Version classiqueVersion mobile

Chemins d'Hécate

 | 
Athanassia Zografou

Conclusion générale

Texte intégral

1Qu’y a-t-il à découvrir au bout de la route sinueuse dans laquelle nous nous sommes engagée ? Que la route elle-même est devenue un peu plus claire, plus présente qu’un simple tracé ou plus réelle qu’une simple métaphore n’est pas le moindre intérêt de tous ces arrêts, détours et retours que nous nous sommes imposés. La figure d’Hécate a fonctionné, dans ce cheminement, comme un révélateur qui rend visibles de nombreuses facettes, connotations et valeurs des entre-deux.

2Dans la Théogonie, l’idée de l’intermédiaire est présente à travers une dialectique du tout et des parties, de l’unité et de la diversité ; le partage s’avère l’art royal par excellence que Zeus exerce grâce à sa μῆτις. La participation d’Hécate à tous les niveaux de l’univers théogonique, sa résistance aux classements et aux fragmentations du pouvoir procurent à l’ordre « olympien » établi par Zeus un cadre solide et un fondement unitaire. L’Hécate hésiodique ne sera donc pas exclue du règne de Zeus, bien qu’elle lui soit antérieure. C’est dans ce nouveau monde, analogue à celui de la πόλις, que notre déesse aura sa place en tant que puissance « ancienne », incarnant les valeurs d’une unité primordiale. Elle sera à la fois menace refoulée du désordre et force génératrice indispensable à tout système d’organisation.

3Hécate est donc « pré-olympienne », « pré-politique » ou « pré-verbale ». Cette antériorité à tout partage, classement ou organisation n’est qu’une métaphore, une façon d’exprimer le rapport de la déesse avec les entre-deux et non une interprétation historique − encore moins une façon d’attribuer la conception de la déesse à une pensée religieuse plus ancienne. Au contraire, l’association d’Hécate avec les entre-deux, spatiaux et autres, s’effectue de toute évidence, dans un monde où le besoin de tracer des lignes de démarcation est particulièrement accru.

  • 1  Morris 1987 : 192-193 et 1989 : 317-320. Cf. Johnston 1999 : ch. 3.
  • 2  En ce qui concerne ces sanctuaires « non urbains » et leur rôle de frontières symboliques, voir de (...)

4En effet, comme le montre I. Morris en étudiant l’espace réservé aux morts à la fin du viiie siècle av. J.-C., c’est à cette époque que les frontières, autant spatiales que conceptuelles, deviennent plus nettes1. La séparation entre dieux et hommes, vivants et morts, devient plus radicale et le besoin d’un espace différencié se ressent de plus en plus. Les cimetières s’installent au-delà des murailles des villes, les dieux obtiennent leurs propres enceintes, des sanctuaires situés souvent entre les aires cultivables et les terres incultes marquent les limites du territoire2. De même, l’organisation de concepts par couples anti­thétiques, tendance qui a toujours caractérisé la pensée grecque, semble mener à des polarités rigides.

  • 3  Johnston 1999 : 210.
  • 4  Johnston 1999 : ch. 6, notamment 246-247, met en avant l’association d’Hécate avec les morts préma (...)

5Selon une proposition séduisante de S. I. Johnston, cette évolution ne serait pas sans rapport avec l’érection des hekataia devant les entrées : invitée à jouer, au départ, un rôle de gardienne des limites, Hécate aurait fini par devenir en même temps « un moyen de les définir »3. Nous proposons de suivre cette hypothèse tout en essayant de cerner la contribution particulière de cette figure divine parmi les divers dieux et héros protecteurs honorés à proximité des passages4.

6Hécate, incarnation de la cohésion cosmique chez Hésiode, devient donc le signe des zones médianes en ce qu’elles servent à « classer » l’inclassable. Elle fonctionne un peu comme un dossier « fourre-tout » sur le bureau du chercheur, rempli de documents non évalués, de fiches incomplètes, de notes indé­chiffrables. C’est ainsi qu’elle représente ces lieux qui fragmentent l’espace du monde tout en préservant les traces d’une continuité aussi impossible à réaliser qu’indispensable à respecter, du moins dans une certaine mesure.

7Les brèves apparitions d’Hécate dans l’Hymne homérique à Déméter font d’elle une figure bienfaisante, tout en évoquant implicitement les dangers des inter­médiaires : frayeurs de la nuit, solitude et errance. Comme le suggèrent l’ima­gerie éleusinienne et les rares sources disponibles sur les Mystères, les torches de la déesse deviennent le symbole de l’initiation, l’évocation à la fois des visions effrayantes qui surgissent dans le noir et des lumières salutaires qui annoncent le grand jour. Tout comme elle assiste Perséphone lors de son voyage souterrain, Hécate sera aux côtés de la jeune mariée en cours de passage entre deux foyers et deux états et accompagnera le candidat à l’initiation.

