Version classiqueVersion mobile

Entre Asclépios et Hippocrate

 | 
Cécile Nissen

Asclépios et les médecins en Carie : relations et influences

Chapitre V. Héraclée de la Salbacè : recours des médecins au culte d’Asclépios face à une crise sanitaire

Texte intégral

  • 1 Au nord, la limite du plateau est marquée par le Baba Dag, à l’est par le Boz Dağ et au sud par le (...)
  • 2 Les études numismatiques et prosopographiques mettent en évidence l’isolement de cette région. Ell (...)

1La cité d’Héraclée de la Salbacè s’élevait dans le nord-est de la Carie, à environ 25 km au sud d’Aphrodisias (Carte 1, p. 11). Elle prenait place au cœur du plateau de Tabai, dans une région montagneuse séparée des terres voisines par de hautes chaînes de montagnes1. Vu son isolement géographique, cette contrée carienne orientale, voisine de la Phrygie, a évolué de manière autonome ; les principales villes de Cidrama, Tabai, Sébastopolis, Apollonia de la Salbacè et Héraclée de la Salbacè n’ avaient établi que peu de contacts avec l’extérieur2.

  • 3 La concentration exceptionnelle de médecins à Héraclée de la Salbacè avait déjà été mise en éviden (...)
  • 4 Cf. C. Nissen, Heracleia Salbakè, centre médical au Haut-Empire, in N. Sari, A. Haydar Bayat, Y. Ü (...)

2Le site d’Héraclée de la Salbacè est aujourd’hui occupé par le village turc de Vakif (ou Makif), sur une colline de faible hauteur. Suite à la réoccupation du lieu et à la récupération massive de blocs de pierre, il ne reste que très peu de vestiges de la cité. Les seules ruines encore visibles sont celles du rempart de l’Antiquité tardive qui entoure la colline au-dessus et au nord du village, ainsi que celles du stade au sud du mur d’enceinte. Malgré des restes archéologiques extrêmement décevants, Héraclée de la Salbacè conserve un grand intérêt par son matériel épigraphique d’une immense richesse. Plusieurs inscriptions du Haut-Empire romain, mises au jour sur le site, mentionnent des médecins [3638, 40-45], neuf au moins, qu’ils soient qualifiés d’iatros ou d’archiatros3. Certains d’entre eux sont, de plus, évoqués par des textes littéraires, notamment médicaux, qui permettent d’affiner notre connaissance de l’activité médicale au sein de la localité est-carienne4.

1. Essor de la médecine professionnelle sous le Haut-Empire

1.1. Richesse des sources épigraphiques

3À ce jour, onze documents épigraphiques héracléotes, tous rédigés en grec et datés du Haut-Empire, font référence à des médecins. À deux exceptions près - deux médecins qui feront l’objet d’une analyse détaillée dans le chapitre suivant, car ils sont également cités par des sources littéraires - il s’agit de praticiens locaux qui, sans l’apport de l’épigraphie, auraient complètement sombré dans l’oubli. Le plus souvent, ils sont connus par une seule inscription, en général leur épitaphe, une inscription honorifique célébrant leurs mérites, ou encore une dédicace offerte à l’un de leurs proches. Ce type de source ne procure que peu, voire aucun renseignement sur la formation ou l’activité des médecins. Dans la plupart des cas, leurs théories, leur conception de l’art médical, de même que les traitements qu’ils prescrivaient nous échappent totalement. Néanmoins, la confrontation des informations fournies par les différentes inscriptions, permet de préciser certaines caractéristiques de l’activité médicale professionnelle à Héraclée de la Salbacè, dans les premiers siècles de l’Empire ; majoritairement qualifiés d’archiatroi, les médecins héracléotes appartiennent souvent à des familles spécialisées dans la profession médicale et affichent une forte implication dans la vie civique locale.

4Malgré la prédominance du qualificatif archiatros, les dénominations portées par les médecins d’Héraclée de la Salbacè recouvrent des statuts variables, dominés par le rôle de médecin de ville. Dans la documentation épigraphique, un seul praticien héracléote est désigné par le terme usuel ἰατρός, ou plus exactement sa forme ionienne ἰητήρ [37], tandis que sept de ses confrères sont qualifiés d’ἀρχιατρός [38, 40-45]. Enfin, un dernier personnage est présenté comme un spécialiste de l’ἰατριϰή τέχνη [36].

  • 5 Cf. Robert, Carie, p. 178, n° 75. Dans une seconde inscription d’Héraclée de la Salbacè (ibid., p. (...)
  • 6 Robert, Carie, p. 179, n° 76-77 ; Samama, Médecins, n° 247-248.
  • 7 Infra, p. 289 sq.
  • 8 Robert, Carie, p. 170 (n° 57, 58), 179 (n° 77), 197 (n° 115) ; Samama, Médecins, n° 247, 249250, 2 (...)

5Parmi les sept archiatroi des inscriptions d’Héraclée, deux ont occupé la charge de médecin de cour à Rome : ils avaient pour noms T. Statilios Criton [38] et Statilios Attalos [41]. Le premier, en poste sous Trajan, est qualifié d’ἀρχίατρος Αὐτοϰράτορος Νέρουα Τραιανοῦ Καίσαρος Σεβαστοῦ5, alors que le second, en fonction sous Marc Aurèle et Lucius Verus, porte le titre d’ἀρχιατρὸς Σεβαστῶν6. Issus de la même famille héracléote, ces deux médecins impériaux ont aussi laissé des traces dans les sources littéraires, lesquelles complètent avantageusement notre information et feront l’objet d’une analyse spécifique7. Quant aux cinq autres archiatroi [40, 42-45] de l’épigraphie héracléote, ils sont qualifiés comme tels sans autre précision8. Pour autant que les inscriptions funéraires ou honorifiques offertes par leur famille ou leur cité permettent d’en juger, ils devaient exercer la médecine dans un cadre strictement local, agissant au service des habitants de la ville. Leur renommée ne semble pas avoir dépassé les limites d’Héraclée de la Salbacè, de même que leur jeune confrère Apollônidès, ἰητήρ âgé de dix-huit ans à peine, dont le souvenir est commémoré par une épitaphe métrique offerte par ses parents.

  • 9 MAMA VI 114 ; Robert, Carie, p. 177, n° 70b ; Samama, Médecins, n° 245, en part l. 12–13 ([Ἡ βουλὴ (...)

6Quant au dénommé Archélaos [36], présenté dans un décret honorifique comme un spécialiste de l’ἰατριϰή τέχνη, il est notamment honoré pour la grande sollicitude qu’il manifestait à l’égard des indigents9. Dans l’exercice de son art, il s’est montré soucieux d’être utile aux pauvres. Il pratiquait donc la médecine à l’échelon local, manifestant une forme de préoccupation sociale, puisqu’il proposait ses services aux couches défavorisées de la population. Un tel document illustre l’entrecroisement des pratiques de l’évergétisme et de la pratique médicale.

  • 10 Ibid., l. 3-4.

7L’activité locale des médecins héracléotes est confirmée par les responsabilités civiques qui leur ont été confiées : trois d’entre eux ont rempli des fonctions politiques au sein de leur cité. En plus de ses compétences médicales, Archélaos s’est ainsi illustré, au milieu du ier s. ap. J.-C., par l’exercice de diverses charges publiques. Il avait été nommé à une prêtrise, mais aussi à la stéphanèphorie ainsi qu’ à la gymnasiarchie10 ; encore mal connue, quoique fréquente en Asie Mineure, la stéphanèphorie concernait la gestion d’un sanctuaire, alors que la gymnasiarchie consistait, à l’époque impériale, à assurer les distributions d’huile nécessaires dans le cadre d’un culte. Ce type de charges était confié, particulièrement durant la période romaine, à des personnages aisés, capables de consacrer d’importantes sommes d’argent à l’exercice de leurs fonctions. Archélaos s’est acquitté de ses obligations de manière juste et généreuse, raison pour laquelle la cité a décidé de commémorer sur une plaque de marbre, les actes de ce citoyen exemplaire. L’en-tête de l’inscription précise, en effet, qu’elle avait été gravée sur décision du Conseil et du Peuple héracléotes désireux d’honorer ce médecin.

  • 11 Pour l’exercice par plusieurs archiatroi cariens de fonctions publiques : supra, p. 149 sq.
  • 12 Robert, Carie, p. 170, n°57 ; Samama, Médecins, n° 249 ([Χ]αρμίδην πρύτανιν| ϰαὶ στεφανηφόρον | υἱ (...)

8De même, à l’instar d’autres archiatroi cariens11, deux archiatroi d’Héraclée, peut-être parents, avaient exercé diverses charges civiques au iiie s. ap. J.-C. M. Aur. Charmidès [45] associait à la profession d’archiatros les fonctions de stéphanèphore et de prytane12 ; dans les cités micrasiatiques de l’époque impériale, ce dernier poste était probablement lié à la présidence d’un conseil civique. Comme Archélaos, M. Aur. Charmidès appartenait donc à la classe supérieure de la population héracléote ; tous deux étaient des notables qui outre l’exercice de la médecine au sein de leur cité, avaient aussi été sollicités pour assumer des responsabilités civiques coûteuses.

  • 13 Robert, Cane, p. 170, n° 58 ; Samama, Médecins, n° 250 ([----Μ. Αὐρηλί |ου Χαρμίδου Μενά[ν]|δρου, (...)

