Version classiqueVersion mobile

Deux siècles de malédiction littéraire

 | 
Pascal Brissette
, 
Marie-Pier Luneau

III. Assimilations et transferts

« Tel l’érable de la forêt canadienne… »

Grand homme et poète malheureux dans le Canada du XIXe siècle1

Pascal Brissette

Texte intégral

  • 1 Cet article est issu en bonne partie des recherches accomplies dans le cadre d’un stage postdoctora (...)
  • 2 Le Lauréat. Critique des œuvres de Louis Fréchette, Québec, Léger Brousseau, 1894, p. ix.

Le véritable poète ne peut rien produire […] sans que ses écrits portent un vague reflet de souffrance ; tel l’érable de la forêt canadienne, qui ne peut donner sa sève délicieuse sans une blessure au flanc.
William Chapman2

1Au Québec, nul n’a mieux incarné le poète maudit qu’Émile Nelligan (1879-1941). Sa triste histoire est célèbre : après une brève et intense période de production poétique au cours de laquelle il participe aux activités de l’École littéraire de Montréal, il est interné à la demande de son père et reste en institution psychiatrique pendant plus de quarante ans. C’est là que ses anciens camarades et nombre de curieux iront le visiter et constater, de visu, le naufrage de ses facultés mentales.

2Émile Nelligan est le poète maudit idéal, mais est-il le premier de cette lignée au Canada ? Ne parlons pas ici de Joseph Quesnel, homme d’affaires et poète français mal avisé qui arriva à Montréal en 1779 et qui rima vainement la douleur d’être poète dans un pays aussi inculte ; laissons également en paix cet autre amant des muses, l’avocat Charles-François Lévesque, qui, sacrifiant aux mânes de Gilbert, écrivit à sa suite un « Poète malheureux » et se suicida dans les forêts de Berthier : ce sont là deux poètes de bonne volonté, malheureux à n’en pas douter, mais qui pratiquèrent la littérature en amateurs, et dont les souffrances n’ont jamais stimulé l’imagination des contemporains ni fait l’objet de récits pathétiques, comme ce fut le cas, quelques décennies avant l’arrivée de Nelligan, pour François-Xavier Garneau et Octave Crémazie. C’est à ces martyrs de la littérature canadienne et au processus de transfert de la malédiction littéraire dont ils ont été les véhicules que les lignes qui suivent sont consacrées.

L’ABNÉGATION D’UN MARTYR : FRANÇOIS-XAVIER GARNEAU (1809-1866)

  • 3 Marcotte (Gilles), « La voie honorable », Études françaises, vol. 30, n° 3, 1994, p. 49.

3Même s’il fut poète, c’est avant tout parce qu’il a écrit une Histoire du Canada qu’on a retenu le nom de François-Xavier Garneau. Non pas une histoire parmi tant d’autres, mais une qui, par l’accueil enthousiaste dont elle a bénéficié et les critiques mêmes qu’elle a suscitées, « annule au moins symboliquement ce qui la précède et fait figure d’origine absolue3 ». Lue pendant longtemps comme la réponse éloquente et vengeresse des Canadiens français au Rapport de lord Durham, l’Histoire de Garneau a également été présentée comme le socle à partir duquel put s’ériger la littérature canadienne. Les poètes, les romanciers, les peintres y puiseront leurs sujets pendant plusieurs décennies et les historiens qui suivront se donneront pour défi de la dépasser. Aujourd’hui, c’est pour les qualités de sa prose, pour son étonnant refus du lyrisme et de la grandiloquence en usage chez ses contemporains que Garneau est relu, apprécié, et tenu pour un classique de la littérature canadienne.

  • 4 Sur la réception de l’Histoire de Garneau, voir Martin (Suzanne), « Hommages et condamnations : le (...)

4L’homme qui écrivit cette Histoire du Canada ne répondait pourtant pas au profil de l’emploi. Issu d’un milieu plus que modeste, il n’eut pas accès au séminaire et c’est en autodidacte qu’il compléta sa formation. Reçu notaire en 1830, il séjourna en Angleterre, visita Paris, travailla un temps, sans enthousiasme, comme notaire à son retour au pays, publia des poèmes dans les journaux, se mêla un peu de politique, fonda un hebdomadaire, puis entra dans la fonction publique à titre de traducteur à l’Assemblée législative (1842-1844), puis de greffier de la ville de Québec (1844-1864). Lorsqu’il publie le premier tome de son Histoire du Canada en 1845, Garneau crée l’émoi. Même s’il avait fait paraître quelques morceaux de prose historique dans les journaux avant cette date, on était loin de s’attendre à un ouvrage aussi dense, aussi solidement construit et écrit. Les critiques hostiles arrivèrent du côté ecclésiastique surtout : on reprocha à Garneau d’avoir proposé une lecture trop libérale de l’histoire canadienne, trop attachée au développement démographique et économique, et trop peu favorable au travail des religieux4. Cependant, les critiques élogieuses parues du vivant de l’auteur firent contrepoids, confirmèrent la valeur de l’ouvrage et finirent d’asseoir sa réputation au Canada.

5À la mort de l’historien, les éloges qui fusèrent de toute part firent valoir les sacrifices auxquels il avait dû consentir pour venger l’honneur de la patrie outragée. Les discours de l’époque insistent surtout sur les sacrifices matériels de Garneau, sur son renoncement à la richesse et sur les problèmes de santé générés par son labeur intellectuel. Ainsi le ministre de l’Instruction publique, Pierre-Olivier Chauveau, dans l’éloge funèbre prononcé sur sa tombe :

  • 5 Chauveau (Pierre-Olivier), « Hommage à la Mémoire de M. F.X. Garneau », Journal de l’Instruction pu (...)

