Version classiqueVersion mobile

Deux siècles de malédiction littéraire

 | 
Pascal Brissette
, 
Marie-Pier Luneau

Notices bio-bibliographiques

Texte intégral

1Arnaud Bernadet est professeur de littérature française à l’université McGill et membre du groupe Polart — poétique et politique de l’art. Ses travaux portent sur les théories du langage et de la littérature. Il est l’auteur d’une édition de Romances sans paroles de Verlaine (Garnier-Flammarion, 2012) et codirecteur du collectif Une histoire de la manière (Presses universitaires de Rennes, 2013).

2Pascal Brissette est professeur agrégé au Département de langue et littérature françaises de l’université McGill. Il a publié Nelligan dans tous ses états : un mythe national (Fides, 1998), La Malédiction littéraire : du poète crotté au génie malheureux (PUM, 2005) et différents collectifs de sociocritique.

3Marta Caraion est maître d’enseignement et de recherche en littérature française et co-directrice de la Formation doctorale interdisciplinaire à l’université de Lausanne. Elle s’intéresse aux relations littérature-sciences-industrie et aux liens littérature-photographie au XIXe siècle. Elle travaille actuellement sur la fonction de l’objet dans la littérature du XIXe siècle.

4Solenn Dupas est professeur agrégée à l’université Rennes 2 et docteur en littérature française. Elle a notamment publié Poétique du second Verlaine, un art du déconcertement entre continuité et renouvellement (Classiques Garnier, 2010) ainsi que plusieurs articles consacrés à Verlaine, Baudelaire et Laforgue. Elle codirige actuellement la Revue Verlaine.

5Pascal Durand est professeur à la Faculté de Philosophie et Lettres de l’université de Liège. Parmi ses publications : Mallarmé. Du sens des formes au sens des formalités (Seuil, « Liber », 2008) et « Vers une illusio sans illusion ? Réflexivité formelle et réflexivité critique chez Mallarmé » (COnTEXTES, n° 9, 2011).

6Anthony Glinoer est professeur agrégé à l’université de Sherbrooke où il est titulaire de la chaire de recherche du Canada sur l’histoire de l’édition et la sociologie du littéraire. Il a publié Naissance de l’Éditeur. L’édition à l’âge romantique (2005, avec P. Durand) et La Littérature frénétique (2010). Il a aussi codirigé Bohème sans frontière (2010) et Imaginaires de la vie littéraire (2012).

7Cynthia Harvey est professeure de littérature française du XIXe siècle à l’université du Québec à Chicoutimi depuis 2005, elle a dirigé notamment le dossier Les Femmes et le pouvoir dans la littérature du XIXe siècle (Tangence, n° 94, automne 2010, 144 pp.) et a publié sa thèse de doctorat sous le titre Théophile Gautier, romancier romantique, Québec, Nota Bene, 2007, 365 pp.

8Pierre Hébert est professeur à l’université de Sherbrooke et codirecteur du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont le Dictionnaire de la censure au Québec — littérature et cinéma (avec Y. Lever et K. Landry). Il prépare actuellement une édition critique de la correspondance de Louis Dantin.

9Nathalie Heinich est sociologue et directeur de recherches au CNRS. Elle est l’auteur de livres et d’articles sur le statut d’artiste, la notion d’auteur, l’art contemporain, l’identité féminine, l’histoire de la sociologie, et les valeurs. Ses livres ont été traduits en quinze langues.

10Marie-Hélène Larochelle est professeure agrégée à l’université York. Elle est l’auteure de L’Abécédaire des monstres. Fragments de Réjean Ducharme, PUL, 2012 et de Poétique de l’invective romanesque, l’invectif chez Louis-Ferdinand Céline et Réjean Ducharme (XYZ, 2008), pour lequel elle a été finaliste en 2010 au Prix Raymond-Klibansky.

11Martine Lavaud est maître de conférences en littérature française à l’université Paris IV Sorbonne. Parmi ses publications : Théophile Gautier, militant du romantisme, Champion, 2001 ; avec M.-È. Thérenty (dir.), L’Interview d’écrivain, dans Lieux littéraires/La Revue, 9-10, 2004 ; La Plume et la pierre : l’écrivain et le modèle archéologique au XIXe siècle, Lucie éditions, 2007.

12Marie-Pier Luneau est professeure de littérature au Département des lettres et communications de l’université de Sherbrooke. Co-directrice du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ), elle a fait paraître récemment un livre portant sur l’établissement du droit d’auteur au Québec, Louvigny de Montigny à la défense des auteurs (Leméac, 2011).

