. La Belgique de l’étrange. 1945–2000 [Tome IV]. Nouvelles fantastiques réunies par Éric Lysøe. Bruxelles : Éditions Luc Pire. Coll. « Espace Nord », no 299.

Bibliographies

Delmas Henri et Julian Alain. 1985. Le Rayon SF, catalogue bibliographique de science-fiction. 2e édition. Toulouse : Éditions Milan. (1re édition 1983).

Hermans, Willy. 1989. Petit dictionnaire des auteurs belges de littérature policière. Liège : Version Originale.

L’hoest, Christian. 1988. Littérature de science-fiction et bibliothèques publiques. Liège : Éditions du C.L.P.C.F.

Spehner, Norbert. 1988. Écrits sur la science-fiction. Longueuil (Québec) : Le Préambule. Coll. « Études et références ».

Catalogues

33 ans de Bob Morane. 1986. Mons : Séries B.

Hesse, Danny. 1995. Au nord de nulle-part. Littérature SF en Belgique francophone. Catalogue. Bruxelles : Promotion des Lettres belges de Langue française.

Essais

Canvat, Karl. 1991. La Science-fiction, vade-mecum du professeur de français. Bruxelles : Didier Hatier. Coll. « Séquences ».

Gallart Rémy et Saint-Martin Francis. 2007. Bob Morane, profession aventurier. Paris/Amiens : Société d’Edition Les Belles Lettres / Encrage Édition. Coll. « Travaux », no 51.

Goorden, Bernard. [1978]. S.F., Fantastique et ateliers créatifs. Bruxelles : Ministère de la Culture française. Coll. « Cahiers JEB », 3/78.

Huftier, Arnaud. 2004. L’impossible traduction : le fantastique belge d’expression néerlandaise. Geraardsbergen : De Tijdlijn. Coll. « La ligne du temps », Hors série no 3.

Olivier-Martin, Yves. 1980. Histoire du roman populaire en France : de 1840 à 1980. Paris : Albin-Michel.

Quaghebeur, Marc. 1998. Balises pour l’histoire des lettres belges. [Bruxelles] : Editions Labor. Coll. « Espace Nord », no 150.

Quaghebeur Marc et Spinette Alberte. 1982. Alphabet des lettres belges de langue française. Bruxelles : Association pour la promotion des Lettres belges de langue française.

Sadoul, Jacques. 1984. Histoire de la science-fiction moderne (1911–1984). Paris : Éditions Robert Laffont. (1ère édition, Albin Michel, 1973).

Van Herp, Jacques. 1996. Panorama de la science-fiction. Les thèmes, les genres, les écoles, les auteurs. Bruxelles : Claude Lefrancq Éditeur. Coll. « Volumes ». (1ère édition, André Gérard, 1974. En poche, Marabout-Université, 1976).

Versins, Pierre. 1972. Encyclopédie de l’utopie, des voyages extraordinaires et de la science fiction. Lausanne : Éditions l’Age d’Homme.

Études

Andrevon, Jean-Pierre. 1978. « Jean-Gaston Vandel, écrivain progressiste ». In Alerte ! Septembre 1978, no 3. Yverdon : Kesselring, p. 113–133.

Bailly, Marc. 1990. « Préface ». In Imagine… Décembre 1990, no 54, La SF en Belgique. Trois-Rivières (QC) : Les Imaginoïdes, p. 9–10.

Bertin, Charles. 1982. Ostende dans l’œuvre de Marcel Thiry. [En ligne]. Bruxelles : Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Disponible sur <http://www.arllfb.be/ebibliotheque/communications/bertin31982.pdf>.

Bourdieu, Pierre. 1985. « Existe-t-il une littérature belge ? ». In Études de lettres. 1985, 207 (1985/4), Mélange pour Enrico Castelnuovo. Lausanne : Faculté de Lettres de l’Université de Lausanne, p. 3–6.

