Version classiqueVersion mobile

Deux siècles de malédiction littéraire

 | 
Pascal Brissette
, 
Marie-Pier Luneau

I. Médiateurs et médiations

« Il me prend des envies de ne plus retourner à Paris » : fortunes et infortunes dans les maisons d’écrivains

Marie-Ève Riel

Texte intégral

1Bien que les premières maisons d’écrivains apparaissent en Europe au XVIIIe siècle sous le coup notamment d’une forme de pression populaire (des visiteurs se rendent par exemple aux Charmettes dès les lendemains de la mort de Rousseau en 1778) et que cet engouement croisse tout au long du XIXe siècle (on sait que des pèlerins se pressent à Hauteville House pour découvrir le lieu d’exil de Victor Hugo dès 1859), les maisons d’écrivains à ouvrir leur porte officiellement, en France, le font au XXe siècle. La première maison-musée inaugurée, à Paris, en 1902, commémore d’ailleurs la mémoire d’Hugo. À partir des années 1960, marquées par la création du premier ministère de la Culture, le nombre d’ouvertures de maisons d’écrivains poursuit une progression constante, pour connaître un âge d’or dans les années 1990, puis un ralentissement au cours de la décennie 2000. De nos jours, les maisons d’écrivains françaises se comptent au nombre de 140. Pour pallier les difficultés (financières, mais aussi de reconnaissance) qu’ils rencontrent depuis une trentaine d’années, les professionnels (conservateurs, directeurs, propriétaires) de maisons d’écrivains se rassemblent en associations, notamment au sein de la Route des maisons d’écrivains qui regroupe une douzaine de maisons-musées, réparties sur les territoires de la Normandie et de l’Île-de-France. Le circuit touristique mis en place par cette route permet la découverte des lieux de vie de Flaubert, Hugo, Leblanc, Corneille, Michelet, Cocteau, Triolet et Aragon, Châteaubriand, Dumas, Mac Orlan, Mallarmé, Rousseau, Maeterlinck, Zola et Tourgueniev.

2Agissant comme des « biographies en meubles et en objets », les maisons de la Route commémorent la mémoire des écrivains en faisant découvrir les événements jugés importants dans leur vie personnelle et professionnelle. Souvent imposantes et luxueuses, elles exposent avec grandiloquence la fortune des muséifiés. Une fortune économique, mais aussi littéraire, comme l’attestent les noms données aux demeures. Ainsi, en référence aux œuvres qui ont permis d’en financer la construction, Dumas a baptisé sa résidence de Port-Marly le « Château de Monte-Cristo ». Zola, lui, a nommé les tours de sa maison de Médan « Nana » et « Germinal » ; tandis que Maurice Leblanc a appelé sa demeure d’Étretat le « Clos Arsène Lupin ». Symboles de la réussite matérielle des écrivains, les maisons sont — en apparence du moins — loin d’être des repaires de la malédiction littéraire (Pl. IIIa).

  • 1 Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Press (...)
  • 2 Heinich (Nathalie), L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Galli (...)

3Or, on sait grâce aux travaux de Pascal Brissette que le mythe de la malédiction constitue « un excellent atout dans [la] lutte [des écrivains] pour accéder à la légitimité littéraire1 ». Depuis la fin du XVIIIe siècle, il en serait presque devenu une condition. En outre, si « la promesse de vie éternelle apparaît comme la seule compensation acceptable aux différents sacrifices que l’écrivain doit faire au cours de son existence2 », la postérité n’est pourtant jamais assurée. Dans cette perspective, on peut se demander si les maisons d’écrivains, dont les objectifs sont de commémorer, de défendre, voire d’actualiser la mémoire des auteurs, peuvent véritablement faire l’économie d’une mythologie aussi rentable que celle du malheur, et si elles en reconduisent les principales topiques, à savoir la mélancolie, la pauvreté et la persécution. Le cas échéant, comment le font-elles ? Incarnent-elles un moment, une étape dans la cristallisation du paradigme de la malédiction ?

