Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Romans à clés

 | 
Anthony Glinoer
, 
Michel Lacroix

Organisations secrètes : la Gauche prolétarienne dans la littérature française contemporaine

Mathilde Barraband

Texte intégral

  • 1 Combes (Patrick), La Littérature et le mouvement de Mai 68. Écriture, mythe, critique, écrivains, 1 (...)
  • 2 Voir notamment : Dollé (Jean-Paul), L’ordinaire n’existait plus, Paris, Léo Scheer, 2001 ; Rolin (O (...)
  • 3 Voir notamment : Samoyault (Tiphaine), Météorologie du rêve, Paris, Seuil, coll. « Fiction & Cie », (...)
  • 4 Voici par exemple le pacte de lecture que noue la quatrième de couverture du roman de Jean-Paul Dol (...)
  • 5 « C’est une période riche en retournements. Je voulais m’interroger sur le passage du champ politiq (...)
  • 6 La génération d’Olivier Rolin apporte des réponses souvent contradictoires à la question de Sartre  (...)

1Au début des années 1980, lorsque Patrick Combes établissait une liste des représentations littéraires de Mai 68 en France, il y recensait un grand nombre de textes, mais en définitive relativement peu de noms d’auteurs connus et encore moins de romans marquants1. L’anniversaire des quarante ans de Mai, et plus largement la dernière décennie, aura certainement changé la donne : depuis le tournant de l’an 2000 une production romanesque importante, portée par des auteurs en vue, a entrepris de raconter Mai 68, ou plus exactement l’espoir d’une génération, ses désillusions et ses reconversions. C’est d’ailleurs la génération 68 elle-même qui a été particulièrement prolixe2, même si ses cadets commencent à s’emparer du sujet3. Au sein de ces romans, le référentiel historique est donc déterminant. Les auteurs, commentant leur projet, affirment souvent avoir voulu faire revivre des temps oubliés voire reniés, parfois avoir voulu transmettre leur histoire4, ou, pour les plus jeunes générations, avoir cherché à comprendre une page d’histoire qui fut l’objet de toutes les mythologies5. Leurs récits se donnent ainsi à charge de reconstruire, de témoigner, de documenter, et même d’instruire — même si ces fonctions ne sont pas toujours assumées simplement6. Dès lors, le lecteur est porté à établir des parallèles entre la fiction et les personnages, lieux, et situations réels ; surtout lorsque cette fiction est signée par une figure éminente de ces années, comme c’est le cas avec Olivier Rolin. Un référentiel historique fort, une période légendaire ni trop éloignée ni trop proche, l’ambiguïté d’un projet à la fois testimonial et romanesque : tout semble en place pour que soient produits des romans à clés. Produits, en effet, mais par qui ? Voici précisément la question que nous voudrions poser en nous penchant sur quelques-uns de ces romans de Mai : qui produit le roman à clés, est-ce l’écrivain ou le lecteur ? En d’autres termes, est-ce qu’un roman à clés s’écrit ou se lit ?

  • 7 Lectures à clés (XVIe-XIXe siècles), Littératures classiques, sous la direction de Mathilde Bombart (...)

2L’enjeu est de contribuer à une théorie du roman à clés, qui se fixe pour projet d’interroger aussi bien les usages des romanciers que ceux de leurs lecteurs. Si un roman à clés s’écrit, comment un auteur peut-il programmer une lecture à clés ? Certains indices textuels ou paratextuels guident en effet plus ou moins subtilement vers une lecture à clés. L’indication générique, une préface ou certains jeux onomastiques, par exemple, sont traditionnellement le lieu d’un tel fléchage. Mais il faut bien dire que le lecteur n’a pas toujours besoin de ces signaux pour engager une lecture à clés. Pourquoi, alors, est-il amené à croire que le texte dit plus que ce qu’il n’avoue, d’où lui vient le réflexe d’une lecture allégorique ? Il convient ainsi non seulement d’esquisser une poétique du roman à clés, mais aussi d’interroger un héritage critique. Mathilde Bombart et Marc Escola ont déjà fait avancer de tels projets en entamant une histoire de la lecture à clés7. Les études qu’ils ont réunies dans un numéro de Littératures classiques en 2005 livrent des éléments pour une poétique du roman à clés, mais aussi des pistes stimulantes pour une théorie et une histoire de la lecture, notamment de la lecture critique. Nous nous appuierons sur leurs avancées afin de mener cette analyse formelle et pragmatique du roman à clés, mais nous serons amenée aussi à déplacer certaines de leurs remarques, puisque nous avons choisi de travailler sur un corpus contemporain et non ancien : or la tentation de la lecture à clés n’a pas les mêmes ressorts ni la même incidence lorsqu’elle agit sur un texte dont l’univers est familier.

LES ROMANS DE LA GAUCHE PROLÉTARIENNE

  • 8 Sur les rôles déterminants d’Olivier Rolin et de Jean-Pierre Le Dantec au sein de la Gauche proléta (...)
  • 9 Le Dantec (Jean-Pierre), Étourdissements, op. cit. ; Michel (Natacha), Circulaire à toute ma vie hu (...)
  • 10 Jean-Pierre Le Dantec a livré une réflexion personnelle sur l’influence réciproque de ces différent (...)

3Parmi les auteurs de la génération 68 qui ont publié un roman sur les années 1960-1970 au cours des deux dernières décennies se trouvent plusieurs anciens militants de la Gauche prolétarienne : Jean-Pierre Le Dantec, Natacha Michel, Olivier Rolin et son frère Jean8. Si leurs romans ne portent pas toujours évidemment sur cette organisation9, la tentation est forte pour un lecteur averti de chercher dans la fiction les échos de l’histoire réelle de cette organisation politique née de Mai, dont l’existence semi-clandestine et les actions illégales ont largement nourri les fantasmes. L’organisation maoïste, radicale, fut en effet interdite par le pouvoir en 1970, puis dissoute en 1973 par ses propres chefs, qui assumaient l’illégalisme mais refusaient de basculer dans la lutte armée10. Au tournant des années 1970, au moment où émergeaient la Fraction armée rouge en Allemagne et les Brigades rouges en Italie, plusieurs affaires liées à la Gauche prolétarienne marquèrent l’actualité française : en 1970, avant que Jean-Paul Sartre n’accepte de leur succéder, deux directeurs du journal gépiste, La Cause de peuple, furent condamnés et emprisonnés, deux ans plus tard un militant maoïste, Pierre Overney, fut tué lors d’une action dans une usine, et dans les mêmes années le bras armé de la Gauche prolétarienne mena plusieurs actions coup-de-poing, dont l’enlèvement d’un cadre de l’usine Renault à Billancourt.