13Eli Maclaren est professeur adjoint au Département d’anglais de l’université McGill. Il est l’auteur de Dominion and Agency : Copyright, Publishing, and the Structuring of the Canadian Book Trade, 1867-1918 (University of Toronto Press, 2011) et rédacteur en chef des Cahiers de la Société bibliographique du Canada.

14Jean-Philippe Martel est chargé de cours à l’université de Sherbrooke et professeur au Cégep Montmorency. Dans le cadre d’un stage postdoctoral à l’UQAM, il s’est intéressé à la sociopoétique des Hussards, dans le réseau formé par la revue de La Table ronde entre 1948 et 1954. Il est l’auteur d’un roman, Comme des sentinelles (2012) et dirige le blogue Littéraires après tout depuis 2010.

15Jérôme Meizoz enseigne la littérature française à l’université de Lausanne, où il co-dirige l’École doctorale interdisciplinaire de la Faculté des Lettres. Il a notamment publié : Le Gueux philosophe (Jean-Jacques Rousseau), Antipodes, 2003 ; Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Slatkine Érudition, 2007 ; La Fabrique des singularités. Postures II, Slatkine Érudition, 2011.

16Sarah Mombert est maître de conférences à l’École Normale Supérieure de Lyon et membre de l’Unité Mixte de Recherche 5611 LIRE. Elle a co-dirigé, avec Pascal Durand, Entre presse et littérature. Le Mousquetaire, journal de M. Alexandre Dumas, Bibliothèque de la Faculté de Philosophie et Lettres de l’université de Liège, Diffusion Droz, 2009, et, avec Michèle Rosellini, Usages des Vies. Le biographique hier et aujourd’hui (XVIIe-XXIe siècle), Presses universitaires de Toulouse-Le-Mirail, 2012.

17Eloïse Pontbriand est doctorante en littérature à l’université de Sherbrooke. Boursière du Conseil de recherches en sciences humaines du Canada, elle a entre autres publié un article intitulé « Chroniques parlementaires, chroniques alimentaires : le cas des “Lettres de Bordeaux” d’Émile Zola » sur la plateforme Médias19.

18Marie-Ève Riel a soutenu une thèse de doctorat sur les maisons d’écrivains, à l’université de Sherbrooke, en 2012. Dans le cadre d’un stage postdoctoral à l’université du Québec à Montréal, elle poursuit ses recherches sur la trajectoire posthume des écrivains, abordée cette fois sous l’angle des sociétés d’amis.

19Gabrielle Roy-Chevarier est doctorante au Département de langue et littérature françaises de l’université McGill, sous la direction d’Isabelle Daunais. Ses recherches portent actuellement sur l’étude du thème de la maladie tel qu’incarné par le personnage de l’artiste dans le roman de Huysmans à Proust.

20Denis Saint-Amand est chargé de recherches au FNRS et maître de conférences à l’université de Liège. Codirecteur de la revue COnTEXTES, il a récemment publié La Littérature à l’ombre. Sociologie du Zutisme (Garnier, 2013) et Le Dictionnaire détourné (PUR, 2013).

21Zacharie Signoles-Beller est normalien agrégé de Lettres Modernes. Il prépare actuellement une thèse sur Pierre Mac Orlan et sa contribution à l’esthétique réaliste de l’entre-deux-guerres, à l’université Paris 3 — Sorbonne Nouvelle, sous la direction de M. Alain Schaffner.

22Yves Thomas est professeur agrégé à l’université Trent. Il s’intéresse aux avant-gardes du XXe siècle, aux errances urbaines et au roman policier. Il a consacré des études à Jacques Baron, à Robert Desnos, à la Révolution surréaliste et, plus récemment, aux effets des démolitions urbaines au Second Empire.

23David Vrydaghs enseigne la théorie de la littérature et l’histoire littéraire des XXe et XXIe siècles à l’université de Namur. Membre du groupe FNRS COnTEXTES en sociologie de la littérature, il est l’auteur d’un livre sur Henri Michaux (Michaux l’insaisissable, 2008) et de plusieurs articles sur les sociabilités surréalistes et les conflits esthétiques qui rythmèrent la vie du groupe français.

24Juan Zapata est doctorant à l’université Rennes 2 et à l’université de Liège. Il prépare une thèse sur les scénarios auctoriaux dans l’œuvre critique de Baudelaire. Il s’intéresse actuellement aux transferts culturels entre la littérature française et la littérature latino-américaine des XIXe et XXe siècles.

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search