Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les souvenirs littéraires

 | 
Vincent Laisney

Vendredi 3 juin

Se souvenir des beaux temps du symbolisme.

Enjeux poétiques et historiques d’une archive médiatique

Julien Schuh et Yoan Vérilhac

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quand on parle « Souvenirs littéraires », et tout particulièrement pour le symbolisme, on sait immédiatement de quoi il est question. Pour notre période, l’association se fait spontanément et comme naturellement avec un corpus quasi-canonique de textes et à un ensemble d’images d’Épinal forgeant une mémoire particulièrement anecdotique et sympathique des « beaux temps du symbolisme » pour reprendre la très significative expression d’Henri Mazel. Rappelons cette liste canonique, chronologiquement :

  • pour l’avant-guerre, Symbolistes et décadents, de Gustave Kahn (1902), Le Symbolisme, anecdotes et souvenirs, d’Adolphe Retté (1903), Promenades littéraires, souvenirs du symbolisme et autres études, de Remy de Gourmont (1912) ;

  • pour les années vingt : La Mêlée symboliste, d’Ernest Raynaud (1920-1922), Servitude et grandeur littéraires, de Camille Mauclair (1922), Les Dates et les Œuvres, de René Ghil (1923), Mes Souvenirs du symbolisme, d’André Fontainas (1928) ;

  • pour les années trente : ...

Auteurs

Julien Schuh est spécialiste d’Alfred Jarry et de la littérature fin de siècle (Alfred Jarry, colin-maillard cérébral, Champion, 2014). Il travaille actuellement au projet PRELIA (Petites Revues de Littérature et d’Art), destiné à produire une base de données des sommaires des revues d’avant-garde entre 1870 et 1940 (http://prelia.fr) et à un projet IUF « Synthétismes fin de siècle : Littérature, art et théâtre, entre culture de masse et avant-garde (1880-1910) ».

Maître de conférences en littérature française à l’université de Nîmes, Yoan Vérilhac est spécialiste de la période symboliste, des revues et de la critique à la fin du siècle (La Jeune Critique des petites revues symbolistes, PUSE, 2010). Ses travaux portent plus généralement sur les relations entre presse et littérature au XIXe siècle dans le cadre des recherches menées par le RIRRA 21 (université Montpellier III).

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540