Au prix de ses veilles et de son repos, de sa santé, de la fortune qu’il aurait pu si facilement acquérir, il nous a donné de bien grandes choses dont les moins grandes ne sont point le respect de nous-mêmes, l’amour exalté de notre pays, la foi dans notre avenir5.

6Voici maintenant l’abbé Casgrain, dans la biographie de Garneau qu’il publia quelques mois seulement après sa mort :

  • 6 Casgrain (abbé Henri-Raymond), Un contemporain. F.X. Garneau, Québec, Duquet, 1866, pp. 61-62.

Cependant les longs travaux de M. Garneau avaient peu à peu miné sa santé ; il fut attaqué d’épilepsie. Ce fut en 1843 qu’il ressentit les premières atteintes de cette maladie cruelle. […] Pendant quelque temps on espéra que l’illustre malade recouvrerait la santé ; mais l’assiduité au travail et l’application qu’exigea de lui la correction de son Histoire, réveillèrent le mal avec une recrudescence telle qu’il y a deux ans, au mois de mai 1864, M. Garneau dut se démettre de ses fonctions de Greffier de la Cité […]6.

  • 7 Darveau (Louis-Michel), Nos hommes de lettres, Montréal, A. A. Stevenson, 1873, p. 80. Plus loin : (...)
  • 8 Darveau, Nos hommes de lettres, op. cit., pp. 89-90.
  • 9 Ibid., p. 80.

7Le journaliste Louis-Michel D’arvaux est également sensible aux maux physiques et moraux de l’historien disparu, mais, pour lui, Garneau appartient avant tout à la famille des grands hommes persécutés. Dans Nos hommes de lettres, il le dépeint comme une victime de quelques « esprits exaltés » qui, se livrant à une « critique acerbe, injuste et outrée », l’obligèrent « à retirer son livre de la librairie et de la circulation7 ». Pour échapper à ces « zoïles intraitables », il dut même « sacrifier quelques passages de son livre », tel un nouveau Galilée admettant son erreur « pour échapper aux tortures de l’inquisition8 ». Qu’à cela ne tienne, « Garneau marcha hardiment, avec le courage d’un héros et l’abnégation d’un martyr au noble but qu’il s’était proposé et qu’il atteignit heureusement d’une manière aussi honorable pour lui que pour notre race9 ».

  • 10 La figuration originaire de ce type d’artiste se trouve sans doute dans Le Chef-d’œuvre inconnu (18 (...)
  • 11 « Il rapportait du reste tous ses succès à la plus grande gloire de sa chère nationalité franco-can (...)

8La pauvreté, la maladie, la persécution, l’historien Garneau les endure non pour sa gloire personnelle, mais au profit de la patrie outragée et menacée de disparaître. Le personnage héroïque que tracent à coups de dithyrambes ses contemporains n’a rien de l’artiste isolé dans le monde de l’art, incompris, obsédé par une œuvre qu’il veut à son image, type dont le XIXe siècle français offrira plusieurs figurations10. Aux yeux de ses contemporains, Garneau est bel et bien un obsédé, mais c’est le bien collectif qui est son « idée fixe11 » :

  • 12 Darveau, op. cit., pp. 79-80.

Pour vous, Canadiens, cet homme a sacrifié les honneurs, la fortune et sa santé. Il a vécu comme un patriote sincère et dévoué à son pays, comme un citoyen intègre, enfin il a souffert et il est mort comme un martyr ! Il a plaidé, réhabilité et vengé la cause de vos ancêtres et la vôtre12.

9Pour les mêmes raisons, un correspondant du Journal des Trois-Rivières met le martyr de cabinet au-dessus de l’homme d’État :

  • 13 L’article est cité longuement dans Casgrain, Un contemporain, op. cit., pp. 121-122.

Sans doute, l’homme d’état mérite bien de la patrie […] ; mais celui qui, sacrifiant à des recherches toujours pénibles et souvent ingrates les plus belles années de sa vie, celui qui consent à être esclave et martyr pour devenir l’historien de son pays, est cent fois plus grand. Il meurt à chaque instant, peu à peu dans son cabinet, pour l’avantage de ses concitoyens. Chaque date qu’il inscrit lui coûte, pour ainsi dire, une goutte de sang […]13.

  • 14 Voir à ce sujet Zilsel (Edgard), Le Génie. Histoire d’une notion de l’Antiquité à la Renaissance, t (...)
  • 15 Bonnet (Jean-Claude), Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, (...)
  • 16 Ibid., p. 94.

10Cette logique du sacrifice généreux, accompli moins pour soi que pour le bien de la collectivité, se rattache à la figure du grand homme apparue dès l’Antiquité puis relayée à la Renaissance par le biais de traités éclectiques sur les hommes illustres14, avant de faire l’objet d’un véritable culte dans le XVIIIe siècle des Lumières et de la Révolution15. Est grand homme le philosophe, l’homme de science, le législateur, le poète qui aura, sa vie durant, avec une ténacité inébranlable, créé une œuvre qui bénéficiera à la nation et, par-delà la nation, au genre humain tout entier. Or, comme Jean-Claude Bonnet l’a montré dans La Naissance du Panthéon, l’un des invariants de la figure du grand homme est précisément le malheur. « Le malheur, écrit Bonnet, est retenu comme le critère d’élection le plus décisif16 » de la grandeur. Il n’est point de génie qui n’ait passé par là et qui n’ait fait la preuve, par sa traversée des souffrances, qu’il est l’égal des héros antiques et des martyrs chrétiens.