Dirckx, Paul. 1990. « Marcel Thiry, échec au genre ? ». InTextyles. 1990, no 7, Marcel Thiry prosateur. Revue des Lettres belges de langue française. Bruxelles : Textyles-éditions, p. 31–45.

Lits, Marc. 1993. « Des fantastiqueurs belges ? ». In Textyles. 1993, no 10, Fantastiqueurs. Revue des Lettres belges de langue française. Bruxelles : Textyles-éditions, p. 5–23.

Lysøe, Éric. 2003. « Un fantastique à large spectre ». In Lysøe, Éric (dir.). Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange. Tome 1, 1830–1887. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe. Bruxelles : Éditions Labor. Coll. « Espace Nord – Repères », no 1, p. 9–35.

Lysøe, Éric. 2005. « Un fantastique en morceaux d’homme ». In LYSØE, Éric (dir.). Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange. Tome 3, 1914–1945. Contes réunis et présentés par Éric Lysøe. Bruxelles : Éditions Labor. Coll. « Espace Nord – Références », no 210, p. 9–46.

Quaghebeur, Marc. 1982. « Balises pour l’histoire de nos lettres ». In Quaghebeur Marc et Spinette Alberte. Alphabet des lettres belges de langue française. Bruxelles : Association pour la promotion des Lettres belges de langue française, p. 9–202.

Vaes, Guy. 1998. Le Vacillement des apparences. [En ligne]. Bruxelles : Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique. Disponible sur <http://www.arllfb.be/ebibliotheque/communications/vaes121298.pdf>

Van Hageland, Albert. 1975. « Jean Ray et la Science-Fiction ». In FLANDERS, John. Le Secret des Sargasses. (Suivi de La Porte sous les eaux). Paris : Union générale d’éditions. Coll. « 10/18 », no 960. (Adapté en français par Jacques Van Herp).

Van Herp, Jacques. 1957. « La Science-fiction en Belgique ». In Fiction. Mai 1957, no 42. Paris : Opta, p. 125–129.

Walther, Daniel. 1987. « Autres mondes de la science-fiction ». In Guiot Denis, Andrevon J.P. et Barlow G.W. La Science-fiction. Paris : MA Éditions. Coll. « Le monde de… », no 39, p. 20–25.

Warfa, Dominique. 1986. « Thèmes et motifs de science-fiction dans Bob Morane ». In 33 ans de Bob Morane. Mons : Séries B, p. 81–87.

Warfa, Dominique. 1987. « Qui a peur d’une Belgique fictive ? ». In Imagine… Février 1987, no 38. Trois-Rivières (QC) : Les Imaginoïdes, p. 54–68.

Warfa, Dominique. 1988. « Approches d’une SF francophone en Belgique ». In Séries B. 2e trim. 1988, no 14/15. Mons, p. 30–32.

Warfa, Dominique. 1988. « La Science-fiction en Belgique francophone : un genre littéraire dans son rapport à l’histoire ». In Revue francophone de Louisiane. Winter 1988, vol. III no 2. Lafayette (LA) : University of Southwestern Louisiana, p. 3–14.

Warfa, Dominique. 1992. « Vue en coupe d’une SF malade ». In le Bussy, Alain (dir.). Les Voix du Nord. Coéditeur Claude Dumont (Octa spécial août 92). Esneux : Xuensè, Août 1992. Spécial no 10, p. 134–148.

Warfa, Dominique. 1998. « Le Roman d’aventures aux sources de la science-fiction ». In Galaxies. Mars 1998, HS no 1, Les Univers de la science-fiction. Essais recueillis par Stéphane Nicot. Nancy : Galaxies, p. 41–63.

Guide

Guiot Denis, Andrevon J.P. et Barlow G.W. 1987. La Science-fiction. Paris : MA Éditions. Coll. « Le monde de… », no 39.

Récit

Flanders, John. 1975. Le Secret des Sargasses. (Suivi de La Porte sous les eaux). Paris : Union générale d’éditions. Coll. « 10/18 », no 960. (Adapté en français par Jacques Van Herp).

