Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les souvenirs littéraires

 | 
Vincent Laisney

Vendredi 3 juin

« La dernière fois que j’ai eu la joie de voir Marcel Proust… ».

Pour une typologie des Souvenirs littéraires

Luc Fraisse

Texte intégral

  • 1 Correspondance de Marcel Proust, établie, annotée et préfacée par Philip Kolb, Paris, Plon, 21 vol. (...)

1Officiellement et par principe, Marcel Proust n’a pas composé de Souvenirs littéraires. Une telle entreprise l’aurait détourné de son projet principal, l’aurait même dénaturé ; il ne se conçoit pas comme un témoin de son temps ; la situation du héros de Du côté de chez Swann, griffonnant sa première page d’écrivain sur les clochers de Martinville à l’insu de tous, montre assez combien, aux yeux de Proust, on advient à la littérature par un cheminement si personnel que les milieux littéraires n’y exercent a priori aucune influence ; la littérature ne se raconte pas, parce qu’elle échappe à une histoire événementielle ; le caractère fictif de l’écrivain Bergotte, dans la Recherche, dispense Proust et son narrateur de porter témoignage sur son évolution littéraire. Les Souvenirs littéraires sont entachés d’être aussi des souvenirs vécus, dont l’écrivain dit à Jacques Rivière : « Non, si je n’avais pas de croyances intellectuelles, si je cherchais simplement à me souvenir et à faire double emploi par ces souvenirs avec les jours vécus, je ne prendrais pas, malade comme je suis, la peine d’écrire1. » On n’en finirait pas de détailler les raisons pour lesquelles Proust n’a pas laissé de Souvenirs littéraires.

2Et dans le même temps, on rechercherait avec profit comment il en a laissé partout dans ses écrits. Proust n’aurait jamais été témoin littéraire de son temps ? Voire. La direction principale que se choisit à long terme un écrivain n’exclut pas des tendances littéraires annexes et secondaires, parfois opposées à cette direction principale ; à quoi s’ajoute chez Proust cet exercice méthodique du caméléon consistant à adopter un instant telle posture qui n’est pas la sienne, telle posture parfois même aux antipodes de la sienne, afin d’avoir éprouvé une fois de l’intérieur toutes les options que l’écrivain rejettera. C’est par ce chemin particulier que l’auteur de la Recherche se trouve avoir, en dépit de sa doctrine, parsemé ses écrits de souvenirs littéraires.

3Un seul exemple en sera donné ici. L’attribution du prix Goncourt à À l’ombre des jeunes filles en fleurs, en décembre 1919, réveille en son auteur le souvenir du banquet, auquel il avait assisté, donné le 1er mars 1895 en l’honneur d’Edmond de Goncourt, fait officier de la Légion d’honneur des mains de Raymond Poincaré, le futur président de la République étant à l’époque ministre des Beaux-Arts. Le lauréat du prix Goncourt revit donc ce banquet, une première fois dans une lettre à Rosny aîné, à la fin de décembre 1919 :

  • 2 Ibid., t. XVIII, p. 544-545.

Je me souviens qu’au banquet pour la croix de M. de Goncourt, banquet où je me trouvais (car j’ai connu M. de Goncourt !) Alphonse Daudet que son état maladif empêchait de se tenir debout porta un toast à Goncourt en disant qu’il le porterait assis, « parce que c’était plus familier ». Je trouve que cette façon de cacher la maladie a plus de grâce et quelque chose de plus courageux2.

4Il s’agit ici, pour le lauréat, s’adressant à un membre éminent de l’Académie Goncourt, de se rattacher au fondateur testamentaire du prix ; mais aussi, pour un lauréat d’ordinaire reclus dans l’obscurité de la maladie et placé en pleine lumière aujourd’hui, de rappeler qu’il a été, sinon acteur, du moins observateur de la vie littéraire, et que du reste, l’exécuteur testamentaire de Goncourt, Alphonse Daudet, si engagé dans la vie littéraire, était malade comme lui.

  • 3 En p. 4 : Proust y répond aux côtés de Jean Giraudoux et de René Bizet. Il s’agit d’un numéro d’hom (...)
  • 4 Marcel Proust, Essais et articles, publié avec Contre Sainte-Beuve et Pastiches et mélanges par Pie (...)

5On le voit, pour être dispersé et par là incident, le souvenir littéraire bénéficie d’une stratégie pour ainsi dire concentrée, sous la plume de Proust. À un tout autre point de vue et dans un autre contexte, le même banquet est évoqué par le lauréat, interrogé dans une série de questionnaires intitulée « Les Goncourt devant leurs cadets ». La réponse de Proust paraît dans Le Gaulois du 27 mai 19223. C’est pour évoquer un autre moment du banquet, où après les panégyriques décernés par le groupe naturaliste à coup de « cher maître » ou « illustre maître », Henri de Régnier, « qui devait parler au nom du symbolisme », tourné vers Goncourt, commença par un simple « Monsieur » qui glaça l’atmosphère. « Il me sembla que c’était la première fêlure4 », commente ici Proust témoin de la vie littéraire, apercevant dans cette anecdote significative un discret acte officiel de séparation, entre les deux courants dominant la dernière décennie du xixe siècle ; où l’on voit que Proust, s’il lui arrive, ce qui est rare, de se faire historien de la littérature, ne privilégie pas, comme le ferait un auteur tragique du xviie siècle, le moment de crise, de grande fracture, mais au contraire reprend la même fracture à son imperceptible origine : la fêlure entre symbolisme et naturalisme contenue tout entière dans le Monsieur d’Henri de Régnier à Edmond de Goncourt, décline, dans le contexte des chapelles littéraires, le poème de Sully Prudhomme alors si célèbre, intitulé « Le vase brisé ».

  • 5 Jean d’Ormesson, Une autre histoire de la littérature française, Paris, NIL éditions, 2 vol., 1997- (...)
  • 6 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Paris, Georges Charpentier, 1891.

6Le témoignage de Proust voisine, dans Le Gaulois, avec l’évocation de ce même banquet par Guy de Passillé, sous le titre de « L’esthétique des Goncourt ». Il s’agit pour Proust de montrer, en dévoilant l’un de ses souvenirs littéraires, qu’il détient et pourrait relater quant à lui, dirait Jean d’Ormesson, une autre histoire de la littérature française5 ; et de fait, en réunissant la lettre de 1919 et l’écho de 1922, on aperçoit comment le banquet de 1895 esquisse, sous la plume de Proust, l’équivalent de l’Enquête sur l’évolution littéraire qu’avait menée Jules Huret en 18916, sinon qu’avec une grande subtilité, l’auteur de la Recherche, sans avoir interrogé Alphonse Daudet ni Henri de Régnier, se montre capable d’esquisser un tableau de la littérature française en 1895, uniquement à partir de la façon qu’a eue, un jour de banquet, chaque écrivain contemporain présent de s’adresser à Edmond de Goncourt, dépliant ces adresses successives comme les comprimés japonais dans l’épisode de la madeleine.

7Proust est ainsi empli de souvenirs littéraires, et pourrait les consigner si sa philosophie esthétique ne s’opposait, non pas véritablement à les évoquer, mais bien plutôt à les rassembler dans un projet général. Un objet de recherche, dépassant de loin le cas de Proust, serait ainsi ouvert, consistant à délimiter les souvenirs littéraires émergeant incidemment dans des écrits qui, en eux-mêmes, ne sont pas des « Souvenirs littéraires ».

Souvenirs sur Proust : essai de typologie

8Mais à partir de là, Proust lui-même a suscité un très grand nombre de souvenirs littéraires ; un nombre suffisant pour espérer en apercevoir la typologie, les conditions d’existence et les buts, dans leur variété même.

  • 7 Robert Dreyfus, Souvenirs sur Marcel Proust, Paris, Grasset, 1926.
  • 8 Fernand Gregh, Mon amitié avec Marcel Proust, Paris, Grasset, 1958.
  • 9 Louis Gautier-Vignal, Proust connu et inconnu, Paris, Robert Laffont, 1976.
  • 10 Jacques Benoist-Méchin, Avec Marcel Proust, Paris, Albin Michel, 1977.

9Les Souvenirs littéraires consacrés à Proust peuvent constituer à eux seuls, étant donné la notoriété sans cesse grandissante de l’écrivain au cours du xxe siècle, une monographie, tels les Souvenirs sur Marcel Proust de Robert Dreyfus7, Mon amitié avec Marcel Proust de Fernand Gregh8 ou, dépassant le milieu du xxe siècle, Proust connu et inconnu de Louis Gautier-Vignal9 ou Avec Marcel Proust de Jacques Benoist-Méchin10. Pour ces deux derniers ouvrages, l’intention de Gautier-Vignal était, à cette date tardive, de revenir précisément sur tout ce qui s’était désormais dit sur Proust avant lui, de la part des témoins oculaires comme lui ; Benoist-Méchain de son côté rassemble en fait des témoignages qui ont commencé à prendre forme du vivant même de Proust. La première moitié du siècle a vu paraître toute une bibliothèque de Souvenirs littéraires sur Marcel Proust, sous forme de monographies jouant parfois avec les titres, générique ou par volume, du cycle romanesque, comme on le verra chemin faisant.

  • 11 Dans Marcel Proust, Correspondance générale, t. II, Paris, Plon, 1931.
  • 12 Georges de Lauris, À un ami, Paris, Amiot-Dumont, 1958.
  • 13 Marie Nordlinger, Lettres à une amie, Manchester, Éditions du Calame, 1942.
  • 14 Emmanuel Berl, Préface aux Lettres à Reynaldo Hahn, Paris, Gallimard, 1956.
  • 15 Lucien Daudet, Autour de soixante lettres de Marcel Proust, dans Cahiers Marcel Proust, no 5, Paris (...)
  • 16 Robert de Billy, Marcel Proust – lettres et conversations, Paris, Éditions des Portiques, 1930.
  • 17 Nathalie Cliford Barney, Aventures de l’esprit Paris, Émile-Paul frères, 1929, p. 59-75.