  • 17 Casgrain y insiste : « […] M. Garneau était un homme sincèrement religieux. Que de fois n’a-t-on pa (...)
  • 18 « Garneau a été le flambeau qui a porté la lumière sur notre courte mais héroïque histoire, et c’es (...)
  • 19 Au terme de son vibrant éloge de Garneau, le personnage éponyme du roman Angéline de Montbrun s’écr (...)

11C’est bien de cette trempe qu’est l’historien Garneau pour ses thuriféraires. Homme d’une seule pièce, d’une seule œuvre, d’une passion unique, celle de son pays ; droit, obstiné, généreux, profondément patriote et chrétien17, il correspond au modèle du martyr laïque, incarnant les vertus civiques et les valeurs collectives, se consumant lui-même pour éclairer ses compatriotes18 et s’offrant, après sa mort, comme un exemple à suivre, un héros à imiter19.

HEURS ET MALHEURS D’UN POÈTE-LIBRAIRE : OCTAVE CRÉMAZIE (1827-1879)

  • 20 Notamment « Le vieux soldat canadien » (1855) et « Le drapeau de Carillon » (1858).
  • 21 Voir Hare (John E.), « Perspectives sociologiques : Octave Crémazie et la poésie dans une société d (...)

12Il n’est pas certain que le deuxième martyr des lettres canadiennes, Octave Crémazie, présente à ses biographes un caractère aussi uniforme et un matériau biographique aussi simple à traiter que celui de Garneau. Avant 1862, Crémazie est un libraire entreprenant et prospère, qui fait presque chaque année un voyage à Paris ; il publie des vers de circonstance dans les journaux et suscite l’enthousiasme de ses contemporains avec des poèmes patriotiques20 qui chantent l’attachement des Canadiens à la vieille France, celle d’avant le drame historique de la Conquête (1763) ; il participe à la fondation de l’Institut canadien de Québec, dont il est président en 1857-1858, et sa librairie devient, vers 1860, le centre de l’activité littéraire de la Vieille Capitale. Fort de ce succès, il passe auprès de ses fournisseurs parisiens des commandes extravagantes qui plongent son commerce dans de réelles difficultés financières21. Pour calmer ses créanciers, il contracte des emprunts et en vient à forger des faux en contrefaisant des signatures. Le stratagème fonctionne jusqu’à ce que ses frères et ses amis découvrent le pot-aux-roses, à l’automne 1862. Se croyant perdu, Crémazie fuit précipitamment en France et y vit jusqu’à sa mort sous le nom de Jules Fontaine.

13Ses admirateurs et amis canadiens essayèrent à quelques reprises d’intervenir pour qu’il soit gracié et qu’il puisse revenir au pays, mais la confusion dans laquelle il laissa ses affaires rendit impossible tout règlement avec les créanciers. À défaut d’un procès en bonne et due forme, une manière de procès public eut lieu où l’on mit en cause non le poète lui-même, mais ceux qu’on appela ses complices. On échafauda un scénario digne d’un roman-feuilleton dans lequel le poète libraire, tombant dans le piège tendu par de faux amis, aurait servi de bouc émissaire et payé le prix d’un forfait collectif. Les véritables bénéficiaires des billets, les sieurs Cauchon, Évanturel et Côté, auraient fait passer Crémazie pour un faussaire et l’auraient aidé à prendre la fuite pour éviter que son témoignage ne mette au jour leur lucratif stratagème :

  • 22 Darveau, Nos hommes de lettres, op. cit., p. 156. Voir également idem, Procès de J.R. Healey, en ju (...)

Ah ! si les murs pouvaient parler, qu’il s’en échapperaient (sic) des révélations surprenantes à travers les murailles d’une certaine maison de la rue Saint-Louis, en face de la Place d’Armes, à Québec ! Elle dirait cette certaine maison, que la veille du départ de l’infortuné fugitif, ses complices qui l’avaient conduit sur le bord de l’abime, en profitant de sa prodigalité imprévoyante, pour corrompre les électeurs au moyen de l’argent obtenu par lui, sur des billets promissoires qu’il faisait escompter à grands sacrifices dans le but de faire honneur à ses affaires commerciales […] ! Elle dirait de plus, cette maison, que quand le pauvre et malheureux poëte leur soumit son bilan, leur plaça devant les yeux, dans toute son horrible nudité, l’affreux état où ils l’avaient réduit par leurs conseils, leurs instances, leurs cajoleries et même leurs menaces, il ne s’en trouva pas un seul parmi eux qui eût l’honnête courage de lui offrir de lui tendre la main pour le retirer de cet abime22 !

14Louis-Michel Darveau, l’auteur des lignes qu’on vient de lire, ne peut croire qu’un poète tel que Crémazie, qui a mis sa plume au service de l’histoire canadienne et qui, après Garneau, a contribué à alimenter la fierté nationale, puisse avoir commis en toute conscience les crimes qu’on lui reproche. Il y a anguille sous roche et le poète-libraire a forcément été berné par quelque scélérat.

  • 23 Plusieurs textes de fiction thématisent l’étourderie du poète. Voir, parmi d’autres, la comédie de (...)
  • 24 Tardivel, (E.H.), Octave Crémazie. Panégyrique du grand poète prononcé par M. E.H. Tardivel en séan (...)
  • 25 Le mot exil, pour qualifier la fuite de Crémazie en France, est utilisé aussi bien par le poète, da (...)