  • 11 Voir notamment Tsé-toung (Mao), « Contre le culte du livre », dans De la Pratique et de la contradi (...)

4De ces épisodes de l’histoire française, on peut donc chercher — et trouver — la trace dans les romans des anciens gépistes. Mais ce qui peut aussi attirer l’attention sur leur production littéraire est que leur organisation se caractérisait par une étonnante contradiction : fondée par des étudiants des grandes écoles pétris de littérature et de philosophie, elle était aussi largement anti-intellectuelle, convaincue que la vérité vient du peuple et que la pratique prévaut sur la théorie. La reconversion des anciens contempteurs du « culte du livre11 » est pour le moins frappante. En 1996, lorsque Jean Rolin ouvre la série des « romans maos » avec L’Organisation, il est devenu journaliste et a déjà publié plusieurs œuvres littéraires. De même, lorsque Olivier Rolin, Jean-Pierre Le Dantec et Natacha Michel publient respectivement Tigre en papier (2002), Étourdissements (2003) et Circulaire à toute ma vie humaine (2004), ils ont déjà tous trois plusieurs publications littéraires à leur actif. Olivier Rolin, ancien chef du bras armé de la Gauche prolétarienne, est devenu éditeur au Seuil. Jean-Pierre Le Dantec, ancien directeur de La Cause du peuple, est alors architecte et professeur. Quant à Natacha Michel, militante à la Gauche prolétarienne entre 1968 à 1970, elle est devenue professeure de lettres.

  • 12 Par ce livre, il ne s’en cache pas, Sportès fait un procès à charge des maoïstes et de leurs plus c (...)

5Parmi ces romans maos, deux ont plus particulièrement retenu notre attention : L’Organisation de Jean Rolin, parce qu’il ouvre la marche, et Tigre en papier d’Olivier Rolin, parce qu’il est de loin le plus connu et le plus commenté. Nous en retiendrons un troisième, Maos de Morgan Sportès, qui est une réécriture au vitriol de Tigre en papier12. Ces trois textes, L’Organisation, Tigre en papier et Maos, vont nous permettre de réfléchir à l’écriture et à la lecture à clés non seulement parce qu’ils entrent dans un jeu référentiel avec l’histoire des années 1960-1970, mais encore parce qu’ils entrent dans un jeu référentiel les uns avec les autres. Or nous posons l’hypothèse que ce double travail de la référentialité, vers des référents extralinguistique et linguistique, est un trait largement partagé des romans à clés. Il est d’ailleurs courant qu’un roman à clés prenne place au sein d’un réseau de romans à clés, qui se forgent un langage — lexique et procédés — commun. La facture des trois romans « maos » et la lecture qu’elle engage permettront ainsi de mieux cerner, d’une part pourquoi et comment on écrit un roman à clés, et d’autre part pourquoi et comment on lit des romans à clés.

SIGNAUX DU ROMAN À CLÉS : LE PARATEXTE

6Dans la tradition du roman à clés, il est fréquent que l’auteur livre lui-même les clés de son ouvrage, soit en marge du texte (pensons à Jean de La Bruyère dans ses Caractères), soit en publiant quelque temps après son roman ses « clés » (Louis Aragon le faisait encore au début du siècle avec Anicet). Le roman de Sportès s’inscrit tout à fait dans cette tradition. Plusieurs éléments du paratexte invitent clairement à une lecture à clés. Une bibliographie commentée est par exemple proposée à la suite du « roman » et précédée de ce commentaire joueur mais explicite :

  • 13 Sportès (Morgan), Maos, op. cit., p. 399.

Par ce « conte de fée », l’auteur, à ce qu’il a souvent déclaré dans les médias, prétend démontrer qu’il n’y a aucune contradiction, mais tout au contraire un lien logique (politique), entre le délire antisyndicaliste, antigaulliste et antirévisionniste… des maoïstes européens des années 70, et l’engagement ultérieur de nombre d’entre eux, aux côtés des néoconservateurs américains les plus fanatiques. Il se propose, paraît-il, de publier par ailleurs, très prochainement, un « compte de faits » (sans doute entend-il par là un essai), où il glosera sur les documents et les interviews qui l’ont inspiré. Nous épargnerons au public cette nouvelle lecture, en révélant ci-après les ouvrages et sources diverses que, d’après nos services de surveillance, il aurait consultés aux Archives du ministère de l’Intérieur, à Fontainebleau ; à la BNF et à l’Institut de sciences politiques de Paris13.

  • 14 Ibid., p. 13.
  • 15 Le nom renvoie à l’agent double russe Evno Azev, engagé au sein du parti socialiste révolutionnaire (...)
  • 16 Sportès (Morgan), Maos, op. cit., p. 13.
  • 17 Ibid. La première note en bas de page le montre, Sportès s’attache en réalité davantage à signaler (...)

7Conte de fée et compte de faits ne font qu’un, voilà certainement une équation qui définit bien la mathématique du roman à clés. Et Sportès semble penser que pour que l’équation soit bonne, c’est-à-dire ludique, il faut que les inconnues soient multiples, mais pas trop difficiles à résoudre : tout au long de son récit, il souffle les réponses, explicite ses références, expose son code. Ainsi son roman s’accompagne non seulement d’une bibliographie permettant de s’informer sur les événements réels qui l’inspirent, mais en plus il s’équipe d’un appareil critique (préface et postface, notes en bas de pages) destiné « à aider les plus jeunes, que pourraient désorienter certaines références historiques qu’ils ignorent14 ». L’appareil critique, s’il est sérieux, n’est cependant pas entièrement fiable. Ne serait-ce que par ce qu’il n’est pas assumé par Sportès lui-même, mais par un certain Evgueni Filippovitch Azev15, « conseiller littéraire auprès des forces de l’OTAN, sous-section “guerre psychologique”16 ». Si Sportès brouille les pistes, il met en place un système paratextuel qui a le mérite d’indiquer un vrai jeu de faussaire, et même de livrer une clé de lecture dans sa préface : « Nous conseillons aussi au bienveillant lecteur de faire le tri, dans cet ensemble d’absurdités, et d’y chercher la perle rare17. »

  • 18 Sur ce point, voir Bombart (Mathilde) & Escola (Marc), « Clés et usages de clés : pour servir à l’h (...)