4Mon hypothèse est que les maisons d’écrivains présentent une série de paradoxes qu’elles visent à dépasser pour construire des figures de grands écrivains. L’analyse des sites Internet, des visites guidées et des livres-souvenirs produits ou diffusés par les maisons-musées montre comment les traits distinctifs de la malédiction littéraire sont renégociés par les maisons d’écrivains, et de quelle manière ces topiques informent les représentations de l’écrivain qu’elles veulent mettre en place. De même, la solitude du créateur, comme sa richesse, qui peut aussi être une source de problèmes, et enfin la fatalité de son destin, qui l’entraîne inévitablement dans la souffrance et dans la mort, participent toutes à l’élaboration d’une mythologie du malheur, chargée de dire la grandeur des muséifiés.

LA SOLITUDE DU CRÉATEUR

  • 3 À Paris, seules les maisons d’écrivains de Balzac et d’Hugo sont ouvertes au public. Le Musée de la (...)
  • 4 Jean Marais cité dans Maison de Jean Cocteau, Paris, Somogy éditions d’art, 2010, p. 21.
  • 5 Vicaire (François), Elsa Triolet. Louis Aragon. Le moulin de Villeneuve, photographies de Jean-Fran (...)
  • 6 Heinich (Nathalie), Être écrivain. Création et identité, Paris, La découverte, coll. « Armillaire » (...)
  • 7 Heinich (Nathalie), L’Élite artiste, op. cit., p. 91.
  • 8 Parkhurst Ferguson (Priscilla), La France, nation littéraire, traduit de l’anglais par Rossano Rosi (...)

5Parmi les représentations qui sont véhiculées par les maisons d’écrivains, l’une des plus importantes est assurément la solitude du créateur, qui apparaît comme une variante atténuée de la persécution. Cette exclusion du champ littéraire s’observe dans la situation géographique des maisons, qui sont pour la plupart situées hors de la capitale3. Parfois, elles en sont éloignées parce que l’écrivain a été contraint de quitter Paris. C’est le cas de Châteaubriand, qui, en 1807, a publié une charge contre Napoléon dans le Mercure de France. L’achat de la Vallée-aux-Loups à Châtenay-Malabry est directement lié à cet événement. Pour d’autres, l’éloignement des mondanités parisiennes est imposé par l’acte de création, qui nécessite toute l’attention. Dans le livre-souvenir de la maison de Jean Cocteau, on cite ainsi Jean Marais, le compagnon de l’écrivain, qui écrit : « Jean ne pouvait plus travailler rue Montpensier. Trop de coups de téléphone, de sonnette, trop de visiteurs pour moi et pour lui4. » Elsa Triolet et Louis Aragon quittent leurs appartements de la rue de la Sourdière puis de la rue de Varennes sensiblement pour les mêmes raisons : ne plus avoir « à se plier à la représentation officielle à laquelle ils étaient, même contre leur gré, tenus5 ». Dans la documentation sur sa maison, on raconte encore qu’Alexandre Dumas profite de la réclusion que lui offre Port-Marly pour se mettre au travail dès le lever du jour et que, lorsqu’il est dérangé par des visiteurs qui le poursuivent jusque dans sa retraite, il se contente de leur tendre la main gauche, de manière à pouvoir poursuivre son travail de la droite. Cette « captation par l’écriture » est définie par Nathalie Heinich comme « une pulsion très contraignante », « un état où l’on se sent à la fois capable d’écrire et irrésistiblement poussé à le faire6 ». Forçant à renoncer au monde, cette compulsion fait « de la vocation une expérience potentiellement sacrificielle, en vertu de quoi l’artiste est grand non seulement par la qualité de ses œuvres mais par l’intensité de ses souffrances, conformément à la figure du saint7 ». Mais cette rhétorique n’est pas le seul apanage des maisons d’écrivains. Elle est relayée par d’autres sources, comme le montrent les travaux de Priscilla Parkhurst Ferguson : « […] Flaubert faisait si souvent retraite dans sa maison de Normandie qu’on l’avait surnommé l’ermite de Croisset. Plus spectaculaire encore fut la réclusion de Proust dans sa légendaire chambre tapissée de liège : cette claustration était en fait une stratégie désespérée pour effacer tout ce qui eût pu le détourner de la seule chose qui comptât vraiment à ses yeux : À la recherche du temps perdu8 ».