15Cette lecture des évènements repose sur un lieu commun voulant que le « poète », homme d’imagination vivant la tête dans les nuages, soit incapable de voir à ses intérêts et de se diriger convenablement dans le monde tel qu’il va23. Âme trop pure, il est incapable de lire dans le jeu des scélérats, qui profitent de sa naïveté et de son « impéritie dans les affaires24 ». Dans le portrait qu’il fait de « Crémazie en exil25 » en 1881, l’abbé Casgrain reprend cette opposition topique entre le monde de la poésie et celui des affaires, mais l’explication qu’il fournit de la mésaventure de Crémazie, faisant l’économie de la thématique du complot, suggère une intériorisation du conflit dans la personne même du poète. C’est pour avoir été et libraire et poète que Crémazie se serait perdu :

  • 26 OCE, 326.

Obligé par nécessité de s’occuper d’affaires pour lesquelles il n’avait ni goût ni aptitude, il les expédiait d’une main distraite, s’en débarrassait avec une incurie et une imprévoyance qui finirent par creuser un abime sous ses pieds. Il oubliait d’escompter un billet à la banque pour courir après une rime qui lui échappait. Quand il se réveilla de ce long rêve, il était trop tard26.

  • 27 Voir Reybaud (Louis), Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, Paris, Paulin, 1847 [18 (...)

16Que le commerce soit incompatible avec la poésie, tous les romantiques vous le diront, sur le mode comique ou sérieux : on est bonnetier ou poète, non les deux27. Après la catastrophe qui lui coûta sa réputation et son repos, Crémazie en convint également, avec regrets :

  • 28 OCE, 332.

Si je n’avais pas reçu en naissant, sinon le talent, du moins le goût de la poésie, je n’aurais pas eu la tête farcie de rêveries qui me faisaient prendre le commerce comme un moyen de vivre, jamais comme un but sérieux de la vie. Je me serais brisé tout entier aux affaires et j’aurais aujourd’hui l’avenir assuré. Au lieu de cela, qu’est-il arrivé ? J’ai été un mauvais marchand et un médiocre poète28.

17Les contemporains de Crémazie ne convinrent jamais qu’il fût un méchant poète, mais ils virent bien, après sa fuite en France, qu’il ne pouvait entrer dans le moule du grand homme déjà utilisé pour statufier Garneau. Homme divisé, fracturé, cassé, Crémazie n’a pas, en effet, le profil du citoyen impeccable et du parfait travailleur intellectuel qu’on puisse offrir en exemple à la jeunesse industrieuse du Canada. Par ailleurs, son histoire a l’intérêt des grands drames et peut, in fine, servir à montrer que le Canada a son poète malheureux à lui, semblable au Chatterton campé par Vigny en 1835, mais différent, mais canadien.

18On peut très bien lire sous cet angle l’étude déjà citée de l’abbé Casgrain, « Octave Crémazie en exil », publiée une première fois en revue en 1881, remaniée et placée en tête des Œuvres complètes d’Octave Crémazie en 1882, puis intégrée finalement au deuxième tome des Œuvres complètes de l’abbé Casgrain en 1885. Ce texte est particulièrement intéressant en ce qu’il fournit un ensemble de lettres envoyées par Crémazie à Casgrain pendant son exil.

Crémazie selon Crémazie : malheureux, mais pudique

19Lues les unes à la suite des autres, sans le commentaire de Casgrain, les lettres de Crémazie brossent le portrait d’un homme brisé, profondément fatigué, souffrant de violents maux de tête qui l’empêchent régulièrement de prendre la plume :

  • 29 OCE, 328.
  • 30 OCE, 334.
  • 31 OCE, 340.
  • 32 OCE, 480.

Si je ne vous ai pas répondu alors, c’est que j’étais tellement malade que j’avais à peine la force nécessaire pour écrire à mes frères. Depuis mon départ de Québec jusqu’au mois dernier, j’ai existé mais je n’ai pas vécu29.
D’ailleurs la tête me fait toujours un peu souffrir et je suis éreinté quand j’écris trop longtemps30.
Quand j’aurai le temps et la force, car depuis que j’ai reçu votre lettre j’ai été très-malade, je mettrai un peu en ordre tout ce que j’ai dans la tête […]31.
Les maux de tête qui m’ont tourmenté presque constamment ont-ils affaibli ma mémoire32 ?

  • 33 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, coll. (...)

20Ce portrait, ou cette posture33qui se construit au fil des lettres, est également celle d’un poète empêché, continuant de composer des vers dans sa tête, mais ne voyant pas quel intérêt il y aurait à les mettre sur papier et à les publier :

  • 34 OCE, 335.

Dans votre lettre du 1er juin 1864, à laquelle des douleurs physiques et morales m’ont empêché de répondre, vous me demandez de vous envoyer la fin de mon poème des Trois morts. Cette œuvre n’est pas terminée, et des sept ou huit cents vers qui sont composés pas un seul n’est écrit. Dans la position où je me trouve je dois chercher à gagner le pain quotidien avant de songer à la littérature. Ma tête, fatiguée par de rudes épreuves, ne me permet pas de travailler beaucoup. Ce que vous me demandez, des amis me l’ont également demandé en m’écrivant que je devais cela à mon pays. Ces phrases sont fort belles, mais elles sont aussi vides qu’elles sont sonores. Je sais parfaitement que mon pays n’a pas besoin de mes faibles travaux et qu’il ne me donnera jamais un sou pour m’empêcher de crever de faim sur la terre de l’exil34.

  • 35 Voir Marcotte (Gilles), « Le double exil d’Octave Crémazie », dans Une littérature qui se fait, Mon (...)

21On pourrait également parler d’une posture d’« exilé au carré », puisque ce refus d’écrire (des poèmes, s’entend) et de publier est également un exil de la littérature35, une mise à mort de soi en tant qu’être-auteur :

  • 36 OCE, 335.