8Dans le cas de Maos, le roman à clés se signale donc de façon évidente dans un paratexte direct. Si l’on s’en tient toujours au livre lui-même, sans aller chercher d’indications de lecture dans ses entours (publications de clés, entretien, critique serrurière et complice), le cas est moins simple pour les deux romans des frères Rolin. Leurs livres ne contiennent ni autocommentaire ni préface nouant un pacte — ce qui n’est bien entendu pas un critère discriminant puisque c’est le cas dans bien des romans à clés (ou appelés tels)18. La question alors se pose : si Sportès a évidemment écrit un roman à clés, qui produit le roman à clés dans le cas de L’Organisation et de Tigre en papier ? Est-ce que ce sont les auteurs eux-mêmes qui construisent le texte de sorte à ce qu’il invite à une lecture allégorique, ou est-ce un lecteur soupçonneux qui suppose que le texte ne dit pas tout ce qu’il pense ? Le traitement singulier des noms propres dans les deux romans montre que le texte lui-même n’est pas hors de tout soupçon.

SIGNAUX DU ROMAN À CLÉS : L’ONOMASTIQUE

9Si les nouveaux romanciers ont si systématiquement masqué voire effacé les noms de personnages et de lieux dans leurs romans, c’est qu’ils savaient attaquer là l’instrument d’incarnation par excellence du récit réaliste. Les jeux onomastiques, les biffures peuvent certes avoir bien des motivations, mais elles attirent immanquablement l’attention du lecteur, et le placent en position de faire une lecture critique. Jusqu’ici Nouveau Roman et roman à clés sont comparables : ils commencent par faire entrer le lecteur dans une ère de soupçon. Mais là où le premier déjoue la propension du lecteur à s’identifier, le roman à clés n’aura de cesse, au contraire, d’inviter le lecteur à identifier.

BIFFURES

  • 19 Rolin (Jean), L’organisation, op. cit., p. 51.
  • 20 Ibid., p. 141.
  • 21 Ibid., p. 48-49.
  • 22 Ibid., p. 80 et suivantes.
  • 23 Ibid., p. 118.
  • 24 Ibid., p. 133.
  • 25 Ibid., p. 116.
  • 26 C’est pareillement le choix de taire un nom qui attire l’attention quand le narrateur de Tigre en p (...)

10Dans L’Organisation de Jean Rolin, ce n’est pas le paratexte qui met le lecteur sur la piste du roman à clés, mais l’abondance de biffures et de soustractions de noms de personnes et de lieux. Le texte s’ouvre sur les pérégrinations du narrateur, militant d’une organisation clandestine, qui se déplace de cachette en cachette. Si le texte multiplie les noms de lieux, ceux-ci sont systématiquement désignés pas une initiale dans les premiers chapitres : le narrateur se fait ainsi acheminer « de N. à S. », va et vient entre le « foyer d’E. » et la « maison de H. » dans la « ville de M. ». Au recours à l’initiale s’ajoute des retraits, non moins visibles, de noms propres : « l’organisation » n’est pas nommée, ni « l’Usine » qui constitue un des cadres des premiers chapitres. Le texte entre ainsi dans une tension contradictoire entre documentaire et dissimulation, où le lecteur est invité à compléter ce qui se transforme en un véritable texte à trous. « L’Usine », dont la majuscule fait une incarnation idéale de toutes les usines, fait penser à l’usine de Renault à Billancourt, lieu d’implantation hautement convoité des établis maos dans les années 1960 et 1970. L’« organisation », sans majuscule cette fois, rappelle quant à elle par bien des traits la Gauche prolétarienne. Parfois le choix de l’initiale fournit un indice : « B., notre chef suprême19 » ressemble fort, par exemple, à Benny Lévy, chef de la Gauche prolétarienne. Ces ellipses, voyantes et répétées, sont sans nul doute un appel à une lecture à clés, mais plus largement une invitation au jeu. Car le moins qu’on puisse dire, c’est que le travail de codification manque de sérieux. Le choix de l’initiale se démotive parfois avec une désinvolture presque moqueuse (les camarades « X et Y20 »), et, de plus en plus fréquemment, le texte oublie de tenir sa langue : il évoque alors, sans plus de voiles, le procès de « Le Dantec et Le Bris », directeurs du journal « La Cause prolétarienne21 », plus loin, il revient sur « le procès d’Alain Geismar22 », membre de la Gauche prolétarienne, ailleurs sur la mort de Pierre Overney23, puis sur l’épisode Lip à Besançon24. Pourquoi masquer parfois les noms et les événements, puis les révéler ailleurs ? Pourquoi notamment livrer au détour d’une page le nom que partout ailleurs, y compris dans le titre, on prend un soin ostentatoire à ne pas prononcer, celui de la « Gauche prolétarienne25 » ? Il semble que, dans ce jeu de cache-cache, le texte vise moins à garder un secret qu’à attiser la curiosité. Comme Sportès, mais moins ostentatoirement, Jean Rolin maintient l’équation du roman à clés, en se livrant à sa mathématique ludique de codage et de décodage26.

CRYPTAGES

  • 27 Ce nom, Garde rouge, fut justement celui de l’organe de l’UJC-ml, dont la Gauche prolétarienne est (...)

11Le jeu de piste onomastique emprunte d’autres stratégies dans Tigre en papier et Maos. Les initiales laissent plutôt la place à des transpositions, plus ou moins voyantes, qui reposent sur des jeux du signifié aussi bien que du signifiant. Dans le texte d’Olivier Rolin, il est question d’une organisation nommée « la Cause » (avec majuscule), qui endosse donc le nom abrégé du journal réel de la Gauche prolétarienne (La Cause du peuple). Chez Sportès, le double fictionnel de la Gauche prolétarienne s’appelle, comme dans le roman de Jean Rolin, l’« Organisation », avec une majuscule cette fois-ci, qui semble lui conférer un caractère absolu. Quant au journal de l’Organisation, il adopte un intitulé non moins moqueur et guerrier, la Nouvelle Avant-Garde rouge, qui rappelle le nom des groupes maoïstes soutiens de la révolution culturelle27. Ces encodages pourraient peut-être passer inaperçus d’un lecteur non averti, mais il semble que d’autres traits singuliers de l’usage des noms propres dans ces deux romans sont à même d’interpeller tout lecteur, et de le faire entrer dans une ère de soupçon propre au roman à clés.

  • 28 Rolin (Olivier), Tigre en papier, op. cit., p. 66 et suivantes.
  • 29 Sportès (Morgan), Maos, op. cit., p. 165.
  • 30 L’épisode réel, qui réunit Le Dantec et Maurice Clavel, est notamment raconté dans Génération (t. I (...)
  • 31 Jérôme Rouhaut a trop de points communs avec Olivier Rolin pour que le parallèle soit fortuit. Noto (...)
  • 32 Comme dans Les Choses, « Jérôme » forme avec « Sylvie » un couple dont le matérialisme fort peu dia (...)