6Pour ces écrivains qui ont réussi, Paris représente le lieu par excellence de l’acclamation publique. S’en écartant quelques mois par année, ils préservent une part de leur aura contre les compromissions liées à leur succès. Dans une lettre à Flaubert, reprise sur le site Internet de sa maison à visiter, Zola écrit son bonheur de vivre à Médan, faisant implicitement l’éloge de la retraite à laquelle il s’astreint (ou qu’il s’autorise) chaque été : « Je veux avoir un vaste cabinet de travail avec des lits partout et une terrasse sur la campagne. Il me prend des envies de ne plus retourner à Paris, tellement je suis tranquille dans mon désert9 ». À l’inverse, Mallarmé est distrait par l’appel de la nature : « À la campagne, [il] travaille de neuf heures à midi, s’enfermant de crainte de la nature, cette grande séductrice qui dissout la pensée en rêve, cette amante exclusive qui l’arracherait à l’art et dont il fuit le sourire inéluctable10. » La visite guidée de son appartement de Valvins évoque aussi une lettre à sa fille, dans laquelle il se plaint des disputes des voisins : « […] s’ils s’assassinaient une bonne fois11… », écrit-il pour illustrer son exaspération. À d’autres moments, c’est la proximité d’un restaurant qui trouble sa quiétude, quand ce ne sont pas les bords de Seine qui lui paraissent trop animés par le dépôt de briques et de tuiles d’un marchand de matériaux… Attribuables à son statut de poète sans le sou, ses petits malheurs de locataire, on le verra plus loin, le gardent de plus importants troubles encore (Pl. IIIb).

LA RICHESSE

  • 12 Brissette (Pascal), op. cit., p. 21.

7Selon la logique du qui-perd-gagne, « […] les auteurs à succès, les bonzes de l’activité éditoriale, les écrivains choyés de leur vivant par le public ne sont pas forcément les gagnants à long terme de la joute littéraire12 ». L’exubérance de certaines maisons d’écrivains place ainsi les visiteurs devant un double constat. D’abord, ces auteurs ont connu le succès et cumulé un important capital financier grâce à leurs écrits. Ensuite, ils ont apparemment remporté la joute littéraire à long terme aussi, puisque leur maison a été restaurée, puis ouverte au public afin de commémorer leur mémoire. Pour préserver une aura de malédiction à leur figure, la stratégie aurait pu être de camoufler leur fortune. On aurait par exemple pu choisir d’ouvrir au public des lieux de vie sans prétention, insistant sur les débuts modestes, cachant ainsi les manifestations les plus spectaculaires de leur réussite. Cependant, ne rien donner à voir, ou dissimuler des artefacts aux visiteurs, aurait nié la fonction même des maisons d’écrivains, qui veulent faire de l’intimité des auteurs un sujet d’exposition, voire dans certains cas un spectacle, pour renseigner sur leur vie, sur leur œuvre et sur leur importance dans l’histoire.

  • 13 « Château de Monte-Cristo. Demeure et parc d’Alexandre Dumas », http://www.chateaumonte-cristo.com/ (...)

8L’exemple de la résidence d’Alexandre Dumas à Port-Marly montre comment peut être récupéré le mythe de la malédiction littéraire même lorsque l’écrivain est largement connu pour ses succès de vente. Enrichi par l’audience du Comte de Monte-Cristo et des Trois mousquetaires, qui ont tous deux paru en feuilletons, Dumas a engagé un architecte pour réaliser un rêve à la hauteur de ses ambitions : un château de style renaissance construit face à un castel néogothique entouré d’eau. Sur les façades du Château d’If, qui lui sert de cabinet de travail, il fait graver des titres de ses œuvres, comme pour les exposer aux regards admirateurs : Maître Adam le Calabrais, Un an à Florence, Bernard, etc. Le parc, aménagé à l’anglaise, est agrémenté de grottes, de rocailles et de cascades13 (Pl. IVa et Va).