Recueils d’études

Galaxies. Mars 1998, HS no 1, Les Univers de la science-fiction. Essais recueillis par Stéphane Nicot. Nancy : Galaxies.

Hottois, Gilbert (dir.). 2000. Philosophie et science-fiction. Paris : Libraire Philosophique J. Vrin. Coll. « Annales de l’institut de philosophie et de sciences morales ».

Revues

Alerte ! Septembre 1978, no 3. Yverdon : Kesselring.

Dossiers L. 1999, hors série, Alain Dartevelle. Marche-en-Famenne : Service du Livre Luxembourgeois.

Études de lettres. 1985, 207 (1985/4), Mélange pour Enrico Castelnuovo. Lausanne : Faculté de Lettres de l’Université de Lausanne.

Europe. Janvier-février 1986, no 681/682, H.G. Wells / Rosny Aîné. Paris : Messidor.

Fiction. Mai 1957, no 42. Paris : Opta.

Imagine… Décembre 1990, no 54, La SF en Belgique. Trois-Rivières (QC) : Les Imaginoïdes.

Imagine… Février 1987, no 38. Trois-Rivières (QC) : Les Imaginoïdes.

Revue francophone de Louisiane. Winter 1988, vol. III no 2. Lafayette (LA) : University of Southwestern Louisiana.

Séries B. 2e trim. 1988, no 14/15. Mons.

Textyles. 1990, no 7, Marcel Thiry prosateur. Revue des Lettres belges de langue française. Bruxelles : Textyles-éditions.

Textyles. 1993, no 10, Fantastiqueurs. Revue des Lettres belges de langue française. Bruxelles : Textyles-éditions.

Textyles. 2002, no 21, Du fantastique réel au réalisme magique. Revue des Lettres belges de langue française. Bruxelles : Textyles-éditions.

Hottois, Gilbert (dir.). 1985. Science-fiction et fiction spéculative. Bruxelles : Éditions de l’Université de Bruxelles. Coll. « Revue de l’Université de Bruxelles », 1–2, 1985.

Notes

1 Alain le Bussy (1947–2010). La présente étude date de 2011.

2 Universitaire tunisienne, auteure d’une thèse de doctorat soutenue à l’Université d’Aix-en-Provence en 2008, L’anticipation dystopique et l’expression de la crise dans le monde occidental et arabe.

3 URL : http://quelquesarticlesdejupille.blogspot.com/

4 Écrivain français de science-fiction et rédacteur en chef de la revue littéraire spécialisée Galaxies.

5 Serge Brussolo (1951), écrivain (entre autres) de science-fiction, est l’auteur d’un recueil de nouvelles intitulé Vue en coupe d’une ville malade (Paris : Denoël, 1980).

6 Convenons que la littérature belge, dans son ensemble, était depuis longtemps sur le grill : existe-t-il des sous-ensembles de la littérature de langue française ? Nous allons y revenir. Notons déjà que les sociologues s’intéressaient au sujet : dès 1985, Pierre Bourdieu l’avait abordé, même si ce fut assez sommaire. Voir Bourdieu P., “Existe-t-il une littérature belge ?”, in Études de lettres, no 207 (1985/4), p. 3–6.

7 On entendra ici, ainsi que je le faisais alors, une “SF belge” faisant partie de la littérature belge de langue française : nos compères du nord du pays, en matière artistique et littéraire comme en bien d’autres, jouent hélas dans leur propre bac à sable, sans qu’il ne naisse ainsi trop de contacts entre francophones et néerlandophones. Il est dommage qu’à l’heure où des dialogues se renouent (par exemple entre humoristes tels que Pierre Kroll et Bert Kruismans), les auteurs de littératures de genre, souvent plus enclins aux échanges, n’en profitent pas pour organiser un vaste powpow.

