Version classiqueVersion mobile

Romans à clés

 | 
Anthony Glinoer
, 
Michel Lacroix

Imaginaire, légendaire, fictif : romans à clés et fiction de la vie littéraire

Michel Lacroix

Texte intégral

  • 1 Laferrière (Dany), L’Énigme du retour, Montréal, Boréal, 2009, p. 13, 14, 15 et 17.
  • 2 Requête effectuée le 21 octobre 2011.

1Après un incipit bien camusien — « Mon père vient de mourir » —, le narrateur-protagoniste de L’Énigme du retour de Dany Laferrière erre dans un « vaste pays de glace » parsemé de « petits villages engourdis », mais bientôt sa fuite prend un sens : « Je sais qu’au bout de cette route un barbu plein de fureurs et de douceurs, au milieu d’une meute de chiens, tente d’écrire le grand roman américain […] terré dans ce village endormi de Trois-Pistoles1. » Ce personnage n’est pas nommé et disparaît du récit après quelques pages. Rare exemple d’écrivain anonyme, dans un récit peuplé d’une foule de poètes et de romanciers, ce barbu furieux et doux ne suscite guère de mystère. Les trois marques : « écrivain », « barbu » et « Trois-Pistoles », associés dans une même désignation, font en effet surgir un nom et un seul ; les algorithmes de Google en apportent un témoignage catégorique : vingt-six des trente premiers liens regroupant ces termes mènent à Victor-Lévy Beaulieu2.

  • 3 Laferrière (Dany), op. cit., p. 35.
  • 4 Ibid.

2Ce qui est en jeu, ici, dans les procédés d’écriture comme dans le processus de lecture, ne se retrouve pas ou alors se trouve déplacé en périphérie dans le reste du roman, notamment dans les passages où le narrateur déclare : « Je doute de toute vocation d’écrivain en exil3 » ou évoque le souvenir de « la maison en bois où [son] amie Louise Warren s’était réfugiée pour écrire4. » Dans le premier cas, il n’y a pas de personnage, mais une situation, un état emblématique, qui pourrait tout aussi bien caractériser le narrateur qu’une foule d’autres auteurs ; dans le second, un nom propre est affiché sans détour, mais celui-ci ne génère pas, de lui-même ou par les termes qui lui sont associés, d’effets semblables au portrait de l’écrivain avec chiens. Qui plus est, ce dernier passage ne déploie pas, comme l’errance dans le « nord lumineux », un univers mythique, plus grand que nature : celui du nord, de la glace, du silence et des bûcherons.

  • 5 Voir Lahire (Bernard), « Champ, hors-champ, contre-champ », dans Le Travail sociologique de Pierre (...)
  • 6 Le roman à clés peut ainsi, du point de vue « moderne », être associé aux phénomènes de médiatisati (...)
  • 7 Habermas (Jürgen), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la (...)
  • 8 On pourrait par conséquent se demander si, dans les périodes antérieures au régime médiatique moder (...)

3Ce sont ces effets de lecture, tels qu’inscrits dans le texte et tels qu’embrayeurs d’une référentialité ambiguë, que le présent article abordera de manière prospective, exploratoire. Les réflexions qui suivent visent à soulever quelques-uns des problèmes théoriques, méthodologiques et historiques suscités par l’étude de ces mondes littéraires imaginaires, problèmes auxquels le « roman à clés » peut servir d’emblème, mais qui ne sont pas limités à ce dernier. Ceci n’implique pas que tout roman à clés soit nécessairement « métalittéraire », puisqu’il peut s’attaquer à d’autres pans de la vie sociale, d’autres figures historiques. Signalons en passant que le roman à clés s’avère l’équivalent, dans son registre, des carnets mondains et des magazines « people » en ce sens que l’univers qu’ils mettent en scène, les uns et les autres, est essentiellement celui du champ du pouvoir ou d’une de ses zones. En d’autres termes : pas de clés, pour les dominés, les vrais, ceux qui n’existent dans aucun champ5. Par-delà les questions, plus « modernistes », de l’émergence d’une « culture de la célébrité6 », cet aspect du roman à clés ne fait-il pas de lui un phénomène lié à l’émergence de la sphère publique bourgeoise, telle qu’analysée par Habermas et (plus récemment) par Antoine Lilti7, à la constitution de ces lieux de pouvoir à proximité mais en marge de la cour, de l’État, des institutions publiques officielles8. Le roman à clés ne doit-il pas une part de sa dynamique à l’imprécision, voire au secret, quant à la localisation de ces lieux de sociabilité, à l’identification de ses acteurs et de leur pouvoir, aux nuages de rumeurs qui les dévoile et les opacifie tout à la fois ? Le roman à clés ou les mystères de Paris, mais vus d’en haut : les mystères des coteries.

