Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine

 | 
Jacques Dubois

Chapitre XII. Fin de partie

Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte (1994)1

Jean-Pierre Bertrand et Jacques Dubois

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Premier roman de Michel Houellebecq, Extension du domaine de la lutte fit date en 1994. Sans connaître d’emblée un grand succès, il retint l’attention des esprits en éveil qui apprécièrent en lui un ton résolument inédit. Un ton qui variait à tout moment en cours de récit et passait de la veulerie assumée à une manière de prétention théorique ou encore de la rage vengeresse du héros-narrateur envers différentes cibles (la société, l’entreprise, les femmes, le monde télématique) à l’indifférence du même envers toute forme d’existence. Ainsi prévalait un dégoût quelque peu célinien, s’exprimant notamment dans des fictions animalières biscornues, parsemées en texte et où se déversait la philosophie d’une existence jugée le plus souvent absurde. De ce fait, l’idée de « lutte » annoncée par le titre pouvait créer la méprise. Il ne s’agissait pas tant pour le héros de contester par l’action une société toute formatée par le capitalisme et l’évolution technologique. Il y était bien davanta...

Auteurs

Enseigne la littérature des XIXe et XXe siècles et la sociologie de la littérature à l’Université de Liège. Il s’est spécialisé dans l’histoire des formes littéraires au XIXe siècle et a publié en 2006 avec Pascal Durand La Modernité romantique. De Lamartine à Nerval (Impressions nouvelles) et Les Poètes de la modernité. De Baudelaire à Apollinaire (Seuil). Il a réédité en « GF » quelques textes marquants de la littérature fin de siècle : Laforgue, Rodenbach, Dujardin, Schwob. Il a publié, avec Paul Aron, Les 100 mots du surréalisme et Les 100 mots du symbolisme en « Que sais-je ? » (PUF). Il publiera en 2015 Inventer en littérature. Du poème en prose à l’écriture automatique (Seuil, coll. « Poétique »).

Professeur émérite de l’Université de Liège ; il est spécialiste du roman français moderne et de la sociologie de la culture. Il est l’auteur de Le Roman policier ou la modernité (Armand Colin, 1996), Pour Albertine. Proust et le sens du social (Seuil, 1997), Les Romanciers du réel (Points Seuil, 2000), Stendhal. Une sociologie romanesque (La Découverte, 2007), Figures du désir (Impressions Nouvelles, 2011). Il a édité avec Benoît Denis trois volumes de romans de Simenon dans la Bibliothèque de la Pléiade (2003 et 2009).

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540