Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Deux siècles de malédiction littéraire

 | 
Pascal Brissette
, 
Marie-Pier Luneau

II. Perpétuation et contestation du mythe

Louis Dantin : le refus de la malédiction comme reconnaissance

Pierre Hébert

Texte intégral

  • 1 BAnQ, Centre d’archives de Vieux-Montréal, Fonds Gabriel Nadeau, MSS 177/76.

[…] si je cherche l’ombre, c’est de mon propre et libre choix.
Louis Dantin à Germain Beaulieu, 12 avril 19091

  • 2 Cité dans Gabriel Nadeau, Louis Dantin. Sa vie, son œuvre, Manchester, Les Éditions Lafayette, 194 (...)

J’ai été fait pour vivre en paix avec tout le monde et rien ne me bouleverse comme de me voir engagé malgré moi dans une lutte contre ma famille, mes anciens amis, contre la société presque, qui ne devra finir qu’avec ma vie.
Louis Dantin à Germain Beaulieu, s.d.2

  • 3 Cela grâce à sa préface et à la préparation (interrompue en raison de son exil aux États-Unis) de (...)
  • 4 Ses poèmes : Le Coffret de Crusoé, Montréal, Éditions Albert Lévesque, 1932 ; son unique roman : L (...)

1Louis Dantin (1865-1945 ; pseudonyme d’Eugène Seers) fut le critique le plus influent de la première demie du XXe siècle au Québec, avec l’abbé Camille Roy. Influent, mais pour de tout autres raisons que la surveillance de la morale ou du traditionalisme littéraire ; ce furent la sensibilité critique, la finesse des analyses, la justesse du jugement qui séduisirent plusieurs de ses contemporains. Dantin, en plus de « faire découvrir » le poète Émile Nelligan3, fut l’auteur d’un recueil de poèmes, de « Chansons » (trois poèmes sur lesquels je reviendrai), de quatre recueils de critiques et d’un roman posthume4. Mais ce qui intéresse ici, c’est le comportement singulier d’un religieux défroqué, d’un exilé, d’un auteur souventes fois censuré et qui, en fin de compte, se perçoit comme un marginal, voire un paria.

2Car s’il est un auteur dont le destin semblait marqué au fer de la malédiction, c’est assurément Louis Dantin. Il n’est que de rappeler les faits suivants de sa vie, parmi tant d’autres, pour terminer l’énumération par un péremptoire « CQFD » : un père du Très Saint-Sacrement qui, sous la pression de ses supérieurs, reste dix ans de trop dans sa congrégation (en gros, entre 1894 et 1903), alors qu’il a perdu la foi ; l’ami d’Émile Nelligan qui, au beau milieu de l’édition de ses poèmes, quitte précipitamment et la vie religieuse et le Canada en 1903 avec une femme, Clotilde Lacroix, et qui vivra en exil à Boston, aux États-Unis, jusqu’à sa mort en 1945 ; un esprit d’une lucidité unique en son temps et victime, pour nombre de ses publications, des affres de la morale cléricale. « Pourquoi faut-il que je verse toujours par quelque côté dans quelque hérésie ?… », écrit-il à Alfred DesRochers (23 janvier 1939) à propos de son roman alors en cours d’écriture.

3Or, lorsque j’ai entrepris de réfléchir à Dantin dans le cadre interprétatif de la malédiction, je m’attendais pour ces raisons mêmes à rencontrer un homme qui recoure à cette posture. Toutefois, mon hypothèse, au sens commun de ce terme, a été mise à mal par l’analyse de la correspondance de Dantin car, comme on le verra plus loin, Louis Dantin refuse de revêtir les loques du poète maudit, qui semblent pourtant taillées sur mesure pour lui. Ce « refus de la malédiction » met au jour une question centrale : quelles sont les explications d’un tel refus ?