  • 9 Celle de Victor-Lévy Beaulieu aussi, et fort rapidement d’ailleurs, puisque dès 1983, on pouvait en (...)

4Pour éclairer les enjeux propres au roman à clés et qui le distinguent des autres formes de fictions de la vie littéraire, nous proposons d’opérer une distinction entre deux rapports aux images d’écrivain qui circulent dans une société donnée, rapports aux figures d’écrivains légendaires, d’un côté, et aux figures d’écrivains imaginaires, de l’autre. Ces deux notions visent à distinguer les traits, scènes, lieux, isotopies qui, dans les discours littéraires, ont été fortement ou unilatéralement associés à un acteur de la vie littéraire, engendrant ainsi une figure d’écrivain légendaire (celles de Rimbaud et de Nelligan en étant exemplaires, pour la France et le Québec9) ou, au contraire, ont été épinglés, au fil du temps, à plusieurs écrivains, servant ainsi de catégorie transindividuelle, celle de l’écrivain imaginaire, dont le poète maudit ou le bohème sont les cas les plus connus.

  • 10 « Ethos discursif et image d’auteur », Argumentation et analyse du discours, sous la direction de R (...)
  • 11 Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Ho (...)
  • 12 Diaz note la différence entre termes génériques et scénarios « particuliers », aux pages 78 et suiv (...)
  • 13 Voir l’étude de Melançon (Benoît), art. cit. D’autres textes, depuis, ont enrichi ce corpus « légen (...)
  • 14 En relation, d’ailleurs, avec la posture de l’écrivain migrant qui lui a été appliquée et qu’il a c (...)

5Cette proposition s’inscrit dans le fil des récents développements au sujet des imaginaires littéraires, lesquels ont tout à la fois ouvert de nouvelles pistes et suscité une relative hésitation terminologique, visible dans le très intéressant numéro de la revue Argumentation et analyse du discours10. Nous nous emparons ainsi d’une notion mise de l’avant par José-Luis Diaz11, tout en lui donnant un sens plus étroit, séparant ce qui relève d’une logique du nom propre, du singulier, et ce qui tient plutôt du nom commun, du typique12. Quand Dany Laferrière décrit un écrivain barbu de Trois-Pistoles, il met en cause une légende, celle de Victor-Lévy Beaulieu13, et l’insère dans le récit d’une errance entre textes et pays ; quand il évoque la figure de l’écrivain exilé, c’est au contraire une figure imaginaire, aux multiples visages, que le texte évoque, et qu’il retravaille d’un couvert à l’autre14. Louise Warren, pour sa part, tend à désigner un corpus, plutôt qu’une image d’auteur, qu’elle soit légendaire ou imaginaire.

  • 15 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et analyse du discours, n° 3 (...)
  • 16 Cependant : il ne faut pas absolument exclure, dans la réception de ces textes, ce qui se constitue (...)
  • 17 Une des difficultés de cette reconstitution tient à ce que cet intertexte est transmis oralement, t (...)
  • 18 Escola (Marc) & Bombart (Mathilde), « Clés et usages de clés : pour servir à l’histoire et à la thé (...)

6Distinguer entre les deux paraît essentiel, dans le cas du roman à clés, qui s’avère essentiellement une réécriture de légendes littéraires et retravaille, de ce fait, un intertexte spécifique, aux frontières relativement étanches, intertexte qu’on peut à titre provisoire désigner par la notion d’image d’auteur, telle que développée entre autres par Ruth Amossy. Comme celle-ci le souligne, l’image d’auteur est « construite dans et par le discours, et ne se confond en rien avec la personne réelle de l’individu15 ». La tension référentielle, propre aux romans à clés, repose ainsi sur la mobilisation de traits associés à une image d’auteur, bien davantage que sur la supposition d’une commune expérience concrète du monde littéraire, de ses visages et de ses lieux16. Cette dimension intertextuelle implique donc, pour l’analyste, non pas une vérification factuelle, mais une reconstitution de cet intertexte, de son extension, de ses traits, de son historicité17, et une analyse du travail opéré sur lui par la mise en texte. En ceci, mes remarques rejoignent celles de Marc Escola et Mathilde Bombart, qui notaient que « la réflexion sur les lectures à clés amène presque toujours à mettre en rapport les textes ainsi considérés avec d’autres, dans un réseau complexe de discours18 ».

  • 19 Latham (Sean), The Art of Scandal. Modernism, Libel Law, and the Roman à Clef, Oxford, Oxford Unive (...)
  • 20 On peut aussi y ajouter l’intérêt « narratif », romanesque, pour les commérages et la rumeur, voir  (...)