9L’épigraphie nous a conservé le souvenir d’un troisième praticien héracléote [44] investi de charges publiques, en l’occurrence la prytanie et la stéphanèphorie, mais aussi le poste de bouleute13. Malheureusement fragmentaire, la dédicace en son honneur est amputée de ses premières lignes : le premier mot toujours lisible est un nom propre au génitif, Χαρμίδου Μενάνδρου, suivi de la mention à l’accusatif des fonctions de prytane, de stéphanèphore, d’archiatros et de bouleute, accompagnée de divers compléments participiaux également à l’accusatif. Le personnage célébré, qui devait être cité au même cas, en tête du texte, était sans doute le fils du dénommé Charmidès Ménandre [44]. Ce nom n’est pas sans rappeler celui de l’archiatros M. Aur. Charmidès [45] ; les deux hommes appartenaient vraisemblablement à la même famille. L’équivalence de la carrière mentionnée dans les deux inscriptions (πρύτανιν ϰαὶ στεφανηφόρον ϰαὶ άρχιατρόν), à l’exception du titre de bouleute signalé dans une seule des deux dédicaces, laisse même supposer que le fils de Charmidès Ménandre n’ était autre que M. Aur. Charmidès. Cependant, quelle que soit l’identité du personnage honoré, il s’agissait une fois encore d’un médecin de ville qui avait accompli avec magnificence et prodigalité, différentes fonctions publiques. Un dernier détail significatif doit être souligné : le texte affirme que le fils de Charmidès Ménandros avait accompli ces fonctions pour sa patrie (τῇ πατρίδι). Pareille indication confirme l’ancrage local de l’archiatros héracléote : outre son métier de médecin, il s’était activement investi dans la vie de sa cité, occupant diverses charges civiques.

  • 14 Robert, Carie, p. 197, n° 115 ; Samama, Médecins, n° 252 ([---] Παπίου ἀρχιάτρου, ἀπόγονον ἀρχιάτρ (...)
  • 15 Tel qu’il est reproduit par L. Robert (Carie, p. 197, n° 115) et É. Samama (Médecins, n° 252), le (...)

10Les inscriptions relatives à M. Aur. Charmidès [45] et au fils de Charmidès Ménandre [44] évoquent un autre aspect de l’activité médicale héracléote, à savoir le cadre familial de la pratique et sans doute de la formation. Si, dans le cas des Charmidès, il pourrait ne s’agir que d’un seul médecin plutôt que de deux praticiens distincts issus de la même famille, l’épigraphie indique la présence à Héraclée de deux autres familles qui comptaient plusieurs médecins dans leurs rangs. Une épitaphe14 très lacunaire, peut-être datée du iie s. ap. J.-C., cite un archiatros du nom de Papias [43], présenté comme un descendant d’archiatroi (ἀπόγονον ἀρχιάτρων)15. Ce Papias s’inscrivait donc dans une lignée de médecins ; plusieurs de ses ancêtres [42] porteurs du titre d’archiatros avaient déjà exercé l’art médical dans la ville. Pareille tradition médicale familiale était manifestement valorisée au sein de la famille, et même reconnue en dehors, puisqu’elle est rappelée dès les premières lignes de l’épitaphe.

  • 16 W.H. Buckler a tenté de préciser le lien de parenté entre ces deux membres de la famille des Stati (...)
  • 17 Robert, Carie, p. 179, n°77 ; Samama, Médecins, n° 247 (Στατίλιον Ἀρτεμὶδωρον ἀρχιατρ[ὸν] | τὸν ἑα (...)

11De même, le clan des Statilii constituait, dans la cité carienne, un autre foyer de la pratique médicale. Les inscriptions révèlent l’identité de trois membres de la gens, qui avaient rempli le rôle d’archiatros. Outre les médecins impériaux Titos Statilios Criton [38], sous le règne de Trajan, et Statilios Attalos [41], au service de Marc Aurèle et de Lucius Verus16, le dénommé Statilios Artémidore [40] semble, pour sa part, avoir exercé uniquement dans sa patrie. Grand-oncle d’Attalos qui lui dédie une statue17, Stat. Artémidore a sans doute vécu dans la première moitié du Iers- ap. J.-C. Il devait donc être sensiblement contemporain de Criton, peut-être un peu plus jeune. Bien qu’approximatives, ces datations démontrent la continuité de la formation médicale au sein de la famille des Statilii. Indépendamment de la renommée acquise à Rome par Criton, à la fin du ier s. ap. J.-C., ainsi que par Attalos, dans la seconde moitié du iie s. ap. J.-C., plusieurs membres de la famille ont dû, à l’image de Stat. Artémidore, exercer l’art médical à l’échelon local.

  • 18 Pour les familles de médecins à l’époque impériale : Nutton, Archiatri, p. 200, 206 ; C. Nissen, E (...)

12Le développement de la médecine à Héraclée a inévitablement bénéficié de la préférence accordée à la formation médicale dans certaines familles comme celles de Papias et des Statilii. De fait, sous l’Empire, on observe en Orient, une stabilité grandissante de la profession médicale ; plusieurs cités de l’Asie Mineure, telles Éphèse, Philadelphie et Thyatire, étaient le berceau de lignées d’archiatroi, semblables aux trois familles héracléotes susmentionnées, selon une tradition familiale de l’enseignement médical remontant à l’époque classique. La modification du statut des archiatroi civiques de l’époque impériale par rapport aux médecins publics des périodes antérieures paraît d’ailleurs, en partie, expliquée par la concentration de la pratique médicale au sein de certaines familles18. Les médecins itinérants, offrant leurs services à des villes étrangères, en fonction de la demande et des appointements proposés, sont peu à peu remplacés par des praticiens locaux, actifs dans leur patrie, où ils occupent souvent des charges civiques dispendieuses. L’ancrage familial favorisait la nomination des médecins du lieu : ceux-ci bénéficiaient de la réputation de leurs ancêtres, lesquels avaient eux-mêmes exercé dans la cité. L’enseignement médical était probablement dispensé à l’intérieur même de ces familles ; les connaissances et le savoir-faire accumulés au fil des générations s’y transmettaient de père en fils.

  • 19 Robert, Carie, p. 187, n° 88 ; Merkelbach-Stauber I, p. 273, n° 02/13/01 ; Samama, Médecins, n° 25 (...)
  • 20 Dans l’Antiquité gréco-romaine, non seulement, la formation médicale débutait tôt, dès quinze ou s (...)

13Une dernière inscription héracléote19 confirme la précocité de la formation médicale dans la ville, selon un usage par ailleurs bien attesté dans le monde gréco-romain20. Apollônidès [37], mort à l’âge de dix-huit ans seulement, est pourtant déjà qualifié d’habile médecin (δεξιὸν ίητῆρα) dans son épitaphe. Bien que nous ignorions s’il appartenait à une lignée de praticiens, il a, en tout cas, reçu très jeune un enseignement médical spécifique, comme ce devait être le cas au sein de certaines familles spécialisées dans la profession médicale. La meilleure illustration de la qualité et du prestige de l’instruction médicale proposée à Héraclée est, toutefois, offerte par la réussite de deux médecins locaux qui, en un siècle à peine, ont fait carrière à la cour impériale romaine, si bien que leur souvenir s’est conservé dans la littérature, en particulier chez Galien.

1.2. Appport des sources littéraires

  • 21 Souda, s.v. Διογενειανὸς.

14Si la plupart des médecins héracléotes sont exclusivement connus par des témoignages épigraphiques, deux d’entre eux sont aussi évoqués par des sources littéraires. Il s’agit de Titos Statilios Criton et de son parent Statilios Attalos, dont la position de médecins de cour à Rome a assuré le renom, en particulier dans la littérature médicale, par l’intermédiaire de l’œuvre de Galien. De manière plus anecdotique, l’examen des sources littéraires révèle le nom d’un neuvième praticien originaire d’Héraclée de la Salbacè : la Souda21 qualifie de ίατρός un certain Diogénianos [39] qui, hormis la datation de son activité sous le règne d’Hadrien, demeure totalement inconnu.

Titos Statilios Criton

  • 22 Robert, Carie, p. 167, n° 49 ; Samama, Médecins, n° 246 ([Αὐτοϰράτορα Καίσαρα] | [Νέρουαν Τραїανὸν (...)
  • 23 Ibid., p. 167, n° 49 ; Samama, Médecins, n° 246.

15À l’inverse, le médecin héracléote le mieux documenté est, sans conteste, Titos Statilios Criton [38]. Son nom est conservé par quatre inscriptions découvertes sur le site même d’Héraclée, à l’exception d’une trouvaille réalisée à Éphèse. Deux des documents héracléotes22 font état de son statut d’ἀρχιατρός. Ils indiquent, en outre, le contexte dans lequel il exerçait, à savoir la cour impériale sous Trajan (ἀρχίατρος Αὐτοϰράτορος Νέρουα Τραιανοῦ Καίσαρος Σεβαστοῦ). Plus que le médecin personnel de l’empereur, Criton est présenté comme ἐπιτρόπου ϰαὶ φίλου τοῦ ϰυρίου Καίσαρος, c’est-à-dire comme son procurateur et son ami. Il avait, du reste, prévu par disposition testamentaire, l’érection d’une statue de Trajan23. Le médecin carien appartenait donc au cercle restreint des personnages les plus proches de l’empereur.

