Version classiqueVersion mobile

Romans à clés

 | 
Anthony Glinoer
, 
Michel Lacroix

Présentation

Anthony Glinoer et Michel Lacroix

Texte intégral

  • 1 Tout le monde en parle, diffusée depuis septembre 2004 sur Radio-Canada, est une adaptation québéc (...)

1Deux ans après le suicide de l’écrivaine, un texte de Nelly Arcan, intitulé « La honte », paraît dans le recueil posthume Burqa de chair. Celle qui s’est fait connaître par la mise en fiction de son expérience de prostituée (dans Putain) y raconte son passage à l’émission québécoise Tout le monde en parle et l’humiliation qu’elle a ressentie face aux allusions des deux animateurs à propos de son décolleté alors même qu’elle évoquait sur le plateau son rapport angoissé à sa propre apparence1. Nelly Arcan y parle d’elle-même à la troisième personne (Nelly), sans donner le titre de l’émission (mais en précisant que deux millions de téléspectateurs l’ont vue) ni le nom des animateurs (l’un est appelé « l’homme debout », l’autre « le pou »). Dès la parution du texte, le petit monde médiatico-littéraire québécois s’est emballé : Nancy Huston a dénoncé l’attitude de l’animateur principal de l’émission, Guy A. Lepage, celui-ci s’est justifié sur le blogue de l’émission, des chroniqueurs par dizaines ont commenté les images. Tous les intervenants ont donc pris pour acquis que le voile de la fiction laissé par l’écrivaine cachait l’événement bien réel de son passage à l’émission, voire l’oppression d’une société patriarcale que dénonçait Nelly Arcan. En somme, la référentialité du récit a été immédiatement établie, les clés fictionnelles ont été directement insérées dans les serrures de la réalité, la fiction a été prise pour argent comptant.

  • 2 Latham (Sean), The Art of Scandal. Modernism, Libel Law, and the Roman à Clef, Oxford University P (...)
  • 3 Voir Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Seuil, coll. (...)

2Cet exemple n’en est qu’un parmi tant d’autres au sein du corpus des fictions à clés. Corpus vaste et pourtant très peu étudié. C’est que la question de la référentialité littéraire, comme le signalent deux contributions récentes sur ce sujet2, a quelque chose d’iconoclaste et expose, en tout cas, à un « danger théorique ». Prendre pour objet ce type de texte ferait signe d’un impardonnable esprit béotien, tiendrait d’une inexcusable offense adressée aux théories littéraires modernes, sinon d’un geste politiquement suspect. Il n’y a pas loin en effet, comme le notait Antoine Compagnon, de la référence réaliste au roman, du roman à l’individualisme, de l’individualisme à la bourgeoisie et de la bourgeoisie au capitalisme3.

  • 4 Valéry (Paul), « L’Enseignement de la poétique au Collège de France » et « Leçon inaugurale du cou (...)
  • 5 Cette rareté contraste fortement avec la pléthore d’articles de journaux usant de cette étiquette (...)
  • 6 Il n’y a non seulement aucun ouvrage (monographie ou collectif) portant sur le sujet, mais aucun a (...)

3Un tel interdit repose partiellement sur un souci de distinction, dans la mesure où il oppose une lecture naïve, profane, commune (celle du grand public et des journalistes) à une lecture véritablement herméneutique, étrangère à toute réduction du texte à un référent quelconque — mode de lecture revendiqué par les écrivains et les universitaires, qui communient à ce même autel depuis les cours de « poétique » de Valéry au Collège de France4. À ceux-là le roman à clés, à ceux-ci la métafiction. Le succès des lectures anti-référentialistes a condamné les autres à une grande marginalité. On ne s’étonnera pas alors de la rareté des travaux sur le sujet5, rareté qui invite à explorer ce domaine en friche, tout particulièrement pour le corpus québécois6.

4Parce qu’il trahit l’ambivalence du réel en le retraduisant dans le texte fictionnel, le roman à clés postérieur à la Révolution française contraint à revisiter les enjeux de la référentialité littéraire ; parce que le romans à clés s’est bien souvent saisi de la vie littéraire, redoublant ainsi un effet de réflexivité (les clés renvoient à des hommes de lettres qui s’y reconnaissent, s’y identifient parfois, s’en défendent souvent et s’en saisissent même à l’occasion pour répliquer par un autre roman à clés. Nous voulons ici rendre raison de ce corpus négligé, et donc méconnu, et tenter de le réinscrire dans l’ensemble des pratiques littéraires et discursives, en fonction des lieux et des époques.

  • 7 Le projet de recherche « Figurations romanesques du personnel littéraire en France, 1800-1945 » (C (...)
  • 8 Voir à ce sujet les travaux de Robert Dion et Frances Fortier, dont leur synthèse : Écrire l’écriv (...)
  • 9 Confrontation n’est pas confusion, mais il importe aussi de retourner l’objection « référentialist (...)