10Souvent aussi, les Souvenirs littéraires se formulent dans une préface au recueil des lettres qu’a adressées Proust à ce contemporain privilégié, qui les rassemble et les introduit aujourd’hui : Anna de Noailles11, Georges de Lauris12, Marie Nordlinger13, Emmanuel Berl14 livrent à cette occasion les images qu’ils ont conservées de l’écrivain Proust. À l’échelle de tout un volume d’ailleurs, il arrive à certains amis de l’écrivain de construire, selon une formule différente, leur livre de témoignage autour des lettres de Proust détenues par leur destinataire : c’est évident pour la monographie de Lucien Daudet intitulée Autour de soixante lettres de Marcel Proust15 et celle de Robert de Billy, Marcel Proust — lettres et conversations16 ; c’est aussi le cas du livre, déjà cité, de Robert Dreyfus. Même chose, mais en modèle réduit, chez Nathalie Cliford Barney, dans le chapitre « Marcel Proust : huit lettres, un rendez-vous » de ses Aventures de l’esprit17. Il s’agit bien évidemment de reconstituer le contexte des lettres ; mais ces dernières constituent bien plutôt les documents sur lesquels la mémoire va pouvoir travailler pour retrouver des souvenirs littéraires.

  • 18 René Peter, Une saison avec Marcel Proust, Paris, Gallimard, 2005.
  • 19 Louis de Robert, Comment débuta Marcel Proust, lettres inédites [1925] ; suivi de Souvenirs et conf (...)

11Une monographie entière peut être consacrée à une seule période de la vie de Proust. Celle de Louis Gautier-Vignal ne concerne que les dernières années, alors que les souvenirs de Robert Dreyfus ou de Fernand Gregh émanent de condisciples de l’écrivain au lycée Condorcet. Un livre de souvenirs, écrit en 1947 mais publié seulement en 2005, celui de René Peter intitulé Une saison avec Marcel Proust18, concerne uniquement les premiers mois de l’année 1906, durant lesquels le prochain auteur de la Recherche séjourne à Versailles, après la mort de sa mère. Le livre de Louis de Robert, Comment débuta Marcel Proust19, s’appuie sur des souvenirs personnels et d’importantes lettres, échangées au moment où Proust cherchait difficilement un éditeur pour Du côté de chez Swann. Deux moments cruciaux — au seuil de l’écriture, puis au seuil de la publication — sont ainsi isolés par ces témoins directs.

  • 20 Ils ont été regroupés chez Robert Laffont, dans la collection « Bouquins », en 1992.
  • 21 Voir Léon Daudet, Quand vivait mon père (souvenirs inédits sur Alphonse Daudet), Paris, Grasset, 19 (...)
  • 22 Jeanne Pouquet, Le Salon de Mme Arman de Caillavet, Paris, Hachette, 1926.
  • 23 Marie Scheikévitch, Souvenirs d’un temps disparu, Paris, Plon, 1935.
  • 24 Bernard Faÿ, Les Précieux, Paris, Librairie Académique Perrin, 1966.
  • 25 Hommage à Marcel Proust : 1871-1922 : Souvenirs. L’œuvre. Témoignages étrangers. La Prison­nière (f (...)

12Chez d’autres au contraire, les souvenirs sur Marcel Proust sont pris dans l’évocation d’une époque, et là au moins de deux manières différentes encore. Proust pourra intervenir, inopinément faudrait-il dire, dans le tableau général de l’époque : ce sera le cas dans tous les livres de Léon Daudet formant les différents volumes de ses Souvenirs des milieux littéraires, politiques, artistiques et médicaux20, tels Salons et journaux, Devant la douleur ou L’Entre-deux-guerres. L’écrivain est rendu vivant d’apparaître dans la mouvance d’un milieu, et ce tableau général permet à celui qui se souvient — ici donc Léon Daudet — de problématiser l’enjeu de Souvenirs littéraires consacrés à Marcel Proust, en affrontant un double paradoxe : Proust est un produit inversé de la Belle Époque et a présenté le cas étrange d’un mondain discret apparemment sans intérêt devenu un écrivain universel21. Proust peut, plus modestement, apparaître dans l’évocation d’un salon, qui est l’objet de la monographie : c’est ce que fait Jeanne Pouquet dans Le Salon de Mme Arman de Caillavet22. Les Souvenirs littéraires sur Proust, dans leurs apparitions ponctuelles, prennent la forme de ces photographies, où l’on voit l’auteur de la Recherche, encore écrivain en herbe, plus ou moins à l’arrière-plan dans un groupe, par exemple autour de Mme Straus. Le second mode d’exposition consiste à consacrer à Proust un chapitre, dans un livre présentant une génération littéraire. C’est ce que font Marie Scheikévitch, dans ses Souvenirs d’un temps disparu23, ou Bernard Faÿ dans Les Précieux24. L’Hommage à Marcel Proust25, préparé sous la houlette énergique de Jacques Rivière à la mort de Proust, et constituant le no 112 de La NRF, le 1er janvier 1923, juxtapose une exceptionnelle collection de tels Souvenirs littéraires, au-delà même de la première section explicitement consacrée aux souvenirs vécus ; ces articles pourront ensuite devenir tels chapitres dans un ouvrage plus général de leurs auteurs respectifs.

  • 26 Céleste Albaret, Monsieur Proust, propos recueillis et ordonnés par Georges Belmont, Paris, Robert (...)

13On rencontre encore des témoignages pris sur le vif, mais devenus en fait des témoignages rétrospectifs : c’est souvent déjà le cas des récits confiés à l’Hommage de janvier 1923. Mais plusieurs types seraient encore à différencier ici. Un écrit tardif peut prétendre restituer un souvenir littéralement recueilli en présence de Proust. C’est le cas du livre, déjà évoqué, de René Peter, restituant, en 1947, des conversations abondantes remontant aux premiers mois de 1906. Si par ailleurs ils ne constituent pas, selon la stricte définition, un ouvrage de Souvenirs littéraires, les propos de Céleste Albaret, recueillis et ordonnés par Georges Belmont sous le titre de Monsieur Proust26, ressortissent de façon emblématique à ce cas : les vraies paroles, les vrais faits et gestes de Marcel Proust, mais retranscrits cinquante ou soixante ans plus tard. Bernard Faÿ, dans son chapitre des Précieux, rapporte entre guillemets les propos reconstitués de Proust, en affirmant les avoir notés sur-le-champ, quarante ans plus tôt. Ces propos, concernant la création littéraire et l’élaboration de la Recherche, sont des plus intéressants :

  • 27 Les Précieux, éd. cit., p. 101.

L’essentiel, ce ne sont pas les scènes, bien qu’elles servent à distraire le lecteur et à lui fournir des symboles, mais la logique interne qui crée une cohésion chez ces personnages. Là est mon invention ; le reste vient du dehors et me fut donné. Mais je puis dire que chacun des héros de mon roman correspond à une tendance de moi, à un certain besoin que je devais extérioriser et pour lequel, tantôt mes rencontres, tantôt mes lectures, tantôt mes imaginations me fournirent la maquette extérieure27.

14Il y a peu de chances qu’il s’agisse des propos réels de Proust, car cette tirade est parsemée d’expressions que l’écrivain n’emploie jamais, sur ces mêmes sujets ; nous sommes donc mis en présence, plus exactement, de la pensée de Proust, mais transportée dans le vocabulaire d’un autre.

  • 28 Paul Morand, Journal d’un attaché d’ambassade, Paris, Gallimard, 1963.
  • 29 P. Morand, Venises, Paris, Gallimard, 1971.
  • 30 P. Morand, Journal inutile, texte établi et annoté par Laurent et Véronique Boyer, Paris, Gallimard (...)

15Une autre série, ressortissant à cette même famille, subtilise considérablement. Il s’agit des Souvenirs littéraires sur Proust qui commencent à l’époque même de Proust, mais se prolongent et y reviennent après sa mort et pendant une longue durée. Paul Morand écrit sur-le-champ, en 1917, le Journal d’un attaché d’ambassade28 dans lequel Proust fait de fréquentes apparitions, au sein de cette société de l’arrière, dans le Paris en guerre ; mais les évocations à nouveau de Proust, dans Venises29 et dans le Journal inutile30, partent de cette même époque, à chaud, pour se compléter de strates successives allant jusqu’aux années 1970 : ce n’est plus le même Proust qui réapparaît ici, alors même qu’une anecdote vécue en sa présence peut encore être rapportée ; l’auteur de ces anecdotes est toujours un témoin, mais sa position a changé à raison du changement de statut de l’écrivain évoqué, qui était au début un contemporain, et qui est devenu maintenant l’un des principaux auteurs du siècle. Un autre écrit, en marge du genre des Souvenirs littéraires proprement dit, donne mieux que tous à apercevoir ce curieux phénomène, c’est le journal d’André Gide, qui commence par rapporter au plus près des entrevues avec Proust, lors de visites à son chevet boulevard Haussmann, pour ensuite se détacher peu à peu, et insensiblement (là est tout l’intérêt peut-être) de cette situation première, à la faveur de relectures, d’événements accompagnant la gloire montante de Proust, qui est devenu résolument un grand auteur — soit une figure effaçant le personnage qu’on a personnellement connu. Les témoignages rassemblés dans l’Hommage de 1923 dénotent un commencement de prise de conscience de ce phénomène.

  • 31 Charles Du Bos, Approximations, Paris, Plon, 1922 (chap. « Marcel Proust », p. 58-117).
  • 32 Benjamin Crémieux, xxe siècle, Paris, Gallimard, 1924, p. 9-99.
  • 33 B. Crémieux, Du côté de Marcel Proust, Paris, Lemarget, 1929.
  • 34 Ibid., p. 82.
  • 35 Ibid., p. 83.
  • 36 Ernst Robert Curtius, Marcel Proust, Paris, La nouvelle revue, 1928.
  • 37 Ibid., p. 17.
  • 38 Ibid., p. 30.
  • 39 Élisabeth de Gramont, Marcel Proust, Paris, Flammarion, 1948.

16À des fins typologiques, il faudrait encore distinguer les contemporains, qui ont de loin correspondu avec Proust, mais peu après sa mort ne lui consacrent que des essais : Charles Du Bos reprend, dans la première série de ses Approximations31, un chapitre « Marcel Proust » datant de janvier-mars 1921. Benjamin Crémieux ménage un chapitre « Marcel Proust » dans la première série de son xxe siècle32, puis publie une monographie, Du côté de Marcel Proust33 ; de cette séparation entre la fréquentation de Proust et ces essais, ce dernier critique s’explique dans son livre : « Je n’hésite pas à proclamer qu’avoir connu Proust personnellement empêche souvent de le comprendre34 », et « Pour juger Proust à sa mesure, c’est peut-être un grand privilège de ne l’avoir pas approché35 » ; ce qui n’est pas son cas, mais voilà pourquoi ce témoin ne livrera pas de Souvenirs littéraires. Ernst Robert Curtius, dans son Marcel Proust36, discret sur sa relation directe avec Marcel Proust, trouve cependant à expliquer en quoi la connaissance personnelle de l’auteur servira l’analyse de son œuvre, considérant que « selon Proust, toute vraie critique doit tendre à découvrir non pas les idées ou les sentiments d’un auteur, mais les directions premières de sa personnalité37 », et ce parce que « la création littéraire est pour Proust une façon de creuser le problème de la vie de l’artiste38 ». Hybride en ce domaine apparaîtrait le Marcel Proust d’Élisabeth de Gramont39 : l’auteur a connu Proust et par le Faubourg Saint-Germain et par le monde littéraire, mais sa visée est ici, non de témoigner, mais déjà de caractériser l’œuvre.