4Ce but m’amène par nécessité à réfléchir aux deux problèmes méthodologiques qui découlent de cette situation. Le premier peut se formuler ainsi : comment décrire quelque chose qui n’existe pas, comment cerner un refus de la malédiction ? Cette question nous entraînera à un élargissement de perspective en regard de notre thématique. Et le second problème touche les causes de ce refus : pourquoi Dantin refuse-t-il cette posture ? en vertu de quelles valeurs le fait-il ? En premier, donc, voyons quel élargissement de perspective implique la compréhension d’un refus de la malédiction.

UN ÉLARGISSEMENT DE PERSPECTIVE : LA MALÉDICTION COMME RECONNAISSANCE

5Pour comprendre le refus de la malédiction chez Dantin (refus que je décrirai plus loin), je propose d’inscrire la malédiction dans un cadre de lecture qui, plus vaste, l’éclaire différemment. La nécessité de ce recadrage est appelée par le fait que la malédiction apparaît comme le négatif d’une valeur, comme le volet dysphorique d’un état positif. La malédiction possède, malgré tout, une force identitaire, mais selon une logique inversée.

6Autrement dit, la malédiction est un défaut, une absence — mais de quoi ? Un tel retranchement du poète dans les langes de la malédiction me paraît être une réaction, à peu près dans le sens où la décrit le philosophe Axel Honneth, à l’une des formes du déni de reconnaissance (recognition) : mépris, rejet, etc., cette négativité étant convertie en positivité. La malédiction renvoie ainsi, au-delà du manque, au concept philosophique de reconnaissance, à l’une de ses actualisations. L’intérêt de ce concept de reconnaissance est qu’il permet de comprendre l’analyse des luttes, individuelles et sociales, dans un cadre qui n’est pas d’emblée celui de la logique de l’homo œconomicus (j’y reviendrai en conclusion) ; de plus, la reconnaissance exige la confirmation par l’Autre des capacités ou des qualités morales du sujet qui aspire à la reconnaissance. La quête de la reconnaissance appelle donc un double mouvement : celui, personnel, d’une quête de sens, et celui, intersubjectif, d’une actualisation de cette quête par une sanction d’autrui. Par exemple, la quête de reconnaissance de l’esclave trouvera son achèvement (sortir de ce statut) seulement si autrui reconnaît la valeur ou la capacité morale du sujet de cette quête. Sous cette loupe, la malédiction devient un étrange cas de figure, c’est-à-dire une quête de reconnaissance qui tire son origine de son déni même : l’autre me refusant la reconnaissance, je me l’attribue alors en exhaussant le statut, la nature même de ce refus.

7Plutôt que de recourir à un interprétant, la malédiction, limité en raison de sa « négativité positive », je crois donc plus éclairant de situer Dantin en regard de ce concept de reconnaissance. Encore un mot, cependant, sur cette « méthode » de travail…

  • 5 Honneth (Axel), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, les Éditions du Cerf, coll. « Passages », (...)

8Le recours au concept de reconnaissance ressortit à la philosophie sociale ; mais cela ne lui enlève en rien sa valeur heuristique individuelle, bien au contraire. Les expériences de mépris, écrit Honneth, d’abord isolées, privées, « fournissent les motifs moraux d’une lutte collective pour la reconnaissance5 ». Rien de tel pour nous ici, bien sûr, car nous chercherons à comprendre la lutte (ou la non-lutte) pour la reconnaissance chez un être singulier, Dantin en l’occurrence, sans volonté de généralisation.

9Bref, je souhaite réfléchir à la malédiction en termes de reconnaissance, et dans une perspective (sur laquelle je reviendrai en conclusion) qui ressortit à l’individualisme méthodologique plutôt qu’à un holisme sociologique (mythe, champ, etc.), et qui prend justement en compte les valeurs qui fondent l’action d’un sujet.

  • 6 Outre ses textes critiques et de création, Louis Dantin a laissé une abondante correspondance, et (...)

10Pour poser ces questions liées à la malédiction et à la reconnaissance, je vais m’appuyer principalement sur la correspondance que Louis Dantin a entretenue avec Alfred DesRochers, 228 lettres échangées surtout entre 1929 et 19346.