5Le présent volume est pour partie le fruit d’une journée d’études du GREMLIN (Groupe de recherche sur les médiations littéraires et les institutions) et s’inscrit dans la continuité de ses autres travaux sur les imaginaires de la vie littéraire7. Une des hypothèses du GREMLIN à ce sujet, est que le travail ambigu sur la référentialité accompli par le roman à clés, le brouillage des distinctions entre fictionnalité et factualité qu’il produit, loin d’être le propre de la littérature postmoderne, et tout particulièrement des nouvelles formes de « vies d’écrivain8 » est un trait fréquent des fictions de la vie littéraire, tout au long du XIXe et du XXe siècle. Notre intérêt pour les romans à clés découle entre autres d’une confrontation récurrente, quasi inévitable, à ce type de texte, à ce type de lecture et à la question, sous-jacente, du statut, pragmatique ou analytique, historique ou théorique, à accorder à la notion de roman à clés. Les multiples figures d’écrivains fictifs que l’on retrouve dans le roman suscitent régulièrement, pour ne pas dire constitutivement, des confrontations avec des acteurs de l’histoire littéraire. Dans la réception, tout d’abord, particulièrement prompte depuis Molière au moins, à substituer des têtes de turc contemporaines aux personnages associés au ridicule, à l’imposture et aux diverses disqualifications, mais aussi dans nos propres lectures de « spécialistes9 ». Sans postuler que tout roman à clés soit nécessairement « métalittéraire », puisqu’il peut aussi bien s’attaquer à d’autres pans de la vie sociale, nous nous demanderons ici dans quelle mesure le roman à clés peut être considéré comme une modalité particulière des fictions de la vie littéraire, à la fois comme lieu d’un travail spécifique sur les discours littéraires (et le discours social en général) et comme mobilisation d’une poétique distincte.

  • 10 Le roman à clés constitue sans doute un des genres majeurs des fictions d’histoire littéraire, bie (...)
  • 11 Bombart (Mathilde) & Escola (Marc), op. cit., p. 14.
  • 12 Ibid., p. 16.
  • 13 Voir à ce sujet Escola (Marc), « Des possibles rapports de la poétique et de l’histoire littéraire (...)

6La référentialité constitutive du roman à clés mérite d’autant plus d’être étudiée qu’elle engendre une forme de réflexivité spécifique, un retour sur la littérature, ses acteurs, son histoire, qui passe précisément par la réécriture des images d’auteur et, plus largement, de l’histoire littéraire10. Le désintérêt pour ce type de texte dans les travaux centrés sur les diverses formes de spécularité (mise en abyme, métafiction, etc.), se baserait-il sur le refoulement, par les approches herméneutiques se proclamant immanentes, de leur perpétuation inconsciente d’une lecture allégorique, remontant vers le sens caché, qui les apparente à l’histoire littéraire ? C’est l’hypothèse soulevée par Bombart et Escola, dans un questionnement salutaire sur les usages des clés qui laisse toutefois dans l’ombre les enjeux épistémologiques sous-jacents aux notions mobilisées : analogie, interprétation, description, savoir, etc. Jusqu’à quel point l’histoire littéraire (et on pourrait en dire autant de la sociocritique, de l’analyse du discours, de la sociologie de la littérature, etc.) est-elle vraiment « une herméneutique comme les autres11 » ? Sans les suivre complètement dans cette voie, nous estimons comme eux que les lectures à clés contraignent à réévaluer les différents postulats qui fondent aujourd’hui encore notre conception du texte littéraire12, et qu’il est désormais envisageable, grâce à la « dépolarisation » partielle du clivage entre histoire littéraire et poétique13, de concevoir un examen des clés intégrant dans son aire d’analyse des jeux d’énonciation, des procédés onomastiques, des figures rhétoriques, tout aussi bien que des enjeux éditoriaux, littéraires et politiques ou des phénomènes économiques, médiatiques et sociaux.

  • 14 Schaeffer (Jean-Marie), « Esthétique spéculative et hypothèses sur la réflexivité en art », dans L (...)

7L’étude du roman à clés invite à dépasser les oppositions trop bien ancrées entre traque de la mimèsis et respect de la conscience créatrice de l’écrivain14, pour observer l’entrecroisement des procédés de réflexivité formelle aussi bien que « référentielle », c’est-à-dire, pour une part importante, sociale. Approfondir la compréhension des romans à clés, de leur poétique spécifique, de leur rôle dans la constitution et l’évolution des discours sur la littérature, exige de les replacer dans le discours social contemporain et dans la trajectoire des auteurs. Quel regard sur la littérature, ses acteurs, ses lieux, ses événements, le roman à clés tend-il à proposer ? Qu’est-ce qui distingue ce « genre » des autres « récits » et rumeurs de la vie littéraire : formes littéraires concurrentes (autobiographie, journaux intimes, Künstlerroman, mémoires, poésie, théâtre) ; formes médiatiques parallèles ou antérieures (échos, entrevues, portraits) ; formes de la mémoire « officielle », centrée sur les écrivains consacrés (biographies, manuels) ?