12Dans Tigre en papier comme dans Maos, les noms de personnes sont non seulement extrêmement abondants, mais encore saugrenus et hétéroclites. Dans le premier, un rendez-vous des anciens de la Cause réunit le narrateur « Martin » et la fille de son ancien camarade, « Treize », mais encore « Fichaoui-dit-Julot », « Forster », « Gédéon », « Amédée » ou « Danton28 ». Dans le second, un épisode similaire fait se retrouver sur le tard les anciens de l’Organisation, convoqués cette fois-ci par la police judiciaire. Le personnage principal, Jérôme, reconnaît « sur des bancs, sagement alignés […] Pierre de Saint-Fortune, alias Aramis ; Marie Sandman, alias Kollontaï, Jean Sénécal, alias Babeuf ; Edith Labanale, alias Louise Michel29 », etc. De telles listes, et les brefs portraits qui les accompagnent (un tel était le chef de l’organisation, tel autre est devenu un journaliste connu, etc.), sont autant d’invitations à trouver les personnes réelles qui se cachent derrière ces noms, et les jeux du signifiant et du signifié constituent souvent des pistes. La sonorité du nom « Danton », dont le narrateur de Tigre en papier raconte qu’il alla déposer une gerbe de fleurs devant le Mont Valérien un 18 juin, rappelle celle de « Le Dantec », qui fut effectivement l’acteur d’une telle provocation30. Le nom « Pierre Sainte-Fortune » peut évoquer le non moins remarquable mais réel nom de « Charles-Henri de Choiseul-Praslin », ancien militant de la Gauche prolétarienne et aristocrate en rupture avec sa famille. Quant au personnage de Jérôme Rouhaut dans Maos, ancien membre du bras armé de l’Organisation devenu éditeur aux « éditions du Puits », il est évidemment un double fictionnel d’Olivier Rolin31. Mais le personnage principal et hautement ridicule de Maos est aussi le double du Jérôme des Choses de Georges Perec, cette autre « histoire des années 60 », qui met en scène un héros dont la conscience politique est bien vite balayée par un désir autrement puissant de prendre sa part dans une société de consommation qui bat son plein32.

  • 33 Selon les auteurs de Génération (op. cit.), qui citent encore Tataouin, Séraphin, Tarzan, ou Antoin (...)
  • 34 Rolin (Olivier), Tigre en papier, op. cit., p. 42. Dans le Livre des Juges, Gédéon mène la « prise (...)
  • 35 À ce propos, voir Rolin (Olivier), Tigre en papier, op. cit., p. 206-207. Rappelons aussi que le br (...)

13Le jeu pour dénouer ces organisations secrètes est sans fin et le joueur ne peut manquer de tomber dans les pièges qu’on lui tend. Il est plus intéressant de remarquer que cette multiplication de faux noms a une détermination réelle, qui la rend d’autant plus significative. Les membres de la Gauche prolétarienne et leurs proches portaient en effet parfois des noms de code : « Danton », étant par exemple celui de Régis Debray33. Les noms que livrent Tigre en papier et Maos se trouvent ainsi être, en quelque sorte, des noms de codes au carré : le chef Benny Lévy, qui se faisait appeler « Pierre Victor » au sein de la Gauche prolétarienne, devient ainsi « Gédéon » dans Tigre en papier, pour « GD », précise le narrateur, initiales de « Grand Dirigeant34 ». L’adoption de noms d’emprunt, comme les planques ou la communication par intermédiaires et messages codés, qui étaient de rigueur au sein de la cellule dirigeante de la Gauche prolétarienne, répondaient certainement aux nécessités d’une vie clandestine, mais témoignaient aussi de l’importance que pouvait revêtir l’imaginaire de la Résistance au sein de cette organisation35. L’enjeu de cette identification n’était pas des moindres : en héritant des faux noms de leurs pères électifs, la Gauche prolétarienne s’en autorisait pour recourir à la violence. L’identification dit encore l’esprit romanesque de cette génération gauchiste qui rejouait le temps de la Résistance selon un imaginaire en partie constitué par les livres et les films d’espionnage, quitte à ce que la répétition de l’histoire transforme le drame en farce, comme le souligne Martin dans Tigre en papier. En somme, si l’on suit ce dernier, ce sont les membres de la Gauche prolétarienne eux-mêmes qui se vivaient comme des personnages de romans à clés, faisant d’eux des représentants d’un autre référent historique ou livresque.

14L’autodérision, qui imprègne aussi bien Tigre en papier que L’Organisation, se fait charge chez Sportès, dont les choix de noms de personnages et de leurs pseudonymes sont volontiers satiriques et d’autant plus perceptibles. L’énumération des noms des anciens de l’Organisation qui attendent sur les bancs de la police judiciaire, par exemple, met en évidence, de façon à le caricaturer et le ridiculiser absolument, un désir de se comparer à des figures glorieuses de l’histoire communiste et révolutionnaire. Quand Edith Labanale se fait appeler Louise Michel, c’est, semble-t-il, dans une tentative pour déjouer la force du signifiant, qui la condamne à une vie peu trépidante. D’autres membres de l’Organisation, tel Obélix, paraissent s’être résignés à incarner, y compris dans leurs identifications, une résistance certes irréductible mais bouffonne. Sportès fait enfin un usage plus sophistiqué de la transposition onomastique, par exemple lorsqu’il met en scène Pierre Overney sous les traits d’un certain Jean Horadour. Le choix du patronyme, homophone du village martyr de la Deuxième Guerre mondiale, est bien entendu surdéterminé. Le nom à clés se fait alors nom à thèse : ce que la transposition signifie ici, c’est que le jeune maoïste Pierre Overney, qui perdit la vie en marge d’une action militante, est un martyr. Et, comme un autre « roman » de Sportès viendra le préciser, le véritable bourreau de « Pierrot », ce n’est pas le vigile qui lui a tiré dessus, mais la Gauche prolétarienne et plus largement les intellectuels, Althusser et Sartre en tête, dont les discours l’ont incité à se trouver, ce jour-là, une barre de fer à la main, en train d’essayer d’entrer par la force dans l’usine de Renault à Billancourt.

15À partir de ces différents exemples, on peut observer que dans ces trois romans les noms de lieu et de personne sont très souvent le résultat d’un codage, et que l’auteur est libre de laisser plus ou moins apparaître ce travail de codage. Les absences (biffures, omissions) par exemple, sont loin d’être neutres : voyantes et décevantes, elles placent plus que jamais le lecteur en position de combler les blancs du texte. Le codage par jeu du signifiant (assonance, anagrammes) est plus discret s’il aboutit à un nom réaliste : dans Tigre en papier, le personnage de « Chalais », Président directeur général d’Atofram, ne rappellera qu’à une oreille avertie le général Buchalet, Président directeur général de Framatome, dont la Gauche prolétarienne a réellement projeté l’enlèvement. Si le nom de « Danton » attise davantage la curiosité, c’est que son codage engage, en plus du jeu du signifiant (assonance), un jeu du signifié (identification révolutionnaire) qui relève par ailleurs d’une culture générale large et aura plus de chance de retenir l’attention du lecteur. Reste que le codage le plus déterminé n’est pas forcément le plus voyant — malheureusement pour la critique serrurière. Ce sont surtout l’écart à une norme ou le recours à une référence culturelle qui, si on les possède, vont jouer un rôle de signal.

