Version classiqueVersion mobile

Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine

 | 
Jacques Dubois

Chapitre X. On écrit toujours sur le corps mort du monde

Marguerite Duras, L’Été 80 (1980)1

Danielle Bajomée

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’Été 80 a d’abord été une suite d’articles publiés, semaine après semaine, dans le journal Libération, à la demande de Serge July : sa rédaction répondait donc initialement à une sollicitation extérieure, à une commande. Laissé en l’état, l’ensemble apparaît comme un texte hybride, au régime indécidable, sans principe de centralité, qui décloisonne et entrecroise les catégories, brouillant les registres convenus. Ce n’est pas un roman, pas du journalisme2, pas tout à fait de la littérature, mais tout cela à la fois, dans une manière particulière de nouer actualité et fantasmes. « Ecrire ce n’est pas raconter des histoires », disait Duras, « c’est raconter tout à la fois. C’est raconter une histoire et l’absence de cette histoire3 ». Duras et July se connaissent bien : ils ont souvent milité côte à côte. Duras vient, à ce moment de sa vie, de produire surtout des films « pauvres », comme Le Navire Night, Les Mains négatives, Césarée et Aurélia Steiner, loin du succès d’esti...

Auteur

Professeur ordinaire honoraire de l’Université de Liège où elle a enseigné la littérature française et belge des XIXe et XXe siècles, la mythanalyse et la poétique du cinéma. Elle est membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique et présidente du Centre d’études Georges Simenon de l’Université de Liège. Elle est l’auteur de Duras ou la Douleur (De Boeck-Wesmael/Éd. Universitaires, 1989), Pierre Mertens l’arpenteur (Labor, 1998), Simenon, une légende du XXe siècle (Renaissance du livre, 2003), Annie Ernaux : Se perdre dans l’écriture de soi, avec Juliette Dor (Klincksieck, 2011), Claire Lejeune, une voix pourpre, avec Martine Renouprez (Renaissance du livre, 2012).

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search