Je suis mort à l’existence littéraire. Laissons donc ces pauvres vers pourir (sic) tranquillement dans la tombe que je leur ai creusée au fond de ma mémoire36.

22L’article ne fournit pas les lettres de Casgrain auxquelles celles de Crémazie offrent la réplique, mais on devine qu’elles cherchent à ranimer ce mort, à ramener en territoire littéraire cet auteur déserté :

  • 37 OCE, 339.

Vous voulez bien me demander de nouveau la fin de mes Trois morts, et vous m’offrez même une rémunération pécuniaire. Je vous remercie de tout mon cœur de l’importance que vous voulez bien attacher à mes pauvres vers, mais je ne sais pas trop quand je pourrai me rendre à votre désir37.

23Ces lettres cherchent également à convaincre le poète exilé que son malheur fait de lui, plus que jamais, un grand poète, un poète dont la poésie coule de source :

  • 38 OCE, 406.

La poésie coule par toutes vos blessures, me dites-vous encore. De tout ce que j’avais, il ne me reste que la douleur : je la garde pour moi. Je ne veux pas me servir de mes souffrances comme d’un moyen d’attirer sur moi l’attention et la pitié, car j’ai toujours pensé que c’était chose honteuse que de se tailler dans ses malheurs un manteau d’histrion38.

  • 39 Il s’agit d’une intimité de convention, bien entendu, et Crémazie n’ignorait pas que ses lettres ét (...)
  • 40 Millevoye (Charles Hubert), « Les plaisirs du poète », Œuvres de Millevoye, éd. de P.-L. Jacob, Par (...)

24Crémazie refuse, dans l’apparente intimité39 de la conversation épistolaire, de revêtir la défroque du poète malheureux et, comme le chante Millevoye, de « béni[r] ses revers, / S’ils lui peuvent du moins inspirer de beaux vers40 ». Pudique, fier et authentique à la fois, il n’entend pas exploiter son malheur à des fins de publicité.

Crémazie selon Casgrain : malheureux, mais canadien

  • 41 Nous nous accordons sur ce point avec Mativat (Daniel), Le Métier d’écrivain au Québec (1840-1900). (...)
  • 42 Voir Brunet (Manon), « Prolégomènes à une méthodologie d’analyse des réseaux littéraires », Voix et (...)

25Le pas que Crémazie dit refuser de franchir en affichant publiquement les marques de sa douleur, l’abbé Casgrain le franchit à sa place en publiant ses lettres et en fournissant ainsi un accès public au portrait du poète souffrant. Que Crémazie ait pu se douter que ses missives connaîtraient un jour une telle publicité est plus que probable41 : il ne pouvait ignorer l’intérêt que Casgrain lui portait et tous les efforts que faisait cet homme de lettres au cœur d’un vaste réseau littéraire42 pour le relever dans l’esprit du public canadien. L’important, cependant, n’est pas là, mais dans le renforcement que Casgrain, dans le commentaire des lettres, fait subir à la posture d’auteur forgée par Crémazie. Les principaux traits posturaux signalés par Casgrain sont ceux de la maladie (physique et morale), de la pauvreté et de l’abandon. Cette description du poète dans sa « mansarde », par exemple, où Crémazie apparaît tel un nouveau Gilbert :

  • 43 OCE, 485-486.

Les secousses par lesquelles il venait de passer arrivant surtout à la suite d’anxiétés toujours comprimées, avaient donné un choc trop violent à sa constitution pour qu’elle pût y résister : il en prit une fièvre cérébrale qui le tint pendant plusieurs semaines entre la vie et la mort. Relégué seul dans une mansarde, d’où il n’apercevait que les toitures et les cheminées de Paris ; abandonné de tout le monde, étendu sur un lit de camp où il ne recevait d’autres secours que des services mercenaires, ce qu’il eût à souffrir pendant cette maladie peut se conjecturer mais ne s’exprime pas43.

26Crémazie se rapproche encore de Gilbert par sa mort, et Casgrain ne manque pas de citer, en les appliquant à la situation du poète canadien, les vers célèbres de ce grand poète malheureux devant l’Éternel :

À sa dernière heure, il n’a pas même eu la consolation de voir un seul de ses compatriotes à ses côtés : une main étrangère lui a fermé les yeux. […] Dans vingt ans, peut-être personne ne pourra indiquer le lieu où il repose. Plus malheureux que Gilbert, il a pu dire comme lui :

  • 44 OCE, 496.

Sur ma tombe où lentement j’arrive,
Nul ne viendra verser des pleurs44.

  • 45 Voir mon article « Le poète malheureux au Canada : Fréchette, lecteur de l’abbé Pinard », Mémoires (...)
  • 46 Gilbert serait mort étouffé après avoir accidentellement avalé une clé. Voir Genty (Maurice), « La (...)

27Ce n’est pas un hasard si Casgrain évoque la figure de Gilbert et cite son « Ode imitée de plusieurs psaumes ». Non seulement ces vers et leur auteur sont célèbres au XIXe siècle, tant en France qu’au Canada45, mais ils rattachent Crémazie à une forme de malédiction littéraire éminemment chrétienne et, par voie de conséquence, canadienne. Contrairement aux Chatterton et aux Nerval de ce monde, qui se sont suicidés dans un moment de désespoir, Gilbert a vécu, a souffert et est mort chrétiennement, de manière un peu singulière il faut le dire46, mais sans offenser Dieu. C’est avec ce respect de lui-même et de la morale chrétienne que Crémazie a vécu et est mort en exil. Casgrain n’a aucune lettre pour en attester, mais il rapporte ces paroles, qu’aurait dites notre poète canadien :

  • 47 OCE, 487.

