Version classiqueVersion mobile

Sémiotique des objets

 | 
Anne Beyaert-Geslin

Introduction

Pour Julia

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Je ne peins pas le temps, je peins le passage.
Michel DE MONTAIGNE

La proposition de Locke est célèbre :

[…] Parce que la scène des idées que constitue les pensées d’un homme ne peut pas paraître immédiatement à la vue d’un autre homme, ni être conservée ailleurs que dans la Mémoire, qui n’est pas un réservoir fort assuré, nous avons besoin des signes de nos idées pour pouvoir nous entre-communiquer nos pensées aussi bien que pour les enregistrer pour notre propre usage1.

Les signes nous seraient donc indispensables pour penser le monde. Cette conception a rencontré divers échos récents et apparaît notamment chez Ricœur2 qui conçoit l’art du vingtième siècle comme une façon de densifier et de rassembler des propositions conceptuelles détachées les unes des autres. L’art peut ainsi « mettre à nu des propriétés du langage qui, autrement, resteraient invisibles et inexplorées », explique-t-il3. L’idée trouve son prolongement chez Mitchell pour qui les architectures et les objets, en exempl...

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search