8La question des genres et des corpus a été abordée de front par plusieurs des contributions réunies ici. Ainsi, Mathilde Barraband se penche sur le corpus ambigu, testimonial et romanesque à la fois, produit par les anciens de la Gauche prolétarienne, et met en relief la transposition dans le roman à clés des rapports au savoir et au pouvoir de cette organisation secrète. Richard Saint-Gelais étudie comment texte et performance, roman et théâtre sont mis en jeu par Normand Chaurette dans Scènes d’enfants. Anne Strasser examine le rôle des Mandarins dans la négociation entre roman et autobiographie chez Simone de Beauvoir. Mathilde Bombart s’intéresse quant à elle à la réception, notamment générique, des romans à clés contemporains dans les journaux.

9Ces études mettent en relief la nature hautement complexe des fictions à clés ou opérant de semblables fragilisations des frontières fictionnelles, complexité irréductible à un simple repli du texte, de la fiction, sur un référent extra-textuel. L’œuvre et la figure devenues légendaires de Rachilde donnent à Michael R. Finn l’occasion d’analyser la grande variété de « textes à clefs » écrits par Rachilde ou sur Rachilde, cependant qu’Elisheva Rosen revient sur le cas de La Recherche, en montrant comment Proust intègre les « clés » dans le texte, en relation dynamique avec celles-ci, introduisant, au cœur de l’œuvre, un commentaire sur les clés et leur lecture qui s’inscrit dans le cadre des réflexions générales sur l’écriture et l’interprétation. L’analyse du Petit Bottin des lettres et des arts permet de même, à Denis Saint-Amand, de vérifier la « contamination générale » de l’œuvre et de l’homme, de l’intertexte « livresque » et de l’intertexte « auctorial » (ou image d’auteur) à la base des clés. Se penchant pour sa part sur la virtuosité métatextuelle de Jean-Benoît Puech, Alexandre Gefen en montre l’évolution et en explique les circonvolutions, avançant que les « dérèglements référentiels » de Puech favorisent en fait l’inventivité fictionnelle et sont informés par une forte conscience théorique.

10Contre le sens commun, d’autant plus sûr de lui qu’appuyé sur des condamnations théoriques, qui réduit les romans à clés à une opération unique et invariable de cryptage onomastique, dont la lecture engendre une opération tout aussi unilatérale de décryptage, les études réunies ici accomplissent de fines micro-lectures, centrées sur des zones et niveaux textuels nettement délimités, appuyées sur des descriptions précises des divers procédés mis en œuvre dans les textes. Elles montrent ainsi la complexité des clés, et de leur interprétation, et surtout, démontrent que ces clés introduisent un « jeu » dans le processus de référentiation, un jeu avec les postulations de fictionnalité et non pas un blocage du sens. Elles nous invitent à lire les romans à clés, et avec eux les diverses revendications littéraires de « pure » référentialité, à les lire vraiment, non comme des devinettes mais comme des textes.

Notes

1 Tout le monde en parle, diffusée depuis septembre 2004 sur Radio-Canada, est une adaptation québécoise de l’émission du même titre animée par Thierry Ardisson sur France 2 jusqu’en 2006.

2 Latham (Sean), The Art of Scandal. Modernism, Libel Law, and the Roman à Clef, Oxford University Press, coll.» Modernist Literature & Culture », 2009 — dont on lira plus loin l’introduction — et Lectures à clés, sous la direction de Mathilde Bombart & Marc Escola, Littératures classiques, n° 54, 2005.

3 Voir Compagnon (Antoine), Le Démon de la théorie. Littérature et sens commun, Paris, Seuil, coll. « Points Essais », 2001 [1998].

4 Valéry (Paul), « L’Enseignement de la poétique au Collège de France » et « Leçon inaugurale du cours de poétique du Collège de France », Variété V, Paris, Gallimard, 1945, p. 287-293 et 295-322.

5 Cette rareté contraste fortement avec la pléthore d’articles de journaux usant de cette étiquette pour décrire les livres recensés, comme le montre ici Mathilde Bombart. Les littératures « classiques » ont été davantage étudiées sous cet angle, par cause sans doute de l’importance du mode de lecture emblématique, de la forte légitimité de quelques-uns des romans se présentant ouvertement comme « à clés », ainsi que de la faible place prise par cette période de l’Histoire littéraire française dans le développement des conceptions anti-référentialistes de la théorie littéraire.