7Cependant, cette étude doit tenir compte du fait que tout discours sur l’auteur est nécessairement informé par des enjeux institutionnels multiples. Il y a une curiosité, un intérêt, pour les cercles artistiques et littéraires, plus ou moins avide ou voyeuriste selon les époques, et qui donne de la valeur aux « potins », les transforme en marchandise, comme le signale Sean Latham19, et un intérêt, stratégique, propre aux luttes au sein du champ littéraire, et à la légitimité relative des acteurs, prises de position, styles de vie, etc.20. De plus, sans confondre intertexte et réel, image d’auteur et sujet biographique, il faut rendre raison de la présomption de référentialité constitutive de l’intertexte auctorial. Il serait même tentant de parler d’intertextualité « référentielle », pour souligner qu’ici, l’intertexte s’appuie sur un ensemble de textes, de genres et de pratiques médiatiques se présentant comme en prise directe sur le « réel » (échos, entrevues, biographies), intertexte qui rend possible la lecture, la « re-connaissance » du réel réduit à un certain nombre de traits, par des mises en discours antérieures, mais s’oublie, se nie, comme intertexte.

  • 21 Hamon (Philippe), Le Personnel du roman : le système des personnages dans les Rougon-Macquart d’Émi (...)
  • 22 Østenstad (Inger), « Quelle importance a le nom d’auteur ? », Argumentation et analyse du discours, (...)
  • 23 Jouve (Vincent), L’Effet-personnage dans le roman, Paris, Presses universitaires de France, coll. « (...)
  • 24 Pierre Bayard, cité par Guy (Chantal), « Tout nom d’auteur est un roman », Cyberpresse, 18 décembre (...)
  • 25 Signalons en passant les cas de registres onomastiques pluriels, au sein d’un même texte. Celui des(...)

8Il faut souligner, s’agissant du roman à clés, l’importance du personnage, parmi les lieux de médiation entre le texte et le social, et plus précisément, de ce qui a trait à son étiquette, pour reprendre la catégorie de Philippe Hamon21. L’opération classique, cruciale, des lectures à clés, à savoir la substitution d’un nom propre « réel », inscrit dans les registres de l’état civil, à un nom fictif, un « nom d’emprunt », basée sur la concordance d’un nombre limité de signes, a pour bases, d’un côté, l’importance capitale du nom et des étiquettes, dans la fiction narrative, de l’autre, la centralité du nom d’auteur, dans la circulation des discours et l’imaginaire de la littérature. Revenant sur la célèbre analyse de Foucault et abordant les noms propres « non pas comme des descriptions, mais comme des clous auxquels on accroche des descriptions », Inger Østenstad montre que c’est « en tant que désignateur rigide et réceptacle de descriptions variées et contradictoires que le nom de l’auteur contribue à “l’attraction de […] l’Auteur” [comme] entité imaginaire22 ». Il y aurait donc lieu, sur ce plan, de cerner de plus près la poétique du roman à clés, son onomastique à double et triple fond, et d’ajouter, aux effets-personnages du modèle de Vincent Jouve23, un « effet persona », pour désigner les cas qui suscitent une confrontation aux légendes attachées aux figures historiques. La formule de Pierre Bayard, « tout nom d’auteur est un roman24 » pourrait nourrir ici les réflexions sur cet effet-persona, caractéristique des romans à clés s’attaquant à la vie littéraire25.

9Les analyses du roman à clés sont inévitablement confrontées, quand elles abordent les images d’auteur dans leur historicité, à la très inégale circulation de cet intertexte auctorial. Ici aussi, en somme, on observe des écarts significatifs entre sphères restreinte ou de grande diffusion, entre romans à clés conçus pour les pairs ou pour le grand public, avec tous les degrés intermédiaires. Il n’est de lectures à clés qu’à partir de la combinaison, instable, variable selon les textes et les lecteurs, d’une reconnaissance d’éléments déjà connus de la légende et du désir de dévoilement d’éléments inconnus ; le roman à clés postule un lecteur qui est, au moins partiellement, « dans le coup », qui sait minimalement de quelle image d’auteur le texte pourrait être la réécriture.

  • 26 Desrosiers (Léo-Paul), « Un Cénacle », dans Âmes et paysages, Montréal, Le Devoir, 1922, p. 163-183 (...)
  • 27 Ibid., p. 170-171.
  • 28 Carignan (Olivier), Les Sacrifiés, Montréal, Éditions du Mercure, 1927.
  • 29 Si de nombreux participants furent membres de l’un et de l’autre, le premier fut un regroupement in (...)
  • 30 Pour des aperçus synthétiques de la période, Biron (Michel), Dumont (François) & Nardout-Lafarge (É (...)
  • 31 Paradoxalement, « Un cénacle » se base sur un intertexte de très faible circulation, connu par quel (...)