Bien des fois, m’a-t-il dit souvent, si je n’avais eu une foi canadienne, je serais allé me pendre comme Gérard de Nerval au réverbère du coin, ou je me serais traîné dans le ruisseau avec les cocottes comme Henri Murger ; mais quand le noir m’enveloppait de trop près, quand je sentais le désespoir me saisir à la gorge et que le drap mortuaire semblait me tomber sur la tête, je courrais à Notre-Dame des Victoires, j’y disais une bonne prière et je me relevais plus fort contre moi-même47.

  • 48 Casgrain (abbé Henri-Raymond), « Le Mouvement littéraire au Canada », Le Foyer canadien (1866), rep (...)
  • 49 Ibid., p. 83.

28Que Crémazie ait réellement tenu ces propos n’est pas impossible, mais ce qu’il faut surtout retenir est l’infléchissement que fait subir ce passage à la figure du poète malheureux que Casgrain veut livrer à la postérité. Comme cette littérature canadienne qu’il appelle de ses vœux dans un article de 186648, il veut des écrivains exemplaires qui promeuvent, à travers leur conduite de vie, l’amour de la nation et la foi chrétienne. La littérature canadienne « n’aura point ce cachet de réalisme moderne, manifestation de la pensée impie49 », et les poètes canadiens, même exilés à Paris, au milieu des plaisirs, mourront sans avoir goûté aux charmes des Mimi Pinson. Telle est la condition de leur inscription dans l’Histoire.

MALÉDICTION ET COLLECTIVITÉ NATIONALE

  • 50 Espagne (Michel), Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de Franc (...)
  • 51 « Quel est maintenant le devoir de la critique en présence des louables efforts dont nous sommes té (...)

29Dans Les Transferts culturels franco-allemands, Michel Espagne note qu’un « transfert culturel n’est pas déterminé principalement par un souci d’exportation. Au contraire, c’est la conjoncture du contexte d’accueil qui définit largement ce qui peut être importé ou encore ce qui, déjà présent dans une mémoire nationale latente, doit être réactivé pour servir dans les débats de l’heure50 ». Le cadre de cet article n’a pas permis de présenter en détail ce qu’Espagne appelle « la conjoncture du contexte d’accueil », mais ses effets sur l’assimilation des topiques de la malédiction littéraire se perçoivent aisément dans le traitement des figures de Garneau et de Crémazie. Le Canada français des années 1860 à 1900 entend se donner une littérature distincte de la littérature française, mais digne d’elle, et qui soit à la fois le reflet et le moyen de perpétuation d’une âme canadienne dont l’Histoire, aidée en cela par la critique littéraire, s’est chargée de fixer les traits51. Dans cette conjoncture, le mythe de la malédiction littéraire n’a d’intérêt que s’il permet de mettre en valeur des écrivains canadiens conformes au génie national, c’est-à-dire profondément chrétiens et patriotes, ayant mis leur intelligence et leur plume au service de la collectivité.

  • 52 Voir Biron (Michel), L’Absence du maître. Saint-Denys Garneau, Ferron, Ducharme, Montréal, Presses (...)
  • 53 Dantin (Louis), « Émile Nelligan », Les Débats, nos 143-149, 17 août-28 sept. 1902. Voir également (...)

30C’est dire que les formes plus modernes de malédiction, celles qui se développent en France au sein des milieux artistiques et qui conduiront, par l’intermédiaire de Baudelaire, aux Poètes maudits de Verlaine, sont dénuées de pertinence dans un champ littéraire aussi peu structuré que l’est celui du Canada français des années 1860. Les modèles du grand homme et du poète malheureux, tels que prônés en France par les Lumières pour le premier, par le romantisme chrétien pour le second, sont transférables parce qu’ils ne supposent pas encore le retrait de l’écrivain dans la sphère esthétique et son désir de travailler à l’autonomie du littéraire. Le modèle du poète maudit, qui apparaît dans les années 1850, avec les articles de Baudelaire sur Edgar Poe, suppose un tel retrait ; partant, ce modèle n’est d’aucune utilité dans le Canada français de l’abbé Casgrain. Non seulement aurait-on du mal à trouver, vers 1860, un écrivain canadien qui puisse fournir le prétexte d’une telle assimilation par l’importance accordée à la dimension esthétique, érigée en absolu, mais il n’existe pas dans le Canada français du XIXe siècle ce qu’on pourrait appeler une sphère restreinte qui soit à même de recevoir, de reconnaître et de valoriser une telle rupture52. Il faudra attendre l’arrivée de Nelligan et sa présentation au public canadien par Louis Dantin53 pour que le poète maudit ait droit de cité au pays des Hurons.

Notes

1 Cet article est issu en bonne partie des recherches accomplies dans le cadre d’un stage postdoctoral mené au CRILCQ – U. Laval en 2003-2004, et des stimulantes discussions que j’ai pu avoir avec Marie-Andrée Beaudet à cette occasion. Je tiens à remercier les membres du Centre pour leur accueil cordial, et pour leur générosité intellectuelle.

2 Le Lauréat. Critique des œuvres de Louis Fréchette, Québec, Léger Brousseau, 1894, p. ix.

3 Marcotte (Gilles), « La voie honorable », Études françaises, vol. 30, n° 3, 1994, p. 49.

4 Sur la réception de l’Histoire de Garneau, voir Martin (Suzanne), « Hommages et condamnations : le premier volume de l’Histoire devant la critique de son temps », Études françaises, vol. 30, n° 3, 1994, pp. 75-87.