6 Il n’y a non seulement aucun ouvrage (monographie ou collectif) portant sur le sujet, mais aucun article, non plus, affichant la notion même dans son titre. Quant aux quelques articles qui convoquent la notion ou abordent le phénomène, sans le nommer, la plupart portent sur un roman spécifique (la palme revenant ici au Ciel de Québec de Jacques Ferron) ou sur la reprise dans les romans d’une figure auctoriale précise (Victor-Lévy Beaulieu, Réjean Ducharme, Émile Nelligan) ; les aperçus synthétiques manquent donc presque absolument.

7 Le projet de recherche « Figurations romanesques du personnel littéraire en France, 1800-1945 » (CRSH, 2008-2011, 2013-2018), issu en partie d’un numéro de revue consacré aux « sociabilités imaginées » (Tangence, n° 80, hiver 2006) a mené à la publication des ouvrages suivants : « Fictions du champ littéraire », sous la direction du GREMLIN, Discours social, vol. XXVIII, Montréal, 2010 et Imaginaires de la vie littéraire. Fiction, figuration, configuration, sous la direction de Björn-Olav Dozo, Anthony Glinoer & Michel Lacroix, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Interférences » 2012. Sur les orientations du GREMLIN, voir son site www.legremlin.org.

8 Voir à ce sujet les travaux de Robert Dion et Frances Fortier, dont leur synthèse : Écrire l’écrivain. Formes contemporaines de la vie d’auteur, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, coll. « Espace littéraire », 2010. Voir aussi : Gefen (Alexandre), « La fiction biographique : essai de définition et de typologie », Otrante, n° 16, 2004, p. 7-24 et « Le genre des noms : la biofiction dans la littérature contemporaine », dans Le Roman français au tournant du XXIe siècle, sous la direction de Bruno Blanckeman, Marc Dambre & Aline Mura-Brunel, Paris, Presses de la Sorbonne nouvelle, 2005, p. 305-319.

9 Confrontation n’est pas confusion, mais il importe aussi de retourner l’objection « référentialiste », pour demander si, dans certains cas, négliger l’effet de clés ne mène pas à un appauvrissement de la lecture.

10 Le roman à clés constitue sans doute un des genres majeurs des fictions d’histoire littéraire, bien qu’il n’ait pas été abordé comme tel dans le collectif publié sous ce titre : Fictions d’histoire littéraire, sous la direction de Jean-Louis Jeannelle, Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « La Licorne », 2009. Ceci tient sans doute à un regard orienté vers le « passé », vers la prise en charge (souvent critique) du patrimoine littéraire ou lieu de concurrence entre l’écriture de fiction et l’histoire littéraire comme discipline (ses règles, ses lacunes, etc.). De sorte que le roman à clés, qui propose plutôt une « histoire […] de son propre temps » (Ribard (Dinah), « Les romans à clefs selon Victor Cousin », Littératures classiques, sous la direction de Mathilde Bombart & Marc Escola, n° 54, 2005, p. 261) ne peut figurer au programme. Il n’est pas davantage convoqué dans le collectif dirigé par Bruno Curatolo, Les Écrivains auteurs de l’histoire littéraire, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, coll. « Annales littéraires de l’Université de Franche-Comté », 2007. Ainsi, quand l’introduction aborde l’allégorie critique et l’usage des « noms d’emprunt », par opposition aux fictions dont les protagonistes n’ont « plus de référent attesté » (p. 23), le roman à clés n’est pas mentionné : Jeannelle (Jean-Louis), « Préhistoires littéraires. Qu’est-ce que l’histoire littéraire des écrivains ? », p. 13-30. On serait porté à y voir une conséquence de l’opprobre pesant sur le roman à clés. Cependant, le travail théorique et critique accompli par ces collectifs va, comme le numéro de Littératures classiques, dans le sens d’une nécessaire relecture des rapports entre écrivains et historiens, entre romans, essais, manuels et autres modalités génériques.

11 Bombart (Mathilde) & Escola (Marc), op. cit., p. 14.

12 Ibid., p. 16.

13 Voir à ce sujet Escola (Marc), « Des possibles rapports de la poétique et de l’histoire littéraire », Fabula LHT, n° 0, 2005 [En ligne], URL : http://www.fabula.org/lht/0/Escola.html.

14 Schaeffer (Jean-Marie), « Esthétique spéculative et hypothèses sur la réflexivité en art », dans Littérature, modernité, réflexivité. Conférences du séminaire de littérature comparée de l’Université de la Sorbonne Nouvelle, sous la direction de Jean Bessière & Manfred Schmeling, Paris, Honoré Champion, 2002, p. 15-28.

© Presses universitaires de Liège, 2014

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search