8 Qu’on nomme “genre” ou non l’expression symbolique générée par ce milieu ne revêt que peu d’importance. Je pensais ce débat clos depuis quelque temps, mais de récentes interventions de Pascal J. Thomas et de Jean-Jacques Régnier (dans Fiction pour l’un et Kws pour l’autre) semblent ranimer la question (voir Kws no 68, mars 2011). Il est évident que les amateurs de “littératures de genre” n’emploient pas le terme de la même manière, ni avec la même acception, que les tenants de la critique classique qui ne voient de genre qu’entre sonnet, tragédie ou roman.

9 En 1985 encore, pour sa seconde édition, Le Rayon SF d’Henri Delmas et Alain Julian (Toulouse : Milan) — qui se voulait alors la bible référentielle des titres et des auteurs du genre, présentait comme français Albert Bailly, Jean-Baptiste Baronian, Philippe Ebly, André Fernez, Jean Muno ou Peter Randa… Il est vrai que notre compatriote néerlandophone Hugo Raes y était donné pour hollandais, Anne Richter ou Dominique Rolin sans nationalité.

10 Van Herp J., “La science-fiction en Belgique”, in Fiction, no 42, mai 1957, p. 125–129. Notre encyclopédiste national y affirmait entre autres : « On ne peut cependant espérer la naissance d’une école de S.F. proprement belge, la production nationale se trouvant, à l’égard de la France, dans la position de la littérature autrichienne à l’égard de l’Allemagne ».

11 Warfa D., “Approches d’une SF francophone en Belgique”, in Séries B, no 14–15, s.d. (2e trim. 1988), p. 30–32.

12 Bailly M., “Préface”, in Imagine…, no 54 (vol. Xii, no 1), décembre 1990, p. 9–10.

13 Variante désamorçant le soupçon de sexisme : entre la Cognaçaise (de Talence) Sylvie Denis, la Bruxelloise Sara Doke, la Québécoise Esther Rochon ou la Genevoise Laurence Suhner.

14 Van Herp J., op. cit., p. 125–129.

15 Que cette “école” et sa formulation soient le résultat d’un choix de marketing chez l’éditeur André Gérard au travers de ses collections “Marabout”, plutôt qu’une revendication ou un manifeste d’auteurs ou de critiques, nul ne paraît plus s’en formaliser.

16 “Espace Nord”, créée en 1983 par l’universitaire liégeois Jacques Dubois, a pour objet de rééditer, en poche et avec un appareil critique, un corpus le plus vaste possible de la littérature belge de langue française, contribuant à la reconnaissance de cette dernière et à la réédition d’oeuvres fameuses. Le projet par ailleurs remarquable de Lysøe connut quelques aléas dus aux remaniements et regroupements du monde de l’édition belge : si la collection a pu perdurer, elle fut pour le moins ballottée, et le travail d’Éric Lysøe parut de manière heurtée, deux tomes en 2003, le troisième en 2005 et le dernier en 2010 !

17 Qu’il intitule significativement “Un fantastique à large spectre”.

18 Lysøe E., “Un fantastique à large spectre”, préface à Littératures fantastiques : Belgique, terre de l’étrange, tome 1 — 1830–1887. Bruxelles : Labor, 2003, p. 33. (“Espace Nord – Repères”, no 1.)

19 Les revues littéraires belges publiant les premiers fantastiqueurs n’hésitent pas face à un mélange qui hérissait alors leurs homologues français : le naturalisme y côtoie le symbolisme le plus fiévreux. “Fantastique réel”, donc.

20 Sans doute modelés autant sinon plus par l’économie de l’édition que par les choix esthétiques des auteurs, c’est un autre débat.

21 Voir, outre l’étude citée en note 11 : Warfa D., “Qui a peur d’une Belgique fictive ?”, in Imagine…, no 38 (vol. VIII, no 3), février 1987, p. 54–68, et Warfa D., “La Science-fiction en Belgique francophone : un genre littéraire dans son rapport à l’Histoire”, in Revue Francophone de Louisiane (University of Southwestern Louisiana), vol. III, no 2, hiver 1988, p. 3–14.