  • 24 W. Henzen, Inscriptionesgraecae, in Ann. Inst. Corr. Arch., 9, 1852, p. 155, n° iii ; LBW 1694 ; R (...)
  • 25 Ibid., p. 224. Cf. Robert, Hellenica, III, p. 9.
  • 26 Le surnom Ulpia est directement emprunté au nom de Trajan, dont les tria nomina avant son accessio (...)
  • 27 MAMA VI 97 ; Robert, Cane, p. 163-164, n° 40 (l. 5-7 : [...], αὐξησάντων δὲ ϰαὶ ἀνυπερβλήτ[ως] | [ (...)
  • 28 Pour l’interprétation de cette inscription en relation avec les faveurs accordées par Trajan sous (...)
  • 29 Id., Carie,p. 178, n° 75.

16Comme le prouve la troisième inscription héracléote24, il a d’ailleurs fait profiter sa patrie de la position favorable qu’il occupait à la cour : bien que très lacunaire, le texte lui octroie le titre de fondateur de la cité. Pareille appellation rappelle probablement les faveurs impériales obtenues par Criton pour Héraclée, « faveurs telles qu’elles sont considérées comme une seconde fondation de la ville x »25. À cet égard, il est remarquable qu’Héraclée de la Salbacè ait été appelée, durant quelque temps, Ulpia Heraclea, un nom indéniablement accordé par Trajan26. Une autre décret d’Héraclée confirme que des membres de la famille des Statilii avaient « accru [la ville] de façon incomparable grâce aux faveurs obtenues de l’empereur Trajan x »27. Le bienfaiteur d’Héraclée ainsi commémoré par la cité doit être Criton28, lequel avait également été célébré par sa famille ; son fils et son épouse lui avaient consacré une statue29.

  • 30 J. Keil, XII. VorlaufigerBericht liber die Ausgrabungen in Ephesos, in JOAU, 23, 1926, col. 263-26 (...)
  • 31 Supra, p. 277, n. 78.
  • 32 Cf. J. Keil, T. Statilius Crito, Traiani Aug. medicus, in JÔAI, 30, 1936, Beibl. 7-8.

17Datée entre 102 et 114 ap. J.-C., l’inscription honorifique éphésienne30 démontre que la renommée du médecin de Trajan avait dépassé les frontières de sa patrie. Or, les auteurs de l’hommage rendu à Criton ne sont autres que les médecins d’Éphèse, désignés collectivement par le pluriel de iatros. L’émulation médicale enregistrée sous l’Empire, dans la cité ionienne, n’est plus à démontrer : outre les concours médicaux organisés dans la ville sous Antonin le Pieux, le Mouseion local accueillait, entre autres intellectuels, une communauté de médecins très actifs d’après les témoignages épigraphiques31. Bien que l’inscription offerte à Criton ne mentionne pas directement le Mouseion, il est probable que les dédicants devaient être membres du groupe de médecins attachés à cette institution. Les honneurs rendus à Criton par les iatroi éphésiens témoignent, en tout cas, des relations nouées par le médecin héracléote avec ses confrères ioniens. Peut-être Criton a-t-il appartenu à l’association médicale du Mouseion ? Peut-être a-t-il pris part aux compétitions médicales locales ? Peut-être même a-t-il obtenu de l’empereur des privilèges en faveur des médecins réunis au Mouseion32 ?

  • 33 Martial, Ep., XI, 60, 6.
  • 34 Cf. Buckler, o.c., Beibl. 5 ; Marasco, Medici corte impero romano, p. 256.
  • 35 Joh. Lyd., De mag., II, 28. — La présence de Criton en Dacie est assurée ; il n’ est cependant pas (...)
  • 36 Cf. FGrHist, 200, F1-8.

18Dans ses Épigrammes, Martial33 se fait l’écho du savoir-faire médical de son contemporain Criton. Compte tenu de la publication du livre XI des Epigrammes au début de l’année 97 ap. J.-C., le praticien héracléote jouissait déjà d’une certaine réputation à Rome vers 96 ap. J.-C.34 Autre signe de sa célébrité : comme tous les auteurs qui citent ce médecin, le poète latin le désigne par son seul cognomen, sans préciser ses tria nomina complets ou son origine. Le prestige de Criton était tel qu’il fut rapidement engagé à la cour impériale au service de Trajan, qu’ il accompagna lors de la campagne contre les Daces entre 101 et 106 ap. J.-C.35 À cette occasion, Criton ne se contenta cependant pas d’assister médicalement l’empereur. Il observa aussi les combats avec l’œil d’un historien et rédigea, à son retour de l’expédition dacique, un ouvrage intitulé Getica, dont de maigres fragments seulement sont conservés36.

  • 37 Sur les œuvres médicales de Criton, cf. RE, s.v. Kriton 7 (Kind, 1922), col. 1936-1938 ; J. Scarbo (...)
  • 38 Galien désigne cet ouvrage tantôt par l’intitulé Περὶ ἁπλων φαρμάϰων, qui devait être son titre, t (...)
  • 39 La liste des passages pharmacologiques galéniques tirés de Criton a été dressée par C. Fabricius, (...)

19Outre ce traité historique, Criton était l’auteur de deux ouvrages médicaux37, les Κοσμητιϰά en quatre livres, ainsi qu’un recueil de pharmacologie en cinq livres, peut-être intitulé Περὶ ἀπλων φαρμάϰων (Sur les médicaments simples)38. Ces deux traités nous informent sur les secteurs médicaux dans lesquels s’était spécialisé le médecin de Trajan, à savoir la cosmétologie et la pharmacologie. De nombreux extraits de ces deux ensembles nous sont parvenus par l’intermédiaire de Galien. Dans ses écrits consacrés aux médicaments composés et aux antidotes, le Pergaménien mentionne près de quarante fois son prédécesseur héracléote39. La totalité des passages conservés par Galien consistent en recettes cosmétiques ou pharmacologiques.

  • 40 Sur les anciens pharmacologues cités par Galien, cf. ibid., en part. p. 190-192 sur Criton.
  • 41 Douze citations intégrales de Criton sont reproduites par Galien : ibid., p. 66.
  • 42 Sur la manière dont Galien a composé ses traités pharmacologiques, son attitude par rapport à ses (...)
  • 43 Gal., De comp. med. sec. loc., V, 5 (XII, 880-886 K.).
  • 44 Pour l’explication de l’apparente contradiction du titre de l’ouvrage (Sur les remèdes simples) av (...)
  • 45 Le traité sur les médicaments composés de Galien comprend deux ensembles de livres, dix livres int (...)

20Dans le domaine pharmacologique, Criton apparaît comme l’une des principales autorités utilisées par Galien40. Si l’on considère les citations pharmacologiques littérales tirées de son œuvre, le médecin de Trajan occupe la cinquième position parmi les sources galéniques41. Dans ses traités relatifs à la pharmacopée, le Pergaménien se montre soucieux de proposer à ses lecteurs un enseignement théorique, mais aussi pratique42. C’est pourquoi il insère, dans son discours, de nombreuses recettes de compositions empruntées à ses devanciers, dont Criton : ses disciples pourront ainsi s’exercer en préparant les meilleurs médicaments hérités de la tradition. Parmi les traitements pour les dents préconisés par le médecin héracléote, Galien cite, par exemple, une préparation contre les maladies dentaires ; Criton précisait d’y ajouter du cinnamome, lorsque ce remède était destiné à l’empereur43. Malgré son titre supposé, l’ouvrage du médecin héracléote présentait donc des médicaments composés44. Les recettes y étaient exposées suivant une division identique à celle choisie plus tard par Galien, distinguant les remèdes ϰατὰ τόπους et ϰατὰ γένη, c’est-à-dire d’après les parties du corps affectées et d’après le genre de médicaments, leur nature et leurs indications45.

  • 46 Gal., De comp. med. sec. loc., I, 3 (XII, 445 Κ.).
  • 47 Ibid. (XII, 446-449 K.).
  • 48 Ibid. (XII, 449-450 K.).

21A côté de cette importante œuvre pharmacologique, Criton s’était également intéressé aux questions cosmétiques. Ses fonctions à la cour impériale, rappelées par Galien46, l’avaient sans doute, incité à développer des connaissances dans le domaine des soins apportés au corps. Il a mis par écrit son savoir en la matière, dans ses Cosmetica. L’ouvrage était divisé en deux parties : les livres I et II concernaient le corps sain, tandis que les livres III et IV étaient consacrés au corps malade. Dans chaque partie, le médecin héracléote traitait successivement de la tête (livres I et III), puis du reste du corps (livres II et IV). Galien signale, à nouveau, diverses recettes rapportées par Criton, telles des préparations capillaires destinées à la teinture des cheveux ou à la lutte contre la calvitie47. Le médecin de Trajan s’était même occupé de parfums pour les habits ou les appartements, ce qui lui est reproché par son confrère pergaménien48. Il est vrai que la part cosmétique de l’activité de Criton touche parfois à des secteurs qui ne semblent plus aujourd’hui relever des compétences d’un médecin. Toutefois, dans l’Antiquité, la tâche d’un médecin de cour incluait de répondre aux exigences des membres de la famille impériale en matière de paraître, d’autant que les cosmétiques étaient fabriqués à partir des mêmes produits que les médicaments.

  • 49 Trajan ne porte pas encore dans cette inscription, le titre de Parthicus qu’il recevra lors de l’e (...)

22Criton conserva probablement ses fonctions à la cour jusqu’à la fin de sa vie. En tout cas, il resta toujours proche de Trajan. C’est ainsi que sa décision testamentaire de faire élever une statue de l’empereur sera exaucée après sa mort. La dédicace de ladite statue, mise jour à Héraclée, est antérieure à 114 ap. J.-C.49, Criton a donc disparu quelques années avant Trajan, décédé en 117.