10Deux exemples convergents, issus de la littérature québécoise, permettront d’en donner une idée, et de développer l’opposition entre écrivains légendaires et imaginaires. Dans la nouvelle « Un cénacle » publiée par Léo-Paul Desrosiers en 192226, le principal protagoniste, fraîchement sorti de son collège classique de province, fait la découverte d’un cercle où ont cours les « théories artistiques et littéraires les plus compromises et les plus incongrues […] importées directement de Paris27 », cénacle se réunissant, précise-t-on, au cinquième étage d’un immeuble de la rue Notre-Dame, dans le Vieux-Montréal. Publié cinq ans plus tard, le roman Les Sacrifiés d’Olivier Carignan28 raconte les mésaventures d’un groupe d’écrivains québécois dont La Nouvelle Revue canadienne meurt après une quinzaine de numéros, faute de public. Dans les deux cas, la description des personnages, de leurs idées, de leurs projets et de leurs lieux de réunion, mobilise plusieurs signes associés à des groupes connus des historiens : l’Arche et le Nigog29. Toutefois, seuls des lecteurs bien au fait de l’histoire littéraire récente étaient en mesure, au moment de leur publication, d’opérer ces associations, de reconnaître les figures légendaires (bien que cette lecture fût facilitée par la rareté des groupes littéraires, dans cette période de la littérature québécoise30) ; par-delà les procédés employés par Desrosiers et Carignan, on découvre ici, dans un milieu littéraire encore peu développé, une écriture à usage interne, une réflexivité dessinant les frontières d’un espace intellectuel restreint31.

  • 32 Première figure littéraire « autochtone », inventée au Québec, là où les figures circulant auparava (...)

11L’inscription de figures légendaires, dans ces deux récits, vise très nettement à offrir une relecture critique de l’histoire littéraire contemporaine, en opérant une condamnation sans appel de l’école de l’exotisme, pour Desrosiers, en expliquant pourquoi il ne pouvait y avoir de vraie littérature, au Québec, pour Carignan. Ce retour sur des légendes littéraires, sur l’image de groupe associée aux exotiques, contribue à transformer celle-ci en figure d’écrivain imaginaire, et s’appuie sur un recyclage massif de topoï caractéristiques d’autres figures génériques, dont celle de la bohème parisienne. Le légendaire se nourrit de l’imaginaire et conduit à l’imaginaire. Je m’explique : dans leur retour convergeant sur la petite histoire des exotiques, Desrosiers et Carignan soulignent tous deux à grands traits l’importance des séjours en Europe de leurs protagonistes. Ce faisant, ils apportent tous deux leur pierre à l’édification d’un scénario auctorial qui dominera pendant plusieurs décennies l’imaginaire littéraire québécois, celui du retour d’Europe32. Ils participent dès lors à la transformation en parcours typique d’un micro-récit qui était jusqu’alors associé à quelques cas individuels, caractéristique d’un parcours singulier. En amont, la nouvelle de Desrosiers, dans son titre comme dans la description du cercle artistico-littéraire et des mondanités, s’empare de termes, de lieux communs, de catégories ayant servi à décrire des situations ou des personnages emblématiques de l’imaginaire littéraire français, le cénacle, le salon mondain, les mansardes romantiques, etc. De même, la célébration de l’incomparable intensité de la vie culturelle parisienne, opérée par Carignan, reprend des éléments fort anciens de l’imaginaire littéraire français, alors largement diffusé au Québec (comme partout ailleurs, grâce à la prééminence de la capitale française dans le champ littéraire mondial).

  • 33 Martin (Martial), « Satyres ménippées et satyrica : de la satire narrative au roman à clés (1580-16 (...)

12Outre la question des transferts culturels des figures fantasmatiques de la vie littéraire entre la France et le Québec, ces cas soulèvent la question des rapports discursifs, historiques, entre figures légendaires et figures imaginaires : comment les unes engendrent-elles les autres ? Comment se juxtaposent-elles dans les textes et le discours social ? Cette interrogation permettrait de relire, à partir d’un angle nouveau, les relations entre communautés littéraires, régime de singularité et imaginaire littéraire, d’un côté, et les différentes dialectiques et poétiques du particulier et du général, selon les genres, les époques, de l’autre. L’étude de Martial Martin, qui souligne le dépassement du modèle satirique antique, fondée sur une dénonciation de figures typiques, accompli dans le passage de la satire narrative au roman à clés, souligne d’ailleurs avec force que ce dernier en vient à construire un « mixte d’identité et d’altérité », de jeu entre le type et l’individu33.

