Version classiqueVersion mobile

Usages du peuple

 | 
Émilie Goin
, 
François Provenzano

I. Peuples en voix, en textes, en scènes

Chapitre premier. Les voix du peuple, une polyphonie en trompe-l’œil

Alain Vaillant

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Quelle place la littérature fait-elle au peuple ? Cette interrogation simple en contient en réalité trois, corrélées mais distinctes. D’abord, de quel « peuple » s’agit-il — du peuple « populaire » (exclu à double titre de la culture légitime au XIXe siècle, à la fois comme objet de figuration et comme consommateur), du peuple par principe insécable de la théorie politique, désignant la totalité des citoyens au sein d’une même communauté nationale, ou des classes sociales (dont il faut alors prendre en compte la diversité et les relations antagonistes) ? Ensuite, que faire de ce « peuple » ? Le représenter (en le décrivant ou en racontant son histoire), lui donner la parole, ou s’adresser à lui ? Enfin, quelles formes, plus précisément quels genres littéraires (roman, poésie, prose argumentative, récit non fictionnel) paraissent les plus aptes à faire le meilleur « usage » du peuple, et cet usage varie-t-il, avec toutes les implications qui en découlent, selon les genres employés ? ...

Auteur

Professeur de littérature française et directeur du Centre des sciences de la littérature française (CSLF) à l’université Paris Ouest. Il est spécialiste du romantisme, de poétique historique, d’histoire de la poésie et d’histoire des institutions littéraires au XIXe siècle (en particulier, de la presse et de l’édition) ; plus généralement, il est un théoricien de l’histoire littéraire. Ces dernières années, il a consacré une partie de ses recherches à l’anthropologie et à la culture du rire. Ses plus récents ouvrages sont : Baudelaire poète comique (2007) ; L’Histoire littéraire (2010) ; Baudelaire journaliste (anthologie) (2011) ; Le Veau de Flaubert (2013) ; L’Art de la littérature, (2016) ; Qu’est-ce que le romantisme ? (2016) ; La Civilisation du rire (2016).

© Presses universitaires de Liège, 2017

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search