Statilios Attalos

  • 50 Robert, Carie, p. 179, n° 76-77 ; Samama, Médecins, n° 247-248.

23Quant à Statilios Attalos, le second membre de la famille des Statilii, qui a exercé la charge de médecin impérial à Rome, il est cité par deux dédicaces50 mises au jour à Héraclée de la Salbacè. La dénomination de Στ. Ἄτταλος ἀρχιατρὸς Σεβαστῶν ne laisse planer aucun doute quant au statut de ce médecin [41] : il était au service « des Empereurs ». L’identité des Césars à la cour desquels Stat. Attalos s’est illustré est indiquée par le terme Σεβαστῶν. Malgré cette appellation impersonnelle, le choix du pluriel ne peut désigner que Marc Aurèle et Lucius Verus. Les deux fils adoptifs d’Antonin le Pieux ont, en effet, exercé conjointement le pouvoir à la mort de leur père ; leur règne commun dura de 161 à 169 ap. J.-C., date de la disparition de Lucius Verus. Marc Aurèle assuma alors seul le principat jusqu’en 180 ap. J.-C.

  • 51 BMC Caria, p. 120, n° 25-26 ; Imhoof-Blumer, Kleinasiat. Miin%en, p. 132-133, n° 4 ; Robert, Carie (...)
  • 52 Cf. RE, s.v. Statilius 11 (Kind, 1929), col. 2186.
  • 53 Cf. Nutton, Archiatri, p. 221, n° 41.

24La numismatique confirme la datation de l’activité de Stat. Attalos, puisqu’il a offert aux néoi de sa patrie trois émissions monétaires (Fig. 23-25) frappées sous Antonin le Pieux et Marc Aurèle, d’après les effigies impériales au droit51. Les légendes des monnaies précisent le statut d’Attalos : il y est qualifié d’ἀρχίατρος dès les exemplaires remontant à l’époque d’Antonin le Pieux. Pareille mention ne signifie cependant pas que Stat. Attalos était déjà en poste à la cour dudit empereur. Comme signalé précédemment, le titre d’archiatros était porté aussi bien par des médecins de cour, notamment sous l’Empire romain, que par des médecins civiques, en particulier en Asie Mineure. Il est donc possible que Stat. Attalos ait d’abord été actif dans sa ville natale sous le règne d’Antonin, avant de devenir le médecin des empereurs Marc Aurèle et Lucius Verus, et déjà peut-être d’Antonin le Pieux à la fin de son règne. Kind52 s’était d’ailleurs appuyé sur les mêmes légendes monétaires pour affirmer que le médecin de Marc Aurèle et de Lucius Verus avait été médecin civique à Héra-clée : deux des émissions portent certes, au revers, la mention Στ(ατίλιος) Ἄτταλος ἀρχίατρος Ἡραϰλεωτῶν νέοις, à laquelle Kind prêtait la signification « Statilios Attalos, archiatros d’Héraclée, aux néoi ». Mais, V. Nutton53 a fait remarquer que le troisième type présente, sur l’avers, la dédicace Νέοις Ἡραϰλεωτῶν, tandis que le revers porte l’inscription Στ(ατίλιος) Ἄτταλος ἀρχίατρος ; la traduction correcte est donc « Statilios Attalos archiatros, aux néoi d’Héraclée ».

  • 54 Pour la plus ancienne mention datée d’un médecin civique qualifié d’ἀρχὶατρος, dans une inscriptio (...)

25Nutton estime néanmoins que la tradition médicale familiale observée chez les Statilii rend très probable la fonction de médecin civique occupée par Stat. Attalos à Héraclée avant son départ pour Rome ; il aurait entamé sa carrière dans sa patrie après y avoir été formé par les siens. Rien ne permet cependant de reconstituer avec certitude la totalité du parcours professionnel du praticien héracléote. Un dernier élément pourrait être invoqué en faveur d’une carrière exclusivement au service des empereurs : Stat. Attalos vivait dans la seconde moitié du iie s. ap. J.-C., alors que, dans la documentation épigraphique, le titre d’ἀρχίατρος n’est porté par des médecins de ville qu’à partir de l’extrême fin du iie s. ap. J.-C.54 En définitive, seule la présence de Stat. Attalos à Rome à l’époque de Marc Aurèle et de Lucius Verus est, à ce jour, assurée.

  • 55 Cf. Robert, Carie, p. 179, n° 76 ; Samama, Médecins, n° 248 ([Σ]τατειλὶαν Ἀμ|μι(αν)ὴν ( ?) Στ. Ἄττ (...)
  • 56 Cf. Robert, Carie, p. 179, n° 77 ; Samama, Médecins, n° 247. Pour le texte grec de cette inscripti (...)
  • 57 Pour les rémunérations parfois très élevées perçues par les médecins au service de personnages for (...)

26Les deux inscriptions héracléotes qui nomment Stat. Attalos sont de nature similaire : il s’agit de dédicaces qui accompagnaient des statues offertes par le médecin à des membres de sa famille. La première représentait Statilia Ammianè, sa mère55, tandis que la seconde figurait Statilios Artémidore [40], son grand-oncle, lui-même archiatros à Héraclée56. Le don de ces deux statues ainsi que des émissions monétaires susmentionnées témoigne de l’aisance financière de Stat. Attalos. Il comptait vraisemblablement parmi les notables d’Héraclée vu les revenus importants57, mais aussi le prestige que devait lui avoir procurés son séjour à la cour impériale. Il jouissait de la reconnaissance de ses concitoyens, mais se montrait également soucieux de faire rejaillir sa notoriété sur sa famille.

  • 58 D’après les données autobiographiques renfermées par son impressionnante œuvre littéraire, Galien (...)
  • 59 Gal., Meth. med., XIII, 15 (X, 909-916 K.) ; M. Tecusan, The Fragments of the Methodists, I, Leyde (...)
  • 60 L’épisode dont il est question mentionne la mort du philosophe Théagène de Patras, ce qui indique (...)

27Concernant l’activité médicale proprement dite de Stat. Attalos, les doctrines et les traitements qu’il prônait, les inscriptions sont totalement silencieuses. Cependant, comme pour Criton, Galien complète à nouveau notre information. De fait, Stat. Attalos était le contemporain du grand médecin pergaménien, lui-même actif à la cour romaine sous Marc Aurèle58. Or Galien rapporte, dans la Méthode thérapeutique, un incident qui l’a opposé, à Rome, à un médecin du nom d’Άτταλος59. Au vu des personnages qu’il met en scène, cet épisode remonte à la seconde moitié du iie s. ap. J.-C.60 Voici les faits. Disciple du fameux Soranos d’Éphèse, le dénommé Attalos est un membre de l’école méthodique abhorrée par Galien. Il soigne alors Théagène, un célèbre philosophe cynique, atteint d’un phlegmon au foie. Galien lui conseille de modifier le traitement, afin d’ajouter des produits astringents aux remèdes relâchants appliqués jusque-là sur le foie du malade. Selon Galien, en effet, le foie doit être soigné par un mélange de remèdes, et non par les seuls médicaments relâchants préconisés par les médecins méthodiques ; ces derniers, déplore Galien, recourent aux trois mêmes moyens relâchants, à savoir les cataplasmes de pain et de miel, les bains d’huile chaude et la prise de bouillie de gruau, pour guérir toutes les maladies aiguës sans distinction. Mais, Attalos refuse d’écouter les conseils du Pergaménien, lui assurant qu’après trois ou quatre jours de son traitement, Théagène sera guéri. Galien conclut ironiquement son récit par l’annonce de la mort du philosophe,... à la plus grande surprise du médecin Attalos !

  • 61 Galien précise que tout le monde était au courant du traitement de Théagène, à cause de la réputat (...)
  • 62 Les deux savants ont même cherché à établir l’origine micrasiatique de l’Attalos de Galien. Vu l’i (...)

28Cet extrait galénique offre un éclairage très intéressant sur la pratique médicale de Statilios Attalos, si du moins il se réfère bien au médecin héracléote. De fait, Galien ne donne que peu de renseignements sur l’identité du praticien évoqué : il précise uniquement son surnom ainsi que sa formation méthodique. En l’absence du nom de famille Statilios, il est impossible d’affirmer catégoriquement que l’Attalos de la Méthode thérapeutique et le Stat. Attalos des inscriptions d’Héraclée ne font qu’un. Cette identification est néanmoins très probable vu la convergence de divers éléments les concernant. L’Attalos de Galien et celui d’Héraclée étaient actifs dans le même lieu, Rome, et à la même période, sous Marc Aurèle. Tous deux jouissaient d’une grande renommée, puisque l’un était chargé du traitement d’un prestigieux philosophe de l’époque61, alors que l’autre avait été engagé à la cour impériale. Comme l’ont déjà observé W.H. Buckler et W.M. Calder, il serait étonnant que deux éminents médecins, portant le même nom, se soient illustrés simultanément à Rome62.

  • 63 Peut-être Attalos n’ avait-il pas encore été engagé à la cour impériale, lorsqu’il s’est occupé de (...)
  • 64 J.A. Lopez Ferez, Le témoignage de Galien sur les Méthodiques à Rome, in Mudry-Pigeaud, Écoles méd (...)