  • 34 La notion, retravaillée par Jérôme Meizoz, à partir des remarques d’Alain Viala (Postures littérair (...)
  • 35 Car, bien qu’omniprésent dans la critique littéraire, comme objet de discours (idéal ou horreur) et (...)
  • 36 Ou plutôt, on pourrait dire que le débat concerne alors davantage la place du Nigog et des exotique (...)

13Cette dialectique, cruciale dans le rapport des lecteurs aux récits à clés, éclaire avec force un des enjeux théoriques récents de la sociologie de la littérature, celui de la posture34. En s’attaquant à des légendes auctoriales, ces textes se présentent d’abord comme des réécritures de postures. Cependant, tant par le trouble « constitutif » du décryptage que par l’imbrication de figures légendaires et de figures imaginaires, les interprétations « généralisantes » sont souvent induites par les récits. Ainsi, la nouvelle de Desrosiers présente-t-elle un héros « régionaliste » inassimilable à une figure précise du monde littéraire contemporain, ou plutôt : dont les traits sont si peu « caractéristiques » (jeunesse, formation dans un collège classique, fréquentation des cercles littéraires montréalais), qu’ils s’appliquent à un grand nombre des écrivains de l’époque. C’est une position littéraire, transindividuelle, et non une « figure » précise, individualisée, légendaire, que ce personnage de Gaston Beauchamp « incarne35 ». On pourrait même dire qu’il est une des très rares occurrences où cette position « prend figure », où elle entre dans la fiction. De son côté, le roman de Carignan effectue un double jeu relativement distinct : son héros ne renvoie pas à une position distincte de celle du groupe associé à la Nouvelle Revue canadienne, bien au contraire : il en est un des principaux animateurs. Cependant, rien, chez lui, ne renvoie à des traits précis associés, à l’époque, à l’un ou l’autre des acteurs de l’aventure du Nigog. De plus, il est publié à la fin des années 1920, moment où il n’y a plus vraiment, dans le champ littéraire québécois, de position circonscrite avec netteté par le groupe des exotiques. Pour le lecteur contemporain, ceci concerne donc bel et bien l’histoire littéraire, toute récente qu’elle soit, et non les luttes littéraires exactement contemporaines36.

  • 37 Gide (André), Les Faux-monnayeurs, Paris, Gallimard, 1925.
  • 38 La notice de la plus récente édition en Pléiade associe d’ailleurs sans ambages le personnage à l’é (...)
  • 39 De même : plusieurs procédés (scènes de ridicule, écarts entre Les Faux-monnayeurs de Gide et le pr (...)

14Un cas plus complexe encore se présente avec Les Faux-monnayeurs37 : on y trouve en effet, parmi la foison d’écrivains introduits dans la diégèse, un personnage, « Jarry », ouvertement indexé sur l’histoire littéraire française et porteur d’une légende particulièrement riche. Il est le seul, cela dit, à posséder un nom renvoyant sans médiation à l’état civil. Le comte de Passavant, pour sa part, tend par son statut social, ses paroles et ses actes, à évoquer une position littéraire aisément (trop aisément ?) associée à un acteur particulier. Qui d’autre, mieux que Jean Cocteau, correspond à cette position d’écrivain mondain, médiatisé et avant-gardiste38 ? Tout en jouant sur ces traits fortement connotés, Gide introduit aussi quelques visibles décalages, de façon à éviter, tout à la fois, l’abîme juridique de la diffamation et celui, littéraire, de l’association univoque au roman à clés39. Quant au personnage de Strouvilhou, principal dirigeant de la bande de faux-mon-nayeurs et un des nombreux directeurs de la revue d’avant-garde pilotée et financée par Passavant, il ne peut pas aussi aisément que ce dernier être rapproché d’une posture ayant marqué l’histoire littéraire française contemporaine. C’est donc bien davantage une position, celle de l’avant-garde radicale, ou à tout le moins une posture collective, celle des dadaïstes, que Gide caricature, à travers lui, avec un excès qui marque à la fois la pointe cruelle et une écriture « à rebours » du réalisme. Les Faux-monnayeurs joue ainsi sur plusieurs tableaux, du cas le plus « individuel » aux plus typiques, et offre ainsi une relecture synthétique, embrassant plusieurs époques, de l’histoire littéraire, qui appelle ouvertement une lecture à clés tout en la désavouant, du même souffle.

15Ce ne sont là que quelques exemples, tirés d’un corpus aussi large que méconnu, dont l’existence même est problématique, du fait de la méfiance qui règne envers la notion même de roman à clés. De plus, l’opposition entre écrivains légendaires et écrivains imaginaires doit être articulée avec des interrogations génériques et historiques, pour approfondir l’examen de ce corpus. Cependant, elle offre une piste pour amorcer une véritable herméneutique des textes à clés et des autres cas de référentialité troublée, des biographies imaginaires aux autofictions. Pour lire, lire vraiment ces textes à clés comme textes, sans les réduire à des rébus, équivalents narratifs des mots croisés.