22 Francophone, insistons : nos coéquipiers néerlandophones ès-SF connaissent une situation très différente tant par un environnement éditorial longtemps plus favorable (collections et revues propres, comme de nos jours De Tijdlijn de Peter Motte) que par leur ouverture historiquement plus importante sur l’univers anglo-saxon. Si leur actualité n’est sans doute plus aussi foisonnante qu’elle le fut dans les années 1970, elle n’en est pas moins organisée tout autrement que celle des auteurs de langue française. Pour s’en faire une idée, on peut se reporter à l’étude qu’Arnaud Huftier a consacrée à la place d’une littérature “flamande” face aux institutions belges, françaises ou néerlandaises. S’il s’intéresse globalement au fantastique (une fois de plus), de nombreux passages citent nommément des oeuvres et des auteurs de science-fiction. Voir Huftier A., L’impossible traduction : le fantastique belge d’expression néerlandaise. Geraardsbergen : De Tijdlijn, 2004. (“La ligne de temps, hors série”, no 3.)

23 Walther D., “Autres mondes de la science-fiction”, in Guiot D., Andrevon J.P., Barlow G.W. (éd.), La science-fiction. Paris : Ma Editions, 1987, p. 22. (“Le monde de…”, no 39.) C’est moi qui souligne.

24 Ou “grande”, ou “blanche”, ou “mainstream”, au choix…

25 Qui aboutira à l’ouvrage célèbre de Paul Fierens, Le Fantastique dans l’art flamand. Bruxelles : Éditions du Cercle d’art, 1947.

26 On rappelle régulièrement le mot un peu stupide, mais amusant, de ce critique qui qualifia Stanislas-André Steeman de “Simenon belge”.

27 Voir Klinkenberg J.-M., Périphériques Nord. Liège : Éditions de l’Université de Liège, 2010.

28 Via les “univers intercalaires” de “La Ruelle ténébreuse”, du “Psautier de Mayence”, ou les approches plus scientifiques des “Étranges études du Dr. Paukenschläger” ou du “Tessaract”.

29 On verra en outre plus loin combien des institutions littéraires très “institutionnelles”, telle que l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, ne se sont jamais fermées à des auteurs ailleurs “maudits” ou de “mauvais genre”…

30 Hermans W., Petit dictionnaire des auteurs belges de littérature policière. Liège : Version Originale, 1989. (On y trouve évidemment trace de plus d’un nom ayant également traité l’anticipation et la SF. Et l’absence s’avère bien regrettable.)

31 Il y a bien un article “Belgique” dans l’Encyclopédie de Versins (trois colonnes et demie), ainsi que six pages étonnantes (elles mélangent SF et Fantastique, mais aussi francophones et néerlandophones au point d’y mêler Hollandais et Luxembourgeois, et de citer, à l’appui de ces derniers, Hugo Gernsback !) dans l’essai de Bernard Goorden, S.F., Fantastique et ateliers créatifs (Bruxelles : Ministère de la Culture française, 1978. “Cahiers Jeb”, 3/78). Il y eut jadis l’article cité (cf. note 10) de Jacques Van Herp dans Fiction. Dans les années quatre-vingt-dix, le fascicule de Karl Canvat (La Science-fiction, Vade-mecum du professeur de français. Bruxelles : Didier-Hatier, 1991. “Séquences”) comportait un aperçu de la SF francophone belge. Oublions l’intervention de Walther dans l’encyclopédie de poche La science-fiction. Et plus “scientifique” (quoique…), on trouve un index “Domaine belge d’expression française” dans l’ouvrage de Christian L’Hoest publié par le Centre de Lecture Publique (Littérature de science-fiction et bibliothèques publiques. Liège : Éditions du C.L.P.C.F., 1988), index dont les limites indiquent malheureusement combien il a été pompé sur Versins. Tout cela est fort maigre.