29Si l’Attalos de la Méthode thérapeutique et celui d’Héraclée sont un seul et même médecin, l’on peut toutefois se demander pourquoi Galien ne signale pas la position de médecin impérial occupée par Attalos ?63 Pourquoi il le présente comme un praticien parmi d’autres, sans référence particulière ? Le silence du Pergaménien peut être assez facilement expliqué par la polémique virulente qu’il entretenait contre les Méthodiques64. Il les exécrait véritablement, dénigrant leurs doctrines médicales simplistes et leur thérapeutique réduite. Galien ne désire manifestement pas faire la publicité de son adversaire : il se contente de souligner son appartenance à l’école méthodique en relation avec l’échec retentissant de ses soins. Mais il ne précise pas la reconnaissance dont Attalos jouissait au plus haut niveau de l’Empire, ce qui équivaudrait à promouvoir la médecine méthodique auprès du public. La discrétion avec laquelle Galien évoque son adversaire a donc pu être motivée par des convictions personnelles, par la rivalité professionnelle qui l’opposait aux Méthodiques. Le Pergaménien donnerait volontairement une image tronquée de l’activité d’Attalos : il omettrait d’indiquer ses succès, notamment son statut de médecin de cour, et resterait extrêmement vague quant à son identité. Malgré ces précautions, notre étude suggère que l’Attalos méthodique de Galien, élève de Soranos d’Éphèse, était très probablement le Statilios Attalos originaire d’Héraclée de la Salbacè, nommé médecin personnel des empereurs Marc Aurèle et Lucius Verus.

2. Des médecins en quête du secours d’Asclépios

  • 65 L’épitaphe de l’archiatros Papias cite les ancêtres de ce médecin, lesquels avaient été archiatroi (...)
  • 66 Supra, p. 100 sq.

30À Héraclée de la Salbacè, l’étude des témoignages épigraphiques, complétés le cas échéant, par les textes, en particulier les écrits galéniques, révèle le succès considérable rencontré par la médecine professionnelle sous le Haut-Empire. Au total, ce sont dix médecins [36-45] au moins65 qui y sont mentionnés, entre le ier s. et le iiie s. ap. J.-C. Malgré le manque de données chiffrées absolues, permettant d’évaluer l’importance de l’activité médicale dans les cités antiques, le nombre de dix médecins sur une période de trois siècles semble refléter une activité médicale intense, par comparaison avec les résultats obtenus dans d’autres cités, en Carie notamment66. La médecine professionnelle a fait l’objet à Héraclée, dans les premiers siècles de notre ère, d’une promotion sans précédent. Le secteur médical semble avoir reçu à l’échelon local une forte impulsion ; la formation des praticiens y a été favorisée au sein de certaines familles. La qualité de l’enseignement dispensé explique sans doute la reconnaissance des compétences locales en dehors de la cité, illustrée par la nomination de deux membres de la famille héracléote des Statilii à la cour impériale, à l’extrême fin du ier s. et au iie s. ap. J.-C. Le formidable développement de l’activité médicale à Héraclée de la Salbacè a ainsi rayonné jusqu’à Rome.

  • 67 Robert, Carie, p. 227. Les cultes héracléotes sont essentiellement connus par les sources numismat (...)

31Néanmoins, malgré leur savoir, leur réputation et leur présence nombreuse tout au long du Haut-Empire, les médecins ne constituaient pas à Héraclée l’unique recours des malades. De fait, le dieu guérisseur par excellence, Asclépios, était également honoré dans la cité. Le nom d’Héraclée de la Salbacè n’apparaît pourtant pas dans l’inventaire des cultes asclépiéens en Carie (Annexe 1). Cette absence est due à la nature des sources disponibles, puisque seules des monnaies dénotent l’introduction du dieu-médecin parmi les dévotions officielles de la cité héracléote. À cet égard, le culte asclépiéen à Héraclée constitue une exception à notre interprétation de la signification cultuelle, ou plutôt de l’absence de signification cultuelle des émissions monétaires à l’effigie de divinités. De fait, le nombre élevé et surtout les types particuliers des monnaies héracléotes à l’image d’Asclépios et de ses auxiliaires, notamment des frappes pseudo-autonomes, amènent à les considérer comme des indices probants de l’introduction du dieu de la médecine dans les cultes locaux. D’ailleurs, L. Robert avait déjà souligné, dans sa synthèse sur le plateau de Tabai, l’apport essentiel de l’étude des monnaies à la connaissance des cultes héracléotes67. Les sources numismatiques révèlent la position privilégiée occupée par le dieu-médecin au sein des cultes d’Héraclée de la Salbacè. Comme l’indique le nom de la cité, la divinité majeure du panthéon local était Héraclès ; la fondation et la protection de la ville étaient placées sous son patronage. En revanche, il est, à première vue, plus surprenant de constater que la deuxième place était occupée par Asclépios.

  • 68 BMC Caria, p. 120, n° 26-27 ; Head, HN2, p. 620 ; Robert, Carie, p. 227, n. 14.
  • 69 Selon les types, le droit présente, sous la forme d’un buste féminin, l’image de la βουλή ou de la (...)
  • 70 BMC Caria, p. 117, n° 10 ; Head, HN2, p. 620 ; Robert, Carie, p. 227, n. 16.
  • 71 Pour les émissions dites « pseudo-autonomes » dans l’est de l’Empire : supra, p. 188.

32Sous l’Empire, plusieurs types monétaires héracléotes portent l’effigie d’Asclépios, mais aussi de sa fille et assistante favorite Hygie. Sous Marc Aurèle, l’image du dieu d’Épidaure assis, accompagné d’un serpent lové devant lui, est reproduite au revers du buste de l’empereur68. Le même motif orne le revers d’émissions pseudo-autonomes, en association avec le buste d’une assemblée civile sur l’avers69. De même, Hygie apparaît également sur un type pseudo-autonome70 : elle est figurée debout devant un autel, nourrissant un serpent au moyen d’une coupe, au revers d’un buste du Peuple. La présence d’Asclépios et d’Hygie sur des impériales grecques pseudo-autonomes est un premier indice de l’importance accordée au culte du dieu guérisseur dans la cité. Le dieu-médecin et sa fille avaient été choisis en tant que divinités emblématiques de la ville sur des frappes résultant d’une autorisation spéciale de l’empereur ou du gouverneur71 ; ils devaient donc occuper une position éminente au sein des cultes urbains.

  • 72 Pour les monnaies ddhomonoia entre Héraclée de la Salbacè et Laodicée du Lycos : Robert, Carie, p. (...)

33Le succès de la dévotion asclépiéenne est confirmé par une monnaie d’homonoia entre Héraclée de la Salbacè et la cité voisine de Laodicée du Lycos, située quelque 25 km au nord. Sur pareilles monnaies d’alliance entre deux villes, il est d’usage que chacune des deux cités soit représentée par un motif. Dans le cas présent, le revers d’une émission datée de Commode (180-192), met face à face Zeus debout et Asclépios assis, le premier symbolisant Laodicée, le second Héraclée72. Si le choix de Zeus est tout à fait conforme à la position dominante qu’occupait le maître de l’Olympe dans les cultes laodicéens, la présence d’Asclépios à ses côtés est plus inattendue. D’ailleurs, sous Philippe (244-249), Héraclée est représentée, sur d’autres monnaies d’homonoia entre les deux mêmes villes, par son dieu poliade Héraclès. Il convient de souligner ici l’écart chronologique entre les deux émissions : Asclépios semble avoir connu sa plus grande popularité à Héraclée de la Salbacè, dans la seconde moitié du iie s. ap. J.-C., y supplantant même Héraclès. C’ est seulement plus tard, au cours du iiie s. ap. J.-C. que le héros éponyme de la cité y a repris un rôle prépondérant.

34Or le contexte historique fournit un élément d’explication de l’essor du culte asclépiéen au iie s. ap. J.-C. : il intervient à une époque marquée par l’expansion de la fameuse pestis galenica ou pestis antoniana, qui ravage alors l’Empire, du Rhin à la Mésopotamie. Il faut d’ailleurs noter que Sarapis et Isis font également leur apparition sur les monnaies héracléotes à la même période. Des cultes guérisseurs se seraient ainsi développés sous le règne de Marc Aurèle, en réponse à des circonstances sanitaires alors très difficiles : l’impuissance des médecins face à l’épidémie aurait provoqué cet appel aux dieux guérisseurs, en particulier à Asclépios, c ‘est-à-dire un dieu exclusivement sauveur, et non Apollon par exemple, qui par ses flèches, pouvait aussi être porteur de peste ! L’émission d’une nouvelle frappe monétaire à l’effigie d’Asclépios, sous Commode, correspond, du reste, sur le plan historique, à une reprise de la peste, qui décime à nouveau les populations.

  • 73 Sur les exemplaires à l’effigie d’Asclépios, voir LBW1695, n° 4 ; BMC Caria, p. 120, n° 26 ; Rober (...)

