Version classiqueVersion mobile

Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine

 | 
Jacques Dubois

Chapitre VIII. Aimer à loisir ou être dans la vie

Simone de Beauvoir, Les Mandarins (1954)1

Jeannine Paque

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Lorsqu’elle a rencontré et épousé Robert Dubreuilh, son professeur avant de devenir son mari, Anne, le personnage principal du roman de Simone de Beauvoir, pense bien avoir découvert un monde d’équilibre : « une terre cohérente comme un livre », pour tout dire. Un livre qui commence mal, peut-être, mais qui finira bien. Du moins, elle en a la conviction lorsqu’elle entre grâce à Robert dans « un monde plein, ordonné, purifié », puisqu’on peut y engager un avenir et qu’elle adopte avec lui ce credo que la littérature est à même de rendre la terre « habitable ». La seule question, pense-t-elle, c’est de s’y tailler une place à soi en tant que femme, la carrière d’épouse ne suffisant évidemment pas. La politique l’intéresse, elle estime avoir « quelques sentiments forts » en la matière, mais non le goût de la pratique. De toute façon, si « la révolution est en marche, elle marche si lentement... » ! (I, 75). Une réserve bien propre à Beauvoir elle-même et qui se traduisait, selon Nelso...

Auteur

Professeure honoraire de littérature dans l’enseignement supérieur pédagogique de la Communauté française de Belgique et collaboratrice scientifique à l’Université de Liège. Axes de recherches : la littérature française de la fin du XIXe siècle et du début du XXe, la littérature de langue française en Belgique, la littérature au féminin. Elle est auteure de Le Roman célibataire (avec J.-P. Bertrand, M. Biron, J. Dubois, Corti, 1996) ; Dieu, Freud et moi : les plaisirs de Jacqueline Harpman (Luce Wilquin, 2003) ; François Weyergans romancier (Luce Wilquin, 2005). Elle collabore à la revue Le Carnet et les Instants.

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search