Notes

1 Laferrière (Dany), L’Énigme du retour, Montréal, Boréal, 2009, p. 13, 14, 15 et 17.

2 Requête effectuée le 21 octobre 2011.

3 Laferrière (Dany), op. cit., p. 35.

4 Ibid.

5 Voir Lahire (Bernard), « Champ, hors-champ, contre-champ », dans Le Travail sociologique de Pierre Bourdieu. Dettes et critiques, sous la direction de Bernard Lahire, Paris, La Découverte, coll. « Poche. Sciences humaines et sociales », 2001 [1999], p. 23-57.

6 Le roman à clés peut ainsi, du point de vue « moderne », être associé aux phénomènes de médiatisation de la vie mondaine et culturelle, et à ses vecteurs particuliers, sans en être la conséquence, historiquement : Jaffe (Aaron), Modernism and the Culture of Celebrity, Cambridge University Press, 2005 ; Modernist Star Maps : Celebrity, Modernity, Culture, édité par Aaron Jaffe & Jonathan Goldman, Farnham, Ashgate, 2010 ; Herwitz (Daniel Alan), The Star as Icon. Celebrity in the Age of Mass Consumption, New York, Columbia Press, 2008.

7 Habermas (Jürgen), L’Espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1988 ; Lilti (Antoine), Le Monde des salons. Sociabilité et mondanité à Paris au XVIIIe siècle, Paris, Fayard, 2005.

8 On pourrait par conséquent se demander si, dans les périodes antérieures au régime médiatique moderne (Thérenty (Marie-Ève) & Vaillant (Alain), 1836 : an un de l’ère médiatique. Étude littéraire et historique du journal La Presse d’Émile de Girardin, Paris, Nouveau monde éditions, 2001), le roman à clés n’a pas été un des vecteurs par excellence d’une contre-médiatisation des cercles du pouvoir.

9 Celle de Victor-Lévy Beaulieu aussi, et fort rapidement d’ailleurs, puisque dès 1983, on pouvait en proposer une analyse : Melançon (Benoît), « VLB personnage et institution », Études françaises, vol. 19, n° 1, 1983, p. 5-16.

10 « Ethos discursif et image d’auteur », Argumentation et analyse du discours, sous la direction de Ruth Amossy & Michèle Bokobza Kahan, n° 3, 2009 [En ligne], URL : http://aad.revues.org/656.

11 Diaz (José-Luis), L’Écrivain imaginaire. Scénographies auctoriales à l’époque romantique, Paris, Honoré Champion, coll. « Romantisme et modernité », 2007.

12 Diaz note la différence entre termes génériques et scénarios « particuliers », aux pages 78 et suivantes, mais les englobe tous deux dans la notion d’écrivain imaginaire.

13 Voir l’étude de Melançon (Benoît), art. cit. D’autres textes, depuis, ont enrichi ce corpus « légendaire » et ont attribué une filiation (ainsi qu’une thématique « animalière »), à cette figure, sans contredire les traits dégagés par Melançon.

14 En relation, d’ailleurs, avec la posture de l’écrivain migrant qui lui a été appliquée et qu’il a contribué à faire circuler dans les médias de masse, en jouant avec et contre les stéréotypes. On pourra consulter, à ce sujet, la bibliographie publiée dans le numéro consacré à son œuvre par Voix et images : Lanteigne (Mathieu), « Bibliographie de Dany Laferrière », Voix et images, n° 107, hiver 2011, p. 93-113.

15 Amossy (Ruth), « La double nature de l’image d’auteur », Argumentation et analyse du discours, n° 3, 2009 [En ligne], URL : http://aad.revues.org/662.

16 Cependant : il ne faut pas absolument exclure, dans la réception de ces textes, ce qui se constitue comme discours de « vérédiction » et prétend confirmer ou infirmer ce qui a pu être énoncé dans les textes, en fonction d’une expérience concrète, et donc d’une lecture « positiviste », radicalement référentielle, du texte, du type : « ce n’était pas comme cela » (ou : « c’était tout à fait comme cela »), « j’y étais, moi », etc.

17 Une des difficultés de cette reconstitution tient à ce que cet intertexte est transmis oralement, tout autant, sinon plus, que par les lettres, échos, articles de journaux, mémoires, etc.

18 Escola (Marc) & Bombart (Mathilde), « Clés et usages de clés : pour servir à l’histoire et à la théorie d’une pratique de lecture », dans Lectures à clés, Littératures classiques, sous la direction de Marc Escola & Mathilde Bombart, n° 54, 2005, p. 12.