35D’ailleurs, d’autres monnaies héracléotes illustrent le développement du culte d’Asclépios, dont le secours était imploré même par les médecins. Il s’agit des émissions monétaires qui ont été dédiées aux néoi de la cité par l’archiatros Statilios Attalos [41]73. Le terme de néoi désignait, dans le monde grec, une catégorie d’âge, à savoir les jeunes hommes entre dix-huit et trente ans, après l’éphébie. Regroupés en associations, ils sont souvent mentionnés en lien avec le gymnase, dans les inscriptions de la Méditerranée orientale ; certaines cités abritaient d’ailleurs un gymnase réservé aux néoi et dirigé par son propre gymnasiarque. La mention Στ(ατίλιος) Ἄτταλος ἀρχίατρος Ἡραϰλεωτῶν νέοις, inscrite au revers des monnaies, ne laisse subsister aucun doute sur l’identité du donateur. Cette légende entoure l’image d ‘un dieu ; trois types nous sont parvenus avec trois divinités différentes, à savoir Héraclès (Fig. 23), Asclépios (Fig. 24) et Artémis (Fig. 25). L’avers est généralement occupé par l’effigie impériale, en l’occurrence celle d’Antonin le Pieux ou de Marc Aurèle, les deux empereurs sous lesquels Stat. Attalos pourrait avoir exercé son art à la cour romaine. La tête d’Antonin le Pieux est associée à l’image d’Héraclès debout au revers, alors que celle de son fils est reproduite au droit de la figure d’Asclépios assis. Quant à Artémis, elle apparaît sur un type pseudo-autonome, puisqu’elle est représentée entre deux cerfs, au revers de la tête d’Héraclès, et non de l’effigie de l’empereur.

36La présence d’Héraclès, au revers ou au droit, est doublement justifiée, puisqu’il était considéré comme le grand dieu protecteur de la ville, mais aussi comme le patron des exercices gymniques, en relation directe avec les néoi. De même, la place octroyée à Artémis s’explique probablement par la protection qu’elle assurait en faveur de la jeunesse. Quant au choix d’Asclépios, il répond sans doute à nouveau à la situation sanitaire catastrophique : l’épidémie de peste touchait toutes les classes de la population, y compris les jeunes gens, qui représentaient l’avenir de la cité. L’image d’Asclépios sur des émissions monétaires offertes aux néoi constituait à la fois un message d’espoir pour la population et un appel au secours divin, au profit des jeunes gens en particulier. Stat. Attalos, comme tous ses confrères, devait se sentir complètement impuissant à venir en aide à ses concitoyens : face aux ravages causés par la peste, notamment chez les jeunes, il n’avait d’autres recours que l’assistance divine qu’il recherche auprès d’Asclépios, le dieu sauveur par excellence.

37En définitive, d’après les monnaies, le culte du dieu-médecin a connu, à Héraclée de la Salbacè, son apogée dans la seconde moitié du iie s. ap. J.-C., c’ est-à-dire à l’époque où lapestis galenica ravageait l’empire, laissant les médecins totalement démunis. La dévotion asclépiéenne a alors même concurrencé le culte du patron divin de la ville, Héraclès. Dans la cité héracléote en proie à la peste, les médecins, comme le reste de la population, ont placé leurs derniers espoirs dans le pouvoir guérisseur d’Asclépios. Dans des circonstances sanitaires extrêmement graves, la ville d’Héraclée de la Salbacè offre ainsi l’exemple d’un recours à la médecine divine, provoqué par les insuffisances de la médecine professionnelle. Conscients de leur impuissance, les médecins eux-mêmes, notamment Stat. Attalos, se sont tournés vers le dieu guérisseur Asclépios, qui apparaissait alors comme leur dernier espoir.

Notes

1 Au nord, la limite du plateau est marquée par le Baba Dag, à l’est par le Boz Dağ et au sud par le Sandras Dağ et les montagnes de Muğla. Quant à la frontière occidentale, elle est matérialisée par un profond ravin, la dépression du Yenidere. Cf. Robert, Carie, p. 17-18, 22-39.

2 Les études numismatiques et prosopographiques mettent en évidence l’isolement de cette région. Elle n’a eu que très peu de relations avec le reste du monde grec, mais elle a aussi vécu à l’écart de la Carie voisine. Le monnayage des villes du plateau de Tabai démontre qu’ elles étaient totalement coupées de la Carie centrale et occidentale. Les rares échanges avec le dehors transitaient par le nord, via Laodicée du Lycos et Aphrodisias. Cf. Robert, Carie, p. 377-379.

3 La concentration exceptionnelle de médecins à Héraclée de la Salbacè avait déjà été mise en évidence par L. Robert dans son ouvrage relatif au plateau de Tabai (cf Robert, Carie, p. 225). Néanmoins, à ce jour, aucune étude spécifique n’ a encore été consacrée aux médecins héracléotes.

4 Cf. C. Nissen, Heracleia Salbakè, centre médical au Haut-Empire, in N. Sari, A. Haydar Bayat, Y. Ülman et M. Isin (éds), Actes du 38e Congrès International d’Histoire de la Médecine (Istanbul, 1-6 septembre 2002), Ankara, 2005, p. 77-83.

5 Cf. Robert, Carie, p. 178, n° 75. Dans une seconde inscription d’Héraclée de la Salbacè (ibid., p. 167, n° 49 ; Samama, Médecins, n° 246), Criton est seulement qualifié de ἀρχιατροῦ τοῦ ϰυρὶου Καὶσαρος, car le nom complet de l’empereur est cité dans les premières lignes. — Enfin, une inscription d’Éphèse mentionne le même praticien héracléote en tant que médecin de l’empereur Trajan, selon une formulation strictement identique à celle reproduite dans la première inscription héracléote. Cf. I. Ephesos III 719 ; Samama, Médecins, n° 205 (l. 4-7 : τὸν| | ἀρχιατρὸν [...] Αὐτο | ϰράτορος Νέρουα Τραїανοῦ Καὶσα | ρος Σεβαστοῦ).

6 Robert, Carie, p. 179, n° 76-77 ; Samama, Médecins, n° 247-248.

7 Infra, p. 289 sq.

8 Robert, Carie, p. 170 (n° 57, 58), 179 (n° 77), 197 (n° 115) ; Samama, Médecins, n° 247, 249250, 252.

9 MAMA VI 114 ; Robert, Carie, p. 177, n° 70b ; Samama, Médecins, n° 245, en part l. 12–13 ([Ἡ βουλὴ ϰαὶ ὁ δῆμος] | ἐτεὶμησεν [ταῖ]ς μεγὶσταις ϰαὶ [ϰαλλὶσταις τειμαῖς] | Ἀρχέλαον Εὐνεὶϰου, [φ]ύσει δὲ Ἀπολ[λωνὶου ?— ca 13 —] | ϰαὶ ἱερατεύσαντα ϰαὶ γυμνασιαρχήσαντα [— ca 12– – –]| [—]η φιλοδ[ὸξως ϰαὶ μεγαλομ]ερῶς ϰαὶ στε[φανηφορήσαντα—] | | <πασ>πάσας ἀρχὰς τελού[μενον ἀ]γνῶς ϰαὶ δ[ιϰαὶως, ἄνδρα ϰαλὸν ?] | ϰαὶ ἀγαθὸν ἄντα ϰαὶ ἄριστο[ν περὶ] τὴν πο[λει]τεὶαν, [λέγοντά τε] | ϰαὶ πράσσοντα διά παντὸς [τὰ ϰάλλι]στα ϰαὶ συνετὸν ται[– – –] | ξῶντα ϰαλῶς επιειϰῶς ϰαὶ φιλανθρώπ[ω]ς ϰαὶ ἀξὶως τῆς τῶ[ν προγό] | νων ἀρετῆς, πὶστει ϰαὶ σωφροσύνηι ϰ[αὶ] διϰαιοσύνηι ϰαὶ τῆι π[αρ’ ὅ] | | λον τὸν βὶον ἀναστροφήι διαφέροντα, [— –– –] π[ρο]ῖϰα πολλάϰις εν τοῖς| ἀνανϰαὶοις ϰαιροῖς παρασχόμενον το[ῖς πολεὶ]ταις ϰαὶ δημοσία ϰαὶ | ἰ[δ]ιωτιϰῶς, ϰαὶ [διὰ] τῆς ἰατριϰῆς τέχνης εὶς τὴν τῶν ἀπὸρων ὄνησιν πλεὶστην | μελ[έτην] ποιούμε[νον ϰαὶ — ]τως δόν[τα], πάσης ἀρετή[ς ἕ]ν[ε]ϰεν).

10 Ibid., l. 3-4.

11 Pour l’exercice par plusieurs archiatroi cariens de fonctions publiques : supra, p. 149 sq.

12 Robert, Carie, p. 170, n°57 ; Samama, Médecins, n° 249 ([Χ]αρμίδην πρύτανιν| ϰαὶ στεφανηφόρον | υἱον Μ. Αὐρ. Χαρμίδου | πρυτανέως ϰαὶ στε || φανηφόρου ϰαὶ ἀρχι | ατροῦ). - M. Aur. Charmidès est peut-être évoqué par une seconde inscriptions héracléote (Robert, Carie, p. 170, n° 58 ; Samama, Médecins, n° 250).

13 Robert, Cane, p. 170, n° 58 ; Samama, Médecins, n° 250 ([----Μ. Αὐρηλί |ου Χαρμίδου Μενά[ν]|δρου, πρύτανιν ϰαὶ στε|φανηφόρον ϰαὶ ἀρχια|τρόν ἕνα τῶν εὐγενεσ||τάτων ϰαὶ εὐσχημονεσ |τάτων ἀπο προγόνων βου |λευτῶν, πάσας ἀρχάς τε | ϰαὶ λειτουργὶας ἐϰτ[ετελε] | ϰότα τῇ πατρὶδι ϰα[τὰ τὸ] || λανπρότατον ϰα[ὶ φιλοτι] |μότατον, θύσα[ντα δὲ τοῖς] | πατρίοις θ[εοῖς ϰαὶ τοῖς Σε] |βαστο[ῖς-------]).