LES ÉPREUVES DE LA RECONNAISSANCE

11La lutte sociale pour la reconnaissance contient en creux celle de l’individu. Mais où se trouvent ces moments de lutte, ces points de friction d’où peut jaillir la reconnaissance ? On peut les localiser, pour reprendre une ancienne expression de Greimas, dans les épreuves qualifiantes qui placent la personne devant un carrefour de choix. L’intérêt de l’épreuve qualifiante est de soumettre le sujet (son habitus, etc.) à une révélation de soi dans une conjoncture, dans un espace-temps précis. La réponse à l’épreuve devient ainsi une pièce d’identité.

12Or il se trouve que la correspondance de Dantin avec DesRochers traite de deux épisodes, deux épreuves des plus éclairantes à ce propos : d’abord, la proposition que DesRochers fait à Dantin de publier trois poèmes, les trois « Chansons » et, ensuite, l’offre de la part de DesRochers d’un travail qui permettrait à Dantin de revenir au Québec. Voyons ce que sa réponse à ces deux épreuves nous enseigne sur Dantin au chapitre de la reconnaissance.

Chanson javanaise

  • 7 Ces trois poèmes s’intitulent « Chanson javanaise » (1930), « Chanson citadine » (1931) et « Chans (...)

13J’ai parlé de trois « Chansons7 », trois poèmes, mais le cadre de cet article ne me permet d’aborder que la première, la « Chanson javanaise ». Dégageons, par la genèse de cette publication, sa valeur d’« épreuve ».

14C’est le 24 mars 1929 que Dantin transmet ce poème à DesRochers, avec la lettre suivante :

J’ai déjà trop longtemps joué au critique avec vous. Je vous demanderai prochainement, à votre tour, un jugement sur une certaine fantaisie rimée qui ne date pas d’hier, mais que je n’ai jamais montrée à personne 1°) parce que j’avais moi-même de graves doutes sur sa valeur 2°) parce que, suffisante ou non, j’étais sûr que bien peu d’esprits, dans nos entourages locaux, la comprendraient le moins du monde. […] Cela ne pourrait jamais, en tout cas, être imprimé chez nous, et ma requête est pure question de curiosité personnelle.

15Le 29 juillet, DesRochers lui fait la proposition suivante :

Je m’estime trop heureux d’être seul à posséder votre « Chanson javanaise ». Voici une proposition. Je vais la faire imprimer à une dizaine d’exemplaires de luxe, que je vous enverrai pour distribuer vous-même à vos amis. […] Dites, vous me donnez la permission de faire cela ?

16Or, au mois d’août, la réponse de Dantin est péremptoire :

Si vous pouviez trouver moyen de garder cet opus vraiment anonyme, je n’aurais d’objection personnelle à l’édition très limitée que vous projetez : mais il faudrait pour cela beaucoup de précautions. Il faudrait laisser la brochure sans aucun nom d’auteur, pseudonyme ou autre : le titre complet en pourrait être : Chanson javanaise : Journal d’un Canadien errant. Et je compterais sur votre discrétion absolue pour ne révéler l’auteur à personne : car cela deviendrait très tôt le secret de Polichinelle et causerait un scandale de tous les diables.

17DesRochers réplique, le 4 septembre :

Pourquoi, cette peur de signer ? Vous allez me trouver peut-être inconséquent avec moi-même, moi qui me crois catholique, d’être aussi libre au sujet de mes lectures et de mes écritures. C’est que j’ai pour opinion qu’une œuvre qui suscite de la réflexion ne peut pas être immorale. Or votre Chanson javanaise est une source inépuisable de réflexion. Quelle est l’œuvre au Canada qui puisse s’y comparer ? Pourquoi, alors, en avoir honte ?

18Mais en vain : « Mais quant à la signer, voyons !… Je suis un homme paisible, et à qui il répugne de scandaliser qui que ce soit. Et je n’ai pas, comme Chiniquy, l’instinct de l’apostolat et du martyre !… », réplique Dantin (15 septembre 1929).