  • 14 Schopp (Claude), « Saint-Germain-en-Laye et Port-Marly. Alexandre Dumas : instantanés d’une vie de (...)
  • 15 « Château de Monte-Cristo. Demeure et parc d’Alexandre Dumas », http://www.chateaumonte-cristo.com/ (...)

9« Mais le rêve n’a qu’un temps », indique le site Internet de la maison-musée. Attribuant la faillite d’Alexandre Dumas à la révolution de février 1848, qui vide les théâtres et chasse les feuilletons des journaux, Claude Schopp rappelle que le bonheur de Port-Marly en est un de très courte durée. Ruiné, l’écrivain est forcé de disperser « sa ménagerie, les singes au Jardin des plantes, le vautour Jugurtha à son ami Collinet14 », tandis que le château est saisi et finalement vendu pour le dixième du prix qu’il a coûté, 21 mois seulement après sa construction15. À Châtenay-Malabry, Châteaubriand vit une chute semblable. Lui qui a reçu les titres de ministre et de pair de France est rapidement destitué de ses fonctions à la Restauration. Désargenté, il est forcé de vendre la bibliothèque d’abord, puis le domaine en entier (Pl. IVb).

10Si la pauvreté est une des topiques de la malédiction littéraire, il semble que la richesse puisse être récupérée comme telle également, et ce, même lorsqu’elle ne conduit pas à la chute de l’écrivain. Émile Zola ne perd pas tout, contrairement à Dumas et à Châteaubriand, mais la manière dont il gère sa fortune attire les moqueries. S’improvisant architecte, il fait d’abord construire la tour nord, dite « Nana », dans laquelle il aménage son cabinet de travail. Dans la documentation de la maison-musée, on cite son disciple et ami Paul Alexis, qui décrit la pièce :

  • 16 Alexis (Paul), Émile Zola. Notes d’un ami, Paris, Charpentier, 1882, p. 188, cité dans « Histoire d (...)

Tout est immense. Un atelier de peintre d’histoire pour les dimensions. Cinq mètres cinquante de hauteur, sur neuf mètres de largeur et dix de profondeur. Une cheminée colossale, où un arbre rôtirait un mouton entier. Au fond, une sorte d’alcôve, grande à elle seule comme une de nos petites chambres parisiennes, complètement occupée par un divan unique où dix dormeurs seraient à l’aise. Au milieu, une très grande table. Enfin, en face de la table, une large baie vitrée ouvrant une trouée sur la Seine. Je ne parle pas d’une sorte de tribune, élevée au-dessus de l’alcôve au divan, à laquelle on parvient par un escalier tournant : c’est la bibliothèque. Le même escalier mène sur une terrasse carrée, occupant toute la toiture de la nouvelle construction, qui se voit de loin dans la campagne, et d’où le panorama est admirable16.

11Dans le voisinage, l’immense maison, la cheminée colossale, la large baie vitrée deviennent bien vite source de railleries : on reconnaît là l’attitude typique du parvenu.

  • 17 Lettre [sans date] d’Ivan Tourgueniev à Claudit Viardot, dans Zviguilsky (Alexandre), « Bougival. À (...)
  • 18 Ibid., p. 176.

12Pour Tourgueniev, qui ne sait comment disposer de sa fortune, la richesse semble être un grave problème17. Informé de la mise en vente d’une maison de Bougival, il s’emballe avant même de l’avoir vue, rêvant de la vie « idyllique » qu’il pourra y mener, enfin libéré d’au moins un de ses soucis, le poids de ses écus. Non sans une pointe d’humour, il écrit une lettre à Claudie Viardot, dans laquelle il établit un parallèle entre sa fortune et ses souffrances physiques : « Sache que dans ce moment je suis accablé à la fois par la goutte et par la richesse… par des monceaux d’or, j’en regorge, je ne sais qu’en faire, je suis comme le roi Midas, j’ai de l’or partout, je sue de l’or18 ! »