  • 40 Léon Pierre-Quint, Marcel Proust – sa vie, son œuvre, Paris, Aux éditions du Sagittaire Simon Kra, (...)
  • 41 André Maurois, À la recherche de Marcel Proust, Paris, Hachette, 1949.

17Un peu plus loin enfin sur ce même chemin, il faudrait évoquer un cas sensiblement plus particulier : il s’agirait de ceux qui, contemporains de Proust, connaissant ceux qui l’ont connu, se sont intéressés à l’écrivain mais seulement après sa mort, en fréquentant son milieu. Remplissent diversement ces conditions les premiers biographes de Proust, Léon Pierre-Quint, publiant, alors même que la Recherche n’a pas paru tout entière, en 1925 un Marcel Proust – sa vie, son œuvre40, ou André Maurois, qui a épousé le modèle de Mlle de Saint-Loup dans Le Temps retrouvé, auteur en 1949 d’un À la recherche de Marcel Proust41 : c’est-à-dire que leurs biographies ne constituent pas des Souvenirs littéraires, mais se nourrissent de Souvenirs littéraires directs, comme celui-ci, concernant la période mondaine de Proust, livré par Léon Pierre-Quint :

  • 42 Ibid., p. 65.

Tous les quatre ou cinq jours, sur des bouts de papier épars, cartes d’invitation ou de visite, télégrammes, faire-part, il inscrivait le résultat de ses investigations. Parfois un de ses amis jetait un coup d’œil sur ce travail de documentation, s’attendant à trouver des pensées, des réflexions ayant un sens par eux-mêmes. Mais vite déçu, il rejetait ces notes incompréhensibles, où se trouvaient fixés le geste de celui-ci, le regard de celui-là, le mobile vraisemblable d’un refus, d’un rire, l’explication des faits de la plus minime importance dans leurs causes enchevêtrées. Pour l’œuvre toute nouvelle à laquelle il pensait, Proust rassemblait des matériaux inutiles pour tout autre que lui42.

  • 43 Georges Cattaui, L’Amitié de Proust, Paris, Gallimard, 1935. Ainsi se complète la liste des dépo­si (...)
  • 44 Critique, no 82, mars 1954, p. 195-200 et no 90, novembre 1954, p. 917-930, no 91, décembre 1954, p (...)
  • 45 « Albertine retrouvée : Alfred Agostinelli a-t-il pu inspirer La Prisonnière ? », Adam Internationa (...)
  • 46 G. Cattaui, Marcel Proust – documents iconographiques, Genève, Pierre Cailler, 1957.
  • 47 G. Cattaui, Marcel Proust : Proust et son temps, Proust et temps, Paris, Julliard, 1952.
  • 48 G. Cattaui, Marcel Proust, Paris, Éditions universitaires, 1958.
  • 49 G. Cattaui, Proust perdu et retrouvé, Paris, Plon, 1963.
  • 50 G. Cattaui, Proust et ses métamorphoses, Paris, Nizet, 1972.

18Dans cette marge un peu indécidable, qui ne relève pas des Souvenirs littéraires mais commence par les côtoyer, on rencontre Georges Cattaui, publiant pour commencer L’Amitié de Proust, préfacé par Paul Morand43, puis « Proust après trente ans44 », cependant qu’il interroge, la même année 1953, le demi-frère d’Agostinelli, Jean Vittore, portier d’hôtel en Savoie45 ; puis, le temps ayant passé, auteur d’un Marcel Proust – documents iconographiques46 qui sert de plaque tournante entre les témoignages contemporains et la documentation a posteriori, transition que formule aussi un essai de la même époque, Marcel Proust : Proust et son temps, Proust et le temps47. Puis le temps des souvenirs s’éloigne et s’abolit, le temps des essais monographiques s’est imposé, et ce sont enfin, successivement, Marcel Proust48, Proust perdu et retrouvé49 et Proust et ses métamorphoses50, Cattaui ayant été, entre-temps, traducteur et préfacier de la grande biographie de George Duncan Painter, parue en deux volumes au Mercure de France en 1966.

  • 51 À la recherche du temps perdu, édition réalisée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Paris, Gallim (...)
  • 52 Voir la traduction et le commentaire de ce passage dans Luc Fraisse et Sigbrit Swahn, « Marcel Prou (...)

19On pourra se demander combien de romanciers du xxe siècle ont prêté quelques traits de Marcel Proust à leurs personnages. Mais il est un cas très caractérisé de transfert générique, celui d’Algot Ruhe (1867-1944), plus tard connu comme le traducteur de Bergson en Suède, qui fut admis auprès de Proust pour au moins deux visites. Les deux interlocuteurs retirèrent de ces entretiens un mutuel mépris. Et cependant que le romancier de la Recherche introduisait dans le deuxième séjour à Balbec le personnage du philosophe norvégien51 — espérant, avec la naïveté du génie, qu’on n’y reconnaîtrait pas le philosophe suédois —, Algot Ruhe de son côté, revenu dans son pays, publiait un roman dans lequel, sous des noms d’emprunt, le héros rend visite à une personnalité littéraire parisienne, Marcel Proust rebaptisé M. de Laumes : leurs entretiens sont retranscrits avec semble-t-il la plus grande fidélité52.

Les facettes multiples du Souvenir

20Mais ce n’est pas assez de tenter de sérier les divers types de Souvenirs littéraires qu’a suscités Marcel Proust ; encore faudrait-il essayer aussi d’en dégager les principales facettes, les principales démarches.

  • 53 Gabriel de La Rochefoucauld, « Souvenirs et aperçus », dans Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 6 (...)
  • 54 Jean Cocteau, « La voix de Marcel Proust », ibid., p. 90-93, ici p. 91.
  • 55 R. Peter, op. cit., p. 32.
  • 56 M. Scheikévitch, Souvenirs d’un temps disparu, éd. cit., p. 65.
  • 57 Victor Egger, La Parole intérieure : essai de psychologie descriptive, Paris, Germer Baillière, 188 (...)

21Une importante facette des Souvenirs littéraires, centrés comme ici sur un écrivain particulier, est la transcription des conversations, le rôle primordial des propos rapportés. On le verrait dans le journal de Gide, on l’a vu dans le témoignage de Bernard Faÿ, et celui de Céleste Albaret pousse cette ressource à l’extrême, reposant exclusivement — sans une ligne écrite — sur les propos recueillis par Georges Belmont : les Souvenirs littéraires sont ici le produit d’un non-écrivain, sans la médiation d’Octave Mirbeau pour écrire le journal d’une femme de chambre. Si la Vie de Malherbe par Racan consiste à rapporter de bons mots, par lesquels seuls d’ailleurs nous est connue la doctrine du préclassicisme, les auteurs de Souvenirs littéraires ayant approché Proust tentent, non sans finesse, d’appréhender ce que sa conversation préparait de son œuvre. Considérons sous ce jour le témoignage de Gabriel de La Rochefoucauld : « les traits [de sa conversation] étaient aigus, tenaces, et préparaient un effet final sur lequel il n’insistait jamais53. » Jean Cocteau consacre une chronique entière à définir (c’est son titre) « La voix de Marcel Proust » : « Cette voix n’arrivait pas de la gorge, mais des centres. Elle avait un lointain inouï. Comme la voix des ventriloques sort du torse, on la sentait venir de l’âme54. » René Peter relève « ce déplacement initial des valeurs […], dans les conversations familières55 ». Marie Scheikévitch remarque, en comparaison avec Anatole France, que « Marcel Proust avait cette même faculté de poursuivre devant un auditeur de hasard tout un développement de pensées qui le préoccupaient56 ». Ces remarques ne laissent pas d’entrer en interférence avec la mystérieuse voix du narrateur anonyme de la Recherche. La parole continue chez Proust, observée par Marie Scheikévitch, évoque notamment l’ouvrage de l’un des interrogateurs de l’écrivain en herbe quand il passait la licence de Lettres à option philosophie, Victor Egger, auteur de La Parole intérieure57, ouvrage dans lequel le philosophe explique que la personnalité se constitue par une parole déroulée secrètement en soi-même, jamais interrompue, et qui fait pelote.

22Le rendu des conversations annonce, aux futurs commentateurs et historiens de la littérature, une étude des sources difficile, car extrêmement éparpillée, d’après le témoignage de Georges de Lauris, dans la préface au recueil de lettres qu’il publie en 1958 :

  • 58 Georges de Lauris, op. cit., p. 16.

Combien je dois à Marcel de phrases épinglées dans ma mémoire et dont la sonorité s’est, pour ainsi dire, enrichie des échos de tant de soirées rue de Courcelles ! De ces phrases, il faisait jaillir par l’occasion qu’il prenait de les citer, par les mots dont il les accompagnait, tout le plus secret rayonnement. Le grand mystère de l’art se révélait par leur coupe même et la qualité de leurs images. Elles donnaient à rêver comme le détail précieux d’un tableau de maître et paraissaient décorer la profondeur d’une vie spirituelle58.

  • 59 R. Peter, op. cit., p. 133.

23Ce que confirme René Peter, relevant chez Proust « l’admiration de tout ce qui n’était pas lui, ce besoin de chercher dans les œuvres des autres une découverte, quelque chose de bien personnel à chacun, qui fournisse un peu de nouveau, qui fasse progresser l’art59 ».

24L’idéal serait ici de faire entendre, de la voix même de Proust, son œuvre lue et parlée, ce à quoi s’attachent les témoignages recueillis dès 1925 par Léon Pierre-Quint :

  • 60 L. Pierre-Quint, op. cit., p. 66.

Il lisait très vite, s’interrompant souvent pour donner des explications, ajoutant aux incidentes et aux parenthèses de ses phrases des commentaires qui s’inséraient comme des notes critiques dans des notes critiques. Déjà difficile à suivre à la lecture, son style devenait incompréhensible à l’audition60.

