Version classiqueVersion mobile

Les souvenirs littéraires

 | 
Vincent Laisney

Jeudi 2 juin

Dater, faire date : intentionnalité et discours mémoriel

Quatre exemples de mnémographies à l’époque parnassienne et symboliste

Jean-Pierre Bertrand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

J’ai plus de souvenirs que si j’avais Turin.

Louis Scutenaire, Mes inscriptions.

Je voudrais prendre à témoin quatre récits en vue de dégager leur « poétique » et esquisser une sorte de typologie du Souvenir littéraire : La Légende du Parnasse contemporain, de Catulle Mendès (1884), Les Premiers Poètes du vers libre d’Édouard Dujardin (1922), Les Dates et les Œuvres de René Ghil, sous-titré Symbolisme et Poésie scientifique (1923) et un feuilleton de Gustave Kahn intitulé « Trente ans de symbolisme » (Les Nouvelles Littéraires, artistiques et scientifiques, 1928-19291). Tous les quatre se rapportent à une même période de l’histoire de la poésie : les années 1850-1880, trente ans de « lutte » qui ont vu s’éclore le Parnasse puis le symbolisme. On pourrait multiplier les exemples étant donné qu’ils sont très nombreux pour cet âge d’or du Souvenir littéraire2, mais ces quatre textes suffisent à dégager un certain nombre de constantes formelles et intentionnelles dans l’acte mémoriel qu’a...

Auteur

Jean-Pierre Bertrand enseigne la littérature des xixe et xxe siècles et la sociologie de la littérature à l’université de Liège. Il s’est notamment spécialisé dans l’histoire des formes littéraires au xixe siècle et a publié en 2006 avec Pascal Durand La Modernité romantique. De Lamartine à Nerval (Impressions nouvelles) et Les Poètes de la modernité. De Baudelaire à Apollinaire (Seuil). Il a réédité en « GF » quelques textes marquants de la littérature « fin de siècle » : Laforgue, Rodenbach, Dujardin, Schwob. Ainsi qu’une édition critique des Poèmes en prose d’Émile Verhaeren, volume 9 de ses Œuvres complètes (Bruxelles, Archives et Musée de la littérature). Il a publié, avec Paul Aron, Les 100 Mots du surréalisme et Les 100 Mots du symbolisme en « Que sais-je ? » (PUF). Dernier ouvrage paru : Inventer en littérature. Du poème en prose à l’écriture automatique (Seuil, « Poétique »), 2015. En préparation, édition de E.A. Poe, Eureka, Gallimard, « Folio-Classique » (avec M. Delville).

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search