13Ainsi, la réussite même des écrivains muséifiés, leur maîtrise de la joute éditoriale ne va pas sans poser certains problèmes, et ceux-là participent de leur malédiction en renversant l’une de ses topiques essentielles pour en montrer l’envers. En revanche, lorsque le récit de vie s’y prête, la topique de la pauvreté n’est pas niée, bien au contraire. Financé en partie par le prix Goncourt remporté par Elsa Triolet et en partie par les Éditions Gallimard (et remboursé à même la vente des livres), le Moulin de Villeneuve acheté par Louis Aragon et Elsa Triolet en 1951 en offre un éclatant exemple. Lors de la visite de la maison, la guide raconte comment Triolet confectionne des bijoux, dont Aragon est le marchand, pour payer les dépenses du couple. Citant le « Cantique à Elsa », elle récite :

  • 19 Extrait du « Cantique à Elsa » cité lors de la visite guidée : Riel (Marie-Ève), « Visite guidée de (...)

Achetée à crédit, la machine à écrire nous mettait tous les mois dans un bel embarras. On n’avait pas le sou. Qu’il est cher de chérir. […] Tu faisais des bijoux pour la ville et le soir. Tout tournait en collier dans tes mains d’Opéra. Des morceaux de chiffon, des morceaux de miroir19.

14D’autres signes de l’infortune fondamentale des écrivains s’observent encore dans les maisons qui leur sont consacrées, et montrent que ceux dont la vie est mise en meubles et en objets n’échappent pas à la fatalité de l’existence humaine. Rappelant l’endettement des auteurs qui doivent vendre l’artisanat d’Elsa Triolet pour rembourser la machine à écrire achetée à crédit s’ils veulent écrire des livres et ainsi rembourser les Éditions Gallimard, les bijoux et les menus objets qui en permettaient la réalisation sont étalés sur une table, dans la chambre à coucher des écrivains.

LA FOLIE, LE DEUIL, LA MALADIE

  • 20 Vicaire (François), Le Clos Arsène Lupin, photographies de Jean-François Lange, Darnétal, De La Mar (...)

15Certains d’entre eux, victimes d’un succès qu’ils n’attendaient pas, frôlent la folie. À la fin de sa vie, Maurice Leblanc fait poser des verrous de sureté sur toutes les portes du Clos Arsène Lupin, « comme s’il craignait que celui qu’il avait inventé vînt pour l’importuner, et ce n’était un secret pour personne que depuis quelque temps déjà il entretenait une sorte de confusion qui le poussait pratiquement à croire, après en avoir joué, à l’existence de cet encombrant fils spirituel20 » (Pl. Vb).

  • 21 Vicaire (François), Elsa Triolet. Louis Aragon, op. cit., p. 23.

16Dans d’autres cas, c’est la maison en entier qui « perd sa raison d’être ». Après la mort d’Elsa Triolet en 1970, Louis Aragon ne peut plus supporter la solitude à laquelle le confine la demeure de Saint-Arnoult-en-Yvelines. À partir de ce moment, il « ne sera plus que le gardien d’un petit royaume qui avait perdu sa reine, et dont il entretiendra la mémoire avec une ferveur attendrissante21 », notamment en essayant de figer la maison dans le temps. Selon ce qu’on raconte lors de la visite guidée, il ne touche plus à aucun des objets qui s’y trouvent. Le bloc-éphéméride, arrêté sur la date fatidique de la mort de Triolet, est encore là pour en témoigner.

  • 22 Zviguilsky (Alexandre), « Bougival. À Bougival, un Russe “presque Français” : Ivan Tourgueniev », B (...)
  • 23 Riel (Marie-Ève), « Visite guidée de la Maison de Zola », Médan, 18 juillet 2010.

