Version classiqueVersion mobile

Quatre poètes dans la Grande Guerre

 | 
Olivier Parenteau

Sommaire

À Elisabeth et Emmanuelle

Texte intégral

1Ce livre est consacré aux représentations de la Grande Guerre dans la poésie française écrite entre 1914 et 1918. Plus précisément, il propose une analyse de six œuvres poétiques écrites tandis que le conflit faisait rage et dans lesquelles la topique guerrière est centrale. Ces textes sont Calligrammes de Guillaume Apollinaire, Discours du Grand Sommeil de Cocteau, Interrogation de Pierre Drieu la Rochelle et les trois recueils suivants de Paul Éluard : Le Devoir, Le Devoir et l’Inquiétude et Poèmes pour la paix.

2L’ouvrage s’ouvre sur un chapitre consacré aux innombrables textes poétiques instrumentalisés qui ont vu le jour entre 1914 et 1918 et qui sont voués à claironner l’honneur des armes ou à proclamer la nécessité de la paix. Suivent trois chapitres permettant de démontrer qu’Apollinaire, Cocteau, Drieu la Rochelle et Éluard déplacent le langage dont on se servait alors communément pour dire la guerre par les moyens du poème. Dans leurs recueils de guerre, le conflit se profile et se déploie selon des modes inattendus.

3Le deuxième chapitre montre que ces quatre écrivains ont élaboré des figures très ambivalentes de poète-soldat, intriquant autobiographie et fiction d’une façon complexe et troublante, cette imbrication leur permettant de préserver une partie de la subjectivité au milieu du chaos et du drame collectif. Dans le troisième chapitre, la dimension autoréflexive des textes poétiques retenus est étudiée. En ces derniers se profile toujours une réflexion sur la poésie de guerre, sur les rapports qu’elle entretient avec l’événement. Ces poésies de guerre, qui n’oublient jamais l’événement, n’oublient jamais non plus la poésie en tant qu’art et ne cessent de faire retour sur elles-mêmes, se distinguant par-là du discours poétique contemporain. Enfin, le dernier chapitre établit que dans les œuvres analysées, la poésie de guerre ne va jamais toute seule. Elle thématise certes la guerre de façon obvie, mais chacun des poètes retenus parle aussi d’autre chose et interdit qu’on réduise le poème à la seule tragédie militaire. Un motif étranger à ceux que convoque habituellement la topique guerrière se profile toujours d’un bout à l’autre des recueils. Leur développement participe à créer des réseaux de sens parallèles qui permettent non seulement de suggérer des représentations inédites du conflit, mais aussi de faire signifier la poésie dans d’autres registres que le guerrier.

4Les enjeux poétiques étudiés dans les deuxième, troisième et quatrième chapitres, que sont, respectivement, le statut du sujet poétique, l’autoréflexivité et la visée référentielle de la poésie, mettent en évidence que les œuvres retenues s’inscrivent toutes de plain-pied dans la modernité poétique. Ces questions étaient au cœur des débats qui agitaient la scène poétique avant-gardiste à l’orée du XXe et les réponses poétiques qui ont été imaginées entre 1914 et 1918 par Apollinaire, Cocteau, Drieu la Rochelle et Éluard préfigurent, en pleine tourmente, le renouveau de la poésie à partir du surréalisme.

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search