POÉTIQUE ET FONCTION DU ROMAN À CLÉS

16L’analyse à la fois du paratexte et du texte des trois romans fournit ainsi plusieurs arguments pour répondre à la question : comment s’écrit un roman à clés ? Certaines constantes se dessinent, de contenu aussi bien que de forme : le roman à clés se construit dans une référence déterminante à l’histoire et à l’actualité, et il maintient une équation ludique entre cryptage et décryptage, qui se manifeste notamment par l’inscription dans le texte et le paratexte de signaux incitant à une lecture allégorique. Si le nom propre est un embrayeur privilégié de la lecture à clés, il en va de même du portrait, surtout lorsque ce dernier insiste sur la célébrité d’un personnage ou le fait interagir avec des personnes réelles. Selon ces différents critères, la qualification de roman à clés semble moins convenir à L’Organisation ou Tigre en papier, qui en possède certains mais de façon non systématique, qu’à Maos, qui non seulement les cumule tous mais surtout pousse jusqu’au bout leur logique. Plus que de degrés vers le roman à clés, il s’agit bien en effet de repérer une logique, qui constituerait davantage la ligne de partage que doit bien nous faire tracer un essai de théorisation. Le théorème du roman à clés qu’énonce l’écrivain Jean-Benoît Puech paraît à cet égard tout à fait efficace :

  • 36 Puech (Jean-Benoît), « À double tour », dans Les Romans à clefs, Actes du troisième colloque des In (...)

Tout roman est un roman à clés. Dans la mesure où, dans tout roman, un personnage imaginaire a pour modèles une ou plusieurs personnes réelles. Mais tout roman n’est pas un roman à clés. Dans un roman, en effet l’origine réelle des personnages est subsidiaire, et son sens dernier n’en dépend plus, mais loge dans la composition elle-même, dans sa portée et ses résonances transhistoriques (si l’on nous passe ce mot pesant)36.

  • 37 Voir par exemple Rolin (Olivier), « Comme le signe de l’infini, comme un sablier », Entretien avec (...)

17Tigre en papier et L’Organisation qui, comme le roman à clés, s’inspirent de la réalité et pointent vers elle, ne sont pas des romans à clés dans la mesure où leur sens dernier ne dépend plus de cette inspiration et de cette tension. Il en va différemment pour Maos, dont on peut douter qu’il survive à son intention et à son attention historique, pour reprendre une autre expression de Puech. À cet égard, il n’est pas étonnant que, pour le codage onomastique, Maos ait davantage recours aux jeux du signifié que les deux autres romans. Ces derniers, plus que les jeux de signifiant ou les ellipses, attachent la fiction au référent historique, en ce qu’ils attachent le sens de la fiction à une interprétation d’événements particuliers. Et l’on voit ici la parenté entre roman à clés et roman à thèse. Au contraire, Olivier Rolin affirme avoir changé les patronymes pour émanciper son récit de l’événementiel strict, et ainsi lui conférer un plus grand caractère de généralité37.

  • 38 Aragon (Louis), « La guerre, le bouton de culotte et Boabdil », dans « Il n’y a pas d’amour heureux (...)
  • 39 C’est le cas pour l’homme de gouvernement Jean-Louis Debré, ancien président de l’Assemblée nationa (...)
  • 40 Sportès reprend à bien des égards les procédures du roman non fictionnel, tel qu’il fut inauguré pa (...)

18Plusieurs pistes se dessinent pour répondre à la seconde question énoncée : pourquoi écrire un roman à clés, ou du moins pourquoi lui emprunter certains de ses procédés ? Il s’agit d’abord de se protéger ou de protéger des proches. Aragon affirmait ainsi avoir crypté les références d’Anicet pour ménager des susceptibilités38. Quant aux frères Rolin, ils rapportent une histoire qui n’est pas seulement la leur, et qui contient par ailleurs des actions certes connues mais au demeurant illégales. Si aucune question pénale n’est vraisemblablement en jeu ici, il en va souvent différemment : au XVIIIe siècle, le roman à clés a bien sûr servi à défier la censure, et plus près de nous, il peut encore servir à contourner un devoir de réserve par exemple39. Or il se pourrait bien que ce soit pour se protéger pénalement, et non simplement ménager des susceptibilités, que Sportès ait recours au roman à clés. Il a travaillé, pour ce roman, à partir de faits réels, recueillis selon les procédures d’une enquête (documentation d’après écrits publiés ou archivés, entretiens avec les protagonistes, etc.40), et les conclusions qu’il tire visent à dénoncer ni plus ni moins qu’un complot international. Maos renoue ainsi clairement avec la fonction d’attaque de la satire politique, et l’aspect ludique du texte est rien moins que rhétorique : il tend à séduire un lecteur qu’il s’agit ultimement de persuader.

  • 41 Lorsqu’Alexander Roose demande à Olivier Rolin s’il est possible de lire Tigre en papier comme un r (...)

19En quelque sorte, quand il écrit un roman à clés, l’enquêteur zélé qu’est Sportès suppose un goût identique de l’enquête chez son lecteur. On pourrait d’ailleurs remarquer qu’Olivier Rolin, dont le texte offre de semblables jeux de pistes, a dit combien son propre penchant pour le roman d’espionnage avait influencé ses années de militantisme clandestin. Le sujet de leurs romans, une organisation secrète, était d’ailleurs fait pour attirer un lecteur curieux. Voici un autre élément de réponse à la question : l’aspect ludique de l’écriture et de la lecture à clés explique leur pérennité. À n’en pas douter, Maos, mais aussi Tigre en papier et L’Organisation, ont à l’esprit un certain lecteur, qui aime chercher un sous-texte dans le texte, imaginer un langage à double niveau. Or ce lecteur, il arrive aussi qu’il dépasse leurs attentes, et qu’ils s’y adressent moins qu’ils ne composent avec. Il faut dire que ce lecteur a une histoire : lui qui tente avec obstination d’élucider ce que l’auteur a voulu dire, n’est pas sans faire penser à l’herméneute traditionnel que la Nouvelle Critique a si fortement discrédité. Il en exagère même le vice, en se demandant non seulement quelle est l’intention de l’auteur, mais en plus quelle est son intention cachée. Ceci explique certainement la réticence des auteurs à jouer à découvert le jeu de l’écriture à clés. Les positions d’Olivier Rolin et de Sportès sont à cet égard éloquentes : le premier refuse l’appellation pour Tigre en papier41, et le second multiplie les clins d’œil pour inciter à une lecture à clés mais évite jusqu’au bout de clarifier tout à fait le pacte de lecture de Maos.