19 Latham (Sean), The Art of Scandal. Modernism, Libel Law, and the Roman à Clef, Oxford, Oxford University Press, coll. « Modernist Literature & Culture », 2009.

20 On peut aussi y ajouter l’intérêt « narratif », romanesque, pour les commérages et la rumeur, voir : Bazié (Isaac), « Texte littéraire et rumeur. Fonctions scripturaires d’une forme d’énonciation collective », Protée, vol. 32, n° 3, 2004-2005, p. 65-76.

21 Hamon (Philippe), Le Personnel du roman : le système des personnages dans les Rougon-Macquart d’Émile Zola, Genève, Droz, coll. « Genèse des idées et histoire littéraire », 1983.

22 Østenstad (Inger), « Quelle importance a le nom d’auteur ? », Argumentation et analyse du discours, n° 3, 2009 [En ligne], URL : http://aad.revues.org/665.

23 Jouve (Vincent), L’Effet-personnage dans le roman, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Écriture », 1992.

24 Pierre Bayard, cité par Guy (Chantal), « Tout nom d’auteur est un roman », Cyberpresse, 18 décembre 2010 [En ligne], URL : http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/chantal-guy/201012/18/01-4353706-tout-nom-dauteur-est-un-roman.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_lire_aussi_4344771_article_POS2.

25 Signalons en passant les cas de registres onomastiques pluriels, au sein d’un même texte. Celui des Faux-Monnayeurs, sur lequel nous reviendrons, combine des renvois directs à des noms d’auteurs (Jarry) et des rapprochements beaucoup plus complexes. Celui des Jeudis de Madame Charbonneau, d’Armand de Pontmartin (Paris, Michel Lévy, 1889 [1862]), juxtapose dans la diégèse, des personnages « historiques » spécifiquement désignés par leurs noms d’auteur (Joseph de Maistre, Georges Sand) ou par des initiales (M. de B., pour de Buloz) et des personnages désignés par un système onomastique fictionnel, dont quelques « doubles » des personnages historiques susmentionnés. Ainsi, George Sand s’y retrouve sous deux avatars distincts…

26 Desrosiers (Léo-Paul), « Un Cénacle », dans Âmes et paysages, Montréal, Le Devoir, 1922, p. 163-183. Signalons que la nouvelle précédente, « Une intrigue au palais », engendre elle aussi une lecture à clés, car elle raconte un putsch politique survenant dans la capitale provinciale, Québec. Or, un seul événement lui correspond, dans le fleuve tranquille de la politique québécoise, qui voit le même parti rester au pouvoir de 1897 à 1935, sous la direction de quatre premiers ministres seulement. Cet événement est le coup de force qui permet à Lomer Gouin, en 1905, d’évincer Simon-Napoléon Parent du pouvoir. La lecture successive des deux nouvelles ne peut que renforcer la tentation du décryptage. Mutatis mutandis, chaque nouvelle confrontation, au fil de la lecture, entre un personnage, un groupe, une revue, et des écrivains ou institutions littéraires légendaires, intensifie la recherche de clés, la justifie textuellement.

27 Ibid., p. 170-171.

28 Carignan (Olivier), Les Sacrifiés, Montréal, Éditions du Mercure, 1927.

29 Si de nombreux participants furent membres de l’un et de l’autre, le premier fut un regroupement informel d’artistes et écrivains, qui se réunissaient dans un local sis rue Notre-Dame, dans le Vieux-Montréal, s’octroyaient des noms ésotériques, en secret, et se firent connaître du public lors de soirées de gala, en 1916 et 1917, alors que le second rassemble les collaborateurs de la revue du même nom, qui n’eut que douze livraisons, publiées en 1918. Qualifiés d’exotiques, de parisianistes ou de francissons, les acteurs liés à ces groupes valorisaient la littérature française contemporaine et l’autonomie littéraire, et s’opposaient à l’imbrication de nationalisme, de moralisme et d’esthétiques conservatrices caractérisant leurs adversaires régionalistes. Voir, sur la polémique qui les mit aux prises, de 1906 à 1920, Hayward (Annette), La Querelle du régionalisme au Québec (1904-1931). Vers l’autonomisation de la littérature québécoise, Ottawa, Le Nordir, coll. « Roger-(Bernard) », 2006. Sur Le Nigog, on peut trouver de nombreux articles, mais le principal ouvrage de référence demeure : Le Nigog, sous la direction de François Gallays, Sylvain Simard & Paul Wyczynski, Montréal, Fides, coll. « Archives des lettres canadiennes », 1987. Sur l’Arche, il faut se fier à l’érudition de Foisy (Richard), L’Arche : un atelier d’artiste dans le Vieux-Montréal, Montréal, VLB, 2009.