  • 5  Augé 1992 : 97 sq. Nous pouvons aussi penser à tous les thrillers et les polars tournés dans des a (...)
  • 6  Nous suivons en cela Douglas 1992 ainsi que Parker 1983 : 61 sq.

8L’étude des portes, des routes et des τρίοδοι en tant que structures matérielles permet de déceler l’ambiguïté intrinsèque des entre-deux. De nos jours, échangeurs, gares, aéroports, en somme, espaces médians et réseaux divers gagnent en importance, jusqu’à devenir parfois de véritables emblèmes de notre époque, ce qui n’est perçu comme un grave problème que par l’anthropologue du quotidien5. En revanche, dans l’Antiquité les « non-lieux » sont le plus sou­vent envisagés avec une certaine méfiance. En effet, limites en eux-mêmes, ces espaces sont, pour les Grecs, les seuls impossibles à délimiter et par conséquent porteurs d’une menace de fusion chaotique. Le culte d’Hécate tente de donner une forme à ces lieux insaisissables et une expression à l’angoisse qu’ils engen­drent. Les rites de la déesse célébrés dans les τρίοδοι contribuent à l’intégration de ces endroits problématiques. La relation d’Hécate avec l’impur, qui coïncide souvent dans notre étude avec l’intermédiaire et l’inclassable6, est significative à ce propos : abriter, absorber ou incarner la souillure revient à lui attribuer un nouveau statut.

  • 7  Detienne 1997 : 71-72 (repris dans Detienne 2000 : 81-104).

9La comparaison d’Hécate avec Apollon et Hermès dans des contextes cul­tuels variés montre que ces mêmes portes et routes qui abritent objets et personnes déchus et nourrissent cauchemars ou espoirs, changent d’aspect selon le point de vue divin que nous adoptons. Pour Apollon, architecte et fondateur de villes, ce sont des bases solides, des structures qui enracinent les cités et en font la gloire et l’histoire. En revanche, pour le dieu Στροφαῖος, il s’agit plutôt d’accès faciles et des chemins praticables. Pour utiliser un terme de M. Detienne7, des « manipulations » telles l’observation du comportement d’Hermès et d’Hécate face au chien ou la confrontation de ces deux divinités à Hestia ont révélé la richesse qui caractérise la représentation des limites.

10Dessiner un territoire, purifier une ville, parcourir une distance, se marier, accoucher, mourir, parler ou délirer, mais aussi trouver une place pour les errants, les mendiants, les suppliciés, les sans sépulture et les tas d’ordures indésirables, sont des sujets complexes qui peuvent parfois être éclairés sous des angles nouveaux, dans une problématique concernant l’organisation de l’espace. Certes, notre analyse ne concerne qu’une découpe possible dans cette vaste configuration Plusieurs groupements divins président aux passages maté­riels, chacun bénéficiant de ses propres modalités de fonctionnement et hiérar­chies internes : Héraclès, Poséidon, Εἰλείθυια, les Grâces, les Ὧραι, ainsi que d’autres figures divines ou héroïques.

11La particularité du rapport d’Hécate aux entre-deux transparaît à travers l’examen de certaines caractéristiques de cette déesse. Ainsi la trimorphie, loin d’être une marque de monstruosité, offre la capacité de surveiller et de signaler les passages, de glorifier l’enceinte d’une autre divinité tout en préparant l’accès à un espace sacré. Elle exprime en outre le charme ambigu des entre-deux et le rôle d’articulation assumé par les espaces que la déesse possède. Comme l’a montré l’examen de l’Hécate Ἐπιπυργιδία, une interprétation unilatérale de la trimorphie isolerait ces images divines si polysémiques de leur environnement et nierait leurs liens avec le sol auquel elles appartiennent, ainsi qu’avec le contexte politico-religieux de leur mise en place.

12La triplicité suggère la place exceptionnelle d’Hécate à l’intersection de deux (ou plusieurs) espaces, périodes ou niveaux cosmiques et corrobore ainsi notre réflexion sur l’« hymne » hésiodique ainsi que sur le rôle assigné à cette déesse dans les oracles chaldaïques et dans d’autres textes philosophico-religieux. De manière analogue, l’attribut du chien constitue la marque indéniable du rapport d’Hécate aux entre-deux. Jamais un animal et une divinité n’ont affiché plus de parenté. L’examen de cette parenté permet de mettre en évidence l’ambiguïté du gardiennage d’Hécate, les rapports de la déesse avec le monde féminin mais aussi avec celui des marginaux, sa tendance à se mettre au service des autres et sa proximité aux humains. C’est le sacrifice du chien qui permet d’approfondir le rapport de la déesse à l’impur. Aussi le lien entre les « repas d’Hécate » et les ξυθύμια devient-il moins abstrait à la lumière de ces mises à mort du chien, qui établissent une correspondance étroite entre un corps et un territoire.