32 Par ailleurs, pourrait-on envisager une SF antérieure au xixe siècle, sans tomber dans les travers de la récupération abusive, annexant toutes les œuvres un peu utopiques ainsi que le moindre voyage extraordinaire ? On nommerait cela du versinisme, et au-delà de l’érudition (laquelle fut réelle et fort gaie chez Pierre Versins) on n’irait pas fort loin. La première œuvre de SF belge serait alors le Myreur des Histors de Jean d’Outremeuse (1338–1400), chroniqueur d’une “histoire universelle” faisant beaucoup appel aux voyages fabuleux, et que certains philologues assimilent au pseudo-anglais Jean de Mandeville, dont les Voyages d’Outremer sont également truffés d’allusions au Prêtre Jean, aux Amazones, aux mondes perdus, à des races fabuleuses comme les “monopèdes” (une colonne chez Versins). Pas de la SF ? Ah, pourtant les romans du xxe siècle naissant en furent encore emplis, de ces thèmes-là !

33 Le recours au parallélisme entre progrès industriel et naissance d’un genre littéraire tel que la SF m’agrée davantage que la trop simpliste balise “1926-parce-que-Gernsback”. Luxembourgeois d’origine, rappelons-le : une fort belle exposition vient de lui rendre hommage en 2010/2011 au Centre national de littérature à Mersch, au Grand-Duché. L’idée de progrès se répand à la fin du xviiie siècle (Condorcet). La vision du monde, c’est-à-dire la perception historique neuve induite par l’accélération des changements des techniques et du mode de vie, se développe au xixe. Brian Aldiss dirait : Mary Wollstonecraft Shelley, 1818 (Billion Year Spree : The History of Science Fiction, 1973). Ajoutons qu’il faut sans doute chercher les vraies sources de ce mouvement littéraire dans les noces du roman d’aventures et de voyages avec le roman populaire, au xixe siècle toujours.

34 Travail historique pour certains, plus sûrement variation utopique sur le mythe de l’Atlantide, placée ici parmi les îles de Zélande. Un maître du “réalisme magique” tel que Hubert Lampo (auteur en 1953 d’un Terugkeer naar Atlantis, ou Retour en Atlantide) y fait référence.

35 L’histoire finit néanmoins fort mal. Alors que le dernier porteur du cœur, ancien prélat, croyait pourvoir revenir aux préceptes d’un christianisme révolutionnaire, le voilà condamné au bûcher par les puissants et les hypocrites. « Et, désormais, » conclut Eekhoud, « privé de la moindre Bonté, ce monde n’aurait plus qu’à mourir. »

36 Bien plus que toute l’œuvre de Verne, Jules…

37 Olivier-Martin Y., Histoire du roman populaire en France : de 1840 à 1980. Paris : Albin-Michel, 1980.

38 Voir Warfa D., “Le roman d’aventures aux sources de la science-fiction”, in Les Univers de la science-fiction. Supplément à Galaxies no 8, mars 1998, p. 41–63.

39 Lysøe E., “Introduction à Soléal”, in Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange, Tome 2, 1887–1914. Bruxelles : Labor, 2003, p. 64. (“Espace Nord, Repères”, no 2.)

40 Tout comme Georges Eekhoud : les “fantastiqueurs” investissent la citadelle — que nous verrons fort poreuse…

41 Dans les Annales politiques et littéraires !

42 Lysøe E., “Introduction à La Malédiction du soleil”, in Littératures fantastiques. Belgique, terre de l’étrange, Tome 2, 1887–1914. Bruxelles : Labor, 2003, p. 342–3434. (“Espace Nord, Repères”, no 2.)

43 Nous pouvons même avancer qu’il s’agit de la première collection “spécialisée” du genre : il faudra attendre 1935 pour que Régis Messac crée “Les Hypermondes” aux éditions Fenêtre Ouverte, à Issy-les-Moulineaux (trois volumes : c’est un peu plus fourni).

44 Van Hageland A., “Jean Ray et la Science-Fiction”, in Flanders J., Le Secret des Sargasses. Paris : Union Générale d’Éditions, 1975. (“10/18”, no 960.)