19On voit l’intérêt ici de décrypter l’action de Dantin et, plus précisément, de remonter aux croyances qui lui permettent d’accepter la publication de la « Chanson javanaise » à la condition expresse que son nom n’y apparaisse pas : éviter le scandale. Mais avant d’aller plus avant dans ce système de croyances et de raisons, qui va nous aider à comprendre ce refus de la malédiction, attardons-nous sur la seconde épreuve, c’est-à-dire la réaction de Dantin en regard de la possibilité d’un retour au Québec après plus de vingt-cinq ans d’exil.

Un retour possible au Québec

20DesRochers, qui travaille au journal La Tribune, à Sherbrooke, soumet à Dantin cette possibilité, dans une longue lettre du 29 juillet 1929 : « M. Fortin m’a dit, ce printemps, en parlant de vous : “Baptême, cet homme-là travaillera pour moi ou je perdrai mon nom.” Et quand il disait “travailler”, ce qu’il entendait, comme il me l’a expliqué, ce serait de vous faire directeur littéraire du journal. » Il ajoute :

Faites donc de votre existence un jour tourmenté avec un beau couchant. Ce faisant, vous n’aurez qu’une mince part de ce qui aurait dû vous échoir. Lâchons donc un instant notre cabrure de « marcheur-seul » et prenons ce qui nous appartient. Il faut voir quelle horde d’imbéciles profitent des faveurs, pour que le dégoût nous vienne d’être toujours ceux qui écopent.

21La réponse de Dantin ne laisse aucune ouverture en ce sens. Il signale à DesRochers qu’il a soixante-trois ans, mais que, pire, il a quitté les ordres jadis. Il ajoute :

Vous voyez maintenant quel instinct sûr m’a toujours empêché de prendre au sérieux l’invitation de mes excellents amis de revenir dans ce bon Québec. Je n’y fusse pas plutôt rentré que quelque hérésie de ma part eût ameuté contre moi toute la province. Et je ne suis plus à l’âge où la poudre met le feu aux naseaux et où l’on se délecte aux héroïques campagnes… Même ici, dans cette supposée libre république, je scandalise mon entourage et l’on me regarde comme un échappé de la géhenne… ou de Russie ! Ce qui prouve clairement que la nature s’est trompée de date et de lieu dans le détail de ma naissance et que le registre eût dû me placer un siècle ou deux plus tard, dans une humanité plus conforme à mon rêve… C’est où je souhaiterais revenir dans ma future métempsychose : au Canada, si le Canada a cessé d’être la queue intellectuelle des peuple ; sinon, ailleurs, aussi loin que possible. (À DesRochers, 25 juin 1932)

22Ces deux « épreuves » libèrent le même enseignement. En effet, ce qui empêche Dantin à la fois de publier ses « Chansons » (sauf sous l’anonymat) et de revenir au Québec, c’est qu’il n’a pas « l’instinct de l’apostolat et du martyre », qu’il ne veut pas ameuter la province contre lui. Il faudra donc prendre en compte ces croyances qui orientent les choix de Dantin. Au début, je disais que les vêtements de la malédiction semblaient taillés sur mesure pour Dantin ; mais c’était sans prendre en compte la sensibilité, les valeurs de la personne qui les aurait revêtus. Car en cette matière, il n’y a pas de « taille universelle ».

RECONNAISSANCE ET REFUS DE LA MALÉDICTION CHEZ DANTIN : L’ÉTHICITÉ D’UN TEL CHOIX

  • 8 Le lecteur sagace aura sans doute reconnu une position « boudonnienne » ou, plus précisément, une (...)

23On ne rencontre donc pas chez Dantin cette « mystique de la souffrance » qui ajouterait une plus-value à sa production littéraire. Mon analyse de ce refus, qui est désormais le refus par Dantin d’une certaine forme de reconnaissance, tout en tenant compte des diverses déterminations qui influencent le « sujet Dantin », mon analyse, donc, pose comme prémisse la rationalité téléologique du sujet ou, pour le dire plus simplement, elle suppose la congruence entre les raisons d’agir et l’agir lui-même8.

  • 9 Louis Dantin à Robert Charbonneau, 16 novembre 1930, cité dans « Robert Choquette. Correspondance (...)