25Et il faudrait mentionner ici spécialement le cas d’une conversation muette mais passionnante, livrée par Louis Martin-Chauffier, au moment de la mort de Proust :

  • 61 Louis Martin-Chauffier, « Marcel Proust analyste », dans Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 172- (...)

J’ai fait sourire de plaisir Marcel Proust en lui présentant timidement un jour une découverte que j’avais faite : Swann et “je” sont deux moments d’un même homme, deux aspects si l’on veut, d’une seule personnalité que les circonstances ont diversifiée, deux terrains de même nature, mais qui, plantés différemment, et sous des climats différents, n’ont pas fleuri de même façon61.

26À bien le considérer, le moteur des Souvenirs littéraires semble pour l’essentiel de faire apparaître l’éclairage mutuel que s’apportent la vie et l’œuvre d’un écrivain : la vie éclairée rétrospectivement par l’œuvre et l’œuvre rétrospectivement éclairée par la vie. Toute lecture de Souvenirs littéraires est mue par la croyance qu’explicite subtilement Gaston Gallimard, évoquant Proust au moment où l’écrivain vient de mourir :

  • 62 Gaston Gallimard, « Première rencontre », ibid., p. 62-66, ici p. 62.

Il me semble que si nous savions appliquer aux anecdotes qui le concernent l’esprit d’analyse qu’il a apporté à la peinture de ses personnages, nous saurions le retrouver tout entier dans la plus fugitive image que garde de lui notre mémoire62.

  • 63 « Quelques instantanés de Marcel Proust », ibid., p. 52-62, ici p. 57.
  • 64 « Un souvenir de Marcel Proust », dans Marcel Proust, Correspondance générale, t. II, Paris, Plon, (...)
  • 65 R. Dreyfus, op. cit., p. 134.
  • 66 Ibid., p. 278.
  • 67 B. Crémieux, « Note sur la mémoire chez Proust », dans l’Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 188- (...)
  • 68 Ramon Fernandez, Proust ou la généalogie du roman moderne, Paris, Grasset, 1979, p. 73.

27Voilà, discrètement exprimé, l’art poétique des Souvenirs littéraires. Voyons à l’œuvre ce moteur secret du témoignage. Pour Jacques-Émile Blanche, la profondeur du roman retourne les défauts de l’homme : « Soupçons, complications, suppositions folles, démontant par habitude ses propres sentiments comme les pièces d’une machine, et voyant les êtres dans le miroir coloré de son imagination, il procédait avec ses amis comme le romancier allait procéder avec les types qu’il créerait63. » Anna de Noailles souligne de son côté : « Ce grand sensoriel avait des passions décisives, un temps limité, une prescience de ses besoins spirituels, une solitude intérieure qu’on n’envahissait pas64 » et Robert Dreyfus observe parallèlement que « le renouvellement de ses amitiés fut une loi de cette existence dominée par la curiosité de connaître à fond le secret des cœurs dissemblables65 » et que « travailler, pour lui, c’est se préparer à la mort66 ». Benjamin Crémieux met en relief comment le tempo du cycle romanesque est conditionné par le mode même d’existence chez Proust, à savoir « les brusques plongées dans la vie suivies d’une immobilité et d’une réclusion presque complète durant d’interminables journées67 ». Ramon Fernandez, ayant aperçu Proust dans son intérieur et hors de chez lui, en induit, au plan le plus général, que la Recherche est « l’histoire réussie d’une vie ratée » et repose tout entière sur « la sublimation de l’échec68 ».

  • 69 Emmanuel Berl, « Proust ou le mystique de la création », Contrepoint, no 4, 1971, p. 127-130, ici p (...)
  • 70 Ibid., p. 128.
  • 71 Jacques de Lacretelle, « Apparition de Proust », dans Les Maîtres et les Amis, Paris, Wesmael-Charl (...)
  • 72 Ibid., p. 136.

28Dans les Souvenirs littéraires, la vie de l’auteur est revécue comme si elle résultait de l’œuvre. Suivons en ce sens le raisonnement d’Emmanuel Berl, dans un texte intitulé « Proust ou le mystique de la création » et prenant en compte sans les mentionner les entrevues auprès de Proust pour caractériser le statut de son œuvre : « Swann se trompe quand il croit avoir gâché les meilleures années de sa vie pour une femme qui n’était même pas son genre, puisqu’en les gâchant il a rendu possible le tableau qui les dépeint et que sans lui Proust n’aurait peut-être pas bien discerné les chagrins que Gilberte, Oriane et Albertine lui causent69 » ; raisonnement apparemment par l’absurde (comprenons bien : si Swann n’avait pas souffert d’Odette, jamais Proust n’aurait approfondi le chagrin que lui cause Albertine !), mais sous-tendu par cette conviction acquise en présence de l’écrivain dans sa chambre : « La vie n’avait pas de sens, elle prouvait seulement la possibilité de lui en conférer un par la création de l’œuvre qui, en l’exprimant, la sauve70. » Les images que rassemblent les auteurs de Souvenirs littéraires, sont celles d’un homme qui a pris la forme de son œuvre. Écoutons dans cette perspective le témoignage de Jacques de Lacretelle : « Peu à peu, il avait été déformé par les exigences de son œuvre71 », et d’ailleurs, lors de sa dernière visite à Proust : « Sa conversation, détachée des choses terrestres, était comme traversée par des regroupements mystérieux72. »

  • 73 R. de Billy, « Une amitié de trente-deux ans », dans l’Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 31-39, (...)
  • 74 Jacques Rivière, « Marcel Proust et l’esprit positif », ibid., p. 179-188, ici p. 180.
  • 75 Marthe Bibesco, Au bas avec Marcel Proust, Paris, Gallimard, Cahiers Marcel Proust, no 2, 1928, réé (...)
  • 76 L. Daudet, Autour de soixante lettres de Marcel Proust, éd. cit., p. 18.
  • 77 Ibid., p. 15.
  • 78 G. Cattaui, Marcel Proust, Paris, Éditions universitaires, 1958, p. 30.
  • 79 Ibid., p. 29.
  • 80 Ibid., p. 15.

29Se remettant à distance en présence de l’écrivain, autrefois plus ou moins connu suivant le témoin, celui qui se souvient se place devant l’ami ou le confrère disparu comme devant un nœud, dont il s’agirait de démêler, pour s’en saisir, le fil directeur. Faisant revivre le Proust qu’il a connu, Robert de Billy signale « sa mémoire visuelle si parfaite73 » et Jacques Rivière relève son hyperesthésie, qui en fait fondamentalement « un être exposé74 » ; Marthe Bibesco constate a posteriori : « il entretenait en lui le désir par le renoncement75. » Pour Lucien Daudet, Proust écrivain, c’est un langage forgé pour transmettre une vérité, ce qui peut s’induire de sa fréquentation, car d’une part, quand on l’accompagnait au Louvre, « tout ce qu’il découvrait dans un tableau, à la fois picturalement et intellectuellement, était merveilleux et transmissible ; ce n’était pas une impression personnelle, arbitraire, c’était l’inoubliable vérité du tableau76 » et d’autre part, dans la conversation, « on eût dit que son interlocuteur était pour lui un étranger dont il connaissait parfaitement la langue, une langue plus fruste sans doute que la sienne, et que, par politesse, il empruntât ce langage, pour se mettre exactement à son niveau et ne pas l’humilier77 ». La vision légèrement décalée que prend Georges Cattaui, cadet de Proust reconstituant sa personnalité en fréquentant ses proches après sa mort, lui permet de remarquer que, pour l’essentiel, précisément « Proust se sentait presque posthume78 », et procédait en tout « avec une lenteur intrépide, une précipitation féconde79 », qui réorganisent l’ensemble de ses écrits : « Les autres œuvres de Proust […] n’ont jamais été, aux yeux mêmes de Proust, que des préludes, des ébauches du Grand Œuvre, des travaux préparatoires ou parallèles, et des déchets80. »

  • 81 R. Fernandez, Proust ou la généalogie du roman moderne, éd. cit., p. 10-11.
  • 82 Ibid., p. 24-25.
  • 83 Ibid., p. 262.
  • 84 Ibid., p. 272.

30Les Souvenirs littéraires peuvent-ils s’élever jusqu’à esquisser une situation de l’écrivain évoqué dans le paysage de son époque ? Assurément, mais dans une optique différente de celle d’un historien de la littérature. Car l’histoire est ici présentée comme vécue : on exposera des manières de voir le monde à cette époque, les vogues, la façon dont la société littéraire, à l’image de la société tout court, était organisée. C’est ce que fait Ramon Fernandez expliquant la survenue atypique d’un écrivain de la rive droite81, et la rencontre difficile, après la guerre, d’un romancier formé dans l’obscurité du symbolisme et d’un public proprement démobilisé82 ; ici, le témoin oculaire peut souligner des rencontres de circonstances éclairantes : Proust formule sa critique du réalisme littéraire au moment où Léon Brunschvicg fondait un idéalisme critique contre le réalisme scientifique83 ; la complexité de Proust, note encore Fernandez, survient à contre-courant de la complexité contemporaine84. De telles analyses puisent leur force d’avoir constitué des choses vues, qui, on le mesure, sont loin toutefois de se cantonner à la pure anecdote.

À la recherche des sources décisives

  • 85 F. Gregh, op. cit., p. 27.
  • 86 Robert de Billy, op. cit., p. 26.

31Une discipline néanmoins de l’histoire littéraire nourrit abondamment les Souvenirs littéraires touchant à un écrivain en particulier — l’étude des sources. Encore n’intervient-elle pas dans l’optique propre à cette discipline. Observons ce point de vue particulier, ses conditions et ses visées. Le poète Fernand Gregh, condisciple de Proust au lycée Condorcet et agrégé de philosophie, évoque « les graves leçons de Darlu sur Leibniz ou Kant85 », qui seront de fait les seuls philosophes jamais démentis par le narrateur de la Recherche. L’avantage principal de ces indications de sources, c’est qu’elles sont immédiatement vérifiées : selon le témoignage de Robert de Billy, « l’étude des Dialogues de Platon lui apprit une méthode d’investigation, qu’il appliquait en souriant, mais avec rigueur86 ». La source n’a pas à être prouvée, elle est précisément attestée par le témoignage. Mais pourrait-on démêler dans quelle intention ?