14 Robert, Carie, p. 197, n° 115 ; Samama, Médecins, n° 252 ([---] Παπίου ἀρχιάτρου, ἀπόγονον ἀρχιάτρων [---]|[---α]ὐτὸς ὁ Παππίας · ἐνταφή[σεται δὲ ϰαὶ] |[---] ἡ γυνὴ αὐτου · μετὰ δὲ [----]|[----]ιν, ἐνθάψαι εἰς τὸ μνη[μεῖον--] ||[τῷ ϰ]υριαϰῷ φὶσϰῷ (δηνάρια) ε’[--- ]|[---]ΟΨΙΣ ὰντ(ίγ)ραφον ἀπε[τέθη εἰς τὰ ἀρχεῖα —]).

15 Tel qu’il est reproduit par L. Robert (Carie, p. 197, n° 115) et É. Samama (Médecins, n° 252), le texte grec est le suivant (l. 1) : Παπὶου ἀρχιάτρου, ἀπὸγονον ἀρχιάτρων. Grammaticalement, Papias ne saurait donc être ce descendant d’archiatroi ; mais il était très probablement le père du personnage célébré par l’inscription, dont le nom à l’accusatif a disparu et qui était présenté comme un descendant d’archiatroi’ ; or, si le fils de Papias appartenait à une lignée d’archiatroi, il en va de même pour Papias lui-même. Par ailleurs, d’autres éditeurs ont privilégié la restitution ἀπογόνου ἀρχιάτρων (CIG 3953 h), qui fait de Papias en personne ce descendant d’archiatroi.

16 W.H. Buckler a tenté de préciser le lien de parenté entre ces deux membres de la famille des Statilii ; en fonction de la datation de leur activité respective, il avance que Stat. Attalos était peut-être le petit-fils ou le petit-neveu de Criton. Cette hypothèse demande néanmoins à être étayée par des éléments plus concrets. Cf. W.H. Buckler, T. Statilius Crito, Traiani Aug. medicus, in Jöai, 30,1936, Beibl. 7-8.

17 Robert, Carie, p. 179, n°77 ; Samama, Médecins, n° 247 (Στατίλιον Ἀρτεμὶδωρον ἀρχιατρ[ὸν] | τὸν ἑαυτοῦ πρὸθειον Στ.Ἄττ[α]λο[ς] | ἀρχιατρὸς Σεβαστῶν).

18 Pour les familles de médecins à l’époque impériale : Nutton, Archiatri, p. 200, 206 ; C. Nissen, Entre connaissances familiales et sectes médicales : quelle formation pour les médecins originaires de l’Asie Mineure à l’époque romaine ?, in Actes du colloque Doctrinarum disciplina. La transmission des savoirs dans le monde hellénistique et romain (Nantes, 22-24 mars 2007), à paraître aux Presses universitaires de Rennes. - Des familles de médecins s’étaient déjà mises en évidence dans la Grèce classique, à l’instar des Asclépiades de Cos et de Cnide : supra, p. 73.

19 Robert, Carie, p. 187, n° 88 ; Merkelbach-Stauber I, p. 273, n° 02/13/01 ; Samama, Médecins, n° 251 (Ἀπολλωνίδη ἐσθλέ,| σὲ μὲν γοάοντε γονῆε| [μ]υρομένω θάψαν φέρ|[τα]τον ἠΐθεον, | | [δεξι ?]ὸν ὶητῆρα · μέγα στε|νάχουσι δ’ ἑταῖροι | ὀϰτωϰαιδεϰέτες| ἄνθος ὁμηλιϰὶης ·| τὸνδε δὲ βωμὸν εθη || ϰε, πανύστατα δῶρα, Μέ |νανδρος, φείλος ἀ | δελφειοῦ μηδενὶ | λειπόμενος).

20 Dans l’Antiquité gréco-romaine, non seulement, la formation médicale débutait tôt, dès quinze ou seize ans parfois, mais surtout, aucun examen, aucun diplôme ne sanctionnait les compétences médicales acquises. Dans ces conditions, il n’est pas étonnant que plusieurs épitaphes célèbrent des jeunes gens présentés comme des médecins accomplis, alors qu’ils sont morts avant l’âge de vingt ans. Cf. André, Médecin Rome, p. 41-43 ; Nissen, o.c.

21 Souda, s.v. Διογενειανὸς.

22 Robert, Carie, p. 167, n° 49 ; Samama, Médecins, n° 246 ([Αὐτοϰράτορα Καίσαρα] | [Νέρουαν Τραїανὸν Ἄρ]ιστον Σεβ[αστὸν Γερ] | [μανιϰὸν Δαϰι]ϰὸν ἀρχιερέα μέγιστο[ν δη] | [μαρχιϰῆς ἐξ]ουσὶας τὸ ιθ’, [αὐ]τοϰράτορ[α] | [τὸ ὕπατον] τὸ ς’, πατ[έρα πατρ]ίδος [. · ·]|| [— ca 10 —]ΑΝΟΥΣΑ[— ca 15 — —]| [— ca 9 ἐ]ϰ διαθήϰη[ς Τ.] Στατι[λίου] | [Κρίτωνος το]ῦ γενομένου ἀρχιατ[ρου ϰαὶ] | [επιτρὸπου ϰα]ὶ φ[[]λου του ϰυρὶου Κ[αὶσαρος]) ; Robert, Carie, p. 178, n° 75 ([Τ. Στατὶλιον Κρὶτωνα τὸν ἀρχὶατρον ϰαὶ ἐπίτροπον ΑὐτοϰρἈτορος Νέρουα] | Τραιανοῦ [Καίσαρος Σεβαστοῦ] | [Γ]ερμανιϰοῦ Δαϰιϰο[ῦ] | Στατείλιος Μαρϰιανὸς| σὺν Στατειλίᾳἴ Κριτωνίδ[ι]| | τῇ μητρὶ τὸν Υδιον πατέρα).

23 Ibid., p. 167, n° 49 ; Samama, Médecins, n° 246.

24 W. Henzen, Inscriptionesgraecae, in Ann. Inst. Corr. Arch., 9, 1852, p. 155, n° iii ; LBW 1694 ; Robert, Carie, p. 200-201, n° 126 (------ΟΥΚΙ---1---ισϰουσιν τὰ τ- -|---ΔΩΙΙ ποιεῖσθ[αι--]| [--ν]όμιμοι ΕΣΟΙ----1 |---έντων παρὰ τ[ῶν---] | [-Στατιλ]ίων Κρίτωνος [ϰαὶ-] |[---πα]τρίδος ϰτιστ[ῶν —]| [...]).

25 Ibid., p. 224. Cf. Robert, Hellenica, III, p. 9.

26 Le surnom Ulpia est directement emprunté au nom de Trajan, dont les tria nomina avant son accession au trône, étaient M. Ulpius Traianus. - Sur les privilèges impériaux obtenus par Criton en faveur de sa patrie : Robert, Hellenica, III, p. 5-31 ; Id., Carie, p. 222-225 ; Fr. Quass, Die Honoratiorenschicht in den Stàdten desgriechischen Ostens, Stuttgart, 1993, p. 151-152.

27 MAMA VI 97 ; Robert, Cane, p. 163-164, n° 40 (l. 5-7 : [...], αὐξησάντων δὲ ϰαὶ ἀνυπερβλήτ[ως] | [τὸν δῆμον-------τειμαῖς------το]ῦ ϰ[υ]ρίου αὐτοϰράτορος Καίσαρος Τρα |[ιανοῦ Σεβαστοῦ ; trad. Robert, Carie, p. 164).

28 Pour l’interprétation de cette inscription en relation avec les faveurs accordées par Trajan sous l’influence de son médecin Criton : Id., Hellenica, III, p. 25-27.

29 Id., Carie,p. 178, n° 75.

30 J. Keil, XII. VorlaufigerBericht liber die Ausgrabungen in Ephesos, in JOAU, 23, 1926, col. 263-264 ; I. Ephesos III 719 ; Samama, Médecins, n° 205 ([Οἱ] θύοντες τῷ προπά|τορι Ἀσϰληπιῷ ϰαὶ τοῖς | Σεβαστοῖς ἰατροὶ ἐτείμησαν | Τ. Στατὶλιον Κρίτωνα τὸν | | ἀρχιατρον ϰαὶ ἐπὶτροπον Αὐτο | ϰράτορος Νέρουα Τραїανοῦ Καίσα|ρος Σεβαστοῦ Γερμανιϰοῦ Δαϰιϰοῦ| ϰαὶ ἱερέα Ἀναϰτόρων ϰαὶ Ἀλεξάν | δρου βασιλέως ϰαὶ Γαὶου ϰαὶ Λουϰίου | | τῶν ἐϰγόνων τοῦ Σεβαστοῦ · | ἐπὶ ἱερέως Τιβ. Κλαυδίου Δημοστρά | του Καιλιανοῦ, ἄρχοντος τῶν | [ἰατρῶν Λ. Ἀτιλὶου Οὐάρου | [ϰατ]ασϰευάσαντος τὴν τειμὴν ὡς ὑπέσχετο τοῖς ἰατροῖς | | [ἐϰ] τῶν ἰδὶων Γ. Ἀρρίου Ἑρμέρωτος| [ϰαὶ] τῶν ὑῶν αὐτοῦ Ἀρρίων Κελσιανοῦ | ϰαὶ Κέλσου).