24À ce chapitre, les indications de Dantin, dans sa correspondance et ailleurs, sont nettes. Je rappelle pourquoi il ne veut pas signer la « Chanson javanaise » : « Je suis un homme paisible, et à qui il répugne de scandaliser qui que ce soit. Et je n’ai pas, comme Chiniquy, l’instinct de l’apostolat et du martyre !… » Et à la possibilité de revenir au Québec : « Je ne suis pas sans redouter un peu le bouleversement complet que cette entreprise apporterait dans mon existence ! » Concernant la publication de la deuxième de ses trois chansons, la « Chanson citadine », il écrit à Robert Charbonneau craindre « le risque que courrait ma tranquillité9 ».

25L’exil de Dantin en 1903 et son refus de revenir au Québec donnent d’ailleurs tout son sens au « lieu d’énonciation » que représente sa volumineuse correspondance, un lieu d’énonciation qui est en vérité un non-lieu. Il ne faut pas être obnubilé par l’exil géographique de Dantin au point de ne pas voir l’exil discursif ; car la correspondance, comme genre, joue un rôle central dans cette quête de la tranquillité dont il vient d’être question. À DesRochers qui l’invite à venir faire un court séjour à Sherbrooke, Dantin le prévient : il rencontrera alors un être isolé, banal, sans trop de conversation. Mais surtout, il ajoute que c’est dans ses lettres qu’il atteint une plénitude d’expression, voire de vie :

Mes instincts, mes idées, mes goûts, ont toujours été à l’encontre de ceux de la foule, du moins des foules qui m’entouraient, et m’ont créé un isolement intérieur où seule ma vraie nature se réfugie… J’ai pris le parti, au-dehors, d’être banal comme tout le monde, et c’est le seul moyen que je trouve de vivre en paix avec le genre humain. Seulement, avec le temps, le masque s’attache à la figure et ne s’en décolle plus… Vous pouvez être sûr qu’en ayant, dans ces confidences que je vous fais, ma pensée franche et presque complète, vous avez le meilleur de moi. (8 décembre 1929)

26Dantin s’extrait tant qu’il le peut des déterminations extérieures et choisit de rester dans un « espace littéraire » paratopique, voire atopique. Sa correspondance institue ce non-lieu où il peut exprimer sa « pensée franche et presque complète ».

27Il apparaît clair que Dantin n’est pas mû par une mystique de la souffrance, et ses refus de publier ses chansons (hormis au prix de restrictions majeures) ou de revenir au Québec me semblent se comprendre avant tout par la quête de la tranquillité intérieure. Nombre de ses œuvres le disent, de diverses manières, mais je citerai pour terminer cet extrait de « La complainte du chômeur, composée en 1938 » :

Ah ! L’Univers est plein d’énigmes !
L’hiéroglyphe de ses signes
Arrête notre esprit à chaque pas.
Moi, je n’ai pas,
Pauvre âme simple, le goût des controverses ;
Creuser les choses est un tracas.
J’aime mieux m’assoupir à l’aile
De la patience, bonne buse traditionnelle ;
Et c’est pourquoi sous les averses
Filtrant aux joints de ma guérite,
Paria stoïque, j’habite,
Parmi les flacons vides et les vieux souliers,
Le camp des Hommes Oubliés.

28« Paria stoïque » ! Rien ne conclut mieux cette réflexion sur Louis Dantin. Paria, certes, exilé dans la pensée et dans l’espace. Mais surtout stoïque, c’est-à-dire menant une vie traversée par la quête de l’ataraxie, de la plus grande absence possible de trouble qui compromette la tranquillité de l’âme.

CONCLUSIONS

29Pour terminer, je propose de revenir sur les enseignements que le refus de la malédiction chez Dantin a permis de faire apparaître.

– La malédiction comme reconnaissance inversée

  • 10 Cela n’empêche en rien d’autres critiques de construire une image de Dantin traversée par la maléd (...)