32Comme il s’agissait précédemment de trouver le fil directeur, dans l’écheveau d’une personnalité créatrice, il s’agit maintenant de dévoiler la source décisive, et qui sans cela pourrait passer inaperçue. Voici comment introduit la question Robert de Billy :

  • 87 Ibid., p. 12-13.

Il fut frappé de ce que je lui racontai, d’un poème de Robert Browning : L’Anneau et le Livre, où un même événement est jugé, chant après chant, des façons les plus variées et par les intéressés et par les diverses fractions sociales et intellectuelles de la Rome papale. Cette façon de projeter la lumière sur un fait divers, de hauteurs dissemblables, et avec des puissances dissemblables, chandelle ou phare, jusqu’à ce qu’apparaissent en profondeur toutes les valeurs psychologiques qu’il est susceptible de manifester, est caractéristique de la méthode proustienne. À côté de George Eliot dont Marcel aimait Le Moulin sur la Floss, je pense que l’obscur chef-d’œuvre, dont il n’avait sûrement pas lu l’énorme développement, a été théoriquement un de ses modèles87.

  • 88 Ibid., p. 135.
  • 89 L. Gautier-Vignal, op. cit., p. 79.

33Une étude des sources serait à moduler selon ce principe : « je crois que Marcel retenait admirablement tout ce qu’il lisait, jusqu’à se souvenir de telle phrase au raisonnement typique, mais que, dans son existence, les lettres et les conversations ont pris plus de temps que la lecture et surtout un temps plus utile à la préparation de son œuvre, pour la confrontation dans son esprit d’un grand nombre d’expériences qui lui étaient rapportées88 », d’où l’on peut tirer une conséquence élargie chez Louis Gautier-Vignal : « La Recherche est pleine d’allusions à des peintres dont il ne connaissait pas les œuvres89. » Chez les uns on le voit, il s’agit pour le témoin de s’incorporer en quelque sorte à l’œuvre de l’écrivain évoqué, si l’on peut révéler que l’on a suscité une lecture déterminant dans une certaine mesure jusqu’aux structures de l’œuvre ultérieure. D’autres fois, on ne saurait dire si la faculté d’assimilation, constatée chez Proust, invite à s’en émerveiller ou à diminuer le mérite de celui qui la détient.

34La première visée, constructive, qui est la plus fréquente, se verrait illustrée par le témoignage complémentaire de Lucien Daudet, suggérant la perspective dans laquelle pourrait être aperçu le final « Bal de têtes » du Temps retrouvé, et le lien de cette séquence finale avec le pastiche du Journal des Goncourt qui précède de peu :

  • 90 L Daudet, op. cit., p. 38.

Dans sa lecture de Balzac, [Proust] en arriva à aimer Le Député d’Arcis dont la fin a été écrite, je crois, d’après des notes de Balzac, et même à aimer un pseudo-inédit de Balzac, roman que j’avais acheté dans une gare et lui avais apporté, qui s’appelait — je n’en suis pas sûr — La Famille Beauvisage, et où l’on retrouvait, réunis par d’étranges hasards, les personnages vraisemblablement vivants encore de La Comédie humaine vers 1850, punis ou récompensés suivant leurs mérites90.

  • 91 L. Gautier-Vignal, op. cit., p. 14.

35Or, ce témoignage est corroboré par Louis Gautier-Vignal, attestant que les Daudet « relisaient sans cesse la Comédie humaine dont ils connaissaient les moindres épisodes et dont les innombrables personnages leur étaient familiers91 », ce qui aura pour conséquence qu’ils présenteront les volumes de la Recherche par opposition aux romans de Balzac — comme des romans sans action ; ce qui replace dans une certaine perspective le roman de fin de vie, de fin d’œuvre aussi, d’un au-delà de l’œuvre, que choisit d’évoquer Lucien Daudet par rapport à Proust, en marge de La Comédie humaine de Balzac.

36L’auteur de souvenirs littéraires entend ainsi dévoiler la source déterminante, commandant la structure de l’œuvre que l’écrivain évoqué a laissée depuis lors derrière lui. Cette visée est patente dans le témoignage de Walter Berry :

  • 92 Walter Berry, « Du côté de Guermantes », dans Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 77-81, ici p. 8 (...)

Nous revenions fatalement au sujet du roman, à la forme du roman, qui le préoccupait, le passionnait, — à ce roman moderne, lequel, disait-il, se sclérosait, à ce roman dont il a tellement élargi les frontières. Il demandait des détails sur les novels anglais, et surtout sur la manière de Henry James, c’est-à-dire du roman vu, complètement vu, par un des personnages, un seul des personnages, comme notamment dans What Maisie Knew92.

37Mais les souvenirs littéraires permettent aussi de limiter une source qu’on sera trop pressé d’attribuer à l’écrivain — ce dont prévient Jacques Rivière :

  • 93 Jacques Rivière, Quelques progrès dans l’étude du cœur humain, Paris, Les Cahiers d’Occident, 1926, (...)

Je sais que Proust ne connaissait de Freud que le nom, et peut-être le sens général de sa doctrine. Mais il n’avait été informé de l’un comme de l’autre que tout récemment, et je peux affirmer qu’aucune influence n’en était résultée sur son œuvre93.

  • 94 É. de Gramont, op. cit., p. 95.
  • 95 Ibid., p. 121-122.

38Les lectures, que l’on peut attester chez l’écrivain, sont l’équivalent, pour son œuvre, des clefs pour ses personnages. C’est ainsi que la connaissance de la société et des milieux artistiques contemporains permet à Élisabeth de Gramont de transformer cette identification des clefs en une gamme de plus en plus subtile : « M. de Norpois est un comprimé des ambassadeurs de la fin du xixe siècle : Barrère, Courcelles, le marquis de Noailles. Ce langage prudent et fleuri a été aboli par l’aviation et le téléphone94 » ; ce témoin privilégié peut ainsi reconnaître dans les toiles d’Elstir « les champs de course de Degas, la lumière de Monet, la mythologie de Cézanne [on eût plutôt pensé à Gustave Moreau], les touches de Whistler95 ».

  • 96 Robert Proust, Introduction à la Correspondance générale, t. I, Paris, Plon, 1930, p. iv.
  • 97 Voir René Peter, op. cit., passim et notamment p. 36, 85, 89-90, 145 et 162.
  • 98 M. Scheikévitch, op. cit., p. 132.

39Si le mémorialiste d’une époque se targue d’avoir assisté à tout ce qu’il relate, contrairement à un historien, l’auteur de Souvenirs littéraires entend profiter de l’avantage d’avoir vu naître le projet même de l’œuvre : à ce titre, le frère de l’écrivain, Robert Proust, définit très bien dans quelle secrète espérance on aborde les Souvenirs littéraires d’un écrivain témoin d’un autre écrivain, qui est « d’assister à la naissance fragmentaire de l’œuvre96 ». Dans le cas particulier de Proust, René Peter est en situation de livrer un étrange témoignage, étrange encore pour la science d’aujourd’hui, selon lequel Proust aurait vécu, dès 1906, soit deux ou trois ans avant les premiers cahiers préparatoires de la future Recherche, la révélation d’un grand projet, fourmillant d’idées et de personnages, projet auquel il se met à travailler dès son retour et son installation boulevard Haussmann97. Mais Marie Scheikévitch n’est pas moins privilégiée, qui peut relater les conversations qu’elle avait avec le romancier, à partir de 1912, sur la composition générale de son livre : « j’avais l’impression de voir l’envers d’une tapisserie dont je ne pourrais comprendre le dessin et le sens que lorsque son auteur m’en aurait révélé la face98 », c’est-à-dire par la publication.

  • 99 L. Gautier-Vignal, op. cit., p. 68.

40Louis Gautier-Vignal, qui n’a connu Proust que dans les dernières années de sa vie, intervient à ce moment pour donner à apercevoir l’œuvre en cours de construction : « D’après ses réponses, je crois que le plan général de la Recherche était dès lors tracé dans son esprit, ainsi que la façon dont se terminerait l’ouvrage. Mais il hésitait encore sur le nombre de livres que celui-ci comporterait, car il ne pouvait prévoir les développements qu’il donnerait à telle ou telle partie du récit » et « montrant d’un geste la pile des cahiers cartonnés sur l’une de ses tables de chevet, Proust me dit qu’il comptait intercaler dans les ouvrages qui suivraient Swann bien des pages et même des épisodes entiers déjà composés […]. Il ne se dissimulait pas la difficulté d’introduire des pages récemment écrites, parmi d’autres écrites depuis longtemps99 » (les cahiers montrent d’ailleurs la difficile procédure inverse : introduire, dans une version de composition récente, des morceaux de rédaction ancienne). Certains même, comme Edmond Jaloux, témoignent de ce que le romancier projetait, au-delà de la version du cycle romanesque laissée au moment de sa mort :

  • 100 Edmond Jaloux, Avec Marcel Proust, Paris-Genève, La Palatine, 1953, p. 86-87.

La dernière fois que j’ai eu la joie de voir Marcel Proust — c’était à peu près trois mois avant sa mort — il nous confia que Robert de Saint-Loup devait devenir par la suite un homosexuel comme son oncle Charlus, au même âge et pour les mêmes raisons. C’est en effet cette transformation qui constitue la dernière partie d’Albertine disparue. Cette phrase de Marcel Proust me fait supposer que s’il n’était pas mort, il fût revenu longuement sur cette partie, car les raisons de la transformation psycho-physiologique de Saint-Loup demeurent assez secrètes et sa date reste imprécise100.

41Souvenir précieux, distillé dans un ouvrage d’analyse à chaud — les textes rassemblés ont été écrits et publiés entre 1923 et 1931 —, ce qui donne un statut privilégié à cette analyse, chaque fois que l’auteur de Souvenirs littéraires est un témoin se plaçant tout près de la pensée de l’auteur, et ayant opportunément été dès cette époque attentif aux problèmes de création.

  • 101 M. Nordlinger, op. cit., p. 119.

42Par rapport aux commentateurs de l’œuvre, les auteurs de Souvenirs littéraires adoptent, on l’a vu plusieurs fois, la position d’amateurs éclairés, ayant conscience de ne pas être des analystes professionnels des œuvres dont ils ont personnellement approché les auteurs, mais placés en situation de témoins oculaires qu’aucun professionnel de la postérité ne pourra occuper. La conscience d’instaurer le premier pas d’une postérité à long terme est fréquente, chez de tels témoins ; celle de servir, d’ores et déjà, de relais à une future étude méthodique de l’œuvre est sans doute plus rare. On l’aperçoit notamment à travers l’appel à la postérité et au travail encore à venir de la critique, que lance explicitement Marie Nordlinger, qui vient de rapprocher le célèbre passage sur la madeleine et une lettre à elle adressée sur les comprimés japonais, pour souligner aussitôt : « Ce rapprochement pose devant la critique le curieux problème du rôle qu’il convient d’attribuer aux comprimés japonais dans la formation de la méthode de Proust101. »

  • 102 Voir principalement Nathalie Mauriac Dyer, Proust inachevé. Dossier “Albertine disparue”, Paris, Ch (...)