20Si l’on écrit des romans à clés par goût pour les filatures, il semble qu’on lise des romans à clés pour des raisons identiques, mais aussi par une sorte d’atavisme critique d’autant plus puissant qu’on a tenté de le juguler. Car le lecteur n’a pas toujours besoin d’avoir sous les yeux un roman à clés pour en lire. Marc Escola et Mathilde Bombart en viennent de même, en se penchant sur l’histoire de la lecture à clés, à interroger plus largement l’histoire de la critique littéraire. Ils laissent penser que le problème de la lecture à clés pourrait être une occasion de revenir avec intelligence sur une vieille dispute critique, et ce faisant de questionner à nouveau les rapports entre érudition et interprétation, lecture contextuelle et immanente :

  • 42 Bombart (Mathilde) & Escola (Marc), « Clés et usages de clés : pour servir à l’histoire et à la thé (...)

Le discrédit affiché à l’égard des lectures à clés aura finalement permis à la critique universitaire de faire d’une pierre trois coups — de dissimuler que son savoir se confond avec une interprétation, qu’elle perpétue une théorie du texte implicitement allégorique, qu’elle s’oppose moins aux différentes herméneutiques qu’au principe d’une lecture immanente — et c’est pourquoi la critique reste peut-être bien hantée par le principe honni de « clés » de lecture42.

21Or on peut penser que le principe de clés de lecture est plus honni encore pour les spécialistes du contemporain que pour les dix-septièmistes, auxquels font essentiellement référence Mathilde Bombart et Marc Escola. La lecture-décryptage, lorsqu’elle se penche sur des textes anciens, peut se justifier d’avoir voulu rendre à nouveau lisibles des textes qui ne l’étaient plus pour des lecteurs contemporains. Il en ira différemment pour le critique se penchant sur des textes actuels, qui aura d’autant plus de peine à justifier sa manie serrurière. Il lui faut assumer soit de s’attaquer à un corpus peu légitime, soit de s’attaquer selon une méthode peu légitime à un corpus consacré.

  • 43 Hocquenghem (Guy), Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, Paris, Albin Michel, (...)

22Il semble, pour finir, qu’il pourrait y avoir une raison et une fonction sociologiques à l’écriture et à la lecture à clés. Comme au temps de Mlle de Scudéry, où le roman à clés était florissant, le texte se fait à la fois jeu de mots et jeu de société. Il n’est ainsi pas étonnant que le fonctionnement du texte dans Maos, Tigre en papier ou L’Organisation ait pu évoquer à plusieurs occasions des jeux reposant sur la recherche d’un mot, tels que la charade ou le texte à trous. L’énigme se résout à plusieurs, mais le codage lui aussi s’élabore en commun : messages codés et procédés d’encodage en effet circulent et se fixent petit à petit. Dans les trois romans sur le maoïsme, l’importance du jeu intertextuel dans la construction de certains épisodes est d’ailleurs particulièrement évidente : L’Organisation et Tigre en papier portent sur leur couverture le même nom de famille, et le narrateur du premier prête à son « frère » plusieurs actions qui seront rapportées dans le second six ans plus tard ; quant à Maos il est clairement une réécriture de Tigre en papier. Or ces romans travaillent en plus à partir d’hypotextes communs. Le premier et le plus évident est le Petit livre rouge de Mao, dont les trois romans se plaisent à mêler les maximes à leurs propres trames. Un autre hypotexte réunit encore ces trois romans, moins facilement identifiable parce qu’il tient du discours social : il s’agit du récit qu’un pamphlet tel que la Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary de Guy Hocquenghem43 a largement contribué à vulgariser, et qui voudrait que les gauchistes d’hier soient les nantis et les puissants d’aujourd’hui. Les portraits en miroir qui émaillent les romans des frères Rolin et de Sportès, toujours construits sur le modèle binaire du avant-avant, et très souvent soucieux de commenter l’évolution sociale des personnages, semblent être la réponse à cette question obligée que leur adresse l’idée commune.

  • 44 Furetière (Antoine), Dictionnaire universel [1690], cité par Bombart (Mathilde) & Escola (Marc), «  (...)

23On voit bien ici que l’écriture comme la lecture à clés se jouent à plusieurs, en fonction d’une culture partagée. Mais ces pratiques sont loin d’être si simplement inclusives. Comme l’énonçait Antoine Furetière, une clé est en effet « l’alphabet d’un chiffre qui est secret & commun entre celuy qui escrit et celuy qui deschiffre44 ». Ainsi l’auteur de textes à clés n’écrit pas pour tous, et le lecteur qui perce une clé compte bien avoir été plus malin qu’un autre. Dans ce jeu de sélection et d’exclusion, le savoir est la clé du pouvoir : plus on connaît de codes et plus on maîtrise de procédés d’encodage, plus on a de chance de pouvoir participer. En somme, pour jouer il faut déjà être un joueur. Aussi peut-il arriver que, du fait d’écarts aux normes narratives, descriptives, nominatives, etc., un lecteur puisse sentir la présence de clés, sans parvenir pour autant à les mettre à jour. Le texte à clés pourra d’ailleurs livrer quelques-unes de ses règles au non-initié, afin ne pas rester tout à fait fermé — celui de Sportès le fait avec largesse. On pourrait ainsi formuler l’hypothèse que le phénomène de l’écriture comme de la lecture à clés serait le révélateur de l’intériorisation par l’auteur ou le lecteur d’une hétérogénéité des lectorats, d’un espace intellectuel, culturel, social, différencié. La production de clés par l’écriture ou la lecture suppose en effet l’idée d’une communauté hétérogène et même hiérarchisée. Ainsi, rien ne paraît moins hasardeux que la rencontre de ces organisations littéraire et politique que sont d’une part l’écriture et la lecture à clés, et d’autre part ce groupe clandestin que fut la Gauche prolétarienne, qui entretint des rapports si complexes au savoir, au pouvoir et à la hiérarchie sociale.

Notes

1 Combes (Patrick), La Littérature et le mouvement de Mai 68. Écriture, mythe, critique, écrivains, 1968-1981, Paris, Seghers, 1984, p. 309-310.