30La malédiction peut être inscrite dans une perspective plus large, celle de la quête de la reconnaissance. Et, plus précisément, en exhaussant son statut de paria, l’écrivain institue une forme de reconnaissance. Ce serait à cause d’attentes non satisfaites, voire devenues objets de mépris, que le poète recourrait à diverses postures : poète révolté, poète solipsiste, etc. La malédiction constituerait en quelque sorte une figure inversée de la lutte pour la reconnaissance, quasi carnavalesque, par laquelle l’écrivain tente de labelliser le rejet, d’étiqueter le mépris en reconnaissance. Dantin, pour sa part, évite autant que possible de convertir la malédiction en une forme de reconnaissance10.

– Une analyse individuelle avant d’être collective

  • 11 Alain Caillé résume fort bien cette opposition : « La principale ligne de clivage au sein de la tr (...)

31Sans caricaturer l’opposition entre modèle holistique (qui donne la prééminence au groupe, au champ, etc.) et modèle individualiste11, il est clair que j’ai privilégié ici l’« individualisme méthodologique ». Cela revient à dire que la cause des actions du sujet repose avant tout sur sa capacité de faire des choix rationnels, et que l’observateur, l’analyste croit suffisamment en ces choix pour y appuyer son étude. C’est pourquoi j’ai suivi Dantin ou, plus précisément, deux épreuves chez Dantin qui ont permis de mettre au jour ses choix et, surtout, la rationalité de ceux-ci. Cette analyse des choix individuels ne se comprend toutefois qu’en termes de valeurs.

– La reconnaissance possède une dimension éthique

  • 12 Honeth (Axel), op. cit., p. 154.
  • 13 Ibid., pp. 154-155.
  • 14 À ce propos, on lira avec intérêt Heinich (Nathalie), « De la théorie de la reconnaissance à la so (...)

32Certes, « les rapports d’estime sociale sont, dans les sociétés modernes, l’enjeu d’une lutte permanente12 », lutte d’un individu ou d’un groupe ; par contre, une telle vision de la lutte sociale n’est pas pour autant bourdieusienne. Honneth s’en démarque ainsi : « Bourdieu, écrit-il, tend à occulter la logique normative de cette lutte symbolique pour l’estime sociale, parce qu’il fonde ses analyses sur une théorie purement économique de l’agir13. » Cette quête de la reconnaissance, ou en tout cas l’analyse que j’en ai proposée, entraîne à tout le moins un repli des modèles utilitaristes qui traduisent les intérêts de l’action humaine en termes d’homo œconomicus. En contrepartie, elle met au premier plan les notions de choix rationnel, de finalité et de valeur14.

33Dans le cas singulier de Dantin, la malédiction est refusée comme figure dysphorique de la reconnaissance. C’est une lecture normative, prenant en compte les raisons et les finalités de l’agir, qui a permis de mettre au jour les tenants et les aboutissants de ce refus de la malédiction. Il s’agit pour Dantin de maintenir la tranquillité, une forme d’ataraxie, malgré les appels des sirènes. Chez ce « paria stoïque », le stoïcisme gouverne le paria ; la tranquillité prime la légitimité.

34Pour terminer, l’anecdote suivante montre bien jusqu’où Dantin a tenu sa ligne de conduite. Mgr Cushing, archevêque de Boston, était devenu un ami proche de Dantin, lui rendant plusieurs fois visite. Or, sur le lit de mort de Dantin, voici ce qui s’est passé :

  • 15 Lettre de Cushing à Sister S. Brisset des Nos, r.s.c.j., dont Dantin était l’oncle, 18 janvier 194 (...)