5 Chauveau (Pierre-Olivier), « Hommage à la Mémoire de M. F.X. Garneau », Journal de l’Instruction publique, vol. 2, nos 9-10, sept.-oct. 1867, p. 126.

6 Casgrain (abbé Henri-Raymond), Un contemporain. F.X. Garneau, Québec, Duquet, 1866, pp. 61-62.

7 Darveau (Louis-Michel), Nos hommes de lettres, Montréal, A. A. Stevenson, 1873, p. 80. Plus loin : « Les critiques dont nous avons parlé précédemment avaient affligé profondément l’illustre historien qui était aussi sensible qu’honnête et véridique. Sa santé en était considérablement affectée ; et les suites s’en firent sentir pendant tout le reste de sa vie. » (Ibid., p. 91.) À notre connaissance, Garneau n’a jamais retiré son ouvrage de la circulation, comme le prétend Darveau. Seul Edmond Lareau, dans son Histoire de la littérature canadienne (Montréal, John Lovell, 1874, p. 160), semble accorder foi à ce fait.

8 Darveau, Nos hommes de lettres, op. cit., pp. 89-90.

9 Ibid., p. 80.

10 La figuration originaire de ce type d’artiste se trouve sans doute dans Le Chef-d’œuvre inconnu (1831) de Balzac, mais elle traverse tout le siècle et aboutit à L’Œuvre (1886) de Zola.

11 « Il rapportait du reste tous ses succès à la plus grande gloire de sa chère nationalité franco-canadienne, à laquelle il avait voué un véritable culte, un culte de tous les instants. Ses amis trouvaient que chez lui c’était presque une idée fixe : au moindre évènement qui paraissait menacer notre autonomie, à la moindre défection, il s’alarmait comme d’autres peuvent s’alarmer des dangers qu’ils courent dans leur santé ou dans leur fortune. » (Chauveau [Pierre-Olivier], François-Xavier Garneau, sa vie et ses œuvres, Montréal, Beauchemin et Valois, 1883, p. CCXXXIII.)

12 Darveau, op. cit., pp. 79-80.

13 L’article est cité longuement dans Casgrain, Un contemporain, op. cit., pp. 121-122.

14 Voir à ce sujet Zilsel (Edgard), Le Génie. Histoire d’une notion de l’Antiquité à la Renaissance, trad. de Michel Thévenaz, préface de Nathalie Heinich, Paris, Minuit, 1993, pp. 147-186.

15 Bonnet (Jean-Claude), Naissance du Panthéon : essai sur le culte des grands hommes, Paris, Fayard, 1998.

16 Ibid., p. 94.

17 Casgrain y insiste : « […] M. Garneau était un homme sincèrement religieux. Que de fois n’a-t-on pas été édifié, dans les tristes moments où on le voyait aux prises avec son cruel mal, de l’entendre murmurer tout bas l’Ave Maria, même au milieu du trouble de ses facultés. » (Casgrain, Un contemporain, op. cit., p. 64.)

18 « Garneau a été le flambeau qui a porté la lumière sur notre courte mais héroïque histoire, et c’est en se consumant lui-même qu’il a éclairé ses compatriotes. » (Octave Crémazie, cité dans Casgrain [Henri-Raymond], « Octave Crémazie en exil », La Revue canadienne, 1881, pp. 323-341 ; 391-407 ; 476-498. Cet article sera désormais désigné par le sigle OCE, suivi du folio. Pour la citation, OCE, 336-337.)

19 Au terme de son vibrant éloge de Garneau, le personnage éponyme du roman Angéline de Montbrun s’écrie : « Et nous, Dieu veuille nous donner comme à nos pères, avec le sentiment si français de l’honneur, l’exaltation du dévouement, la folie du sacrifice, qui font les héros et les saints. » (Conan [Laure], Angéline de Montbrun, Québec, Imprimerie Léger Brousseau, 1884, p. 300.) Pour une analyse détaillée de cet éloge, voir Rizzuto (Liliana), « La rhétorique de l’éloge chez les premières femmes auteurs canadiennes-françaises », mémoire de maîtrise, Département de langue et littérature françaises, Université McGill, 2012, pp. 35-64.

20 Notamment « Le vieux soldat canadien » (1855) et « Le drapeau de Carillon » (1858).

21 Voir Hare (John E.), « Perspectives sociologiques : Octave Crémazie et la poésie dans une société de consommation », dans Crémazie et Nelligan, sous la direction de Réjean Robidoux & Paul Wyczynski, Montréal, Fides, 1981, pp. 155-161.

22 Darveau, Nos hommes de lettres, op. cit., p. 156. Voir également idem, Procès de J.R. Healey, en juillet 1864. Sous la présidence de l’Hon. juge Drummond. Affaire Crémazie, [Québec], s.é., [1864].

23 Plusieurs textes de fiction thématisent l’étourderie du poète. Voir, parmi d’autres, la comédie de Piron (Alexis), La Métromanie, ou le Poète (1737).

24 Tardivel, (E.H.), Octave Crémazie. Panégyrique du grand poète prononcé par M. E.H. Tardivel en séance extraordinaire du Club Crémazie de Lewiston, ME, à l’occasion du soixantième anniversaire de la naissance de son patron, le 17 avril 1887, s.l., s.é., [1887], p. 7.