45 La science et la technique sont présentes jusque dans les poèmes de Marcel Thiry, et la carrière de sa fille (la virologue Lise Thiry) lui a sans doute inspiré un roman plus tardif, Voie-Lactée (1961), qui voit une jeune femme cancéreuse accéder à une forme troublante d’éternité par la reproduction en laboratoire des cellules tumorales de sa peau.

46 Professeur à l’Université de Louvain en 1930, il se spécialise en criminologie.

47 Francis Valéry avait réédité en 1987 Le monstre du Dr Karlof, d’un improbable “Wallace Edger”, à consulter par ceux qui douteraient.

48 La totalité des numéros d’“Anticipations” fut à nouveau rendue disponible en facsimilé entre 1987 et 1990 par les éditions Recto-Verso : initiative plus que louable de Bernard Goorden.

49 Notice consacrée à Marcel Thiry sur le site de l’Académie, voir l’URL suivante : http://www.arllfb.be/composition/membres/thiry.html.

50 Voir son étude “Jean-Gaston Vandel écrivain progressiste” in Alerte !, no 3, septembre 1978, p. 113–133.

51 Paradoxalement, Jean Libert alors journaliste semble bien avoir eu des sympathies rexistes : son établissement en France et sa reconversion dans les littératures de genre ne sont sans doute pas étrangères à quelques ennuis judiciaires en Belgique, ainsi que le rappelait encore récemment Le Dico des héros (voir l’édition 2009, Lyon : Les moutons électriques, p. 85, l’article consacré à Coplan). J’insiste sur le “paradoxalement”, car cet élément biographique n’ôte rien à la position unique des romans signés Vandel dans la production du Fleuve Noir de leur époque, ni à l’analyse idéologique qu’en fait Jean-Pierre Andrevon.

52 Mais toujours en 1953, Vernes publiait déjà (sous le nom de Jacques Seyr, qui lui servira quelques fois) Dix mille ans après l’atome, dans Héroïc-Albums.

53 Voir Warfa D., “Thèmes et motifs de science-fiction dans Bob Morane”, in 33 ans de Bob Morane. Mons : Séries B, 1986, p. 81–87.

54 Sadoul J., Histoire de la science-fiction moderne, 1911–1984. Paris : Robert Laffont, 1984, p. 421.

55 Benoît Becker, selon la plupart des exégètes, recouvrait les écrivains Guy Bechtel (qui n’écrivit apparemment qu’une bible), Jean-Claude Carrière, Stéphane Jourat, José-André Lacour et Christiane Rochefort. Ce fut l’époque du “collectivisme” littéraire, certains noms au sommaire de Fiction en témoignent.

56 Le croisement science-fiction / espionnage n’a d’ailleurs rien d’étonnant ni d’exceptionnel : il suffit de relire certains titres de Ian Fleming, Jean Bruce ou Gérard de Villiers, et de bien d’autres.

57 Pierroux écrira également, avec Jean Boulard, le script d’un épisode de la série télé “Les cinq dernières minutes” (époque Raymond Souplex) : “Dans le pétrin”, diffusé en septembre 1959.

58 Parfois classé parmi les tenants du “réalisme magique”.

59 Voir Vaes G., La Flèche de Zénon. Essai sur le temps romanesque. Anvers : Librairie des Arts, 1966.

60 Il est intéressant de lire une communication qu’il donna à l’Académie Royale en 1998, et qui s’intitule “Le Vacillement des apparences” : Guy Vaes y développe sa vision de l’Unheimlich freudien, un étrange qu’il va traquer de Franz Kafka à Paul Bowles. Voir l’URL suivante : http://www.arllfb.be/ebibliotheque/communications/vaes121298.pdf.

61 Aux tréfonds du mystère et Le Formidable secret du pôle.

62 Il est amusant de constater qu’en 1999 paraîtra un autre “roman lunaire” au titre presque similaire : Croisière en mer des pluies d’Éric Faye.