Louis Dantin a raconté sa vie en détail au Cardinal Cushing. Quand il eut fini, S. Éminence lui dit : « Maintenant que vous avez tout déclaré, si vous le voulez, je vais vous donner l’absolution et vous pourrez communier. » Dantin reprit aussitôt : « Ah non, vous ne pouvez faire cela, c’est une confidence que je vous ai faite, et non une confession15. »

35Une confidence, et non une confession… La propriété confidentielle et personnelle du discours, et non l’aveu d’une faute absoute par l’Autre… ! Refus ultime, par Dantin, d’une reconnaissance qui se fonderait sur la faute. Si la vie de Dantin semble être un terreau propice à la mystique de la souffrance ; si certains de ses propos subodorent le rejet, la marginalité, il faut reconnaître, cependant, et c’est Dantin qui l’écrit à DesRochers, que « l’élément vraiment dramatique dans une vie humaine, c’est ce qu’elle a de particulier, c’est sa lutte intime, individuelle et les actes moraux qu’elle amène, quels qu’en soient les ressorts lointains ». Au paria portant une reconnaissance souffrante, voire peccamineuse, Dantin préfère le stoïcien que la recherche de l’ataraxie singularise — et en dehors, le plus possible, de la socia (bi) lité ; cette posture consentie permet d’éclairer plusieurs des choix déterminants faits par Dantin, et elle apporte au topos de la malédiction une voix singulière.

Notes

1 BAnQ, Centre d’archives de Vieux-Montréal, Fonds Gabriel Nadeau, MSS 177/76.

2 Cité dans Gabriel Nadeau, Louis Dantin. Sa vie, son œuvre, Manchester, Les Éditions Lafayette, 1948, p. 52.

3 Cela grâce à sa préface et à la préparation (interrompue en raison de son exil aux États-Unis) de Émile Nelligan et son œuvre, Montréal, Beauchemin, 1903 [1904], réédité chez Édouard Garand en 1925, puis en 1932, sans mention d’éditeur.

4 Ses poèmes : Le Coffret de Crusoé, Montréal, Éditions Albert Lévesque, 1932 ; son unique roman : Les Enfances de Fanny, Montréal, Éditions Chanteclerc, 1951. Ses critiques ont aussi été réunies dans les volumes suivants : Poètes de l’Amérique française (2 t., 1928 et 1934) et Gloses critiques (2 t., 1931 et 1935). Il est aussi l’auteur de contes.

5 Honneth (Axel), La Lutte pour la reconnaissance, Paris, les Éditions du Cerf, coll. « Passages », 2008, p. 195.

6 Outre ses textes critiques et de création, Louis Dantin a laissé une abondante correspondance, et de haute tenue, avec plusieurs des écrivains de son temps (Alfred DesRochers, Robert Charbonneau, Germain Beaulieu, Jovette Bernier, etc.), journalistes et hommes politiques (Olivar Asselin, Jules-Édouard Prévost), éditeurs (Albert Lévesque, Albert Pelletier), etc. On estime cette correspondance à quelque 2 500 à 3 000 lettres. Celle qui me servira ici, avec Alfred DesRochers, se trouve à BAnQ, Centre d’archives de Sherbrooke et Centre d’archives de Vieux-Montréal.

7 Ces trois poèmes s’intitulent « Chanson javanaise » (1930), « Chanson citadine » (1931) et « Chanson intellectuelle » (1932). Ils ont tous été publiés anonymement et à petits tirages. Pour en savoir davantage, consulter le Dictionnaire de la censure au Québec – Littérature et cinéma, sous la direction de Pierre Hébert, Yves Lever & Kenneth Landry, Montréal, Fides, 2006, aux rubriques appropriées.

8 Le lecteur sagace aura sans doute reconnu une position « boudonnienne » ou, plus précisément, une adhésion aux bases d’analyse de l’« individualisme méthodologique ». Selon ce point de vue, au moins trois postulats guident l’analyse. 1) Tout phénomène social est le produit d’actions (dans un sens très large) individuelles. 2) Les raisons qui fondent ces choix sont accessibles à l’analyse, et les actions qui en découlent sont par conséquent explicables. 3) Il y a une congruence entre ces raisons et l’agir. (Voir en particulier Boudon [Raymond], Raisons, bonnes raisons, Paris, Presses universitaires de France, 2003, en particulier le chapitre premier, « Théorie du choix rationnel (TCR) ou Modèle rationnel général (MRG) ? ». Sans nier des déterminismes (relevant de la sociologie des groupes, de la psychanalyse, etc.), l’individualisme rejette la suspicion souvent attribuée au sujet selon laquelle il serait dépouillé de la maîtrise de son agir. C’est clairement ce que je fais dans cette lecture de Dantin : je crois en la validité, pour lui, de ses croyances, et j’estime qu’il agit en fonction desdites croyances. D’où cette épigraphe, que je répète volontiers : « […] si je cherche l’ombre, c’est de mon propre et libre choix ».