25 Le mot exil, pour qualifier la fuite de Crémazie en France, est utilisé aussi bien par le poète, dans ses lettres, que par ses contemporains, même s’il n’a jamais été officiallement proscrit ni sérieusement inquiété par le pouvoir. L’emploi de ce terme, en plus de couvrir d’un voile pieux la faute dont le poète s’est rendu coupable, le situe dans une double lignée glorieuse : celle des grands écrivains persécutés par le pouvoir (Ovide, Mme de Staël, Victor Hugo) et celle des héros de la Rébellion de 1837-1838, dont plusieurs durent s’exiler pour échapper aux représailles du gouvernement britannique (de nombreux autres furent déportés aux Bermudes et en Australie). Le souvenir de ces patriotes est très vivace au temps de Crémazie et il est entretenu par différentes publications, lectures publiques et chansons populaires. Voir, par exemple, Ducharme (Léandre), Journal d’un exilé politique aux terres australes, Montréal, Imprimerie de F. Cinq-Mars, 1845 ; Prieur (François-Xavier), « Notes d’un condamné politique de 1838 », Les Soirées canadiennes, 1864, pp. 167-407 ; Mousseau (J. A.), Lecture publique […] sur Cardinal et Duquet, victimes de 1837-1838, prononcée lors du 2e anniversaire de la Fondation de l’Institut canadien-français, le 16 mai 1860, Montréal, Les presses de Plinguet & Cie, 1860. Sur la célèbre chanson d’A. Gérin-Lajoie, « Un Canadien errant », voir Cambron (Micheline), « Du “Canadien errant” au “Salut aux exilés” : l’entrecroisement de l’histoire et de la fiction », Études françaises, vol. 27, n° 1, pp. 75-86.

26 OCE, 326.

27 Voir Reybaud (Louis), Jérôme Paturot à la recherche d’une position sociale, Paris, Paulin, 1847 [1842].

28 OCE, 332.

29 OCE, 328.

30 OCE, 334.

31 OCE, 340.

32 OCE, 480.

33 Meizoz (Jérôme), Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève, Slatkine, coll. « Érudition », 2007.

34 OCE, 335.

35 Voir Marcotte (Gilles), « Le double exil d’Octave Crémazie », dans Une littérature qui se fait, Montréal, HMH, 1968, pp. 85-97 et Nepveu (Pierre), « Crémazie et Nelligan : l’exil comme métaphore », dans Crémazie et Nelligan, sous la direction de Réjean Robidoux & Paul Wyczinski, Montréal, Fides, 1981, pp. 132-140.

36 OCE, 335.

37 OCE, 339.

38 OCE, 406.

39 Il s’agit d’une intimité de convention, bien entendu, et Crémazie n’ignorait pas que ses lettres étaient lues par plus d’une personne. Casgrain lui-même lui en avait fait l’aveu dans une lettre du 25 octobre 1866 : « Vos lettres sont des événements parmi notre petit monde littéraire ; je les ai lues aux plus intimes qui ont pleuré avec moi à leur lecture : c’est si bien vous ! » (Cité dans Sœur Jeanne-Leber, « L’amitié littéraire de Crémazie et de Casgrain », Archives des lettres canadiennes, Ottawa, Éd. de l’Université d’Ottawa, 1961, t. I, p. 197.)

40 Millevoye (Charles Hubert), « Les plaisirs du poète », Œuvres de Millevoye, éd. de P.-L. Jacob, Paris, A. Quentin, 1880, vol. 2, pp. 101-102.

41 Nous nous accordons sur ce point avec Mativat (Daniel), Le Métier d’écrivain au Québec (1840-1900). Pionniers, nègres ou épiciers des lettres, Montréal, Tryptique, 1996, p. 304.

42 Voir Brunet (Manon), « Prolégomènes à une méthodologie d’analyse des réseaux littéraires », Voix et Images, vol. 27, n° 2, 2002, pp. 216-223.

43 OCE, 485-486.

44 OCE, 496.

45 Voir mon article « Le poète malheureux au Canada : Fréchette, lecteur de l’abbé Pinard », Mémoires du livre – Studies in Book Culture, vol. 3, n° 2, printemps 2012. URL : https://www.erudit.org/fr/revues/memoires/2012-v3-n2-memoires0117/1009344ar/ (consulté le 24 décembre 2012).

46 Gilbert serait mort étouffé après avoir accidentellement avalé une clé. Voir Genty (Maurice), « La mort du poète Gilbert », Le Progrès médical, 11 décembre 1935, supplément mensuel n° 11, pp. 82-83.

47 OCE, 487.

48 Casgrain (abbé Henri-Raymond), « Le Mouvement littéraire au Canada », Le Foyer canadien (1866), repris dans Œuvres complètes de l’abbé H.R. Casgrain, Québec, Éditions populaires, 1875, Typographie de C. Darveau, vol. 3, t. III, pp. 75-85.

49 Ibid., p. 83.

50 Espagne (Michel), Les Transferts culturels franco-allemands, Paris, Presses universitaires de France, 1999, p. 23.

51 « Quel est maintenant le devoir de la critique en présence des louables efforts dont nous sommes témoins ? De la direction qu’elle imprimera aux idées dépend, en grande partie, l’avenir des lettres canadiennes. » (Casgrain, « Le mouvement littéraire au Canada », dans Œuvres complètes, op. cit., p. 77.)

52 Voir Biron (Michel), L’Absence du maître. Saint-Denys Garneau, Ferron, Ducharme, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Socius », 2000, pp. 19-46.

53 Dantin (Louis), « Émile Nelligan », Les Débats, nos 143-149, 17 août-28 sept. 1902. Voir également Halden (Charles ab der), Un poète maudit : Émile Nelligan, F.R. de Rudeval, 1904.

Auteur

Professeur agrégé au Département de langue et littérature françaises de l’université McGill. Il a publié Nelligan dans tous ses états : un mythe national (Fides, 1998), La Malédiction littéraire : du poète crotté au génie malheureux (PUM, 2005) et différents collectifs de sociocritique.

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search