2 Voir notamment : Dollé (Jean-Paul), L’ordinaire n’existait plus, Paris, Léo Scheer, 2001 ; Rolin (Olivier), Tigre en papier, Paris, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2002 ; Le Dantec (Jean-Pierre), Étourdissements, Paris, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2003 ; Michel (Natacha), Circulaire à toute ma vie humaine, Paris, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2004 ; Sportès (Morgan), Maos, Paris, Grasset, 2006 ; Daeninckx (Didier), Camarades de classe, Paris, Gallimard, 2008 ; Picouly (Daniel), 68 mon amour, Paris, Grasset, 2008 ; Pinson (Jean-Claude), Drapeau rouge, Seyssel, Champ Vallon, 2008 ; Sportès (Morgan), Ils ont tué Pierre Overney, Paris, Grasset, 2008 ; Lesbre (Michèle), Un lac immense et blanc, Paris, Sabine Wespieser, 2011.

3 Voir notamment : Samoyault (Tiphaine), Météorologie du rêve, Paris, Seuil, coll. « Fiction & Cie », 2000 ; Duteurtre (Benoît), L’été 72, Paris, Gallimard, 2011 ; Ling (Hélène), Repentirs, Paris, Gallimard, 2011.

4 Voici par exemple le pacte de lecture que noue la quatrième de couverture du roman de Jean-Paul Dollé (op. cit.) : « L’ordinaire n’existait plus est le roman de 68, des années qui l’ont précédé, des années qui l’ont suivi. C’est aussi le portrait d’une figure — celle du Professeur — dont l’autorité fascina tous ceux que la révolution fascinait, jusqu’à la violence. […] Ce roman est aussi une enquête, une histoire de transmission et d’amour, une éducation sentimentale. »

5 « C’est une période riche en retournements. Je voulais m’interroger sur le passage du champ politique au champ de l’esthétique », explique par exemple Hélène Ling, lorsqu’on l’interroge sur son choix de traiter de la période 1970 à nos jours. (« Une réflexion sur la réécriture permanente de mai 68 », 22 avril 2011 [En ligne], URL : http://www.liberation.fr/livres/1201453-livresrepentirs).

6 La génération d’Olivier Rolin apporte des réponses souvent contradictoires à la question de Sartre : pour qui écrit-on ? À ce propos, voir : Barraband (Mathilde), « L’entretien avec Jean-Paul Sartre. Le questionnaire implicite du discours sur la littérature des écrivains Verdier », « Les entours de l’œuvre », sous la direction de Mathilde Barraband & Jean-François Hamel, @nalyses, Revue de critique et de théorie littéraire, vol. 5, n° 3, automne 2010 [En ligne], URL : http://www.revue-analyses.org/index.php?id=1733.

7 Lectures à clés (XVIe-XIXe siècles), Littératures classiques, sous la direction de Mathilde Bombart & Marc Escola, n° 54, 2005.

8 Sur les rôles déterminants d’Olivier Rolin et de Jean-Pierre Le Dantec au sein de la Gauche prolétarienne, voir Hamon (Hervé) & Rotman (Patrick), Génération, t. 1, Les années de rêve ; t. 2, Les années de poudre, Paris, Seuil, coll. « Points », 1998 [1987 et 1988]. Sur le passage plus éphémère de Natacha Michel dans l’organisation : Michel (Natacha), « Bref récit de vie », octobre 2010 [En ligne], URL : http://icicommence.net/spip.php?article156 (consulté en octobre 2011).

9 Le Dantec (Jean-Pierre), Étourdissements, op. cit. ; Michel (Natacha), Circulaire à toute ma vie humaine, op. cit. ; Rolin (Jean), L’organisation, Paris, Gallimard, 1996 ; Rolin (Olivier), Tigre en papier, op. cit. Il faut mentionner aussi le roman de Jean-Paul Dollé, L’ordinaire n’existait plus (op. cit.), même si son auteur, proche du groupe, en est volontairement resté extérieur. Le roman multiplie les références masquées aux personnages et événements de l’histoire des prochinois et des maoïstes français.

10 Jean-Pierre Le Dantec a livré une réflexion personnelle sur l’influence réciproque de ces différents groupes, et sur ce qui les séparait, au sein du récit autobiographique Les Dangers du soleil (Paris, Les Presses d’aujourd’hui, 1978, p. 245-254).

11 Voir notamment Tsé-toung (Mao), « Contre le culte du livre », dans De la Pratique et de la contradiction, Paris, La Fabrique, 2008 [1930], p. 71-82.

12 Par ce livre, il ne s’en cache pas, Sportès fait un procès à charge des maoïstes et de leurs plus célèbres sympathisants. Très documenté, le texte de Sportès est aussi orienté par une démonstration dont l’enjeu est politique. En témoigne, par exemple, le commentaire des textes consultés, qui est beaucoup plus clément à l’égard des écrits gaullistes que des écrits maoïstes (op. cit., p. 399 et suivantes). Sportès a publié un autre ouvrage à charge contre la Gauche prolétarienne, Ils ont tué Pierre Overney (op. cit.), qui porte à nouveau la mention « roman ». Ce dernier texte, cependant, n’emprunte plus les ressorts du roman à clés, il affirme tisser ensemble des « témoignages » recueillis.

13 Sportès (Morgan), Maos, op. cit., p. 399.

14 Ibid., p. 13.

15 Le nom renvoie à l’agent double russe Evno Azev, engagé au sein du parti socialiste révolutionnaire, et en réalité lié à la police politique secrète de l’Empire russe. Evno Azev aurait livré plusieurs de ses camarades révolutionnaires. Jérôme, le héros de Maos, se retrouve dans une situation comparable.

16 Sportès (Morgan), Maos, op. cit., p. 13.

17 Ibid. La première note en bas de page le montre, Sportès s’attache en réalité davantage à signaler l’écriture à clés qu’à éclairer les clés : « Il n’y a pas de rues Jules-Guesde ou Gabriel-Péri, ni de parc Jean-Jaurès, à Sèvres. » Ce qui est dévoilé ici c’est un procédé d’encryptage, et non la référence historique aux trois figures de l’histoire de la gauche française.

18 Sur ce point, voir Bombart (Mathilde) & Escola (Marc), « Clés et usages de clés : pour servir à l’histoire et à la théorie d’une pratique de lecture », Lectures à clés (XVIe-XIXe siècles), Littératures classiques, art. cit., p. 8.