17Enfin, ils ont beau avoir atteint une sorte de plénitude dans leur logis, les écrivains ne sont pas devenus immortels pour autant. Après avoir été affaibli par la goutte, Tourgueniev est affligé d’un cancer de la colonne vertébrale. Il est cloué au lit de sa datcha pendant des mois de souffrance, avant d’y rendre l’âme… Pour la maison-musée à visiter, le fait que l’écrivain soit mort sur place peut constituer un atout, puisque cela a permis à « l’aura cosmopolite qu’il dégageait de son vivant [de se] pérennis[er] dans ce domaine yvelinois des Frênes22 ». Pour d’autres, la retraite préservait en quelque sorte du pire. Après avoir fermé leur maison de Médan pour l’hiver, en septembre 1902, les Zola rentrent à leur appartement de Paris, où l’écrivain est intoxiqué par un feu de cheminée et meurt pendant la nuit. Pour la guide qui fait visiter la demeure, cette mort est « un assassinat, très certainement. À cause de l’affaire Dreyfus23 ». Il s’agit là d’une interprétation à laquelle ne se risquent pas nécessairement tous les commentateurs de Zola, mais qui contribue assurément, dans ce cas-ci, à entretenir une part de malédiction.

  • 24 Schopp (Claude), « Saint-Germain-en-Laye et Port-Marly. Alexandre Dumas : instantanés d’une vie de (...)

18Chargées de dire toute l’histoire de ceux à qui elles rendent hommage, les maisons d’écrivains portent les marques des malheurs qu’ils n’ont pas manqué de connaître, et les exhibent comme des stigmates en les intégrant aux récits qu’elles mettent en meubles. La visite même de leur maison constitue une sorte de récompense pour les sacrifices auxquels ils ont été soumis de leur vivant — même si, on l’a vu, ces sacrifices étaient atténués par l’évidence de leur réussite. Pour Alexandre Dumas, le premier hommage provient de son fils, qui s’établit près du Château de Monte-Cristo, trente-cinq ans après les revers de fortune de son père. Sa maison, entourée elle aussi d’un grand parc, « pouvait passer comme un héritage du père, mort sans un sou [parce qu’] elle lui avait été léguée par Adolphe de Leuven, le plus ancien des amis d’Alexandre Dumas père […]24 ». Après avoir connu plusieurs propriétaires successifs, le Château de Monte-Cristo est abandonné petit à petit, puis, faute d’entretien, menacé de destruction dans les années 1970. Pour le sauver et pour racheter la mémoire de l’écrivain, deux associations sont alors fondées : les communes de Port-Marly, Marly-le-roi et Pecq réunies en syndicat et la Société des amis d’Alexandre Dumas. Ces associations ouvrent la maison au public en 1985. Chez Zola, des pèlerinages ont lieu chaque premier dimanche d’octobre depuis que la femme de l’écrivain en a lancé la tradition, en 1903. Des écrivains comme Anatole France, Louis-Ferdinand Céline et Louis Aragon y ont participé. Ils se poursuivent depuis, même si Alexandrine Zola a fait don de la propriété à l’Assistance publique en 1905, et qu’une pouponnière pour enfants malades ainsi qu’une école de soins infirmiers l’ont occupée tour à tour. Elle est ouverte au public en 1985, et chacune des visites qu’y fait depuis le grand public rejoue les conditions de ces premiers pèlerinages, créant en quelque sorte l’illusion que les grands écrivains ne meurent pas.

Notes

1 Brissette (Pascal), La Malédiction littéraire. Du poète crotté au génie malheureux, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Socius », 2005, quatrième de couverture.

2 Heinich (Nathalie), L’Élite artiste. Excellence et singularité en régime démocratique, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque des sciences humaines », 2005, p. 204.

3 À Paris, seules les maisons d’écrivains de Balzac et d’Hugo sont ouvertes au public. Le Musée de la vie romantique a restauré le salon de George Sand, tandis que le Musée Carnavalet donne à voir les chambres à coucher de Proust, de Léautaud et de la comtesse de Noailles. Au sein de la Route des maisons d’écrivains, aucun musée n’a pignon sur rue dans la Ville lumière.

