Version classiqueVersion mobile

Le symbolique et le social

 | 
Jacques Dubois
, 
Pascal Durand
, 
Yves Winkin

Première partie. Refondations

Les conséquences réelles de l’auto-illusionnement

Cornelia Bohn
Traduction de Jean Clam

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Si la science moderne est fondamentalement la communication de connaissances nouvelles, elle a toujours été, dans son projet universaliste, une affaire internationale. Son institutionnalisation n’en a pas moins donné lieu — comme on l’a vu en Europe, où la formation des États et l’émergence d’institutions scientifiques et universitaires furent étroitement liées — à une limitation nationale, voire à la naissance de communautés scientifiques nationales. Les universités médiévales fondées comme centres de savoir, ecclésiastiques ou politiques, ont toujours eu une portée universelle. Les « nations » y rassemblaient les étudiants selon leur origine et servaient à leur identification lors de leurs séjours à l’étranger. Le latin était la langue commune et le resta même en dehors de l’université dans les cercles de l’humanisme naissant à la fin du Moyen Âge. La « république des lettres » des XVIIe et XVIIIe siècles est une sorte de « scientific community » distinguée qui écrivait en françai...

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search