31 Supra, p. 277, n. 78.

32 Cf. J. Keil, T. Statilius Crito, Traiani Aug. medicus, in JÔAI, 30, 1936, Beibl. 7-8.

33 Martial, Ep., XI, 60, 6.

34 Cf. Buckler, o.c., Beibl. 5 ; Marasco, Medici corte impero romano, p. 256.

35 Joh. Lyd., De mag., II, 28. — La présence de Criton en Dacie est assurée ; il n’ est cependant pas possible de déterminer si le médecin héracléote a pris part aux deux expéditions daciques (en 101 et 106), ou à une seule.

36 Cf. FGrHist, 200, F1-8.

37 Sur les œuvres médicales de Criton, cf. RE, s.v. Kriton 7 (Kind, 1922), col. 1936-1938 ; J. Scarborough, Criton, Physician to Trajan : Historian and Pharmacist, in Coll., The Craft of the Ancient Historian. Essays in Honor of Ch. G. Starr, Lanham, 1985, p. 394-397.

38 Galien désigne cet ouvrage tantôt par l’intitulé Περὶ ἁπλων φαρμάϰων, qui devait être son titre, tantôt par l’appellation ἡ φαρμαϰῖτις βὶβλος, au singulier ou au pluriel. Cf. Kind, o.c., col. 1936 ; Neue Pauly, s.v. Statilios Kriton (Touwaide, 2001), col. 921-922.

39 La liste des passages pharmacologiques galéniques tirés de Criton a été dressée par C. Fabricius, Galens Exzerpte aus alteren Pharmakologuen, Berlin, 1972, p. 192.

40 Sur les anciens pharmacologues cités par Galien, cf. ibid., en part. p. 190-192 sur Criton.

41 Douze citations intégrales de Criton sont reproduites par Galien : ibid., p. 66.

42 Sur la manière dont Galien a composé ses traités pharmacologiques, son attitude par rapport à ses prédécesseurs dans ce domaine, voir J.M. Jacques, La méthode de Galienpharmacologue dans les deux traités sur les médicaments composés, in A. Debru (éd.), Galen on Pharmacology. Philosophy, History and Medicine, Leyde, 1997, p. 103-129.

43 Gal., De comp. med. sec. loc., V, 5 (XII, 880-886 K.).

44 Pour l’explication de l’apparente contradiction du titre de l’ouvrage (Sur les remèdes simples) avec son contenu, incluant des remèdes composés parfois très complexes : Kind, o.c., col. 1936-1937.

45 Le traité sur les médicaments composés de Galien comprend deux ensembles de livres, dix livres intitulés Περὶ φαρμάϰων συνθέσεως τῶν ϰατὰ τόπους (XII, 378-1007 Κ. ; XIII, 1-361 Κ.) et sept autres, sous le titre Περὶ συνθέσεως φαρμάϰων τῶν ϰατὰ γένη (XIII, 362-1058 Κ.).

46 Gal., De comp. med. sec. loc., I, 3 (XII, 445 Κ.).

47 Ibid. (XII, 446-449 K.).

48 Ibid. (XII, 449-450 K.).

49 Trajan ne porte pas encore dans cette inscription, le titre de Parthicus qu’il recevra lors de l’expédition contre les Parthes, entre 114 et 117. Cf. Samama, Médecins, p. 365, n. 3.

50 Robert, Carie, p. 179, n° 76-77 ; Samama, Médecins, n° 247-248.

51 BMC Caria, p. 120, n° 25-26 ; Imhoof-Blumer, Kleinasiat. Miin%en, p. 132-133, n° 4 ; Robert, Carie, p. 220 ; Leschhorn-Franke, Munzen, p. 53.

52 Cf. RE, s.v. Statilius 11 (Kind, 1929), col. 2186.

53 Cf. Nutton, Archiatri, p. 221, n° 41.

54 Pour la plus ancienne mention datée d’un médecin civique qualifié d’ἀρχὶατρος, dans une inscription de Trézène, en 193 ap. J.-C. : supra, p. 147.

55 Cf. Robert, Carie, p. 179, n° 76 ; Samama, Médecins, n° 248 ([Σ]τατειλὶαν Ἀμ|μι(αν)ὴν ( ?) Στ. Ἄττα | λος ἀρχιατρὸς | Σεβαστῶν || τὴν εαυτου μη | τέρα).

56 Cf. Robert, Carie, p. 179, n° 77 ; Samama, Médecins, n° 247. Pour le texte grec de cette inscription : supra, p. 288, n. 17.

57 Pour les rémunérations parfois très élevées perçues par les médecins au service de personnages fortunés, en particulier dans les grandes villes, telle Rome : André, Médecin Rome, p. 107108,135-136, 138-139.

58 D’après les données autobiographiques renfermées par son impressionnante œuvre littéraire, Galien s’est installé une première fois, à Rome entre 162 et 166 ap. J.-C. ; mais c’ est seulement lors de son second séjour romain, dès 169 ap. J.-C., qu’ il a exercé ses talents au profit des membres de la cour, en l’occurrence le jeune prince Commode et son père l’empereur Marc Aurèle, mais aussi plus tard, Septime Sévère. Sur l’activité de Galien à la cour romaine, voir P. Moraux, Galien de Pergame. Souvenirs d’un médecin, Paris, 1985, p. 101-103, 105-107, 131-139 ; Marasco, Medici Cesari, p. 284-297.

59 Gal., Meth. med., XIII, 15 (X, 909-916 K.) ; M. Tecusan, The Fragments of the Methodists, I, Leyde, 2004, Fr 196. — Sur ce passage de Galien, voir H. Schöne, ΤΟ ΤΟΥ ΤΡΑῖΑΝΟΥ ΓΥΜΝΑΣΙΟΝ bei Galenos, in Hermes, 52, 1917, p. 106-107.

60 L’épisode dont il est question mentionne la mort du philosophe Théagène de Patras, ce qui indique une date avancée dans le iie s. ap. J.-C., puisque Théagène avait été l’élève de Peregrinos Proteus (ca 100-165 ap. J.-C.).

61 Galien précise que tout le monde était au courant du traitement de Théagène, à cause de la réputation attachée à son nom, lui qui, chaque jour, donnait des discussions publiques dans le gymnase de Trajan. Cf. Gal., Meth. med., XIII, 15, l. 6-8 (X, 909 Κ.).

62 Les deux savants ont même cherché à établir l’origine micrasiatique de l’Attalos de Galien. Vu l’identité de son maître, Soranos d’Éphèse, ils ont supposé qu’il pourrait avoir étudié dans la cité ionienne. Aucun élément objectif ne corrobore cependant cette hypothèse. Cf. MMAMA VI, p. 117.

63 Peut-être Attalos n’ avait-il pas encore été engagé à la cour impériale, lorsqu’il s’est occupé de Théagène ? La datation de la Méthode thérapeutique réduit cette hypothèse à néant : ce traité est l’un des derniers ouvrages de Galien, rédigé à la fin des années 190 ap. J.-C., voire plus tard (f V. Nutton, Style and Context in the Method of Healing, in Fr. Kudlien et R.J. Durling (éds), Galen’s Method of Healing, Proceedings of the 1982 Galen Symposium, Leyde, 1991, p. 1-4). À cette époque, Galien était inévitablement au courant du poste de médecin de l’empereur occupé par Attalos ; il omettrait donc volontairement de le signaler.

64 J.A. Lopez Ferez, Le témoignage de Galien sur les Méthodiques à Rome, in Mudry-Pigeaud, Écoles médicales, p. 187-201.

65 L’épitaphe de l’archiatros Papias cite les ancêtres de ce médecin, lesquels avaient été archiatroi comme lui ; cette famille héracléote avait donc déjà compté plusieurs médecins dans ses rangs avant Papias. Si nous ne connaissons nommément que neuf praticiens d’Héraclée, nous savons ainsi qu’ils ont été plus nombreux à exercer leur art dans la cité.

66 Supra, p. 100 sq.

67 Robert, Carie, p. 227. Les cultes héracléotes sont essentiellement connus par les sources numismatiques ; l’épigraphie ne procure que peu d’informations relatives à la vie cultuelle locale. En ce qui concerne Asclépios, une seule inscription renferme un nom théophore du dieu-médecin, en l’occurrence Ἀσϰληπιάδου. Cf. ibid., p. 193, n° 104.

68 BMC Caria, p. 120, n° 26-27 ; Head, HN2, p. 620 ; Robert, Carie, p. 227, n. 14.

69 Selon les types, le droit présente, sous la forme d’un buste féminin, l’image de la βουλή ou de la σύγϰλητος, deux assemblées politiques. Cf. BMC Caria, p. 116, n° 5-6 ; Robert, Carie, p. 227, n. 15.

70 BMC Caria, p. 117, n° 10 ; Head, HN2, p. 620 ; Robert, Carie, p. 227, n. 16.

71 Pour les émissions dites « pseudo-autonomes » dans l’est de l’Empire : supra, p. 188.

72 Pour les monnaies ddhomonoia entre Héraclée de la Salbacè et Laodicée du Lycos : Robert, Carie, p. 218.

73 Sur les exemplaires à l’effigie d’Asclépios, voir LBW1695, n° 4 ; BMC Caria, p. 120, n° 26 ; Robert, Carie, p. 220 ; Leschhorn-Franke, Münzen, p. 53. — Pour les émissions monétaires offertes par Stat. Attalos : supra, p. 293 sq.

Table des illustrations

Légende Fig. 23
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/276/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Légende Fig. 24
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/276/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 73k
Légende Fig. 25
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/276/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
URL http://books.openedition.org/pulg/docannexe/image/276/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 86k

© Presses universitaires de Liège, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search