43Lorsqu’ils touchent en profondeur à la conception de l’œuvre, les Souvenirs littéraires occupent, vis-à-vis même de leurs auteurs, une position indécidable, car dès leur origine, tout porte à penser qu’ils constituent un témoignage essentiel, sans qu’il soit possible de cerner exactement leur portée. Louis Gautier-Vignal ou Edmond Jaloux, relatant une réflexion de Proust, peu avant sa mort, sur l’augmentation toute récente de son œuvre, ne peuvent savoir combien leur témoignage corrobore et éclaire ce qu’indiquent les cahiers de brouillon et de mise au net, concernant l’épisode d’Albertine et son adduction au Temps retrouvé — champ de bataille des derniers mois de la vie de Proust102. Et cependant que ces témoins privilégiés de la création espéraient ainsi voir leur nom à jamais inscrit au Livre d’or de la postérité, nous sommes pris, à les lire, de la saisissante illusion qu’en avançant encore d’un pas, nous allons découvrir les coulisses de l’œuvre, au moment où le voile qui les dissimule commence devant nos yeux à se relever.

Discussion

44Vincent Laisney : Hier Dominique Maingueneau a pointé un aspect essentiel des Souvenirs littéraires, l’équivoque énonciative du sujet, tenté soit de rehausser l’objet remémoré, soit au contraire de le rabaisser, toujours en quête d’équilibre, cherchant sa place… Est-ce que vous avez observé dans votre corpus, une telle difficulté à trouver l’emplacement juste ?

  • 103 Maurice Duplay, Mon ami Marcel Proust, souvenirs intimes, Paris, Gallimard, coll. « Cahiers Marcel (...)
  • 104 Marcel Plantevignes, Avec Marcel Proust : causeries-souvenirs sur Cabourg et boulevard Haussmann, P (...)

45Luc Fraisse : Oui. Par exemple, celui qui dit : j’ai fait sourire de plaisir Marcel Proust en lui suggérant que Swann est « Je » ; on a ensuite de lui un témoignage décevant, aussi bien pour Proust que pour lui-même, lorsque, ayant vécu trente ans de plus, il participe à un volume d’hommage où il vient dire, ce qui est étonnant après ce témoignage, que Proust avait une personnalité absolument sans intérêt et qu’on ne pouvait avoir aucune conversation enrichissante avec lui, d’où l’on retire l’impression que, en 1923, c’était le petit jeune de l’équipe de la NRF qui pouvait dire quelque chose. Heureusement, il n’a pas pu inventer ce qu’il raconte, mais on aperçoit cette ambiguïté. Le cas d’Algot Ruhe est un peu particulier : il est un peu coincé parce qu’il est l’adaptateur officiel de Bergson, qui est le cousin de Proust, et donc il va voir Proust, éventuellement pour parler de son œuvre en Suède, car après le Prix Goncourt on commence à vouloir parler de Proust aux États-Unis et ailleurs ; en même temps Proust lui déplaît considérablement, il arrive dans cette chambre absolument étouffante où il y a Céleste Albaret qui apparaît, qui jette sur le dos du malheureux visiteur des regards entendus à Proust, lequel est alité, c’est une atmosphère assez irrespirable et dès lors, le fait qu’il ait masqué ce souvenir dans un roman, Sur l’aile de l’amour (il paraît que ce n’est pas un très bon roman, il n’en a pas fait d’autres d’ailleurs) et ce roman suédois que nous ne connaissons pas, et qui n’a pas été connu durant le xxe siècle, car rien ne laissait soupçonner qu’il y eût dans ce roman, un compte rendu quasiment filmé de ces entrevues, voilà qui montre que cela revêt pour lui une certaine importance. Proust est un grand écrivain, Ruhe le sait, il estime que Proust a une personnalité absolument antipathique, et du coup je crois que le transfert générique est la transposition dans nos problèmes littéraires de cette ambiguïté. D’autres ambiguïtés sont là : quand je parle de Proust, vais-je parler de Proust ou vais-je parler de moi ? Je n’ai pas évoqué ici les Souvenirs intimes de Maurice Duplay103, ou de Marcel Plantevignes104, où cela est plus discret, donc nous sommes très reconnaissants à ceux qui s’oublient eux-mêmes devant Proust ; à la limite Céleste Albaret le fait très bien. Mais d’autres au contraire, qui ont décidé de se raconter, il leur arrive de sous-entendre que, bien qu’étant des personnages très secondaires dans la littérature du xxe siècle, ce sont eux qui l’ont faite cette littérature, puisqu’ils ont assisté à tout. Et puis il y a aussi ce phénomène de rivalité, de prise de possession de l’auteur que j’ai encore connu à la fin du xxe siècle quand j’allais voir les dernières personnes qui avaient conservé des souvenirs : je me souviens de la duchesse de Gramont, elle était bien placée, elle avait reçu toutes les archives de la comtesse de Greffulhe, de Montesquiou, de Louis Gautier-Vignal et quand elle avait appris que j’essayais d’approcher la duchesse de La Rochefoucauld, elle m’avait dit : « ils n’ont pas connu Proust ; Proust, c’est nous. » Il y a donc ce phénomène de prise de possession et de rivalité, qu’on a encore vu avec l’écrivain Claude Simon : il y a des rivalités entre Jean Ricardou et Lucien Dällenbach, et donc effectivement il y a une certaine ambiguïté…

46Tiphaine Samoyault : Vous nous avez montré que s’il existe un genre des Souvenirs littéraires, les souvenirs de Marcel Proust sont un sous-genre du genre, en quelque sorte, et même — j’allais le dire avant que vous n’évoquiez la duchesse de Gramont vous-même —, qu’il y a même un genre du souvenir de ceux qui ont des souvenirs, puisque j’ai entendu dans une conférence de Jean-Yves Tadié, sur le modèle de l’homme qui a vu l’homme qui a vu l’ours, disant son émotion à rencontrer la duchesse de Gramont et se disant « je vois des yeux qui ont vu Proust ».

47Luc Fraisse : Ce qui d’ailleurs n’était pas le cas.

48Tiphaine Samoyault : Même s’il se révèle légendaire, il y a une sorte de transfert de transfert de souvenirs, qui me paraît assez étonnante. Vous avez semblé suggérer que ces témoignages avaient une plus grande authenticité que ceux élaborés par les professionnels de la postérité, mais il me semble quand même qu’il y a une volonté de contrôler la postérité, de contrôler le souvenir, même chez les témoins directs. Il y a une volonté de poser des propriétés sur le souvenir, sur la mémoire, sur le commentaire… Vous avez plutôt lu ces constructions mémorielles de manière positive, mais je me demande s’il n’y avait pas aussi cet aspect un peu autoritaire, et parfois appropriateur des Souvenirs littéraires.

49Luc Fraisse : On retrouve cela chez les collectionneurs : ils ont une position ambiguë, quand ils reçoivent des visiteurs, car ils se sentent possiblement dépassés par les connaissances de ceux qui leur rendent visite. Un collectionneur n’est pas obligé d’avoir des connaissances très générales, il est possesseur de l’objet, mais en même temps, du coup, ils se défendent parce qu’eux, ils ont les objets, les autres vont en parler ; il y a donc cette mentalité chez les collectionneurs, qu’on voit effectivement chez les témoins.

50Tiphaine Samoyault : Vous avez dit que les Souvenirs de Marcel Proust étaient essentiellement des Souvenirs d’écrivains, mais il me semble qu’il y a aussi beaucoup de Souvenirs de gens très obscurs, qui ne sont pas vraiment des écrivains ou pas encore des écrivains… Est-ce que vous avez vu une différence dans la relation aux Souvenirs entre les Souvenirs d’écrivains, et les Souvenirs de personnes qui peinent à se faire reconnaître dans le milieu littéraire, puisque — et c’était une remarque un peu plus sociologique — j’ai remarqué aussi en réfléchissant sur les Souvenirs littéraires qu’il y avait une fonction intégrative du Souvenir littéraire, comme se donner une sorte de blanc-seing, une porte d’entrée dans un milieu ; le genre garantirait une forme d’intronisation, d’introduction dans le milieu littéraire. Est-ce que vous avez observé des choses de ce genre ?

  • 105 Le roman de Georges de Lauris, Ginette Chatenay, publié chez Grasset le 24 avril 1910, est un des p (...)

51Luc Fraisse : Contrairement à ce qu’on pense, j’ai cité beaucoup d’écrivains : évidemment, qui a lu Georges de Lauris, je veux dire son roman Ginette Chatenay105 ? Les écrivains dont on a retenu les noms ont une ample personnalité littéraire, ce qui fait que leurs Souvenirs manifestent une distance critique plus importante ; par exemple, André Gide vous dira ce que ne diraient pas les autres : Proust parlait de cathédrales, de son œuvre construite comme une cathédrale, parce qu’il savait que la composition de la Recherche du temps perdu ne sauterait pas aux yeux. Proust le savait, et c’est pourquoi il parlait constamment, pour se justifier de cette composition, du modèle des cathédrales. Jean Cocteau rapportera que, à partir de Sodome et Gomorrhe, quand il lit les derniers volumes de la Recherche du temps perdu, il trouve que les phrases sont bizarrement construites, et qu’on voit évidemment que cela a été fait à partir de cahiers, ou de la part de Proust n’arrivant pas à relire ses épreuves, ou lors d’une publication gérée par son frère : le style change et se complique avec des accidents dans les phrases, donc il y a effectivement une différence. Je ne parle pas de Paul Claudel qui abhorrait Proust mais qui ne l’a pas rencontré, donc il n’y a pas de témoignages, de souvenirs littéraires, mais quand c’est un écrivain on sent évidemment qu’il y a le choc avec une personnalité, une vraie personnalité littéraire en face de Proust, et donc cela peut être en partie du rentre-dedans, qu’on ne trouve pas, sauf chez Algot Ruhe pour des raisons inverses, qu’on ne rencontre pas chez les autres témoins, qui n’ont pas assez de force pour être autre chose que des miroirs. C’est un peu cela.

