Version classiqueVersion mobile

Mesures de l'écrivain

 | 
Björn-Olav Dozo

9. Conclusion et ouverture

Texte intégral

1L’objectif de ce travail était de décrire le personnel littéraire à partir d’outils quantitatifs et d’en montrer les profils types et les spécificités. Nous avons pu dégager différents profils, grâce aux variables analytiques et aux variables synthétiques. Chacune des deux analyses tend vers des résultats semblables, ce qui souligne la validité de nos interprétations.

2De plus, notre recherche a permis de mettre en évidence une certaine forme d’autonomie du sous-champ littéraire belge. Celle-ci est confirmée par une série d’indices socio-littéraires (existence de maisons d’édition spécifiques, en particulier celles issues des revues littéraires, présence de lieux de sociabilité dédiés à la littérature et émergence d’instances de consécration propres au sous-champ), dont la présence massive a pu être mise en évidence par un traitement sériel et quantitatif.

3Enfin, à partir des résultats obtenus, il est possible d’esquisser différents éléments de réponse à des questions traditionnelles de l’histoire de la littérature belge, comme celle concernant l’indépendance du sous-champ belge par rapport au champ français : si le capital symbolique acquis en France joue un rôle primordial pour la reconnaissance en Belgique, le sous-champ a développé ce que l’on pourrait appeler un capital national spécifique. Ce capital, nous l’avons mesuré de deux manières : tout d’abord, grâce à la mesure d’une reconnaissance acquise en Belgique ; ensuite, grâce à un indicateur du degré de sociabilité de l’agent dans la vie littéraire de son époque, indicateur que nous avons appelé capital relationnel. Ces deux variables, fondées sur des mesures quasi indépendantes (seule la participation à l’ARLLF était créditée pour les deux variables), présentent toutefois une distribution fort similaire. La corrélation entre les valeurs de ces capitaux, que l’on peut observer sur le graphique général, confirme notre hypothèse de départ : le mode de fonctionnement privilégié au sein du sous-champ littéraire belge francophone de l’entre-deux-guerres est, comme le suggérait Denis (2005), le réseau. Ce constat général a des implications importantes pour la recherche future. Il peut en effet servir de fondement pour élaborer de nouvelles hypothèses et ouvrir des pistes de recherche. Il nous semble déjà nécessaire de pointer une direction que notre travail encourage à explorer.

  • 183 Anne-Flore Tooth, dans un mémoire défendu en juin 2009, a remarquablement mis en évidence le rôle (...)

4Il s’agit de l’étude de la catégorie des animateurs de la vie littéraire. Nous avons eu l’occasion de montrer leur légitimité dans le sous-champ littéraire belge. Leur rôle, dans un espace structuré de manière aussi importante par les relations, doit être pris au sérieux et abordé avec les outils adéquats. Ceux-ci doivent être à même de rendre raison des multiples facettes du statut de ces gestionnaires de l’espace littéraire : préfacier régulier, directeur de revue, secrétaire de groupe littéraire, voire haut fonctionnaire du service public impliqué dans les instances décisionnelles, toutes ces fonctions peuvent être réparties ou cumulées. Si l’analyse des relations sociales permet de baliser le corpus et de mettre en évidence les agents clés, elle doit être complétée par une étude qualitative de ces pratiques, que nous n’avons pu qu’esquisser. Il serait nécessaire d’en passer notamment par une recontextualisation socio-historique centrée sur certains agents et une explicitation des enjeux attachés à leur position. Il faudra par exemple s’interroger sur le fait que par leur position même, ces agents ont tout à gagner en donnant de la visibilité aux débats sur la littérature belge : ceux-ci sont en effet bénéfiques à leur position, étant donné que cette dernière est spécifique au sous-champ littéraire belge. Dans leur chef, ne pas faire exister ce débat revient donc à remettre en question leur propre existence dans le sous-champ littéraire. À partir de là, on peut légitimement se demander dans quelle mesure ces animateurs de la vie littéraire ne sont pas également les premiers producteurs de discours identitaire en littérature. Notre analyse sérielle et systématique doit servir d’appui pour des études de cas exemplaires de ce type et implique, pour la recherche future, une certaine forme de retour au particulier, afin d’affiner les conclusions générales auxquelles nous sommes parvenu. Ainsi, l’étude de l’articulation du capital relationnel et de la reconnaissance symbolique belge à partir de quelques beaux cas permettrait de mieux cerner le fonctionnement précis d’acquisition de l’un et de l’autre183.

5Tentons de dresser finalement un rapide bilan de l’utilisation des outils. L’analyse prosopographique, combinée à la théorie des champs, avait déjà fait ses preuves sur d’autres objets. De même, l’analyse structurale des relations sociales est une méthode bien connue et tout autant éprouvée. Une synthèse personnelle de ces deux approches du social était nécessaire pour étudier le personnel littéraire francophone belge de l’entre-deux-guerres. Cette dialectique entre deux traditions sociologiques nous a permis de rendre raison de notre objet, sans instrumentaliser son analyse au service de l’une ou l’autre école de sociologie de la culture.

6De nombreux travaux avaient déjà démontré l’apport possible des sciences sociales à l’histoire de la littérature. L’approche sérielle et statistique restait néanmoins en retrait par rapport aux méthodes plus qualitatives. Notre travail montre que de telles méthodes peuvent être fructueuses pour l’histoire de la littérature. Mais l’utilisation de ces méthodes interroge nécessairement les fondements de cette discipline : qu’est-ce que la littérature, vue avec les lunettes des outils quantitatifs ? qu’est-ce qu’un écrivain ? qu’est-ce qu’une œuvre ? Autant de questions auxquelles nous avons apporté des réponses ponctuelles tout au long de ce travail, fondées sur des choix personnels ajustés et des critères que nous nous sommes efforcé de rendre explicites. L’histoire de la littérature que l’on peut dessiner à partir des résultats de notre étude doit maintenant dialoguer avec l’histoire littéraire traditionnelle, qui a à traiter de l’épineuse question de la valeur accordée aux œuvres. Comment articuler ces approches ? Seule une réflexion sur l’historiographie de la littérature (telle celle amorcée par François Provenzano, 2011), fondée sur une sociologie de la pratique de l’histoire de la littérature et une analyse de son discours, pourrait répondre à ce type de questions, notamment en mettant en avant l’efficace de ce discours sur les représentations collectives de la littérature et sur les pratiques des écrivains eux-mêmes.

7On l’a vu : le recours aux chiffres n’apporte pas de réponse définitive, tout comme la collecte d’informations dans une base de données n’est pas nécessairement une fin en soi. Ces méthodes déplacent les questions et renouvellent les problématiques plus qu’elles ne déterminent une vision unique du littéraire. La part interprétative reste toujours présente : elle demande au chercheur de formuler d’autres questions à partir des résultats quantitatifs, sans fétichiser ceux-ci — car ils restent, comme tout discours, une construction —, ni les ignorer — car ils sont d’une aide précieuse pour suggérer ou affiner des hypothèses.

Notes

183 Anne-Flore Tooth, dans un mémoire défendu en juin 2009, a remarquablement mis en évidence le rôle de Gaston Pulings durant l’entre-deux-guerres en s’appuyant sur notre travail. Nous appelons de nos vœux de telles études, propres à enrichir une connaissance de la vie littéraire détaillée, mais toujours articulée à des éléments plus généraux.

© Presses universitaires de Liège, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search