4 Jean Marais cité dans Maison de Jean Cocteau, Paris, Somogy éditions d’art, 2010, p. 21.

5 Vicaire (François), Elsa Triolet. Louis Aragon. Le moulin de Villeneuve, photographies de Jean-François Lange, Darnétal, De La Martinière – Petit à petit, coll. « Maisons d’écrivains », p. 17.

6 Heinich (Nathalie), Être écrivain. Création et identité, Paris, La découverte, coll. « Armillaire », 2000, p. 91.

7 Heinich (Nathalie), L’Élite artiste, op. cit., p. 91.

8 Parkhurst Ferguson (Priscilla), La France, nation littéraire, traduit de l’anglais par Rossano Rosi, Bruxelles, Labor, coll. « Média », 1991 [1987], p. 178.

9 Lettre d’Émile Zola à Gustave Flaubert datée de 1878, http://www.maisonzola-museedreyfus.com/maison_2.html (page consultée le 5 juin 2012).

10 Musée Stéphane Mallarmé, audio-guide.

11 Lettre de Stéphane Mallarmé à Geneviève Mallarmé datée du 19 juillet 1891, citée dans Sarda (Marie-Anne), Stéphane Mallarmé à Valvins. Livret du visiteur, Vulaines-sur-Seine, Musée départemental Stéphane Mallarmé, 1995, p. 21.

12 Brissette (Pascal), op. cit., p. 21.

13 « Château de Monte-Cristo. Demeure et parc d’Alexandre Dumas », http://www.chateaumonte-cristo.com/presentation/chateau.html (page consultée le 6 juin 2012).

14 Schopp (Claude), « Saint-Germain-en-Laye et Port-Marly. Alexandre Dumas : instantanés d’une vie de château », Balade en Yvelines, sous la direction de Marie-Noëlle Craissati, préface de Jehan Despert, Paris, Alexandrines, coll. « Sur les pas des écrivains », 2001, p. 152.

15 « Château de Monte-Cristo. Demeure et parc d’Alexandre Dumas », http://www.chateaumonte-cristo.com/presentation/chateau.html (page consultée le 6 juin 2012).

16 Alexis (Paul), Émile Zola. Notes d’un ami, Paris, Charpentier, 1882, p. 188, cité dans « Histoire de la maison de Médan », http://www.cahiers-naturalistes.com/histoire_de_medan.html (page consultée le 6 juin 2012).

17 Lettre [sans date] d’Ivan Tourgueniev à Claudit Viardot, dans Zviguilsky (Alexandre), « Bougival. À Bougival, un Russe “presque Français” : Ivan Tourgueniev », Balade en Yvelines, op. cit., pp. 175-176.

18 Ibid., p. 176.

19 Extrait du « Cantique à Elsa » cité lors de la visite guidée : Riel (Marie-Ève), « Visite guidée de Ludivine Larchevêque (Maison Elsa-Triolet-Aragon) », Saint-Arnoult-en-Yvelines, 1er août 2010.

20 Vicaire (François), Le Clos Arsène Lupin, photographies de Jean-François Lange, Darnétal, De La Martinière – Petit à petit, coll. « Maisons d’écrivains », 2005, p. 7.

21 Vicaire (François), Elsa Triolet. Louis Aragon, op. cit., p. 23.

22 Zviguilsky (Alexandre), « Bougival. À Bougival, un Russe “presque Français” : Ivan Tourgueniev », Balade en Yvelines, op. cit., p. 178.

23 Riel (Marie-Ève), « Visite guidée de la Maison de Zola », Médan, 18 juillet 2010.

24 Schopp (Claude), « Saint-Germain-en-Laye et Port-Marly. Alexandre Dumas : instantanés d’une vie de château », Balade en Yvelines, op. cit., p. 153.

Auteur

Marie-Ève Riel a soutenu une thèse de doctorat sur les maisons d’écrivains, à l’université de Sherbrooke, en 2012. Dans le cadre d’un stage postdoctoral à l’université du Québec à Montréal, elle poursuit ses recherches sur la trajectoire posthume des écrivains, abordée cette fois sous l’angle des sociétés d’amis.

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search