63 Réseau évidemment non limité à la science-fiction, d’autres ensembles, intriqués ou non à la SF, existant autour de la bande dessinée, du polar, ou de tout autre champ littéraire doté d’une vie symbolique suffisamment puissante pour relier auteurs, éditeurs, critiques et amateurs.

64 Marc Bailly l’a bien compris avec Phénix-Web, « le site du magazine qui renaît de ses cendres ! », comme il l’annonce. Voir l’URL http://www.phenixweb.net/

65 Citons simplement la distorsion que subit la perception des valeurs scientifiques et/ou technologiques après Hiroshima et tout au long des grandes catastrophes industrielles de la fin du xxe siècle, ainsi que l’émergence de la conscience écologique qui s’ensuit assez logiquement.

66 Goffart est peut-être un cas atypique. Juriste formé à Louvain et à Bruxelles, il sera l’un des artisans du rassemblement des progressistes. Participant au petit ’68 bruxellois avec le “mouvement pour le pouvoir populaire”, il sera ensuite proche des socialistes gravitant autour de Jacques Yerna, tentant de définir un programme pour une Wallonie plus autonome. Autant dire que la littérature tient dans ce parcours la part congrue, mais également que sa science-fiction ne pouvait être qu’une critique sociale et l’expression d’une sensibilité critique vis-à-vis de l’historicité : dans Jonathan à perte de temps, le thème n’est autre que le temps inversé. Dick, toujours.

67 Type de fanzine parfois dénommé egozine, ce qui ne nécessite sans doute aucune définition supplémentaire.

68 Voir l’URL : http://www.idesetautres.be/.

69 En ce sens, le lien si évident de la Belgique francophone avec la France est bien loin de constituer une “chance” : les aléas de l’édition de SF française, la disparition des revues et le renfermement des collections, durant ces années quatre-vingt, touchent les écrivains belges autant sinon davantage que les français.

70 Ne trouvant aucun financement sur place, ce groupe de Liégeois verra Intervalles publiée par les soins de Francis Valéry, à Bordeaux ! Le premier numéro, sous le titre “L’Approche des imaginaires” verra le jour en 1982, et le second, “Le Mélange des genres”, en 1983, tous deux sous la coordination de Dominique Warfa.

71 Parfois tout aussi anciennes, ce qui tend à prouver que la plume affutée l’était depuis un certain temps.

72 Voir URL : http://engdep1.philo.ulg.ac.be/MotAMot/index.html.

73 Un test grandeur nature de psychologie expérimentale quant aux rôles assumés de gardiens et de prisonniers, qui tourna au désastre. Voir l’URL http://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Stanford. On songe aussi, évidemment à l’expérience de Stanley Milgram sur la torture et l’obéissance, rappelée en 2009 dans le documentaire de France Télévisions Le Jeu de la mort.

74 Raymond Trousson, depuis 1979, est également académicien.

75 Éric Vial en a dit ceci : « La postface dit que ce n’est pas de la SF, mais souligne que ce n’est pas “par mépris pour ce genre de littérature : sa multiplicité est assez extraordinaire pour que le mépris soit imbécile”. Il s’agit de fait d’un essai d’histoire imaginaire des sciences, attentif aux impasses, contradictions et hésitations, et non aux supposées certitudes et découvertes triomphales. Newton alchimiste intéressera les amateurs de fantasy, mais tout le livre renvoie à un esprit proche de la SF, des uchronies où des théories abandonnées correspondent à la réalité, et de l’uchronie tout court quand on assiste à ce qui arriverait si… Bref, le cousinage est patent. » (in Galaxies, no 21, juin 2001).

76 Il faut préciser que Nicolas Ancion est le fils de Jacques Ancion, fondateur du théâtre de marionnettes liégeoises Al Botroûle, qui ne se contenta pas de monter les inévitables pièces de chevalerie du répertoire, mais fit entrer le Père Ubu parmi les Tchantchès (symbole folklorique de l’esprit frondeur liégeois) et autres Charlemagne.

© Presses universitaires de Liège, 2018

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search