19 Rolin (Jean), L’organisation, op. cit., p. 51.

20 Ibid., p. 141.

21 Ibid., p. 48-49.

22 Ibid., p. 80 et suivantes.

23 Ibid., p. 118.

24 Ibid., p. 133.

25 Ibid., p. 116.

26 C’est pareillement le choix de taire un nom qui attire l’attention quand le narrateur de Tigre en papier évoque le « célèbre philosophe » que le grand public a découvert quand il a étranglé sa femme (op. cit., p. 17). De même, le refus de nommer le « Professeur », dont les confessions ouvrent L’ordinaire n’existait plus, incite le lecteur à chercher la personne réelle qui l’inspire. Des indices multiples, qui tiennent presque de la charade, nous invitent à reconnaître ici encore Louis Althusser.

27 Ce nom, Garde rouge, fut justement celui de l’organe de l’UJC-ml, dont la Gauche prolétarienne est issue.

28 Rolin (Olivier), Tigre en papier, op. cit., p. 66 et suivantes.

29 Sportès (Morgan), Maos, op. cit., p. 165.

30 L’épisode réel, qui réunit Le Dantec et Maurice Clavel, est notamment raconté dans Génération (t. II, op. cit., p. 355 et suivantes), et Les Dangers du soleil (op. cit, p. 220 et suivantes). Il est transposé dans Tigre en papier (op. cit., p. 126 et suivantes).

31 Jérôme Rouhaut a trop de points communs avec Olivier Rolin pour que le parallèle soit fortuit. Notons cependant que le travail d’inspiration est peut-être un peu plus complexe qu’il n’y paraît. Jérôme doit surtout beaucoup à Martin, le héros de Tigre en papier, qui n’est pas Olivier Rolin même si ce dernier lui « a donné beaucoup de lui-même », comme l’a souvent noté la critique (ici Sylvie Servoise dans Le Roman face à l’histoire. La littérature engagée en France, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences », 2001, p. 105-106). Par ailleurs, Sportès ne s’exclut pas tout à fait de ce groupe dont il dresse un portrait à charge : « Je pensais avoir été immunisé contre Sartre and co, auxquels je vouais un aristocratique mépris. Or, replongeant plus tard mon nez dans leurs œuvres, je me suis rendu compte avec stupéfaction combien elles m’avaient secrètement marqué, déterminant dans ma vie sociale et sentimentale des comportements suicidaires… », Sportès (Morgan), « Présentation de “Maos” » [En ligne], URL : http://www.morgansportes.net/article.php3?id_article=104. Notons enfin qu’avant de passer chez Grasset, Sportès a été publié au Seuil de 1982 à 2002, dans la collection « Fiction & Cie » de Denis Roche, tout comme Olivier Rolin donc, mais aussi Le Dantec et Michel.

32 Comme dans Les Choses, « Jérôme » forme avec « Sylvie » un couple dont le matérialisme fort peu dialectique les pousse surtout à écumer les magasins à la recherche de la « bonne affaire ». Sportès, toujours soucieux d’exposer son code au plus grand nombre, explicite la référence aux Choses, au cas où la similarité des prénoms et des situations n’aurait pas constitué un indice suffisant (Maos, op. cit., p. 153).

33 Selon les auteurs de Génération (op. cit.), qui citent encore Tataouin, Séraphin, Tarzan, ou Antoine (pour Olivier Rolin).

34 Rolin (Olivier), Tigre en papier, op. cit., p. 42. Dans le Livre des Juges, Gédéon mène la « prise d’armes » des Israélites contre les Madianites. Pour que sa victoire soit sans conteste, Yahvé l’amène à réduire considérablement l’effectif des troupes prêtes à l’accompagner. Les Madianites, idolâtres et dont les femmes avaient séduit les Israélites, s’étaient déjà attiré la vengeance de Moïse dans le Livre des Nombres. Le choix d’une telle référence n’est pas anodin : l’ancien chef de la Gauche prolétarienne, après avoir dissout son organisation, a en effet opéré un « tournement » vers la religion juive, décidant de se consacrer désormais à l’apprentissage de l’hébreu et à l’étude des textes de la tradition hébraïque.

35 À ce propos, voir Rolin (Olivier), Tigre en papier, op. cit., p. 206-207. Rappelons aussi que le bras armé de la Gauche prolétarienne mené par Olivier Rolin s’était baptisé « Nouvelle Résistance populaire ».

36 Puech (Jean-Benoît), « À double tour », dans Les Romans à clefs, Actes du troisième colloque des Invalides (1999), Tusson, Du Lérot, 2000, p. 141.

37 Voir par exemple Rolin (Olivier), « Comme le signe de l’infini, comme un sablier », Entretien avec Sabine Hillen et Alexander Roose, Olivier Rolin : Littérature, Histoire, Voyage, sous la direction de Luc Rasson & Bruno Tritsmans, Amsterdam/New York, Rodopi, coll. « CRIN », 2008, p. 147-159.

38 Aragon (Louis), « La guerre, le bouton de culotte et Boabdil », dans « Il n’y a pas d’amour heureux ? », Entretiens avec André Crémieux [audio], INA/Radio France, 1997 [1963], 22’29 et suivantes.

39 C’est le cas pour l’homme de gouvernement Jean-Louis Debré, ancien président de l’Assemblée nationale et membre du Conseil constitutionnel, qui a publié chez Fayard plusieurs romans à clés : voir Quand les brochets font courir les carpes, Meurtre à l’Assemblée, etc.

40 Sportès reprend à bien des égards les procédures du roman non fictionnel, tel qu’il fut inauguré par Truman Capote en 1965 dans De sang-froid.

41 Lorsqu’Alexander Roose demande à Olivier Rolin s’il est possible de lire Tigre en papier comme un roman à clés, ce dernier répond que cela est possible mais que telle n’était pas son intention. Il affirme cependant que tous ses personnages, à l’exception d’un ou deux personnages secondaires, sont inspirés de personnes réelles. Puis il conclut par un parallèle avec La Recherche, où l’on peut aussi reconnaître des personnes réelles, et il pose la question : « Cela ne fait pas pour autant de La Recherche un roman à clé, n’est-ce pas ? » Rolin (Olivier), « Comme le signe de l’infini, comme un sablier », art. cit., p. 152.

42 Bombart (Mathilde) & Escola (Marc), « Clés et usages de clés : pour servir à l’histoire et à la théorie d’une pratique de lecture », art. cit., p. 16-17.

43 Hocquenghem (Guy), Lettre ouverte à ceux qui sont passés du col Mao au Rotary, Paris, Albin Michel, 1986.

44 Furetière (Antoine), Dictionnaire universel [1690], cité par Bombart (Mathilde) & Escola (Marc), « Clés et usages de clés : pour servir à l’histoire et à la théorie d’une pratique de lecture », art. cit., p. 6.

Auteur

Université du Québec à Trois-Rivières

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540