Version classiqueVersion mobile

Sémiotique des objets

 | 
Anne Beyaert-Geslin

Chapitre premier. Le temps diachronique

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Tout serait simple si l’histoire était une longue métamorphose, entraînant mal heurs et plaisirs, victoires et défaites dans une évolution sans fin. Mais nous voilà plongés dans l’abîme du présent, celui d’une époque, la nôtre. Époque — d’un mot grec qui signifie s’arrêter, parce que l’on s’arrête là pour considérer comme d’un lieu de repos tout ce qui est arrivé avant ou après1.

Par ces quelques lignes, Duvignaud énonce le problème que le temps pose à la signification. Le présent n’est que chaos mais c’est pourtant le seul lieu d’où l’on peut considérer le temps. Il n’y a pas d’autre dehors. Dans son essai dédié au baroque et au kitsch, il s’efforce donc, au lieu de décrire ces mouvements comme des faits de l’histoire relevant de l’accompli, de retrouver le lieu de l’inaccompli où tout commence. Il décrit alors la fébrilité de l’action, l’inquiétude des artistes contraints de faire des choix et, assumant cette responsabilité, de prendre position dans le temps. Chacun d’eux est « un ...

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search