52Michel Pierssens : Vous avez évoqué tous ces gens qui ont écrit sur Proust, à partir du moment où ils savaient que Proust était Proust, qu’il était devenu Proust. Une chose assez fascinante, c’est d’essayer de comprendre à quel moment ils ont compris que Proust était Proust. Beaucoup de gens ont rencontré ce personnage qui était pour les uns antipathique pour les autres amusant, intéressant, un type finalement pas mal, mais d’une certaine façon pas différent de tout le monde, dans ce monde. Mais Proust justement n’était pas tout le monde. Y a-t-il dans certains des témoignages que vous avez relevés une mention de ce moment où tout à coup on comprend que là il y a quelqu’un qui n’est pas comme tout le monde ?

53Luc Fraisse : Il y a eu du vivant de Proust le Prix Goncourt, qui sans transition a fait passer Proust d’une relative obscurité à une gloire importante, puisqu’on voit même qu’Albert Thibaudet vient le consulter pour faire des conférences sur lui aux États-Unis, déjà dans ces années 20. Cela étant dit, après la mort de Proust, beaucoup découvrent de manière assez stupéfiante, étant donné que Proust n’apparaissait à peu près nulle part, qu’ils avaient connu un grand écrivain. C’est d’ailleurs à contretemps, parce que les années vingt, et même trente, nous avons du mal à l’imaginer aujourd’hui, ont été la période du purgatoire de Proust : on s’occupait peu de Proust, sa mort a suscité un effet d’éteignoir. C’est après la Seconde Guerre mondiale que petit à petit, il est devenu un écrivain important et c’est autour de 1970 qu’il est devenu l’écrivain que nous voyons maintenant, qui finirait presque par agacer tant on en parle. Maintenant qu’il est intronisé définitivement, on peut lui jeter des insultes à la figure, cela n’atteint pas ses chevilles, et donc, il y a là quelque chose d’intéressant, beaucoup de témoignages que j’ai évoqués paraissent dans les années vingt, un peu dans les années trente, et ainsi paradoxalement c’est un moment où Proust connaît une certaine récession, et dans le temps où, pour le public en général, Proust subit cette récession ; en revanche, ceux qui ont connu Proust ont parfaitement compris que ce serait un écrivain très important dans l’avenir ; parmi les premiers bien sûr, il y a eu Henry James lisant Du côté de chez Swann en 1913 et disant non seulement : c’est le roman que j’ai rêvé d’écrire toute ma vie, et que je n’ai pas écrit, mais en outre, comprenant que c’est une œuvre majeure. L’Hommage à Marcel Proust le 1er janvier 1923 dans la NRF, malgré tout, multiplie ces points de contact faisant déjà de Proust un grand écrivain, par le concours de personnes qui écrivent là, même quand elles ne sont pas des admirateurs effrénés, tel Paul Valéry, aux yeux de qui c’est du temps perdu, le roman de Proust, par son sujet et par le fait que c’est un roman. Il y a eu aussi dans cette période l’action de Jacques Rivière, dans la NRF, auquel on a reproché à sa mort, d’avoir confondu pendant une dizaine d’années la politique générale de la NRF avec la promotion de l’œuvre de Proust, à la suite de quoi il y a eu un retour de bâtons, pour dire : heureusement il n’y a plus Jacques Rivière et son obsession. Donc, il y avait ces mouvements contradictoires, cette récession qu’a connue Proust comme beaucoup d’écrivains qui subissent un certain silence dans les premières décennies (même quand ils devront être grands) qui suivent leur mort, et en même temps cette conscience qui avait commencé pour certains à la publication de Du côté de chez Swann, pour d’autres avec le Prix Goncourt, que Proust était un grand écrivain et qui jetait des germes dans cette période assez plate, en creux, pour l’avenir.

54Pierre Dufief : Il me semble que le rapport au grand écrivain n’est plus le même que dans les générations passées. Il y avait auparavant une construction du mythe du grand homme avec tous ses archétypes, avec tous ses rituels, qui ont disparu dans les textes que vous avez évoqués à propos de Proust. Peut-être parce que les textes émanent de personnalités différentes mais peut-être aussi est-ce un phénomène d’époque.

55Luc Fraisse : Robert Dreyfus était un auteur, Fernand Gregh un poète, ils avaient connu Proust lycéen, au lycée Condorcet. Il y avait surtout le mystère de cet homme couché, quand on entrait chez lui, ce rituel à traverser. Là, pour le coup, le mythe du grand homme, c’est le fragment de roman d’Algot Ruhe, car réellement la façon dont il fallait entrer dans une sorte de sas pour vérifier qu’il n’y avait ni parfum, ni fleur à la boutonnière, etc., a construit l’image de Proust. La gouvernante même y participe, cette façon qu’elle avait, cette femme simple, mais qui avait pris le langage de Proust, avec des phrases contournées, étonnantes, sortant de sa bouche, avec son aspect ; puis on arrivait dans la chambre de Proust, et puis de temps en temps elle rentrait, elle sortait… donc Algot Ruhe avait quand même été impressionné, il y avait un peu une vengeance dans son témoignage, mais effectivement, par rapport à la figure de Victor Hugo, il est certain que Proust n’est pas encore ici l’écrivain qui porte le siècle sur ses épaules, il ne donne pas effectivement cette image-là, il n’y a que le mystère qui l’entourait, qui d’ailleurs nous fascine encore, il faut le reconnaître, mais il n’y a pas cette approche du grand homme, il n’avait pas fondé d’école, il n’avait pas véritablement de disciple.

  • 106 « Pensez-vous que si Montesquiou m’attaque dans ses Mémoires, je puisse faire un procès à MP ? » (L (...)

56Vincent Laisney : J’ai le vague souvenir dans la correspondance de Marcel Proust d’une lettre où il exprime sa plus vive inquiétude à l’annonce que Montesquiou va publier ses Mémoires106

57Luc Fraisse : Il était très soucieux à ce sujet. Robert de Montesquiou était tout à fait redoutable, comme on sait, et Proust a conservé, jusqu’à la fin de sa vie, cette attitude de petit garçon intimidé, en écrivant à Montesquiou. Mais dans le même temps, on a une lettre de Proust à un journaliste lui expliquant qu’il faudrait parler de Montesquiou, parce que Montesquiou a pris conscience qu’il ne passerait pas à la postérité, et qu’il était oublié de son vivant, et demandant que, sans avoir l’air que cela ait été commandé, on parle de lui. Il a beaucoup redouté son témoignage. Il y a eu un épisode étrange de paranoïa de Proust, à ce sujet, je crois me souvenir que dans la même période il avait reçu des chocolats de Montesquiou et qu’il a recommandé qu’on n’ouvre pas la boîte, pensant qu’ils étaient empoisonnés. Et finalement dans Les Pas effacés, Montesquiou, qui était quand même un personnage loyal, qui vaut beaucoup mieux que l’image qu’on a aujourd’hui et qu’il a donnée lui-même, y compris sa poésie, dont on rit à grand bruit, alors qu’elle est loin d’être mauvaise, Montesquiou s’est montré très loyal dans Les Pas effacés et n’a pas critiqué Proust, mais Montesquiou représentait un peu l’image du père qui juge, comme avait été le père de Proust, c’est lui qui l’avait accusé de procrastination, c’est-à-dire le fait de toujours remettre au lendemain, qui jouera un tel rôle pour fabriquer le Temps perdu, et donc Proust avait peur de ses jugements de père, qui vous tombent dessus, et qui vous condamnent pour toute votre vie ; il avait cette représentation qui lui était un peu particulière, et c’est la raison pour laquelle il avait la hantise de voir paraître les Mémoires de Montesquiou.

Notes

1 Correspondance de Marcel Proust, établie, annotée et préfacée par Philip Kolb, Paris, Plon, 21 vol., 1970-1993, t. XIII, p. 99.

2 Ibid., t. XVIII, p. 544-545.

3 En p. 4 : Proust y répond aux côtés de Jean Giraudoux et de René Bizet. Il s’agit d’un numéro d’hommage (en p. 3-4) à Edmond de Goncourt pour le centenaire de sa naissance. On y voit évo­qués et illustrés les lieux d’habitation des deux frères, et reproduits un témoignage d’Alphonse Daudet ainsi que le récit du banquet de 1895.

4 Marcel Proust, Essais et articles, publié avec Contre Sainte-Beuve et Pastiches et mélanges par Pierre Clarac et Yves Sandre, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 1971, p. 643.

5 Jean d’Ormesson, Une autre histoire de la littérature française, Paris, NIL éditions, 2 vol., 1997-1998. Il s’agit pour d’Ormesson d’évoquer les grands écrivains du passé.

6 Jules Huret, Enquête sur l’évolution littéraire, Paris, Georges Charpentier, 1891.

7 Robert Dreyfus, Souvenirs sur Marcel Proust, Paris, Grasset, 1926.

8 Fernand Gregh, Mon amitié avec Marcel Proust, Paris, Grasset, 1958.

9 Louis Gautier-Vignal, Proust connu et inconnu, Paris, Robert Laffont, 1976.

10 Jacques Benoist-Méchin, Avec Marcel Proust, Paris, Albin Michel, 1977.

11 Dans Marcel Proust, Correspondance générale, t. II, Paris, Plon, 1931.

12 Georges de Lauris, À un ami, Paris, Amiot-Dumont, 1958.

13 Marie Nordlinger, Lettres à une amie, Manchester, Éditions du Calame, 1942.

14 Emmanuel Berl, Préface aux Lettres à Reynaldo Hahn, Paris, Gallimard, 1956.

15 Lucien Daudet, Autour de soixante lettres de Marcel Proust, dans Cahiers Marcel Proust, no 5, Paris, Gallimard, 1929.

16 Robert de Billy, Marcel Proust – lettres et conversations, Paris, Éditions des Portiques, 1930.

17 Nathalie Cliford Barney, Aventures de l’esprit Paris, Émile-Paul frères, 1929, p. 59-75.

18 René Peter, Une saison avec Marcel Proust, Paris, Gallimard, 2005.

19 Louis de Robert, Comment débuta Marcel Proust, lettres inédites [1925] ; suivi de Souvenirs et confi­dences sur Marcel Proust ; et de Réflexions sur Marcel Proust, Paris, Gallimard, 1969.