9 Louis Dantin à Robert Charbonneau, 16 novembre 1930, cité dans « Robert Choquette. Correspondance 1927 à 1933 », Écrits du Canada français, nos 44-45, 1982, p. 182.

10 Cela n’empêche en rien d’autres critiques de construire une image de Dantin traversée par la malédiction. Ainsi, en 1933, dans Égrappages, Albert Pelletier se permet un peu d’ironie sur l’exil de Dantin, « celui que l’on attribue à l’intransigeance d’une conscience sans hypocrisie ». Pelletier soupçonne Dantin de jouer sur son rôle d’exilé : « J’aimerais encore plus les meilleures pièces du livre […] si je ne soupçonnais qu’on fait du mélodrame, qu’on tâche de mettre en beauté son rôle d’irrégulier » (Égrappages, p. 161). Courroucé, Alfred DesRochers écrira d’ailleurs à Olivar Asselin, du Canada, avec copie à Dantin, quand cette critique est parue antérieurement sous forme d’article : « L’injure personnelle que Pelletier vient de lancer à la face de Dantin mériterait une bonne fessée. Est-ce que Pelletier aimerait que les critiques lui demandassent, un jour, s’il s’est interdit la “pratique” du notariat pour conquérir la sympathie des ratés ? » Il déplore qu’Asselin lui ouvre les pages du Canada. (30 août 1932, BAnQ, Centre d’Archives de Vieux-Montréal, Fonds Gabriel Nadeau, MSS 177/81).

11 Alain Caillé résume fort bien cette opposition : « La principale ligne de clivage au sein de la tradition sociologique, le différend principal sur la question du statut de l’action sociale semblent se condenser dans l’opposition entre individualisme et holisme méthodologiques, autrement dit, entre les sociologies qui, à l’instar des économistes, assignent l’action au pôle de la liberté et/ou de la rationalisé des individus et ceux qui l’enracinent dans l’univers du sens, de la culture et des valeurs. » (Alain Caillé, « Reconnaissance et sociologie », dans La Quête de la reconnaissance. Nouveau phénomène social total, sous la direction d’Alain Caillé, Paris, Éditions de La Découverte – M.A.U.S.S., 2007, p. 186.) La théorie de la lutte pour la reconnaissance permettrait de dépasser cette opposition. Le point de vue me paraît juste, à cette réserve près que l’économisme a aussi été parfois attribué à la perspective holiste (l’individu n’étant mû, par exemple, que par son intérêt à se positionner dans le champ).

12 Honeth (Axel), op. cit., p. 154.

13 Ibid., pp. 154-155.

14 À ce propos, on lira avec intérêt Heinich (Nathalie), « De la théorie de la reconnaissance à la sociologie des valeurs », dans La Quête de la reconnaissance, op. cit., pp. 122-134. Les prix littéraires constituent en l’occurrence un objet d’étude riche pour la théorie de la reconnaissance.

15 Lettre de Cushing à Sister S. Brisset des Nos, r.s.c.j., dont Dantin était l’oncle, 18 janvier 1945, BAnQ, Centre d’archives de Vieux-Montréal, Fonds Yves Garon, dossier 1-b, « Lettres de divers correspondants au père Yves Garon », MSS 218.

Auteur

Professeur à l’université de Sherbrooke et codirecteur du Groupe de recherches et d’études sur le livre au Québec (GRÉLQ). Il est l’auteur de plusieurs ouvrages, dont le Dictionnaire de la censure au Québec — littérature et cinéma (avec Y. Lever et K. Landry). Il prépare actuellement une édition critique de la correspondance de Louis Dantin.

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540