Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Sexe et pouvoir dans la prose française contemporaine

 | 
Jacques Dubois

Chapitre III. La société comme bordel

Louis Aragon, La Défense de l’infini Le Con d’Irène (1928)1

Jean-Pierre Bertrand

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

C’est entre 1923 et 1927 qu’Aragon s’attelle à une grande œuvre romanesque qu’il affubla « au hasard » d’un titre lui-même absolu : La Défense de l’infini. S’en expliquant dans l’« Avant-Lire » du Libertinage en 1964, il précise que l’intention était de « réinvente [r] le roman » en dépit de l’interdit surréaliste sur le genre et de subsumer dans une fresque elle-même « infinie » la pratique du conte et du récit qui fut la sienne jusqu’alors : « Il sommeillait, repartait, prenait des proportions inquiétantes. À vrai dire, tout ce que j’écrivais, je prétendais le faire entrer dans ce roman-fantôme2. » On connaît la suite, racontée et probablement mythifiée par Aragon lui-même : en 1927 il brûle dans une chambre d’hôtel de Madrid une bonne partie des manuscrits (selon lui, 1500 feuillets, ce qui paraît invraisemblable et surestimé aux yeux des spécialistes3). Autodafé suicidaire, en prélude d’une tentative de suicide, en septembre 1928, à Venise. Geste qui aurait auréolé l’auteur du P...

Auteur

Enseigne la littérature des XIXe et XXe siècles et la sociologie de la littérature à l’Université de Liège. Il s’est spécialisé dans l’histoire des formes littéraires au XIXe siècle et a publié en 2006 avec Pascal Durand La Modernité romantique. De Lamartine à Nerval (Impressions nouvelles) et Les Poètes de la modernité. De Baudelaire à Apollinaire (Seuil). Il a réédité en « GF » quelques textes marquants de la littérature fin de siècle : Laforgue, Rodenbach, Dujardin, Schwob. Il a publié, avec Paul Aron, Les 100 mots du surréalisme et Les 100 mots du symbolisme en « Que sais-je ? » (PUF). Il publiera en 2015 Inventer en littérature. Du poème en prose à l’écriture automatique (Seuil, coll. « Poétique »).

© Presses universitaires de Liège, 2015

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540