30 Pour des aperçus synthétiques de la période, Biron (Michel), Dumont (François) & Nardout-Lafarge (Élisabeth), avec la collaboration de Lapointe (Martine-Emmanuelle), Histoire de la littérature québécoise, Montréal, Boréal, 2007 ; « Sois fidèle à ta Laurentie », dans La Vie littéraire au Québec, vol. V, 1895-1918, sous la direction de Maurice Lemire & Denis Saint-Jacques, Québec, Presses de l’Université Laval, 2005 ; « Le nationaliste, l’individualiste et le marchand », dans La Vie littéraire au Québec, vol. VI, 1919-1933, sous la direction de Denis Saint-Jacques & Lucie Robert, Québec, Presses de l’Université Laval, 2010.

31 Paradoxalement, « Un cénacle » se base sur un intertexte de très faible circulation, connu par quelques pairs seulement, pour attaquer le repli des cercles intellectuels sur eux-mêmes, leur coupure d’avec le peuple.

32 Première figure littéraire « autochtone », inventée au Québec, là où les figures circulant auparavant étaient essentiellement reprises du répertoire français (le mage romantique, le poète maudit, le bohème), le retour d’Europe incarne paradoxalement l’idée même de transfert culturel et du tropisme « parisien » des écrivains modernistes et des élites bourgeoises québécoises. Voir, à ce sujet : Larose (Jean), « Un amour de pauvre », dans L’amour du pauvre, Montréal, Boréal, coll. « Papiers collés », 1991, p. 127-144 ; Nardout-Lafarge (Élisabeth), « Usages de l’Europe chez André Laurendeau et Jean Le Moyne », dans L’Europe de la culture québécoise, textes réunis et présentés par Jean-Paul Dufier & Alessandra Ferraro, Udine, Forum, 2002, p. 133-145.

33 Martin (Martial), « Satyres ménippées et satyrica : de la satire narrative au roman à clés (1580-1630) », Littératures classiques, n° 54, printemps 2005, p. 113. Voir aussi Stiénon (Valérie), La Littérature des physiologies. Sociopoétique d’un genre panoramique (1830-1845), Paris, Classiques Garnier, coll. « Études romantiques et dix-neuviémistes », 2012.

34 La notion, retravaillée par Jérôme Meizoz, à partir des remarques d’Alain Viala (Postures littéraires. Mises en scène modernes de l’auteur, Genève/Paris, Slatkine Érudition, 2007 et Postures littéraires II. La Fabrique des singularités, Paris/Genève, Slatkine Érudition, 2011) a été explorée dans deux numéros de revue : La posture. Genèse, usages et limites d’un concept, COnTEXTES, n° 8, 2011, [En ligne], URL : http://contextes.revues.org/4692 et Postures journalistiques et littéraires, Interférences littéraires, n° 6, mai 2011, [En ligne], URL : http://interferenceslitteraires.be/nr6.

35 Car, bien qu’omniprésent dans la critique littéraire, comme objet de discours (idéal ou horreur) et comme sujet du discours, l’écrivain régionaliste n’a pour ainsi dire pas d’équivalents, dans la galerie des écrivains fictifs (sauf, peut-être, dans la poésie, qui n’a pas été explorée en ce sens).

36 Ou plutôt, on pourrait dire que le débat concerne alors davantage la place du Nigog et des exotiques dans l’histoire littéraire québécoise, et ce que ce récit dévoile des lignes de force ou lacunes de cette littérature, que le « présent » de ces acteurs ou l’actualité littéraire. Il faut donc raffiner quelque peu le propos avancé plus haut : si le roman à clés effectue une histoire au présent, de multiples enjeux ont trait à la distance temporelle relative entre la publication du roman et le contexte des faits retravaillés dans le roman.

37 Gide (André), Les Faux-monnayeurs, Paris, Gallimard, 1925.

38 La notice de la plus récente édition en Pléiade associe d’ailleurs sans ambages le personnage à l’écrivain célèbre, en se basant sur un extrait du journal de « La Petite Dame » et sur un extrait du journal de Gide lui-même : Gide (André), Les Faux-monnayeurs, dans Romans et récits. Œuvres lyriques et dramatiques, vol. II, édition établie sous la direction de Pierre Masson, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2009, p. 1211 et 1228.

39 De même : plusieurs procédés (scènes de ridicule, écarts entre Les Faux-monnayeurs de Gide et le projet du romancier fictif, jugement négatif du narrateur au sujet de ce dernier) introduisent du « bougé » entre l’image d’auteur de Gide et la figure d’Édouard, de façon à taxer d’incompétence ceux pratiquant une lecture « autobiographique » de son roman.

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search