Version classiqueVersion mobile

Usages du peuple

 | 
Émilie Goin
, 
François Provenzano

IV. Le peuple de l'enquête

Chapitre 9. De qui parle-t-on ? Les contours de la figure ouvrière dans les enquêtes ouvrières en Belgique (c. 1840-1960)

Éric Geerkens

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Au tournant des années 1840, la Révolution industrielle proprement dite est en voie d’achèvement en Belgique, à cet égard précoce, ses territoires ayant été les premiers du continent à suivre le modèle anglais. Pour autant, la population ouvrière occupée dans les pôles de la révolution industrielle, soit à peine 4 % de la population active selon les estimations de Pierre Lebrun1, n’a pas alors la visibilité, la centralité qu’elle acquerra plus tard. S’il n’est pas absent du vocabulaire des contemporains, le terme même d’ouvrier est alors d’acception récente dans le sens que nous lui connaissons. Comme l’a montré William Sewell, en raison de la permanence du vocabulaire corporatif après la révolution, l’idée même de réunir sous un même vocable des artisans liés aux anciens métiers et des manœuvres ou journaliers urbains ne s’impose pas en France avant les années 1830-1835, en lien avec la formation d’une conscience de classe à travers des associations « multi-professionnelles2 ». Par...

Auteur

Enseigne l’histoire économique et sociale à l’Université de Liège. Ses domaines de recherche couvrent notamment l’histoire des entreprises (Geerkens E., La Rationalisation dans l’industrie belge de l’Entre-deux-guerres, Bruxelles, Académie royale de Belgique, 2004) et l’histoire de la santé au travail (Bruno A.-S., Geerkens E., Hatzfeld N. et Omnès C. (dir.), La Santé au travail, entre savoirs et pouvoirs : XIXe-XXe siècles, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011 ; Geerkens E., « La négociation collective d’une maladie professionnelle : la pneumoconiose des ouvriers mineurs en Belgique (c. 1937- c. 1970) », in Rainhorn J. (dir.), Santé et travail à la mine, XIXe-XXIe siècles, Villeneuve d’Ascq, Presses universitaires du Septentrion, 2014, p. 59-79). Depuis l’année académique 2013-2014, il co-organise à l’EHESS un séminaire intitulé « Enquête sur les enquêtes ouvrières aux XIXe et XXe siècles ».

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search