Version classiqueVersion mobile

Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine

 | 
Jacques Dubois

Chapitre VI. Quelque chose qui trahisse toutes les étiquettes

Pierre Drieu la Rochelle, Une femme à sa fenêtre (1929), Rêveuse bourgeoisie (1937) et Gilles (1939)1

Matthieu Vernet

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

L’œuvre de Drieu la Rochelle se construit autour d’une oscillation constante entre le rêve et la désillusion, la fiction et l’expérience personnelle, et s’articule autour d’une dualité aussi irréductible que structurante. Ses premiers lecteurs et ses premiers critiques n’ont pas tardé à percevoir ce complexe écheveau. Drieu a cherché très tôt à gommer autant que possible les frontières entre la littérature et la vie et a multiplié les jeux avec les genres, n’écrivant ni roman ni autobiographie. Et s’il n’apprécie guère l’œuvre de Proust, il trouve néanmoins dans la Recherche du temps perdu une forme et un art qui lui semblent subsumer avec bonheur les catégories génériques traditionnelles :

[La Recherche] marque le point idéal où se rencontrent et se marient le plus exactement ces deux tendances contradictoires du génie français : d’une part vivre très personnellement, ne point sacrifier au rêve et au travail les occasions quotidiennes de sentir et de jouir et d’autre part, ne rien p...

Auteur

Pensionnaire de la fondation Thiers, rattaché à l’ITEM (CNRS-ENS) et chercheur associé au Collège de France. Il travaille à la publication de sa thèse : Mémoire et oubli de Baudelaire dans l’œuvre de Proust. Spécialiste de littérature française des XIXe et XXe siècles, ses recherches portent sur la mémoire des œuvres et des textes, l’acte de lecture, les rapports entre romanesque et poétique. M. Vernet cherche à proposer une définition dynamique de l’intertextualité en croisant des microlectures, des études de réception et la saisie de phénomènes de mémoire. Membre de l’équipe Fabula à l’E.N.S., il dirige la revue des parutions Acta fabula. Il a récemment publié en collaboration Swann le centenaire (Hermann, 2013).

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search