20 Ils ont été regroupés chez Robert Laffont, dans la collection « Bouquins », en 1992.

21 Voir Léon Daudet, Quand vivait mon père (souvenirs inédits sur Alphonse Daudet), Paris, Grasset, 1940, p. 149.

22 Jeanne Pouquet, Le Salon de Mme Arman de Caillavet, Paris, Hachette, 1926.

23 Marie Scheikévitch, Souvenirs d’un temps disparu, Paris, Plon, 1935.

24 Bernard Faÿ, Les Précieux, Paris, Librairie Académique Perrin, 1966.

25 Hommage à Marcel Proust : 1871-1922 : Souvenirs. L’œuvre. Témoignages étrangers. La Prison­nière (fragments inédits). Bibliographie, documents, portraits, Paris, La Nouvelle revue française, 1923.

26 Céleste Albaret, Monsieur Proust, propos recueillis et ordonnés par Georges Belmont, Paris, Robert Laffont, 1973.

27 Les Précieux, éd. cit., p. 101.

28 Paul Morand, Journal d’un attaché d’ambassade, Paris, Gallimard, 1963.

29 P. Morand, Venises, Paris, Gallimard, 1971.

30 P. Morand, Journal inutile, texte établi et annoté par Laurent et Véronique Boyer, Paris, Gallimard, « Les Cahiers de La NRF », 2 vol., 2001.

31 Charles Du Bos, Approximations, Paris, Plon, 1922 (chap. « Marcel Proust », p. 58-117).

32 Benjamin Crémieux, xxe siècle, Paris, Gallimard, 1924, p. 9-99.

33 B. Crémieux, Du côté de Marcel Proust, Paris, Lemarget, 1929.

34 Ibid., p. 82.

35 Ibid., p. 83.

36 Ernst Robert Curtius, Marcel Proust, Paris, La nouvelle revue, 1928.

37 Ibid., p. 17.

38 Ibid., p. 30.

39 Élisabeth de Gramont, Marcel Proust, Paris, Flammarion, 1948.

40 Léon Pierre-Quint, Marcel Proust – sa vie, son œuvre, Paris, Aux éditions du Sagittaire Simon Kra, 1925.

41 André Maurois, À la recherche de Marcel Proust, Paris, Hachette, 1949.

42 Ibid., p. 65.

43 Georges Cattaui, L’Amitié de Proust, Paris, Gallimard, 1935. Ainsi se complète la liste des dépo­sitaires de Souvenirs littéraires sur Marcel Proust ressortissant à ce qu’on appellerait aujourd’hui l’extrême-droite : Léon Daudet, Paul Morand, Bernard Faÿ, Emmanuel Berl, Ramon Fernandez, Jacques Benoist-Méchin ; le livre de référence de Maurice Bardèche (Marcel Proust romancier, Paris, Les Sept couleurs, 2 vol., 1971) prolonge cette tendance ; à cause de quoi ces noms n’apparaissent jamais dans toute une partie de la critique proustienne.

44 Critique, no 82, mars 1954, p. 195-200 et no 90, novembre 1954, p. 917-930, no 91, décembre 1954, p. 1039-1055.

45 « Albertine retrouvée : Alfred Agostinelli a-t-il pu inspirer La Prisonnière ? », Adam International Review, no 260, 1957, p. 80-84.

46 G. Cattaui, Marcel Proust – documents iconographiques, Genève, Pierre Cailler, 1957.

47 G. Cattaui, Marcel Proust : Proust et son temps, Proust et temps, Paris, Julliard, 1952.

48 G. Cattaui, Marcel Proust, Paris, Éditions universitaires, 1958.

49 G. Cattaui, Proust perdu et retrouvé, Paris, Plon, 1963.

50 G. Cattaui, Proust et ses métamorphoses, Paris, Nizet, 1972.

51 À la recherche du temps perdu, édition réalisée sous la direction de Jean-Yves Tadié, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 4 vol., 1987-1989, t. III, p. 321-322 et 373-374.

52 Voir la traduction et le commentaire de ce passage dans Luc Fraisse et Sigbrit Swahn, « Marcel Proust, personnage d’un roman suédois » (Romanische Forschungen, no 126, 2014, p. 447-467).

53 Gabriel de La Rochefoucauld, « Souvenirs et aperçus », dans Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 69-77, ici p. 69-70.

54 Jean Cocteau, « La voix de Marcel Proust », ibid., p. 90-93, ici p. 91.

55 R. Peter, op. cit., p. 32.

56 M. Scheikévitch, Souvenirs d’un temps disparu, éd. cit., p. 65.

57 Victor Egger, La Parole intérieure : essai de psychologie descriptive, Paris, Germer Baillière, 1881.

58 Georges de Lauris, op. cit., p. 16.

59 R. Peter, op. cit., p. 133.

60 L. Pierre-Quint, op. cit., p. 66.

61 Louis Martin-Chauffier, « Marcel Proust analyste », dans Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 172-179, ici p. 175.

62 Gaston Gallimard, « Première rencontre », ibid., p. 62-66, ici p. 62.

63 « Quelques instantanés de Marcel Proust », ibid., p. 52-62, ici p. 57.

64 « Un souvenir de Marcel Proust », dans Marcel Proust, Correspondance générale, t. II, Paris, Plon, 1931, p. 15-29, ici p. 23.

65 R. Dreyfus, op. cit., p. 134.

66 Ibid., p. 278.

67 B. Crémieux, « Note sur la mémoire chez Proust », dans l’Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 188-195, ici p. 191.

68 Ramon Fernandez, Proust ou la généalogie du roman moderne, Paris, Grasset, 1979, p. 73.

69 Emmanuel Berl, « Proust ou le mystique de la création », Contrepoint, no 4, 1971, p. 127-130, ici p. 129.

70 Ibid., p. 128.

71 Jacques de Lacretelle, « Apparition de Proust », dans Les Maîtres et les Amis, Paris, Wesmael-Charlier, 1959, p. 76-138, ici p. 95.

72 Ibid., p. 136.

73 R. de Billy, « Une amitié de trente-deux ans », dans l’Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 31-39, ici p. 36.

74 Jacques Rivière, « Marcel Proust et l’esprit positif », ibid., p. 179-188, ici p. 180.

75 Marthe Bibesco, Au bas avec Marcel Proust, Paris, Gallimard, Cahiers Marcel Proust, no 2, 1928, rééd. 1956, p. 86.

76 L. Daudet, Autour de soixante lettres de Marcel Proust, éd. cit., p. 18.

77 Ibid., p. 15.

78 G. Cattaui, Marcel Proust, Paris, Éditions universitaires, 1958, p. 30.

79 Ibid., p. 29.

80 Ibid., p. 15.

81 R. Fernandez, Proust ou la généalogie du roman moderne, éd. cit., p. 10-11.

82 Ibid., p. 24-25.

83 Ibid., p. 262.

84 Ibid., p. 272.

85 F. Gregh, op. cit., p. 27.

86 Robert de Billy, op. cit., p. 26.

87 Ibid., p. 12-13.

88 Ibid., p. 135.

89 L. Gautier-Vignal, op. cit., p. 79.

90 L Daudet, op. cit., p. 38.

91 L. Gautier-Vignal, op. cit., p. 14.

92 Walter Berry, « Du côté de Guermantes », dans Hommage à Marcel Proust, éd. cit., p. 77-81, ici p. 80.

93 Jacques Rivière, Quelques progrès dans l’étude du cœur humain, Paris, Les Cahiers d’Occident, 1926, p. 23.

94 É. de Gramont, op. cit., p. 95.

95 Ibid., p. 121-122.

96 Robert Proust, Introduction à la Correspondance générale, t. I, Paris, Plon, 1930, p. iv.

97 Voir René Peter, op. cit., passim et notamment p. 36, 85, 89-90, 145 et 162.

98 M. Scheikévitch, op. cit., p. 132.

99 L. Gautier-Vignal, op. cit., p. 68.

100 Edmond Jaloux, Avec Marcel Proust, Paris-Genève, La Palatine, 1953, p. 86-87.

101 M. Nordlinger, op. cit., p. 119.

102 Voir principalement Nathalie Mauriac Dyer, Proust inachevé. Dossier “Albertine disparue”, Paris, Champion, « Recherches proustiennes », 2005.

103 Maurice Duplay, Mon ami Marcel Proust, souvenirs intimes, Paris, Gallimard, coll. « Cahiers Marcel Proust », Nouvelle série, 5, 1972.

104 Marcel Plantevignes, Avec Marcel Proust : causeries-souvenirs sur Cabourg et boulevard Haussmann, Paris, Nizet, 1966.

105 Le roman de Georges de Lauris, Ginette Chatenay, publié chez Grasset le 24 avril 1910, est un des premiers livres à faire allusion à Proust puisque son héroïne Ginette, y lit la nuit des poèmes extraits des Plaisirs et les Jours. « Si remarquable que j’aie pu trouver le manuscrit, c’est main­tenant […] que j’en aperçois toute la solidité, toute la grâce, toute la beauté […] l’en­chan­tement d’un rythme que je ne soupçonnais ni si libre ni si fort me portait sans fatigue », écrivait Proust à l’auteur le 27 avril 1910. Voir Luc Fraisse, « Apercevoir le Livre idéal dans le livre contemporain, Proust lecteur de Ginette Chatenay », dans Vivre comme on lit. Mélanges offerts à Philippe Chardin publiés par Florence Godeau et Sylvie Humbert-Mougin, Tours, Presses universitaires de Tours, 2017.

106 « Pensez-vous que si Montesquiou m’attaque dans ses Mémoires, je puisse faire un procès à MP ? » (Lettre de Marcel Proust à Paul Brach de juillet 1922, dans Correspondance [choisie], Paris, GF Flammarion, 2007, p. 339). Les Mémoires de Robert de Montesquiou paraissent l’année suivante chez Émile-Paul frères, sous le titre : Les Pas effacés : mémoires (rééd. Éd. du Sandre, 2007).

Auteur

Luc Fraisse enseigne la littérature française. Il est principalement spécialiste de Proust, à travers notamment Le Processus de la création chez Marcel Proust (Corti, 1988), L’Œuvre cathédrale. Proust et l’architecture médiévale (Corti, 1990, prix de l’essai de l’Académie française), La Petite Musique du style. Proust et ses sources littéraires (Classiques Garnier, 2011) et L’Éclectisme philosophique de Marcel Proust (PUPS, 2013, prix de la critique de l’Académie française). Aux Classiques Garnier, il assure une édition de l’œuvre de Proust et dirige la collection « Bibliothèque proustienne » et la Revue d’études proustiennes.

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

open access

Offert par L’éditeur de ce site