Version classiqueVersion mobile

Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine

 | 
Jacques Dubois

Chapitre IV. Vouloir tout, tout de suite, puis l’impuissance

Louis Aragon, Les Cloches de Bâle (1934)1

Laure Depretto

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

« Quand je pense à la révolution, j’ai envie de faire l’amour. » Lancé avec le goût de la formule provocante par ceux qui voulurent, un joli mois de mai, tout changer, ce slogan de 1968 recueilli et commenté par l’historien britannique Eric Hobsbawm rappelle peut-être opportunément que les relations entre politique et érotique ne se réduisent pas au pouvoir de séduction qu’exercent les hommes et les femmes politiques2. Il dit assez ce que la politique peut avoir à faire (d’autre) avec l’érotique : la simple pensée — même fugace — d’un renversement politique peut être l’aiguillon d’un désir. Il signale surtout une circulation des désirs, un croisement possible entre conduite sexuelle et comportement politique et, qui sait, l’aspiration à une double libération.

C’est cette piste que nous suivrons pour tenter de cerner Catherine Simonidzé, personnage central des Cloches de Bâle de Louis Aragon. Héroïne féministe3, aux mœurs libérées, mal à l’aise dans son milieu inactif de bourgeois ois...

Auteur

Laure Depretto a enseigné et obtenu son doctorat à l’Université Paris 8-Saint-Denis. Sa thèse, L’Histoire du jour, porte sur le récit d’actualité dans la Correspondance de Sévigné (Classiques Garnier, à paraître). À partir de recherches sur Armance de Stendhal, elle poursuit ses travaux sur les rapports entre récit et lettre et s’intéresse particulièrement aux textes fantômes. Membre de l’équipe Fabula, elle a participé aux volumes collectifs Lire contre l’auteur (dir. S. Rabau, P.U.V., 2012) et Théorie des textes possibles (dir. M. Escola, C.R.I.N., 2012).

Le texte et les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont sous Licence OpenEdition Books, sauf mention contraire.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search