  • 8  Voir, par exemple, Hom., Od., 6, 18-19, 102-109.
  • 9  Voir, entre autres, Préaux 1992 : 639 sq.

13Qu’elles se matérialisent ou non dans l’espace, les associations divines suivent naturellement un modèle d’organisation spatiale. Si Hécate trouve sa place aux points nodaux de l’espace, il n’est pas étonnant qu’elle articule divers groupements divins rencontrés dans le monde grec. En effet, sa position limi­trophe s’exprime souvent par son rôle d’encadrement d’une figure centrale, mais aussi par sa subordination à une autre divinité, rapport qui rappelle celui établi entre une déesse et une prêtresse. Le port de la torche, l’association avec les chœurs des Nymphes ou des Grâces, modèles divins des ἀμφίπολοι homé­riques8, sont significatifs à ce propos. En effet, en tant qu’acolyte ou gardienne, Hécate s’insère facilement dans un paysage religieux, réel ou mythique. Le couple Hécate-Hermès peut servir, par exemple, d’association stéréotypée ser­vant à graduer l’accès à une autre divinité, aux profondeurs d’une enceinte ou à une révélation de type mystique. Cependant, la spécificité d’Hécate consiste en la facilité avec laquelle elle emprunte les traits de la déesse qu’elle accompagne, qu’il s’agisse de Déméter, de Perséphone, d’Artémis ou de la Mère des dieux. Cette facilité mène parfois jusqu’à l’identification parfaite des deux figures. Plutôt que le résultat d’une fusion considérée comme typique des relations féminines, ce déplacement de la limite vers le centre traduit l’essence des entre-deux. En tant que figure intermédiaire, Hécate ne représente pas un frôlement de pôles opposés, mais un mélange de qualités qui seraient autrement séparées. Située entre une divinité et sa prêtresse (ou ses fidèles), elle est alors capable d’adopter tantôt l’attitude de l’une ou tantôt celle de l’autre. Dans le cadre des cultes à mystères, de la théurgie ou de la magie, on observe parfois une ten­dance à la transformation des figures marginales en puissances majeures. Or, Hécate joue un rôle majeur dans les systèmes qui visent à un contact personnel avec le divin et à la conception d’un univers sans discontinuités. Cette glorifi­cation des entre-deux gagne en importance de l’époque hellénistique jusqu’à la fin de l’Antiquité9. Il serait tentant d’établir une correspondance avec l’évolu­tion de la cité, la création de nouveaux royaumes, le mélange des cultures. Si les bornes et les particularismes persistent et l’esprit local triomphe, notamment sur le plan religieux, l’idée d’un territoire unifié, le besoin de construire des ponts et d’améliorer le réseau routier, ainsi que les tendances hénothéistes se superposent à la diversité et à la fragmentation. Or, dans un tel paysage, la figure d’Hécate, capable de concilier l’un et le multiple, d’assurer l’accès au divin et de garantir la cohésion de l’univers, est plus précieuse que jamais.

14Notre hypothèse propose d’associer la longue carrière de cette déesse à une nouvelle conception de l’espace, conception qui entraîne un besoin accru de communication. Elle reste à vérifier à travers une étude approfondie du monde hellénistique et romain et de questions aussi complexes que le rôle d’Hécate dans les papyri magiques, son exploitation par les théurges, ou encore sa place dans les spéculations philosophiques de l’Antiquité tardive.

Notes

1  Morris 1987 : 192-193 et 1989 : 317-320. Cf. Johnston 1999 : ch. 3.

2  En ce qui concerne ces sanctuaires « non urbains » et leur rôle de frontières symboliques, voir de Polignac 1995 : 51 sq.

3  Johnston 1999 : 210.

4  Johnston 1999 : ch. 6, notamment 246-247, met en avant l’association d’Hécate avec les morts prématurées, particulièrement avec celles des vierges, un trait qu’elle considère comme ori­ginairement distinct de la fonction de gardienne des limites. Néanmoins, le rapport d’Hécate aux ἄωροι n’est explicitement attesté que longtemps après la prédilection de la déesse pour les empla­cements limitrophes.

5  Augé 1992 : 97 sq. Nous pouvons aussi penser à tous les thrillers et les polars tournés dans des aéroports et des gares.

6  Nous suivons en cela Douglas 1992 ainsi que Parker 1983 : 61 sq.

7  Detienne 1997 : 71-72 (repris dans Detienne 2000 : 81-104).

8  Voir, par exemple, Hom., Od., 6, 18-19, 102-109.

9  Voir, entre autres, Préaux 1992 : 639 sq.

© Presses universitaires de Liège, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search